Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, II

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Michel Kasprzyk
, 
Bérengère Fort

Thème n° 1. Nécropoles de l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule

Un ensemble funéraire de la fin du IVe siècle découvert à Marigny-les-Usages (Loiret)

Laurent Fournier et Marie-Pierre Chambon

Résumé

L’intervention réalisée au cours de l’été 2006 avait pour cadre des terrains situés sur le territoire communal de Marigny-les-Usages (Loiret) en bordure ouest de la route nationale 152 qui reprend le tracé de la voie antique reliant Orléans à Reims. Cinq grandes phases successives d’occupation du site durant la période romaine ont pu être identifiées. Les vestiges du Haut-Empire se succèdent du ier au iiie siècle sans hiatus apparent. Au Bas-Empire, le site est marqué par le développement d’un établissement routier dont les contours restent mal définis. Après l’abandon de ce dernier, le site connaît l’installation d’une petite nécropole au sud-ouest de l’habitat déserté ; elle matérialise l’ultime phase d’occupation antique et est attribuable au dernier tiers du ive siècle.

Texte intégral

1L’ensemble funéraire découvert sur la commune de Marigny-les-Usages (Loiret) (Fournier et alii, 2007) se développe le long d’une ancienne voie romaine qui reliait la ville d’Orléans à l’est de la Gaule (Reims). Les fouilles récentes conduites le long de cet axe prouvent son importance économique et stratégique durant le Bas-Empire et le début de la période mérovingienne (Ferdière, 1971 ; Fournier et alii, 2010 ; Vacassy, 2011 ; Guiot, 2011) (fig. 1).

2Cinq grandes phases successives d’occupation du site ont pu être identifiées durant la période romaine. Les vestiges du Haut-Empire se succèdent du ier au iiie siècle sans hiatus apparent. Au Bas-Empire, un établissement routier dont les contours restent flous se développe à l’ouest de la voie antique. Après son abandon, le site connaît l’installation d’une petite nécropole au sud-ouest de cet établissement ; elle matérialise l’ultime phase d’occupation antique et est attribuable au dernier tiers du ive siècle. À l’heure actuelle, aucun habitat ne peut être encore associé à cette nécropole.

Fig. 1. Localisation de Marigny-les-Usages.

1. Description générale de la nécropole

3L’ensemble funéraire de Marigny-les-Usages compte vingt-sept sépultures qui s’organisent en petits groupes comptant de quatre à six inhumations, probablement séparés par des espaces de circulation. L’organisation d’un cinquième groupe, situé légèrement à l’écart, au sud-ouest de la zone funéraire principale, apparaît plus anarchique et les recoupements y sont plus nombreux. En règle générale, les squelettes étaient très mal conservés et les observations anthropologiques ont été très limitées (fig. 2).

4Toutes les fosses sont de grande taille. À l’intérieur de chacune se trouve un contenant, cercueil ou coffre, dans lequel a été déposé un individu. Deux orientations sont observées : la majorité des défunts a la tête au nord-est ; seules quatre sépultures constituant un groupe (F. 2-98, F. 2-99, F. 2-100 et F. 2-204) ont la tête au sud-ouest.

5Le mobilier d’accompagnement découvert dans douze des vingt-sept sépultures est placé soit au niveau de la tête, soit au niveau des pieds des défunts.

2. Les sépultures de tradition gallo-romaine

6La majorité de ces sépultures, à l’instar de F.2-93 et F.2-94, a livré un mobilier classiquement reconnu dans les dépôts funéraires du Bas-Empire : vaisselle en verre et en céramique, clous de chaussures, monnaies, avec cependant quelques originalités.

2.1. La sépulture F.2-93

7Il s’agit d’une sépulture d’enfant dont les ossements ne sont pas conservés (fig. 3). La fosse sépulcrale, orientée nord-ouest/sud-est, est de forme ovale. Elle mesure 1,80 m de longueur pour une largeur de 0,70 m. La profondeur conservée est de 0,45 m. Cette fosse est comblée par un sédiment argilo-sableux de couleur grise, mêlé de nodules et de fragments de calcaire. Six clous matérialisent la présence d’un contenant en matériaux périssables.

Fig. 2. Plan général de la nécropole. Topographie : B. Wedajo ; dessins : N. Liévaux, C. Roncier et Ch. Batisse ; restitution graphique : V. Vallié, L. Fournier.

