Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, II

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Michel Kasprzyk
, 
Bérengère Fort

Thème n° 1. Nécropoles de l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule

Les sépultures tardo-antiques de la fouille du tramway à Reims (Marne)

Stéphane Sindonino, Magalie Cavé, Sandrine Thiol, Pierre Marthelat, Michaël Brunet et Philippe Rollet

Résumé

La fouille sur le tracé du tramway de Reims, qui s’est déroulée en 2007 et 2008, a permis la mise au jour de tombes isolées sur les ruines de la ville antique. Cette découverte a pu être mise en relation avec celle d’autres inhumations, faites depuis une vingtaine d’années, toutes dispersées dans plusieurs quartiers de la ville situés en dehors des limites de l’enceinte du ive siècle. La reprise de la documentation concerne un minimum de 55 sépultures qui se différencient, pour la plupart, des ensembles de tombes organisées en nécropoles communautaires (irrégularité de leur orientation, de leur architecture funéraire et présence ou non de mobilier associé). On constate encore des différences dans le recrutement funéraire, tant par le sexe que par l’âge, ainsi que des disparités concernant la stature et l’état sanitaire. Cette étude intervient alors même que partout en France et en Europe, l’idée d’une norme funéraire unique sous la forme des nécropoles communautaires organisées, maintenant bien connues, est mise à mal.

Texte intégral

Fig. 1. Reims, les tombes de l’Antiquité tardive. Les sites funéraires de l’Antiquité à Reims au Haut-Empire et au Bas-Empire (d’après Chevalier , 2005).

1La question de l’organisation des espaces funéraires antiques de Reims s’est toujours posée depuis la mise au jour de nombreuses tombes gallo-romaines avant la fin du xixe siècle. Le mobilier funéraire a éveillé très tôt la curiosité des antiquaires. L’organisation, la chronologie et même la localisation des sépultures étaient plus que secondaires aux yeux de ces premiers érudits.

2La destruction du musée rémois lors des bombardements de la première guerre mondiale et la perte consécutive de la majorité du mobilier exhumé laissa la question largement en suspens.

3Au fil des sauvetages archéologiques depuis la fin des années 70, le questionnement est réapparu, dans un premier temps dans une perspective de chronologie et d’extension spatiale de la ville du Haut-Empire, puis, dans un second temps, ce sont les découvertes sporadiques et isolées de quelques tombes, souvent pas ou mal datées, qui ont ravivé la question de la gestion des morts à la fin de l’Antiquité. Connaissant la localisation des premières églises paléochrétiennes du suburbium, auxquelles sont systématiquement associées des tombes, cette problématique semble assez simple de prime abord. Elle s’avère en fait beaucoup plus complexe lorsque l’on commence à inventorier les tombes tardives découvertes sur les différents chantiers d’archéologie préventive. Le seul travail de recensement réalisé récemment (Chevalier, 2005) montre que si onze lieux d’inhumation sont connus pour le Haut-Empire, 55 le sont pour l’Antiquité tardive (fig. 1). Plus qu’un glissement ou un éparpillement des lieux de sépulture, la question de la gestion de populations différenciées se pose. Ainsi la fouille du tramway de Reims a permis une nouvelle fois d’apporter des éléments de réflexion sur le sujet.

4Jusqu’alors le raisonnement portait sur des sépultures datées approximativement, dans des contextes archéologiques parfois imprécis. La traversée de la ville sur 2 hectares linéaires, pour la réalisation du tramway et de ses ouvrages connexes, a permis de faire un lien entre des découvertes effectuées dans les années 80 et 90 dans le secteur de la gare et dans le centre ville. Nous extrapolerons et confronterons alors notre raisonnement pour cette zone au reste des inhumations tardives recensées afin d’émettre une nouvelle hypothèse sur la gestion funéraire tardive.

Fig. 2. Reims, les tombes de l’Antiquité tardive : Tramway 2007. Localisation des secteurs de fouille sur le tracé du tramway de Reims (M. Cavé, Inrap).

Fig. 3. Reims, les tombes de l’Antiquité tardive : Tramway 2007. Plan des secteurs 4 et 5 de la fouille du tramway, toutes périodes confondues avec localisation des rues et des îlots d’habitation antiques (M. Cavé, Inrap).

5Nous partons du constat qu’à partir de l’abandon de certains quartiers périphériques à la fin du iiie siècle et de la construction de l’enceinte urbaine au ive siècle, une partie des espaces autrefois construits est ponctuellement occupée par des noyaux funéraires. C’est le cas de la fouille de la trémie sur le tramway, site trait d’union entre les fouilles du boulevard Joffre et de la place Drouet d’Erlon.

Fig. 4. Reims, les tombes de l’Antiquité tardive : Tramway 2007. Tracé des rues antiques repérées sur les secteurs 4 et 5 sur le plan de la ville antique (au 1/50 000) (M. Cavé, Inrap).

1. Les inhumations tardo-antiques du tramway : modalités de découverte et observations

1.1. Le secteur 5 de la fouille du tramway

6La fouille du tramway de Reims est découpée en sept secteurs répartis entre le quartier de l’avenue de Laon et le centre-ville. L’ouverture du secteur 5 coïncide avec la création d’un passage souterrain (trémie), sur l’axe des boulevards Joffre et Roederer (secteurs 5ABCD) et avec le réaménagement du parking de la gare (secteur 5E) (fig. 2). Sa fouille s’est déroulée d’avril à décembre 2008. Le secteur 4, situé à proximité en limite ouest de l’esplanade des Hautes Promenades, est le prolongement du secteur 5. Ensemble, ils occupent une surface totale de plus de 8 000 m2.

7Les vestiges mis au jour sur ces deux zones appartiennent, pour l’essentiel, à la période gallo-romaine, à l’exception de quelques éléments médiévaux et modernes isolés. Il s’agit des structures d’habitat et de voirie antiques traditionnellement rencontrées en contexte urbain. Cinq rues, une rue est-ouest qui s’étend sur l’essentiel de la surface fouillée (rue A) et quatre rues nord-sud (rues C, D et E et une rue supposée : rue B), délimitent cinq îlots d’habitation, incomplets en raison du caractère linéaire du projet (fig. 3). Ces îlots s’insèrent strictement dans le maillage de la ville antique close par l’enceinte dite augustéenne (fig. 4). Ils se situent dans le quart nord-ouest de la ville du Haut-Empire, avant d’occuper l’extérieur de l’enceinte tardive. Le Cardo, qui dessert la ville du nord au sud, se trouve à environ 300 m plus à l’est.

