Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, II

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Michel Kasprzyk
, 
Bérengère Fort

Thème n° 1. Nécropoles de l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule

Le site de Saint-Pierre-l’Estrier d’Autun (Saône-et-Loire) dans l’Antiquité tardive

Remarques sur le rapport entre l’évolution cimétériale et le cadre architectural

Sylvie Balcon-Berry et Walter Berry

Résumé

Située à l’extérieur des murs antiques d’Autun, l’ancienne église de Saint-Pierre-l’Estrier a fait l’objet d’une opération d’archéologie programmée entre 1976 et 1986. L’articulation entre la fin de la villa du Haut-Empire, à l’origine du site, et la première phase de l’occupation funéraire qui incorpore un mausolée hypothétique constitue l’objet de cet article. La création de la basilique, au ve siècle, et ses transformations sont rapidement évoquées. Les sarcophages de plomb découverts au nord de Saint-Pierre, au cours d’une fouille de sauvetage réalisée en 1995, sont également présentés.

Texte intégral

  • 1 Nous remercions chaleureusement Christian Sapin pour sa relecture et ses remarques, ainsi que Baile (...)
  • 2 Pour les références, voir Vieillard-Troïekouroff, 1976, p. 46, et Sapin, 1984, p. 116-121. Pour le (...)

1Située sur une légère éminence, au nord-est de la ville d’Autun (fig. 1), l’église de Saint-Pierre-l’Estrier présente aujourd’hui des élévations largement carolingiennes et romanes (fig. 17 ; Sapin, 1982, p. 57-66)1. Pourtant, le site revêt une place centrale dans l’histoire des débuts du christianisme, car l’édifice s’est implanté dans une importante zone funéraire remontant à l’Antiquité tardive. Saint-Pierre était associée à une seconde basilique dédiée à Saint-Étienne, signalée à la fin du vie siècle par Grégoire de Tours (Liber in gloria confessorum, 72, p. 340), détruite au xviiie siècle, et dont l’emplacement reste incertain. Les découvertes d’inscriptions chrétiennes dans les environs immédiats, telle la fameuse inscription de Pectorius (IGF 155 ; Décréaux, 1987 ; Décréaux, 1992), mais aussi celles d’Eufronia et de Quieta (CIL XIII, 2718 et 2798), visibles auparavant dans l’église Saint-Pierre, attestent la fonction funéraire du secteur pour une communauté chrétienne présente dès le ive siècle (Sapin, 1984, p. 115). C’est également dans cette zone qu’ont été trouvées les tombes de plusieurs évêques primitifs, dont celles des saints Rhétice, Cassien, Egémone et Simplice, actifs dans les années 310-418, attestées par Grégoire de Tours (Liber in gloria confessorum, 73-75, p. 341-342 ; Vieillard-Troïekouroff, 1976, p. 45-46 ; Sapin, 1984, p. 118-119), ainsi que celles des saints Amator (évêque quasi-légendaire du iiie siècle), Evance (426-433) et Pragmace (vers 500-518), mentionnées dans des sources récentes (Sapin, 1984, p. 116-117 et p. 119-120). Cette image de l’ancienne nécropole est complétée par les descriptions prérévolutionnaires des structures funéraires et la présence de très nombreux sarcophages2.

Fig. 1. Saint-Pierre-l’Estrier. Vue aérienne du site, vu de l’ouest, durant la sécheresse de 1976 : l’église est au centre du cliché, la zone des sarcophages de plomb en haut à gauche (cl. S. Madry).

  • 3 Grégoire de Tours (Liber in gloria confessorum, 72, p. 340) l’appelle cimitirio, mais lui donne la (...)

2Grégoire de Tours témoigne du renom mais aussi de l’étendue du cimetière à la fin du vie siècle. Il évoque la basilique Saint-Étienne, sans pour autant citer Saint-Pierre3. Mais en 843, date du premier document mentionnant l’église de Saint-Pierre, elle apparaît étroitement associée à Saint-Étienne : monasterium sancti Petri seu sancti Stefani in suburbio (Charmasse, 1865, p. 47). Dépendant de la cathédrale Saint-Nazaire, ces deux établissements n’étaient pas monastiques à proprement parler (Sapin, 1982, p. 54). Avec les monastères voisins de Saint-Martin et de Saint-Symphorien, ils composaient une « pieuse couronne » veillant sur la ville d’Autun.

  • 4 Ce sujet a été abordé dans la publication de synthèse regroupant divers spécialistes, préparée en 1 (...)

3Récemment, la recherche consacrée à l’évolution générale des pratiques funéraires au cours de l’Antiquité dans ce secteur suburbain situé au nord d’Autun s’est sensiblement intensifiée, en tirant notamment parti de découvertes issues de fouilles préventives (Labaune, 2009). Mais dans cette présentation, nous nous bornerons à examiner le rapport entre le développement primitif du cimetière sur le site de Saint-Pierre et les toutes premières étapes architecturales précédant sa transformation en basilique, au ve siècle. Ce sujet, assez complexe sur le plan archéologique, mérite en effet une attention particulière4.

Problématique

  • 5 Cela constituait le sujet d’une étude approfondie réalisée par Bailey Young ; voir également le rés (...)

4Il importe de préciser que l’investigation des espaces funéraires sur le site de Saint-Pierre était particulièrement difficile en raison des nombreux remaniements qui ont affecté l’église au cours des siècles. Il s’agit en premier lieu du décaissement massif qui a touché l’emplacement de la nef, transformée en grange sur cave vers 1830, accompagné par la construction, à la même époque, d’une habitation et de structures à vocation agricole, immédiatement au nord (fig. 2, A B). Au bas Moyen Âge, l’intrusion d’inhumations avait déjà profondément perturbé par endroits les niveaux antérieurs, entraînant la destruction ou le fractionnement de sépultures plus anciennes. Cependant, malgré ces restrictions, Bailey Young, qui était en charge de la fouille des sépultures, estime qu’environ 35 % du cimetière situé à l’est de l’église ont été complètement fouillés, tandis que le bas-côté nord et le secteur adjacent à l’ouest ont été étudiés dans leur intégralité5. On doit également citer les difficultés inhérentes aux restrictions administratives en cours à l’époque – c’est-à-dire en 1976 – imposant une fouille par carrés de 2 m, ce qui a grandement compliqué l’étude du cimetière. L’intervention en aire ouverte n’a été autorisée qu’à partir de 1982. À l’ouest de Saint-Pierre, l’intervention programmée a été fortement limitée par la présence de la rue de l’Hermitage (établie au début du xixe siècle), mais en 1985 des travaux de réfection de la route ont permis la mise au jour d’un important espace funéraire dans le cadre d’une fouille de sauvetage (fig. 2, C ; Rebourg, 1986, p. 72-73, fouille faite en collaboration avec B. Young).

  • 6 Dirigée par Christian Sapin, en collaboration avec Walter Berry, Anne Bossoutrot, Jean-Charles Pica (...)

5L’intervention menée entre 1976 et 1986 sous la direction de Christian Sapin – par ailleurs une des premières applications des méthodes propres à l’archéologie du bâti, aujourd’hui courantes – a conduit à comprendre les étapes de construction des vestiges subsistants et à mettre au jour quelque deux cent cinquante inhumations et sépultures en sarcophage comprises dans quatre horizons funéraires distincts6. Le plus récent (Horizon D) concerne le cimetière paroissial en service entre les xiiie et xviiie siècles ainsi que les sépultures installées dans le bas-côté nord pendant les années 1650-1750. Cette occupation funéraire a supplanté un groupe d’inhumations peu nombreuses datant du Moyen Âge central (Horizon C), faisant suite à la tentative de reconstruction inachevée de l’église au xie siècle sous le patronage du roi Robert le Pieux (Balcon et alii, 2003, p. 205-208). Une coupure de quatre siècles sépare cette phase du deuxième horizon (Horizon B) compris entre le vie et le début du viie siècle. Cet Horizon B est en grande partie constitué, voire entièrement, de sépultures en sarcophages regroupées à l’ouest de l’église de cette époque. Il reste à définir la fonction de cette extension occidentale du bâtiment : porche funéraire, atrium, avant-nef ou agrandissement de la nef proprement dite ? Des inhumations fragmentaires ont également été trouvées au nord et au sud de la structure, mais leur datation reste incertaine. On ne peut toutefois exclure leur présence dans la nef fortement perturbée au xixe siècle, comme c’était le cas dans celle de Saint-Clément de Mâcon (Sapin, 1998b, p. 70-74). Cette phase a supplanté un important premier horizon d’inhumations (Horizon A) datant de l’Antiquité tardive. C’est le rapport entre ce premier groupe de sépultures et les phases architecturales les plus anciennes qui forme l’objet principal de cette étude. En dernier lieu, nous évoquerons aussi l’impact du cimetière primitif sur la longue durée.

Le contexte architectural du cimetière primitif

6Les fouilles menées sur le site ont montré la présence d’un édifice correspondant selon toute vraisemblance à une villa suburbaine du Haut-Empire, dont une partie a accueilli par la suite de nombreuses sépultures des ive et ve siècles. Si la réoccupation de sites antiques par des espaces funéraires tardifs est assez courante – comme par exemple la Madeleine de Genève, implantée sur un ancien site portuaire (Bonnet, 1977, p. 33-39), ou Saint-Férréol de Vienne qui reprend un quartier à vocation artisanale (Jannet-Vallat et alii, 1986), de même qu’à Saint-Germain d’Auxerre dont l’oratoire primitif faisait partie de la villa de Germain (Sapin, 2000, p. 220-222 et p. 305) – le cas de Saint-Pierre est d’un intérêt particulier en raison de l’aménagement, dans un court laps de temps, parallèle au développement cimétérial, d’un hypothétique mausolée primitif suivi par les transformations successives en structure funéraire puis en basilique.

Une villa suburbaine du Haut-Empire (Bâtiment A)

7En raison de nombreuses perturbations plus récentes, la connaissance des phases antérieures à l’implantation du cimetière est très partielle. Néanmoins, les recherches effectuées dans les différents secteurs de fouille ont permis de déterminer deux principaux états pré-constantiniens. Bien qu’incomplets, les vestiges conservés sous et au nord de l’église signalent l’existence d’un bâtiment sans doute considérablement plus large que sa partie mise au jour, établi, semble-t-il, selon un axe perpendiculaire à l’ancienne route voisine reliant Autun à Langres et Besançon (fig. 3). Cette voie qui se trouve au nord, est à l’origine de l’épithète Lestrée, connue dans les sources depuis le xiiie siècle. Construit selon toute vraisemblance au milieu du ier siècle ap. J.-C., le bâtiment a été délaissé dans le courant de la seconde moitié du iiie siècle, peut-être vers 269/270, au moment du siège de la ville par les troupes rebelles de Victorinus (voir ci-dessous). Appartiennent à son premier état (Bâtiment A/1) deux murs orientés nord-sud à l’ouest (Murs 1 et 2, de 0,55 et 0,90 m de large respectivement), le second, moins bien fondé, doublant le premier (fig. 4). Le Mur 2 est soit plus récent soit contemporain, mais doté d’une fonction différente. Il aurait pu, par exemple, servir de soubassement à des supports accolés au Mur 1. Connus sur une longueur de 20 m et se poursuivant en dehors des limites de la fouille, ils forment ensemble un véritable mur de terrasse qui soutient une plateforme légèrement surélevée se développant vers l’est. Les fondations d’un troisième mur, situé 15 m au nord-est et parallèle aux deux premiers (Mur 53), sont peut-être contemporaines. On ne sait pas si ces éléments marquent la limite orientale du bâtiment, car d’autres fondations et des sols fragmentaires antiques (Mur 192, Sol 161, etc. ; fig. 4, D) – rasés lors de l’établissement du cimetière paléochrétien – ont été trouvés plus loin au sud-est. Il est difficile de dire s’ils appartiennent à la première phase du Bâtiment A ou à la seconde, voire aux deux.

