Version classiqueVersion mobile

Le sanctuaire antique des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or)

 | 
Colette Pommeret

Deuxième partie : Étude du mobilier

Les figurines en terre cuite

Micheline Jeanlin

Texte intégral

  • 1 Je remercie le Pr. WILLERS et le Dr. C. REUSSER de leur si cordial accueil ainsi que de toutes les (...)

1Dans le domaine des terres cuites gallo-romaines, il est rare qu’une fouille de sanctuaire restitue un matériel aussi riche et varié que celui retrouvé aux Bolards. Richesse qu’il est par ailleurs difficile d’évaluer avec exactitude, car les pièces étudiées ici ne représentent qu’une partie de celles retrouvées dans la zone cultuelle. En effet, parmi les figurines découvertes en abondance par les premiers fouilleurs, beaucoup ont été dispersées dans des collections privées ou ont été vendues. Fort heureusement, nombre d’entre elles sont redevenues accessibles aux chercheurs ; en effet, plus de quatre-vingts figurines ou fragments sont entrés dans les collection du Musée archéologique de Dijon (M.A.D.), et une autre importante quantité, d’abord vendue à un antiquaire en Suisse, est actuellement conservée au Séminaire d’Archéologie de l’Université de Berne1. Il est grand dommage qu’aucune localisation précise de tous ces objets n’ait été mentionnée à l’époque. Cependant, nous avons pu constater – comme nous le verrons plus loin – que certains fragments étudiés ici se recollent parfaitement avec des fragments conservés au M.A.D. (nos 110, 112, 112bis et M.A.D. 61.7.5 par exemple) ; ils ont donc forcément la même provenance. Nous pouvons en déduire que d’autres parmi les figurines découvertes autrefois peuvent provenir de la zone cultuelle, mais, exceptés les fragments cités plus haut, nous ne saurons jamais lesquelles ; par ailleurs, un doute peut subsister sur l’appartenance à une même figurine de certains fragments des deux collections dont la complémentarité, faute de bords jointifs, n’est que typologique.

2Toutes les figurines retrouvées sont en terre blanche et leur production, étalée dans le temps, paraît avoir eu les ateliers du Centre pour origine. En vue de leur étude stylistique et typologique, nous nous proposons de les présenter divisées en ces trois groupes principaux devenus traditionnels : les divinités, les personnages et les animaux ; le quatrième groupe, celui des « divers » qui rassemble les végétaux et le mobilier, est toujours infime. Les dessins de ces objets sont rassemblés par sujets classés typologiquement dans les premières planches ; à chaque fois qu’une identification typologique d’un fragment nous a paru certaine, nous avons disposé le dessin rendu en volume de ce fragment dans le dessin au trait du type correspondant. Afin de ne pas augmenter inutilement le nombre de planches, nous avons parfois réunis dans un seul dessin typologique plusieurs fragments dont l’appartenance initiale à la même figurine n’est pas prouvée, mais qui présentent cependant toutes les caractéristiques d’un même type ; néanmoins, chacun des fragments, y compris ceux qui n’ont pas été identifiés avec certitude, est présenté séparément dans les dernières planches où nous avons regroupé tous les objets par emplacement de découverte à l’intérieur de la zone cultuelle. Cela, afin de réaliser ou d’éliminer des rapprochements complémentaires possibles entre des fragments découverts dans des zones plus ou moins éloignées les unes des autres, mais aussi pour mieux cerner leur chronologie et, enfin, pour tenter de comprendre leur signification religieuse, en regard du contexte général.

  • 2 Pour une étude plus approfondie, se reporter à BÉMONT. JEANLIN, LAHANIER, 1993.
  • 3 12 à 20 % pour A. Muller (MULLER, 1993, note 12).

3Auparavant, afin de rendre plus compréhensible les commentaires techniques contenus dans cette étude, il nous paraît utile de rappeler brièvement ce que nous savons des procédés de fabrication des figurines en terre cuite gallo-romaines2. Toute production en série de figurines nécessite la présence de moules ; ces derniers peuvent être obtenus de plusieurs façons : soit en les prenant sur un modèle en argile créé spécialement à cette fin (opération de moulage) et les figurines qui en sont tirées sont dites de première génération ; soit en utilisant comme modèle une figurine d’une première génération provenant du même atelier ou d’un atelier concurrent (opération de surmoulage). Une figurine issue d’un surmoulage peut, par la suite, donner naissance à une autre génération qui, à son tour, engendrera, etc. La taille moyenne des figurines gallo-romaines était d’environ 20 cm ; chaque surmoulage entraînant un rapetissement variable en fonction des matières premières utilisées et de la conduite de la cuisson (8 % à 12 % en général, quelquefois plus)3, il n’était guère satisfaisant, comme nous avons pu le constater sur quelques figurines, d’aller au-delà de sept générations. Chaque surmoulage s’accompagnait d’un amoindrissement des détails ; des retouches et une polychromie ajoutée pouvaient redonner quelque vigueur, mais en même temps gommaient encore plus la parenté avec les toutes premières générations. Une fois les moules pris (souvent bivalves) et cuits, il fallait tapisser les parois des différentes pièces d’une couche d’argile fraîche et attendre le premier retrait provoqué par un léger séchage. Les empreintes positives étaient assemblées à la barbotine, parfois retouchées, percées d’un trou d’évent (à quelques rares exceptions près comme nous le verrons plus loin et dans la conclusion), puis cuites à 800° environ. Beaucoup, sinon toutes, furent rehaussées de couleurs dont il ne reste que fort peu de traces après leur long séjour sous terre.

LES SUJETS

LES DIVINITÉS

Vénus

4Dans le panthéon gallo-romain en terre cuite, Vénus était présente sous plusieurs formes. Le plus souvent issue du répertoire gréco-romain, elle prenait l’apparence de la Vénus anadyomène inspirée de la peinture d’Apelle ou encore celle d’une Vénus pudique, toutes deux reproduites en ronde-bosse. Mais c’est sans doute à un fond indigène qu’il faut rattacher la forme dite « à gaine », où seule la tête est en ronde-bosse : ces Vénus ont été, jusqu’à maintenant, retrouvées en quantité moindre et sont habituellement beaucoup plus présentes à l’ouest, particulièrement en Bretagne. Il est donc surprenant d’en trouver des fragments aux Bolards.

5C’est sous sa forme la plus classique que Vénus a été retrouvée en grand nombre dans la zone cultuelle. Presque toujours anadyomène – elle sort de l’onde et tord une mèche de cheveux de la main droite tandis que sa main gauche soutient une draperie – elle est alors divisée en deux types principaux : le type I dans lequel la draperie passe sur le poignet avant de descendre le long de la jambe gauche et le type II où la draperie ne passe plus sur le poignet mais prend naissance sous la main gauche de Vénus. Elle est assez peu présente ici dans sa version pudique, qui appartient au type III ; en effet, elle ne sera vraiment mise à la mode qu’assez tard, à partir de la fin du iie s., par le coroplathe éduen Pistillus.

Type I

6Si dans le type II – beaucoup plus répandu que le type I – le schéma traditionnel est constamment respecté malgré une foisonnante diversité d’interprétation des détails, il en va différemment pour le type I. En effet, dans un premier groupe important de ce type, les mèches de cheveux, échappées des bandeaux repris dans des rouleaux, sont enroulées en « anglaises », et, pour la majorité, descendent seulement dans le dos de la divinité ; à ce type de coiffure est associé un drapé qui descend en plis rigides et parallèles. Dans un autre groupe, au contraire, les détails de la coiffure ou les plis de la draperie ne se distinguent pas du type II (voir la Vénus no 16-150, fig. 3, no 7, infra) ; peut-être est-ce là un groupe de transition, à la charnière chronologique des deux types.

7Le premier groupe, bien représenté ici par dix exemplaires, précisément daté par les découvertes faites en Suisse (GONZENBACH, 1986 ; RASELLI-NYDEGGER, 1998), en Allemagne et en Autriche (LANGE, 1990), est sans doute le plus précoce de la production gallo-romaine ; déjà exportées sous Tibère, beaucoup de ces figurines furent déposées dans des tombes jusque vers + 120 environ. Jusqu’à présent, il en a été retrouvé bien plus dans les nécropoles que dans les sanctuaires. Dans la zone cultuelle des Bolards, elles reposaient en majorité sur le sol même du fanum II. 11 y a donc là une parfaite concordance chronologique entre toutes les découvertes de ce type.

Fig. 1. Vénus (type I).

8La Vénus no 1-133 est la plus complète (fig. 1, no 1 et 13-A, no 1). Les cheveux, séparés par une raie médiane, descendent sur le front et remontent vers l’arrière de la tête (groupe D) pour former un rouleau continu jusqu’à un chignon rond posé sur la nuque ; le nez est fort et, détail propre à la production du ier s., les yeux sont en forme de grande amande exorbitée avec une pupille centrale en creux. Les doigts de l’importante main droite (à l’exception du pouce qui est caché par la première anglaise), longs et rectilignes, sont fermement délimités ; le bras droit est replié loin du corps. La poitrine est menue, le ventre et le pubis sont légèrement modelés, le sexe n’est pas dessiné. Le large et profond sillon qui sépare les jambes est un autre indice caractéristique de fabrication précoce et sur certaines pièces identiques à celle des Bolards cet espace est évidé (ROUVIER-JEANLIN, 1972, no 9 ; GONZENBACH, 1986, fig. 64, no 4) ; cette technique disparaîtra au cours du IIe s. La draperie forme deux plis sur le poignet situé un peu en dessous du pubis et elle tombe en longs plis verticaux qui se déportent légèrement vers l’extérieur en descendant ; il semble que ces plis formaient des boucles verticales emboîtées mais, la partie inférieure de la draperie étant brisée ici, ainsi que sur tous les exemplaires connus de ce type, ce n’est là qu’une hypothèse (mais la draperie d’une figurine vraiment très proche, à l’exception de la coiffure antérieure de type B, trouvée à Vindonissa (GONZENBACH, 1986, fig. 62, no 4), est formée de longues boucles emboîtées). Une petite boucle en relief apparaît sous le pouce gauche (la présence ou non de cette boucle, de même que sa forme, sont très utiles pour différencier les sous-groupes). Au revers les plis verticaux descendent plus souplement, mais leur partie inférieure a été effacée lors du montage sur le socle ; au dos, un groupe d’anglaises (3 à gauche, 2 visibles à droite) descend sur chaque épaule.

  • 4 Les Bolards, sans localisation précise, M.A.D. 61-7-1 et 8 (ROUVIER-JEANLIN, 1986, no 137) ; cimet (...)

9Sur le revers d’exemplaires comparables (ROUVIER-JEANLIN. 1972, nos 9 et 10), deux masses d’argile attestent que des figurines de ce type étaient également fixées dans des édicules en terre cuite ; plusieurs de ces derniers, tous fort grands – environ 35 cm de haut — avec une niche hémisphérique très profonde surmontée d’un fronton à trois pointes (voir infra), ont été principalement trouvés dans des laraires ou des tombes4. Ces nombreuses trouvailles prouvent une fabrication particulièrement importante, autour des années 50, de ce type apprécié bien loin au-delà des frontières.

  • 5 Une Vénus retrouvée à Alésia, dans la carrière, semble identique (RABEISEN, VERTET, 1986, no 26).

10Le no 2-275, plus mutilé, a été trouvé hors stratigraphie, vers le mur sud (fig. 1, no 2 et 14-D, no 18) ; cet exemplaire5 est à rapprocher des Vénus nos 1-133 et 3-134. Cette dernière, dont la draperie conserve des traces de couleur rouge, a été découverte sur le sol bétonné du fanum II (fig. 1, no 3 et 13-A, no 3). Le pubis et le ventre sont soulignés d’un pli courbe horizontal en bourrelet. Bien que typologiquement identique au no 2-275, le pouce, ici, est moins écarté des autres doigts réunis. Il est également possible que la tête ait appartenu au type B (coiffure en touffes resserrées) ; ce qui ne changerait en rien la datation, précoce dans les deux cas.

11La Vénus no 4-286, a été trouvée dans l’hémicycle sud (fig. 1, no 4 et 13-E). Très proche de la précédente, ses seins sont cependant plus volumineux et les plis du ventre et du pubis ne sont plus indiqués ; mais la principale différence réside dans la disposition des plis sur le poignet : ils sont torsadés et non plus parallèles. C’est à ce détail que nous avons reconnu le même type dans une figurine découverte en Suisse, à Augst, dans un niveau Tibère-Claude (GONZENBACH, 1986, fig. 64, no 1) ; nous apprenons ainsi que la coiffure, comme celle du no 1-133 formée de bandeaux en rouleaux, était du type D.

12Il manque la tête, les chevilles et les pieds de la Vénus no 5-132 (fig. 2, no 1 et 13-A, no 2). La déesse est en appui sur la jambe gauche, la droite fléchie en avant. Le pubis est très marqué et l’espace entre les jambes est évidé à partir des genoux. La main, tous doigts rapprochés, repose sur la draperie qui recouvre le poignet en trois plis horizontaux superposés avant de descendre en plis verticaux parallèles au bord externe ; sous le pouce et avant les autres doigts, une boucle de 1,5 cm surmonte un espace vertical lisse. Au revers, sous la cassure, apparaît l’extrémité de trois anglaises à gauche et de deux autres à droite, le sillon vertébral est rectiligne ; la draperie descend en formant une étroite boucle centrale de 3,5 cm de long, entre des plis qui paraissent également dessiner des boucles : la cassure empêche d’être affirmatif. Cette figurine a été découverte sur le sol bétonné du fanum II et deux fragments d’une figurine du même type (no 6-130), partie antéro-supérieure de la draperie (fig. 13-C, no 12) et 7-123, partie postérieure de la tête (fig. 2, no 2 et 13-C, no 1) ont été retrouvés entre le pronaos et la cella du temple. Nous ne connaissons pas d’autre exemplaire identique.

13La Vénus no 8-175 a été découverte dans la cour sud (fig. 2, no 3 et 14-B, no 7). Il ne subsiste que la partie supéro-antérieure de la draperie qui recouvre le poignet en plusieurs plis parallèles. La main est longue, avec un pouce haut placé et écarté à l’horizontale des autres doigts réunis ; sous la main, la draperie coule en plusieurs plis, dont une boucle allongée. Nous ignorons à quel groupe du type I appartenait cette Vénus ; nous pouvons simplement remarquer que la consistance de la terre, la présence d’un large trou d’évent au revers et la forme de la draperie sont des signes de fabrication incompatibles avec ceux des figurines précédentes.

Fig. 2. Vénus (1-3, type I ; 4-6, type II).

14Il nous est impossible de classer le fragment antérieur no 9-126 et le fragment postérieur no 10-124, qui ne comprennent que la main et le haut de la draperie, lequel appartient bien au type I. Trouvés entre le pronaos et la cella du temple, ces deux fragments pourraient très bien se compléter, de même qu’avec la partie postérieure de la coiffure no 11-128 trouvée dans le même secteur (fig. 13-C, no 2).

Type II

15Pour les Vénus du type II, sur la quarantaine d’exemplaires découverts, en dépit de leur état souvent très fragmentaire, nous avons pu dénombrer treize figurines différentes et les répertorier dans six séries déjà connues par des figurines complètes ; pour les autres, les fragments sont si peu significatifs qu’il serait trop aléatoire d’essayer d’en reconstituer la typologie et sans intérêt de les décrire.

  • 6 D’autres figurines identiques, moins complètes, sont conservées dans les Musées de Toulouse (REY-D (...)

16L’originalité de la coiffure de la tête no 13-230, avec ses bandeaux qui s’élèvent comme un haut diadème sommé d’un ornement circulaire (ou d’un petit chignon), permet une rapide identification : le Musée des antiquités nationales (M.A.N.) possède un moule de ce type (ROUVIER-JEANLIN, 1972, no 130) trouvé en forêt de Compiègne (Oise), de fabrication locale, mais pris sur une figurine des ateliers de Toulon-sur-Allier ; par chance, notre fragment présente l’extrémité de l’index et du majeur, écartés et incurvés de la même curieuse façon que dans le moule. Nous avons pu reconstituer le type complet (fig. 2, no 4) à partir de deux autres figurines : l’une, conservée au Musée de Mâcon (ROUVIER-JEANLIN, 1986, no 46) retrouvée à Vergisson, près de Mâcon (Saône-et-Loire), dont la partie supérieure est identique ; en laissant découvrir le reste de son corps jusqu’aux genoux, elle nous a permis, à son tour, de reconnaître un type identique dans la figurine no 55 des Bolards (trouvée dans le mithraeum) dont il ne reste que la partie inférieure à partir du nombril. Grâce à ces deux exemplaires6 nous avons pu comprendre que la tête no 13-230 (fig. 2, no 4 et 15, no 23) et le fragment antérieur de draperie no 14-245 (fig. 2, no 5 et 15, no 25), tous deux trouvés dans la tranchée de fondations du mur de la galerie sud, se complétaient.

17Le no 15-101 (fig. 2, no 6 et 16-F, no 3), trouvé dans la salle 2, est un grand fragment qui appartient à un type rarement retrouvé jusqu’à présent, puisque nous n’en connaissons que deux exemplaires, tous deux découverts à Arpajon/Cère (Cantal) et conservés au M.A.N., dont un qui vient d’être acquis. Curieusement, ces Vénus complètes se ressemblent à s’y méprendre, mais la forme des mèches diffère de l’une à l’autre figurine. L’une ayant été recollée (ROUVIER-JEANLIN, 1972, no 43), nous avons d’abord pensé à un mauvais assemblage ; mais non, les deux parties coïncident exactement. Nous sommes en présence d’interprétations différentes d’un même modèle.

18C’est à un autre type peu connu qu’appartient le fragment no 16-150 trouvé dans la cour sud du temple (fig. 3, no 7 et 14-B, no 6) dont il ne reste que le ventre au pubis fortement accentué comme dans le type I, et les cuisses, ainsi que la main gauche (au pouce anormalement long) qui s’étale tous doigts réunis sur la partie supérieure de la draperie ; cette dernière prend la forme d’un nœud imposant et rigide dont la boucle supérieure, en oblique, déborde sur l’extérieur. Ce nœud est un indice majeur puisqu’il permet d’effectuer le rapprochement avec une figurine au torse brisé trouvée dans un contexte fin ier-début iie s., à Brive (MOSER-GAUTRAND, MOSER, 1981, pl. IX) ; en effet, on y retrouve ce même nœud au-dessus d’une draperie, cette fois complète, qui descend en boucles allongées superposées et emboîtées. À son tour cette draperie nous renvoie à une figurine du Musée départemental de Rouen (no 8, inédite), coupée sous les mollets, qui présente une draperie antérieure identique, mais différente au revers : si, de face, la tête correspond bien au type II (coiffure à bandeaux et rouleaux, avec cependant la présence inhabituelle de deux mèches souples accolées sur l’épaule droite au lieu d’une), en revanche, de dos, la coiffure avec ses anglaises rigides est tout à fait dans le style du type I. Nous voyons là, soit une erreur du modeleur qui n’a pas choisi le revers qui convenait (nous venons d’observer sur la figurine de Rouen que la draperie était également différente), soit la volonté du modeleur – qui n’avait que faire de nos subtilités typologiques ! – de varier les modèles et de les ajuster à la demande de la clientèle. Dans l’une ou l’autre hypothèse, nous sommes en présence d’un type de transition, à une époque où l’ouvrier, en plus des nouveaux moules du type II (la draperie ne passe plus sur le poignet de Vénus), a encore à sa disposition des moules du type I. D’ailleurs, comme le prouve une figurine trouvée à Amiens (WARIN, 1984, p. 23) dont la disposition des plis de la draperie ressemble à celle du no 150, la transition s’est aussi opérée de façon inverse : cette draperie passe encore sur le poignet comme dans le type I alors que, de face comme de dos, la coiffure est déjà du type IL Là, il n’y a plus une éventuelle erreur de manipulation de valves de moules à envisager, mais à reconnaître, comme pour quelques moules de Bourbon-Lancy à la fin du ier – début du iie s. (ROUVIER-JEANLIN, 1990, type 15, fig. 27, no 1), la volonté de réunir les anciennes et les nouvelles caractéristiques dans la même figurine.

