Version classiqueVersion mobile

Le sanctuaire antique des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or)

 | 
Colette Pommeret

Deuxième partie : Étude du mobilier

La vaisselle céramique non sigillée

Martine Joly

Texte intégral

INTRODUCTION

1La vaisselle céramique présentée ici provient essentiellement de couches de remblai ou de nivellement de la zone du sanctuaire gallo-romain et, pour la période II, de l’habitat qui lui était associé.

  • 1 L’étude rencontre une difficulté supplémentaire, du fait que les différentes catégories de céramiqu (...)

2La plupart des contextes étudiés ne correspondent donc pas à des ensembles clos et ne se prêtent pas à des études statistiques fines1. Aussi, seuls les vases archéologiquement complets et les éléments significatifs de taille suffisante (bords, décors…) ont été pris en compte, afin de cerner la typologie des vases présents dans cette zone de l’agglomération antique des Bolards. Deux ensembles clos (la « citerne », US 1062 et la « maison aux enduits », US 1033), qui contenaient un mobilier relativement abondant, constituent deux exceptions pour lesquelles tous les tessons de céramique ont été pris en compte.

3Les catégories céramiques concernées par cette étude sont les suivantes : céramiques à parois fines (plombifères, engobées et métallescentes) ; céramiques peintes, terra nigra, terra rubra, céramiques à engobe rouge interne et céramiques communes.

4Les planches typologiques ont été réalisées en fonction des grandes périodes distinguées à partir de l’étude stratigraphique. Dans le commentaire, les ensembles ont le plus souvent été globalisés.

LE FANUM I (PÉRIODE I – ÉTAT 2)

5La très faible quantité de matériel recueilli dans cette zone interdit tout commentaire poussé.

6Trois formes seulement ont pu être dessinées (fig. 1 et 2). Il s’agit d’un fond de jatte décoré en céramique fine sombre (no 1), d’une marmite en céramique commune claire dorée (no 2) et d’une coupelle campaniforme en terra nigra (no 3).

7La jatte présente un décor réalisé à la molette, composé d’une succession de casiers, alternant trois motifs (voir fig. 2, no 1, détail) : traits croisés (C)/traits horizontaux (H)/traits verticaux (V). Ce type de décor prend généralement place sur des assiettes. On le trouve souvent dans les contextes gallo-romains précoces des Bolards (PLANSON, 1982, pl. III). Ailleurs dans la région, il est fréquent, également sur des assiettes, au Mont-Beuvray.

FANUM I (État 2)

Contexte

Catégorie

Typologie

Fig.

Inv.

US 1143

Sb. Fum.

Assiette ou jatte, décor à la molette

fig. 2, no 1

no 247

US 1143

Corn. CL, dorée

Marmite tripode

no 2

TH 54

US 1014

TN

Coupelle campaniforme

no 3

TH 39

Fig. 1. Contextes de l’état 2 du fanum I : tableau de la vaisselle céramique identifiée.

Fig. 2. Céramiques provenant des contextes de l’état 2 du fanum I (Auguste-Tibère). Éch. 1/3, sauf décor éch. 2/3. Dessins : M. Joly.

8La marmite (no 2) à lèvre concave, en pâte claire dorée, couverte d’un engobe micacé repose sur trois pieds cylindriques. Cette forme apparaît au Mont-Beuvray dans les dernières décennies du ier s. av. J.-C. et est bien attestée dans la région pendant les périodes augustéenne et tibérienne (dans le Nivernais, voir BARRAL, JOLY, à paraître).

9La coupelle en terra nigra (no 3) imite le bol en sigillée de type Haltern 7a. Cette forme fait son apparition vers le début de l’ère et disparaît à la fin du règne de Tibère (voir par exemple MENEZ, 1989, p. 126).

10Ces trois vases sont donc typiques des époques augustéenne et tibérienne.

LE FANUM II ET LA ZONE D’HABITAT (PÉRIODE II)

LE FANUM II

11Le mobilier étudié provient d’une part de la cour du fanum II (phase 1 : fig. 5 et phase 2 : fig. 6) et du dernier niveau du fanum (fig. 7 et 8) et, d’autre part, de la zone « d’habitat située à l’ouest de la voie 37 » (fig. 10 et 13 à 16). En tout cinquante-quatre vases ont été identifiés pour la zone cultuelle et cent cinquante-trois pour la zone d’habitat (fig. 3 et 4).

12Les données de fouille permettent de distinguer plusieurs phases pour l’occupation du fanum II. Mais les différents contextes ont livré des lots de mobilier dans lesquels la part de résidualité est notable. Le matériel céramique retrouvé doit donc être utilisé avec prudence pour affiner la chronologie.

13Le lot est dominé par la vaisselle en terra nigra, suivie de près par la céramique commune claire ; viennent ensuite la céramique commune sombre et la terra rubra.

Formes

Fanum II

Habitat

Temple

couvercle

4

8

3

assiette, plat

14

33

11

coupe

1

6

0

coupelle

0

4

5

jatte, bol

7

20

3

marmite

2

8

0

mortier

0

3

2

pot

6

45

3

gobelet

6

4

0

cruche

11

16

4

N. I.

3

6

0

total

54

153

31

Fig. 3. Fanum II, habitat et temple : répartition des vases identifiés.

FANUM II

Contexte

Catégorie

Typologie

Fig.

Inv.

US 1191

Com. Cl.

Cruche// TH 69

/

Déc. mur 27

US 1205-1206

TN

Assiette, fond signé MATS…

fig. 5, no 4

No 368

US 1127

TN

Calice ou coupe

no 5

No 92 TH42

US 1136

TR

Gobelet, décor à la molette

no 6

No 254

US 1136

Com. Sb.

Jatte, lèvre à marli, décor ondé sur panse

no 7

No 255

US 1136

Com. Sb.

Décor damiers

no 8

No 253

US 1203,1207

Com. Sb. ?

Coupe ?

/

No 94

US 1203,1207

 ?

Décor à la molette

/

No 252

US 1203.1207

TN

Assiette carénée, lèvre moulurée

no 9

TH 35

US 1203,1207

TN

Assiette à paroi oblique, lèvre à marli

no 10

TH 26

US 1203, 1207

Com. Sb.

Couvercle, lèvre en boule

no 11

TH 6

US 1203, 1207

Com. Sb.

