Version classiqueVersion mobile

Le sanctuaire antique des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or)

 | 
Colette Pommeret

Deuxième partie : Étude du mobilier

Les fibules

Isabelle Fauduet

Texte intégral

1L’ensemble des fibules des sanctuaires ayant été publié en 1985 par I. Fauduet et C. Pommeret dans la Revue Archéologique de l’Est (tome XXXVI, p. 61-116, 30 fig.), nous avons fait le choix de ne pas reprendre ici la totalité de l’étude, mais de renvoyer à cette publication. Elle sera citée dans le texte de la manière suivante : F. P. 1985, cat. no = no dans le catalogue F. P.

2Pour permettre une bonne cohérence entre les tableaux de mobilier établis par secteurs dans la première partie de cet ouvrage et les fibules déjà étudiées dans l’article cité, nous avons réalisé un tableau de concordance placé en annexe.

3Les fouilles du sanctuaire ont livré 217 fibules dont dix ont été recueillies après la rédaction du catalogue paru en 1985. Nous avons écarté quelques pièces qui y avaient été répertoriées et qui provenaient du secteur du mithraeum. Elles constituent un ensemble intéressant à plusieurs égards, même s’il n’est pas possible de retracer leur évolution, puisque les couches correspondant à la fréquentation du grand temple sont bouleversées ; en revanche, les niveaux du ier s. ap. J.-C. apportent des informations variées.

4Nous ne reviendrons pas sur les observations faites dans la publication antérieure et nous soulignerons seulement, ci-dessous, les caractéristiques principales concernant la typologie et la chronologie, en ajoutant quelques remarques sur la répartition suivant les secteurs.

LES TYPES REPRÉSENTÉS

Fibules à ressort nu

5À part une fibule de La Tène I, résiduelle, elles ne représentent que le cinquième de la collection et appartiennent à des types augustéens et du début du ier s.

6La moitié d’entre elles comprend en majorité – et en dehors de trois fibules de Nauheim – des fibules filiformes en fer dont la corde du ressort passe à l’extérieur de l’arc et d’autres, dérivées de La Tène II, connues avant le ier s. ; un ou deux exemplaires seulement de modèles en bronze, que l’on rencontre plus fréquemment dans d’autres sites de la région (à arc droit, à ailettes). Si la présence d’une seule fibule unguiforme s’explique notamment par sa petite taille qui la rend fragile (elle est peu signalée ailleurs dans la région), en revanche l’absence de fibules à disque médian est plus frappante, alors qu’elles sont connues à Alésia. Cette faible proportion de fibules en alliage cuivreux de tradition augustéenne tend à confirmer que le fanum II n’a pas été bâti avant le début du ier s.

7Les autres sont des fibules en bronze pseudo-La Tène II dont la production commence au début du ier s. et qui sont surtout répandues sous les règnes de Tibère et Claude. La majorité sont de petites dimensions et présentent un arc filiforme, à l’exception de deux exemplaires à arc rubané, dont le modèle est plus répandu à l’ouest (inv. 206, 333).

8Enfin, deux fibules « militaires » à arc coudé filiforme, caractéristiques de l’ère flavienne (inv. 153, 170, fig. 1), ne sont pas de tradition gauloise et témoignent de la présence de vétérans ou de commerçants ayant séjourné dans les zones militaires. On en a également le témoignage avec une fibule dérivée de La Tène II, originaire d’Europe méridionale, recueillie à l’extérieur du sanctuaire (F. P. 1985, cat. no 27, non fig.).

Fibules à ressort protégé

9Celles-ci appartiennent pour les trois-quarts à des variétés à arc continu. La majorité présente un arc à section triangulaire, le plus souvent uni et de faibles dimensions, et pourrait faire partie d’une production locale postérieure à la période augustéenne. Les fibules à queue de paon sont peu nombreuses (F. P. 1985, fig. 12), mais on sait que la variété à arc arrondi, interrompu par une plaque ornée d’une « couronne », est plus caractéristique des nécropoles. Il n’y a qu’un exemplaire à arc zoomorphe stylisé dont on connaît pourtant des modèles divers dans le Centre-Est de la Gaule ; en revanche, la variété à plaque estampée représentant une scène de combat est illustrée par trois exemplaires (F. P. 1985, carte 3, p. 77) (inv. 164, 285 et 338, fig. 1) ; quelques sanctuaires en ont livré, dont ceux de Cracouville (Eure) (FAUDUET, 1992, no 334), Bennecourt (Yvelines) (BOURGEOIS et alii, 1989, fig. 6), Martigny (Suisse) (REY-VODOZ, 1986, no 133 sq.) et Vendeuil-Caply (Oise) (DILLY, JOBIC, 1993, no 106-107).

