Version classiqueVersion mobile

Les meules du Néolithique à l’époque médiévale : technique, culture, diffusion

 | 
Olivier Buchsenschutz
, 
Stéphanie Lepareux-Couturier
, 
Gilles Fronteau

Cinquième partie. Études de cas en Europe et dans le monde

Le moulin « délien » : apport du corpus de Mégara Hyblaea (Sicile)

Chloe Chaigneau

Résumé

Le moulin dit « délien » est considéré comme le plus ancien type de moulin rotatif en Grèce et comme une importante innovation technique du fait de son façonnage en pièces détachées. Son fonctionnement est aujourd’hui en partie élucidé ; mais ses rares attestations laissent la question de son origine en suspens. L’apparition de nouvelles données en Méditerranée occidentale offre aujourd’hui l’occasion d’affiner ces hypothèses. À la suite des études menées sur le corpus de la cité sicilienne Mégara Hyblaea, dont les dix-huit éléments forment, par leurs particularités morphologiques, un remarquable point de comparaison, nous proposons de nouvelles interprétations de l’assemblage et de l’utilisation de ce moulin et reviendrons sur la question de sa diffusion.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le moulin dit « délien » doit sa double originalité à sa fabrication en pièces détachées et au fait qu’il apparaît actuellement comme étant le plus ancien moulin rotatif grec. Il tient son nom de l’île de Délos où il a été identifié pour la première fois par W. Deonna (Deonna, 1938, p. 134-135) qui en proposait une restitution où un catillus en forme d’anneau tourne sur une meta1 tronconique, à l’image des meta coniques des moulins retrouvés à Morgantina en Sicile (ibid., fig. 158 ; Storck, Teague, 1952, fig. 40). En l’absence d’éléments de comparaison solides, si ce n’est quelques moulins similaires mentionnés au « Nékromantéion » de l’Achéron près d’Ephyra (au nord-ouest de la péninsule balkanique) et en Égypte romaine, cette hypothèse ne fut pas remise en question jusqu’à la mise au jour par G. Siebert en 1987 d’un moulin complet in situ dans la « Maison des sceaux » à Délos, permettant à M. Brunet de proposer la première restitution cohérente de ce moulin (Brunet, 1997 ; Siebert...

Auteur

ENS et Université de Paris 1

© ARTEHIS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search