Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, II

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Michel Kasprzyk
, 
Bérengère Fort

Thème n° 1. Nécropoles de l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule

La place du mobilier dans les pratiques funéraires de l’Antiquité tardive en Lorraine

Michiel Gazenbeek, Arnaud Lefebvre et Karine Michel

Résumé

À partir de sept nécropoles de l’Antiquité tardive en Lorraine, avec un total de 144 tombes, différents types d’inhumations et différents modes de dépôts de mobilier sont observés et corrélés. Les critères d’analyse englobent une typologie simplifiée des tombes, avec sept groupes, et le regroupement du mobilier en catégories fonctionnelles, répondant au mieux à la problématique du geste funéraire. Pour la quantification du mobilier, trois critères sont pris en considération : le nombre de récipients par tombe, le nombre d’objets en verre et le ratio entre tombes à mobilier et tombes sans mobilier sur une même nécropole. Cette analyse entraîne des questions concernant la chronologie (phase de transition entre la période antique et mérovingienne) et l’appartenance à une classe sociale.

Texte intégral

1Des fouilles récentes de nécropoles de l’Antiquité tardive (ive-ve siècles) menées en Lorraine (La Neuvelotte en Meurthe-et-Moselle, en cours d’étude : Meyer, 2009, Uckange en Moselle : Mondy, Lefebvre, 2006 et 2009) ont livré différents types d’inhumations et notamment à chambre funéraire. En parallèle, différents modes de dépôts de mobilier ont été observés. L’existence d’autres types de tombes sur d’autres nécropoles pour la même période nous a amené à nous poser la question des pratiques funéraires : type de tombe, orientation, type, quantité et emplacement du mobilier. Il était donc intéressant de se pencher sur les pratiques funéraires de cette période, à savoir la place du mobilier dans les tombes en fonction de sa typologie, et de savoir si une évolution se lit chronologiquement durant les ive et ve siècles.

Fig. 1. Représentation imagée des différents types de tombes. Le type 8 renvoie aux incinérations, le type 9, aux types indéterminés. DAO : K. Michel, M. Mondy (Inrap).

1. Les critères d’analyse

1.1. La typologie des tombes

2Pour mener à bien cette recherche, nous avons décidé d’utiliser une typologie simplifiée des tombes, afin de pouvoir intégrer des sites fouillés anciennement comme celui de Dieulouard Scarponne (Meurthe-et-Moselle) exploré entre 1968 et 1974 (fig. 1). En effet, en raison de l’évolution de nos connaissances sur l’approche taphonomique des sépultures, il existe une grande disparité entre les observations réalisées dans les années 1960 et celles faites actuellement. Comme nous le verrons par la suite, la simplification de la typologie nous permet d’éviter de multiplier les cas de figures et de réduire le nombre d’aménagements indéterminés. Notre travail s’est appuyé sur les différents documents disponibles (rapports de fouilles, documentation brute,…) et nous a amené à recenser tous les types de tombes décrits. Aussi souvent que cela a été possible, nous avons vérifié, à partir des documents graphiques, la cohérence entre les descriptions des tombes et les interprétations qui en étaient faites. Dans la majorité des cas, les analyses ont été validées, les quelques cas douteux étant soit modifiés, soit classés comme indéterminés faute de renseignements suffisants. Une fois ce travail effectué, tous les types de tombes découverts ont été analysés, puis placés par analogie au sein de neuf groupes simplifiés, l’un d’entre eux se déclinant en trois sous-groupes du fait des particularités de son architecture. Les neuf groupes sont donc les suivants :

  • Type 1 : les tombes simples. Il s’agit de fosses dotées d’une couverture périssable, et parfois d’un aménagement de banquettes latérales. Nous classons également dans ce type les tombes présentant un contenant périssable comme un coffrage de bois ou un cercueil chevillé (pour lesquels la différence n’est pas toujours aisée à faire).
  • Type 2 : les chambres funéraires. Il s’agit de fosses de plus grandes dimensions que les tombes simples, pouvant parfois bénéficier d’aménagements internes tels qu’un plancher ou un boisage des parois. Ces chambres contiennent généralement un cercueil (cloué ou chevillé) destiné au défunt, ainsi qu’un dépôt d’offrande placé systématiquement à l’extérieur du cercueil. Elles sont fermées par un système de couverture périssable.
  • Type 3 : les cercueils cloués. Certains clous pouvant être déposés dans la tombe sous forme d’offrandes, nous ne classons ici que les tombes dans lesquelles les clous étaient en position fonctionnelle.
  • Type 4 : les troncs d’arbres évidés. Même en l’absence de traces de bois, ces derniers sont aisément reconnaissables par les migrations particulières des ossements vers le centre de la tombe. La seconde moitié du tronc d’arbre a pu servir de couvercle.
  • Type 5 : l’inhumation en pleine terre, en espace colmaté.
  • Type 6 : l’inhumation en amphore.
  • Type 7 : l’inhumation en caisson de tegulae. Trois sous-groupes ont été définis :

7a : Les caissons totalement formés de tegulae (fond, parois et couverture) ;

7b : Les coffrages de tegulae sans fond aménagé, mais avec une couverture de tegulae ;

7c : Les coffrages mixtes avec des tegulae aux extrémités et en couverture, ainsi qu’un coffrage de bois sur les côtés.

  • Type 8 : les crémations (non figurées).
  • Type 9 : les cas indéterminés (non figurés).

1.2. L’étude biologique des défunts et ses limites

3Lorsque l’on étudie une sépulture, il faut toujours avoir à l’esprit que tous les aménagements et dépôts divers s’articulent autour du défunt et peuvent, dans certains cas, présenter une part de variabilité liée à son âge, son sexe ou son statut social. Dans le cadre de notre étude, nous avons collecté tous les renseignements d’ordre biologique, avant de tenter de les exploiter. Nous nous sommes ainsi retrouvés face à deux écueils principaux. Le premier, méthodologique, résulte de l’absence d’indication des méthodes employées ou de l’incohérence entre la méthode utilisée et les résultats présentés. Le second, matériel, est le fait d’une étude incomplète ou d’une absence pure et simple d’étude des ossements. Ainsi, 289 tombes ont été retenues pour cette étude, représentant un nombre total de 293 individus (trois sépultures renfermant deux ou trois défunts). L’âge au décès a été déterminé, avec plus ou moins de précision (âge en année ou classement enfant/immature/adulte) dans 53,58 % des cas et le sexe dans seulement 21,29 % des cas. Ces chiffres montrent clairement que si nous voulons constituer un échantillon suffisamment significatif, il nous faut procéder à un réexamen des séries, ce qui n’a pas été possible dans le cadre de cette étude.

1.3. L’orientation des tombes

4Pour l’orientation des tombes, nous avons adopté un schéma à huit directions : les quatre points cardinaux et quatre directions intermédiaires. L’orientation indiquée est toujours de la tête en direction des pieds.

