Version classiqueVersion mobile

Le sanctuaire antique des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or)

 | 
Colette Pommeret

Deuxième partie : Étude du mobilier

La sculpture et les inscriptions

Simone Deyts

Texte intégral

LA SCULPTURE

FANUM

– Vénus pudique. Inv. 38 (fig. 1)

1Calcaire. H. 28 ; I. 13 ; ép. 7 cm

2Ronde-bosse recomposée de deux fragments. La silhouette est allongée et étroite, le dos travaillé comme un dos masculin. À l’avant, une main est ramenée sur le sein tandis que l’autre cache le sexe. Le traitement fait penser à certaines représentations en terre cuite (DEYTS, 1990, p. 144).

– Vénus ( ?). Inv. 67 (fig. 2)

3Calcaire. H. 13,7 ; 1. 6 ; ép. 4 cm

4Haut-relief. Statuette fragmentaire comme la précédente. Le torse est bombé et on note un très léger hanchement de la cuisse ; cependant l’absence apparente de mains et de seins (les cassures et le grain de la pierre rendent la lecture difficile) pourrait faire penser à un travail non fini. Le long du côté gauche serait une corne d’abondance ? (DEYTS, 1990, p. 144).

GRAND TEMPLE, COUR DALLÉE

– Chouette sur une corbeille. Inv. 36 (fig. 3)

5Calcaire. H. 11 ; 1. 12,5 cm

6Fragment de sculpture détaché d’un ensemble. L’oiseau est figuré de trois-quarts sur une corbeille (brisée) en osier tressé.

– Angle de stèle avec un oiseau. Inv. 37 (fig. 4)

7Calcaire. H. 15 ; 1. 15,5 ; ép. 7 cm

8Fragment de sculpture dont la partie extrême devait porter un motif floral. Malgré la petitesse du morceau conservé, un oiseau, vu de profil et d’un bon rendu, fait penser à une représentation d’ensemble d’un dieu aux oiseaux tel qu’il est connu à proximité, à Moux-Corgoloin.

Fig. 1. Vénus pudique.

Fig. 2. Vénus ?

GRAND TEMPLE, COUR NORD

– Tête de divinité masculine. Inv. 35 (fig. 5 et 6)

9Calcaire. H. 39 ; 1. 33 ; ép. 33 cm

10La tête, en ronde bosse, est détachée d'une statue à l’origine plus grande que nature, de 2,50 à 3 ni de hauteur. Une cassure a arraché plus de la moitié gauche du visage, ce qui fait qu’on doit prendre aujourd’hui le profil droit comme jugement d’appréciation initiale. Le globe de l’œil est lisse sous une fine paupière ; un bourrelet de l’arcade sourcilière et la pommette placée très haut donnent une intensité au regard. La bouche, entrouverte, est marquée par un profond sillon que renforce à l’angle l’inflexion d’une moustache épaisse. Barbe, moustache et chevelure sont savamment traitées en lourdes boucles bien découpées par des coups de ciseau et de foret.

11D’après le décalage des muscles du cou ainsi que la forte torsion des mèches de la barbe déportées sur un côté, la tête était, dans sa position d’origine, très sensiblement tournée vers la droite, alors que le corps devait se trouver en position frontale.

  • 1 PLANSON, 1977, p. 61-65 ; PLANSON, 1979, p. 65-70 ; PLANSON, 1981, P-65-67 ; PLANSON, POMMERET, 198 (...)

12Les dimensions de cette tête font tout naturellement penser à une statue principale située en bonne place dans la cella du temple. On a été porté à identifier un Jupiter-Sérapis d’après la qualité d’exécution, la noblesse du visage et le port de la barbe. Ce qui irait à l’appui de cette identification est la petite mèche de cheveux détachée au-dessus de l’œil (généralement le dieu alexandrin porte cinq petites mèches ramenées sur le front) ainsi que les deux trous au-dessus de la tête, dans l’axe du visage, avec un autre déporté sur le côté : ils auraient pu fixer le calathos, corbeille en forme de boisseau à grains qui est l’apanage traditionnel du dieu1.

  • 2 Je remercie particulièrement E. Rabeisen qui m’a orientée sur une hypothèse nouvelle en me communiq (...)

