Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, II

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Michel Kasprzyk
, 
Bérengère Fort

Thème n° 1. Nécropoles de l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule

Sépultures, monuments funéraires et nécropoles de l’Antiquité tardive dans la partie centrale de la province de Lugdunensis prima

Lyonnaise Première, cités des Éduens et de Chalon, fin du iiie – milieu du ve siècle

Michel Kasprzyk, Yannick Labaune et Frédéric Devevey

Résumé

La documentation des cités tardives des Éduens et de Chalon permet d’étudier plusieurs aspects des pratiques funéraires de la fin de l’Antiquité dans la partie centrale de la province de Lyonnaise Première. Est ici proposée une typologie des monuments funéraires et des pratiques de déposition, ainsi qu’une analyse de l’évolution de la topographie funéraire urbaine. Quelques aménagements semblent caractéristiques de l’Antiquité tardive, tels que les sarcophages ou cercueils en plomb et les coffrages en bois non cloués. Il apparaît que certains aménagements relèvent principalement des contextes urbains (épitaphes, cercueils en plomb). Au ive siècle, les dépôts funéraires s’inscrivent dans la continuité de pratiques de la fin du Haut-Empire, avant de disparaître au ve siècle. Dans les agglomérations les mieux documentées (Autun et Chalon), la plupart des nécropoles du Haut-Empire continuent à être utilisées au ive siècle, mais déclinent au profit de nouveaux pôles funéraires dont la création semble devoir être située dans la seconde moitié du iiie siècle.

Texte intégral

Fig. 1. Le territoire des cités des Éduens et de Chalon durant l’Antiquité tardive, avec la localisation des sites mentionnés dans le texte.
1 : Asquins
2 : Autun
3 : Baudemont
4 : Beaune
5 : Avallon
6 : Chalon-sur-Saône
7 : Courcelles-lès-Semur
8 : Dezize-lès-Maranges
9 : Étrigny
10 : Mâcon
11 : Meuilley
12 : Nuits-Saint-Georges
13 : Reulle-Vergy
14 : Saint-Marcel-lès-Chalon
15 : Sainte-Sabine
16 : Saulieu
17 : Saint-Rémy
18 : Gerland.
Conception M. Kasprzyk / P. Nouvel.

1Les ensembles funéraires des cités tardives des Éduens (cap. Augustodunum / Autun) et de Chalon (cap. Cabillonum / Chalon), situées dans la partie centrale de la province de Lugdunensis prima, n’ont pas fait l’objet de recherches récentes et les découvertes anciennes, qui constituent l’essentiel du corpus documentaire, sont à peu près toutes inédites. Contrairement au territoire de la capitale provinciale (Lyon), le domaine funéraire tardif de ces deux cités est donc méconnu. Dans le cadre de ce colloque, il est donc possible de dresser un premier bilan synthétisant les observations et découvertes anciennes et le résultat de quelques fouilles récentes, pour la période comprise entre la fin du iiie et le milieu du ve siècle.

2L’historique des recherches montre le caractère disparate de la documentation, où les données d’anthropologie de terrain sont rares, ce qui constitue une lacune évidemment dommageable à l’étude des pratiques funéraires.

3Ce corpus permet néanmoins de dresser un bilan sur plusieurs aspects du monde funéraire. En l’état, on peut appréhender l’architecture de la tombe, dans une moindre mesure les pratiques de déposition dans la sépulture et d’une manière plus générale l’analyse de la topographie funéraire tardive, tant en milieu urbain (capitale de cité, agglomérations secondaires) que dans les campagnes.

1. État du corpus, historique des recherches

  • 1 Pour l’époque romaine, nécropoles d’Autun Champ-Saint-Roch/Pont-l’Évêque (Venault et alii, 2009), C (...)

4L’étude des nécropoles tardives de la cité des Éduens pâtit d’un corpus documentaire souvent ancien et n’ayant jamais donné lieu à des recherches détaillées. Le hasard des découvertes et les orientations de la recherche font que, depuis le xixe siècle, les nécropoles du Haut-Empire et du début du haut Moyen Âge (fin vie-viie siècle) ont focalisé les recherches et donné lieu aux principales publications1. La cause essentielle de ce retard réside, semble-t-il, dans la rareté des dépôts dans les sépultures de ce territoire aux ive-vie siècles : contrairement aux nécropoles de l’ouest de la Gaule Belgique, les nécropoles de Lyonnaise I ont peu livré d’ensembles mobiliers significatifs et n’étaient pas susceptibles d’attirer l’attention avant l’essor des datations radiocarbone. Ainsi, les sépultures de l’Antiquité tardive n’ont longtemps été repérées que sur la seule base d’aménagements spécifiques (« sarcophages » en plomb, rares épitaphes et dépôts funéraires – souvent de type « germanique »). Ces documents ont d’ailleurs essentiellement été utilisés pour illustrer la christianisation de la population (Sapin, 1984) ou pour leur caractère « ethnique » (Vallet, 1990) plus que pour l’histoire des pratiques funéraires. On notera qu’à de rares exceptions près, ces découvertes proviennent essentiellement de sites urbains (capitales de cité et agglomérations de rang inférieur : fig. 1).

5Les nécropoles rurales sont encore moins bien documentées. Pour la période comprise entre le début du ive siècle et les années 530, on ne dispose en tout et pour tout que de vingt sites pouvant s’apparenter avec certitude à des groupes de sépultures, tous explorés anciennement et de manière très partielle. Les inventaires détaillés du matériel et les plans de fouille sont inexistants. Il y a ici une faiblesse documentaire qui distingue ce territoire de cités limitrophes de Gaule de l’Est comme Lyon, les Sénons, les Tricasses ou les Rèmes. Il est évident que cette partie du corpus ne se prête pas à des analyses très détaillées.

6Depuis les années 1990, l’essor de l’archéologie préventive permet de corriger ces lacunes. Il faut néanmoins relever que les fouilles récentes se concentrent dans les agglomérations (Autun, Chalon et Beaune) et sont souvent inédites ou partiellement publiées. Il s’agit souvent de fenêtres de fouille de faible étendue, qui ne peuvent être comprises qu’intégrées dans une compilation des données récentes et des observations anciennes. Dans les campagnes, les lacunes documentaires sont toujours aussi importantes.

2. Contenir le corps

  • 2 Il s’agit de la seule nécropole autunoise ayant fait l’objet d’observations archéologiques récentes (...)
  • 3 Sépulture 29, GrN-31714 1745 ± 20 BP (seconde moitié du iiie ou début du ive s.) ; sépulture 38, Gr (...)

7En territoire éduen, la pratique de l’incinération n’est pas attestée au-delà des premières années du ive siècle. En milieu rural, les dernières occurrences apparaissent dans la nécropole de Meuilley (Côte-d’Or) vers 260 (Ratel, 1977). À Autun, les sépultures les plus tardives de la nécropole de Pont l’Évêque / Champs Saint-Roch2 sont deux dépôts de crémation en vase datables de la fin du iiie ou du début du ive siècle3, bien que cette pratique soit devenue marginale au moment où ce secteur funéraire est abandonné. L’inhumation paraît donc généralisée dans ce territoire au début du ive siècle.

2.1. Inhumations en pleine terre (en linceul) ?

8Les inhumations en pleine terre (ou en linceul), bien que mal documentées dans les fouilles anciennes, semblent bien attestées dans les contextes de l’Antiquité tardive en milieu urbain (capitale de cité et agglomérations secondaires). Ce type de tombe n’apparaît pas dans les nécropoles rurales tardives de la ciuitas, mais il s’agit à l’évidence d’une lacune documentaire.

9À Autun, les inhumations en pleine terre sans traces de contenant paraissent marginales au cours du Haut-Empire. On peut toutefois mentionner la présence dans la nécropole de Pont-l’Évêque - Champs Saint-Roch de deux individus inhumés dans le fossé périphérique d’un enclos augusto-tibérien, sans aménagement funéraire particulier (Venault, 2011, p. 773, fig. 3, sép. 719-720).

  • 4 Kasprzyk, 2005, II, p. 176-177, 71014-07, sép. 19, 20, 22, 23, 24, 37 et 38.

10En revanche on les rencontre à sept reprises dans la nécropole tardive de Saint-Pierre-l’Estrier4.

  • 5 Kasprzyk, 2005, II, p. 223-233, 71076-43 ; Devevey et alii, 2005.

11Dans les nécropoles de l’agglomération secondaire de Cabillonum / Chalon-sur-Saône, elles sont bien plus nombreuses, même en écartant les découvertes anciennes, sans doute mal documentées, puisque plusieurs dizaines ont été dégagées dans la nécropole de Saint-Jean-des-Vignes5. Quelques-unes auraient été fouillées dans la nécropole de l’agglomération des Bolards à Nuits-Saint-Georges Au Gibot (sépultures 15 et 16 notamment) (Planson et alii, 1982).

12Le mobilier est rare dans ce type de sépultures, mais quelques contextes ayant livré du mobilier (les sépultures 15 et 16 de la nécropole d’Au Gibot à Nuits-Saint-Georges ; les sépultures 10, 21 et 50 de la nécropole de Saint-Jean-des-Vignes à Chalon) (Kasprzyk, 2005, II, p. 228 et 230) montrent qu’il est attesté durant toute l’Antiquité tardive, des années 280 à la seconde moitié du vie siècle.

2.2. Cercueils et coffres en bois

13Les inhumations en cercueil et en coffre en bois paraissent elles aussi répandues. Pour les mêmes raisons documentaires que les sépultures en pleine terre, elles sont essentiellement attestées dans des nécropoles urbaines.

14À Autun, la fouille de la nécropole de Pont-l’Évêque / Champs-Saint-Roch montre que l’usage du cercueil remonte au ier siècle ap., les tombes les plus précoces étant celles d’immatures ; ces contenants semblent systématiquement cloués (Labaune, 2011a, p. 83-90).

Fig. 2. Inhumations en coffre en bois et en cercueil de la nécropole de Saint-Jean-des-Vignes à Chalon-sur-Saône (première moitié du ve s.). 1. fouille du 32-36 rue de Rochefort, L. Staniaszek del. ; 2. sépulture fouillée au 52, rue de Rochefort, d’après G. Monthel. Éch. 1/20e.

  • 6 Kasprzyk, 2005, II, p. 177, 71014-07, sép. 26, 27, 29, 32 et 42.
  • 7 Kasprzyk, 2005, II, p. 177, 71014-07, sép. 36 ; Labaune, 2011b, p. 69, sép. 1, fin iiie/déb. ve s.

15Dans le secteur funéraire de Saint-Pierre-l’Estrier, les inhumations en cercueils cloués sont également majoritaires parmi les sépultures fouillées depuis les années 19806, alors que celles dans des cercueils non cloués (chevillés ?) sont peu nombreuses (voir Balcon, Berry dans ce volume)7.

  • 8 Kasprzyk, 2005, II, p. 232, 71076-43, sép. 90. D’autres sépultures de ce type ont été fouillées à p (...)

16Les inhumations en cercueil sont bien documentées à Chalon. Un cercueil cloué datable du premier tiers du ve s. a été trouvé dans la nécropole de Saint-Jean-des-Vignes8 (fig. 2, no 1).

17Dans la vallée de la Saône, les nécropoles de l’Antiquité tardive montrent la présence récurrente d’inhumations en coffres étroits, non cloués. Mis en évidence à Beaune Saint-Étienne où ils ont été observés à 35 reprises (Castex et alii, 1995), ils paraissent nettement majoritaires dans la phase des ve-vie siècles (Gaillard de Sémainville, Sapin, 1995, p. 148, fig. 4). À Chalon, dans la nécropole de Saint-Jean-des-Vignes, la fouille du 32-36 rue de Rochefort montre que les sépultures des phases tardives 1 et 2 sont majoritairement en coffres de bois non cloués (onze inhumations sur quinze) (Devevey et alii, 2005) (fig. 2, no 2). Le mobilier associé à ce type de contenant est peu abondant, mais il semble que le fait qu’il cohabite rarement avec des cercueils cloués suggère une attribution à une phase relativement avancée de l’Antiquité tardive (ve-vie siècles ?).

2.3. Cercueils en plomb (avec Y. Labaune)

18La documentation de la ciuitas Aeduorum et de la ciuitas tardive de Chalon comprend au moins quarante-quatre inhumations dans des contenants que la tradition a qualifiés de « sarcophages en plomb » (fig. 3). Le contexte de découverte, qui montre la présence fréquente de ces contenants dans des coffrages en bois et surtout dans des sarcophages en pierre, nous incite à les considérer comme des cercueils et non des sarcophages. On notera par ailleurs que, contrairement aux sarcophages en pierre, ces contenants demeurent transportables malgré leur poids, ce qui permet de les classer dans le groupe des cercueils.

  • 9 Si l’on considère que de nombreuses autres découvertes ont été passées sous silence (au xixe s. mai (...)

19Au moins trente-neuf contenants de ce type ont été observés à Autun9, quelques découvertes plus isolées sont connues dans la vallée de la Saône. Les exemplaires conservés ou correctement documentés sont cependant peu nombreux.

2.3.1. Typologie

20À Autun, les cercueils en plomb paraissent en majorité, sinon tous, de forme quadrangulaire. Seul un petit cercueil d’enfant découvert sur la nécropole des Drémeaux à Autun pourrait être de plan trapézoïdal si on en croit la description de son inventeur (fig. 3, no 71014-08, s. 2).

21Les cuves rencontrées sont systématiquement montées à partir d’une feuille de plomb où un grand carré de métal a été prélevé à chaque angle ; les bords sont rabattus et généralement assemblés grâce à un cordon de soudure triangulaire visible à l’intérieur de la cuve (type de cuve Cochet A, variante AS1 ou AS2) (Cochet, 2000). Les couvercles sont réalisés à partir d’une feuille de plomb encochée aux angles, le pliage se faisant généralement sur le grand côté (type de couvercle Cochet Nr) ; plus marginalement le couvercle est réalisé à partir d’une feuille de plomb où un petit carré de métal a été prélevé à chaque angle à l’instar des cuves (type de couvercle Cochet A).

