Version classiqueVersion mobile

Le sanctuaire antique des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or)

 | 
Colette Pommeret

Première partie : Les sanctuaires et leur contexte

Le grand temple

Colette Pommeret

Texte intégral

1Construction de prestige à caractère monumental évident, destinée à remplacer un fanum relativement modeste, de tradition purement gauloise, ce temple se présente comme une synthèse soigneusement élaborée de l’architecture romaine et des traditions indigènes (fig. 62).

2Il se compose d’une grande cella, entourée d'une galerie sur trois côtés, précédée à l’est par un massif de fondation, support d’un pronaos, s’ouvrant sur un ensemble de cours. Ces cours, à l’origine, semblaient ne former qu’un seul et même espace, qui a été transformé ensuite en une cour centrale dallée avec deux cours l’encadrant symétriquement au nord et au sud. L’ensemble du sanctuaire était clôturé par un vaste péribole en forme de fer à cheval côté ouest. Il formait une galerie de circulation que rejoignaient les galeries entourant la cella, créant ainsi un vaste cheminement dont les accès principaux se situaient aux extrémités est. Dans l’axe de l’hémicycle s’ouvrait à l’ouest une salle carrée, peut-être une exèdre.

3Malheureusement ce monument a été, en majeure partie, détruit et arasé en dessous de son niveau d’utilisation et, par endroits, bouleversé par des fosses d’enfouissements pour les gros décombres et par des fouilles anciennes. Le sol antique a été toutefois retrouvé en quelques points précis des cours et de la galerie du péribole, mais aucun mobilier n’a été découvert en place.

4Nous étudierons successivement la cella et ses galeries, le pronaos, la cour dallée et les deux cours l’encadrant, la galerie du péribole.

LE TEMPLE

LA CELLA

5Rectangulaire, axée sensiblement est/sud-est – ouest/nord-ouest (N. 117,1 grades ou N. 7°30), elle mesure hors œuvre 16,84 m de long sur 13,90 m de large. Inégalement conservés, les quatre murs qui la composent, malgré leur dégradation, présentent des caractéristiques assez monumentales (fig. 63).

  • 15 Ces moellons, pour la plupart, sont parallélépipédiques (0,15 à 0,25 m x 0,10 à 0,15 m). Quelques-u (...)

6Arasés à certains endroits jusqu’au ressaut de fondation (cote moyenne à – 40), ces murs, dans leur plus grande hauteur, ne dépassent pas 0,60 m (cote + 20). Ils présentent une largeur de 2,64 à 2,70 m. Construits en opus caementicium, certaines parties ont conservé leurs parements faits de moellons régulièrement taillés15 parmi lesquels on retrouve en réemploi les moellons en calcaire rose de Prémeaux des constructions du début du ier s. Il s’agit encore d’infrastructures non visibles.

7Les assises, à joints très apparents, ne sont pas toujours régulières mais maintiennent néanmoins une horizontalité correcte. Le remplissage intérieur, composé d’un mélange de pierraille, de chutes de taille et de débris de moellons, est assemblé par un mortier compact et abondant qui unit si uniformément le tout que l’intérieur des murs forme un ensemble monolithique. On note, à la base de ces infrastructures parementées, une sorte de débord très irrégulier des fondations profondes, affleurant à la cote de – 40 à – 45, et qui peut varier de 0,10 à 0,30 m de largeur et parfois même être inexistant. Il correspond à une rectification d'alignement entre les fondations établies en tranchée et celles construites en élévation à partir du niveau du sol de construction de l’époque (niveau des sols du fanum II).

Fig. 63. Vue d’ensemble de la cella. Cl. J. Gauthey.

  • 16 Au cours de la dernière glaciation dite « würmienne » (8 à 10 000 années), le ravinement de la bord (...)

8Les fondations descendent à plus de 3 m de profondeur (selon cote 0 de référence) et sont implantées dans la couche de galets würmiens16 (qui débute à cet endroit à la cote – 180 et constitue un bon sol d'assise compacte pouvant assurer la solidité d’une construction devant présenter une grande élévation. Le statumen est constitué, excepté pour le mur ouest, par un hérisson formé de trois rangées de pierres inégales, le plus souvent plates, appuyées en oblique les unes contre les autres sur 0,50 à 0,60 m de hauteur, liées par de l’argile pour le mur est et par du mortier pour les murs sud et nord.

9L’ensemble de ces fondations montre les mêmes caractéristiques. Elles sont faites de pierres grossièrement taillées, voire de tout venant, principalement à la partie inférieure, colmatées par du mortier qui regorge et reflue le long des parois. Au fur et à mesure de l’élévation, les pierres sont mieux équarries et plus régulièrement disposées. Il n’a été trouvé aucune empreinte de coffrage dans les parois. Il semble que les sols traversés présentaient une solidité suffisante pour permettre le damage et que les parements placés à la partie supérieure tenaient lieu de coffrage.

Mur est

10Ce mur orienté nord-est/sud-ouest mesure 13,95 m de long et présente une épaisseur de 2,64 m. Les moellons du parement sont conservés sur une assise au sud, à cinq assises au nord (cote sup. à + 18).

11L’étude des fondations a été réalisée à 2,20 m de l’angle nord-est de la cella (fig. 18, supra) dans une tranchée de 1,20 m de large et 5 m de long, qui assurait également une coupe tangentielle au parement sud de la branche nord du massif de fondation du pronaos et une étude simultanée de sa fondation est.

12Un lit de pierres plates posées horizontalement sur 0,20 m, liées au mortier, sépare le hérisson de base du blocage de la fondation. Maintenu par de l’argile, ce hérisson (haut de 0,60 m) atteint la cote de – 3,35.

13Côté sud, à 1,40 m de l’angle extérieur, un élargissement sensible des fondations profondes correspond à un empattement de celles-ci sur une hauteur de plus d’un mètre, servant à compenser la zone de moindre résistance créée par la présence à cet endroit d’un trou de poteau du fanum II.

Mur sud

14Ce mur mesure 16,84 m de long, pour une épaisseur de 2,64 m. Son élévation est très variable. Dans l’angle sud-ouest, la destruction des fondations a été menée jusqu’à la cote – 135/140, sur environ 3,50 m de longueur, puis elles remontent rapidement et le parement supérieur est retrouvé sur plus de 5 m, composé de six assises de moellons sur 0,65 à 0,70 m de hauteur (cote + 25/30 au sommet). À l’est, il n’existe plus qu’une seule assise (cote sup. -30). Le ressaut de fondation est à la cote supérieure de – 37. La tranchée d'étude a été réalisée à 4 m de son angle sud-est (fig. 64).

15Le hérisson de base est lié au mortier, sur une hauteur de 0,50 m et repose sur les graviers à la cote – 332. À partir de la cote – 282 et sur 1,60 m de hauteur, la fondation est faite de pierres plus ou moins bien imbriquées, moins bien taillées mais toujours réunies par un solide mortier.

Mur nord

16Le mur nord est le plus régulier et le mieux conservé en élévation. Il garde sur toute sa longueur (16,84 m pour 2,64 m de large) de quatre à six assises de moellons sur 0,40 à 0,70 m de hauteur (cote sup. + 20 à – 10, niveau du ressaut – 50 à – 40).

17La coupe a été réalisée à 5 m de l’angle nord-ouest externe, sur 1 m de largeur.

18On retrouve le même hérisson que celui du mur sud, lié au mortier, avec ses trois rangées de pierres sur 0.45 à 0,50 m de hauteur (cote inf. – 330). La fondation s’élève, assez régulièrement montée, le premier lit de moellons bien taillés reposant à la cote – 50. Le mur à cet endroit conserve encore quatre assises (cote sup. – 10).

Mur ouest

19Ce mur a subi un profond bouleversement. Il est le plus détruit des quatre murs de la cella. Il est toutefois bien conservé dans son angle nord-ouest avec cinq lits de moellons à la cote supérieure 0, mais sa destruction et la récupération des moellons des parements et des pierres de fondation ont été menées jusqu’à la cote – 200 dans toute la partie centrale et dans l’angle sud-ouest. Un travail de sape conduit lors de cette récupération a probablement causé le basculement d’une importante masse du mur se présentant sous la forme d’un bloc rectangulaire de huit lits de moellons, large de 1,60 m sur 1,80 m de long, pour une hauteur de 0,90 m et plongeant d’ouest en est (fig. 65).

20La fouille, menée sur la totalité du mur et de son environnement immédiat jusqu’à la cote – 200 pour rechercher les fondations restantes, a permis de mettre en évidence des détails de l’organisation interne du blocage de construction. On peut remarquer un dispositif particulier, fait d’alignements de moellons soigneusement disposés, qui semblent contenir transversalement des masses de blocage et dans l’angle intérieur sud-ouest, on peut observer que la fondation ouest est venue s’appuyer contre la fondation sud. Un alignement de cinq moellons sur quatre assises, de la cote – 135 à – 95, le fait ressortir.

Fig. 64. Fondation du mur sud de la cella. Cl. E. Planson.

Fig. 65. Fondation du mur ouest de la cella. Cl. E. Planson.

21Un sondage a été pratiqué à 1.50 m de l’angle intérieur nord-ouest pour atteindre la base de la fondation, qui se présente ici avec un rang de pierres posées à plat, sans mortier, à la cote – 350 dans les galets würmiens, et sur lequel repose une seule rangée de pierres de chant. À la cote – 320, commence le blocage lié au mortier. De la cote – 170 à la cote – 130, la fondation semble présenter une certaine faiblesse de construction, à moins qu’elle n’ait subi un début de travail de sape. Elle est en effet constituée de pierres plus petites, de galets et d’un mortier moins damé où l’on note des infiltrations de terre. Une partie de ce niveau a disparu dans la tranchée d’exploitation des pierres, laissant en surplomb la partie supérieure de la construction.

22Le seul mobilier découvert l’a été dans la masse de remblais enlevés pour l’étude de ce mur ouest. De datation précoce, il provient manifestement des couches proches correspondant à l’occupation du fanum II (tab. XXVIII).

Conclusion

23L’ensemble de ces quatre murs, édifiés selon la même technique, offre l’aspect d’une construction homogène : même largeur, même profondeur, abondance de mortier, régularisation des fondations parementées à partir du niveau de circulation de l’époque, laissant apparaître de façon très irrégulière un débord des fondations profondes à la cote moyenne de – 40.

24Les seules différences sont enregistrées au niveau des hérissons de base liés ou non par du mortier et dans une structuration particulière du mur ouest qui montre une disposition transversale de ses masses de blocage venant s’appuyer contre l’extrémité sud du mur sud. Mais c’est le seul mur qui a pu être étudié aussi profondément (cote – 135 à – 200) dans l’épaisseur même de ses fondations et révéler cette particularité. De même, on ne peut exclure un chaînage plus net avec le mur sud à la partie supérieure de leur angle sud-ouest détruit jusqu’à la cote – 200.

LA GALERIE DE LA CELLA

25La cella était entourée sur trois côtés d'une galerie de 3 m de large qui se poursuivait en retour d’équerre vers le nord et le sud pour rejoindre celle du péribole. Le sol d’utilisation n’a pas été retrouvé.

26Les murs en sont plus ou moins bien conservés, quelquefois détruits jusqu’au fond de leur tranchée de fondation. Seul le mur ouest (no 4), dans son extrémité nord, dépasse le niveau de ses fondations avec un soubassement de trois assises marquant le niveau du sol antique autour de la cote 0. Ces murs, larges de 0,90 m, présentaient des fondations de blocage dont l'étude permet de mettre en évidence la similitude de construction avec celle de la cella. Elles possèdent les mêmes assises de pierres plus ou moins bien équarries, solidement liées au mortier. Moins profondes et moins massives, elles atteignent dans leur ensemble la cote – 230/240, implantées dans les graviers würmiens qu’elles pénètrent de 0,30 m environ avec, à la base, un hérisson d’une à deux rangées de pierres, excepté pour le mur 4.

27Les murs 2 et 6 qui forment un angle droit avec les murs 1 et 5, en direction du nord et du sud, sont doublés chacun par un mur situé à l’ouest à 1,50 m de distance.

28Nous étudierons successivement la galerie nord avec les murs 1 et les murs 2 et 3, la galerie ouest avec le mur 4, la galerie sud avec les murs 5, 6 et 7.

Galerie nord

Mur 1

29Long de 20 m depuis son angle intérieur nord-ouest, il est inégalement conservé, arasé de la cote 0 à – 50. Il présente une succession de brèches d’exploitation de ses pierres pouvant descendre de la cote – 120 à la cote-200.

30Liée à l’étude du mur nord de la cella, celle de ses fondations est réalisée à 8 m de l’angle nord-ouest interne de la galerie (fig. 66).