Fig. 3. Vénus (type II).

  • 7 Musée diocésain, Évêché de Moulins, sans numéro ; H. : 14,5 cm, 1. : 5,2 cm ; terre ocrée, très du (...)

19Le fragment no 17-97, compris entre le nombril et les chevilles, trouvé hors enceinte du temple, présente également une disposition originale des plis de la draperie dessinés en relief ; ces derniers forment un nœud à plusieurs pans inégaux sous la main étalée, pouce écarté (fig. 3, no 1 et 16-F, no 1). Nous n’en connaissons que deux autres exemplaires : une figurine complète trouvée dans les ateliers de Saint-Pourçain-sur-Besbre (Allier) à Beauvoir7 (ROUVIER-JEANLIN, 1986, no 67) et une figurine décapitée conservée au Musée de Moulins (71.2.87). Aussi originale que la draperie, la coiffure est formée de très hauts bandeaux en diadème dont le registre supérieur est décoré de demi-cercles concentriques, tandis que les rouleaux de la partie basse se rejoignent au revers et remontent le long de la partie médiane du crâne, en se jouxtant, jusqu’au sommet de la coiffure où ils sont retenus par un ornement circulaire ; un petit fragment postérieur (no 18-243) présente la même particularité de fabrication : le trou d’évent a été percé entre les cuisses, à la base du sillon fessier.

20Une autre draperie originale aux plis en relief mérite notre attention, celle du fragment antérieur no 19-172 trouvé dans la cour sud (fig. 3, no 6 et 14-B, no 8) ; ce dernier appartient à un type dont la reconstitution a été facilitée par la présence de deux autres fragments plus importants retrouvés dans les salles annexes du temple, les nos 21-94 (fig. 3, no 5) et 20-98 (fig. 3, no 4 et 16-F, no 2). À l’exception d’un seul fragment de draperie identique (ROUVIER-JEANLIN, 1972, no 177, sans provenance), nous ne connaissons pas d’autres exemplaires de ce type dont il faut remarquer, en outre, la disposition inhabituelle des mèches au revers du no 20-98 (fig. 3, no 4) : de chaque côté de la raie médiane, les cheveux sont tirés vers les côtés en s’inscrivant dans un triangle renversé dont la pointe tronquée surmonte le chignon rond posé sur la nuque ; les mèches qui partent de chaque côté de la tête sont tirées vers le bas, parallèlement aux côtés du triangle. Le fragment de torse no 22-162 trouvé dans la cour du fanum II, bien qu’assez proche du no 20-98, ne peut être inclus dans ce type.

  • 8 Ce fragment a des points communs avec une Vénus complète retrouvée au milieu de plusieurs figurine (...)

21Avec le fragment no 23-256, qui va du dessous des seins aux mollets, nous abordons un type mieux connu (fig. 3, no 3 et 14-D, no 1), puisque cette draperie qui descend en dents de scie sous une large boucle est présente sur de nombreuses figurines issues, pour la plupart, des ateliers de Saint-Pourçain-sur-Besbre (Allier) ; cependant, l’absence de la tête et de la main droite qui est arrachée, empêche de préciser à laquelle des nombreuses séries issues du même modèle appartient le no 23-2568.

Type III

22Les Vénus pudiques, plus rares ici, sont bien regroupées puisque cinq des sept pièces retrouvées proviennent de la cour nord : le no 54-111 appartenait à une figurine du type 2 de Pistillus (fig. 4, no 4 et 14-A, no 8), les nos 55-113 (fig. 4, no 8 et 14-A, no 9) et 56-105 (fig. 4, no 9 et 14-A, no 7) à une figurine du type 3, le no 59-109 pourrait appartenir au type 5 (fig. 4, no 5 et 14-A, 10) et la tête no 60-114 (fig. 14-A, no 6) pouvait compléter aussi bien une Vénus qu’une déesse-mère de Pistillus. Un fragment du type 3 a été retrouvé dans la tranchée de fondations du mur 5 de la galerie sud (no 57-249, fig. 4, no 7 et 16-A, no 11). Ce type 3 appelle un commentaire. Si l’attitude est toujours la même (la déesse se presse le sein gauche et de son bras gauche replié coule une draperie jusqu’à ses pieds, tandis que sa main droite repose étalée sur le haut de sa cuisse droite), les coiffures varient, la forme des doigts diffère, les proportions évoluent d’une figurine à l’autre. Ces nombreuses variantes ont été souvent retrouvées en Suisse et peuvent être comparées dans l’indispensable ouvrage de V. von Gonzenbach (GONZENBACH, 1986, pl. 72-74).

Vénus à gaine

23Il est encore rare de retrouver des Vénus à gaine en dehors des régions situées à l’ouest de la Gaule ; cependant, sa présence ici n’a rien d’insolite puisque l’estime portée à ces Vénus a été assez forte pour inciter les ateliers du Centre à l’inclure dans leur répertoire ; des preuves de fabrication existent (ROUVIER-JEANLIN, 1990, p. 43-44). Il serait imprudent de vouloir reconstituer une figurine à partir du fragment no 64-274 qui ne comprend que les épaules et l’amorce du bras gauche (fig. 5, no 1 et 14-D, no 4) ; tout au plus pouvons nous dire que le collier, qui est décoré de pendants triangulaires et est fermé ou orné sur le devant d’un motif central composé d’un anneau externe en relief souligné d’un rang de grènetis rayonnant autour d’un double annelet, se retrouve sur des figurines signées Rextugenos (FICHET de CLAIREFONTAINE et alii, 1988, no 171). Malgré la similitude d’aspect et de consistance de l’argile, il serait tout aussi imprudent, en l’absence d’analyse physico-chimique, de voir son complément dans le fragment trouvé il y a fort longtemps aux Bolards, mais sans localisation précise, qui appartient également au répertoire de Rextugenos (M.A.D. inv. 61.7.40 ; ROUVIER-JEANLIN, 1986, no 114) ; imprudent, mais possible.

Fig. 4. Vénus (type III, Pistillus : 1-3, sous édicules).

Les déesses protectrices

24Faute de mieux, dans l’attente d’une révélation de leur fonction exacte, nous appelons déesses protectrices ces femmes qui ressemblent aux Vénus de terre cuite et qui étendent leurs bras dans un mouvement enveloppant de protection au-dessus d’un ensemble de personnages plus petits qu’elles et de tailles différentes ; les fragments de ces groupes retrouvés aux Bolards appartiennent tous aux trois types que nous avons déterminés récemment (ROUVIER-JEANLIN, 1993b, p. 74-81).

25Dans la cour sud, deux fragments du type 2 ont été découverts. Le no 71-177 (fig. 5, no 8 ; 14-B, no 10) comprend le revers d’une partie de la coiffure de la déesse et du torse dont les omoplates sont modelées au-dessus de la colonne vertébrale marquée par un sillon rectiligne ; les stries des mèches de la coiffure sont nettes et serrées, tandis quelles sont inexistantes sur la mèche centrale qui descend sous le chignon rond. Le no 72-149 comprend la partie antérieure du groupe situé à la droite de la déesse (fig. 5, no 4 et 14B, no 9) : le personnage féminin nu, la tête brisée, tient une draperie de sa main droite et pose sa main gauche bien à plat sur le sommet de la tête de l’enfant nu assis tout près d’elle ; l’enfant maintient un objet sphérique sur ses genoux.

26La tranchée de fondations du mur 5 de la galerie sud a révélé sept fragments. Le no 65-226 (fig. 5, no 6 et 15, no 8), d’excellente facture, est un fragment postérieur de la tête et des épaules de la déesse qui était d’une grande taille ; une raie médiane sépare les mèches de cheveux dessinées en stries profondes qui se dirigent vers un rouleau circulaire serré : à gauche de la raie, douze mèches sont tirées vers le bas de la tête, tandis qu’à droite treize mèches sont tirées vers le côté, procurant ainsi un indice précieux pour identifier le type 1 ; sur la nuque, la raie est ponctuée d’un petit chignon rond imprimé d’une croix qui somme une longue et épaisse mèche striée verticalement ; ce chignon divisé en quartiers se retrouve sur certaines Vénus du type I découvertes (fabriquées ?) à Saint-Bonnet-Yzeure (VERTET, 1993, p. 43, fig. 13). Le no 66-225 (fig. 5, no 2 et 15, no 6) était une jolie tête complète de la déesse (malheureusement volée en 1978) dont la photo nous apprend que des bandeaux ondulés gonflés et soulignés d’une fine tresse, ornés au centre d’un bijou (?) circulaire, encadraient son visage aux grands yeux ourlés marqués d’une pupille centrale creuse ; appartenait-elle au type 2 ? C’est au type 2 qu’appartiennent le no 67-215, fragment antéro-inférieur du groupe de trois personnages situés à gauche de la déesse, le no 68-216, fragment antérieur du groupe de deux personnages situé à droite de la déesse et le no 69-251 (fig. 5, no 9 et 15, no 9), fragment postérieur du personnage féminin situé à la gauche de la déesse. La petite tête no 73-29 (fig. 5, no 3 et 15, no 7) d’un des personnages du groupe pourrait appartenir au type 1 ou 2. Enfin, le no 74-237 (fig. 5, no 11 et 15, no 5) est un fragment antérieur de torse et de son bras droit qui appartient très certainement à une déesse protectrice : les seins sont pointus, le pubis est bombé avec le sexe dessiné et un large sillon arqué sépare le bras du torse.

27La tranchée de fondations du mur de retour 6 de la galerie sud a restitué le no 70-254 (fig. 5, no 5 et 16-C, no 1), fragment inférieur du groupe situé à gauche de la déesse dont il ne reste qu’une jambe ; ce groupe appartenait également au type 2.

28Nous constatons qu’il y avait dans ce secteur, indubitablement, trois groupes entiers puisque nous avons plusieurs fois trois exemplaires d’une même partie du groupe type 2 ; quatre groupes en ajoutant la tête no 65-226 (fig. 5, no 6 et 15, no 8) du type 1. Si nous devions prendre en considération le fragment de tête sans numéro, sa probable appartenance au type 3 ferait porter à cinq le nombre des groupes. Mais même si, par prudence, nous limitons à quatre pièces distinctes l’appartenance de ces fragments, c’est là une quantité jamais encore atteinte, jusqu’à présent, pour une seule zone cultuelle.

Les édicules

  • 9 Était-il peint de symboles comme certains exemplaires hors de Gaule l’étaient à l’époque romaine ?

29Les trois types d’édicules à niche en demi-cercle sont présents : le type 1 qui regroupe les édicules dont le fronton plat est limité dans sa partie supérieure par trois pointes arrondies alignées, le type II qui comprend tous les frontons triangulaires et le type III qui correspond aux frontons arrondis. Le revers, lisse9, était renforcé par de gros boudins d’argile ; la disposition de ces derniers peut indiquer à quel type appartient un édicule dont le fronton est brisé.

Type I

30Un seul fragment peut être classé avec certitude dans le type I : le no 75-155 (fig. 6, no 1 et 13-D, no 1) trouvé à l’ouest de la cella. C’est évidemment peu, mais assez normal. En effet, ces très grands édicules (33 cm de hauteur à Karden-D, GONZENBACH, 1986, fig. 76, no 3) ont eu une existence relativement brève puisque leur fabrication, très précoce, dura moins longtemps que celle des types II et III dont nous situons la production aux iie et iiie s. ; nous avons ici la confirmation de cette précocité puisque ce fronton a été retrouvé dans une couche – située entre les murs 27 et 28 – bien datée de la première moitié du ier s.

Fig. 5. 1, Vénus à gaine. 2-10. déesse protectrice. 2-5. 8-10 : type II ; 6-7 : type I.

  • 10 Dans la figure 6, nous avons représenté un édicule vide auquel nous avons donné des dimensions cal (...)
  • 11 La maladresse et l’irrégularité des motifs révèlent un tracé exécuté à main levée.

31Nous rappelons que la particularité du type I, outre ses dimensions imposantes, apparaît dans la représentation du fronton qui est une élévation entièrement plate dont la partie supérieure est plus ou moins fortement échancrée pour former trois pointes arrondies, tantôt de dimensions égales, tantôt avec une hauteur supérieure ou inférieure pour la pointe médiane10. Sur la plupart des édicules de ce type, la partie plate, comprise entre le sommet de la profonde voûte formée d’une conque renversée et la base des pointes, est ornée d’un décor géométrique ; l’exécution de ce dernier avec un instrument pointu11 doit intervenir immédiatement après le démoulage opéré avant le séchage complet de l’argile ; une rosace comprenant un nombre variable de pétales était ajoutée sur l’extrémité de chaque pointe, parfois sous les échancrures. Quelques édicules conservent encore des traces de couleur rouge ou jaune (Musée de Roanne, inv. CI 3355) qui attestent l’habitude qu’on avait de les peindre.

  • 12 Néanmoins, cela n’est pas impossible ; une pointe du côté gauche (d’une taille légèrement supérieu (...)

32Sur la partie plate du no 75-155, de moindre hauteur que sur les édicules cités plus haut, la décoration est sobre : l’échancrure située entre la pointe du côté gauche (pour le spectateur) et la pointe centrale (toutes deux brisées ainsi que celle de droite) est soulignée d’une guirlande de grosses perles et l’ornementation incisée se limite à deux sillons rectilignes horizontaux : l’un situé juste sous une rosace à huit pétales placée de manière inhabituelle au centre du fronton, l’autre au-dessus de l’arcature de la niche ; nous ignorons si un fleuron ornait également chaque pointe manquante12. Nous ne saurons jamais si l’habituel décor incisé était remplacé ici par des traits peints, mais cela paraît peu vraisemblable étant donné la faible hauteur comprise entre les deux sillons.

33Le no 76-127 (fig. 6, no 2 et 13-C, no 4), fragment supérieur d’une grande et profonde conque qui ne peut pas compléter le no 75-155, trouvé dans un remblai du fanum II, est également daté de la première moitié du ier s. ; sa taille et ce qui reste du cintre en bourrelet nous permettent de le classer dans le type I.

Type II

34C’est par référence à un édicule plus complet (M.A.D. 61.7.6) trouvé aux Bolards, sans localisation précise, que nous pouvons classer le fragment inférieur no 77-211 (fig. 6, no 3 et 16-A, no 3) dans le type II : le bras gauche de Vénus, brisée au-dessus du thorax, pend le long du corps, sans soutenir de draperie semble-t-il. Elle est placée dans une étroite niche semi-circulaire accostée de chaque côté de deux pilastres à caissons placés sur la même ligne ; il en reste peu de traces. Ce type d’édicule existe en plusieurs variantes connues : dans le fragment supérieur du M.A.D. les chapiteaux sont composés de trois rangs de trois palmes-languettes à gauche (pour le spectateur) et de deux rangées de trois à droite, alors que dans un moule de Bourbon-Lancy (seulement connu par une empreinte conservée au Musée Rolin d’Autun), ils comportent trois rangs de cinq languettes ; sur un autre édicule complet (H. 18,8 cm) conservé au Musée de Moulins (inv. no 5423) et trouvé à Saint-Pourçain-sur-Besbre (GONZENBACH, 1986, pl. 79, no 1), ce sont quatre languettes qui s’étagent sur trois rangs. Les larges feuilles arrondies qui ornent les rampants ne sont pas disposées de façon identique d’un exemplaire à l’autre mais présentent toutes la particularité d’avoir des bords parallèles ; les acrotères d’angle sont plus hauts. Le cintre de la niche est souligné d’une bande de petites feuilles arrondies (?), à la hauteur de la coiffure en corymbe de Vénus. Pistillus a beaucoup utilisé cette coiffure pour les Vénus de ses édicules, mais la sobriété du décor contraste avec l’exubérance ornementale de ce coroplathe et s’apparente plus aux productions de Saint-Pourçain-sur-Besbre. Nous aurons l’occasion, plus loin, de revenir sur les relations entre Saint-Pourçain-sur-Bresbre et Autun (édicule nos 92-266 et 93-282).

35C’est également en se référant à un autre grand fragment trouvé aux Bolards (M.A.D. 61.7.3), sans localisation précise, que nous pouvons ranger le petit fragment de pilastre no 78-283 dans le type II (fig. 6, no 10 et 14-D, no 14). Ils révèlent un motif décoratif nouveau qui comporte des S affrontés pour former des lyres dont une feuille nervurée marque le centre ; ces lyres sont superposées et accostées d’étoiles tandis que des petites perles sont disposées le long du côté du pilastre. La frise de l’architrave comprend un double cercle à étoile centrée accosté de quatre étoiles qui rappelle le décor des Vénus à gaine.

36Le rampant du petit fragment de fronton no 79-179 (fig. 6, no 9 et 14-B, no 1) est décoré de longues feuilles dont les bords se rejoignent à la base ; l’acrotère est simple. Sur la frise horizontale s’alignent des rosettes à huit pétales accostées d’étoiles multibranches (H. cons. 6 cm). On peut établir une comparaison avec l’édicule de Worms qui abrite une Minerve (ROUVIER-JEANLIN, 1986, no 140), mais sans S de séparation ici.

Fig. 6. Édicules. 1-2. fronton à 3 pointes ; 3-9, fronton triangulaire ; 11-16. fronton arrondi.

37Les petits fragments nos 80-112 (fig. 6, no 4 et 14-A, no 3), 81-168 (fig. 6, no 8 et 14-C, no 3), 82-169 (fig. 6, no 7 et 14-C, no 4), 83-171 (fig. 14-C, no 5) et 86-328 (fig. 6, no 5 et 14-B, no 2) appartiennent à ces nombreux édicules du type II décorés d’S. Pour le moment nous ne pouvons en dire plus. En revanche, les deux fragments de pilastre nos 84-170 (fig. 14-C, no 6) et 85-288 (fig. 6, no 6), appartiennent certainement au type II trouvé à St-Bonnet-Yzeure (Allier) (VERTET et alii, 1980, p. 256) dont le décor des pilastres est formé d’S en forme de serpents superposés et emboîtés, accostés de cercles concentriques.