Jatte, panse oblique, lèvre peu moulurée

no 12

TH 15

US 1203, 1207

Com. Cl.

Cruche, lèvre en bourrelet mouluré

no 13

TH 71

US 1203, 1207

Com. Cl.

Cruche, lèvre en bourrelet avec ressaut

no 14

TH 56

US 1203, 1207

Com. Cl.

Cruche, lèvre en bourrelet concave

no 15

TH 70

US 1203, 1207

Com. Cl.

Cruche, lèvre en bourrelet mouluré

no 16

TH 72

US 1203, 1207

Com. Cl.

Cruche, lèvre convexe

no 17

TH 74

US 1203, 1207

Com. Cl., dorée

Marmite tripode, pieds en ruban

no 18

TH 53

US 1123

TN

Jatte à panse ronde, lèvre oblique

fig. 6, no 19

TH 44

US 1193

TN

Gobelet ovoïde, lèvre déversée

no 20

TH 45

US 1192-1193

Com. Cl.

Couvercle, lèvre retroussée

no 21

TH 46

US 1192-1193

Com. Cl.

Cruche, lèvre fine, en bandeau concave

no 22

TH 77

US 1141

Peinte

Bol type Roanne

fig. 7, no 23

No 104

US 1141

Peinte

Bol type Roanne

no 24

No 105

US 1141

TN

Assiette carénée, bord oblique

no 25

No 116

US 1141

TN

Assiette carénée, bord oblique

no 26

No 115

US 1141

TN

Assiette carénée, bord vertical

no 27

No 117

US 1141

TN

Assiette carénée, bord vertical, avec bourrelet à sa base

no 28

TH 41

Fig. 4-1. Cour du fanum II : tableau de la vaisselle céramique identifiée.

14Les assiettes en terra nigra se rattachent à trois formes : les assiettes carénées à bord oblique (fig. 7, nos 26-28), les assiettes carénées à lèvre moulurée (fig. 5, no 9 et fig. 7, no 29) et les assiettes à marli (fig. 5, no 10 et fig. 7, nos 30-33).

  • 2 À Lyon, ce type apparaît « timidement » sous Auguste et sa fréquence augmente jusqu’au milieu du ie (...)
  • 3 En particulier dans le Nivernais : BARRAL, JOLY, à paraître et au Mont-Beuvray : BARRAL et alii, 19 (...)

15Les premières et les secondes se rencontrent dans des contextes régionaux datés du début du ier s., tandis que les troisièmes ne semblent pas apparaître avant la fin de l’époque tibérienne et perdurent jusqu’au milieu du ier s. (JOLY, BARRAL, 1992). Les pots à lèvre moulurée en céramique claire dorée au mica (fig. 8, nos 50-51), les bols en céramique peinte (type « bol de Roanne » : fig. 7, nos 23-24) appartiennent à la même période chronologique (JOLY, 1994, p. 312). Les cruches à lèvre biseautée (fig. 8, no 46) et celles à lèvre concave (fig. 8, no 47) apparaissent vers la fin de l’époque augustéenne et existent pendant tout le ier s. (JOLY, 1992, 1995). Mais les autres cruches en céramique commune claire (fig. 8, no 54 et 10, no 59) constituent des variantes d’un type qui, dans la région, ne semble pas apparaître pas avant le milieu du ier s.2 et qui est fréquent pendant la seconde moitié du ier s. (JOLY, 1995, p. 180). Les marmites tripodes en céramique claire dorée au mica et les décors à la molette « type Beuvray » (fig. 7, nos 36-37 par exemple) sont typiques des époques augustéenne et tibérienne3.

FANUM II (suite)

Contexte

Catégorie

Typologie

Fig.

Inv.

US 1141

TN

Assiette carénée, lèvre moulurée

fig. 7, no 29

TH 36

US 1141

TN

Assiette carénée, lèvre moulurée

/

// TH 36

US 1141

TN

Assiette à paroi oblique, lèvre fine à marli

no 30

TH 34

US 1141

TN

Assiette à paroi oblique, lèvre à marli

no 31

No 119

US 1141

TN

Assiette à paroi oblique, lèvre à marli concave

no 32

TH 31

US 1141

TN

Assiette à paroi oblique, lèvre à marli

no 33

TH 25

US 1141

TR

Gobelet, lèvre oblique, décor guillochis

no 34

No 106

US 1141

TR

Gobelet, décor incisions verticales

no 35

No 107

US 1141

TR

Gobelet, décor molette

no 36

No 109

US 1141

TR

Gobelet, décor molette

no 37

No 110

US 1141

VRP

Plat, paroi oblique, bord rentrant

no 38

No 121

US 1141

Com. Sb.

Jatte, lèvre moulurée à décor ondé

fie. 8, no 39

No 122

US 1141

Com. Sb.

Pot caréné, stries sur haut panse

no 40

No 111

US 1141

Com. Sb.

Pot caréné, stries sur haut panse

no 41

No 112

US 1141

Com. Sb.

Pot caréné, stries sur haut panse

no 42

No 113

US 1141

Com. Sb.

Pot, col tronconique, lèvre déversée

no 43

TH 21

US 1141

Com. Cl.

Couvercle, lèvre carrée

no 44

TH 60

US 1141

Com. Cl.

Couvercle, lèvre carrée, peu retroussée

no 45

TH 62

US 1141

Com. Cl.

Cruche, lèvre à pan coupé

no 46

TH 55

US 1141

Com. Cl.

Cruche, lèvre en bandeau concave

no 47

TH 76

US 1141

Com. Cl.

Cruche, lèvre en bourrelet avec ressaut

no 48

No 93

US 1141

Com. Cl.

Cruche, lèvre en bourrelet, mouluré

no 49

No 114

US 1141

Com. CL, dorée

Pot, lèvre oblique moulurée

no 50

No 103

US 1141

Com. Cl., dorée

Pot, lèvre oblique moulurée

no 51

TH 67

US 1141

Com. CL, dorée

Marmite tripode, pieds cylindriques

no 52

No 118

US 11 14

TN

Assiette, paroi oblique, lèvre à marli

no 53

TH 27

US 1114

TN

Assiette, paroi oblique, lèvre à marli concave

no 54

TH 29

Fig. 4-2. Cour du fanum II : tableau de la vaisselle céramique identifiée (suite).

