Version classiqueVersion mobile

Le sanctuaire antique des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or)

 | 
Colette Pommeret

Première partie : Les sanctuaires et leur contexte

Les structures antérieures au grand temple

Évolution du secteur du iie s. av. J.-C à la fin du ier s. ap. J.-C.

Colette Pommeret

Texte intégral

1Les traces d’occupation et les substructions antérieures au grand temple couvrent trois périodes, depuis le début du ier s. av. J.-C. jusqu’aux années 70/80 ap. J.-C. Les deux plus anciennes, particulièrement représentées au centre même de l’édifice, semblent correspondre à des lieux de cultes primitifs.

2Lors de la première période, n’apparaissent, dans un premier état, que des éléments isolés, bien datés, mais dont aucun plan cohérent ne peut être restitué. Aucun vestige aussi ancien n’a été découvert en périphérie de la cella du grand temple.

3Au cours d’un second état, des vestiges plus structurés ont été retrouvés sur une étendue plus importante, mais, la plupart du temps, profondément modifiés ou même annihilés par les aménagement de la période suivante. Seul, en de nombreux endroits, le matériel résiduel attestait son existence.

4La deuxième période, qui va du début de notre ère à la fin du règne de Néron, marque un changement complet et une époque de développement important, avec une intense activité et le début de l’urbanisation de la cité où l’on voit se développer un réseau de rues et de constructions établies selon une orientation donnée. Un fanum et son péribole sont alors associés à une zone d’habitat et de petit artisanat, installée le long d’une voie nord-sud (no 37) qui les sépare. Dans certains secteurs de cet habitat, on note une grande densité de vestiges qui permettent de mettre en évidence jusqu’à quatre phases de reconstructions successives très rapprochées dans le temps – une cinquantaine d’années – sans que l'on puisse affiner les datations malgré un mobilier abondant.

5Dans cet habitat, aucune trace structurée du second état de la période I n’a pu être mise en évidence : seul un niveau de terre noire avec quelques fragments de céramique semble le représenter.

6Rappelons que la couche de graviers würmiens, substrat général de tout le site, n’a été atteinte que par les fondations importantes comme celles du grand temple, recherchant une base solide et compacte (cf. étude géologique de M. Amiot, supra). Sa partie supérieure est retrouvée de la cote – 200 à 220.

7Les traces d’occupation les plus anciennes (fosses, fossés...) peuvent atteindre et entamer le limon sus-jacent dont l’épaisseur varie de 0,60 à 1,00 m (cote sup.-100/140).

8L’ensemble du site est directement établi sur un niveau de sables et graviers fins, peu épais, de même composition que les alluvions du Meuzin, mais nettement plus fins en raison d’un tri naturel (dépôt de rive convexe par exemple). Cet horizon, situé sur le limon naturel à la cote – 85, a été plus ou moins aménagé. Cet aménagement volontaire d’un dépôt naturel se retrouve également dans certaines habitations d’époque précoce, dans le quartier de l’habitat déjà fouillé auparavant au sud-est des sanctuaires.

PÉRIODE I

ÉTAT 1 : UN SANCTUAIRE PRIMITIF

L’aire cultuelle

9L’aire de culte s’est installée au centre du méandre actuel du Meuzin. Les premiers occupants ont pratiqué un nivellement partiel des graviers, à la cote moyenne de – 100, prenant soin de leur conserver une épaisseur minimum qui leur permette de s’isoler du limon sous-jacent.

Fig. 13. La fosse à offrandes avec les vases de La Tène III. Cl. E. Planson.

10Plusieurs sondages ont révélé des traces fugitives de l’occupation primitive, en particulier à l’emplacement de la cella du grand temple, ainsi qu’entre les fondations de son mur est et les fondations de la colonnade du pronaos, et dans la partie sud de l'hémicycle du péribole. Dans tous les cas, il s’agissait des négatifs laissés dans le substrat de graviers et de limon par des fossés, des fosses et des trous de poteau.

11Le témoin le plus ancien, en raison du matériel qu’il contenait, est une fosse circulaire de 0,60 m de diamètre et de 1 m de profondeur (cote basse – 175) dont le bord sud est légèrement entamé par le parement du mur sud de la grande cella (US 1182, en 23 C. 6). Elle était comblée par un important dépôt de céramique, contenu dans une terre grise cendreuse (fig. 13).

12Immédiatement au nord de cette fosse et probablement recoupée par elle, on remarque, sur la coupe relevée à cet emplacement, une structure énigmatique antérieure à la fosse (fig. 14). Il s’agit d’une « poche » de terre grise et de graviers (US 1181), qui s’étend sur un mètre de long depuis la fosse vers le nord et sur une profondeur minimum de 0,50 m dans le substrat de graviers (le fond n’a pas été fouillé). La verticalité de sa paroi nord pourrait s’expliquer par l’existence de planches disparue.

13Toujours sur la même coupe, le bord nord de cette poche apparaît légèrement recoupé par un creusement à fond plat (US 1178), de 0,50 m de largeur pour 0,10 m de profondeur (cote basse – 95). Enfin, à 0,60 m de ce creusement, en limite nord du sondage, se dessine l’amorce d’une nouvelle fosse à fond plat, de 0,30 m de large minimum pour 0,25 m de profondeur (cote basse – 105).

14Entre les fondations du mur est de la cella du grand temple et du pronaos, à 8 m au nord-est de la fosse contenant le dépôt de céramiques, on remarque le seul emplacement où, sur une largeur de 0,55 m, le substrat de graviers, conservé à la cote – 85, ne semble pas avoir été arasé (fig. 15). Hasard ou non, ce témoin se situe à l'aplomb de la limite extérieure du sol hérissonné de la galerie du fanum II, postérieur. De part et d’autre, côtés est et ouest – les seuls observés – le substrat est creusé sur 0,20 m en moyenne, aux cotes de – 110 à l'est et – 100 à l'ouest. Les parois de ces creusements sont verticales et les fonds parfaitement plans.

Fig. 14. Coupe stratigraphique nord-sud (no 1), au niveau de la fosse à offrandes.
1, US 1171 : sol bétonné de la cella du fanum II ; 2, US 1172 : hérisson ; 3, US 1173 : argile brun-jaune ; 4, US 1175 : couche rubéfiée noire : 5, US 1178 : creusement à fond plat, terre grise-charbons ; 6, US 1179 : limon et graviers ; 7, US 1181 : « poche », terre grise et graviers ; 8, US 1180 : graviers ; 9, US 1182 : fosse à offrandes. Éch. 1/50. D'après relevé G.R.A.N., dessin. O. Juffard. Les symboles stratigraphiques ci-dessous sont valables pour toutes les coupes suivantes.Image 100000000000026600000175B61D2720286A03EA.jpg

Fig. 15. Coupe stratigraphique ouest-est (no 2), de l’ensemble fossoyé.
1, US 1162, 1163, 1164, 1165 et 1166 : hérisson et sol de la galerie du fanum ; 2, US 1150 ; remblai de graviers ; 3, US 1151 : dernier sol de la cour du fanum ; 4, US 1152 : boue et terre battue ; 5, US 1153 : alignement de moellons ; 6, US 1154 : terre argileuse et graviers ; 7, US 1155 : premier sol de la cour du fanum ; 8, US 1156 ; terre noire ; 9, US 1157 ; graviers limoneux ; 10, US 1158 : fossé, terre gris-noir, avec, de l’ouest à l’est, la première fosse, le trou de poteau et la fosse oblongue ; 11, US 1159 : graviers ; 12, US 1160 : limon fin jaune ; 13, US 1058 : limon naturel ; 14, US 1151 : graviers würmiens. Ech. 1/50. D’après relevé G.R.A.N.

15Le creusement est (US 1158 – fig. 15, no 10) a été observé sur 2 m de longueur, mais devait se poursuivre à l’emplacement des fondations du pronaos du grand temple. On ne connaît pas sa limite est. A sa base, apparaissent les restes des négatifs de trois structures fossoyées (fig. 16) :

  • une première fosse se situe exactement à l’aplomb de la limite ouest du creusement. Elle mesure 0,30 m de diamètre et possède des parois presque verticales et un fond plat reposant sur le limon. Elle atteint une profondeur de 0,70 m, côté ouest, pour 0,25 m seulement côté est, où les graviers ont été arasés (cote basse-120) ;

  • à 0,30 m à l'est, apparaît un trou de poteau vertical de 0,10 m de large, implanté à la même profondeur ;

  • à 1,10 m de la fosse et 0,60 m du trou de poteau, toujours à l’est, s’ouvre une fosse oblongue (ou fossé) rectiligne à fond plat, de direction nord-sud, d’une longueur de 2,80 m, aux extrémités arrondies. D’une largeur de 0,50/0,55 m et d’une profondeur de 0,40 m, elle entame le substrat de limon jusqu’à la cote – 145 (fig. 17).

Fig. 16. L’ensemble fossoyé (état 1, période I) et sols sus-jacents de la cour du fanum II. Cl. C. Pommeret.

16À 5 m au nord de ce sondage (en 41 BC 1. 2), la coupe no 3 (fig. 18) montre également un arasement des graviers à la cote – 110 et la présence d’une autre fosse oblongue nord-sud (ou fossé) dont le fond plat entame les graviers et le limon sur une profondeur de 0,70 m, jusqu’à la cote-180 (US 1222-fig. 18, no 9). Recoupée par la fondation du mur est de la cella du grand temple, elle mesure au moins 0,60 m de large, pour une longueur totale de 1,20 m. Elle n'est pas dans l'alignement du fossé précédent.

