Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, II

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Michel Kasprzyk
, 
Bérengère Fort

Thème n° 1. Nécropoles de l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule

Évolution de la topographie et de la nature des lieux funéraires de la ville de Vienna durant l’Antiquité tardive

Gaëlle Granier, Benoît Helly et Michel Signoli

Résumé

Longtemps considérée comme une période perturbée, l’Antiquité tardive apparaît aujourd’hui comme une époque riche de changements et d’influences mêlées, induisant des problématiques d’étude multiples. Ces particularités se traduisent notamment par des spécificités dans les traitements funéraires. Afin de les restituer au mieux, une étude à la fois biologique, topographique, archéologique et historique s’impose. Nous avons choisi cette approche pluridisciplinaire pour aborder les ensembles funéraires urbains et péri-urbains de Vienne, du iiie siècle au vie siècle de notre ère.
Le protocole d’étude s’attache à observer les caractéristiques biologiques des échantillons issus de l’ensemble des nécropoles connues, simultanément aux données taphonomiques, à l’organisation spatiale intra-et inter-sites, mais aussi à la topographie à l’échelle de la ville ou aux archives historiques. Cette approche, mettant en œuvre des outils méthodologiques originaux, s’avère pertinente et a permis de mettre en évidence les mutations et évolutions qui s’opèrent dans la gestion et la représentation des morts à la fin de l’Antiquité. Les ensembles funéraires montrent des faciès très différents en fonction de la période chronologique et il existe bien une spécificité des nécropoles du ive siècle, entités « intermédiaires » où subsistent de nombreuses pratiques du Haut-Empire, avant la mise en place des premiers ensembles clairement chrétiens, à une époque plus tardive où l’Église est devenue dominante.

Texte intégral

I. Introduction : la ville de Vienna dans son contexte et l’évolution de sa trame urbaine

1Les actuelles villes de Vienne, Saint-Romain-en-Gal et Sainte-Colombe, formant le territoire de la ville antique de Vienna, sont situées à environ 30 km au sud de Lyon, sur le Rhône. La ville antique fait partie des centres urbains les plus importants de la Narbonnaise (fig. 1, a), grâce à sa situation sur l’axe rhodanien et sa position de carrefour de plusieurs voies de circulation majeures (fig. 2). Elle est une des premières colonies à être déduite autour de 40 avant notre ère et s’installe sur le site de la capitale des Allobroges (fig. 3, a, b). La colonie se développe depuis le promontoire rocheux situé sur la rive gauche du fleuve (fig. 3, c) et s’étend très rapidement pour atteindre son extension maximale dès la fin du ier siècle de notre ère (fig. 3, d) (Le Bot-Helly, Helly, 1999, 2005). Elle déborde alors largement de l’enceinte augustéenne qui englobe les collines de la rive gauche et investit le sud de cette rive gauche, pour y installer notamment le cirque et les grands horrea, et la rive droite où s’implantent habitats, commerces et artisanats (Helly, 2006). Le centre monumental occupe quant à lui l’intérieur de l’enceinte et s’appuie sur le promontoire originel, entre la Gère et le ruisseau Saint-Marcel.

2Durant le Haut-Empire, les occupations funéraires, pour ce que l’on en connaît à l’heure actuelle, se situent hors de l’enceinte, conformément à la loi des XII tables interdisant les morts dans l’espace sacré du pomœrium et le long des voies (fig. 4) : de manière certaine sont connues des implantations le long du compendium menant à Lyon au nord (Chapotat, 1969a, b ; 1970 ; 1978 ; Chapotat et alii, 1971 ; Chevalier, 2007 ; Helly, 1999 ; Helly et alii, 2002) et le long de la voie desservant au sud de la rive gauche le reste de la Narbonnaise (Vicard et alii, 2004). Ces occupations ne semblent pas se maintenir au-delà du iiie siècle.

3À partir de la fin du iiie siècle, avec la mise en place de la Tétrarchie, la réorganisation politique et territoriale de l’Empire, entraîne une réorganisation des provinces dans laquelle la Narbonnaise est subdivisée en trois nouvelles entités civiles, dont la Viennoise (fig. 1, b). Cette organisation territoriale se modifie encore avec les conquêtes burgondes, ostrogothes et wisigothes à la fin du ve siècle, puis franque au vie siècle. Dans ce contexte général, un certain nombre de villes voient leur tissu urbain se modifier profondément dès le iiie siècle. À Vienne, cette évolution se traduit par l’abandon des quartiers suburbains et le regroupement de la zone urbaine autour du centre monumental. Ainsi, aucune trace d’un habitat postérieur au iiie siècle n’a été découverte dans les quartiers de la rive droite et du sud de la rive gauche (Leblanc, Savay-Guerraz, 1993) (fig. 3, e). L’emprise réelle de la zone urbaine ne peut être précisément connue au nord : si le centre entre la Gère et la limite sud de l’enceinte demeure actif, il est difficile en l’état des données d’établir si les quartiers par-delà la Gère au nord sont encore affectés à l’habitat.

4La question de l’existence d’une enceinte tardive réduite à Vienne, comme elle est avérée à Arles par exemple (Heijmans, 2004), a été maintes fois posée. Un premier questionnement concerne l’enceinte du Haut-Empire : son tracé, long de plus de 7 km, entoure les collines surplombant la ville qui restent pour une grande partie non construites, mais laisse hors de sa protection la partie sud de l’agglomération sur la rive gauche ainsi que l’ensemble de la rive droite, pourtant habitées et économiquement précieuses avec les grands horrea et les installations artisanales. Cette construction ne semble donc pas avoir un rôle majeur dans la défense de la ville. Deux textes disent clairement que la ville est protégée de murs durant l’Antiquité tardive (Zosime, Histoire nouvelle, IV, 54, 3 ; Grégoire de Tours, Histoire des Francs, II, 33). Mais de quelle enceinte s’agit-il ? Des découvertes relativement anciennes d’imposants murs de soutènement dans le centre de Vienne ont conforté les chercheurs dans l’hypothèse d’une enceinte réduite durant de nombreuses années (Pelletier, 1974 ; Chapotat, 1976 ; Bony, 1986), qui vont jusqu’à évoquer une « double protection » (Bony, 1986). Cependant, le réexamen de toutes les données archéologiques et historiques, dans le cadre de la synthèse lancée par B. Helly pour l’Atlas topographique consacré à Vienne, de même que le travail de Master de G. Girard (Girard, 2009), semblent, à la suite des travaux de P.A. Février (Février, Gauthier, 1986), infirmer aujourd’hui cette hypothèse. S’il y a eu une nouvelle enceinte, réduite, durant l’Antiquité tardive et postérieurement, elle ne se trouve pas où A. Pelletier la situe (Pelletier, 1974), et à l’heure actuelle en tout cas, aucun élément tangible ne vient plus supporter cette hypothèse. L’étude récente des données archéologiques tend plutôt à supposer que la vaste enceinte du Haut-Empire, entretenue, a continué à être exploitée durant les siècles postérieurs.

Fig. 1. Cartes de répartition des provinces civiles de la Gaule et de leur évolution au cours de l’Antiquité (auteur G. Granier).

Fig. 2. Plan schématique des axes de circulation connus desservant la ville de Vienna durant l’Antiquité (auteur G. Granier).

II. Une étude nécessairement pluridisciplinaire

5Quelle que soit la modulation que l’on apporte à ses bornes chronologiques, l’Antiquité tardive se définit comme une période de mutation profonde de la société où vont coexister les institutions romaines et de nouvelles structures sociales, notamment issues de la religion chrétienne naissante. Dans le cadre plus large de la transformation politique et territoriale de l’Empire, cette mutation de la conception religieuse induit des changements dans certaines sphères de la société, particulièrement dans la conception de la mort et la gestion des morts.