  • 4 GRATALOUP. 1988. no 2 : type XXVII ; no 4 : type XXVIII ; no 5 : type XXVb. BERTRAND. 1997, l. 1, p (...)
  • 5 GRATALOUP, 1988, p. 55, type XXV : Tibère à fin du ie s. ap. J.-C. ; p. 61, type XXVII et XXVIII : (...)

16Les céramiques à parois fines sont relativement bien représentées (fig. 21). Il s’agit d’une part de vases en céramique à engobe plombifère, à pâte blanche et engobe vert, originaires du Centre de la Gaule (VERTET, 1986, forme 61) : un vase ansé non identifiable et une cruche à décor moulé (fig. 21, no 1), de forme Déch. 61 et d’autre part de bols hémisphériques, à pâte beige verdâtre, provenant vraisemblablement des ateliers de la Butte à Lyon : bols à décor d’épines (fig. 21, no 2), à décor d’écailles (fig. 21, nos 3-4) ou à décor sablé (fig. 21, no 5)4. Les vases à engobe plombifère sont datés de la période Tibère-Trajan (VERTET, 1986, p. 26) et les bols hémisphériques engobés des années 40 à 705

Fig. 5. Céramiques provenant de la cour du fanum II (phase 1 : 3e quart du ier s.). Éch. 1/3, sauf marque éch. 2/3. Dessins : M. Joly.

Fig. 6. Céramiques provenant de la cour du fanum II (phase 2 : 3e quart du ier s.). Éch. 1/3. Dessins : M. Joly.

17Le mobilier couvre donc une période assez longue : les vases les plus anciens, vraisemblablement résiduels, se rattachent à l’époque augustéenne tardive et les plus récents au troisième quart du ier s.

L’HABITAT

18Cette zone a livré un mobilier relativement abondant (fig. 9 et 10) : en tout 154 vases identifiés dont 45 dans l’US 1062 (fig. 11) et 74 dans l’US 1033 (fig. 12). Ces deux US ont pu faire l’objet d’une étude approfondie, car elles constituent des ensembles clos.

L’US 1062

19Le mobilier recueilli comprend 298 fragments correspondant à 45 individus. Il est bien homogène, caractéristique du troisième quart du ier s., et les quelques tendances qui se dégagent sont assez fiables :

  • Proportions relatives des différentes catégories de pâtes (fig. 11) : les vases se répartissent de manière assez équitable entre les trois grandes catégories de pâtes présentes : 16 individus en terra nigra, 15 en céramique commune sombre et 14 en céramique commune claire. La fragmentation est un peu plus importante pour les vases en céramique commune (commune sombre : 115 fragments pour 15 individus, commune claire : 105 fragments pour 14 individus et terra nigra : 78 fragments pour 16 individus).

  • Proportions relatives des différents types de vases : les pots et les jattes l’emportent largement, avec trois individus en plus pour les pots. Ils représentent chacun près d’un tiers du total. On peut noter l’absence des mortiers.

L’US 1033

20Le nombre de tessons recueilli est pratiquement la même que dans le contexte précédent, mais la fragmentation est moins importante. Les 298 fragments recueillis correspondent en effet à 74 individus (fig. 12).

  • Proportions relatives des différentes catégories de pâtes (fig. 12) : la céramique commune claire arrive en tête, avec 29 vases, suivi de la céramique commune sombre (24 vases) et de la terra nigra (20 vases).

  • Proportions relatives des différents types de vases : le répertoire est assez varié. Les pots arrivent largement en tête du nombre de vase (25 individus), viennent ensuite les assiettes (14 individus), puis les cruches (8 individus), les jattes (7 individus) et les marmites (6 individus).

21Les autres vases (couvercles, plats, mortiers, gobelets) sont représentés chacun par un ou deux exemplaires.

22L’essentiel des vases présents dans ces deux contextes peut être daté du troisième quart du ier s. (assiette à marli en terra nigra, fig. 13, no 69, pot caréné, fig. 14, no 73…). Le mortier à lèvre en bandeau (no 82) paraît résiduel. Il faut noter la présence d’un vase à décor moulé en terra nigra (fig. 15), cette forme peu fréquente, sans doute fabriquée dans le Centre de la Gaule, est datée des années 50-60 (MENEZ, 1995, p. 85).

23Le mobilier provenant des autres contextes de l’habitat (fig. 14 et 16) est tout à fait comparable : assiettes et jattes en terra nigra (nos 86, 90, 94, nos 100-101), pots carénés en céramique commune sombre (nos 83 et 88), cruches à lèvre moulurée (nos 102-103) par exemple. On note, comme précédemment, la présence de quelques éléments résiduels (estampille double no 85 ; décor sur céramique fine sombre no 95).

Fig. 7. Céramiques provenant des derniers niveaux du fanum II (3e quart du ier s.). Éch. 1/3. Dessins : M. Joly, nos 29-33 d’ap. D. Cazoran.

Fig. 8. Céramiques provenant des derniers niveaux du fanum II (39-52) et de la voie 37 (53-54 ; 3e quart du ier s.). Éch. 1/3. Dessins : M. Joly, nos 42-44 et 46-48 d’ap. D. Cazoran.

PÉRIODE II : HABITAT

Contexte

Catégorie

Typologie

Fig.

Inv.

US 1023-1025

TN

Assiette, paroi oblique, lèvre à marli concave

fig. 10, no 55

TH 33

US 1023-1025

TN

Coupelle carénée

no 56

TH 40

US 1023-1025

Com. Sb.

Bol hémisphérique

no 57

TH 10

US 1023-1025

Com. Sb.

Pot caréné

no 58

TH 18

US 1023-1025

Com. Cl.

Cruche, lèvre en bandeau concave

no 59

TH 69

US 1028

TN

Assiette carénée, lèvre moulurée

no 60

TH 37

US 1017

TN

Assiette, fond signé AVOT/RILOS

no 61

No 335

US 1017

TR

Gobelet, décor molette

no 62

No 248

US 1017

Com. Sb.

Couvercle, peu profond, lèvre ronde

no 63

TH 2

US 1087

TN

Jatte lèvre oblique, décor ondé

no 64

No 260

US 1087

Sb. Fum.

Bol hémisphérique, décor lignes lustrées Gobelet, décor guillochis

no 65

No 261

US 1087

TR

(// JOLY, BARRAL 1992, No 96, p. 120)

no 66

No 262

US 1087

Fine Cl.