17Cet ensemble fossoyé occupe une position privilégiée, puisqu’il se situe à l’est des autres creusements et peut-être, de ce fait, à l’emplacement de l’entrée d’une première aire sacrée. La verticalité de certaines parois pourrait permettre d’imaginer qu’elles étaient protégées par un cuvelage en bois, mais aucune trace n’en a subsisté.

Fig. 17. Le fossé (US 1158). Cl. C. Pommeret.

Fig. 18. Coupe stratigraphique ouest-est (no 3), avec fosse oblongue. 1, US 1000 : terre végétale ; 2, US 1448 : remblais ; 3, US 1449 : graviers jaunes ; 4, US 1223 : graviers ; 5, US 1224 : couche gris-noir ; 6, US 1220 : graviers ; 7, US 1058 : limon ; 8, US 1151 : graviers würmiens ; 9, US 1222 : fosse oblongue. terre noire ; A, fondations du mur est de la cella ; B, fondations du pronaos. Éch. 1/50. Relevé no 24. CNRS-B.A.A., 1975.

18À 11 m au sud-ouest (en 03 ABCD 3.4), présente sur deux coupes relevées à 1 m l’une de l’autre (fig. 19), on trouve une fosse au fond arrondi (US 1134). Côté nord, elle mesure 1 m à l’ouverture pour 0,80 m de profondeur (cote basse – 170) et au sud, 1,20 m à l'ouverture pour 0,50 m de profondeur (cote basse – 150) pour une longueur nord-sud évaluée à 1,50 m. Sur la coupe nord (non représentée), se remarque, côté est, une sorte de marche ou de banquette, sur 0,20 m de large et 0,20 m de profondeur, hauteur correspondant à l’épaisseur des graviers. A 0,10 m de cette « marche », se situe un trou de poteau de 0,20/0,25 de diamètre pour 0,40 m de profondeur (cote basse – 130).

19Partout ailleurs, on ne retrouve qu'une couche à l’aspect charbonneux, recouvrant le substrat, correspondant à l’épandage présent sur toute l’aire cultuelle centrale. Aucune structure en creux n’est signalée à l’ouest de l’aire cultuelle.

Le comblement et le mobilier (tab. I)

20Le dépôt céramique trouvé dans la fosse centrale (US 1182) était conservé dans un contexte de terre grise ; cette fosse était scellée par une couche cendreuse compactée. Il se composait de plus de 2000 tessons, permettant de dénombrer cent huit récipients dont six ont pu être entièrement reconstitués. Enfouis après avoir subi Faction d’un feu violent, la plupart présentent des déformations ou des boursouflures en surface. On dénombre de la céramique indigène non tournée (jattes-pots ovoïdes) avec décor incisé ou au lissoir, de la céramique tournée où les vases balustres ou bouteilles dominent largement (plus de 70 %) avec, sur quelques vases, un décor peint ou fait de traits tracés à la pointe, des vases lissés, peints, à décor sepia, de formes diverses, et quelques fragments d’amphores type Dressel I.

Fig. 19. Coupe stratigraphique est-ouest (no 4) : angle extérieur sud-ouest de la grande cella. 1, US 1120 : graviers ; 2, US 1121 : terre grise et graviers stériles ; 3, US 1123 : couche noire ; 4, US 1126 : terre jaune et gravillons ; 5, US 1127 : couche noire ; 6, US 1128 : terre jaune argileuse et gravillons ; 7, US 1132 : terre grise de la première occupation ; 8, US 1133 : graviers lessivés ; 9, US 1058 : limon naturel ; 10, US 1135 : terre argileuse ayant subi l’action du feu ; 11, US 1136 : couche noire ; 12, US 1137 et 13. US 1138 : alignement de moellons et de pierres plates ; 14. US 1139 : terre noire avec galets ; 15, US 1386 : couche noire ; 16, US 1134 : fosse, terre grise. Éch. 1/50. D'après relevé G.R.A.N.

21Cet ensemble très homogène, correspondant très probablement à un dépôt votif, est attribuable aux phases anciennes de La Tène finale, soit à la période couvrant approximativement la deuxième moitié du iie s. et le début du ier s. av. J.-C. (BARRAL, GUILLAUMET, 1990, p. 71-72).

22Un bracelet tubulaire en bronze (Inv. no 119) a été découvert dans le comblement de terre fine de la petite fosse située plus à l’est. D'un diamètre extérieur de 7,1 cm, intérieur de 6,1 ± 1 cm, il présente des traces de décor gravé sur tout son bord extérieur : alignements parallèles de petites ponctuations rapprochées formant un fin quadrillage. Ce bracelet appartient à un type courant à la fin du deuxième Âge du Fer (aux environs de 100 av. J.-C).

23Toutes les autres structures creuses étaient remblayées par une même terre de couleur grise à noire selon les lieux, sans trace de litage, et qui s’étendait à leur partie supérieure sur 0,20 m d’épaisseur, avec une cote haute située à – 0,80. Il existait cependant, à l’est de la fosse à offrandes, à l’emplacement des trois structures fossoyées, une stratification plus fine. Elle se composait d’une première couche d’épandage, d’un fin niveau de graviers limoneux et d’une seconde couche de terre noire. Ces trois couches, comblant et recouvrant le creusement initial, témoignent d'une occupation effectuée en plusieurs étapes : structures fossoyées et leur comblement, aménagement d’un sol en graviers et réoccupation ou abandon de l’ensemble.

24En raison de la similitude des terres, le mobilier trouvé dans le comblement des structures en creux n’a pas, dans la plupart des cas, été distingué de celui trouvé dans la couche d’épandage directement sus-jacente. Il devra donc être considéré comme couvrant l’ensemble de la période d’utilisation de cette première installation.

25On a ainsi recueilli, dans le remplissage du fossé est, et dans la première couche de terre noire (cote – 95 à – 105), une moitié de bracelet en bronze demi-jonc ouvert (Inv. no 120), une obole de Marseille à la roue frappée en 90 av. J.-C. et huit monnaies gauloises. De nombreux petits fragments de céramique commune accompagnaient cet ensemble mais les formes sont impossibles à évaluer. La pâte est noire ou grise, feuilletée, avec des inclusions de grains de calcaire, de coquillages et de mica. On peut noter un tesson avec un décor à l’ongle et un rebord avec un décor digité.

Tableau I. Mobilier du sanctuaire primitif.

26À proximité de la fosse à offrandes, on a remarqué la présence, dès le niveau primitif remanié de sable, de quelques menus tessons de céramique grossière, ainsi qu’un fragment de bracelet de verre bleu à filets jaunes et décor torsadé et de quelques fragments d’ossements d’animaux.

27Enfin, des tessons de La Tène III ont été signalés dans un premier niveau, sous la future voie (no 37). Aucune découverte aussi ancienne n’apparaît plus à l’ouest de cette voie.

28On note la présence importante mais non significative de restes d’animaux (594 fragments dont 500 déterminables) pour le niveau d’épandage du « secteur fossoyé ». Il ne s’agit en aucun cas d’un dépositoire d’offrandes. Leur étude, réalisée par Mme Th. Poulain (cf. infra), a fait apparaître qu’ils appartenaient à un nombre minimum de cinquante-deux animaux, tous d’espèces domestiques : bœuf, porc, mouton, chèvre, cheval, chien et poulet. Les fragments portent des traces de découpe et de décarnisation. Un seul d’entre eux a été brûlé. Les ovicapridés dominent, avec plus de 46 %, dont 38 % pour le seul mouton. Viennent ensuite le porc avec 33 % et le bœuf avec 13 %.

Interprétation

29Ce premier niveau d’occupation n’ayant été fouillé que partiellement, et étant largement bouleversé par les constructions ultérieures, la topographie des creusements s’avère peu parlante (fig. 20).

30Seule la première fosse (US 1182), la plus ancienne, peut être interprétée comme une fosse à offrandes en raison du dépôt céramique qu’elle contenait.

31La fosse (ou fossé) située plus à l'est pourrait être considérée comme une partie d’un enclos de dévolution rituelle ou funéraire, à l’origine de l’implantation de la zone sacrée, et serait alors à rapprocher des enclos protohistoriques découverts dans la région (CHEVILLOT, 1980, p. 166). Toutefois, rien n’est moins certain. La présence, juste à côté, d’un trou de poteau et d’une fosse qui pourrait être une fosse de calage d’un poteau de grande dimension, ou toute autre structure, peut simplement amener à proposer l’hypothèse d’aménagements témoignant d’une architecture de bois, situés peut-être à l'entrée de la zone cultuelle, à Test ? En l’absence de témoins mobiliers spécifiques, il est impossible d’avancer plus dans l’interprétation.

32Les quelques traces repérées permettent tout au plus de reconnaître l’installation sur un sol de sable aménagé, d’un ensemble de structures fossoyées pour la plupart non interprétables. Seule la présence de la fosse à offrandes et celle éventuelle d'une fosse à crémation, permettent d’avancer l’hypothèse qu’il s’agit très probablement d’une zone cultuelle. Les fossés, fosses et trous de poteau situés à la périphérie immédiate correspondent très certainement à des aménagements liés au culte mais que le manque d'éléments ne permet pas d’interpréter.

Fig. 20. Plan des structures fossoyées de la période I, état 1. Éch. 1/200. D’après C. Pommeret.

33L’emplacement du péribole de cette aire sacrée, que l’on peut imaginer sous la forme d’un fossé ou d'une architecture en bois, ne peut être restitué.

ÉTAT 2 : LE PREMIER FANUM

L’aire cultuelle

34La construction d’un muret de péribole, en pierre, en grande partie conservé, vient matérialiser l'aire cultuelle. Englobant l’aire de répartition des anciennes structures fossoyées, il pourrait s’être substitué à une palissade en matériaux périssables délimitant l’aire sacrée primitive.