38Alors que les objets précédents ont été fabriqués tout au long du iie s., les deux derniers fragments du type II, no 87-151 (fig. 14-B, no 5), 88-208 (fig. 4, no 2 et 16A, no 1), sont tout à fait dans le style de Pistillus et peuvent être alors datés de la fin du iie s-début du iiie s.

39Le fragment antérieur no 87-151 (fig. 14-B, no 5) est réduit au ventre, à la main gauche qui s’étale, pouce écarté, sur le pli de l’aine, à la cuisse gauche et la partie de la draperie qui glisse le long d’elle. Dans l’état actuel de nos connaissances, ce fragment ne peut appartenir qu’au type 3 de Pistillus (RABEISEN, VERTET, 1986, p. 86).

  • 13 No d’inv. 1933/502 ; H. 18 cm, 1. 11,2 cm ; SCHAUERTE, 1985, no 283, fig. 35, 2.

40Nous ne pouvons pas encore fournir la preuve que le no 88-208 (fig. 4, no 2 et 16-A, no 1) est une production de l’atelier de Pistillus puisqu’aucun exemplaire signé n’a été retrouvé ; cependant, le chapiteau est identique à ceux des types 1 et 3 (types Vertet) et l’ensemble a un « air de famille ». Le chapiteau conservé est corinthien avec une fleurette centrale à six pétales ; l’entablement est orné d’un rang de petites languettes surmonté d’un rang de modillons. Le fronton est cerné d’une moulure ; celle-ci est soulignée d’une double moulure incisée sous les rampants et d’une seule à la base ; au-dessus des rampants, deux acrotères d’angle et un acrotère faîtier se dressent sous forme d’S affrontés. Sur un exemplaire plus complet conservé au Musée de Spire (Allemagne)13, le pilastre interne est en retrait de l’autre et tous deux sont sans décor. Un autre fragment semblable de la partie supérieure, trouvé à Vertault (Musée de Châtillon-sur-Seine, inv. 7165), présente une légère différence quant au pilastre externe : il est cannelé et non pas lisse comme à Spire. Il peut s’agir d’objets tirés de moules parallèles issus d’un même archétype.

Type III

41Les édicules à fronton arrondi sont ici moins nombreux que ceux à fronton triangulaire.

42Les nos 89-210 (fig. 6, no 13 et 16-A, no 6), 90-212a (fig. 6, no 14 et 16-A, no 5), 91-212b (fig. 6, no 15 et 16-A, 4) complètent très exactement les fragments 61.7.4-5 du M.A.D., trouvés aux Bolards, mais sans indication de localisation précise : tous appartiennent au même édicule. Il ne reste pas grand-chose de la niche ; les pilastres sont remplis d’ornements en forme de fleuron, rosette, feuille nervurée, chaque élément étant séparé du précédent par une torsade horizontale. Des arcs doubles – dont la moulure inférieure est régulièrement incisée verticalement – limitent l’archivolte qui est séparée en deux bandeaux par un arc mouluré. Le bandeau inférieur est décoré de fleurs trop grandes, coupées aux deux-tiers de leur hauteur pour certaines et l’arc supérieur est surmonté d’une rangée de feuilles arrondies. Ces dernières étaient-elles disparates, modelées et disposées sans aucune élégance comme nous le montre un moule de fronton semblable conservé au M.A.N., trouvé à Toulon-sur-Allier (ROUVIER-JEANLIN, 1972, nos 250-253) ? Ce dernier peut-il servir de référence malgré l’absence voulue du bandeau lisse supérieur de l’archivolte ? Sans être identique, il procède néanmoins du même esprit décoratif, tout comme pour l’édicule représenté complet par Tudot (l’était-il vraiment ? Nous avons appris à nos dépends, que Tudot, par ailleurs merveilleux dessinateur, n’hésitait pas à rassembler à son gré des fragments de pièces différentes dans un même dessin, sans aucune indication des cassures et raccords) dans sa planche 16, trouvé à Saint-Bonnet-Yzeure ; Tudot ajoute que plusieurs fragments ont été trouvés à Toulon-sur-Allier.

43Les fragments nos 92-266 (fig. 6, no 11 et 14-D, no 6) et 93-282 (fig. 6, no 12 et 14-D, no 5) se complètent. Il ne reste que la tête de Vénus dont les cheveux sont noués en corymbe ; l’espace compris entre la tête et le sommet de la conque renversée est assez grand, le fragment de pilastre situé à gauche pour le spectateur est lisse, surmonté d’un chapiteau réduit à deux rangs de petites feuilles. Deux moulures limitent le fronton en plein cintre ; un rang de perles longe la moulure supérieure qui est surmontée d’une succession de larges feuilles doubles inharmonieusement disposées. Le M.A.N. conserve deux grands fragments semblables trouvés à Saint-Pourçain-sur-Besbre, en terre tendre d’aspect crayeux typique de cet atelier. En plus de la différence de la consistance de l’argile, très dure et polie pour les fragments des Bolards, ces derniers présentent une réduction de taille de 30 %, soit un écart de deux générations en cas de surmoulages successifs ; ce qui est difficile à prouver ici, car on sait combien les diverses manipulations, les retraits inégaux de l’argile au séchage et les éventuelles retouches qui accompagnent chaque surmoulage transforment, déforment parfois, le modèle. Par exemple, dans le fragment du M.A.N., les feuilles du fronton, moins hautes et régulièrement arquées, dont la première de chaque côté est en oreille d’âne, peuvent-elles avoir donné naissance à celles plus hautes et totalement irrégulières des Bolards ? Il faudrait découvrir la génération intermédiaire pour connaître, peut-être, la réponse. Seule certitude, qu’il s’agisse de surmoulages ou de productions parallèles, le modèle originel est le même dans les deux cas. Au moment de donner ce manuscrit, Pascale Chardron-Picault vient de nous faire découvrir des figurines trouvées lors de dernières fouilles à Autun, parmi lesquelles se trouvent deux édicules, l’un comme celui des Bolards, l’autre comme celui de Saint-Pourçain ! Leur publication permettra de reprendre ce problème, déjà évoqué plus haut (no 77-211).

  • 14 Autres exemplaires : VERTET, VUILLEMOT, 1973, pl. 7a ; ROUVIER-JEANLIN, 1972, nos 226, 255 ; ROUVI (...)

44Bien que très réduit, le fragment no 94-209 (fig. 4, no 1 et 16-A, no 2) est facilement attribuable à Pistillus14. Cette colonne ronde en avant d’un pilastre cannelé et ce chapiteau corinthien appartiennent sans conteste au type no I (RABEISEN, VERTET, 1986, p. 86) dans lequel Vénus se presse le sein droit de la main droite tandis qu’elle retient une draperie de l’autre main ; le fronton arrondi est surmonté d’un rang de S affrontés.

45Il est impossible d’attribuer une typologie au dernier fragment d’édicule. Le no 95-214 (fig. 4, no 3 et 16-A, no 12) ne comprend plus que la tête à la coiffure ondulée de Vénus et une partie de son torse devant lequel une énorme main gauche soutient un sein ; de Pédicule, il ne reste que deux moulures incurvées au-dessus de Vénus.

Les déesses-mères

46Comme dans la plupart des fouilles, les déesses-mères ont été découvertes en moins grand nombre que les Vénus dans cette zone cultuelle, et pas du tout dans le fanum IL Elles sont peu faciles à classer en typologie car toutes sont très fragmentées et il devient même quasiment impossible de le faire quand il ne reste qu’un seul fragment du revers du fauteuil ; or c’est ici le cas pour la moitié d’entre elles. La production de Pistillus est plus facilement repérable à partir d’un fragment (y compris ceux du revers), grâce à une série de détails propres à son répertoire (tressage du fauteuil totalement différent en particulier) et à une facture très personnelle ; cependant la typologie n’en est pas pour autant facilement évidente. S’il est aisé de reconnaître un fauteuil de Pistillus (à condition de savoir faire la différence avec les copies-interprétations de Marcellus ou celles de Gueugnon), en revanche, il faut se souvenir que ce coroplathe ne le réservait pas uniquement aux déesses-mères, mais qu’il y asseyait aussi des Abondances ; il est donc impératif de bien observer les moindres fragments trouvés à proximité de ces fauteuils.

47C’est dans le type I, qui regroupe les déesses allaitant deux enfants, que nous classons le fragment antérieur no 96-190 (fig. 7, no 5 et 15, no 45) qui comprend le bras gauche de la déesse, sa main étalée, pouce écarté, sur le bas des jambes en oblique du nourrisson ; ce qui reste de la robe est orné de deux plis qui se rejoignent en V comme dans le groupe B ; nous ne pouvons en dire plus. Sur le fragment antérieur no 97-263, il reste la base du cou de la déesse, l’encolure (du côté gauche pour le spectateur) qui dessine un V en bourrelet directement appuyé sur le pli inférieur de la draperie relevée en S horizontal au-dessus de la tête du nourrisson. Sous la pointe de l’encolure le pli inférieur rejoint celui du côté droit (toujours pour le spectateur) et ils descendent parallèlement entre les nourrissons. Ce type de draperie, sans pli intermédiaire entre le pli supérieur et l’inférieur, se remarque principalement sur les figurines du groupe B ; c’est d’ailleurs le cas d’une figurine trouvée à Canterbury (Grande-Bretagne) (JENKINS L., 1962, Latomus, pl. CLXXIII, 2-3) qui nous paraît identique, pour ce qui est de la partie étudiée à tout le moins. Le fragment de la robe du groupe B no 98-262 pourrait appartenir au même type, sinon à la même figurine (fig. 7, no 2 et 14-D, no 8). Le no 99-192 (fig. 7, no 4 et 15, no 43) paraît assez proche du no 97-263 (fig. 7, no 1 et 14-D, no 7) et, pourtant, il est d’un autre type puisqu’un pli supplémentaire se glisse entre les deux plis qui sont juxtaposés dans le no 97-263.

  • 15 Il y a une différence de taille de 15 % entre la figurine trouvée à Gueugnon et le fragment des Bo (...)

48Bien qu’il ne soit pas plus grand que les numéros précédents, un fragment du type I, le no 100-118, est facile à identifier (fig. 7, no 7 et 14-A, no 12) : il fait partie du groupe C, dans la série bien connue qui regroupe les numéros 342 et suivants du catalogue du M.A.N. (ROUVIER-JEANLIN, 1972), une figurine conservée au Musée de Louviers (ROUVIER-JEANLIN, 1986, no 151) et bien d’autres fabriquées dans les ateliers de Toulon-sur-Allier. Il en va de même pour le très intéressant fragment no 101 189 (fig. 7, no 3 et 16A, no 9) dont la forme de la manche, la facture du maillot du nourrisson et du tressage du fauteuil, ainsi que la disposition des plis de la robe, nous indiquent clairement qu’il s’agit d’une figurine fabriquée à Gueugnon (ROUVIER-JEANLIN, 1986, no 158)15 ; nous voyons là une figurine composée d’un assemblage de parties empruntées à différents types de Pistillus ; qu’il s’agisse d’une contrefaçon déguisée ou d’un accord passé avec le coroplathe d’Autun (un très beau moule signé Pistillus trouvé à Gueugnon (BÉMONT et alii, 1993, p. 57, fig. 17) prouve des relations entre les ateliers de ces deux villes), nous avons forcément une datation tardive, fin du IIe-début du iiie s.

49Deux seuls fragments peuvent être classés dans le type II qui regroupe les déesses-mères allaitant un enfant au sein droit. Curieusement, ce sont deux fragments de Pistillus trouvés dans la galerie sud. Le no 102-193 (fig. 7, no Il et 16-A, no 7), fragment antérieur du côté droit de la déesse, du nourrisson et du fauteuil, appartient au type 4 (RABEISEN, VERTET. 1986, p. 100) illustré par le no 383 du catalogue du M.A.N. (ROUVIER-JEANLIN, 1972). Le no 104-191 (fig. 7, no 8 et 16-A, no 8) qui ne comprend que la jambe droite, repliée, du nourrisson et celle de la déesse, ainsi qu’une partie du fauteuil, pourrait appartenir soit au type 3 (VERTET,VUILLEMOT, 1974, p. 18) illustré par la figurine no 385 du catalogue du M.A.N. (fig. 7, no 9), soit au type 8 (RABEISEN, VERTET, 1986, p. 100) illustré par une figurine du Musée de Soissons (ROUVIER-JEANLIN, 1986, no 176) (fig. 7, no 10), toutes deux signées PISTILLVS au revers ; en comparant les deux dessins on comprend la difficulté d’identifier un petit fragment comme le no 104-191 et combien il faut être prudent dans les propositions de restitution. Ici, il est impossible de trancher, même si la disposition des plis, le dessin du bord du fauteuil et la fermeté du modelé sont plus apparentés au type 8 qu’au type 3. Il y a bien la signature ..TILLVS du fragment de fauteuil no 56-105 (fig. 7, no 13 et 14-A, no 1) qui correspond à celle du type 8, mais il a été retrouvé dans la cour nord ; un autre très petit fragment signé ..ISTI.. provient de l’hémicycle sud (no 103-165, fig. 7, no 12 et 14-D, no 26) ; trouvées loin des figurines précédentes, ces signatures compatibles avec ces types peuvent-elles en provenir ?

50Nous ne savons pas, pour le moment, à quel type attribuer le fragment antérieur de la robe du groupe B no 106-194 (fig. 7, no 6 et 15, no 42), et nous ne pourrons peut-être jamais identifier avec certitude les dix derniers fragments de fauteuil (nos 182-188, 195, 269 et 270, fig. 14-Det 15). Le no 117-174 (fig. 14-D, no 13) est un fragment de coiffure flavienne formée de mèches en S ; ce type de coiffure caractérise les premières représentations de déesses-mères, dont les plis de la robe étaient rigides et verticaux. Aucun autre fragment de ce type n’est présent dans le matériel étudié ici.

Autres divinités

51Le compte des autres divinités présentes est rapidement fait : deux Minerves, deux Abondances, un Mercure, un Hercule enfant.

Minerve

52Le fragment postérieur de Minerve no 121-219 (fig. 8, nos 1 et 15, no 14) appartient à un type connu par un exemplaire, unique jusqu’à présent (ROUVIER-JEANLIN, 1972, no 449) ; la déesse, en appui sur la jambe gauche, maintient un bouclier en losange tronqué le long de sa jambe gauche ; sur cette dernière, les plis de la tunique sont rectilignes et verticaux, tandis que la jambe droite est traitée en draperie mouillée. Le bras droit est replié et éloigné du corps, probablement pour tenir une lance qui s’emboîtait dans le trou percé à la surface du socle.

53Le second fragment, no 122-176 (fig. 8, no 2 et 14-B, no 3), comprend la partie antérieure de l’apoptygma et quelques plis de la robe qui appartiennent à un type peu retrouvé, dont il existe un exemplaire au Musée de Moulins (ROUVIER-JEANLIN, 1972, moulage no 470) ainsi que deux têtes, l’une retrouvée à Vertault (Côte-d’Or) et l’autre dans les fouilles du Breuil à Bourbon-Lancy (ROUVIER-JEANLIN, 1990, pl. 21, no 6 et 29, no 3). La déesse, dans une attitude figée, de stricte frontalité, tient un bouclier de la main gauche tandis qu’elle replie le bras droit pour poser la main sur l’épaule. La rigidité des plis verticaux et obliques de la tunique est tempérée par la souplesse des mèches de cheveux ainsi que par l’arrondi des plis de l’apoptygma et de ceux du côté droit de la tunique (à gauche pour le spectateur) ; alors que les plis du côté gauche, contre toute attente, sont traités en obliques.

Abondance

54Les fragments antérieurs nos 123-115 (fig. 8, no 3 et 14-A, no 13) et 124-221 (fig. 8, no 4 et 15, no 16), tous deux en terre blanche peu dure, mate, légère, se complètent typologiquement, mais il semble que le torse soit d’une taille légèrement plus grande ; ils ont pu être tirés d’un moule du même type que celui signé TIBERIVS (ROUVIER-JEANLIN, 1972, no 428). Ce moule de personnage féminin sans attributs permettait de fabriquer soit des Minerves, soit des Abondances ; c’est dans cette dernière catégorie qu’il est permis de classer ces fragments dépourvus d’égide sur la poitrine et de bouclier sur le côté. D’autres moules du même type, qui représentaient la divinité avec tous ses attributs existaient également et la différence n’apparaît que dans quelques détails, de coiffure et de draperie principalement, qu’il est bien difficile de cerner dans des fragments. À l’inverse de la Minerve précédente, nous avons ici la version romanisée d’une déesse déhanchée aux vêtements harmonieusement drapés ; a-t-elle été fabriquée à Toulon-sur-Allier ? à Autun, plus tard ? sa présence au milieu de figurines de toutes les époques, de + 50 à + 200, rend sa datation, donc sa provenance, impossible à déterminer.

  • 16 Je remercie Mme Victorine von Gonzenbach qui m’a fait connaître l’existence de ce groupe et m’en a (...)

55Le fragment inférieur no 125-222 (fig. 8, no 5 et 15, no 15) pourrait appartenir à une Minerve aussi bien qu’à une Abondance. Cependant, l’absence du bouclier placé habituellement sur le côté nous incline à opter pour une représentation d’Abondance. La trop faible hauteur conservée de la tunique ne permet pas d’être catégorique, mais l’aspect rigide des plis soulignés d’une frange nous suggère une parenté, de face comme de dos, avec les figurines issues du moule de PISO (ROUVIER-JEANLIN, 1972, no 426) dont on connaît le revers par le couple divin Abondance-Mercure retrouvé à Brégenz (Allemagne)16. Ici, il ne peut s’agir d’un couple puisque le socle est fermé du côté où devrait se trouver le dieu, à moins que les ouvriers n’aient eu la fantaisie d’intervertir l’ordre des places des divinités.

Fig. 7. Déesses-mères. 8-13, types Pistillus.

Mercure

56Le fragment antérieur no 126-218 (fig. 8, no 6 et 15, no 12) comprend le torse et le caducée ; nous ne connaissons qu’une seule figurine de référence, celle conservée au Musée diocésain de Moulins (no 18), trouvée à Saint-Pourçain-sur-Besbre (Allier). Mercure, debout, l’épaule gauche recouverte d’une chlamyde à bord rectiligne et plis horizontaux concaves, tient un caducée formé de deux serpents affrontés (et non entrelacés) dans son bras gauche ; il tient une bourse par le col de la main droite.

Hercule

  • 17 Cependant, lors d’une récente vente en Suisse (1994) de figurines trouvées il y a fort longtemps a (...)