Fibules à charnière

10Les fibules à charnière représentent plus de la moitié des découvertes, mais les modèles sont inégalement illustrés.

11Aucune fibule « d’Alesia » (ou variante) n’a été mise au jour et le groupe d’Aucissa n’a livré ici que huit exemplaires, modèles de petites dimensions en général (F. P. 1985, fig. 16 et inv. 337, fig. 1), alors qu’il est bien représenté dans l’est de la Gaule. La présence de fibules à arc tendu en fer mérite d’être soulignée à nouveau ; ce sont des imitations d’une variété à ressort nu augustéenne, fabriquées au moment où l’utilisation de la charnière se développe et dont la production semble localisée dans une zone située entre Saône et Loire. La métallurgie du fer y est importante et plus à l’est, le site de Hufingen en a livré de cette époque (RIECKHOFF, 1975, no 4 « Typ Hüfingen ») (F. P. 1985, carte 2, p. 80 et inv. 334, fig. 1). Une pièce de Martigny pourrait être plus récente (REY-VODOZ, 1986, no 147).

12Ce sont les variétés à arc bipartite ou composite non émaillé qui sont les mieux représentées, en particulier celle à arc orné de fines cannelures, très répandue pendant le second quart du ier s. dans l’ensemble des Trois Gaules (pied parfois orné de motifs divers de pointillés) (F. P. 1985, fig. 17 sq.). On notera aussi des modèles légèrement plus récents ornés de moulures, d’ocelles, d’un décor niellé ou à arc continu (F. P. 1985, fig. 20, 22), connus dans le nord-est.

  • 1 Depuis la parution du catalogue, quelques fibules tout à fait semblables ont été signalées, notamm (...)

13La présence importante des fibules plates non émaillées évoque des productions régionales reconnues dans le quart nord-est de la Gaule, au cours du second tiers du ier s. Le modèle losangique ajouré pourrait même être local (fig. 1, inv. 177, 278, 131,244 ; F. P. 1985, carte 3, p. 81), tandis que d’autres sont très rares – par exemple la plaquette rectangulaire avec décor riveté en os (inv. 218) – semblable à une fibule signalée en Suisse (ETTLINGER, 1973, pl. 17). Cette matière est également utilisée sur un modèle orné de rondelles (inv. 182, fig. 1), dont la diffusion a été observée précédemment (F. P. 1985, carte 5, p. 85)1. Seules deux fibules zoomorphes peuvent être ajoutées à ce groupe et il s’agit de pièces pratiquement uniques : grenouille et dauphin chevauché par un personnage (inv. 238, 159). Elles sont pourtant nombreuses dans le Centre-Est de la Gaule, à Alésia et Vertault notamment. Rappelons que le faible nombre d’exemplaires de certaines de ces dernières variétés peut tenir au fait que la population peut s’approvisionner avec des productions locales.

14Les fibules émaillées, en revanche, n’ont pas été recueillies en grand nombre (variété à arc bipartite, géométriques et à extrémités symétriques). La majorité appartient à des types qui apparaissent à la fin du ier s. et on remarque l’absence de modèles ornés d’un damier de cubes polychromes ou à décor élaboré répandus à partir du milieu du IIe s. Il n’y a pas une seule fibule zoomorphe et celle en forme de semelle (inv. 355, fig. 1) est extrêmement répandue en Gaule, tandis que celle qui représente une clé est d’un modèle peu habituel.

15Enfin, une fibule illustre une variété rencontrée après le ier s., mais peu répandue en Gaule en dehors des zones frontières, la Tutulusfibel ou fibule conique (inv. 270).