35À l’intérieur de ce péribole, la différence de traitement appliquée aux sols permet de définir des espaces dont la fonction ne devait pas être la même. Il s’agit de sols d’argile rubéfiée, de sols en cailloutis et de simples couches de terre gris-noir, plus ou moins épaisses.

36L’aire cultuelle s’inscrit donc, dans un second temps, dans un péribole dont le mur en pierre subsiste sur les côtés nord, ouest et sud (fig. 21). Le mur est a disparu, son tracé supposé se situant à l’emplacement du massif de fondation du pronaos du grand temple.

37Ce mur (no 27) est typique par sa construction utilisant de façon presque exclusive des blocs de calcaire lapiazé à peine retaillés, maintenus par de l’argile. On note des traces de mortier à certains endroits. Sa largeur est comprise entre 0,50 et 0,55 m. Il ne présente aucune fondation mais une simple semelle saillante de 0,60 m de large, reposant sur un nivellement des graviers lessivés (cote – 80/85).

38Long de 30 m, le mur ouest est le mieux conservé. 11 a été coupé au nord et au sud par les murs (nos 1 et 5) de la galerie entourant la cella du grand temple et en partie, au centre, par le creusement de la tranchée de fondation du mur ouest de la cella. Il subsiste encore par endroits avec quatre assises sur une hauteur de 0,45 m et 0,60 m au nord. À son extrémité sud, où l’horizon de graviers et le limon naturel vont progressivement en s’abaissant à la cote – 145, il présente, sur 6,50 m de long, jusqu’à cinq assises supplémentaires en profondeur, de structure différente, composées de moellons plus régulièrement taillés et jointoyés par un épais mortier débordant. Il est probable que les bâtisseurs ont ainsi pallié la déclivité du terrain en renforçant le mur par une fondation plus importante et plus solide. Ainsi dans son angle sud-ouest, il apparaît composé de sept assises au total pour 0,80 m de hauteur mais, sur toute sa longueur, l’assise de réglage étant maintenue à la cote – 85 (voir infra fig. 30).

39Le mur sud a conservé quatre assises sur une longueur de 3,40 m, puis deux assises sur 0,40 m, puis une seule assise sur 1,30 m. On a pu constater que son plan de pose remonte en direction de l’est, suivant le niveau naturel du sol.

40Le mur nord subsiste sur 4,30 m avec une seule assise (cote sup. – 50/60). Son tracé est encore visible sur 4 m, avec son lit de pose en graviers (cote – 88). Ces vestiges disparaissent à l’approche du mur postérieur no 1. Il est ensuite retrouvé sur à peine 1 m, avec une seule assise, dans l’angle sud-ouest de la cour nord du grand temple.

41Le mur est n’existe plus, détruit lors de la construction du grand temple.

42L’aire sacrée se matérialise par des niveaux de terre battue, rubéfiés ou non. C’est ainsi que l’on a retrouvé des sols en argile brûlée, séparés par un niveau de graviers limoneux.

  • 14 M. Amiot. Centre des Sciences de la Terre, Université de Bourgogne.

43Une étude minutieuse, réalisée en laboratoire de géologie14 (sur un échantillon prélevé au centre de l’angle nord-ouest de la cella du fanum II, explique la formation de ces sols (fig. 22). Le premier niveau d’argile rubéfiée avec quelques rares graviers fins, ne comportant pas de charbon de bois, a une surface sensiblement plane. La surface de contact avec la couche sous-jacente est, elle, très irrégulière et en certains points, on constate des remontées de la couche cendreuse (du premier état) dans l’argile, attestant un compactage de celle-ci, probablement par foulage au pied, effectué avant l’action du feu. Ces irrégularités sont typiques de la mise en place d’un matériau plastique sur un autre matériau non consolidé, suivie de compaction. Il s’agit en fait de la réalisation d’un sol en terre battue.

44Une mince couche de graviers à matrice argileuse, riche en charbon de bois, sépare ce sol d’un second niveau d’argile rubéfiée, moins homogène, plus riche en graviers. La rubéfaction n’est pas limitée à la partie supérieure, comme précédemment, mais suit plus irrégulièrement les veines d’argile. Ce dernier niveau est recouvert par une mince couche gris-rosâtre de même composition, contenant quelques charbons de bois et semblant correspondre à un lissage de surface.

45L’analyse des niveaux les plus rouges par diffractométrie réalisée par M. Amiot et la comparaison avec d'autres prélèvements (limon du centre de l’habitat, terre à vigne) montrent que l’on se trouve en présence des mêmes argilites : feldspaths, illites riches en aluminium, mélange en faible quantité chlorite-kaolinite. Des comparaisons avec des diagrammes d’argiles chauffées en laboratoire indiquent qu’il n’y a pas eu cuisson proprement dite et que l'action du feu n’a porté que sur la couleur, au seul niveau des oxydes de fer, et que ces modifications correspondent à un feu de bois posé à même le sol et non activé par une soufflerie.

46Il est difficile d’affirmer que ces apports volontaires, faits en deux temps, correspondaient à deux niveaux d’occupation. Faut-il voir dans le sol A (le plus ancien), le niveau du premier fanum (fanum I) et dans le second sol B, moins homogène et ne présentant pas le même compactage, une préparation du sol destiné à l’installation du fanum Il avec nouveau rite de purification par le feu ? Aucun mobilier n’a été découvert sur le niveau A qui semble avoir été nettoyé.

Fig. 21. Plan du fanum I, mur 27, emplacement de Faire sacrée et des foyers. Éch. 1/500. D’après C. Pommeret.

47À proximité de cette cella probable, n’a été retrouvée qu’une couche de terre grise, comprenant des cailloux et ne présentant aucune trace de feu ni vestige de galerie.

48Dans la cour, déterminée par le mur de péribole 27, existaient des traces de foyers superposés et d’aménagements (fig. 21), principalement dans la partie sud qui représente le secteur le plus exploitable (sur une superficie de 140 m2) car le moins détruit par les fondations du grand temple. Malheureusement l'état de ces installations reste très fragmentaire. De plus, l’étude du mobilier découvert montre qu'elles ont été atteintes par des structures postérieures de même nature. Les plus anciennes se situent à une cote qui semblerait prouver leur contemporanéité indéniable avec le mur 27. Une coupe nord-sud no 6 (fig. 23) montre la complexité de ces superpositions de foyers. Sur les graviers naturels, irrégulièrement arasés autour de la cote – 110, et en partie recouverts par une couche de terre grise avec charbon, se trouvait une première aire d’argile brûlée à laquelle se superpose une série de foyers situés au même emplacement.

Fig. 22. Coupe stratigraphique ouest-est (no 5) : sol de l’aire sacrée.
1, US 1000 : terre végétale ; 2. US 1451 : remblai terre grise et pierres ; 3, US 1450 : terre grise et gravillons ; 4. US 1170 : terre noire grasse, compacte ; 5, US 1171 : sol de béton blanc du fanum 11 ; 6, US 1172 : hérisson ; 7, US1173 : limon jaune ; 8. US 1174 : couche grise : 9, US 1175 : argile rubéfiée : sol B ; 10, US 1176 : graviers argileux ; 11, US 1177 : argile rubéfiée, sol A ; 12, US 1178 : couche grise, cendreuse ; 13, US 1179 : sable et graviers limoneux ; 14, US 1180 ; graviers ; 15, US 1058 : limon ; 16, US 1194 : graviers ; 17, US 1193 : terre jaune ; 18, US 1192 ; graviers et galets ; 19, US 1191 : terre noire ; 20, US 1189 : sol de galets ; 21, US 1190 : alignement de pierres. Ech. 1/50. Relevé G.R.A.N.

49Ce niveau d'occupation est plus nettement déterminé à proximité du mur 27 principalement au sud. Il est alors bien dissocié des niveaux supérieurs par une couche argileuse de 0,12 m d’épaisseur puis par 0,20 m de graviers recouverts d’éclats de taille correspondant à la construction d’un mur postérieur.

50La coupe est-ouest no 4 (fig. 19) relevée à 1,50 m de l’angle sud-est de la cella du grand temple montre, le long du mur 27 (soit à 9 m de son angle sud-ouest), une couche d’argile jaune mêlée de gravillons (US 1128) sur une bande de 2,20 m de large. Elle est recouverte d’une fine couche charbonneuse correspondant à un foyer (US 1136), ponctuellement rechargé par une nouvelle couche d’argile à l’emplacement d’un affaissement du sol lié à la présence d’une ancienne fosse (US 1134, voir supra). Une nouvelle couche charbonneuse, visible sur cette recharge, vient se confondre avec la précédente contre le mur.

51Ailleurs, dans la cour, de chaque côté des sols rubéfiés situés en position centrale, on a trouvé un sol de gravillons recouvert d’une couche d’occupation de terre noire argileuse à une cote variant de – 110/120 à -145 en se déplaçant de l’angle sud-ouest vers l’est. Au nord-ouest, la même couche va de la cote – 70 à – 100.

52Un mobilier important a été recueilli. Seul le niveau proche des parements intérieurs du mur 27 apparaît comme non « pollué » par les installations postérieures. Nous attribuerons donc par prudence le seul mobilier découvert à ces emplacements à la période d’utilisation et d’abandon du premier fanum et rattacherons les découvertes des niveaux plus incertains à la période suivante du fanum II.

Le mobilier (tab. II)

53La céramique commune recueillie est riche en poterie de type Bibracte, dont des jattes à fond ombiliqué et décorées à la molette, de la terra nigra. S’y ajoutent quelques menus fragments de poterie italique. Les monnaies, au nombre de dix, comprennent un as de Nîmes et neuf monnaies gauloises. Elles sont associées à deux fibules à ressort protégé et une pseudo-Tène II.

