Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, II

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Michel Kasprzyk
, 
Bérengère Fort

Thème n° 1. Nécropoles de l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule

Les pratiques funéraires de la nécropole du 43, rue de Sébastopol à Reims (Marne)

Aminte Thomann, Sébastien Péchart, Sylvain Renou, Amélie Pélissier et Élise Henrion

Résumé

L’opération archéologique du 43 rue Sébastopol à Reims (Marne), réalisée de juillet à novembre 2008, a mis au jour une nécropole à inhumations et crémations située au nord-ouest de la ville antique et dont la période d’occupation s’étend du ier siècle av. J.-C. au ive siècle ap. J.-C. Les dix-sept dépôts de crémation retrouvés au sein de l’emprise sont majoritairement en ossuaire, mais également en dépôts de résidus de crémation de fosse. Une partie des sépultures à crémation est issue du plateau bordant le fossé de l’enceinte et l’autre est située dans le fossé, aménagé afin d’agrandir l’espace funéraire pour la constitution de nouvelles sépultures. Les inhumations, situées sur l’ensemble de l’emprise, se comptent par centaines, mais seules quatre-vingt-deux contiennent des restes osseux en place, les autres ayant été vidées lors des nombreuses campagnes de fouille du xi études des inhumations et des crémations permet d’appréhender l’alternance et/ou la co-activité des ixe deux siècle. L’association des pratiques funéraires sur ce site, particulièrement au Bas-Empire, mais aussi de mieux comprendre la gestion de l’espace funéraire à proximité immédiate et à l’intérieur du fossé de délimitation de l’espace urbain mis en place à l’époque augustéenne.

Texte intégral

1Une fouille archéologique réalisée de juillet à novembre 2008, sur une parcelle d’environ 4500 m ² au 43 rue Sébastopol à Reims, Marne, a mis au jour une nécropole urbaine située au nord-ouest de la ville antique (fig. 1) dont la période d’occupation s’étend du ier siècle av. J.-C. au ive siècle ap. J.-C. (Thomann, Péchart dir., 2013). Sur ce secteur ont également été perçues des portions de voies tardives (deux NO/SE et une SO/NE, datées entre le milieu du iiie et la fin du ive siècle), et surtout le fossé de la grande enceinte du Haut-Empire (fig. 2). L’emprise de la fouille se situe dans le quart nord-est de Durocortorum (Reims) et semble appartenir à un espace funéraire beaucoup plus important. Ce dernier, déjà connu sous le nom de Fosse-Pierre-la-Longe, est localisé entre les voies menant à Cologne et à Trêves, et se développe le long du fossé de la grande enceinte augustéenne (fig. 1).

Fig. 1. Plan général de la ville avec le tracé de la grande enceinte du Haut-Empire et l’emplacement de la fouille du 43, rue de Sébastopol (Reims, C. Chevalier).

Fig. 2. Plan du site 43, rue de Sébastopol à Reims (auteurs : A. Bolo, S. Péchart, A. Thomann).

1. La pratique de la crémation

2Le site a livré dix-sept dépôts de crémation correspondant à dix-neuf individus. Parmi ces sépultures, situées sur le plateau et dans le comblement de la grande enceinte, plusieurs modes de dépôts ont été mis en évidence, caractérisés selon la typologie de F. Blaizot (Blaizot, 2009). Les dépôts de crémation en ossuaire sont les plus abondants (neuf cas). Deux autres sépultures correspondent quant à elles à des dépôts de résidus de crémation en fosse. Les six dernières sépultures n’ont pu être caractérisées. Cette impossibilité est due à leur mauvais état de conservation, qui ne permet plus de distinguer le mode de dépôt original ; nous parlons donc simplement de dépôt osseux brûlés. Malgré un échantillon faible et un problème de conservation de certaines d’entre elles, ces structures nous renseignent sur l’évolution des pratiques funéraires du ier au ive siècle.

3Lors d’une première phase (fin ier av. – milieu ier siècle ap. J.-C.), les crémations situées sur le plateau indiquent un rituel assez homogène. Le défunt semble être déposé sur le bûcher funéraire avec des offrandes alimentaires végétales et animales. Ces dernières sont très proches de l’individu, voire posées sur le corps même, car elles sont retrouvées étroitement mêlées aux ossements du défunt dans les dépôts funéraires.