1.4. Les catégories fonctionnelles de mobilier

5Afin de ne pas entrer dans un descriptif purement techno-typologique, nous avons fait le choix de regrouper le mobilier céramique et verre selon le type fonctionnel répondant au mieux à la problématique du geste funéraire (liquide pour les gobelets, bouteilles et cruches ; solide pour les plats, jattes et bols ; les pots sont traités comme un troisième groupe étant donné qu’ils pouvaient contenir aussi bien des solides que des liquides) (fig. 2). Il en est de même pour tout autre mobilier (armement : hache, lance ; habillement : boucle de ceinture, pendeloques ; parures : collier, bague, etc.). Les dépôts carnés ont été également signalés, ainsi que les monnaies.

1.5. Les catégories quantitatives de mobilier

6Du point de vue du mobilier, les tombes ont été divisées en trois groupes : les tombes à récipients en verre et en céramique, les tombes à mobilier autre (habillement, parure) mais sans récipients, et les inhumations non accompagnées d’objet. Les récipients ont été quantifiés, puis pour chaque nécropole, le nombre médian par tombe a été établi. L’ensemble de ces valeurs a été traduit en proportions relatives par nécropole, permettant ainsi une sériation des cimetières selon cinq critères de comparaison qui prennent en compte le nombre total de récipients par tombe, le nombre d’objets en verre et les ratios entre les trois groupes de tombes à mobilier ou sans mobilier.

Fig. 2. Regroupement figuré des catégories de récipients en céramique et verre selon leur fonction de contenance pour les liquides, solides et pots. DAO : M. Gazenbeek, K. Michel (Inrap).

2. Les nécropoles

7Le choix des sites étudiés a été imposé par la présence d’une documentation complète afin de fournir tous les éléments concernant notre étude. Il s’agit de rapports ou d’archives de fouille. Nous avons donc écarté les nécropoles pour lesquelles les informations étaient réduites en raison de l’ancienneté des interventions et de l’absence de la documentation. Les fouilles plus récentes, dont les études n’ont pas été finalisées, n’ont également pas été prises en compte. Notre étude se base donc sur huit nécropoles (fig. 3).

2.1. Cutry Solmon

8Parmi ces nécropoles, trois se situent à Cutry, dans le nord du département de Meurthe-et-Moselle, au bord de la rivière de la Chiers, dans l’ancienne cité des Trévires. Elles correspondent à trois zones funéraires distinctes s’étendant de part et d’autre d’une agglomération secondaire, aux lieux-dits Solmon, La Hache 6 et La Hache 8 (fig. 4 et 5).

9Cutry Solmon (Liéger, 1997 ; Flotté, Fuchs, 2004, p. 168-172) est une vaste nécropole à incinérations du Haut-Empire puis à inhumations de la période mérovingienne. Elle comporte également, pour le Bas-Empire, douze tombes à inhumation de type 1, une tombe de type 2 et une incinération (type 8). Les orientations sont surtout E-O, parallèle à un chemin antique. Six de ces tombes et l’incinération recèlent du mobilier de l’Antiquité tardive, soit dix-sept objets, principalement de la céramique (dix récipients dans quatre tombes), des monnaies (quatre) et quelques objets autres (trois). Les récipients en verre sont absents. Les gobelets sont les formes les plus représentées avec quatre exemplaires dans trois tombes. Les autres formes n’apparaissent qu’à un ou deux exemplaires (plat, cruche, pot et bol). Notons l’absence de bouteilles et de terrines. On signalera quatre dépôts carnés dans la seule sépulture de type 2. Les dépôts sont plus courants aux pieds et les récipients à liquides dominent. Ce sont des ensembles peu riches, avec deux à trois récipients par tombe. Deux de ces tombes ont livré des éléments d’habillement ou d’ustensiles de la vie quotidienne (rasoir, épingles). Les monnaies proviennent de deux tombes, dont l’incinération, et datent du premier tiers du ive s (Constantin, Fausta). Les deux molettes sur bol Chenet 320 appartiennent au groupe 3 (dont un Unverzagt/Chenet 4) de Hübener (Hübener, 1968) qui semble typique pour la période 320-350 dans les ateliers de l’Argonne (Bressoud, 2009a). Le gobelet Chenet 339, qui se retrouve dans quatre tombes, est de même daté jusqu’à 370 environ. L’ensemble du mobilier renvoie à une datation au ive s.

Fig. 3. Localisation géographique des nécropoles étudiées. DAO : M. Gazenbeek (Inrap)

Fig. 4. Plan partiel de la nécropole de Cutry Solmon, d’après Legoux , Liéger , 1989 ; tombes en blanc : Antiquité tardive ; tombes en gris : mérovingiennes. DAO : M. Gazenbeek (Inrap).

Fig. 5. Tableau récapitulatif des tombes de l’Antiquité tardive dans les différentes nécropoles de Cutry, des types et de leur orientation avec l’emplacement des catégories de récipients. O : orientation, T : tête, To : torse, B : bassin, J : jambes, P : pieds, i : interne, e : externe ; L+S+P : liquide+solide+pot.

Fig. 6. A. Plan de la nécropole de Cutry La Hache 6, d’après Boulanger , 2008 ; B. plan de la nécropole de Cutry La Hache 8, d’après Boulanger , 2008. DAO : M. Gazenbeek (Inrap).

2.2. Cutry La Hache 6

10La petite nécropole, qui semble avoir été fouillée en totalité, compte huit tombes (Boulanger, 2008, vol. 1, p. 97-111, fig. 6). Elle est installée en bordure d’une voie antique entre trois soubassements de mausolées datés du iiie siècle. L’ensemble est d’orientation homogène (NE-SO), en parallèle à la voie antique (fig. 6 A) avec une tombe (6024) où le défunt est posé en sens inverse, la seule, par ailleurs, sans mobilier. L’architecture des tombes est essentiellement de type 1 mais un ou peut-être deux cas d’inhumation en tronc évidé de type 4 ont été constatés. Sept tombes ont livré du mobilier funéraire dont vingt-cinq récipients, surtout de la céramique (seize exemplaires) mais aussi du verre (neuf exemplaires) et treize objets divers (parure, habillement et armes). Les tombes possèdent de un à sept récipients dont la forme dominante est constituée par des gobelets en céramique et en verre, présents en onze exemplaires, soit près de la moitié du nombre total de récipients. Les six armes forment un groupe d’objets relativement important, et se retrouvent dans deux tombes (6009, 6026). La tombe 6009, de type 4, qui était dotée du mobilier le plus abondant (quatorze objets au total), a également livré un ferret de ceinturon militaire à silhouette cordiforme. Ce type de ferret a été daté de la deuxième moitié du ive ou du ve siècle (Pröttel, 2002, pl. 7, 86). Aucune tombe n’a livré de monnaie. Si la plupart des verreries sont datées d’une fourchette chronologique couvrant le ive et le début du ve siècle, un gobelet Isings 96 possède un décor de dépressions et de piqûres plutôt typique du ve siècle. L’unique bol Chenet 320 était décoré d’une molette du groupe 5 de Hübener (Hübener, 1968). Cette nécropole a été datée d’après le mobilier, entre la fin du ive et le début du ve siècle.

