Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, II

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Michel Kasprzyk
, 
Bérengère Fort

Thème n° 1. Nécropoles de l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule

Bilan sur les nécropoles du Bas-Empire en Franche-Comté

Lydie Joan

Résumé

Sur les 94 sites funéraires antiques recensés en Franche-Comté, vingt et un seulement concernent le Bas-Empire. Malgré la faiblesse du corpus et des données anciennes, la comparaison entre ces quelques sites et ceux du Haut-Empire permet déjà de proposer quelques réflexions quant à l’évolution des rites funéraires. Les offrandes démontrent l’existence de deux rites funéraires assez répandus : le repas destiné au défunt et le dépôt de monnaie. De prime abord, en Franche-Comté, les offrandes funéraires des sépultures à incinération semblent nettement plus variées que celles découvertes dans les inhumations du Bas-Empire. Faut-il y voir une épuration du rituel funéraire ? Ce dernier semble dorénavant être centré sur les éléments indispensables, la vaisselle destinée à contenir le repas viatique, parfois réduite au strict minimum, et le dépôt de monnaie.

Texte intégral

1Si depuis 2002, un programme collectif de recherche pluridisciplinaire est engagé sur les sites de hauteur de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge dans le département du Jura (Gandel et alii, 2008) et a stimulé les études sur l’habitat, les sites funéraires du Bas-Empire sont encore peu représentés en Franche-Comté.

2Sur les 94 sites funéraires antiques recensés en Franche-Comté (Joan, 2003), vingt et un seulement ont été intégrés dans cette période chronologique (fig. 1) :

  • Doubs : Besançon (six sites) ; Mandeure (quatre sites) ; Saint-Vit ; Thoraise ;
  • Haute-Saône : Beaujeu-Saint-Vallier-Pierrejux-Quitteur ; Mantoche ;
  • Jura : Audelange ; Choisey ; Monnet-la-Ville ; Poligny ; Vannoz, Pannessières ; Tavaux/Menelet-sud.

3Outre la difficulté liée au peu de données, la qualité de la documentation est le second frein à cette étude. En effet, les découvertes ou les fouilles de sépultures ont été principalement réalisées antérieurement à la seconde moitié du xxe siècle (dix cas). Or les recherches anciennes ne fournissent que peu d’informations en raison de nombreuses lacunes (dispersion des ensembles mobiliers, absence de plans et de notes des fouilleurs...). Aussi la présentation uniforme des assemblages mobiliers pour chaque site est-elle impossible. Peu de sites ont été fouillés durant ces 30 dernières années (deux cas). La fouille la plus récente (1996-1999) est celle de la nécropole de Poligny, dans le Jura, dont les données sont en cours d’étude. Aussi ne fera-t-elle partie de cette présentation que très ponctuellement.

Fig. 1. Carte des sites funéraires du Bas-Empire en Franche-Comté (L. Joan).

4Cet article a pour première vocation de rassembler des données dispersées. Toutefois aussi maigres soient-elles, quelques constatations et quelques pistes de réflexion peuvent cependant être proposées. Mais nous insistons sur la limite de cette synthèse qui devra être renouvelée après la publication des données de Poligny et, espérons-le, avec celles de futures découvertes.

I. Corpus des sites

I.1. Les nécropoles urbaines (villes et agglomérations)

Besançon (Doubs)

5Parmi les sept nécropoles découvertes à Besançon (fig. 2), six pourraient être rattachées au Bas-Empire. Toutefois, en ce qui concerne les trois grandes nécropoles urbaines que sont celles du « Champ Noir », de « la Viotte » et de « Port Joint/Bregille », il ne s’agit aujourd’hui que de présomptions qui ne sont pas étayées par une documentation archéologique fiable. En ce qui concerne les trois cimetières propres au Bas-Empire, seul celui de Saint-Ferjeux permet de confirmer la présence de sépultures de cette période.

6Selon un texte précarolingien, repris par les Acta Sanctorum, l’évêque Aignan aurait fait construire une basilique vers 370 sur l’emplacement de la sépulture des martyrs saint Ferréol et saint Ferjeux (270-275) (Odouze, 1988, p. 59). Une zone funéraire a pu être attestée par P.-F. Chifflet à cet endroit lors de la restauration de l’église, en 1627, avec la découverte du sarcophage avec épitaphe (C.I.L., XIII, 5391). Les découvertes se sont succédé autour de l’église ou en périphérie :

  • en 1684, « Près du grand chemin », le sarcophage de Caesonia Donata (C.I.L. XIII, 5386) (fig. 3) ;
  • en 1789, un cercueil de plomb contenant encore un squelette, exhumé à quelques mètres de l’église ;
  • en 1823, engagé encore partiellement dans le mur de l’église, un sarcophage avec inscription (C.I.L., XIII, 5383) ;
  • en 1865, au lieu-dit « le Champ des Saints », un sarcophage ;
  • en 1876, dans la caserne d’artillerie Brun, un dernier sarcophage livre une sépulture gallo-romaine tardive (petit flacon en verre au pied du défunt) entourée d’un cercle de pierres (Jeannin, 1992, p. 31).

7Un cimetière est situé autour de la basilique du ive siècle attachée à Saint-Pierre localisée à l’intérieur de la boucle du Doubs (Lerat, 1964, p. 154-155, repris par Guilhot, Goy, 1990, p. 27). Une opération archéologique dirigée par Y. Jeannin, sur la place Saint-Pierre, a mis en évidence, à 2 m de profondeur, des coffres funéraires en moellons maçonnés et des sarcophages, mais ils sont datés du haut Moyen Âge (Gallia, 1976, p. 413).

8Enfin un cimetière du Bas-Empire, autour de la chapelle Saint-Laurent, au débouché du pont romain (place Jouffroy), a été évoqué par C. Goy et J.-O. Guilhot et ce en raison du vocable (Guilhot, Goy, 1990, p. 27).

Mandeure (Doubs)

9Des inhumations pourraient être de l’Antiquité tardive, mais les données sont très lacunaires pour assurer cette datation :

  • deux sarcophages, découverts en 1880, par Parrot au lieu-dit « En Coudroie » (Bouchey, 1862, p. 167 ; Pétrequin, Odouze, 1967, p. 179) ;
  • une trentaine d’inhumations dont certaines étaient encadrées de dalles calcaires, dans la Grande Rue (ibid., p. 179).