Tableau XXVIII. Mobilier de la cella.

31Le hérisson de base (haut de 0,30 à 0,35 m) comporte deux rangs de pierres avec mortier, posées de chant dans les galets, à la cote – 240.

32Le dégagement du mur de la cella et de sa galerie, jusqu’au niveau du débord des fondations, s’est fait dans un environnement de matériaux rapportés en remblai, principalement une masse importante de graviers et galets mêlés à une terre argileuse jaune (ép. 0,60 m), réutilisation probable des graviers du sous-sol pour constituer le nivellement et le sol de la galerie.

Mur 2

33Long de 11,80 m, le mur 2, lié au mur 1, est arasé à la cote-50 dans l’angle sud-est, puis sa fondation s’élève à la cote + 20/25. On note ensuite une destruction plus importante puis on retrouve cette fondation par paliers successifs. Au mètre 7, elle est à la cote – 70, puis sa destruction est totale, la tranchée de fondation restant marquée dans le limon et les graviers. L’angle de raccordement avec le mur 25 du péribole n’existe plus.

Mur 3

34Situé parallèlement au mur 2, côté ouest, il en est distant de 1,50 m. Mur fantôme sur la presque totalité de son tracé, sa tranchée de fondation reste inscrite dans le terrain sur 1 m de largeur et 2 m de profondeur. Un tronçon de fondation large de 0,90 m, arasé à la cote – 10, subsiste côté nord sur une longueur de 1,25 m. Sa partie terminale est détruite.

35À l'extrémité sud, la paroi nord des fondations du mur 1 est intacte, indiquant que le mur 3 lui a été accolé sans imbrication.

Fig. 66. Fondation du mur no 1 de la galerie. Cl. E : Planson.

Galerie ouest

Mur 4

36Ce mur, long de 20 m (mesure prise dans les angles intérieurs de la galerie), clôt la galerie du côté ouest de la cella. Il est, comme le mur 1, très inégalement conservé.

37Sa partie sud-ouest est détruite jusqu’à sa première assise de fondation (cote – 210) composée d’un rang de pierres posées à plat, maintenues par du mortier et reposant dans les graviers würmiens à la cote – 230.

38La partie centrale varie de la cote 0 à – 95, avec une brèche d’exploitation importante atteignant la cote -180, assez typique du processus de récupération des moellons avec un travail de sape laissant en surplomb une partie de la construction (OLIVIER, RUELLET, 1980, p. 74-79).

39La partie nord est la mieux conservée sur 6 m de long, cote + 20/30, laissant marquée la semelle de fondation à la cote – 13.

40L’étude des fondations du mur 4 est réalisée dans l’angle nord-ouest de la galerie. À cet endroit, le mur est arasé à la cote + 20, conservant trois assises à partir de la semelle de fondation qui descend à la cote – 220/230. L’extrémité nord du mur 4 vient s’appuyer contre le mur 1.

Galerie sud

Mur 5

41Ce mur a subi une destruction intensive et seule sa tranchée de fondation est retrouvée sur une grande partie de son tracé. Accolées aux fondations du mur 4 dans l’angle sud-ouest, ses fondations subsistent sur 2,20 m à la cote – 175, puis sont totalement arrachées sur plus de 9 m. Elles réapparaissent ensuite à la cote – 50 à -60 et présentent encore deux assises appareillées (cote – 20) au niveau du mur 7.

42Leur étude a été réalisée, côté galerie, sur le parement nord, à 15 m de l’angle sud-ouest. On retrouve à la base un hérisson d’un seul rang de pierres implantées à la cote – 235 dans les graviers würmiens, dispositif se poursuivant par des pierres à peine équarries colmatées par du mortier. À la cote – 150, on note, côté ouest, un arrachement du mur comblé par une terre noire. L’infrastructure parementée n’existe pas encore à la cote – 35.

Mur 6

43L’angle des murs 5 et 6, détruit jusqu’à la base des fondations, ne peut montrer la liaison des deux murs comme dans la galerie nord. À l'inverse, on peut parfaitement étudier la jonction du mur 6 avec le mur 25 du péribole (cote – 90).

44Long de 11,80 m, large de 0,90 m, le mur 6, depuis son angle interne avec le mur 5, présente un premier segment arasé à la cote – 12 avec un ressaut de fondation débordant de 0,10 m côté ouest, à la cote – 75, puis il se dégrade rapidement et présente une destruction totale sur plus de 3 m. Ses fondations sont établies sur un rang de pierres en hérisson à la cote – 200/220 implanté dans les graviers würmiens.

45La fondation est retrouvée dans sa partie sud à la cote – 90, à sa jonction avec la fondation du mur 25 du péribole à laquelle elle est étroitement liée (fig. 79, infra).

Mur 7

46Parallèle au mur 6, à 1,50 m à l'ouest, large de 0,90 m, le mur 7 est conservé à la cote + 20/25 sur une longueur de 2,80 m depuis le mur 5. Les trois assises supérieures sont horizontales et bien appareillées, légèrement en porte-à-faux côté est, de 0,05 m, au-dessus de la fondation qui marque un débord de 0,10 m côté ouest (cote – 20). Après un arrachement de 2 m de long où ses fondations sont retrouvées à la cote – 150 à – 200, le mur, arasé entre la cote 0 et + 20, présente les mêmes caractéristiques jusqu’à sa jonction avec le mur 25, retrouvé par ses fondations à la cote – 135/140.

47La présence des murs 3 et 7 doublant, côté ouest, à 1,50 m de distance, les murs 2 et 6, reste énigmatique. L’étude de la liaison de leur fondation n’est pas déterminante, puisque même pour les murs principaux de la galerie, on constate que le mur 4 était construit en appui sur l’extrémité ouest du mur 1, le mur 5 sur l’extrémité sud du mur 4. Par contre, les fondations des murs 2 et 6 sont étroitement liées avec celles des murs 1 et 5 et avec celles du mur intérieur 25 du péribole (voir angle sud-est des murs 1 et 2 et angle des murs 6 et 25 où la liaison est bien mise en évidence), mais celles des murs 3 et 7 viennent s’appuyer aux fondations des murs 1,5 et 25 (voir extrémité sud du mur 3 et extrémités nord et sud du mur 7). Toutefois la construction de l’ensemble de ces murs ne présente aucune différence, l’aspect des fondations et leur profondeur sont comparables. Si les murs 2 et 6 représentent les murs de fond de la galerie dans sa direction nord et sud, largement ouverte à Test sur les cours, il est plus difficile d’attribuer une fonction précise aux murs 3 et 7, probablement en rapport avec l’espace sud et nord de l’hémicycle formé par le péribole.

48Il faut noter la présence, dans l’ensemble des galeries comme pour le comblement intérieur de la cella et de son bord est, d’une masse importante de graviers plus ou moins mêlés à une terre jaune argileuse provenant des couches profondes et ayant servi au rehaussement et au nivellement généralisé du sol. Excepté une spatule en bronze, ce sous-sol ne contient aucun mobilier. Les découvertes viennent des remblais de comblement des tranchées de fondation (tab. XXIX). Lors de la recherche du mur 5, de très nombreux fragments de statuettes en terre blanche (déesses-mères, édicules, Mercure, Minerve, etc.) ont ainsi été trouvés dans sa tranchée et dans une poche de terre noire la bordant (carré 03).

Tableau XXIX. Mobilier des galeries entourant la cella.

LE MASSIF DE FONDATION DU PRONAOS

49Situé à l’est, il est formé d'un corps central de 13,95 m de long sur 4,50 m de large. Il se prolonge à l’ouest, face à la cella, par deux ailes en retour d’équerre, de forme carrée, de 2,50 m de côté et distantes l’une de l’autre de 9 m. Chaque extrémité de ces retours est à 2,95 m de la fondation de la cella, le corps central en étant distant de 5,25 m.

50L’ensemble du soubassement du corps central, arasé à la cote + 20 à – 25, conserve encore de quatre à sept assises parementées sur une hauteur maximale de 0,80 m.

51Si l’aile nord est encore bien conservée avec quatre assises régulières de soubassement (cote sup. – 23) depuis le ressaut de fondation (cote – 66), l’aile sud fut détruite par un four à chaux plus tardif jusqu’à la cote – 50. Seuls deux à trois moellons de parement de soubassement se maintiennent dans l’angle nord-ouest. Les structures proprement dites du four n’ont pas été retrouvées. La chambre de chauffe avait dû être aménagée dans l’épaisseur du mur et le dégagement du secteur nous montre un amas considérable de remblais constituant un pierrier de 5 à 6 m de long (est-ouest) sur 2 à 3 m de large (sud-nord) et une épaisseur de 0,60 m. Ce pierrier contenait quelques plaques de calcaire sciées et polies et recouvrait une couche d’incendie, terre brûlée avec charbons, et des masses de chaux durcies importantes. Le blocage de fondation, lui-même calciné sur plusieurs dizaines de centimètres, est retrouvé à la cote – 60 à – 65. Des traces de rubéfaction marquent la paroi sud restante du corps central. Aucun vestige pouvant dater ce four n’a été retrouvé dans ces niveaux.

52Le bord est du massif est limité par une série de dalles rectangulaires, s’alignant en prolongement du dallage de la cour centrale. Larges de 0,40 m, épaisses de 0,25 m, elles ont une longueur variant de 1,50 à 1,75 m. Elles portent à la partie supérieure un trou de louve, centré, à parois verticales, en forme de rectangle arrondi aux deux extrémités (L. 0,08 m ; 1. 0,025 m ; prof, de 0,07 à 0,08 m).

53Sept dalles sont ainsi bien conservées sur 12,20 m de long, à la cote 0, de plain-pied avec le dallage de la cour. Au sud, elles sont détruites sur 1 m mais deux autres dalles ont été retrouvées effectuant un retour vers l’ouest.

54Un second alignement borde le premier à l’ouest et le chevauche de 0,10 à 0,15 m en formant une marche dont la partie supérieure est à la cote + 21/23. Les blocs le constituant, larges de 0,45 m, épais de 0,22 m, ont une longueur variant de 1,25 à 2,10 m. Ils sont très abîmés et déjà profondément délités. Toutefois un trou de louve est encore visible à la surface de l’un des blocs.

55À l’arrière, le blocage des fondations a été retrouvé, composé en bordure d’un alignement assez régulier de moellons à la cote + 0,06.

56Si l’on considère ces alignements de gros blocs comme le début de l’escalier, on se trouve en présence d’une contremarche d’environ 0,20 m pour 0,30 m de giron.

57Une première étude des fondations a été faite le long de la paroi sud de l’aile nord en liaison avec la paroi ouest, complétée par un autre sondage réalisé le long de la partie centrale des fondations du corps principal (fig. 67 et 68).

58Le hérisson de base se compose de trois rangs, sans mortier, et repose, plus profondément que celui du mur est de la cella, dans les graviers würmiens à la cote – 4,00. Les deux premiers rangs marquent un léger retrait. Une rangée de pierres posées horizontalement avec mortier les sépare du reste de la fondation. À cet endroit, l’organisation de celle-ci paraît plus anarchique. Les strates sont moins bien constituées et on note une abondance de mortier débordant formant des sortes de poches dépassant le parement par plaques verticales.

59Le dégagement de l’angle sud-est de ce massif de fondation fait apparaître un dispositif de grosses dalles à cadre d’anathyrose qui reposent sur des fondations indépendantes, mais complémentaires, plaquées à celles du pronaos et élargissant celui-ci de 0,95 à 1 m.

60Deux dalles bien conservées, disposées est-ouest, longues de 1,30 et 1,45 m pour une largeur de 0,90 m et une épaisseur de 0,25 m, ont été retrouvées en bordure sud de l’aile sud à la cote – 23 et – 13, surmontées par les restes délités de dalles de même nature qui leur étaient superposées. Deux dalles disposées sud-nord confirment un encadrement côté est, mais leur recouvrement par le dallage de la cour d'entrée principale atteste qu’il s’agit là d’un premier stade d’aménagement du pronaos.

61Étant donné l’intrication de cet encadrement du pronaos avec l’aménagement des cours, nous ferons l’étude de ce dispositif et de ses fondations après avoir traité les cours.

LES COURS

62Côté est, en bordure du forum, le temple était précédé d’une grande esplanade dont l’aménagement permet de distinguer trois cours fermées à l’est par un mur de clôture (no 18). La cour centrale, faisant face à la cella, est dallée et présente en son centre un petit massif de fondation correspondant probablement à un autel. Deux autres cours, au sol gravillonné, l’encadrent symétriquement au nord et au sud. Elles comportent, sur deux côtés, une canalisation enterrée pour assurer l’écoulement des eaux. Bien que ces cours aient été profondément bouleversées par de grandes fosses d’enfouissement et par des fouilles anciennes, on a pu néanmoins en établir une stratigraphie valable. La cour sud comprend un puits de grand diamètre entouré d'une aire dallée de même nature que le dallage de la cour centrale.