2.3. Cutry La Hache 8

11La nécropole comprend au moins quinze tombes, mais continue au-delà des limites de fouille (Boulanger, 2008, vol. 1, p. 113-121). Les tombes, de type 1 uniquement, sont toutes orientées NE-SO, parallèles à une voie antique, sauf quatre qui sont inversées et qui forment un groupe compact dans la partie excavée du cimetière (fig. 6 B). Cette nécropole se distingue par la rareté des dépôts de céramiques (cinq) ou de verre (deux), puisque sur ces sépultures, trois seulement comptent un seul récipient (8005, 8021, 8025). Une seule tombe (8026-27) regroupe quatre récipients, uniquement des formes ouvertes, plats et tasses. Ces dépôts sont complétés par neuf objets divers. La tombe 8005 a livré quarante-neuf monnaies. On signalera la présence d’un dépôt carné dans la tombe 8021. Par ailleurs, nous constatons que les tombes à mobilier forment un groupe resserré. Aucun élément de mobilier n’a été trouvé dans les tombes orientées SO-NE (8003, 8004, 8011, 8022, 8038). Les monnaies les plus récentes du dépôt monétaire trouvé dans la tombe 8005 sont des nummi d’Arcadius (383-408) et d’Honorius (393-423), les autres étant illisibles. On pourrait donc avancer pour cette tombe et le groupe associé une datation au plus tôt de l’extrême fin du ive s. ou du ve siècle (cf. fig. 17). Les datations proposées pour les céramiques et verres se situent dans une fourchette couvrant le ive et la première moitié du ve siècle.

2.4. Dieulouard Scarponne

12La nécropole est située en marge de l’agglomération routière antique de Scarponna sur la rive gauche de la Moselle, au nord de Nancy, en limite des cités des Médiomatriques et des Leuques. Connue depuis le xixe siècle, elle a fait l’objet de fouilles assez importantes entre 1967 et 1974, sur une superficie totale de 850 m2, et qui ont mis au jour un total de cinquante et une incinérations du Haut-Empire et de 182 inhumations du Bas-Empire (Gallia, 1970 ; Bertaux, 1968-1974 ; Hamm, 2004, p. 189) (fig. 7 et 8). Ces fouilles n’ont cependant pas permis de cerner l’extension de la zone funéraire qui est, de toute évidence, très étendue. Face à la complexité du plan de la nécropole de Dieulouard Scarponne et d’après la lecture des anciens rapports de fouille qui présentaient un phasage peu satisfaisant (selon la profondeur des tombes), nous avons fait le choix de proposer un regroupement des tombes selon les orientations et les alignements. Ceci a permis de distinguer deux groupes.

13Un premier ensemble (Scarponne 1), avec des tombes orientées S-N et parfois inversées N-S, a livré la large majorité des récipients recueillis au sein des inhumations. Le plus grand nombre de ces tombes est organisé en rangées plus ou moins régulières dans la partie nord et ouest de la zone fouillée. Parmi les soixante et une tombes de type 1 de Scarponne 1, trente-quatre ont livré des récipients en céramique (90 objets) et en verre (17 vases). La quantité varie de un à sept récipients par tombe, mais les petits ensembles dominent avec vingt-deux tombes ayant d’un à trois vases. Les autres catégories de mobilier sont faiblement représentées et il s’agit essentiellement d’éléments de parure et d’habillement. La majorité des dépôts concerne des récipients de liquides, déposés systématiquement à la tête et parfois également au pied. Les contenants de solides se trouvent à la tête et/ou aux pieds/jambes. Il n’y a pas de différence dans les dépôts entre les tombes S-N ou N-S de ce groupe. Notons encore neuf dépôts carnés. Dans ce premier groupe, trois tombes ont livré des monnaies (des follis : tombe 42, de Constantinus I de 313-315 ; tombe 79, quatre monnaies constantiniennes de 337-346 ; tombe 15, Constantin I de 335-337). Il existe une seule molette sur Chenet 320 (tombe 27), appartenant au groupe 2 de Hübener (Hübener, 1968) (UC 303/304), un groupe attribué par Bayard aux années 330-370 (Bayard, 2004). Ce premier groupe de tombes pourrait donc dater de la première moitié et du milieu du ive s.

Fig. 7. Plan partiel de la nécropole de Dieulouard Scarponne, d’après Bertaux, 1968-1974. DAO : M. Gazenbeek (Inrap).

14Les tombes du groupe Scarponne 1 sont dans plusieurs cas recoupées par d’autres tombes d’orientation différente, O-E ou E-O et SO-NE. Les tombes avec cette orientation forment le groupe Scarponne 2 et sont au nombre de soixante-deux. Les dix-sept tombes de type 7 de la nécropole appartiennent toutes à ce groupe qui est, sinon, composé de tombes de type 1. Cinq tombes seulement ont du mobilier céramique (treize récipients) ou verre (deux verres). Pour le groupe Scarponne 2, les trois tombes 43, 79 et 15 n’ont livré qu’un gobelet Chenet 333 (43, 79) ou flacon (15) comme récipient. Le gobelet de la tombe 79 est en technique de sigillée luisante (LUIS 71 : Raynaud, 1993) et date de 300-450. La tombe 79 se distingue également par un grand nombre de bijoux. Les deux tombes 12 et 50, en caisson, ont livré plusieurs récipients. Notons que ce sont les seules tombes à contenir des pots ansés Alzey 30 à gorge interne, ce qui les rapproche des formes tardives de ce type, notamment celles de la reconstruction des thermes impériaux à Trèves (premiers tiers ve siècle) (Hussong, Cüppers, 1972). La jatte Gose 491/493 est présente seulement dans la tombe 50. Comme pour les pots ansés à gorge interne, la forme est plutôt typique de cette phase de reconstruction des thermes à Trèves. La tasse en verre Is108a de la tombe 50 est également surtout présente en Lorraine dans des tombes du dernier quart du ive siècle et premier quart du ve siècle. Aucun élément physiquement structurant, de type voie par exemple, ne peut expliquer les orientations des tombes selon les phases.

2.5. Florange Portier Sainte-Agathe

15La nécropole, située au nord de Metz dans la vallée de la Moselle, dans la cité des Médiomatriques, a fait l’objet d’une fouille partielle en 1990 (Flotté, Fuchs, 2004, p. 446). Ce site funéraire se développe en marge d’une agglomération secondaire installée sur la voie reliant Metz à Trèves. La fouille, qui n’a touché qu’une partie de la nécropole, a livré dix incinérations du Haut-Empire, quatorze inhumations du Bas-Empire et dix tombes mérovingiennes. Neuf tombes perturbées sont de datation indéterminée (fig. 9 et 10).