I.2. Les nécropoles mixtes rurales

Beaujeau-Saint-Vallier-Pierrejux-Quitteur (Haute-Saône)

10Fouilles de V. Halley en 1859 et 1861 et fouilles de la Société grayloise d’Émulation en 1899-1900.

11Cette nécropole d’un hectare présente une juxtaposition d’espaces funéraires fermés protégeant des sépultures de différentes époques. Des tombes plus modestes ont été relevées également en dehors de ces enclos. Ce site connaît peut-être une première vocation funéraire au Néolithique (tombes avec des défenses de sangliers, des bois de cerf, des couteaux et des pointes de flèches en silex) (Halley, 1862, p. 97-101 ; Thévenin, 1968, p. 21-22). La présence de deux haches à douille de La Tène III découvertes dans le « tumulus » fouillé en 1859, et celle de tombes à armes avec des monnaies gauloises pourraient indiquer une implantation de la nécropole dès cette période. L’utilisation de ce site est assurée en ce qui concerne la période antique pour les ier et iie siècles (fibules, monnaies), voire au iiie et le ive siècle par les monnaies si ces dernières proviennent bien de tombes gallo-romaines et non mérovingiennes.

Fig. 2. Les nécropoles de Besançon (L. Joan).

Fig. 3. Sarcophage de Saint-Fergeux, Besançon ( Lerat , 1964, p. 138, fig. 46 d’après F.-I. Dunod de Charnage).

Fig. 4. Sarcophage de Mantoche. Dessin de Ch. Dodeller, d’après Walter , 1974, pl. LIV.

12Bibliographie : Halley, 1861, p. 147-152 et 1862, p. 97-118, pl. A ; Gevrey, 1862, p. 125-150 ; Petitclerc, 1880, p. 28, 29, 31 ; Pothelet, 1901, p. 163-164 ; Bertin, 1901, p. 75-76 ; Thévenin, 1968, p. 20-23 ; Galliet, 1982, p. 17-21 ; Labre, Bonvalot, 1986, p. 237 ; Faure-brac, 2002, p. 114-118, no 58, fig. 68-73 ; Joan, 2003.

Mantoche (Haute-Saône)

13Terrassements effectués pour la réalisation d’un canal en 1837. Fouilles par Maître Virot, notaire à Mantoche après 1846 ; par les frères Fourney en 1897 ; par Gasser en 1900, 1912 et 1913. Au lieu-dit « À la Vierge », une nécropole a été occupée de l’époque antique jusqu’à l’époque carolingienne. Des fragments d’architecture et de sculptures (masque théâtral de tragédie : pleureur, flambeau, partie inférieure de jambe, frise, socle et corniche) trouvés à proximité d’un sarcophage du ive siècle (Bonvalot et alii, 1994, p. 119) (fig. 4) indiqueraient la présence d’un mausolée (ibid., p. 119). Dans le sarcophage ont été découverts trois squelettes (deux adultes et un enfant) ; un « fer de lance » et trois vases en verre (balsamaire, flacon sphérique, gobelet à pied, les deux derniers étant au pied des squelettes). Outre des incinérations du Haut-Empire, des inhumations orientées sud-ouest (tête)/nord-est (pieds) ont été fouillées, en 1846, et ont livré de la vaisselle typique des iiie et ive siècles (céramique de type gobelet métallescent à dépression ; gobelet à panse bulbeuse à engobe rouge décoré à la barbotine avec décor de demi-cercles ou en épingle ; verre de type 106b de Isings, bouteille de type 101). L’élément le plus remarquable est un tonnelet en verre (fig. 5) de type Morin-Jean 134. Ce type de verrerie se rencontre surtout dans une aire limitée : Trèves, Boulogne, Amiens et Cologne (Arveiller-Dulong, 1985, p. 139). Il était sur ce site associé à « une coupe rose pâle autrefois recouverte d’un engobe rouge qui a disparu en partie et percée d’un trou dans la partie inférieure [qui] servait d’entonnoir pour introduire du liquide dans le tonnelet à sa partie supérieure duquel elle s’adapte parfaitement » (Drioton, 1921, p. 135). En 1897, une série d’inhumations en pleine terre sans mobilier fut découverte.

Fig. 5. Mantoche. Tonnelet en verre ( Gasser , 1901, pl. XXIV.

14Bibliographie : Marnotte, 1847a, p. 99 ; Virot, 1887, p. 345-346 ; Gasser, 1898, p. 91-92 ; 1901, p. 240-242 et 268-269 ; 1904, p. 116-118 ; Drioton, 1921, p. 135 ; Lebel, 1962, p. 150-151 ; Walter, 1974, p. 130-131, n ° 165 et 166 ; Bonvalot et alii, 1994, p. 119 ; Faure-Brac, 2002 ; Joan, 2003.

Poligny (Jura)

15Prospection aérienne de G. Chouquer ; diagnostic en 1996 sous la direction de Chr. Card ; en 1997, une évaluation sous la direction d’O. Simonin ; fouilles programmées entre 1998 et 1999 sous la direction d’O. Simonin.

16Au sud d’un ensemble funéraire constitué de trois mausolées-temples protégés par une enceinte et d’un édicule, une nécropole mixte s’est développée. Elle se compose de huit incinérations des iie et iiie siècles ainsi que de soixante et une inhumations (Simonin, in : Rothé, 2001, p. 570 ; Simonin, 2014) du ive siècle (fig. 6). Une organisation en rangées des inhumations peut se distinguer dans les parties est et nord de ce secteur où les tombes sont orientées est-ouest. Mais si certaines tombes à inhumations sont bien séparées par un espace d’un ou deux mètres, d’autres orientées nord-est / sud-ouest se recoupent entre elles ou recoupent les inhumations orientées est-ouest.

17Le petit nombre d’incinérations s’explique par la forte érosion du terrain et surtout des recoupements postérieurs. Les tombes à inhumation ont livré un ensemble de vaisselle de verre et de céramique qui atteste la continuité des offrandes alimentaires.

18Bibliographie : Card et alii, 1996 ; Simonin, 1997a ; 1997b ; 1998 ; Simonin, in Rothé, 2001, p. 569-570, n ° 12, fig. 375 ; Joan, 2003.

Fig. 6. Plan de la nécropole de Poligny (O. Simonin in : Rothé, 2001, p. 569-570).

Fig. 7. Céramiques d’Audelange ( Castan , 1857).

