Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, II

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Michel Kasprzyk
, 
Bérengère Fort

Thème n° 1. Nécropoles de l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule

Les nécropoles de l’Antiquité tardive dans la Marne d’après les archives et les collections

Jean-Jacques Charpy

Résumé

De nombreuses fouilles effectuées en Champagne entre 1870 et 1950 ont porté sur des nécropoles de l’Antiquité tardive, mais leurs résultats sont généralement mal connus. Cette communication se propose de présenter quelques cas emblématiques et de souligner les problèmes méthodologiques posés par l’étude de cette documentation ancienne.

Texte intégral

1L’archéologie régionale champenoise est plus connue pour son apport à la connaissance du domaine funéraire celtique que pour celle des autres périodes de l’Antiquité. Pourtant un examen minutieux des fonds muséographiques principalement locaux, auxquels on ajoutera ceux du Musée d’Archéologie nationale et du British Museum, permet, pour l’Antiquité tardive, de poser les premières bases solides pour un répertoire des nécropoles des iiie-ive siècles. Le même examen permet aussi de recenser un ensemble de contextes sûrs sur lesquels une analyse peut se construire. Les objets des fonds anciens sont assez rarement fragmentaires. Ils ont donc toutes les chances de provenir de sépultures, la plupart du temps mises au jour à l’occasion de travaux d’infrastructures d’organisation du territoire (voies ferrées, routes, stations de pompage, etc.) ou d’extraction industrielle de matériaux (carrières principalement). Il en est de ce domaine comme de celui des nécropoles celtiques (Charpy, 2010).

2Il faut noter que les découvertes funéraires protohistoriques et de l’Antiquité tardive sont parfois intimement liées, comme dans la nécropole de Vert-la-Gravelle « Le Mont Augé » (Marne) : le site semble avoir une vocation funéraire depuis l’Âge du Bronze final. De plus on peut ajouter, sans grand risque d’erreur, que ce sont les mêmes chercheurs et/ou les mêmes collectionneurs qui ont écumé ces sites avec un souci identique de récupération des objets complets ou présentables dans une vitrine, pour les uns, ou de constituer des ensembles clos, pour les autres (Vatan, 2004). Le site de Seuil « La Garenne » (Ardennes) en constitue une bonne démonstration puisque c’est Jean-Baptiste Lelaurain, le fils de Bénoni, qui débute la fouille après les premières destructions liées à l’exploitation d’une carrière de craie utilisée pour alimenter un four à chaux voisin. Il abandonne le site après avoir mis au jour une soixantaine de fosses, faute de résultats significatifs. Immédiatement après, l’abbé Anselme Lannois prend la suite et livre dans un manuscrit resté inédit le fruit de ses recherches (Lannois, 1888).

Fig. 1. Album Werlé, Musée d’Archéologie nationale, Saint-Germain-en-Laye. Mobilier provenant de nécropoles des environs de Reims. Cl. F. Vallet.

1. Méthodologie de la recherche

3C’est d’abord par le repérage et l’identification des collections que l’on peut dresser une première liste de lieux qui vont potentiellement laisser supposer la présence des nécropoles. Les sources écrites apportent leur complément d’information et permettent de compléter celles des collections de musées. Au premier rang de celles dont on dispose pour la Marne, on citera les travaux d’Émile Schmit, tant pour son répertoire publié en 1929, que pour ses notes de Préhistoire connues sous l’appellation générique de manuscrits Schmit (Schmit, 1929 ; Schmit, sans date). Il a, comme d’autres à son époque - Jean-Baptiste Counhaye, Anselme Lannois, Aristide Millard, etc. - utilisé une dénomination bien particulière pour évoquer et distinguer les cimetières de l’Antiquité tardive de ceux de la période suivante du haut Moyen Âge. Ainsi l’usage veut que l’on désigne les premiers sous l’appellation de romano-francs ou gallo-francs et les seconds de franco-mérovingiens. Cette subtile distinction va même permettre à certains auteurs de bien sérier, en chronologie, les occupations. Ainsi en est-il pour l’abbé A. Lannois, dans le chapitre 6 de son manuscrit inédit de 1888 : Étude sur les anciens lieux de sépultures à Annelles, Thugny, Seuil, Waleppe, Biermes et sur diverses découvertes d’antiquités préhistoriques, gauloises, romaines et franques. Un autre indice qui permet de recenser les cimetières attribuables à la fin de l’Antiquité est la description des mobiliers céramiques, notamment la céramique sigillée. Il faut enfin ajouter l’indication de la profondeur de la sépulture qui, si elle est importante (parfois jusqu’à deux mètres), permet en Champagne de soupçonner des sépultures des iiie et ive siècles. Malheureusement ce détail n’est pas systématiquement signalé.