Fig. 2. Saint-Pierre-l’Estrier. Plan général des vestiges en élévation ou découverts en fouille.

Fig. 3. Saint-Pierre-l’Estrier. Vue aérienne du site en infrarouge, vu du sud durant la sécheresse de 1976 : l’église est en bas, au centre (A) ; un fait linéaire ouest-est (une route secondaire ?, non datée) est perceptible au nord (B-B), une zone de circulation du sud-ouest au nord-est est visible en haut à droite (C), dans la zone des sarcophages de plomb. Remarquons que l’ancienne route voisine reliant Autun à Langres et Besançon se trouve plus au nord (cl. S. Madry).

8On sait peu de choses de l’agencement intérieur de la structure dans son premier état (Bâtiment A/1, de la seconde moitié du ier siècle/ iie siècle). L’existence d’un espace ouvert, de type cour, au nord, est confirmée par les rares niveaux conservés sous la maison voisine (fig. 4, A) ainsi que par la reconnaissance d’une zone bâtie, discernable sous l’église (B). Une ouverture de 2 m de largeur observée dans le Mur 2 semble indiquer la présence d’une entrée (C).

  • 7 Étude de Marc Bompaire.

9Dans son deuxième état (Bâtiment A/2, de la fin du iie siècle ou de la première moitié du iiie siècle), la partie située sous la future église est très rénovée ou même reconstruite selon un plan différent (fig. 5). Un nouveau mur orienté nord-sud (Mur 20) est ajouté 2,50 m à l’est du Mur 2, laissant un espace pour un passage ou couloir entre les deux (fig. 5, D). La nouvelle structure se développe entre ce mur et le Mur 50, 12 m à l’est (sur l’axe du Mur 53, qu’il a peut-être remplacé). Une limite est indiquée au nord par le retour vers l’est du Mur 20, au nord duquel on retrouve une cour, comme auparavant (A). Au sud du retour du Mur 20, l’espace sous le bas-côté nord de l’église est subdivisé en trois parties par les Murs 24, 30 et 28 (B), tandis qu’une large salle semble occuper l’emplacement de la future nef (C). Des différences dans la composition des sols fragmentaires de ces espaces montrent la variété de leurs fonctions, et aucun sol n’a été trouvé à l’ouest du Mur 1. La disposition tripartite observée au nord avait peut-être son pendant au sud dans la zone non fouillée, préfigurant de la sorte le bas-côté sud de la basilique (fig. 5, E). Dans leur grande majorité, les sols et les niveaux d’occupation associés à ces structures ont été perturbés ou détruits par les aménagements postérieurs. Mais un sondage entrepris dans la maison située au nord de l’église a permis de mettre au jour une stratigraphie complète (Berry, 1986). Là, on trouve une première surface de gravillons (Contexte 342), correspondant vraisemblablement à un extérieur (la première « cour » nord signalée ci-dessus), contemporaine des Murs 1/2 et probablement 53. La nature des sols observés semble indiquer que durant les deux périodes considérées, cet espace était occupé par des cours ouvertes, sans exclure l’hypothèse d’aires de service. Le mobilier issu des niveaux d’occupation qui les surplombent (Cx 338) montre une longue utilisation ainsi qu’une certaine richesse (sigillée de qualité, gobelets à engobe plombifère…). Ces couches sont couvertes par un deuxième sol de gravillons (Cx 330) associé au second état du bâtiment (A/2). L’ensemble est couvert par un niveau d’occupation du iiie siècle (Cx 329), puis par une couche peu profonde (Cx 328) de débris (mortier et enduit, fragments de tuiles, sans trace d’incendie) signalant un « abandon » plutôt qu’une démolition. Le tout est scellé par un remplissage de terre a priori rapportée, dépourvu d’éléments de démolition. C’est dans ce niveau que les premières inhumations de ce secteur ont été creusées (infra, fig. 7). La sériation des céramiques de cette zone montre une diminution significative d’éléments de la seconde moitié du iiie siècle. Cela signifierait la fin d’une occupation qui jusque-là semblait de nature domestique. Une rupture est également perceptible dans la séquence numismatique avec la découverte de nombreuses monnaies datant des environs de 270, ce qui suggérerait l’hypothèse d’un abandon contemporain du siège de Victorinus7.

Fig. 4. Saint-Pierre-l’Estrier. Plan simpliié du premier état du Bâtiment A (Haut-Empire).

  • 8 Pour la totalité des vestiges connus à proximité du site de Saint-Pierre, voir Labaune et alii, 200 (...)

10Aucune trace d’activité funéraire n’a été décelée pour cette période, bien que la présence résiduelle de céramiques provenant probablement d’incinérations puisse être signalée, de même que des stèles en position secondaire (Balcon, Berry, 1995). Ces éléments rendent plausible l’hypothèse de l’existence d’une zone funéraire dans les environs immédiats. Quelques traces de tombes en incinération sont mentionnées par Alain Rebourg 50 m au sud-est (Rebourg, 1993, fig. 69, H) et dans la rue Saint-Étienne située plus à l’est (Rebourg, 1993, p. 86)8, auxquelles on peut ajouter un possible monument funéraire païen réutilisé pour accueillir le tombeau de saint Amator (Sapin, 1984, p. 117-118). Ces quelques éléments laissent entendre que le cimetière de Saint-Pierre correspondrait à la christianisation d’une aire funéraire préexistante accompagnée, dans le même temps, par son déplacement ou son extension vers une zone avoisinante (Picard, 1989, p. 13). Ce que l’on connaît du plan du Bâtiment A dans ces deux états ainsi que la nature du mobilier archéologique semblent indiquer une fonction domestique allant à l’encontre d’autres possibilités, par exemple celle d’un fanum (comme à Saint-Georges-de-Boscherville, Seine-Maritime ; Le Maho, 2004, p. 48-54) ou d’un mausolée, mais l’hypothèse d’un bâtiment associé au supposé cimetière voisin ne peut être exclue. Précédemment, on note un important changement dans les types de céramiques, ce qui induit une modification possible de la fonction de cette partie du Bâtiment, à cheval sur les deux états, mais dont l’importance reste à établir (Berry, 1986). En conclusion, les données archéologiques tendent à interpréter ces vestiges comme ceux d’une villa péri-urbaine, hypothèse renforcée par son emplacement qui, comme de nos jours, devait offrir une vue pittoresque sur la ville.

Fig. 5. Saint-Pierre-l’Estrier. Plan simplifié du second état du Bâtiment A (iiie siècle, jusque vers 270) ; les nouveaux éléments principaux sont indiqués en bleu.

La structure B : un « mausolée » ?

11À une époque que l’on situe vers la fin du iiie siècle ou juste au début du ive siècle, on aménage la structure B contre le mur de terrasse occidentale de la villa où l’activité domestique a cessé (fig. 6, A). En raison des contraintes de son emplacement, il n’a pas été possible de l’étudier entièrement, la partie occidentale (Murs38, 39 et 43 ; voir fig. 2) ayant été brièvement exposée durant des travaux de voirie en 1979, tandis que les murs latéraux ont été ponctuellement mis au jour lors des fouilles (Murs 3, 14). Le Mur 21, situé dans la zone centrale méridionale, n’appartient pas au mausolée mais peut-être au clocher occidental ajouté au xie siècle devant la façade carolingienne (Sapin, 1982, p. 81). La structure B a été endommagée à l’ouest par un décaissement qui a accompagné la création de la rue de l’Hermitage et à l’est par l’ajout d’une entrée semi-enterrée devant la nef transformée en grange en 1830, ce qui a également réduit l’accès à la partie orientale de la structure. Dans son ensemble, elle mesure 8 m de longueur sur 6,50 m de largeur à l’extérieur. L’intérieur a été divisé en deux espaces : une chambre occidentale de 4,20 par 3,20 m et son pendant à l’est de 4,50 par 4,20 m. L’ouverture située entre ces deux chambres a été endommagée par le creusement de sépultures postérieures. Le mur terminal occidental (Mur 43) reste imparfaitement connu, mais il ne portait pas de trace d’entrée. À l’est, les murs latéraux (Murs 14 et 3) montent au-dessus du Mur 1, en partie démantelé, pour s’appuyer contre le Mur 2 du bâtiment A, apparemment toujours en partie en élévation, et qui dans ce cas devait former le côté oriental de la structure, la « porte » du Mur 2 lui donnant accès (les possibles répercussions de ce fait seront abordées plus bas). Les murs très bien construits, mêlant moellons associés à un solide mortier de tuileau, le tout incluant des arases de brique (voir fig. 8a et b), présentaient une épaisseur de l’ordre de 0,90 m sur une fondation plus large posée sur un radier cimenté recouvrant toute la surface intérieure. On note l’emploi singulier, probablement comme isolant hydraulique, d’une argile pure et épaisse pour combler les côtés extérieurs des tranchées de construction. Le même type d’argile est appliqué en face interne dans le cas du Mur 14. Elle constitue un niveau de 5 cm d’épaisseur (Cx 149) qui monte jusqu’au ressaut du mur. Le sol d’origine n’était pas conservé, mais le ressaut interne du Mur 14 indique qu’il se situait environ 1 m au-dessous des niveaux du bâtiment A, ce qui rend nécessaire un dénivelé composé de plusieurs marches. Il est intéressant de noter que le sol 81 du « couloir » situé entre les Murs 2 et 20 (fig. 6, D), a été tapissé de minces couches de terre après l’« abandon » du bâtiment A. Les dernières de ces couches étaient visiblement postérieures à l’installation de la structure B.

Fig. 6. Saint-Pierre-l’Estrier. Plan simplifié du second état du Bâtiment A avec adjonction de la structure B, en vert, vers la fin du iiie siècle ou le début du ive siècle (?).

  • 9 L’existence de structures de ce type peut, dans une certaine mesure, expliquer la présence d’argile (...)
  • 10 Il en était vraisemblablement ainsi pour le sarcophage du mausolée IV de Saint-Just de Lyon (Reynau (...)

12La solidité de la construction suggère que les deux chambres étaient voûtées (en berceaux longitudinaux séparés par un arc doubleau porté par des pilastres ?). Aussi, l’existence d’un étage n’est-elle pas exclue. Son identification comme salle chauffée ou unité balnéaire – et donc sa datation plus précoce, contemporaine de l’état final de la villa – n’est pas viable en raison de l’absence d’un praefurnium et de traces de rubéfaction sur ses parois internes. En particulier, la couche d’argile Cx 149, déjà présentée, ne montre aucune évidence de rubéfaction, ce qui ne serait certainement pas le cas s’il existait un système d’hypocauste. De plus, même si des tubuli ont été trouvés de façon résiduelle dans les couches du iiie siècle (et dans les tranchées de construction de la structure B), aucun fragment de pilettes ou suspensura n’a été recueilli. Cela semble ainsi exclure la réutilisation d’une structure balnéaire ou de chauffe plus ancienne. Remarquons qu’aucun système d’adduction ou d’évacuation d’eau n’a été localisé, ce qui permet également d’éliminer une fonction baptismale. Avec quelques réserves, nous proposons de lui attribuer un usage funéraire ; il s’agirait d’une sorte de mausolée semi-hypogée à double chambre (Sapin, 2012, p. 332). Chacun des deux espaces intérieurs était suffisamment ample pour abriter plusieurs tombes. À cet égard, la présence du radier à 0,75 m sous le niveau du sol supposé suggère qu’il était prévu soit pour cerner des inhumations en caveaux peu profonds (formae), couverts par des dalles au niveau du sol9 soit, plus probablement, pour porter des sarcophages non enterrés, selon une pratique attestée dans les descriptions qui parlent de la visibilité du sarcophage dit de saint Amator et de celui de saint Cassien10 (Sapin, 1984, p. 116 et 118).