LES FIBULES DANS LEUR CONTEXTE (fig. 2)

16Les fibules ont-elles une fonction particulière selon leur contexte, contribuent-elles à la connaissance des pratiques cultuelles et à l’étude chronologique du site dont elles sont issues ? Telles étaient les questions posées en 1985 à l’occasion de la publication de leur catalogue. Qu’apporte l’examen de leur répartition à l’intérieur du péribole et suivant les phases ?

17On rappellera en premier lieu qu’aucune n’est issue d’un niveau de la première occupation du site mais l’une d’entre elles, d’un type de La Tène I, pourrait être un témoin à l’état résiduel de cette phase. Aucune autre également n’a été recueillie en place dans le niveau contemporain du premier bâtiment cultuel quadrangulaire. Quelques-unes néanmoins, pourraient s’y rattacher, notamment celles trouvées lors de la fouille des fondations du fanum II et sous le sol de sa galerie (fibule en fer, inv. 314 par exemple, tab. IV, première partie, chapitre II).

18La plupart des fibules appartiennent à la phase de fréquentation du fanum II et à l’occupation contemporaine de la construction du temple (fig. 3 et 4). Les types représentés correspondent bien à la chronologie générale. Il s’agit d’abord de fibules rencontrées pour l’essentiel dans des contextes du second quart du ier s. et des années qui suivent, puis de quelques formes caractéristiques de l’époque flavienne qui n’ont été recueillies que dans les couches postérieures à la destruction du fanum.

Fig. 1. Fibules inédites et caractéristiques des Bolards, 333 à 338, 355 à 358, inédites ; 325 (cat. 33) l’une des 9 fibules de la fosse sud-est (tab. IX), 153 (cat. 43), 268 (cat. 88), 148 (cat. 135), 182 (cat. 197), 278 (cat. 192). Dessin C. Pommeret (échelle 1/1).

Fig. 2. Tableau de répartition des fibules selon leur lieu de découverte (exemplaires de La Tène I, conique, et fragments non comptabilisés).

19Quelques observations intéressantes peuvent être tirées de l’examen comparatif des fibules rencontrées dans le fanum II et son péribole, et dans la zone d’habitat située à l’ouest et aux abords.

20À l’intérieur même de l’édifice, ce sont les fibules à charnière du second quart du ier s. qui prédominent, type à arc bipartite simple en majorité ; c’est l’unique type rencontré dans la cella dont deux exemplaires identiques formaient une paire (F. P. 1985, fig. 19 ; inv. 148-149, fig. 1).

21Dans l’aire sacrée, les trouvailles sont plus nombreuses et les types plus variés : quelques fibules de tradition augustéenne ou antérieures (en fer, à ailettes, Nauheim) côtoient des fibules à ressort protégé, dont l’unique fibule dite « de Nertomarus », et les mêmes fibules pseudo-Tène II et à charnière que dans le fanum. Nous avons également été frappés par le nombre recueilli dans la fosse sud-est : trou de poteau qui a livré neuf fibules, principalement modèles à ressort, contemporains de la construction du bâtiment (pseudo-La Tène II) et antérieurs (filiformes en fer) (tab. IX, première partie, chapitre II).

22Dans la zone d’habitat, la proportion de fibules pseudo-Tène II et de celles en fer est moins importante, tandis que les types à ressort protégé sont davantage représentés (le modèle à arc de section triangulaire uni de petite dimension notamment) ainsi que le type d’Aucissa, dont aucun exemple n’a été retrouvé dans le sanctuaire (fig. 4). Les autres variétés sont communes aux deux secteurs. Les fibules à charnière du milieu du ier s. ont été recueillies dans les niveaux supérieurs, en particulier les fibules zoomorphes non émaillées, et l’absence de fibule émaillée dans l’ensemble de la zone témoigne que le réaménagement de Faire sacrée est postérieur au milieu du ier s.