  • 1 Archives personnelles de l’auteur. Les objets de la collection Godon-Vasnier sont en collection par (...)

4Les sources écrites sont aussi constituées par les carnets de notes. Ceux-ci n’apparaissent que très peu avant la première Guerre Mondiale (exemples : carnets du trio Léon Bérard, Amaury Thiérot et Pierre Favret). Ce sont des petits calepins accompagnés ou non d’un petit crayon noir. Par la suite, le crayon à mine encre violette a permis même de rédiger sous les intempéries et de dresser des croquis in situ des structures. L’entre-deux Guerres a vu la mise en place de pages préparées avec la représentation d’un squelette fait avec un tampon caoutchouté (exemple : carnets André Brisson sur une suggestion que l’on doit à Jean Fromols). Les archives photographiques apportent, elles aussi, leur lot d’informations mais elles sont d’inégale valeur. On peut citer le cas de l’Album d’Alfred Werlé (Werlé, 1878), conservé au Musée d’Archéologie nationale. Il offre un exemple sans doute parmi les plus anciens. En effet, il nous livre l’état d’une collection à la date de 1878. Malheureusement aucun cliché n’est annoté (fig. 1). Seules quelques étiquettes peuvent devenir une aide précieuse, si la photographie permet de capter sur ces documents un élément aussi fugace qu’une indication manuscrite. Cela n’est pas impossible : des macro-photographies de détails imprimés sur cartes postales ont été, récemment, d’un grand secours pour l’étude de la collection Jean-Baptiste Counhaye. Le document Werlé, par la mention manuscrite de la page d’en-tête, évoque et l’on cite : « Souvenirs de quelques fouilles faites à Berru et dans les environs de Reims, lieux-dits Clairmarais et Le Trésor plus quelques fouilles faites à L’Épine près de Châlons-sur-Marne. Prière au Musée de Saint-Germain et à son aimable Directeur, Monsieur Bertrand, de vouloir bien accepter cet hommage. Rheims, le 9 février 1878. Alfred Werlé ». On sait qu’il n’a pas lui-même effectué les recherches et que les objets ont été achetés à des fouilleurs et/ou prélevés, par les gardes des propriétés, suite à autorisation sur des terres pouvant lui appartenir. Ce dernier cas est bien attesté avec la collection Godon-Vasnier1 aujourd’hui pour partie en collection privée. À propos du fonds Werlé, on peut, sans recherche plus approfondie, seulement supposer que la riche collection de verreries provient pour la plus grande partie de Reims, ainsi qu’un certain nombre des pièces céramiques et bijoux. Un long travail de recoupement n’apportera sans doute que de maigres éléments. L’exemple est bien différent avec le cliché de la collection A. Lannois conservé dans les archives de l’Académie de Reims. Cette photographie bien jaunie mise en parallèle avec les deux manuscrits conservés, eux aussi, à l’Académie, permet d’établir avec certitude qu’il s’agit d’un ensemble clos mis au jour le 26 août 1884 à Seuil (Ardennes) (fig. 2). C’est à notre connaissance le plus ancien cliché d’un ensemble clos champenois. Une autre photographie, conservée à la Bibliothèque Doucet à Paris, permet de reconnaître la présentation à l’exposition de 1895 qui s’est tenue à l’archevêché de Reims, Palais du Tau, d’un sarcophage en plomb mis au jour dans cette ville. Toujours au titre des sources, l’examen des séries documentaires relatives aux communes conservées à la Bibliothèque Carnegie à Reims a permis de retrouver une énigmatique planche 1 bis (ref. BMR 71 081 – cx 1638. Neumayer, 2002, p. 173). Elle nous livre une carte de localisation des fouilles effectuées en 1868 par Charles Lebœuf, commissaire de Police à Vertus (fig. 3). Il y signale des sépultures gallo-romaines à Rouffy « La Hayatte ». Le croisement des informations permet d’avoir une totale certitude sur ces trouvailles puisque deux vases sont figurés dans un des ouvrages publiés par Henri du Cleuziou (Cleuziou, 1887) (fig. 4), personnage que l’on sait avoir participé aux fouilles C. Leboeuf, notamment à Bergères-les-Vertus « Les Crons » la même année. Même si dans ce cas, la légende des objets est erronée, il est aisé de reconnaître le nom de la commune de Rouffy dans la mention Rouly cimetière de la Marne et d’identifier deux cruches en sigillée dont l’une à décor peint sans doute à la peinture blanche alors que l’autre ne comporte que des bandes horizontales apparaissant sans doute en brun sombre sur le fond brique du vase.