LA COUR CENTRALE

63D’une superficie de 220 m2 (15,90 m de longueur nord-sud sur 13,80 m de largeur est-ouest), cette cour est entièrement dallée (fig. 69).

64Les dalles en calcaire oolithique local sont très inégalement conservées. Pratiquement inexistantes dans la partie centrale, où elles sont complètement délitées, on n'en retrouve qu’une masse de lamelles de pierre superposées. Dans la partie sud-est et l’angle nord-est, elles sont également très abîmées, mais on peut toutefois en reconnaître les bords et étudier leur ajustage.

Fig. 67. Fondation du pronaos. Face ouest. Cl. C. Pommeret.

65Ce délitement de certaines zones peut probablement s’expliquer par la provenance des blocs, extraits sans distinction des bancs de calcaire plus ou moins gélif. L’examen attentif de la pierre permet en effet de reconnaître du calcaire oolithique soit très gélif, soit plus résistant au gel du fait d’une bonne cimentation interne. De plus, on peut rappeler que les « sondages », menés par les découvreurs du mithraeum en 1948 sur un « emplacement dallé » et qui avaient permis d’exhumer de nombreux éléments architecturaux (THEVENOT, 1948, p. 312), ont pu causer certains dommages.

66Toute la partie ouest de la cour, en bordure du pronaos, était en revanche bien conservée. Les dalles, rectangulaires ou trapézoïdales, aux côtés soigneusement taillés, sont bien ajustées, à joints nus, sans mortier ni goujon. Leurs dimensions sont très variables et elles sont disposées indifféremment, leur plus grande longueur étant soit nord-sud, soit est-ouest. Elles varient de 0,95 à 2 m de long sur 0,50 à 1,25 m de large. Certaines dalles portent des encoches ou des redans dans lesquels les dalles voisines viennent s’adapter pour assurer un parfait ajustage. Leur épaisseur varie de 0,15 à 0,30 m.

67La surface des dalles, bien conservées, est polie, sans travail de bouchardage. Certaines portent des traces d’usure.

68Dans cette partie du pavage, une seule dalle manquait (en 63 D 7). Un sondage, pratiqué à cet emplacement de 0,80 x 0,75 m, a permis d’étudier la substruction du blocage sur lequel est établie la zone dallée (fig. 70).

69Les dalles étaient placées sur un lit de graviers blancs de 0,15 m d’épaisseur nivelant une assise de pierres posées de chant (ht. 0,15 m) formant un blocage peu serré. Sous ce blocage, une couche de 0,10 m d’éclats de taille recouvrant 0,10 m de sable jaune marque la base de l’installation. Cet agencement a été vérifié par deux autres sondages (en 65 B 8. 9 et en 85 A 8. 9). À ces endroits, c’est-à-dire dans la partie sud-est du dallage, on remarque un blocage en hérisson beaucoup plus irrégulier mais reposant sur un niveau de graviers damés avec de la chaux, épais de 0,05 à 0,06 m.

Fig. 68. Fondation du pronaos. 1, US 1224 : terre grise ; 2, US 1156 : terre noire ; 3, US 1157 : graviers ; 4, US 1058 : limon brun clair ; 5, US 1161 : graviers würmiens. Éch. 1/50. Relevé no 134, CNRS-B.A.A., 1984.

Fig. 69. La cour centrale dallée en cours de dégagement. Cl. E. Planson.

70Au centre de cette cour, à une distance de 5,30 m du massif de fondation du pronaos, on a découvert une fondation carrée de 2,25 m de côté dont la partie supérieure est conservée à la cote – 5 (fig. 71). Elle se compose d’un remplissage de moellons plus ou moins bien disposés, reposant sur un blocage à la cote – 20, encadré par deux assises de moellons juxtaposés, le tout maintenu et recouvert par du mortier. Un grand bloc rectangulaire de 1,75 m de long sur 0,85 m de large et de 0,34 à 0.40 m d’épaisseur, légèrement délité en surface, la borde côté est. Sa partie supérieure est à la cote – 4. Une coupe pratiquée à l’aplomb du bloc, côté est, montre qu’il est posé sur une couche de terre noire de remblai de 0,15 à 0,20 m d’épaisseur, sans dispositif particulier. Cette terre noire repose en partie sur une couche de graviers et galets non retrouvée au nord. Une coupe pratiquée côté sud montre que le bloc a été calé par quelques pierres plates. Le blocage soutenant les dalles de la cour s’arrête contre ce soubassement. Les alentours proches sont très dégradés mais la présence de restes de dallage au nord-est, nord-ouest et sud-est indique que la fondation n’était pas encadrée par d’autres blocs sur les trois autres côtés. Cette construction semble correspondre au soubassement d’un autel.

Fig. 70. Coupe stratigraphique ouest-est (no 14), d’un sondage sous une dalle. 1, US 1240 : dalles ; 2, US 1239 : graviers blancs ; 3, US 1238 : hérisson ; 4, US 1237 : pierres concassées et éclats de taille ; 5, US 1236 : sable et graviers ; 6, US 1235 : terre noire ; 7, US 1058 : limon. Éch. 1/50. Relevé G.R.A.N.

71Aucun dispositif particulier ne sépare la cour dallée des cours qui l’encadrent au nord et au sud. Seul le dallage, en surplomb de la valeur d’une hauteur de marche, en marque la limite.

72La limite nord est très abîmée. Les dalles y sont délitées et l’on ne trouve en place que leur blocage en hérisson. De plus, toute une partie est détruite par une fosse d’enfouissement ou un sondage postérieur. Toutefois l’angle nord-est est bien conservé, sur environ 9 m2, avec une douzaine de dalles encore en place. Il est limité, côté nord, par deux longues dalles (1,45 m et 2,25 m de long pour 0,75 m de large et 0,20 à 0,23 m d’épaisseur, cote sup. – 28) à bords bouchardés, dans lesquelles a été creusée une rigole de pente ouest-est. Cette rigole, large de 0,26 m, profonde de 0,07 m, subsiste sur 3,50 m (fig. 72). Cette canalisation n’était pas à ciel ouvert. Des fragments de dalles la recouvraient. L’un d’eux, de la même largeur que les dalles inférieures (0,75 m), retrouvé sur 0,40 m de long et délité en surface, est conservé sur une épaisseur de 0,18 m, évidé en son centre sur sa face inférieure, pour former avec la dalle de base un conduit ovoïde de 0,25 m de large et 0,13 m de haut. La partie supérieure de cette dalle de couverture se trouvait au même niveau que l’ensemble du dallage (cote aux alentours de notre 0 de référence). Cette canalisation traverse le mur est (no 18) et se déverse à l’extérieur, côté est, à 0,50 m du mur dont des restes fugitifs de maçonnerie laissent penser qu’il chevauchait l’ensemble du dispositif.

73La limite sud du dallage, mieux conservée, montre un alignement ouest-est de sept dalles, sur 9 m de longueur. Cinq d’entre elles, délitées en surface, laissent deviner l’existence de la rigole que l’on retrouve très nettement dans les deux dalles situées le plus à Test. L’une (1,20 m de long, 0,60 à 0,75 m de large et de 0,23 m d’épaisseur) est légèrement trapézoïdale. L’autre (2,10 m de long) dépasse le mur 18 de 0,40 à 0,50 m, légèrement en oblique vers le sud. Les dalles de couverture du conduit n’ont pas été retrouvées.

Fig. 71. Fondation et bloc de la base d'autel. Cl. E. Planson.

Fig. 72. Canalisation creusée dans les dalles du bord nord de la cour. Cl. E. Planson.

74Un sondage pratiqué à l’extérieur de la cour, contre le mur est (no 18), à l’extrémité de la canalisation, ne montre aucun aménagement particulier pour l’évacuation de l'eau. Dans son prolongement direct, un niveau très limité de mortier de chaux de forme rectangulaire, qui pourrait faire penser à une extension du caniveau, peut-être un calage pour une dalle complémentaire, s’étend sur 1 m2, entouré des graviers compactés du sol reconnu du forum (cote-20). Au nord, un sondage semblable ne révèle qu’un emplacement bouleversé, avec une terre de remblai très meuble mélangée à des ossements d’animaux et quelques fragments de tuiles et de poterie commune.

75Cette canalisation de pente ouest-est était certainement destinée à évacuer les eaux de la toiture du pronaos.

76Aucun niveau d'utilisation n’a été conservé en place. Le niveau supérieur du sol dallé est à la cote 0, soit à peine à 0,30/0,40 m du sol actuel. L’ensemble de cette cour était recouvert d’une terre grise, mélange de terre arable et de remblais. À l’emplacement des dalles détruites, on a pu noter une terre plus noire se mélangeant au cailloutis de calage.

77Cette terre recélait un mobilier disparate, de nombreux fragments de plaques polies en calcaire dur et de menus débris architecturaux (tab. XXX).

Mur est de clôture (no 18) et porche d’entrée

78Ce mur est diversement conservé en bordure de cette cour. Large de 0,55 m, il est en général arasé au niveau du dallage. Il comporte deux rangs de moellons sur 0,25 à 0,30 m de hauteur, liés par un mortier assez épais et posés sur une couche d’égalisation de petits graviers (0,07 à 0,08 m d’épaisseur) et un fondement de pierraille sensiblement de même largeur (0,60 m), sur 0,60 m de hauteur.

79L’accès à la cour se faisait par un porche large de 2 m, aménagé dans le mur de clôture 18, dans l’axe de symétrie du temple. Seules les fondations des piédroits ont été retrouvées.

80L’emplacement du piedroit nord est marqué par deux dalles placées côte à côte (de 1 m de longueur est-ouest pour 0,75 m de largeur nord-sud), faisant saillie vers l’est sur une vingtaine de centimètres. Ces dalles, en cours de délitage, ont une épaisseur d’environ 0,20 m. Elles reposent sur un calage de mortier et de pierres posées à plat sur une fondation de 1,25 m de haut, faite de pierres non équarries, non liées au mortier, qui atteint le gravier.

81Le piedroit sud présente un massif de fondation semblable (1,50 m de longueur) mais les dalles et l'agencement de pierres plates ont disparu. L’ensemble est très ruiné et aucune trace de seuil n’apparaît. À l’aplomb, le dallage de la cour n’existe plus et le mur de clôture 18 est détruit au sud de l’entrée sur 2,40 m. Dans cette zone bouleversée, constituée de remblais de démolition sur une faible épaisseur, on a recueilli de très nombreux fragments architecturaux (dont des moulures et un petit fragment de fronton triangulaire orné d’une volute).

LES COURS NORD ET SUD

82Ces cours rectangulaires sont en parfaite symétrie et de dimensions sensiblement égales. La cour nord a une superficie de 295,45 m2 (largeur nord-sud de 14,80 m pour une longueur est-ouest de 19,96 m). La cour sud a une superficie de 303 m2 (largeur nord-sud de 14,78 m, longueur est-ouest de 20,50 m). Elles sont limitées sur trois côtés par des murs.

83On retrouve à l’est le mur de clôture 18, de 0,50 à 0,55 m de largeur, conservé sur deux à trois rangs de moellons rectangulaires assez réguliers (de 0,20 à 0,30 m de long x 0,13 à 0,16 m de large sur 0,10 à 0,15 m d’épaisseur), sur une hauteur maximum de 0,45 m (la partie supérieure étant alors à la cote + 0,01/+ 0,05). Ses fondations (0,60 m de largeur et de hauteur) sont toujours aussi sommaires, faites de pierraille et d’éclats de pierre sans liant.

84Les murs fermant les cours sur les autres côtés (nos 14 et 15 pour la cour nord, nos 16 et 17 pour la cour sud), sont totalement différents, mieux construits, en opus caementicium et plus larges (0,75 à 0,80 m). Ils sont fondés profondément et implantés dans la couche de galets würmiens à la cote – 220.

85On accédait à ces cours, en venant de la galerie du péribole, par des entrées situées dans les angles nord-est et sud-est, en descendant deux à trois marches. L’entrée de la cour nord est la mieux conservée avec deux marches encore en place.

Tableau XXX. Mobilier de la cour dallée.

  • 17 Cote pour la cour nord de – 30 au point de départ depuis la fondation du pronaos à – 60 à son extré (...)