13Cependant, en raison des deux dédicaces, au dieu Segomo et à Mars Segomo, connues sur le site, on pourrait penser à une statue de Mars. C’est en effet un éclairage nouveau - et donc ici une hypothèse tout à fait nouvelle aussi - que donne la publication de la statue colossale du Mars de Mandeure (Doubs). L’étude des fragments, en marbre et en calcaire, a permis la restitution d'une sculpture d’environ 3 m de haut, d’un type bien connu du Mars Ultor de Rome en tunique militaire, cuirasse historiée et paludamentum, la tête casquée tournée vers le bras droit levé qui tient une lance (PICHOT, 1996)2.

14La calotte crânienne proéminente et laissée lisse, les trous de fixation pour un élément rapporté pourraient laisser supposer que la tête aurait pu porter un casque à l'origine, en métal sans doute.

15Le style est incontestablement d’inspiration hellénistique. On sait par ailleurs que le culte de Mars a été particulièrement officialisé dans les agglomérations de Gaule sous les Flaviens (HATT, 1979) ; ce qui correspondrait tout à fait en l’occurrence avec le premier courant de sculpture dite hellénistique que l’on connaît dans l'expression artistique monumentale en Gaule à la charnière du ier et du IIe s. ap. J.-C. (HATT, 1966).

GRAND TEMPLE, COUR SUD (PUITS)

– Pilier avec personnage. Inv. 81 (fig. 7)

16Calcaire. H. 63,5 ; 1. 23 ; ép. 16 cm

17Mouluré aux deux extrémités, le pilier devait être un support d’autel pour offrandes. Deux des faces sont dressées, la troisième seulement piquetée. La face antérieure porte la représentation d’un personnage vêtu dont les traits ne sont plus distincts. Sa main droite tient une boule. Il s’agit probablement du donateur. Dans le même esprit, on peut citer un autel de Vertault (Côte-d'Or), certes d’une qualité bien supérieure, mais sur lequel figurent aussi deux donateurs de part et d’autre d’une représentation d’Apollon (DEYTS, 1976, no 220 ; DEYTS, 1990, p. 145).

Fig. 3. Chouette sur une corbeille (Cl. Bernuy).

Fig. 4. Angle de stèle avec un oiseau (Cl. Bernuy).

Fig. 5. Tête de divinité masculine, profil droit (Cl. Rolley).

Fig. 6. Tête de divinité masculine vue de face (Cl. Rolley).

Fig. 7. Pilier avec personnage (Cl. Bernuy).

– Triade de divinités. Inv. 82 (fig. 8)

18Calcaire. H. 47 ; 1. 43 ; ép. 10 cm

19Stèle recomposée de plusieurs fragments. Il manque la partie supérieure de la niche. Le relief est en deux registres : en haut, dans une niche, trois divinités assises avec chacune le pied gauche posé sur un tabouret ; en bas, une frise d’animaux.

20À gauche, une déesse-mère, aujourd’hui acéphale, vêtue d’une tunique longue serrée à la taille et d’un manteau posé sur l’épaule. Elle tient, selon l’usage courant, une corne d’abondance et une patère ; à sa droite, par terre, une corbeille de fruits. Au centre, une divinité à demi nue qui porte sur l'épaule un drapé ramené ensuite sur les genoux et tombant le long de la jambe, laissant apparaître un buste aux seins marqués et un sexe masculin (fig. 9). Le visage aux traits fins est encadré d'une chevelure qui tombe sur les épaules ; une couronne crénelée est posée sur le sommet de la tête. Cette divinité tient, comme la précédente, corne d’abondance et patère ; par terre se trouve un petit serpent. À droite, une divinité masculine vêtue d’une tunique courte et d’un manteau agrafé sur l’épaule qui lui couvre la poitrine. La tête barbue est tricéphale : une tête et un seul cou pour trois visages, les deux yeux sur la face centrale étant aussi les yeux droit et gauche des faces latérales (fig. 10). Les traits sont épais. De chaque côté d’un front dégarni part une corne. C’est le dieu Cernunnos, ainsi reconnaissable, qui est de plus paré, selon la tradition, d’un torque à tampons au cou et d’un bracelet plat au poignet. On ne distingue plus ce que tenaient ses mains, mais par terre est posé un sac apparemment plein qui évoque souvent, sur d’autres reliefs, les bienfaits qu'il dispense.

Fig. 8. Triade de divinités (Cl. Bernuy).

21En bas, sur un fond plat, sont figurés cinq animaux de part et d’autre d’un arbre stylisé : deux, bien identifiables, taureau et cerf, font souvent partie du cortège de Cernunnos ; les trois autres, plus rares, chien, lièvre et sanglier ( ?) paraissent guidés par les premiers.