8Les vestiges antiques repérés sur le secteur 5 s’échelonnent de la fin du ier siècle avant notre ère (avant les premières constructions en dur) jusqu’à l’abandon du quartier vers 280/290 à 310/320. L’étude céramique des niveaux d’abandon de la zone située à l’extrémité sud-ouest du chantier (secteur 5B) révèle une datation un peu plus précoce, après 240 à 260/270.

9C’est dans ce contexte d’abandon du quartier antique que prennent place six inhumations, comme l’atteste la stratigraphie.

1.2. La position des inhumations dans l’îlot d’habitation antique

10Sur la zone 5C, les six inhumations (Sp 78, 307, 314, 318, 356 et 475) occupent un rectangle d’environ 40 m de longueur sur 5 m de largeur à l’intérieur de l’îlot II délimité par les rues A, C et D (fig. 5). Seule la sépulture Sp 78 est située en façade de la rue C, positionnée dans la tranchée de récupération du mur qui sépare la rue de la zone d’habitat ; les autres sépultures se trouvent en cœur d’îlot.

11Ces tombes peuvent être classées en trois catégories : deux tombes occupent une tranchée de récupération de mur, deux entament profondément le substrat et enfin, deux plus superficielles sont creusées dans une couche de remblai d’abandon.

1.2.1. Les fosses en tranchées de récupération

12La sépulture 78 accueille un sujet de sexe masculin (d’après Bruzek et alii, 1996), entre 20 et 29 ans (d’après Schmitt, Broqua, 2000), inhumé sur le dos, dans un cercueil cloué, avec une boucle de ceinture de petit module, en alliage cuivreux et datée du début du ive siècle.

13Le sujet de la tombe 314 est un adulte mature, de sexe indéterminé, inhumé sur le dos au sein d’un cercueil cloué étroit.

1.2.2. Les fosses profondes qui entament la craie géologique

14La sépulture 307 accueille un adulte jeune, de sexe masculin (d’après Murail et alii, 2005), dont la stature restituée est de 1,88 m (+/-4 cm selon Trotter, Gleser, 1952). L’individu, orienté SE-NO (120° nord), s’est décomposé, sur le dos, en espace vide au sein d’une fosse aux angles arrondis surmontée d’une couverture de planches. La datation radiocarbone le situe entre 340 et 425 ap. J.-C. (date la plus probable : 399 ap. J.-C.).

Fig. 5. Reims, les tombes de l’Antiquité tardive : Tramway 2007. Plan de l’îlot II d’habitation antique avant son abandon avec détail des inhumations tardo-antiques découvertes (au 1/50) (M. Cavé, Inrap).

Fig. 6. Reims, les tombes de l’Antiquité tardive : Tramway 2007. Mobilier découvert dans la sépulture Sp. 356 (photos J.-J. Bigot, Inrap). 1. Fibule cruciforme, dorée et niellée avec portraits en médaillons ; 2. ferret de ceinture ; 3. boucle à hélice ; 4. couteau / poignard d’influence germanique.

15Le sujet de la tombe 356 est un grand adolescent, de sexe masculin ( ? caractères sexuels secondaires crâniens) dont la stature restituée oscille entre 1,77 m et 1,79 m (+/-4 cm selon Trotter, Gleser, 1952). Il portait une fibule cruciforme, dorée et niellée avec portraits en médaillons, type attesté entre 350 à 400 ap. J.-C. en Pannonie (fig. 6, no 1) (voir Popović, 2007), un ferret de ceinture, type attesté aux ive et ve siècles (fig. 6, no 2), une boucle à hélice type attesté entre 400 et 425 ap. J.-C. (fig. 6, no 3) ainsi qu’un couteau/poignard d’influence germanique, type attesté en Occident dans les nécropoles du Bas-Empire, de la Rhénanie à l’Espagne septentrionale, daté du milieu du IVe au milieu du ve siècle et qui existe encore au début de l’époque mérovingienne (fig. 6, no 4).

16L’individu, orienté comme le précédent SE-NO (130° nord), s’est décomposé sur le dos, en espace vide au sein d’un contenant de type cercueil, ajusté en largeur.

1.2.3. Les fosses creusées dans une couche de remblai d’abandon

17La sépulture 318 accueille un adulte jeune voire mature (entre 20 et 49 ans, d’après Schmitt, Broqua, 2000), de sexe masculin (d’après Murail et alii, 2005), dont la stature restituée oscille entre 1,71 m et 1,72 m (+/-4 cm, selon Trotter, Gleser, 1952). L’individu, orienté SE-NO (155 ° nord), s’est décomposé en espace vide au sein d’un cercueil chevillé large. Il portait un poignard en fer. Une boucle et une accroche de ceinture en alliage cuivreux ont été déposées sur son coude gauche.

18Le sujet de la tombe 475, de taille adulte et de sexe indéterminé, reposait sur le dos. Sa stature oscille entre 1,60 m et 1,64 m (+/-4 cm, selon Trotter, Gleser, 1952). Il est orienté NO-SE (315° nord). Son milieu de décomposition demeure indéterminé.

19Pour les deux sujets découverts en tranchée de récupération, on constate quelques constantes : une décomposition en espace vide au sein de cercueils cloués. Dans un cas au moins, il s’agit d’une sépulture habillée.

20Si pour les sujets inhumés en tranchée de récupération, l’orientation du corps est strictement liée à des contraintes préexistantes, celles du bâtiment (on notera toutefois que Sp 78 et 314 sont orientées N-S), pour les fosses creusées dans la craie, on note ici que ces deux tombes profondes respectent une orientation SE-NO. Elles concernent probablement deux sujets masculins, se singularisant par une taille élevée, qui se sont décomposés en espace vide. L’un d’eux porte un mobilier qui évoque une appartenance au domaine militaire.

21Pour finir, les deux sujets inhumés dans la couche de remblai d’abandon sont orientés selon des axes discordants. Au sein de la tombe la plus complète, on observe la possibilité d’un dépôt de mobilier. Ici un poignard et des éléments de ceinture non portés.

22L’occupation funéraire mise au jour sur la zone 5C est la seule occupation stricto sensu de la fin de l’Antiquité sur ce secteur du tramway. En effet, les sépultures ne sont associées à aucun vestige attenant de l’occupation tardive, et les très rares structures datées de la même période sont des fosses de rejet situées à l’écart. L’existence d’un habitat de la fin iiie -début ive siècle n’est toutefois pas à exclure tant les vestiges de cette période sont difficiles à lire, en raison de problèmes d’identification et de conservation. Si ces tombes peuvent, à ce titre, être qualifiées de « tombes isolées », il importe de s’interroger sur la place qu’elles occupent (position spatiale et chronologique) par rapport aux sites funéraires de l’Antiquité tardive comparables sur le territoire rémois.