86Une canalisation de drainage, en tous points semblable dans les deux cours, longe intérieurement, à 0,40 m de distance, les murs ouest et nord (nos 15 et 14) de la cour nord et les murs ouest et sud (nos 16 et17) de la cour sud. Elle part dans l’angle du pronaos pour aboutir à l’est contre le mur 18 après avoir contourné les marches des entrées. Elle se déverse à l’est (17). De structure rudimentaire, elle est composée latéralement de moellons plus ou moins bien équarris ou de pierres brutes de carrière, implantés dans un niveau damé de graviers et de petites pierres concassées. Les moellons laissent entre eux une lumière variant de 0,15 à 0,20 m de largeur. Il n’y a pas de revêtement de fond. L’ensemble est soigneusement couvert de larges pierres plates de 0,40 à 0,50 m de long et 0,30 m de large, calées de chaque côté par de petites pierres informes. Une couche de graviers blancs dissimule le tout. La largeur totale de la canalisation est environ de 0,60 m selon l’importance des dalles de couverture. Le conduit intérieur était comblé de terre jaune sablonneuse avec quelques gravillons. Aucune trace de bois ou de frettes pouvant faire penser à un cuvelage n’a été retrouvée (fig. 73).

87Il n’y a aucune liaison entre les canalisations de la cour nord et de la cour sud et celles de la cour dallée.

La cour nord

88La cour nord a été entièrement fouillée, mais elle a été très perturbée, soit par des tranchées d’enfouissement, soit par d’anciens sondages. Il est donc très difficile de situer ses sols avec exactitude.

Murs 14 et 15

89Assez bien conservés sur la majeure partie de leur tracé, ils présentent encore six à huit assises de moellons rectangulaires bien taillés sur une hauteur de 0,60 à 0,80 m (cote + 14 à + 30) avec joints marqués au fer. Leur semelle de fondation est située à la cote – 50. Ils sont étroitement imbriqués dans l’angle nord-ouest. Le mur ouest (no 15) vient s’appuyer sur les fondations de l’aile nord du massif du pronaos en longeant à l’ouest l’extrémité des fondations (no 8) servant de support aux dalles d’anathyrose.

Fig. 73. Canalisation de la cour nord : détail de l’agencement. Cl. E. Planson.

Entrée nord-est

90À l’entrée nord-est se trouve un escalier descendant de trois marches de 2,50 m de large, reposant sur un blocage fait de grosses pierres non taillées et solidement liées au mortier.

91Seules la marche inférieure et la marche intermédiaire sont bien conservées (fig. 74). La marche inférieure se compose de deux dalles posées côte à côte (L. 1,35 et 1.15 m, 1. 0,80 m, cote sup. à – 35). La marche intermédiaire est constituée de deux dalles, l’une entière (L. 1,60 m, 1. 0,50 m, cote sup. – 12/ – 15), l'autre brisée en biais (L. cons. 0,50 m). Ces dalles débordaient de 0,07 m sur la marche inférieure et présentaient une frange non polie de 0,05 m de large sur leur bord supérieur nord.

92Les dalles de la marche supérieure ont totalement disparu, laissant leur empreinte sur 0,60 m de large dans le blocage de fondation qui atteint à cet endroit une hauteur de 0,70 m (cote sup. – 25). Étant donné sa largeur nord-sud de 2 m, on peut supposer qu’il devait encore soutenir des dalles de seuil situées probablement au même niveau que la marche supérieure.

93Le mur 18, longeant l’entrée à l’est, est entièrement détruit à 1 m au nord de la marche intermédiaire.

Stratigraphie

94Les seules stratigraphies interprétables se situent à proximité des murs 15 et 14, vers des portions de canalisation conservées. Elles ont été confirmées par quelques données recueillies sporadiquement sur des secteurs non bouleversés.

95La première a été effectuée perpendiculairement au mur 15, sur une largeur d’1 m et une longueur de 3 m (fig. 75). Elle montre la couche de remblai de démolition sur 0,15 à 0,20 m d’épaisseur puis la couche d’incendie de 0,30 m reposant sur la couche gravillonnée qui recouvre les dalles de la canalisation dont on voit les pierres latérales bloquées par une terre rapportée et implantées dans une couche compacte de graviers de 0,05 à 0,06 m. Ces graviers tassés sont soulignés par une mince couche de terre noire et ils dominent une couche plus importante de graviers (ép. 0,25 m) liée en certains points de la cour à un aménagement de terre battue. L’ensemble paraît constituer un premier sol d’occupation (à la cote – 50).

96La seconde étude, effectuée perpendiculairement au mur 14, montre le même dispositif.

97Deux énormes fosses d’enfouissement ont bouleversé la partie centrale de la cour depuis le bord nord de la cour dallée. La stratigraphie relevée sur leurs parois (fig. 76) montre à nouveau, sous la terre végétale, la couche de démolition qui atteint la même épaisseur de 0,65 m et repose sur le niveau de graviers avec traces de chaux à la cote – 35, correspondant au sol recouvrant la partie supérieure du caniveau. Ce niveau semble intimement lié à une terre battue reposant sur des graviers jaunes avec pierres concassées à la base. Ce sous-sol épais de 0,35 m est aménagé sur la couche noire de 0,20 m provenant de l’occupation antérieure. Côté cour dallée, le sol de graviers s'infléchit et fait place aux pierres de blocage servant d’assises aux dalles.

Fig. 74. Entrée nord-est de la cour nord, marches de l’escalier d’accès et canalisation. Cl. E. Planson.

Fig. 75. Coupe stratigraphique ouest-est (no 15), vers le mur 15. 1, US 1000 : terre végétale : 2, US 1265 : graviers jaunes (fragments de mortier) ; 3, US 1264 : limon jaune ; 4, US 1263 : occupation et remblais ; 5, US 1262 : sol ; 6, US 1261 : remblais ; 7, US 1260 : couche d’incendie ; 8, US 1259 : graviers blancs ; 9, US 1258 : graviers jaunes ; 10, US 1257 : caniveau ; 11, US 1256 : terre rapportée ; 12. US 1255 : sol ; 13, US 1254 : terre noire ; 14, US 1253 : graviers et gravillons ; 15, US 1252 : couche noire ; 16, US 1251 : petits graviers ; 17, US 1058 : limon naturel ; 18, US 1161 : graviers würmiens. Éch. 1/50. Relevé G.R.A.N.

98Le limon naturel entamé par les fosses est retrouvé de la cote – 90 à – 155, mêlé à la base à des graviers jaunes. Les graviers würmiens commencent à la cote– 155, soit à 2,20 m du sol actuel.

99Un secteur très localisé, dans la partie ouest de la cour, près du mur 15, montre sous un remblai moins important (ép. 0,20 m), une couche d’incendie de 0,30 m d’épaisseur dans l’angle nord-ouest à 0,10 m dans l’angle sud-ouest.

100On comprend la difficulté d’établir une stratigraphie générale pour l’ensemble de cette cour qui représente l'une des zones les plus bouleversées à la fois par les enfouissements « antiques » et par les fouilles anciennes. Toutefois il semble que l’on puisse confirmer l’existence de deux niveaux de sol. Le plus ancien est situé à une cote moyenne de – 50 (niveau de la semelle de fondation des murs 14 et 15). Il est constitué par une couche de graviers damés. Dans ce sol est implantée la canalisation lors d’un aménagement postérieur. Le sol le plus récent correspond au recouvrement de cette canalisation de drainage et se situe à la cote-30/-35. Sa partie supérieure rejoint alors le niveau de la première marche et l’entrée ne se fait plus que par deux degrés. Plus complexe, il apparaît fait exclusivement de graviers à proximité des murs, mais dans la partie centrale ces graviers sont associés à un niveau de terre battue. Il faut signaler l’existence d’une mince couche de chaux retrouvée par plaques irrégulières à des niveaux pouvant varier de la cote – 35 à – 45. Cette couche de chaux, présente également dans la cour sud et extérieurement, en bordure des cours, semble correspondre plus à un niveau de travail qu’à un aménagement volontaire de sol, bien que les graviers semblent à plusieurs endroits damés à la chaux.

Le mobilier (tab. XXXI 1 et 2)

101Dans la couche de démolition présente sur l’ensemble de la cour nord, on a recueilli plus de 650 fragments architecturaux – l’enfouissement des plus gros a causé la destruction des couches inférieures –, une tête de dieu barbu, une dédicace à Apollon, une dédicace à Mars Segomo et un matériel important et disparate : fragments de statuettes en terre blanche de l’Ailier, fragments de verre, clochettes et objets en bronze, poterie commune dont deux assiettes intactes en poterie grise et de la sigillée diverse, le tout accompagné de quatre-vingt monnaies allant de Tas de Nîmes à Arcadius. 4 % des monnaies sont du ier s., 7 % du iie s., 23 % du iiie s., 66 % du ive s.

102Par ailleurs, dans le secteur très localisé à l’ouest de la cour, il a été découvert, à la base de la couche d’incendie, quelques cubes épars de mosaïque, quelques morceaux de pierres sculptées dont un petit fragment de frise orné de rosaces, et deux monnaies, Tune de Marc Aurèle, l’autre de Tétricus.

Fig. 76. Coupe stratigraphique nord-sud (no 16) : paroi de la fosse d’enfouissement no 6. 1, US 1000 : terre végétale ; 2, US 1272 : couche de démolition ; 3. US 1271 : sol de galets ; 4, US 1270 : terre battue ; 5, US 1269 : graviers jaunes ; 6. US 1268 : pierres cassées ; 7, US 1267 : couche d’occupation ; 8, US 1058 : limon naturel ; 9, US 1447 : graviers jaunes ; 10, US 1161 : graviers würmiens. Éch. 1/50. Relevé G.R.A.N.

Tableau XXXI-1. Mobilier de la cour nord.

La cour sud

103Présentant les mêmes caractéristiques que la cour nord avec la canalisation de drainage longeant ses murs ouest et sud, une entrée dans l’angle sud-est, elle se différencie par la présence d’un puits situé à 2,50 m du bord sud de la cour dallée et entouré d’un dallage prolongeant celui de la cour centrale.

Murs 16 et 17

104L’angle sud-ouest des murs, intimement liés, est bien conservé et découvert dès la cote + 35. Leur parement extérieur est encore composé de six à huit assises (sur 0,60 à 0,70 m de hauteur) de moellons bien taillés et soigneusement jointoyés. Les parements intérieurs semblent avoir été remaniés. L’appareil en est plus inégal tant en dimension qu’en structure et celui du mur 17 est restauré au moyen d'un mortier de tuileau. Pour les deux murs, on note un élargissement intérieur et extérieur à la cote + 24, qui porte leur largeur à 0,90 m pour la partie du mur 16 conservé à cette cote, et sur une longueur limitée de 3,60 m pour le mur 17.

105L’extrémité nord du mur 16 est détruite jusqu’à la cote – 190 à sa jonction avec les fondations (no 9) contre lesquelles il s’appuie.

106Le mur 17, bien conservé sur plus de 13 m, est ensuite détruit. On ne retrouve que la trace de sa tranchée de fondation dans le limon et un tronçon de fondation sur 1,25 m (en 69 D.E.10).

Entrée sud-est

107Comme l'extrémité est du mur 17, l’angle et l’emplacement de l’entrée sud-est sont pratiquement détruits par une fosse correspondant probablement à une fouille ancienne. Au nord et à l'ouest, la canalisation restée intacte apparaît en coupe dans les parois. On trouve au sud deux tronçons de fondations ; le premier (long de 1,50 m est-ouest, large de 0,80 à 0,45 m, arasé à la cote – 120) est accolé parallèlement au second (long de 1 m est-ouest, large de 0,70 m, arasé à la cote – 90) situé dans le prolongement du mur 17. Ils correspondent au soutènement des dalles et marches d’entrée disparues.

  • 18 Les puits publics, circulaires, découverts jusqu’à ce jour aux Bolards ont un diamètre variant de 0 (...)

108Les parements du mur 18 sont également détruits au niveau de cette entrée. Seules ses fondations subsistent sur 1,80 m de long. Elles semblent alors constituer la fin du mur en venant buter sur un tronçon de fondations de structure différente. Plus larges (0,80 m), faites de grosses pierres liées au mortier, elles sont solidement implantées jusqu’à la cote – 200 (mur18 b.) Elles ont la même orientation. Nous les étudierons avec l'entrée de la galerie du péribole à laquelle elles semblent appartenir.

Tableau XXXI-2. Mobilier de la cour nord.

Tableau XXXII-1. Mobilier de la cour sud.

Tableau XXXII-2. Mobilier de la cour sud.

Le puits

109Le puits est situé en bordure de la cour dallée, à proximité de l’angle sud-est du pronaos (en 45 IJ. 4. 5). Il est encore encadré de quelques dalles de même aspect et au même niveau (cote 0) que celles de la cour centrale.

Tableau XXXII-3. Mobilier de la cour sud.

