Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, II

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Michel Kasprzyk
, 
Bérengère Fort

Thème n° 1. Nécropoles de l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule

Premiers résultats sur l’ensemble funéraire du Bas-Empire de la ZAC d’Échenilly (Saint-André-les-Vergers, Aube)

Mélody Félix-Sanchez et David Cochard

Résumé

La fouille de la nécropole de la Zac d’Échenilly (Saint-André-les-Vergers, Aube) a permis la découverte d’un petit ensemble funéraire fonctionnant du milieu du iiie jusqu’au milieu du ive siècle. L’objectif de cet article est de présenter les premiers résultats archéologiques issus de cette opération. L’aire sépulcrale, composée de trente-deux inhumations et d’une sépulture à crémation, est structurée autour d’un axe est/ouest et de deux zones d’agrégation. Les dimensions des fosses varient de manière relativement importante. Si les fluctuations de longueurs et de largeurs semblent être liées à la stature des individus, le facteur agissant sur la profondeur des sépultures nous échappe. Hormis deux inhumations en linceul, tous les défunts ont été déposés dans des cercueils cloués. Les individus reposent sur le dos, la tête orientée majoritairement à l’ouest, les membres supérieurs en flexion et les mains sur l’abdomen ou le bassin. La présence de nombreux clous de chaussures démontrent que les défunts étaient habillés au moment de l’inhumation. De la céramique était déposée à cette occasion, parfois en association avec du mobilier en verre (six sépultures).

Texte intégral

1En vue de l’aménagement d’un lotissement dans la commune de Saint-André-les-Vergers (Aube), un diagnostic archéologique fut réalisé en juin 2008 sur la Zac d’Échenilly par G. Deborde (Inrap). Sur les 50 hectares prospectés, deux sites attribués au Bas-Empire/haut Moyen Âge furent identifiés. Distants d’une cinquantaine de mètres, l’un d’eux s’est révélé être à vocation domestique et l’autre à vocation funéraire. Ce dernier a fait l’objet d’une fouille archéologique en mars 2010 sous la responsabilité de l’un d’entre nous (M.F.-S.). L’aire domestique, quant à elle, a été fouillée à la même période par S. Leplus (Archéopole).

2Les 2500 m2 décapés ont permis la fouille exhaustive d’une petite aire funéraire rurale composée au minimum de trente inhumations (fig. 1). À cet ensemble s’ajoute une crémation (SP 118) et deux fosses vides (SP 148 et SP 149) correspondant vraisemblablement à des sépultures d’enfants dont un en position secondaire. Au total, le nombre minimal d’individus s’élève à vingt-six pour les adultes et à cinq pour les immatures (< 15 ans). Le mobilier céramique et en verre recueilli permet de dater cet ensemble du milieu du iiie jusqu’au milieu du ive siècle de notre ère. Les trois datations radiocarbone obtenues (Beta Analytic Inc.) corroborent cette estimation (fig. 1). Des fosses de plantation, quelques fosses d’extraction et de rares trous de poteau isolés sont présents sur l’emprise de la fouille. L’absence de mobilier dans ces structures ne permet pas de les relier chronologiquement et fonctionnellement avec l’aire funéraire.

  • 1 Le document final de synthèse est aujourd’hui disponible au SRA de Champagne-Ardenne (Félix-Sanche (...)

3Nous présenterons dans cet article les premiers résultats de notre analyse de l’aire funéraire de la Zac d’Échenilly1. Les diverses études n’étant pas terminées, nous focaliserons notre attention sur l’organisation spatiale des sépultures au sein de l’ensemble, l’architecture sépulcrale perçue à travers l’analyse formelle des fosses et des contenants et, en dernier lieu, les pratiques funéraires mises en œuvre.

Fig. 1. Plan de répartition et organisation spatiale des structures de la Zac d’Échenilly.

1. Organisation spatiale de l’aire funéraire

4Outre son extension modeste (380 m2), l’aire funéraire se caractérise par son fort allongement (51 m x 11 m). Cette extension est la conséquence d’un alignement de plus de 60 % des sépultures sur deux axes orientés grossièrement est/ouest (80° Nord). Les autres sépultures s’implantent autour de ces axes avec un souci d’ordonnancement en rangées. En dehors de la SP 144, toutes les fosses s’orientent parallèlement à la direction dominante, ce qui renforce l’impression visuelle d’une implantation des inhumations suivant un réseau orthogonal.