Fig. 3. Inventaire des cercueils en plomb découverts dans les cités des Éduens et de Chalon. Le numéro de structure renvoie au catalogue de Kaspzryk 2005., Dimensions : longueur ; largeur ; hauteur.

  • 10 Ce type de décor est attesté à Beauvais (Schuler, 1995, fig. 9) ou bien à Amiens (Gillet, Mahéo, 20 (...)

22Les cercueils non décorés paraissent être les plus courants. Les décors figurés sont marginaux, cette catégorie n’étant illustrée que par un médaillon circulaire trouvé à Autun (fig. 4, no 4) (Lebel, Boucher, 1975, p. 63, no 95)10 et un fragment de sarcophage orné de motifs en relief représentant des griffons affrontés de part et d’autre de canthares et de lions, trouvé à Gerland (C.-d’O.) (Thévenot, 1950) (fig. 5, no 2). On connaît à Autun trois cercueils ornés de croix en relief en forme de « X », généralement qualifiées de croix de Saint-André. Les branches peuvent être torsadées et imiter le motif d’un cordage ou bien représenter un cordon de billettes (fig. 4, no 5).

Fig. 4. Cercueils en plomb découverts à Autun. 1-4. Nécropole de Saint-Pierre-l’Éstrier, sépultures 54, 67, 68, 87 ; 5. nécropole de Fillouse. 1 : extrait de Sapin, Berry, 1984 ; 2-3 : extraits de Balcon, Berry, 1995 ; 4 : extrait de Lebel, Boucher, 1975 ; 5 : cl. X, archives de la Société éduenne, Autun.

Fig. 5. Cercueils en plomb. 1. Autun, Les Drémeaux, cercueil in situ lors de sa découverte en 1975 ; 2. Gerland, La Chocelle. Fragment de cercueil en plomb. 1 : cl. J.-P. Guillaumet, inédit ; 2 : extrait de Thévenot, 1950.

23Ces décors en relief ne doivent pas être confondus avec les discrètes incisions en forme de « X » récemment mises en évidence sur les cuves et les couvercles de plusieurs cercueils découverts sur les nécropoles autunoises de Saint-Pierre-l’Estrier et La Grillotière (fig. 4, nos 1 et 3), peut-être liées aux modalités d’orientation de la sépulture au moment de la mise en terre (indication de l’emplacement des pieds ou de la tête). La documentation existante suggère en effet que les inhumés enterrés dans un cercueil de plomb sont majoritairement orientés la tête à l’ouest.

  • 11 Le cercueil mesurant 1,85 par 0,57 m.

24Les fosses sépulcrales sont rarement décrites. Les fouilles les plus récentes suggèrent néanmoins la présence de fosses d’inhumation de très grande taille par rapport aux dimensions mêmes du cercueil (les creusements peuvent atteindre 2,80 par 0,80 m dans le cas de la sépulture 67 de Saint-Pierre-l’Estrier11).

Fig. 6. Autun, Saint-Pierre-l’Éstrier, sépulture 67. Planche en chêne sous le cercueil, reposant sur deux blocs en pierre. Cl. W. Berry, extrait de Balcon, Berry, 1995.

2.3.2. Aménagements autour du cercueil de plomb

25Compte tenu de sa qualité, la documentation suggère la présence fréquente d’un aménagement autour du cercueil en plomb (12 cas sur 44). Il peut s’agir d’un coffre de bois (parfois cloué) (8 cas), d’un coffrage en pierre (1 cas) ou d’un sarcophage en pierre (3 cas).

  • 12 Dans un cas, il s’agit de planches en chêne.

26Les coffres en bois sont signalés à plusieurs reprises par la présence de clous d’assemblage, de fragments de planches en très bon état de conservation (fig. 6) ou bien réduits à l’état de traces ligneuses le long des grands côtés ou sous la cuve12. Certains ne sont assurément pas cloués (sép. 67 et 68 de Saint-Pierre-l’Estrier par exemple).

27Dans la sépulture 67 de Saint-Pierre-l’Estrier, on note la présence, au fond de la fosse d’inhumation, d’un dispositif de calage réutilisant une stèle du Haut-Empire, peut-être destiné à récupérer aisément les cordes utilisées pour la mise en terre. Ici, le comblement de la fosse est intrigant car partiellement composé de gros blocs de pierres déposés volontairement sur le couvercle, ce qui évoque des pratiques observées à la fin du Haut-Empire dans la nécropole proche de Pont-l’Évêque – Champs Saint-Roch, où le couvercle de certains cercueils en bois est scellé par de gros fragments de stèles, voire une ou plusieurs stèles funéraires complètes devenues obsolètes (Venault et alii, 2009, p. 136-136 et fig. 7, 9-10).

Fig. 7. Autun, musée Rolin. Sarcophage en grès contenant un cercueil en plomb (provenance locale, inv. ML 223), éch. 1/20e. Y. Labaune del.

  • 13 Kasprzyk, 2005, II, p. 41, site 21054-15, sép. 1.

28La mise en place d’un coffrage en pierre paraît être une pratique marginale uniquement attestée autour d’un cercueil de plomb trouvé à Beaune La Maladière (C.-d’O.). La documentation de fouille ancienne montre que le cercueil de plomb est déposé dans un coffrage confectionné à partir d’une maçonnerie et de plusieurs stèles funéraires en remploi. Les parois latérales du coffrage sont constituées par ce mur d’un côté et de quatre stèles posées de chant de l’autre ; l’aménagement est fermé par deux autres stèles déposées au pied et à la tête de la sépulture13.

  • 14 Il est très probablement de provenance locale (notamment en raison de son poids) ; sa provenance pr (...)
  • 15 Kasprzyk, 2005, II, p. 226, 71076-41, sép. 2 ; p. 231, 71076-43, sép. 77.

29Les cercueils en plomb contenus dans des sarcophages en pierre sont un peu plus fréquents (3 cas) : à Autun, il faut signaler un sarcophage en grès à cuve quadrangulaire et couvercle semi-cylindrique accueillant un cercueil en plomb14 (fig. 7) ; à Chalon, deux cercueils en plomb ont été trouvés dans des sarcophages en pierre15.

30Signalons la présence, pour une période plus récente, d’un « coffre de plomb » à l’intérieur du sarcophage en pierre de la reine Brunehaut, inhumée dans le monastère Saint-Martin d’Autun en 613 ; cet aménagement aurait été observé en 1632 (Beaunier, 1726, p. 408-409).

2.3.3. Populations inhumées dans les cercueils en plomb

31Les informations concernant le défunt inhumé dans des cercueils en plomb sont peu nombreuses. La taille réduite de certains d’entre eux (20 % du corpus environ) montre que ce type de contenant est fréquemment utilisé pour des individus immatures (fig. 3). La présence d’un très jeune enfant, probablement un nouveau-né, est par exemple attestée à Saint-Pierre-l’Estrier : le cercueil de plomb de la sépulture 54 ne mesure en effet que 63 cm de longueur, et il contenait un squelette d’une cinquantaine de centimètres (fig. 4, no 1) ; il s’agit d’ailleurs de l’unique cercueil de plomb attesté aux environs immédiats de l’église Saint-Pierre (voir Balcon, Berry dans ce volume). La surreprésentation de cercueils en plomb de jeunes sujets est assez remarquable au sein de la nécropole de La Grillotière à Autun (présence de cinq cercueils en plomb d’immatures sur huit exemplaires attestés).

32Notons enfin que la concentration de cercueils en plomb sur des superficies restreintes a été remarquée à plusieurs reprises, sur les nécropoles autunoises de La Grillotière, de La Verrerie et dans une moindre mesure de Saint-Pierre-l’Estrier, ce qui pourrait trahir des regroupements sociaux ou bien familiaux.

2.3.4. Chronologie

  • 16 Cette proposition recoupe celles de Gaule du Sud-Est (Colardelle et alii, 1996, p. 278-280). P.-E. (...)

33En territoire éduen, l’usage des cercueils en plomb semble pour l’instant uniquement attesté durant l’Antiquité tardive. Les indices chronologiques fiables sont fournis par le mobilier d’accompagnement, qui est rare et ne concerne que quatre tombes du corpus. Il s’agit de vases en verre typologiquement attribuables au ive siècle (essentiellement première moitié ?) : formes Isings 89, 102 (Trier 110b), 104 (Trier 101), et 123 (Trier 129a, Trier 124, cf. infra) (fig. 8). La stratigraphie permet également de dater un cinquième cercueil, découvert en 1983 lors des fouilles programmées de Chr. Sapin à Saint-Pierre-l’Estrier (sép. 54), de la première moitié du ive s. (Sapin, Berry, 1984). On notera qu’à Autun, l’unique secteur funéraire à ne pas avoir livré de cercueil en plomb est la nécropole de Pont-l’Évêque - Champs Saint-Roch : cette remarque prend tout son sens si l’on considère qu’elle tombe en désaffection dans le courant du iiie s. comme l’ont montré plusieurs fouilles récentes menées sur près de quatre hectares (Labaune, 2009, p. 102). Sur la base de ces arguments, nous pensons que leur usage pourrait essentiellement dater des dernières années du iiie et de la première moitié du ive s.16.

Fig. 8. Mobilier provenant de sépultures contenant des cercueils en plomb. 1-2. Autun, La Verrerie, sép. 3. Beaune, Clos Chameroy, sép. 1 ; 4-5. Autun, La Grillotière, sép. 4 ; 6. Autun, La Grillotière, sép. 8. Éch. 1/3, sauf 6, sans échelle. 6 : C. Boëll del., archives de la Société éduenne, Autun. 1 : verre blanc-verdâtre, 2 : verre bleu-nuit ; 4-6 : verre blanc.

Fig. 9. Lieux de découverte des sépultures contenant des cercueils en plomb.

2.3.5. Un phénomène urbain ?

34Il convient pour finir de rappeler le caractère essentiellement urbain de l’emploi des cercueils en plomb, bien reflété par un simple comptage des lieux de découverte : quarante proviennent de la capitale de cité Augustodunum / Autun, trois des agglomérations secondaires de Cabillonum / Chalon et Beaune, un seul d’un probable contexte rural (fig. 9). Il ne semble pas s’agir d’une spécificité régionale, la concentration des sarcophages dans la capitale de cité et ses environs immédiats étant attestée dans le nord-est de la Gaule chez les Ambiens (Gillet, Mahéo, 2000) ou chez les Rèmes.

3. Les monuments funéraires

35La documentation du territoire éduen permet d’esquisser un panorama à peu près complet des monuments funéraires, que nous entendons comme immobiliers, souterrains ou aériens.

3.1. Les aménagements enterrés

3.1.1. Aménagements en pierre

  • 17 Kasprzyk, 2005, II, p. 171, 71014-06, sép. 10 ; p. 176, 71014-07, sép. 21.
  • 18 Kasprzyk, 2005, II, p. 336-337, 71475-01.
  • 19 Kasprzyk, 2005, II, p. 262, 71174-02.
  • 20 Kasprzyk, 2005, II, p. 49, 21205-01.

36Les aménagements en pierre sont encore mal documentés. On connaît deux sépultures de l’Antiquité tardive délimitées par des dalles de pierre à Autun17 ; cinq sépultures, entourées de dalles sur chant, qui ont livré un matériel caractéristique du ive siècle à Courcelleslès-Semur18 ; une sépulture à Saint-Rémy, rue Dodille18. À Dezize-lès-Maranges, Fontaine Noire, les inventeurs affirment que la tête des inhumés est protégée par une dalle soutenue par deux pierres sur chant19. À Chalon, Rue de Rochefort, la sépulture20 en coffre non cloué était entourée de pierres calcaires et de tegulae posées sur chant (Devevey et alii, 2005, p. 177-180). Il faut en revanche considérer comme postérieures à l’Antiquité tardive les sépultures disposant d’un coffrage en pierre complet avec couverture, dont l’utilisation n’est pas attestée en Bourgogne avant la fin du vie s. au plus tôt (voir les exemples réunis dans Gaillard de Sémainville, 1980).

3.1.2. Coffrages de tuiles, inhumations en amphore

  • 21 La sépulture de Mâcon, mal documentée, ne peut cependant pas être datée (Kasprzyk, 2005, II, p. 306 (...)
  • 22 Kasprzyk, 2005, II, p. 232, 71076-43, sép. 88 ; p. 235, 71076-45, sép. 15.
  • 23 À Metz, inhumation d’un nourrisson de 6 mois dans une amphore africaine Key XXXV (Bressoud, 2009).

37Les sépultures à architecture de tuiles en bâtière et en amphores, bien connues en Gaule du sud-est durant l’Antiquité tardive, ne paraissent pas particulièrement répandues sur notre territoire. En outre, les quelques tombes à architecture de tuiles en bâtière connues dans la nécropole de Pont-l’Évêque - Champs Saint-Roch à Autun ou bien à Mâcon paraissent dater du Haut-Empire21. Deux inhumations en amphore sont quant à elles signalées à Chalon22. Les contenants n’ont pas été conservés et on est bien en peine de leur attribuer une datation, même si ce type de sépulture est connu en Gaule de l’Est durant l’Antiquité tardive23.

3.1.3. Coffrages en bois ou en pierre

38Les coffrages en bois ou en pierre sont attestés à plusieurs occasions à Autun et Beaune, toujours autour de sépultures en cercueil en plomb (supra, § 2.3.2). Étant donnée la nature de la documentation, on peut penser que c’est la présence des cercueils qui a attiré l’attention sur ces aménagements mal documentés. On ne peut donc exclure qu’il existe dans des sépultures ne renfermant pas ce type de contenant.

3.2. Les inhumations en sarcophage

39De nombreuses inhumations en sarcophage sont signalées dans les nécropoles du territoire de la cité tardive des Éduens, mais il est rare que les cuves aient été conservées ou précisément décrites. Deux types de sarcophages sont attestés durant l’Antiquité tardive : des sarcophages en pierre commune et des sarcophages en marbre.

3.2.1. Sarcophage en pierre commune

40L’usage de sarcophages en pierre commune (grès ou calcaire) paraît relativement fréquent à Autun durant l’Antiquité tardive. Il faut néanmoins se méfier de la seule mention de sarcophages, car elle englobe fréquemment des sarcophages trapézoïdaux en grès, qui ne paraissent pas antérieurs au milieu du vie siècle (Büttner, Henrion, 2001, 2009). La même remarque s’applique aux sarcophages des évêques d’Autun signalés au xviiie siècle : il semble que ces monuments ne soient pas tous à leur emplacement d’origine et qu’une partie date de l’époque Moderne (Sapin, 1984).

