Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, II

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Michel Kasprzyk
, 
Bérengère Fort

Thème n° 1. Nécropoles de l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule

La parure et les accessoires vestimentaires de la sépulture 137 de la ZAC d’Échenilly

Michaël Brunet, Grégory Schütz, Mélody Félix-Sanchez et Sylvain Renou

Texte intégral

1Cette fosse sépulcrale, creusée dans le substrat crayeux, mesure 1,97 m de longueur et 0,72 m de largeur pour 0,88 m de profondeur. Elle renferme un enfant âgé de 9 à 13 ans, couché sur le dos (fig. 1). Ses mains sont rassemblées sur sa cuisse droite et ses jambes sont en extension. Il est enveloppé dans un contenant souple en matière périssable (vêtement et/ou linceul) et déposé dans un cercueil cloué. Une paire de chaussures a été mise au jour à ses pieds, l’une en position primaire sous sa jambe droite et l’autre en position secondaire, vraisemblablement en raison de sa chute depuis le dessus du couvercle du cercueil. Une parure annulaire en lignite est également présente à ses pieds. En outre, cet immature porte des accessoires vestimentaires composés d’une fibule en alliage cuivreux et d’un fragment d’attache en fer sur laquelle sont fixées deux perles en verre bleu. L’ensemble de ce mobilier permet d’attribuer cette sépulture entre le milieu du iiie s. et la fin du ive s. de notre ère.

1. Les perles en verre bleu associées à une attache en fer

2Les perles en verre bleu, posées sur un élément en fer, ont été retrouvées sur le dessus de l’épaule droite de l’enfant. Cet élément en fer, difficilement identifiable, semble être un fragment d’anneau spiralé permettant éventuellement de suspendre les perles. L’ensemble peut être interprété comme un ornement de vêtement ou une fixation de linceul. Les perles sont de formes différentes. L’une est annulaire avec une section en « D » et mesure 3 mm de largeur pour un diamètre compris entre 7 et 8 mm (fig. 1a haut). La seconde est polyédrique ; ses dimensions atteignent 6 mm de longueur et 5,5 mm de largeur pour une hauteur de 6 mm (fig. 1a bas).

3Le modèle annulaire était déjà populaire à l’époque celtique mais a été produit selon une technique différente à l’époque romaine (Haevernick, 1960, p. 35). Ces perles semblent avoir été produites et diffusées au-delà des frontières de la Sarmatie, en assez grandes quantités (Párducz, 1944, 51, plate XVIII 59, plate II 3 ; Guido, 1978, p. 100 ; Istvánovits, 1993, p. 126-127). Elles sont largement distribuées dans tout le nord de l’Europe (Templemann-Maczynska, 1985, pl. 35) et ont continué à être utilisées en Europe occidentale et encore plus à l’est, bien au-delà du ive siècle ap. J.-C. (Guido, 1978, p. 100 ; Istvánovits, 1993, p. 126-127). La découverte de perles annulaires dans les sépultures de l’Antiquité tardive à Kaiseraugst confirme une pérennisation de leur utilisation (Riha, 1990, type 11.8, tabl. 105). Les cas les plus précoces trouvés à Augst et Kaiseraugst proviennent principalement de contextes stratigraphiques du ier siècle ap. J.-C.

4Concernant les perles polyédriques en verre bleu, M. Templemann-Maczynska signale que ces dernières ont été plus diffusées que les modèles de couleur verte au-delà de la frontière de Sarmatie à partir de 150 ap. J.-C. (Swift, 2000, p. 115). En effet, les perles polyédriques de couleur bleue sont les plus communes entre 250 et 350 ap. J.-C. (Templemann-Maczynska, 1985, tabl. 8). Elles sont tellement répandues qu’il est également possible qu’elles aient été rapidement produites dans plusieurs régions, même si les exemplaires de ces deux couleurs étaient, à l’origine, uniquement fabriqués plus à l’est (Swift, 2000, p. 115).

Fig. 1. Relevé de la sépulture 137 (DAO : N. Crépeau). A : Perle annulaire en verre bleu et perle polyédrique en verre bleu (dessin : M. Brunet) ; B : fibule en alliage cuivreux du type 6 de Keller (dessin : M. Brunet) ; C : vue en plan de la parure annulaire en lignite (cliché : G. Schütz).