6De la même manière, qu’est-ce que la tolérance puis la reconnaissance de la religion chrétienne suivie de l’interdiction des cultes païens, mais aussi la mutation politique de l’Empire peuvent induire en termes de topographie funéraire ou de composition des populations ? Ces profondes modifications du tissu urbain induisent-elles une évolution de la topographie des lieux funéraires ? Existe-t-il des ruptures entre le Haut-Empire et l’Antiquité tardive, mais aussi une évolution au sein de la période tardive ? Nous pouvons également nous interroger sur une possible évolution de la nature même des occupations funéraires (organisation interne, gestion de l’espace et typologie des sépultures).

Fig. 3. Plans de l’évolution de l’extension de l’espace urbain de Vienna, des origines au ive siècle de notre ère (auteur G. Granier).

7Dans le cadre concret de l’occupation funéraire d’une ville, celle de Vienne, les problématiques qui se sont donc posées à nous concernent des champs aussi divers que l’évolution des populations, tant en termes de composition que d’état sanitaire, l’évolution de la topographie des lieux d’inhumation, le mode de constitution et de gestion des espaces funéraires, ou la répartition des individus au sein des nécropoles en fonction de critères sociaux, religieux ou autres. Traiter cette problématique multiple nous a permis d’évaluer l’importance des changements opérés ou de mettre en évidence une certaine forme de continuité dans les pratiques, et par là, de saisir une partie du contexte socio-culturel de cette période.

Fig. 4. Vienne : topographie des nécropoles connues pour le Haut-Empire, par rapport à l’extension urbaine (auteur G. Granier).

Fig. 5. Vienne : topographie des nécropoles connues pour l’Antiquité tardive, par rapport à l’extension urbaine (auteur G. Granier).

8À l’heure actuelle, il n’existe que des études monographiques de sites (Prisset et alii, 2009) ou des études synthétiques ne prenant en compte qu’un seul aspect – topographique par exemple (Chevalier, 2007 ; Heijmans, 2004). Les travaux de synthèse intégrant pleinement l’étude des restes osseux sont rares (Blaizot, 2009) et à notre connaissance, aucun n’a été réalisé sur les nécropoles tardives à l’échelle globale d’une ville et en relation avec l’évolution de celle-ci, associant pleinement données biologiques, anthropologiques, archéologiques et historiques. Seule cette approche pluridisciplinaire nous paraît à même de compenser l’aspect partiel des résultats et de nous laisser entrevoir les réalités sociales, culturelles et religieuses qui président à la création, la gestion et l’évolution des occupations funéraires. Nous avons pour cela pu étudier seize sites répartis sur les deux rives du Rhône (fig. 5). Certains d’entre eux sont des découvertes relativement anciennes, qu’il convenait de réévaluer à la lumière de nos problématiques, et sont dépourvus de restes osseux. Ils sont envisagés dans l’analyse de l’organisation spatiale et de la topographie des ensembles. De manière générale, notre protocole s’attache autant que possible à effectuer un réexamen – ou une étude originale – simultané des données biologiques, archéologiques et historiques.

III. Matériel et méthodes

III.1. Étude biologique des restes osseux

9Nous disposons pour l’analyse biologique de 383 sépultures contenant 396 individus. Nous nous sommes attachés à évaluer le recrutement à l’inhumation et l’état sanitaire des populations par l’étude de ces restes osseux.

  • 1 Cette diagnose secondaire a été effectuée grâce à une méthode originale basée sur l’examen de la l (...)

10Le recrutement à l’inhumation est restitué grâce à la détermination sexuelle des sujets adultes et à l’estimation de l’âge au décès. Le sexe a été déterminé en première intention selon la méthode probabiliste (Murail et alii, 2005) et, lorsque cette méthode n’a pu être mise en œuvre, grâce à la méthode morphoscopique (Bruzek, 2002). Lorsque la conservation des os coxaux n’a pas permis de diagnose primaire, une détermination secondaire a été effectuée1.

11L’âge au décès des adultes a été estimé grâce à deux méthodes : l’examen du degré de synostose de l’extrémité sternale de la clavicule et de la crête iliaque (Owings-Webb, Suchey, 1985) et l’examen de la surface auriculaire de l’ilium (Schmitt, 2005) permettent d’isoler avec fiabilité les individus les plus jeunes et les plus âgés. Nous avons ainsi classé les adultes en trois grandes classes d’âge : adultes jeunes (20-29 ans), adultes matures (30-59 ans) et adultes âgés (plus de 60 ans). Dans le cas précis de cette étude, l’estimation d’un âge individuel a été privilégiée car elle permet d’observer l’organisation spatiale ou la typologie des sépultures en fonction notamment de ce critère biologique. Afin d’estimer l’âge au décès du plus grand nombre d’individus immatures, plusieurs critères ont été pris en compte. En première intention, les stades de calcification dentaire ont été observés pour tous les sujets jusqu’à l’adolescence (Moorrees et alii, 1963a et b). Pour les sujets dépourvus de restes dentaires, la maturation osseuse a été observée (Lalys, 2002 ; Scheuer, Black, 2000 ; Sundick, 1978). Pour les sujets morts en période fœtale, la croissance du fémur a été retenue (Adalian et alii, 2002) et enfin pour les sujets adolescents ayant achevé leur maturation dentaire, l’état de fusion des épiphyses a été examiné (Brothwell, 1981). Les individus sont répartis dans les six classes d’âge traditionnelles : fœtus, 0 an, 1-4 ans, 5-9 ans, 10-14 ans et 15-19 ans.

12Ces données de recrutement ont été complétées par l’évaluation de l’état sanitaire de la population. Nous avons privilégié l’estimation d’un état sanitaire global plutôt qu’une reconstitution précise du mode de vie individuel, afin de préciser le type de recrutement présent dans la nécropole, sa typologie et la place qu’elle occupe dans le paysage funéraire de la ville. Nous nous sommes donc attachés à évaluer cet état de santé général à l’aide d’une cotation simplifiée, mais systématique, des lésions présentes sur le squelette. Nous avons pour cela sélectionné six indicateurs pour les sujets adultes : atteintes carieuses, marqueurs de stress, traumatismes, atteintes infectieuses, marqueurs osseux d’activités, maladies articulaires dégénératives. Ces deux derniers indicateurs ne sont pas observés pour les immatures (Steckel, Rose, 2002 ; Ortner, 2003 ; Waldron, 2009). Les résultats de cet état sanitaire ont été pondérés par la représentation du squelette et l’état de conservation des ossements (Dutour, 1989 ; Bello, 2001).

III.2. Étude archéologique et historique

13Ces informations biologiques sont confrontées aux données archéologiques issues de la fouille, ainsi qu’aux éléments topographiques et historiques dont nous disposons afin de comprendre le mode de mise en place, de fonctionnement et d’abandon de l’ensemble funéraire, de dresser le profil de la population inhumée et par là, de tenter d’approcher au mieux les éventuels facteurs sociaux ayant pu conditionner l’établissement et le fonctionnement de cette nécropole.

14Ce volet de notre protocole d’étude s’attache à l’échelle du site en premier lieu à l’analyse taphonomique, qui vise à restituer le dispositif funéraire et établir la typologie des sépultures. Au-delà de cette typologie, cette analyse participe de la restitution des gestes, en partie visibles dans la tombe. Cette étude synthétique intervenant après la fouille des ensembles, il a bien sûr été impossible d’appliquer directement les méthodes de l’anthropologie de terrain lors du dégagement des sépultures (Blaizot, 1998 ; Duday, 2005 ; Duday et alii, 1990a, b). Cependant, grâce aux archives de fouille, nombreuses et de bonne qualité, il nous a été permis d’effectuer cette analyse a posteriori et de déterminer l’espace de décomposition et le mode d’inhumation.

