Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, II

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Michel Kasprzyk
, 
Bérengère Fort

Thème n° 1. Nécropoles de l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule

Deux nécropoles du Bas-Empire à Bezannes « sites K et L » (Marne)

Nathalie Achard-Corompt

Résumé

Les deux nécropoles de l’Antiquité tardive fouillées en 2008 sur le territoire de Bezannes (Marne) sont situées en périphérie d’un habitat contemporain. Elles accueillent deux groupes d’inhumés bien distincts, des adultes et des immatures dans la première et vingt-cinq périnataux dans la seconde. En plus des données sur la population et le peuplement antique, elles apportent de nouveaux éléments relatifs à la pérennité des espaces funéraires et à leur place dans le réseau d’occupation du sol. Elles mettent également en lumière les différences de traitements réservés aux défunts au sein d’une même population antique.

Texte intégral

1Les nécropoles K et L fouillées en 2008 sont implantées sur l’actuelle commune de Bezannes, située à environ 5 km du centre de la ville de Reims ou Durocortorum, ancienne capitale de la province de Belgique. Elles s’intègrent dans une zone ayant donné lieu à de nombreuses recherches récentes dans le cadre de la construction de la ligne à grande vitesse Paris-Strasbourg et d’une zone industrielle (fig. 1). L’occupation du sol pour l’époque romaine commence à être bien connue grâce aux diagnostics et aux premières fouilles. Plus de quinze sites (habitat, artisanat et funéraires) allant de la Conquête à l’Antiquité tardive ont été recensés. Ils gravitent autour de deux voies qui effectuent leur jonction au nord de la zone étudiée.

2Les nécropoles sont situées à 75 m des voies et sont distantes l’une de l’autre d’environ 50 m.

1. Le site K : une nécropole d’adultes et d’immatures

Présentation

3La nécropole est constituée de treize tombes (neuf adultes, quatre enfants ; st. 4, 12, 14, 16) dont sept ont été anciennement pillées (fig. 2). Elle est installée en partie contre un aménagement de plan quadrangulaire de 2,40 m x 2,30 m sur huit poteaux, ayant livré des tessons d’amphore tripolitaine ancienne qui autorisent une datation de la première moitié du ier siècle av. J.-C. Cet aménagement n’est pas sans rappeler les vestiges observés sur des sites funéraires d’époque laténienne (Le Goff et alii, 2010).

Fig. 1. Localisation et environnement archéologique des sites K et L (DAO et mise à jour des données : N. Achard-Corompt).

4Un second ensemble sur poteaux, dont ne subsistent que trois éléments, prend place à l’est du premier. Ces deux constructions sont peut-être à l’origine de la nécropole gallo-romaine qui, bien que toutes les tombes n’aient pu être datées, semble se développer à partir du second siècle.

  • 1 L’étude anthropologique a été réalisée par S. Desbrosse-Degobertière (Inrap).

5On observe un groupe central, constitué peut-être de deux noyaux : l’un regroupant six sépultures autour de l’ensemble sur huit poteaux et l’autre composé de quatre tombes peut-être en relation avec l’ensemble lacunaire sur poteaux. Le noyau originel serait le premier cité avec notamment les tombes 12 et 17, mais il comporte en son sein des tombes plus récentes, notamment la tombe 15, installée après 269-271 (voir infra). Les deux noyaux ont donc fonctionné concomitamment au moins à partir de la seconde moitié du iiie siècle. Ils accueillent tous deux des immatures et des adultes1. Ils semblent aménagés dans un espace contraint de plan rectangulaire dont les traces matérielles n’auraient pas été conservées. En périphérie, on observe trois autres sépultures, dont deux orientées comme les précédentes.

6Les inhumations sont bien distinctes les unes des autres. Aucune n’empiète sur une autre et la distance minimale séparant deux creusements est d’environ 0,40 m. Cela suggère un système de marquage des tombes qui n’a pas été retrouvé lors de la fouille.

7Les tombes inscrites dans l’espace contraint bénéficient de creusements soignés, parfois profonds. Huit d’entre elles ont accueilli un défunt inhumé dans un assemblage en bois cloué. Seules les tombes 12 et 21 n’ont pas livré de clous. Le fait qu’elles aient été pillées peut en partie expliquer cette absence, mais nous pouvons également avoir affaire à un assemblage à l’aide de chevilles en bois, voire un contenant différent pour st. 12. En effet, une nécropole fouillée en 2010 sur la même ZAC (site 10, fig. 1) a livré un coffre en plomb (Bontrond, Bouquin, 2010).