Fig. 2. Mobilier d’une sépulture trouvée à Seuil (Ardennes) en 1884. Archives de l’Académie de Reims, cl. X.

Fig. 3. Plan de localisation des fouilles effectuées en 1868 par Charles Lebœuf, commissaire de Police à Vertus, conservé à la bibliothèque Carnegie à Reims.

Fig. 4. 1 et 3 : vases trouvés lors des fouilles de la nécropole de Rouffy « La Hayatte ». Extrait de Cleuziou, 1887.

5La lecture des articles publiés par ces pionniers de l’archéologie permet de mieux cerner leur personnalité. On aura soin aussi de tenir à jour des fiches biographiques signalant leurs lieux d’interventions, leurs connaissances, leurs formations, leurs rapports avec leurs confrères, enfin toutes les informations pouvant permettre de mieux cerner la psychologie des personnages concernés, de connaître ce qu’ils pouvaient savoir ou ne pas savoir, ce qui leur était commun ou exceptionnel. Il faut donc se donner les moyens de pouvoir au mieux appréhender la personnalité de chacun d’eux pour pouvoir interpréter au plus juste leurs écrits.

2. Cas particulier : la nécropole de Vert-la-Gravelle « Le Chêne », commune de Vert-Toulon (Marne)

6Le site est connu par une planche publiée par Léon Morel suite à l’acquisition qu’il a faite de deux objets de ce cimetière (Morel, 1895 p. 172-174). Il faut ici préciser qu’à la fin du xixe siècle et jusqu’à la première Guerre Mondiale, les revues locales ou nationales ne livrent en illustrations que de pièces exceptionnelles. Elles considèrent que ce qui est commun est connu et ne mérite pas de figurer au titre de l’illustration. La planche donnée par Morel n’est malheureusement pas signée. Or il y a quelques années, Charles Poulain a remis au jour l’album original aquarellé de Morel dessiné par Émile Gastebois et complété par quelques autres planches plus tardives dont certaines sont dues à H(enri ?) Jullerot de Reims. On y retrouve, sous une autre incidence, les deux verreries acquises vers 1889. La recherche des sources conduit naturellement à exploiter la presse locale. Ainsi trouve-t-on à la date du samedi 20 avril 1889 en page 2 et à la colonne 4, dans le Courrier du Nord-Est, une annonce anonyme relative à ce cette nécropole (Anonyme, 1889). Dès les premières lignes, on apprend que le site se trouve à 1500 m du village, que les tombes sont gallo-romaines, que les fouilles viennent juste de commencer et qu’un autre cimetière avait été exploré un an auparavant (sans doute celui de la pente de « Charmont »). Comme dans beaucoup de cas, l’information est reprise, la même année, dans la Revue de Champagne et Brie (E. L., 1890) qui apporte de nouvelles précisions. Les tombes ont été mises au jour dans un terrain appartenant à Monsieur Hadot-Thomas, le mobilier ne comprend pas d’armes mais essentiellement des vases en terre noire et rouge et quelques verreries dont une bouteille à col et une coupe de forme tulipée qui l’accompagnait. Bien entendu ces objets sont à vendre. C’est ainsi que Léon Morel fit l’acquisition de ces deux verreries. La lecture des éphémérides du Matot-Braine de 1893 nous apprend qu’à la date du lundi 23 mai 1892 (Anonyme, 1893) de nouvelles tombes, datables du ive siècle, étaient mises au jour. Là aurait pu s’arrêter l’information, mais on doit à M. Germain Pinchedez d’avoir communiqué à Pierre Roualet, dans les années 1970, trois photographies présentant le mobilier de ce cimetière, pour partie exploré par son aïeul Jules Pinchedez - un fouilleur du baron de Baye. Quelque vingt ans plus tard, il donne au musée d’Épernay des copies numériques des deux seuls clichés aujourd’hui exploitables (fig. 5). Heureusement lors de la première présentation des documents, Pierre Roualet avait pris soin de faire d’excellents dessins des photographies et d’identifier, autant que faire se pouvait, les formes céramiques. Ce travail est venu pleinement confirmer les informations fournies par les sources écrites. On peut donc raisonnablement penser que le cimetière du « Chêne » n’était plus en usage au moment où des objets germaniques participent du mobilier funéraire. On note tout de même que sur le cliché no 1 de Pinchedez, apparaissent trois petites boucles. Il se peut que quelques tombes, plus tardives, aient été mises au jour sur le site ou mélangées à l’ensemble.