  • 2 Ces datations ont été réalisées par le Centre de Datation par le Radiocarbone (Université Claude B (...)

15À la suite de cette étude individuelle, nous avons observé l’organisation interne de chaque ensemble, son mode de mise en place et d’évolution. Cette analyse spatiale et stratigraphique de la nécropole, en fonction de critères biologiques, topographiques ou purement sédimentaires, permet de caractériser chaque ensemble dans sa nature et sa chronologie. Cette chronologie est précisée par l’examen de la typologie des tombes et du mobilier, mais aussi par des datations radiocarbone. Un vaste programme de datations radiocarbone a été engagé sur les nécropoles de Vienne dans le cadre de cette étude2. Lors de sa première phase, dix-sept datations ont été effectuées. Une seconde phase de datations est en cours, qui viendra compléter ces résultats. Ces datations ont pour objectif de préciser la chronologie générale des nécropoles, mais aussi celle des différents groupes de sépultures présents au sein de ces ensembles.

16Selon la même démarche générale, nous avons observé les contextes d’occupation et de développement urbain, afin d’appréhender la topographie des lieux d’inhumation dans l’espace global de la ville. L’évolution de la topographie des nécropoles est envisagée à la lumière des connaissances sur l’organisation de la trame urbaine : réseau viaire, monuments publics, enceinte, îlots d’habitat mais aussi implantations funéraires antérieures et postérieures.

  • 3 Une étude en cours s’attache à rassembler et analyser, comparativement aux données archéologiques, (...)

17Notre étude portant sur un contexte antique, a la chance de pouvoir s’appuyer sur des documents historiques. Au-delà des textes régissant de manière générale la ville et la mort pour l’ensemble du monde romain (Loriot, Badel, 1993) et des travaux d’historiens (Mayeur et alii, 1995 ; Rebillard, 1996, 2003a, b ; 2004), nous disposons de documents propres mentionnant la cité de Vienne3. S’ajoutent à cela les sources épigraphiques et iconographiques issues d’éléments lapidaires funéraires (Terrer et alii, 2003).

IV. Identité des nécropoles tardives viennoises

IV.1. Mise en évidence d’une rupture de chronologie marquée

18L’ensemble des éléments de datation obtenus pour les sites de notre corpus montre clairement deux grandes périodes chronologiques parmi les sites (fig. 6) (Granier, 2011). Un premier ensemble d’occupations funéraires s’implante à la fin du iiie siècle ou dans les premières années du ive siècle, à la suite de profondes modifications opérées dans l’organisation de l’espace suburbain. Un premier hiatus chronologique est systématiquement présent : lié à l’abandon des structures d’habitat de la rive droite et du sud de la rive gauche durant la première moitié du iiie siècle, il correspond à une période de changement de statut des parcelles avant la mise en place des occupations funéraires et se traduit par une récupération plus ou moins extensive des matériaux de construction. On peut associer à cette phase d’implantation commençant à la fin du iiie siècle les ensembles reconnus à Vimaine 2, Quai Riondet et la Zac des Nymphéas pour la rive gauche, sur la Place de l’Égalité, la Rue Joubert, les petits Jardins, les Colombines et les Thermes des Lutteurs en rive droite (fig. 5 et fig. 6). Les données chronologiques obtenues montrent que ces ensembles funéraires cessent systématiquement de fonctionner à la fin du ive siècle, ou dans les toutes premières années du ve siècle. L’arrêt d’exploitation des ces ensembles du ive siècle intervient à la mise en place d’autres occupations. On ne peut ignorer que l’établissement de ces nouvelles implantations coïncide avec l’émergence d’une topographie chrétienne, c’est-à-dire à l’apparition dans le paysage de monuments chrétiens à partir du ve siècle. Ces nouveaux ensembles s’organisent autour et au sein de lieux de culte : basilique funéraire, chapelle ou monastère. À Vienne, on ne connaît pas moins de huit établissements fondés dans la première moitié du ve siècle pour la plupart, voire dès la fin du ive pour certains d’entre eux (premier bâtiment de Saint-Pierre-Saint-Georges ou de Saint-Ferréol, premier état de Notre-Dame-d’Outre-Gère) : six fondations rive gauche (Saint-Pierre-Saint-Georges, Saints-Gervais-et-Protais, Saint-André-le-Haut, Notre-Dame-d’Outre-Gère, Saint-Sévère et Saint-Martin) et deux rive droite (Saint-Ferréol et Sainte-Colombe) (fig. 5 et fig. 6). Ces ruptures chronologiques s’accompagnent généralement de ruptures dans l’implantation et la topographie des zones funéraires (cf. infra) et à notre sens, l’abandon, ou au minimum la modification substantielle des ensembles funéraires du ive siècle est une conséquence de la mise en place des nécropoles attachées aux premiers bâtiments chrétiens.

19C’est à la lumière de cette rupture chronologique flagrante que sont analysés les autres éléments de notre recherche.

IV.2. Évolution de la typologie des sépultures et de l’organisation spatiale des ensembles en fonction de l’appartenance chronologique

20Si l’on examine ainsi la typologie des sépultures, on constate une corrélation entre la rupture chronologique et le type de tombe. En effet, si l’utilisation d’un contenant dans un espace vide s’avère quasiment exclusive tout au long de la période que nous examinons, on observe une évolution nette dans le choix du contenant. La répartition graphique des contenants montre une prépondérance des contenants de bois durant la première phase chronologique. Ces contenants se raréfient durant la seconde phase, au profit des contenants en matière pérenne, plus monumentaux, qui sont auparavant anecdotiques (fig. 7).

21Ces deux phases chronologiques correspondent également à deux comportements dans l’organisation spatiale des occupations funéraires et l’orientation des tombes (Granier, 2011). Les occupations de la fin du iiie et du ive siècle s’implantent sur les aires larges et ouvertes, réinvestissant d’anciennes structures d’habitat. Les occupations tardives mises au jour sur le sud de la rive gauche et la rive droite du Rhône ne semblent être que des fragments d’occupations plus étendues, investissant largement ces espaces sans qu’il s’agisse pour autant d’une seule et grande nécropole gérée de manière globale. Les sites des Nymphéas (Le Bot-Helly, Helly, 1985), de Vimaine 2, de la Place de l’Égalité (Le Bot-Helly, 1982, 1983, 1984) et des Thermes des Lutteurs (Prisset et alii, 2009), les plus largement connus, montrent des sépultures organisées en groupes distincts fonctionnant visiblement de manière indépendante. L’organisation interne de chaque groupe est variable et lui est propre. Dans plusieurs cas, les sépultures réutilisent les vestiges des murs ou structures antérieures afin de délimiter le groupe de tombes. La définition d’un espace plus ou moins clos induit alors parfois des contraintes d’orientation des sépultures. Ainsi le groupe sud découvert Place de l’Égalité s’organise en tenant compte des vestiges de deux salles des thermes du Haut-Empire (Granier, 2008 ; Granier et alii, 2011 ; Granier et alii, dans ce volume), les groupes repérés sur les sites de la rue Vimaine et de la ZAC des Nymphéas réutilisent les salles et espaces des entrepôts (Le Bot-Helly, Helly, 1985). D’autres groupes se concentrent autour d’une sépulture particulière présentant en général une typologie plus exceptionnelle que les autres : trois groupes mis au jour Place de l’Égalité s’organisent autour d’une ou deux inhumations en coffre de dalles maçonné quand les autres sépultures sont généralement en structure de bois (Granier, 2008 ; Granier et alii, 2011 ; Granier et alii, dans ce volume). Les amoncellements de pierres reconnus au-dessus de deux coffres (SP68 et SP219) laissent imaginer une signalisation imposante de la tombe, voire une structure bâtie. Les superpositions nombreuses de tombes autour d’un coffre renfermant un sarcophage de plomb (SP70) alors que la place ne vient pas à manquer montrent clairement la volonté d’inhumer au plus près de ce sujet. Il n’est pas possible cependant d’établir le statut particulier de cet individu – un homme mature – et la nature de ces rassemblements reste hypothétique. D’autres groupes, comme on en observe encore sur la Place de l’Égalité ou Rue Joubert (Helly, 1995), ne présentent pas d’élément attractif spécifique. Enfin, un groupe a choisi la protection d’un bâtiment pour s’installer : le site des Thermes des Lutteurs (Prisset et alii, 2009). Ces fonctionnements internes variés attestent l’indépendance de ces groupes entre eux, renforcée par la présence de vastes zones intermédiaires dépourvues de sépultures. Elles sont clairement identifiées comme des axes de circulation dans certains cas : une voie est installée au nord du bâtiment des Thermes des Lutteurs, séparant l’édifice d’un ensemble de tombes installé dans le talus plus au nord. N’étant pas nécessairement associés à des niveaux de sols construits ou aménagés, ces axes de circulation n’ont pas été systématiquement reconnus en fouille, mais il est probable que nombre de ces espaces en soient les vestiges. Si l’on considère cependant que tous ces regroupements de sépultures ne sont qu’une des composantes de l’espace suburbain, nous pouvons penser également que des éléments d’habitat ou d’autres activités de vie peuvent s’intercaler entre ces activités funéraires. Aucune trace pérenne n’a été mise au jour à Vienne, mais ce fait est en revanche attesté à Arles (Granier, 2011) : le suburbium sud accueille des zones artisanales liées au chantier du cirque qui se développent et se déplacent conjointement à l’évolution de la zone funéraire, elle-même mouvant en fonction de l’avancée du monument de spectacle et de son habitat (Sintès, 1989, 1990). Toujours à Arles, la topographie repérée sur le site du Jardin d’Hiver tendrait également à montrer que la mutation du parcellaire n’est pas uniforme : les îlots autrefois occupés par des structures anciennes sont dévolus à l’inhumation tandis qu’une maison implantée plus au sud est encore habitée (Brémond, 1975 ; Lagrand, 1976).