  • 24 CIL XIII, 2798. Memoriae aeternae / Quietae quae vixit ann I d III / h VIII decessit VIII kal nov / (...)
  • 25 Kasprzyk, 2005, II, 71014-07, sépultures 70, 71 et 73.

41Pour l’instant, il est impossible de dégager une typologie des sarcophages en pierre commune pour la période de la fin du iiie au milieu du vie s., les rares descriptions disponibles étant bien trop allusives : on signale simplement des couvercles plats ou prismatiques (fig. 7), le matériau utilisé n’est presque jamais mentionné. En l’état, seule la présence d’une inscription est susceptible d’étayer la datation tardive du sarcophage (comme par exemple le sarcophage de Quieta, de l’époque valentinienne)24 et les sarcophages CIL XIII, 2683 et 2776, tous trouvés dans la nécropole de Saint-Pierre-l’Estrier à Autun25. Ce type de monument n’est pas réservé aux populations adultes, comme l’illustre l’épitaphe sur sarcophage d’une enfant d’un an et trois jours (CIL XIII, 2798).

42En dehors d’Autun, ce type de contenant funéraire est bien documenté à Chalon. Deux matériaux sont utilisés : le calcaire et le grès.

  • 26 Kasprzyk, 2005, II, site 71047-41, sép. 2.

43Le seul sarcophage en calcaire attribuable à l’Antiquité tardive a été trouvé dans la nécropole de La Citadelle26. Son couvercle est orné en façade de deux ou trois acrotères (fig. 10). Ce type de décor, considéré comme archaïsant sur les sarcophages de l’Antiquité tardive en Gaule du Sud-Est (Colardelle et alii, 1996, p. 280-281), ne doit guère être ici postérieur au milieu du ive siècle. Il renfermait un cercueil en plomb, qui incite à dater cette sépulture des dernières décennies du iiie ou du ive siècle. Plusieurs sarcophages rectangulaires en calcaire ont été trouvés à Mâcon, mais aucun d’entre eux ne peut être attribué avec certitude à l’Antiquité tardive.

Fig. 10. Acrotère de sarcophage en calcaire trouvé à Chalon. Cl. Musée Denon (inv. L-47).

Fig. 11. Verreries trouvées dans un sarcophage rectangulaire en grès à Chalon-sur-Saône, Saint-Jean-des-Vignes. Cl. X, extrait de Armand-Calliat, 1937.

  • 27 Kasprzyk, 2005, II, site 71047-43, sép. 79.
  • 28 Kasprzyk, 2005, II, site 71047-45, sép. 1 à 4.
  • 29 Kasprzyk, 2005, II, site 71047-43, sép. 78, 80 et 81.

44Les sarcophages en grès, très courants en Bourgogne orientale du vie au viiie siècle, paraissent déjà employés du ive au vie siècle où ils sont alors de forme rectangulaire. Un exemplaire, trouvé dans la nécropole de Saint-Jean-des-Vignes à Chalon, était accompagné de deux pichets en verre Isings 104/Trier 101b et Foy 8 qui incitent à le dater du ive ou du début du ve siècle27 (fig. 11). Plusieurs autres sarcophages de ce type sont signalés dans les nécropoles de Saint-Martin-des-Champs28 et Saint-Jean-des Vignes29 -, mais ils n’ont pas livré de matériel datant. À Mâcon, on connaît un sarcophage rectangulaire en grès qui contenait un abondant mobilier du milieu du vie siècle (Barthélemy, Depierre, 1990, sép. BD99). Si la cuve n’est pas réemployée, cette sépulture indiquerait que l’usage des sarcophages rectangulaires perdure jusque dans les années 550. Six autres sarcophages rectangulaires ont récemment été découverts rue Gambetta (cinq en calcaire, un en grès). L’un deux contenait un peigne rectangulaire en os à deux rangées de dents, sans doute datable de la seconde moitié du ive ou du ve s. (Barthélemy, 2011 ; Anonyme, 2011).

  • 30 La sépulture contenait une paire de boucles d’oreille en argent, une fibule digitée en bronze plaqu (...)

45L’usage de sarcophages en pierre dans les nécropoles rurales tardives est mal documenté. Une fois écartés les exemplaires rectangulaires non datés, le bilan est modeste : seul un exemplaire de Reulle-Vergy (C.-d’O.), qui contenait un riche dépôt de matériel du début du vie siècle, est susceptible d’attester leur utilisation30. On ne possède malheureusement pas de description détaillée du sarcophage.

3.2.2. Sarcophages en marbre

  • 31 Kasprzyk, 2005, II, sites 71014-04, 71014-07, sép. 72 et 74.
  • 32 Kasprzyk, 2005, II, site 71076-45, sép. 14.
  • 33 CIL XIII, 2718. Eufronia [...] / filia et [...] / naufragio / necta nat[a] / pri(die) kal(endas) no (...)
  • 34 Il est intéressant de constater, à la suite de I. Wood (1996, p. 16), que les trois exemplaires de (...)
  • 35 G. Monthel signale dans la Carte Archéologique de la Gaule que l’on aurait trouvé un sarcophage en (...)
  • 36 Elevatio Agricola, 5 et 7 (= Acta elevationis S. Agricolae et aliorum. AASS, Mart., II, p. 509-512)

46Sans surprise, les sarcophages en marbre sont bien plus rares, puisqu’ils ne sont attestés qu’à trois ou quatre reprises, deux à Autun31, un à Saulieu et peut-être un dernier à Chalon32. Le plus ancien est assurément le sarcophage d’Euphronia, trouvé dans la nécropole de Saint-Pierre-l’Estrier à Autun (fig. 12). La cuve, remontant sans doute au iiie s., était décorée d’un relief représentant les Muses (seule Polymnie est actuellement visible). Il a été réemployé durant l’Antiquité tardive, une inscription sur le petit côté droit, peut-être du ve s., indique que l’inhumée était chrétienne33. Un sarcophage plus tardif, dit de saint Francovée, provenant du monastère de Saint-Symphorien (fig. 13), appartient à un groupe très particulier caractérisé par une cuve à extrémités arrondies et un couvercle à décor gravé, connu notamment à Saulieu (sarcophage dit de saint Andoche) (Dupont, Courtois, 1981) et Vienne (sarcophage de Saint-Léonien) (Chatel, 1981, p. 47-49, no 81)34. Les sarcophages du « mausolée d’Amator » (cf. infra, § 5.2.1) à Autun ou de Saint-Martin-des-Champs de Chalon sont eux trop mal connus pour être attribués à un type particulier35. Il faut enfin signaler à Saint-Marcel le sarcophagum de l’évêque chalonnais Sylvestre (+ 532) qui, si son matériau n’est pas décrit, est associé en 877 à une inscription versifiée en marbre36. Ce type de monument renvoie assurément à des cercles aristocratiques, comme l’a montré I. Wood (1996) pour la vallée du Rhône.

Fig. 12. Sarcophage d’Euphronia trouvé à Autun Saint-Pierre-l’Éstrier (CIL XIII, 2718). Cl. Y. Labaune, retouche S. Loiseau (Inrap).

Fig. 13a. Sarcophage en marbre dit « de saint Francovée », provenant du monastère Saint-Symphorien d’Autun. Cl. Y. Labaune, retouche S. Loiseau (Inrap).

Fig. 13b. Sarcophage en marbre dit « de saint Francovée », provenant du monastère Saint-Symphorien d’Autun. Détail du couvercle. Cl. Y. Labaune, retouche S. Loiseau (Inrap).

3.3. Les mausolées

47L’existence de mausolées tardifs est suggérée par plusieurs découvertes et observations anciennes mal documentées. La plupart sont situés à Autun, le seul autre exemple étant localisé dans le suburbium de Chalon et date d’une période où l’agglomération a acquis le statut de chef-lieu de cité.

48Les mausolées autunois ont tous été observés dans le suburbium oriental, dans la nécropole tardive de Saint-Pierre-le-l’Estrier ou dans sa périphérie. Ils ont fait l’objet d’une étude de synthèse de C. Sapin (1984).

  • 37 La depositio d’un évêque éduen du nom d’Amator est signalée par le martyrologe hiéronymien à la dat (...)

49Le mausolée le plus précisément décrit était encore visible au xviiie siècle à Saint-Pierre-le-l’Estrier (Germain, 1862 ; Fontenaya, 1889, p. 245) : l’édifice de plan carré de 9 pieds 1/2 de côté (environ 3 m) et de 15 pieds de hauteur (4,50 m), était interprété comme le mausolée d’Amator, un évêque légendaire du ive s.37. Tous les observateurs modernes ont noté la présence d’un ordre corinthien et celle d’une frise. À cette époque, il abrite un sarcophage de marbre blanc, de forme indéterminée, avec un couvercle de section semi-circulaire. La cuve repose sur une stèle du Haut-Empire (CIL XIII, 2675). H. de Fontenay signale que l’entrée était trop étroite pour faire passer le sarcophage, ce qui indiquerait que le bâtiment était postérieur.

  • 38 Un édifice très proche est attesté à Tarragone (il date du iie siècle) (Esparraguerra, Marcias Solé(...)

50Un second mausolée de plan rectangulaire (7 m sur 6 m) a été dégagé en 1985 à l’extrémité occidentale de l’église de Saint-Pierre-l’Estrier. Ses murs mesurent de 0,80 à 1 m d’épaisseur. Séparé en deux espaces de 4,20 m sur 3 m et 2,20 m sur 3 m hors œuvre, il abrite sept sépultures, dont cinq sarcophages trapézoïdaux en grès datables du viie siècle. Comme l’a remarqué C. Sapin, ils paraissent nettement postérieurs à l’édifice, qui date peut-être du ive siècle38 (voir Balcon, Berry, dans ce volume, fig. 6).

  • 39 Cadastre napoléonien, section B, parcelles 109 et 110.

51Un dernier mausolée pourrait être attesté à Autun à quelque distance au nord du secteur de Saint-Pierre-l’Estrier. Au Champ-Saint-Givre39, on a trouvé en 1841 au moins vingt sarcophages en pierre au couvercle plat ou prismatique orientés est-ouest, à l’intérieur d’un espace rectangulaire de 8 m sur 5 m délimité par des murs en pierre. H. de Fontenay insiste sur l’aspect romain de l’appareillage des murs. On a également découvert des colonnettes et des sculptures en pierre et de longues piques en fer garnies de viroles (Fontenay A, 1889, p. 245).

52En dehors d’Autun, les mausolées paraissent peu fréquents. La seule autre occurrence concerne le monument funéraire dans lequel fut inhumé l’évêque Agricole de Chalon, mais nous sommes ici à la fin du vie siècle au plus tôt.

  • 40 (…) In quo loco postmodum a deuotis et religiosis crypta est mirifico opere et ornamentis extructa, (...)

53La construction, accolée à la basilique Saint-Marcel (Saint-Marcel, S.-et-L.), est décrite en 877 lors du transfert des reliques. Elle remplaçait un enclos antérieur (beatissimus uir secus pedes sancti Marcelli unius tantum maceriae interclusione fuerat humatus) (Elevatio Agricola, 8). Le mausolée existant en 877, accolé à la basilique et aussi haut qu’elle, était orné de colonnes en marbre40.

54Les mausolées tardifs du territoire éduen, mal documentés, ne sont actuellement connus que sur des sites urbains, ce qui ne paraît guère représentatif au vu du corpus disponible. Tous semblent de plan quadrangulaire, un type courant en Gaule (Reynaud, 1998, p. 232-233).

4. Le dépôt de mobilier. (avec Y. Labaune)

55Seules quelques observations peuvent être faites sur la pratique du dépôt funéraire durant l’Antiquité tardive (fig. 14).

56À Autun, pour le Haut-Empire, la fouille de la partie occidentale de la nécropole de Pont-l’Évêque / Champs Saint-Roch permet quelques observations quant à la fréquence des dépôts sur un échantillon de presque deux cents inhumations datées des trois premiers siècles de notre ère. La proportion de tombes dotées en mobilier d’accompagnement s’élève à 26 %, une proportion comprise entre celle des ensembles lyonnais assez « pauvres » (17 %) et celle des ensembles marseillais et languedociens un peu plus « riches » (33 %) (Blaizot, 2009, p. 40-41). En outre, au sein des tombes autunoises dotées de mobilier, le dépôt d’une pièce unique est de loin le cas le plus fréquent (55 %) ; un peu plus d’un quart (28 %) en possèdent deux et seules 8,5 % en possèdent trois ou plus. En général, il s’agit de vases à liquides en céramique (place très importante des cruches, en comparaison rareté des gobelets), plus rarement de verreries (les « vases à parfum » dominent). Les autres types de mobilier, minoritaires, concernent les figurines en terre cuite, les lampes et les monnaies. Les seuls éléments d’habillement attestés sont des chaussures à semelle cloutée, la parure n’étant absolument pas représentée (Labaune, Fossurier, 2011, p. 102-106).

57Pour l’Antiquité tardive, dans la nécropole de Saint-Pierre-l’Estrier, parmi les fouilles récentes, quarante-quatre sépultures ne contiennent pas de mobilier d’accompagnement, contre neuf où ils sont attestés (soit 15 % des inhumations correctement documentées), une proportion proche de celle du Haut-Empire.