Fig. 5. Mobilier de la nécropole de Vert-la-Gravelle « Le Chêne », commune de Vert-Toulon (Marne).

3. Un second exemple : le cimetière de Vert-la-Gravelle « Le Mont Augé », commune de Vert-Toulont (Marne)

  • 2 Cet objet appartient aux découvertes les plus anciennes faites par A. Brisson.

7Le site a été exploré par André Brisson et André Loppin en janvier 1939, sous le contrôle direct de l’abbé Pierre Favret, puis seuls à compter de 1946 avec une reprise, à la main, du dégagement des structures excavées accompagné de la découverte de tombes laténiennes et d’autres du début de l’Empire romain. Les objets étaient déposés au musée d’Épernay au fur et à mesure des découvertes. La première campagne a surtout porté sur la nécropole de l’Antiquité tardive et, devant l’intérêt des trouvailles et des ensembles conservés par contextes, Raymond Lantier, conservateur du Musée des Antiquités nationales et grand ami de Favret, a publié le site (Lantier, 1948). Malgré toutes ces garanties, nous avons pu relever une intrusion de mobilier dans celui de la sépulture 7 (fig. 7, no 2). Une fibule trouvée à Écury-le-Repos (Marne), bien antérieurement à la fouille, s’est trouvée mêlée à cet ensemble2. C’est par le récolement de l’inventaire que l’on a pu relever cette erreur qui sans ce travail était parfaitement indétectable. C’est aussi dans ce cadre que tous les objets du site ont fait l’objet d’une numérisation et d’une inscription systématique. C’est au bout du compte un ajout de quatre-vingts pièces que l’on a fait au catalogue du site. Ce sont en général des petits fragments métalliques, des monnaies, des clous de chaussures et même des vases qui sont ainsi sortis de l’anonymat. La situation relative à ce site montre combien l’on vit sur des acquis, sans retour aux sources et bien souvent sans analyse critique. On signale qu’à ce jour les plans des tombes sont toujours inédits (fig. 6) ainsi que les photographies du mobilier en place.

Conclusion

8Loin d’être négligeables, les fonds anciens révèlent des ensembles sur lesquels on peut fonder des études à la condition expresse que les analyses soient menées avec soin et que les informations recueillies soient vérifiées et confirmées par les recherches modernes, contemporaines et bien documentées. L’enquête est longue et difficile. Elle impose un travail collectif méthodique et un questionnement précis de la documentation. Le travail que représente cette première approche est en fait le fruit de l’accumulation successive d’archives laissées par les gestionnaires du musée d’Épernay, par le fruit des échanges qu’ils ont eu avec leurs contemporains. On espère avoir fait l’utile démonstration que les fonds anciens ne sont pas que des quantités de pièces destinées à meubler les réserves muséales et qu’il est de notre devoir d’en rehausser la valeur. Le travail effectué par nos prédécesseurs mérite bien souvent plus de respect que celui qui lui est accordé. Il en est de ce domaine comme de celui des sources écrites historiques : un éternel besoin de relecture à la lumière de la progression de la connaissance scientifique.

Fig. 6. Nécropole de Vert-la-Gravelle « Mont-Augé ». Carnet de fouille d’André Brisson, conservé au musée d’Épernay. Croquis de la sépulture 23.

Fig. 7. Nécropole de Vert-la-Gravelle « Mont-Augé ». Mobilier de la sépulture 7, selon Lantier, 1948 et Böhme, 1974, pl. 144. L’étude des archives indique que la fibule en arbalète no 2 provient en réalité d’Écury-le-Repos.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Anonyme, 1889, « Vert-la-Gravelle » Le Courrier du Nord-Est, samedi 20 avril 1889, p. 2, col. 4.

Anonyme, 1893, « Éphéméride, Vert-la-Gravelle », Matot-Braine, Reims, p. 91

Böhme H.W., 1974, Germanische Grabfunde des 4. und 5. Jahrhunderts : zwischen unterer Elbe und Loire : Studien zur Chronologie und Bevölkerungsgeschichte, Munich, Beck, 2 vol. (Münchner Beiträge zur Vor- und Frühgeschichte, 19).