I.3. Les nécropoles à inhumation rurales du Bas-Empire

Audelange (Jura)

19Environ soixante tombes furent détruites lors de travaux liés à l’établissement de la voie ferrée en 1857. Selon Castan, les sépultures étaient espacées les unes des autres de deux mètres. Les corps étaient déposés à même le sol, la tête tournée vers l’orient. Dans la majorité des tombes, l’individu inhumé était couché sur le dos. Le mobilier contenu dans ces sépultures était peu abondant. Les tombes les plus modestes mais les plus nombreuses contenaient uniquement une céramique toujours placée à droite de la tête. Une minorité renfermait deux à trois vases de céramique ou de verre (fig. 7). L’obole à Charon ne fut respectée que dans très peu de tombes (seules quatre monnaies romaines ont été découvertes : une monnaie de Domitien, deux d’Antonin et une de Constantin II). Une clé fut également trouvée dans l’une de ces tombes. La récupération de certains objets intacts ou quasi intacts (vingt-trois vases de céramique, trois verreries et trois monnaies) fut effectuée par E. Delacroix et J. Vuilleret en 1857, et cela malgré la destruction massive du site. Il est désormais impossible de resituer les offrandes propres à chacune des sépultures. Cette nécropole est datée, par son mobilier, du ive siècle de notre ère.

20Bibliographie : Marquiset, 1842 (rééd. 1992), p. 367 ; Rousset, 1853, p. 110 ; Monnier, 1855, p. 135 ; Castan, 1857, p. 316 et 339 ; Girard, 1887, p. 67 ; Feuvrier, Brune, 1920, p. 117 ; Lerat, Millotte, 1967, p. 61 ; Nouvelle Revue franc-comtoise, 1968, 22ème année, t. IX, fasc. 1, p. 51 ; Lerat, 1972, p. 442 ; Walter, 1974, p. 31 ; Pétrequin, Odouze, 1968, p. 255-256 ; Koltes, 1982, p. 55, no 151, p. 56, no 155, p. 57, no 158 ; Comte, 1997, p. 37 ; Joan, 1997, I, p. 19-25 ; Rothé, 2001, p. 217-218, no 3, fig. 21 ; Joan, 2003.

Choisey (Jura)

21En 1964, lors de la plantation d’un verger, M. Millon découvrit des ossements, des céramiques et des éléments de parure. Une fouille de sauvetage fut alors entreprise de 1964 à 1966 par M. Bourgeois-Lechartier.

22Quinze tombes à inhumation furent mises au jour. Les corps étaient ceux d’adultes des deux sexes et d’enfants. Ils étaient en général en position de décubitus dorsal, les avant-bras ramenés sur le pubis ou allongés le long du corps. Ces tombes contenaient toutes du mobilier, notamment des céramiques, de la verrerie, des bijoux et des monnaies. Certaines d’entre elles contenaient également des offrandes alimentaires (faune dans les coupes de la sépulture 4 et directement déposé dans la sépulture 6) ou/et l’obole à Charon. L’ensemble du mobilier est restituable à chacune des tombes (céramiques, verrerie et monnaies, faune) et permet de dater ces sépultures de la deuxième moitié du ive siècle de notre ère.

23Bibliographie : Bourgeois-Lechartier, 1964, 1965 ; Inventaire du Musée de Dole, Archives du Musée de Dole ; Gallia, 1966, p. 372-373, pl. 46-47 ; Lerat, Millotte, 1967, p. 61-62, fig. 36 ; Walter, 1974, p. 31, note 31 ; Comte, 1997, p. 39 ; Joan, 1997, I, p. 52-67, fig. 52-67 ; Rothé, 2001, p. 313, no 21 ; Joan, 2003.

Thoraise (Doubs)

24Au lieu-dit Surette, la réalisation d’une sablière dans la terrasse fluviale a permis de mettre au jour un important cimetière à inhumation gallo-romain (ive siècle) en 1880.

25Une cinquantaine de tombes a été recensée. Les sépultures s’organisaient selon un plan régulier en rangées parallèles espacées entre elles de 2 à 3 m. Chaque rangée se composait de cinq ou six fosses orientées nord-ouest (pied)/sud-est, creusées à 55 cm de profondeur, espacées de 1 à 2 m. Dix d’entre elles firent l’objet de fouilles réalisées par J. Gauthier. Elles ont livré chacune des fragments de bois adhérant à des clous (inhumations en cercueil) et deux à quatre vases (en terre ou en verre) destinés à recevoir le repas viatique, disposés à la tête (offrandes liquides), et aux pieds (offrandes solides, dont un reste de volaille et une tête « d’écureuil »). Au total, ont été trouvés dix vases en verre de cinq types, une ampoule à purusa en forme de pomme de pin, trente bols à pied (diam. 8-15 cm ; haut. 4 à 7 cm), trois à quatre assiettes (diam. 20-21 cm), une bouteille, un gobelet à dépression. En ce qui concerne le matériel métallique, on compte seize ou dix-huit bracelets en bronze, ouverts ou fermés, trois bagues dont deux portent un chaton, un disque en bronze concave (miroir ?), une fibule en bronze, des fragments d’un plat d’étain. On a découvert, dans une même tombe, neuf monnaies dont trois as (de Tibère [R/autel de Lyon], de Nerva [percé d’un trou] et de Faustine II) et six monnaies de Constantin II.

26Bibliographie : Gauthier, 1880, p. 2-12 ; Joan, 2003.

Vannoz (Jura)

27Fouille en 1966 du docteur Mercier. Cette nécropole contenait au moins treize sépultures pour quinze individus. Deux tombes renfermaient un adulte, douze un enfant et une, un adulte entouré de deux enfants. Les fosses étaient creusées dans le sable, puis remplies par du sable à peine plus foncé. Le long des parois de ces fosses il fut remarqué la présence de galets. Aucune règle dans l’orientation des tombes n’est apparue. Ainsi, sept tombes étaient orientées sud-ouest/nord-est, quatre sud-sud-ouest/nord-nord-est et une ouest-sud-ouest/est-nord-est. Ces sépultures possédaient peu de matériel. Seul un bracelet de bronze (tige de 2 mm enroulée deux fois et demi sur elle-même ayant un diamètre de 42 mm) fut trouvé en place au niveau de l’avant-bras droit d’un enfant. On repéra un dépôt alimentaire (os d’animaux brulés) au niveau de l’extrémité supérieure du fémur droit du même enfant. Le reste du mobilier fut trouvé lors du décapage : une bague, une perle en pâte de verre bleu avec adjonction de pâte blanche formant un décor en spirale, le ressort d’une fibule en fer du type en arbalète, des clous en fer, des fragments de tôle de bronze, des fragments de bronze estampé, des tessons de poterie et un fragment de tubulure. Le cimetière fut daté du Bas-Empire par le docteur Mercier en raison du peu de mobilier, du manque de régularité des orientations et de l’absence d’incinération.