Fig. 14. Mobilier provenant de sépultures de l’Antiquité tardive en territoire éduen. Sauf précision, les références des sépultures renvoient à Kasprzyk 2005.,

58Dans les nécropoles tardives de la partie centrale de la Lyonnaise I, les dépôts sont très modestes, puisqu’ils se composent rarement de plus d’un objet. Trois types de dépôts sont attestés : de la vaisselle, des objets de parure, ou des monnaies. Dans la vaisselle, la surreprésentation des vases à verser les liquides et des gobelets (en verre et en céramique) est notable, mais ne se départit pas des observations que l’on peut faire dans l’Est de la Gaule (fig. 14). Les objets de parure sont attestés dans quelques sépultures. Il s’agit généralement d’objets modestes : épingles, perles, colliers ou bracelets. À Chalon Saint-Jean-des-Vignes ou Courcelles-lès-Semur, certaines tombes ont livré des objets de parure plus exceptionnels dans le contexte local (fibules cruciformes et ceinturons ; boucles et couteau) : ce mobilier semble intimement lié à des populations allochtones ou proches de la sphère de la militia (fig. 15 et 16). Les dépôts de monnaies sont attestés de manière récurrente. On en recense au moins deux dans la nécropole de Saint-Pierre-l’Estrier, un à Chalon Saint-Jean-des-Vignes, un à Avallon Champ Pavé, six à Beaune Saint-Étienne. Dans les trois cas, les monnaies datent du milieu du ive s.

Fig. 15. Dépôts funéraires comprenant des objets métalliques. A : Chalon-sur-Saône, Saint-Jean-des-Vignes, sép. 74 ; B-C : Courcelles-lès-Semur, Champ de Velnosse, sép. 1 & 2 ; D : Chalon-sur-S., Saint-Jean-des-Vignes, sép. 90. Éch. 2/3. A, B, C : alliage cuivreux ; D, 1 à 4 : argent ; D, 5 : fer ; D, 6 : verre. M. Kasprzyk del. (Inrap).

Fig. 16. Dépôts funéraires comprenant des objets de parure ou de la vaisselle. A, B, C : Autun, Saint-Pierre-l’Estrier, sépultures 51, 52, 159 ; D : Nuits-Saint-Georges, En Gibot, sépulture 16. A-B : os ; C : verre bleu-vert ; D, 1 et 2 : sigillée luisante ; D, 3 : verre. M. Kasprzyk del. (Inrap).

59D’autres pratiques de déposition, comme celle d’une offrande végétale, est attestée dans un cercueil de plomb de Saint-Pierre-l’Estrier (fig. 3, no 71014-07, sép. 67). Le jus de décomposition a permis de conserver les traces, au fond de la cuve, de restes végétaux, feuilles et branchages, qui étaient initialement disposés sous le corps du défunt. Cela rejoint les pratiques attestées dans les sépultures à cercueil de plomb par les études polliniques : à Lyon on mentionne en effet la présence d’un bouquet floral de lilas d’Espagne et d’une brassée de chanvre en fleurs près du corps de la défunte, à l’intérieur du cercueil ; à Naintré (Vienne), c’est une brassée de fleurs (rose, marguerite, œillet) qui est cette fois-ci déposée sur le couvercle d’un des cercueils mis au jour (Bui Thi Mai, Girard, 2010, p. 14).

60La rareté des dépôts dans les différentes découvertes funéraires semble donc indiquer que cette pratique est marginale dans la partie centrale de la Lyonnaise i au ive siècle ; elle semble même disparaître entre le début du ve et le milieu du vie siècle. La réapparition des dépôts dans les années 550 demeure très modeste, comme l’a déjà relevé M. Martin (Martin, 1995, p. 39-43). Pour ces époques, les rares découvertes proviennent de sépultures montrant des affinités avec le monde germanique (présence de fibules ansées, armes).

  • 41 À Corcelles-les-Monts (Lingons) (Guyot, 1933), les dépôts sont présents dans dix tombes sur trente- (...)

61Cette situation, loin d’être liée à une carence documentaire, semble refléter une tendance commune aux ciuitates tardives du bassin de la Saône et de la moyenne vallée du Rhône41. Ceci explique sans doute la difficulté de repérer des nécropoles de l’Antiquité tardive dans la documentation ancienne.

Fig. 17. Autun, Saint-Pierre-l’Estrier. Stèle de Pectorios (IGF, 155). Cl. Y. Labaune, retouche S. Loiseau (Inrap).

5. Le marquage des sépultures : stèles et épitaphes

62Alors que l’usage de stèles ou de piles funéraires comme marqueur des sépultures est très bien attesté au Haut-Empire en territoire éduen (tant en milieu urbain que dans les campagnes), leur usage se raréfie considérablement à la fin de l’Antiquité, sans qu’il soit possible d’appréhender finement le phénomène, qui doit prendre place dans le courant du iiie siècle. Il est en tout cas peu probable que d’éventuels exemplaires tardifs se cachent dans le corpus connu, qui a fait l’objet de nombreuses observations stylistiques (Mordier, 1965 ; Beauchamp, 1998 ; Venault et alii, 2009).

5.1. De rares épitaphes

63Quelques marquages de sépultures sont néanmoins remarquables, comme la célèbre épitaphe de Pectorios (IGF, 155) trouvée à Autun Saint-Pierre-l’Estrier en 1839 et qui doit dater du ive s. (fig. 17). Des fragments épars d’épitaphes sont attestés dans la bibliographie et indiquent l’usage ponctuel de ce type de marqueur à Autun, Chalon et Mâcon durant l’Antiquité tardive (fig. 18). Deux épitaphes sont connues en milieu rural. La première, située dans l’église de Saint-Germain-du-Plain, n’est peut-être pas à son emplacement initial. La seconde, provenant de la nécropole de Sainte-Sabine (C.-d’O.), doit être postérieure à l’époque considérée (viie s. ?).

Fig. 18. Épitaphes de l’Antiquité tardive des cités des Éduens et de Chalon.

5.2. Des stèles plus rares encore…

64Les stèles funéraires sont plus rares encore. À ce jour, on ne peut mentionner qu’un fragment anépigraphe représentant deux oiseaux tenant une couronne, découvert en 1975 dans la nécropole des Drémeaux à Autun (fig. 19, A) et une fragment représentant un chrisme trouvé hors contexte en 1991 dans le secteur de la nécropole d’En Curiot à Alise-Sainte-Reine (fig. 19, B).

6. La topographie funéraire de l’antiquité tardive

65L’inventaire des découvertes funéraires effectuées à Augustodunum / Autun et Cabillonum / Chalon-sur-Saône montre une profonde transformation de la topographie funéraire entre le iiie et le ve s. Faute de données, il est difficile de raisonner sur l’évolution interne des nécropoles. La réflexion ne peut être conduite qu’à l’échelle de l’agglomération.

6.1. Une topographie funéraire urbaine en mutation

6.1.1. L’exemple d’Autun

La topographie funéraire du Haut-Empire (ier – courant du iiie s. ap.)

  • 42 Nous avons proposé en 2005 d’isoler une nécropole au Breuil d’Arroux (Kasprzyk, 2005, p. 97 ; suivi (...)
  • 43 De nombreuses découvertes indiquent qu’elle commence dès la porte Saint-André et s’étend le long de (...)
  • 44 La rareté des interventions archéologiques dans ce secteur depuis le xixe siècle empêche cependant (...)

66La topographie funéraire d’Augustodunum au Haut-Empire paraît relativement bien connue, un réexamen précis s’avère donc inutile, excepté quelques observations de détail. En tournant autour de la ville, plusieurs nécropoles ou secteurs funéraires peuvent être circonscrits à Bois Saint-Jean et La Verrerie, la nécropole au Breuil d’Arroux42, peut-être à Saint-Symphorien, aux Drémeaux43, à Pont-l’Évêque - Champs Saint-Roch et enfin au Champ des Urnes (Kasprzyk, 2005, p. 97 ; Labaune, 2009) (fig. 20). Selon un schéma classique, ils paraissent se développer le long des principaux axes sortant de la ville, à l’exception de la nécropole de Pont-l’Évêque - Champs Saint-Roch qui paraît à l’écart (mais il s’agit sans doute d’une lacune documentaire). Il faut noter l’absence totale de découvertes funéraires à la sortie ouest de la ville, le long de la voie se dirigeant vers Feurs et Clermont44.

Fig. 19. Stèles funéraires ? A : Autun, Les Drémeaux, calcaire (Musée Rolin, Autun) (cl. Y. Labaune, retouche S. Loiseau, Inrap) ; B : Alise-Sainte-Reine, En Curiot / Les Champs de l’Église, stèle trouvée dans le cimetière en 1991, calcaire (F. Orzel del., extrait de Wahlen, 1999).

Fig. 20. Augustodunum / Autun. Topographie funéraire simplifiée au Haut-Empire (première moitié du iiie s.). En gris : nécropoles ; cercles rouges et blanc : mausolées ; carrés noirs : établissements péri-urbains / villae. M. Kasprzyk del. (Inrap).

  • 45 Sur les mausolées d’Augustodunum, voir en dernier lieu Moretti, Tardy, 2002, p. 33 et pl. IV-V. Dan (...)

67Il apparaît qu’à l’exception du mausolée isolé de la Gironette, les monuments funéraires de l’aristocratie ne sont attestés que dans deux nécropoles au nord et au sud de la ville (au Breuil d’Arroux et au Champ des Urnes) (fig. 20)45.

L’apparition de nouveaux pôles funéraires dans la seconde moitié du iiie s. et au début du ive s. ?

68Les découvertes suggèrent l’apparition de deux nouveaux pôles funéraires à la fin du iiie ou au tout début du ive siècle, à des emplacements apparemment vierges de sépultures antérieures (fig. 21).

69À la Grillotière - Champ Saint-Givre, on observe l’apparition d’un pôle funéraire traversé par l’actuelle rue de Moirans (sans doute un axe remontant à l’Antiquité) mesurant une centaine de mètres de largeur et s’étirant sur un peu plus de 200 m. Les inhumations semblent particulièrement nombreuses aux iiie et ive s. Ces dernières, parfois regroupées, jouxtent pour la plupart l’axe de circulation d’origine antique. La sépulture la plus ancienne connue est datée de la seconde moitié du iiie s. grâce à son mobilier d’accompagnement : une cruche et un gobelet en céramique métallescente trévire (formes Niederbieber 33 = Symonds 553 et Symonds 729).

  • 46 Plan schématique déterminé en fonction de la topographie (fossilisation de certaines limites cadast (...)

70L’autre pôle funéraire se développant au tout début de l’Antiquité tardive est celui de Saint-Pierre-l’Estrier. Il pourrait adopter un plan ovoïde d’environ 250 m de diamètre et représenter une superficie maximum d’environ 5 ha46. La répartition des tombes est très variable : on relève des secteurs très denses notamment autour de l’église Saint-Pierre, et des zones à l’occupation bien plus lâche.

71La création de cette nécropole a longtemps été datée du Haut-Empire, mais deux opérations archéologiques récentes indiquent que le site était occupé au iiie siècle par une probable villa péri-urbaine. Il est d’ailleurs notable qu’aucune sépulture en place du Haut-Empire n’a jamais été trouvée sur le site, en dépit de nombreuses fouilles et observations effectuées depuis les années 1970. Les stèles des iie-iiie siècles provenant de Saint-Pierre paraissent être des réemplois tardifs, comme l’illustrent deux découvertes correctement documentées.

La topographie funéraire au ive s.

72La première moitié du ive siècle se caractérise par une impression de grande continuité de la topographie funéraire. Excepté la nécropole des Champs Saint-Roch / Pont-l’Évêque, qui semble abandonnée à la fin du iiie siècle, toutes les nécropoles ont livré des sépultures du ive siècle (fig. 21). Ce constat doit cependant être nuancé. L’inventaire des découvertes des différents sites funéraires montre en effet des situations relativement contrastées. Le comptage des structures des iie-iiie siècles (stèles et inscriptions funéraires non réemployées, ainsi que toutes les sépultures datées) et des ive-ve siècles (stèles et inscriptions funéraires non réemployées, sarcophages en plomb, ainsi que toutes les sépultures datées), effectué nécropole par nécropole, indique que certaines sont en déclin alors que d’autres connaissent une expansion sensible (fig. 21).

73Dans la nécropole de Bois Saint-Jean / La Verrerie, le comptage des découvertes funéraires de la fin du Haut-Empire (au moins trente et une sépultures) et de l’Antiquité tardive (au moins six sépultures) suggère une diminution très sensible du nombre d’inhumations au Bas-Empire. Une évolution du même ordre s’observe peut-être dans la nécropole du Champ des Urnes. Alors que l’on recense treize sépultures des iie-iiie siècles, on n’en compte que six du Bas-Empire ; en outre les tombes tardives se distribuent désormais clairement en contrebas du gisement funéraire plus ancien, le long de la voie en provenance de Cabillonum / Chalon. En raison de la rareté des découvertes, il est en revanche difficile d’émettre un avis sur la nécropole du Breuil d’Arroux, toujours fréquentée au ive siècle.

  • 47 Symphorianus aurait été martyrisé à Augustodunum sous le règne d’Aurélien. Sa Passion a été rédigée (...)

74La situation est différente dans le suburbium oriental. Les deux nécropoles des Drémeaux et de la Grillotière connaissent une utilisation soutenue au ive siècle. La situation est un peu moins claire à Saint-Symphorien où aucune sépulture du début de l’Antiquité tardive n’est encore attestée. Le très faible nombre de découvertes recensées interdit toute conclusion prématurée. La présence de la sépulture supposée du martyr local Symphorianus ne constitue pas une preuve de l’utilisation de cette nécropole à la fin du iiie siècle47, car la tombe a sans doute été inventée au ive ou au ve siècle.

75Le fait marquant dans la topographie péri-urbaine d’Augustodunum dans la première moitié du ive siècle réside cependant dans le développement du pôle funéraire de Saint-Pierre-l’Estrier (fig. 21). Plusieurs inscriptions et la présence d’une basilique de la fin du ive siècle indiquent que cette nécropole sert à la communauté chrétienne d’Augustodunum (voir Balcon, Berry dans ce volume). Des évêques du ive siècle et des clercs de l’Église d’Autun y ont ainsi été inhumés. Avec près de quatre-vingt-dix sépultures des ive et ve siècles, ce cimetière est indéniablement le plus attractif du suburbium d’Augustodunum durant l’Antiquité tardive. Les fouilles de Chr. Sapin et W. Berry ont certes contribué à augmenter le corpus de sépultures tardives (Sapin, 1982), mais, avec une quarantaine de tombes anciennement découvertes, le site de Saint-Pierre abritait déjà la plus importante nécropole tardive d’Autun.