8Le dépôt est constitué d’une céramique (coupe à collerette en sigillée ou dérivée no 2821-1) (fig. 4) mise au jour dans le quart sud-est de la fosse et de deux gobelets en verre : un bol bas apode sans décor (forme Isings 96a/T 49a/AR 60.1a ; no 2821-2) et un barillet (forme Isings 89/AR 161 ; no 2821-3). Ce dépôt est complété par un lot de six monnaies déposées dans la partie médiane de la sépulture (fig. 5). Une scorie de forge en fait peut-être également partie.

2.2. La sépulture F.2-94

9Elle a été mise au jour au sud de F.2-93 et est orientée nord-ouest/sud-est. La fosse mesure 0,94 m de largeur et 2,27 m de longueur. Elle est conservée sur une profondeur de 0,92 m. Le squelette est incomplet et son état de conservation est très mauvais (fig. 6). Le défunt est inhumé sur le dos, le crâne au nord-ouest, les membres inférieurs en extension. Neuf clous ont été découverts sur le fond de la fosse : quatre le long du côté gauche, trois le long du côté droit et deux, moins profondément enfouis, pointent vers le fond du creusement. Ils permettent de restituer un contenant fait d’au moins six planches, large de 0,48 m et long de 1,86 m.

Fig. 3. Plan et mobilier d’accompagnement de la sépulture F.2-93.

Fig. 4. Coupe à collerette en sigillée ou dérivée mise au jour dans la sépulture F.2-93. Elle présente une surface très altérée avec quelques traces d’engobe visibles aux teintes variant du rouge à l’orangé. La pâte est orangée peu micacée. L’origine de cet individu n’a pas pu être précisée (cl. F. Périllaud, Inrap).

10Le dépôt est constitué de trois céramiques déposées au niveau des pieds. Il s’agit d’une jatte à collerette à fond annulaire en céramique à pâte sombre (no 2840-1), d’une coupe à panse hémisphérique à lèvre en amande et deux rainures sous la lèvre (no 2840-3) et d’un pichet de petite taille (no 2840-2). Ce dernier individu, en pâte brunâtre, est très certainement l’un des vases les plus intéressants du site. Il se singularise par une glaçure épaisse, de couleur brun-vert, recouvrant partiellement la paroi extérieure (fig. 7). Si la forme appartient au répertoire classique du Bas-Empire, la présence d’une glaçure en fait un objet très particulier. Pour l’Antiquité tardive, les productions de vaisselles glaçurées sont connues dans des contrées éloignées comme la Rhénanie, la Pannonie et le nord de l’Italie. L’origine exacte de ce vase n’a pas encore été identifiée mais il faut souligner que ce type de produit reste exceptionnel dans cette partie de la Gaule et doit être lié plus à un individu (le défunt ?) qu’à un commerce régulier.

Sép.

N° iso

NOM

Date A

Date B

F 2-93

2821

VALENS

367

375

F 2-93

2821

VALENS

364

378

F 2-93

2821

VALENS

364

378

F 2-93

2821

VALENS

364

378

F 2-93

2821

VALENS

364

375

F 2-93

2821

VALENTINIEN Ier (ou VALENS ou GRATIEN)

364

378

Fig. 5. Les monnaies de la sépulture F.2-93 (identification : J.-L. Roche, Musée de Bourges).

3. Le témoignage d’une présence d’agents de l’État ?

11Deux inhumations masculines ont particulièrement retenu notre attention. Elles se singularisent par la présence d’un mobilier plus atypique : fibules cruciformes, couteaux, boucles avec ardillons en fer, plaques-boucles, pince à épiler en bronze. Ces éléments attestent le statut d’agents de l’État des deux défunts (pour les fibules cruciformes, voir les remarques de Jobst, 1975, p. 94 ; Pröttel, 1988 ; Steuer, 2007).

12La sépulture présentée, F.2-88, est orientée selon un axe nord-ouest/sud-est (fig. 8). De forme rectangulaire, elle mesure 0,60 m de largeur pour une longueur de 2,70 m. La profondeur conservée est faible, n’excédant pas 0,15 m. Le squelette est incomplet. Son état de conservation est mauvais. Le sujet est couché sur le dos, son crâne reposant au nord-ouest, ses membres supérieurs légèrement fléchis, les mains venant en avant du pubis. Les membres inférieurs sont en extension. Huit clous ont été retrouvés dans la fosse. Ils matérialisent un contenant en matériaux périssables, de forme légèrement trapézoïdale, composé d’au moins cinq planches, d’une largeur de 0,57 m et d’une longueur de 2,10 m. La fosse est comblée par un limon sableux homogène de couleur grise mêlé de fragments de calcaire.