Fig. 9. Triade : la divinité centrale : Genius loci (Cl. Fasquel).

22Deux divinités sont bien reconnaissables dans l’iconographie des dieux gaulois, même s’il faut souligner qu’ici Cernunnos a la particularité d’être tricéphale et de ne pas se présenter en pose accroupie (à comparer avec les reliefs de Beaune en Côte-d’Or et de Dennevy en Saône-et-Loire (ESPÉRANDIEU, 1910, t. III, nos 2083 et 2131). La divinité placée au centre, par contre, fait l’objet de thèses différentes selon qu’on la considère comme une divinité hybride ou pure. Vue selon une tradition uniquement littéraire dans un contexte de culture orientale de la mythologie grecque, elle est considérée comme une Cybèle bisexuée ; sous cette forme particulière, c’est une déesse ayant des pouvoirs sur la santé et l’incorruptibilité du corps (BERGER, 1984, p. 276-285). Idée séduisante mais demandant un savoir très aigu du commanditaire pour un modeste relief de facture bien locale, que certains cependant mettraient en relation avec la présence du mithraeum contigu au temple et « la grande tête de Sérapis ». Je crois plutôt néanmoins à une représentation plus traditionnelle d’un Genius loci comme les inscriptions nous en font connaître précisément associés à des divinités autochtones, notamment Epona ou Sucellus. Sur de nombreux reliefs, et précisément dans la région éduenne, figurent des Génies à couronne tourelée ou non mais accompagnant d’autres divinités (voir précisément les reliefs de Beaune et de Dennevy). De plus le type physique du Génie (chevelure mi-longue, pectoraux et seins proéminents, buste dénudé jusqu’au sexe alors que le bas du corps est masqué par un pan de manteau ou de toge) est loin d’être rare dans l’ensemble du monde romain.

Fig. 10. Triade : la divinité de droite : le dieu Cernunnos (Cl. Fasquel).

23Enfin l’iconographie habituelle de Cybèle, même en Gaule, ne lui prête pas comme attributs corne d’abondance et patère.

  • 3 PLANSON 1975a, p. 119-126 ; PLANSON, 1975b, p. 487-495 ; PLANSON, POMMERET, 1986, p. 52 ; DEYTS, 19 (...)

24Si l’ensemble de la composition reste rare dans ses diverses composantes, elle est cependant à mon avis à rattacher à un contexte éduen. On peut proposer comme datation, sous toute réserve, le iie s. ap. J.-C.3.

Fig. 11. Déesse-mère (Cl. Fasquel).

Fig. 12. Déesse-mère (Cl. Fasquel).

– Groupe fragmentaire de déesses-mères. Inv. 83/83b (fig. 11 et 12)

25Calcaire. H. 15 et 17,5 ; 1. 18 et 12 cm

26Il subsiste, d’une triade à l’origine, deux morceaux de la partie supérieure de la stèle portant les têtes des divinités placées aux extrémités du relief et tournées initialement vers le centre, ce qui explique la dissymétrie des traits des visages, petits et bien découpés sur des ovales pleins.

27La déesse de gauche a des cheveux mi-longs qui tombent sur les épaules, couronnés d’un diadème triangulaire ; celle de droite, plus âgée, a une coiffure plus courante en bandeaux souples séparés par une raie médiane. Elle porte elle aussi un diadème (DEYTS, 1990, p. 143).

– Oiseau détaché d’un relief. Inv. 68 (fig. 13)

28Calcaire. H. 10,5 ; 1. 7,5 cm

29Le rendu est de bonne facture, la silhouette bien détachée et les plumes dessinées.

– Petite tête humaine. Inv. 70 (fig. 14)

30Calcaire. H. 5,1 ; 1. 3,2 cm

31La tête est séparée d'un buste au-dessous du décolleté. Des boucles encadrent un visage rond dont l’aspect, brouillé, ne permet pas de savoir s’il est inachevé ou fortement érodé.

GRAND TEMPLE, FOSSE 5 (GALERIE DU PÉRIBOLE)

– Petit buste sans tête. Inv. 141 (fig. 15)

32Calcaire. H. 8,2 ; 1. 8,4 cm

33La sculpture en haut-relief est brisée au-dessus du bassin. Une ceinture marque la taille. Travail inachevé ?