Étendue de l’occupation de l’état 2 à l’ouest du fanum

54Dans l’habitat exploré plus à l’ouest, plusieurs sondages mettent en évidence une couche d’occupation, terre gris noir plus ou moins argileuse, plus ou moins épaisse, qui peut être datée de la même époque, mais dont l’exploration n’a pas été généralisée et où aucune structure n’a été reconnue. Ce niveau repose soit directement sur le limon naturel (en 30 IJ. 8. 9, cote – 80/–95 et en 30 GHI. 1.2, cote – 90/–100 : cf. fig. 35, niveau à surface rubéfiée) soit sur la couche de graviers fins (31 A à E. 1 à 7, cote – 85/–90 : cf. fig. 42).

55Sur une coupe relevée le long d'une fosse d’enfouissement (fosse 3, fig. 58) on observe, sur une première couche grise argileuse déposée sur le sable du Meuzin, une stratification assez fine, évoquant la présence d’un chemin. Il se compose de deux minces couches de graviers enserrant une couche d’occupation. L’ensemble adopte un profil bombé, le talus de ce chemin se situant au nord. Il s’agit probablement d’un chemin primitif, provenant de l’est et se dirigeant sur le sanctuaire.

Fig. 23. Coupe stratigraphique nord-sud (no 6), dans la cour du fanum II. 1, US 1000 : terre végétale ; 2, US 1200 : terre noire ; 3, US 1201 : graviers ; 4, US 1202 : remblais dans tranchée de récupération ; 5, U. S. 1203 : terre grise et charbons de bois ; 6, US 1204 : limon rouge ; 7, US 1205 : terre grise et charbons de bois ; 8, US 1206 : foyer ; 9, US 1207 : foyer ; 10, US 1208 : graviers. Éch. 1/50. Relevé G.R.A.N.

56Une découverte intéressante a été faite, immédiatement au nord et probablement le long de ce chemin. Les restes de onze chiens ont été recueillis, conservés dans quatre petites fosses creusées dans les graviers sous-jacents. Peu d’observations ont pu être effectuées lors de cette découverte ; les vestiges de ces animaux (384 fragments pour 10 adultes et un jeune) avaient dû être déplacés, car les squelettes étaient disloqués.

57Le mobilier recueilli est peu abondant (tab. III).

Interprétation

58Ce fanum est surtout bien matérialisé par son mur de péribole, de construction sommaire, fait de blocs plus ou moins retouchés. Il est plus difficile de déterminer la surface exacte occupée par sa cella, dont seul un sol de terre battue a été retrouvé. Aucun emplacement de mur ne subsiste ni aucune trace permettant d’admettre l’existence d’une galerie.

59Pour sa datation, on peut avancer une période de construction qui se situerait à la fin de l’Indépendance et une destruction volontaire au début de notre ère pour permettre l’installation d’un nouveau centre de culte.

Tableau II. Mobilier du fanum I, état 2.

Tableau III. Mobilier de l’état 2 à l’ouest du fanum I.

PÉRIODE II : FANUM ET HABITATS (fig. 24 et 32 infra)

60Pour cette période, les principales structures retrouvées s’articulent de part et d’autre d'une voie (voie 37) orientée nord-est/sud-ouest, dont la largeur est évaluée à 7 m, et qui sépare une zone d’habitat et d’artisanat de la zone cultuelle.

61Côté occidental, les vestiges de constructions, maçonnées ou faites en bois et terre, constituent sur une quinzaine de mètres, dans la partie centrale explorée, la bordure même de la voie pour l’état le plus récent. Ils appartiennent, comme nous pourrons le démontrer, à des boutiques et ateliers s’ouvrant largement sur l’extérieur.

62Côté du levant, la voie est longée par le mur de péribole (mur 28) du nouveau fanum superposé au précédent.

63Nous étudierons successivement ce. fanum, la voie et la zone habitat-artisanat située à l’ouest, ainsi que d'autres vestiges de constructions retouvés au sud et au nord-est de la zone cutuelle.

LE FANUM II

La cella et sa galerie

64Bien que largement amputés par la construction du temple monumental et principalement par les fondations de sa cella, l’emplacement et le plan de ce second fanum sont parfaitement déterminables (fig. 24).

65La cella se superpose à l’aire sacrée du fanum I. Nous avons pu constater précédemment, lors de l’étude minutieuse du sol du fanum gaulois (sol A), la présence d’un second « sol » (B), en argile rubéfiée, moins homogène, qui pourrait correspondre à une préparation du sol du fanum II avec nouveau rite de purification par le feu et offrande de monnaies (fig. 25). Vingt et une monnaies sont en effet répandues à la limite supérieure de la seconde couche rubéfiée (sol B), avec une concentration plus importante au centre de la cella, soit douze monnaies sur 0,80 m2, à proximité d’une aire de rubéfaction maximum ; aucune monnaie n’était brûlée. Un as des monétaires d’Auguste a également été retrouvé dans le hérisson du sol supérieur.

66Le sous-sol correspondant à l’emplacement de la galerie est différent et se compose d’un niveau de terre argileuse grise. Il ne présente en général aucune trace de feu, excepté sous la galerie est, où une zone rubéfiée a été retrouvée en bordure du sous-sol de la cella limitée à l’est par une pierre isolée, elle aussi rubéfiée (fig. 15, supra).

67Ces différents niveaux servent de base aux hérissons soutenant les sols de la cella et des galeries.

68De plan carré, de 11 m de côté, le fanum se compose d'une cella de 6,60 m, entourée d’une galerie de 2,10 m de large.

69Le sol de la cella est bien conservé dans toute sa partie nord-ouest sur 16 m2 environ (cote-35/40), les angles nord-est, sud-est et sud-ouest ayant disparu dans les fondations postérieures. Il se compose d’un hérisson de 0,10 à 0,12 m de pierres à angles vifs, solidement implanté dans une couche d’argile brun-jaune de même nature que celle du niveau rubéfié. Le sol est fait de pierres cassées et de graviers bétonnés recouverts en surface d’un béton lissé blanc.

70Une petite tranchée quadrangulaire de 0,15 m de côté, négatif d’une poutre horizontale, sépare les sols de la cella et de la galerie.

71Le sol de la galerie est à un niveau légèrement inférieur (cote – 45/50). Il est de même nature, composé de graviers bétonnés sur hérisson mais la surface n’est pas unifiée et se présente comme une sorte de « mosaïque de graviers » de couleur différente allant du blanc au gris, au rose, sertie dans un mortier fin. Il est également délimité par des sablières basses.

Fig. 24. Plan du fanum II : cella, galerie, péribole ; aire de limon rouge et foyers, murets, Éch. 1/500. D'après C. Pommeret.

72Entre cella et galerie, dans l’angle nord-ouest subsistant, au lieu de rencontre des sablières nord et sud, on note un trou de poteau de forme conique (diamètre d’ouverture 0,60 m, profondeur de 0,90 m), avec des pierres de calage disposées verticalement.

73Une autre cavité circulaire a été découverte plus au sud, à 2,50 m environ de cet angle, se signalant en surface (cote – 35) par un amas de pierres superficielles. Son diamètre est de 1 m, sa profondeur d’environ 1,30 m (cote du fond – 170). Comblée de terre brune et de graviers, elle ne présente en profondeur aucun dispositif particulier de pierres de calage. Il pourrait s’agir d’un trou de poteau intermédiaire.

74Enfin, côté est, à la limite restituée de la cella du fanum et à 1,40 m au nord de son angle sud-est supposé, on découvre une fosse en partie incluse dans les fondations du mur est de la cella du grand temple, fondations qui en forment la paroi ouest et la dominent en surplomb sur plus d’un mètre (jusqu'à la cote – 140). Les autres parois sont tapissées de six pierres posées de chant, grossièrement équarries. À cet endroit le diamètre de la fosse est de 0,70 m. Le limon est encore entaillé sur une vingtaine de centimètres à partir de la limite inférieure des pierres et le fond en est pratiquement horizontal avec un diamètre de 0,50 m (cote-190). Cette fosse présente une profondeur totale de 1,40 m à partir du niveau du sol du fanum et se trouve creusée dans le limon naturel (fig. 26).

Fig. 25. Le sous-sol et le sol du fanum II. Cl. E. Planson.

Fig. 26. La fosse-trou de poteau du fanum II surplombée par les fondations du mur de la cella du grand temple. Cl. C. Pommeret.

75À sa découverte, on avait évoqué la possibilité d'une fosse à offrandes volontairement aménagée dans le limon au moment de la contruction de la cella du grand temple. Mais son aménagement, comparable à celui que présentait le trou de poteau de l’angle nord-ouest avec une même disposition de pierres placées verticalement, avec un diamètre sensiblement égal (0,60 m et 0,70 m) mais d’une profondeur différente (0,90 m et 1,40 m), la nature de son comblement provenant de la démolition du fanum, font plutôt penser à un trou de poteau, non pas de l’angle sud-est, mais peut-être en relation avec l’entrée qui devait se situer à l'est.

76Bien que le plan de l’ensemble soit incomplet, la dimension de ces poteaux et leur position permettent de dire qu’ils ont servi à supporter la toiture de la cella. Pour la galerie, l’absence de trous de poteau laisse supposer que l’ossature en bois et les poteaux corniers soutenant le toit étaient solidaires des poutres sablières basses.