8Les trois tombes situées en périphérie sont contemporaines des premières. Les creusements sont moins longs et moins profonds. L’étude taphonomique a montré que deux des trois inhumés l’ont été dans des linceuls. Le troisième a été inhumé dans un assemblage cloué, beaucoup plus modeste, vu la taille des clous, que ceux usités dans la zone principale. L’étude des ossements n’a pas mis en lumière de séquelles attestant des conditions de vie différentes du groupe central. Cependant, la distance mise entre eux et les autres et le moindre soin apporté tant au creusement qu’au contenant suggèrent un groupe différent au statut social moins favorisé. Notons qu’il n’y a pas d’immature parmi eux.

Fig. 2. Structuration et datation de la nécropole K (DAO : N. Achard-Corompt et E. Vauquelin).

9Hormis des fragments de céramique découverts dans le comblement des tombes, les dépôts accompagnant les défunts sont rares. Aucun vase céramique, verrerie ou reste de faune n’a été découvert même dans les tombes intactes. Quand il y en a, ils sont modestes, des chaussures et une monnaie pour la sépulture 15 et trois épingles à cheveux finement ouvragée pour la sépulture 19 (fig. 3). La sépulture 15 a livré un antoninien du règne de Victorin, déposé à proximité de la tête du défunt. La monnaie permet de proposer un terminus post quem pour l’inhumation, en l’occurrence après 269-271 ap. J.-C. Dans le remplissage de la tombe 12, pillée, un potin des Rèmes présentant un personnage assis de face (DT 220 ou LT 8145 ; De la Tourt, 1892) a été retrouvé. Il daterait de la fin du iie siècle jusqu’à la première moitié du ier s. av. J.-C. Cette monnaie peut-être liée à l’occupation laténienne.

10Sur l’ensemble de la période d’utilisation de la nécropole, les gestes funéraires sont les mêmes. Les enfants bénéficient généralement de tombes plus petites et moins profondes, excepté l’immature de la sépulture 12, dont les ossements épars ont été retrouvés au niveau inférieur d’un creusement de grande dimension, pouvant accueillir un adulte. S’agit-il d’ossements issus d’une des sépultures voisines (st. 14 ou 16) dépourvues d’ossement humain et dont la taille du creusement conviendrait davantage à un enfant ? Le creusement peut indiquer la présence d’un contenant particulier, voire d’offrandes importantes qui auraient pu être récupérées.

11Sur les neuf individus adultes, seul le sexe de trois d’entre eux a pu être déterminé. Il s’agit de trois sujets masculins (st. 15-17 et 18). Les épingles déposées dans la tombe 19 sont associées le plus fréquemment à un sujet féminin.

Datation de l’ensemble funéraire

12Les datations radiocarbone effectuées sur les ossements de sept individus (fig. 4) signalent l’ensevelissement d’au moins six individus à partir de 250 ap. J.-C., auxquels on peut ajouter l’individu de la sépulture 15, inhumé durant ou postérieurement au règne de Victorin. La sépulture 12 inaugurerait la mise en place des inhumations gallo-romaines durant la première moitié du iie siècle ap. J.-C. La tombe 19, datée du début du ve siècle, serait une des plus récentes.

13Ce diagramme indique également la distinction entre les datations établies à partir du mobilier céramique découvert dans le comblement des sépultures et les résultats des analyses radiocarbones sur les squelettes.

14En résumé, la nécropole aurait fonctionné du iie s. ap. J.-C. (dès le second quart ?) au début du ve siècle, après un épisode laténo-augustéen. La juxtaposition accidentelle des sépultures gallo-romaines aux vestiges laténiens paraît improbable, signifiant en cela la conservation d’un marquage aérien autre que les structures en creux observés lors de la fouille.

2. Le site L : une nécropole de périnataux établie en limite d’un établissement gallo-romain

15Le site L (fig. 5) a livré les vestiges d’une occupation gallo-romaine, caractérisée par des fosses d’extraction, des fossés, un chemin et un secteur funéraire réservé à des périnataux. Depuis la fouille, un diagnostic réalisé par ReimsMétropole sur la parcelle adjacente a confirmé la présence d’un établissement gallo-romain (villa modeste ?).