5Cette extension particulière de l’aire funéraire pourrait s’expliquer par l’existence d’une voie située à sa périphérie, les sépultures s’organisant fréquemment en bordure de chemin à la période romaine. Toutefois, en l’état actuel de nos recherches, aucun élément archéologique ne permet d’étayer cette hypothèse. D’autre part, la découverte très récente d’un ensemble sépulcral agencé linéairement à proximité immédiate de celui d’Échenilly pourrait indiquer un particularisme local, fait récurrent dans l’organisation et les pratiques funéraires en milieu rural (Durand, 2005).

6La distribution spatiale des trente-trois sépultures n’est pas homogène et des variations de densité existent. L’application d’une régression de Kernel (Zaninetti, 2005) sur le semis de points constitué par les fosses met clairement en évidence cette hétérogénéité de l’espace (fig. 1). Il est possible de distinguer deux noyaux relativement denses jouxtés par un groupe diffus de cinq individus à l’ouest (SP 152, 153, 154, 158 et 159) et d’un autre plus réduit au nord-est (SP 142, 143 et 144). La mise en œuvre de statistiques spatiales permet d’objectiver cette impression visuelle. Ainsi, le calcul de la fonction de Ripley (De Smith et alii, 2007) démontre l’existence d’agrégats hautement significatifs dans l’aire funéraire (p < 0.001 entre 3 et 4,50 m de rayon). La mise en œuvre d’un algorithme de scan spatial (classification spatiale hiérarchique, Besson, 2004) identifie et localise deux de ces concentrations au risque accepté de 2,5 % d’erreurs. La première est située dans la partie centrale du site tandis que la deuxième est positionnée à l’est (fig. 1). Si les deux clusters sont constitués d’un nombre de sépultures identique (n = 9) et d’une superficie proche (respectivement 28 m2 et 22 m2), leur forme est en revanche différente puisque la première montre un net étirement dans le sens nord/sud.

7Quatre sépultures ont fait l’objet de datations radiocarbone. Toutes sont situées à la périphérie de l’ensemble et ont été sélectionnées selon des critères qui peuvent apporter des éléments décisifs sur la durée d’utilisation et l’organisation de l’aire sépulcrale :

  • une orientation particulière (nord/sud pour SP 144) ;
  • une forme de fosse originale (creusement rectangulaire au centre d’une fosse circulaire pour SP 158) ;
  • un type de sépulture unique sur le site (SP 118 : sépulture à crémation) ;
  • une position stratigraphique sommitale (SP 151 recoupant SP 179, elle-même recoupant SP 125).

8Les datations obtenues ne permettent pas de relier l’hétérogénéité spatiale observée avec une structuration chronologique de la zone funéraire (fig. 1). De plus, les résultats de la permutation matricielle effectuée sur le mobilier céramique (G. Florent) confirment cette conclusion provisoire, même si une certaine « gestion » spatio-temporelle de l’implantation des fosses semble exister.

2. Architecture funéraire

2.1. Les sépultures à inhumation

2.1.1. Les fosses

9Si toutes les fosses dévolues aux inhumations sont de forme rectangulaire, leurs dimensions sont en revanche très variables. La longueur est la mesure qui présente la plus forte disparité puisque la plus petite fosse mesure 43 cm tandis que la plus grande atteint 272 cm. Cette forte dispersion s’accompagne d’une forte dissymétrie dans la distribution des valeurs (coefficient d’asymétrie de Fisher = 1,13). En effet, malgré une longueur moyenne de 198 cm (σ = 54), près de la moitié des fosses (n = 16, soit 48 %) dépasse en réalité 220 cm de long. Si la largeur montre une plus faible dispersion des valeurs (moyenne = 71 cm, écart-type = 14), elle est également affectée par une légère asymétrie positive (0.54), 45 % des fosses étant comprises entre 73 et 83 cm. Au regard des premières analyses anthropobiologiques, il semblerait que ces variations métriques soit liées en grande partie à la stature des individus – et donc plus ou moins directement avec l’âge et le sexe – et non au type de contenant (cercueil vs linceul) ou à la présence/absence de mobiliers.

10Hormis deux fosses particulièrement profondes (SP 131 = 115 cm et SP 133 = 135 cm), la distribution des hauteurs des fosses est assez homogène (moyenne = 54 cm, écart-type = 33), toutes les classes de taille entre 0 et 1 m étant réparties de manière relativement égale. Il faut souligner que la sépulture 158 se distingue par la forme de son creusement (fig. 1). La fosse rectangulaire (227 x 88 cm) est en effet située au centre d’une fosse circulaire d’environ 230 cm de diamètre et de 53 cm de profondeur. Les observations stratigraphiques tendent à indiquer que les deux creusements sont synchrones.