Charpy J.-J., 2010, « L’archéologie régionale champenoise, de l’époque où Jean-Baptiste Counhaye a débuté ses recherches jusqu’à celle où il a donné sa collection à la ville de Suippe », in : Lambot B., Verger S. dir., Jean-Baptiste Counhaye : sa collection à la mairie de Suippes (Marne) et l’archéologie champenoise au xixe siècle, Reims, Soc. archéologique champenoise, p. 21-36 (Mémoire de la Soc. archéologique champenoise, 18).

Cleuziou H. du, 1887, La création de l’Homme et les premiers âges de l’humanité, Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 840 p.

E. L., 1890, « Vert-la-Gravelle (canton de Vertus) », Revue de Champagne et Brie, t. 1, 1889, 2e série, p. 309-310.

Lannois A., 1888, Étude sur les anciens lieux de sépultures à Annelles, Thugny, Seuil, Waleppe, Biermes et sur diverses découvertes d’antiquités préhistoriques, gauloises, romaines et franques, Manuscrit (2 exemplaires conservés à l’Académie de Reims et 1 autre en dépôt aux Archives départementales des Ardennes).

Lantier R., 1948, « Un cimetière du ive siècle au ‘Mont Augé’ (Vert-la-Gravelle, Marne) », L’Antiquité classique, t. XVII, p. 373-401.

Morel L., 1895, « Notes sur quelques objets du Musée Léon Morel », Travaux de l’Académie nationale de Reims, 95e vol., année 1893-1894, t. I, p. 169-174, 1 pl.

Neumayer H., 2002, Die merowingerzeitlichen Funde aus Frankreich, Museum für Vor- und Frühgeschichte Berlin, Bestandskatalog, Bd 8, 243 p, 90 pl.

Roualet P., 1967, « Le cimetière d’Aulnay-sur-Marne », Mémoires de la Société d’Agriculture, Commerce, Sciences et Arts du département de la Marne, t. LXXXII, p. 30-50.

Schmit E., s. d., Manuscrit, Archéologie et anthropologie marnaise (cote F 58 à F 63) et Notes de préhistoire (cote F 90 à F 100), Archives départementales de la Marne.

Schmit E., 1929, « Répertoire abrégé de l’archéologie du département de la Marne des temps préhistoriques à l’an mil », Mémoires de la Société d’Agriculture, Commerce, Sciences et Arts du département de la Marne, 1926-27 et 1927-28, p. 99-301.

Vatan A., 2004, Histoire de l’archéologie celtique en Champagne, des origines à nos jours, Soc. archéologique champenoise, 253 p. (Mémoire de la Société archéologique champenoise, 17).

Werlé A., 1878, Souvenirs de quelques fouilles faites à Berru et dans les environs de Reims, lieux-dits Clairmarais et Le Trésor plus quelques fouilles faites à L’Épine près de Châlons-sur-Marne, Album photographique, Archives du Musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye.

Notes

1 Archives personnelles de l’auteur. Les objets de la collection Godon-Vasnier sont en collection particulière à Paris mais elles étaient conservées chez des descendants de M. Vasnier depuis de nombreuses années près de Royan. Depuis peu, un torque du ive siècle avant J.-C. a été vendu au Musée d’Archéologie nationale.

2 Cet objet appartient aux découvertes les plus anciennes faites par A. Brisson.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Album Werlé, Musée d’Archéologie nationale, Saint-Germain-en-Laye. Mobilier provenant de nécropoles des environs de Reims. Cl. F. Vallet.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4255/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Légende Fig. 2. Mobilier d’une sépulture trouvée à Seuil (Ardennes) en 1884. Archives de l’Académie de Reims, cl. X.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4255/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 3. Plan de localisation des fouilles effectuées en 1868 par Charles Lebœuf, commissaire de Police à Vertus, conservé à la bibliothèque Carnegie à Reims.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4255/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 4. 1 et 3 : vases trouvés lors des fouilles de la nécropole de Rouffy « La Hayatte ». Extrait de Cleuziou, 1887.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4255/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 5. Mobilier de la nécropole de Vert-la-Gravelle « Le Chêne », commune de Vert-Toulon (Marne).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4255/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 6. Nécropole de Vert-la-Gravelle « Mont-Augé ». Carnet de fouille d’André Brisson, conservé au musée d’Épernay. Croquis de la sépulture 23.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4255/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 7. Nécropole de Vert-la-Gravelle « Mont-Augé ». Mobilier de la sépulture 7, selon Lantier, 1948 et Böhme, 1974, pl. 144. L’étude des archives indique que la fibule en arbalète no 2 provient en réalité d’Écury-le-Repos.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/4255/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 471k

© ARTEHIS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search