16La nécropole de l’Antiquité tardive donne une impression de grande homogénéité dans l’orientation des tombes, essentiellement OE, ainsi que dans l’architecture des sépultures où le type 2 à chambre funéraire domine. L’orientation est perpendiculaire à une voie antique reconnue à proximité. Sur les quatorze tombes de l’Antiquité tardive, onze ont livré cinquante-trois récipients en céramique et quinze en verre. Les formes ouvertes (récipients à solides) dominent largement l’ensemble. Six sépultures contiennent des dépôts carnés. Notons comme particularité la présence de chiens dans au moins trois de ces tombes, en association avec le mobilier disposé à l’extérieur du cercueil (tombes 42, 46, 61, 29 ?). Les objets de parure ou d’habillement sont très rares sur le site (six objets). Les monnaies sont totalement absentes. Les molettes sur bols sigillés Chenet 320, respectivement UC51 dans la tombe 42 et UC 134 dans le dépôt 23, appartiennent aux groupes 7 et 5 de Bayard (Bayard, 2004) qui sont datés du ive et de la première moitié du ve siècle. La faible présence de gobelets argumente pour une datation après le milieu du ive siècle, et plus probablement le dernier quart. La verrerie (formes Is88, 96, 109b, 104a/b) ne permet pas d’affiner ce cadre chronologique. Les sépultures mérovingiennes (viie siècle selon l’étude du verre) s’imbriquent dans la trame de tombes de la fin de l’Antiquité, avec une même orientation. Elles se caractérisent également par des chambres funéraires à dépôts extérieurs au cercueil, les objets étant déposés cependant à droite du défunt, tandis que dans les tombes antiques du site, ces dépôts sont majoritairement placés à gauche ou aux pieds.

Fig. 8. Tableau récapitulatif des tombes de l’Antiquité tardive dans la nécropole de Dieulouard Scarponne, des types et de leur orientation avec l’emplacement des catégories de récipients. O : orientation, T : tête, To : torse, B : bassin, J : jambes, P : pieds, i : interne, e : externe ; L+S+P : liquide+solide+pot.

Fig. 9. Plan de la nécropole de Florange Portier Sainte-Agathe, d’après Blaising , in : Flotté , Fuchs , 2004, p. 446. DAO : M. Gazenbeek (Inrap).

Fig. 10. Tableau récapitulatif des tombes dans la nécropole de Florange Portier Sainte-Agathe, des types et de leur orientation avec l’emplacement des catégories de récipients. O : orientation, T : tête, To : torse, B : bassin, J : jambes, P : pieds, i : interne, e : externe ; L + S + P : liquide+ solide+ pot.

2.6. Fontoy rue de l’Église

17Ce site antique et mérovingien, localisé dans la vallée de la Fensch sur le territoire des Médiomatriques, a été fouillé en 1990 (Seilly, 1995 ; Flotté, Fuchs, 2004, p. 455-457). Un total de vingt-neuf tombes a été daté des ive-ve siècles. Il s’agit d’un nombre probablement non exhaustif, étant donné que ces tombes se situent en limite de fouille. Elles forment un groupe relativement compact immédiatement au nord-ouest d’une nécropole mérovingienne comptant 125 sépultures, dont le mobilier date certaines des vie et viie siècles. Installée sur une butte, aucun élément structurant n’a été observé (fig. 11 et 12).

18Les tombes de l’Antiquité tardive sont orientées SE-NO avec deux inhumations en sens inverse. Quatre tombes se distinguent par une orientation perpendiculaire NE-SO. La tombe 59 se singularise par une orientation OE et par sa position isolée, au milieu de la nécropole mérovingienne. Son architecture est également plus complexe avec un cercueil et un aménagement de pierres sur les rebords de la fosse. Cependant son mobilier est indubitablement antique (peigne triangulaire, bouteille Is128, monnaie de Valens). Les tombes sont surtout du type 1, avec quelques exemplaires en type 2. Au total, dix-neuf tombes antiques de la nécropole de Fontoy ont livré quarante-deux récipients en verre et trente en céramique. Notons également quatorze éléments de parure, treize monnaies (des aes de Valens, Gratien et Valentinien I) et des armes. Deux tombes (151, 143) comportaient des haches et trois des plaques-boucles. Aucun dépôt carné n’a été signalé dans cette nécropole. Deux tombes seulement ont livré des objets de parure ou une monnaie sans être associés à des récipients. Les monnaies provenant de six tombes sont datables entre 364 et 378. Des trois molettes, sur bol sigillé Chenet 320, une seule a pu être identifiée comme type UC 351 mais ne permet aucune précision chronologique. L’étude de la verrerie avait conclu à une datation au ive siècle sans plus de détail. Les plaques-boucles réniformes de trois tombes sont typiques du ive siècle et du début du ve s. (Pirling, Siepen, 2006, p. 370-371).

Fig. 11. Plan partiel de la nécropole de Fontoy rue de l’Église, d’après Seilly , 1995 ; tombes en blanc : Antiquité tardive, tombes en gris : mérovingiennes. DAO : M. Gazenbeek (Inrap).

Fig. 12. Tableau récapitulatif des tombes dans la nécropole de Fontoy rue de l’Église, des types et de leur orientation avec l’emplacement des catégories de récipients. O : orientation, T : tête, To : torse, B : bassin, J : jambes, P : pieds, i : interne, e : externe ; L+S+P : liquide+solide+pot.

2.7. Uckange rue Jean Moulin

19Les huit tombes à inhumation de ce site installé dans la vallée de la Moselle, sur le territoire des Médiomatriques, ont été fouillées en 2001 (Mondy, Lefebvre, 2006, 2009). Elles se situent à proximité d’un bâtiment antique et sont probablement en marge d’une nécropole plus étendue, la zone funéraire se poursuivant, à l’évidence, au-delà des limites de la fouille. Plusieurs incinérations du iie et iiie siècles ont également été identifiées sur le site (fig. 13 et 14).

20Les tombes se partagent en deux groupes, respectivement S-N, formant un alignement de quatre tombes, avec une orientation identique au bâtiment, et E-O, éparpillés sur toute la zone. L’architecture des quatre tombes S-N est de type 1 à trois reprises et de type 2 dans un cas. Les tombes E-O sont de type 2 (deux occurrences), 3 et 4. Six des inhumations ont livré deux à sept récipients par sépulture, pour un total de vingt-trois céramiques et sept verres. Les récipients à liquides sont largement dominants. Des objets de parure (douze) et un couteau sont également présents dans ces tombes. On notera trois dépôts carnés dans deux tombes et l’absence totale de monnaies. Deux tombes orientées respectivement E-O et O-E ne recèlent aucun élément mobilier. Les tombes ont été datées dans le rapport de la fin du ive et du début du ve siècle sur des critères d’ordre typo-chronologique du mobilier. Notons que la tombe 19 (est-ouest) a livré un bol Chenet 320 avec la molette UC110 (groupe 5 de Hübener, 1968) qui se rencontre dans des contextes allant de 370 à 450 environ dans la chronologie proposée par Bayard (2004).