28Bibliographie : Mercier, Rolland, 1974.

I.4. Les nécropoles à inhumation de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge

Monnet-la-Ville (Jura)

29Fouilles docteur Mercier, 1965 et 1968. Cette nécropole datée de la fin du ive siècle au viie siècle a livré 222 tombes à inhumation et trois incinérations. Dix-sept inhumations sont du Bas-Empire (B 20, B 25, 138, 139, 11, 140, 145, 157, 170, 158, 168, 167, 171, 174, 181, 180, 166). Elles avaient une forme rectangulaire aux angles arrondis. Ces fosses se rétrécissaient d’une vingtaine de centimètres dans le fond. Les sépultures du Bas-Empire étaient orientées nord-sud et sans ordre, contrairement aux tombes burgondes orientées est-ouest et placées par rangées. Les fosses étaient ensuite remplies d’humus qui semblait, selon le docteur Mercier, provenir d’un autre site (Mercier, Mercier-Rolland, 1974, p. 14). Les tombes gallo-romaines contenaient des corps en position dorsale, les têtes à peine relevées. Celles-ci pouvaient être placées à l’une comme à l’autre extrémité de la fosse (douze au nord, quatre au sud et une orientation incertaine, faute d’ossements en place). A contrario, les têtes des Burgondes, indéniablement relevées, étaient toujours placées à l’ouest.

30Des femmes étaient inhumées dans les tombes 138 et 166, un adolescent dans la tombe 140, un adulte dans la tombe 145 et un jeune enfant dans la tombe 168. Certains défunts gallo-romains portaient des chaussures à semelles cloutées (clous de fer à tête ronde sous la plante des pieds, dans les sépultures 138, 139, 158, 167, 170). Les semelles en bois ou en cuir avaient disparu, mais la rouille qui les avait imprégnées formait un plan, ce qui avait maintenu les pieds en rectitude. La rouille avait parfois conservé des fragments de tissus qui recouvraient la semelle des chaussures. En raison de sa situation sous la chaussure, le docteur Mercier interprète ces fragments de tissus comme un linceul (Mercier, 1974, p. 47). Neuf sépultures de l’Antiquité tardive livrèrent du mobilier, mais seule la sépulture 166 livra un flacon de verre (Isings 101) et un bol en sigillée (au niveau de l’humérus gauche). Une seule monnaie est mentionnée : un silique de Jovin dans la sépulture 145.

31Bibliographie : Mercier, Mercier-Rolland, 1974.

Saint-Vit (Jura)

32Opération de sauvetage, J.-L. Odouze, en avril 1971. Au lieu-dit « la Corvée du Roset », 130 sépultures du Bas-Empire et du haut Moyen Âge (ive-vie siècles) ont été étudiées. Disposées sur une douzaine de rangées et orientées grossièrement est-ouest, ces tombes étaient creusées dans les graviers alluvionnaires. Si des traces de planches de cercueil ont pu être observées, ces tombes ne contenaient ni armes ni céramique mais de nombreuses boucles de ceinture très simples en fer, quelques-unes en bronze, parfois argentées et trois plaques-boucles, des bracelets de bronze, des bagues, des boucles d’oreille, des perles.

33Bibliographie : Gallia, 1972, p. 431, fig. 24 ; Odouze, 1998, p. 123 ; Joan, 2003.

I.5. Les incinérations du bas-empire

Pannessières (Jura)

34Fouilles J.-L. Odouze, 1961-1969. Deux pièces de la villa romaine de Pannessières ont livré une incinération (S1 et S2). La première (S1) reposait sur un sol en béton. Elle contenait un vase ossuaire commun à gros dégraissant, deux bracelets et une monnaie d’Aurélien. La seconde contenait un couteau (lame en fer avec manche en os) et cinq monnaies dont une de Valentinien, une de Maxime et une de Théodose. Ces incinérations sont datées du ive siècle.

35Bibliographie : Gallia, 1968, p. 465 ; Roulière-Lambert, Odouze, 1992, p. 107 ; Rothé, 2001, p. 550, no 7 ; Joan, 2003, t. III, p. 112.

Tavaux (Jura)

36Fouilles préventives G. Sandoz, 1995. Deux fosses de résidus de crémation (?). La première fosse (A 113) de forme ovoïde (L. : 1 m ; l. : 0,50 m ; pf. : 0,08 m) contenait deux nummi. La seconde fosse (A 70) de forme presque rectangulaire (L. : 1,75 m ; l. : 1 m ; pf. : 0,50 m) contenait des ossements brulés ou non dont de la faune (porc, bœuf, gallinacés), treize escargots, une ramure de bois de cerf, onze fragment de céramique de trois individus non identifiables, un fragment de gobelet en verre, treize monnaies dont huit nummi et un as, un fragment de tôle de bronze (vestige d’un clou à bossette) et une plaque-boucle militaire datée des ive et ve siècles (identification J.-P. Mazimann). L’ensemble avait été contenu dans un coffre en bois (trace du coffre, clou, plaque d’applique en bronze).

37Bibliographie : Sandoz, 1995 ; Rothé, 2001, p. 691, no 22 ; Joan, 2003, t. III, p. 155-157.

II. Synthèse

II.1. Le plan des nécropoles

38La description des tombes du Bas-Empire se bornant essentiellement à la description des objets, il est impossible d’étudier de manière définitive la disposition des sépultures dans les nécropoles. Les fosses ne suivent pas une seule et unique orientation et cela parfois à l’intérieur d’une même nécropole (Vannoz). Lorsque l’orientation était la même pour toutes les tombes, comme dans la nécropole de Monnet-la-Ville, la tête du défunt pouvait reposer à l’une comme à l’autre extrémité de la fosse. Aucune règle concernant l’orientation des corps ne semble donc se détacher. On remarque simplement une organisation relativement régulière en rangées parallèles dans les sites les mieux décrits (Audelange : est-ouest ? Thoraise : nord-ouest/sud-ouest ; Monnet-la-Ville : est-ouest ; Poligny : est-ouest et nord-est/sud-ouest).