4Une fois la cérémonie de la crémation terminée, les officiants ramassent une quantité d’ossements assez importante, qui représente de manière théorique une bonne partie du squelette de l’individu brûlé. Le prélèvement est ensuite « nettoyé » du sédiment charbonneux noir, avant d’être déposé exclusivement dans un ossuaire en céramique (terra rubra, commune claire, sigillée, etc.) assez volumineux, sans sélection de portions anatomiques particulières. Les offrandes végétales ou animales y sont intégrées et le mobilier est généralement constitué de parure. D’après nos données, il ressort que tous les individus de la société, adulte comme immature, ont accès à l’ensemble funéraire.

5Au iie siècle, l’occupation funéraire n’est pas représentée sur le terrain. S’agit-il d’une période d’abandon du site ? Si oui, cet abandon est-il le reflet d’un réel changement dans la topographie rémoise ? Les données manquent pour répondre.

6À partir de la première moitié de iiie siècle et jusqu’au ive siècle ap. J.-C., les crémations intègrent le comblement du fossé de délimitation urbaine. Tout d’abord, nous avons observé que le rituel de la crémation est adopté essentiellement pour quelques individus Juvenis, de taille adulte ou sub-adulte. Aucun sujet de moins de 12 ans n’a été brûlé. Nous avons également mis en évidence que les offrandes alimentaires animales et végétales sont séparées du mort sur le bûcher funéraire : en effet, les vestiges animaux semblent n’être qu’intrusifs. En outre, le bûcher n’est plus conduit pendant la combustion du cadavre. Les officiants laissent le corps se consumer sans agir sur les ossements. Il apparaît que la durée d’exposition et l’intensité de la crémation sont définies par des conventions cultuelles différentes de celles établies au début de l’Empire.

Fig. 3. Cliché in situ de la crémation du iiie siècle située dans le comblement du fossé de la grande enceinte (Reims, A. Thomann).

7Deux modes de dépôt sont présents :

  • l’ossuaire en céramique est toujours le mode prédominant (fig. 3), mais sa taille conditionne le volume d’ossements intégrés. En effet, une sélection s’opère concernant les parties anatomiques. Le mobilier et les offrandes sont également réduits de manière drastique. Les céramiques, non brûlées, sont des grands gobelets en terre sigillée d’Argonne, des pots ovoïdes à col vertical en céramique fine régionale sombre et des cruches amputées ;
  • le dépôt de résidus de crémation en fosse est l’alternative. Sur le bûcher, est récolté l’ensemble des artefacts (ossements de l’individu et mobilier brûlé avec lui) sans être « nettoyés » du sédiment charbonneux. Ici, on s’oriente vers la volonté de conserver tout le défunt et son mobilier. Dans un cas, un gobelet en métallescente d’Argonne a été retrouvé en position secondaire mais dans les autres cas, la céramique brûlée était mêlée aux ossements et résidus.

2. La pratique de l’inhumation

8L’inhumation se pratique, de manière générale, plus tardivement. Les premières occurrences apparaissent à la fin du iie siècle pour disparaître au troisième quart du ive siècle ap. J.-C. Malgré un nombre très important de structures, l’étude n’a pu être que partielle. En effet, parmi les 503 structures fouillées et interprétées comme des inhumations, 82 ont livré un squelette en connexion et 420 sont des sépultures remaniées, fouillées au xixe siècle. Cet échantillon est donc non représentatif en raison du faible taux qu’il représente (20 %), mais également parce que ce sont préférentiellement les tombes de jeunes enfants, moins profondes, qui ont été épargnées par les fouilles anciennes.

9Plusieurs pratiques d’inhumation ont été observées.

10Dans le comblement du fossé de la grande enceinte, l’inhumation des jeunes enfants est pratiquée dans des récipients en céramique ou dans des contenants en matériaux périssables. Des monnaies du iiie siècle (d’Antonin le Pieux, 138-161 ap. J.-C., principalement), pour certaines contenues dans des petites pochettes probablement en cuir, sont souvent déposées à l’intérieur des contenants (fig. 4). En association avec des très jeunes enfants également, des dépôts fauniques peuvent être distingués en trois groupes.