  • 2 Étude réalisée par L. Huart et P. Mathelart (Inrap).

16D’après le mobilier céramique2 et les datations isotopiques, les vestiges fouillés sur le décapage L datent principalement du iiie et du ive siècle de notre ère. Cependant, l’occupation a peut-être démarré par l’implantation de fosses d’extraction au cours du second siècle.

  • 3 Étude anthropologique réalisée par C. Paresys (Inrap).

17Une fois l’extraction terminée, ces fosses ont été réutilisées. 3023 deviendra un lieu d’inhumation pour vingt-cinq périnataux3 et cela peut-être dès la fin du second siècle. La fonction funéraire de cette fosse pourrait avoir débuté par le dépôt de trois poules sans tête dans une petite fosse localisée au centre de 3023.

18Les défunts, âgés de moins de deux mois où décédés avant terme, ont été enterrés dans des fosses rectangulaires ou ovalaires. On note une grande variabilité des pratiques funéraires, tant dans l’orientation que dans la position des corps. Malgré tout, certaines constantes peuvent être repérées. À chaque fois que l’observation est possible, les défunts ont été inhumés dans une enveloppe souple, associée dans la moitié des cas à un couvercle ou un autre élément de rétention des sédiments. La taille des fosses dépend de celle du défunt, bien que dans cinq cas un espace soit aménagé au-delà de la tête ou des pieds, peut-être pour y déposer des éléments en matière périssable. L’absence quasi-totale de mobilier est flagrante. Le seul dépôt consiste en des chaussures d’adultes, ne pouvant appartenir au défunt. Hormis dans un cas, les sépultures ne se superposent pas. Un petit « cairn » de pierres indiquait l’emplacement du défunt 3050. Il est possible que les autres aient bénéficié également d’une signalisation qui ne nous est pas parvenue.

19Au début du ive siècle, la nécropole est intégrée au réseau parcellaire par le biais du fossé 3057 qui vient se raccorder au fossé 3002. Les inhumations perdureront même une fois le fossé 3057 comblé.

20Le rattachement de la zone d’inhumation au parcellaire lie les périnataux à l’habitat voisin. Dans une moindre mesure, ce schéma d’implantation n’est pas sans rappeler le site de Champ Madame (Alfonso, Blaizot dir., 2004). En effet, les inhumations de périnataux ont été réalisées en limite de l’habitat, séparées de ce dernier par un fossé ou un mur de clôture.

21Les structures du site L sont abandonnées et comblées durant la seconde moitié du ive siècle. Il ne semble pas que ce comblement soit suivi d’une réoccupation du secteur, mais il n’est pas exclu qu’il s’agisse d’une restructuration de l’habitat voisin.

Fig. 3. Mobilier déposé aux pieds de l’individu de la tombe 19 (DAO et photographie d’objets : S. Culot et N. Achard-Corompt).

Fig. 4. Illustration graphique des différents éléments datants.

Fig. 5. Localisation des structures sur le décapage L et détail de la nécropole des périnataux (DAO : N. Achard-Corompt et E. Vauquelin).

Fig. 6. Tableau récapitulatif des datations 14 C réalisées pour les sites K et L.

Conclusion

22Les datations céramiques et isotopiques signalent un fonctionnement contemporain des deux gisements durant la période gallo-romaine. Les deux sites auraient été fréquentés dès le second siècle et jusqu’à la fin du ive siècle et au début du ve siècle (pour le site K) (fig. 6).

23La nécropole des adultes est distincte de la zone d’habitat (reconnue sur le site L et en diagnostic sur la parcelle adjacente au décapage) et c’est peut-être la présence d’un lieu funéraire plus ancien qui a décidé de son emplacement (fig. 7). La nécropole des périnataux est reliée directement à l’habitat par le biais du fossé 3002 qui se poursuit au-delà de la zone explorée. Il participe peut-être à la délimitation de l’occupation observée plus à l’est. Le rattachement des périnataux à l’habitat est quasiment certain. Celui de la nécropole K est plus hypothétique mais néanmoins, la proximité spatiale, la quasi-concordance chronologique entre les deux secteurs funéraires sont des éléments en faveur d’une appartenance à un même établissement.

24La distinction géographique ainsi que la séparation des individus inhumés reprennent un schéma maintes fois observé durant la période gallo-romaine (Paresys, Le Goff dir., 2015).