Fig. 13. Tableau récapitulatif des tombes dans la nécropole d’Uckange rue Jean Moulin, des types et de leur orientation avec l’emplacement des catégories de récipients.
O : orientation, T : tête, To : torse, B : bassin, J : jambes, P : pieds, i : interne, e : externe ; L+S+P : liquide+solide+pot.

Fig. 14. Plan de la nécropole d’Uckange rue Jean Moulin, d’après Mondy , Lefèbvre , 2006. DAO : M. Gazenbeek (Inrap).

2.8. Metz Colline Sainte-Croix

21Cette nécropole est la seule à se situer dans la périphérie urbaine du chef-lieu de cité des Médiomatriques (Bressoud, 2001, p. 79-80 ; De Filippo, 2000 ; Flotté, 2005, p. 159-161 ; Bressoud, 2009b). Au moins soixante-quinze tombes ont été installées durant l’Antiquité tardive sur les terrasses aménagées durant le Haut-Empire sur le versant nord de la colline qui forme le point culminant de la ville. L’extension totale de la nécropole n’est pas connue (fig. 15 et 16).

22La plupart des tombes dont l’architecture a pu être établie sont des tombes de type 1 et peut-être parfois de type 3. Mais dans de nombreux cas, le type d’inhumation reste indéterminé. Deux incinérations (type 8 : 1058 et 1355), une inhumation d’un bébé dans une amphore (type 6 : 1167) et une réduction d’un bébé dans un bol (1485) complètent l’ensemble. Les tombes, à trois exceptions près, sont orientées NO-SE ou plus rarement SE-NO (sept tombes). Cette orientation est identique à celle des terrasses. Seulement quatorze tombes ont livré des récipients en céramique (dix-neuf) ou en verre (quatre). Le nombre de vases par tombe varie d’un à quatre, mais les tombes à un seul vase dominent. Un total de seize tombes contenait des éléments de parure et d’habillement ainsi que cinq monnaies. Cinq de ces tombes seulement recélaient aussi des récipients. Notons que la répartition spatiale des tombes à mobilier fait ressortir deux groupes. La majorité des sépultures à récipients (huit sur quatorze) forme un noyau dans la partie sud-ouest de la nécropole où elles représentent presque la moitié des inhumations. Un deuxième pôle est formé par les cinquante-six tombes restantes dont dix tombes sur onze à objets de parure ou d’habillement mais sans récipients. Le mobilier datant se résume à trois monnaies de Constantin, à deux boucles de ceinture, l’une réniforme, l’autre semi-circulaire à plaque circulaire et datables du ive s. (Pirling, Siepen, 2006, 369-371), à une fibule cruciforme du milieu ou de la deuxième moitié du ive siècle (Pirling, Siepen, 2006, p. 336-338, Typ 3/4) et à deux molettes sur des bols Chenet 320, groupes 1 et 3 de Hübener (Hübener, 1968). Les datations proposées pour les tombes à mobilier couvrent la première moitié et le milieu du ive s.

Fig. 15. Plan de la nécropole de Metz Colline Sainte-Croix, d’après De Filippo , 2000 et Bressoud , 2009b. DAO : K. Michel (Inrap).

Fig. 16. Tableau récapitulatif des tombes de la nécropole de Metz Colline Sainte-Croix, des types et de leur orientation avec l’emplacement des catégories de récipients.
O : orientation, T : tête, To : torse, B : bassin, J : jambes, P : pieds, i : interne, e : externe ; L+S+P : liquide+ solide+pot.

3. Synthèse

23Pour la plupart de ces huit nécropoles, les limites d’emprise ne sont pas connues, hormis pour les sites de Cutry Solmon et Cutry La Hache Zone 6. Plusieurs de ces nécropoles ont connu une occupation plus ou moins longue pouvant aller jusqu’à la période mérovingienne (Cutry Solmon, Fontoy et Florange Portier Sainte-Agathe). Certaines d’entre elles ont pu débuter dès le Haut-Empire (Cutry Solmon, Dieulouard Scarponne, Florange Portier Sainte-Agathe). Hormis pour les sites de Fontoy et Uckange rue Jean Moulin, les nécropoles se sont installées en bordure d’agglomérations plus ou moins importantes. L’ensemble de ces nécropoles, avec un total de 286 tombes, a livré 105 sépultures à récipients avec au total 271 en céramique et 98 en verre. Le mobilier autre (habillement, parure, outils, armes et autres éléments) atteint 142 objets et est présent dans 67 tombes. On signalera trente-deux dépôts carnés dans vingt-quatre tombes. On compte seulement seize tombes à monnaies totalisant 91 pièces, dont un lot de quarante-neuf monnaies. Les 148 tombes sans dépôt de mobilier ont été prises en compte pour rester dans une logique d’occupation puisqu’elles s’intègrent complètement dans un type de rite funéraire connu pour la période. Nous signalerons également la mise à l’écart, dans notre corpus, de plusieurs tombes largement remaniées qui n’ont livré aucune information.

3.1. Phasage des nécropoles

24Les datations proposées dans les publications et rapports de fouille pour les nécropoles étudiées ici varient entre le ive siècle pris dans sa globalité et la fin du ive ou le début du ve siècle pour les nécropoles les plus récentes (fig. 17). Ces datations se basent sur les attributions typologiques des céramiques, des verreries et des éléments d’habillement (fibule, boucles de ceinture), mais aussi sur les quelques monnaies déposées dans les tombes. Nous avons, dans un premier temps, procédé à la mise en place d’un phasage chronologique des nécropoles à partir de quatre critères. Ils se définissent par les monnaies qui fournissent un terminus post quem, les molettes sur les bols en sigillée de type Chenet 320 et dont les groupes de décors forment des indicateurs chronologiques, la quantité et la variabilité typologique des gobelets en céramique (sachant que l’Antiquité tardive se caractérise par un appauvrissement progressif du répertoire des gobelets) et par la caractérisation des provenances des céramiques rugueuses d’importation, avec les ateliers de Mayen qui succèdent aux ateliers de Speicher. L’étude de l’ensemble de ces éléments a permis d’organiser chronologiquement les nécropoles en trois phases qui se succèdent dans le temps. La phase l, la plus ancienne, englobe les nécropoles de Cutry Solmon, Metz Colline Sainte-Croix et Dieulouard Scarponne 1. Elles ont livré des monnaies de la première moitié du ive s., des molettes de groupe 1 à 3, de nombreux gobelets typologiquement variés. La céramique rugueuse d’importation provient, quand elle a pu être identifiée, des ateliers de Speicher. Le groupe 1 correspond donc à des nécropoles de la première moitié du ive siècle.

25La phase intermédiaire de Cutry La Hache zone 6, Florange Portier Sainte-Agathe, Uckange rue Jean Moulin et Fontoy, a livré, et notamment à Fontoy, quelques monnaies de la fin du ive siècle. Les molettes appartiennent aux groupes 5 et 7. Les gobelets montrent déjà moins de variations typologiques que la phase précédente. Dans la céramique rugueuse, on observe l’apparition des importations de la région de Mayen, même si les céramiques de Speicher restent encore largement présentes. Cette phase rentre dans la seconde moitié du ive siècle et le début du siècle suivant.