II.2. La typologie des tombes

39De nombreuses tombes gallo-romaines en « pleine terre » ont été signalées (Doubs : Mandeure, Haute-Saône : Beaujeau, Jura : Choisey, Monnet-la-Ville, Vannoz, Grozon). Il faut néanmoins rester très vigilant quant au nombre réel de ces tombes. En effet, si seuls des cercueils ou des coffrages de bois sont formellement reconnus sur la nécropole de Poligny (information O. Simonin), l’indication de clous et de bois décomposé pourrait signifier la présence de ce type d’appareil funéraire dans les nécropoles de Besançon « La Viotte », Thoraise « La Surette », Choisey (sépultures 1 et 11), Saint-Vit « La Corvée du Roset ». Quelques sarcophages de pierre (Besançon « Saint-Ferjeux » ; Mantoche « À la Vierge ») ou de plomb (Besançon « Bregille-avenue Fontaine Argent ») sont indéniablement antiques.

II.3. La position du corps

40Comme l’a souligné F. Blaizot, la position du corps dans l’Antiquité tardive est très stéréotypée (Blaizot dir., 2009, p. 37). La majorité des corps inhumés découverts pour cette période en Franche-Comté étaient en décubitus dorsal, c’est-à-dire allongés sur le dos, les bras le long du corps (Choisey, sépultures 8, 10, 12, 13 ; Vannoz) ou croisés sur la poitrine (Choisey, sépulture 11). Il arrive parfois que seul un bras soit replié sur le torse (le droit : Choisey, sépultures 4, 5 ; le gauche : Choisey, sépulture 7) ou que les mains soient jointes sur le bassin (Vannoz). Si la position du corps des adultes suit ce schéma sur le site funéraire de Vannoz, il faut cependant noter que les enfants avaient les jambes et les bras repliés. Seule une tombe à inhumation contenait plusieurs corps (Vannoz, fosse no 7). Il s’agissait de la tombe de deux enfants disposés de part et d’autre d’un adulte.

II.4. Le traitement du défunt

41Dans certaines tombes de la nécropole de Monnet-la-Ville (sépultures 138, 139, 158, 167, 170), des petits clous de fer à tête ronde employés pour les semelles de chaussures ont été découverts sous la plante des pieds des inhumés. Bien que les semelles de bois ou de cuir aient disparu, leurs traces étaient conservées par une couche de rouille qui avait maintenu en position verticale les pieds des défunts chaussés. Cette rouille avait parfois conservé de petits morceaux de tissus. Le fait de les retrouver sous les chaussures laisserait supposer que l’ensevelissement dans un linceul était pratiqué (Mercier 1974, Mercier-Rolland, p. 47), à défaut de cercueil.

42Si aucune trace de vêtement n’a pu être relevée dans les sépultures gallo-romaines de Franche-Comté, des éléments de parure, au contraire, y ont été découverts (fibules sur les sites de Choisey et Thoraise, Doubs). Une épingle à cheveux décorée de perles fut retrouvée sous un crâne (Choisey, sépulture 7). La disposition des bagues (Thoraise, Vaire-Arcier), des colliers et des bracelets de perles ainsi que des bracelets de fer ou de bronze trouvés dans différentes tombes (Jura : Choisey, Monnet-la-Ville, Vannoz ; Doubs : Thoraise, Vaire-Arcier) montre qu’il s’agissait bien de bijoux portés par le défunt et non d’offrandes déposées près de lui.

II.5. Les offrandes funéraires

43Dans les tombes à inhumation gallo-romaines, le matériel funéraire (sauf les éléments de parure) a toujours été retrouvé placé autour du défunt. Il s’agirait donc d’offrandes effectuées au cours des funérailles. À l’image des tombes du Bas-Empire du nord de la Gaule et de Belgique, ce matériel se retrouvait essentiellement à la tête et aux pieds du défunt. Ces dépôts étaient essentiellement de deux types : les offrandes de vases contenant ou non des traces d’aliments et les monnaies. Faute de détails nous ne pouvons travailler sur la position d’origine dans ou sur la fosse.

44Les assiettes, les plats, les coupes et les bols utilisés dans les tombes à inhumation de Franche-Comté sont des vases généralement en céramique (un seul plat d’« étain » à Thoraise). Dans certains de ces récipients, des dépôts alimentaires, sous forme d’amas osseux, ont été parfois retrouvés (Choisey, sépultures 2, 3, 4, 5 ; Thoraise). Il s’agit avant tout de céramiques communes, avec ou sans engobe, vraisemblablement issues d’ateliers locaux. Mais seules les céramiques de la nécropole d’Audelange présentent une certaine homogénéité (série de céramiques à pâte jaune-orangé et à engobe rouge-orangé). Certains vases sont en céramique métallescente (Thoraise, Choisey) ou en sigillée (Thoraise, Blye, Audelange, Choisey) qui proviennent d’ateliers du Rhin. Comme pour les vases destinés à recevoir des liquides, aucune règle n’a pu être mise en évidence pour le choix du dépôt. Le nombre et les formes de ces céramiques peuvent varier d’une tombe à l’autre. Si dans les cimetières de Choisey et de Monnet-la-Ville, les formes à liquides semblent toujours être accompagnées de vases utilisés pour la présentation des mets, l’échantillonnage des tombes étant trop restreint, il est impossible de généraliser ce fait à l’ensemble des inhumations. Toutefois, on peut remarquer que les vases destinés à recevoir des aliments solides sont parfois seuls à être déposés dans la tombe (Choisey, sépulture 4, 13).

45Les vases en verre déposés dans les tombes à inhumation sont, sans la moindre exception, destinés à recevoir des liquides alimentaires. Ce type de mobilier, même s’il est peu abondant, est relativement varié dans ses formes. Ainsi découvre-t-on près des corps inhumés une carafe de type Isings 120b (Choisey, sépulture 3), des bouteilles de type Isings 104a (Audelange) ou de type Isings 101 (Blye ; Monnet-la-Ville, sépulture 166) et des gobelets ou verres de type Isings 96 (Audelange), de type Isings 106 (Blye ; Audelange ; Choisey, sépulture 1) et de type Isings 109 (Choisey, sépulture 2). Des pichets, des cruches et des gobelets de céramique commune ou à paroi fine ont été également employés pour cet usage (Doubs : Thoraise ; Jura : Audelange, Choisey, sépultures 1, 5, 6, 8, 10, 11, 12, 14, 15).

Fig. 8. Les monnaies en contexte funéraire (L. Joan).