Gobelet, panse allongée

no 67

No 98

US 1052

TN

Jatte carénée, petite lèvre arrondie

no 68

No 99 TH 43

US 1067

Com. Sb., mic.

Pot caréné

fig. 14, no 83

No 97

US 1045

Com. Cl.

Couvercle, lèvre épaisse, carrée

no 84

TH 61

US 1417

Com. Cl.

Cruche // TH 69

/

US 1417

TN

Assiette, fond signé AVOT/IVNIO

no 85

No 349

US 1019

TN

Assiette, paroi oblique, lèvre à marli

no 86

TH 23

US1019

TN

Assiette, lèvre en bandeau convexe

no 87

TH 22

US 1027

Com. Sb.

Pot caréné

no 88

TH 17

US 1027

Com. Cl., d.

Pot, globulaire, petite lèvre oblique, reconstitué entièrement

no 89

No 100

US 1419

TN bonne

Jatte, fond à ombilic

no 90

No 257

US 1419

VRP

Plat, paroi oblique, lèvre arrondie

no 91

No 251

US 1419

Com. Sb.

Couvercle peu profond, lèvre concave

no 92

TH 5

US 1419

Com. Sb.

Écuelle à bord rentrant

no 93

TH 9

US 1419

Com. Sb.

Assiette carénée, bord vertical

no 94

No 96 TH 16

US 1419

M-F. Sb.

Décor de pot

no 95

No 256

US 1419

Com. Cl.

Mortier, lèvre en collerette

no 96

TH 66

Sect. A

TN

Décor moulé

fig. 15

No 249

US 1421

Com. Cl.

Plat tripode, bord arrondi

fig. 16, no 97

TH 49

US 1421

Com. Cl.

Coupelle carénée, bord vertical

no 98

No 87 TH 51

US 1421

Com. Cl.

Cruche, lèvre triangulaire

no 99

TH 75

US 1352

TN

Assiette, paroi oblique, lèvre à marli

no 100

TH 30

US 1352

TN

Assiette, paroi oblique, lèvre à marli

no 101

TH 28

US 1352

Com. Cl.

Cruche, lèvre en bourrelet concave

no 102

TH 57

US 1441

Com. Cl.

Cruche, lèvre en bourrelet bien saillant

no 103

TH 73

Fig. 9. Habitat contemporain du fanum II : tableau de la vaisselle céramique identifiée.

Fig. 10. Céramiques provenant de la zone d’habitat contemporaine du fanum II (3e quart du ier s. ; 55-63, secteur B ; 64-68, secteur C). Éch. 1/3, sauf marque éch. 2/3. Dessins : M. Joly

HABITAT : US 1062 (CITERNE)

HABITAT : US 1062 (CITERNE)

Fig. 11. Habitat contemporain du fanum II, secteur C (citerne, US 1062) : tableau de la vaisselle céramique.

  • 6 GRATALOUP, 1988, p. 60, type XXIX, datation : 40/70.

24Il faut ajouter à ce mobilier deux vases en céramiques à parois fines : un fragment de céramique plombifère de couleur verte, montrant un décor végétal moulé (fig. 21, no 6) et un bol hémisphérique à pâte beige verdâtre, présentant un décor de pastilles cloutées6 (fig. 21, no 7).

25Le mobilier provenant de l’habitat, comme celui exhumé dans le fanum II, est donc datable du troisième quart du ier s.

HABITAT : US 1033

HABITAT : US 1033

Fig. 12. Habitat contemporain du fanum II, secteur C (« maison aux enduits », US 1033) : tableau de la vaisselle céramique.

Fig. 13. Céramiques provenant de la zone d’habitat contemporaine du fanum II (69-73, secteur C, phase 2 « maison aux enduits » ; 74-82, secteur C, phase 3 ; 3e quart du ier s.). Éch. 1/3. Dessins : M. Joly.

Fig. 14. Céramiques provenant de la zone d’habitat contemporaine du fanum II (3e quart du ier s. ; 83, secteur C, phase 3 ; 84, secteur C, phase 4 ; 85-89, ruelles et passages ; 90-96, secteur E). Éch. 1/3, marque éch. 2/3. Dessins : M. Joly, no 96 d’ap. D. Mouraire.

Fig. 15. Céramique provenant de la zone d’habitat contemporaine du fanum II (secteur A : 3e quart du ier s.). Éch. 1/2. Dessins : M. Joly.

LE GRAND TEMPLE

26Le mobilier provient des cours nord et sud (fig. 18) et de l’hémicycle du péribole (fig. 19) du grand temple. En tout, seulement trente et un vases ont été identifiés (fig. 3 et 17).

27Le mobilier recueilli dans les contextes du grand temple n’est pas homogène. Un certain nombre de formes, déjà présentes dans le fanum II (assiettes en terra nigra, à lèvre à marli no 115, jatte à lèvre moulurée no 111, couvercle en céramique commune sombre no 104), apparaissent résiduelles. Les types nouveaux, en particulier les plats tripodes (no 122) ou apodes (nos 112, 117) et les pots ovoïdes en céramique commune claire (no 120) sont typiques des iie et iiie s. Enfin, les pots à décor estampé (nos 113 et 119) font leur apparition vers le début du iiie s. (JOLY, 1994, p. 303). Enfin, on peut noter que les coupelles nos 105-107 et 116 imitent en céramique commune sombre des formes connues en terra nigra à l’époque précédente.

28Le mobilier appartient donc à une fourchette chronologique large, qui s’étale de la fin du ier s. au iiie s. Cette fourchette chronologique est confirmée par les céramiques à parois fines (fig. 20).

  • 7 Forme Gueugnon 1 ou 2 : JOLY, 1997.

29Quelques productions du ier s. ont été recueillies : calice en céramique plombifère (fig. 22, no 10 : forme Déch. 59) ; bol à pâte beige verdâtre à décor d’écailles (fig. 22, no 12) (GRATALOUP, 1988, p. 58 type XXVIII). Mais on trouve aussi des céramiques métallescentes, dont l’apparition se situe vers la fin du IIe ou le début du iiie s. : jatte à bandeau portant un décor estampé (fig. 22, nos 8-9)7 et gobelet à décor barbotiné (fig. 22, no 11).