Fig. 6. Vienne : répartition graphique des sites en fonction de la chronologie d’utilisation (auteur G. Granier).

22Les ensembles funéraires postérieurs, établis à partir de la fin du ive et au ve siècle, affichent une organisation interne radicalement différente, liée à la nature de ces nouvelles installations. Ces occupations sont toutes dépendantes ou proches d’un lieu de culte chrétien : basilique à vocation funéraire ou monastère. L’attraction du sanctuaire permet le développement des zones d’inhumations dans son enceinte. Nous observons que la gestion des sépultures est dans ce cas globale, et s’il existe certainement des regroupements d’individus (sur des critères que l’on imagine familiaux notamment), ils se font dans le cadre de l’aire funéraire générale, qui semble gérée par l’établissement religieux. Ainsi, l’organisation en groupes disparaît, l’orientation des tombes tend à s’uniformiser. Cela s’observe particulièrement sur les sites de Saint-Pierre-Saint-Georges (Jannet-Vallat, 1987) ou de Notre-Dame-d’Outre-Gère (Zannettacci, 1992), dont les aires d’inhumation sont relativement connues. Si l’inhumation hors du bâtiment, comme à Saint-Pierre-Saint-Georges, laisse une liberté plus grande pour l’implantation, l’architecture ou l’orientation de la sépulture, l’espace interne défini et subdivisé de la basilique réduit fortement les possibilités. Malheureusement pour ces sites, la fouille n’a jamais permis de laisser voir l’extension des zones d’inhumation extérieures ; il nous est ainsi impossible d’observer s’il existe des différences à mesure que l’on s’éloigne du bâtiment, de même qu’il n’est pas possible d’affirmer que ces aires funéraires étaient toutes closes de murs. Les résultats des recherches historiographiques d’E. Rebillard montrent que l’Église des premiers siècles ne paraît pas vouloir gérer les aspects pratiques de la mort en imposant des modalités d’inhumation particulières (Rebillard, 2003b). Jusqu’au ive siècle, il serait donc laissé à l’appréciation de chaque communauté, quelle que soit son mode de constitution, la manière d’organiser l’aire sépulcrale. Ce qui n’est plus le cas à la fin du ve siècle et au vie siècle, comme le montrent les états 2 et 3 de Saint-Pierre-Saint-Georges. Il existe probablement des rassemblements de fidèles avant le ve siècle ; mais leur regroupement donne simplement lieu à un ensemble de sépultures au sein des aires funéraires, et non pas à un cimetière « communautaire », comme ce sera le cas plus tard ou comme ce fut le cas précocement dans les catacombes de Rome.

IV.3. Évolution de la topographie des lieux d’inhumation en fonction de l’appartenance chronologique

23Liée aux éléments précédemment exposés s’observe une dernière rupture d’ordre topographique. Deux grands mouvements sont visibles, correspondant aux deux grandes ruptures chronologiques intervenant au iiie siècle puis à la fin du ive -début du ve siècle. Il nous faut, pour les appréhender, prendre en compte la situation des nécropoles du Haut-Empire. Nous rappelons que ces ensembles sont installés hors du pomœrium, le plus souvent le long des voies et hors de l’habitat, même s’il existe une certaine mixité des zones suburbaines (fig. 8, a). Ces installations ne fonctionnent pas au-delà du iiie siècle et la modification du tissu urbain au cours de ce siècle induit une évolution de la topographie des lieux funéraires : les quartiers suburbains sont abandonnés, laissant libres de vastes zones permettant de se rapprocher des limites de la nouvelle étendue urbaine. Ainsi sont créées ex nihilo sur des zones différentes des nécropoles du Haut-Empire de nouvelles occupations à la fin iiie ou au début du ive siècle : sur la rive droite et dans les quartiers sud de la rive gauche (fig. 8, b). Comme on l’a vu précédemment, ces sites sont strictement contemporains, affichent la même typologie de sépultures, le même type d’organisation et sont implantés dans des espaces de vie désaffectés. Les fouilles réalisées sur la rive gauche du Rhône, notamment les campagnes successives menées sur la ZAC des Nymphéas (Le Bot-Helly, Helly, 1985) ont permis de restituer l’extension totale des horrea : plus de 800 m de long parallèlement au fleuve. La désaffectation de cette vaste installation a dégagé une surface énorme, bouleversant certainement l’organisation générale de l’espace suburbain. Faut-il imaginer la mise en place d’un nouveau parcellaire dans cette zone ? Il semble en tout cas que les structures du Haut-Empire soient encore connues, voire visibles, car elles sont fréquemment réutilisées pour délimiter de nouveaux espaces, notamment des concessions funéraires. L’interdiction de la loi des XII tables paraît à cette période toujours en vigueur, puisque les morts restent rejetés hors de la ville.

Fig. 7. Vienne : évolution de l’utilisation des différents types de contenants entre la période 1 (fin iiie-ive siècles) et la période 2 ( ve-vie siècles). Nous présentons ici les types les plus courants en pourcentages, établis sur le total des cas déterminés (auteur G. Granier).

24La création des premiers établissements chrétiens à la fin du ive et au début du ve siècle entraîne une nouvelle modification de l’implantation des espaces funéraires et la rupture est de nouveau totale avec l’implantation précédente (fig. 8, c). Les ensembles du ive siècle sont systématiquement abandonnés au profit de ces nouvelles aires d’inhumations, dans un contexte religieux bien différent, apposant maintenant son empreinte sur le paysage et qui influence fortement l’organisation générale du tissu urbain. Les basiliques funéraires s’installent au plus près du centre urbain, formant une couronne autour de l’habitat, avant que d’autres installations entrent pleinement dans la ville au vie siècle (Saint-André-le-Haut).