46Deux de ces récipients détonnent dans de cette série. Il s’agit de la carafe de type Isings 120b qui se rencontre surtout en milieu funéraire et de la cruche présentant un décor à l’éponge (Audelange). Si les vases de verre peuvent provenir d’ateliers de Rhénanie (Arveiller-Dulong, 1985), les céramiques semblent être, quant à elles, issues d’ateliers locaux. Seule la cruche au décor à l’éponge proviendrait de l’ouest de la Gaule ou de l’Essonne. La logique du repas voudrait que les verres accompagnent les contenants de présentation que sont les bouteilles, les cruches et les pichets. Or, les sépultures des nécropoles de Choisey et de Monnet-la-Ville démontrent qu’aucune règle précise ne gère le dépôt de ces vases. Ainsi, les contenants de présentation peuvent être employés seuls (six cas) ou accompagnés d’un verre (quatre cas). Le verre déposé seul n’est représenté, dans l’état actuel de nos connaissances, que dans un seul cas (Choisey, sépulture 2).

47Pour ce qui concerne le dépôt de monnaie, il est régulièrement convenu de l’associer à une obole et ce, même au haut Moyen Âge (« Le dépôt de l’obole est attesté au ve siècle et ve siècle selon l’antique tradition » : Pilet-Lemière, 2003, p. 173). Toutefois le rite primitif était de placer la monnaie dans la bouche, mais au Bas-Empire, le strict respect de cette pratique avait eu le temps de s’altérer. La place de la monnaie, à cette époque, est souvent variée : dans la bouche ou la main ; sur les orbites, près de la tête, du torse, des jambes ou des pieds, dans un vase ou hors du cercueil. Ce fait se vérifie aussi pour la Franche-Comté, les monnaies ayant été relevées ainsi au tiers inférieur d’un tibia (Monnet-la-Ville), ou à droite de la taille (Choisey). Ces monnaies provenaient de tombes pouvant contenir ou non le service rituel du repas destiné au défunt. Ce dépôt monétaire pouvait être la seule offrande funéraire contenue dans la tombe (comme à Monnet-la-Ville). Certaines de ces monnaies n’avaient plus cours lors de leur enfouissement (monnaies trouvées dans certaines tombes d’Audelange ou de Thoraise). En raison du nombre de monnaies découvert dans les inhumations, on pourrait penser que cette offrande se généralise au Bas-Empire (fig. 8). Toutefois l’absence de monnaie dans les incinérations ne signifie pas que celle-ci ne fut pas déposée sur le bûcher.

48Les clefs symbolisent le foyer, la maison. Ce type d’offrandes, qui existe déjà au Haut-Empire (Tavaux, les Terres Saint-Gervais), se rencontre au Bas-Empire dans la nécropole d’Audelange.

Conclusion

49Malgré la faiblesse du corpus, la comparaison entre ces quelques sites et ceux du Haut-Empire permet déjà de proposer quelques réflexions quant à l’évolution des rites funéraires. Les offrandes démontrent l’existence de deux rites funéraires assez répandus. Il s’agit du dépôt de repas destiné au défunt et du dépôt de monnaie.

50De prime abord, en Franche-Comté, le matériel funéraire (éléments de parure, alimentation, parfums, effets personnels, vases, lampes, monnaies, clefs, statuettes) issu des sépultures à incinération semble nettement plus varié que celui découvert dans les inhumations du Bas-Empire (alimentation, vases, monnaies et clefs). Faut-il y voir une épuration du rituel funéraire ? Ce dernier semble dorénavant être centré sur les éléments indispensables, même si la vaisselle destinée à contenir le repas viatique est parfois réduite au strict minimum. Mais ces premières observations devront être étayées par de nouvelles découvertes.

Addendum

51Depuis la rédaction de cette article en 2010, l’étude de la nécropole de Poligny a été finalisée (Simonin, 2014) et une fouille réalisée par le service municipal de la ville de Besancon a démontré la continuité du recrutement de la nécropole de la Viotte au Bas-Empire.

52Des inhumations du iiie siècle ont été aussi découvertes dans le Jura à Tavaux (Barbet, Ancel, 2012) et en Haute-Saône, à Seveux-Savoyeux (Joan, 2014). Ces nouvelles découvertes ne contredisent pas cette épuration du dépôt d’offrandes avec la disparition de l’étape de la crémation. Cette réduction d’offrandes est à mettre en relation non pas avec la période mais avec la nouvelle pratique qu’est l’inhumation. En effet, des inhumations découvertes à Tavaux (Barbet, Ancel, 2012) datant du iie siècle, montrent aussi un appauvrissement de la pratique de l’offrande d’objet dans la cérémonie funéraire. Enfin le nouveau programme collectif de recherche « Vesontio Christiana » menée par Morana Causevic-Bully devrait permettre une réactualisation des données pour l’archéologie funéraire du Bas-Empire de la capitale séquane.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Arveiller-Dulong V., 1985, Le verre d’époque romaine au musée archéologique de Strasbourg, Paris, éd. Réunion des Musées nationaux, 320 p.

Barbet G., Ancel M.-J., 2012, La nécropole antique des ‘Terres Saint-Gervais’ : rapport final de la triannuelle (2009-2011), Rapport de sondages 2012, Besançon, SRA Franche-Comté, 584 p.

Bertin J., 1901, « Histoire généalogique de la maison de Beaujeu-sur-Saône, 1ère partie », Bull. de la Soc. d’Agriculture, Lettres, Sciences et Arts de la Haute-Saône, p. 63-314.

Blaizot F. dir., 2009, Pratiques et espaces funéraires dans le centre et le sud-est de la Gaule durant l’Antiquité, Paris, CNRS éd., 383 p. (Gallia, 66.1).

Bonvalot N., avec la coll. de Demésy M., Nowicki P., 1994, « Mantoche (Haute-Saône) », in : Petit J.-P., Mangin M. dir., Atlas des agglomérations secondaires de la Gaule Belgique et des Germanies, Paris, éd. Errance, p. 118-119.

Bouchey E.-A. (abbé), 1862, Recherches historiques sur la ville, la principauté et la république de Mandeure, Besançon, J. Jacquin, 2 vol.

Bourgeois-Lechartier M., 1964, Sauvetage après mise au jour de sépultures par monsieur Million, alors qu’il plantait son verger, Rapport.

Bourgeois-Lechartier M., 1965, Campagne de fouilles 1965, cimetière du ivème siècle, Rapport.

Card C., Andrey-Chalandre A., Bierent N., 1996, Poligny ‘Au Velours’ Jura, D.F.S. de diagnostic archéologique du 04.08.96 au 16.09.96, Besançon, S.R.A. Franche-Comté, n.p.

