Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, II

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Michel Kasprzyk
, 
Bérengère Fort

Thème n° 1. Nécropoles de l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule

Ittenheim « Lotissement du Stade » (Bas-Rhin) : une nécropole du Bas-Empire (350-450 après J.-C.) et ses dépôts funéraires d’origine animale

Émilie Cartier-Mamie et Olivier Putelat

Résumé

Les fouilles menées à Ittenheim (Bas-Rhin) ont révélé la présence d’une nécropole romaine tardive de vingt-trois sépultures datées de la seconde moitié du ive à la première moitié du ve siècle ap. J.-C. Les défunts sont pourvus de vases en céramique, de gobelets en verre, de rares éléments de parure et de dépôts alimentaires en proportion élevée. Les modes de dépôt des corps et du mobilier sont représentatifs de la période romaine tardive. La présence de deux sépultures « bipartites » ainsi que celle de dépôts alimentaires diversifiés, parfois ternaires « porc-poule-œuf », ou « porc-poule-poisson », posent la question de l’éventuelle émergence de nouvelles pratiques funéraires d’influence germanique.

Texte intégral

1Le chantier archéologique mené à Ittenheim (Bas-Rhin) (Logel et alii, 2006 ; Cartier, 2007), commune située à 15 km à l’ouest de Strasbourg (fig. 1), se trouve à l’emplacement de l’ancien terrain de sport (fig. 2) et a été motivé par l’implantation du « Lotissement du Stade ». Les fouilles ont révélé la présence d’un habitat du Néolithique ancien (Rubané), de fossés parcellaires romains et d’une nécropole romaine tardive de vingt-trois sépultures datées de la seconde moitié du ive à la première moitié du ve siècle ap. J.-C. (fig. 3). Les résultats présentés en 2010 lors du colloque de Châlons-en-Champagne et développés ci-après s’inscrivent dans le cadre d’une volonté de publication intermédiaire, motivée par l’intérêt scientifique des données archéozoologiques. Il s’agit de diffuser des premiers résultats, de faire quelques propositions méthodologiques et de fixer des axes de recherche. Une partie du mobilier livré par cet ensemble funéraire a fait ultérieurement l’objet d’une étude approfondie, dans le cadre du Programme collectif de Recherche « Aspects des cultures matérielles et formes d’occupation des ive et ve siècles dans la partie méridionale de la vallée du Rhin supérieur (Alsace et Pays de Bade) ». L’inventaire typologique des sépultures et du mobilier est en cours de publication dans ce travail (Barrand-Emam et alii, à paraître).

I. Présentation générale de la nécropole (É. C.-M.)

2Au sud-est, le groupe A comprend six tombes de direction nord/nord-ouest - sud/sud-est (tombes 4, 5, 6, 7, 18 et 21). Le groupe B comprend au sud-ouest les six tombes 1, 2, 3, 10, 11 (non figurée), 12 et à l’ouest la tombe 32 (fig. 4). Toutes sont de direction est/nord-est - ouest/sud-ouest. À l’ouest, le groupe C est composé des tombes 27 et 28, de direction nord-sud. Au nord, le groupe D recense les huit tombes 13, 17, 19, 20, 22, 29, 30 et 38 (diag.), de direction est/sud-est - ouest/nord-ouest). Les fossés parcellaires, attribués à l’époque romaine (fig. 4), se situent à proximité des sépultures sans qu’aucun lien chronologique pertinent n’ait pu être établi. Toutefois, l’hypothèse d’une délimitation spatiale ne peut être écartée et le fait qu’aucune sépulture n’ait été mise au jour au-delà de ces fossés permet d’envisager qu’ils ont pu fonctionner conjointement.

Fig. 1 . Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Localisation d’Ittenheim dans le Bas-Rhin (ANTEA-Archéologie).

Fig. 2. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Localisation de la zone fouillée (image Google Earth (c) 2006).

I.1. Organisation interne des tombes

3Les observations concernant l’organisation interne des fosses sépulcrales, fondées sur des faits archéologiques, traces ligneuses de bois (fig. 5), pierres de calage, différences de comblement, confrontées aux constats taphonomiques, montrent l’existence de contenants rigides en matériau périssable. Les divers effets de paroi ou de délimitation linéaire (Duday, 2005) ont souvent permis d’identifier le type de contenant (large ou ajusté) et de localiser le mobilier à l’intérieur et/ou l’extérieur du cercueil.

I.2. Les dépôts associés aux défunts

4Le mobilier déposé dans les tombes se limite à de rares éléments de parure (fig. 6) (bracelets, bagues, collier, boucles de ceinture) et de toilette (peigne en os), et à des vases en céramique et des gobelets en verre déposés à côté des individus ou sur les couvercles des cercueils. On notera la présence récurrente de mobilier céramique dans chacune des sépultures, avec parfois jusqu’à six pièces (fig. 7). Il s’agit là de vaisselle d’accompagnement typique de la fin du ive siècle : un bol Chenet 319/320, une cruche (fig. 8) et quelquefois un gobelet en verre Isings 96.

5La situation du mobilier par rapport à l’individu et au contenant présente quelques variations d’une sépulture à l’autre. Les dépôts (vases en céramique, en verre et aliments) peuvent aussi bien se situer à l’intérieur qu’à l’extérieur du contenant (fig. 9). Quant aux objets de parure ils sont majoritairement portés, mais peuvent parfois être déposés sur l’individu. C’est le cas des sépultures 13, 19, 22 et 38 dans lesquelles les boucles de ceinture sont mises au jour en avant des tibias (fig. 10). Ces quatre tombes sont d’ailleurs regroupées dans un même secteur (fig. 4) et présentent la même orientation (groupe D). La variabilité des modes de dépôts observée dans la nécropole d’Ittenheim peut être interprétée comme une pérennisation de pratiques funéraires antérieures observées au Haut-Empire. On connaît d’autres exemples, notamment dans la nécropole d’Avenches « En Chaplix », de sépultures plus précoces (seconde moitié du iie-début iiie siècle ap. J.-C. ; Castella, 1989) que celles d’Ittenheim, mais présentant des caractéristiques similaires. Dans la nécropole du Bas-Empire de Sierentz (Heidinger, Viroulet, 1986), contemporaine de celle d’Ittenheim, on a répertorié quelques sépultures dans lesquelles le mobilier est déposé à l’extérieur et/ou l’intérieur du coffre, ainsi que des éléments de parure non portés, mais déposés à proximité du défunt. D’autre part, les restes fauniques avérés en tant que dépôts funéraires intentionnels concernent à Ittenheim plus de la moitié des sépultures. Nous constatons, pour ces tombes, une bonne corrélation entre le dépôt de mobilier (vaisselle, ornements, etc.) et l’importance des dépôts alimentaires (chap. 2).

I.3. Un cas particulier

6Un traitement particulier a été apporté à la sépulture d’un enfant (tombe 11), âgé d’une dizaine d’années au moment de son décès. Contrairement aux autres individus, il est déposé sur le côté droit, les membres fléchis, dans une fosse oblongue sans indice de contenant apparent, et aucun objet ne l’accompagne (fig. 11). La sépulture a d’abord été attribuée au Néolithique (cette position étant caractéristique du Néolithique Rubané en Alsace). Une analyse radiocarbone a pourtant permis de la rattacher à l’ensemble funéraire du Bas-Empire (Laboratoire de Poznań, Poz-25253, 1675 ± 30 BP). Cette position différente reflète-t-elle un statut particulier du défunt ? Cette volonté marque-t-elle une différence liée à une pathologie physique ou mentale, ou alors est-elle le signe d’une distinction au sein du groupe ?

I.4. Une transition vers le haut Moyen Âge ?

7Le mobilier découvert dans les sépultures montre que la nécropole d’Ittenheim a été occupée sur une courte durée : de 350-370 jusqu’à 430-450 ap. J.-C., (Barrand-Emam et alii, à paraître). Hormis la sépulture 11 (chap. 1.3.), les modes de dépôt des corps observés dans la nécropole sont relativement homogènes : les individus, tous sexes et âges confondus, sont déposés sur le dos à l’intérieur d’un coffre en bois, le mobilier accompagnant le défunt étant réparti tout autour de celui-ci (à l’intérieur et/ou à l’extérieur du contenant).

8Certes, ces divers exemples ne montrent pas de profonds changements du iiie au vie siècle ap. J.-C. dans les pratiques funéraires. Toutefois, on peut remarquer une évolution qui mène à une bipartition de certaines tombes, avec le défunt déposé dans la moitié est de la fosse et le mobilier l’accompagnant dans la moitié ouest, comme on l’observe de façon plus systématique à l’époque mérovingienne. Cette observation s’applique aux tombes 5 et 18 de la nécropole d’Ittenheim, dans lesquelles l’individu est déposé dans la moitié est de la fosse sépulcrale (fig. 12).

Fig. 3. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Plan général (É. Cartier-Mamie, ANTEA-Archéologie).

II. Les dépôts funéraires d’origine animale (O. P.)

9Les restes fauniques présentés ici proviennent en totalité des sépultures de l’ensemble funéraire d’Ittenheim. Plus de la moitié d’entre elles sont concernées par des dépôts alimentaires d’origine animale (fig. 13). Leur mise en évidence dès le diagnostic (Logel et alii, 2006), la présence d’avifaune, la nécessité de faire progresser nos connaissances quant à d’éventuels dépôts d’ichtyofaune dans les tombes, ont amené les archéologues, en amont de la fouille, à décider d’une collecte de sédiments destinés à être tamisés, puis triés.

10Nous présentons tout d’abord le matériel osseux et l’essentiel de la méthodologie utilisée pour l’analyse. Nous exposons ensuite notre stratégie d’étude, les résultats obtenus et leur synthèse. Nous comparons ensuite succinctement la pratique du dépôt de denrées animales à Ittenheim avec un état de la question en Gaule du Nord et dans les provinces du limes, et concluons ensuite sur une présentation de la recherche en cours.

Fig. 4. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Répartition des sépultures par orientation (É. Cartier-Mamie, ANTEA-Archéologie).