2. Des pratiques funéraires singulières dans un contexte de mutation

2.1. Un phénomène isolé ?

23La fouille du tramway a permis de relancer la problématique concernant ces tombes isolées présentes ça et là au sein de la trame urbaine. Elle a été l’occasion d’établir un premier recensement de l’ensemble des tombes tardo-antiques documentées. Au terme de cette recherche, il apparaît que huit sites majeurs (fig. 7) fouillés entre la fin des années 80 et les années 2000 (fouille du tramway comprise) ont, en l’état actuel des recherches, livré des sépultures que l’on peut rattacher à l’Antiquité tardive. De l’ouest à l’est de la ville, il s’agit des sites du 17-19 rue du Mont d’Arène, 6-8, rue Maucroix, du 28, boulevard Joffre, de la place Drouet d’Erlon, du 20, rue de Contrai, du 14-16, rue des Moissons, du 6-8, rue des Moissons et du 40, boulevard Jamin.

24Les opérations de diagnostics et les fouilles anciennes ont délibérément été exclues de cette sélection dans la mesure où elles n’ont fait l’objet d’aucune étude anthropologique et d’aucune analyse approfondie du mobilier archéologique mis au jour dans les tombes. En outre, notre attention s’est portée en priorité sur les sites dont la chronologie des tombes est confirmée par la présence de mobilier datant et/ou la réalisation de datation radiocarbone.

25Un nombre important de sujets a été découvert en tranchée de récupération ; quinze cas ont ainsi été comptabilisés, soit 58 % des sujets situés hors des nécropoles organisées, sur la fouille du tramway, sur le boulevard Joffre (Balmelle, 1988, annexe 8), rues du Mont d’Arène-Maucroix (Rollet et alii, 2009, p. 504-558), au 14-16 rue des Moissons (Balmelle, 1999, p. 25 et 64) et place Drouet d’Erlon (Rollet et alii, 1994, p. 66-69). Selon J. Avinain (Avinain, 2003, p. 66), cette pratique pourrait n’être qu’opportuniste (réutilisation de fosses déjà creusées). Et, dans une telle perspective, l’inhumation de deux chevaux sur le site de la place Drouet d’Erlon, à côté des tombes (fig. 8), témoignerait de l’enfouissement sur place d’animaux morts à la tâche ou bien encore de la pratique militaire.

26Le nombre d’occurrences est, par ailleurs, bien évidemment tributaire des travaux d’aménagement sur le territoire, de leur localisation et du type d’aménagements (surface et profondeur) d’une part, et de l’état de conservation des vestiges d’autre part.

2.2. Une période de restructuration urbaine

27L’implantation des sépultures s’intègre dans un contexte particulier de remaniement urbanistique qui intervient dès le milieu du iiie siècle et surtout à la fin iiie -début ive siècle, au moment de l’abandon des quartiers. En effet, elles viennent recouper les sols d’occupation, les couches de démolition ou bien s’implanter dans les tranchées de récupération des murs. L’abandon des sites se traduit par la démolition des constructions et par une récupération massive des matériaux, les transformant ainsi en terrains vagues ou en véritables champs de ruines.

28Il paraît inévitable d’associer la restructuration de ces quartiers de la périphérie suburbaine à la construction du rempart de l’Antiquité tardive, d’autant que les sites en question se trouvent, en moyenne, à 300 m du rempart. La ville du Bas-Empire se voit alors dotée d’une enceinte qui réduit sa surface à 55 ha, au lieu des 600 ha enclos pendant le Haut-Empire.

Fig. 7. Reims, les tombes de l’Antiquité tardive. Localisation des sites ayant livré d’autres tombes tardo-antiques sur le plan de la ville antique et localisation des occupations domestiques et/ou artisanales tardives situées à l’extérieur de l’enceinte du ive siècle (au 1/40 000) (M. Cavé, Inrap).

29La mutation urbaine de ces quartiers ne semblant pas réalisée partout au même moment et selon les mêmes modalités, le décalage chronologique entre l’abandon des sites et le creusement des tombes reste difficile à mesurer, qui plus est en l’absence de mobilier. Une parfaite compréhension de la topographie funéraire nécessiterait, de fait, une étude poussée du mobilier céramique issu des contextes d’abandon et de démolition et une analyse de ce processus pour chaque quartier de la ville (Mathelart et alii, dans ce volume).

2.3. La question de la répartition spatiale

2.3.1. À l’échelle de la ville antique

30Les tombes isolées de l’Antiquité tardive occupent toutes l’ensemble de la zone située hors de l’enceinte de l’Antiquité tardive et correspondant à l’espace anciennement délimité par l’enceinte dite augustéenne, de manière plus ou moins éloignée des fortifications (voir fig. 7).

31L’éparpillement des tombes contraste nettement avec les sites de l’extrême périphérie est de la ville tardive, boulevard Jamin (Sindonino, 2001) (fig. 9), au 43, rue de Sébastopol (Stocker, 2007a) et au 50, rue Dérodé, 36-38, rue Prieur de la Marne (Stocker, 2003), qui témoignent de la persistance d’une occupation funéraire dans la continuité de la nécropole du Haut-Empire. Les diagnostics récents de la rue Charlier (Stocker, 2007b) et de la rue Prieur de la Marne (Lefils, 2008) vont d’ailleurs dans ce sens. L’alignement en rangées, de tombes larges et profondes, selon un axe récurrent sur les franges de la ville fait, en outre, partie des principaux critères décrits pour les nécropoles p. communautaires de l’Antiquité tardive (Brulet, 1990, 325 ; Gonçalves-Buissart et alii, 2008 ; Blaizot et alii, 2009, p. 253).

32Par ailleurs, il a été proposé d’expliquer ce phénomène d’éclatement des espaces funéraires, étudié notamment pour les villes de Lyon, Marseille et Strasbourg, par l’attribution de zones affectées aux concessions funéraires (Blaizot et alii, 2005).

33D’après le droit romain, à Rome et selon toute vraisemblance dans les villes romaines provinciales, l’espace réservé aux morts est localisé à l’extérieur du périmètre urbain, cette limite étant communément matérialisée par le rempart. Cicéron rappelle d’ailleurs, dans la loi des XII Tables utilisée à Rome dès le ve siècle av. J.-C., qu’il est interdit d’inhumer à l’intérieur de l’espace urbain (Hominem Mortuum in urbe ne sepelito neve urito : aucun mort ne doit être incinéré ou inhumé dans la cité, De Legibus, II, 23, 58).