Castan A., 1857, « Notice sur Crusinia, station militaire de la voie romaine de Châlon-sur-Saône à Besançon, et sur la découverte du champ funèbre qui lui servait de cimetière », Mémoires de la Soc. d’Émulation du Doubs, Besançon, Dodivers et Cie, p. 316-339, 3 pl., 1 carte.

Comte A., 1997, La verrerie gallo-romaine dans le Jura, Mémoire de maîtrise, Dijon, Univ. de Bourgogne, 2 vol. : vol. I : Étude, 102 p. ; vol. II : Catalogue, n. p., LXV pl.

Drioton C., 1921, « Objets provenant des dragages de la Saône à Mantoche, recueillis autrefois par M. Virot, notaire à Mantoche (actuellement collection Drioton) », Rhodania, 3ème congrès, Besançon, 1921, p. 134-135.

Faure-Brac O., 2002, La Haute-Saône, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 483 p., 527 fig. (Carte archéologique de la Gaule, 70).

Feuvrier J., Brune P., 1920, « Les voies romaines de la région de Dole », Bull. archéologique du Comité des Travaux historiques, 38, p. 128.

Fiétier R. dir., 1977, Histoire de la Franche-Comté, Toulouse, Privat, 498 p., ill.

Gallia 1966 : Lerat L. dir., « Informations archéologiques. Circonscription de Franche-Comté, Jura », Gallia, t. 24, fasc. 2, p. 361-375.

Gallia 1968 : Lerat L. dir., « Informations archéologiques. Circonscription de Franche-Comté, Jura », Gallia, t. 26, fasc. 2, p. 453-472.

Gallia 1972 : Lerat L. dir., « Informations archéologiques. Circonscription de Franche-Comté, Jura », Gallia, t. 30, fasc. 2, p. 431-442.

Gallia 1976 : Morel J.-P. dir., « Informations archéologiques. Circonscription de Franche-Comté, Doubs », Gallia, t. 34, fasc. 2, p. 413-421.

Gaillet Ch., 1982, Un village franc-comtois : Beaujeau dans vingt siècles d’histoire, Savoyeux, Imp. du Val de Saône, 341 p., 18 pl. h. t.

Gandel P., Billoin D., Humbert S., 2008, « Écrille La Motte (Jura) : un établissement de hauteur de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge », R.A.E., t. 57-2008, p. 289-314.

Gasser A., 1898, « Antiquités romaines de Mantoche », Bull. de la Soc. grayloise d’Émulation, 1, p. 89-94.

Gasser A., 1901, « Recherches archéologiques sur le territoire de Mantoche. I, Topographie. III, Âge du Bronze et premier Âge du Fer. IV, Période gallo-romaine. V, Période mérovingienne. VI, Résumé et conclusions », Bull. de la Soc. grayloise d’Émulation, 4, p. 165-284.

Gasser A., 1904, « Recherches archéologiques sur le territoire de Mantoche (2ème publication). II, La voie gauloise et les tumuli de Mantoche-Apremont. III, Un cimetière gaulois à Mantoche. IV, Le Château-Grillot », Bull. de la Soc. grayloise d’Émulation, 7, p. 81-131.

Gauthier J., 1880, « Le cimetière gallo-romain de Thoraise (Doubs) », Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Besançon, Séance publique du 1er janvier 1880, p. 294-305, pl. IX-X.

Gevrey A., 1862, « Catalogue des monnaies gauloises et romaines trouvées à Beaujeu dans les fouilles de 1861 », Mémoires de la Commission des Antiquités de la Haute-Saône, III, p. 125-150, 3 pl.

Girard E., 1888, « Le camps de Lavans et les soldats lataviens », Mémoires de la Soc. d’Émulation du Jura, 4e série, 3, 1887, p. 61-101, 2 pl.

Guilhot J.-O., Goy C., 1990, Besançon : document d’évaluation du patrimoine archéologique urbain, Tours, C.N.A.U., 118 p., 16 pl.

Halley V., 1861, « Notes sur les ruines et antiquités gallo-romaines de Beaujeu », Mémoires de la Commission des Antiquités de la Haute-Saône, II, 2, p. 145-155, 8 pl.

Halley V., 1862, « Antiquités de Beaujeu : rapport sur les résultats des fouilles faites en 1861 et description des planches », Mémoires de la Commission des Antiquités de la Haute-Saône, III, p. 96-123, 20 pl.

Jeannin Y., 1992, « Inscriptions comtoises de haut Moyen Âge », Bull. de la Soc. d’Agriculture, Lettres, Sciences et Arts de la Haute-Saône, nelle série, 24, p. 27-58, 3 pl.

Joan L. avec la coll. de Fossurier C., Humbert S., 2014, Franche-Comté, Haute-Saône, Seveux, 92 Grande Rue : une inhumation du iiie siècle à Segobodium, Rapport de diagnostic, Inrap, 49 p.

Joan L., 1997, Le monde des défunts à l’époque gallo-romaine dans l’actuel département du Jura, Mémoire de D.E.A. d’archéologie, Besançon, Univ. de Franche-Comté, 2 vol. : vol. I : Répertoire : 192 p., vol. II : Étude, 63 p.

Joan L., 2003, L’archéologie funéraire en Franche-Comté antique du i er siècle av. J.-C. au ve ap. J.-C., Thèse, Univ. de Franche-Comté, 5 vol.

Koltes J., 1982, Catalogue des collections archéologiques de Besançon. VII, La verrerie gallo-romaine, Paris, Les Belles-Lettres (Annales littéraires de l’Univ. de Franche-Comté, 270).

Labre S., Bonvalot N., 1986, « Habitat rural et habitat groupé antiques dans la vallée de la Saône et la basse vallée de l’Ognon », R.A.E., t. 37, fasc. 3-4, p. 223-246.

Lebel P., 1962, « Livres et revues – Glanures : Tonnellerie romaine », R.A.E., t. 13, fasc. 1-2, p. 149-153.

Lerat L., 1964, « Besançon antique des origines à la fin du ive siècle », in : Fohlen M. C. dir., Histoire de Besançon, t. I. Des origines à la fin du xvie siècle, Paris, Nouvelle Librairie de France, p. 27-141.

Lerat L dir., 1972, « Informations archéologiques - Circonscription de Franche-Comté, Jura », Gallia, t. XXX, fasc. 2, p. 431-442.