5Les deux perles d’Échenilly rappellent celles trouvées dans une sépulture d’adolescent, datée de la deuxième moitié du ive s./premier quart du ve s. de la nécropole de Tremblay-en-France (Gonçalves-Buissart, Héron, 2006, tombe VDS/1055) ou encore dans la nécropole d’Ennery, datée de la fin du ive ou du début du ve siècle (Delort, 1947, tombe 51). Un grand nombre de perles polyédriques ont également été mises au jour dans des sépultures de l’Antiquité tardive à Kaiseraugst (Riha, 1990, type 11.25, tabl. 118).

2. La fibule

6Cette fibule en alliage cuivreux mesure 27 mm de longueur pour 26 mm de largeur maximale, l’épaisseur de l’arc atteignant 2,8 mm. Elle a été trouvée en position fonctionnelle, sur le poignet droit de l’enfant, probablement afin de maintenir un pan de vêtement et/ou de linceul (fig. 1b). La pièce se rapproche du type 6 de Keller (Philippe, 1997, p. 7). Son usage est attesté entre la seconde moitié du iiie siècle et le début de la seconde moitié du ive ap. J.-C. Ce modèle a probablement été produit dans la région de l’actuelle Basse-Saxe, entre l’Elbe et la Weser, et sa diffusion se concentre au nord de la Germanie libre (Philippe, 1997, p. 7). Sa présence en Gaule septentrionale est marginale et semble devoir être mise en relation avec le déplacement et l’implantation d’individus d’origine germanique. Ce modèle est associé au costume féminin (Philippe, 1997, p. 7 ; Cüppers et alii, 1983, p. 306-308). Nous retrouvons un exemplaire très proche sur le site antique de Sées « Le Grand-Herbage » (Orne ; Demarest 2007, no 3, fig. 2) ou au musée de Meaux et aux Ormeaux (Philippe, 2000, nos 572, 574, fig. 89 et p. 194).

3. La parure annulaire en lignite

7La parure annulaire a été découverte de chant, à la pointe des orteils de l’enfant. Ses pieds étaient joints et tournés vers la gauche (fig. 2). Plusieurs hypothèses peuvent être proposées pour expliquer la position particulière de cet objet. En effet, l’anneau a pu être déposé sur le couvercle du cercueil avec l’une des chaussures et serait venu buter contre les pieds du défunt lors de sa chute. Une utilisation comme attache d’enveloppe souple (type linceul) peut également être évoquée, en raison de sa localisation et de sa position, bien qu’aucun exemple similaire n’ait été porté à notre connaissance. Le colmatage rapide observé dans la sépulture a ainsi permis de conserver la position initiale de cet objet.

8Cet objet, de forme ovale, est complet et non fragmenté. Il mesure extérieurement 57,67 mm sur 53,92 mm et intérieurement 47,78 mm sur 44,12 mm (fig. 1c). D’une épaisseur allant de 4,88 mm à 5,03 mm pour une largeur variant de 7,91 mm à 8,21 mm, il offre une section semi-circulaire (forme en « D »). La face interne est plane mais rehaussée sur son axe médian par une ligne en relief d’une largeur d’environ 1 mm ; la face externe présente une courbure marquée. La surface de l’objet est intégralement polie.

Fig. 2. Vue oblique de la parure annulaire en lignite posée de chant à la pointe des pieds de l’enfant (cliché : M. Félix-Sanchez).

9Si ce type d’artefact est assez fréquemment mis au jour dans les sépultures celtiques en Europe (Millet, 2008), sa présence dans les sépultures gallo-romaines reste assez rare. En effet, à notre connaissance, un seul objet similaire a été découvert en contexte funéraire dans l’Aube. Il s’agit d’un bracelet en lignite découvert sur la commune de Jessains en 1882 lors de la réalisation d’une voie de chemin de fer (Denajar, 2005 ; Habert, 1885). Il est associé à un riche mobilier funéraire (céramiques estampillées, vases en verre, bracelets en bronze et bague en argent) daté entre le ier et le ive s.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Cüppers H., Collot G., Kolling A., Weiller R., Hollstein E., 1983, La civilisation romaine de la Moselle à la Sarre : vestiges romains en Lorraine, au Luxembourg, dans la région de Trèves et en Sarre, Catalogue d’exposition du Musée du Luxembourg (Paris), Mayence, Ph. von Zabern, 360 p.

Delort E., 1947, « Le cimetière franc d’Ennery (Moselle) », Gallia, t. 5, fasc. 2, p. 351-403.

Demarest M., 2007, « Le mobilier métallique découvert sur le site antique de Sées ‘Le Grand-Herbage’ (Orne) », Revue archéologique de l’Ouest, t. 24, p. 169-189.