II.1. Validité de l’échantillon

11Quinze tombes (sur un ensemble de vingt-trois) ont subi des perturbations : pillages éventuels ou effondrement des contenants, bioturbations, remaniements récents d’origines diverses. Cependant, les précautions prises pour prélever et localiser les ossements animaux, l’expérience des archéologues et l’intérêt manifesté envers la problématique des dépôts animaux ont permis de relativiser la portée de ces désordres. La tombe 17, détruite antérieurement aux fouilles, n’est pas observable. C’est donc un corpus de vingt-deux tombes « observables » qui sera pris en compte par la suite.

12Les ossements examinés sont de couleur beige clair à brun clair. Les surfaces osseuses sont en général assez bien conservées comme en témoigne la présence de restes de jeunes animaux (porcelets et jeunes gallinacés). La fragmentation post-dépositionnelle est relativement bénigne : aux 624 restes identifiés correspondent un peu plus de mille deux cents fragments.

Fig. 5. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Tombe 3 présentant des traces ligneuses (ANTEA-Archéologie).

13Les restes ont été déterminés pour 83 % d’entre eux, bien que leur masse moyenne soit très faible (1,2 g). Remarquons ici qu’exceptionnellement la masse moyenne des restes déterminés (1,1 g) est inférieure à celle des restes indéterminés (1,5 g), en raison de la forte proportion de restes de poules et de porcelets.

14L’abondance des dents isolées de leurs supports alvéolaires traduit généralement bien l’état de dégradation des assemblages osseux (Studer, 1998). Elles sont ici rares, puisqu’elles concernent moins de 2 % des 464 restes de grands vertébrés. Dix-huit esquilles seulement sont calcinées. Ce phénomène, très limité, ne porte pas atteinte à l’intégrité d’un corpus qui est donc, en dépit de quelques atteintes taphonomiques, suffisamment bien conservé pour fournir des données fiables.

II.2. Protocole méthodologique

II.2.1. Positionnement du mobilier

15L’éventuelle attribution des vestiges animaux aux rites funéraires, et l’interprétation des dits rites, sont totalement tributaires de la fiabilité des informations archéologiques sur le positionnement des ostéorestes (voir par exemple Méniel, 2008).

16Selon l’emplacement des restes fauniques, à côté de la tombe où dans le comblement de la tombe, les interprétations devront prendre en compte l’éventuelle présence de vestiges résiduels ou erratiques, liés à une anthropisation antérieure du terrain, ou la pratique de gestes funéraires impliquant la consommation d’un repas puis le rejet in situ des vestiges par l’entourage des défunts (Dierkens et alii, 2008, p. 288 et 294-295 ; Lepetz, 1993, p. 38 ; Lepetz, Van Andringa, 2004, p. 162).

17Si les ossements sont situés à proximité du défunt, leur état de conservation est-il comparable à celui des vestiges humains de la même tombe ? Sont-ils isolés ou accompagnés d’autres mobiliers ? S’ils sont accompagnés de récipients, sont-ils situés à l’intérieur, dessous, à côté d’eux ?

II.2.2. Âges des individus

18Les viandes déposées proviennent ici presque exclusivement de volailles et de porcs. Les âges des gallinacés sont estimés en fonction du stade d’épiphysation des os longs, non épiphysés/immature ou épiphysés/mature. Les âges des porcs sont estimés sur la base de l’éruption et de l’attrition de leurs dents jugales, d’après les travaux de Grant (1982) et de Horard-Herbin (1997). En complément des données acquises par l’observation des usures dentaires, nous observons systématiquement la fusion (ou non) de l’épiphyse à la diaphyse et utilisons pour l’étude de « l’âge osseux » les âges moyens de soudure des épiphyses de Barone (1986) ainsi que les travaux d’Habermehl (1975).

Fig. 6. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. De gauche à droite : gobelet en verre Ising 96, bague et bracelet en alliage cuivreux (ANTEA-Archéologie).

Fig. 7. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Tombe 6 (ANTEA-Archéologie).

Fig. 8. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Cruche (Échelle 1/5, DAO : A. Richard, ANTEA-Archéologie).

Fig. 10. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Tombe 13 : dépôt d’une ceinture en avant du genou gauche de l’individu (ANTEA-Archéologie).

Fig. 9. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Tombe 3 : cruchon Alzey 30 situé à l’extérieur du contenant (ANTEA-Archéologie).

Fig. 11. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Tombe 11 (ANTEA-Archéologie).

Fig. 12. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. De gauche à droite : tombe 5 et tombe 18 : vers une bipartition (ANTEA-Archéologie).

Fig. 13. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Présentation d’ensemble du matériel faunique.

II.2.3. Dénombrement

19La quantification du matériel osseux est indispensable à son analyse et nous pensons que les dépôts funéraires doivent être décomptés selon les mêmes critères que les repas des vivants. Nous utilisons donc les critères suivants : nombre de restes (NR), nombre minimum d’éléments anatomiques (NME), nombre minimal d’individus (NMI). Nous utilisons, par défaut, le NMI de fréquence. Il est donné par le nombre maximum d’un élément anatomique suivant sa latéralisation ; par exemple, pour la même pièce anatomique, six gauches et quatre droits procèdent d’un NMI de six individus. Si des critères de taille, d’âge et d’appariements sont pris en compte pour le dénombrement des individus, nous parlerons de NMI de comparaison en le nommant en tant que tel.

20Les mesures de la masse des restes (MR), et par conséquent de la masse des restes déterminés (MRD), sont utilisées ici. Nous les estimons utiles à l’évaluation des masses musculaires mises en jeu pour chaque espèce.

II.2.4. Le tamisage des sédiments

21Les sédiments ont été tamisés au jet, après un trempage de 24 heures. Ils représentent une masse de 453 kg, pour un volume de 395 litres, et proviennent de toutes les sépultures fouillées (à l’exception de la sépulture 17, détruite antérieurement aux fouilles). Ils concernent aussi bien le remplissage de la vaisselle funéraire (gobelets, vases) que des prélèvements au-dessus, autour et au-dessous des squelettes. Le tri a eu lieu jusqu’à la maille de 1 mm mais l’essentiel du matériel a été collecté à la maille de 2 mm.

II.3. Les vestiges fauniques

22Vingt des vingt-deux inhumations observables ont livré des restes osseux et/ou des écailles de coquilles d’œufs. Aux vestiges funéraires étaient mêlés quelques rares ossements provenant d’occupations anthropiques antérieures ou liés à l’action d’animaux fouisseurs. Ces problèmes ont été réglés au cas par cas, en nous appuyant principalement sur la couleur des patines osseuses, la situation des restes fauniques dans la sépulture, la nature du taxon et les parties du squelette concernées.

23Dans quatre cas, ces vestiges sont totalement indéterminés : animaux ou humains indistincts (tombes 1, 4, 21, 28). Ils ne seront pas évoqués plus avant. Dans trois cas, le matériel osseux ne peut être imputé avec certitude aux pratiques funéraires, soit qu’il s’agisse de squelettes animaux provenant d’espèces potentiellement fouisseuses (tombes 5 et 10), soit que le positionnement des restes, spatial ou stratigraphique, ne puisse être mis avec certitude en relation avec le défunt (tombe 7). Dans treize cas la présence de dépôts alimentaires animaux est avérée (tombes 2, 3, 6, 12, 13, 18, 19, 20, 22, 27, 29, 30, 38), parfois accompagnée d’esquilles erratiques ou de faune intrusive, qui ne relèvent pas de la problématique funéraire.

II.3.1. Les ossements animaux non avérés en tant que dépôts funéraires

24- Tombe no 5. La défunte de la tombe 5 est âgée de 30 à 49 ans. Le squelette quasi complet d’un blaireau, Meles meles L. (108 restes), a été mis au jour mécaniquement dans le comblement de cette sépulture (fig. 14). L’animal est situé à une trentaine de centimètres au-dessus de la défunte, et à une vingtaine de centimètres à gauche de la tête de cette dernière. Il repose à plat, en décubitus latéral droit, probablement au contact du plancher de fermeture de cette tombe bipartite. Sa tête, endommagée lors du décapage, est la partie du squelette la moins bien conservée. Les connexions non perturbées sont strictes et indiquent une décomposition en espace colmaté. Les déficits anatomiques concernent principalement les os courts : vertèbres coccygiennes, carpe et tarse. Nous imputons ces manques aux conséquences du décapage mécanique. Aucune trace anthropique n’a été relevée sur les ossements.

25L’hypothèse de l’intrusion d’un fouisseur, postérieurement à l’inhumation, est envisageable bien que la patine des os soit ancienne. Dans cette hypothèse, puisque le mustélidé n’a pas modifié l’agencement de l’inhumation, nous pouvons envisager qu’en fouissant il fut gêné par le couvercle (encore solide) du cercueil ?

Fig. 14. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Répartition anatomique des ossements de blaireau de la tombe 5 (PAIR, squelette d’après Coutureau et alii, 2003).

26L’hypothèse d’un dépôt intentionnel ne peut cependant être écartée, d’autant que des cas d’apprivoisement de blaireaux sont connus : « le blaireau pris jeune passait pour être susceptible d’une bonne éducation et d’entrer aisément en familiarité avec l’homme, ce qui n’a pas cessé d’être vrai » (Gérard, 1871). Cette éventualité pourrait être comparée aux dépôts d’animaux familiers connus pour l’Antiquité tardive, des chiens principalement (Blaizot et alii, 2009, p. 84-87 ; Lepetz, 1993 et 2000). Elle rappelle aussi le dépôt de renard hypothétiquement apprivoisé de la tombe 25, dans la nécropole altimédiévale d’Erstein, Bas-Rhin (Decanter, 2004, p. 78 ; Dierkens et alii, p. 285).

27Une analyse radiocarbone a été engagée par ANTEA-Archéologie pour dater ce blaireau (Laboratoire de Poznań, Poz-3345). En l’absence de collagène, la datation a été effectuée sur la fraction carbonatée de l’os. Les résultats, plus incertains par cette méthode, sembleraient rattacher l’animal à l’Antiquité tardive (1615 ± 35 BP). Deux hypothèses, intervenant toutes deux dans un laps de temps relativement court après la mise terre de la défunte, restent donc envisageables : la mort naturelle d’un fouisseur dans sa galerie, limitée en profondeur par le couvercle conservé du contenant funéraire, ou le dépôt intentionnel d’un animal sauvage, éventuellement apprivoisé.