34Les découvertes récentes témoignent néanmoins de l’imbrication de groupes de sépultures avec des secteurs occupés situés en marge du cœur de la cité, même si, de manière générale, les relations et la contemporanéité entre ces différents espaces restent difficiles à préciser (Tranoy, 2000, p. 106). La simultanéité d’espaces funéraires avec des entrepôts ou des structures vouées à l’artisanat a été prouvée notamment à Lyon, sur les sites du 29-30, quai d’Arloing et de la montée de la Butte (Motte et alii, 2009).

Fig. 8. Reims, les tombes de l’Antiquité tardive : Place d’Erlon 1992. Alignement de tombes du ive siècle avec une fosse contenant deux squelettes de chevaux, creusées dans la fondation d’un mur en craie pilée (P. Rollet, Inrap).

35Dans plusieurs villes, l’existence d’occupations tardives à l’extérieur de l’enceinte, qu’il s’agisse de structures d’habitat ou de vestiges liés à des activités artisanales ou agricoles, n’est plus à démontrer. À Reims, l’édification du rempart de l’Antiquité tardive entraîne la libération d’environ 500 ha dépourvus, semble-t-il, de toute construction d’envergure ; c’est pourquoi la question du statut et de la destination de cette zone péri-urbaine fait débat. Probablement transformé en espace semi-rural, terrain vague ou cultivé, ce nouveau territoire a pu faire l’objet d’occupations modestes et ponctuelles.

36Ainsi, quelques fouilles ont révélé l’existence de ce type d’occupation, à différents endroits de la ville et sous des formes variées, mais uniquement sur des sites dépourvus d’espace funéraire. Dans de rares cas, les études palynologiques réalisées témoignent de la remise en culture des zones de ruines délaissées, et de l’exploitation de certaines céréales, comme par exemple, sur la fouille de 1987 au Parc des Capucins (Berthelot, Neiss, 1992) et sur l’îlot Capucins-Hincmar-Clovis (Balmelle et alii, 1990, p. 76) (voir fig. 7, sites no 6 et no 5). Il paraît toutefois délicat de rattacher avec certitude tous ces noyaux d’activité agro-pastorale à l’Antiquité tardive. Sur les sites du 9-11, boulevard du Général Leclerc (Stocker, 2006) et du 11-19, rue Buirette (Neiss, Sindonino, 2004, p. 115) (voir fig. 7, sites no 2 et no 3), des traces d’une occupation tardive sont également mentionnées, comme très ténues et peut-être significatives soit d’une fréquentation occasionnelle, soit d’un habitat plus précaire. Plus récemment et à proximité immédiate du secteur 5 du tramway, la fouille de la place de la République (secteur 3E) a, en revanche, montré le maintien d’une architecture de type urbain avec des constructions assez soignées jusqu’à son abandon définitif dans la seconde moitié du ive siècle, après un important incendie (Sindonino et alii, en cours). La domus du 14-16, rue des Moissons (Balmelle, 1999), dite de Nocturnus, construite vers le milieu du IIe siècle, subit, selon toute vraisemblance, une réfection partielle avant son abandon à la fin du ive siècle (Balmelle, Neiss, 2003, p. 27). Au 93-101, rue Gambetta (Olszewski, 1996), l’occupation tardive du lieu, jusqu’à la fin du ive siècle au moins, se présente sous une forme plus légère et dans un assez mauvais état de conservation. La reprise de l’étude du mobilier céramique issu de ces contextes tardifs apparaît, là encore, comme nécessaire (Mathelart R et alii, dans ce volume).

Fig. 9. Reims, les tombes de l’Antiquité tardive : 40, boulevard Jamin 2001. Vue d’ensemble du chantier avec tombes en rangées comblées de craie (S. Sindonino, Inrap).

2.3.2. À l’échelle du site : les traits particuliers

37La mise en perspective des données de fouille révèle que les sépultures isolées sont toutes implantées sur des sites d’habitat résidentiel du Haut-Empire, souvent densément construits, à l’exception de la fouille du boulevard Jamin (Sindonino, 2001). Certains d’entre eux ont livré les vestiges d’une activité artisanale : tabletterie rues du Mont d’Arène-Maucroix faisant suite à l’abandon d’un vaste entrepôt, et extraction de craie place Drouet d’Erlon et rue de Contrai (Sindonino, 2004, p. 41-59). Le voisinage d’espaces funéraires et d’entrepôts ou d’ateliers artisanaux est de plus en plus constaté dans les villes telles que Lyon, où il a plus particulièrement fait l’objet d’investigations (Motte et alii, 2009).

38On remarque dans quelques cas (tramway, place Drouet d’Erlon et boulevard Jamin) que les sépultures sont implantées à proximité immédiate de rues probablement encore empruntées à la fin de l’Antiquité, même s’il ne s’agit plus que de chemins. L’utilisation constante de certains axes, principaux ou secondaires, de l’extérieur de la ville tardive, en dépit de l’abandon des secteurs d’habitat voisins, est, en effet, très probable. Cela est notamment avéré sur le site du 9-11, boulevard du Général Leclerc (Stocker, 2006, p. 80), où la rue utilisée tardivement coïncide avec la rue B supposée de la fouille du tramway. Il est en effet largement admis que les bordures des chaussées représentent des espaces très favorables pour l’installation de sépultures (Blaizot et alii, 2009, p. 262-273).

39Les tombes des différents chantiers sont relativement espacées les unes des autres et réparties inégalement, à l’exception de la place Drouet d’Erlon, où les individus s’organisent en deux groupes au moins. Le premier noyau, situé au nord du site, comprend deux rangées de sépultures qui perforent toutes les deux les fondations des murs construites en craie et orientées N-S, tandis que le second groupe d’individus occupe le centre du site. Si, dans l’ensemble, aucune délimitation stricte entre l’habitat abandonné et les tombes n’a été observée, on notera tout de même que l’occupation funéraire repérée sur la fouille du tramway, la fouille la plus étendue de toutes, se restreint à un seul îlot d’habitation sur les cinq îlots dégagés. Aucun élément n’interdit, par conséquent, d’exclure, dans ce cas présent, l’existence d’espaces circonscrits, réservés à l’inhumation.