34On peut ajouter, pour compléter ce catalogue, le buste d'une Vénus en marbre blanc, de facture parfaitement classique (fig. 16, collection privée), une tête en calcaire portant une couronne crénelée (fig. 17, collection privée) et une grande main droite en calcaire tenant une patère emplie de fruits avec un pain rond en son centre (fig. 18 ; THEVENOT, 1948, p. 318, no 33 ; THEVENOT, 1953, p. 178-182).

Fig. 13. Oiseau détaché d’un relief (Cl. Bernuy).

Fig. 14. Petite tête humaine (Cl. Bernuy).

Fig. 15. Petit buste sans tête (Cl. Bernuy).

Fig. 16. Buste d’une Vénus en marbre blanc, collection privée (Cl. Remy).

Fig. 17. Tête portant une couronne crénelée, collection privée (Cl. Remy).

LES INSCRIPTIONS DU GRAND TEMPLE, COUR NORD

– Élément de socle de statue inscrit. Inv. 6 (fig. 19)

35Calcaire. H. 38 cm ; 1. 16 cm ; haut. des lettres 3,2 à 3,6 cm

36Partie gauche d’un socle dont la surface horizontale porte la moitié d’un trou de mortaise ainsi que des traces verdies indiquant bien qu’il s’agit d’une base de statue (en bronze) et qu’il reste sensiblement la moitié du socle en largeur.

37La face antérieure formant corniche est composée d’un bandeau, d'une doucine et d’un cavet séparés par des filets.

38Sur le bandeau, l’inscription :

39[M] ARTI. SEGOMONI. ET [...]

40(Ligature du T et du I et triangle décoratif au centre du M).

  • 4 Étant donné la dédicace perdue au dieu Segomo, faite sur le socle d’un équidé donné en offrande, on (...)

41Lecture : À Mars Segomo et à une divinité parèdre très certainement4.

42Segomo était déjà connu aux Bolards : un petit équidé en bronze de 10 cm de hauteur environ portait sur le socle une dédicace (C.I.L. XIII, 2846) en pointillé :

Fig. 18. Main droite tenant une patère (Cl. Bert, C.R.D.P.).

43GALLIO. L. MATVRCI / V. S. L. M. DEO SEGOMONI. DONAVI

44Deux autres dédicaces à Mars Segomo sont répertoriées, Tune chez les Ambarres, à Culoz (C.I.L. XIII, 2532) et l’autre à Lyon (C.I.L. XIII, 1675) ; cette dernière fut faite par un personnage prêtre de Rome et d’Auguste.

– Fragment de plaque inscrite. Inv. 4 (fig. 20)

45Calcaire. H. 44 cm ; 1. 62 cm ; ép. 12 cm ; haut. des lettres de 8,5 à 9,5 cm

46Sur deux lignes :

47[APOL] LINI ET DI [...] / [...] ET CENSO [...]

48On restitue facilement, sur la première ligne, une dédicace à Apollon et Diane ; sur la deuxième, le nom de deux donateurs dont le second pourrait être Censo(rinius).

– Fragment de petit autel inscrit. Inv. 10 (fig. 21)

49Calcaire. H. 8,2 cm ; 1. 8 cm ; h. des lettres 2,1 cm

50L’autel portait le nom d’une divinité précédé de la formule : AVG SAC

51Aug(usto) Sac(rum), consacré à Auguste.

52On peut mentionner aussi quelques fragments de lettres dispersées (fig. 22 et 23).

– Fragment de bloc inscrit. Inv. 5 (fig. 24)

53Calcaire. H. 35 cm ; 1. 19 cm ; ép. moyenne 5 cm ; h. des lettres de 1,8 à 2,1 cm

54Inscription sur trois lignes :

55RINA / VCINAIDIDICIIM / NIESAOOEDIIOII

56et au revers : OVIT

57Le très grand intérêt de ce texte fragmentaire est qu’il est en langue gauloise (voir l’étude de P.-Y. LAMBERT en annexe).

Fig. 19. Élément de socle : dédicace à Mars Segomo (Cl. Planson).

Fig. 20. Dédicace à Apollon et Diane (Cl. Planson).

Fig. 21. Petit autel inscrit (Cl. Bernuy).

Fig. 22. Fragment avec lettres (Cl. Bernuy).

Fig. 23. Fragments de lettres dispersées (Cl. Bernuy).