Fig. 8. Vienne : évolution de la topographie funéraire de Vienna du ier au vi e  siècle de notre ère (auteur G. Granier).

IV.4. Caractéristiques anthropologiques des échantillons

IV.4.1. Une sélection partielle des sujets en fonction du sexe

25La détermination sexuelle des sujets adultes a permis de mettre en évidence un recrutement différentiel entre les sites de notre corpus. Le site de la Place de l’Égalité montre en effet un très fort déficit des sujets féminins, issu d’un recrutement spécialisé favorisant l’accès à l’inhumation des hommes. Ce déséquilibre ne se retrouve pas dans la répartition globale des autres sites examinés sans la Place de l’Égalité (fig. 9). C’est donc bien la Place de l’Égalité seule qui impacte l’équilibre du sex ratio de l’ensemble du corpus. Les échantillons de populations étudiés présentent donc un équilibre par sexe que l’on attend d’une population naturelle, à l’exception d’une zone particulière de la rive droite du Rhône, où une sélection partielle très marquée est opérée. Ce profil de recrutement particulier participe de l’interprétation des groupes de sépultures de ce site (Granier, 2008 ; Granier et alii, 2011 ; Granier et alii, dans ce volume).

Fig. 9. Vienne : comparaison de la répartition des sujets adultes en fonction du sexe, observée sur le site de la Place de l’Égalité par rapport à la répartition globale à l’échelle du corpus (auteur G. Granier).

IV.4.2. Âge au décès

26En ce qui concerne les sujets immatures, seul le site de la Place de l’Égalité peut au final s’affranchir des biais d’une fouille partielle ou d’une mauvaise conservation des sujets (fig. 10). Cette répartition montre essentiellement que les proportions des fœtus et des moins de 1 an sont inférieures à ce que l’on attend d’une population ancienne naturelle, où la mortalité infantile est très élevée (Granier, 2008 ; Granier et alii, 2011 ; Granier et alii, dans ce volume). Ce profil est anormal d’un point vu démographique mais souvent constaté en contexte archéologique et correspond à des pratiques courantes dans le monde romain, qui excluent de l’espace commun l’enfant mort en bas âge. Ces enfants morts trop tôt pour avoir pleinement pris leur place dans la société peuvent être inhumés en contexte d’habitat ou dans un secteur spécifique de l’aire funéraire (Blaizot et alii, 2003).

27Les méthodes retenues pour estimer l’âge au décès des sujets adultes permettent avant tout d’isoler les individus les plus jeunes et les plus âgés (cf. supra). Par conséquent, une classe intermédiaire très large rassemble les sujets n’appartenant pas aux deux autres (fig. 11).

Fig. 10. Vienne : exemple d’histogramme de répartition des sujets immatures dans les différentes classes d’âge en fonction de l’âge au décès : la Place de l’Égalité (en %) (auteur : G. Granier).

Fig. 11. Vienne : histogramme de répartition des sujets adultes dans les différentes classes d’âge en fonction de l’âge au décès (en %) (auteur : G. Granier).

28La forte distorsion de l’histogramme en faveur des sujets matures peut minimiser visuellement l’importance des classes adjacentes qui sont celles qui nous intéressent plus particulièrement. Nous nous garderons donc d’interpréter la répartition de cette classe centrale. Les adultes jeunes sont généralement sous-représentés, puisque mis à part deux sites, appartenant d’ailleurs à des phases chronologiques différentes, où ils sont légèrement plus nombreux (Place de l’Égalité et Saint-Pierre-Saint-Georges), ils représentent moins de 10 % de l’effectif. Les sujets âgés sont à l’inverse relativement nombreux, mis à part sur le site des Nymphéas, puisqu’ils représentent de 13,7 à plus de 27 % de l’échantillon.

29De manière générale, l’âge au décès ne présente pas de corrélation avec le sexe des sujets ou les caractéristiques de la tombe au sein de l’espace funéraire, qu’il s’agisse des adultes ou des immatures.

IV.4.3. État sanitaire des populations

30Nos échantillons présentent globalement peu d’atteintes pathologiques (Granier, 2011). On relève en particulier la rareté des traumatismes, voire leur absence dans de nombreux échantillons. Ces atteintes restent par ailleurs modérées (fractures réduites sans complication). Les mêmes constatations s’imposent pour les atteintes infectieuses, toujours non spécifiques et localisées, puisqu’elles touchent principalement la diaphyse tibiale, et dans une moindre proportion celles du fémur et de la fibula. Les caries et les marqueurs de stress sont également peu présents et modérés dans nos séries, exception faite des hypoplasies linéaires de l’émail dentaire, fréquemment observées. Les atteintes dégénératives sont plus nombreuses. Généralement bilatérales, elles sont à mettre en relation avec l’âge des sujets plutôt qu’avec le degré d’activité observé car il n’existe pas en effet de corrélation entre le degré d’activité ou la localisation des enthésopathies et la fréquence, la localisation et la sévérité des atteintes arthrosiques. Parmi les atteintes des enthèses clairement liées à l’activité, le membre supérieur puis surtout le fémur présentent de fortes prévalences. On s’attardera sur la fréquence du « syndrome du cavalier » (Pálfi, 1997), toujours présent dans nos échantillons. Outre son systématisme, notre analyse met en évidence une corrélation partielle entre cette atteinte et le sexe des sujets. La majorité de nos sites, affichant un sex ratio équilibré, ne montre pas de distinction quant à cette atteinte, alors que le site de la Place de l’Égalité, dont le sex ratio est fortement déséquilibré, montre une spécialisation des activités en fonction du sexe puisque seuls les sujets masculins sont atteints.

31Plus que la prévalence de chaque indicateur, ce qui ressort de cette analyse est l’absence de répartition spatiale particulière, tant au sein même d’un site qu’entre les sites, et quel que soit le critère pris en compte. De même, il n’existe pas d’évolution des conditions de vie dans le temps, car aucune différence entre les deux périodes chronologiques n’a été relevée.

Conclusion : une spécificité des ensembles du ive siècle et l’absence de lieux spécifiques à l’inhumation des chrétiens

32D’un point de vue archéologique, notre étude a montré qu’il existe des ruptures assez nettes au tournant du ve siècle, tant dans la topographie générale des lieux d’inhumation que dans leur nature, leur organisation spatiale ou la typologie de leur tombes. Cette rupture suit un premier changement, effectué dans le courant du iiie siècle. D’un point de vue biologique d’autre part, l’examen des restes osseux montre que de manière générale, il n’existe pas d’évolution des populations au cours de la période, tant dans le recrutement à l’inhumation que dans l’état de santé des sujets. Cette analyse traduit néanmoins une sélection partielle à l’inhumation en fonction du sexe, propre à quelques groupes de sépultures du ive siècle implantés sur la rive droite du Rhône.

33L’étude conjointe de ces différentes données nous permet de mettre en évidence la spécificité des ensembles funéraires du ive siècle. Ils constituent un contexte particulier, car ils héritent pour certains aspects de pratiques antérieures, mais sont différents dans leur organisation spatiale et leur implantation dans la ville à la fois des nécropoles du Haut-Empire et de celles qui leur succèderont. Ils fonctionnent en groupes indépendants les uns des autres, implantés dans des zones ouvertes nouvellement dégagées, suivant ainsi l’évolution de la ville. Ils respectent néanmoins l’interdiction d’accès au pomœrium. Le rassemblement en groupes distincts les rapproche des pratiques antérieures mais la définition de leur espace et leur organisation interne montrent une nouvelle variabilité : espace de l’enclos, édifice construit, nuage de sépultures, mais aussi l’apparition d’une organisation originale, centrée autour d’une tombe attractive.