Fig. 6. Plan et mobilier d’accompagnement de la sépulture F.2-94.

13Le mobilier d’accompagnement est constitué d’une fibule cruciforme de type Keller-Pröttel 3/4 D (no 2258-3) (fig. 9) trouvée en position fonctionnelle au niveau de l’épaule droite. Un dépôt de dix monnaies était placé dans la main droite du défunt (fig. 10). Aux pieds, un couteau à virole de bronze (no 2258-1), une boucle avec ardillon en fer (no 2258-2), une plaque-boucle (no 2258-4) et une pince à épiler en bronze (no 2258-3), un bol bas apode en verre sans décor de forme Isings 96a/T 49a/AR 60.1a. (no 2258-6) complètent ce dépôt.

14Ce mobilier permet de dater l’inhumation du dernier quart du ive siècle.

Fig. 7. Pichet glaçuré du dépôt de la sépulture F.2-94 (cl. F. Périllaud, Inrap).

Fig. 8. Plan et mobilier d’accompagnement de la sépulture F.2-88.

Fig. 9. Fibule cruciforme de type Keller-Pröttel 3/4 D (cl. F. Périllaud, Inrap).

N° iso

NOM

Date A

Date B

2258.7

VALENS

364

378

2258.8

VALENTINIEN Ier (ou VALENS)

367

375

2258.9

GRATIEN

375

378

2258.10

?

364

378

2258.11

?

364

378

2258.12

?

364

378

2258.13

?

364

378

2258.14

VALENTINIEN Ier (ou VALENS ou GRATIEN)

364

378

2258.15

 ?

364

378

2258.16

VALENTINIEN Ier (ou VALENS ou GRATIEN)

364

378

Fig. 10. Les monnaies de la sépulture F.2-88 (identification : J.-L. Roche, Musée de Bourges).

Conclusion

15À partir des réformes de Dioclétien, le territoire gaulois est divisé en deux grands diocèses. Orléans (Cenabum) fait partie du diocèse des Gaules ayant Trèves pour capitale. À une date située entre 275 et 305, l’autorité impériale scinde en deux le territoire de la cité des Carnutes peut-être jugé trop étendu. Orléans, qui apparaît comme « le pivot de la défense romaine » sur l’axe ligérien, devient alors la capitale de la nouvelle cité des Aureliani. Chartres (Autricum) demeure la capitale des Carnutes avec un territoire réduit (Demougeot, 1988) (fig. 11).

16Au ive siècle, ces deux cités connaissent l’installation de troupes, notamment à Augerville-la-Rivière (Pannoniens) (Ferdière, 1998 ; Devilliers, 2001) ou à Chartres (Saint-Barthélémy ; Couderc et alii, 1995 ; Ollagnier, Joly, 1994), qui serait le lieu de résidence ordinaire d’un préfet des Laetorum Teutonicianorum (Notitia Dignitatum, Occ., XLII, 33).

17L’identification des sépultures de ces agents de l’État au sein des espaces funéraires est essentiellement basée sur la découverte d’un mobilier caractéristique. Ainsi la présence de fibules cruciformes est généralement retenue comme un élément déterminant. La découverte de sépultures d’agents de l’État sur le site de Marigny-les-Usages témoignerait de l’intérêt porté par l’administration impériale à la sécurisation de l’axe Orléans-Fontainebleau-Reims et par contrecoup attesterait son importance stratégique et économique durant l’Antiquité tardive.

18Toutefois, elles peuvent traduire la présence de troupes ou de vétérans comme de fonctionnaires civils, en particulier dans les centres administratifs importants (Phillippe, 2000). La détermination du caractère germanique et/ou militaire d’une nécropole ne peut donc uniquement être étayée par la découverte d’un certain type de mobilier au sein des sépultures. En région Centre, les découvertes de fibules cruciformes en contexte funéraire restent relativement rares.

Fig. 11. Carte des cités des Carnutes et des Aureliani au Bas-Empire.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Couderc A. et alii, 1995, Le site de Saint-Barthélémy (Eure-et-Loir), D.F.S. de fouille de sauvetage, Afan/S.R.A. Centre, 2 vol., 295 p.