COMMENTAIRE

58En regard d’un ensemble architectural si vaste, on peut trouver les vestiges de statuaire et d’épigraphie bien décevants du fait de leur petit nombre et de leur caractère si fragmentaire. Il faut rappeler la présence d’un four à chaux, directement installé dans la cour sud près du puits qui, ici comme souvent ailleurs, explique la disparition de la parure monumentale du temple.

59Cependant, appréhendés ensemble, ces vestiges sont loin d’être négligeables en tant que reflet de la société d’une agglomération secondaire et de sa physionomie cultuelle.

60On y trouve en effet, comme il est normal, l’usage de la langue latine pour des dédicaces, ainsi que la représentation de divinités du panthéon romain. On y voit également nombre de divinités domestiques, et notamment aux Bolards, des déesses-mères en triades, tant dans l’habitat que dans le sanctuaire. On y rencontre enfin des survivances purement gauloises comme la représentation de divinités parmi les plus enracinées dans le fond autochtone (le dieu Cernunnos tricéphale accompagné du taureau et du cerf) ainsi que des inscriptions en langue gauloise.

61Sans pouvoir bien sûr apprécier la juste part des parfaits indigènes, des Gaulois ayant accédé à la citoyenneté romaine et donc presque toujours à des fonctions politico-religieuses officielles, ou de vrais Latins passant ou séjournant dans le vicus, il faut voir ici le creuset d’une population à divers stades de la romanité : ce qui peut lever un peu le voile de fadeur dont on recouvre aujourd’hui le terme de gallo-romain au profit de l’exaltation du celte devenu (question de mode pseudo-scientifique depuis ces quinze dernières années !) la seule manifestation de l’intégrité nationale.

62L’entité de l’agglomération des Bolards se trouve ainsi très proche, même si c’est à des niveaux différents, de celle d’Alesia.

63Pour ce qui est du sanctuaire proprement dit et des dieux qu’on y a trouvé réunis, il faut remarquer plusieurs éléments. Le seul vestige de sculpture monumentale est une tête qu’il semble plus cohérent, selon ma nouvelle hypothèse, de rattacher à une statue de Mars qu’à une divinité hybride égyptienne. D’une part parce que le contexte flavien donné au développement architectural du sanctuaire correspondrait tout à fait à la date supposée de cette tête, à sa taille et aux dédicaces à Mars Segomo. Il faut d'ailleurs faire un parallèle avec les nombreuses dédicaces faites dans la bourgade voisine de Mâlain, à un Mars Cicolluis (C.I.L. XIII, 5597 à 5599 et 5601, notamment) et les fragments d’une statue de culte en calcaire dont, notamment, un bras tenant une lance (ROUSSEL, 1988, p. 294). D’autre part parce que, s’il s'agissait d’une divinité gréco-romaine - et surtout monumentale - il faudrait alors penser qu’elle aurait succédé à une divinité première ayant fait l’objet de la première dédicace du grand temple, les divinités du monde romain dites orientales n’ayant pas pu être implantées dans cette région de Gaule avant, au mieux, la fin du iie s.

64Quant à la petite sculpture, elle est le reflet d’une fréquentation familière du sanctuaire dont on a aussi de bons exemples à Ménestreau (Nièvre) (DEYTS, VIEILLARD, 1986, p. 48-53) ou à Saint-Marcel/Argentomagus (Indre) (COULON, 1996). On déposait apparemment, quelle que soit la divinité principale, l’image de sa divinité domestique, qui cassait peut-être la distance, pour un humble habitant du vicus, avec la présence trop écrasante d’une statue d’une facture étrangère.

65Il faut rappeler en tout cas que c’est hors des civitates qu’ont cohabité, au sein de mêmes sanctuaires, et apparemment sans heurt pendant quelques siècles, les panthéons gaulois et romains.

ITALICEI L. CORNELIVM S [cIP]I[ONE]M HONORIS CAVSA (C.I.L. I 2 612).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BERGER R, 1984, « La Cybèle bisexuée des Bolards (Nuits-Saint-Georges) », Revue Archéologique de l’Est, t. XXXV, fasc. 3-4, Paris, éd. du CNRS, p. 276-285.

C.I.L. Corpus Inscriptionum Latinarían, XIII, nos 1675, 2532, 2846,5597 à 5599 et 5601.

COULON G. et alii, 1996, Argentomagus, du site gaulois à la ville gallo-romaine.

DEYTS S., 1976, Notice no 220 du Catalogue du Musée de Dijon.