40D’après les contextes stratigraphiques, on dispose actuellement, en définitive, d’un échantillon de 55 sujets, même si des analyses radiocarbone devront être lancées pour confirmer ce potentiel.

41Cette première approche illustre parfaitement la difficulté d’appréhender l’articulation entre les différents espaces funéraires et la topographie environnante. Elle met également en évidence une inégalité de l’information en termes de description des espaces de décomposition et de cotation des données biologiques suivant les sites, qui s’explique par le fait que certaines fouilles datent d’une bonne vingtaine d’années. Pour autant, il ressort de l’examen de cet ensemble, avant tout chronologique, un certain nombre de points de divergence.

3. De nombreuses discordances anthropologiques

3.1. Orientation (fig. 10)

42Une absence manifeste de régularité dans l’orientation des tombes a pu être constatée. Il existe, en effet, un éventail de possibilités très variées pour les sépultures hors tranchée de récupération alors que boulevard Jamin, où les sépultures sont organisées en rangées, on note une prédominance de l’orientation NO-SE.

3.2. Espace de décomposition (fig. 11)

43En ce qui concerne le type d’architecture funéraire, la plupart des descriptions taphonomiques révèlent des décompositions en espace vide et, dans un grand nombre de cas, la présence de clous atteste des cercueils cloués. Pour autant, boulevard Joffre et place Drouet d’Erlon, il est fait mention de cas de décomposition en espace colmaté.

Orientation

Nombre

O-E

10

NO-SE

7

SO-NE

6

E-O

4

NE-SO

2

SE-NO

1

S-N

1

N-S

1

Fig. 10. Reims, les tombes de l’Antiquité tardive. Éventail des orientations, hors tranchées de récupération (n = 32) (S. Thiol, Inrap).

espace colmaté

espace vide

cercueil

20, rue de Contrai

3

3 dont 1 cloué

28, bd Joffre

1

Rues du Mont d’Arène-Maucroix

1

1 cloué

40, bd Jamin

2

6-8, rue des Moissons

1

1 cloué

Place Drouet d’Erlon

5

14

Fig. 11. Reims, les tombes de l’Antiquité tardive. Architectures funéraires, répartition des différents modes de décomposition (n = 27) (S. Thiol, Inrap).

3.3. Mobilier

44La présence/absence de mobilier sous la forme portée ou déposée est un autre critère de différenciation des tombes au sein de notre échantillon. Parmi les 55 sépultures du corpus, les mentions de mobilier déposé et/ou porté ne concernent que quatorze tombes, soit 25 %. Notre attention a été attirée par la présence de mobilier militaire de type germanique sur la zone 5C du tramway, mais aussi boulevard Joffre. Pour P. Van Ossel, ces objets, découverts dans des contextes identiques de l’Ouest parisien, reflètent une « germanisation et une militarisation croissante de la société tardive » à partir du milieu du ive siècle (par immigration, engagement dans l’armée) (Van Ossel, 1992, p. 165). Cependant, la présence d’un objet d’importation implique-t-elle que le défunt soit lui-même étranger ? La diffusion des boucles de ceinturons militaires romaines tendrait à prouver qu’il n’en est rien : typiquement associées à des tombes supposées d’origine germanique, on les trouve, de plus, en grand nombre dans les sépultures masculines privilégiées de Germanie Libre, peut-être pour souligner le prestige que le défunt a pu gagner au service de l’armée romaine (Nissen-Jaubert, 2007, p. 29).

3.4. Recrutement funéraire (fig. 12 et 13)

45L’analyse du recrutement funéraire sur cet échantillon de tombes tardo-antiques détonne par rapport au schéma classique. Il met en évidence une sur-représentation masculine (fig. 12) : vingt-sept hommes pour dix femmes et si on déduit les sujets de la potentielle petite nécropole est de la place Drouet d’Erlon, il reste vingt-deux hommes pour cinq femmes.

46En considérant l’âge des sujets (fig. 13), on note enfin une quasi-absence des individus en bas âge et des enfants en général. Là encore, la partie est du site de la place Drouet d’Erlon fait exception, dans des proportions assez faibles toutefois pour ne pas rattraper les décomptes généraux.

H

F

20, rue de Contrai

2, voire 3

1

28, bd Joffre

3

Rues du Mont d’Arène-Maucroix

7

1

6-8, rue des Moissons

1 (?)

Place Drouet d’Erlon

10

8

Tramway

3

Fig. 12. Reims, les tombes de l’Antiquité tardive. Recrutement funéraire, répartition par sexe (S. Thiol, Inrap).

Fig. 13. Reims, les tombes de l’Antiquité tardive. Recrutement funéraire, répartition par âge (S. Thiol, Inrap).

3.5. Stature (fig. 14)

47La stature des sujets adultes représente l’un des derniers points de différenciation entre les individus. Celle-ci est considérée comme un bon indicateur des conditions d’existence durant la croissance. Elle peut donc être mise en relation avec un type d’environnement. Or concernant la stature féminine, on note un écart de plus de 20 cm aux deux extrémités de la fourchette place Drouet d’Erlon. De même, des écarts de stature de quasiment 20 cm entre les sujets masculins de la place Drouet d’Erlon ou de l’ordre de 15 cm rue de Contrai et rue du Mont d’Arène-Maucroix ont aussi été relevés. L’amplitude de ces écarts sort du référentiel classique, à tel point qu’il renvoie très probablement à des sous-groupes de sujets différenciés.

d’après Trotter, Gleser 1952

stature masculine

stature féminine

20, rue de Contrai

entre 1,59 et 1,75 m

28, bd Joffre

1,75 m

Rues du Mt d’Arène-Maucroix

entre 1,62 et 1,75 m

1,63 m

6-8, rue des Moissons

1,58 m

Place Drouet d’Erlon

entre 1,56 et 1,75 m

entre 1,49 et 1,71 m

Tramway

entre 1,71 et plus de 1,88 m

Fig. 14. Reims, les tombes de l’Antiquité tardive. Répartition de la stature (S. Thiol, Inrap).