Demougeot É., 1988, « À propos des Lètes gaulois du ive siècle », in : Demougeot É., L’Empire romain et les Barbares d’Occident ( vi e -viie siècles) : scripta varia, Paris, Publ. de la Sorbonne, p. 61-74.

Devilliers C., 2001, « Les nécropoles d’Augerville-La-Rivière et de Briarres-sur-Essonne (Loiret) : reprise de l’étude du mobilier de deux sites fouillés au xixe siècle, à la lueur des travaux récents », Revue archéologique du Loiret, 26, p. 76-77.

Ferdière A., 1971, « Notes de céramologie de la région Centre, IIIème série », Revue archéologique du Centre de la France, 10, p. 250-274.

Ferdière A., 1998, « Ensembles funéraires du Bas-Empire en Beauce : inventaire des nécropoles et sépultures des ive-ve siècles », Revue archéologique du Loiret, 23, p. 13-73.

Fournier L. et alii, 2007, Z.A.C ‘La Charbonnière’ no 3, Marigny-les-Usages tranchées A et B (Loiret), D.F.S. de fouille archéologique, Inrap/S.R.A. Centre, 2 vol., 552 p.

Fournier L. et alii, 2010, Chilleurs-aux-Bois, Loiret, La Rouche, Les Tirelles : une occupation du Mésolithique à l’Époque moderne en Beauce, Rapport d’opération de fouille archéologique, Inrap/S.R.A. Centre, 3 vol., 6 t., 3294 p., 11 ill. h. t.

Guiot T., 2011, Loiret, Chilleurs-aux-Bois, Rue de Laveau et Grande Rue, Autour de l’agglomération antique de Chilleurs-aux-Bois : le site de ‘Laveau’, Rapport d’opération de diagnostic archéologique, Inrap/S.R.A. Centre, 85 p.

Jobst W., 1975, Die römischen Fibeln aus Lauriacum, Linz, Oberösterreichisches Landesmuseum, 246 p. (Forschungen in Lauriacum, 10).

Ollagnier A., Joly D., 1994, L’Eure-et-Loir, Paris, Acad. des Inscription et Belles-Lettres, 372 p. (Carte archéologique de la Gaule, 28).

Philippe J., 2000, Les fibules de Seine-et-Marne, du ier siècle av. J.-C. au ve siècle ap. J.-C., Nemours, G.A.S.M., p. 157-161 (Mémoires archéologiques de Seine-et-Marne, 1-1999).

Pröttel P., 1988, « Zur Chronologie der Zwiebelknopffibeln », Jahrbuch der RGZM, 35, p. 347-372.

Steuer H., 2007, « Zwiebelknopffibel », in : Reallexicon der Germanischen Alterturmskunde, XXXIV, Berlin-New York, De Gruyter, p. 605-623.

Vacassy G., 2011, Loiret, Chilleurs-aux-Bois, Grande Rue, Rapport d’opération de diagnostic archéologique, Inrap/S.R.A. Centre, 83 p.

*

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation de Marigny-les-Usages.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4348/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Légende Fig. 2. Plan général de la nécropole. Topographie : B. Wedajo ; dessins : N. Liévaux, C. Roncier et Ch. Batisse ; restitution graphique : V. Vallié, L. Fournier.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4348/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Légende Fig. 3. Plan et mobilier d’accompagnement de la sépulture F.2-93.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4348/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Fig. 4. Coupe à collerette en sigillée ou dérivée mise au jour dans la sépulture F.2-93. Elle présente une surface très altérée avec quelques traces d’engobe visibles aux teintes variant du rouge à l’orangé. La pâte est orangée peu micacée. L’origine de cet individu n’a pas pu être précisée (cl. F. Périllaud, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4348/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Fig. 6. Plan et mobilier d’accompagnement de la sépulture F.2-94.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4348/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Légende Fig. 7. Pichet glaçuré du dépôt de la sépulture F.2-94 (cl. F. Périllaud, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4348/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Fig. 8. Plan et mobilier d’accompagnement de la sépulture F.2-88.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4348/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 9. Fibule cruciforme de type Keller-Pröttel 3/4 D (cl. F. Périllaud, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4348/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 11. Carte des cités des Carnutes et des Aureliani au Bas-Empire.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4348/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 909k

Auteurs

© ARTEHIS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search