DEYTS S., 1989, Les dieux de la Gaule romaine, Catalogue d’exposition. Ville de Luxembourg, p. 83-84, no 58 et fig.

DEYTS S.. 1990, Notices 255 à 257, in : Il était une fois la Côte-d’Or, 20 ans de recherches archéologiques, Catalogue d'exposition, Dijon, Musée archéologique/Paris, éd. Errance, p. 142-145.

DEYTS S., VIEILLARD F., 1996, « La sculpture », in : 30 ans d’archéologie dans la Nièvre, p. 48-53.

ESPÉRANDIEU É., 1910, Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, t. III, nos 2083, 2131.

HATT J.-J., 1966, Sculptures gauloises, 600 av. J.-C./400 ap. J.-C.

HATT J.-J., 1979, « Le culte de Mars indigène dans le nord-est de la Gaule (sur les pas d'Émile Thevenot) », Revue Archéologique de l’Est, t. XXX, fasc. 1-2, p. 121-138 et fasc. 3-4, p. 183-195.

LAMBERT P-Y., 1998, « Nouveaux textes gaulois », C.R. de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, séance juillet-octobre 1998, Paris, p. 657-675.

PICHOT V., 1996, « La statue colossale de Mars de Mandeure », Soc. d’Émulation de Montbéliard, no 118, p. 20-38.

PLANSON E., 1975a, « Un nouveau groupe de trois divinités découvert aux Bolards (Nuits-Saint-Georges, Côte-d’Or) », Mémoires de la CACO, t. XXIX, 1974-1975, p. 119-126.

PLANSON E., 1975b, « Un nouveau groupe de trois divinités découvert aux Bolards, Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or) », Comptes rendus des séances de l’année 1974 de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, juillet-octobre 1974, Paris, Ed. Klincksieck, p. 487-495.

PLANSON E., 1977, « Nuits-Saint-Georges, le vicus gallo-romain des Bolards, le sanctuaire », Mémoires de la CACO, t. XXX, 1976-1977, p. 61-65.

PLANSON E., 1979, « Nuits-Saint-Georges, le vicus gallo-romain des Bolards, la zone d’habitat et le sanctuaire », Mémoires de la CACO, t. XXXI, 1978-1979, p. 65-70.

PLANSON E., 1981, « Nuits-Saint-Georges, le grand temple des Bolards et son fanum », Mémoires de la CACO, t. XXXII, 1980-1981, p. 65-67.

PLANSON E., POMMERET C., 1986, Les Bolards (Guides archéologiques de la France, 7).

ROLLEY C., 1975, « Une tête barbue aux Bolards », Mémoires de la CACO, t. XXIX, 1974-1975, p. 127-133.

ROUSSEL L. dir., 1988, Mediolanum, une bourgade gallo-romaine : 20 ans de recherches archéologiques, Dijon, Musée archéologique, 324 p., ill.

THEVENOT É., 1948, « La station antique des Bolards », Gallia, t. VI, fasc. 2, p. 289-347.

THEVENOT É., 1953, « Statuette de Vénus trouvée dans la station antique des Bolards près Nuits-Saint-Georges », Mémoires de la CACO, t. XXIII, 1947-1953, p. 178-182.

C.I.L. Corpus Inscriptionum Latinarum, I, 2.

HOZ J. de, 1995, Hispano-Gallo-Brittonica, Essays in honour of Prof. D. Ellis Evans, Cardiff, 1995.

KOCH J., 1987, « The laureate hero in the war charriot, some recollections of the Iron Age in the Gododdin », Études celtiques, XXIV, p. 253-278.

LAMBERT P.-Y., 1998, « Nouveaux textes gaulois », C.RA.I., p. 657-675.

LEJEUNE M., 1988, RIG II 1.

BIBLIOGRAPHIE DE L’ANNEXE

C.I.L. Corpus Inscriptionum Latinarum, I, 2.

HOZ J. de, 1995, Hispano-Gallo-Brittonica, Essays in honour of Prof. D. Ellis Evans, Cardiff, 1995.

KOCH J., 1987, « The laureate hero in the war charriot, some recollections of the Iron Age in the Gododdin », Études celtiques, XXIV, p. 253-278.

LAMBERT P.-Y., 1998, «Nouveaux textes gaulois», C.R.A.I., p. 657-675.

LEJEUNE M., 1988, RIG II, 1.