13Dans cette éventualité, la structure B serait comparable en dimension et en raison de sa forme voûtée à certains mausolées contemporains de taille moyenne, comme par exemple à Saint-Matthias de Trèves (Colardelle, 2008, fig. IV. 57, no 12-14). Mais il est plus difficile de la comparer à d’autres structures funéraires attestées auparavant dans le cimetière de Saint-Pierre, si ce n’est de dire qu’elle ne correspond ni au type de mausolée qui devait abriter la supposée tombe de saint Amator, ni à une chapelle ou oratoire construit pour protéger une tombe plus ancienne (Sapin, 1984, p. 116-121). Au xixe siècle, on mentionne un « hypogée » dans un champ situé 100 m au nord-est (Rebourg, 1993, fig. 69, E) sans autres détails. De même, on ne sait pas si parmi les autres constructions antiques signalées par les auteurs des xviie et xviiie siècles il existait des éléments comparables.

Le premier horizon funéraire

14Bien qu’incomplète par endroits à cause de perturbations plus récentes, les données archéologiques montrent que le premier des quatre horizons funéraires du site (Horizon A) comprend les tombes de soixante-quatre individus (25 % du total fouillé). Comme l’a établi Bailey Young, ce premier horizon se caractérise par une prédominance de sépultures en pleine terre orientées est-ouest, la tête à l’ouest, sans trace de vêtement, linceul, ou mobilier associé. Les individus sont en position dorsale, les têtes habituellement surélevées. Les mains sont le plus souvent croisées sur le pubis ou bien reposent sur la poitrine. Certaines fosses sont toutefois cernées de pierres destinées peut-être à caler des planches de bois. On doit également signaler la découverte de clous et de traces organiques autour et sous certains corps, indices probables de l’emploi de coffrages et cercueils de bois. L’homogénéité et l’aspect structuré du cimetière sont frappants, ce qui laisse entendre que non seulement les tombes étaient indiquées en surface, mais encore que l’inhumation dans ce site était strictement contrôlée à cette période (fig. 7). Pour B. Young, cette disposition d’ensemble confirmerait, pour l’Horizon A, « une fourchette chronologique restreinte ». Cet apparent contrôle de la gestion du cimetière – qui suppose des pratiques funéraires déjà bien établies à cette date ? – pourrait refléter l’affirmation d’une Église locale bien organisée ainsi qu’une certaine autorité de son clergé.

  • 11 Les raisons de la fin de l’Horizon A ne sont pas clairement établies. Le centre de l’activité funér (...)

15Les sépultures de cette époque ont été reconnues dans tous les secteurs du site (sauf à l’extérieur du bâtiment A/2) lorsqu’il fut possible d’atteindre les niveaux les plus anciens, ce qui témoigne de l’extension de la zone d’inhumations. Là où l’horizon funéraire est le mieux conservé – c’est-à-dire à l’est et au nord de l’emprise de la future église – l’intensité de l’implantation funéraire est manifeste dans le fait que l’horizon est composé d’au moins trois niveaux de sépultures superposées dans un court laps de temps couvrant deux ou trois générations, de la première partie du ive siècle – voire la fin du iiie siècle – jusqu’à la seconde moitié du ive siècle, ou au plus tard au début du siècle suivant11. Selon toute vraisemblance, une telle densité était également présente vers l’ouest, mais la zone est trop perturbée pour en être totalement assuré. On doit remarquer que les premières et deuxièmes phases de sépultures de cet horizon ont été précédées par des exhaussements importants du niveau du sol avec l’emploi de terre apportée nivelant le site, enterrant le mur de terrasse à l’ouest et exhaussant le niveau situé autour de la structure B.

Fig. 7. Saint-Pierre-l’Estrier. Première phase des inhumations de l’Horizon A (début du ive siècle) sous la cuisine de la maison située au nord de l’église, fouille de 1985 (cliché W. Berry).

16Malgré l’aménagement de fondations postérieures, isolant une partie du cimetière, la cohérence de l’ensemble permet d’établir des rapports stratigraphiques entre les sépultures des différents secteurs. Ainsi, les données disponibles sont suffisantes pour justifier une tentative de détermination des relations possibles entre le premier horizon et les structures contemporaines dans la moitié occidentale du site.

La relation « mausolée »-cimetière

17Avant d’aborder l’influence du bâtiment A sur l’évolution du cimetière, on doit se demander quel était le rôle de la structure B. La séquence chronologique privilégiée jusqu’à présent place la construction de l’hypothétique mausolée à la même époque voire juste avant le début de l’horizon A. Puis, il aurait été lié à la structure funéraire créée avant le milieu du ive siècle (bâtiment C) pour finalement être incorporé dans la basilique aménagée au ve siècle. Bien que cette hypothèse soit la plus crédible, on constate l’existence d’inhumations secondaires successives (sépultures 61 et 168) dans un nivellement mis en place à l’intérieur de la chambre orientale de la structure B dès le ive siècle. Les sarcophages qui à l’origine occupaient le dit mausolée auraient été transférés ailleurs. L’hypothèse de caveaux vidés et démantelés pour laisser place à d’autres sépultures est moins envisageable, car allant dans le sens contraire de la présence de formae. Mais la vraie question est de savoir si la structure B jouait un rôle primordial dans l’établissement du cimetière, alors même qu’elle perd rapidement sa fonction première pour être réutilisée puis annexée.

Fig. 8. Saint-Pierre-l’Estrier.
A. Plan des vestiges dans le secteur ouest de la fouille du bas-côté nord.
B.
Vue du secteur ouest du bas-côté nord, vu du nord-ouest en 1983 : l’angle nord-ouest de l’église carolingienne est à l’arrière plan ; Mur 14 au centre droit ; Mur 13 au centre, avec les murs 1, 2 et 2A, et le Fait 12B derrière lui ; le Mur 20 est visible sous la berme à gauche (cliché W. Berry).

Fig. 9. Saint-Pierre-l’Estrier. Plan des inhumations de l’Horizon A (sépultures 156-159) et de celles peut-être antérieures (sépultures 76, 77, 151), avec les sarcophages de l’Horizon B (vie siècle), découvertes dans le secteur occidental (cf. fig. 2, 8a-b et 13).

18En réexaminant tout d’abord la relation entre le mausolée et l’horizon A, on remarque que la distribution des inhumations mises au jour dans le secteur de la structure B est trompeuse à cause des perturbations postérieures, en particulier l’installation des sarcophages de l’horizon B au vie siècle, puis leur récupération (vers 1770), qui a conduit à la destruction de la majorité des sépultures antérieures (fig. 8a-b et 9). Trois sarcophages subsistaient dans ce secteur : deux au sud-est, sous la façade de l’église postérieure, et le troisième au nord-ouest, au-dessous du Mur 22. Ceci donne aux trois inhumations du ive siècle conservées le long du Mur 14 (sépultures 151, 156, 160) l’aspect, probablement erroné, d’une relation ad sanctos avec la structure B, alors qu’elles faisaient probablement partie de rangées de tombes occupant originellement tout cet espace, sans attirance particulière pour le dit mausolée. De plus, il existe deux tombes très fragmentaires (sépultures 158, 159) découvertes à l’ouest du Mur 1 et en partie au-dessous du Mur 13 (la façade de la basilique du ve siècle). Elles constituent une rare exception, dans l’horizon A, de non-respect des tombes plus anciennes (sépultures 76, 77) au cours de la phase suivante. Les différents creusements postérieurs entravent la lecture de la relation stratigraphique entre les sépultures 158 et 159, et le Mur 14 (du mausolée). Une troisième sépulture (sépulture 157) pourrait appartenir à cette phase initiale hypothétique (fig. 9). Elle était située juste à l’est du Mur 2, et donc à l’intérieur du bâtiment A. Elle non plus n’a pas été respectée par la suite, ce qui tend à confirmer son appartenance à une supposée phase primitive, bien que dans ce cas, les données soient moins explicites.

19Ces sépultures sont-elles antérieures à la création du cimetière organisé ? Elles pourraient également suggérer une précoce occupation funéraire peu après 270, correspondant à une extension du cimetière présumé à l’est de la villa – ceci poserait également la question du caractère chrétien d’un développement si précoce. Dans ce cas, l’hypothétique mausolée constituerait un élément d’un tel processus ; le cimetière lui serait antérieur. En effet, dans cette perspective, cette structure B ne serait pas à l’origine de l’occupation funéraire de cette partie du site ; il s’agirait d’un élément secondaire, un sous-produit du développement cimétérial déjà en cours. Cela induirait le caractère dynamique des premières inhumations (pas nécessairement toutes chrétiennes ?) plutôt qu’un simple développement linéaire, à l’opposé du caractère hyper-organisé de l’horizon A reflétant peut-être le contrôle de l’Église (Picard, 1989, p. 4-5).

Fig. 10. Saint-Pierre-l’Estrier. Plan simplifié du Bâtiment C (second quart ou milieu du ive siècle) : plusieurs murs existants du Bâtiment A/2 (en bleu) ont été reconstruits ; les nouveaux éléments ajoutés à l’ouest après la suppression du Mur 20 (Murs 1A, 2A, 19) sont indiqués en jaune ; la structure B (en vert) est encore présente plus à l’ouest.

20Notons que l’importance donnée à la structure B dépend en partie de l’hypothèse selon laquelle la villa était en ruine au moment de sa construction. Cette vision peut, de manière erronée, mettre en exergue le mausolée et masquer, dans le même temps, le caractère particulier du rapport entretenu par les deux structures. Un point capital dans la planification de la structure B concerne le profit tiré par les constructeurs de la présence d’une terrasse préexistante pour établir un édifice semi-hypogée. Les concepteurs semblent également avoir incorporé la porte du Mur 2, voire le mur toujours en partie en élévation. Ainsi, le mausolée était accessible grâce au passage aménagé entre les Murs 2 et 20 à l’intérieur du bâtiment A (fig. 6, D). Cela suggère que le mausolée a été ajouté au bâtiment plus ancien toujours en élévation – utilisé d’une certaine manière – et même qu’il en faisait partie.

Architecture, concept de hiérarchie funéraire au ive siècle et relation avec les structures antérieures

21La construction du bâtiment C clarifie le rapport entre cimetière et architecture, avec des différences dans le traitement des morts reflétant des inégalités. On doit tout de même se demander si ces distinctions perceptibles au milieu du ive siècle ne correspondent pas en fait à la formalisation d’une hiérarchie préexistante bien que non visible sur le plan archéologique. La question est la suivante : l’architecture impose-t-elle une nouvelle configuration ou bien s’inscrit-elle dans un modèle préétabli ?