34De manière générale, peu de signes distinctifs d’appartenance religieuse ou de statut social sont visibles dans la tombe du ive siècle et il semble que la variabilité observée parmi les groupes relève plus de choix culturels que d’une hiérarchie sociale exprimée ou d’impératifs religieux purs. Ces réalités archéologiques font écho aux travaux historiographiques récents qui mettent en évidence la prépondérance des pratiques locales, voire propres au groupe durant cette période (Rebillard, 2003b). Si le groupe familial est évidemment une des premières structures auxquelles on pense pour ces ensembles, sans qu’il puisse être clairement reconnu, d’autres structures sociales peuvent acquérir et entretenir des aires d’inhumations. Parmi elles, le collège à vocation funéraire, groupement associatif hérité du Haut-Empire, est l’hypothèse que nous avançons pour les ensembles de la Place de l’Égalité (Granier, 2008 ; Granier et alii, 2011 ; Granier et alii, dans ce volume), dont le profil biologique correspond à ces associations avant tout ouvertes aux hommes. Ainsi, s’installent au sein de l’espace suburbain, probablement en même temps que des espaces de vie, des zones d’inhumation en noyaux indépendants. Parmi eux peuvent se trouver des familles, des associations pouvant relever de corporations de métiers, etc., et au sein de ces groupes figurent certainement des chrétiens.

35Quel que soit le motif de constitution de ces groupes, le constat qui s’impose est celui de l’absence de lieux spécifiques à l’inhumation des chrétiens durant les premiers siècles de l’Église. Ces exemples archéologiques viennois font encore écho aux recherches historiographiques (Rebillard, 2003b) mais aussi aux textes antiques (Tertullien, Apologétique, XLII, 1-3), qui convergent vers l’idée d’une Église d’abord sans prescription pour le traitement des morts. Les chrétiens n’observent pas de gestes particuliers ni ne se séparent des autres groupes et les pratiques restent essentiellement dictées par les traditions locales.

36C’est postérieurement, dans le courant du ve siècle que s’opère une véritable rupture dans les pratiques, consécutivement à la déclaration du christianisme comme religion d’État puis l’interdiction des cultes païens, qui change la société dans nombre de ses aspects et opère une mutation profonde. Cela se transcrit inévitablement dans la topographie des lieux funéraires, liée à la nouvelle topographie des lieux de culte.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

I. Sources anciennes

Grégoire de Tours, Histoire des Francs, édité par E. Latouche, Paris, éd. Les Belles Lettres, 1963.

Sidoine Apollinaire, Lettres, VII, 1 (écrite en 473) et 17, Paris, éd. A. Loyen, Coll. les Belles Lettres, p. 31-78.

Tertullien, Apologétique, traduit du latin par J.P. Walting et A. Séveryns, Paris, éd. des Belles lettres, 1961.

Vita S. Clari, in : Bibliotheca hagiographica Latina antiquae et mediae aetatis, 1898-1901, Bruxelles, réimpression 1949, p. 55-56 (Subsidia hagiographica, 6).

Zosime, Histoire nouvelle, Texte établi et traduit par Fr. Paschoud, Paris, éd. des Belles Lettres.

II. Références bibliographiques

Adalian P., Piercecchi-Marti M.-D., Bourlière-Najean B., Panuel M., Dutour O., Leonetti G., 2002, « Nouvelle détermination de l’âge fœtal à partir de la diaphyse fémorale », Comptes rendus de l’Académie des Sciences - Sciences de la vie, 325, fasc. 6, p. 261-269.

Bello S., 2001, Taphonomie des restes humains : effet des processus de conservation du squelette sur les paramètres anthropologiques, Thèse de doctorat en Anthropologie biologique, Univ. degli studi di Firenze / Univ. de la Méditerranée Aix-Marseille II, Florence/Marseille, 315 p.

Blaizot F., 1998, « La reconnaissance des dispositifs en matière périssable et leur interprétation : exemples tardo-antique dans la Drôme et alto-médiéval en Seine-et-Marne », in : Dietrich A., Vertongen S. dir., Rencontre autour du cercueil, Compte-rendu de la journée d’étude organisée par le Groupe d’Anthropologie et d’Archéologie Funéraire en Île-de-France à Paris le 28 janvier 1997, Paris, AFAN/Service dép. de l’Archéologie du Val-d’Oise, p. 79-84 (GAAFIF, Bull. de liaison, n° spécial 2).

Blaizot F., 2008, « Réflexions sur la typologie des tombes à inhumation : restitution des dispositifs et interprétations chrono-culturelles », Archéologie médiévale, 38, p. 1-30.

Blaizot F. dir., 2009, Pratiques et espaces funéraires dans le centre et le Sud-Est de la Gaule durant l’Antiquité, Paris, éd. du CNRS, 383 p. (Gallia, 66.1).

Blaizot F., Alix G., Ferber E., 2003, « Le traitement funéraire des enfants décédés avant un an dans l’Antiquité : études de cas », Bull. et Mémoires de la Soc. d’Anthropologie de Paris, 15 (1-2), p. 51-77.

Bony R., 1986, « La double enceinte de Vienne au Moyen Âge », Bull. de la Soc. des Amis de Vienne, 81 (3-4), p. 67-70.

Brémond J., 1975, Arles, Nécropole du Jardin d’hiver – fouilles 1975 (30.06.75 – 24.12.75), Rapport de fouille, Arles, Archives du Musée dép. de l’Arles Antique, 13 p, 50 pl.

Brothwell D.R., 1981, Digging up bones : the excavation, treatment, and study of human skeletal remains, Londres, British Museum of Natural History (3ème éd.), 208 p.

Bruzek J., 2002, « A method for visual determination of sex, using the human hip bone », American Journal of Physical Anthropology, 117, p. 157-158.

Buchet L., 1996, Les habitants de la Gaule du ier au viiie siècle : apports de l’anthropologie physique, Mémoire pour l’habilitation à diriger les recherches, Univ. Paris I – Panthéon Sorbonne, Paris, 569 p.

Chapotat G., 1969a, « Chronique archéologique : un nouveau chantier de fouilles à Charavel », Bull. de la Soc. des Amis de Vienne, 65, p. 96-99.

Chapotat G., 1969b, Rapport annuel : la nécropole gallo-romaine de Charavel à Vienne, Vienne, Centre de Recherches et d’Études archéologiques 18 p., 11 fig.

Chapotat G., 1970, Rapport annuel : la nécropole gallo-romaine de Charavel à Vienne, Vienne, Centre de Recherches et d’Études archéologiques, 13 p., 8 fig.

Chapotat G., 1976, « Le problème des enceintes successives de Vienne depuis la conquête romaine jusqu’au Bas-Empire », Bull. de la Soc. des Amis de Vienne, 71-4, p. 7-30.

Chapotat G., 1978, « La nécropole gallo-romaine de Charavel à Vienne (Isère) », Nouvelles Archives du Muséum d’Histoire naturelle de Lyon, suppl. au fasc. 16, p. 35-43.

Chapotat G., Évin J., Méry A., Samuel E., 1971, « Archéologie, datation radiocarbone, anthropologie et paléobotanique dans la vallée moyenne du Rhône en amont de Vienne », Bull. mensuel de la Société linnéenne de Lyon, 10, p. 606-629.

Chevalier C., 2007, Les sites funéraires de Vienne antique : étude topographique, Mémoire de Master d’archéologie, Univ. de Paris I – Panthéon Sorbonne, 140 p, 54 fig.

Delomier C., Pont F., Savay-Guerraz S., 1997, Le couvent des Dames de Sainte-Colombe-lès-Vienne (Rhône), Rapport de l’opération préventive, Inrap, S.R.A. Rhône-Alpes, 42 p.

Duday H., 2005, « L’archéothanatologie ou l’archéologie de la mort », in : Dutour O., Hublin J.-J., Vandermeersch B. dir., Objets et méthodes en paléoanthropologie, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, p. 153-217 (Orientations et méthodes, 7).