Annexes

ANNEXE ÉTUDE DE L'INSCRIPTION, INV. No 5 (fig. 24 et 25) par Pierre-Yves LAMBERT

] RINA

] VCINAIDICLIN CLIN : CIIM moins probable

] NIESAθθEDIION possibilité (mince) pour... DILON

Fins de mots probables : -rina 1, -inai 2, -nies 3, -iion ou -ilon 3 ; la plus sûre est -nies, devant le début de mot bien attesté AθθED - ; or -nies ne peut être que gaulois. Dès lors -iion,-inai confirment notre jugement. Il s’agit bien de la dix-huitième inscription gauloise sur pierre – il y en a seize dans la publication de Michel Lejeune (LEJEUNE, RIG II, 1, 1988) ; il faut y ajouter l’inscription d’Ahun (Creuse, en cours de publication).

-nies fait penser à snieθθic, de Chamalières, que j’ai analysé en snies-ti-c (forme verbale suies ? ou forme de pronom personnel snies « nous » ? cf. sies « elles » sur le plomb du Larzac). L’absence de verbe dans le reste de l’inscription (partie conservée) et surtout la place habituelle du verbe, finale avant l’objet, laissent attendre ici une fin de verbe : peut-être un prétérit en -s- à la 3e personne du singulier, comparable aux formes legas-it, prinas, etc.

La coupe de mots dans la ligne 2 n’est pas tout à fait certaine. Si l’on coupe après -ucinai, le mot suivant di - clin- semble comporter un thème verbal clin-, mais les comparaisons possibles sont nombreuses :

*kl-n-u- > klinu- (cf. v.irl. -cluinethar) « entendre »

*kli-n (H)-, thème nominal (v.irl. clen « inclination, désir ») ou verbal (cf. lat. inclinare, declinare) ; cf. gall. dichlyn « attentif, soigneux » (*di-eks-clin- ? mais glin-« rechercher, choisir » est possible).

Selon la même coupe, - ucinai pourrait être un datif féminin singulier, mais archaïque (il est normalement en -i dans le gallo-latin : Brigindoni (Auxay, RIG II 1, L-9) ; cf. déjà en gallo-grec, βηληοαυι). Archaïsme ?

aθθediion ou aθθedilon ? Si c’est un -1-, alors c’est le nom propre Aθθedillos, sans aucun doute (celui que l’on trouve notamment à Chamalières), hypocoristique formé à partir d’un composé comme Aθθedo-mãros. Si c’est un -i-, on peut hésiter entre un nom propre et un nom de chose. Nom propre, si l’on pense à plusieurs suffixes, comme dans Caradonu, Vieil-Évreux (L-16). À propos d’un nom de chose, je dois remarquer tout d’abord que l’objet de la dédicace, à l’accusatif, est très souvent placé en fin de phrase.

Fig. 24. Dessin de l’inscription en langue gauloise (Dessin H. Lagrange).

D’autre part, aθθediion comme nom de chose s'explique à la lecture d’une étude de John Koch, « Llawr en assed (CA 932) » (KOCH, 1987, p. 253-278). D’après lui, le gallois archaïque assed (en orthographe moderne, asedd) signifierait « char de guerre » : cf. la glose médiévale sur le mot asseda, sella quadriiugia, c’est-à-dire un véhicule tracté par des chevaux (quatre ?) et destiné à asseoir une seule personne (mot donné comme « belge »).

Le mot signifiait étymologiquement « là où l'on s’assoit » (*ad-sed-), cf. le breton moyen asez « siège », v.bret. asedma « lieu d’assemblée (lat. contio) », dérivé v.bret. assedam gl. assideo « je m’assois » (encore vivant en breton moderne, azezañ « je m’assois »).

Si aθθediion est un nom de chose, c’est l’objet réel de la dédicace (penser à caneco-sedlon, Autun, L-10, qui devait désigner aussi une forme de siège). Si c’est un nom d’homme, à l’accusatif, alors ce serait un emploi comparable à celui de l’inscription de Saint-Germain-Sources-Seine (LEJEUNE, RIG II 1, L-12), où l’on offre Lucio(n) Nertecoma(ri), c’est-à-dire en fait son image.

