Version classiqueVersion mobile

Les meules du Néolithique à l’époque médiévale : technique, culture, diffusion

 | 
Olivier Buchsenschutz
, 
Stéphanie Lepareux-Couturier
, 
Gilles Fronteau

Cinquième partie. Études de cas en Europe et dans le monde

La meule, la cueillette et la proto-domestication des millets depuis le Paléolithique supérieur jusqu’au début du Néolithique dans la Chine septentrionale1

Guoqiang Li

Résumé

Les premiers types de meules de Chine septentrionale ont été en usage pendant une assez longue durée, depuis le Paléolithique supérieur jusqu’au Néolithique, soit entre 24 000 et 9 000 BP (Before Present) dans les trois zones situées respectivement au sud et au nord de la chaîne des montagnes de Taihang et au sud du fleuve Jaune. Ces meules sont toutes en matériaux locaux. Certaines ont été taillées sur le bord ; la technique de taille ne montre cependant pas d’évolution au fil du temps. Les molettes allongées, apparues entre 13 800 et 9 000 BP, semblent signaler les premières utilisations des meules sur lesquelles on frotte par un mouvement de va-et-vient. Des traces visibles montrent que certaines meules ont été utilisées pour préparer le pigment ocre ; les résidus végétaux témoignent d’un traitement alimentaire de plusieurs espèces de plantes, parmi lesquelles des espèces sauvages de millets dans la zone sud de Taihang et des espèces présentant certains caractères de domestication dans la zone nord. Dans la zone sud, les meules et les molettes attestent l’utilisation du frottement des grains de millet, alors que dans la zone nord, la meule, la molette, la poterie, la faucille et l’herminette attestent une évolution plus poussée des techniques. La faucille et l’herminette sont des outils de la « reproduction », qui offrent les conditions matérielles et technologiques suffisantes pour que soit franchi le seuil de la cueillette intensive et que l’on entre dans l’ère de la proto-domestication des millets. La zone nord de Taihang peut ainsi être considérée comme le foyer de la proto-domestication des millets sauvages en Chine septentrionale autour de 10 000 BP.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

En Chine du Nord, les premières meules dormantes du Paléolithique supérieur ont été exhumées en 1973 sur le site de Xiachuan dans la province du Shanxi ; elles ont été datées de 24 000 et 16 000 BP. Jusqu’à ces dernières années, une vingtaine de meules ont été mises au jour dans plusieurs sites et datent de 24 000 à 9 000 BP, depuis le Paléolithique supérieur jusqu’au début du Néolithique. Compte tenu de la longueur de cette période, ces meules sont souvent considérées comme un des critères indicatifs des prémices de la néolithisation, vu leur usage dans la préparation de l’alimentation végétale.

Les chercheurs chinois considèrent que les meules de Chine septentrionale sont des outils servant au décorticage des balles des grains des deux millets, su 粟, le millet des oiseaux (Setaria italica L.) et shu 黍, le millet commun (Panicum miliaceum L.)2, céréales prédominantes en Chine du Nord tout au long de l’histoire chinoise jusqu’à ces derniers siècles. Dans leur recherche su...

Auteur

Université de Paris VII

© ARTEHIS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search