Lerat L., Millotte J.-P., 1967, « 25 ans d’archéologie en Franche-Comté (1941, 1966) », Mémoires de la Soc. d’Émulation du Doubs, no 9, p. 3-78.

Marnotte P., 1847, « Sur divers objets trouvés à Mantoche », Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Besançon, Séance publique du 28 janvier 1847, p. 97-104.

Marquiset A., 1842 (rééd. 1992), Statistique historique de l’arrondissement de Dole, Besançon, Ch. Deis, vol. II, 532 p., 11 ill.

Mercier Cl., Mercier-Rolland M., 1974, Le cimetière burgonde de Monnet-la-Ville, Paris, Les Belles Lettres, 106 p., 35 pl. (Annales littéraires de l’Univ. de Franche-Comté, 156, série Archéologie, 25).

Mercier Cl., Rolland M., 1974, Compte rendu de la campagne de fouille au cimetière de gallo-romain de Vannoz (juillet-août 1972), Besançon, S.R.A. Franche-Comté, 8 p., 1 plan.

Monnier D., 1855, « La carte gallo-romaine du département du Jura », Annuaire du Jura, p. 132-196.

Odouze J.-L., 1988, « Les cimetières antiques de Besançon (Doubs) », in : Richard A. dir., La mort à travers l’archéologie franc-comtoise, Catalogue d’exposition p. 52-60.

Odouze J.-L., 1998, Franche-Comté : Doubs, Jura, Haute-Saône, Territoire de Belfort, in : Barruol G. dir., Les premiers monuments chrétiens de la France. 3, Ouest, Nord et Est, Paris, Picard, 366 p.

Petitclerc C., 1880, Catalogues du musée de la Société d’Agriculture, Lettres, Sciences et Arts de la Haute-Saône, 2ème suppl., Vesoul, Impr. A. Suchaux, 35 p. (Annexes au Bull. de l’année 1879, Travaux de la section d’Archéologie, no 1-2).

Pétrequin P., Odouze J.-L., 1967, « Fouilles d’une cabane et de sépultures du haut Moyen Âge à Mandeure (Doubs) », Revue archéologique, 18, p. 177-184.

Pétrequin P., Odouze J.-L., 1968, « Habitat romain à Moulin-Rouge, commune de Lavans-lès-Dole (Jura) », R.A.E., t. XIX, fasc. 1-4, p. 255-266, 9 fig.

Pilet-lemière J., 2003, « L’apport de la monnaie dans la nécropole de Saint-Vit (Doubs) », in : Passard F., Gizard S., Urlacher J.-P., Richard A. dir., Burgondes, Alamans, Francs et Romains dans l’Est de la France, le Sud-Ouest de l’Allemagne et la Suisse ( ve-viie siècle ap. J.-C.), Actes des XXIèmes journées internationales d’archéologie mérovingienne, Besançon, 20-22 oct. 2000, Besançon, p. 167-180 (Annales littéraires de l’Univ. de Franche-Comté, 756, série Art et Archéologie, 47).

Pothelet M., 1901, « Découverte de deux sépultures préromaines à Beaujeu », Bull. de la Soc. grayloise d’Émulation, 4, p. 158-162.

Rothé M. -P., 2001, Le Jura, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 840 p. (Carte archéologique de la Gaule, 39).

Roulière-Lambert M.-J., Odouze J.-L., 1992, « Le monde des morts », in : Roulière-Lambert M.-J., Cohen A.-S. dir., Dans le Jura gallo-romain, Besançon, Cercle Girardot, p. 107-112.

Rousset A., 1853-1858, Dictionnaire géographique, historique et statistique des communes de Franche-Comté et de Hameaux qui en dépendent classés par département ; département du Jura, Besançon, Bintot impr., 6 vol.

Sandoz G., 1995, « Tavaux Aérodrome », in : Bilan scientifique régional 1995, S. R. A. Franche-Comté, p. 110.

Sandoz G., Michon E., Viscusi V., 1994, Tavaux (39), D.F.S. (18.08.95-30.11.95) : prolongation de la piste principale de l’aérodrome de Dole-Tavaux, Besançon, S.R.A. Franche-Comté, 29 p. 65 fig.

Simonin O., 1997a, Poligny ‘Au Velours’, Rapport d’évaluation 15 juillet-29 août 1997, Besançon, S.R.A. de Franche-Comté, n. p.

Simonin O., 1997b, « Poligny - Au Velours », in : Bilan scientifique régional 1997, S.R.A. Franche-Comté, p. 73, 1 fig.

Simonin O., 1998, « Poligny - Au Velours », in : Bilan scientifique régional 1998, S.R.A. Franche-Comté, p. 67.

Simonin S., avec la coll. de Brunet-Gaston V., Humbert S., Jaccottey L., 2014, Franche-Comté, Jura, Poligny : l’espace funéraire de Poligny ‘Au Velours’, Rapport de fouille, Inrap, 256 p.

Thévenin A., 1968, Les cimetières mérovingiens de la Haute-Saône, Paris, Les Belles-Lettres, 123 p., 34 pl. (Annales littéraires de l’Univ. de Franche-Comté, 89, série Archéologie, 20.) Virot, 1887, « Fouilles à Mantoche », Revue archéologique, 9, p. 435-436.

Walter H., 1974, La sculpture funéraire gallo-romaine en Franche-Comté, Paris, Les Belles-Lettres, 184 p. (Annales littéraires de l’Univ. de Franche-Comté, 176).

*

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte des sites funéraires du Bas-Empire en Franche-Comté (L. Joan).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4366/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Légende Fig. 2. Les nécropoles de Besançon (L. Joan).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4366/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 3. Sarcophage de Saint-Fergeux, Besançon ( Lerat , 1964, p. 138, fig. 46 d’après F.-I. Dunod de Charnage).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4366/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Fig. 4. Sarcophage de Mantoche. Dessin de Ch. Dodeller, d’après Walter , 1974, pl. LIV.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4366/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Fig. 5. Mantoche. Tonnelet en verre ( Gasser , 1901, pl. XXIV.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4366/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig. 6. Plan de la nécropole de Poligny (O. Simonin in : Rothé, 2001, p. 569-570).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4366/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende Fig. 7. Céramiques d’Audelange ( Castan , 1857).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4366/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 8. Les monnaies en contexte funéraire (L. Joan).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4366/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

Auteur

Inrap, 9 rue Lavoisier, 25000 Besançon. lydie.joan@inrap.fr

© ARTEHIS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search