76Si le milieu du ive siècle semble constituer un tournant dans l’occupation de l’espace intra muros, il est difficile de proposer une telle évolution pour le suburbium. La rareté des dépôts funéraires ne permet pas de périodisation fine de l’évolution des nécropoles durant le ive siècle et la typologie de la sépulture, qui est dans la plupart des cas le seul moyen de fournir des éléments de chronologie, ne peut en l’état actuel des recherches permettre une datation.

Fig. 21. Augustodunum / Autun. Topographie funéraire simplifiée au ive s. En gris : nécropoles. Croix rouge : nécropole du Haut-Empire abandonnée. Les histogrammes indiquent la proportion de sépultures ou aménagements funéraires du Haut-Empire (en bleu) et de l’Antiquité tardive (en rouge). M. Kasprzyk del. (Inrap).

Le ve et le vie siècle

77À l’orée du ve siècle, la question du devenir d’un certain nombre de nécropoles se pose avec plus d’acuité car les témoins archéologiques postérieurs aux années 400 ap. J.-C. font défaut dans plusieurs d’entre elles. Si l’utilisation de la nécropole de Saint-Pierre-l’Estrier paraît soutenue à cette période et probable dans celles des Drémeaux et de La Grillotière, ce n’est pas le cas sur au moins trois autres sites funéraires autunois.

  • 48 CIL XIII, 2800 : [...] obiit c(a)l(endi)s Maii [...].

78Le cas le plus clair est sans doute celui de la nécropole de Bois-Saint-Jean / La Verrerie. L’interruption des inhumations en cercueil de plomb au début du ve siècle en Gaule du Sud-Est (Colardelle et alii, 1996, p. 278-280) ne permet pas d’attester des sépultures datées postérieures aux années 400 dans ce pôle funéraire. Le même constat s’applique à la nécropole du Breuil d’Arroux. Le devenir de la nécropole du Champ des Urnes est plus problématique. Aucune découverte n’est clairement attribuable au ve siècle, excepté un fragment d’inscription funéraire dont le formulaire pourrait être daté du courant du ve ou du vie siècle48. S’il provient bien de cette nécropole, il est donc impossible d’exclure la présence de sépultures du ve siècle. Toutefois, il convient de noter le faible dynamisme de ce site funéraire au vu de cette découverte isolée.

Fig. 22. Augustodunum / Autun. Topographie du suburbium vers 600. En gris : nécropoles ; rectangles noirs avec croix blanches : basiliques et monastères (localisation approximative). M. Kasprzyk del. (Inrap).

79En définitive, la rareté des dépôts funéraires et l’ancienneté des observations disponibles ne permettent pas d’affirmer que ces nécropoles sont abandonnées au début du ve siècle mais plutôt que ces sites n’ont pas livré pour l’instant de sépultures datables postérieures au début du ve siècle. Il est néanmoins notable que les nécropoles où les découvertes du ve siècle sont absentes sont les mêmes qui montraient des signes d’un net affaiblissement de leur fréquentation dès le ive siècle (fig. 21).

  • 49 Sur ces sites, voir Piétri, Picard, 1986.

80Assurément, aux ve et vie siècles, le seul pôle funéraire dynamique d’Augustodunum est la zone comprise entre la porte Saint-André et le hameau de Saint-Pierre-l’Estrier, ce que confirme la construction de nombreux édifices chrétiens dans ce secteur (fig. 22) : basiliques Saint-Étienne et Saint-Pierre, basilique puis monastère Saint-Symphorien (v. 450), monastère Saint-Martin (v. 590) et peut-être basilique Saint-Racho49.

Fig. 23. Cabillonum / Chalon-sur-Saône. Topographie funéraire simplifiée au Haut-Empire (première moitié du iiie s.). M. Kasprzyk del. (Inrap).

  • 50 Grégoire de Tours, Liber in gloria confessorum, 72-74, éd. B. Krusch, MGH, SRM, I, 2, p. 340-342 : (...)

81C’est cet ensemble, qualifié de cimiterium, et les sépultures d’évêques qui s’y trouvent, que Grégoire de Tours décrit à la fin du vie s. dans le Liber in gloria confessorum50.

Des tombes intra-muros ?

82Il semble utile de mentionner la présence de quelques sépultures isolées à l’intérieur de l’enceinte augustéenne : malgré l’absence de jalons chronologiques précis, quelques indices suggèrent de les attribuer à la fin de l’Antiquité.

83L’une d’elles a été partiellement fouillée en 2003 (Labaune, 2004, p. 107) : l’individu a été inhumé en decubitus dorsal, entre deux murs parallèles et faiblement espacés appartenant initialement à un bâtiment antique peut-être édifié au cours des deux premiers siècles de notre ère. Aucun mobilier d’accompagnement n’a été détecté ; toutefois, la réutilisation opportuniste de maçonneries antiques devant encore être visibles au moment de l’inhumation permet de proposer une date assez reculée pour dater cet épisode (Antiquité tardive ?). On aurait ici un mode d’inhumation assez proche de celui observé à Reims (voir Cavé et alii, dans ce volume).

84On peut citer une tombe isolée, découverte en 2001 lors de la fouille d’un habitat de fort statut préalablement à la construction du nouvel hôpital d’Autun (Fossurier, 2004) : l’individu, en decubitus dorsal, était positionné dans un coffre de bois. Les matériaux de construction des maçonneries antiques recoupées par la fosse sépulcrale ont été réutilisés pour délimiter la tombe. Contrairement à l’exemple précédant, la sépulture a visiblement été installée alors qu’il ne restait plus de traces de l’habitat antérieur, et pourrait donc être plus récente. L’aspect de cette sépulture rappelle celui d’une inhumation isolée, sans mobilier d’accompagnement, découverte anciennement dans le quartier artisanal de la rue des Pierres (Creusaton, 1968, p. 2).

6.1.2. Chalon

85L’agglomération de Cabillonum / Chalon est le seul autre site urbain du territoire éduen où l’on peut esquisser l’évolution de la topographie funéraire à la fin de l’Antiquité.

La topographie funéraire de la fin du Haut-Empire

86Comme à Autun, la topographie funéraire chalonnaise du Haut-Empire se caractérise par la répartition des nécropoles et groupes de sépultures le long des voies sortant de l’agglomération (fig. 23).

87En tournant autour de la ville, au moins quatre pôles funéraires peuvent être distingués. Au sud-ouest, en rive gauche de la Saône, au Petit Creusot, une nécropole de plusieurs centaines de tombes a été fouillée en bordure de la Saône (Augros, Feugère, 2002, p. 9). Il n’est cependant pas assuré qu’elle soit encore en usage au iiie s. À sa hauteur en rive droite, le long de la voie en provenance de Lyon, dans le quartier de Saint-Cosme, plusieurs découvertes mal documentées, effectuées dans les années 1950, montrent la présence de sépultures des iie et iiie siècles (Rebourg, 1994, p. 150, nos 166-167). Au nord-ouest, le long de la voie en direction d’Autun sur plusieurs centaines de mètres, se trouve la nécropole de la Citadelle, qui est à ce jour la mieux connue pour le Haut-Empire. Une fouille de sauvetage des années 1970 a livré près de 300 sépultures datant de l’époque augusto-tibérienne au début du iie s. (Augros, Feugère, 2002), mais de nombreuses découvertes isolées effectuées depuis le xixe siècle montrent une utilisation durant tout le Haut-Empire (Rebourg, 1994, p. 145-146, nos 134-144). Au nord-est, le long de la voie en direction de Langres et Trèves, quelques indices épars à Saint-Martin-des-Champs pourraient suggérer la présence de sépultures du Haut-Empire (ibid., p. 149).

Apparition et développement de nouveaux pôles funéraires à la fin du iiie et au ive s.

88Comme à Autun, la topographie funéraire de Chalon durant l’Antiquité tardive montre de sensibles modifications au début de l’Antiquité tardive.

  • 51 On compte en effet cinq sépultures assurément datables du Haut-Empire contre cent seize de la pério (...)

89Le fait le plus marquant est indéniablement le développement d’une vaste nécropole le long de la voie de Langres, dans le quartier de Saint-Jean-des-Vignes (fig. 24). Celle-ci occupe un secteur de l’agglomération progressivement abandonné entre la fin du ier et le courant du iie siècle. La présence de possibles incinérations à proximité de l’église Saint-Jean-des-Vignes (Rebourg, 1994, p. 148, no 15) et d’une inhumation contenant une cruche en céramique métallescente trévire (fig. 14, no 71076-43, sép. 89) indiquent que les premières sépultures doivent dater de la fin du Haut-Empire (iiie s. ?). Il faut cependant constater que les découvertes attribuables à cette époque sont extrêmement rares au regard du nombre élevé de structures des ive-viiie siècles51, seules à être attestées dans les fouilles récentes de la rue de Rochefort (Maranski, 1989 ; Devevey et alii, 2005). La nécropole de Saint-Jean-des-Vignes devient rapidement – sans doute dès le ive s. – le site funéraire le plus dynamique de Chalon durant l’Antiquité tardive.

Fig. 24. Cabillonum / Chalon-sur-Saône. Topographie funéraire simplifiée durant l’Antiquité tardive.
En gris : nécropoles. Les histogrammes indiquent la proportion de sépultures ou aménagements funéraires du Haut-Empire (en bleu) et de l’Antiquité tardive (en rouge). M. Kasprzyk
del. (Inrap).

90La situation est très similaire à Saint-Martin-des-Champs : on y compte seulement trois découvertes funéraires du Haut-Empire contre vingt-neuf de l’Antiquité tardive. Il n’est d’ailleurs pas impossible que cette nécropole fasse partie du même ensemble que celle de Saint-Jean-des-Vignes.

91Il semble très probable que ces deux sites aient accueilli des basiliques funéraires péri-urbaines durant l’Antiquité tardive (Kasprzyk, 2005, II, p. 233 et 235).

Un déclin des nécropoles remontant au Haut-Empire

92En comparaison, les nécropoles remontant au début ou au courant du Haut-Empire connaissent un déclin manifeste. Celle du Petit Creusot ne semble plus utilisée, alors que celle de la Citadelle, qui a livré plus de deux cent cinquante structures funéraires du Haut-Empire, n’en a livré que sept de l’Antiquité tardive. Il est plus difficile de raisonner sur celle de Saint-Cosme faute d’une documentation suffisante.

93Ainsi, Chalon connaîtrait donc une évolution de la topographie funéraire très proche de celle d’Autun : abandon progressif des nécropoles du Haut-Empire au profit d’un secteur funéraire privilégié, où l’on peut soupçonner la présence de quelques basiliques funéraires. Encore une fois, le pôle funéraire tardif ne se développe pas à l’emplacement d’une importante nécropole du Haut-Empire, mais plutôt sur un secteur peu densément occupé et ce apparemment dès la seconde moitié du iiie s.

6.1.3. Quelques observations sur l’implantation des ensembles funéraires ruraux et leur chronologie

94En l’état, il semble que tous les ensembles funéraires ruraux tardifs, quelle que soit leur taille, soient des créations sans antécédents de la fin du Haut-Empire. Il serait évidemment possible d’évoquer la faible qualité des données disponibles, mais ce phénomène se retrouve dans de nombreuses nécropoles rurales tardives du bassin du Rhône (supra, n. 40).

95Tous montrent des durées d’utilisation très variables (fig. 25).

96Un premier groupe comprend des sites apparaissant dans le ive siècle. Dans plusieurs cas, la nécropole semble abandonnée quelques décennies plus tard (Saint-Rémy, Dezize, Courcelles-lès-Semur). À Courcelles-lès-Semur, ce phénomène paraît intimement lié à l’abandon de l’occupation de l’établissement associé. Sur quelques autres sites, très mal connus (Givry, Mancey), on a en revanche l’impression que l’occupation pourrait s’étaler sur une bien plus longue période, du courant du ive à la fin du viie siècle au plus tôt. Ces nécropoles s’apparenteraient aux sites funéraires à occupation longue connus dans le bassin du Rhône ou en Gaule Belgique.

Fig. 25. Chronologie de quelques nécropoles rurales de la cité des Éduens. Données issues de Kasprzyk, 2005.

  • 52 Sites de Brochon (Côte-d’Or) ou Saint-Martin-du-Fresne (Ain) (Vallet, Kazanski, 1995).

97Il faut peut-être isoler un groupe de sites funéraires apparaissant à l’extrême fin du ive ou au début du ve siècle. Ils paraissent indéniablement accueillir des individus d’origine germanique (sites de Baudemont ou Étrigny (S.-et-L.) (Kasprzyk, 2011 ; Vallet, 1990). Les dépôts funéraires sont plus nombreux que sur les sites précédents, et il ne semble pas que ces pôles funéraires se développent à l’emplacement de nécropoles « gallo-romaines » du ive siècle. On connaît quelques sites de ce type dans le bassin Saône - Rhône, malheureusement tous fouillés à date ancienne52.

98Un dernier groupe de nécropoles semble enfin apparaître vers la fin du ve siècle ou le début du vie siècle : nécropoles d’Asquins Les Cercueils (Nouvel, 2002, p. 161-165), Gerland Balon, Nuits-Saint-Georges Les Argillats, Reulle-Vergy, Savigny-lès-Beaune Les Godeaux, La Rochepot En Robillard, Sainte-Sabine (Kasprzyk, 2005, II, p. 51, 61, 64, 69, 74). On se méfiera cependant de la date d’apparition supposée de ces sites funéraires fouillés au xixe siècle, dans la mesure où c’est la présence de mobilier germanique qui marque le début de l’occupation, ce qui laisserait imaginer l’existence de sépultures antérieures non repérées.

  • 53 Encore faut-il noter qu’il est souvent difficile d’associer une nécropole à un établissement rural (...)

99Le contexte des nécropoles est généralement mal documenté53. À Courcelles-lès-Semur, les tombes sont installées à quelques mètres des bâtiments du Haut-Empire, encore fréquentés au ive siècle. En revanche, à Saint-Rémy, les sépultures paraissent disposées le long de la voie de Lyon à Chalon.

100Dans tous les autres cas, les données sont trop incomplètes et l’environnement du site trop mal connu pour que l’on puisse esquisser une telle approche. Seule la nécropole d’Asquins peut être associée à une importante villa qui a livré de nombreux indices de fréquentation durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge (fig. 26).