30La composition du répertoire présente quelques analogies avec celui du fanum II. En effet, les assiettes constituent la majorité des formes (près d’un tiers) et les coupelles sont relativement abondantes, tandis que les autres formes sont plus rares. On peut noter la présence dans la cour nord de vases de petite taille (fig. 18), des coupelles (no 105-109), dont certaines (no 105-107) reproduisent les assiettes carénées à bord oblique fréquentes dans le fanum II. Le plat tripode no 108 présente également une taille plus petite que la moyenne généralement rencontrée pour cette forme.

COMMENTAIRE

31La vaisselle céramique provenant de la zone du fanum II et du grand temple est relativement peu abondante et, en outre, très fragmentée. Les vases entiers ou reconstitués complètement sont exceptionnels. Aucun dépôt lié à la période gallo-romaine du sanctuaire, en particulier aucun dépôt de type favissae, n’a été mis au jour. Les fragments de vaisselle retrouvés systématiquement au sein de remblais ne conservent donc qu’un potentiel d’informations très restreint sur leur fonction et leur utilisation au sein du sanctuaire.

32Cependant, quelques remarques peuvent être effectuées au vu de la composition du matériel.

33Pour la période II, on dispose de mobilier provenant de la zone d’habitat et de la zone cultuelle. Les deux échantillonnages ne sont certes pas identiques ; la zone domestique a livré un mobilier quantitativement plus important que celle du fanum, mais on peut toutefois les comparer.

Fig. 16. Céramiques provenant de la zone d’habitat contemporaine du fanum II (contextes divers : 3e quart du ier s.). Ech. 1/3, marque éch. 2/3. Dessins : M. Joly.

34Dans l’habitat, comme dans le sanctuaire, les principales formes du répertoire gallo-romain et les catégories céramiques en usage pendant la première moitié du ier s. dans la région sont présentes. La plupart des formes sont communes aux deux ensembles et il n’est pas possible de mettre en évidence des vases à usage typiquement cultuel ou typiquement domestique.

GRAND TEMPLE

Contexte

Catégorie

Typologie

Fig.

Inv.

US 1260, 1272

Com. Sb.

Couvercle, lèvre peu retroussée

fig. 18, no 104

TH 3

US 1260,1272

Com. Sb.

Coupelle carénée, bord vertical

no 105

TH 13

US 1260,1272

Com. Sb.

Assiette carénée, bourrelet haut panse

no 106

No 85 TH 14

US 1260,1272

Com. Sb.

Coupelle carénée, bord vertical

no 107

No 84 TH 11

US 1260,1272

Com. Cl.

Assiette tripode, bord arrondi

no 108

TH 48

US 1260,1272

Com. Cl., d.

Coupelle, paroi oblique, lèvre en boule

no 109

TH 65

US 1280

Com. Sb.

Couvercle, lèvre allongée, sillon interne

no 110

TH 4

US 1280

Com. Sb.

Jatte, lèvre avec décor digité

no 111

No 245

US 1280

Com. Cl.

Assiette carénée, bord rentrant

no 112

TH 47

US 1080

Com. Sb.

Pot, décor estampé

no 113

No 238

US 1080

Com. Cl.

Mortier, signé MINNO

no 114

No 17

mur 25

TN

Assiette, paroi oblique, lèvre à marli

fig. 19, no 115

TH 32

Péribole nord

Com. Sb.

Coupelle carénée, bord vertical

no 116

TH 12

Hémicycle N.

Com. Sb.

Plat, paroi convexe, lèvre arrondie

no 117

TH 7

Hémicycle N.

Com.. Sb.

Assiette, paroi oblique, lèvre concave

no 118

TH 8

Hémicycle N.

Com. Sb.

Pot, décor estampé

no 119

Hémicycle N.

Com. Cl.

Pot ovoïde, lèvre déversée, reconstitué

no 120

No 86

Hémicycle N.

Com. Cl.

Cruche, lèvre triangulaire

no 121

TH 68

Fosse 7

Com. Cl.

Plat tripode, bord rentrant

no 122

TH 50

Fig. 17. Grand temple : tableau de la vaisselle céramique identifiée.

Fig. 18. Céramiques provenant des cours nord et sud du grand temple. Éch. 1/3, photo et marque éch. 2/3. Dessins : M. Joly.

35Cependant, lorsque l’on prend en compte la proportion des différentes formes, des différences notables apparaissent (fig. 22). Dans l’habitat, les pots et les jattes occupent les premières places, comme c’est généralement le cas dans les contextes régionaux de cette époque, tandis que dans la zone cultuelle, ce sont les cruches et les assiettes qui arrivent en tête du nombre de vases présents et les pots sont relativement peu nombreux.

36Pour le mobilier provenant du grand temple, les assiettes arrivent également en première position.

37Il s’agit dans les deux cas d’assiettes en terra nigra. Leur typologie est peu variée et trois types sont bien présents : pour la période II, ce sont des assiettes à lèvre moulurée, des assiettes carénées et des assiettes à lèvre à marli. C’est ce dernier type que l’on retrouve également en abondance dans le grand temple.

LE CHOIX DE LA VAISSELLE

38Les formes présentes dans le sanctuaire sont toutes connues dans les contextes d’habitat de l’agglomération des Bolards ou de la région. La particularité la plus évidente concerne le choix des formes, opéré au sein du répertoire. Les assiettes et les cruches, vaisselle de présentation et de service, sont les plus nombreuses.

39En ce qui concerne les assiettes, on note une large prédominance des assiettes à lèvre à marli et pour les cruches, le type à lèvre en bourrelet est le mieux représenté. Pour les jattes, la forme en terra nigra à petite lèvre déversée (fig. 6, no 19 ou fig. 10, no 68) est la mieux attestée. Enfin, en ce qui concerne les pots, la forme de pots carénés (fig. 13, no 73 ou 14, no 83) domine nettement. Toutes ces formes se retrouvent également en nombre important dans les fosses et sépultures de la nécropole des Bolards, datées de la deuxième moitié du ier s. (JOUBEAUX, 1982). Il paraît donc probable qu’il s’agit de récipients généralement utilisés lors de pratiques cultuelles.