57Sur le fragment postérieur no 127-217 (fig. 8, no 7 et 15, no 20), qui est compris entre le cou et le haut des cuisses, on distingue très nettement la peau de lion qui recouvre l’épaule gauche et part en biais jusqu’à la ceinture. Une figurine complète trouvée dans les ateliers de Saint-Pourçain-sur-Besbre (Allier) révèle une charmante figurine d’enfant17 (ROUVIER-JEANLIN, 1986, no 237) et nous permet de voir dans un fragment antérieur trouvé sans localisation précise aux Bolards (M.A.D., inv. 61.7.81), le complément du no 127-217.

58Le fragment no 44-247 (fig. 15, no 13) appartenait peut-être à une divinité. Le peu qu’il reste d’une patère placée sur le côté de la cuisse droite d’un personnage nu, asexué, est le seul indice susceptible de permettre son identification.

LES PERSONNAGES

Femme debout portant un enfant

59Le no 128-220 (fig. 9, no 1 et 15, no 17) est le fragment antéro-inférieur d’une figurine qui fut aussi largement commercialisée sur notre territoire qu’exportée, puis copiée outre-Rhin. Sans doute issue des ateliers de Saint-Pourçain-sur-Besbre (Allier), elle représente une femme qui porte devant elle une corbeille où un enfant nu est allongé sur le dos tenant dans la main droite un objet sphérique (ROUVIER-JEANLIN, 1972, nos 419-420). Est-ce une divinité ? la présence de rubans croisés sur sa poitrine en forme de nœud isiaque a incité certains auteurs du xixe s. à l’assimiler à Isis.

Cucullati

60Le fragment no 129-265 (fig. 9, no 3 et 14-D, no 10) peut être identifié grâce à une partie de la collerette du cucullus : il s’agit d’un petit personnage tenant un objet sphérique dans la main gauche (ROUVIERJEANLIN, 1986, nos 271, 271 bis), sorti des ateliers de Pistillus (type 1 dans RABEISEN, VERTET, 1986, p. 124). Les nos 130a-159 (fig. 9, no 4 et 14-C, no 7) et 130b-223 (fig. 9, no 5 et 16-A, no 10) appartiennent au type 6 du répertoire de Pistillus (RABEISEN, VERTET, 1986, p. 124) dans lequel le personnage encapuchonné ne tient aucun objet.

61Le no 131-264 (fig. 9, no 2 et 14-D, no 19) est inclassable pour le moment : au-dessus d’une tunique longue plissée est posée une cape avec, dans la partie supérieure, ce qui paraît être un grand capuchon.

Bustes

Personnages chauves

62Il y a bien peu à dire sur les fragments de ces bustes d’enfants très jeunes, chauves, appelés par facilité Risus ; cette coupable habitude (dont nous usons !) qu’il faudrait avoir le courage d’éradiquer, peut encore moins s’appliquer aux bustes d’adultes chauves (et même barbus ! comme ceux de la découverte récente de Chamvres dans l’Yonne). Il est déjà peu aisé de les différencier quand ils sont entiers, c’est quasi impossible quand il s’agit de fragments. Les quatre têtes sont chauves : n“132-104 (fig. 9, no 6 et 14-A, no 14), 133-173 (fig. 9, no 7 et 14-D, no 23), 134-178 (fig. 9, no 8 et 14-B, no 4), 135-199 (fig. 9, no 9 et 15, no 56) ; un plastron est nu : no 136-198 (fig. 15, no 57) ; un autre est recouvert d’une draperie : no 137-197 (fig. 15, no 55), et peut-être aussi le no 138-196 (fig. 9, no 10 et 15, no 53) ; est-ce une draperie qui couvre l’épaule droite du revers no 139-273 (fig. 9, no 11 et 14-D, no 24) ?

Fig. 8. 1-2, Minerve : 3-4, Abondance ; 5, Abondance ? ; 6, Mercure ; 7, Hercule enfant ; 8, autel.

Bustes féminins

63Un seul fragment appartient indéniablement à un buste, c’est le revers no 140-261 (fig. 9, no 14 et 14-D, no 22). Les cheveux, séparés par une raie médiane, se dirigent en grosses mèches souples vers les côtés pour former un rouleau ponctué par un chignon rond sur la nuque. Le cou, long et mince, est souligné par l’encolure ronde d’un vêtement drapé.

64Ce n’est pas seulement la grande taille du fragment postérieur no 141-232 (fig. 9, no 12 et 15, no 2) qui permet de le classer sans hésiter dans la catégorie des bustes ; c’est avant tout parce qu’il est identique au revers du type 7 de Bourbon-Lancy (ROUVIER-JEANLIN, 1990, p. 55-56, fig. 24, nos 2-8) pour lequel nous avons essayé de démontrer qu’il était tiré des moules signés Piso (fig. 9, no 13). D’autres exemplaires ont été découverts, tel celui trouvé dans la Source de Treigny (Yonne) (ROUVIER-JEANLIN, 1986, no 303), ou encore un autre provenant d’une fontaine de Mayence (ROUVIER-JEANLIN, 1990, p. 56, fig. 24, no 8 ; STÜMPEL, 1966, fig. 28) ou celui déposé dans une sépulture à incinération du cimetière de Saint-Marcel à Chalon-sur-Saône (ROUVIER-JEANLIN, 1986, no 305), tous trouvés dans un contexte de la fin du ier s. Le M.A.N. conserve la moitié d’un moule de ce type (ROUVIER-JEANLIN, 1972, no 832) signé PI(so) découvert dans les ateliers de Saint-Pourçain-sur-Besbre (Allier), ainsi qu’un buste presque complet trouvé également à Saint-Pourçain-sur-Besbre (inv. 28058 ; hors catalogue, cette figurine a été en dépôt au Musée de Cluny jusqu’en 1992) et un moulage d’un buste complet sans numéro dont nous ignorons la provenance. C’est encore de Saint-Pourçain-sur-Besbre que provient le buste du Musée de Rennes (inv. 2530), ce qui nous permet de constater, une fois de plus, les multiples échanges de moules et/ou de modeleurs qui eurent lieu entre les ateliers de Saint-Pourçain et ceux de Bourbon-Lancy.

65Tous ces bustes ne sont pas complets, mais ils ont alors conservé un élément de ce précieux repère qu’est le collier de perles ou une partie de coiffure suffisante pour aider à les identifier. Dans ce dernier cas, il faut être prudent avant de conclure, car certains bustes qui paraissent identiques au premier abord, diffèrent en réalité par quelques détails minimes (comme le sens différent de certaines mèches et/ou l’absence des perles) qui dénotent une série parallèle. C’est le cas du buste complet déposé dans une tombe à Finham (Tarnet-Garonne) aux alentours de 65-85 de n. è. (MARCHAND, 1980, p. 25-45), ou encore de la grande tête provenant de Pagny (M.A.D. sans no) ; malgré un moulage défectueux ou une mauvaise conservation de cette dernière, un œil exercé peut y déceler aussi une différence de facture. Ce ne sont là que des variantes sur un type commun et une relative abondance des découvertes des bustes de ce type confirme leur vogue à l’époque flavienne.

66Bustes ou déesses-mères ? à qui appartenaient les têtes nos 119-236 (fig. 15, no 44), 142-227 (fig. 15, no41) et son complément le no 143-267 (fig. 14-D, no 12) issus de l’archétype des ateliers de Saint-Pourçain-sur-Besbre (ROUVIER-JEANLIN, 1972, no 814) ?

LES ANIMAUX

Quadrupèdes

67Au total treize pièces, dont un exemplaire de cheval, huit de chiens, un lapin et un taureau, peut-être un lion, c’est-à-dire à peine 6 % de l’ensemble des figurines, c’est vraiment peu.

Cheval

68Le fragment de cheval no 154-167 (fig. 10, no 9 et 14-C, no 1) paraît identique au cheval complet, bridé mais non sellé, trouvé dans une tombe à Argentomagus (FAUDUET, ROUVIER-JEANLIN, 1992, p. 170, fig. 63 et 73, no 51). Ici, comme à Argentomagus, la bride descend très bas sur l’encolure, dans un mouvement arrondi plus creusé que sur le no 983 du M.A.N. auquel il est souvent comparé ; de plus, l’œil n’est pas ourlé et orienté de la même façon. Le no 156-166 (fig. 14-C, no 2) est-il son complément ?

Chiens

69Les deux chiens de garde assis nos 157-136 (fig. 10, no 1 et 13-A, no 5) et 158-135 (fig. 10, no 3 et 13-A, no 4) découverts sur le sol bétonné du fanum II et le no 159-102 (fig. 10, no 2 et 14-A, no 4) qui bien que trouvé dans la cour nord doit provenir aussi du fanum, présentent toutes les particularités de fabrication caractéristiques des débuts de la production des terres cuites : les pattes avant sont renforcées sur l’arrière par une languette d’argile en forme d’attelle, un profond sillon entame chaque cuisse non loin de la queue ronde percée en son milieu. Pourvus d’un collier double auquel pend une clochette, ils sont les frères de tous leurs congénères retrouvés dans les tombes du milieu du ier s. en Suisse et en Allemagne ou en Autriche. Un air féroce est obtenu par le front violemment plissé au-dessus de gros yeux exorbités dont le regard inquiétant et dissuasif est accentué par la prunelle creusée au centre. Gardiens fidèles et aimés des gallo-romains, ils sont présents à toutes les époques, retrouvés dans toutes les fouilles ; la forme, quelquefois l’ornement, du collier et de la clochette, la forme des pattes avant et arrière, l’importance et la forme du sexe ithyphallique, sont des indices chronologiques et stylistiques.

70Le petit chien allongé no 163-147 (fig. 10, no 4 et 13A, no 34) est une pièce beaucoup plus exceptionnelle ; un seul autre exemplaire a été découvert, en Suisse (GONZENBACH, 1986, p. 44-45, fig. 40, no 4 et 113, no 2) dans une tombe de Vindonissa (Tibère-Claude). À l’opposé du hiératisme des chiens de garde, ici le mouvement est réaliste et évocateur : l’animal se redresse sur ses courtes pattes avant dans un mouvement naturel de défense, avec un air grondant des plus agressif accentué par le rejet des oreilles vers l’arrière. Les grands yeux cernés d’un sillon, avec une pupille centrale creuse, sont surmontés d’une paupière en bourrelet et un profond sillon médian est inscrit sur le dessus de la tête qui est légèrement tournée vers la droite ; un collier double apparaît sur le cou. Le pelage est rendu par trois rangs étagés d’épaisses mèches souples en relief, chaque patte avant est profondément incisée de trois stries rectilignes verticales. Il est difficile de savoir si c’est bien la queue qui est discrètement retournée sur le côté droit. Est-ce elle qui remonte, ou bien est-ce la patte arrière avec laquelle, dans un mouvement tournant bien observé, le chien se gratterait le flanc ? Chien qui gronde ou chien piqué par les puces ?... Les deux interprétations sont plausibles. La première s’accorde mieux au lieu de dépôt, la seconde serait une amusante et familière scène de genre.

Fig. 9. 1, Femme avec enfant ; 2-5. cucullati ; 6-11, Risus ; 12-14, bustes féminins.

  • 18 Le Musée Denon de Chalon-sur-Saône conserve un chien très proche d’attitude, mais en bronze (BOUCH (...)

71Nous ne connaissons aucun autre exemplaire du chien courant18 no 164-290 (fig. 10, no 5 et 16-D, no 1), mais le fanum de Loubers a restitué une partie d’un chien semblable (GIESBERT-BENNETEU 1985, p. no 50 ; BESSOU, 1978, p. 205, fig. 25). Les pattes arrière du no 164-290 sont allongées dans un mouvement de course, les pattes avant sont brisées. Le pelage n’est pas indiqué, les longues oreilles sont couchées et la queue descend, collée tout le long des pattes.

Taureau

72Nous ne pouvons affirmer que deux choses pour le fragment no 165-161 (fig. 10, no 6 et 15, no 11) : le taureau auquel il appartenait était debout et son abdomen était ceint du ruban sacrificiel ; ce dernier détail permet de situer sa fabrication avant la fin du ier ou au début du iie s.

Lapin

73Le lapin fait partie des animaux tôt représentés, puis abandonnés. C’est sous la forme de vases plastiques fabriqués à Vichy qu’il est apparu, les oreilles dressées ou couchées. Mais ici, simple figurine, no 166-148 (fig. 10, no 8 et 13-A, no 33), l’animal est tapi, les pattes avant repliées sous lui, les oreilles allongées, la tête tendue en avant, avec de gros yeux ronds qui accentuent son air apeuré.

Lion ?

74La partie avant d’un socle plat no 167-299 (fig. 10, no 7 et 13-A, no 31) avec des traces d’arrachement et l’extrémité de deux pattes (?) allongées et non parallèles nous laisse perplexe.

Volatiles

75Les volatiles sont plus nombreux que les quadrupèdes, le double, avec sept coqs différents, quatre poules, un canard, deux chouettes, sept types d’oiseaux indéterminés.

Coqs

76Parmi les volatiles, les coqs, aussi nombreux que les chiens, ont tous été retrouvés sur le sol bétonné du fanum IL Posé sur un socle plat rectangulaire, le coq no 168-138 (fig. 11, no 1 et 13-A, no 7) est dressé ; les plumes en relief de la queue en panache sont soulignées d’une épaisse plume qui retombe en arc ; la partie du corps située dessous affecte une forme carénée très particulière et rare. Autre singularité, le camail est volontairement lisse, sans la moindre représentation de plumes. La figurine est fruste, tout comme les exemplaires semblables trouvés au Petit Creusot à Chalon-sur-Saône (inédit) et à Salzbourg (LANGE, 1990, no 103) dans des tombes.

77Le coq no 169-137 (fig. 11, no 3 et 13-A, no 6) est mieux venu. On discerne parfaitement sur la queue les incisions obliques des quatre bandes parallèles qui constituent un panache plus haut que large. Le début de l’aile est nu, séparé par un bourrelet simple du reste de l’aile divisé en cinq bandes en relief superposées comme des tuiles ; elles sont disposées en éventail dont la branche supérieure est horizontale. Des incisions obliques y sont gravées, qui vont de droite à gauche sur l’aile droite, et de gauche à droite sur l’aile gauche. Le camail est recouvert de larges plumes incurvées pointées vers l’avant et superposées. La crête et la caroncule conservent des traces de peinture rouge, tout comme le coq identique déposé dans une tombe de Vindonissa sous Tibère (GONZENBACH, 1986, fig. 41, no 3).

78Un fragment du côté droit d’un coq no 170-300 (fig. 11, no 4 et 13-A, no 29) peut être reconstitué par référence à un exemplaire identique complet trouvé à Vindonissa (il n’est pas figuré dans GONZENBACH, 1986). L’œil, énorme, est composé de deux cercles concentriques bombés dont le centre creux figure la pupille ; il envahit la tête dont la crête est brisée ainsi que la caroncule (qui est très importante sur le coq complet). Le camail est recouvert par trois rangs étagés de plumes verticales ondées. Le début de l’aile est nu et on aperçoit l’amorce de la ligne de séparation en forme de simple bourrelet qui part en biais vers l’avant. Un rang de plumes semblables à celles du camail occupe l’espace au-dessus de l’aile. Sur l’exemplaire complet de Vindonissa, on remarque que le bord supérieur de l’aile descend vers l’arrière jusqu’à mi-hauteur et que les six bandes internes, plutôt horizontales, ne se déploient pas en éventail comme sur le no 169-137 ; seules les cinquième et sixième bandes inférieures aboutissent à l’extrémité de l’aile ; la queue est composée de six bandes étroites qui demeurent parallèles aux bords sur une forte hauteur pour se rejoindre en un mouvement légèrement arrondi vers l’arrière. Le socle plat est quadrangulaire.

Fig. 10. 1-3, Chien de garde assis ; 4. chien couché ; 5, chien courant ; 6, taureau ; 7, indéterminé ; 8, lapin ; 9, cheval bridé.

79Le no 171-292 (fig. 11, no 5 et 13-B), dont les fragments étaient incrustés dans les galets de la galerie ouest du fanum II, appartient à une série proche du no 168-138 (fig. 11, no 1 et 13-A, no 7).

80Quelques autres fragments de coq ne présentent aucun élément caractéristique qui permette de les rattacher à un type précis ; ils sont néanmoins pris en compte dans les pourcentages.

Poules

81Les deux poules complètes trouvées sur le sol bétonné du fanum II sont frustes ; d’un aspect très proche, elles sont cependant de types différents. La queue du no 176-139 (fig. 11, no 6 et 13-A, no 8) est presque carrée et verticale (type I) ; elle est divisée en bandes frustes et mal séparées. Le camail est nu, ainsi que le début de l’aile, suivi d’un bourrelet simple ; la fin de l’aile est divisée en six bandes réparties comme les branches d’un éventail.

82Le no 177-143 (fig. 11, no 7 et 13-A, no 22) diffère par la disposition de la queue (type III) située davantage dans le prolongement du corps et non pas disposée verticalement, ainsi que par le nombre plus réduit des bandes de l’aile qui sont de longueurs décroissantes ; elles sont ornées d’incisions obliques /// à droite et \\\ à gauche ; le socle est carré.

83Le fragment gauche no 178-131 (fig. 13-C, no 11), trouvé entre le pronaos et la cella, comprend l’aile et une partie de la queue ; cette dernière, plus haute que large (type III), est divisée en bandes verticales frustes. Le premier tiers de l’aile est nu, séparé par un bourrelet simple des sept bandes frustes qui remontent légèrement vers la queue, les bandes médianes étant les plus longues. On peut rapprocher ce fragment d’un poule entière trouvée dans une tombe en Suisse, à Martigny (GONZENBACH, 1986, fig. 117, 2), datée des années ± 50.

Canard

84Une pièce intacte, très réaliste et amusante, représente un canard se rengorgeant (no 180-140, fig. 12, no 1 et 13-A, no 9) ; il a été trouvé sur le sol bétonné du fanum II. Ce type de canard a dû faire l’objet d’une forte demande car trois autres exemplaires complets ont été retrouvés : le premier, identique, a été découvert dans une tombe (Claude-Néron) à Vindonissa (GONZENBACH, 1986, fig. 40, no 6 et 117, no 7) ; le deuxième, dont le dessin des ailes fait d’obliques est différent, provient d’une tombe (Tibère-Claude) de Lenzbourg (Suisse, AG) (GONZENBACH, 1986, p. 29-30, fig. 34, no 3 et 117, no 8) et le troisième, conservé au M.A.N. (ROUVIER-JEANLIN, 1972, no 1210), nous paraît être de fabrication un peu plus tardive. Des variations autour d’un même type indiquent une pluralité des provenances de fabrication et/ou une volonté de diversification dans la production d’un même atelier, voire une durée assez longue de fabrication ; seules des analyses de l’argile pourraient nous l’apprendre. Comme pour tous les volatiles étudiés ici, les yeux du canard sont formés de deux cercles concentriques en relief dont celui du centre, exorbité, est creusé au milieu pour indiquer la pupille. Le bec, en forme de spatule, est collé sur la gorge gonflée. Les ailes sont nues dans leur premier tiers et, après un épais bourrelet vertical, elles sont divisées en bandes d’arêtes ciselées ; elles se dirigent vers le sommet du dos où elles se rejoignent, accolées symétriquement l’une à l’autre.