Conclusions

101La documentation réunie dans les cités tardives des Éduens et de Chalon permet d’étudier plusieurs aspects des pratiques funéraires de la fin de l’Antiquité dans la partie centrale de la province de Lyonnaise Première. En raison de l’ancienneté du corpus, l’analyse reste cependant limitée à la typologie des monuments funéraires, à celle des pratiques de déposition et à l’évolution de la topographie funéraire urbaine.

102L’architecture des sépultures montre la coexistence de pratiques et d’aménagements dont la plupart peuvent remonter au Haut-Empire (inhumations en sarcophage et en cercueils cloués, mausolées). On note cependant l’existence d’aménagements qui paraissent caractéristiques de l’Antiquité tardive, comme les cercueils en plomb, dont l’emploi semble essentiellement attesté dans la seconde moitié du iiie et la première moitié du ive siècle ; mais aussi les coffrages en bois non cloués qui, sur la base de la documentation disponible, semblent remplacer les cercueils cloués dans le courant du ve siècle. À ce stade, il est difficile d’étudier la fréquence relative de ces différents aménagements au cours de l’Antiquité tardive dans la mesure où les plus modestes sont mal documentés avant les années 1980.

  • 54 Elle date vraisemblablement de la fin du vie ou du viie siècle.

103On notera en revanche que certaines structures et aménagements funéraires fréquents dans les agglomérations ne sont pas attestés en milieu rural : mausolées, cercueils en plomb et épitaphes funéraires sont pour l’instant absents des campagnes des cités des Éduens et de Chalon. S’il est possible que des mausolées aient échappé à nos prédécesseurs, l’absence de cercueils en plomb et d’épitaphes funéraires, structures bien plus aisément identifiables, ne paraît pas être une lacune de la recherche. La seule stèle signalée, provenant de Sainte-Sabine (C.-d’O.) (Baudot, 1860, pl. XXVIII), est postérieure à la période étudiée54. Il semblerait donc que la rareté des cercueils en plomb et des épitaphes soit une caractéristique des pratiques funéraires en milieu rural, qu’il y aurait lieu d’opposer à celles des agglomérations.

104L’étude des dépôts funéraires montre qu’au ive siècle, ils s’inscrivent dans la continuité de pratiques de la fin du Haut-Empire, tant dans le spectre fonctionnel des objets déposés que de la fréquence globale de la pratique de déposition. Le dépôt de vaisselle en verre ou en céramique semble dominer, les objets de parure apparaissant de manière anecdotique. Au tournant du ve siècle, comme en Gaule méridionale (Raynaud, 2006, p. 151), le mobilier semble disparaître des tombes, à l’exception de celles où il revêt un caractère « germanique ». Ce n’est qu’à la fin du vie et surtout au viie siècle que les dépositions deviennent à nouveau plus fréquentes, sans qu’elles soient pour autant – loin s’en faut – présentes dans la majorité des sépultures.

105La mutation la plus sensible et sans doute la plus précoce est celle de la topographie funéraire urbaine des agglomérations d’Autun et de Chalon. Bien que la plupart des nécropoles du Haut-Empire continuent à être utilisées au ive siècle, elles déclinent au profit de nouveaux pôles funéraires dont la création semble devoir être située dans la seconde moitié du iiie siècle. À partir du ve siècle, ils accueillent l’essentiel – si ce n’est la totalité – des sépultures de ces deux sites urbains. L’essor de ces nouveaux ensembles funéraires entre le ive et le vie siècle redéfinit la topographie du suburbium, car leur développement précède l’apparition en leur sein ou à proximité immédiate de basiliques et de monastères. C’est peut-être dans ce seul domaine que l’on peut suggérer un lien entre l’évolution très progressive des pratiques funéraires et la christianisation de la société de ceux cités.

Fig. 26. Association spatiale entre l’établissement antique et du haut Moyen Âge d’Asquins Vergigny / Champ des Églises et de la nécropole des ve-viie s. d’Asquins Vaudonjon / Les Cercueils. P. Nouvel del., d’après les prospections aériennes de J.-P. Delor / P. Nouvel.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Anonyme, 1909, « Compte-rendu des séances (novembre 1905 - juillet 1906) », Mémoires de la Commission des Antiquités de Côte-d’Or, XV, 1906-1909, p. IX.

Anonyme, 2011, « Ouverture des sarcophages : les pilleurs de tombes étaient passés... », http://www.macon.fr/Developper/Toutes-les-actualites/Ouverture-des-sarcophages-les-pilleurs-de-tombes-etaient-passes

Armand-Calliat L., 1937, « Pièces de verrerie antiques mises au jour dans l’arrondissement de Chalon », Bull. archéologique du Comité des travaux historiques, 1936-1937, p. 519-525 et pl. XIX-XX.

Augros M., Feugère M. dir., 2002, La nécropole gallo-romaine de la Citadelle à Chalon-sur-Saône, 1. Catalogue, Montagnac, éd. Mergoil (Archéologie et Histoire romaine, 5-1).

Balcon S., Berry W., 1995, Autun – Saint-Pantaléon (Saône-et-Loire) : sauvetage urgent à Saint-Pierre-l’Estrier, rue Saint-Étienne (71467003), Rapport de fouille, SRA de Bourgogne.

Barthèlemy D., 2011, « Des sarcophages paléochrétiens à Mâcon », in : Des ponts sur la Saône, Bull. d’information de l’Institut de recherche du Val de Saône-Mâconnais, 16, mai-juin-juillet 2011, p. 1. http://www.recherche-ma-connais.org/tl_files/irvsm/pdf/bulletin/Bulletin16.pdf

Barthèlemy A., Depierre G. dir., 1990, La nécropole gallo-romaine des Cordiers, Mâcon, Ville de Mâcon / Min. de la Culture, 126 p. (Coll. Recherches du Group. archéologique du Mâconnais).

Beauchamp C., 1998, Étude sociologique d’Augustodunum à travers les monuments funéraires gallo-romains, Mémoire de maîtrise sous la dir. de G. Sauron, Univ. de Bourgogne, 302 p.

Baudot H., 1860, « Mémoire sur les sépultures des Barbares de l’époque mérovingienne : découvertes en Bourgogne, et particulièrement à Charnay », Dijon, Lamarche/Paris, V. Didron, p. 127-305 (Mémoires de la Commission des antiquités de la Côte-d’Or, t. 5, 1857-60).

Beaujard B., 1986, « Chalon-sur-Saône », in : Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du viiie siècle. IV. Province ecclésiastique de Lyon (Lugdunensis prima), Paris, De Boccard, p. 71-72.

Beaunier Dom Ch., 1726, Recueil historique, chronologique et topographique des archevêchés, évêchés, abbayes et prieurés de France, tant d’hommes que de filles, de nomination et collation royale, avec les noms des titulaires, la taxe en cour de Rome telle qu’elle est sur le livre de la Chambre apostolique ; les revenus, les unions et pensions sur ces bénéfices. Le tout distribué par diocèses, par ordre alphabétique, et enrichi de dix-huit cartes géographiques, avec les armes des archevêques..., Paris, Mesnier, 2 vol.

Blaizot et alii, 2009, Pratiques et espaces funéraires dans le centre et le Sud-Est de la Gaule au Haut-Empire, Paris, éd. du CNRS, 383 p. (Gallia, 66-1). https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00740564/

Blaizot F., Bonnet C., Castex D., Duday H. et alii, 2001, « Trois cimetières ruraux de l’Antiquité tardive dans la moyenne vallée du Rhône : les sites du Pillon à Marennes (Rhône), du Trillet à Meyzieu (Rhône) et des Girardes à Lapalud (Vaucluse) », Gallia, t. 58, p. 271-362.

Bressoud A., 2009, « Metz, colline Sainte-Croix et extension du bâtiment A », in : Heckenbenner D. dir., D(is) M(anibus) : pratiques funéraires gallo-romaines, Sarrebourg, Musée du Pays de Sarrebourg, p. 136.

Bui Thi Mai, Girard M., 2010, « Pollen et archéologie : une alliance passionnante », Anthropobotanica, 1.8-2010, http://www.mnhn.fr/museum/front/medias/publication/31891_AB_1-8-Girard.pdf

Büttner S., Henrion F., 2001, « Les sarcophages du haut Moyen Âge en Bourgogne du nord : approches méthodologiques, premiers résultats et réflexions », BUCEMA, 5, p. 25-37.

Büttner S., Henrion F., 2009, « Les sarcophages de Quarré-les-Tombes (Yonne) : étude typologique et pétrographique », R.A.E., t. 58-2009, p. 499-512.

Castex D., Depierre G., Maureille B., Bar D., 1995, « Population indigène, population allogène à Beaune (Côte-d’Or) aux ve-vie siècles », in : Gaillard de Sémainville dir., Les Burgondes : apports de l’archéologie, Actes du colloque international de Dijon, 5-6 nov. 1992, Dijon, Ass. pour la Connaissance du Patrimoine de Bourgogne, p. 167-184.

Chatel É., 1981, Recueil général des monuments sculptés en France pendant le haut Moyen Âge, II. Isère, Savoie, Haute-Savoie, Paris, Bibl. Nat, 138 p., 77 pl..

Cochet A., 2000, Le plomb en Gaule romaine : techniques de fabrication et produits, Montagnac, éd. Mergoil, 223 p. (Monographies Instrumentum, 13).

Colardelle M., Demians d’Archimbault G., Raynaud C., avec la coll. de Boiron R., Carru D., Colardelle R., Cartron I., Fixot M., Garnotel A., Jannet M., Manniez Y., Reynaud J.-F., Paya D., 1996, « Typo-chronologie des sépultures du Bas-Empire à la fin du Moyen Âge dans le sud-est de la Gaule », in : Galinié H., Zadora-Rio É., Archéologie du cimetière chrétien, Actes du 2ème colloque ARCHEA, Orléans, 29 sept.-1er oct. 1994, Tours, FERACF, p. 271-298 (11ème suppl. à la R.A.C.F.).

Creusaton J., 1968, Rapport de M. Jean Creusaton concernant la fouille sur le terrain municipal de la rue des Pierres à Autun, Feuillet dactylographié déposé au SRA de Bourgogne.

Cüppers H., 1993, « Sépultures et cimetières ruraux en pays trévire », in : Ferdière A. dir., Monde des morts, monde des vivants en Gaule rurale, Actes du colloque ARCHEA/AGER, Orléans, 7-9 fév. 1992, Tours, p. 81-88 (6ème suppl. à la Revue archéologique du Centre de la France).

Delor J.-P., 2002, L’Yonne, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres (Carte archéologique de la Gaule, 89-1).

Devevey F., Mouton S., Staniaszek L., 2005, Chalon-sur-Saône, 32-36 rue de Rochefort, Rapport final d’opération, Inrap / SRA de Bourgogne.

Deyts S. et alii, 1977, « La nécropole gallo-romaine de ‘Gratte Dos’, commune de Meuilley, Côte-d’Or (suite) », R.A.E., t. 28, fasc. 3-4, p. 235-273.

Duchesne L., 1910, Fastes épiscopaux de l’ancienne Gaule, II, Paris, De Boccard, 2 vol.

Dupont J., Courtois J.-L., 1981, « Le sarcophage de Saint-Andoche à Saulieu », Mémoires de la Commission des Antiquités de Côte-d’Or, XXXII, 1980-1981, p. 259-274.

Esparreguera J. M., Macias Solé J. M., 2002, « La ciudad y el Territorium de Tarraco : el mundo funerario », in : Vaquerizo D. éd., Espacios y usos funerarios en el Occidente romano, Actas del congreso internacional de Cordoba, 2001, 5-9 de junio 2001, Bd. I, Cordoue, Univ. de Cordoue, p. 97-112.

Fontenay H. de, 1889, Autun et ses monuments, avec un précis historique par Anatole de Charmasse, Autun, Dejussieu, CCLXXI-541 p.

Gaillard de Sémainville H., 1980, Les cimetières mérovingiens de la Côte chalonnaise et de la Côte mâconnaise, Dijon, S.A.E., 249 p., 63 pl. (3ème suppl. à la R.A.E.).

Gaillard de Sémainville H. dir., 1995, Les Burgondes : apports de l’archéologie, Actes du colloque international de Dijon, 5-6 nov. 1992, Dijon, Ass. pour la Connaissance du Patrimoine de Bourgogne, 248 p.

Gaillard de Sémainville H., Sapin C., avec la coll. De Maranski D., 1995, « Les découvertes de Beaune (Côte-d’Or) : des Burgondes en Bourgogne ? », in : Gaillard de Sémainville dir., Les Burgondes : apports de l’archéologie, Actes du colloque international de Dijon, 5-6 nov. 1992, Dijon, Ass. pour la Connaissance du Patrimoine de Bourgogne, p. 143-166.

Fossurier C., 2004, « La sépulture médiévale », in : Bet P. dir., Le site gallo-romain du nouvel hôpital d’Autun (S.-et-L.), Document final de synthèse d’une fouille d’archéologie préventive d’août 2001 à février 2002, SRA de Bourgogne, p. 267-271.

Germain B., 1862, « Lettres sur les antiquités d’Autun », Annuaire de la Soc. éduenne, 1860-1862, p. 434-435.

Gillet P.-E., Mahéo N., 2000, « Sarcophages en plomb gallo-romains découverts à Amiens et dans la Somme », Revue archéologique de Picardie, 2000, 3-4, p. 77-118.

Guyot E., 1933, « Le cimetière gallo-romain de Corcelles-les-Monts (Côte-d’Or) », Bull. archéologique du Comité des travaux historiques, 1932-1933, p. 639-645 et pl. XIV-XX.

IGF = Decourt J.-C., 2004, Inscriptions grecques de la France (IGF), Lyon (Travaux de la Maison de l’Orient, 38).

Kasprzyk M., 2005, L’Antiquité tardive dans les cités des Éduens et de Chalon-sur-Saône (vers 250-530 apr. J.-C.) : contribution à l’étude de l’Antiquité tardive en Gaule centrale, Thèse de doctorat sous la dir. de G. Sauron, Univ. de Bourgogne, 3 vol. En ligne : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00621362

Kasprzyk M., 2011, « Baudemont, le Pré-de-la-Bordonne (Saône-et-Loire) : sépultures et mobilier danubien de la première moitié du ve siècle », in : Kasprzyk, Kuhnle dir., 2011, p. 343-355.