110Il apparaît, margelle détruite, arasé en biais entre les cotes – 10 et – 50, sous de nombreux morceaux de dalles brisées mêlées à de la terre noire très meuble. À ce niveau, il présente un diamètre de 1,20 m (18). Il est cylindrique jusqu’à une profondeur de 4 m, puis son diamètre décroît pour atteindre 0,70 m au fond. Sa profondeur est de 6,40 m depuis la surface des dalles restantes.

111Établi dans les graviers würmiens qui en forment le fond, il présente à la base une assise de grosses pierres longues de 0,25 m, épaisses de 0,20 m, calées en oblique dans les graviers et inclinées vers le centre du puits. Les quatre assises suivantes sont faites de deux grosses pierres de 0,20 m d’épaisseur séparées par des pierres plates de 0,05 m d’épaisseur. Les autres assises sont constituées de pierres plus ou moins régulières, d’épaisseur à peu près égale ; on en compte neuf à dix par mètre.

112À sa partie supérieure (de 0 à – 100), deux gros blocs informes et une monnaie de Constant (Inv. 968) ont été dégagés dans un contexte de terre noire. Puis, du remplissage, ont été mis au jour (c/. tab. XXXII) :

  • du fond, cinq bouchons d’amphores, de nombreux fragments de tegulae, des débris d’une coquille en calcaire à entroques (niche en cul de four), des clous de chaussures et treize monnaies comprenant : un as du ier s., cinq as frustes du iie s., deux antoniniani du iiie s. et six monnaies du ive s. dont cinq Magnence ou Decence ;

  • entre 5,00 et 6,00 m, de nombreux moellons et débris de moellons, des fragments de plaques en porphyre vert des Vosges et trois autres fragments plus importants de la coquille ;

  • entre 4,00 et 5,00 m, avec des débris de colonnes, des plaques de calcaire poli, des morceaux de tuf, des ossements d’animaux, un pilier en pierre avec personnage en relief (Inv. 81) ;

  • entre 3,00 et 4,00 m, une tête du dieu Cernunnos, avec deux fragments appartenant à une autre stèle et représentant des têtes de déesses-mères diadémées (Inv. 83) ;

  • entre 2,00 et 3,00 m. de nombreuses plaques de calcaire tendre (oolithe blanche de Bourgogne), des fragments de plaques de calcaire dur (Comblanchien) polies sur une seule face, des débris de tuiles, des ossements d’animaux dont une omoplate de bœuf. La terre est très noire, grasse.

113C’est à ce niveau que l’on a découvert le plus gros fragment d’une stèle aux trois divinités comprenant le registre inférieur et les trois personnages brisés à mi-corps (dont Cernunnos), et à proximité, trois autres fragments permettant de reconstituer une déesse-mère dont il manque la tête, et la divinité centrale ;

114– entre 1,00 et 2,00 m, plusieurs éléments architecturaux dont deux fragments importants de colonnes, d’autres plus petits, un double tore, des débris de tuiles.

Stratigraphie

115L’ensemble de cette cour est beaucoup moins bouleversé que la cour nord. On n’y trouve aucune grande fosse d’enfouissement comparable. Seules deux zones de démolition comprenant un remblai meuble et disparate, située l’une à l’ouest contre le mur 17 et l’autre dans l’entrée sud-est, sont venues modifier le terrain.

116Un niveau général de graviers et galets rapportés d’une épaisseur de 0,30 m est retrouvé à la cote – 40/50. Une couche de chaux, très friable, de 0,04 à 0,05 m d’épaisseur, s’étend de façon beaucoup plus régulière que dans la cour nord, sur une grande partie de la cour, sans qu’on puisse l’attribuer à un sol. La présence du four à chaux dans la branche sud du massif de fondation du pronaos pourrait expliquer ce dépôt, mais l’on retrouve une autre couche de chaux à certains endroits sous la canalisation qui, elle, semblerait confirmer le niveau de construction déjà évoqué.

117Une stratigraphie établie entre le mur 17 et le puits montre la couche de chaux à la cote – 50 vers le puits. Elle n’est pas parfaitement continue sur toute la longueur de la coupe pratiquée, mais on peut très bien la suivre jusqu’à la canalisation où sa cote est alors à-34. Sous cette chaux, une mince couche noire d’à peine 0,02 m puis une couche de terre grise de 0,05 m recouvrent des graviers et galets de 0,30 m d’épaisseur qui constituent le niveau (comme dans la cour nord) sur lequel la canalisation a été construite.

118Une étude du sous-sol de la cour faite en bordure de la tranchée de fondations du mur ouest no 16, sur 6 m à partir du pronaos, montre le même aménagement, mais une autre couche de chaux, à la cote – 45, apparaît nettement située sous la couche de graviers servant de base à la canalisation. Les dalles de recouvrement sont à la cote – 20, dominées par la couche de graviers déjà signalée dans la cour nord comme recouvrant l’ensemble de la canalisation, mais retrouvée uniquement à l’aplomb de celle-ci. Ici ce niveau de graviers existe dans tout l’angle nord-ouest entre les murs et le puits.

119Dans l’angle sud-est, cette couche de graviers se prolonge vers le nord, le long du mur 18, depuis le segment de canalisation situé au bas des marches. Elle soutient un sol, sorte de dallage fait de matériaux de remploi, constitué essentiellement de fragments de plaques sciées en calcaire tendre (plaques de toitures) et de fragments de tegulae dont l’assemblage est assez soigné. Ce sol subsiste sur environ 6 m2 (3,50 m de long, nord-sud, sur 1,70 m de large, est-ouest). Les plaques de calcaire sont souvent fendues en étoile, les morceaux sont restés joints. Les fragments de tuiles sont nettement moins nombreux. On remarque que les débris de tegulae qui comportent un rebord sont disposés à l’endroit, le rebord formant saillie. La surface plane est située à la cote – 20 et seuls les rebords des tuiles en émergent de quelques centimètres. Aucune trace de nivellement complémentaire n’est apparue.

Le mobilier (tab. XXXII-1, 2 et 3)

120La fouille de l'ensemble de la cour donne un mobilier varié et disparate, découvert, comme pour la cour nord, dans la couche de remblai générale, épaisse de 0,40 à 0,50 m (de la cote + 40 à – 10/–15). On compte cent deux monnaies (dont 14 % du ier s. ap. J.-C., 12 % du iie s., 27 % du iiie s. et 36 % du ive s.), des petits objets de bronze dont vingt clochettes, la plupart groupées autour du puits, des fragments de statuettes en terre blanche, etc.

121Deux fragments épigraphiques en calcaire de Prémeaux poli ont été recueillis vers les fondations de l’entrée sud-est. Ils comprennent plusieurs lettres sur deux registres (Inv. 11).

122Dans les graviers, sous le sol ou sous-sol de remploi de l’angle sud-est, ont été dégagées trois fibules dont une en fer à charnière (Inv. 317) et une aiguille en bronze.

LES BLOCS À CADRE D’ANATHYROSE

123Le dégagement du massif de fondation du pronaos et du sol dallé de la cour centrale avait mis en évidence (cote – 20/25) un alignement de blocs à cadre d’anathyrose.

124Côté nord, trois blocs subsistent, bordant la fondation à l’est. Le premier bloc, en partant du nord (1. est-ouest : 0,92 m, L. 1,50 m, ép. 0,28 m), présente un bandeau d'anathyrose de 18 cm à sa partie supérieure, sur ses bords est et nord en totalité, et de 9,4 cm sur son bord ouest. Sur sa face de joint ouest, un bandeau de 8 cm existe à la partie supérieure. Les faces nord et ouest ne présentent aucun travail particulier. Le second bloc (L. 1,36 m, de même largeur et épaisseur que le précédent) comporte le même bandeau d’anathyrose sur ses bords supérieurs est et ouest. Sa face de joint sud, laissée apparente par le délitage en surface du bloc suivant, laisse apparaître un bandeau d’anathyrose de 7 cm en bordure de l'arête supérieure et un trou de louve rectangulaire à parois verticales (8 cm sur 3 cm et prof. 7 cm). Le troisième bloc, visible sur 0,30 m, se continue sous le dallage. Il présente la même largeur que les précédents mais sa surface est largement délitée sur 5 à 12 cm (cote – 27 à – 33) et l’anathyrose n’apparaît plus.

125Côté sud, quatre blocs ont été dégagés en bordure est de la fondation (1. de 0,90 à 0,92 m, ép. 0,30 m, L. respectives en allant du nord au sud : 0,90 m, 0,90 m, 1,05 m, 1,35 m). Ils étaient encore partiellement recouverts de fragments importants des dalles du sol de la cour. Trois présentent le bandeau d’anathyrose en surface côtés est et ouest. Le quatrième, terminant l’encadrement sud-est de la fondation, possède les mêmes caractéristiques que celui de l’angle nord-est, à savoir un bandeau d’anathyrose en surface, sur les bords est et sud, et en partie seulement sur le bord ouest. Sa face verticale sud comporte un trou de louve centré, toujours à parois verticales (L. 8 cm, 1. 5 cm, prof. 7 cm).

126En retour vers l’ouest subsistent, en longeant au sud l'aile de fondation, deux grands blocs de même nature, à bandeaux d’anathyrose en surface sur les côtés nord et sud (L. 1,45 m et 1,25 m, 1. 0,95 m, ép. 0,25 m) (fig. 77). D’importants vestiges de blocs les recouvraient mais leur mauvais état n’a pas permis de définir s’il s’agissait de dalles analogues à celles du sol de la cour centrale ou de blocs à cadre d’anathyrose. Toutefois ces restes de blocs étaient jointifs avec les blocs inférieurs et il n’a pas été retrouvé cette couche préparatoire de pose, en graviers et sable, existant du côté de la cour dallée entre les blocs d’anathyrose et les dalles du sol, ce qui pourrait laisser supposer qu’il s’agissait encore de blocs de grand appareil.

127Ces blocs reposent sur une fondation qui longe celle du pronaos sans imbrication entre les deux.

FONDATIONS DES BLOCS

128Leur étude a été effectuée le long des ailes nord et sud du pronaos.

129Ces murs de fondation ont une largeur de 0,95 à 1 m. Hauts d’environ 0,95 m, ils atteignent à leur base, située dans le limon naturel qu’ils pénètrent de 0,25 à 0,30 m, la cote de – 145/150. Ils sont composés de moellons à peine équarris et mal assisés, largement noyés dans un mortier abondant.

130La fondation nord no 8 comporte à sa base un rang de pierres plus ou moins posées de chant. Ce hérisson n’est pas retrouvé dans la fondation sud no 9.

131Ces deux fondations présentent une notable différence lors de leur jonction avec les murs ouest des cours. L’extrémité ouest de la fondation 8 vient s’accoler sur le mur ouest no 15 de la cour nord, alors que la fondation 9 longe entièrement la branche sud du pronaos et c’est le mur ouest no 16 de la cour sud qui vient s’y appuyer. Cette différence dans leur mode de construction tend à prouver que l’ensemble a été construit en continuité.

Fig. 77. Dalles d’anathyrose (côté sud) avec retour d’angle. Cl. E. Planson.

Fondation nord

132La série de blocs qui devaient border la branche nord du pronaos a totalement disparu. Seul subsiste leur mur de fondation (no 8). Il s’appuie contre le parement nord du massif de fondation du pronaos et présente une longueur de 6,10 m jusqu'à sa jonction avec le mur ouest de la cour (no 15). Une coupe réalisée dans la cour nord, dans l'angle interne de ces deux murs, a permis de constater une certaine similitude de construction. L'aspect du mortier est identique, et, à la cote – 100, on peut distinguer un même lit reliant les deux murs. Le mur 8 est fondé moins profondément que le mur 15.

Fondation sud

133Une coupe ouest-est a été pratiquée dans la cour sud parallèlement à l’aile sud du pronaos et à l’aplomb des blocs.

134Les blocs, sans traces de scellement, sont calés sur un lit de mortier dont l’épaisseur varie de 0,10 à 0,15 m, reposant sur une fondation (no 9) dont la longueur atteint 7 m. Elle mesure 0,75 m de hauteur totale et se compose de huit assises de pierres à peine retouchées, alternant avec des pierres cassées.

135La tranchée de sondage ainsi réalisée sur 0,70 m de large traverse le niveau de chaux, épais de 0,05 m, puis la couche de graviers de 0,10 m représentant le premier sol d’utilisation de la cour sud. Les blocs se continuaient vers l’ouest, le mur de fondation 9 ayant été retrouvé sur toute la largeur du pronaos.