Un premier bâtiment funéraire

22Le bâtiment C apparaît durant le deuxième quart ou le milieu du ive siècle (fig. 10). Il serait donc contemporain de la deuxième phase de l’horizon A. Sans entrer dans les détails, il reprend en grande partie la configuration du dernier état du bâtiment A. Dans la future nef et une partie du bas-côté nord est aménagé un large espace rectangulaire (de 16 par 8 m) sans divisions internes connues (fig. 10, F), flanqué au nord par une seconde unité architecturale plus étroite (environ 3,20 m de large) et compartimentée comme avant (C-E). Comme pour le bâtiment A/2, il est probable qu’un tel espace existait au sud (G), sous le bas-côté méridional, établissant dans ses grandes lignes les contours du corps de l’église telle qu’elle existera jusqu’au xviiie siècle.

23Malgré la similitude entre les deux bâtiments, le bâtiment C ne constitue pas une simple rénovation de la structure qui l’a précédé, mais bien une reconstruction quasi-complète avec d’importantes modifications. D’autres parties de la villa ont peut-être déjà été détruites au début du ive siècle, et les matériaux extraits récupérés, au début de la fonction funéraire du site. À quelques exceptions près, les murs existants semblent avoir été uniformément démantelés et reconstruits au-dessus de leurs fondations, alors que le Mur 20 est éliminé, dégageant ainsi l’espace vers l’ouest jusqu’au Mur 2 et la structure B. Dans le même temps, le Mur 28 est prolongé vers l’ouest par le Mur 19 et l’espace fermé au nord par le nouveau Mur 1A (fig. 8a, 10 et 13). Le « mausolée », également maintenu, semble toujours faire partie intégrante de l’ensemble. Bien que le Mur 2 ait été remplacé par le Mur 2A, au nord, la liaison avec l’ancien Mur 2 est conservée au sud – un des rares éléments non démantelé au moment de la construction du bâtiment C – avec maintien de l’entrée décentrée de la structure B. Remarquons l’importance de cette ouverture désaxée qui, de tout temps, sera l’entrée principale de l’église. Il n’est pas évident de savoir si le changement de fonction (et l’installation des sépultures secondaires en son sein) est contemporain ou postérieur à la construction du bâtiment C. Pourtant, l’intégration de la structure B dans le nouvel agencement est un indice probable de la conservation de son importance, ce qui renforce son identification comme monument funéraire. En outre, si, comme on l’a proposé plus haut, cet édifice n’a pas nécessairement joué un rôle majeur dans le développement du cimetière primitif, il est entre-temps devenu un élément important.

24Le choix de maintenir globalement la disposition de l’ensemble des structures antérieures n’est assurément pas anodin. On pourrait penser que les constructeurs du ive siècle ont simplement tiré profit de cette partie de la villa ruinée, car elle convenait à leurs besoins, cette solution étant par ailleurs économique. Cependant, la présence de la structure B et la particularité des pratiques funéraires dans le bâtiment C laissent entendre que d’autres facteurs sont entrés en considération dans le choix des bâtisseurs.

La relation chronologique entre le cimetière et les Bâtiments A et C

  • 12 La tombe de saint Simplice est mentionnée dans le bas-côté sud, près de l’autel Notre-Dame, c’est-à (...)
  • 13 Un second exhaussement du terrain (Cx 318, partiellement conservé) a précédé le creusement de ces s (...)

25Étant donné que dans la zone située sous la nef de l’église, les niveaux archéologiques sont entièrement perdus et que le secteur du bas-côté sud est uniquement connu par des textes tardifs12, la compréhension de la relation entre le bâtiment A et les toutes premières étapes du cimetière dépend des informations recueillies dans et autour du collatéral nord. Dans l’intérieur de ce dernier, les inhumations des ive et ve siècles de la moitié orientale et les sépultures récentes de la moitié occidentale ont détruit la plupart de la stratigraphie antérieure. En conséquence, à part son plan, la connaissance de l’intérieur de la structure au moment de l’établissement du cimetière est très limitée. Toutefois, des observations effectuées à l’ouest du Bâtiment A et surtout le sondage réalisé dans la maison située au nord de l’église (fig. 10, B) procurent des données essentielles, particulièrement bien stratifiées et datées, permettant d’établir la place du bâtiment A/2 dans le développement du premier horizon funéraire. En effet, dans ce dernier espace correspondant au secteur de la « cour » longeant le côté nord du bâtiment A/2, trois inhumations contiguës et en pleine terre relèveraient de la première phase du cimetière organisé (fig. 7 ; sépultures 214, 215, 217). Sur le plan stratigraphique, ces sépultures sont postérieures à l’important exhaussement associé à l’établissement du cimetière de l’horizon A, lui-même antérieur à la construction du premier bâtiment funéraire (bâtiment C) durant le deuxième quart ou le milieu du ive siècle, époque de la reconstruction du mur nord du bâtiment A/2 (retour du Mur 20). Les tombes du deuxième niveau (sépultures 212, 216), qui ont pénétré une surface (Cx 322) scellant la tranchée de construction de ce bâtiment A – et les premières trois inhumations –, sont donc contemporaines de la nouvelle structure13. Celles du troisième et dernier niveau (sépultures 209, 210, 211, 213) semblent avoir été en place avant la transformation du bâtiment C en basilique, au ve siècle, époque de l’arrêt des inhumations de l’horizon A. Étant donné la densité des tombes mises au jour dans le sondage, on suppose qu’à cette date, plus d’une centaine de sépultures longeaient le flanc septentrional du bâtiment.

Fig. 11. Saint-Pierre-l’Estrier. Sépultures privilégiées 185 et 186. A. Photo des deux tombes (cliché W. Berry) ; B. plan. Les autres inhumations sont de date récente.

Le Bâtiment C, lieu de tombes privilégiées

  • 14 Les Murs 20, 24 et 28 dérasés ont été réutilisés comme fondations pour les murs reconstruits à cett (...)

26Le contraste avec la partie préservée de l’intérieur du bâtiment C est frappant. Parmi les six sépultures de cette période, conservées dans toute la longueur du futur bas-côté nord, quatre (sépultures 172, 183, 185, 186) ont été trouvées ensemble, au centre est, dans un espace de 4,50 par 3 m défini par les Murs 24 et 30, orientés nord-sud, et entre les Murs 20 et 28, orientés est-ouest, espace hérité par le bâtiment C de l’état final de la villa (fig. 10, D)14. Comme on va le voir, à cet emplacement, au moins trois des sépultures peuvent être considérées comme privilégiées. La plus ancienne inhumation correspond probablement à la sépulture 186, qui est celle d’une femme âgée placée dans un coffrage de tegulae assez perturbé (fig. 11a-b). Cette sépulture semble contemporaine du deuxième niveau de l’horizon A. Vient ensuite la sépulture 172 établie selon le même axe, à l’ouest, puis la sépulture 185 au sud, ces inhumations étant protégées par d’importantes structures en pierres mêlées à de l’argile. De la première tombe, abritant un adulte de sexe incertain, seule une partie nous est parvenue, mais la seconde sépulture qui contenait un homme de plus de 80 ans, était intacte, protégée, au niveau du sol, par un couvercle de sarcophage antique réutilisé, sculpté d’une croix ancrée (fig. 12). La tombe de saint Simplice, décorée d’une « croix pattée », qui se trouvait dans la partie orientale du bas côté nord, avait probablement été transférée à cet emplacement peu avant sa description datant de 1706 (Sapin, 1984, p. 119). Étant donné que le Mur 30 a été pénétré par le coffrage de la sépulture 185, cette dernière est forcément postérieure à la transformation du bâtiment C en basilique, mais relève probablement du ve siècle.

Fig. 12. Saint-Pierre-l’Estrier. Fragment de pierre tombale de la sépulture 185 trouvée en place en 1984 (dessin M. Cowen).

27La tombe très perturbée du quatrième individu conservé en ce lieu – la sépulture 183 – est particulière en raison de l’absence de structure funéraire et de sa position, car elle est collée contre la sépulture 172. Il s’agit peut-être également d’une tombe privilégiée. On remarque que dans l’angle sud-ouest de cette zone, où l’occupation postérieure a détruit tout vestige de cette période, il y avait de la place pour une quatrième tombe. On peut se demander si la sépulture 183 n’avait pas été insérée entre la sépulture 172 et cette tombe hypothétique. Une question analogue concerne la tombe d’une femme, la sépulture 193. Alignée avec la sépulture 185, mais à l’est du Mur 30, elle occupait la moitié sud du petit compartiment situé à l’extrémité orientale du bâtiment C (fig. 10, E), apparemment laissé libre jusque-là. La présence de cet espace de 2,50 par 3 m, dont la fonction n’était vraisemblablement pas funéraire à l’origine, est intrigante, car elle induit pour l’édifice un plan dit d’« église en Tau », comme à Saint-Ambroix dans le Cher (Duval, 1991, p. 202-203). Un espace pour une deuxième tombe hypothétique peut encore être évoqué juste au nord de la sépulture 193. Chronologiquement, cette dernière (et celle qui l’accompagnait ?) semble marquer le point culminant du développement de l’ensemble funéraire de même que son prolongement vers l’est, associé au démantèlement du Mur 30 et, probablement, aux changements impliqués par la restructuration du bâtiment C qui devient une basilique. Dans ce cas, au ve siècle il existait peut-être six tombes soigneusement disposées entre le Mur 24 et le mur terminal oriental du bâtiment. Il est difficile de définir la fonction de cet espace. Il ne s’agissait apparemment pas d’un « porche funéraire », mais peut-être d’une sorte de mausolée collectif réservé à des tombes privilégiées, composant un élément architectural distinct du bâtiment C. La présence d’au moins deux femmes et son utilisation durant deux générations lui donnent l’aspect d’une tombe familiale, bien que l’hypothèse de tombes de clercs incluant des parentes féminines soit également possible. On en veut pour preuve l’histoire de Rhétice et de son épouse relatée par Grégoire de Tours (Liber in gloria confessorum, 74, p. 341-342). Le statut élevé d’au moins un individu est évident étant donné que cet espace a été complètement préservé pendant plus de cinq cents ans malgré les reconstructions successives de l’église, et que, jusqu’au xviie siècle, aucune autre sépulture n’a été mise en place en ce lieu.

Fig. 13. Saint-Pierre-l’Estrier. Développement architectural simplifié du secteur occidental. 1. Structure B ajoutée au Bâtiment A/2 « abandonné » (vers la fin du iiie siècle ou le début du ive siècle ?) ; 2. aménagement du Bâtiment C, avec la suppression du « couloir » entre le Mur 20 et le Mur 2, et l’extension des Murs 1A et 19 vers l’ouest pour rejoindre le nouveau Mur 2A, le long duquel est construite la Plateforme 12A, peut-être pour surélever une tombe (second quart ou milieu du ive siècle) ; 3. transformation en basilique au ve siècle, avec ajout de piliers entre le bas-côté (D) et la nef, et agencement d’un « arcosoleum » (12) contre la nouvelle façade (Mur 13), devant laquelle le bâtiment sera prolongé au vie siècle (E).