Fig. 17. Tableau récapitulatif des éléments datants et du phasage des nécropoles. Phase 1 : première moitié ive siècle ; Phase 2 : seconde moitié ive –début ve siècle ; Phase 3 : après début ve siècle.

26La phase la plus récente (Cutry La Hache zone 8 et Dieulouard Scarponne 2), datée après le début du ve siècle, a aussi livré des monnaies de la fin du ive siècle. Aucune molette n’a été identifiée dans cette phase. Un seul type de gobelet, le Chenet 333, subsiste de façon isolée.

3.2. Architecture de la tombe

27Si la plupart des tombes se rangent dans le type 1 (103 cas), le type 2 totalise au moins vingt-deux tombes, toutes nécropoles confondues (fig. 18). Cependant, il semble que cette architecture soit plutôt liée aux tombes à dépôt de mobilier céramique ou verre abondant. En effet, la plupart se trouvent sur les nécropoles de Florange Portier Sainte-Agathe (huit cas), Dieulouard Scarponne (sept), Fontoy (trois) et Uckange rue Jean Moulin (trois). Au contraire, le type 7 ne se rencontre que dans les phases récentes de la seule nécropole de Dieulouard Scarponne (treize occurrences). Les autres types de sépultures ne se retrouvent que de façon sporadique avec seulement un à trois cas chacun, dont plusieurs cas d’incinérations à Cutry Solmon et à Metz Colline Sainte-Croix. Le type 6, auquel on peut aussi assimiler une réduction dans un bol (t. 1485 à Metz) semble réservé à des enfants en très bas âge.

3.3. Orientation

28Aucune orientation n’est dominante. Dans les deux cas de Florange Portier Sainte-Agathe et de Cutry Solmon, une nécropole mérovingienne se superpose aux inhumations antiques tout en gardant les mêmes orientations. Les tombes de Fontoy ont une orientation divergente de celle de la nécropole mérovingienne établie à proximité. Les sépultures de deux nécropoles seulement sont clairement orientées SN, il s’agit de Scarponne 1 et d’une partie des tombes d’Uckange. Certaines orientations semblent clairement subir la contrainte d’un alignement sur la voirie. Le phénomène s’observe le mieux dans les nécropoles à Cutry La Hache zones 6 et 8, situées le long d’un même chemin avec une orientation NE-SO, où à Metz où les sépultures sont parallèles aux terrasses sur lesquelles elles sont installées. Mais le cas contraire existe également. Ainsi, à Florange, la plupart des tombes s’orientent perpendiculairement au chemin antique. À Scarponne 1, des alignements assez réguliers laissent présumer l’existence d’autres éléments structurants non identifiés de l’espace funéraire.

Fig. 18. Tableau récapitulatif des types de tombes et de l’orientation dominante par nécropoles. Phase 1 : première moitié ive siècle ; Phase 2 : seconde moitié ive –début ve siècle ; Phase 3 : après début ve siècle.

3.4. Associations de mobilier et emplacements des dépôts privilégiés ?

29Les récipients dans les tombes peuvent être regroupés selon leur fonctionnalité de contenant, soit de liquides, soit de solides (fig. 19). Il est probable que les pots, dont la fonction dans les services culinaires est multiple, servent dans les tombes comme récipient à liquide. La rareté de la combinaison des pots avec les cruches, bouteilles ou gobelets (quatre occurrences) par rapport à l’association avec les plats et bols (huit cas) va dans ce sens. Théoriquement, nous pouvons ainsi distinguer trois types de dépôt de récipients :

  • l’association de récipients à liquide et à solide ;
  • l’association de plusieurs récipients à liquide ;
  • l’association de plusieurs récipients à solide.

30Sur l’ensemble des nécropoles, les dépôts à récipients de liquides dominent avec 62 % du total du vaisselier, suivi de l’association de solides et liquides (27 %). Les récipients à solides seuls sont plutôt rares (11 %). Il n’y a pas de différence quantitative entre les dépôts à la tête ou aux pieds puisque le premier concerne 42 % des dépôts et le second 48 %. Des récipients déposés au niveau du torse ou du bassin sont beaucoup plus rares (10 %). Il existe peu de différences entre les nécropoles. Seule Scarponne 1 se singularise par un nombre important de dépôts à la tête.

3.5. Les données quantitatives sur le mobilier

31Si toutes les nécropoles ont livré des tombes avec du mobilier, la quantité, la composition et la distribution varient d’une tombe à l’autre. En cumulant les données des tombes individuelles par nécropole, on obtient des valeurs très variées d’un cimetière à un autre. Toutefois, certaines tendances se dessinent et se recoupent en partie avec le phasage établi préalablement. Pour pourvoir comparer des quantités très disparates, nous avons traduit les quantités réelles en ratios, le faible nombre d’artefacts dans certaines nécropoles ne permettant pas de faire des pourcentages. Cinq critères de comparaison peuvent ainsi être définis :

  • le nombre médian de récipients par tombe à dépôt de céramiques ou de verres (fig. 20, critère 2). La quantité de récipients par tombe varie fortement d’une nécropole à une autre. On trouve de un à quatorze vases selon les tombes, mais les très grands ensembles sont relativement rares. Pour les huit cimetières, la valeur médiane varie de un à cinq objets en céramique ou en verre. Nous notons cependant que les nécropoles de la phase 2 plus Scarponne 1 sont les mieux dotées avec une médiane de trois ou cinq. Les ensembles des phases 1 et 3 sont beaucoup plus pauvres, puisque la valeur médiane est de un ou deux objets ;
  • le ratio de tombes à un seul récipient par rapport au nombre total de tombes à récipient (fig. 20, critère 6). Inversement et sans surprise, le nombre de tombes à un seul récipient est plus fort dans les phases 1 et 3 ; - le ratio de tombes à récipients sur le nombre total de tombes (fig. 20, critère 7). Dans les nécropoles de la phase 2, les tombes à récipients sont beaucoup plus nombreuses que dans les phases 1 et 3. Toutefois, les sites de Scarponne 1 et Cutry Solmon, pourtant classés dans la phase 1, ont livré un dépôt de ce type sur plus de la moitié des inhumations ;
  • le ratio de tombes à mobilier mais sans récipients sur le nombre total de tombes (fig. 20, critère 10). Les tombes qui ont livré des éléments de parure ou d’habillement, voire d’autres objets, mais à l’exclusion de céramiques ou de verres, sont bien représentées sur trois nécropoles seulement : Metz (phase 1), Cutry La Hache 8 et Scarponne 2 (phase 3) ;
  • le ratio de récipients en verre sur le nombre total de tombes à récipients (fig. 20, critère 8). La quantité de récipients en verre montre une évolution claire entre les trois phases. Les nécropoles les plus anciennes et les plus récentes recèlent relativement peu de mobilier en verre, tandis que les tombes de la phase intermédiaire en sont très bien pourvues.