Kasprzyk M., Kuhnle G. dir., avec la coll. De Burgevin A., 2011, L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, I. La vallée du Rhin supérieur et les régions limitrophes : actualité de la recherche, Actes des rencontres de Strasbourg, nov. 2008, Dijon, S.A.E., 352 p. (30ème suppl. à la R.A.E.).

Kazanski M., 1991, « Les Germains de l’Elbe-Oder-Vistule et la Gaule au Bas-Empire », Antiquités Nationales, 22-23, 1990-1991, p. 111-127.

Labaune Y., 2004, « Notes d’archéologie et d’histoire locales », Mémoires de la Société éduenne, LVII, fasc. 2, 2003-2004, p. 103-128.

Labaune Y., 2009, « Les nécropoles antiques d’Autun, Saône-et-Loire : un état de la question », Revue archéologique, 2008-1, p. 162-167.

Labaune Y. dir., avec la coll. De Fossurier C., 2011a, Autun / Saint-Pantaléon ‘Pont l’Évêque’ : habitat de l’Âge du Bronze et extrémité occidentale de la nécropole antique, Rapport final d’opération, SRA de Bourgogne, 2 vol.

Labaune Y., 2011b, « Quelques observations récentes sur des sites de l’Antiquité tardive à Autun », in : Kasprzyk, Kuhnle, 2011, p. 41-68.

Lebel P., Boucher S., 1975, Musée Rolin : bronzes figurés antiques, grecs, étrusques et romains, Autun, éd. de la ville d’Autun, 127 p.

Maranski D., 1989, Chalon-sur-Saône, la nécropole de Saint-Jean-des-Vignes, Rapport de fouilles, SRA de Bourgogne.

Martin M., 1995, « Les Burgondes et l’archéologie, hier et aujourd’hui », in : Gaillard de Sémainville, 1995, p. 31-44.

Mercier C., Mercier-Rolland M., 1974, Le cimetière burgonde de Monnet-la-Ville, Paris, Les Belles Lettres, 106 p. (Annales littéraires de l’Univ. de Besançon, 156).

Mordier J.-P., 1965, Les stèles funéraires du musée d’Autun, Mémoire de DES dactylographié, Univ. de Bourgogne, 2 vol.

Moretti J.-C., Tardy D. coord., 2002, « Inventaire des monuments funéraires de la France gallo-romaine », in : Landes Ch. dir., La mort des notables en Gaule romaine, Catalogue d’exposition, Lattes, Musée de Lattes, p. 27-104.

Nouvel P., 2002, « 021-Asquins », in : Delor J.-P., L’Yonne, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 161-166 (Carte archéologique de la Gaule, 89-1).

Pietri C., Picard J.-C., 1986, « Autun », in : Topographie chrétienne des Cités de la Gaule des origines au milieu du viiie siècle. IV. Province ecclésiastique de Lyon (Lugdunensis Prima), Paris, De Boccard, p. 38-45.

Planson E., Brenot C., Deyts S., Joubeaux H., Lejeune M., Poulain T., Chabeuf M., Dastugue J., Gauthey J., 1982, La nécropole gallo-romaine des Bolards, Nuits-Saint-Georges, Paris, éd. du CNRS, 190 p.

Privati B., 1983, La nécropole de Sézegnin (Avusy – Genève), ive-viiie siècle, Paris/Genève, 181 p. (Mémoires et documents publiés par la Soc. d’histoire et d’archéologie de Genève, 10).

Ratel R., 1977, « La nécropole gallo-romaine de ‘Gratte Dos’, commune de Meuilley, R.A.E., t. 28, fasc. 1-2, p. 63-98.

Raynaud C., 2006, « Le monde des morts », in : Heijmans M., Guyon J. dir., « Antiquité tardive, haut Moyen Âge et premiers temps chrétiens en Gaule méridionale. Première partie : réseau de cités, monde urbain et monde des morts » (dossier), Gallia, 63, p. 137-156.

Rebourg A., 1993, Autun, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 238 p. (Carte archéologique de la Gaule, 71-1).

Rebourg A., 1994, Saône-et-Loire, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 2 vol. (Carte archéologique de la Gaule, 71/3 et 71-4).

Reynaud J.-F., 1998, Lugdunum christianum : Lyon du ive au viiie s. : topographie, nécropoles et édifices religieux, Paris, éd. de la M.S.H., 288 p. (Documents d’Archéologie française, 69).

Sapin C., 1982, « L’ancienne église Saint-Pierre-l’Estrier à Autun : premier bilan d’une étude archéologique en cours », Archéologie Médiévale, 12, p. 51-105.

Sapin C., 1984, « Les tombeaux des premiers évêques et l’occupation chrétienne du cimetière d’Autun, archéologie du site », in : Actes du 109ème congrès des Sociétés savantes, Dijon, 2-6 avril 1984, Archéologie, tome I, Dijon, ABSS, p. 113-129.

Sapin C., Berry W., 1984, « Un sarcophage en plomb découvert sur le site de Saint-Pierre-l’Estrier à Autun », Mémoires de la Société éduenne, 54, 1979-1984, p. 285-289.

Schuler R., 1995, « Nécropoles et sépultures d’époque romaine à Beauvais : état des connaissances », Revue archéologique de Picardie, 1995, 3-4, p. 49-140.

Thévenot É., 1950, « Un débris de sarcophage en plomb historié trouvé en forêt de Citeaux (C.-d’O.) », Revue archéologique, 1950-1, p. 86-91.

Vallet F., 1990, « Tombe de fillette de Balleure, commune d’Etrigny (Saône-et-Loire) », in : Marin J.-Y., éd., Attila : les influences danubiennes dans l’ouest de l’Europe au ve siècle, Catalogue d’exposition, Musée de Normandie, 23 juin-1 oct. 1990, Caen, p. 72-76.

Vallet F., Kazanski M., 1995, « Éléments étrangers en Burgondie dans la deuxième moitié du ve siècle », in : Gaillard de Sémainville H. dir., Les Burgondes : apports de l’archéologie, Actes du colloque international de Dijon, 5-6 nov. 1992, Dijon, p. 111-127.

Van Ossel P., 1993, « L’occupation des campagnes dans le Nord de la Gaule durant l’Antiquité tardive : l’apport des cimetières », in : Ferdière A. dir., Monde des morts, monde des vivants en Gaule rurale, Actes du colloque ARCHEA / AGER, Orléans, 7-9 fév. 1992, Tours, p. 185-196 (6ème suppl. à la Revue archéologique du Centre de la France).

Venault S., 2011, « Un nouveau témoignage d’occupation précoce à Augustodunum : l’enclos funéraire augusto-tibérien de la nécropole de Pont-l’Évêque à Autun (Saône-et-Loire) », in : Reddé M. et alii dir., Aspects de la romanisation dans l’Est de la Gaule, Glux-en-Glenne, Bibracte, p. 767-780 (Bibracte, 21).

Venault S., Deyts S., Le Bohec Y., Labaune Y., 2009, « Les stèles funéraires de la nécropole de Pont-l’Évêque : contexte de découverte et étude du corpus », Bull. archéologique du CTHS, 35, p. 129-203.

Wahlen P., 1999, « La basilique Sainte-Reine d’Alésia », in : Boutry P., Julia D. dir., Reine au Mont Auxois : le culte de sainte Reine des origines à nos jours, Paris, Éd. du Cerf, p. 61-80.

Wood I., 1996, « Sépultures ecclésiastiques et sénatoriales dans la vallée du Rhône », Médiévales, 31, p. 13-27.

Notes

1 Pour l’époque romaine, nécropoles d’Autun Champ-Saint-Roch/Pont-l’Évêque (Venault et alii, 2009), Chalon La Citadelle (Augros, Feugère et alii, 2002) ; Mâcon Les Cordiers (Barthèlemy, Depierre, 1990) ; Nuits-Saint-Georges Les Bolards (Planson et alii, 1982), Meuilley Gratte-Dos (Ratel, 1977) ; pour le haut Moyen Âge, essentiellement Baudot, 1860 ; Gaillard de Sémainville, 1980 et 1995.

2 Il s’agit de la seule nécropole autunoise ayant fait l’objet d’observations archéologiques récentes sur une vaste superficie (Venault et alii, 2009 ; Labaune, 2011a).

3 Sépulture 29, GrN-31714 1745 ± 20 BP (seconde moitié du iiie ou début du ive s.) ; sépulture 38, GrN-31715 1750 ± 15 BP (seconde moitié du iiie s. / premier tiers du ive s.) (Labaune, 2011).

4 Kasprzyk, 2005, II, p. 176-177, 71014-07, sép. 19, 20, 22, 23, 24, 37 et 38.

5 Kasprzyk, 2005, II, p. 223-233, 71076-43 ; Devevey et alii, 2005.

6 Kasprzyk, 2005, II, p. 177, 71014-07, sép. 26, 27, 29, 32 et 42.

7 Kasprzyk, 2005, II, p. 177, 71014-07, sép. 36 ; Labaune, 2011b, p. 69, sép. 1, fin iiie/déb. ve s.

8 Kasprzyk, 2005, II, p. 232, 71076-43, sép. 90. D’autres sépultures de ce type ont été fouillées à proximité, mais ne sont pas datées (Kasprzyk, 2005, II, p. 232, sép. 95).

9 Si l’on considère que de nombreuses autres découvertes ont été passées sous silence (au xixe s. mais également dans les années 1970), on admettra qu’il s’agit pour la Gaule d’un corpus particulièrement remarquable.

10 Ce type de décor est attesté à Beauvais (Schuler, 1995, fig. 9) ou bien à Amiens (Gillet, Mahéo, 2000, p. 84-85, fig. 17).

11 Le cercueil mesurant 1,85 par 0,57 m.

12 Dans un cas, il s’agit de planches en chêne.

13 Kasprzyk, 2005, II, p. 41, site 21054-15, sép. 1.

14 Il est très probablement de provenance locale (notamment en raison de son poids) ; sa provenance précise n’a cependant pas pu être retrouvée (Musée Lapidaire ML 223, collection Bulliot, don de M. Jovet).

15 Kasprzyk, 2005, II, p. 226, 71076-41, sép. 2 ; p. 231, 71076-43, sép. 77.

16 Cette proposition recoupe celles de Gaule du Sud-Est (Colardelle et alii, 1996, p. 278-280). P.-E. Gillet et N. Mahéo (2000) ont proposé que les premiers cercueils en plomb d’Amiens datent du iie siècle. On note cependant que les exemplaires clairement datés ne sont pas antérieurs à la fin du iiie siècle. En effet, il n’est pas certain que le mobilier datant leur sarcophage no 3 provienne réellement de la sépulture. Les sarcophages nos 25 et 26 sont datés par des monnaies réemployées et par une stèle dont la datation n’est pas assurée. En outre, il est possible qu’il s’agisse d’un réemploi.

17 Kasprzyk, 2005, II, p. 171, 71014-06, sép. 10 ; p. 176, 71014-07, sép. 21.

18 Kasprzyk, 2005, II, p. 336-337, 71475-01.

19 Kasprzyk, 2005, II, p. 262, 71174-02.

20 Kasprzyk, 2005, II, p. 49, 21205-01.

21 La sépulture de Mâcon, mal documentée, ne peut cependant pas être datée (Kasprzyk, 2005, II, p. 306, 71270-47). D’autre part, seule l’une des quatre sépultures à architecture de tuiles en bâtière attestées sur la nécropole de Pont-l’Évêque (St. 2, 1120, 1160, 1298) comporte un dépôt funéraire à même de préciser la datation de ce type de tombe dans notre secteur. Il s’agit malheureusement de deux vases (une cruche, une marmite tripode) qui peuvent appartenir aux trois premiers siècles de notre ère, suggérant, malgré cette imprécision, une datation antérieure à l’Antiquité tardive (Labaune, 2011, vol. 2, sép. 1120, p. 198).

22 Kasprzyk, 2005, II, p. 232, 71076-43, sép. 88 ; p. 235, 71076-45, sép. 15.

23 À Metz, inhumation d’un nourrisson de 6 mois dans une amphore africaine Key XXXV (Bressoud, 2009).

24 CIL XIII, 2798. Memoriae aeternae / Quietae quae vixit ann I d III / h VIII decessit VIII kal nov / Valente et Valentiniano II conss

25 Kasprzyk, 2005, II, 71014-07, sépultures 70, 71 et 73.

26 Kasprzyk, 2005, II, site 71047-41, sép. 2.

27 Kasprzyk, 2005, II, site 71047-43, sép. 79.

28 Kasprzyk, 2005, II, site 71047-45, sép. 1 à 4.

29 Kasprzyk, 2005, II, site 71047-43, sép. 78, 80 et 81.

30 La sépulture contenait une paire de boucles d’oreille en argent, une fibule digitée en bronze plaquée d’argent à terminaison polyédrique décorée de croix, deux fibules aviformes en bronze plaqué d’argent, les yeux en grenat, trois anneaux en bronze et un collier de quarante-cinq perles en ambre, argent (?), pâte de verre et terre cuite (Anonyme, 1909).

31 Kasprzyk, 2005, II, sites 71014-04, 71014-07, sép. 72 et 74.

32 Kasprzyk, 2005, II, site 71076-45, sép. 14.

33 CIL XIII, 2718. Eufronia [...] / filia et [...] / naufragio / necta nat[a] / pri(die) kal(endas) no(uembres) / percepit / (antediem tertium) id(us) april(es) decessit / pri(die) kal(endas) ma(ias). On notera que le nom de la défunte évoque celui de l’évêque Euphronius d’Autun (milieu du ve s.).

34 Il est intéressant de constater, à la suite de I. Wood (1996, p. 16), que les trois exemplaires de ce type reconnus en Gaule proviennent soit du territoire éduen (Autun et Saulieu), soit ont contenu le corps d’un personnage lié à Autun (saint Léonien de Vienne a été cloîtré à Autun à la fin du ve siècle : Vita Patrum Iurenisium, 128).