28Une incisive d’équidé a été mise au jour à une dizaine de centimètres à droite de la tête de la défunte, sensiblement à la même altitude que le squelette de blaireau. Quelques esquilles d’os animal, dont une calcinée, proviennent du comblement.

29- Tombe no 7. Trois os proviennent de cette structure, pour une masse totale de 7,0 g. Ils ne sont pas directement associés à l’individu. Il s’agit d’un fragment basio-occipital de capriné, d’un fragment de diaphyse d’os long de mammifère de taille moyenne et d’une esquille provenant du tamisage.

30- Tombe no 10. Une esquille indéterminée et le squelette quasi complet (à patine ancienne) d’un hamster commun, Cricetus cricetus L., ont été mis au jour dans le comblement de la tombe. Une datation radiocarbone (Laboratoire de Poznań, Poz-29091) a été engagée par le Pôle d’Archéologie Interdépartemental Rhénan afin de documenter la présence du rongeur en Alsace. Les résultats montrent pour cette structure une intrusion récente (135 ± 25 BP). Certaines des bioturbations constatées dans les tombes d’Ittenheim (par exemple tombe 38) peuvent vraisemblablement être mises au compte de ce fouisseur, capable de réaliser des galeries de 5 à 8 cm de diamètre et atteignant jusqu’à 2 m de profondeur (Van den Brink, 1971, p. 104-105).

II.3.2. Les dépôts alimentaires d’origine animale

31Les seuls mammifères impliqués dans les dépôts alimentaires funéraires sont d’origine domestique : le porc et les caprinés (mouton ou chèvre indifférenciés). Le bœuf et les équidés sont absents des dépôts. Les restes d’oiseaux déterminés proviennent quasi exclusivement de gallinacés domestiques : Gallus domesticus. Le terme générique de « poule » les désignera dans cette étude, indépendamment de toute différenciation sexuelle. La faune sauvage, lorsqu’elle est présente (blaireau, microfaune) provient d’animaux potentiellement fouisseurs ou intrusifs et, même si le cas du blaireau porte à discussion (chap. 2.3.1), elle ne constitue en aucun cas un dépôt alimentaire avéré.

32La pratique du tamisage des sédiments a permis de mettre en évidence des dépôts alimentaires discrets : écailles de coquilles d’œufs (parfois infimes), ichtyofaune (deux écailles de poisson).

II.3.2.1. Les œufs (méthodologie et détermination)

33Le dépôt d’œufs est avéré dans sept tombes, grâce à la présence de coquilles d’œufs. Parmi ces sept occurrences, un seul œuf quasi complet, décelé dès la phase de terrain, était déposé dans un récipient en alliage cuivreux (tombe 30). Cet œuf était représenté par une soixantaine de fragments, soit une masse d’environ un gramme et une surface de plus de 15 cm2. Les six autres occurrences, toutes mises en évidence par le tamisage des sédiments prélevés, n’ont livré qu’au plus deux fragments par sépulture. Ces fragments pèsent moins de 0,0 g et représentent une surface à plat comprise entre 10 et 30 mm2. À l’œuf quasi complet de la tombe 30 s’opposent donc les rares écailles des six autres occurrences, associées par trois fois à des contenants céramiques (tombes 20, 22, 29), ou mises au jour isolément par trois fois (tombes 3, 12, 27).

34Après le tri des refus de tamis, les débris d’œufs ont été lavés à l’aide d’eau oxygénée à 10 volumes, rincés à l’eau distillée, puis séchés sur du papier absorbant et conditionnés. Une première approche de la détermination des espèces pondeuses consiste à mesurer l’épaisseur des fragments de coquilles (Keepax, 1981 ; Morel, 1990 ; Gruet, 2004). Pour ce faire, nous avons utilisé un micromètre numérique à affichage digital, précis à 0,001 mm près. Il a rarement été possible de procéder à plus d’une ou deux mesures par dépôt. Celles-ci s’inscrivent dans une plage comprise entre 0,253 et 0,392 mm. Ces épaisseurs correspondent bien au référentiel des œufs de poule, variant de 0,2 à 0,5 mm (Keepax, 1981, p. 322). Cependant, la présence de quelques œufs de cane ne saurait être totalement exclue, puisqu’il existe des plages de mesures communes aux deux espèces (Keepax, loc. cit. ; Gruet, 2004, p. 3-4). Une attribution plus précise à telle ou telle espèce est conditionnée à l’examen de la structure interne des coquilles à l’aide d’un microscope électronique à balayage (MEB), suivi d’une comparaison des clichés avec des séries provenant d’espèces connues (voir par exemple Sidell, 1993).

35Le fait que le dépôt d’œufs soit avéré fréquemment, mais que le nombre et la taille des fragments soient si infimes, indique la présence originelle de vestiges d’œufs incomplets, inclus à des préparations culinaires ou rejetés tels quels. Expliquer le déficit des écailles de coquilles dans les tombes par l’hypothèse d’une collecte différentielle ne nous paraît pas envisageable en raison de la méticulosité des fouilles et de la collecte et du tamisage systématique du contenu des récipients mis au jour.

II.3.2.2. Représentation des différents taxons au sein des aliments déposés

36La poule et les œufs (ou les préparations en contenant) apparaissent chacun par sept fois. Ces occurrences prévalent très légèrement sur le porc, représenté dans six tombes. La triade funéraire « porc-poule-œuf » l’emporte nettement sur les dépôts avérés de caprinés (deux occurrences) et d’ichtyofaune (une occurrence). Les denrées alimentaires sont en général de bonne qualité. Elles proviennent le plus souvent d’animaux jeunes et de parties charnues du squelette, non décharnées avant le dépôt. Il faut signaler que dans six cas sur treize les dépôts sont composites, au moins binaires :

  • porc, capriné, poule et œuf : une occurrence (tombe 29),
  • porc, poule et poisson : une occurrence (tombe 38),
  • porc, poule et œuf : une occurrence (tombe 30),
  • porc et poule : deux occurrences (tombes 6 et 13),
  • porc et œuf : une occurrence (tombe 20).

37Les dépôts alimentaires sont toujours accompagnées de vaisselle, éventuellement de mobiliers autres : parure, éléments de toilette, monnaie (fig. 19-20). Les aliments sont parfois déposés dans (ou sur) la vaisselle mais le dépôt sans récipient conservé est également attesté. La position des dépôts alimentaires par rapport aux corps des défunts est variée mais organisée. Les données qui suivent présentent les différents dépôts d’aliments, en fonction du sexe des défunts.

II.3.2.3. Les défunts de sexe masculin (tombes 3, 13, 18, 20, 27)

38Tous les défunts de sexe masculin sont adultes.

39- Tombe 3. Le sujet de la tombe 3, âgé de plus de 30 ans, n’a bénéficié que d’un œuf, ou d’une préparation à base d’œuf, mis au jour parmi les traces ligneuses qui correspondent aux limites du coffre funéraire.

40Un fragment de dent jugale de bœuf, un fragment de radius de porc et une esquille indéterminée proviennent du comblement de la sépulture. Nous les excluons du dépôt alimentaire.

41- Tombe 13. Le défunt de la tombe 13 est âgé de 30 à 59 ans. Il est doté de plusieurs pièces de viande de jeune porc. Deux côtes et une scapula sont déposées sans récipient associé, 5 cm à gauche du crâne. Cette scapula a été dissociée de l’humérus par un coup de tranchet porté au niveau du col. Le distum d’un fémur et sa patella sont déposés sans récipient associé, 5 cm à gauche du coude gauche du défunt. La présence de la patella confirme le dépôt d’une portion de la cuisse (jambon) et non le rejet d’un os plus ou moins décharné. Il a également été mis au jour, à gauche du distum du tibia gauche du défunt, entre des récipients céramiques, le squelette d’une poule subadulte « préparée », dont la tête et les pattes sont absents. Il est possible qu’elle provienne du bol 45 située sur la « banquette » sud de la sépulture. Cinq esquilles indéterminées et un fémur de micromammifère indéterminé ne peuvent être mis en rapport avec un dépôt d’aliments.

42- Tombe 18. Le défunt de la tombe 18 est âgé de plus de 30 ans. Un squelette de jeune poule est situé entre les récipients 116 (écuelle), 117 (gobelet en verre), 118 (cruche), à gauche de la diaphyse du tibia gauche du défunt. La présence de quelques restes de poule (vertèbres, coxaux, tibiotarse) dans le gobelet en verre 117 pourrait correspondre à une migration postdépositionnelle des ossements de la poule, déposée initialement sur les récipients (avec ou sans support périssable). Cette poule, plus ou moins complète, a, elle aussi, été « préparée » puisque sa tête et ses pattes sont absentes. L’UP 88 a livré une incisive de bœuf, très altérée, alors que le reste de l’échantillon faunique de cette structure est bien conservé. Cette dent, probablement erratique, ainsi que huit esquilles indéterminées, ne peuvent être assimilées un dépôt alimentaire.

43- Tombe 20. L’adulte de la tombe 20 est âgé de plus de 20 ans. Sa tombe a livré le squelette en connexion et presque complet d’un porcelet âgé de 15 à 60 jours. L’animal était déposé, sans contenant visible, à gauche et à 20 cm du bassin du défunt. Des bioturbations, racines et terrier, ont entraîné une certaine dispersion des ossements du porc, éparpillés du bassin jusqu’à la tête du défunt. Le tamisage des sédiments d’une cruche a livré un fragment de coquille d’œuf (environ 30 mm²). Sept esquilles indéterminées et un fragment de diaphyse calcinée, d’origine indéterminée, ne sont pas pris en compte dans les dépôts funéraires.

44- Tombe 27. Le défunt de la tombe 27 est âgé de 20 à 49 ans. Une écaille de coquille d’œuf provient d’un prélèvement réalisé « en arrière » du squelette. Sept esquilles indéterminées, dont une calcinée, ne peuvent être assimilées à un dépôt alimentaire.

II.3.2.4. Les défunts de sexe féminin (tombes 2, 6, 12, 29, 30, 38)

45Tous les défunts de sexe féminin sont adultes, à l’exception de la jeune fille de la tombe 38 (sexage par le mobilier archéologique).