  • D’une part, deux cas de dépôts canins complets sont associés à des sépultures de nourrissons, dans des fosses qui jouxtent les sépultures concernées. En outre, des portions de chiens sont déposées dans d’autres sépultures avec des individus immatures plus âgés (5 à 19 ans).
  • D’autre part, présence de dépôts d’offrandes animales, qui sont soit des animaux complets enterrés dans une fosse accolée à la sépulture associée, soit des quartiers de viande posés dans la tombe du défunt. La présence d’ovicaprinés dans les dépôts carnés est particulièrement élevée alors que ce taxon n’est habituellement pas très représenté dans les offrandes animales en Gaule romaine (Lepetz, 1993, 1996). On remarquera également la présence d’un œuf complet à l’intérieur d’un vase contenant un périnatal.
  • Enfin, les dépôts d’ossements animaux utilisés comme « de simples objets » : la structure 760 en est le parfait exemple, avec l’emploi de certaines parties du squelette, choisies pour leur taille et leur forme (scapulas et mandibules de cheval et de bœuf), comme couvercle d’un pot en céramique (fig. 5).

Fig. 4. Inhumation d’enfant en vase du iiie siècle avec une monnaie d’Antonin le Pieux (Reims, A. Thomann).

11Au dernier tiers du iiie et au début du ive siècle, sur l’ensemble de l’aire funéraire se développe la sépulture en coffrage de bois pour immatures et adultes, creusée parfois très profondément, associée à du mobilier céramique (gobelet en métallescente, cruche de céramique claire), à des dépôts de chaussures (dans cinq cas), et à la présence d’un coffrage en plâtre à l’intérieur du coffrage en bois (dans trois cas). Certaines sépultures ont les parois latérales surcreusées « en niche » dans la craie afin d’y déposer le cercueil (fig. 6). Cette architecture de tombe se retrouve dans plusieurs nécropoles champenoises. Les modes d’inhumation sont très classiques pour la période, avec la majorité des corps en décubitus dorsal et une orientation SO/NE ou NO/SE. Ces aménagements ont déjà été remarqués sur la fouille du 40, Bd Jamin (Sindonino, 2003).

Fig. 5. L’inhumation SP 760 en vase, clos par des os de cheval et de bœuf (Reims, A. Thomann).

12Enfin, un enclos fossoyé quadrangulaire, probablement à vocation cultuelle ou funéraire, a été créé à la fin du iiie siècle, voire au début du ive siècle, et clôt l’utilisation de la voie située sur le comblement du fossé de l’enceinte.

Fig. 6. Détail montrant la niche creusée dans la paroi nord-est de la tombe SP 48 (inhumation perturbée), destinée à accueillir le cercueil. Au fond, sont visibles des traces de bois, quelques clous de cercueil en place et des traces du plâtre qui remplissait le contenant (Reims, A. Thomann).

3. Conclusion

13L’étude des dépôts funéraires du 43, rue de Sébastopol nous permet d’établir une chronologie dans les pratiques funéraires au Haut et au Bas-Empire mais également d’appréhender le fonctionnement dans le temps et dans l’espace du fossé de la grande enceinte (fig. 7). Sur le plateau, les crémations du Haut-Empire sont alignées dans un axe NO/SE (fig. 2, crémations en vert à l’ouest) à l’emplacement du talus de l’enceinte dite « Augustéenne ». Or, la restitution de ce dernier, menée par Maxence Poirier et Guillaume Roy, démontre que ces deux ensembles ne peuvent être contemporains. En effet, les dimensions minimales proposées pour le talus (25 m de longueur sur 7 m de hauteur a minima) sont physiquement incompatibles avec l’emplacement et les dimensions des crémations observées lors de la fouille. Ainsi, si la datation du creusement de l’enceinte n’a pu être affinée, l’installation de la nécropole permet à tout le moins d’établir que son remblaiement sur la parcelle intervient entre 25 et 10 avant Jésus-Christ.

14Le comblement du fossé a, quant à lui, pu être daté entre 30 et 50 ap. J.-C. grâce au matériel céramique résiduel de crémations présent en abondance dans les inhumations du iiie siècle situées à l’emplacement du talus.