35 G. Monthel signale dans la Carte Archéologique de la Gaule que l’on aurait trouvé un sarcophage en marbre figuré à Saint-Martin-des-Champs vers 1975 (Kasprzyk, 2005, II, site 71076-45, sép. 14). On ne dispose malheureusement pas d’information plus précise sur cette découverte, qui pourrait en outre dater du Haut-Empire.

36 Elevatio Agricola, 5 et 7 (= Acta elevationis S. Agricolae et aliorum. AASS, Mart., II, p. 509-512).

37 La depositio d’un évêque éduen du nom d’Amator est signalée par le martyrologe hiéronymien à la date du 26 novembre (Martyrologium Hieronymianum, éd. Quentin, p. 622 : Augustoduno depositio sancti Amatoris episcopis). Il n’est connu que par ce texte. La Gallia Christiana (IV, col. 326-327) a voulu en faire le premier évêque éduen. L. Duchesne (1910, p. 176) et la Bibliotheca sanctorum (I, col. 940) le considèrent comme un personnage fictif, cette dernière proposant que son insertion dans le martyrologe hiéronymien soit une erreur d’un copiste auxerrois. L’attribution du mausolée autunois dans les sources du xviie s. est probablement l’œuvre d’un antiquaire de l’époque Moderne.

38 Un édifice très proche est attesté à Tarragone (il date du iie siècle) (Esparraguerra, Marcias Solé, 2002, p. 97), un autre à Nehren (Cüppers, 1993, p. 84, fig. 2).

39 Cadastre napoléonien, section B, parcelles 109 et 110.

40 (…) In quo loco postmodum a deuotis et religiosis crypta est mirifico opere et ornamentis extructa, adhaerens lateri domus extrinsecus, tabulatis et columnis decorata marmoreis, usque ad sommitatem basiliquae in altum porrecta. Sepulcrum uero tegebat tabula, speciosa marmorea, titulum in se continens scriptum quo pandebatur quantum esset colendus cuius ibi seruabantur exanimes artus) (Elevatio Agricola, 8). B. Beaujard (1986, p. 71-72) songe à une construction carolingienne, mais la dégradation du toit qui n’abrite plus la sépulture en 877 (ob incuriam seniorum eiusdem loci iam deperierat adeo ut sepulcrum sancti nullo tegmine coopertum pluuiis infuderetur et imbribus (Elevatio Agricola, 9)) fait songer à une construction plus ancienne.

41 À Corcelles-les-Monts (Lingons) (Guyot, 1933), les dépôts sont présents dans dix tombes sur trente-quatre, et sont généralement constitués d’une ou deux verreries et d’un vase en sigillée luisante. Les monnaies et objets de parure sont totalement absents, à l’exception d’une boucle en fer. La situation est encore plus marquée à Monnet-la-Ville (Séquanes), où le mobilier est rarissime dans les sépultures de la phase précoce de la nécropole (trois dépôts pour plusieurs dizaines de sépultures) (Mercier, Rolland, 1974). On peut suspecter en outre qu’il provienne de sépultures marquant de nettes affinités avec le monde germanique (Kazanski, 1991, p. 114). Plus au sud, la nécropole rurale d’Avusy (cité de Genève) montre une aussi grande modestie des dépôts : les monnaies et objets de parure sont presque inexistants et les céramiques sont rares à l’exception de quelques sigillées luisantes (Privati, 1983, p. 49-54). On semble retrouver la même situation dans toutes les nécropoles rurales de la moyenne vallée du Rhône (Blaizot et alii, 2001).

42 Nous avons proposé en 2005 d’isoler une nécropole au Breuil d’Arroux (Kasprzyk, 2005, p. 97 ; suivi par Labaune, 2009). Les découvertes de ce secteur, traditionnellement considérées comme appartenant au pôle funéraire de Bois Saint-Jean / La Verrerie (par exemple Rebourg, 1993, p. 85, 150-151), en sont en effet séparées par le sanctuaire péri-urbain de La Genetoye (fig. 20). Située à la sortie nord de la ville, la nécropole du Breuil d’Arroux s’étire le long de la voie d’Agrippa en direction de Sens et non pas en direction de l’ouest. Mal connue, elle comprend plusieurs mausolées circulaires indiquant un recrutement en partie aristocratique (Labaune, 2004). Des sépultures plus modestes sont cependant attestées.

43 De nombreuses découvertes indiquent qu’elle commence dès la porte Saint-André et s’étend le long de la voie romaine dans le quartier des Drémeaux. Rien ne prouve pour l’instant qu’elle atteigne le hameau de Saint-Pierre-l’Estrier à cette époque.

44 La rareté des interventions archéologiques dans ce secteur depuis le xixe siècle empêche cependant de savoir si ce constat découle d’une lacune documentaire ou d’une réalité archéologique.

45 Sur les mausolées d’Augustodunum, voir en dernier lieu Moretti, Tardy, 2002, p. 33 et pl. IV-V. Dans les deux cas, celles-ci bordent la voie d’Agrippa de Chalon à Boulogne et il est possible que ce soit le long de cet axe majeur que les élites aient cherché à mettre leur mort en scène.

46 Plan schématique déterminé en fonction de la topographie (fossilisation de certaines limites cadastrales) et de la répartition des découvertes funéraires.

47 Symphorianus aurait été martyrisé à Augustodunum sous le règne d’Aurélien. Sa Passion a été rédigée dans les années 450, sans doute dans l’entourage de l’évêque Euphronius qui fait ériger une basilique à proximité de sa tombe (Passio Symphoriani auctore anonymo, AASS, Aug. IV, p. 496-497).

48 CIL XIII, 2800 : [...] obiit c(a)l(endi)s Maii [...].

49 Sur ces sites, voir Piétri, Picard, 1986.

50 Grégoire de Tours, Liber in gloria confessorum, 72-74, éd. B. Krusch, MGH, SRM, I, 2, p. 340-342 : Grégoire signale une basilique Saint-Étienne contiguë au cimetière et les sépultures des évêques Cassianus et Simplicius (ive s.). Une allusion suggère la présence de celle de l’évêque Rheticius.

51 On compte en effet cinq sépultures assurément datables du Haut-Empire contre cent seize de la période suivante.

52 Sites de Brochon (Côte-d’Or) ou Saint-Martin-du-Fresne (Ain) (Vallet, Kazanski, 1995).

53 Encore faut-il noter qu’il est souvent difficile d’associer une nécropole à un établissement rural mitoyen : Van Ossel, 1993.

54 Elle date vraisemblablement de la fin du vie ou du viie siècle.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le territoire des cités des Éduens et de Chalon durant l’Antiquité tardive, avec la localisation des sites mentionnés dans le texte.1 : Asquins2 : Autun3 : Baudemont4 : Beaune5 : Avallon6 : Chalon-sur-Saône7 : Courcelles-lès-Semur8 : Dezize-lès-Maranges9 : Étrigny10 : Mâcon11 : Meuilley12 : Nuits-Saint-Georges13 : Reulle-Vergy14 : Saint-Marcel-lès-Chalon15 : Sainte-Sabine16 : Saulieu17 : Saint-Rémy18 : Gerland.Conception M. Kasprzyk / P. Nouvel.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4315/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Fig. 2. Inhumations en coffre en bois et en cercueil de la nécropole de Saint-Jean-des-Vignes à Chalon-sur-Saône (première moitié du ve s.). 1. fouille du 32-36 rue de Rochefort, L. Staniaszek del. ; 2. sépulture fouillée au 52, rue de Rochefort, d’après G. Monthel. Éch. 1/20e.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4315/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 3. Inventaire des cercueils en plomb découverts dans les cités des Éduens et de Chalon. Le numéro de structure renvoie au catalogue de Kaspzryk 2005., Dimensions : longueur ; largeur ; hauteur.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4315/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Fig. 4. Cercueils en plomb découverts à Autun. 1-4. Nécropole de Saint-Pierre-l’Éstrier, sépultures 54, 67, 68, 87 ; 5. nécropole de Fillouse. 1 : extrait de Sapin, Berry, 1984 ; 2-3 : extraits de Balcon, Berry, 1995 ; 4 : extrait de Lebel, Boucher, 1975 ; 5 : cl. X, archives de la Société éduenne, Autun.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4315/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Légende Fig. 5. Cercueils en plomb. 1. Autun, Les Drémeaux, cercueil in situ lors de sa découverte en 1975 ; 2. Gerland, La Chocelle. Fragment de cercueil en plomb. 1 : cl. J.-P. Guillaumet, inédit ; 2 : extrait de Thévenot, 1950.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4315/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 6. Autun, Saint-Pierre-l’Éstrier, sépulture 67. Planche en chêne sous le cercueil, reposant sur deux blocs en pierre. Cl. W. Berry, extrait de Balcon, Berry, 1995.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4315/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 7. Autun, musée Rolin. Sarcophage en grès contenant un cercueil en plomb (provenance locale, inv. ML 223), éch. 1/20e. Y. Labaune del.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4315/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 8. Mobilier provenant de sépultures contenant des cercueils en plomb. 1-2. Autun, La Verrerie, sép. 3. Beaune, Clos Chameroy, sép. 1 ; 4-5. Autun, La Grillotière, sép. 4 ; 6. Autun, La Grillotière, sép. 8. Éch. 1/3, sauf 6, sans échelle. 6 : C. Boëll del., archives de la Société éduenne, Autun. 1 : verre blanc-verdâtre, 2 : verre bleu-nuit ; 4-6 : verre blanc.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4315/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 9. Lieux de découverte des sépultures contenant des cercueils en plomb.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4315/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 10. Acrotère de sarcophage en calcaire trouvé à Chalon. Cl. Musée Denon (inv. L-47).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4315/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 11. Verreries trouvées dans un sarcophage rectangulaire en grès à Chalon-sur-Saône, Saint-Jean-des-Vignes. Cl. X, extrait de Armand-Calliat, 1937.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4315/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 12. Sarcophage d’Euphronia trouvé à Autun Saint-Pierre-l’Éstrier (CIL XIII, 2718). Cl. Y. Labaune, retouche S. Loiseau (Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4315/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Légende Fig. 13a. Sarcophage en marbre dit « de saint Francovée », provenant du monastère Saint-Symphorien d’Autun. Cl. Y. Labaune, retouche S. Loiseau (Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4315/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende Fig. 13b. Sarcophage en marbre dit « de saint Francovée », provenant du monastère Saint-Symphorien d’Autun. Détail du couvercle. Cl. Y. Labaune, retouche S. Loiseau (Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4315/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Légende Fig. 14. Mobilier provenant de sépultures de l’Antiquité tardive en territoire éduen. Sauf précision, les références des sépultures renvoient à Kasprzyk 2005.,
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4315/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Légende Fig. 15. Dépôts funéraires comprenant des objets métalliques. A : Chalon-sur-Saône, Saint-Jean-des-Vignes, sép. 74 ; B-C : Courcelles-lès-Semur, Champ de Velnosse, sép. 1 & 2 ; D : Chalon-sur-S., Saint-Jean-des-Vignes, sép. 90. Éch. 2/3. A, B, C : alliage cuivreux ; D, 1 à 4 : argent ; D, 5 : fer ; D, 6 : verre. M. Kasprzyk del. (Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4315/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 16. Dépôts funéraires comprenant des objets de parure ou de la vaisselle. A, B, C : Autun, Saint-Pierre-l’Estrier, sépultures 51, 52, 159 ; D : Nuits-Saint-Georges, En Gibot, sépulture 16. A-B : os ; C : verre bleu-vert ; D, 1 et 2 : sigillée luisante ; D, 3 : verre. M. Kasprzyk del. (Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4315/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 17. Autun, Saint-Pierre-l’Estrier. Stèle de Pectorios (IGF, 155). Cl. Y. Labaune, retouche S. Loiseau (Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4315/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 18. Épitaphes de l’Antiquité tardive des cités des Éduens et de Chalon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4315/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 19. Stèles funéraires ? A : Autun, Les Drémeaux, calcaire (Musée Rolin, Autun) (cl. Y. Labaune, retouche S. Loiseau, Inrap) ; B : Alise-Sainte-Reine, En Curiot / Les Champs de l’Église, stèle trouvée dans le cimetière en 1991, calcaire (F. Orzel del., extrait de Wahlen, 1999).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4315/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Fig. 20. Augustodunum / Autun. Topographie funéraire simplifiée au Haut-Empire (première moitié du iiie s.). En gris : nécropoles ; cercles rouges et blanc : mausolées ; carrés noirs : établissements péri-urbains / villae. M. Kasprzyk del. (Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4315/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Légende Fig. 21. Augustodunum / Autun. Topographie funéraire simplifiée au ive s. En gris : nécropoles. Croix rouge : nécropole du Haut-Empire abandonnée. Les histogrammes indiquent la proportion de sépultures ou aménagements funéraires du Haut-Empire (en bleu) et de l’Antiquité tardive (en rouge). M. Kasprzyk del. (Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4315/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende Fig. 22. Augustodunum / Autun. Topographie du suburbium vers 600. En gris : nécropoles ; rectangles noirs avec croix blanches : basiliques et monastères (localisation approximative). M. Kasprzyk del. (Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4315/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Légende Fig. 23. Cabillonum / Chalon-sur-Saône. Topographie funéraire simplifiée au Haut-Empire (première moitié du iiie s.). M. Kasprzyk del. (Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4315/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 24. Cabillonum / Chalon-sur-Saône. Topographie funéraire simplifiée durant l’Antiquité tardive.En gris : nécropoles. Les histogrammes indiquent la proportion de sépultures ou aménagements funéraires du Haut-Empire (en bleu) et de l’Antiquité tardive (en rouge). M. Kasprzyk del. (Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4315/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 25. Chronologie de quelques nécropoles rurales de la cité des Éduens. Données issues de Kasprzyk, 2005.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4315/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 26. Association spatiale entre l’établissement antique et du haut Moyen Âge d’Asquins Vergigny / Champ des Églises et de la nécropole des ve-viie s. d’Asquins Vaudonjon / Les Cercueils. P. Nouvel del., d’après les prospections aériennes de J.-P. Delor / P. Nouvel.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4315/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 368k

© ARTEHIS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search