Fig. 19. Tableau récapitulatif des catégories de récipients, de leur positionnement et des types de tombes dominants par nécropoles. Phase 1 : première moitié ive siècle ; Phase 2 : seconde moitié ive -début ve siècle ; Phase 3 : après début ve siècle.

Fig. 20. Tableau des données quantitatives et ratios sur le nombre de récipients et de tombes par nécropoles. 0  : nombre de tombes (nombre avec récipients) ; 1  : nombre de récipients par tombe ; 2  : médiane de récipients par tombe à mobilier ; 3  : total récipients (dont verre) ; 4  : quantité de récipients pour solides (S), liquides (L) et pots (P) ; 5  : tombes à 1 récipient ; 6  : ratio tombes à 1 récipient/total tombes à récipient ; 7  : ratio tombes à mobilier sur total ; 8  : ratio verre par tombes à mobilier ; 9  : nombre de tombes à objets sans récipients ; 10  : ratio tombes autre mobilier/tombes total.

Conclusion

32Ces données issues principalement de nécropoles d’agglomérations, montrent à la fois une évolution claire des dépôts funéraires et soulignent la pertinence du phasage opéré. Seule la nécropole de Scarponne 1 se singularise par des caractéristiques typiques à la fois de la phase 1 et de la phase 2 et doit se situer à l’interface chronologique entre les deux. On constate pour les nécropoles de la première moitié du ive siècle (phase 1), des dépôts peu nombreux et peu fournis. Les dépôts de vases à liquides sont les plus courants et s’opèrent surtout aux pieds des défunts. Les tombes à incinérations appartiennent toutes à cette phase. La phase 2, couvrant au moins la seconde moitié du ive siècle et probablement le début du ve siècle, se caractérise par de nombreuses tombes à dépôts de récipients quantitativement importants. C’est durant cette phase que les récipients en verre sont les plus courants et participent de façon significative à la composition du mobilier funéraire. Les dépôts combinant récipients à solides et à liquides sont amplement attestés. Ils se font aussi bien à la tête qu’aux pieds des défunts.

33Durant la dernière phase (3), mal datée mais obligatoirement après le début du ve siècle, le rite de dépôt de récipients dans les tombes s’appauvrit. Peu de tombes en sont pourvues et il s’agit très souvent d’un seul vase. Le verre est également relativement moins abondant. Par contre, le nombre de tombes recelant des éléments de parure et/ou d’habillement, mais sans récipients, devient plus important. L’orientation et la typologie des tombes semblent plus problématiques comme critères. Seule la nécropole de Scarponne montre une opposition claire dans les orientations entre les deux phases. Pour la typologie des tombes, les très nombreux cas indéterminés rendent une interprétation difficile. Notons seulement que les chambres funéraires (type 2) sont plus courantes durant la phase 2, qui se caractérise par des dépôts nombreux, et que l’inhumation en caisson (type 7) semble réservée à la phase 3.

Fig. 21. Graphique synthétique de l’évolution par phase des ratios du nombre d’objets par tombes à mobilier.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bayard D., 2006, « Les apports de la sigillée d’Argonne décorée à la molette (ive-vie siècles) à la connaissance de la ville romaine tardive de Reims », in : Neiss R., Sindonino St., Civitas Remi : Reims et son enceinte au ive siècle, p. 92-95 (Bull. de la Soc. archéologique champenoise, 97, no 4 – Archéologie urbaine, 6).

Bertaux J.-P., 1968-1974, Dieulouard (Meurthe-et-Moselle), lieu-dit Vieux Paquis : nécropole gallo-romaine de Scarponne, Rapports de fouille, S.R.A. Lorraine.

Boulanger K., 2008, Cutry (Meurthe-et-Moselle) ‘la Hache’, ‘Canton de la Chapelle’ lotissement, Rapport de fouille, Inrap, S.R.A. Lorraine, 233 p.

Bressoud A., 2001, « Metz, colline Sainte-Croix, extension bâtiment A, liaison boulevard Paixhans », in : Bull. scientifique régional 1998, DRAC Lorraine, S.R.A., p. 79-80.

Bressoud A., 2009a, « Les ateliers d’Argonne : un essai de datation », in : La céramique de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge entre Meuse et Rhin, Rapport de PCR, Inrap, S.R.A. Lorraine, p. 173-196.

Bressoud A., 2009b, Metz ‘Colline Sainte-Croix et Extension du Bâtiment A’, in : Heckenbenner D. dir., D(is) M(anibus) : pratiques funéraires gallo-romaines, Catalogue de l’exposition du Musée du Pays de Sarrebourg, 27 juin 2009-30 janv. 2010, Sarrebourg, p. 136.

De Filippo R., 2000, Ancienne chambre des métiers, Metz Moselle, Rapport de fouille, S.R.A. Lorraine, 2 vol.

Flotté P., 2005, Metz, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 371 p. (Carte archéologique de la Gaule, 57, 2).

Flotté P., Fuchs M., 2004, La Moselle, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 893 p. (Carte archéologique de la Gaule, 57, 1).

Gallia , 1970, « Informations archéologiques. Circonscription de Lorraine – M. R. Billoret directeur : Dieulouard. a) Nécropole du ive siècle », Gallia, t. XXVIII-1970, fasc. 2, p. 281-283.

Hamm G., 2004, La Meurthe-et-Moselle, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 468 p. (Carte archéologique de la Gaule, 54).

Hübener W., 1968, « Eine Studie zur spätrömischen Rädchensigillata (Argonnen-Sigillata) », Bonner Jahrbücher, 168, p. 241-298.

Hussong L., Cüppers H., 1972, Trierer Kaiserthermen Keramik. 2. Die spätrömische und frühmittelalterliche Keramik, Mainz, Ph. von Zabern, 157 p. (Trierer Grabungen und Forschungen, 1).

Legoux R., Liéger A., 1989, « La nécropole gallo-romaine et mérovingienne de Cutry (Meurthe-et-Moselle) », in : Actes des Xème journées internationales d’archéologie mérovingienne, Metz, 20-23 oct. 1988, éd. Pierron, p. 111-124.

Liéger A., 1997, La nécropole gallo-romaine de Cutry (Meurthe-et-Moselle), Nancy, Presses univ. de Nancy, 237 p.

Meyer N., 2009, « La Neuvelotte ‘Le Coin du Cendrier’ », in : Heckenbenner D. dir., D(is) M(anibus) : pratiques funéraires gallo-romaines, Catalogue de l’exposition du Musée du Pays de Sarrebourg, 27 juin 2009-30 janv. 2010, Sarrebourg, p. 114-118.

Mondy M., Lefebvre A., 2006, Uckange ‘Rue Jean Moulin – Gendarmerie’, Moselle, Rapport de fouille, Inrap, S.R.A. Lorraine, 77 p.

