Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, II

 | 
Nathalie Achard-Corompt
, 
Michel Kasprzyk
, 
Bérengère Fort

Avant-propos

Nathalie Achard-Corompt, Bérangère Fort et Michel Kasprzyk

Texte intégral

1Depuis une quinzaine d’années, l’étude des provinces gauloises de l’Antiquité tardive connaît un essor sans précédent. La multiplication des opérations d’archéologie préventive et programmée, des groupes de travail, des tables rondes et colloques, des publications, offre de nouvelles pistes de réflexion qui modifient très sensiblement notre perception de cette période à la charnière de l’Antiquité et du haut Moyen Âge.

2La mise en place de programmes de recherche consacrés à l’étude de l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule conduit à dynamiser l’intérêt pour cette période dans une région où les travaux étaient auparavant peu nombreux. Dans ce cadre sont organisées depuis 2008 des rencontres biennales intitulées « L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule ». Le colloque de Châlons-en-Champagne qui s’est déroulé les 16 et 17 septembre 2010 constitue ainsi le deuxième volet de ces rencontres. Le colloque de Châlons introduit la pratique de diviser le programme entre un thème spécialisé et un volet d’actualité de la recherche. Près de 130 intervenants et auditeurs ont participé aux échanges.

3Le thème spécialisé, intitulé « Sépultures, nécropoles et pratiques funéraires dans l’Est de la Gaule durant l’Antiquité tardive », avait pour vocation de dresser un aperçu du domaine funéraire entre le iiie et le ve siècle dans une aire géographique couvrant les provinces tardives de Lyonnaise I et IV, de Belgique I et II et de Séquanaise. Quelques présentations ont permis d’aborder des sites dans des régions limitrophes (Viennoise, Germanie I). L’Antiquité tardive est une période de profonde transformation des structures politiques, institutionnelles et économiques, mais tout autant des mentalités, des pratiques religieuses et culturelles - la christianisation progressive de la société n’étant pas le moindre phénomène de cette époque. Dans ce contexte, l’étude du domaine funéraire, qui touche tant à l’intimité du défunt qu’aux pratiques sociales autour de son inhumation, constitue un point d’observation privilégié des conceptions et de l’imaginaire de l’époque.

4Les seize communication réunies se partagent entre synthèses à l’échelle d’une région actuelle, à celle d’une ciuitas, ou à celle d’un site urbain d’une part ; présentations centrées sur des ensembles ponctuels, basées sur des fouilles récentes et / ou des données plus anciennes d’autre part. Les communications abordent la question de la topographie funéraire mais aussi l’organisation interne des nécropoles (gestion des espaces, organisation selon les critères biologiques de l’âge au décès et du sexe, topographie, présence éventuelle d’un lieu de culte). L’architecture funéraire (forme, typologie et chronologie des aménagements aériens et souterrains) est étudiée dans plusieurs contributions. L’analyse des dépôts dans la tombe constitue un dernier aspect de cette collection de travaux.

5La seconde partie de ce volume, consacrée à l’actualité de la recherche sur l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, réunit douze contributions portant sur les agglomérations et les campagnes, la numismatique, les activités économiques et les échanges.

6Au terme de cette entreprise, il faut souligner que le succès de cette rencontre n’aurait pas été possible sans le soutien financier et matériel de l’Inrap, du Service régional de l’Archéologie de Champagne-Ardenne (Ministère de la Culture et de la Communication) et de la Société Archéologique Champenoise.

7À ce titre, il nous est particulièrement agréable de remercier Yves Desfossés, Christelle Lagatie, Dominique Morize (Ministère de la Culture / Service régional de l’Archéologie de Champagne-Ardenne), Claude Gitta (Inrap) et Aline Bataille (Société Archéologique Champenoise). Nous tenons à remercier également le comité de relecture constitué de Anne Delor-Ahü, Vincent Drost, Raphael Durost, Simon Esmonde-Cleary, Jean Guyon, Antony Hostein, Jenny Kaurin, Caroline Lachiche, Pierre Nouvel et Pierre Ouzoulias.

© ARTEHIS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search