CONCLUSION

136Étant donné le poids de chacun de ces blocs et la faible profondeur de leur mur de fondation, on peut penser qu'ils ne devaient pas présenter une élévation importante. Il ne s’agit pas de blocs de remploi. Le travail d’anathyrose, en particulier celui réalisé sur les deux blocs situés aux extrémités ouest, où le bandeau n’apparaît que partiellement sur leur face ouest, a bien été effectué en tenant compte des retours de la construction vers l’ouest, et le démaigrissement central a bien été maintenu pour assurer la continuité du bloc de retour.

137Il est difficile de préciser la destination de ces blocs, mais on peut suggérer, qu’encadrant parfaitement le massif de fondation soutenant la colonnade, ils ont pu constituer une sorte de parement et que le pronaos, à l’origine, ne comportait pas d’escalier en façade. Ce qui pose le problème de l’accès à la cella, qui n’aurait pu se faire dans un premier temps que par la galerie latérale ?

LE PÉRIBOLE

138Le péribole est formé de deux murs parallèles (nos 25 et 26) qui délimitent une galerie de 3,80 à 3,84 m de large créant un cheminement de 168 m. Rectiligne sur 33 m au nord et au sud, il se développe à l’ouest en forme de demi-cercle légèrement outrepassé, le départ de la courbe étant amorcée par une légère brisure.

139L’accès se faisait par les extrémités est, mais il est impossible de connaître l’importance exacte de ces entrées et leur aboutissement, la fouille rejoignant le chemin rural au nord et les destructions dues à des fouilles anciennes au sud.

140Dans l’axe du temple, à l’ouest, s’ouvrait sur la galerie une exèdre carrée.

141Mur extérieur 26

142Long de 161 m, ce mur est très inégalement conservé. 11 peut présenter jusqu'à cinq assises de moellons rectangulaires bien taillés, sur une hauteur de 0,52 m (cote sup. de 0 à + 20) pour une largeur de 0,68 à 0,70 m. Il repose sur des fondations de 0,90 m de large implantées dans le limon naturel pour atteindre en profondeur la cote de – 170/190, soit pratiquement la limite supérieure des graviers würmiens.

143Il n’existe souvent que par la base de ses fondations, en particulier à son extrémité nord-est, et son tracé, principalement à l’ouest et au sud-ouest, sera jalonné par des tronçons de fondations détruites plus ou moins profondément (cote – 70 à – 130), avec quelquefois des vestiges d’assises de soubassement (cote + 20 à – 16) entrecoupés de tronçons où seule la tranchée de fondation subsiste.

144À son extrémité sud-est, la destruction est totale. La tranchée retrouvée effectue un retour d’angle vers le sud.

145Accolés à son parement nord, au niveau où il amorce sa courbe vers le sud-ouest, on retrouve les vestiges de trois salles situées à l’ouest du mithraeum. Ces salles ne seront pas étudiées dans cet ouvrage car elles font partie d’un ensemble qui se prolonge vers le nord et l'ouest. On peut toutefois noter la qualité de certains murs, larges de 0,70 à 0,60 m, avec une cote supérieure à – 20/ – 40, faits d’assises régulières de moellons bien taillés dont les joints lissés au fer présentent des traces de peinture rouge. La troisième salle, installée sur le tracé de la voie 37 contemporaine de la période du fanum II, présente des traces très nettes de plancher et ses murs nord et ouest restent marqués par quelques moellons reposant sur une fondation légère incluse dans les graviers de la rue.

146Dans les salles 1 et 2, ont pu être fouillées des fosses dépotoirs qui ont livré un mobilier intéressant comprenant des ex-voto et des colombes en pierre. Nous savons que ces colombes devaient provenir d’un lieu de culte proche signalé et situé par les fouilles anciennes au nord-ouest du grand sanctuaire (THEVENOT, 1948, p. 304).

147Mur intérieur 25

148Le mur 25 est situé dans le prolongement du mur 14 de la cour nord et du mur 17 de la cour sud, pour constituer la galerie du péribole. Il a une longueur totale de 107 m depuis sa liaison avec le mur 2 et le mur 6. Il est rectiligne sur 11 m au nord et au sud avant d’amorcer sa courbe parallèlement au mur 26.

149Il est fondé moins profondément que le mur 26, et la base de ses fondations, implantées dans le limon naturel, varie de la cote – 150 à – 170. Leur largeur est de 0,90 m.

150Il est pratiquement détruit dans tout son parcours nord et nord-ouest où seuls trois tronçons sont retrouvés arasés à la cote – 10/– 20. Quand le mur n’existe plus, la tranchée de fondation se signale dès la cote – 10 par une bande de terre noire, large de 1 m, bien parallèle au mur 26. Ses bords sont en partie effondrés. À l’ouest, ses fondations englobent le mur ouest d’une citerne de l'habitat antérieur.

151Dans la partie sud-ouest, bien conservée, on note un débord intérieur des fondations profondes à la cote – 35 et le mur ne présente plus qu’une largeur de 0,68 m.

152Sur 24,50 m, il conserve en place une série de grosses dalles qui devaient servir de base aux colonnes du portique et assurer le passage à la cour du sanctuaire. Ces blocs rectangulaires, juxtaposés, longs de 0,80 à 1,20/1,40 m, sont en calcaire oolithique blanc, très gélif. Seuls quatre blocs sont pratiquement intacts, leur partie supérieure atteignant les cotes de + 39/+ 37/+ 35. Les autres ont une surface déjà partiellement délitée affleurant autour de la cote + 25. Ils ont une largeur de 0,65 m et une épaisseur de 0,30 pour les mieux conservés (fig. 78).

Fig. 78. Dalles de supports de colonnes sur le mur 25 du péribole (côté sud). Cl. E. Planson.

153À l’inverse de la galerie nord où les angles de jonction avec les murs 2 et 3 sont totalement détruits, on a pu constater la liaison très nette des fondations des murs 25, 6 et 7. L’angle des fondations 6 et 25 est conservé à la cote – 90, (fig. 79), tandis que l’imbrication des fondations 7 et 25 est bien apparente à la cote-140, laissant légèrement en surplomb le mur 7 en élévation sur 1,50 m.

LA GALERIE DU PÉRIBOLE

154La galerie ainsi délimitée par les murs 25 et 26, large de 3,80 à 3,84 m, a conservé dans toute sa partie sud-ouest, sur environ 100 m2, son sol de circulation antique dont la partie supérieure est à la cote + 30/+ 33. Ce sol a été préservé sur les 27 m de longueur où la base du stylobate est elle-même conservée. Il est constitué de graviers et pierres concassées, noyés dans un mortier de chaux, et repose sur un hérisson, lui-même ancré dans une couche de mortier épaisse de 0,10 à 0,15 m. Une stratigraphie du sous-sol a été réalisée à partir de la tranchée de fondation du mur 26.

155La chaussée de la galerie est encore marquée par quelques plaques discontinues du hérisson de support du sol de graviers bétonnés, celui-ci ayant disparu à l'ouest (jusque dans les angles sud des carrés 53 et 33), puis elle est ensuite totalement bouleversée dans son tracé ouest par des pierriers de remblaiement postérieur, des fosses avec racines et souches d’arbres. Un pierrier (fosse 5, en 51 G. 1.2) n’a été exploré qu’en partie. Le fond atteignait la cote – 120. Dans toute la partie nord-ouest et la partie nord, la chaussée a été détruite. On ne découvre aucun sol aménagé mais une couche généralisée de sable et graviers peu compacts se situant entre les cotes + 10 et – 10. En allant vers l’est, ces graviers reposent sur une couche de limon rapportée plus ou moins épaisse. Cette couche de graviers se retrouve également dans la partie sud (en 27 IJ. 1 – 49 ABCD. 10).

Fig. 79. Galerie du péribole : jonction des murs 6 et 7 avec le mur 25. CI. C. Pommeret.

156Sur une partie du sol en place (carrés 35 IJ de 1 à 4 et 15 AB de 1 à 4), on constate sur toute la largeur de la galerie et sur 2,60 m de long, une différence de structure dans la construction du sol. Le sol est en effet constitué de pierres arrondies, usées, et de fragments de pierres sciées en calcaire tendre (fragments de pierres de couverture) posées de chant dans du mortier et sans trace d'autre revêtement. Cet aménagement est séparé du sol bétonné, à l’est comme à l'ouest, par une bande de terre noire non empierrée, large de 0,30 m, qui comble une rigole de 0,20 m de profondeur, laissant penser à un emplacement de poutre (fig. 80). Il est difficile d’en préciser la destination. S’agit-il d’une construction légère ? ou, plus vraisemblablement, d’un accès, d’un passage, qui aurait pu être maintenu en prolongement de l’ancienne voie 37 ? L’arrachement total du mur extérieur 26 à cet endroit ne nous fournit aucune indication.

157Dans la galerie nord (en 42 AB 4. 5. 6) un tronçon de mur transversal s’accole intérieurement au mur 26 (en 42 B. 6). Large de 0,75 m, avec quatre à cinq assises, il est retrouvé arasé à la cote – 5 sur 1,10 m de long. Il a le même aspect que le mur 26 mais il est établi sans fondation dans la couche de graviers. Il repose au niveau de la semelle de fondation du mur 26. À ce niveau le mur a été dégagé sur un seul rang de moellons (jusqu’en 42 AB. 4), ce qui porte sa longueur conservée à 2,50 m. Il semble donc barrer la galerie, au moins en partie, et constituer un dispositif postérieur au mur 26. Une fois de plus, la destruction du mur 25 à cet endroit ne permet pas d'apporter de renseignements complémentaires sur la présence de ce mur transversal qui paraît aberrante.

Le mobilier (tab. XXXIII)

158Lors du dégagement des murs 25 et 26, ou de leur tranchée de fondation, quelques monnaies, fibules et objets divers ont été recueillis dans les remblais.

Fig. 80. Détail de la chaussée sud de la galerie du péribole avec empreinte de poutre. Cl. E. Planson.

159Une monnaie de Constantin a été découverte dans les graviers du sol de la galerie.

160Le remplissage du pierrier (fosse 5) a donné avec quelques tessons de poterie commune, une marmite reconstituable et un petit buste en pierre (Inv. 141, tab. XL, infra).

161Les entrées de la galerie du péribole

162Aux deux extrémités est de la galerie, le mur 26 marque un retour d'angle, en direction du nord et du sud, parallèlement à la prolongation du mur 18. Ainsi la galerie se poursuit avec ses 3,80 m de largeur respectivement vers le nord et vers le sud, sur une distance non déterminable. Au nord, la fouille est limitée par le chemin rural traversant le site, et au sud, par la parcelle de terrain ayant subi les fouilles intensives conduites par les anciens fouilleurs et où aucun vestige ne semble avoir survécu !

Entrée nord-est

163L’étude en profondeur des fondations du mur 26, à l’extrémité nord-est de la galerie, fait apparaître que ce retour (no 26 bis) est en fait un mur indépendant du mur 26 et qu’il constitue un aménagement complémentaire et une modification postérieure de l’entrée dans la galerie.

164Les fondations du mur 26 se poursuivent en direction de l’est (en 80 GH. 9. 10) à la cote – 140 sur 1 m de long, au-delà du point de rencontre avec le mur de retour vers le nord (no 26 bis), puis elles apparaissent en coupe à la cote – 70, visibles dans la paroi de la tranchée. La fouille, en limite de la clôture bordant le chemin rural, n’a pu être poursuivie et il est impossible de vérifier s'il y avait contemporanéité et jonction ou non avec le mur 18 ; il semblerait que non, étant donné la différence notable de la construction, en particulier au niveau des fondations.

165Ces fondations du mur 26 ont une largeur de 0,95 m et sont solidement et soigneusement construites, avec des moellons régulièrement alignés. Les fondations du mur de retour vers le nord (no 26 bis) sont beaucoup moins soignées, moins larges (0,70 m), moins profondes, reposant dans le limon à la cote – 130. Ce mur peut être suivi sur 6 m de long, arasé en paliers variant de la cote – 25 à – 40.

Tableau XXXIII. Mobilier de la galerie du péribole.

166L’exèdre semi-circulaire

167À 2,10 m de l’angle formé par le mur 26 et le mur 26 bis, en allant vers l’ouest, un mur semi-circulaire prend naissance contre la fondation du mur 26 (en 82 CD. 1) pour rejoindre le mur 26 bis (en 82 GH. 5), délimitant ainsi une exèdre de 2,40 m de rayon (fig. 81). Ce mur semi-circulaire, implanté dans le limon à la cote – 130/135, a une largeur de 0,60 m et est conservé à la cote 0 à + 10. Ses fondations sont de même nature que celles du mur 26 bis (fig. 82).