15Ainsi, malgré de nombreuses perturbations liées aux fouilles du xixe siècle et à la Grande Guerre, l’étude des dix-sept crémations et des quatre-vingt-deux inhumations a permis de montrer que la crémation est le premier mode utilisé autour du changement d’ère sur cette parcelle, et que les structures funéraires sont sans doute placées le long du bord interne du fosse de la grande enceinte. Le iie siècle est peu documenté rue de Sébastopol, comme dans de nombreux sites de Reims, mais, dès le iiie siècle, inhumations et crémations sont utilisées simultanément et sous différentes formes : crémations en vase et dépôts de résidus de crémation en fosse, inhumations d’enfants en vase ou dans des contenants souples de forme circulaire, accompagnées de dépôts animaux et monnaies, inhumations en fosses quadrangulaires, parfois en niche et souvent très profondes, avec du mobilier d’accompagnement. À cette période, une fois le fossé comblé, c’est l’ensemble de l’emprise qui est utilisé à des fins funéraires.

Fig. 7. Vue en coupe du fossé de la grande enceinte d’époque « augustéenne » (Reims, A. Thomann).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Blaizot F. dir., 2009, « Pratiques et espaces funéraires de la Gaule durant l’Antiquité » (dossier thématique), Gallia, 66, 1, 383 p.

Lepetz S., 1993, « Les restes animaux dans les sépultures gallo-romaines », in : Ferdière A. dir., Monde des morts, monde des vivants en Gaule rurale, Actes du 1er colloque ARCHEA, Orléans, 7-9 fév. 1992, Tours, FERACF, p. 37-44 (6ème suppl. à la Revue archéologique du Centre de la France).

Lepetz S., 1996, L’animal dans la société gallo-romaine de la France du Nord, Amiens, Revue archéologique de Picardie, n° spécial 12-1996, 174 p.

Sindonino S., 2003, Reims, Marne (51), ‘40, bd Jamin’, Document final de synthèse, S.R.A. Champagne-Ardenne.

Thomann A., Péchart S. dir., 2013, 43, rue de Sébastopol, Reims, Rapport final d’opération, Soc. Archéosphère/S.R.A. Champagne-Ardenne, 754 p.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan général de la ville avec le tracé de la grande enceinte du Haut-Empire et l’emplacement de la fouille du 43, rue de Sébastopol (Reims, C. Chevalier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4273/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 726k
Légende Fig. 2. Plan du site 43, rue de Sébastopol à Reims (auteurs : A. Bolo, S. Péchart, A. Thomann).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4273/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Légende Fig. 3. Cliché in situ de la crémation du iiie siècle située dans le comblement du fossé de la grande enceinte (Reims, A. Thomann).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4273/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 4. Inhumation d’enfant en vase du iiie siècle avec une monnaie d’Antonin le Pieux (Reims, A. Thomann).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4273/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Légende Fig. 5. L’inhumation SP 760 en vase, clos par des os de cheval et de bœuf (Reims, A. Thomann).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4273/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 6. Détail montrant la niche creusée dans la paroi nord-est de la tombe SP 48 (inhumation perturbée), destinée à accueillir le cercueil. Au fond, sont visibles des traces de bois, quelques clous de cercueil en place et des traces du plâtre qui remplissait le contenant (Reims, A. Thomann).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4273/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Fig. 7. Vue en coupe du fossé de la grande enceinte d’époque « augustéenne » (Reims, A. Thomann).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4273/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 708k

Auteurs

Archéo-anthropologue, Inrap Grand Ouest. Centre archéologique de Grand-Quevilly, 30, bd de Verdun, immeuble Jean Mermoz, 76120 Grand-Quevilly. aminte.thomann@inrap.fr

Centre archéologique de Soisson, Abbaye Saint-Jean des Vignes, 3 imp. Commandant Gérard, 02200 Soisson. sebastien.pechart@inrap.fr

Archéozoologue, Chargé d’étude. Collaborateur bénévole PACEA - UMR 5199, équipe PPP. Univ. de Bordeaux, Bât. B8, Allée G. Saint-Hilaire, CS 50023, 33615 Pessac Cedex. s.renou@orange.fr

Archéo-anthropologue, Service dép. d’archéologie, Pôle Services aux habitants, Conseil dép. des Alpes de Haute-Provence, 13 rue du dr Romieu, CS 70216, 04995 Digne-les-Bains Cedex 9. e.henrion@cg04.fr

© ARTEHIS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search