28Dans le reste du bas-côté nord et à l’ouest du Mur 24, dans un espace de 7 m x 3 m (fig. 10, C), la situation est différente puisque seule une inhumation ancienne a été découverte. Cette sépulture 157 prenait place dans le « couloir » qui séparait les Murs 2 et 20 du bâtiment A, peut-être antérieurement au bâtiment C, voire à l’horizon A (voir ci-dessus). Cependant, l’absence d’inhumations ne signifie pas que cet espace était dépourvu de fonction funéraire qui a pu prendre une autre forme. En effet, au ve siècle, une structure s’apparentant à un arcosoleum (structure 12B) a été élevée contre le nouveau mur occidental (Mur 13) du bas-côté nord de la basilique (fig. 8a-b). Or, cette structure semble correspondre à la monumentalisation d’un élément préexistant situé devant le Mur 2A (structure 12A) qui relève de l’époque du bâtiment C et qui a détruit la partie supérieure de la sépulture 157. De dimensions plus modestes, la structure 12A pourrait correspondre soit au premier état d’un tombeau mural, soit à la fondation d’une plateforme pour la surélévation d’un sarcophage. Ceci suggère qu’au moment de la construction du bâtiment C, cet espace avait été réservé à la mise en exergue d’une dépouille précieuse ou d’un sarcophage d’un individu important si l’on en croit la rénovation dont a fait l’objet sa tombe qui était isolée. Seul un sarcophage daté du vie siècle a été installé dans l’angle sud-est de l’espace, contre le Mur 24 (fig. 9). On peut se demander si la présence de cette tombe n’est pas à l’origine de l’inhumation d’un jeune enfant – la sépulture 156 qui était probablement privilégiée car déposée dans un cercueil de plomb – contre le mur extérieur nord au milieu du ive siècle (fig. 16 ; Sapin, Berry, 1984). Comme pour la zone située à l’est, la fonction initiale de cet espace est difficile à définir. Il ne peut être question d’un porche en raison de la présence de l’arcosoleum, mais il pourrait s’agir d’une memoria. Son lien avec l’espace oriental est de même incertain, mais il est intéressant de noter qu’au moment de la construction de la basilique, au ve siècle, le Mur 28 a été remplacé par des piliers permettant de faire communiquer ces deux secteurs avec la nouvelle nef, bien que le Mur 24 semble avoir continué à diviser le bas-côté en deux parties distinctes (fig. 13). L’unité orientale pourrait avoir formé le bras nord d’une sorte de transept non saillant, selon une hypothèse proposée par Christian Sapin (Sapin, 1998a, p. 66).

29Or, il est probable que dès leur planification, la fonction de deux des trois espaces situés le long du côté septentrional du bâtiment C était de nature funéraire. Des installations analogues étaient vraisemblablement prévues au sud de façon symétrique, constituant de la sorte un type de plan bien attesté. Il est possible que la zone du bâtiment C située sous la future nef, destinée elle aussi à abriter des tombes, ait été conçue pour répondre à une fonction liturgique particulière, comme à Seyssel (Haute-Savoie) ou Veurey (Isère) (Bizot et alii, 1995 ; Colardelle, 1995). S’il en était ainsi, cette fonction était en rupture avec l’usage antérieur du bâtiment A/2, ou bien il s’agissait, dans une certaine mesure, de formaliser une fonction funéraire et/ou cultuelle préexistante.

Le rôle du bâtiment A/2 dans le premier développement de l’horizon A

30Après ces quelques développements, plusieurs points importants émergent en ce qui concerne le bâtiment A/2 durant la période comprise entre la fin du iiie siècle et peu après 340, époque de la construction du bâtiment C. Premièrement, la reprise d’une grande partie du plan du bâtiment A/2 dans la disposition du bâtiment C montre la volonté de préserver la forme de l’ancienne structure plutôt que de réutiliser ses murs comme fondations, comme si le bâtiment A/2 – apparemment la seule partie de la villa à avoir échappé à la destruction lors de l’expansion du cimetière – avait acquis une certaine importance (cf. fig. 5 et 10). Rappelons qu’aucune trace d’incendie ou de démolition massive n’a été observée ; l’image d’une villa « abandonnée » et donc en ruine est peut-être trompeuse. En réalité, plusieurs indices tendent à montrer que la totalité ou une partie des murs du bâtiment A étaient toujours en élévation (et les espaces internes couverts ?). Comme on l’a déjà noté, le raccord entre la structure B et le bâtiment A/2 suggère qu’une partie du Mur 2 était conservée et que les surfaces de terre battue situées au-dessus du Sol 81, entre les Murs 2 et 20, indiqueraient une utilisation – certes partielle – de cet espace situé devant l’entrée du supposé mausolée au cours de la période examinée. De même, lorsque le terrain extérieur a été exhaussé conjointement à l’installation du cimetière, le niveau des sols intérieurs semble être resté le même qu’auparavant. En outre, il n’existe aucune trace de sépultures à l’intérieur du bâtiment A à cette période – sauf le cas unique et peut-être ponctuel de la sépulture 157 – en dépit du développement à la même époque de l’horizon funéraire A sur son pourtour. En effet, il est possible que le bâtiment A ait été respecté lors du développement de l’ensemble funéraire et qu’il ait été associé à la première phase de l’horizon A, à l’instar du bâtiment C et de ses deuxième et troisième phases.

31Si l’on suppose que le bâtiment A/2 a été incorporé dans le nouvel ensemble funéraire, il pourrait avoir eu un rôle liturgique (oratoire ou chapelle) ou funéraire, sans pour autant laisser de trace physique, voire une combinaison des deux, comme cela semble avoir été le cas du bâtiment C. Il pourrait tout aussi bien correspondre à un lieu de réunion lié au cimetière, c’est-à-dire un espace rituel plutôt que strictement liturgique, un lieu de recueillement devant le corps avant l’inhumation, comme il l’est mentionné dans l’ordo defunctorum romain des ive et ve siècles (Paxton, 1990, p. 37-42). Toutes ces hypothèses semblent plus au moins compatibles avec la présence du mausolée présumé, la structure B.

32Si l’on retient l’hypothèse selon laquelle la première phase de l’horizon A signale l’implantation d’un cimetière chrétien, l’acquisition du site par l’Église, par achat ou donation, aurait vraisemblablement eu lieu environ une génération après l’abandon de l’ancienne villa en 312/313 ou peu après. Cela coïnciderait avec l’apparition documentée de Rhétice et le possible développement du groupe épiscopal intra muros. Il semble en tout cas que cette acquisition était destinée à la création d’un espace funéraire. À cette époque, l’état des autres parties de la villa est inconnu, mais elles ont vraisemblablement disparu au cours du développement du cimetière. Seule exception à cela : le bâtiment A avec la structure B apparemment déjà établie contre lui.

Quel sort pour le bâtiment A/2 vers 270-300 ?

33La période comprise entre l’établissement de l’horizon A et l’abandon de la villa vingt à trente ans auparavant est vague, conduisant en grande partie à de la spéculation. Les quelques données archéologiques à disposition montrent qu’après la fin de l’occupation de la villa, le bâtiment A/2 est probablement resté en usage. Cela implique que l’ajout de la structure B n’était pas fortuit et qu’un lien fonctionnel les unissait. Dans ce cas, les inhumations les plus anciennes ont pu être « attirées » par le bâtiment A/2 autant que par le mausolée présumé, qui leur est peut-être postérieur. Le fait qu’après avoir été tous deux incorporés dans la première phase de l’horizon A, le plan du bâtiment A/2 ait été enchâssé dans le bâtiment C tandis que l’importance de la structure B semble s’être amoindrie, renforce l’apparente centralité du bâtiment A dans le développement de l’ensemble funéraire primitif. On le perçoit clairement, car au moment de l’apparition des tombes privilégiées dans le bâtiment C, la structure B semble avoir perdu sa fonction d’origine. Ces hypothèses induisent des questionnements de même type que ceux formulés plus haut, mais dans l’état actuel de la connaissance les réponses manquent.

Conclusion sur Saint-Pierre-l’Estrier

  • 15 On peut se demander si le deuxième exhaussement à l’extérieur de Bâtiment A rendait sa reconstructi (...)

34À Saint-Pierre-l’Estrier, les données architecturales offrent un cadre chronologique clair bien que complexe. On a montré que l’horizon A était compris entre la première partie du ive siècle, voire la fin du iiie siècle, et la seconde moitié du ive siècle et que l’histoire de la construction des bâtiments successifs peut être mise en rapport avec les phases contemporaines du cimetière. Il est difficile de donner une indication précise en ce qui concerne la fonction du bâtiment A autour de 340. Cependant son raccordement avec la première phase de l’Horizon A indique que deux étapes principales ont existé, vers 270-300/313 et entre 300/313 et environ 340/50 (voir plus haut). Cette dernière étape voit se développer un lien fort entre le cimetière et la communauté chrétienne, dont la nature exacte échappe à toute définition, mais qui serait contemporaine des évêques Rhétice et Cassien, enterrés l’un près de l’autre à un autre endroit du cimetière (Sapin, 1984, p. 118-119). On a proposé plus haut l’hypothèse selon laquelle la première phase funéraire aurait comporté une période d’abandon après 270 – sans démolition du bâtiment A, comme l’indiquent les données stratigraphiques recueillies dans la cour nord – de durée inconnue, suivie par l’apparition des sépultures vraisemblablement primitives vers la fin du siècle, qui inclut la construction de la structure B, mais précède les premières tombes de l’Horizon A et probablement la christianisation du site. Le fait que la construction et l’annexion du bâtiment C pour des sépultures privilégiées soit contemporain du deuxième exhaussement du terrain15 et du début de la deuxième phase de l’horizon A semble impliquer un changement significatif dans l’aménagement du cimetière tel qu’on le connaît autour de 340/350. Il prend apparemment un aspect plus élitiste avec, à l’intérieur du bâtiment, un petit groupe d’individus traités différemment, outre le supposé arcosoleum destiné à une personne très particulière, alors que la grande majorité des fidèles continuait à être enterrée à l’extérieur comme dans la phase précédente.

  • 16 Si les sarcophages en plomb (voir ci-dessous) peuvent être datés typologiquement du ive siècle, la (...)

35La complexité des séquences funéraires et architecturales nous alerte sur la difficile interprétation des secteurs funéraires incomplètement fouillés. À Saint-Pierre, les données issues pourtant d’une intervention programmée exhaustive dans les limites du site sont toutefois insuffisantes pour parvenir à des solutions définitives en ce qui concerne les premières phases du cimetière. Cette remarque est également destinée à souligner le caractère problématique des essais de cartes de distribution fondés sur des trouvailles fortuites et sur la dépendance excessive sur des comparaisons avec d’autres sites non locaux16.

Les sarcophages de plomb trouvés dans la zone funéraire de Saint-Pierre-l’Estrier

36En 1995, une fouille de sauvetage située au nord de Saint-Pierre-l’Estrier a permis d’identifier trois autres sarcophages de plomb (Balcon, Berry, 1995). Deux de ces éléments étaient particulièrement bien conservés et ont pu être appréhendés in situ, ce qui est rare à Autun où ce type d’inhumation, bien que rencontré à plusieurs reprises (voir la contribution de Yannick Labaune) était souvent hors contexte ou dans des contextes bouleversés (fig. 14).