25Les pratiques funéraires diffèrent entre les deux nécropoles. Même si les périnataux bénéficient d’un secteur funéraire bien délimité, celui-ci a été aménagé dans une structure à l’abandon et non pas sur une ancienne nécropole ou un lieu dédié uniquement au monde des morts. Néanmoins, le lieu a peut-être été « consacré », mais cela reste à prouver, par le dépôt de trois poules. Pour les périnataux, le lien avec l’habitat semble important, à l’inverse de la nécropole des adultes.

26Les questions formulées tout au long de l’étude du site L trouveront certainement une réponse lors de la fouille du secteur voisin. Il sera alors plus aisé de retracer l’évolution de cet habitat et de vérifier la nature de la relation entre ce dernier et les ensembles funéraires.

Fig. 7. L’établissement gallo-romain vu en diagnostic et les deux décapages fouillés en 2008 (DAO et mise à jour des données : N. Achard-Corompt).
Seuls les principaux vestiges repérés en diagnostic ont été reportés.
Le calage entre les zones fouillées et le diagnostic réalisé par Reims Métropole reste à préciser.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Alfonso G., Blaizot F. dir., 2004, La villa gallo-romaine de Champ Madame à Beaumont (Puy-de-Dôme) : habitat et ensemble funéraire de nourrissons, Lyon, 277 p. (Documents d’archéologie en Rhône-Alpes-Auvergne, 27).

Bontrond R., Bouquin D., 2010, « L’ensemble funéraire protohistorique et antique de Bezannes ‘Le Haut Torchant’ (Marne) », Notice pour la journée archéologique de Champagne-Ardenne du 4 déc. 2010, p. 43.

De la Tour H., 1892, Atlas des monnaies gauloises, Paris, Plon, 1 vol. (mis à jour par B. Fischer, Paris, 1992).

Le Goff I., Achard-Corompt N., Desbrosse V., Friboulet M., Garenaux V., Moreau C., Parésys C., Saurel M., Vauquelin E., Verbrugghe G., 2010, « Pratiques funéraires en Champagne-Ardenne à La Tène finale », in : L’Âge du Fer en Basse-Normandie : gestes funéraires en Gaule au second Âge du Fer, Actes du colloque AFEAF, Caen, 2009, vol. II, p. 163-188.

Paresys I., Le Goff I. dir., 2015, La société antique : paysages et pratiques funéraires en Champagne-Ardenne, Reims, Soc. archéologique champenoise, 135 p. (Bull. de la Soc. archéologique champenoise, 106, no 2).

Paresys C., Le Goff I., Achard-Corompt N., Delor-Ahü A., Fort B., Louis A., Culot S., Basset G., Morize D., 2009, Paysages funéraires : pratiques funéraires et sociétés à l’époque romaine en Champagne-Ardenne, Rapport d’activités PAS 2009, Inrap, S.R.A. Champagne-Ardenne, Châlons-en-Champagne, 113 p.

*

Notes

1 L’étude anthropologique a été réalisée par S. Desbrosse-Degobertière (Inrap).

2 Étude réalisée par L. Huart et P. Mathelart (Inrap).

3 Étude anthropologique réalisée par C. Paresys (Inrap).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation et environnement archéologique des sites K et L (DAO et mise à jour des données : N. Achard-Corompt).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4294/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Légende Fig. 2. Structuration et datation de la nécropole K (DAO : N. Achard-Corompt et E. Vauquelin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4294/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Légende Fig. 3. Mobilier déposé aux pieds de l’individu de la tombe 19 (DAO et photographie d’objets : S. Culot et N. Achard-Corompt).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4294/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 4. Illustration graphique des différents éléments datants.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4294/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Fig. 5. Localisation des structures sur le décapage L et détail de la nécropole des périnataux (DAO : N. Achard-Corompt et E. Vauquelin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4294/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Légende Fig. 6. Tableau récapitulatif des datations 14 C réalisées pour les sites K et L.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4294/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende Fig. 7. L’établissement gallo-romain vu en diagnostic et les deux décapages fouillés en 2008 (DAO et mise à jour des données : N. Achard-Corompt).Seuls les principaux vestiges repérés en diagnostic ont été reportés.Le calage entre les zones fouillées et le diagnostic réalisé par Reims Métropole reste à préciser.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4294/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 346k

© ARTEHIS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search