23Les niveaux et remblais postérieurs ont livré plus d’un tiers des exemplaires et la grande majorité ont été recueillis dans la cour et le long de la grande enceinte. C’est dans les remblais de la cour sud et à l’intérieur de l’hémicycle que l’on observe la plus grande concentration. Les types à charnière prédominent bien sûr, avec, en particulier, la présence de fibules émaillées (fig. 5). Les fibules augustéennes et du début du ier s., recueillies lors du dégagement des murs du temple et de ses fondations, appartiennent à la phase précédente et la découverte similaire d’une fibule filiforme de type « militaire » témoigne que le réaménagement de Faire cultuelle est postérieur au milieu de ier s.

24L’importance numérique des fibules ne permet pas pour autant de les rattacher systématiquement à cette phase et il semble qu’elles aient été, pour la majorité, déposées avant le réaménagement de Faire sacrée à la fin du ier s., comme le suggère le faible nombre des fibules des iie-iiie s. Ce phénomène a été observé dans d’autres sites cultuels où l’on remarque une raréfaction des dépôts après le milieu du ier s., même si l’on peut imaginer d’autre part que les niveaux les plus récents ont été bouleversés ou que Faire sacrée a fait l’objet de nettoyages réguliers.

25Certaines fibules ont-elles été déposées en offrande, telles les fibules pseudo-La Tène II, forme qui rappelle celle utilisée deux siècles plus tôt, ou celles en fer, nombreuses dans certains lieux de cultes augustéens ? Il se pourrait aussi que des formes aient été conçues sur place et que des échoppes aient fourni en même temps de nouveaux modèles aux dévots ; des petits fours de métallurgie sont tout proches (PLANSON, AMIOT, 1984, p. 32). Pensons aux nombreuses petites fibules à ressort protégé et arc continu, rares ailleurs (F. P. 1985, fig. 14-15, et fig. 1, inv. 268) et dont deux exemplaires ont été recueillis non loin des fours. On peut voir un parallèle avec des fibules bipartites à décor niellé de petites dimensions à Alésia (LERAT, 1979, pl. XXIXXII), très caractéristiques de ce site.

Fig. 3. Tableau chronologique des fibules des fana.

Fig. 4-1. Tableau chronologique des fibules des constructions contemporaines du fanum II.

26D’autres sanctuaires ont livré des pièces de petites dimensions, comme Digeon (JOBIC, 1986, pl. 4), Alésia (fibules à ressort : CREUZENET, RABEISEN, 1989, p. 8) ou Argentomagus (fibules à arc droit : ALBERT, FAUDUET, 1976, no 40 sq. et inédites) et Cracouville (fibules à charnière, à arc filiforme bombé ; FAUDUET, 1992, no 385 sq.). La forte proportion de fibules de certains types a été notée dans divers lieux de culte : Knickfibeln à Empel, Pays-Bas (ROYMANS, DERKS, 1994, p. 135 sq.), à ailettes naissantes « Almgren 65 » à Dompierre-sur-Authie (cité dans DILLY, JOBIC, 1993), filiformes et à disque médian à Argentomagus (ALBERT, FAUDUET, 1976, no 26 sq., no 85 sq. et inédites), fibules à ailettes à Martigny (les quelques exemplaires recueillis proviennent du sanctuaire : REY-VODOZ, 1986, no 70 sq.). En revanche, nous n’avons pas noté de fibules déformées ou pliées volontairement comme à Vendeuil-Caply (DILLY, JOBIC, 1993, fig. IV, VII, IX), ou Empel (ROYMANS, DERKS, 1994, p. 138).

27Parmi les sanctuaires qui ont livré un petit mobilier abondant et exploitable, seuls quelques-uns ont été publiés et il est encore prématuré de proposer une interprétation sur la fonction des fibules en dehors de dépôts rituels caractérisés ou de déformations volontaires. Des modèles issus d’un sanctuaire ou d’un contexte d’habitat peuvent être les mêmes, mais la présence particulièrement importante d’un type ou la concentration en un point constituent des indices à analyser de près pour discerner des coutumes particulières.

Fig. 4-2. Tableau chronologique des fibules des constructions contemporaines du fanum II (suite).

Fig. 5. Tableau chronologique des fibules du grand temple.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ALBERT R. FAUDUET I., 1976, « Les fibules d’Argentomagus », R.A.C.F., 15, 1/2, p. 43-74 et 3/4, p. 199-240.