Duday., H., Courtaud P Crubézy E., Sellier P., Tillier A.-M., 1990a, « L’anthropologie de terrain : reconnaissance et interprétation des gestes funéraires », Bull. et Mémoires de la Soc. d’Anthropologie de Paris, n.s. 2 (3-4), p. 29-49.

Duday H., Lambach F., Plouin S., 1990b, « Contribution de l’anthropologie de terrain à l’interprétation architecturale d’un ensemble funéraire », Les Nouvelles de l’Archéologie, 40, p. 15-18.

Dutour O., 1989, Les hommes fossiles du Sahara : peuplements holocènes du Mali septentrional, Paris, CNRS éd., 160 p.

Février P. A., Gauthier N., 1986, « Vienne (mise à jour de F. Descombes, 1974) », in : Biarne J., Colardelle R., Février P.A., Bonnet C., Descombes F., Gauthier N., Guyon J., Santschi C., Topographie chrétienne des cités de la Gaule, des origines au milieu du viii e  siècle. 3 : Provinces ecclésiastiques de Vienne et d’Arles (Viennensis et Alpes Graiae et Poeninae), Paris, de Boccard, p. 17-35.

Girard G., 2009, Vienne dans l’Antiquité tardive et au haut Moyen Âge : nouveau regard topographique, Mémoire de Master I d’Histoire et d’Archéologie des Mondes anciens, Univ. Lumière Lyon II, 117 p., 30 fig.

Granier G., 2008, « Recherches récentes sur le site de la place de l’Égalité (Sainte-Colombe, Rhône) : une fenêtre ouverte sur les pratiques funéraires de l’Antiquité tardive en Gaule », Socio-Anthropologie, 22-2008, ‘Archéo-anthropologie funéraire’, p. 23-37.

Granier G., 2011, Approche archéo-anthropologique des ensembles funéraires de l’Antiquité tardive : l’exemple des sites urbains de Vienne et Arles ( iiie-vie siècles), Thèse de doctorat en Anthropologie biologique, Univ. de la Méditerranée Aix-Marseille II, Marseille, 469 p.

Granier G., Helly B., Bizot B., Signoli M., 2011, « La population du site de la Place de l’Égalité à Sainte-Colombe (Rhône) : un cas archéologique de Collegia à vocation funéraire de l’Antiquité tardive ? », Bull. et Mémoires de la Soc. d’Anthropologie de Paris, 23, p. 152-175. DOI : 10.1007/s13219-010-0026-7, Online first : link.springer.com/article/10.1007%2Fs13219-010-0026-7#page-1

Heijmans M., 2004, Arles durant l’Antiquité tardive : de la Duplex Arelas à l’Urbs Genesii, Rome, École française de Rome, 448 p. (Coll. de l’École française de Rome, 324).

Helly B., 1995, « Sainte-Colombe, 2-4 rue Joubert », Bilan scientifique régional 1995, S.R.A. Rhône-Alpes, p. 164-165.

Helly B., 1999, Vienne, Place d’Arpôt, Fouille d’évaluation archéologique, S.R.A. Rhône-Alpes, 10 p.

Helly B., 2006, « Vienne : les quartiers de la rive droite, Saint-Romain-en-Gal et Sainte-Colombe (ve siècle av. J.-C./ iie siècle ap. J.-C.) », in : Faure-Brac O. dir., Le Rhône, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 99-100 (Carte archéologique de la Gaule, 69-1).

Helly B., Martin S., Gianola E., Genin M., 2002, Place d’Arpôt, Vienne (Isère), Document final de synthèse d’opération préventive de fouille d’évaluation archéologique, Inrap/S.R.A. Rhône-Alpes, 21 p.

Jannet-Vallat M., 1987, Saint-Georges-Saint-Pierre : bâtiments et nécropoles du ive siècle à la révolution française, Thèse de doctorat d’archéologie, Univ. de Provence Aix-Marseille I, Aix-en-Provence, 778 p.

Lagrand C., 1976, Arles, nécropole du Jardin d’Hiver, Fouilles 1975, Rapport de fouilles, Archives du Musée départemental de l’Arles antique, 71 p., 58 pl.

Lalys L., 2002, Biométrie radiologique de l’avant-bras et de la main, appliquée à l’estimation de l’âge des individus immatures, Thèse de doctorat en Anthropologie biologique, Univ. de la Méditerranée Aix-Marseille II, Marseille, 204 p.

Leblanc O., Savay-Guerraz H., 1993, « Chronologie de l’abandon du site de Saint-Romain-en-Gal (Rhône) », in : Fiches J.-L. dir., Le iiie siècle en Gaule Narbonnaise : données régionales sur la crise de l’Empire, Actes de la table ronde du GDR 54, Aix-en-Provence-La Baume, 15-16 sept. 1995, Sophia Antipolis, éd. A.P.D.C.A., p. 103-133.

Le Bot-Helly A., 1982, Sainte-Colombe 1982, Rapport de fouilles, S.R.A. Rhône-Alpes, 43 p.

Le Bot-Helly A., 1983, Sainte-Colombe 1983, Rapport de fouilles, S.R.A. Rhône-Alpes, 47 p.

Le Bot-Helly A., 1984, Sainte-Colombe 1984, Rapport de fouilles, S.R.A. Rhône-Alpes, 62 p.

Le Bot-Helly A., Helly B., 1985, Vienne, 1985 : la ZAC des Nymphéas, Rapport de fouilles, S.R.A. Rhône-Alpes, 27 p, 53 fig.

Le Bot-Helly A., Helly B., 1999, « Vienne : contraintes hydrologiques et aménagements des rives du Rhône : de la Komè allobroge à la ville du Haut-Empire », Gallia, t. 56, p. 71-79.

Le Bot-Helly A., Helly B., 2005, « Vienne : du village à la capitale de cité », in : Savay-Guerraz H. dir., Rencontres en Gaule romaine, Catalogue de l’exposition mai-octobre 2005, Musées gallo-romains de Lyon-Fourvière et Saint-Romain-en-Gal/Vienne, Lyon, éd. du Département du Rhône, p. 25-33.

Loriot X., Badel C. dir., 1993, Sources d’histoire romaine : ier siècle av. J.-C.-début du ve siècle apr. J.-C., Paris, éd. Larousse, 856 p.

Mayeur J.-M., Pietri C., Pietri L., Vauchez A., Venard M. dir., 1995, Histoire du Christianisme des origines à nos jours. Tome II : Naissance d’une Chrétienté (250-430), Paris, éd. Desclée, 1092 p.

Moorrees C.F.A., Fanning E.A., Hunt E.E., 1963a, « Formation and resomption of three deciduous teeth in children », American Journal of Physical Anthropology, 21, p. 205-213.

Moorrees C.F.A., Fanning E.A., Hunt E.E., 1963b, « Age variation of formation stages for ten permanent teeth », Journal of Dental Research, 42, p. 1490-1502.

Murail P., Bruzek J., Houët F., 2005, « DSP : un outil de diagnose sexuelle probabiliste à partir des données métriques de l’os coxal », Bull. et Mémoires de la Soc. d’Anthropologie de Paris, n.s. 17 (3-4), p. 167-176.

Ortner D. J., 2003, Identification of pathological disorders in human skeletal remains, San Diego (California), Elsevier Academic Press (2ème édition), 645 p.

Owings-Webb P.A., Suchey J.M., 1985, « Epiphyseal union of the anterior iliac crest and medial clavicle in a modern multiracial sample of american males and females », American Journal of Physical Anthropology, 68, p. 457-466.