Divers

85Il est difficile de reconnaître les espèces représentées parmi les oiseaux qui suivent, même si la figurine est intacte comme c’est le cas pour le volatile no 181-141 (fig. 12, no 6 et 13-A, no 10). C’est encore en Suisse que nous trouvons des exemplaires identiques ou proches : à Vindonissa (GONZENBACH, 1986, fig. 40, no 5) dans une tombe (Claude-Néron) et à Martigny (GONZENBACH, 1986, fig. 117, nos 3-5).

Chouettes

86En revanche, c’est par une silhouette familière que nous terminerons cette revue de la gent volatile, celle de la chouette. Oiseau de malheur pour les uns, elle semble pourtant avoir eu un rôle bénéfique au ier s. où elle est fort présente, fabriquée à part ou juchée sur l’épaule de Vénus (ROUVIER-JEANLIN. 1972, no 34-35). Il en a été retrouvé deux sur le sol bétonné du fanum II, de types différents.

87Le no 182-142 (fig. 12, no 2 et 13-A, no 11) est intact ; l’ensemble est trapu et la tête, légèrement penchée et tournée à droite, est plate sur le dessus ; sous les arcades très marquées les yeux sont grands et globuleux, avec une large pupille centrale creusée profondément. Le corps est lisse, ainsi que le début de l’aile ; le bourrelet séparateur est en oblique et le reste de l’aile est divisé en trois bandes qui remontent vers le dos sans s’y rejoindre ; la queue, plate et arrondie à son extrémité, est ornée de stries parallèles aux bords qui descendent à l’aplomb des ailes. Le socle est circulaire, à peine bombé. Un exemplaire identique, conservé au Musée de Châtillon-sur-Seine, provient des fouilles de Vertault.

88L’autre exemplaire, le no 183-144 (fig. 12, no 3 et 13A, no 12), est plus grand mais moins trapu ; la tête est ronde, les yeux sont d’une facture différente. Le corps et le début de l’aile sont lisses, tandis que le bourrelet de séparation, à l’inverse du no 182, est vertical ; les bandes ascendantes sont ornées d’obliques /// sur l’aile droite et \V sur l’aile gauche. Une chouette identique a été découverte dans la nécropole préflavienne de Vindonissa (GONZENBACH, 1986, fig. 43, no 5 et 119, no 4).

Fig. 11. 1-5, Coqs ; 6, poule ; 7, poule ou pigeon.

DIVERS

89Le no 198-291 (fig. 8, no 8 et 16-D, no 2) est un fragment de petit autel décoré d’une guirlande arrondie sur le côté. Un exemplaire plus complet avec des traces de couleur rouge a été retrouvé dans le cimetière de la Citadelle (inédit) à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), tandis qu’un autre, complet, également peint, a été découvert à Metz (DEMAROLLE, PONCIN, 1993, p. 212, fig. 83, no 4). Tous deux sont datés de la seconde moitié du ier s.

90Faut-il reconnaître une grenade dans un fragment no 199-314 (fig. 13-A, no 32) trouvé sur le sol du fanum II ? C’était un objet très fréquemment déposé en offrande au ier s., plus particulièrement dans les tombes.

CONCLUSION

91Au terme de cette étude, plusieurs constatations s’imposent, tant sur le plan de la fabrication (dont j’ai rappelé le procédé dans l’introduction), que dans celui du choix des sujets, avec leurs variations dans le temps.

92Toutes les figurines retrouvées aux Bolards sont en terre blanche ; elles ont été fabriquées dans les ateliers du Centre : Vichy, Saint-Pourçain-sur-Besbre, Bourbon-Lancy, Toulon-sur-Allier, Gueugnon et Autun pour Pistillus. On y compte cent douze pièces de divinités, soit soixante-trois exemplaires identifiés, vingt-deux pièces d’édicules, soit douze exemplaires ayant abrité une divinité, trente pièces de personnages, soit seize exemplaires différenciés et quarante-sept pièces complètes ou fragmentées d’animaux, soit trente-cinq exemplaires distincts. Les divinités l’emportent de loin sur les personnages ; mais nous devrions plutôt écrire « les déesses », car les dieux ne sont que... deux ! De plus, certains animaux, par leur relation étroite avec les divinités comme attribut ou comme offrande, peuvent encore étoffer le pourcentage obtenu par les divinités. Par ailleurs, ce pourcentage n’est applicable qu’aux figurines présentées ici, puisque, comme il est dit plus haut, nombre d’exemplaires disséminés dans d’autres collections ont pu provenir de la zone cultuelle ; il faut donc rester prudent quant à leur interprétation.

93Comme toujours, Vénus triomphe dans les deux sanctuaires, qu’elle soit isolée ou abritée dans un édicule, qu’elle soit anadyomène, pudique ou protectrice ; la présence d’une Vénus à gaine est plus surprenante. L’absence des déesses-mères que nous avions constatée dans le matériel daté du ier s. trouvé à Bourbon-Lancy se répète ici, pour la même période, dans les figurines du fanum II ; voilà qui confirme l’hypothèse de leur apparition plus tardive dans le commerce des terres cuites. Minerve, Abondance et Mercure isolés ou en couple, Hercule, représentés par quatre figurines, comme c’est peu ! En revanche, l’autel orné de guirlandes est un objet qui disparaît à la fin du ier s. et il est donc heureux d’en avoir retrouvé un ici.

94La très populaire femme portant un petit enfant dans une corbeille, les cucullati, les inévitables bustes d’enfant chauve et les bustes féminins composent le petit groupe des personnages. Pas le moindre cavalier ou soldat, pas un gladiateur, pas un seul homme.

95Les animaux proviennent tous (le cheval excepté) du fanum IL La chouette, le canard, le lapin, le chien allongé et certains oiseaux aux ailes qui se rejoignent sur le dos sont exclusivement fabriqués au ier s. Les colombes, fabriquées plus tard, sont absentes. Nous constatons également l’absence des chevaux en couple et des vases plastiques, typiques des débuts de la production au ier s. ; peut-être étaient-ils plus particulièrement réservés aux rites funéraires. Par ailleurs, comme nous l’avons déjà signalé, il est fort possible que les premières fouilles du temple aient restitué d’autres animaux, actuellement dispersés dans diverses collections.

96Des figurines identiques à celles trouvées aux Bolards ont-elles été découvertes dans d’autres lieux que dans des sanctuaires ? Oui, dans des tombes, dans des sources. Par exemple, à Vindonissa, où dans une même tombe datée Tibère-Claude étaient rassemblés un chien identique au no 163-147, un canard identique au no 180-140 et un oiseau identique au no 181-141 (GONZENBACH, 1986, fig. 40), ou encore dans le cimetière de la Citadelle à Chalon-sur-Saône, etc. (toutes les découvertes de figurines identiques à celles étudiées ici sont signalées, avec leurs références, dans le texte commentaire).

Chronologie

97Sur le sol bétonné du fanum II (fig. 13), il a été retrouvé sept exemplaires de Vénus, toutes du type I précoce (yeux lenticulaires exorbités, anglaises dans le dos, draperie à plis verticaux qui passe sur le poignet, sillon important, voire évidé, entre les jambes) que les ateliers de Vichy (Allier) ont été les premiers à fabriquer. Des figurines identiques au no 1-133 étaient déjà exportées à l’époque de Tibère. Pour les figurines d’animaux retrouvés au même endroit, les indices de fabrication précoce se reconnaissent dans la présence du renforcement en « attelle » des pattes avant des chiens, par la forme des yeux globuleux cernés d’un sillon, dans la disposition oblique du bourrelet séparateur des ailes et dans l’absence de stries en chevrons sur les bandes qui le suivent (à l’exception du canard), dans la forme plate des socles. Nous observons donc une parfaite homogénéité chronologique entre le sol bien daté et le matériel recueilli.

98Dans la figure 14, que ce soit au nord (14-A et C) ou au sud (14-B et D), les exemplaires – retrouvés mélangés – se répartissent sur une période qui va du ier s. (le chien, les Vénus du type I, la déesse protectrice, la coiffure flavienne en S (fig. 14-D. no 13) d’une déesse-mère) au iiie s. (Vénus et déesses-mères de Pistillus).

Fig. 12. 1, Canard ; 2-3. chouettes ; 4-6, oiseaux.

99La même répartition chronologique mélangée s’observe dans le matériel du mur 5 (fig. 15 et 16-A où les objets sont disposés dans une progression ier-iiie s.). Les figurines du mur 6 (fig. 16-C) et de l’exèdre nord (fig. 16-D) sont de manière homogène du ier s. tandis que les Vénus des salles annexes (fig. 16-F) sont, elles, de la moitié du iie s.

Fabrication

100Une rare particularité de fabrication se retrouve sur quatre Vénus du type I (nos 2-275, 3-134, 4-286 et 5-132) ainsi que sur quelques animaux (le coq no 137-169, l’oiseau no 141-181, la poule no 143-177) : l’absence de trou d’évent. Nous avions constaté une première fois cette anomalie sur une figurine semblable (ROUVIER-JEANLIN, 1986, no 54) des collections du M.A.D., trouvée à Pagny (Côte-d’Or), puis, plus tard, sur deux autres figurines identiques trouvées à Roanne. Dès lors, il ne pouvait plus s’agir d’un oubli imputable à l’ouvrier, mais d’une omission délibérée qui trouve sa confirmation dans les exemplaires des Bolards. Nous n’avons pas trouvé de réponse satisfaisante à la question qui se pose : pourquoi, malgré l’absence de trou d’évent, les figurines sont-elles sorties intactes du four ? Et, s’il est possible de ne pas avoir de déformations à la cuisson sans trou d’évent, pourquoi avoir pris la peine d’en pratiquer sur les innombrables autres figurines ? Un trou aurait-il été pratiqué avant cuisson, puis rebouché après ? Mais il en resterait bien une trace. Enfin, nous avons vainement cherché dans les plis des draperies une fente en lame de couteau comme il s’en trouve sur les figurines du laraire de Rezé (SANTROT, 1993, notes 26, 41, 55) ou sur les Vénus d’Yzeure-Saint-Bonnet (VERTET, 1993, p. 41). Alors, est-ce une technique (secrète ?) propre à un atelier ? Celui de Vichy ? En tout cas, nous pouvons y voir un autre indice de fabrication précoce.

101De faibles traces de couleur rouge subsistent sur quelques figurines (Vénus no 3-134, dans le collier des chiens nos 157-136 et 158-135, à l’intérieur des oreilles du lapin no 166-148, sur la crête et la caroncule du coq no 169-137, sur l’aile du no 170-300, sur les yeux et le bec du canard no 180-140 et de l’oiseau no 181-141), toutes trouvées sur le sol du fanum II duquel elles n’ont pas bougé jusqu’à leur découverte.

102Comme nous venons de le voir, les figurines retrouvées dans la zone des sanctuaires non seulement apportent maints renseignements sur l’évolution des thèmes et sur la technique de leur fabrication, mais encore, grâce à une chronologie rigoureuse en pleine adéquation avec celles de figurines identiques retrouvées dans les cimetières romains de Suisse, elles deviennent des fossiles directeurs non négligeables.

103Enfin, en considérant le choix des sujets retrouvés dans les deux sanctuaires, il semblerait qu’il soit le fait d’une majorité de femmes, venues déposer ces humbles offrandes en implorant la protection divine pour leur foyer.

Fig. 13. A, Fanum II ; B, fanum II, galerie ; C, fanum II, terre de rejet ; D, fanum II, ouest du mur 28 ; E, secteur E.

Fig. 14. Grand temple. A, cour nord ; B, cour sud ; C, hémicycle nord ; D, hémicycle sud.

Fig. 15. Grand temple, galerie de la cella et dégagement du mur 5.

Fig. 16. A, Mur 5 ; B, mur 7 ; C, mur 6 ; D, exèdre ; E, hémicycle sud ; F, salles annexes extérieures au péribole.

CATALOGUE DES FIGURINES, CARACTÉRISTIQUES DE FABRICATION

104Le premier nombre correspond au numéro du présent catalogue, le second au numéro d’inventaire des Bolards. Les objets sont classés dans l’ordre typologique conçu pour le catalogue du M.A.N. (ROUVIER-JEANLIN, 1972) ; chaque notice comporte l’indication du groupe, successivement pour la face (F) et le revers (R), ou le côté droit (CD) et le côté gauche (CG). Nous rappelons que la lettre Z s’applique à toute partie manquante et que nous indiquons entre parenthèses le sigle qui lui correspond si nous pouvons nous référer à une figurine identique complète retrouvée ailleurs. Pour les Vénus, dont nous avons affiné la typologie depuis sa création, se reporter à nos dernières publications (ROUVIER-JEANLIN 1990, p. 35-36 et 1993a, p. 283-285, fig. 120-124).

DIVINITÉS

Vénus

Type I

1051-133. Groupe : (F) : D-N.Y-baa (3 ?) – (R) : A2K-M3-M2-bb1. Terre blanche, sans trou d’évent apparent. H. cons. : 15,5 cm.

1062-275. Groupe : (F) : Z-N-Z-b3 – (R) : Z-M3M2-b1. Terre blanche très dure, polie, sans trou d’évent apparent ; très proche du no 3-134, mais ici les sutures sont moins épaisses, le pouce est plus écarté et les plis de la draperie sont moins marqués ; en appui sur la jambe gauche, jambe droite en avant, cuisses rondes. H. cons. : 10 cm.

1073-134. Groupe : (F) : Z-N-Z-b3 – (R) : Z-M3-Z-b1. Terre blanche, très dure, polie ; sans trou d’évent apparent ; sutures épaisses ; présente des traces de peinture rouge sur la draperie ; partie interne des cuisses aplatie, traces planes d’outil. Très proche du no 2-275. H. cons. : 9,8 cm.

1084-286. Groupe : (F) : Z (D)-N-Y-b3 – (R) : Z (A2K)-M3-M2-b1 ; en appui sur la jambe gauche. Terre blanche, très dure, polie ; sans trou d’évent apparent. H. cons. : 12 cm.

109– Groupe : (F) : Z-N-Y-b3 – (R) : Z-M3-M2-b3

1105-132. Jambes séparées ; type identique aux no 6 et 7. Terre blanc ocré, très dure, polie ; sans trou d’évent apparent. H. cons. : 11,2 cm,

1116-130. (F) : Z-Z-Z-b3. Fragment antérieur, identique aux no 5 et 7. Terre blanche, très dure, polie, micacée. Complète le no 7. H. cons. : 5,3 cm.

1127-123. (R) : A2K-M3-M2-Z. Fragment postérieur, identique aux nos 5 et 6. Terre blanche, dure, mate, micacée. H. cons. : 6,3 cm.

1138-175. Groupe indéterminé. Terre blanche, peu dure, mate, micacée, lourde ; parois épaisses, important trou d’évent au-dessus de la draperie. H. cons. : 6,8 cm, 1. : 4,8 cm.

1149-126. Groupe : (F) : Z-Z-Z-b3 ? Fragment antérieur. Terre blanche, très dure, polie ; draperie sans boucle sous le pouce. H. cons. : 5,6 cm.

11510-124. (R) : Z-Z-Z-b1. Fragment postérieur. Terre très blanche, très dure, polie ; cuisse droite en avant, lissée en plan plat sur le côté. H. cons. : 6,2 cm.

11611-128. Groupe : (R) : A2K-Z-Z-Z. Fragment postérieur de la tête. Terre ocrée, très dure ; mate. H. cons. : 3,5 cm.

11712-244. (F) : Z-Z-Z-baz. Fragment antérieur de la draperie et des jambes. H. cons. : 4 cm. (cf. : no 200-315, 201-316).

Type II

118– Groupe (F) : AE1, W-G-F-fa3 – (R) : A2K-G-D2-n3

11913-230. (F) : AE1.W-Z(G)-Z(F)-Z(fa3). Fragment antérieur de la tête. Terre blanche, très dure, polie ; atelier de Toulon-sur-Allier ; complète le no 14-245. H. cons. : 3,8 cm, 1. : 2,8 cm.

12014-245. (F) : Z(AE1)-Z(W)-Z(G)-Z(F)-fa3. Fragment antérieur de la draperie. Terre blanche ; atelier de Toulon-sur-Allier ; complète le no 13-230. H. cons. : 4,8 cm, 1. : 4,3 cm.

121– Groupe : (F) : Z(A1)-E2-F-fa3 – (R) : Z(A2K)-Z(E3)-Z(E2)-n3

12215-101. Terre blanche, dure, fine trou d’évent au revers, entre la main gauche et la fesse ; fruste. H. cons. : 11 cm, 1. : 4,9 cm.

123– Groupe : (F) : Z(Al)-Z(G)-X-m2.

12416-150. Fragment antérieur. Terre blanche, très dure, polie. Traces ocrées en surface, des deux côtés ; masses de terre rapportées au revers, lissées avec un instrument strié. H. cons. : 8,1 cm, 1. : 4,6 cm.

125– Groupe : (F) : Z(AE2)-Z(G)-Z(B1)-v2 – (R) : Z(A2)-Z(M)-Z(E2)-n3

12617-97. Terre très blanche, très dure, lisse. Trou d’évent au revers, tout en haut et entre les deux cuisses ; atelier de Beauvoir/Saint-Pourçain-sur-Besbre ; mauvaise empreinte, fruste. H. cons. : 10,2 cm, 1. : 4,8 cm.

12718-243. Fragment postérieur indéterminé. Trou d’évent au revers, tout en haut et entre les deux cuisses, comme sur le no 17, mais n’appartient pas à la même série. H. cons. : 4 cm.

128– Groupe : (F) : A1-D2-F-V-(R) : A2/5K-A1-A2-v

12919-172. (F) : Z-Z-Z-v. Fragment antéro-inférieur. Terre blanche, dure, lisse, ocrée en surface (rubéfiée ?) ; H. cons. : 8,8 cm, 1. : 4,5 cm.

13020-98. (F) : A1-D2-F-Z – (R) : A2/5K-A1-A2-Z. Terre très blanche, très dure, polie ; trou d’évent au revers, près de la main gauche ; H. cons. : 13 cm, 1. : 5,2 cm.

13121-94. (F) : Z-Z-Z-v – (R) : Z-Z-Z-v. Fragment comprenant les jambes et la draperie. Terre blanche, très dure. H. cons. : 7,2 cm, 1. : 3,8 cm.

13222-162. Groupe : (F) : Z-Z-F-Z. Fragment antérieur de torse. Terre très blanche, très dure, polie. H. cons. : 5,5 cm.

13323-256. Groupe : (F) : Z-Z-Z-ff3 – (R) : Z-Z-Z-n3. Terre très blanche, très dure, polie ; trou d’évent au revers entre le bras et la draperie. H. cons. : 9,5 cm.

