Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, II

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Michel Kasprzyk
, 
Bérengère Fort

Thème n° 1. Nécropoles de l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule

Les pratiques funéraires de l’Antiquité tardive dans le sud de l’Aisne

Au travers des exemples des nécropoles de Limé Les Sables Nord et de Ploisy le Bras de Fer

Nathalie Soupart

Résumé

Les découvertes récentes des nécropoles rurales de Limé et de Ploisy, situées au cœur de la cité des Suessions, ont permis d’étudier deux lieux funéraires très différents intégrés à leur contexte archéologique et environnemental. Au travers des fouilles des tombes et des structures à caractère funéraire, nous avons tenté de cerner leur configuration spatiale ainsi que les traitements réservés aux défunts dans l’Antiquité tardive. Ces données pourront être comparées aux découvertes anciennes en milieu rural de la région, certes nombreuses, mais néanmoins lacunaires.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. Les sites funéraires gallo-romains de l’aisne : état de la question

Dans la Carte archéologique de l’Aisne, les mentions concernant les cimetières et les sépultures isolées de l’époque romaine ou qui incluent dans leur évolution une phase gallo-romaine sont nombreuses. L’inventaire étendu à l’ensemble du département compte 159 occurrences (Pichon, 2002).

Parmi ces 159 occupations funéraires, une centaine correspond à des découvertes du xixe siècle cf. annexe : inventaire des sites). On constate, au vu de la documentation, qu’elles sont qualitativement inégales (fouille exhaustive ou non). Une bonne quarantaine font référence à une seule sépulture (incinération ou inhumation) et seulement quatre occurrences définissent des petits ensembles funéraires de deux à trois tombes. Hormis la mention d’un caveau isolé et d’un probable mausolée, plus de cent sites répertoriés correspondraient à des grands cimetières.

En ce qui concerne la cinquantaine de mentions postérieures au xixe siècle, l...

Auteur

Ingénieur d’étude Inrap NP, HALMA-IPEL UMR 8164 (CNRS, Lille 3, MCC), 19 rue du Monument, 80340 Proyart. Nathalie.soupart@inrap.fr

© ARTEHIS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search