3.6. État sanitaire

48C’est du point de vue de l’état sanitaire que la documentation est la plus hétéroclite. Place Drouet d’Erlon, sur les vingt-quatre sujets (étude J. Thomas †, C.H.U. de Reims), un individu est signalé pour une arthrose du tarse postérieur mise en relation avec une malformation du pied (Sp 518), un autre présente des fractures mal consolidées au tiers distal de son avant-bras droit (Sp 553), un autre encore se distingue par une fracture non consolidée de sa clavicule gauche (Sp 608). Le sujet 641 présente une fracture mal réduite au tiers distal de son humérus gauche avec un remaniement osseux consécutif au niveau de l’épaule. Il porte aussi une fracture avec déplacement au tiers distal de sa fibula gauche. Enfin, le sujet 686 est signalé pour une fracture de l’extrémité distale du radius dite de « Pouteau-Colles », causée par une chute sur la face palmaire de sa main droite en dorsi-flexion. Dans la plupart des cas signalés, il est fait mention d’une fréquence inhabituelle de fractures non réduites avec complication et ce pour les sujets issus tout autant des tranchées de récupération que de la potentielle petite nécropole. Or il est tout à fait acquis qu’à cette époque, on sait immobiliser et soigner un membre fracturé. La conclusion qui s’impose est que ce petit groupe d’individus n’avait probablement pas accès aux soins, ce qui marginalise encore un peu plus notre échantillon.

3.7. Deux cas de mort provoquée ?

49Au milieu de cet échantillon, on notera la présence d’un sujet décapité (Sp 554) (fig. 15) ainsi que d’un individu, isolé, inhumé les membres supérieurs dans le dos (contrainte d’un lien ?) (Sp 386), place Drouet d’Erlon. A-t-on mis fin à la vie de ces deux sujets ? Leur présence amplifie encore le questionnement quant aux liens qui unissent ces individus inhumés parfois sur une même parcelle. Plusieurs autres sujets décapités sont mentionnés : à Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis, Gonçalves-buissart et alii, 2008), à Saint-Martin-de-Fontenay (Calvados, Pilet et alii, 1994). À Tremblay, il s’agit d’un sujet féminin dont le crâne ainsi que les cinq premières vertèbres cervicales ont été retrouvés à proximité des os des pieds. Aucune modification de surface matérialisant le geste de découpe n’a été observée et la 6ème vertèbre cervicale est absente. À Saint-Martin-de-Fontenay, le crâne du sujet féminin a été découvert entre ses jambes mais la médiocre conservation des ossements n’a pas permis de vérifier l’observation archéologique. La décapitation est un phénomène bien connu en Grande-Bretagne : les défunts décapités y sont assez courants dans les cimetières ruraux de la fin de l’époque romaine. Dans certains d’entre eux, notamment dans des régions comme la vallée supérieure de la Tamise, ils peuvent s’élever jusqu’à 15 % environ de l’ensemble des morts ; ils apparaissent aussi en petit nombre dans quelques cimetières urbains. Dans un ensemble récemment fouillé à York, tous les jeunes hommes étaient âgés de 20 à 30 ans, et l’un d’eux avait été entravé ; la séparation brutale de la tête et du corps observée par les premières analyses indique une mort par exécution. Cependant, de manière générale, les traces qui subsistent suggèrent que l’enlèvement de la tête a été effectué très délicatement post-mortem et que celle-ci a été placée de façon typique au pied ou dans le bas des jambes. De telles sépultures tendent à être « normales » à d’autres égards comme la localisation à l’intérieur de cimetières et l’association au corps de mobilier funéraire. Dans ce cas, plutôt que d’être un châtiment, il est peut-être plus vraisemblable que l’acte de la décapitation était considéré comme un rite de passage supplémentaire pour séparer le mort des vivants, le crâne ayant une valeur symbolique (Pearce et alii, 2008).

Fig. 15. Reims, les tombes de l’Antiquité tardive : place Drouet d’Erlon 1992. Individu décapité avec le crâne déposé entre ses pieds (P. Rollet, Inrap).

3.8. Perspectives

50Un travail important de collecte des marqueurs osseux d’activité reste à faire afin de rechercher la présence éventuelle de travailleurs manuels, par l’enregistrement et la localisation précise d’enthésopathies qui sont des ossifications des ligaments des muscles fortement sollicités (Villotte, 2008). On recherchera donc sur les clavicules des fractures et des enthésopathies, (fosse rhomboïde : érosion au niveau de l’insertion des ligaments costo-claviculaires ou tendinites) à mettre en relation avec les gros efforts produits par les bras et les épaules. Les enthésophytes aux fémurs, aux extrémités distales des tibias et des fibulas, ainsi qu’à la face postérieure des calcanéus, peuvent être rapprochés, quant à eux, d’une forte pression exercée sur les pieds. Une attention particulière sera enfin portée à toutes les petites pathologies touchant les os des extrémités ou ceux couverts immédiatement de peau, qui documenteraient la fréquence de petits chocs. On pourra aussi lier ces informations aux pathologies vertébrales qui pourraient informer sur le port de lourdes charges. Il s’agit donc de tester l’hypothèse qu’une partie des sujets inhumés en tranchée de récupération notamment a pu participer aux grandes campagnes de récupération de matériaux. Il est probable que les parcelles, une fois complètement vidées des matériaux encore récupérables, deviennent leur zone d’inhumation.

51L’étude biologique révèle, grâce au recrutement notamment, des zones potentiellement spécialisées avec des regroupements de sujets masculins. Elle révèle aussi, grâce à la compilation des statures, un probable mélange de sujets issus d’origines (géographique, sociale ou autre) probablement assez différentes.

52L’inventaire des tombes tardo-antiques sur l’agglomération de Reims a été l’occasion de poser la question de l’inhumation en dehors des espaces communautaires les mieux connus. S’agit-il d’une volonté d’exclusion de la part de la communauté ou d’un simple choix ? Si « la ségrégation primaire touche tous ceux qui ne font pas partie de la « communauté » par leurs modes de vie, leurs états sanitaires, leurs pratiques ou leurs croyances religieuses » (Chopelain, 2009, p. 35), est-on en présence du regroupement en un même espace funéraire de populations ségréguées sur des critères distincts ?

53Cet inventaire met aussi l’accent sur l’intérêt de reprendre la documentation de base à l’aide d’analyses radiocarbone pour assurer et amplifier notre échantillon mais aussi en recherchant, de façon systématique, des marqueurs osseux d’activités pour identifier les travailleurs manuels. Enfin, il serait nécessaire de procéder à quelques analyses isotopiques pour essayer de mettre en évidence une différenciation par l’origine géographique.

54En conclusion, les fouilles récentes permettent d’entrevoir plusieurs phénomènes, concomitants, de gestion des cadavres dans l’Antiquité tardive : dans ou hors nécropole communautaire. Les découvertes du tramway ont permis de mettre en évidence plus particulièrement ce deuxième phénomène.