13424-234. Groupe : (R) : A2/4K-X-X-Z. Fragment postérieur de la tête. Terre blanc cassé, très dure, mate ; crâne plat. H. cons. : 4,2 cm.

13525-235. Groupe : (R) : A2/4-Z-Z-Z. Fragment postérieur de la tête. Terre blanche, très dure, mate. H. cons. : 3,2 cm.

13626-164. Groupe : (F) : A1-X-X-Z. Fragment antérieur de la tête et du cou. Terre blanche, très dure, lisse. H. cons. : 3,9 cm.

13727-238. Groupe : (F) : Z-G-F-Z. Fragment antérieur. Terre blanc crème, dure, lisse. H. cons. : 5,5 cm.

13828-239. Groupe : (F) : Z-G-F-Z. Fragment antérieur. Terre ocrée, blanche en surface, dure, polie. H. cons. : 3 cm.

13929-240. Groupe : (F) : Z-Z-C1-Z. Fragment antérieur. Terre blanche, dure, polie. H. cons. : 4,2 cm.

14030-233. Groupe : (R) : A3/2K-Z-Z-Z. Fragment postérieur de la tête. Terre blanche, dure, mate. H. cons. : 3 cm.

14131-107. (F) : Z-X-A1-Z. Fragment antérieur. Terre blanche, très dure, polie. H. cons. : 3,2 cm.

14232-329. Socle hémisphérique avec pieds. Terre blanche, dure, lisse. H. cons. : 3,5 cm.

14333-125. Fragment de jambes. Terre blanche. H. cons. : 3,5 cm.

14434-207. Socle hémisphérique avec jambes et draperie. Terre blanche, dure. mate. H. cons. : 5 cm.

14535-204. Socle. Terre blanche, dure, mate. H. cons. : 3 cm.

14636-206. Socle hémisphérique avec pieds et draperie. Terre blanche, dure. H. cons. : 2,9 cm.

14737-205. Socle rond légèrement bombé avec deux pieds écartés, pointus, aux doigts bien dessinés. Trou sous le socle qui traverse la draperie ; recharge de terre à l’intérieur. Fabrication précoce. Dim. cons. : 5 cm.

14838-271. Socle hémisphérique brisé avec un large pied qui était séparé de l’autre par un sillon. Terre blanche très dure, mate. H. cons. : 3 cm, 1. du pied : 1,1 cm.

14939-200. Socle hémisphérique avec traces d’arrachement de pieds et draperie. Terre blanche, très dure, mate. H. cons. : 2,9 cm.

15040-228. Fragment antérieur de la tête. Terre blanc cassé, dure, mate. H. cons. : 2,8 cm.

15141-241. Fragment postérieur du corps. Terre blanche, dure, mate. Trou d’évent sous le bras gauche. H. cons. : 8,5 cm.

15242-242. Fesses et cuisses. Terre blanche. H. cons. : 4,5 cm.

15343-246. Fragment des mollets. Terre blanche. H. cons. : 3,5 cm.

15444-247. Fragment comprenant le pubis, les jambes et une partie de patère. Vénus ? Terre blanche. H. cons. : 5 cm.

15545-248. Fragment antéro-inférieur. Terre blanche. Bas de la draperie en forme de boucle allongée en biais. H. cons. : 4,8 cm.

15646-250. Fragment postéro-inférieur. Terre blanche. Draperie en plis horizontaux incurvés. H. cons. : 6,5 cm.

15747-252. Fragment postéro-inférieur. Terre blanche. Draperie en plis horizontaux incurvés. H. cons. : 4,3 cm.

15848-253. Fragment postéro-inférieur des jambes. Terre blanche. Draperie en plis horizontaux incurvés. H. cons. : 4,5 cm.

15949-255. Fragment postéro-inférieur. Terre blanche. Draperie fruste. H. cons. : 4,8 cm.

16050-257. Fragment postéro-inférieur du corps. Terre blanc cassé, très dure, lisse ; le côté droit est lissé à la spatule à angle vif. H. cons. : 7 cm.

16151-268. Bas du dos et fesses. Terre blanche ; trou d’évent sous le bras gauche. H. cons. : 5,5 cm.

16252-330. Socle hémisphérique avec bas des jambes. Terre blanche, peu dure, mate. Pieds séparés, pointus aux doigts dessinés. H. cons. : 4,3 cm.

16353-331. Socle hémisphérique à demi brisé sur lequel reposent des jambes brisées au-dessus des genoux et une draperie. Terre blanche, très dure, polie, dépôt ocre. La draperie est formée de plis obliques pour la face et de plis horizontaux incurvés et superposés au revers.

Type III (Vénus pudique)

16454-111. Type 2 de Pistillus (GZ.DA, s1). Fragment antérieur. Terre très blanche, très dure, mate. H. cons. : 7,2 cm, 1. : 3,6 cm.

16555-113. Type 3 de Pistillus (GZ.CZ, s1). Fragment antérieur. Terre très blanche, très dure, mate. H. cons. : 8 cm.

16656-105. Pistillus, type 5 ? Fragment antérieur de la tête. Terre blanche, dure, mate. Coiffure en corymbe de Pistillus. H. cons. : 2,3 cm.

16757-249. Type 3 ou 5 de Pistillus (ZZ.CX, s1). Fragment antérieur de la jambe gauche et de la draperie. Terre blanche. H. cons. : 6,4 cm.

16858-260. Pistillus ? (GZ.ZZ, z). Fragment antérieur de la main droite. Terre blanche. La main repose sur le haut de la cuisse droite. H. cons. : 3,4 cm.

16959-109. Pistillus, type 5 ? (ZZ.CZ). Fragment antérieur des jambes avec draperie à gauche. Terre blanche, très dure, micacée, avec des traces de feu. H. cons. : 5,2 cm.

17060-114. Pistillus, type 3 ou 5. Fragment antérieur de la tête. Terre blanche. H. cons. : 3 cm.

Fragments sans typologie

17161-259. Fragment antérieur des cuisses. Terre blanche. Les cuisses sont séparées par un large sillon plat. H. cons. : 4 cm.

17262-258. Fragment antérieur du torse. Terre blanche. H. cons. : 6 cm.

17363-163. Groupe : (R) : Z-F-F-Z. Fragment postérieur du torse. Terre blanche en surface, très dure en surface, polie. Deux mèches verticales ondulées descendent le long du cou. H. cons. : 5 cm.

Vénus à gaine

17464-274. Fragment antérieur du cou et des épaules. Terre blanche, très dure, polie. H. cons. : 3,4 cm, l. : 5 cm.

Divinités protectrices

17565-226. Type 1. Fragment postérieur, tête et cou. Terre très blanche, très dure, lisse ; trou d’évent au sommet de la tête. Grande taille. H. cons. : 7,1 cm.

17666-225. Type 1 ou 2. Tête. Terre blanche. H. cons. : 6,3 cm.

17767-215. Type 2. Fragment antéro-inférieur ; terre blanc cassé, très dure, lisse. H. cons. : 5,4 cm.

17868-216. Type 2. Fragment antérieur ; terre blanc cassé, dure, mate. H. cons. : 7,4 cm.

17969-251. Type 2. Fragment postérieur ; terre blanche. H. cons. : 4,5 cm.

18070-254. Type 2. Fragment antéro-inférieur ; terre blanc cassé, très dure, lisse. H. cons. : 3,5 cm, long. cons. : 7,5 cm.

18171-177. Type 2. Fragment postéro-supérieur ; terre très blanche, très dure, polie. H. cons. : 9,4 cm, l. : 5 cm.

18272-149. Type 2 ? Fragment antérieur ; terre blanche. H. cons. : 6 cm.

18373-229. Type 1 ou 2. Fragment antérieur de tête ; terre blanc cassé, dure, mate. H. cons. : 2,2 cm.

18474-237. Type 2 ? Fragment antérieur ; terre blanc cassé, très dure, polie. H. cons. : 7,8 cm.

18574bis-sans numéro. Type 3 ? Main sur une tête de petit personnage.

Édicules

Type I

18675-155. Fragment supérieur ; terre blanc cassé, très dure, lisse. H. cons. : 7,3 cm, l. cons. : 6 cm.

18776-127. Fragment de la conque ; terre blanche, dure, mate ; l. : 6,5 cm.

Type II

18877-211. Groupe : Z(A4).A4-A4.A4. Fragment inférieur d’un édicule à fronton triangulaire ; terre blanche, très dure, lisse. H. cons. : 6,8 cm, l. cons. : 9,2 cm.

18978-283. Groupe : Z.Z-Z(A2).A3c2. Fragment de pilier ? Terre blanche, très dure, lisse. H. cons. : 3,7 cm.

19079-179. Fragment de fronton triangulaire. Terre blanche, dure, lisse. H. cons. : 6,2 cm.

19180-112. Fragment du linteau et de la conque. Terre blanche, dure, mate. H. cons. : 6 cm.

19281-168. Fragment supérieur d’un fronton triangulaire. Terre très blanche, très dure, lisse. H. cons. : 5,7 cm.

19382-169. Fragment avec chapiteau. Terre blanche, très dure, mate, surface ocrée (rubéfiée ?). H. cons. : 6 cm.

19483-171. Fragment de pilier décoré d’S ponctués. Terre blanche, très dure, lisse, traces ocrées ; mauvaise empreinte. H. cons. : 3,1 cm.

19584-170. Fragment de pilier décoré d’S ponctués, fruste, identique au no 85 ; terre ocrée, couche de terre blanche en surface. H. cons. : 4 cm.

19685-288. Fragment de pilastre décoré d’S (à tête de serpent ?). Terre blanc cassé, très dure, lisse ; base du motif recouvert d’argile ; identique au no 84. H. cons. : 6 cm.

19786-328. Fragment de la base d’une colonne accolée à un pilastre. Terre blanche, très dure, lisse ; identique au no 248 du M.A.N. (ROUVIER-JEANLIN, 1972). H. cons. : 3,7 cm.

19887-151. Fragment d’une Vénus dans un édicule, type Pistillus 3. Terre ocre foncé, dure, mate, rubéfiée ? H. cons. : 4 cm.

19988-208. Fragment comprenant le chapiteau gauche (pour le spectateur), une partie de l’entablement et du fronton triangulaire avec acrotère en S affrontés. Terre blanc cassé, dure, mate. H. cons. : 6 cm, l. cons. : 7 cm.

Type III

20089-210. Côté droit (pour le spectateur) de l’édicule, comprenant un pilastre décoré et une partie de la rotonde. Terre blanche, très dure ; pas de trace d’arrachement sur la paroi arrondie interne de l’édicule ; la divinité devait être simplement posée à l’intérieur de la niche ; complément des nos 90-91 ; atelier de Toulon-sur-Allier ? H. cons. : 11,5 cm.

20190-212a. Fragment du fronton cintré (à droite pour le spectateur). Terre blanc cassé, très dure, lisse ; gros boudins d’argile au revers, comme renfort ; complète les nos 89-91. H. cons. : 9 cm.

20291-212b. Fragment du fronton cintré (à gauche pour le spectateur) qui complète les nos 89-90. H. cons. : 5,5 cm.

20392-266. Fragment du fronton cintré (à droite pour le spectateur). Terre blanche, très dure, lisse ; complète le no 93. H. cons. : 7 cm.

20493-282. Fragment du fronton cintré (à gauche pour le spectateur). Terre blanche très dure, lisse ; complète le no 92. H. cons. : 6 cm.

20594-209. Type 1 de Pistillus. Fragment d’une colonne accolée à un pilastre, surmontés d’un chapiteau (à gauche pour le spectateur). Terre blanche dure, lisse. H. cons. : 6 cm, l. : 4 cm.

20695-214-Fragment de la partie supérieure d’une niche cintrée qui abrite une Vénus pudique ; énorme main gauche sur le sein gauche. Terre blanc cassé, très dure, lisse. H. cons. : 6 cm. (cf. no 203-318).

Déesses-mères

Type 1

20796-190. Groupe B. Fragment antérieur ; terre blanche, dure, mate ; trou d’évent sous l’accoudoir gauche. H. cons. : 5,8 cm.

20897-263. Groupe B. Fragment antérieur ; terre blanche, légèrement ocrée, dure, mate ; de fines stries horizontales se remarquent sur la face interne du buste et d’autres sur le cou. H. cons. : 5,1 cm, L. main droite : 1,25 cm.

20998-262. Groupe B. Fragment antérieur qui pourrait compléter le no 97 ; terre blanche, très dure, mate. H. cons. : 7,1 cm.

21099-192. Groupe BC (2). Fragment antérieur ; terre blanche, très dure, mate. H. cons. : 4 cm.

211100-118. Groupe C (3). Fragment antérieur ; terre blanche, très dure, mate. H. cons. : 3,8 cm.

212101-189. Groupe C. Fragment antérieur ; copie-interprétation de figurines de Pistillus (Gueugnon). Terre blanche, dure, mate. H. cons. : 5,7 cm.

Type II

213102-193. Type 4 (Vertet) des déesses-mères de Pistillus. Fragment antérieur ; terre blanche, dure, mate ; très bonne empreinte mais intérieur non lissé, relief mou, tourmenté. H. cons. : 7,3 cm.

214103-165. Fragment postérieur de la base du fauteuil, signé en creux (P)ISTI(LLVS) ; terre rosée, blanche en surface, dure. H. cons. : 2,2 cm. Typologiquement, peut compléter le no 102.

215104-191. Type 3 ou 8 (Vertet) des déesses-mères de Pistillus. Fragment antérieur ; côté du fauteuil fruste. Terre blanche, assez dure, mate. H. cons. : 3,8 cm.

216105-106. Fragment postérieur de la base du fauteuil signé, en creux (PIS)TILLVS ; à l’intérieur, légère recharge avec de nombreuses stries dans plusieurs directions. Typologiquement, peut compléter le no 104. H. cons. : 5,5 cm.

Fragments sans typologie

217106-194. Fragment antérieur ; terre légèrement ocrée, dure, mate ; trou d’évent sur le côté gauche du fauteuil (fruste), sous l’accoudoir. H. cons. : 4,5 cm.

218107-182. Fragment postérieur de fauteuil brisé en deux ; terre blanche, très dure, mate ; intérieur lissé avec un instrument qui a laissé des traces striées à peine perceptibles. Sur les 12 bandes verticales du tressage soulignées d’une bourrelet horizontal fruste, les chevrons, pointe en bas, sont emboîtés, tantôt resserrés, tantôt espacés. H. cons. : 8,3 cm.

219108-183. Fragment postérieur de fauteuil ; terre blanche, très dure, mate ; paroi épaisse. Chevrons, pointe en bas, en fort relief, en bandes verticales d’assez égales largeurs soulignées d’une bande horizontale de chevrons pointe à gauche. FF cons. : 6,1 cm.

220109-184. Fragment postérieur de fauteuil ; terre blanche, très dure, mate. Bandes de chevrons pointe en bas irrégulièrement larges et minces, en assez bon relief. H. cons. : 4,5 cm.

221110-185. Fragment postérieur du fauteuil et du cou ; terre blanche, très dure, mate ; empreinte externe nette, stries horizontales et verticales sur la face interne. Les bandes verticales de chevrons pointe en bas, régulières, sont surmontées de deux épais bourrelets jointifs ; sur celui du bas les chevrons sont pointe à gauche sur 0,5 cm de la partie gauche, pointe à droite ensuite ; ils sont plus difficiles à discerner sur le bourrelet supérieur ; au-dessus de ce dernier, la robe est ornée de plis et bordée d’une encolure en bourrelet. H. cons : 7,4 cm.

222111-186. Fragment postérieur du côté supérieur droit du fauteuil ; terre légèrement rosée, très dure, mate. Assez proche du no 110. H. cons. : 4 cm.

223112-187. Fragment postéro-inférieur ; terre blanche, très dure, mate ; paroi épaisse lissée. Sept bandes assez égales, en relief, de chevrons pointe en bas, soulignés d’une bande horizontale de chevrons pointe à gauche frustes. H. cons. : 6,1 cm.

224113-188. Fragment inférieur du côté gauche du fauteuil ; terre ocrée, très dure, mate ; trou d’évent en haut, sur la suture, lissée, des deux faces. Bandes de chevrons en faible relief, pointe en bas, soulignés d’un bourrelet fruste avant la base. H. cons. : 4,2 cm.

225114-195. Fragment antérieur gauche de fauteuil ; terre blanche, peu dure, mate ; paroi épaisse ; fruste. Fi. cons. : 6,7 cm.

226115-269. Fragment postéro-supérieur du fauteuil, de la robe et du cou ; terre blanche, très dure, mate ; face interne lissée avec un instrument strié, de façon continue, parallèlement au bord. Les chevrons des bandes verticales sont irréguliers, de mauvaise venue ; les chevrons du double bourrelet horizontal sont pointe à droite ; les plis de la robe se dirigent vers le centre et l’encolure est soulignée d’un léger bourrelet. H. cons. : 6 cm.

227116-270. Fragment antérieur du côté gauche d’un fauteuil ; terre blanche, très dure, mate ; paroi épaisse. Bandes de chevrons pointe en bas en fort relief ; la bande horizontale est fruste. H. cons. : 7,8 cm.

228117-174. Fragment antérieur de coiffure ; terre blanc cassé, dure, mate. Coiffure flavienne en mèches spiralées. Fi. cons. : 2,5 cm.

229118-281. Fragment antérieur de tête ; terre blanc cassé, dure, mate. Coiffure en corymbe, boucles d’oreille. H. cons. : 5 cm.

230119-236. Fragment postérieur de coiffure ; terre blanche, dure, mate. Les cheveux sont tirés vers le haut en mèches ondulées et la partie médiane est recouverte d’une natte triangulaire. H. cons. : 3,5 cm.

231120-289. Fragment postérieur de coiffure ; terre blanc cassé, dure, mate ; état fruste. Les cheveux sont tirés sur le côté et la partie médiane est recouverte d’une épaisse natte triangulaire. H. cons. : 4 cm. (cf : les nos 204-319, 205-320 et 209-324).

Minerve

232121-219. Type I, C.A-b2. Fragment postérieur ; terre ocrée, peu dure, mate ; très fines stries rectilignes et parallèles à l’intérieur, plus épaisses sur le bord opposé au bouclier ; gros trou d’évent (0,04 cm.) à gauche vers le bas de l’apoptygma. H. cons. : 7,4 cm, F. : 4,1 cm.

233122-176. Type I, El.A, b2, b. Fragment antérieur ; terre blanche, très dure, mate ; paroi épaisse, d’abord lissée, puis rechargée d’une couche d’argile au centre. La main est arrachée, mais il reste deux doigts séparés par une incision très nette pratiquée avec un instrument, de la façon observée sur certaines figurines de Vichy. H. cons. : 5,5 cm, l. cons. : 3,8 cm (cf. no 210-325.)