11Si le coefficient de corrélation entre la longueur et la largeur des fosses est très significatif (r = 0,81), ceci n’est pas le cas de la profondeur (r respectif de 0,36 et 0,39). Les variations de surface des fosses ne résultent donc pas directement de la profondeur du creusement.

12Afin de tester la distribution spatiale des inhumations en fonction de leur caractère métrique, nous avons effectué un test d’autocorrélation spatiale de Moran (Jayet, 1993), test qui permet d’estimer « l’intensité de la relation entre la proximité des lieux et leur degré de ressemblance » (Pumain, Saint-Julien, 2008, p. 133). Calculé avec le logiciel Crimestats 3.3, l’indice de Moran indique une absence de dépendance spatiale pour la longueur et la largeur des creusements (I au premier voisinage respectivement de-0,051 et-0,077). En revanche, il existe une autocorrélation statistiquement significative pour les profondeurs (I = 0,07). Cette relation est confirmée visuellement par la proximité spatiale des sépultures profondes (> 60 cm) (fig. 1). À l’heure actuelle, l’origine de cette concentration n’est pas déterminée. Toutefois, un facteur d’ordre géomorphologique peut être exclu puisqu’aucune variation dans l’altitude et la nature du substrat n’a été relevée.

2.1.2. Les contenants

13Les observations de terrain relatives à la taphonomie du cadavre (e.g. effets de contraintes, délimitations linéaires…) indiquent qu’au minimum vingt-trois défunts (77 %) ont été déposés dans des contenants rigides en matière périssable tandis que deux autres (7 %) ont été inhumés en linceul (SP 134 et SP 152). Pour les sept sépultures restantes, l’arasement et les perturbations post-dépositionnelles ne permettent pas de conclure sur le type de contenant utilisé.

14Dans toutes les fosses possédant des contenants rigides, des clous mesurant entre 10 et 13 cm de long ont été retrouvés. Cette association est le témoignage indiscutable de la présence de cercueils cloués. Le nombre de clous par fosse varie entre six et vingt-cinq (moyenne = onze). Ils se distribuent tout autour du squelette avec une concentration légèrement plus élevée au niveau de la tête (37 % des clous) et des pieds (26 %). Les clous en position primaire permettent d’estimer grossièrement les dimensions des cercueils qui avoisinaient 176 cm de long (écart-type = 28) et 41 cm de large (écart-type = 6,7). Plusieurs stigmates taphonomiques (éléments osseux en équilibre instable, connexion stricte des os du poignet, crâne en position primaire...) indiquent un colmatage rapide des fosses. Deux hypothèses sont alors possibles pour expliquer cette observation, en contradiction apparente avec l’existence d’un contenant en bois : soit le cercueil n’était pas fermé hermétiquement, soit les parois et/ou le couvercle se sont effondrés très rapidement. La largeur relativement réduite des cercueils a engendré de fortes contraintes du squelette durant sa décomposition. Toutefois, l’observation récurrente de l’extension des pieds témoigne d’une source supplémentaire de contraintes induite très vraisemblablement par le port de chaussures et non d’un contenant souple (cf. infra).

2.2. La sépulture à crémation

15Une seule crémation a été identifiée sur le site (SP 118). Datée entre 250 et 420 AD, elle est localisée au sud-est du site (fig. 1) et concerne un individu adulte. Les ossements, brûlés de façon hétérogène et très peu fragmentés, ont été découverts au centre d’une fosse circulaire d’environ 40 cm de diamètre et de 13 cm de profondeur. La faible dispersion de l’amas osseux, sa légère surélévation par rapport au fond de fosse et la présence de sept clous sont vraisemblablement le signe d’un coffre en matière périssable de petite dimension (18 cm de long sur 14 cm de large). La présence de cette crémation n’est pas surprenante, la cohabitation des inhumations et des crémations est observée dans des proportions variables jusqu’au ive s. (Tranoy, 2002 ; Paresys, Le Goff, 2013).

3. Pratiques funéraires

3.1. La position des défunts

16Si tous les défunts reposent sur le dos, leur orientation dans les fosses est plus variable (fig. 2). Ainsi, parmi les individus observables, vingt et un ont été déposés avec la tête à l’ouest, six à l’est et un seul au sud (SP 144). Lorsqu’elle est déterminable, la position du corps la plus fréquente est la flexion des deux membres supérieurs, les mains en position basse sur l’abdomen ou le bassin (n = 12). Les autres individus montrent soit une association bras en flexion/bras en extension (n = 9), soit les deux bras en extension (n = 4). Concernant la position des membres inférieurs (fig. 2), la grande majorité des individus ont les deux jambes en extension (n = 24), les autres les ayant en flexion (n = 2).