46- Tombe 2. La défunte de la tombe 2 est âgée de plus de 40 ans. La partie proximale d’une ulna de capriné (âgé de moins de 42 mois) a été mise au jour au niveau du pied gauche de la défunte, sans récipient associé, mais un pot en céramique entier est présent au niveau du pied droit. Le fait que la région de l’ulna soit peu charnue chez les caprinés nous amène à penser ce dépôt est de qualité moindre. Deux esquilles indéterminées ne peuvent être assimilées à un dépôt alimentaire.

47- Tombe 6. La défunte de la tombe 6 est âgée de plus de 40 ans. À droite du corps, à 20 cm au nord du pied droit, le tamisage du contenu du bol 157 a livré deux vertèbres lombaires de porc (aux disques non soudés), correspondant au dépôt d’une unique pièce de viande. L’une est tranchée transversalement en sa partie caudale. À gauche du corps, à 20 cm du genou gauche, le tamisage du contenu (renversé) de l’assiette 167 a livré une côte de porc et les restes d’une poule adulte « préparée », dont la tête et les pattes sont absentes (des traces de désarticulation sont visibles sur le distum d’un des deux fémurs). Dans la même zone, contre et à droite de la diaphyse du fémur gauche de la défunte, a été exhumé un métatarse III de porc. Un tibiotarse de poule et une phalange intermédiaire de porc proviennent du remplissage de la tombe et sont à rattacher aux dépôts mentionnés supra, tandis que sept esquilles indéterminées ne peuvent être prises en compte.

48- Tombe 12. La défunte de la tombe 12 est âgée de 20 à 29 ans. Cette sépulture n’a livré qu’un fragment de coquille d’œuf (moins de 10 mm2), attribuable à un dépôt alimentaire. Il provient du tamisage du sédiment prélevé vers la moitié inférieure du corps. Un fragment proximal de tibia de bœuf est issu du comblement de la tombe et semble avoir été rongé par un carnivore. Quatre esquilles indéterminées proviennent du tamisage. Ces restes nous paraissent devoir être écartés du corpus des dépôts.

49- Tombe 29. La défunte de la tombe 29 est âgée de 20 à 29 ans. Cette sépulture livre des dépôts alimentaires fournis : porc, capriné, poule, œuf (ou préparation à base d’œuf). À une dizaine de cm à droite du tibia droit, à proximité du gobelet 213 et du plat 214, a été mise au jour une concentration d’ossements divers (fig. 15). Le squelette incomplet d’un porcelet âgé de 15 à 60 jours y a été exhumé. On trouve là la partie médiane et ventrale d’une côte, attribuée à un capriné adulte ou subadulte, ainsi que le squelette d’une jeune poule « préparée », dont la tête et les pattes sont absentes. Eu égard à la quantité d’ossements et au volume qu’ils représentent, il nous paraît plus probable que ces denrées animales aient été déposées à côté des récipients, plutôt que dans ces derniers. En revanche, un fragment de coquille d’œuf (10 mm2) provient du tamisage du contenu du plat 214. Une vingtaine d’esquilles indéterminées sont issues de l’amas osseux porcelet-poule. Par ailleurs, trois esquilles indéterminées ne peuvent être intégrées à ces dépôts.

Fig. 15. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Tombe 29, répartition taxonomique et anatomique des dépôts carnés (PAIR).

50- Tombe 30. La défunte de la tombe 30 est âgée de plus de 50 ans. La sépulture est perturbée et la matière osseuse, humaine comme animale est mal conservée. Le matériel faunique peut donc avoir été partiellement détruit par divers remaniements stratigraphiques. Aucun des ossements animaux décelés ne peut être mis en relation stricte avec un récipient non périssable. En arrière du coude gauche de la défunte a été mis au jour un tibia de très jeune porcelet. Des sédiments remaniés provient un fémur de poule (stricto sensu) adulte. À une dizaine de cm à l’ouest de l’extrémité distale du tibia gauche de la défunte a été exhumé un fragment de tibiotarse de poule. Le tamisage de l’UP 186, prélevée autour du squelette, a livré une vertèbre cervicale de poule et deux esquilles indéterminées. Les fouilles manuelles de l’écuelle en alliage cuivreux 181 (et le tamisage de son contenu) ont permis la découverte d’une cinquantaine de fragments de coquilles d’œuf, teintés d’oxydes, pour une masse totale de 1,1 g et une surface à plat de plus de 15 cm². Ces restes proviennent probablement d’un même œuf, déposé dans l’écuelle. Ils constituent, pour ce cimetière, le seul témoignage de la présence d’un œuf entier parmi les dépôts funéraires. Neuf esquilles indéterminées ne peuvent être imputées aux denrées déposées.

Fig. 16. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Tombe 38 (PAIR).

  • 1 Je remercie ma collègue H. Hüster-Plogmann (IPNA Basel) pour avoir bien voulu examiner les clichés (...)

51- Tombe 38. La sépulture 38 (fig. 16) a été mise au jour lors du diagnostic (Logel et alii, 2006). Le sexe « archéologique » de la défunte, âgée de 5 à 14 ans, est attribué au vu de sa parure : un collier, trois bracelets, de présumées épingles à cheveux. Les vestiges fauniques proviennent de deux porcs différents (deux portions de côtes et un porcelet), de deux poules différentes (une poule stricto sensu, adulte quasi-complète, et une aile), d’un poisson1 (probablement un ilet). Il n’a pas été prélevé de sédiments lors du diagnostic, mais une écuelle, prélevée en bloc, a pu être investiguée en 2009, lors de sa restauration (cf. infra).

52À environ vingt-cinq centimètres du milieu du fémur droit de la défunte, on trouve, à même le sol, cinq côtes de porc subadulte ou adulte, de la seconde côte à la sixième gauche, tranchées entre l’angle de la côte et l’extrémité dorsale. Cette pièce de viande prend place entre un bol et un récipient en plomb ou en étain qui la recouvre partiellement. À environ vingt-cinq centimètres du pied droit se trouve dans une assiette un assemblage d’os de poule : un fragment de crâne, un segment lombosacral, les coxaux gauche et droit, les humérus gauche et droit, une ulna gauche, un radius, un fémur droit, les tibiotarses gauche et droit. Les diverses parties du squelette sont représentées, à l’exception des pattes, très probablement détachées de la poule dès sa mise à mort. Le dépôt médullaire du fémur montre qu’il s’agit d’une femelle.

53Aux pieds de la défunte, sous une écuelle en alliage cuivreux renversée sur les os, se trouvent deux diaphyses de côtes de porcs et des os de poule. Les deux côtes de porc n’appartiennent ni à l’ensemble évoqué supra ni au porcelet (voir infra). Les restes de poule, teintés par les oxydes cuivreux, se composent de cinq vertèbres cervicales et d’un radius. Lors de la restauration de cette écuelle, prélevée en bloc, tous les sédiments ont été recueillis et tamisés jusqu’à la maille d’1 mm. Une phalange I d’oiseau (doigt II de l’aile) reste indéterminée (fig. 17). L’œuf n’est pas mis en évidence dans cette écuelle, mais deux fragments d’écailles de poisson y sont décelés. L’une au moins provient d’un poisson de grande taille (fig. 18). L’absence d’autres vestiges ichtyofauniques fait envisager le dépôt d’un ilet de chair de poisson.

  • 2 Ces squelettes appartiennent à la collection de comparaison du Muséum d’histoire naturelle de Genè (...)

54Un squelette de porcelet a été mis au jour à une dizaine de cm à gauche en aval du pied gauche. Bien conservé, l’animal repose en décubitus latéral droit. Toutes les connexions anatomiques sont disjointes et perturbées, à l’exception d’une connexion stricte tête  mandibules. La position de la scapula gauche est inversée : elle apparaît en vue médiale et son angle dorsal est dirigé vers les pieds. La scapula et l’humérus droits, le fémur et le tibia gauches, sont à proximité de leur position anatomique normale mais les liaisons anatomiques sont disjointes et bouleversées. Un carpométacarpe de poule est mêlé aux vestiges porcins. Une partie des vestiges du porcelet, non positionnée, a été recueillie mélangée aux os humains. Il s’agit de deux corps vertébraux, de l’humérus gauche, des ilions gauche et droit, du fémur et du tibia droits. Le tamisage du sédiment prélevé avec le porcelet a livré quelques phalanges porcines provenant des doigts II ou III. Ce squelette porcin est donc quasi complet. Les manques anatomiques correspondent à des perturbations post-dépositionnelles. Le stade d’éruption de dI1 et de d4, la comparaison des grandes longueurs des diaphyses de l’humérus, du radius, de l’ulna, du fémur et du tibia avec celles de quelques marcassins d’âges connus2 permettent d’estimer l’âge de l’animal aux environs de sept jours.

Fig. 17. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Tombe 38, phalange d’oiseau (PAIR).

Fig. 18. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Tombe 38, fragments d’écailles de poisson (PAIR).

55La dislocation du squelette de porcelet, les remaniements spatiaux du pied droit de la défunte (éparpillé des deux côtés du squelette), la quasi-absence de son pied gauche et de sa main droite, sont autant d’indices de remaniements post-dépositionnels. De ce fait, le statut du dépôt de poule situé sous l’écuelle 38.19 en alliage cuivreux reste confus : s’agit-il d’ossements de poule en rapport avec ceux mis au jour dans l’assiette située à droite du pied droit, comme le laissent penser la présence de vertèbres cervicales sous l’écuelle 38.19 et la découverte d’un crâne de poule dans l’assiette ? S’agit-il d’un dépôt séparé dans / sous l’écuelle 38.19, composé d’une aile de poule ?

56Quelques fragments d’os longs et une vertèbre cervicale non localisés précisément dans la tombe sont attribués à la poule. Parmi eux, un troisième humérus (surnuméraire) révèle la présence d’un second gallinacé.