168Le sol antique de l’exèdre est conservé (cote – 40). Épais de 0,15 à 0,20 m, il est fait de graviers et de fragments de tuiles (imbrices et tegulae) maintenus dans un mortier posé sur une couche de sable. Il ne présente aucune trace d’autre revêtement. C’est un sol grossier qui n’est pas sans rappeler la portion de sol découverte dans l’angle sud-est de la cour sud.

169Il n’a pas été retrouvé de niveau pouvant correspondre à une fréquentation du grand temple avant l’aménagement postérieur de la galerie vers le nord.

170Il est certain que l’ensemble de ce dispositif – galerie en retour vers le nord avec une exèdre dont l’exiguïté ne permet guère d’y voir une salle de réunion et dont la destination reste à définir – constitue un réaménagement à mettre en relation avec la construction du mur 18 et le dallage de la cour centrale.

Le mobilier (tab. XXXIV)

171Sur le sol même de l’exèdre, ont été découverts quelques menus fragments de poterie commune, une épingle en bronze, un style, une clochette, un fragment d’édicule en terre blanche de l’Ailier.

172Extérieurement au mur circulaire, on note lors de son dégagement une importante couche de terre noire d’incendie, de la cote 0 à – 40, qui se continue également dans le pronaos proche du mithraeum, zone très bouleversée. Cette terre noire renferme un matériel disparate plutôt tardif, de très nombreux tessons de céramique commune diverse, quelques fragments de sigillée (Argonne), des clous, deux clochettes et une spatule en bronze et une fibule.

Fig. 81. Exèdre semi-circulaire et murs antérieurs 31 et 31 bis. Cl. C. Pommeret.

Entrée sud-est

173Le mur 26 et son retour (no 26 bis) vers le sud sont totalement détruits. Seules les tranchées de fondation restent marquées. Celle du mur 26 bis subsiste sur 3 m, puis se perd dans les décombres des anciennes fouilles, sur la parcelle voisine.

  • 19 Notes manuscrites et photos Roux-Vacherot. Archives des Bolards.

174De même les recherches effectuées à l’ouest de la trace du mur 26 bis, pour essayer de retrouver les vestiges d’une exèdre, nous conduisent dans une zone de destruction totale comblée d'une énorme masse de remblais divers. À la base de ces remblais, on a toutefois retrouvé des restes du sol bétonné dans lequel les anciens fouilleurs avaient dégagé la fondation du « monument aux statues »19 (THEVENOT, 1948, p. 305-306) se présentant comme un socle orné, sur trois faces, de grandes sculptures.

175En revanche les fondations du mur (no 18 bis), de structure différente de celles du mur 18, mais le prolongeant vers le sud, sont bien retrouvées.

176On a vu lors de l’étude de la cour sud que le mur 18, avec sa largeur de 0,50 m, ses fondations de pierrailles de 0,60 m de hauteur, se terminait à environ 13,20 m du bord sud de la cour dallée, en venant s’accoler à un tronçon de fondations plus larges (0,80 m), faites de moellons solidement maintenus par du mortier et atteignant la cote – 200. Ces fondations sont arasées de la cote – 50 à – 160 où elles présentent encore trois à quatre assises.

177La recherche de ces fondations nous donne une coupe nord-sud du bord du forum. À la cote – 50, on trouve l’un de ses derniers sols avec trace de mortier de chaux. On note une succession de couches de galets et de boue plus ou moins épaisses.

178L’exèdre carrée

179Dans l’axe général de construction, s’ouvre à l’ouest, sur la galerie du péribole, une salle de 6,80 m de longueur est-ouest sur 6,48 m de largeur nord-sud.

180Les murs qui la composent, larges de 0,70 m, sont arasés, pour les murs sud (no 50) et ouest (no 51), bien en dessous du sol d’utilisation du grand temple (cote – 20/-30). La base de leur fondation repose sur la couche de graviers würmiens (cote – 180). Le mur nord (no 52) est totalement détruit à sa jonction avec le mur 26 et réduit à sa seule tranchée de fondation sur l’ensemble de son tracé. Il est toutefois retrouvé à son extrémité nord-ouest.

181Un mur intermédiaire (no 53) apparaît à l’intérieur de la salle, situé à 1,25 m et parallèlement au mur ouest (no 51). Il a une largeur de 0,90 m. Ses fondations sont étroitement liées avec celles du segment du mur sud (no 50) rejoignant le péribole. Par contre le tronçon ouest du mur 50, situé entre les murs 51 et 53, qui a conservé sa largeur de 0,70 m sur toute la hauteur de sa fondation, vient s’appuyer contre cette construction 53 (fig. 83).

Fig. 82. Coupe stratigraphique ouest-est (no 17), de l’exèdre semi-circulaire.
1, US 1000 : terre végétale ; 2, US 1358 : remblais ; 3, US 1357 : sable : 4, US 1356 : terre argileuse ; 5, US 1355 : démolition ; 6, US 1354 : sol de graviers et tuiles ; 7, US 1353 : sable ; 8, US 1352 : terre noire ; 9, US 1351 : remblais (os, briques, charbons, éclats de pierres roses) ; 10, US 1058 : limon. Éch. 1/50. Relevé G.R.A.N.

Tableau XXXIV. Mobilier de l'exèdre semi-circulaire.

182Une étude en profondeur effectuée à la jonction du mur 50 avec le mur 26 du péribole dans leur angle sud-est (en 51 D. 7. 8) permet également de constater leur imbrication.

183L’état d’arasement de cette salle ne permet pas d’en préciser avec certitude la destination, ni d’expliquer la présence du mur intermédiaire.

184La construction de l’ensemble des murs a été faite en même temps que celle du péribole. Bien que la fondation 53 semble avoir servi de base à un segment du mur 50, l’étude des fondations de tous les murs montre leur similitude de construction, faite avec soin, et leur établissement à la même cote sur le gravier naturel.

185Le fonctionnement de cette exèdre est difficile à rétablir. Faut-il voir une entrée ouverte vers l’ouest avec un double mur support d’une colonnade ? Ou au contraire, si l’on considère l’ensemble du sanctuaire bien refermé sur son temenos, peut-on envisager une exèdre ouverte sur la galerie du péribole selon l’axe d’ensemble du temple ? Dans ce cas, la fonction du mur intermédiaire resterait énigmatique, ou il pourrait suggérer un aménagement pour l’installation d’une statue de culte ou un bas-relief.

Fig. 83. Exèdre carrée : jonction des murs 50, 51,53. Cl. C. Pommeret.

186Le mobilier retrouvé est résiduel (tab. XXXV).

L’HÉMICYCLE DU PÉRIBOLE

187La galerie du péribole délimite une vaste cour en forme de fer à cheval dont les deux branches sont limitées par les murs de retour de la galerie entourant la cella (murs 3 et 2 pour le nord-est, murs 7 et 6 pour le sud-est).

188On peut situer le niveau de circulation de l’hémicycle aux environs de la cote + 20/25, si l’on tient compte du nivellement (cote maximum 0) de certaines substructions antérieures retrouvées dans cette cour, du niveau des sols contemporains du grand temple, et si l’on admet la valeur d’un emmarchement pour accéder à cette cour depuis la galerie. Le sol devait être gravillonné. On a retrouvé une masse importante de graviers dans les secteurs les moins bouleversés.

189En règle générale, sous la terre arable, épaisse de 0,30 à 0,40 m, et dont la surface actuelle varie sur l’ensemble du sanctuaire de la cote + 40 à + 70, toute la superficie de l’hémicycle était recouverte d’une couche importante de décombres reposant sur les graviers.

190Dans la partie sud, des zones de terre noire mal délimitées, se présentant sous forme de poches isolées plus ou moins étendues, en particulier dans la partie est du carré 05, alternaient avec la couche de remblai de grosse démolition (cote + 40/30 à 0).

Tableau XXXV. Mobilier de l’exèdre carrée.

Tableau XXXVI. Mobilier de la partie sud de l'hémicycle.

191Dans la partie nord, la couche de décombres plus ou moins épaisse contenait beaucoup de moellons et d’éclats de pierre, de très nombreux fragments de plaques de toiture en calcaire oolithique et de tuiles. Une terre noire d’incendie, reposant sur des graviers, a été retrouvée vers le mur 25 (cote + 20 à 0), pour passer progressivement, toujours au même niveau, à une terre grise, puis à une terre jaune, meuble, avec mortier désagrégé et quelques fragments d’enduits peints (cote + 20 à – 40) en bordure du mur 1 et dans l’angle sud-est des murs 1 et 3.

192La découverte d’un vase à offrandes de forme haute ovoïde (Inv. 86), intact et le pied maintenu dans un niveau de terre battue gravillonnée à la cote – 40, contenant deux monnaies (un as fruste du ier s., Inv. 1018, un as de Faustine, Inv. 1019) et un squelette d’oiseau, avait fait espérer la découverte d’un sol en place qui aurait pu correspondre à une période d’utilisation du grand temple. Ce « sol » a été retrouvé dans l’angle sud-est des murs 1 et 3 sur une quinzaine de mètres carrés. Il était coupé au nord (en 20 IJ. 6 à 8) par un enfouissement plus profond des décombres et n’a pas été retrouvé à l’ouest. Aucun autre objet n’a été découvert en place. Il serait hasardeux de considérer ce niveau – trop limité en superficie et n’ayant livré aucune autre donnée, hormis le vase à offrandes – comme un premier sol d’utilisation de cette cour limitée par le péribole.

Tableau XXXVII. Mobilier de la partie sud de l’hémicycle.

193Une fois encore, nous nous trouvons devant un ensemble dont le dernier sol, situé à la cote + 20/25, soit à peine à 0.40 m du sol actuel, a disparu au cours des labours. Il ne semble pas toutefois que cet espace ait comporté des aménagements particuliers ; aucune substruction datée de la construction du grand temple n’y a été détectée.

Le mobilier

194Le mobilier découvert provient exclusivement de la couche de remblai de destruction. Peu d’objets ont été découverts dans toute la partie ouest (tab. XXXVI).

195Au sud, la majorité provient des zones de terre noire (tab. XXXVII). On y retrouve des fragments d’objets en os travaillé, des clochettes, des débris de statuettes en terre blanche, souvent analogues à ceux découverts plus profondément dans la cour du fanum.

196Au nord, le matériel recueilli se répartissait plus uniformément dans la couche de décombres (tab. XXXVIII).

Tableau XXXVIII. Mobilier de la partie nord de l’hémicycle.

CONCLUSION : ÉDIFICATION, ABANDON ET DESTRUCTION

197L’étude approfondie des substructions du grand temple nous montre qu’il a reçu dès le début de sa conception un plan d’ensemble symétrique, fixé selon un axe général est-ouest, et que ce plan n'a pratiquement pas été modifié au cours des âges. Dès son édification, le cheminement de ses galeries était bien établi. La démolition et le nivellement des constructions antérieures, l’annexion même d’une portion de rue, pour permettre l’établissement de l’espace en hémicycle entouré par le péribole, correspond à la période de destruction du fanum IL Dès le début, il y a eu préemption sur l’ensemble des terrains nécessaires à l’emprise du monument envisagé.

198L’étude des fondations montre une construction homogène. Seules quelques différences minimes sont relevées, qui ne remettent pas en doute cette homogénéité. La liaison de certains murs confirme, entre autres, que la galerie entourant la grande cella a été construite en même temps que la galerie du péribole (de même que l’exèdre carrée), que les murs des cours, mis à part le mur est no 18, étroitement liés dans leur angle nord-ouest (murs 14 et 15) et leur angle sud-ouest (nos 16 et 17), existaient en même temps que les fondations des blocs à cadre d’anathyrose entourant le massif de fondation du pronaos.

199Seules des modifications ultérieures apparaissent pour les cours et les entrées est de la galerie du péribole, mais qui ne remettent pas en cause le plan d’ensemble du monument.

200Le temple, le mithraeum, la basilique sont encore très fréquentés à la fin du ive s. C’est en ces lieux que l’on recueille le plus grand nombre de monnaies tardives.

201Comme pour l’ensemble du site des Bolards, en l’état actuel de nos recherches, il ne semble pas y avoir eu de destruction violente et rapide, mais un abandon progressif avec une lente dégradation.

202Puis les ruines abandonnées furent ensuite l’objet d’une exploitation intensive et bien organisée avec la volonté d’approprier et de récupérer le terrain pour la culture. Elles servirent de carrière pendant une période difficilement déterminable, mais probablement relativement courte. La netteté des parois des tranchées de fondation des murs exploités montre qu’elles ont été très rapidement et volontairement comblées dans la plupart des cas.