40Les vases miniatures sont peu nombreux. Seules quelques coupelles (fig. 18, nos 105-107), qui reproduisent, en plus petit, les assiettes à bord oblique, ont été retrouvées, mais en petit nombre. De plus, il faut signaler que de telles formes se rencontrent parfois aussi dans des contextes d’habitat (JOLY, 1992). Dans le cas présent, on peut remarquer qu’elles proviennent surtout de la cour du grand temple. Il n’est donc pas impossible qu’elles soient liées aux pratiques religieuses.

Fig. 19. Céramiques provenant du péribole du grand temple (115-121) et d’une fosse (122). Éch. 1/3, photo éch. 2/3. Dessins : M. Joly. no 124, d’ap. D. Mouraire.

CÉRAMIQUES À PAROIS FINES

Contexte

Catégorie

Typologie

Fig.

Inv.

Fanum II cour

Plombifère

Vase ansé

/

80/PZM…

US 1141

Plombifère

Cruche à décor moulé

fig. 21, no 1

No 270

US 1141

PF, bge., eng. Brun

Bol, décor d’épines

no 2

No 264

US 1141

PF

Bol, décor d’écailles, int. sablé

no 3

No 265

US 1141

PF bge., eng. Br.-or

Bol, décor d’écailles

no 4

No 266

US 1141

PF, rge., eng. Rge-brun

Bol ?

/

No 267

US 1141

PF bge., eng. Rge cl.

Bol, décor sablé

no 5

No 268

US 1141

PF

Bol ?

No 269

US 1087

Plombifère

Décor moulé

no 6

No 259

US 1054

PF, bge., eng. Brun

Bol, décor de pastilles cloutées, int. sablé

no 7

No 93

US 1033

PF, bge., eng. Brun-rge.

Bol, décor d’écailles (un décor)

/

No 92

US 1033

PF, bge., eng. Brun

Bol, décor d’épines, // no 264, int. sablé

/

No 94

US 1033

PF, bge., eng. Rge. Cl.

Bol, décor d’écailles

/

No 95

US 1416

PF, bge. Eng. Brun

Décor d’épines (gobelet)

/

Sect. A

US 1080

PF mét.

Jatte, F. Gueugnon 1

fig. 22, no 8

No 56

US 1080

PF mét.

Jatte, F. Gueugnon 1 ou 2

no 9

No 56

Hém. Sud

Plombifère

Calice, décor d’applique

no 10

No 247

Hém. N.

PF mét.

Gobelet, décor barbotine

no 11

No 90

Fosse sect. B

PF, bge, eng. Rge-brun

Bol, décor d’écailles

no 12

No 91

Fig. 20. Tableau de la vaisselle céramique à parois fines identifiée.

LA PROVENANCE DES VASES

  • 8 Ateliers situés « rue des Pierres » ; voir CREUZENET, 1996, p. 27 et JOLY, 1996, p. 133.

41Le plus grand nombre des vases en céramique commune provient vraisemblablement des ateliers de potiers, non encore découverts, liés à l’agglomération des Bolards (cruches, pots carénés par exemple). Pour les autres, une origine régionale est très probable. En ce qui concerne les jattes, la forme en terra nigra à petite lèvre déversée (no 68) provient sans doute des ateliers de Chalon-sur-Saône (JOLY, BARRAL, 1992, forme no 67, p. 112). Les pots en céramique commune sombre à décor estampé (nos 113 et 119) ont selon toute vraisemblance été fabriqués dans les ateliers d’Autun8. Les vases en céramique métallescente nos 8, 9 et 11 (fig. 22) proviennent des ateliers de Gueugnon. Enfin, un certain nombre de vases ont sans doute été achetés dans des ateliers plus lointains. C’est le cas en particulier des assiettes en terra nigra et des céramiques à engobe plombifère, vraisemblablement issues des ateliers du Centre de la Gaule ou encore des bols hémisphériques, parois fines engobées, provenant, selon toute vraisemblance, des ateliers lyonnais de la Butte.

LA DESTINATION DES VASES

42Aucun vase n’a été retrouvé dans sa position initiale et il n’est pas possible de distinguer les vase ayant contenu des offrandes de ceux ayant servi lors de sacrifices ou de banquets religieux.

43Le contenu des vases ne nous est pas parvenu. Le pot no 120, retrouvé dans l’hémicycle nord du grand temple, constitue la seule exception à cette règle. Il renfermait le squelette d’un oiseau et deux monnaies (voir les études de T. Poulain et C. Brenot dans ce volume), visiblement déposés comme offrande.

Fig. 21. Céramiques à parois fines provenant de la cour du fanum II (3e quart du ier s.). 6-7, secteur C, phase 1. Éch. 1/2. Dessins : M. Joly, nos 2-5, d’ap. D. Cazoran.

CONCLUSION

44Les sanctuaires gallo-romains connus en Bourgogne sont relativement nombreux : 44 sites ont livré des vestiges correspondant à 53 temples, dont près de la moitié est localisée en Côte-d’Or (FAUDUET, 1993, p. 33, pour ce département, 24 édifices répartis sur 18 sites). La plupart de ces sanctuaires sont connus uniquement par des mentions anciennes ou par photographie aérienne. Certains des sanctuaires fouillés ont livré un abondant mobilier, mais la plupart d’entre eux n’ont pas fait l’objet d’une étude céramique. La documentation céramo-logique disponible est donc très rare.

  • 9 Étude en cours de l’auteur.

45L’apport le plus important résultant de l’étude du sanctuaire des Bolards concerne la mise en évidence de la sélection opérée au sein de la vaisselle utilisée. Les assiettes et les cruches, vases de présentation et de service ont été privilégiés. Ce choix s’explique par les nécessités liées aux pratiques cultuelles (offrandes, sacrifices, banquets ou encore les libations). Il n’est cependant pas possible d’en dire plus, étant donné la nature des contextes de découverte. Cette prédominance des assiettes et des cruches ne constitue pas une particularité du sanctuaire des Bolards. Pour deux autres sanctuaires régionaux, Mirebeau et Vertault, en cours d’étude9, on remarque que l’éventail des formes retrouvées dans les temples est moins varié que dans les habitats proches. Les vases présents sont extraits du vaisselier gallo-romain traditionnel, avec une préférence, comme aux Bolards, pour la vaisselle de présentation et de service, au détriment de la vaisselle culinaire. Quelques autres sanctuaires gallo-romains, par exemple ceux d’Argentomagus ou de Limoges (TUFFREAU-LIBRE, 1994), ont permis d’effectuer des remarques semblables.