57Un fragment indéterminé, très déminéralisé, diffère notablement du reste de l’échantillon faunique. Pour cette raison, nous l’écartons des dépôts funéraires. Une multitude d’ossements d’amphibiens non déterminés à ce jour provient de la cruche située à droite du pied droit de la défunte. Dans l’état actuel de la question, nous ne pouvons statuer sur l’origine de cet assemblage. S’agit-il d’une faune intrusive piégée dans la cruche, ou s’agit-il d’un dépôt intentionnel ? Le tamisage du sédiment prélevé avec le squelette de porcelet livre quelques restes de microfaune intrusive : deux phalanges d’amphibien indéterminé, six dents jugales de microtidé, une mandibule et une dent inférieure de soricidé, de nombreux mollusques terrestres de la famille des Clausiliidae. Tous témoignent de la vitalité des phénomènes biologiques post-inhumatoires dans cette tombe. L’intrusion d’un hamster pourrait expliquer les remaniements des vestiges, la galerie ainsi générée servant de porte d’entrée au bestiaire intrusif.

II.3.2.5. Les défunts de sexe indéterminé (tombes 19, 22)

58Le groupe des défunts de sexe indéterminé est composé de deux enfants et d’un adulte.

59- Tombe 19. L’enfant de la tombe 19 est âgé de 5 à 9 ans. La partie supérieure de l’individu manque (en raison du décapage) et des bioturbations, racines et terrier, sont mises en évidence. Le tamisage du contenu d’un bol renversé a livré un radius et un tibiotarse de poule. Une esquille indéterminée ne peut être imputée à ces restes.

60- Tombe 22. L’enfant de la tombe 22 est âgé de 5 à 9 ans. Le tamisage du contenu d’une assiette renversée, située à gauche et à 10 cm du radius gauche, et le prélèvement de terre réalisé autour du squelette, ont tous deux livré un fragment de coquille d’œuf (environ 24 mm2). La relative richesse du mobilier funéraire de cette tombe contraste avec l’infime indice de dépôt alimentaire que sont ces coquilles d’œufs. Les bioturbations, racines et terrier, laissent envisager qu’une partie d’un éventuel dépôt carné ait disparu avec la partie inférieure du squelette, mal représentée. Il est également possible qu’un dépôt animal conséquent n’ait pas été jugé indispensable à ce jeune défunt. Deux esquilles indéterminées sont présentes.

II.4. Synthèse

II.4.1. Répartition des aliments déposés par sexe, par âge et par niveau de richesse du mobilier

61Un peu plus de la moitié des défunts est dotée de dépôts alimentaires animaux. En effet, en incluant les œufs ou préparations à base d’œufs aux denrées carnées, treize sépultures sont concernées, parmi les vingt-deux observables. Les individus les moins dotés reçoivent un œuf ou une préparation à base d’œuf, matérialisée par la mise au jour d’un simple fragment de coquille. Les individus les plus dotés (tous situés dans le groupe D) reçoivent jusqu’à un porcelet entier (sépultures 20, 29, 38), compris dans un dépôt combiné. Ces porcelets sont complétés :

  • tombe 20, par un œuf (ou une préparation à base d’œuf) ;
  • tombe 29, par une côte de capriné, une poule, un œuf (ou une préparation à base d’œuf) ;
  • tombe 38, par deux portions de côtes de porc, une poule et une aile de poule, un filet de poisson. À l’exception de l’écuelle en alliage cuivreux, les contenus des récipients de cette tombe n’ont pas été tamisés. L’absence d’écaille d’œuf ne signifie donc pas qu’un dépôt d’œuf n’a pas été pratiquée pour la tombe 38.

62Nous constatons ici une bonne corrélation entre la richesse du dépôt de mobilier (vaisselle, parure, etc.), les âges et sexes des défunts et l’importance des dépôts alimentaires (fig. 19).

63Les dépôts animaux concernent cinq des sept hommes adultes (3, 7, 13, 18, 20, 27 et 28.). Pour l’ensemble du groupe masculin, nous constatons une gradation décroissante de la richesse des aliments, sensiblement corrélée à la richesse des mobiliers déposés et matérialisée par la conjonction de tous les estimateurs (nombre de taxons, nombre et masse des restes, diversité des parties du squelette) selon l’ordre suivant : sépultures 13, 20, 18, 3 et 27. La tombe 20 livre un mobilier funéraire conséquent et la richesse des denrées animales y bien corrélée aux autres dépôts. La présence d’un porcelet entier l’amène au niveau des tombes d’adultes les mieux dotées. Remarquons que la tombe 28, intacte, ne livre ni mobilier ni denrée animale.

64Cinq des sept femmes adultes reçoivent un dépôt alimentaire (2, 5, 6, 10, 12, 29 et 30). Comme chez les hommes, nous constatons chez les défuntes une gradation décroissante de la richesse des denrées animales, corrélée à la richesse des mobiliers déposés, selon l’ordre suivant : sépultures 29, 6, 30, 2, 12. Signalons cependant que la tombe 6, mieux dotée en mobilier que la tombe 29, reçoit néanmoins un dépôt alimentaire un peu moins riche.

Fig. 19. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Répartition des dépôts alimentaires d’origine animale par ordre de richesse décroissant, selon les sexes et âges des défunts.

65À l’exception de la sépulture 38, qui est la plus riche du cimetière, que cela soit sur le plan du mobilier ou sur celui des denrées animales (fig. 19), les tombes d’immatures sont moins fréquemment et moins bien dotées en dépôts alimentaires que celles des adultes. Les sépultures 38, 19 et 22 sont les trois seules à bénéficier des dépôts alimentaires parmi sept tombes d’enfants et une d’adolescent(e) (1, 4, 11, 19, 21, 22, 32 et 38). Les tombes 19 et 22 sont assez bien dotées en mobiliers divers mais les dépôts animaux y sont de peu d’ampleur, peut-être en raison du jeune âge des défunts. Notons enfin que la tombe 11, intacte mais atypique (chap. 1.3), ne livre ni mobilier ni denrée alimentaire animale.

II.4.2. Répartition des dépôts alimentaires selon l’orientation des tombes

66À Ittenheim, la densité et la richesse des dépôts animaux sont liées à la répartition spatiale des défunts. Les dépôts les plus riches, le plus souvent combinés, se concentrent majoritairement dans les sept tombes observables du groupe D (13, 19, 20, 22, 29, 30 et 38) qui renferment toutes des dépôts alimentaires animaux.

67Dans le groupe A, qui se compose de six tombes (4, 5, 6, 7, 18, 21), seules deux livrent des dépôts alimentaires (6 et 18).

68Le groupe B est composé de sept tombes (1, 2, 3, 10, 11, 12, 32). Trois d’entre elles (2, 3, 12) livrent des dépôts alimentaires restreints : une ulna de capriné (tombe 2) ou des fragments de coquilles d’œuf (tombes 3 et 12).

69Parmi les trois inhumations du groupe C, seule la tombe 27 livre un petit dépôt alimentaire, mis en évidence par une coquille d’œuf.

II.4.3. Les dépôts alimentaires d’origine animale et le mobilier

II.4.3.1. La vaisselle

70À l’exception de la sépulture 12, où le seul mobilier consiste en une combinaison de trois bracelets et une bague, tous les dépôts alimentaires animaux sont associés à de la vaisselle, qu’ils soient contenus dans les récipients ou simplement concomitants dans la tombe.

71Quatre des sept dépôts d’œufs (tombes 20, 22, 29, 30), une des six occurrences de porc (tombe 6) et trois des sept dépôts de poule (tombes 6, 19, 38) sont nettement associés au contenu d’un récipient. Dans trois autres cas (tombes 13, 18, 38) les dépôts sont disposés sur, ou sous les récipients, ou à leur proximité. C’est donc dans neuf des treize tombes témoignant de dépôts alimentaires animaux qu’existe un rapport direct entre l’aliment et la vaisselle funéraire.

Fig. 20. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Répartition des dépôts alimentaires d’origine animale par ordre de richesse décroissant, selon l’orientation des tombes. Colonne divers : P2 signifie ceinture non portée. Bipart. signifie chambre funéraire bipartite.

72Les seuls ossements qui soient nettement dissociés des ensembles de récipients correspondent à des dépôts isolées de viande de porc, dans des sépultures où est également pratiqué le dépôt d’aliments dans, ou à proximité d’un récipient (tombes supra) : sépulture 13, deux dépôts isolés de porc, de poule à proximité d’un récipient ; sépulture 20, un porcelet isolé, un dépôt d’œuf en récipient ; sépulture 38, un porcelet isolé, une portion de porc à proximité de récipients, deux portions de poules, une portion de poisson, dans des (ou à proximité de) récipients. Enfin, les sépultures 3, 12 et 27, où les seuls vestiges animaux sont des écailles de coquilles d’œufs non positionnées, ne permettent pas de conclure quant aux positions relatives des aliments et de la vaisselle.

II.4.3.2. Les éléments de ceinture

73À Ittenheim, toutes les boucles de ceintures ont été découvertes près des membres inférieurs. Cette configuration précise n’est pas mise en évidence dans le cimetière tardo-antique de Sierentz « Sandgrube » (France, Haut-Rhin), contemporain d’Ittenheim (Heidinger, Viroulet, 1986).

  • 3 Je remercie ma collègue F. Blaizot (Inrap) pour cette suggestion.

74Indépendamment de savoir si ces boucles ont été déposées intentionnellement, ou si elles proviennent de la décomposition d’un dispositif d’enserrement du linceul3, nous constatons qu’à Ittenheim, ces éléments de ceintures « déposés » n’apparaissent que dans quatre tombes (13, 19, 22, diag. 38), appartenant toutes au groupe D, et toutes dotées de dépôts (fig. 4 et 20 code P2). Il semble donc, pour ce cimetière, y avoir un lien entre la pratique du dépôt d’aliments et la localisation des éléments de ceinture. Cependant, la recherche de cas semblables, à titre exploratoire, dans deux autres cimetières tardo-antiques caractérisés par la coexistence de la pratique du dépôt alimentaire et du « dépôt » de ceinture, n’a pas permis d’établir un lien formel entre les deux pratiques :

  • à Windisch « Dammstrasse » (Suisse, Argovie), parmi vingt-neuf tombes datées de 300 à 360 ap. J.-C. (mais dont seulement dix-neuf sont susceptibles de se prêter à l’observation des rituels funéraires), six livrent des dépôts carnés (Flück, 2004). La seule boucle de ceinture « déposée » l’est au niveau du fémur gauche du défunt de la tombe masculine 10. Aucun aliment carné n’est associé à cette tombe (un dépôt végétal y est cependant décelé) ;
  • à Oudenbourg (Belgique), parmi 216 tombes (dont 138 susceptibles de se prêter à l’observation des rituels funéraires), datées pour la plupart de la seconde moitié du ive siècle ap. J.-C., on dénombre la présence d’aliments carnés dans trente-deux tombes, la présence d’éléments de ceintures dans trente et une tombes (Gautier, 1972 ; Mertens, Van Impe, 1971). Dans dix-sept cas, le ceinturon est porté ; dans quatorze cas le ceinturon est « déposé ». Les défunts portant le ceinturon ont reçu un dépôt carné dans cinq cas et n’en ont pas reçu dans douze cas. Les défunts dont le ceinturon est « déposé » ont reçu un dépôt carné dans trois cas et n’en ont pas reçu dans onze cas.