203Les blocs du décor architectural, les colonnes ont servi à alimenter le four à chaux construit sur les lieux mêmes. Les quelques fragments subsistants ont été enfouis profondément dans de grandes fosses, comme celles retrouvées dans la cour nord et la partie ouest de l’hémicycle. À ces fosses sont venus s’adjoindre, au cours des âges, les enfouissements dits « de vignerons », plus modestes et alimentés par les pierres et débris de surface, « meurgers enterrés » caractérisés par leur faible dimension.

204L’épaisseur de la terre arable, de mauvaise qualité et mêlée de déblais, est souvent minime, principalement au centre de la ville où les murs sont retrouvés à 0,30-0,40 m de la surface, alors qu’aux abords du Meuzin, et principalement dans sa boucle sud-est, les alluvions déposées ont largement recouvert tous les ensembles, rendant muettes les photographies aériennes. Ce manque d’épaisseur de terre arable dans la zone du sanctuaire explique le bouleversement des remblais de démolition sous-jacents, régulièrement atteints par les labours. Il faut ajouter également que cette plaine proche de Nuits-Saint-Georges était largement plantée en vigne, accompagnée à l’époque d’arbres fruitiers, et que leur arrachage – lorsqu’on connaît la profondeur que peut atteindre la souche d’un plant de vigne – explique pour beaucoup les bouleversements constatés et les remontées de couches de nivellement ou d’occupation antérieure dans les couches de destruction du grand temple (remarqués principalement dans la partie sud de l’hémicycle). Les zones de terre noire contenant du mobilier relativement précoce viennent alors interférer avec la grosse démolition faite de moellons ou fragments de moellons, de mortier, tuiles, etc.

205Lors de la fouille du grand temple, nous n’avons trouvé aucun mobilier en situation dans un niveau pouvant être daté d’une période donnée d’utilisation. Les nombreux objets découverts proviennent tous de remblais et de la période de destruction.

Annexes

ANNEXE : LES FOSSES D’ENFOUISSEMENT (fig. 12, supra)

FOSSE 1

Située dans la partie ouest de l’hémicycle (en 30 DE. 1.2).

Diam. 1,75 m, cote basse – 120.

Elle entame le limon en place. Son comblement renferme, avec quelques fragments et éclats de pierres travaillés, un bloc de forme tronconique, avec lit d’attente visible et trou de louve (ht. 0,44 m, 1. 0,24 m, L. 0,40 m).

FOSSE 2

Située à l’ouest de la précédente (en 30 BCD. 1.2. 3).

Diam. 1,90 m, cote basse – 180.

Elle donne un fragment de colonne, fût cylindrique en pierre oolithique (ht. 0,53 m, diam. 1,10 m). Dans le remblai de remplissage se trouvaient quelques fragments de poterie commune et de sigillée (tab. XXXIX).

Ces deux fosses ont détruit toute la partie sud du secteur B, de la période II.

FOSSE 3

Située dans la partie ouest de l’hémicycle (en 33 FGH.8.9. 10 et 31 FGH. 1).

De forme rectangulaire (2,90 m ouest-est, 3,80 m nord-sud), elle entame le limon naturel sur 0,55 m (cote basse – 200/215). Son comblement était fait de pierres de moyenne grosseur et de quelques moellons. Aucun débris architectural n’y a été retrouvé. Dans cette fosse aboutit l’extrémité nord de la tranchée du mur 48 appartenant à la construction du secteur D, période II. La coupe no 12 (fig. 80, supra) a été réalisée dans sa paroi nord.

FOSSE 4

Au nord-ouest de la précédente (en 31 BCD. 2. 3). Moins importante (1,80 m de côté), elle présente la même profondeur et son comblement livre de nombreux petits fragments architecturaux : colonnes, tores, listels, chapiteaux, ainsi que des pierres sciées en calcaire tendre, une pierre rectangulaire (L. 15 cm, 1. 9 cm, ép. 4 à 5 cm) avec à chaque extrémité une rainure creusée au ciseau sur toute la hauteur et à sa partie inférieure une trace d’usure par une corde (Inv. no 138) (tab. XL).

Tableau XXXIX. Mobilier trouvé dans les fosses d'enfouissement 1 et 2.

Tableau XL. Mobilier trouvé dans les fosses 3, 4 et 5.

Ces deux fosses ont détruit les zones situées au sud de la salle 2 et de la salle 1 (atelier) du secteur C.

FOSSE 5

Située dans la galerie ouest du péribole (en 51 G. 1.2).

De forme très allongée, cette fosse n’a été explorée qu’en partie. Le fond atteint la cote – 120 et son remplissage, constitué de fragments de tuiles, de pierres de moyenne grosseur (épierrement des champs plutôt que démolition), a donné quelques tessons de poterie commune et une petite sculpture.

Tableau XLI. Mobilier trouvé dans les fosses 6 et 7.

FOSSE 6

Située dans la cour nord, au bord de la cour dallée, cette fosse est un véritable « meurger » souterrain.

Sensiblement rectangulaire (2,80 x 2,15 m de côté, cote basse – 160, soit à 2,20 m du sol actuel), elle traverse le limon naturel et atteint les galets würmiens. Elle était comblée de gros fragments de démolition : moellons, fragments de dalles, de pierres sciées, de pierres polies de revêtement. Elle a livré vingt-cinq éléments architecturaux (tab. XLI).

FOSSE 7

Située au nord de la fosse 6, elle est de forme plus irrégulière (3,80 x 2,80 m de côté, cote basse – 155). On y a trouvé trente-neuf éléments architecturaux dans un amalgame de mortier et de fragments de moellons (pour cette fosse, se reporter à la figure 76, supra).

Signalons la découverte, à l’est de la fosse 7, dans un remblai situé le long du mur 18, de deux blocs taillés (conservés sur 0,65 x 0,35 m, ép. 0,20 m) portant chacun une barre de fer de section quadrangulaire scellée au plomb (fig. 84).

Fig. 84. Bloc avec barre de fer trouvé le long du mur 18, dans la cour nord. CI. E. Planson.

Notes

15 Ces moellons, pour la plupart, sont parallélépipédiques (0,15 à 0,25 m x 0,10 à 0,15 m). Quelques-uns sont triangulaires. Ils ont été extraits des carrières environnantes du rebord oriental de la corniche du Bathonien moyen, qui sont encore exploitées de nos jours.

16 Au cours de la dernière glaciation dite « würmienne » (8 à 10 000 années), le ravinement de la bordure du plateau des Hautes Côtes bourguignonnes a produit l’accumulation, dans la plaine de la Saône, d’une masse énorme de fragments calcaires qui s’étalent progressivement sur quelques kilomètres et dont l’épaisseur varie entre 20 et 25 m.

17 Cote pour la cour nord de – 30 au point de départ depuis la fondation du pronaos à – 60 à son extrémité nord-est et de – 34 à – 68 pour la cour sud.

18 Les puits publics, circulaires, découverts jusqu’à ce jour aux Bolards ont un diamètre variant de 0,60 à 0.75 m. Un seul puits, dans une cour privée, présente aussi un diamètre de 1,20 m.

19 Notes manuscrites et photos Roux-Vacherot. Archives des Bolards.

Table des illustrations

Légende Fig. 63. Vue d’ensemble de la cella. Cl. J. Gauthey.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 534k
Légende Fig. 64. Fondation du mur sud de la cella. Cl. E. Planson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Légende Fig. 65. Fondation du mur ouest de la cella. Cl. E. Planson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Légende Tableau XXVIII. Mobilier de la cella.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 66. Fondation du mur no 1 de la galerie. Cl. E : Planson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Tableau XXIX. Mobilier des galeries entourant la cella.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Légende Fig. 67. Fondation du pronaos. Face ouest. Cl. C. Pommeret.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Légende Fig. 68. Fondation du pronaos. 1, US 1224 : terre grise ; 2, US 1156 : terre noire ; 3, US 1157 : graviers ; 4, US 1058 : limon brun clair ; 5, US 1161 : graviers würmiens. Éch. 1/50. Relevé no 134, CNRS-B.A.A., 1984.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 69. La cour centrale dallée en cours de dégagement. Cl. E. Planson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Fig. 70. Coupe stratigraphique ouest-est (no 14), d’un sondage sous une dalle. 1, US 1240 : dalles ; 2, US 1239 : graviers blancs ; 3, US 1238 : hérisson ; 4, US 1237 : pierres concassées et éclats de taille ; 5, US 1236 : sable et graviers ; 6, US 1235 : terre noire ; 7, US 1058 : limon. Éch. 1/50. Relevé G.R.A.N.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Fig. 71. Fondation et bloc de la base d'autel. Cl. E. Planson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Fig. 72. Canalisation creusée dans les dalles du bord nord de la cour. Cl. E. Planson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Tableau XXX. Mobilier de la cour dallée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Légende Fig. 73. Canalisation de la cour nord : détail de l’agencement. Cl. E. Planson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 74. Entrée nord-est de la cour nord, marches de l’escalier d’accès et canalisation. Cl. E. Planson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Fig. 75. Coupe stratigraphique ouest-est (no 15), vers le mur 15. 1, US 1000 : terre végétale : 2, US 1265 : graviers jaunes (fragments de mortier) ; 3, US 1264 : limon jaune ; 4, US 1263 : occupation et remblais ; 5, US 1262 : sol ; 6, US 1261 : remblais ; 7, US 1260 : couche d’incendie ; 8, US 1259 : graviers blancs ; 9, US 1258 : graviers jaunes ; 10, US 1257 : caniveau ; 11, US 1256 : terre rapportée ; 12. US 1255 : sol ; 13, US 1254 : terre noire ; 14, US 1253 : graviers et gravillons ; 15, US 1252 : couche noire ; 16, US 1251 : petits graviers ; 17, US 1058 : limon naturel ; 18, US 1161 : graviers würmiens. Éch. 1/50. Relevé G.R.A.N.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 76. Coupe stratigraphique nord-sud (no 16) : paroi de la fosse d’enfouissement no 6. 1, US 1000 : terre végétale ; 2, US 1272 : couche de démolition ; 3. US 1271 : sol de galets ; 4, US 1270 : terre battue ; 5, US 1269 : graviers jaunes ; 6. US 1268 : pierres cassées ; 7, US 1267 : couche d’occupation ; 8, US 1058 : limon naturel ; 9, US 1447 : graviers jaunes ; 10, US 1161 : graviers würmiens. Éch. 1/50. Relevé G.R.A.N.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Tableau XXXI-1. Mobilier de la cour nord.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 421k
Légende Tableau XXXI-2. Mobilier de la cour nord.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Légende Tableau XXXII-1. Mobilier de la cour sud.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Légende Tableau XXXII-2. Mobilier de la cour sud.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Légende Tableau XXXII-3. Mobilier de la cour sud.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Légende Fig. 77. Dalles d’anathyrose (côté sud) avec retour d’angle. Cl. E. Planson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Fig. 78. Dalles de supports de colonnes sur le mur 25 du péribole (côté sud). Cl. E. Planson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Fig. 79. Galerie du péribole : jonction des murs 6 et 7 avec le mur 25. CI. C. Pommeret.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 80. Détail de la chaussée sud de la galerie du péribole avec empreinte de poutre. Cl. E. Planson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Tableau XXXIII. Mobilier de la galerie du péribole.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Légende Fig. 81. Exèdre semi-circulaire et murs antérieurs 31 et 31 bis. Cl. C. Pommeret.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Fig. 82. Coupe stratigraphique ouest-est (no 17), de l’exèdre semi-circulaire.1, US 1000 : terre végétale ; 2, US 1358 : remblais ; 3, US 1357 : sable : 4, US 1356 : terre argileuse ; 5, US 1355 : démolition ; 6, US 1354 : sol de graviers et tuiles ; 7, US 1353 : sable ; 8, US 1352 : terre noire ; 9, US 1351 : remblais (os, briques, charbons, éclats de pierres roses) ; 10, US 1058 : limon. Éch. 1/50. Relevé G.R.A.N.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Tableau XXXIV. Mobilier de l'exèdre semi-circulaire.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Fig. 83. Exèdre carrée : jonction des murs 50, 51,53. Cl. C. Pommeret.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Tableau XXXV. Mobilier de l’exèdre carrée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Tableau XXXVI. Mobilier de la partie sud de l'hémicycle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende Tableau XXXVII. Mobilier de la partie sud de l’hémicycle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Légende Tableau XXXVIII. Mobilier de la partie nord de l’hémicycle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 605k
Légende Tableau XXXIX. Mobilier trouvé dans les fosses d'enfouissement 1 et 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Tableau XL. Mobilier trouvé dans les fosses 3, 4 et 5.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Tableau XLI. Mobilier trouvé dans les fosses 6 et 7.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 84. Bloc avec barre de fer trouvé le long du mur 18, dans la cour nord. CI. E. Planson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/385/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 155k

© ARTEHIS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search