Pálfi G., 1997, « Maladies dans l’Antiquité et au Moyen Âge : paléopathologie comparée des anciens Gallo-Romains et Hongrois », Bull. et Mémoires de la Soc. d’Anthropologie de Paris, n.s. 9 (1-2), p. 1-205.

Pelletier A., 1974, Vienne gallo-romaine au Bas-Empire : 275-468 après J.-C., Lyon, Bosc Frères, 197 p. (Bull. de la Soc. des Amis de Vienne, numéro spécial).

Prisset J.-L., Brissaud L., avec les contr. de Coqueugniot H., Courtaud P., Herrscher E., Leblanc O., Reboul J.-P., Rodet-Belarbi I., Savino V., Valentin F., 2009, L’aire funéraire des thermes des Lutteurs à Saint-Romain-en-Gal, Rapport de synthèse, Service archéologique du Musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal – Vienne, S.R.A. Rhône-Alpes, 5 vol. : 172 p., 297 fig., 26 dépl., 8 annexes.

Py M. dir., 1993, Dicocer : Dictionnaire des céramiques antiques ( viième s. av. n. è. - viième s. de n. è.) en Méditerranée nord-occidentale, Lattes, éd. de l’ARALO, 624 p. (Lattara, 6).

Ramspeck C., 2004, Les origines paléochrétiennes du site du couvent de Sainte-Colombe, Mémoire de DEA d’Archéologie médiévale, Univ. Lumière Lyon II, Lyon, 142 p.

Rebillard E., 1996, « Les areae carthaginoises (Tertullien, Ad Scapulam 3, 1) : cimetières communautaires ou enclos funéraires de chrétiens ? », Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, 108, p. 175-189.

Rebillard E., 2003a, Religion et sépulture : l’Église, les vivants et les morts dans l’Antiquité tardive, Paris, éd. de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 243 p.

Rebillard E., 2003b, « Groupes religieux et élection de sépulture dans l’Antiquité tardive », in : Belayche N., Mimouni S. C. dir., Les communautés religieuses dans le monde gréco-romain : essais de définition, Turnhout (Belgique), éd. Brepols, p. 259-277 (Bibliothèque de l’École des Hautes Études, 117).

Rebillard E., 2004, « Sépulture et construction de l’identité chrétienne aux iie et iiie siècles », Annali di Storia dell’Esegesi, 21, 2, p. 131-146.

Scheuer L., Black S., 2000, Developmental juvenile osteology, London, Elsevier Academic Press, 592 p.

Schmitt A., 2005, « Une nouvelle méthode pour estimer l’âge au décès des adultes à partir de la surface sacro-pelvienne iliaque », Bull. et Mémoires de la Soc. d’Anthropologie de Paris, n.s. 17 (1-2), p. 89-101.

Séguy I., Buchet L., Belaigues-Rossard M., Couvert N., Perraut C., 2006, « Des tables types de mortalité pour les populations pré-industrielles : présentations, discussion et application », in : Buchet L., Dauphin C., Séguy I. dir., La paléodémographie : mémoires d’os, mémoire d’hommes, Actes des 8èmes journées d’Anthropologie de Valbonne, 5-7 juin 2003, Antibes, éd. A.P.D.C.A., p. 303-321.

Sellier P., 1996, « La mise en évidence d’anomalies démographiques et leur interprétation : population, recrutement et pratiques funéraires du tumulus de Courtesoult », in : Piningre J.-F. dir., Nécropoles et sociétés au premier Âge du Fer : le tumulus de Courtesoult (Haute-Saône), Paris, éd. de la M.S.H., p. 188-202 (Documents d’Archéologie française, 54).

Sintès C., 1989, La nécropole de l’I.R.P.A. : note préliminaire au rapport d’opération, Musée de l’Arles et de la Provence antiques, 37 p.

Sintès C. dir., 1990, Carnets de fouilles d’une presqu’île, Catalogue de l’exposition de juin-octobre 1990 des salles romanes du cloître à Arles, 62 p. (Revue d’Arles, 2).

Steckel R.H., Rose J.C. éd., 2002, The backbone of history : health and nutrition in the western hemisphere, New York, Cambridge Univ. Press, 654 p.

Sundick R.I., 1978, « Human skeletal growth and age determination », Homo, XXIX, p. 228-249.

Terrer D., Lauxérois R., Robert R., Gaggadis-Robin V., Hermary A., Jockey P., Lavagne H., 2003, Recueil général des sculptures sur pierre de la Gaule : Vienne, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 253 p., 269 pl., 500 fig. (Coll. Nouvel Espérandieu, I).

Vicard T., Bonnet C., Franc O., Gisclon J.-L., 2004, Vienne, 15 rue Vimaine (38 Isère), D.F.S. de l’opération d’évaluation archéologique 26/04/2004-05/05/2004, Inrap, S.R.A. Rhône-Alpes, 36 p.

Waldron T., 2009, Palaeopathology, New York, Cambridge Univ. Press, 279 p.

Zannettacci M., 1992, Notre-Dame-d’Outre-Gère, Rapport de fouille, S.R.A. Rhône-Alpes, 250 p.

*

Notes

1 Cette diagnose secondaire a été effectuée grâce à une méthode originale basée sur l’examen de la largeur bicondylienne du fémur. Cet outil, élaboré à partir des restes ostéo-archéologiques de contextes géographiques et chronologiques différents, parmi lesquels les séries viennoises, est en cours de publication.

2 Ces datations ont été réalisées par le Centre de Datation par le Radiocarbone (Université Claude Bernard Lyon I), avec le soutien financier du S.R.A. Rhône-Alpes et du Conseil général de l’Isère.

3 Une étude en cours s’attache à rassembler et analyser, comparativement aux données archéologiques, les textes grecs et latins mentionnant Vienne. Cette étude des textes antiques viennois est dirigée par G. Lucas et B. Helly. Ce vaste programme entreprend la traduction et l’analyse des documents à la lumière des connaissances archéologiques.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Cartes de répartition des provinces civiles de la Gaule et de leur évolution au cours de l’Antiquité (auteur G. Granier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4372/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 2. Plan schématique des axes de circulation connus desservant la ville de Vienna durant l’Antiquité (auteur G. Granier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4372/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig. 3. Plans de l’évolution de l’extension de l’espace urbain de Vienna, des origines au ive siècle de notre ère (auteur G. Granier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4372/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 546k
Légende Fig. 4. Vienne : topographie des nécropoles connues pour le Haut-Empire, par rapport à l’extension urbaine (auteur G. Granier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4372/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 5. Vienne : topographie des nécropoles connues pour l’Antiquité tardive, par rapport à l’extension urbaine (auteur G. Granier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4372/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Légende Fig. 6. Vienne : répartition graphique des sites en fonction de la chronologie d’utilisation (auteur G. Granier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4372/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Fig. 7. Vienne : évolution de l’utilisation des différents types de contenants entre la période 1 (fin iiie-ive siècles) et la période 2 ( ve-vie siècles). Nous présentons ici les types les plus courants en pourcentages, établis sur le total des cas déterminés (auteur G. Granier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4372/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Légende Fig. 8. Vienne : évolution de la topographie funéraire de Vienna du ier au vi e  siècle de notre ère (auteur G. Granier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4372/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Légende Fig. 9. Vienne : comparaison de la répartition des sujets adultes en fonction du sexe, observée sur le site de la Place de l’Égalité par rapport à la répartition globale à l’échelle du corpus (auteur G. Granier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4372/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Fig. 10. Vienne : exemple d’histogramme de répartition des sujets immatures dans les différentes classes d’âge en fonction de l’âge au décès : la Place de l’Égalité (en %) (auteur : G. Granier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4372/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Fig. 11. Vienne : histogramme de répartition des sujets adultes dans les différentes classes d’âge en fonction de l’âge au décès (en %) (auteur : G. Granier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4372/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

Auteurs

© ARTEHIS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search