3.2. Les accessoires des défunts

17Sur les trente-deux inhumations identifiées, la moitié (n = 16) contient au moins un élément indiquant la présence de vêtements (fig. 2). Il s’agit essentiellement de paires de chaussures portées (n = 10) ou, plus rarement, déposées au niveau des pieds (n = 4) (fig. 3). Certaines observations taphonomiques effectuées au niveau des pieds confirment le port de chaussures. Des effets de contraintes ont en effet été relevés, à l’exemple de l’abattement latéral des pieds ou l’hyperflexion de la voûte plantaire. Le maintien du métatarse et des phalanges en équilibre instable est un autre argument en faveur du port de chaussures, tout comme le glissement des phalanges sous les métatarsiens, ces derniers restant en connexion anatomique avec les tarsiens (Gaultier et alii, 2009).

Fig. 2. Synthèse des caractéristiques des sépultures de la Zac d’Échenilly (N.O. = non observable).

18Les chaussures sont représentées principalement par des clous caractérisés par des formes et des tailles très disparates. L’agencement de ces clous au sein de la chaussure est également variable. Ainsi, l’individu de la sépulture 137 dispose de chaussures pourvues d’une ligne de gros clous traversant la semelle et de petits clous périphériques. La paire déposée dans la sépulture 131 comporte, quant à elle, uniquement des petits clous jointifs disposés sur toute la surface de la semelle. Trois autres objets renforcent l’hypothèse de sépultures habillées. Il s’agit, d’une part, d’une fibule en alliage cuivreux portée au poignet droit de l’individu de la sépulture 137 et, d’autre part, de deux boucles de ceinture. L’une de ces dernières a été découverte au niveau du bassin du défunt 131 et l’autre, en position secondaire, entre les jambes de l’individu 124.

Fig. 3. Exemple de dépôt de chaussures aux pieds d’un défunt. Sépulture 131, Zac d’Échenilly. Photo M. Félix-Sanchez.

19En dehors des accessoires vestimentaires, les éléments de parure sont parfois présents. C’est le cas de la sépulture 137 où un bracelet en lignite poli a été mis au jour au niveau du pied gauche de l’individu. Outre ce bijou, cet adolescent possédait, sur son épaule droite, deux perles de verre fixées sur un support en fer. Un fragment d’anneau en alliage cuivreux a également été retrouvé dans la sépulture 134. L’existence de traces d’oxydation verte sur l’une des phalanges de la main droite du défunt atteste que cette pièce était portée au moment de l’inhumation.

3.3. Les dépôts viatiques

20Les témoignages d’offrandes alimentaires sont rares sur la nécropole puisque, parmi les vingt-six pots, seulement deux jattes en céramique (SP 133 et 120) contiennent quelques restes osseux d’oiseaux (notamment une jeune poule accompagnée d’un œuf). Les dépôts mobiliers en céramique et en verre sont en revanche plus nombreux (douze sépultures, fig. 2) et très bien préservés (85 % des objets sont intacts). Une partie de ce matériel (vases, assiettes, gobelets ou bouteilles) appartient à de la vaisselle quotidienne réutilisée pour l’occasion. Les autres pièces correspondent à de la vaisselle miniature conçue spécialement pour l’acte funéraire (Tranoy, 2000 ; Tuffreau-Libre, 2001).

21Plusieurs différences peuvent être relevées entre le traitement du mobilier en verre et celui en céramique. Ainsi, ce dernier est présent en plus grande quantité sur la zone sépulcrale (dix-huit contre huit) et s’observe dans un nombre plus élevé de sépultures (douze contre six). D’autre part, si les objets en verre sont quasi-systématiquement accompagnés d’objets en céramique, plus de la moitié des sépultures livrent exclusivement de la céramique. Une autre différence réside dans le nombre d’exemplaires par sépulture puisque le dépôt de céramique est généralement constitué de deux pièces tandis que les vases en verre sont déposés seuls. La sépulture 133 constitue une exception à cette tendance puisqu’elle possède trois pots en verre. Enfin, la position spatiale du mobilier dans la fosse diffère selon sa nature. La majorité des objets en verre est en effet localisée au niveau de la tête, la céramique étant placée, quant à elle, le plus souvent au niveau des pieds. Les vases sont déposés à l’intérieur des contenants en bois, à l’exception de la sépulture 131 dans laquelle un plat à cuire a été placé sur le couvercle du cercueil.

Conclusion

22La présentation des premiers résultats archéologiques de la fouille d’Échenilly soulève un certain nombre de questions. Ainsi, la signification des concentrations spatiales des sépultures et de leurs disparités métriques et orientationnelles reste en suspens et devra être ré-analysée aux lueurs des données biologiques et culturelles fournies par les spécialistes.