Fig. 22. Céramiques à parois fines provenant de l’habitat ; 8, secteur A) et du grand temple (9-10, cour sud ; 11-12, hémicycle ; 13. fosse). Éch. 1/2. Dessins : M. Joly.

  • 10 Par exemple dans les fosses de la nécropoles des Bolards (voir JOUBEAUX, 1982) ou dans celles borda (...)
  • 11 LE GALL, SÉNÉCHAL, 1974 ; RABEISEN, 1990 ; SÉNÉCHAL, 1972.

46Les vases de petite taille trouvés dans la cour du grand temple des Bolards témoignent peut-être d’offrandes miniatures, mais cela reste à prouver. En effet, on peut remarquer que si le dépôt de vases miniatures en contexte cultuel est attesté pendant toute la période gallo-romaine, et en particulier au ier s., aussi bien en contexte de sanctuaires que dans les nécropoles10, il reste finalement assez peu fréquent. À Alésia, les dépôts « de l’area du temple » montrent un rituel spectaculaire, avec des dispositions particulières des vases11 Mais, d’une part, ces dépôts sont difficiles à interpréter, vu leur contexte de découverte et, d’autre part, d’après les datations fournies par les fouilleurs, on se situe à une période un peu postérieure à celle des Bolards (début du iie s.).

47Enfin, un autre fait important concerne l’entretien du temple. En effet, le mobilier recueilli, quantitativement restreint, ne peut pas être mis en relation avec la période de fonctionnement des temples, mais avec le moment de sa destruction. On peut donc en conclure que l’on procédait à un nettoyage soigneux des offrandes avant d’en installer de nouvelles.

Fig. 23. Répartition des formes de vaisselle céramique (sans la sigillée et les céramiques à parois fines) selon leurs contextes de découverte.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BARRAL R, BECK R, BERNAL J., BOYER F., BUCHSENSCHUTZ O., FLOUEST J.-L., LASZLOVSZKY J., LUGINBÜHL T., PARATTE C.A., PAUNIER D., QUINN D., RALSTON I. B. M., SZABO M., VITALI D., WIETHOLD J., 1996, « Les fouilles du Mont-Beuvray, Nièvre-Saône-et-Loire : rapport biennal 1992-1993 », Revue Archéologique de l’Est, t. 46, fasc. 2, p. 217-293.

BARRAL R, JOLY M., à paraître, « Aspects de la céramique augustéenne dans le Nivernais (Entrains-sur-Nohains, Nevers, Poil, Decize) : productions, chronologie, diffusion », in : Actes du colloque de l’A.F.E.A.F., Nevers, mai 1993.

CREUZENET F., 1996, « La production de céramiques à Autun (Saône-et-Loire) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Dijon, 16-19 mai 1996, p. 25-40.

FAUDUET L, 1993 : Atlas des sanctuaires romano-celtiques de Gaule : les fanums, Paris, éd. Errance.

GÉNIN M., 1993, « Céramiques augustéennes du Verbe-Incarné à Lyon : étude de trois ensembles clos », Revue Archéologique de l’Est, t. 44, fasc. 1, p. 61-104.

GOUDINEAU C., FAUDUET L, COULON G. dir., 1996, Les sanctuaires de tradition indigène en Gaule romaine, Actes du colloque d’Argentomagus, Paris, éd. Errance.

GRATALOUP C., 1988, Les céramiques à parois fines, Rue des Farges à Lyon, Oxford (BAR, Intern. Series, 457).

JOLY M., 1992, Recherches sur la céramique commune gallo-romaine dans l’est de la Bourgogne, Thèse de doctorat, Université de Bourgogne, Dijon, février 1992.

JOLY M., 1994, « Céramiques du Haut-Empire en Bourgogne », in : TUFFREAU-LIBRE M., JACQUES A., dir., La céramique du Haut-Empire en Gaule Belgique et dans les régions voisines : faciès régionaux et courants commerciaux, Actes de la table ronde d’Arras (12-14 octobre 1993), p. 303-319 (Nord-Ouest Archéologie, 6).

JOLY M., 1995, « Les céramiques communes, les céramiques à parois fines et les amphores », in : GOGUEY R., REDDÉ M. dir., Le camp légionnaire de Mirebeau, Römisch Germanisches Zentralmuseun Forschungsinstitut für Vor- un Frühgeschichte, Mayence, p. 152-190.

JOLY M., 1996, « Terra nigra, terra rubra, céramique à vernis rouge pompéien, peintes et communes : répertoire, chronologie et faciès régionaux en Bourgogne romaine », in : Actes du Congrès de la SFECAG, Dijon, 16-19 mai 1996, p. 111-138.

JOLY M., 1999, « Les ateliers de Bourgogne et de Franche-Comté », in : BRULET R., SYMONDS R. P., VILVORDER F., dir., Céramiques engobées et métallescentes gallo-romaines, Actes de la table ronde de Louvain-La-Neuve (Belgique), 18 mars 1995, Rei Cretariae Romanae Fautorum Acta, Oxford, p. 39-68.

JOLY M., BARRAL R, 1992, « Céramiques gallo-belges de Bourgogne : antécédents, répertoire, productions et chronologie », in : Actes du congrès de la SFECAG, p. 101-130.

JOLY M., LÉVÊQUE S., 1989, « Céramiques communes du ier siècle : cinq fosses trouvées à Langres (Haute-Marne) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Lezoux, 1989, p. 233-241.

JOUBEAUX H., 1982, « Étude du matériel, I. céramique, verrerie, figurines », in : COLLECTIF, La nécropole gallo-romaine des Bolards, Nuits-Saint-Georges, Paris, éd. du CNRS, p. 43-101.

LE GALL J., SÉNÉCHAL R., 1974, « Dépôts d’offrandes auprès du principal temple d’Alésia », Comptes rendus des Inscriptions et Belles Lettres, avril-juin 1974, Paris, p. 207-218.

MENEZ Y., 1985, Les céramiques fumigées de l’Ouest de la Gaule (Cahiers de Quimper antique, 2).

MENEZ Y., 1989, « La céramique fumigée (“terra nigra”) du Bourbonnais : étude des collections de Néris-les-Bains et de Chateaumeillant », Revue Archéologique du Centre, 28, 2, p. 117-178.