77Dans les remblais de destruction, on a recueilli des témoins du mode de construction des élévations et de leur décor. Il s’agit de débris de mortier, de fragments de pisé avec traces de clayonnage et d’enduits peints. Ces derniers se trouvaient presque exclusivement dans la terre noire pulvérulente comblant l’emplacement des sablières basses de la cella, et dans les trous de poteau. Leur décor, de type inconnu et d’exécution grossière, est à rapprocher du « faux marbre ». Il présente pour la plinthe de grosses taches rouge bordeaux dont le centre est gris, appliquées sur un champ gris. Certains fragments présentent des bandes noires et jaune-vert. La surface est inégalement striée. Une seconde série de fragments, avec un mortier de même nature, appartenant aux zones médianes et supérieures, constituait de grands panneaux rouge bordeaux séparés par des bandes vertes. La surface picturale est lisse. Le mortier de support est composé de trois couches et le revers présente des empreintes profondes de clayonnage (PLATEAU-COMTE, 1982 p. 61-63).

Le péribole et la cour

78Ce fanum était entouré d’une enceinte probablement carrée, dont le mur (no 28) n’a été retrouvé qu’à l’ouest et au sud, selon une orientation nord-est/sud-ouest, identique à celle du péribole du fanum I.

79D'une largeur de 0,55 m, le mur est conservé sur 21 m de long. Il est coupé en deux endroits par les murs 1 et 5 du grand temple. On perd sa trace au nord (en 00 FG 6.) à l’approche de l'emplacement supposé de son angle nord-ouest. Dans toute cette section, on constate que ce mur est construit sans fondations. Sa semelle (cote – 55/60) repose sur une simple couche d’égalisation plus ou moins épaisse (0,15 à 0,20 m) d’éclats de taille. Sept assises de moellons sont visibles à son extrémité sud-est sur 0,80 m de hauteur (cote sup. 0), mais il est en général assez régulièrement arasé autour de la cote – 17 avec trois à quatre assises.

80Il est très bien construit, composé d'un petit appareil de moellons rectangulaires ou quadrangulaires bien réguliers de calcaire rose de Comblanchien, soigneusement jointoyés. Les joints sont saillants formant ruban plat. Son angle sud-ouest comporte un chaînage de très beaux blocs rectangulaires d’une longueur de 1,20 à 0,90 m et d’une épaisseur de 0,11 à 0,19 m (fig. 27 et 28). Au sud, son retour ouest-est est retrouvé sur 9,80 m de long avec de deux à quatre assises, puis disparaît brutalement. Seule une trace en tranchée peu profonde subsiste sur deux mètres, comblée de pierres cassées.

81L’étude de son implantation a montré qu’il se superpose à 1,25 m de son angle externe sud-ouest, au mur antérieur (no 27) appartenant au péribole du fanum gaulois. Il présente alors dans toute cette section une fondation de 0,20 m d’épaisseur, composée de grosses pierres avec mortier s’enfonçant dans 0,20 m de terre grise mêlée à des graviers blancs, le tout soutenu par les assises du mur 27 (fig. 29 et 30).

82Ce mur a donc repris sensiblement le même tracé que celui du péribole du fanum I, s’en éloignant de 0,50 m à l’ouest, s’y superposant en l’utilisant au sud dans un secteur où le niveau du sol naturel est plus profond, et s’en éloignant au nord, comme le laisse supposer la situation de son extrémité conservée par rapport à l’angle nord-ouest du mur 27. Le mur est n'est pas retrouvé, détruit comme le mur 27, par les constructions ultérieures.

83Concernant la section ouest du mur 28, on a découvert extérieurement au niveau de sa semelle (cote – 55/70), un sol de gravillons tassés avec, par endroit, des laves semblant former une sorte de dallage. Une terre noire peu compacte, riche en matières organiques, ossements d’animaux, charbon, s’était accumulée contre le mur, sur une épaisseur d’environ 0,40 m, avec un pendage ouest-est (cote sup. – 15 à l’ouest pour rejoindre le niveau de la semelle du mur). Ce sol se rapportait probablement à un passage, sorte de trottoir entre le péribole et la voie 37.

Interprétation

Première phase d’occupation

84Dans la cour ainsi délimitée, à l’ouest et au sud-ouest, des installations légères ont laissé des traces fugitives sous forme d’alignements de pierres très succincts, de foyers ou de simples aires d’argile ayant subi l’action du feu, installations difficilement interprétables, auxquelles il est impossible d'attribuer une fonction précise et dont il est difficile de restituer le plan. Elles modifient sensiblement certains secteurs et viennent interférer avec les couches d’occupation du fanum I. Les foyers en particulier, se présentant sous forme de couches d'argile successives, sont difficiles à dissocier. On semble se trouver devant une occupation continue, de même nature, qui a perduré depuis l’occupation gauloise jusqu’à l’occupation de la première moitié du ier s.

Fig. 27. Le mur 28 du péribole du fanum II. Chaînage d’angle. Cl. E. Planson.

Fig. 28. Le mur 28. Angle sud-ouest intérieur avec le mur 27 du péribole du fanum I. Cl. C. Pommeret.

Fig. 29. Le mur 28, angle sud-ouest et le mur 27. Cl. E. Planson.

Fig. 30. Le mur 28, dans sa direction ouest-est, superposé au mur 27. Cl. C. Pommeret.

85L’emplacement le plus typique se situe dans la partie sud-ouest de la cour (fig. 24). Une vaste aire de limon rouge (US 1204), de forme générale rectangulaire, d'environ 8 m de long et 4 m de large, orientée nord-ouest/sud-est, recouvre un secteur bien limité (en 05 C à J. 4 à 8, cote – 80/95) concentré autour de deux zones de foyers. Ses contours très nets laissent supposer l’existence possible de limites disparues. Seules quelques pierres isolées, enchâssées dans ce limon, semblent en marquer les limites à l’ouest et au nord et un muret de direction est-ouest la borde au sud sur 2 m de long.

86Le foyer le plus important est situé au centre de ce secteur (05 EF. 6. 7). De 1,40 m de diamètre, il présente une alternance de couches d’argile brûlée et de terre noire avec de nombreux charbons. Aucun dispositif ne l’accompagne (fig. 23, supra).

87Un second foyer de 1 m de diamètre occupe l’extrémité est (05 J. 3/25 A. 3, cote – 75/85). Un amas de pierres brûlées en marque le centre. Il était recouvert de terre noire contenant de nombreux tessons de céramique. A I m à l’ouest, entre les deux foyers, deux assises de pierres forment une structure rectangulaire (L. 0,70 m, 1. 0,50 m) dont on ne peut préciser la destination.

88Des alignements de pierres ont été retrouvés principalement à l’ouest de cette zone de foyers (en 05 AB. 9. 10) à la cote-85, sous la forme de deux murets parallèles distants de 0,90 m, de direction nord-est/sud-ouest. Ils se composent de deux à trois rangs de pierres superposées (ht. 0,20/25 m ; I. 0,55 à 1,80 m). Quelques pierres alignées perpendiculairement semblent les relier. Ces alignements se répètent à 2,50 m plus au nord (en 03 C. 3. 4. et D. 3, cote – 80) sur une longueur sensiblement égale. Ils retiennent entre eux un sol de galets et constituent la bordure, côté est, d'une zone de terre argileuse ayant subi l’action du feu.

Tableau IV. Mobilier du sous-sol du fanum II.

89Des alignements de même nature, de même orientation, sont repérables dans les secteurs ouest et est de la cour, aux abords immédiats du fanum, dont une rangée de six pierres sur 2,20 m de long (en 01 HI. 1.2, cote – 85) à l’ouest et une amorce d'alignement à l’est (en 43 D. 8, cote – 80).

90L’état fragmentaire de ces installations, alignements ou murets en pierre, aires rubéfiées de dimensions modestes, foyers ne présentant pas d’aménagements particuliers, rend difficile l’appréciation de leur fonction précise. Tout au plus, peut-on y voir les restes d’anciennes allées et de murets soutenant des appentis, par exemple. On remarque qu’au sud-ouest de la cella du fanum, ces alignements s’établissaient entre deux zones de foyers et servaient alors, à peu près sûrement, de limite entre les deux.

Tableau V. Mobilier du fanum II.

Tableau VI. Mobilier de la cour du fanum II, phase I.

Seconde phase d’occupation

91On note, dans un second temps, un rehaussement du sol de la cour du fanum Il assuré par un apport de graviers, souvent mélangés à une terre jaune, qui porte alors son niveau supérieur à la cote – 60/65 (fig. 15 et 19, supra). À ce niveau, on ne trouve plus de traces de foyers. Un seul alignement de pierres subsiste, situé parallèlement à 1 m du bord de la galerie est. Il est constitué par une rangée de neuf moellons sur 2,60 m de long (en 43 CD. 9. 10) et présente un gros bloc rectangulaire (0,50 x 0,30 x 0,20 m de haut) disposé perpendiculairement à son extrémité nord.

Tableau VII. Mobilier de la cour du fanum II, phase 2.

Le mobilier

92Le mobilier a été retrouvé aussi bien dans des couches d’occupation, sur le sol de la cella, que dans les remblais de destruction ou dans les négatifs des trous de poteau (tab. IV).

93Les découvertes les plus anciennes ont été faites sur les niveaux sous-jacents au hérisson soutenant le sol de la cella (sol rubéfié B) et de sa galerie (phase de construction). Sur le dépôt de vingt-cinq monnaies, on a pu dénombrer douze monnaies gauloises, une monnaie républicaine et douze quadrans d’Auguste (revers au taureau ou à l’aigle) frappées entre 15 et 10 av. J.-C.