37De par leur profondeur d’enfouissement, leur position et leur mode de fabrication, il a été possible de mettre en évidence deux groupes de sépultures, correspondant vraisemblablement à deux phases distinctes. Le premier groupe concerne deux sépultures mitoyennes situées en bordure sud-est de la zone étudiée (sépultures 1 et 2). L’une d’elles était intacte, bien que légèrement affaissée en raison du poids de la terre qui la couvrait (fig. 15), tandis que l’autre avait été très perturbée, car transformée en fosse d’équarrissage (sépulture 1). Le couvercle du sarcophage bien conservé était constitué d’une seule feuille de plomb encochée aux angles et rabattue sur les grands côtés. La cuve correspondait elle aussi à une seule feuille de plomb, avec soustraction aux angles de carrés de métal. Les côtés obtenus avaient été repliés et reliés par une soudure autogène afin de constituer les arêtes verticales de chaque angle. Ces éléments ne présentaient pas de trace de décor ou d’incision. Ce mode de fabrication est tout à fait comparable à celui du petit sarcophage trouvé à Saint-Pierre (fig. 16) évoqué plus haut (Berry, Sapin, 1986).

38L’autre sarcophage rencontré un peu plus au sud était orienté différemment (fig. 14 et 15). Sa bonne conservation a permis de le déposer dans les réserves du Musée Rolin pour une étude exhaustive. La cuve était différente de l’autre en raison de la présence d’une soudure à l’étain formant triangle. De plus, des croix de saint André – visibles également sur le sarcophage d’enfant trouvé à Saint-Pierre (fig. 16) – étaient présentes tant sur la cuve que sur le couvercle à l’emplacement des pieds.

39En raison de la remontée de la nappe phréatique, les planches des coffres de bois qui accueillaient les sarcophages étaient bien préservées. Il faut toutefois noter que ces éléments composés de chêne se trouvaient sur le fond et les deux grands côtés, mais pas aux extrémités ni en partie haute. Au fond de la sépulture 2, des pierres de calage des planches de bois ont été retrouvées, l’une d’elles correspondant à une stèle antique remployée. Dans l’autre sépulture conservée (sépulture 3), les planches étaient liées par des clous. Plutôt qu’une chambre funéraire ou un coffrage, on se demande si ces éléments ne correspondaient pas en fait à une structure destinée à faciliter le transport des sarcophages. On a pu aussi observer que le corps de la sépulture 2 avait été déposé sur une surface composée de végétaux. Ce n’était pas le cas pour les ossements très dégradés de l’individu de la sépulture 3 fouillée dans les réserves du Musée Rolin. Aucune trace de vêtement ou de linceul n’a été perçue.

Fig. 14. Emplacement de la zone des sarcophages de plomb découverts en 1995 par rapport à l’église de Saint-Pierre-l’Estrier (cadastre numérisé Ville d’Autun 2001 ; DAO, S. Balcon-Berry).

40Ces éléments correspondent vraisemblablement à deux groupes de sépultures privilégiées datant du ive siècle (Colardelle et alii, 1996, p. 278-280), car ils sont tout à fait comparables au sarcophage d’enfant trouvé à Saint-Pierre-l’Estrier. Ils faisaient partie de la vaste zone funéraire qui accueillera les basiliques Saint-Pierre et Saint-Étienne. Des vestiges d’une surface empierrée (US 3) orientée nord-sud correspondait peut-être à un espace de circulation aménagé à l’époque de la mise en place des sépultures 1 et 2. Elle se dirige vers l’emplacement de Saint-Pierre (fig. 3). La sépulture 3 est vraisemblablement postérieure à son utilisation, car elle l’a perturbée, ce qui tend à confirmer l’existence de deux groupes de sarcophages de plomb dans cette aire funéraire septentrionale.

Souvenir du cimetière primitif et développement architectural postérieur

  • 17 Il est intéressant de remarquer que l’absence de tombes à Saint-Pierre semble coïncider avec le déb (...)

41Avec les remaniements du ve siècle, on peut véritablement parler de la transformation architecturale du bâtiment C en basilique, mais cela traduit probablement plus la formalisation d’une utilisation préexistante qu’un changement de fonction. Par la suite, la structure B a été incorporée dans un nouveau prolongement du bâtiment vers l’ouest, pour, selon toute vraisemblance, disparaître sous le niveau du sol, comme ce sera clairement le cas plus tard. C’est dans cet espace occidental mal connu, car situé à l’emplacement de la rue de l’Hermitage et d’un bâtiment moderne disposé plus à l’ouest, qu’a lieu au cours du vie siècle, soit près d’un demi-siècle après les dernières inhumations de l’horizon A, une intensive phase d’inhumations en sarcophages17.

  • 18 Voir note 3.

42C’est à cette époque que Grégoire de Tours visite le site. Certes, les mausolées et les églises l’impressionnent, mais plus encore les espaces funéraires qui les entourent. Si les inhumations en pleine terre cernant au moins l’église de Saint-Pierre constituaient un phénomène du passé, il semble que ces tombes étaient toujours connues, voire en partie en évidence – sous forme d’épitaphes ou bien d’une signalétique plus simple (et périssable). Elles forment un ensemble suffisamment impressionnant pour conduire Grégoire de Tours à en proposer une définition particulière18. De façon ironique, peu après la visite de l’évêque de Tours, la partie du cimetière située autour de Saint-Pierre n’accueillera plus de nouvelles sépultures. En effet, les inhumations semblent cesser au début du viie siècle avec les dernières mises en place de sarcophages à l’intérieur de l’édifice.

  • 19 La question de l’utilisation des cimetières situés extra muros à Autun à cette époque est abordée d (...)

43Si la période comprise entre le début du viie et le milieu du ixe siècle a peu laissé de traces sur le plan archéologique19, une relecture des données de la liturgie pascale dans le « Missale Gothicum », probablement composé à Autun autour de 700, montre la mémoire toujours vive des cimetières suburbains (Sapin, 1986, p. 165-166). On peut même penser que les plus importants monuments funéraires – notamment ceux de l’Antiquité tardive – font l’objet d’une vénération accompagnant leur maintenance ou restructuration.

Fig. 15. Sarcophages de plomb découverts en 1995 au nord de Saint-Pierre-l’Estrier (dessin S. Balcon-Berry).

Fig. 16. Saint-Pierre-l’Estrier. Sarcophage de plomb contenant un corps d’enfant (dessin C. Castillo).

Fig. 17. Saint-Pierre-l’Estrier. Vue actuelle de la zone orientale de l’église (cl. W. Berry).

44C’est surtout à partir du milieu du ixe siècle que l’importance de l’église de Saint-Pierre est attestée dans les documents écrits – ce qui montre que l’absence de sa mention par Grégoire de Tours n’est nullement un reflet de son peu d’intérêt – et à travers plusieurs tentatives de rénovation. De cette époque, subsistent en élévation des vestiges imposants de la partie occidentale et de la nef à arcades, entièrement reconstruites. De gros blocs de grès de réemploi incorporés dans les chaînes d’angle de la façade et au niveau des piles de la nef signifient une nouvelle monumentalité. En contraste avec le caractère massif de cette maçonnerie, les maçons ont utilisé du calcaire blanc pour composer les voussoirs et les impostes des arcades de la nef (Sapin, 1986, p. 132 ; Sapin, 1982, fig. 17), dont l’exécution peut être comparée à celle des plus importants édifices carolingiens de la région, comme par exemple la crypte de Saint-Germain d’Auxerre (Sapin, 2000, p. 237-256 et 382-383 ; Berry, 2010, p. 142-145). L’église restructurée n’accueille toujours pas de sépultures. Dénommée monasterium dans les sources, mais sans clergé ou culte apparents, elle fonctionne néanmoins comme lieu de mémoire des origines chrétiennes au moment du rétablissement de l’autorité de l’Église dans la ville et de l’évêque dans son diocèse.

  • 20 Ceci rappelle les descriptions des « tombe-autels » de l’église de Saint-Symphorien (Vieillard-Troï (...)

45L’importance conjointe de l’édifice et du souvenir qui lui était attaché explique pourquoi, à l’instigation du roi Robert le Pieux qui visite Autun en 1018, on amorce une seconde reconstruction de l’église. Dans les Epitomés de la vie du Roi Robert d’Helgaud de Fleury (Epitome vitae regis Roberti Pii, 15 [Bautier, Labory, 1965, p. 88-89]), il est fait référence à Saint-Pierre en tant que Monasterium sancti Cassiani en raison d’une confusion entre l’église et la tombe du saint. Toutefois, à cette époque, une partie des reliques de ce saint évêque ne se trouvait plus à Autun, mais à Saint-Quentin (Aisne). S’il est probable qu’à la suite de ce transfert une chapelle a été construite ou remaniée à l’emplacement du tombeau de Cassien, il est également possible que son sarcophage, objet d’un culte décrit par Grégoire de Tours, ait été placé dans l’église de Saint-Pierre où il est mentionné plus tard, incorporé dans l’autel principal (Sapin, 1984, p. 118-119)20. On peut discerner ici une double intention. Il s’agit tout d’abord de préserver la mémoire de l’emplacement initial du tombeau, tout en transférant le sarcophage en un lieu plus digne de son importance, ceci ayant également des répercussions sur le statut de Saint-Pierre. Mais l’on ne doit pas oublier une probable volonté politique du roi qui, dans le contexte de sa consolidation du contrôle du duché de Bourgogne, choisit de patronner la rénovation de cet éminent lieu des origines chrétiennes. À cet égard, il est aussi intéressant de souligner que, comme l’ont montré les fouilles, à la même époque sont transférés d’autres sarcophages dans l’église. Ils sont « exposés » dans le nouveau cadre architectural, peut-être en dupliquant l’arcosoleum toujours en place dans le bas-côté nord (?), ceci préfigurant la présentation d’autres sarcophages et épitaphes mis en place dans le bâtiment à la fin de l’Ancien Régime.

46La majorité de la campagne de reconstruction de l’église a été entreprise entre 1020 et 1030, mais seule la croisée semble avoir été complétée avant que le projet ne soit arrêté pour une raison inconnue. La fouille a révélé la présence de tranchées de construction et des fondations incomplètes correspondant à l’amorce d’une partie orientale élargie, où il était certainement prévu de loger le sarcophage de Cassien. Au nord et au sud de la croisée de 6,50 m de côté, des arcs jumelés ouvrent sur ce qui correspondait aux bras du transept, où d’autres sarcophages ont été placés. Le côté oriental de la croisée est le mieux conservé. Au premier niveau, de larges arcs supportés par des colonnes antiques de réemploi surmontées de chapiteaux du xie siècle devaient donner sur le chœur. Au-dessus, quatre colonnettes (les fûts sont aussi des spolia tandis que les chapiteaux remontent au xie siècle) supportent une arcature ouverte composée de cinq petits arcs. Le côté occidental de la croisée, détruit en 1750, devait être semblable. La tour envisagée pour surplomber cette croisée n’a jamais été achevée. Ainsi, seuls les vestiges du corps central de l’église conservés en élévation signalent aujourd’hui encore la présence de ce bâtiment capital pour l’histoire du christianisme autunois (fig. 17).

47La reconstruction inachevée du bâtiment pourrait refléter l’échec de ce qui semble avoir été la fondation d’un véritable établissement monastique par Robert le Pieux, projet peut-être abandonné par son fils, Robert Ier le Vieux, duc de Bourgogne à partir de 1032. Cet échec a peut-être conduit au statut paroissial de l’église à partir du xiiie siècle. Cet ultime changement de fonction a vu la réintroduction des enterrements dans le « nouveau » cimetière paroissial qui couvre une grande partie de la zone de l’espace funéraire antérieur, mais à l’intérieur de l’église, les zones d’inhumations établies dans l’Antiquité tardive et au xie siècle sont inviolées jusqu’au xviie siècle.