Mondy, M., Lefebvre A., 2009, Uckange ‘rue Jean Moulin – Gendarmerie’, in : Heckenbenner D. dir., D(is) M(anibus) : pratiques funéraires gallo-romaines, Catalogue de l’exposition du Musée du Pays de Sarrebourg, 27 juin 2009-30 janv. 2010, Sarrebourg, p. 120-122.

Pirling R., Siepen M., 2006, Die Funde aus den römischen Grabern von Krefeld-Gellep : Katalog der Gräber 6348-6361, Stuttgart, F. Steiner Verl, 618 p., 107 pl. (Germanische Denkmaler der Volkerwanderungszeit - Serie B. Die fränkischen Altertümer des Rheinlandes, 20).

Pröttel P. M., 2002, « Die spätrömische Metallfunde », in : Ortisi S., Pröttel P.M., Römische Kleinfunde aus Burghöfe 2, Rahden, M. Leidorf Verl., p. 85-140, 8 pl. (Frühgeschichtliche und provinzialrömische Archäologie, 6).

Raynaud Cl., 1993, « Céramique luisante », in : Py M. dir., Dicocer 1, p. 504-510 (Lattara, 6).

Seilly M., 1995, Fontoy (Moselle), rue de l’Église, Rapport de fouille, S.R.A. Lorraine, 175 p.

*

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Représentation imagée des différents types de tombes. Le type 8 renvoie aux incinérations, le type 9, aux types indéterminés. DAO : K. Michel, M. Mondy (Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4303/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Légende Fig. 2. Regroupement figuré des catégories de récipients en céramique et verre selon leur fonction de contenance pour les liquides, solides et pots. DAO : M. Gazenbeek, K. Michel (Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4303/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Légende Fig. 3. Localisation géographique des nécropoles étudiées. DAO : M. Gazenbeek (Inrap)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4303/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Légende Fig. 4. Plan partiel de la nécropole de Cutry Solmon, d’après Legoux , Liéger , 1989 ; tombes en blanc : Antiquité tardive ; tombes en gris : mérovingiennes. DAO : M. Gazenbeek (Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4303/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Fig. 5. Tableau récapitulatif des tombes de l’Antiquité tardive dans les différentes nécropoles de Cutry, des types et de leur orientation avec l’emplacement des catégories de récipients. O : orientation, T : tête, To : torse, B : bassin, J : jambes, P : pieds, i : interne, e : externe ; L+S+P : liquide+solide+pot.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4303/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende Fig. 6. A. Plan de la nécropole de Cutry La Hache 6, d’après Boulanger , 2008 ; B. plan de la nécropole de Cutry La Hache 8, d’après Boulanger , 2008. DAO : M. Gazenbeek (Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4303/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende Fig. 7. Plan partiel de la nécropole de Dieulouard Scarponne, d’après Bertaux, 1968-1974. DAO : M. Gazenbeek (Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4303/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Légende Fig. 8. Tableau récapitulatif des tombes de l’Antiquité tardive dans la nécropole de Dieulouard Scarponne, des types et de leur orientation avec l’emplacement des catégories de récipients. O : orientation, T : tête, To : torse, B : bassin, J : jambes, P : pieds, i : interne, e : externe ; L+S+P : liquide+solide+pot.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4303/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Légende Fig. 9. Plan de la nécropole de Florange Portier Sainte-Agathe, d’après Blaising , in : Flotté , Fuchs , 2004, p. 446. DAO : M. Gazenbeek (Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4303/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Fig. 10. Tableau récapitulatif des tombes dans la nécropole de Florange Portier Sainte-Agathe, des types et de leur orientation avec l’emplacement des catégories de récipients. O : orientation, T : tête, To : torse, B : bassin, J : jambes, P : pieds, i : interne, e : externe ; L + S + P : liquide+ solide+ pot.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4303/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig. 11. Plan partiel de la nécropole de Fontoy rue de l’Église, d’après Seilly , 1995 ; tombes en blanc : Antiquité tardive, tombes en gris : mérovingiennes. DAO : M. Gazenbeek (Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4303/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende Fig. 12. Tableau récapitulatif des tombes dans la nécropole de Fontoy rue de l’Église, des types et de leur orientation avec l’emplacement des catégories de récipients. O : orientation, T : tête, To : torse, B : bassin, J : jambes, P : pieds, i : interne, e : externe ; L+S+P : liquide+solide+pot.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4303/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Fig. 13. Tableau récapitulatif des tombes dans la nécropole d’Uckange rue Jean Moulin, des types et de leur orientation avec l’emplacement des catégories de récipients.O : orientation, T : tête, To : torse, B : bassin, J : jambes, P : pieds, i : interne, e : externe ; L+S+P : liquide+solide+pot.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4303/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Fig. 14. Plan de la nécropole d’Uckange rue Jean Moulin, d’après Mondy , Lefèbvre , 2006. DAO : M. Gazenbeek (Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4303/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig. 15. Plan de la nécropole de Metz Colline Sainte-Croix, d’après De Filippo , 2000 et Bressoud , 2009b. DAO : K. Michel (Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4303/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Légende Fig. 16. Tableau récapitulatif des tombes de la nécropole de Metz Colline Sainte-Croix, des types et de leur orientation avec l’emplacement des catégories de récipients.O : orientation, T : tête, To : torse, B : bassin, J : jambes, P : pieds, i : interne, e : externe ; L+S+P : liquide+ solide+pot.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4303/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Fig. 17. Tableau récapitulatif des éléments datants et du phasage des nécropoles. Phase 1 : première moitié ive siècle ; Phase 2 : seconde moitié ive –début ve siècle ; Phase 3 : après début ve siècle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4303/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Fig. 18. Tableau récapitulatif des types de tombes et de l’orientation dominante par nécropoles. Phase 1 : première moitié ive siècle ; Phase 2 : seconde moitié ive –début ve siècle ; Phase 3 : après début ve siècle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4303/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Fig. 19. Tableau récapitulatif des catégories de récipients, de leur positionnement et des types de tombes dominants par nécropoles. Phase 1 : première moitié ive siècle ; Phase 2 : seconde moitié ive -début ve siècle ; Phase 3 : après début ve siècle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4303/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Fig. 20. Tableau des données quantitatives et ratios sur le nombre de récipients et de tombes par nécropoles. 0  : nombre de tombes (nombre avec récipients) ; 1  : nombre de récipients par tombe ; 2  : médiane de récipients par tombe à mobilier ; 3  : total récipients (dont verre) ; 4  : quantité de récipients pour solides (S), liquides (L) et pots (P) ; 5  : tombes à 1 récipient ; 6  : ratio tombes à 1 récipient/total tombes à récipient ; 7  : ratio tombes à mobilier sur total ; 8  : ratio verre par tombes à mobilier ; 9  : nombre de tombes à objets sans récipients ; 10  : ratio tombes autre mobilier/tombes total.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4303/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende Fig. 21. Graphique synthétique de l’évolution par phase des ratios du nombre d’objets par tombes à mobilier.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4303/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

Auteurs

Archéologue Inrap.

Anthropologue Inrap, UMR 5199.

Archéologue Inrap.

© ARTEHIS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search