Abondance

234123-115. Type I, B, a. Fragment antérieur ; terre blanche, peu dure, mate, légère comme celle de Saint-Pourçain-sur-Besbre ; quelques fines stries sur la face interne. Les plis de la manche droite sont indiqués par des stries obliques de gauche à droite (pour le spectateur). H. cons. : 4,7 cm.

235124-221. Type I, B, a. Fragment antérieur ; terre blanche, peu dure, mate, légère, comme celle de Saint-Pourçain-sur-Besbre ; très fines stries parallèles sur la face interne. H. cons. : 6,6 cm, l. : 4,3 cm.

236125-222. Type I, A, a. Fragment inférieur ; terre blanche, très dure, mate. Trou d’évent sous le socle qui débouche dans une masse de terre aplatie qui remonte entre les deux parois à l’intérieur ; lissage interne en fines stries ; au revers, la barbotine qui a servi à coller la figurine sur le socle s’étale sur le bas de la robe. Pas de trace de bouclier. Abondance ? H. cons. : 7,8 cm, H. du socle : 3,3 cm, l. de la tunique : 4,9 cm.

Mercure

237126-218. Type I, A, SG. Fragment antérieur ; terre blanche, très dure ; face interne finement striée. Figurine identique trouvée à Beauvoir/Saint-Pourçain-sur-Besbre. H. cons. : 5,4 cm, H. du caducée : 5 cm, l. : 4,1 cm.

Hercule enfant

238127-217. Fragment postérieur sans tête ; terre ocre-rose, très dure, mate ; trou d’évent à gauche sous la patte de la peau de lion. La consistance de la terre ne correspond pas à celle (habituellement tendre) des ateliers de Saint-Pourçain-sur-Besbre dans lesquels a été retrouvé ce type d’Hercule (ROUVIER-JEANLIN, 1972, no 529) ; en revanche, elle est identique à celle du fragment complémentaire de très bonne venue trouvé antérieurement aux Bolards (PR, coin) et conservé au M.A.D., inv. no 61-7-81, ainsi qu’à celle de la face intacte d’un autre exemplaire de même taille (avec une tête d’enfant) trouvé dans un atelier de Saint-Pourçain-sur-Besbre (ROUVIER-JEANLIN, 1986, no 237). H. cons. : 8 cm. l. à la hauteur des pattes de lion : 4,2 cm.

PERSONNAGES

Femme portant un enfant dans une corbeille

239128-220. Fragment antérieur ; terre ocrée, dure, mate. H. cons. : 9,7 cm, l. : 4,8 cm.

Cucullati

240129-265. Fragment antérieur du type II ; type 1 (Vertet) de Pistillus. Terre blanche, dure, légère, mate. H. cons. : 4,1 cm.

241130a-159. Figurine du type I dont les jambes sont brisées à la hauteur des cuisses ; type 6 (Vertet) de Pistillus.

242130b-223. Fragment antérieur du type I ; type 6 (Vertet) de Pistillus. Terre ocre-rose, blanche en surface, très dure ; face interne finement striée. H. cons. ; 3,9 cm.

243131-264. Fragment postérieur ; terre blanche, très dure ; face interne finement striée dans plusieurs directions. H. cons. : 5,7 cm.

Personnages chauves

244132-104. Fragment antérieur de tête ; terre blanc cassé, très dure, mate. H. cons. : 5 cm.

245133-173. Fragment antérieur de visage ; terre blanche, très dure, polie ; on discerne bien la ligne des gencives. H. cons. : 3,2 cm.

246134-178. Fragment antérieur de tête ; terre blanc cassé ; très dure, lisse. H. cons. : 2,8 cm.

247135-199. Fragment antérieur de visage ; terre blanche, très dure, lisse. H. cons. : 5 cm.

248136-198. Fragment de plastron nu ; terre blanc cassé, dure, mate. H. cons. : 5,5 cm.

249137-197. Fragment de plastron vêtu, très fruste ; terre blanc cassé, dure, mate. H. cons. : 6,6 cm.

250138-196. Fragment de plastron vêtu très fruste ; terre blanc cassé, dure, mate. H. cons. : 6,1 cm.

251139-273. Fragment postérieur ; terre blanche, très dure, lisse. H. cons. : 4,9 cm. (cf. nos 146-203 et 208-323).

Bustes féminins

252140-261. Face postérieure de buste féminin ; terre très blanche, très dure, lisse. H. cons. : 6,2 cm, l. de la tête : 3,6 cm.

253141-232. Type I (type 7 de Bourbon-Lancy). Face postérieure de buste féminin ; terre blanche, très dure, mate. H. cons. : 5 cm, l. : 5,8 cm.

254142-227. (F) : type III, G. Face antérieure de tête ; terre blanche, très dure, lisse. Coiffure en bandeaux souples sommés d’un chignon rond. Première génération à partir d’un archétype de Saint-Pourçain-sur-Besbre (ROUVIER-JEANLIN, 1972, no 814). H. cons. : 4,4 cm.

255143-267. Groupe : (R) ; type III, d. Face postérieure de tête ; terre blanc ocré pâle, très dure, lisse ; coiffure formée de mèches qui remontent sur la partie médiane en deux grosses mèches qui se jouxtent ; pourrait compléter le no 142. H. cons. : 5,3 cm.

256144-224. (R) : type ?, gr. a. Face postérieure de tête ; terre blanche, très dure, lisse. Buste ou déesse-mère ? H. cons. : 3,7 cm.

Socles

257145-117. Partie d’un socle rond avec une pastille et la partie inférieure d’un plastron nu ; terre grise, dure, très foncée en surface, brûlée ? Socle de personnage chauve ? H. cons. : 4 cm.

258146-203. Fragment avec pastille et partie inférieure d’un plastron nu ; terre blanche, très dure, mate. Socle de personnage chauve ? H. cons. : 5 cm.

259147-116. Fragment d’un socle rond à trois tores et pastille ; terre blanche. H. cons. : 6,6 cm.

260148-110. Socle hémisphérique à deux tores et pastille ; terre blanc ocré, dure, mate. H. cons. : 3,4 cm.

261149-173b. Socle hémisphérique à deux tores, ébréché au revers, avec une pastille ; terre blanche, très dure. H. cons. : 4 cm.

262150-272. Socle rond à deux tores, ébréché, avec pastille ; terre blanche, très dure, mate, avec des traces de feu. H. cons. : 4,1 cm.

263151-332. Socle.

264152-201. Socle hémisphérique à trois tores et avec une pastille coupée sur le dessus ; terre ocrée, dure. H. cons. : 3,6 cm.

265153-202. Socle hémisphérique à deux tores espacés et pastille ; terre blanche. H. cons. : 3,6 cm.

ANIMAUX

Quadrupèdes

Chevaux

266154-167. Type II, B(2). Fragment du côté gauche ; terre blanche, très dure, polie. H. cons. : 5,3 cm.

267155-129. Jambe de cheval ? Terre blanche. H. cons. : 3 cm.

268156-166. Fragment du côté droit ; terre blanche, dure, polie ; dépôt ocre ; trou d’évent près de la jambe droite. L. cons. : 5,7 cm.

Chiens assis

269157-136. Type I. L’oreille gauche et l’œil manquent. Terre blanche ; traces de couleur rouge dans le collier double avec clochette ; trou d’évent sous le socle plat. Sexe ithyphallique long et mince ; la petite queue arrondie n’est pas percée au milieu comme l’est celle du no 159 ; une incision rectiligne la précède sur chacun des côtés. Les pattes arrières sont modelées, les pattes avant sont aplaties et soulignées d’un renfort dans la partie postéro-supérieure. H. : 8,5 cm, L. : 9,5 cm, l. : 8,9 cm (POMMERET, 1990, no 263-3).

270158-135. Type I. L’oreille gauche et les pattes avant manquent ; terre blanche, très dure, polie ; gros trou d’évent sous le socle ; traces de couleur rouge dans le collier double avec clochette. Mêmes caractéristiques que le no 157. H. : 8 cm, L. : 10 cm, l. : 5,4 cm (POMMERET, 1990, no 263-2).

271159-102. Type I. Les pattes avant et une partie du socle manquent ; terre blanche, très dure, polie ; trou d’évent sous le socle. Mêmes caractéristiques que les numéros précédents, mais, ici, la queue est percée au centre. H. : 8 cm.

272160-103. Type I. Fragment de socle plat avec deux traces d’arrachement de pattes ; terre blanche, dure, lisse. l. cons. : 3,2 cm.

273161-297. Fragment postérieur d’un collier double ; terre blanche, très dure, polie. H. cons. : 4 cm.

274162a-298. Fragment postérieur de la tête et de l’oreille droite ; terre blanche, très dure, polie. H. cons. 2,9 cm.

275162b-122. Fragment de socle avec deux pattes ; terre blanche.

Chien couché

276163-147. Type II. Pièce intacte ; terre blanche, dure, mate ; trou d’évent sous le ventre. Les pattes avant ont été fabriquées à part. Collier double. H. : 5 cm, L. : 7,4 cm (POMMERET, 1990, no 263-1).

Chien courant

277164-290. Type III. Les pattes avant sont brisées ; terre ocrée, micacée, peu dure. L. 9 cm.

Taureau

278165-161. Fragment du côté gauche ; terre blanche, très dure, polie. L. cons. : 6 cm.

Lapin

279166-148. Type I. Pièce intacte ; terre blanche, peu dure, mate ; traces de couleur rouge à l’intérieur des oreilles. Pas de trou d’évent, à moins que la légère fente située au-dessous, le long de la suture, en ait tenu lieu. L. 10 cm.

Indéterminé

280167-299. Partie antérieure d’un socle plat avec deux pattes (?) allongées ; terre blanche, dure, mate. L. cons. : 6,5 cm.

Volatiles

Coqs

281168-138. Type I, B3, A.A.C. ; aile droite : a/a/a/a/a/ ?, aile gauche : a/a/a/a/a/a/. Pièce complète, recollée ; terre blanche, très dure, mate ; trou d’évent sous le socle ; fort empattement à la jonction du socle rectangulaire. Autres exemplaires à Autun, Chalon-sur-Saône (Le Petit Creusot) et Salzbourg (Allemagne). H. : 8,5 cm, L. : 8,8 cm (POMMERET, 1990, no 263.5).

282169-137. Type C, B.A.C. ; aile droite : a/a/a/a/a/, aile gauche : b/b/b/b/b/. Le bec et le socle sont ébréchés ; terre blanche, dure, mate ; traces rouges sur la crête et la caroncule ; pas de trou d’évent visible. Socle plat, rond. H. : 7,3 cm, L. cons. : 7,8 cm (POMMERET, 1990, no 263-4).

283170-300. Type II, C, B.A.C. Fragment du côté droit ; terre blanche, dure, polie ; traces rouges sur l’aile. H. cons. : 5,3 cm.

284171-292. Type B, A.A.C ; aile droite : a/a/a/a/a/a/a, aile gauche : b/b/b/b/b/b/ ?. La tête, la queue et le socle manquent ; terre blanche, très dure. H. cons. : 6,2 cm, L. cons. : 7 cm.

285172-301. Type B.A.C. ; aile droite : a/a/a/z. Fragment du côté droit, en deux morceaux ; terre blanche, très dure, polie. H. cons. : 6,1 cm.

286173-302. Type II. Fragment du côté droit ; terre blanche, très dure, lisse. L. cons. : 4,2 cm.

287174-303. Côté gauche de la queue en panache recourbé ; terre blanche. L. cons. 3 cm.

288175-304. Queue en panache allongé ; terre blanche. L. cons. : 4,9 cm.

Poules

289176-139. Type I, E ? 1, A.A.C. ; aile droite : six bandes frustes ; aile gauche : six bandes frustes. Pièce complète ; terre blanche, très dure ; gros trou d’évent sous le socle ; le côté gauche est plus grand que le côté droit et déborde, l’œil droit mal venu ; socle carré, plat. H. : 6,5 cm, L. : 8 cm.

290177-143. Type III ?, ( ?) 1, A.A.C. ; aile droite : a/a/a/a, aile gauche : b/b/b/b/ ? La queue et le socle sont ébréchés ; terre blanche, très dure, polie ; pas de trou d’évent visible ; mauvaise empreinte, impression double de l’œil droit. Socle carré, plat. H. : 8 cm, L. : 7,5 cm.

291178-131. Type III, El, Z.A.C. Fragment en terre blanche, dure, lisse. H. cons. : 5 cm, L. cons. : 6,7 cm.

292179-305. Fragment du côté gauche de la queue ; terre blanche. La base de la queue est resserrée et soulignée, comme liée, par un double bourrelet. L. cons. : 3,2 cm.

Canard

293180-140. Groupe A.A.C. Pièce intacte ; terre blanche, très dure, polie ; traces de peinture rouge sur les yeux et le bec ; trou d’évent sous le socle. Il faut remarquer le dessin des plumes disposées en chevrons sur les bandes des ailes et non pas en obliques comme sur tous les autres volatiles ; la queue arrondie, avec des lignes dessinées obliquement, dépasse peu les ailes ; socle carré, légèrement élevé. H. : 7 cm, L. : 8 cm (POMMERET, 1990, no 263-8).

Pigeon ?

294181-141. Pièce complète, bec et socle ébréchés ; terre blanche, très dure, polie ; traces de peinture sur le bec et les yeux ; pas de trou d’évent visible. Mauvaise empreinte de la tête : à droite, l’œil apparaît deux fois. Le socle est rectangulaire et bombé comme un perchoir que les pattes enserrent étroitement. Le corps est basculé vers l’arrière par rapport à d’autres exemplaires retrouvés en Suisse où le corps est posé horizontalement, ce qui donne au volatile une attitude plus agressive. La queue est horizontalement plate, en rectangle divisé en quatre bandes parallèles frustes. Les ailes, divisée chacune en cinq bandes frustes, se rejoignent sur le dos, le bourrelet de séparation part en oblique vers l’arrière du corps dans sa partie supérieure. H. : 6,5 cm, L. : 11 cm (POMMERET, 1990, no 263-9).

Chouettes

295182-142. Type 1, groupe A.A.C. Pièce intacte ; terre blanche, très dure, mate ; trou d’évent sous le socle. Les yeux sont extrêmement globuleux, surmontés d’une arcade délimitée au-dessus par un profond sillon arrondi ; les bandes des ailes se dirigent vers le dos, sans s’y rejoindre ; un espace lisse les sépare et se poursuit sur le dessus de la queue plate, rectangulaire, divisée en bandes parallèles aux côtés. Le socle est rond, légèrement bombé. H. : 4,8 cm, L. : 7 cm (POMMERET, 1990, no 263-10).

296183-144. Type 2, groupe A.A.C. Le bec est ébréché, le cou est recollé ; terre blanche, très dure, polie ; petit trou d’évent sous le socle. Cette chouette est différente de la précédente par la disposition des ailes divisées en bandes disposées comme des tuiles de l’autre côté du bourrelet dessiné verticalement et non pas en oblique ; la queue, légèrement arrondie, est très courte et recourbée vers le bas, avec des incisions rectilignes parallèles ; le socle est rectangulaire et plat. H. : 6 cm, L. : 9 cm (POMMERET, 1990, no 263-11).

Fragments d’oiseaux divers

297184-306. Tête complète ; terre blanche, très dure, polie. H. cons. 2,7 cm.

298185-120. Aile gauche (z/b/b/b/z) ; terre blanche, dure, lisse. L. cons. : 3,7 cm.

299186-121. Aile gauche (b/b/b/b/b/) ; terre blanche, dure, lisse. L. cons. 4,2 cm.

300187-119. La tête, la queue et le socle manquent ; terre blanche, très dure, polie ; l’oiseau a été fabriqué avec deux valves, une pour le dessus du corps, l’autre pour le dessous, ce qui était indispensable quand la tête était tournée sur le côté comme c’était le cas ici. Les ailes se rejoignent sur le dessus du dos, mais le bourrelet de séparation reste vertical ; la queue était horizontalement plate. L. cons. : 7,5 cm.

301188-145. La tête et le socle manquent ; terre blanche, très dure, polie, rubéfiée ; contrairement au no 187, cet exemplaire a été fabriqué avec une valve pour chaque côté. Le corps de l’oiseau est très large, les ailes se rejoignent en se jouxtant sur le dessus du dos et la queue plate, arrondie, est divisée en six bandes parallèles. L. : 6 cm.

302189-146. La tête, la queue et le socle manquent ; terre blanche, ocrée, dure, polie. Proche du no 188. L. cons. : 6,5 cm.

303190-307. Il ne reste que l’aile gauche et la queue ; terre blanche, très dure, polie ; trou sous le sommet du socle. La queue est identique à celle du no 188. L. cons. : 5,6 cm.

304191-308. Fragment comprenant la queue ; terre blanche, très dure, lisse. Queue et disposition des ailes très proches des numéros précédents. l. : 2,5 cm.

305192-309. Fragment du dessous du corps ; terre blanche, très dure, lisse ; fabriqué avec deux valves dessus/dessous ; trou d’évent à l’emplacement du socle. L. cons. : 5,7 cm.

306193-310. Fragment du côté gauche ; terre blanche. Poule ou coq. H. conservée : 3,4 cm.

307194-311. Fragment du côté gauche ; terre blanche. Après un bourrelet vertical, les bandes de l’aile se dirigent vers le dos de l’oiseau ; le corps semble allongé. L. cons. : 3,6 cm.

308195-312. Socle plat, rond, ébréché, avec traces d’arrachement de pattes de volatile ; terre blanche ; trou d’évent au centre. Diam. : 3,5 cm.

309196-313. Socle rectangulaire plat, avec pattes et le début du corps d’un volatile ; terre blanche, très dure, mate. L. 3,7 cm.

310197a-154. Socle rectangulaire plat avec deux pattes en relief percées.

311197b-sans numéro. Moitié d’un socle rectangulaire plat ; terre blanche, très dure, lisse ; trou circulaire au centre ; pas de traces d’arrachement au-dessus des pattes qui sont bien modelées.

312Pour certains auteurs (V. von Gonzenbach, H. Lange, J.-C. Notet), des bâtonnets reliaient ce type de socle au corps de l’oiseau. Mais dans certains cas, comme celui de ce socle par exemple, comment l’oiseau pourrait-il tenir sur un seul bâtonnet central ? D’autant que les trous ne sont pas toujours entièrement percés et qu’aucun support ne pourrait s’y installer. En revanche, il est vrai que des grands socles plats, ronds, avec des pattes figurées en relief, et disposant de deux trous assez profonds (un sur chaque patte), ont pu accueillir des supports pour des oiseaux munis de moignons percés, comme il en a été retrouvés (inédits) au Petit Creusot (Chalon-sur-Saône) et à Salzbourg (LANGE, 1990, nos 104, 114-116, 128).

FRAGMENTS DIVERS

Autel

313198-291. Fragment de la partie supérieure et d’un côté décoré d’une guirlande ; terre blanche. H. cons. : 4 cm, l. : 4,4 cm.

Grenade ?

314199-314. Fragment arrondi ; terre blanche. L. cons. : 5,6 cm.