PLANSON E., 1982, « Histoire de la fouille », in : PLANSON E. et alii, La nécropole gallo-romaine des Bolards, Nuits-Saint-Georges, Paris, éd. du CNRS, p. 29-40.

RABEISEN E., 1990, « Dépôts d’offrandes – céramique », in : Il était une fois en Côte-d’Or : 20 ans de recherches archéologiques, Catalogue d’exposition, Dijon, Musée archéologique / Paris, éd. Errance, p. 155-158.

SÉNÉCHAL R., 1972, « Découverte d’un dépôt de sacrifice gallo-romain à Alésia », Gallia, 30, p. 289-293.

TUFFREAU-LIBRE M., 1994, « La céramique dans les sanctuaires gallo-romains », in : GOUDINEAU C., FAUDUET L, COULON G., dir., Les sanctuaires de tradition indigène en Gaule romaine, Actes du colloque d’Argentomagus, Paris, éd. Errance, p. 128-137.

VERTET H., 1986, « Recherches sur les glaçures plombifères fabriquées dans le Centre de la Gaule », in : Actes du congrès de la SFECAG, p. 25-31.

Notes

1 L’étude rencontre une difficulté supplémentaire, du fait que les différentes catégories de céramique ont été traitées séparément.

2 À Lyon, ce type apparaît « timidement » sous Auguste et sa fréquence augmente jusqu’au milieu du ier s. (GENIN, 1993).

3 En particulier dans le Nivernais : BARRAL, JOLY, à paraître et au Mont-Beuvray : BARRAL et alii, 1996.

4 GRATALOUP. 1988. no 2 : type XXVII ; no 4 : type XXVIII ; no 5 : type XXVb. BERTRAND. 1997, l. 1, p. 33.

5 GRATALOUP, 1988, p. 55, type XXV : Tibère à fin du ie s. ap. J.-C. ; p. 61, type XXVII et XXVIII : 40-70.

6 GRATALOUP, 1988, p. 60, type XXIX, datation : 40/70.

7 Forme Gueugnon 1 ou 2 : JOLY, 1997.

8 Ateliers situés « rue des Pierres » ; voir CREUZENET, 1996, p. 27 et JOLY, 1996, p. 133.

9 Étude en cours de l’auteur.

10 Par exemple dans les fosses de la nécropoles des Bolards (voir JOUBEAUX, 1982) ou dans celles bordant l’une des nécropoles de Langres (voir JOLY, LÉVÊQUE, 1989).

11 LE GALL, SÉNÉCHAL, 1974 ; RABEISEN, 1990 ; SÉNÉCHAL, 1972.

Table des illustrations

Légende Fig. 2. Céramiques provenant des contextes de l’état 2 du fanum I (Auguste-Tibère). Éch. 1/3, sauf décor éch. 2/3. Dessins : M. Joly.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/427/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Fig. 5. Céramiques provenant de la cour du fanum II (phase 1 : 3e quart du ier s.). Éch. 1/3, sauf marque éch. 2/3. Dessins : M. Joly.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/427/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Légende Fig. 6. Céramiques provenant de la cour du fanum II (phase 2 : 3e quart du ier s.). Éch. 1/3. Dessins : M. Joly.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/427/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 7. Céramiques provenant des derniers niveaux du fanum II (3e quart du ier s.). Éch. 1/3. Dessins : M. Joly, nos 29-33 d’ap. D. Cazoran.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/427/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende Fig. 8. Céramiques provenant des derniers niveaux du fanum II (39-52) et de la voie 37 (53-54 ; 3e quart du ier s.). Éch. 1/3. Dessins : M. Joly, nos 42-44 et 46-48 d’ap. D. Cazoran.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/427/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 10. Céramiques provenant de la zone d’habitat contemporaine du fanum II (3e quart du ier s. ; 55-63, secteur B ; 64-68, secteur C). Éch. 1/3, sauf marque éch. 2/3. Dessins : M. Joly
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/427/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre HABITAT : US 1062 (CITERNE)
Légende Fig. 11. Habitat contemporain du fanum II, secteur C (citerne, US 1062) : tableau de la vaisselle céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/427/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre HABITAT : US 1033
Légende Fig. 12. Habitat contemporain du fanum II, secteur C (« maison aux enduits », US 1033) : tableau de la vaisselle céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/427/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 558k
Légende Fig. 13. Céramiques provenant de la zone d’habitat contemporaine du fanum II (69-73, secteur C, phase 2 « maison aux enduits » ; 74-82, secteur C, phase 3 ; 3e quart du ier s.). Éch. 1/3. Dessins : M. Joly.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/427/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Fig. 14. Céramiques provenant de la zone d’habitat contemporaine du fanum II (3e quart du ier s. ; 83, secteur C, phase 3 ; 84, secteur C, phase 4 ; 85-89, ruelles et passages ; 90-96, secteur E). Éch. 1/3, marque éch. 2/3. Dessins : M. Joly, no 96 d’ap. D. Mouraire.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/427/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 15. Céramique provenant de la zone d’habitat contemporaine du fanum II (secteur A : 3e quart du ier s.). Éch. 1/2. Dessins : M. Joly.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/427/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Fig. 16. Céramiques provenant de la zone d’habitat contemporaine du fanum II (contextes divers : 3e quart du ier s.). Ech. 1/3, marque éch. 2/3. Dessins : M. Joly.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/427/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Fig. 18. Céramiques provenant des cours nord et sud du grand temple. Éch. 1/3, photo et marque éch. 2/3. Dessins : M. Joly.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/427/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Fig. 19. Céramiques provenant du péribole du grand temple (115-121) et d’une fosse (122). Éch. 1/3, photo éch. 2/3. Dessins : M. Joly. no 124, d’ap. D. Mouraire.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/427/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Fig. 21. Céramiques à parois fines provenant de la cour du fanum II (3e quart du ier s.). 6-7, secteur C, phase 1. Éch. 1/2. Dessins : M. Joly, nos 2-5, d’ap. D. Cazoran.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/427/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 22. Céramiques à parois fines provenant de l’habitat ; 8, secteur A) et du grand temple (9-10, cour sud ; 11-12, hémicycle ; 13. fosse). Éch. 1/2. Dessins : M. Joly.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/427/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Fig. 23. Répartition des formes de vaisselle céramique (sans la sigillée et les céramiques à parois fines) selon leurs contextes de découverte.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/427/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 193k

© ARTEHIS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search