Denajar L., 2005, L’Aube, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 704 p. (Carte archéologique de la Gaule, 10).

Félix-sanchez M., 2011, Saint-André-les-Vergers, ‘ZAC d’Échenilly’ (Aube), Document final de synthèse, Châlons-en-Champagne, SRA Champagne-Ardenne, 393 p.

Félix-Sanchez M., Florent G., Alonso L., Crepeau N., 2013, « La vaisselle en verre de l’aire funéraire du Bas-Empire de la ZAC d’Échenilly à Saint-André-les-Vergers (Aube) : composition et comparaisons avec la vaisselle céramique », Bull. de l’AFAV 2013, Actes des 27èmes rencontres de Bordeaux, 9-10 nov. 2012, p. 43-47.

Gonçalves-Buissart R C., Héron Cl., 2006, Tremblay-en-France, route départementale 40 (Seine-Saint-Denis), Rapport préliminaire de fouille archéologique, Centre dép. d’archéologie de Seine-Saint-Denis, Épinay-sur-Seine, 2 vol.

Guido M., 1978, The glass beads of the Prehistoric and Roman Periods in Britain and Ireland, London, The Society of Antiquaries, 250 p. (Reports of the Research Committee of the Society of Antiquaries of London, 35).

Habert T., 1885, « Découverte d’un cimetière gallo-romain à Jessains (Aube) », in : Assoc. française pour l’Avancement des Sciences, Compte rendu de la 13ème session, p. 689-694.

Haevernick T.-E., 1960, Die Glasarmringe und Ringperlen der Mittel- und Spätlatènezeit auf dem europäischen Festland, Bonn, R. Habelt, 302 p., 36 pl.

Istvánovits E., 1993, « Das Gräberfeld aus dem 4.-5. Jahrhundert von Tiszadob-Sziget », in : Acta Archaeologica Academiae Scientiarum Hungaricae, 45, no 1-4, Budapest, Akadémiai Kiadó, p. 91-146.

Millet É., 2008, « La nécropole du second Âge du Fer de Saint-Benoît-sur-Seine ‘La Perrière’ (Aube) : étude synthétique », R.A.E., t. 57, p. 75-184.

Párducz M., 1944, A Szarmatakor emlékei Magyarországon / Denkmäler der Sarmatenzeit Ungarns. II, Budapest, Országos magyar történeti múseum, 86 p. (Archaeologia Hungarica, 28).

Paresys C., Le Goff I., 2013, La société antique : paysages et pratiques funéraires en Champagne-Ardenne, Reims, Soc. archéologique champenoise, 135 p. (Bull. de la Soc. archéologique champenoise, t. 106, no 2).

Philippe J., 1997, « Les fibules du Bas-Empire de Seine-et-Marne », in : Ouzoulias P., Van Ossel P. dir., Les fibules de Seine-et-Marne, les monnaies de Châteaubleu, Grisy-sur-Seine, Montereau, Jouars-Pontchartrain, Chamarande, Vanves, PCR ‘L’époque romaine tardive en Île-de-France’, Paris, Dioecesis Galliarum, p. 7-21 (Document de travail no 4).

Philippe J., 2000, Les fibules de Seine-et-Marne du ier siècle av. J.-C. au ve siècle ap. J.-C., Nemours, GASM, 234 p. (Mémoires archéologiques de Seine-et-Marne, 1).

Riha E., 1990, Der römische Schmuck aus Augst und Kaiseraugst, Augst, Römermuseum Augst, 245 p. (Forschungen in Augst, 10).

Swift E., 2000, Regionality in dress accessories in the late Roman West, Montagnac, M. Mergoil, 312 p. (Monographie Instrumentum, 11).

Templemann-Maczynska M., 1985, Die Perlen der römischen Kaiserzeit und der frühen Phase der Völkerwanderungszeit im mitteleuropäischen Barbaricum, Mainz, Ph. von Zabern, 420 p. (Römisch-germanische Forschungen, 43).

*

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Relevé de la sépulture 137 (DAO : N. Crépeau). A : Perle annulaire en verre bleu et perle polyédrique en verre bleu (dessin : M. Brunet) ; B : fibule en alliage cuivreux du type 6 de Keller (dessin : M. Brunet) ; C : vue en plan de la parure annulaire en lignite (cliché : G. Schütz).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4339/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 495k
Légende Fig. 2. Vue oblique de la parure annulaire en lignite posée de chant à la pointe des pieds de l’enfant (cliché : M. Félix-Sanchez).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4339/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 581k

© ARTEHIS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search