75En l’état actuel de la question, ces deux tests montrent qu’il n’est pas possible de conceptualiser en dehors du cimetière d’Ittenheim l’existence d’un lien strict entre la pratique du dépôt funéraire d’aliments et la pratique du « dépôt » d’éléments de ceinture.

II.4.4. Le dépôt d’aliments en contexte funéraire dans l’Antiquité tardive : mise en perspective du corpus d’Ittenheim

76Les dépôts alimentaires funéraires ne se traduisent pas nécessairement par des témoignages osseux. Certaines denrées carnées peuvent consister en viandes désossées, fondamentalement inaptes à laisser des indices. On connaît par ailleurs l’existence de dépôts alimentaires végétaux, qui laissent le plus souvent des traces encore plus ténues que les restes fauniques (Le Bec, 2002 ; Marinval, 2004). Citons, par exemple, pour l’Antiquité tardive Windisch « Dammstrasse » (Suisse, Argovie), tombes 4, 10, 17, 19, 22 (Flück, 2004) ; Lauffen am Neckar (Allemagne, Baden-Württemberg) tombe 2 (Schach-Dorges, 1981). L’éventualité de la présence d’aliments liquides (eau, lait, vin, etc.) doit être aussi envisagée. Par exemple, à Ittenheim le tamisage du contenu de la vaisselle funéraire à permis de collecter des dépôts minéraux au fond des gobelets des tombes 13 et 19.

77Les données fauniques d’Ittenheim sont relativement en accord avec le modèle établi par B. Young (1977, p. 40) quant aux rites funéraires du Bas-Empire : « la coutume normale, comme nous l’avons vue définie en Gaule septentrionale, était le dépôt de poulet, de viande ou d’œuf avec la vaisselle, et ceci dans une minorité plus ou moins importante de tombes. Nous avons l’impression que l’offrande alimentaire était la garniture occasionnelle du dépôt funéraire dont l’élément principal était le dépôt de vaisselle ».

78Cependant, pour le cimetière d’Ittenheim, la pratique du dépôt alimentaire n’a rien de minoritaire ni d’occasionnel, puisqu’elle concerne plus de la moitié des tombes. En réalité, la pratique du dépôt alimentaire dans l’Antiquité tardive offre une image très hétérogène, où le nombre de tombes concernées à l’intérieur d’un même regroupement funéraire, et les proportions respectives des différents taxons impliqués dans les aliments, varient notablement d’un cimetière à l’autre (voir par exemple Lepetz, Van Andringa, 2004, p. 165).

79Comme le montrent divers travaux de synthèse (Le Bec, 2002 ; Lepetz, 1993 ; Young, 1997), on constate avant tout d’extrêmes variabilités de conservation, de qualité de prélèvement des restes fauniques, de méthodologie archéozoologique, largement liées aux conditions physico-chimiques d’enfouissement des vestiges et à l’ancienneté de certaines fouilles.

80Un bon exemple de destruction des matières animales par les phénomènes taphonomiques post-dépositionnels est donné par la fouille récente de Saint-Nom-La-Bretèche « Le Buisson Sainte-Anne » (France, Yvelines), où parmi vingt sépultures, aux squelettes très attaqués par les processus taphonomiques, seul un dépôt « d’oiseau indéterminable » est décelée (Gonçalves-Buissart et alii, 2008, p. 234). Au contraire, dans la nécropole de Kaiseraugst (Suisse, Argovie), qui ne livre pour l’ensemble des deux phases tardo-antiques ZS A et ZS B que huit dépôts animaux pour environ 450 tombes, c’est plutôt l’ancienneté des fouilles qui pourrait expliquer la rareté des dépôts alimentaires (Martin, 1991).

81Nous nous proposons ci-après de mettre succinctement en perspective les données d’Ittenheim avec d’autres, issues de fouilles relativement récentes, pour esquisser les grandes lignes de la recherche en cours.

82La pratique du dépôt d’aliments n’étant pas uniforme, on constate au Bas-Empire une gradation d’un cimetière à l’autre, sans percevoir nettement de cohérence géographique dans ce phénomène. À Courroux, 350-400 ap. J.-C. (Suisse, Jura), parmi les dix-neuf inhumations observables, datées de la seconde moitié du ive siècle, seule la tombe 35 contenait indiscutablement des restes animaux pouvant être interprétés comme un dépôt alimentaire (Martin-Kilcher, 1976). À Yverdon « Pré de la Cure » (Suisse, Vaud), dans la phase ancienne de la nécropole (300-450 ap. J.-C.), seules deux sépultures (174 et 224) appartenant à un groupe de dix-sept tombes dotées de vases, parmi les 84 tombes que compte cette phase, livrent des dépôts alimentaires avérés (Steiner, Menna, 2000). En Bavière, à Neuburg an der Donau, 330-360 ap. J.-C., ce n’est que dans trois tombes (12, 73, 90) parmi cinquante-quatre qu’ont été exhumées des denrées animales (Keller, 1979). À Sierentz « Sandgrube » (France, Haut-Rhin), 365-400 ap. J.-C., seules huit tombes (7, 12, 14, 23, 30, 31, 42, 53) en ont livré parmi les quarante-cinq tombes observables (Heidinger, Viroulet, 1986). À Oudenbourg (Belgique), 350-410 ap. J.-C., parmi les 138 tombes observables, près d’une tombe sur quatre (soit trente-deux tombes) livre des dépôts alimentaires (Gautier, 1972 ; Mertens, Van Impe, 1971). À Tremblay-en-France (France, Seine-Saint-Denis), iiie-ve siècle, douze tombes sur trente-six contiennent des aliments d’origine animale, soit presque une tombe sur trois (Bouet, 2008), comme à Windisch « Dammstrasse », 300-360 ap. J.-C. (Flück, 2004), où des matiéres carnées apparaissent dans six des dix-neuf tombes observables (4, 11, 17, 19, 22, 23). À Ittenheim, il s’agit de près d’une tombe sur deux, que l’on intègre ou non les données issues du tamisage des sédiments.

83À la variation d’intensité de la pratique dépôt d’aliments évoquée supra se superpose une variabilité des taxons rencontrés. S. Lepetz remarque qu’il est « fréquent de rencontrer des dépôts composés uniquement d’os de poules » (1996, p. 151) et constate que la poule est au Bas-Empire l’animal le mieux représenté dans les sépultures (Lepetz, 2001, p. 217 ; Lepetz, Van Andringa, 2004, p. 165). C’est le cas à Tremblay-en-France, Seine-Saint-Denis (Bouet, 2008) et à Sierentz « Sandgrube », France, Haut-Rhin (Heidinger, Viroulet, 1986), où il s’agit de la seule espèce déterminée dans les dépôts carnés. À Epiais-Rhus (France, Val-d’Oise), parmi les trente-sept inhumations datées du ive siècle qui contenaient des restes animaux, la poule apparaît trente et une fois (sous forme de squelettes complets ou préparés par l’ablation de la tête et des extrémités des pattes). Dans vingt et un de ces cas, la poule y est le seul aliment d’origine animale. Dans les neuf autres cas, elle est associée au porc (cinq occurrences), au mouton (deux occurrences), au bœuf (une occurrence) et une fois seulement au bœuf et au mouton (Méniel, 1995, p. 150). Dans six cas seulement, la poule n’apparaît pas et le porc n’est mis au jour que dans dix sépultures.

84À Vron (France, Somme), parmi les dépôts alimentaires provenant de trente-quatre inhumations et d’une incinération, datées de la fin du ive et du début du ve siècle, la poule prévaut (présente dans trente-deux inhumations et dans l’incinération). Le porc n’y apparaît qu’une fois et des œufs sont mis au jour dans deux dépôts (Méniel, 1995, p. 154). La prévalence de la poule dans les dépôts funéraires tardo-antiques du nord de la Gaule n’est cependant pas la règle absolue. Dans le cimetière militaire d’Oudenbourg (Belgique) le porc domine (Gautier, 1972 ; Mertens, Van Impe, 1971). On en relève dix-neuf occurrences, dix-sept de poule et quelques-unes de bœuf, caprinés, équidé, chien et oie. On signale même, à Frénouville (France, Calvados), un ensemble de dix dépôts alimentaires (d’où la poule est absente) composés principalement d’huîtres et de coquillages marins (Pilet, 1980 cité par Le Bec, 2002). À Ittenheim, comme en Argovie à Windisch « Dammstrasse » (Flück, 2004), le nombre d’occurrences de porcs et de poules est sensiblement équivalent, et le porc y matérialise l’apport carné le plus conséquent. À Bonaduz (Suisse, Grisons), dans la phase précoce du cimetière (deuxième moitié du ive siècle à début du ve siècle), parmi vingt-sept sépultures, neuf livrent des dépôts alimentaires d’origine animale et trois, au moins (113, 114, 138), livrent des dépôts composites : caprinés-porc-poule, bœuf-caprinés-poule, porc-caprinés (Schneider-Schnekenburger, 1980).

85Au vu des données qui précèdent, quelques éléments de synthèse peuvent être esquissés. La rareté des dépôts alimentaires d’animaux est avérée dans la Suisse occidentale du Bas-Empire (Steiner, Menna, 2000, p. 100), mais le manque de données funéraires disponibles pour cette zone dans la seconde moitié du ive siècle doit être gardé à l’esprit (Steiner, 2002, p. 82). Les dépôts de poule prévalent en Gaule du Nord et la présence d’aliments carnés y varie considérablement selon les cimetières (voir par exemple les travaux de S. Lepetz cités supra). On pourrait émettre ici l’hypothèse que les dépôts alimentaires d’origine animale soient plus fréquents et plus diversifiés vers le Litus Saxonicum (Oudenbourg) ou aux alentours du limes rhéto-germanique (Bonaduz, Ittenheim, Windisch). Toutefois, l’abondance de contre-exemples matérialisés par des dépôts alimentaires restreints et par des dépôts monospécifiques de poule, aux confins du limes : en Alsace à Sierentz « Sandgrube », en Bavière à Neuburg an der Donau et dans d’autres cimetières mentionnés par S. Lepetz (1996), obligent à la plus grande prudence en ce domaine.