BOURGEOIS L., BARAT Y., JOSEPH A., 1989, « Le sanctuaire celto-romain de Bennecourt : bilan de sept années de recherches », Connaître les Yvelines, (2e trim.), p. 10-14.

CREUZENET F., RABEISEN E., 1989, « La carrière sous l’area du temple », Bulletin de la Soc. des sciences historiques et naturelles de Semur-en-Auxois, II, 1, p. 6-12.

DILLY G., JOBIC F., 1993, « Les fibules de Vendeuil-Caply », Nord-Ouest Archéologie 5, p. 363-393.

ETTLINGER E., 1973, Die römischen Fibeln in der Schweiz, Bern.

FAUDUET L, 1992, Musée d’Évreux, bronzes gallo-romains, instrumentum, Évreux.

F. P. 1985 = FAUDUET L, POMMERET C., « Les fibules du sanctuaire des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or) », Revue Archéologique de l’Est, XXXVI, p. 61-116.

JOBIC F., 1986, « Le mobilier en bronze de Digeon », Revue archéologique de Picardie, 3/4, p. 99-107.

LERAT L., 1979, Les fibules d’Alesia (Bibliothèque Pro Alesia, VII).

PLANSON E., AMIOT M., 1984, « Un petit atelier de métallurgie d’époque romaine à proximité du sanctuaire des Bolards (Nuits-Saint-Georges) », 109e Congrès National des Sociétés Savantes (Histoire des Sciences et Techniques) Dijon, p. 23-34.

REY-VODOZ V., 1986, « Les fibules gallo-romaines de Martigny VS », Annuaire de la Société Suisse de Préhistoire et d’Archéologie, 69, p. 149-198.

RIECKHOFF S., 1975, « Die Münzen und Fibeln aus dem Vicus des Kastells Hufingen », Saalburg Jahrbuch, XXXII, p. 3-104.

ROYMANS N., DERKS T., 1994, De tempel van Empel, een Hercules-heiligdom in het woongebied van de Bataven, 5 - Hertogenbosch.

Annexes

ANNEXE

Tableau de concordance entre les numéros d’inventaire des Bolards, les numéros de catalogue de la publication F. P. 1985 et les tableaux de mobilier de la première partie.

Tableau de concordance entre les numéros d’inventaire des Bolards, les numéros de catalogue de la publication F. P. 1985 et les tableaux de mobilier de la première partie.

Notes

1 Depuis la parution du catalogue, quelques fibules tout à fait semblables ont été signalées, notamment dans le Nord : G. BLIECK, « Les fibules du Musée des Beaux-Arts de Lille », Bulletin de la Commission dép. d’Histoire et d’Archéologie du Pas-de-Calais, XII, I, 1986, no 61, et en Angleterre, par exemple : A. DOWN et alii, Chichester Excavations, 6, 1989, no 79. Un exemplaire identique provient de Saint-Jean-Trolimon (Finistère) : J.-Y. COTTEN, Les fibules d’Armorique aux Âges du Fer et à l’époque romaine, Maîtrise de l’Université de Haute-Bretagne, 1985, pl. 36, no 322.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Fibules inédites et caractéristiques des Bolards, 333 à 338, 355 à 358, inédites ; 325 (cat. 33) l’une des 9 fibules de la fosse sud-est (tab. IX), 153 (cat. 43), 268 (cat. 88), 148 (cat. 135), 182 (cat. 197), 278 (cat. 192). Dessin C. Pommeret (échelle 1/1).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/409/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 2. Tableau de répartition des fibules selon leur lieu de découverte (exemplaires de La Tène I, conique, et fragments non comptabilisés).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/409/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Fig. 3. Tableau chronologique des fibules des fana.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/409/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
Légende Fig. 4-1. Tableau chronologique des fibules des constructions contemporaines du fanum II.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/409/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Légende Fig. 4-2. Tableau chronologique des fibules des constructions contemporaines du fanum II (suite).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/409/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Légende Fig. 5. Tableau chronologique des fibules du grand temple.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/409/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Titre Tableau de concordance entre les numéros d’inventaire des Bolards, les numéros de catalogue de la publication F. P. 1985 et les tableaux de mobilier de la première partie.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/409/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 523k

© ARTEHIS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search