94Le mobilier recueilli sur le sol bétonné de la cella, dans une couche de terre noire, assez dense, d’environ 0,15 m d’épaisseur, et sur le sol de la galerie, est représentatif des offrandes pratiquées (tab. V), en particulier des miroirs, de très nombreux ex-voto en terre blanche, dont quatorze statuettes d’animaux, datables de la première moitié du ier s. de notre ère, comme la verrerie constituée presque exclusivement de flacons à parfum. Les fibules sont pour la plupart connues dès le début de notre ère. Certains modèles de fibules plates, de forme annulaire à prolongement foliacé ou en forme de rouelle, traités en fins pointillés, sont moins connues et seraient de fabrication locale. D’autres, losangiques ou discoïdales, munies d’un rivet, sont caractéristiques du milieu du ier s., mais peuvent être plus précoces et apparaître dès l’époque tibérienne (FAUDUET, POMMERET, 1985, p. 82-84). Les monnaies sont gauloises et augustéennes.

95Dans un horizon de terre noire de 11 m de long sur 1,20/1,30 m de large, rejeté à l’est lors du creusement des fondations de la cella du grand temple, ont été également trouvés des débris de bronze, principalement des miroirs, des clous et des punaises, ainsi qu’un matériel en tout point semblable à celui découvert sur le sol en place.

Tableau VIII. Mobilier découvert à l’ouest du mur 28.

96Le mobilier découvert dans l'ensemble de la cour délimitée par le mur de péribole était particulièrement abondant à proximité des vestiges de murets et de foyers. On y retrouve le même type d'objets que précédemment, liés au lieu de culte, auxquels s’ajoutent des objets plus divers dont des fragments de lampes, des plaques d’os travaillées évoquant des coffrets et un grand nombre de tessons de céramique commune et de sigillée.

97On ne peut différencier les deux niveaux de la cour par le mobilier qui est de même nature et de même datation (tab. VI et VII). Il faut aussi y associer celui provenant de la couche rejetée contre le mur 28, remblai de nivellement réalisé pour la construction du grand temple, où l’on note la plus grande concentration de sigillée (tab. VIII). Les fragments de mêmes vases ont été dispersés sur plusieurs mètres de distance et certains tessons recollent avec ceux découverts dans la cour.

98La céramique commune comprend beaucoup d’exemplaires de type Bibracte, de la terra nigra. La sigillée n’est représentée, hormis quelques fragments de poterie italique, que par des vases de La Graufesenque. Quelques vases typiques de la période primitive proviennent des premiers agencements de la partie sud-ouest mais la majorité est datée de la grande période de production, dite de splendeur, de cet atelier. Il s’agit de Drag. 29b. Aucun Drag. 37 n’a été découvert dans ces niveaux. Les signatures de potiers, dont les datations restent larges, le confirment bien avec un pic pour les années 50/60. Dans les formes lisses, il faut noter la prédominance des formes Drag. 24/25, Drag. 27, Ritt. 9 et des assiettes et plats Drag. 15, 15/17, modèles apparaissant dès l’époque de Tibère. On n'a trouvé, dans ces niveaux, aucun Drag. 33, ni Drag. 35/36, typiques de l’époque flavienne.

99Témoins, enfin, de la période de destruction de ce fanum, deux monnaies gauloises ont été recueillies dans le négatif du trou de poteau intermédiaire situé à l’ouest de la cella, avec un ex-voto en feuille de bronze représentant des yeux (tab. IX). Dans le remblai du trou de poteau qui se trouve à l’est, les monnaies retrouvées groupées à la base des pierres de chant vont d’un denier d’argent de la République à des monnaies de l’époque claudienne et étaient associées à deux plaquettes d’ex-voto représentant des yeux, deux miroirs, neuf fibules, dont quatre filiformes en fer connues dès la période de La Tène finale et utilisées jusqu’au milieu du ier s. ap. J.-C. Un as de Néron (frappé en 67), trouvé à une cote plus élevée, marquerait la période d’abandon du fanum et celle du début de la construction du grand temple.

Tableau IX. Mobilier trouvé dans le comblement des trous de poteau.

LA VOIE 37

100Cette voie a été dégagée sur 38 m de longueur, sur l’emprise de l’hémicycle du grand temple. Elle est coupée au nord et au sud par les murs de la galerie du péribole (murs 25 et 26), mais deux photographies aériennes, prises par R. Goguey (en 1969 et 1972), montrent son prolongement vers le sud et vers le nord. Elle semble plus étroite dans cette direction, car modifiée par des constructions postérieures à l’édification du péribole. Elle reliait entre elles deux voies principales d’accès à la ville, la voie dite « au caniveau », au sud, et une voie se dirigeant vers l’ouest après avoir traversé le Meuzin, au nord.

101Sa largeur, d’environ 8 m, est difficile à préciser avec exactitude, son bord est ayant été entamé, sur une longueur de 22 m, lors de la construction du mur ouest de la galerie de la grande cella (mur 4).

102Une coupe a été pratiquée à peu près au centre de l'emprise, sur 2 m de large (fig.31). Bien que les bords de la voie et les fossés n’aient pas été relevés, la mise en parallèle de cette coupe avec des relevés stratigraphiques effectués à l’est et à l’ouest permet d’en proposer l’analyse, avec toutes les réserves d’usage.

103Le terrain naturel se compose du limon (cote – 140), des graviers lessivés (cote – 110), et d’une couche de sable et de fins graviers (cote – 90), que l’on trouve sur l’ensemble de l’emprise de la future abside. Le sable déposé par le Meuzin est recouvert d’une couche de terre noire d’une dizaine de centimètres d’épaisseur maximum (cote la plus haute sur la voie – 80). Bien qu'il n’ait livré à cet emplacement que des tessons de poterie de La Tène III, ce dépôt peut correspondre aux deux premières périodes du site, l’aménagement de la voie étant contemporain de l'édification du second fanum.

104En relation avec le premier niveau de graviers déposés sitôt après la construction du mur de péribole du second fanum, se trouve en effet une couche de graviers jaunes, dont le niveau supérieur a été damé. Il s’agit de la chaussée primitive.

105La coupe montre ensuite le profil caractéristique de chaussées bombées en graviers, au nombre de trois, en alternance avec des couches de boue de surmarche plus ou moins épaisses, puis une quatrième chaussée de graviers, renforcée en certains endroits par de gros galets formant un solide empierrage et des dalles plates (US 1101, cote 0), et, pour finir, un dernier niveau de graviers, nivellement datant du grand temple.

106Dans son dernier état, la voie occupait une largeur de 8 m.

107À l’ouest, les alignements de pierres (no 36) qui bordent la chaussée dans la partie nord et centrale de la zone étudiée, étaient en relation avec l’habitat de la zone profane et seront étudiés avec celui-ci. Plus au sud, on ne trouve plus que quelques pierres irrégulièrement disposées pour signaler le bord de la voie et, au niveau d’un bâtiment en pierre, un léger fossé rempli de terre noire.

108À l’est, si l’on excepte le bord coupé par le mur 4 de construction postérieure, la limite devient plus fluctuante et à l’extrémité sud, on ne trouve qu’une couche de graviers déversés en direction du mur 28 et la couche noire rejetée en remblai et contenant l’abondant mobilier signalé précédemment (cf. tab. VIII).

109Le mobilier était pratiquement inexistant (tab. X). Trois monnaies d’Auguste ont été découvertes dans les graviers, l’une à la cote – 80 et deux à la cote – 40. Dans le fossé au sud-ouest ont été recueillis une clochette, deux fibules et quelques fragments de sigillée.

LA ZONE D’HABITAT SITUÉE A L’OUEST DE LA VOIE 37 (fig. 32)

110Dans cette zone de constructions, établies sensiblement selon la même orientation, on a pu distinguer quatre secteurs séparés par des cours ou plus vraisemblablement par des ruelles. En allant du nord au sud, le secteur A est représenté par une grande salle qui se situe en grande partie sous la galerie nord du péribole du grand temple et qui appartenait à un ensemble se continuant vers le nord. Les secteurs B et C sont plus complexes et présentent plusieurs phases de reconstruction. Le secteur D se différencie totalement par son type de bâtiment et on n’y remarque aucun remaniement.

Fig. 31. Coupe stratigraphique ouest-est (no 7) : stratigraphie de la voie 37. 1, US 1000 : terre végétale ; 2, US 1100 : graviers ; 3, US 1101 : sol damé et dalles plates ; 4, US 1102 : graviers ; 5, US 1103, 1104 et 1105 : terre noire ; 6, US 1106 : graviers ; 7. US 1107 : terre noire ; 8, US 1108 : graviers ; 9, US 1109 : terre noire ; 10, US 1110 : graviers jaunes, niveau supérieur damé ; 11, US 1111 ; terre noire ; 12, US 1112 : graviers fins, sable ; 13, US 1113 : graviers ; 14, US 1058 : limon. Éch. 1/50. Relevé G.R.A.N.

Tableau X. Mobilier de la voie 37.

111Nous étudierons donc en premier lieu les secteurs B et C où l’on a découvert des installations successives, puis les secteurs A et D.

Secteur B

112On peut y distinguer trois phases différentes dans l’aménagement des structures qui s’articulent toutes autour d’un foyer bien agencé. Les foyers sont construits, en superposition, au même endroit, accompagnés d'aires d'argile brûlée. Le caractère très partiel des murs et la complexité de leur installation ne permet d’en rétablir qu’un plan succinct, en particulier pour les deux premières phases de construction.

Première phase

113Les structures. Les premières structures sont installées sur la couche d’épandage de l’état 2 de la période I. Une couche d’argile rapportée de 0,12 à 0,15 m d’épaisseur forme le sol où se situe le foyer A (fig. 33). Ce foyer de 0,50 m de côté (cote sup. – 80) est une simple aire d’argile rubéfiée mais bien limitée, de 0,06 à 0,07 m d’épaisseur. 11 s’appuie côté ouest contre un alignement de pierres implantées dans le sol d’argile (muret 40) de direction sud-ouest/nord-est. Un second muret (no 41) a été découvert plus à l'est, à 2,10 m de distance.