48Sur la longue durée, on perçoit une progressive séparation du respect à l’égard du site et de ce qu’il a représenté, encore bien perceptible au Moyen Âge central (Berry, 2013), de la mémoire purement historique. La vénération a fait place à une curiosité d’antiquaires avec en corollaire l’entrepôt des vestiges meubles dans ou – dans le cas des sarcophages – autour de l’église, conduisant aux événements catastrophiques de la seconde moitié du xviiie siècle qui, après 1839, n’ont pu être effacés par les louables intentions des membres érudits de la Société éduenne naissante.

*

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Sources imprimées

Charmasse A. de, Cartulaire de l’Église d’Autun, Paris, Durand/Autun, Dejussieu, 2 vol. : lxxxvi et 416 p. (Documents inédits pour servir à l’histoire de l’Autunois, 1).

Grégoire de Tours, Liber in gloria confessorum, MGH, SRM, 1.2.

Helgaud de Fleury, Vie de Robert le Pieux, Epitome vitae regis Roberti Pii, R.-H. Bautier et G. Labory éd. et trad., Paris, 1965 (éd. du CNRS), 166 p., 4 h. t. (Sources d’Histoire Médiévale, 1).

Ouvrages et articles imprimés

Balcon S., Berry W., 1995, Les sépultures à sarcophage en plomb de la rue Saint-Étienne à Saint-Pierre-l’Estrier, Document final de synthèse de l’intervention archéologique, Dijon, S.R.A Bourgogne, 38 p., 30 fig.

Balcon S., Berry W., Sapin C., 2003, « Architecture and sculpture at Autun around the Millennium », in : Hiscock N. éd., The white mantle of churches : architecture, liturgy and art around the Millennium, Turnhout, Brepols, p. 196-220 (International medieval research, 10 – Art history Subseries, 2).

Berlioz J., Eichenlaub J.-L., 1988, « Les tombeaux des Chevaliers de la Table Ronde à Saint-Émiland (Saône-et-Loire) ? Recherches sur un exemplum du dominicain Étienne de Bourbon (mort vers 1261) », Romania, 109, p. 18-45.

Berry W., 1986, Autun, site de Saint-Pierre-l’Estrier, Rapport sur le sondage archéologique d’avril 1985 à Saint-Pierre-l’Estrier, S.R.A. Bourgogne, 19 p., 2 tables, 9 fig., 10 pl.

Berry W., 2010, « Use and reuse of limestone in Romanesque Burgundy : the example of Autun », in : Olson V. éd., Written in stone : a collection of studies on the use of Limestone in medieval sculpture and architecture in Northern Europe and the British Isles, Farnham, Ashgate, p. 133-165 (AVISTA Studies in the History of Medieval Technology, Science and Art, 7).

Berry W., à paraître, « Seeking meaning in the early burials in the cathedral group of Saint-Nazaire d’Autun », Table ronde, Les inhumations intra muros du très haut Moyen Âge en France, Université Paris X (Nanterre), 7 déc. 2010, sous la dir. de B. Boissavit-Camus.

Berry W., 2013, « Referencing the past : the tympanum in the western upper level of the porch of the cathedral of Saint-Lazare at Autun », in : Blondeau C., Boissavit-Camus B., Boucherat V. dir., Ars auro gemmisque prior : mélanges en hommage à Jean-Pierre Caillet, Zagreb, Univ. of Zagreb, p. 223-229 (Dissertationnes et monographiae, 6).

Bizot B., Laubacher H., Serralongue J., 1995, « Seyssel : basilique d’Albigny-Condion », in : Duval N. dir., Les premiers monuments chrétiens de la France, t. 1, Sud-Est et Corse, Paris, éd. Picard, p. 304-307 (Coll. Atlas archéologiques de la France, Série typologique).

Bonnet Ch., 1977, Les premiers édifices chrétiens de la Madeleine à Genève, Genève, A. Jullien, 224 p. et fig. (Mémoires et documents publiés par la Société d’histoire et d’archéologie de Genève, 8).

Charmasse A. de, 1889, « Précis historique », in : Fontenay H. de, Autun et ses monuments, Autun, Dejussieu, cclxxi et 541 p., 14 pl.

Colardelle M., 1995, « Veurey : église Saint-Ours », in : Duval N. dir., Les premiers monuments chrétiens de la France, t. 1, Sud-Est et Corse, Paris, Picard, p. 245-247 (Coll. Atlas archéologiques de la France, Série typologique).

Colardelle R., 2008, La ville et la mort : Saint-Laurent de Grenoble, 2000 ans de tradition funéraire, Turnhout, Brepols, 412 p. et fig., CD-Rom (Bibliothèque de l’Antiquité tardive, 11).

Colardelle M., Démians d’Archimbaud G., Raynaud C., 1996, « Typo-chronologie des sépultures du Bas-Empire à la fin du Moyen Âge dans le Sud-Est de la Gaule », in : Archéologie du cimetière chrétien, Actes du 2ème colloque ARCHEA, Orléans, 29 sept.-1er oct. 1994, Tours, p. 271-303 (11ème suppl. à la Revue archéologique du Centre de la France).

Décréaux J., 1987, « Notice sur l’inscription de Pectorios », in : Pinette M. dir., Autun-Augustodunum, capitale des Éduens, Catalogue d’exposition, Hôtel de ville d’Autun, 16 mars - 27 oct. 1985, Autun, p. 359-362.

Décréaux J., 1992, « Le point sur l’inscription de Pectorios », Mémoires de la Soc. éduenne, 55, fasc. 2, 1991-1992, p. 123-127.

Delissey M, 1965, « L’évêché d’Autun et ses évêques », Mémoires de la Soc. éduenne, 50, 1957-1965, p. 301-322.

Duval N., 1991, « L’architecture culturelle », in : Naissance des arts chrétiens : atlas des monuments paléochrétiens de la France, Paris, Imp. nationale, p. 186-219 (Coll. Atlas archéologiques de la France).

Fontenay H. de, 1877, « Lettres de Crommelin sur les antiquités d’Autun », Mémoires de la Société éduenne, 6, p. 474-479.

Jannet-Vallat M., Lauxerois R., Reynaud J.-F., 1986, Vienne (Isère) aux premiers temps chrétiens, Paris, Min. de la Culture, 75 p., 69 ill. (Guides archéologiques de la France, 11).

Labaune Y., 2009, « La topographie funéraire antique d’Autun : bilan et nouvelles propositions à la lumière des découvertes récentes », Bull. archéologique du Comité des Travaux historiques, 35, p. 97-128.

Labaune Y., Kacki S., Tisserand A., 2007, Autun/Saint-Pantaléon ‘Saint-Pierre l’Estrier’, 21, rue de l’Hermitage (Saône-et-Loire) : projet de piscine enterrée, Document final de synthèse, 2 vol., Dijon, S.R.A. Bourgogne, 14 p., 11 fig. et 8 pl.

Le Maho J., 2004, « Aux origines du paysage ecclésial de la Haute-Normandie : la réutilisation funéraire des édifices antiques à l’époque mérovingienne », in : Alduc-le- Bagousse A. dir., Inhumations et édifices religieux au Moyen Âge entre Loire et Seine, Caen, Publ. du CRAHM, p. 47-62 (Tables rondes du CRAHM, 1).

Paxton F. S., 1990, Christianizing death : the creation of a ritual process in early medieval Europe, Ithica, Cornell Univ. Press, 229 p.

Picard J.-C., 1989, « Les premiers sanctuaires chrétiens des cités de Bourgogne », Rivista di Storia Letteratura Religiosa, 25, p. 3-19.

Rebourg A., 1986, Archéologie à Autun et dans l’Autunois : fouilles et découvertes récentes, Catalogue d’exposition, Autun, Musée Rolin, 87 p., 125 ill.

Rebourg A., 1993, Autun : atlas des vestiges gallo-romains, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 81 p. (Carte archéologique de la Gaule, 71-1).

Reynaud J.-F., 1998, Lugdunum Christianum, Lyon du ive au viiie siècles : topographie, nécropoles et édifices religieux, Paris, éd. de la M.S.H., 288 p., 194 fig (Documents d’archéologie française, 69).

Sapin C., 1982, « L’ancienne église de Saint-Pierre-l’Estrier à Autun », Archéologie médiévale, 12, p. 51-105.

Sapin C., 1984, « Les tombes des premiers évêques et l’occupation chrétienne d’Autun : archéologie du site », in : La Bourgogne : études archéologiques, Actes du 109ème congrès national des Sociétés savantes, Dijon, avril 1984, Paris, éd. du C.T.H.S., vol. I, p. 113-129.

Sapin C., 1986, La Bourgogne préromane : construction, décor et fonction des édifices religieux, Paris, éd. Picard, 310 p., 155 fig.

Sapin C., 1998a, « Autun, église Saint-Pierre-l’Estrier, », in : Barruol G. dir., Les premiers monuments chrétiens de la France, t. 3, Ouest, Nord et Est, Paris, éd. Picard, p. 64-69 (Coll. Atlas archéologiques de la France, Série typologique).

Sapin C., 1998b, « Mâcon, ancienne église Saint-Clément », in : Barruol G. dir., Les premiers monuments chrétiens de la France, t. 3, Ouest, Nord et Est, Paris, éd. Picard, p. 70-74 (Coll. Atlas archéologiques de la France, Série typologique).

Sapin C., 1999, « Architecture and funerary space in the early Middle Ages », in : Karlov C., K. Wickham-Crowley K., Young B.K. dir., Spaces of the living and the dead : an archaeological dialogue, p. 39-60 (American early medieval studies, 3).

Sapin C. dir., 2000, Archéologie et architecture d’un site monastique : 10 ans de recherche à l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre, Paris, éd. du C.T.H.S./Auxerre, Centre d’études médiévales d’Auxerre, 493 p., 487 fig., X pl. h.t. (Mémoires de la Section d’archéologie et d’histoire de l’art, 10).

Sapin C., 2012, « La crypte entre mausolée et église aux ve-vie siècles : réflexions à partir des sources historiques et archéologiques en particulier sur des cas bourguignons », in : Mausolées et églises, ive-viiie siècles, Actes du colloque international ‘Du mausolée à l’église’, Clermont-Ferrand, 3-5 nov. 2011, Hortus Artium medievalium, vol. 18-2, p. 329-339.

Sapin C., Berry W., 1984, « Un sarcophage de plomb découvert sur le site de Saint-Pierre-l’Estrier à Autun », Mémoires de la Soc. éduenne, 54, fasc. 4, p. 285-289.

Treffort C., 1996, L’église carolingienne et la mort : christianisme, rites funéraires et pratiques commémoratives, Lyon, Centre interuniversitaire d’histoire et d’archéologie médiévales, Presses Univ. de Lyon, 216 p., 24 fig. (Coll. d’histoire et d’archéologie médiévales, 3).

Vieillard-Troïekouroff M., 1976, Les monuments religieux de la Gaule d’après les œuvres de Grégoire de Tours, Paris, Champion, 491 p., 46 fig., 16 pl.

Young B., 1986, « Quelques réflexions sur les sépultures privilégiées, leur contexte et leur évolution, surtout dans la Gaule de l’Est », in : Duval Y., Picard J.-Ch. dir., L’inhumation privilégiée du ive au viiie siècle en Occident, Actes du colloque de Créteil, 16-18 mars 1984, Paris, De Boccard, p. 69-83.