  • 2 Un article sur le sujet a été publié depuis : Félix-Sanchez et alii, 2013.

23Ces futures informations nous aideront également à mieux comprendre le fonctionnement du site au cours du temps et de préciser l’évolution des dépôts de mobiliers (cf. céramique vs verre2) et des pratiques funéraires en général.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Besson J.-L., 2004, Les cartes du crime, Paris, P.U.F., 290 p. (Coll. Questions judiciaires).

De Smith M. J., Goodchild M. F., Longley P. A., 2007, Geospatial analysis : a comprehensive guide to principles, techniques and software tools, London, Winchelsea Press, 491 p.

Durand R., 2005, La mort chez les Bituriges Cubes : approches archéologiques et données anthropologiques d’une cité de Gaule romaine, Doctorat de 3ème cycle de l’Univ. Paris I-Panthéon Sorbonne, Paris, 484 p.

Félix-sanchez, 2011, Saint-André-les-Vergers, ‘ZAC d’Échenilly’ (Aube), Document final de synthèse, Châlons-en-Champagne, SRA Champagne-Ardenne, 393 p.

Felix-Sanchez M., Florent G., Alonso L., Crepeau N., 2013, « La vaisselle en verre de l’aire funéraire du Bas-Empire de la ZAC d’Échenilly à Saint-André-les-Vergers (Aube) : composition et comparaisons avec la vaisselle céramique », in : Actes des 27èmes rencontres de Bordeaux, 9-10 nov. 2012, p. 43-47 (Bull. de l’Ass. française pour l’Archéologie du Verre, 2013).

Gaultier M., Guillon M., Corde D., Trébuchet E., 2009, « Les chaussures dans les sépultures antiques : dépôts et habillement », in : Bizot B., Signoli M. dir., Rencontres autour des sépultures habillées, Actes des journées d’étude de Carry-le-Rouet (Bouches-du-Rhône), 13-14 nov. 2008, Gap, éd. des Hautes-Alpes, p. 76-93.

Jayet H., 1993, Analyse spatiale quantitative : une introduction, Paris, Economica, 202 p.

Paresys, Le Goff, 2013, La société antique : paysages et pratiques funéraires en Champagne-Ardenne, Reims, Soc. archéologique champenoise, 135 p. (Bull. de la Soc. archéologique champenoise, t. 106, no 2).

Pumain D., Saint-Julien T., 2008, L’analyse spatiale : localisations dans l’espace, Paris, A. Colin, 167 p.

Tranoy L., 2000, « Les pratiques funéraires en Gaule romaine », in : Crubézy É., Lorans É., Masset C. dir., L’archéologie funéraire, Paris, éd. Errance, p. 105-154.

Tranoy L., 2002, « Pratiques funéraires en Gaule romaine », in : Landes Ch. dir., La mort des notables en Gaule romaine, Catalogue de l’exposition, Musée archéologique Henri Prades, Lattes, Ass. Imago, p. 105-112.

Tuffreau-Libre M., 2001, « Les assemblages céramiques dans les nécropoles gallo-romaines », in : Geoffroy J.-F., Barbé H., Les nécropoles à incinérations en Gaule Belgique : synthèses régionales et méthodologie, Actes du XIX ème colloque international du Centre de recherches archéologiques de l’Univ. de Charles-de-Gaulle-Lille 3, 13-14 déc. 1996, Villeneuve-d’Ascq, Revue du Nord, p. 179-187 (Coll. Art et Archéologie, 8).

Zaninetti J.-M., 2005, Statistique spatiale : méthode et applications géomatiques, Paris, Hermès Science publ., 320 p.

*

Notes

1 Le document final de synthèse est aujourd’hui disponible au SRA de Champagne-Ardenne (Félix-Sanchez, 2011).

2 Un article sur le sujet a été publié depuis : Félix-Sanchez et alii, 2013.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan de répartition et organisation spatiale des structures de la Zac d’Échenilly.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4330/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Légende Fig. 2. Synthèse des caractéristiques des sépultures de la Zac d’Échenilly (N.O. = non observable).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4330/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 477k
Légende Fig. 3. Exemple de dépôt de chaussures aux pieds d’un défunt. Sépulture 131, Zac d’Échenilly. Photo M. Félix-Sanchez.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4330/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1021k

Auteurs

Maître de conférences. Archéosphère et UMR 5199 PACEA. Université de Bordeaux I. david.cochard@u-bordeaux.fr

© ARTEHIS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search