114Le muret 40 (cote inf. – 80/85, cote sup. – 45) a été retrouvé sur 8 m de long (de 31 LG. 10. à 30. 1. 7), constitué de deux assises faites de blocs à peine équarris liés par de l’argile. Son extrémité nord se perd dans une masse de pierres éparses. Le muret 41, de même nature, qui lui est parallèle, est conservé sur trois assises (cote inf. – 90, cote sup. – 40) et sur 6,50 m de long. Au niveau du foyer, l’amorce d’un muret perpendiculaire au muret 40 a été découverte sur 1,50 m en direction de l’ouest.

115Le mobilier. Le mobilier recueilli dans le niveau d’argile, support du foyer, n’est représenté que par quelques tessons de céramique commune non caractéristiques et quelques ossements d’animaux. Un fiche en fer de grande dimension a été retrouvée à l’intersection du muret 40 et de son tronçon perpendiculaire.

Deuxième phase

116Les structures (fig. 34). Un foyer B se superpose au précédent (cote sup. – 60) et il s’appuie également contre le muret 40. De 0,70 m de côté, il est fait d’argile rubéfiée (ép. 0,04 m) reposant sur un nivellement de 0,02 à 0,03 m de petits graviers, établi, lui-même, sur un niveau de terre battue argileuse contenant quelques charbons de bois, de 0,12 m d’épaisseur, qui sépare les deux installations (fig. 33). De part et d’autre, au sud et au nord, le niveau contemporain présentait d’autres zones rubéfiées en surface, aux limites plus floues. Il était recouvert d’une couche noire d’occupation (ép. 0,10 m).

117Dans la partie sud de l’espace délimité par les murets 40 et 41, arasée à la cote – 70 (en 30 GH. 1. 2), une structure de pierres de forme rectangulaire (0,60 x 0,40 m, sur 0,40 m d’épaisseur) émerge d’un niveau argileux plus ou moins rubéfié. La base de cette structure s’enfonce dans le limon en place jusqu’à la cote – 110 (fig. 35).

118À l’ouest du mur 40, il n’a été trouvé que la couche de terre argileuse grise (cote – 60 à – 80).

119Le mobilier (tab. XI). Ce mobilier, surtout représenté par des fragments de céramique commune, a été retrouvé principalement au sud du foyer, dans le niveau de terre noire et la partie supérieure de la structure de pierres, ainsi que directement à l’ouest du muret 40.

Fig. 32. Plan général de l’ensemble des structures de la période II. Éch. 1/500. Dessin O. Juffard d’après CNRS-B.A.A. in : PLANSON, POMMERET, 1986. p. 29.

120Les quelques fragments de sigillée lisse appartiennent à des formes précoces et la sigillée décorée de La Graufesenque, à des Drag. 29b.

Troisième phase

121Une importante couche d’argile dont l'épaisseur varie de 0,30 à 0,40 m, a nivelé les installations précédentes.

122Les structures (fig. 36). Ce niveau présente des substructions mieux conservées et plus structurées autour d’un foyer C construit à la cote – 20, toujours au même emplacement. Quadrilatère de 1,20 m de côté, ce foyer montre une surface plane d’argile brûlée soigneusement encadrée par de petites « laves » de 0,10 à 0,15 m, placées de chant. Contre son bord est, légèrement en contrebas (cote – 35), quatre dalles en terre cuite, bordées elles aussi de petite « laves », forment une aire d’accompagnement de foyer de 0,60 m de côté. Au sud, au même niveau, on note une surface, d'environ 1 m2, de terre brûlée, aux limites mal définies et irrégulières, se détachant dans un ensemble de terre grise compacte contenant des graviers (fig. 37).

123Pour cette troisième phase d’aménagement, on remarque d’emblée que le bord ouest de la voie 37 est bien délimité par un alignement continu (no 36) de grosses pierres à peine équarries, souvent en calcaire lapiazé. De cet alignement partent perpendiculairement des murets plus ou moins grossiers, plus ou moins éboulés, et dont les pierres sont quelquefois dispersées sur une assez grande étendue.

Fig. 33. Coupe stratigraphique ouest-est (no 8), des foyers superposés du secteur B. 1, US 1010 : remblais ; 2, US 1011 : argile ; 3, US 1012 : terre argileuse et charbon ; 4. US 1013 : argile ; 5, US 1014 : argile et graviers ; 6, US 1015 : indéterminé ; 7, US 1016 : limon ; 8, US 1017 : terre grise ; 9, US 1022 : graviers ; 10, terre noire ; A, B, C et C : foyers. Éch. 1/50. Relevé G.R.A.N.

124Le premier (no 38) est constitué de trois assises de pierres sur une seule épaisseur. Il est bien retrouvé sur 3 m de long mais se perd côté ouest dans un amas de pierres éparses. Côté est, il vient contrebuter l’alignement du bord de la voie.

125Le second (no 39), situé à 8,50 m plus au sud, est moins bien ordonné. Les pierres effondrées paraissent entassées pêle-mêle sur deux rangées. Ces murets (cote sup. à – 10) sont tout à fait semblables aux murets 40 et 41 concernant les niveaux 2 et 3, et seule leur implantation à la cote plus haute de – 55/60, sur un niveau de fins graviers, les différencie.

126Un long mur en pierres sèches de 7 m de long (no 35) orienté nord-est/sud-ouest, s’aligne parallèlement à la rue, à 3,50 m du bord. Sa partie supérieure est arasée à la cote 0 et il repose sur le même niveau de graviers, à la même cote de – 55/60, que les murets précédents dont il semble bien contemporain. Il est construit en « laves », pierres plates de 0,20 à 0,30 m de côté sur 0,06 à 0,10 m d’épaisseur, disposées en deux parements sans remplage, sur 0,50 m de largeur (fig. 38).

127À son extrémité sud, un mur de retour vers l’ouest (no 42) est retrouvé sur 2,50 m de long. Il est de même nature que le mur 35, légèrement plus large (0,65 m), constitué de deux parements de « laves » de forme assez régulière. Il semble mieux agencé, mais on n’a retrouvé que sa base, sur une à deux assises maintenues par de l’argile (cote sup. – 65, cote inf. – 70/75). Il était établi dans la couche d’argile du premier niveau. Sa jonction supposée avec le mur 35 ne peut être mise en évidence.

Tableau XI. Mobilier du secteur B, phase 2.

Fig. 34. Plan du secteur B, phase 2. Éch. 1/100. Relevé no 54, CNRS-B.A.A., 1978.

128Plus à l’ouest du foyer, à proximité du mur 25 du péribole du grand temple, on a découvert un pilier rectangulaire (0,75 x 0,60 m) en pierres sèches, du même type de construction (fig. 39). Ce pilier est distant d’environ 6,50 m de la partie centrale du mur 35. Son sommet est à la cote – 32 et il est composé de cinq assises sur 0,60 m de haut. Sa base, à la cote – 90, atteint la première couche de limon rapporté (de l’état 2 de la période I) contenant à cet endroit d’assez nombreux petits fragments de charbon.

129Ces murs 35 et 42 et le pilier ont la particularité d’être construits exclusivement avec de la pierre de Dijon dont on ne retrouve aucune trace dans les autres constructions. Les murets 38 et 39 sont faits d’oolite blanche et de calcaire de Prémeaux, l’alignement 36 en bordure de voie, de calcaire à faciès comblanchoïde, toutes pierres d’extraction locale.

130Les sols sont représentés par un niveau de graviers fins damés pour toute la partie située en bordure de voie. Le mur 35 repose sur ce niveau ainsi que les murets 38 et 39. Ce sol de graviers (cote-55/60) est également retrouvé au sud du mur 39, dans toute la partie est du passage entre les secteurs B et C. Une couche noire d’occupation (cote – 55/60 à – 40) recouvre l’ensemble de ce sol et a permis de recueillir un mobilier important.

Fig. 35. Coupe stratigraphique est-ouest (no 9), au sud des foyers superposés. 1, US 1000 : terre végétale ; 2, US 1010 : remblais ; 3, US 1017 : terre grise ; 4, US 1020 : terre argileuse brûlée (foyer ?) ; 5, US 1091 : terre grise compacte ; 6, US 1023 : terre noire ; 7, US 1024 : argile rubéfiée ; 8, US 1025 : structure rectangulaire ; 9. US 1013 : argile ; 10, US 1014 : argile et graviers rubéfiés ; 11, US 1016 : limon ; 12, US 1021 : sol de graviers et de pierres. Éch. 1/50. Relevé G.R.A.N.

131À l’ouest du mur 35, le sol est différent. Directement contre le mur, sur 1 à 1,50 m environ de large (cote – 40), il est constitué de graviers compactés avec traces de mortier et le muret antérieur 41, dont la partie supérieure marque la limite de ce sol, semble alors jouer un rôle de soutènement du sol. Dans la partie centrale, les graviers font place à des pierres plates de moyenne grosseur (0,20 x 0,15 m) délimitant des zones rubéfiées situées le long du mur (anciens foyers ?). Des fragments de pisé sont retrouvés à ce niveau ainsi que quelques tessons de céramique commune. Le sol se termine au sud contre une grande dalle (L. 0,80 m, ht. 0,60 m) posée verticalement. Sa partie supérieure affleure à – 30, sa partie inférieure est implantée à – 90 dans la terre argileuse.

132Aux alentours du foyer et du pilier, il n’a été trouvé qu’un horizon de terre grise mais plus argileuse et plus compacte (cote – 40 à – 60), contenant toutefois quelques graviers. Cette terre entourait les parois du pilier jusqu’à la cote – 80.