Une étude récente de Javier de Hoz (HOZ, 1995) fournit quelques parallèles latins à cet emploi, qui ne fait pas référence à un culte funéraire :

La présence exclusive de noms féminins (]rina, ]ucina) amène à poser la question d’une dédicace liée au monde féminin : n’aurait-on pas ici le nom de la déesse Lucina, déesse latine de l’accouchement ? Cela ne serait possible qu'en admettant la coupe Lucinai, avec désinence archaïque -ai (archaïque pour le latin comme pour le celtique). Diclin- serait alors une épithète (celtique ?) au nom divin, peut-être dans le cadre d’une interpretatio Romana.

Il faut donc lire d’abord une suite de sujets au nominatif singulier : [Sab]rina,... ; le premier nom est écrit plus gros parce qu’il s’agit probablement de celle qui a eu l’initiative, ou l’investissement principal, dans cette démarche ; ensuite, le nom de la divinité destinataire de l'offrande, Lucinai, au datif ; puis un verbe de dédicace se terminant en ]nies ; et enfin un objet à l’accusatif, aθθεdiion.

]nies, s’il se développe en snies, pourrait renvoyer au thème *sen-H- « gagner » (v.irl. con-snί, gall. cynnydd).

(Pour un premier essai d’interprétation, voir LAMBERT, 1998, p. 657-663).

Fig. 25. Fragment de bloc : inscription en langue gauloise (Cl. Planson).

Notes

1 PLANSON, 1977, p. 61-65 ; PLANSON, 1979, p. 65-70 ; PLANSON, 1981, P-65-67 ; PLANSON, POMMERET, 1986, p. 33, fig. 2 ; ROLLEY, 1975, p. 127-133 ; DEYTS, 1990, p. 142. Il faut rappeler que l’hypothèse de E. Planson était en faveur d’un Esculape ou Jupiter-Sérapis et que Cl. Rolley y reconnaissait un géant.

2 Je remercie particulièrement E. Rabeisen qui m’a orientée sur une hypothèse nouvelle en me communiquant cet article.

3 PLANSON 1975a, p. 119-126 ; PLANSON, 1975b, p. 487-495 ; PLANSON, POMMERET, 1986, p. 52 ; DEYTS, 1989, p. 83-84 no 58 ; DEYTS, 1990, p. 143 et fig.

4 Étant donné la dédicace perdue au dieu Segomo, faite sur le socle d’un équidé donné en offrande, on ne peut pas dire avec certitude que cette base portait une image de divinités.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Vénus pudique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/397/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende Fig. 2. Vénus ?
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/397/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 3. Chouette sur une corbeille (Cl. Bernuy).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/397/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 4. Angle de stèle avec un oiseau (Cl. Bernuy).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/397/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Fig. 5. Tête de divinité masculine, profil droit (Cl. Rolley).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/397/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 6. Tête de divinité masculine vue de face (Cl. Rolley).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/397/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 7. Pilier avec personnage (Cl. Bernuy).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/397/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Légende Fig. 8. Triade de divinités (Cl. Bernuy).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/397/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende Fig. 9. Triade : la divinité centrale : Genius loci (Cl. Fasquel).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/397/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Légende Fig. 10. Triade : la divinité de droite : le dieu Cernunnos (Cl. Fasquel).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/397/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Légende Fig. 11. Déesse-mère (Cl. Fasquel).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/397/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende Fig. 12. Déesse-mère (Cl. Fasquel).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/397/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende Fig. 13. Oiseau détaché d’un relief (Cl. Bernuy).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/397/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Fig. 14. Petite tête humaine (Cl. Bernuy).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/397/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 15. Petit buste sans tête (Cl. Bernuy).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/397/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende Fig. 16. Buste d’une Vénus en marbre blanc, collection privée (Cl. Remy).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/397/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Fig. 17. Tête portant une couronne crénelée, collection privée (Cl. Remy).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/397/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 18. Main droite tenant une patère (Cl. Bert, C.R.D.P.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/397/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Fig. 19. Élément de socle : dédicace à Mars Segomo (Cl. Planson).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/397/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Légende Fig. 20. Dédicace à Apollon et Diane (Cl. Planson).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/397/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Fig. 21. Petit autel inscrit (Cl. Bernuy).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/397/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 22. Fragment avec lettres (Cl. Bernuy).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/397/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 23. Fragments de lettres dispersées (Cl. Bernuy).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/397/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 24. Dessin de l’inscription en langue gauloise (Dessin H. Lagrange).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/397/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Fig. 25. Fragment de bloc : inscription en langue gauloise (Cl. Planson).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/397/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

© ARTEHIS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search