55L’analyse révèle une difficulté à classer les individus. On relève en effet des différences importantes quant aux préférences funéraires, en ce qui concerne l’orientation du corps, la topographie funéraire (réutilisation d’une tranchée ou creusement d’une fosse), l’architecture funéraire (espace colmaté ou non), le dépôt ou le port de mobilier.

56De plus, cet isolement funéraire relève-t-il d’un choix, d’une interdiction, d’un phénomène de ségrégation ou s’agit-il de populations exogènes ? La présence de mobilier de provenance lointaine, en particulier sur le site du tramway, pose la question de l’origine d’une partie des individus. Si l’étude anthropologique elle-même a peu de chance de répondre à cette question, un Germain de grande taille pouvant être confondu avec un membre de l’élite locale, les études isotopiques généralisées, différenciant les sujets sur la base de leur régime alimentaire, sont prometteuses.

57Ces nouvelles bases de réflexion ouvrent ainsi de larges perspectives qui aboutiront avec le réexamen des données issues des fouilles antérieures au regard des dernières avancées scientifiques : datations radiocarbone, réexamen du mobilier, reprise des contextes stratigraphiques, des architectures funéraires et des données biologiques. Récemment, un sujet inhumé dans les niveaux d’abandon sur la fouille d’un aménagement en bordure de la Vesle à Reims a fait l’objet d’une datation radiocarbone. Contre toute attente, il s’agit d’un individu mérovingien. Ce qui oblige à privilégier systématiquement les chronologies absolues.

58Les recherches bibliographiques concernant ces tombes « isolées » hors nécropoles communautaires, entreprises à l’occasion de cette étude, ont montré que le cas rémois n’est pas unique. Plusieurs travaux récents ont révélé l’importance de ce phénomène à Lyon, Strasbourg, Marseille. Un travail important de recensement reste donc à faire pour intégrer ces tombes à la problématique plus globale de l’utilisation des espaces de déconstruction comme zone funéraire dans l’Antiquité tardive.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Avinain J., 2003, L’Antiquité tardive à Reims, Mémoire de DEA, Paris, Univ. de Paris I – Panthéon Sorbonne, 115 p.

Balmelle A., 1988, Reims (Marne) : 28, boulevard Joffre, Rapport de fouille, AFAN, S.R.A. Champagne-Ardenne, 120 p.

Balmelle A., 1999, Reims (Marne) : 14-16, rue des Moissons, Rapport de fouille, AFAN, S.R.A. Champagne-Ardenne, 71 p.

Balmelle A., Neiss R., 2003, Les maisons de l’élite à Durocortorum, Reims, Soc. archéologique champenoise, 102 p. (Bull. de la Société archéologique champenoise, t. 96, no 4 - Archéologie urbaine, 5).

Balmelle A. et alii, 1990, Reims (Marne) : Îlot Capucins-Hincmar-Clovis, la dimension d’un quartier, Reims, Soc. archéologique champenoise, 110 p. (Bull. de la Soc. archéologique champenoise, t. 83, no 4 - Archéologie urbaine, 2).

Berthelot F., Neiss R., 1992, « L’archéologie urbaine à Reims », in : Lusse J., Patrolin A. dir., L’archéologie en Champagne-Ardenne 1960-1990, Actes des assises du 1er et 2 déc. 1990, Reims, Soc. archéologique champenoise, p. 283-287 (Bull. de la Soc. archéologique champenoise, t. 85, no 4).

Blaizot F. et alii, 2005, « Évolution de la topographie funéraire du faubourg occidental de Starsbourg (Bas-Rhin) dans l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge », R.A.E., t. 54-2005, p. 211-248.

Blaizot F. et alii, 2009, Pratiques et espaces funéraires de la Gaule durant l’Antiquité, Paris, CNRS éd., 377 p. (Gallia, 66-1).

Brulet R., 1990, La Gaule septentrionale au Bas-Empire : occupation du sol et défense du territoire dans l’arrière-pays du Limes aux ive et ve siècles, Trier, Rheinisches Landesmuseum, 432 p. (Trierer Zeitschrift für Geschichte und Kunst des Trierer Landes und seiner Nachbargebiete, 11).

Bruzek et alii, 1996, « Évaluation des caractères morphologiques de la face sacro-pelvienne de l’os coxal : proposition d’une nouvelle méthode de diagnose sexuelle », Bull. et Mémoires de la Soc. d’Anthropologie de Paris, n.s., t. 8, 3-4, p. 491-502.

Chevalier C., 2005, Les nécropoles de Durocortorum (Reims) : topographie funéraire, Mémoire de maîtrise, Paris, Univ. de Paris I – Panthéon Sorbonne, 164 p.

Chopelain P., 2009, « Altérités et populations ségréguées : quelques exemples à Dijon du xive au xviiie siècle », Archéopages : Ségrégations, Archéologie et Société, 25, p. 34-39.

Gonçalves-Buissart C. et alii, 2008, « Présentation de deux nécropoles à inhumations du Bas-Empire fouillées récemment », Revue archéologique d’Île-de-France, t. 1, p. 227-254.

Lefils M., 2008, Reims (Marne) : 7bis, 9 et 11, rue Prieur de la Marne, Rapport de diagnostic, Inrap, S.R.A. Champagne-Ardenne, 44 p.

Motte S. et alii, 2009, « Contribution à la topographie antique de Lugdunum : la porte monumentale et l’espace funéraire du site de la montée de la Butte », R.A.E., t. 58-2009, p. 325-380.

Murail et alii, 2005, « DSP : a tool for probabilistic sex diagnosis using worldwide variability in hip bone measurements », Bull. et Mémoires de la Soc. d’Anthropologie de Paris, n. s., t. 17, 3-4, p. 167-176.

Neiss R., Sindonino S., 2004, Civitas Remi : Reims et son enceinte au ive siècle, Reims, Soc. archéologique champenoise, 127 p. (Bull. de la Soc. archéologique champenoise, t. 97, no 4 - Archéologie urbaine, 6).

Nissen-Jaubert A., 2007, « Migrations et invasions de l’Antiquité tardive à la fin du premier millénaire : affichages identitaires, intégration et transformations sociales », Archéopages : Migrations, Archéologie et Société, 18, p. 26-32.

Olszewski M., 1996, Reims (Marne) : 93-101, rue Gambetta, Rapport de fouille, AFAN, S.R.A. Champagne-Ardenne.

Pearce J. et alii, 2008, « Les nécropoles romaines en Grande-Bretagne. : nouvelles découvertes », Les Dossiers d’Archéologie, 330, Dijon, éd. Faton, p. 128-135.