Conclusion (É. C.-M. et O. P.)

86À Ittenheim l’apport du tamisage fut bénéfique à la connaissance des rites funéraires. On lui doit la mise en évidence de six des sept dépôts d’œufs et de la seule occurrence de poisson. La pratique du tamisage, anticipée en amont de la fouille, enrichit indéniablement la collecte des données : sans tamisage neuf tombes sur vingt-deux montrent la présence d’aliments ; avec tamisage, il s’agit de treize tombes sur vingt-deux. Nous avons privilégié ici un décompte matérialiste des œufs, ou ils constituent le dépôt alimentaire de base dans les tombes les moins dotées en mobilier (chap. 2.4.1). Nous nous garderons toutefois de réduire l’œuf à de simples opérations algébriques, son rôle symbolique dans les rites funéraires étant bien établi, en divers lieux et de façon diachronique (Garcia Petit, 2002).

87En conclusion, l’étude des restes fauniques du cimetière d’Ittenheim a montré que, pour cet ensemble funéraire, il existe bien un rapport entre la richesse des tombes et celle des aliments déposés. La gradation des dépôts alimentaires, d’un unique œuf au dépôt combiné « porc-poule-œuf » ou « porc-poule-oiseau-poisson », y est le plus souvent corrélée à la richesse du mobilier. De plus, leur qualité varie aussi selon les regroupements d’inhumés, matérialisés par l’orientation des tombes.

88En l’état actuel de la question, la pratique intense du dépôt semble être, durant l’Antiquité tardive, un phénomène rural dont les variations quantitatives, taxonomiques et géographiques sont encore mal connues. De ce fait, même si cette interprétation demande à être nuancée (Blaizot et alii, 2004, p. 148), on ne peut que souscrire aux propos de B. Young (1977, p. 39) qui souligne la rareté des dépôts alimentaires dans les agglomérations, à Strasbourg par exemple, et qui pose la question de la pratique d’une « vieille coutume rurale, démodée dans les villes plus évoluées » ou d’une « association avec des couches culturellement plus ‘indigènes’ que romanisées ».

89En Alsace, à la différence de la période mérovingienne, où le dépôt d’aliments, lorsqu’il est attesté, montre une fréquence très souvent supérieure à ce qui est généralement relevé dans le nord de la Gaule, en renvoyant plutôt vers le monde germanique, les vallées du Main et du Rhin, l’Allemagne du Sud-Ouest (Mittermeier, 1986 ; Dierkens et alii, 2008, p. 289-290 ; Putelat, 2015), il reste très difficile de différencier dans les rites funéraires tardo-antiques ce qui résulte du maintien des pratiques indigènes et romaines, de ce qui s’installe avec l’arrivée de nouvelles coutumes germaniques.

90Les dépôts alimentaires funéraires, lorsqu’ils sont en nombre suffisant, pourraient donc être un estimateur efficace des différences sociales et culturelles. Mais l’archéozoologie funéraire n’est pas l’ostéomancie et la qualité des résultats sera toujours soumise à la qualité des données archéologiques initiales et à l’interdisciplinarité de la recherche. Il importe donc, comme cela se fait dans le cadre du Programme collectif de recherche « Aspects des cultures matérielles et formes d’occupation des ive et ve siècles dans la partie méridionale de la vallée du Rhin supérieur (Alsace et Pays de Bade) », de procéder à un travail de fond, qui prenne en compte l’ensemble du mobilier funéraire et ses combinaisons, la position des aliments dans la tombe, les données anthropologiques et archéozoologiques, afin d’affiner notre vision des rites funéraires sur la rive gauche du Rhin.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Barone R., 1986, Anatomie comparée des mammifères domestiques, 3ème éd., Vol. 1, Ostéologie, Paris, Vigot, 761 p.

Barrand-Emam H., Plouin-Fortuné C. dir., avec les coll. de Boutier S., Cartier-Mamie É., Chenal F., Fort B., Le Martret A., Louis A., Martin S., Minni D., Putelat O., Roth-Zehner M. et Waton M.-D., à paraître, « Ittenheim ‘Rue du Stade’ : un ensemble funéraire complet de 23 sépultures (du milieu du ive au milieu du ve siècle) », in : Kuhnle G. dir., L’Antiquité tardive dans la partie méridionale de la vallée du Rhin supérieur (Alsace et Pays de Bade) : aspects des cultures matérielles et formes d’occupation des ive et ve suppl. siècles, Dijon, à la R.A.E.

Blaizot F., Baudoux J., Thomann E., Boës É., Boës X., Flotté P., Macabéo G., 2004, « L’ensemble funéraire de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge de Sainte-Barbe à Strasbourg (Bas-Rhin) », R.A.E., t. 53, p. 85-188.

Blaizot F., Bel V., Bonnet C., Wittman A., Vieugué J., Deberge Y., Georges P., Gisclon J.-L., 2009, « La pratique de l’inhumation », in : Blaizot F. dir., Pratiques et espaces funéraires dans le centre et le Sud-Est de la Gaule durant l’Antiquité, Paris, CNRS éd., p. 15-87 (Gallia, 66.1).

Bouet C., 2008, « Les offrandes animales », in : Gonçalves-Buissart C., Lawrence-Dubovac P., Le Forestier C., « Présentation de deux nécropoles à inhumations du Bas-Empire fouillées récemment », Revue archéologique d’Île-de-France, t. 1, p. 227-254.

Cartier É., 2007, Ittenheim ‘Lotissement du Stade’, Rapport de fouille, ANTEA-Archéologie, S.R.A. Alsace, vol. 1 : 141 p. et vol. 2 : 115 p.

Castella D., 1999, La nécropole gallo-romaine d’Avenches ‘En Chaplix’ : fouilles 1987-1992, vol. 1 : 334 p. et vol. 2 : 466 p., 8 pl. (Cahiers d’archéologie romande, 77 – Aventicum, IX).

Coutureau M., Beauval C., Ferrié, J.-G., Yvinec J.-H., 2003, Corpus de squelettes de mammifères : le blaireau (Meles meles), [En ligne] www.arkzoo.archeozoologie-archaeozoology.org/sommaire (page consultée le 8 novembre 2010).

Decanter F., 2004, « Des offrandes alimentaires de qualité », in : Châtelet M. et alii, Trésors mérovingiens d’Alsace : la nécropole d’Erstein (6e-7e siècle après J.-C.), Catalogue d’exposition, Strasbourg, Les Musées de Strasbourg, p. 75-78 (Fouilles récentes en Alsace, 6).

Dierkens A., Le Bec C., Périn P., 2008, « Sacrifice animal et offrandes alimentaires en Gaule mérovingienne », in : Lepetz S., Van Andringa W. dir., Archéologie du sacrifice animal en Gaule romaine : rituels et pratiques alimentaires, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 279-299.

Duday H., 2005, « L’archéothanatologie ou l’archéologie de la mort », in : Vandermeersch B., Dutour O., Hublin J.-J. dir., Objets et méthodes en paléoanthropologie, Paris, éd. du CTHS, p. 153-215 (Orientations et méthodes, 7).

Flück H., 2004, « Das Gräberfeld Windisch-Dammstrasse : ein Ausschnitt eines spätrömischen Gräberfeldes in Unterwindisch », Jahresbericht der Gesellschaft Pro Vindonissa, p. 51-104.

Garcia Petit L., 2002, « La migration du coq : de l’Extrême-Orient à la Méditerranée », in : Gardeisen A. dir., Mouvements ou déplacements de populations animales en Méditerranée au cours de l’Holocène, Oxford, British archaeological Reports, p. 73-82 (BAR, Intern. series, 1017).

Gautier A., 1972, « Dierenresten van het laatromeins grafveld te Oudenburg (Prov. West-Vlaanderen, Belgie) », Helinium, 12, p. 162-175.

Gérard C., 1871, Essai d’une faune historique des mammifères sauvages de l’Alsace, Paris, Berger-Levrault, 422 p.

Gonçalves-Buissart C., Lawrence-Dubovac P., Le Forestier C., 2008, « Présentation de deux nécropoles à inhumations du Bas-Empire fouillées récemment », Revue archéologique d’Île-de-France, t. 1, p. 227-254.

Google Earth, http://www.google.fr/intl/fr/earth/index.html, « Ittenheim », cliché du 19 juillet 2006.

Grant A., 1982, « The use of tooth wear as a guide to the age of domestic ungulates », in : Wilson B., Grigson C., Payne S. éd., Ageing and sexing animal bones from archaelogical sites, Oxford, p. 91-108 (BAR, British series, 109).

Gruet Y., 2004, Rapport ‘Sur une coquille d’œuf gallo-romaine’» d’une coupelle gallo-romaine du Musée des antiquités nationales et confiée par Arc’Antique, inédit, 5 p.

Habermehl K.-H., 1975, Die Altersbestimmung bei Haus- und Labortieren, Berlin, Hambourg, P. Parey Verl., 216 p.

Heidinger A., Viroulet J.-J., 1986, Une nécropole du Bas-Empire à Sierentz, fin du ive siècle après J.-C., Uffheim, Annuaire de la Soc. d’Histoire de la Hochkirch., 108 p., 39 pl.

Horard-Herbin M.-P., 1997, Le village celtique des arènes à Levroux : l’élevage et les productions animales dans l’économie de la fin du second Âge du Fer, Tours, 206 p. (12ème suppl. à la R.A.C.F. - Levroux, 4).

Keepax C.-A., 1981, « Avian egg-shell from archaeological sites », Journal of Archaeological Science, 8, p. 315-335.