Fragments provenant de l’hémicycle sud

315200-315. Fragment antérieur ; terre blanche. Vénus, type I. H. cons. : 6,4 cm.

316201-316. Fragment antérieur de draperie ; terre blanche. Vénus ? H. cons. : 4 cm.

317202-317. Fragment antérieur ; terre blanche. Vénus ? H. cons. : 3,6 cm.

318203-318. Fragment antérieur ; terre blanche. Pieds d’une Vénus dans un édicule ; Pistillus. H. cons. : 3 cm.

319204-319. Fragment antérieur ; terre blanche. Déesse-mère de Pistillus. H. cons. : 3 cm.

320205-320. Fragment de fauteuil ; terre blanche. Les chevrons des bandes sont pointe en bas. H. cons. : 3,9 cm.

321206-321. Fragment ; terre blanche. Draperie. H. cons. : 3,6 cm.

322207-322. Socle hémisphérique à deux tores et pastille ; terre blanche. Socle de buste. H. cons. : 4 cm.

323208-323. Fragment de visage ; terre blanche. Personnage chauve. H. cons. : 2,4 cm.

324209-324. Fragment postérieur de fauteuil ; terre blanche. Les chevrons des bandes sont pointe en bas. H. cons. : 7,8 cm.

325210-325. Fragment antérieur ; terre blanche. Minerve ? H. cons. : 3,8 cm.

326211-326. Fragment antérieur ; terre blanche. Plastron plat orné de plis en relief concaves. H. cons. : 4 cm.

327212-327. Fragment antérieur ; terre blanche. Cou et plastron lisse d’un buste. H. cons. : 4 cm.

328213-108. Fragment plat signé (PIS)TILLVS.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BÉMONT C., JEANLIN M., LAHANIER C. dir., 1993, Les figurines en terre cuite gallo-romaines, Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, 307 p., ill. (Documents d’Archéologie Française, 38).

BESSOU M., 1978, « Le fanum de Campferrus à Loubers », Gallia, 36, 1, p. 187-212.

CAMUSET-LE PORZOU F., 1986, « Figurines gallo-romaines en terre cuite », Paris-Musées, 143 p., Bulletin du Musée Carnavalet, 37, 1-2, (Catalogues d’Art et d’Histoire du Musée Carnavalet, V).

DEMAROLLE J.-M., PONCIN M.-D., 1993, « Champagne-Ardenne, Lorraine et Alsace », in : BÉMONT C., JEANLIN M., LAHANIER C. dir., Les figurines en terre cuite gallo-romaines, Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, p. 212, fig. 83, no 4 (Documents d’Archéologie Française, 38).

FAUDUET L, ROUVIER-JEANLIN M., 1992, « Les figurines en terre cuite », La nécropole gallo-romaine du Champ de l’Image à Argentomagus (Saint-Marcel, Indre), Joué-lès-Tours.

FICHET de CLAIREFONTAINE F., JOUBEAUX H., LAHANIER C., LE ROUX C.-T., MALFOY M., 1988, p. 63, fig. 36, in : ROUVIER-JEANLIN M., TEIL G., VEILLARD J.-Y., Les mystères de Condate, Musée de Bretagne, Rennes, 143 p.

GIESBERT-BENNETEU B., 1985, Les figurines en terre cuite du Tarn, Mémoire de DEA, Université de Lettres de Rouen, 65 p.

GONZENBACH V. von. 1986, Die Römischen Terracotten in der Schweiz ; Untersuchungen zu Zeitstellung, Typologie und Ursprung der mittelgallischen Tonstatuetten, Band B. Bern, Francke Verlag, 104 p., 125 pl. (Handbuch der Schweiz zur Römer-und-Merowingerzeit).

GONZENBACH V. von, 1995, Die Römischen Terracotten in der Schweiz ; Untersuchungen zu Zeitstellung, Typologie und Ursprung der mittelgallischen Tonstatuetten. Band A, Tübingen, 492 p., 58 pl. (Handbuch der Schweiz zur Römer-und-Merowingerzeit).

GUEUGNON, 1974 = Groupe de recherches archéologiques de Gueugnon-Montceau, 1974, Les statuettes en terre cuite de l’officine céramique gallo-romaine du Vieux-Fresne, Gueugnon (Saône-et-Loire), sans lieu, Les Amis du Dardon, 28 p.

JEANLIN : voir ROUVIER-JEANLIN.

LANGE H., 1990, Römische Terrakotten aus Salzburg, Salzburg, 192 p. (Schriftenreihe des Salzburger Museums Carolino Augusteum, 9).

MARCHAND P., 1980, « La nécropole de Finham (Tarnet-Garonne) », Bull. de la société méridionale de Spéléologie et Préhistoire, XX, p. 23-43, pl. 12.

MERCIER C., 1974, Catalogue des figurines gallo-romaines en terre cuite du Musée de Clermont-Ferrand. Études de la fouille de Toulon-sur-Allier 1971 et de celle de Saint-Bonnet (Allier), Mémoire de Maîtrise de lettres, Clermont-Ferrand, 139 p.

MOSER-GAUTRAND C., MOSER F., 1981, « Les figurines gallo-romaines en terre cuite de Brive », Travaux d’Archéologie Limousine, 2, p. 17-58.

MULLER A, 1993, « Nikô ou les avatars d’une Béotienne à Myrina et Thasos », Revue des Études Anciennes, 95, fasc. 1-2, p. 163-189.

POMMERET C., 1990, « Notices 263.1 à 263.12 des figurines en terre cuite trouvées aux Bolards (Nuits-Saint-Georges, Côte-d’Or) », in : JANNET-VALLAT M. dir., Il était une fois la Côte-d’Or : 20 ans de recherches archéologiques, Dijon, Musée archéologique de Dijon / Paris, éd. Errance, p. 147-150, ill.

RABEISEN E., VERTET H., avec les contr. de JEANLIN M., LAHANIER C., 1986, Les figurines gallo-romaines en terre cuite d’Alésia, Dijon, 210 p., 38 pl. (Centre de Recherche sur les techniques gréco-romaines, 11).

RASELLI-NYDEGGER L., 1998, « Terrakotten und Lampen », in : Beiträge zum römischen Oberwinterthur-Vitudurum 8, Zürich und Egg 1997, p. 83-124, 42 pl. (Monographien der Kantonsarchäologie Zürich, 30).

REY-DELQUE M., 1985, Les figurines gallo-romaines en terre cuite blanche du Musée Saint-Raymond, Toulouse, 63 p.

ROUVIER-JEANLIN M., 1971, « Catalogue des figurines en terre cuite gallo-romaines du Musée d’Auxerre », Revue Archéologique de l’Est, t. XXII, 3-4, p. 325-351, 10 pl.

ROUVIER-JEANLIN M., 1972, Les figurines gallo-romaines en terre cuite au Musée des Antiquités nationales (Thèse de l’E.P.H.E., IVe section, 1964), Paris, éd. du CNRS, 428 p., 197 pl. (24e suppl. à Gallia).

ROUVIER-JEANLIN M., 1973, La typologie des figurines gallo-romaines en terre cuite, Centre de Recherches d’Histoire et de Philologie de la IVe section de l’E.P.H.E., III, Hautes Études du monde gréco-romain, 5, Recherches d’Archéologie celtique et gallo-romaine, p. 111-125.

ROUVIER-JEANLIN M., 1979, « Les figurines gallo-romaines en terre cuite : Mâlain-Mediolanum », Cahier du Mémontois, 4, p. 36-38.

ROUVIER-JEANLIN M., 1986, Les figurines gallo-romaines en terre cuite, Catalogue d’exposition, Dijon, Musée archéologique, 167 p., 47 pl.

ROUVIER-JEANLIN M., 1988, « Les figurines en terre blanche », in : ROUSSEL L. dir., Mediolanum, une bourgade gallo-romaine : 20 ans de recherches archéologiques, Dijon, Musée archéologique, p. 278-286.

ROUVIER-JEANLIN M., 1990, « Les figurines en terre cuite », in : ROUVIER-JEANLIN M., JOLY M„ NOTET J.-Cl. dir., Bourbon-Lancy (Saône-et-Loire) : un atelier de figurines en terre cuite gallo-romaines (les fouilles du Breuil : 1985-1986), Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, p. 31-116, 30 pl. (Documents d’Archéologie Française, 25).

ROUVIER-JEANLIN M., 1993a : Plusieurs notices, in : BÉMONT C., JEANLIN M., LAHANIER C. dir., Les figurines en terre cuite gallo-romaines, Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme (Documents d’Archéologie Française, 38).

ROUVIER-JEANLIN M., 1993b, « Récentes acquisitions du M.A.N. : des moules gallo-romains de figurines en terre cuite », Antiquités Nationales, 24-1992, p. 71-83.

ROUVIER-JEANLIN M., 1995, « La typologie des vases plastiques », Antiquités Nationales, 26-1994, p. 89-118.

ROUVIER-JEANLIN. M., LAHANIER C., 1986, « Études en laboratoire : premiers résultats », in : RABEISEN E., VERTET H., Les figurines gallo-romaines en terre cuite d’Alésia, Dijon, p. 203-210 (Centre de Recherche sur les techniques gréco-romaines, 11).

SANTROT J., 1993, « Le petit monde du “laraire” gallo-romain de Rezé (Loire-Atlantique) », Revue des Études Anciennes, 95, p. 265-294.

SCHAUERTE G., 1985, « Terrakotten mütterlicher Gottheiten : Formen und Werkstätten rheinischer und gallischer Tonstatuetten der römischen Kaiserzeit », Bonner Jahrbücher, Bd 45, Köln, 390 p., 123 pl.

SEULLIET R, 1971, Catalogue des figurines gallo-romaines en terre cuite de la collection Bailleau, Mémoire de maîtrise de lettres, Aix-en-Provence, 160 p.

STÜMPEL B., 1966, « Bericht des staatlichen Amtes für Vor-und Frühgeschichte im Reg.-Bezirk Rheinhessen und im Kreis Kreuznach für die Zeit vom 1 Januar 1963, bis 31 Dezember 1964 », Mainzer Zeitschrift, 60/61, p. 155-189, fig. 29-30.

TUDOT E., 1860, Collection de figurines en argile, œuvres premières de l’art gaulois, avec les noms des céramistes qui les ont exécutées, Paris, 104 p., 74 pl.

VERTET H., 1993, Plusieurs notices, in : BÉMONT C., JEANLIN M., LAHANIER C. dir., Les figurines en terre cuite gallo-romaines, Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, 307 p., ill. (Documents d’Archéologie Française, 38).

VERTET H., VUILLEMOT G., 1973, « Figurines gallo-romaines en argile d’Autun. Collections du Musée Rolin », Mémoires de la Sté Éduenne, LU, 3, 92 p., 20 pl.

VERTET H., VIGAN C. du, CONNIER Y., 1980, « Quatre séries de figurines : bustes, paons, coqs, édicules, découvertes dans l’atelier de Saint-Bonnet-Yzeure », in : Recherches sur les ateliers de la Gaule Centrale, p. 231-257 (Revue Archéologique Sites, Hors-série, 6).

WARIN F., 1984, Les figurines gallo-romaines de terre cuite en Picardie, Mémoire de Maîtrise, Amiens, 202 p., inédit.

Annexes

ANNEXE 1. Tableaux des pourcentages

ANNEXE 2. Tableau récapitulatif

Ce tableau donne la concordance entre les numéros d’inventaire des Bolards, les numéros de catalogue et le renvoi aux figures (de 1 à 12 pour les sujets classés typologiquement et de 13 à 16 pour les objets regoupés par localisation de fouille).

ANNEXE 3. Tableaux récapitulatifs

Ces tableaux indiquent le regroupement des objets par emplacement de découverte.

Notes

1 Je remercie le Pr. WILLERS et le Dr. C. REUSSER de leur si cordial accueil ainsi que de toutes les facilités de travail dont j’ai bénéficié pour mener un travail de comparaison, avec la recherche d’éventuelle complémentarité entre les pièces des différentes collections de figurines des Bolards.

2 Pour une étude plus approfondie, se reporter à BÉMONT. JEANLIN, LAHANIER, 1993.

3 12 à 20 % pour A. Muller (MULLER, 1993, note 12).

4 Les Bolards, sans localisation précise, M.A.D. 61-7-1 et 8 (ROUVIER-JEANLIN, 1986, no 137) ; cimetière de la Citadelle à Chalonsur-Saône (ROUVIER-JEANLIN, 1986a, no 137bis) ; cimetière de Karden (Allemagne), Tibère (GONZENBACH, 1986, fig. 35). La figurine no 133 ne présente pas de telles traces d’arrachement, de même que plusieurs autres exemplaires identiques connus : ROUVIERJEANLIN, 1972, no 9 (Toulon-sur-Allier), 10-12 (Vichy ?), 11 (Lezoux) ; M.A.D. 911-106.2 (Pagny-la-Ville) ; CH-MBern 25921 (CHBern-Rossfeld, tombe 19).

5 Une Vénus retrouvée à Alésia, dans la carrière, semble identique (RABEISEN, VERTET, 1986, no 26).

6 D’autres figurines identiques, moins complètes, sont conservées dans les Musées de Toulouse (REY-DELQUE, 1985, no 3), Vendôme, Néris, Vertault (7168), Autun (264), fouilles d’Augst (CH).

7 Musée diocésain, Évêché de Moulins, sans numéro ; H. : 14,5 cm, 1. : 5,2 cm ; terre ocrée, très dure ; trou d’évent au revers, au-dessus de la draperie.

8 Ce fragment a des points communs avec une Vénus complète retrouvée au milieu de plusieurs figurines de Pistillus dans le puits 3 des récentes fouilles d’Auxerre ; ce type était donc fabriqué ou circulait encore à la fin du iie-début iiie s. La fouille a été menée par J.-P. Delor, avec la participation d’A. Bolle et F. Devevey, avec qui j’ai pu examiner tout le matériel retrouvé.

9 Était-il peint de symboles comme certains exemplaires hors de Gaule l’étaient à l’époque romaine ?

10 Dans la figure 6, nous avons représenté un édicule vide auquel nous avons donné des dimensions calculées à partir de quelques exemplaires retrouvés complets, sans autre décor, immuable semble-t-il, que celui des pilastres sans chapiteaux ; nous y avons positionné le dessin des fragments nos 75-155 et 76-127. La taille des pointes est plus difficile à évaluer et la suggestion proposée dans le dessin n’est pas forcément la bonne.

11 La maladresse et l’irrégularité des motifs révèlent un tracé exécuté à main levée.

12 Néanmoins, cela n’est pas impossible ; une pointe du côté gauche (d’une taille légèrement supérieure) ornée d’un décor similaire, trouvée à Alésia (RABEISEN, VERTET, 1986, no 80), est sommée d’une rosace à huit pétales.

13 No d’inv. 1933/502 ; H. 18 cm, 1. 11,2 cm ; SCHAUERTE, 1985, no 283, fig. 35, 2.

14 Autres exemplaires : VERTET, VUILLEMOT, 1973, pl. 7a ; ROUVIER-JEANLIN, 1972, nos 226, 255 ; ROUVIER-JEANLIN, 1986, no 127.

15 Il y a une différence de taille de 15 % entre la figurine trouvée à Gueugnon et le fragment des Bolards ; ce dernier est donc postérieur d’une génération.

16 Je remercie Mme Victorine von Gonzenbach qui m’a fait connaître l’existence de ce groupe et m’en a donné des photos ; depuis, une illustration de face est parue dans LANGE, 1990, fig. 93.

17 Cependant, lors d’une récente vente en Suisse (1994) de figurines trouvées il y a fort longtemps aux Bolards, un Hercule au corps identique figurait dans le catalogue – communiqué par Victorine von Gonzenbach que je remercie encore de son inlassable et généreuse coopération – mais sommé d’une tête d’adulte barbu ; la disproportion de cette dernière par rapport au corps laisse à penser qu’il s’agit d’un recollage abusif. Il est difficile de trancher sans avoir examiné la pièce ; cependant, il est troublant que cette tête soit précisément celle d’un Hercule (dont l’archétype est conservé au M.A.N. (ROUVIER-JEANLIN, 1972, no 525) plutôt que n’importe quelle autre. Le fait que l’archétype provienne d’un atelier de Toulon-sur-Allier (Champ-Lary) alors que les figurines d’Hercule Enfant faisaient partie du répertoire des ateliers de Saint-Pourçain-sur-Besbre, peut rendre vraisemblables les deux hypothèses suivantes : soit la pièce est complète et il est intéressant de noter l’emprunt fait d’un atelier à l’autre, soit la pièce n’est pas intacte et le restaurateur était assez savant pour identifier un Hercule au seul vu de cette tête barbue.

18 Le Musée Denon de Chalon-sur-Saône conserve un chien très proche d’attitude, mais en bronze (BOUCHER, 1983, no 104).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Vénus (type I).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/415/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 471k
Légende Fig. 2. Vénus (1-3, type I ; 4-6, type II).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/415/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Fig. 3. Vénus (type II).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/415/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
Légende Fig. 4. Vénus (type III, Pistillus : 1-3, sous édicules).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/415/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
Légende Fig. 5. 1, Vénus à gaine. 2-10. déesse protectrice. 2-5. 8-10 : type II ; 6-7 : type I.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/415/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 499k
Légende Fig. 6. Édicules. 1-2. fronton à 3 pointes ; 3-9, fronton triangulaire ; 11-16. fronton arrondi.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/415/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Légende Fig. 7. Déesses-mères. 8-13, types Pistillus.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/415/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 501k
Légende Fig. 8. 1-2, Minerve : 3-4, Abondance ; 5, Abondance ? ; 6, Mercure ; 7, Hercule enfant ; 8, autel.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/415/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 437k
Légende Fig. 9. 1, Femme avec enfant ; 2-5. cucullati ; 6-11, Risus ; 12-14, bustes féminins.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/415/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 539k
Légende Fig. 10. 1-3, Chien de garde assis ; 4. chien couché ; 5, chien courant ; 6, taureau ; 7, indéterminé ; 8, lapin ; 9, cheval bridé.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/415/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Légende Fig. 11. 1-5, Coqs ; 6, poule ; 7, poule ou pigeon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/415/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 461k
Légende Fig. 12. 1, Canard ; 2-3. chouettes ; 4-6, oiseaux.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/415/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Légende Fig. 13. A, Fanum II ; B, fanum II, galerie ; C, fanum II, terre de rejet ; D, fanum II, ouest du mur 28 ; E, secteur E.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/415/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 631k
Légende Fig. 14. Grand temple. A, cour nord ; B, cour sud ; C, hémicycle nord ; D, hémicycle sud.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/415/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 655k
Légende Fig. 15. Grand temple, galerie de la cella et dégagement du mur 5.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/415/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Légende Fig. 16. A, Mur 5 ; B, mur 7 ; C, mur 6 ; D, exèdre ; E, hémicycle sud ; F, salles annexes extérieures au péribole.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/415/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 479k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/415/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/415/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/415/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/415/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 786k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/415/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/415/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 436k

© ARTEHIS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search