Notes

1 Nous remercions chaleureusement Christian Sapin pour sa relecture et ses remarques, ainsi que Bailey Young.

2 Pour les références, voir Vieillard-Troïekouroff, 1976, p. 46, et Sapin, 1984, p. 116-121. Pour le pillage du cimetière commencé en 1774 - et les sarcophages toujours visibles en 1775 – voir Fontenay, 1877, p. 474-477. En 1781, le curé estimait qu’il existait dans la passé « plus de soixante » sarcophages autour de son église et admet qu’il a vendu lui-même une quinzaine de ceux qui restaient pour « faire des Auges pour abreuver les gros bétails » (Ms « Antiquités & Monuments anciens du Bourbonnais & de Partie de la Bourgogne, » Bibliothèque nationale, Cabinet des Estampes, Ve 884, p. 30-31).

3 Grégoire de Tours (Liber in gloria confessorum, 72, p. 340) l’appelle cimitirio, mais lui donne la définition de polyandrium à cause, dit-il, du grand nombre de morts enterrés ; voir sur le sujet Sapin, 1984, p. 114 ; Picard, 1989, p. 12, et Treffort, 1996, p. 145-147. L’omission de Saint-Pierre peut simplement s’expliquer par l’absence à cet emplacement d’une tombe de confesseur, sujet de son texte.

4 Ce sujet a été abordé dans la publication de synthèse regroupant divers spécialistes, préparée en 1993 sous la direction de Christian Sapin, mais qui, pour l’heure, n’a pas encore été publiée. Les idées exprimées dans la présente contribution constituent un réexamen de la question proposée dans de précédents articles ainsi qu’une proposition de nouvelles hypothèses. La question particulière de la période comprise entre le iiie et le ive siècle sera abordée dans la publication de synthèse.

5 Cela constituait le sujet d’une étude approfondie réalisée par Bailey Young ; voir également le résumé préliminaire dans Sapin, 1982, p. 74-76, 81-83. La plupart des hypothèses abordées ici ont été présentées par Sapin, 1999, p. 39-60 et Young, 1986, p. 69-83.

6 Dirigée par Christian Sapin, en collaboration avec Walter Berry, Anne Bossoutrot, Jean-Charles Picard et Bailey Young ; voir Sapin, 1998a, p. 64-69.

7 Étude de Marc Bompaire.

8 Pour la totalité des vestiges connus à proximité du site de Saint-Pierre, voir Labaune et alii, 2007, fig. 2.

9 L’existence de structures de ce type peut, dans une certaine mesure, expliquer la présence d’argile contre les deux côtés des fondations et en particulier l’aspect nettement vertical de celle conservée contre la face interne du Mur 14 (Cx 149).

10 Il en était vraisemblablement ainsi pour le sarcophage du mausolée IV de Saint-Just de Lyon (Reynaud, 1998, p. 109) ou pour le mausolée C de Saint-Laurent de Grenoble (Colardelle, 2008, p. 112-114).

11 Les raisons de la fin de l’Horizon A ne sont pas clairement établies. Le centre de l’activité funéraire se serait-il déplacé en un autre endroit du site à cause de l’attrait de tombes d’individus illustres, pour réinvestir Saint-Pierre au vie siècle après la translation de reliques importantes ?

12 La tombe de saint Simplice est mentionnée dans le bas-côté sud, près de l’autel Notre-Dame, c’est-à-dire dans la partie orientale. Mais il pourrait s’agir d’une translation récente, comme celle de la tombe de saint Pragmace qui se trouvait dans le bas-côté nord, car avant le xviiie siècle, sa tombe devait être à Saint-Étienne : Jacet in S. Stephani sacello prope S. Petrum de Strata (Gallia Christiana, IV, col. 341). Sur cette question, voir Sapin, 1984, p. 119.

13 Un second exhaussement du terrain (Cx 318, partiellement conservé) a précédé le creusement de ces sépultures. L’importance de cette terre apportée est indiquée, par exemple, par le fait que la sépulture 209 se trouve sur la Surface 329. Les trouvailles monétaires associées (14 monnaies) offrent un terminus post quem de 270 pour le premier exhaussement et le premier niveau d’inhumations, ainsi qu’une date approximative pour le Bâtiment C qui appartiendrait à la seconde moitié du règne de Constance II.

14 Les Murs 20, 24 et 28 dérasés ont été réutilisés comme fondations pour les murs reconstruits à cette époque. Il est probable, mais non certain, que cela concerne aussi le Mur 30. La chronologie relative établie pour ces tombes suppose que la sépulture 186 est postérieure à la construction du Bâtiment C et qu’elle est contemporaine de la seconde phase de l’Horizon A.

15 On peut se demander si le deuxième exhaussement à l’extérieur de Bâtiment A rendait sa reconstruction nécessaire sur un plan structurel.

16 Si les sarcophages en plomb (voir ci-dessous) peuvent être datés typologiquement du ive siècle, la question reste complexe ; en l’absence de mobilier archéologique, même la datation de l’Antiquité tardive de tombes fouillées en 2007, 30 m à l’ouest de l’église (Labaune et alii, 2007), reste à confirmer.

17 Il est intéressant de remarquer que l’absence de tombes à Saint-Pierre semble coïncider avec le début de l’inhumation des évêques dans le monastère voisin de Saint-Symphorien, avec tout d’abord celle de son fondateur, Euphrône, en 490, puis saint Procule vers 520, puis les évêques « ordinaires » Hermenaire en 690, Ansbert en 697 (?) et Vascon vers 733 (?) ; Delissey, 1965, p. 304-305.

18 Voir note 3.

19 La question de l’utilisation des cimetières situés extra muros à Autun à cette époque est abordée dans Berry, à paraître.

20 Ceci rappelle les descriptions des « tombe-autels » de l’église de Saint-Symphorien (Vieillard-Troïekouroff, 1976, p. 45) ainsi que l’exemple des sarcophages toujours conservés dans l’église paroissiale de Saint-Émiland, située à 25 km à l’est d’Autun (Berlioz, Eichenlaub, 1988, p. 23-28), qu’au xviie siècle on compare à Saint-Pierre (ibid. p. 43-44).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Saint-Pierre-l’Estrier. Vue aérienne du site, vu de l’ouest, durant la sécheresse de 1976 : l’église est au centre du cliché, la zone des sarcophages de plomb en haut à gauche (cl. S. Madry).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4321/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 2. Saint-Pierre-l’Estrier. Plan général des vestiges en élévation ou découverts en fouille.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4321/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 3. Saint-Pierre-l’Estrier. Vue aérienne du site en infrarouge, vu du sud durant la sécheresse de 1976 : l’église est en bas, au centre (A) ; un fait linéaire ouest-est (une route secondaire ?, non datée) est perceptible au nord (B-B), une zone de circulation du sud-ouest au nord-est est visible en haut à droite (C), dans la zone des sarcophages de plomb. Remarquons que l’ancienne route voisine reliant Autun à Langres et Besançon se trouve plus au nord (cl. S. Madry).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4321/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 4. Saint-Pierre-l’Estrier. Plan simpliié du premier état du Bâtiment A (Haut-Empire).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4321/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 5. Saint-Pierre-l’Estrier. Plan simplifié du second état du Bâtiment A (iiie siècle, jusque vers 270) ; les nouveaux éléments principaux sont indiqués en bleu.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4321/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 6. Saint-Pierre-l’Estrier. Plan simplifié du second état du Bâtiment A avec adjonction de la structure B, en vert, vers la fin du iiie siècle ou le début du ive siècle (?).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4321/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 7. Saint-Pierre-l’Estrier. Première phase des inhumations de l’Horizon A (début du ive siècle) sous la cuisine de la maison située au nord de l’église, fouille de 1985 (cliché W. Berry).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4321/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Légende Fig. 8. Saint-Pierre-l’Estrier.A. Plan des vestiges dans le secteur ouest de la fouille du bas-côté nord.B. Vue du secteur ouest du bas-côté nord, vu du nord-ouest en 1983 : l’angle nord-ouest de l’église carolingienne est à l’arrière plan ; Mur 14 au centre droit ; Mur 13 au centre, avec les murs 1, 2 et 2A, et le Fait 12B derrière lui ; le Mur 20 est visible sous la berme à gauche (cliché W. Berry).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4321/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Légende Fig. 9. Saint-Pierre-l’Estrier. Plan des inhumations de l’Horizon A (sépultures 156-159) et de celles peut-être antérieures (sépultures 76, 77, 151), avec les sarcophages de l’Horizon B (vie siècle), découvertes dans le secteur occidental (cf. fig. 2, 8a-b et 13).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4321/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 10. Saint-Pierre-l’Estrier. Plan simplifié du Bâtiment C (second quart ou milieu du ive siècle) : plusieurs murs existants du Bâtiment A/2 (en bleu) ont été reconstruits ; les nouveaux éléments ajoutés à l’ouest après la suppression du Mur 20 (Murs 1A, 2A, 19) sont indiqués en jaune ; la structure B (en vert) est encore présente plus à l’ouest.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4321/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 11. Saint-Pierre-l’Estrier. Sépultures privilégiées 185 et 186. A. Photo des deux tombes (cliché W. Berry) ; B. plan. Les autres inhumations sont de date récente.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4321/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Légende Fig. 12. Saint-Pierre-l’Estrier. Fragment de pierre tombale de la sépulture 185 trouvée en place en 1984 (dessin M. Cowen).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4321/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 13. Saint-Pierre-l’Estrier. Développement architectural simplifié du secteur occidental. 1. Structure B ajoutée au Bâtiment A/2 « abandonné » (vers la fin du iiie siècle ou le début du ive siècle ?) ; 2. aménagement du Bâtiment C, avec la suppression du « couloir » entre le Mur 20 et le Mur 2, et l’extension des Murs 1A et 19 vers l’ouest pour rejoindre le nouveau Mur 2A, le long duquel est construite la Plateforme 12A, peut-être pour surélever une tombe (second quart ou milieu du ive siècle) ; 3. transformation en basilique au ve siècle, avec ajout de piliers entre le bas-côté (D) et la nef, et agencement d’un « arcosoleum » (12) contre la nouvelle façade (Mur 13), devant laquelle le bâtiment sera prolongé au vie siècle (E).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4321/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 14. Emplacement de la zone des sarcophages de plomb découverts en 1995 par rapport à l’église de Saint-Pierre-l’Estrier (cadastre numérisé Ville d’Autun 2001 ; DAO, S. Balcon-Berry).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4321/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 15. Sarcophages de plomb découverts en 1995 au nord de Saint-Pierre-l’Estrier (dessin S. Balcon-Berry).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4321/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 16. Saint-Pierre-l’Estrier. Sarcophage de plomb contenant un corps d’enfant (dessin C. Castillo).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4321/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 17. Saint-Pierre-l’Estrier. Vue actuelle de la zone orientale de l’église (cl. W. Berry).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4321/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 241k

Auteurs

Maître de conférences en histoire de l’art et archéologie du Moyen Âge, Université Paris-Sorbonne (Paris IV)/Centre André Chastel, Institut d’art et d’archéologie, 3, rue Michelet, 75 006 Paris.

Chercheur associé, UMR 6298 ArTeHiS, 31, rue aux Raz, 71 400 Autun.

© ARTEHIS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search