Keller E., 1979, Das spätrömische Gräberfeld von Neuburg an der Donau. Mit einem Beitrag von Gerfried Ziegelmayer, Kallmünz, M. Lassleben, 131 p., 17 fig., 40 tabl. (Materialhefte zur Bayerischen Vorgeschichte, 40).

Le Bec C., 2002, Les offrandes alimentaires dans les nécropoles mérovingiennes entre Seine et Rhin, Mémoire de maîtrise, Univ. de Paris I, Panthéon Sorbonne, vol. 1, 99 p., vol. 2, 124 p., vol 3, 4 et 5 (n. p.).

Lepetz S., 1993, « Les restes animaux dans les sépultures gallo-romaines », in : Ferdière A. dir., Monde des morts, monde des vivants en Gaule rurale, Actes du colloque ARCHEA/AGER, Orléans, 7-9 fév. 1992, Tours, FERACF, p. 37-44 (6ème suppl. à la Revue archéologique du Centre de la France).

Lepetz S., 1996, L’animal dans la société gallo-romaine de la France du Nord, Amiens, 174 p (Revue archéologique de Picardie, n° spécial, 12).

Lepetz S., 2000, « Sacrifices et inhumations de chevaux et de chiens en France du nord au iiie siècle après J.-C. », in : Bodson L. dir., Ces animaux que l’homme choisit d’inhumer : contribution à l’étude de la place et du rôle de l’animal dans les rites funéraires, Journée d’étude, Univ. de Liège, 20 mars 1999, Liège, Univ. de Liège, p. 93-125 (Colloques d’histoire des connaissances zoologiques, 11).

Lepetz S., 2001, « L’interprétation des vestiges animaux dans les sépultures gallo-romaines », in : Geoffroy J.-F., Barbé H., Thoquenne V., Cokelaer B. dir., Les nécropoles à incinérations en Gaule Belgique : synthèses régionales et méthodologie, Actes du XIXème colloque international du Centre de Recherches archéologiques de l’Univ. Charles-de-Gaulle-Lille 3, 13-14 déc. 1996, Lille, Revue du Nord et Univ. Charles-de-Gaulle - Lille 3, p. 215-219 (Coll. Art et Archéologie, 8).

Lepetz S., Van Andringa W., 2004, « Caractériser les rituels alimentaires dans les nécropoles gallo-romaines : l’apport conjoint des os et des textes », in : Baray L. dir., Archéologie des pratiques funéraires : approches critiques, Actes de la table ronde organisée par l’UMR 5594 du CNRS, Univ. de Bourgogne, et Bibracte, Centre archéologique européen, 7-9 juin 2001, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen, p. 161-169 (Bibracte, 9).

Logel T., Burg F., Bouquin D., 2006, Ittenheim (Alsace, Bas-Rhin), lotissement du stade, Rapport de diagnostic, Sélestat, Centre dép. d’Archéologie du Bas-Rhin, 75 p.

Marinval P., 2004, « Offrandes alimentaires d’origine végétale en contexte funéraire gallo-romain », in : Baray L. dir., Archéologie des pratiques funéraires : approches critiques, Actes de la table ronde organisée par l’UMR 5594 du CNRS, Univ. de Bourgogne, et Bibracte, Centre archéologique européen, 7-9 juin 2001, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen, p. 197-206 (Bibracte, 9).

Martin M., 1991, Das spätrömisch-frühmittelalterliche Gräberfeld von Kaiseraugst, Kt. Aargau. Teil A : Text, Derendingen-Solothurn, Habegger, 357 p., 2 pl., 3 h. t. (Basler Beiträge zur Ur- und Frühgeschichte, 5).

Martin-Kilcher S., 1976, Das römische Gräberfeld von Courroux im Berner Jura, Derendingen-Solothurn, Habegger, 231 p. (Basler Beiträge zur Ur-und Frühgeschichte, 2).

Méniel P., 1995, « Les animaux dans les offrandes funéraires de sept nécropoles de la période romaine », in : Homme et animal dans l’Antiquité romaine, Actes du colloque de Nantes, 1991, Tours, Centre de recherches A. Piganiol, p. 145-162, 3 fig. (Caesarodunum, hors série).

Méniel P., 2008, Manuel d’archéozoologie funéraire et sacrificielle : Âge du Fer, Gollion, Infolio Archeodunum, 188 p.

Mertens J., Van Impe L., 1971, Het laat-Romeins grafveld van Oudenburg, t. 1, Brussel, Service national des fouilles, 247 p. (Archaeologica Belgica, 135).

Mittermeier I., 1986, Speisebeigaben in Gräbern der Merowingerzeit, Inaugural-Dissertation zur Erlangung der Doktorwürde der Philosophischen Fakültät Julius-Maximilians, Universität zu Würzburg, vol. 1 : 595 p., vol. 2 : 147 cartes, vol. 3 : 495 p.

Morel P., 1990, « Quelques remarques à propos de coquilles d’œufs découvertes dans une tombe de l’époque augustéenne à Sion Petit-Chasseur », in : Schibler J., Sedlmeier J., Spycher H., Festschrift für Hans R. Stampfli : Beiträge zur Archäozoologie, Archäologie, Anthropologie, Geologie und Paläontologie, p. 141-146.

Putelat O., 2015, Les relations homme-animal dans le monde des vivants et des morts : éude archéozoologique des établissements et des regroupements funéraires ruraux de l’Arc jurassien et de la Plaine d’Alsace, de la fin de l’Antiquité tardive au premier Moyen Âge, Thèse d’archéologie, Paris, Univ. de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 1045 p., 732 fig. DOI : 10.13140/RG. 2.1.5115.1202.

Schach-Dorges H., 1981, « Frühalamanische funde von Lauffen am Neckar », in : Festschrift für Hartwig Zürn, Stuttgart, Schweizerbart, p. 615-660 (Fundberichte aus Baden-Württemberg, 6).

Schneider-Schnekenburger G., 1980, Churrätien im Frühmittelalter auf Grund der archölogischen Funde, München, Beck, C.H., 226 p. et 75 tabl. (Münchener Beiträge zur Vor- und Frühgeschichte, 26).

Sidell E.J., 1993, A methodology for the identification of archaelogical eggshell, Philadelphia, The Univ. Museum of Archaeology, 45 p. (MASCA, Suppl. to vol. 10).

Steiner L., 2002, « Les nécropoles de Suisse occidentale entre le 4e et le 8e siècle », in : Windler R., Fuchs M. dir., De l’Antiquité tardive au haut Moyen Âge (300-800) : Kontinuität und Neubeginn, Basel, Sweizerische Gesellschaft für Ur- und Frühgeschiche, p. 79-88 (Antiqua, 35).

Steiner L., Menna F., 2000, La nécropole du Pré de la Cure à Yverdon-les-Bains ( ive-viie. s. ap. J.-C.), Lausanne, Cahiers d’archéologie romande, 352 p. (Cahiers d’archéologie romande, 75 et 76).

Studer J., 1998, « Restes fauniques de Marin NE-Le Chalvaire couches 4 et 5 », in : Rouvinez F., « Marin NE-Le Chalvaire : habitat de l’Âge du Bronze moyen », Annuaire de la Société Suisse de Préhistoire et d’Archéologie, 81, p. 95-97.

Van den Brink F.-H., 1971, Guide des mammifères d’Europe, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé, 263 p.

Young B., 1977, « Paganisme, christianisation et rites funéraires mérovingiens », Archéologie médiévale, 7, p. 5-83.

*

Notes

1 Je remercie ma collègue H. Hüster-Plogmann (IPNA Basel) pour avoir bien voulu examiner les clichés photographiques de ces écailles et confirmer leur origine ichtyofaunique.

2 Ces squelettes appartiennent à la collection de comparaison du Muséum d’histoire naturelle de Genève.

3 Je remercie ma collègue F. Blaizot (Inrap) pour cette suggestion.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 . Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Localisation d’Ittenheim dans le Bas-Rhin (ANTEA-Archéologie).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4357/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Fig. 2. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Localisation de la zone fouillée (image Google Earth (c) 2006).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4357/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 3. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Plan général (É. Cartier-Mamie, ANTEA-Archéologie).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4357/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 4. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Répartition des sépultures par orientation (É. Cartier-Mamie, ANTEA-Archéologie).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4357/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Légende Fig. 5. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Tombe 3 présentant des traces ligneuses (ANTEA-Archéologie).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4357/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 731k
Légende Fig. 6. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. De gauche à droite : gobelet en verre Ising 96, bague et bracelet en alliage cuivreux (ANTEA-Archéologie).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4357/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Légende Fig. 7. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Tombe 6 (ANTEA-Archéologie).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4357/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 602k
Légende Fig. 8. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Cruche (Échelle 1/5, DAO : A. Richard, ANTEA-Archéologie).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4357/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Fig. 10. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Tombe 13 : dépôt d’une ceinture en avant du genou gauche de l’individu (ANTEA-Archéologie).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4357/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 486k
Légende Fig. 9. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Tombe 3 : cruchon Alzey 30 situé à l’extérieur du contenant (ANTEA-Archéologie).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4357/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Fig. 11. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Tombe 11 (ANTEA-Archéologie).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4357/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 587k
Légende Fig. 12. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. De gauche à droite : tombe 5 et tombe 18 : vers une bipartition (ANTEA-Archéologie).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4357/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 747k
Légende Fig. 13. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Présentation d’ensemble du matériel faunique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4357/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Fig. 14. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Répartition anatomique des ossements de blaireau de la tombe 5 (PAIR, squelette d’après Coutureau et alii, 2003).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4357/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Fig. 15. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Tombe 29, répartition taxonomique et anatomique des dépôts carnés (PAIR).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4357/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 16. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Tombe 38 (PAIR).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4357/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 493k
Légende Fig. 17. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Tombe 38, phalange d’oiseau (PAIR).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4357/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Fig. 18. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Tombe 38, fragments d’écailles de poisson (PAIR).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4357/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 19. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Répartition des dépôts alimentaires d’origine animale par ordre de richesse décroissant, selon les sexes et âges des défunts.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4357/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 20. Ittenheim ‘Lotissement du Stade’. Répartition des dépôts alimentaires d’origine animale par ordre de richesse décroissant, selon l’orientation des tombes. Colonne divers : P2 signifie ceinture non portée. Bipart. signifie chambre funéraire bipartite.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4357/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 389k

© ARTEHIS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search