Pilet C. et alii, 1994, La nécropole de Saint-Martin-de-Fontenay (Calvados) : recherches sur le peuplement de la plaine de Caen du ve s. avant J.-C. au vii e s. après J.-C., Paris, CNRS éd., 521 p. (54ème suppl. à Gallia).

Popović I., 2007, « Gilt fibula with Christogram from imperial palace in Sirmium », Starinar, 57, p. 101-112.

Rollet P., Balmelle A., 1994, Reims (Marne) : 6-8, rue des Moissons, Rapport de fouille, AFAN, S.R.A. Champagne-Ardenne, 42 p.

Rollet P. et alii, 1994, Reims (Marne) : la fouille de la place Drouet d’Erlon, Rapport de fouille, AFAN, S.R.A. Champagne-Ardenne, 139 p.

Rollet P. et alii, 2009, Reims (Marne) : 17-19, rue du Mont d’Arène et 6-8 rue Maucroix, Rapport de fouille, Inrap, S.R.A. Champagne-Ardenne, 4 vol.

Schmitt A., Broqua C., 2000, « Approche probabiliste pour estimer l’âge au décès à partir de la surface auriculaire de l’ilium », Bull. et Mémoires de la Soc. d’Anthropologie de Paris, n. s., t. 12, 3-4, p. 279-301.

Sindonino S., 2001, Reims (Marne) : 40, boulevard Jamin, Rapport de fouille, Inrap, S.R.A. Champagne-Ardenne, 20 p.

Sindonino S., 2004, Reims (Marne) : 20, rue de Contrai / Lycée Saint Jean-Baptiste de La Salle, Rapport de fouille, Inrap, S.R.A. Champagne-Ardenne, 2 vol.

Stocker P., 2003, Reims (Marne) : 50, Rue Dérodé, 36-38, rue Prieur de la Marne, Rapport de fouille, Inrap, S.R.A. Champagne-Ardenne.

Stocker P., 2006, Reims (Marne) : 9-11, boulevard du Général Leclerc, Rapport de fouille, Inrap, S.R.A. Champagne-Ardenne, 2 vol.

Stocker P., 2007a, Reims (Marne) : 43, rue de Sébastopol, Rapport de diagnostic, Inrap, S.R.A. Champagne-Ardenne, 25 p.

Stocker P., 2007b, Reims (Marne) : 78-90, rue Charlier, Rapport de diagnostic, Inrap, S.R.A. Champagne-Ardenne, 49 p.

Tranoy L., 2000, « La mort en Gaule romaine », in : Crubézy É. et alii, L’archéologie funéraire, Paris, éd. Errance, p. 105-133. (Coll. Archéologiques).

Trotter M., Gleser G.-C., 1952, « Estimation of stature from long bones of American White and Negroes », American Journal of Physical Anthropology, 10, p. 463-474.

Van Ossel P., 1992, Établissements ruraux de l’Antiquité tardive dans le nord de la Gaule, Paris, CNRS éd., 488 p. (51e suppl. à Gallia).

Villotte S., 2008, Enthésopathies et activités des hommes préhistoriques : recherche méthodologique et application aux fossiles européens du Paléolithique supérieur et du Mésolithique, Thèse de Doctorat, Univ. de Bordeaux I, 380 p.

*

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Reims, les tombes de l’Antiquité tardive. Les sites funéraires de l’Antiquité à Reims au Haut-Empire et au Bas-Empire (d’après Chevalier , 2005).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4261/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Légende Fig. 2. Reims, les tombes de l’Antiquité tardive : Tramway 2007. Localisation des secteurs de fouille sur le tracé du tramway de Reims (M. Cavé, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4261/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Légende Fig. 3. Reims, les tombes de l’Antiquité tardive : Tramway 2007. Plan des secteurs 4 et 5 de la fouille du tramway, toutes périodes confondues avec localisation des rues et des îlots d’habitation antiques (M. Cavé, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4261/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Légende Fig. 4. Reims, les tombes de l’Antiquité tardive : Tramway 2007. Tracé des rues antiques repérées sur les secteurs 4 et 5 sur le plan de la ville antique (au 1/50 000) (M. Cavé, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4261/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Fig. 5. Reims, les tombes de l’Antiquité tardive : Tramway 2007. Plan de l’îlot II d’habitation antique avant son abandon avec détail des inhumations tardo-antiques découvertes (au 1/50) (M. Cavé, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4261/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 561k
Légende Fig. 6. Reims, les tombes de l’Antiquité tardive : Tramway 2007. Mobilier découvert dans la sépulture Sp. 356 (photos J.-J. Bigot, Inrap). 1. Fibule cruciforme, dorée et niellée avec portraits en médaillons ; 2. ferret de ceinture ; 3. boucle à hélice ; 4. couteau / poignard d’influence germanique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4261/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Légende Fig. 7. Reims, les tombes de l’Antiquité tardive. Localisation des sites ayant livré d’autres tombes tardo-antiques sur le plan de la ville antique et localisation des occupations domestiques et/ou artisanales tardives situées à l’extérieur de l’enceinte du ive siècle (au 1/40 000) (M. Cavé, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4261/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Légende Fig. 8. Reims, les tombes de l’Antiquité tardive : Place d’Erlon 1992. Alignement de tombes du ive siècle avec une fosse contenant deux squelettes de chevaux, creusées dans la fondation d’un mur en craie pilée (P. Rollet, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4261/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Légende Fig. 9. Reims, les tombes de l’Antiquité tardive : 40, boulevard Jamin 2001. Vue d’ensemble du chantier avec tombes en rangées comblées de craie (S. Sindonino, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4261/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Fig. 13. Reims, les tombes de l’Antiquité tardive. Recrutement funéraire, répartition par âge (S. Thiol, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4261/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 15. Reims, les tombes de l’Antiquité tardive : place Drouet d’Erlon 1992. Individu décapité avec le crâne déposé entre ses pieds (P. Rollet, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4261/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 307k

Auteurs

Assistant scientifique et technique, Inrap, centre archéologique de Saint-Martin-sur-le-Pré ; 38 rue des Dats, 51520 Saint-Martin-sur-le-Pré. 

Assistante d’étude et d’opération, Inrap, centre archéologique de Reims ; 28 rue Robert Fulton, 51100 Reims.

Céramologue, Inrap, centre archéologique de Reims ; 28 rue Robert Fulton, 51100 Reims. 

Dessinateur et consultant en mobilier archéologique, 6 rue de la Coudre, 21270 Perrigny-sur-l’Ognon.

© ARTEHIS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search