133Au sud-ouest du pilier, dans cet horizon, des laves de pierres de Dijon semblent former un pavement, conservé sur 2 m2, posé sur la couche argileuse du niveau 2 (cote – 60). Du mobilier, en particulier de la céramique commune, a été retrouvé sur ce dallage et autour du pilier.

134Sur l’ensemble du lieu, mais principalement de part et d’autre du mur 35, une couche de terre grise rapportée (cote – 20 à – 40), a livré un mobilier considérable dont un très grand nombre de sigillées de La Graufesenque.

135Tout le bord sud-ouest du secteur était fait de remblais importants et de pierres éparses qui ont révélé la présence de deux grandes fosses d’enfouissement postérieures.

Fig. 36. Plan du secteur B, phase 3. Éch. 1/100. Relevé no 54, CNRS-B.A.A., 1978.

136Le mobilier (tab. XII). Si le niveau de la phase 2 a surtout livré un grand nombre de fragments de céramique commune, le niveau de la phase 3 a été particulièrement marqué par une concentration de céramique de La Graufesenque découverte de part et d’autre du mur 35, la majorité provenant de la couche de terre grise de nivellement : formes lisses (Drag. 17, Drag. 24/25, Drag. 27, Ritt. 9) avec de nombreuses estampilles de potiers, vases décorés (Drag. 29b, avec plus de 32 décors différents), du même type que ceux découverts le long du mur 28 de l’autre côté de la voie et dans la cour du fanum II.

Fig. 37. Les foyers de la phase 3, secteur B. Cl. C. Pommeret.

137Les monnaies, au nombre de dix, comprennent deux as de Néron frappés en 66 et les fibules sont de la première moitié du ier s.

138Dans la terre noire, de la cote – 40 à – 55/60, les découvertes, très homogènes, étaient composées surtout de céramique commune en grand nombre, dont des rebords de grosses marmites à couvercle, des coupes en terra nigra, des vases carénés gris décorés au peigne, de sigillée lisse avec une marque de LICINVS sur Drag. 24/25 et de quelques fragments de sigillée décorée. Il faut noter aussi de menus fragments de lampes à huile, un fond de creuset d’orfèvre et des morceaux de pisé.

Interprétation du secteur B

139L’ensemble de ce secteur, d’environ 130 m2, semble avoir eu la même vocation au cours des trois aménagements successifs, toujours en relation avec un foyer central bien délimité, entouré d'aires rubéfiées.

140Les deux premières phases d’installation n’ont conservé que les deux murets parallèles (nos 40 et 41), distants l’un de l’autre de 2,10 m, et les foyers A et B situés dans la partie sud de cette longue salle rectangulaire ainsi délimitée. Ces murets, alignements simples sur deux à trois assises de pierres pratiquement brutes, bloquaient des sols de terre battue. Le foyer B a très rapidement remplacé le foyer A, sans entraîner de modification de construction. Seuls les sols ont été nivelés et rehaussés par un apport de terre argileuse. À l’extérieur, côté ouest du muret 40, une seule et même couche d’occupation a été retrouvée.

141Il semblerait que la « salle » réservée aux foyers ait subi, assez rapidement, plusieurs transformations alors que l’espace situé à l’ouest du mur 40 n’a pas été modifié avant le troisième état.

142Le troisième phase comporte une extension des bâtiments en direction du bord de voie. On peut ainsi distinguer :

143– un espace rectangulaire (de 9 x 3,50 m) le long de la voie, avec un sol de graviers, délimité par le mur en pierres sèches 35, l’alignement 36 bordant la chaussée et les deux murets 38 et 39 perpendiculaires. Ces murets sont de même facture que ceux des aménagements précédents mais ils sont moins solidement implantés, leurs parois ne sont pas enchâssées dans de l’argile. Ils devaient supporter des superstructures en bois et terre, plus légères. On pourrait y voir une cour ou plus probablement une galerie largement ouverte sur la rue ;

144– puis un grand bâtiment s’étendant à l’ouest du mur 35 avec sol (partiel ou complet) de « laves », avec au moins un pilier central et un foyer à cheminée. Ce bâtiment devait être fermé par des murets, au nord et au sud, en prolongement des murets 38 et 39, comme le laissent supposer les masses de pierres éparses, de même nature, découvertes principalement côté nord. La partie ouest est détruite par la construction du péribole du grand temple et la partie sud par les fosses d’enfouissements. Aucune recherche n’a été effectuée à l’ouest, hors de l’emprise du grand temple.

145L’activité de ces bâtiments était concentrée autour des foyers. La céramique commune, très diversifiée, a surtout été retrouvée en grand nombre à proximité. Le reste du matériel, d’ailleurs très succinct, n’apporte aucune précision. Il faut remarquer l’absence d’instruments ou d’outils, récupérés probablement lors de l’abandon et de la destruction planifiés de ces constructions.

146Il reste à expliquer la présence de la sigillée dont la concentration est surprenante et qui ne peut provenir que d’un véritable dépôt : boutique ? ou utilisation dans un lieu public ?

Secteur C

147La partie la plus occidentale de ce secteur semble vouée dès l’origine à une activité artisanale. Elle présente, comme le secteur B, plusieurs aménagements successifs et s’établit sur la couche d’épandage de la première période, qui n’est pas retrouvée aussi régulièrement, probablement modifiée en certains endroits par les constructions postérieures.

Première phase (fig. 40)

148Les structures. À la cote la plus basse (– 80), s’ouvrent deux constructions maçonnées excavées dont la qualité d’exécution rappelle le mur 28 du fanum II. Construites, elles aussi, en calcaire de Prémeaux, elles sont faites de moellons bien équarris, soigneusement ajustés et liés au mortier. La première de ces constructions, bien conservée, porte sur son parement interne les restes d’un enduit de revêtement. De la seconde, il ne subsiste que le mur nord réutilisé lors d’un aménagement ultérieur.

149La première, située à l’ouest du secteur, se présente comme une petite construction rectangulaire de 1 x 1,40 m. Elle est profonde de 0,70 m (cote basse – 150) avec ses murs conservés sur cinq à six assises. Son mur ouest a été écrêté par le mur 25 du péribole du grand temple qui ne l'a toutefois pas entièrement détruit mais inclus dans ses fondations. Le mur nord comprend trois marches (hauteur d’une marche 0,26 à 0,28 m sur 0,45 m de long et 0,20 m de large). Les deux marches inférieures sont maçonnées et comprises dans le mur, la marche supérieure repose sur de la terre (fig. 41).

Fig. 38. Le mur en pierres sèches no 35 et la pierre de chant. Cl. E. Planson.

Fig. 39. Le pilier en pierres sèches. Cl. E. Planson.

Tableau XII. Mobilier du secteur B. phase 3.

150Dans son comblement fait d’une terre fine argileuse, on a découvert un mobilier (tab. XIII) du début du ier s ap. J.-C. avec de nombreux débris de céramique commune (cruches, petites amphores, vase ovoïde, à épaulement décoré au peigne, de la gallo-belge, des fragments à engobe plombifère), de la céramique de La Graufesenque d’époque primitive, deux estampilles (SCOTTIVS datée de 25/45 et FELIX ou FELICITER ? de 40 à 70 ?) et de nombreux débris de fer avec traces de bois.

151La seconde construction, située à 7 m au nord-est de la précédente (en 31 FG. 8), ne conserve plus que son mur nord, de 1,50 m de longueur (est-ouest), composé de trois assises de moellons sur une hauteur de 0,50 m (arasement à la cote sup. de – 80, cote basse à – 130). Le parement, côté sud, est bien dressé avec joints au mortier et traces d’enduits. Aucun autre mur n’a été retrouvé.

152Le fond présente une mince couche de graviers (0,05 m) reposant sur le limon. Une terre fine de comblement, ne contenant aucun matériel, a été retrouvée sur 0,15 m d’épaisseur. La partie supérieure du muret était incluse dans un environnement de terre argileuse rapportée, nivellement d’aménagement ultérieur.

153Leur dimension, la présence d’un revêtement intérieur et de marches d’accès, forment des indices qui permettent de considérer ces constructions comme des citernes ou des petits bassins.

154Il semble probable que leur utilisation ait été liée à la première activité artisanale du lieu.

155En effet, trois fours à usage métallurgique, de faibles dimensions, ont été découverts à proximité. Le premier est situé à 0,50 m au nord-est de la citerne 1, le second à 2,75 m plus au nord et le troisième à 1,50 m à l’est. La base est à la cote – 75/80 et leur partie supérieure à la cote – 60. Ils étaient implantés dans une couche d’argile plus ou moins rubéfiée, entrecoupée de terre noire charbonneuse aux strates irrégulières et d’une mince couche de chaux qui semble unifier la couche de terre noire (contenant charbon de bois et scories) et correspondant à un premier fonctionnement des fours (fig. 42).

156Ces fours présentent tous la même structure (fig. 43 et 44). En forme de parallélépipède rectangle, ils sont formés sur trois côtés par trois briques posées de chant, le quatrième étant constitué d’une paroi d’argile cuite, rubéfiée, avec vitrification intense sur la face interne témoignant d’une température élevée (1200°) et comportant en son milieu une petite ouverture circulaire pour l’entrée de la tuyère reliée au soufflet. La sole est faite d’une brique. Ils sont construits sans liant ni mortier, simplement enchâssés, en partie, dans une terre plus ou moins argileuse. Leurs dimensions sont modestes : 0,27 m de long sur 0,18 à 0,20 m de large, pour une profondeur de 0,10 à 0,12 m ; l’épaisseur des parois est de 0,03 m ; l’orifice destiné à la tuyère a 0,04 m de diamètre.

Fig. 40. Plan du secteur C, phase 1, avec les citernes. Éch. 1/100. Relevé no 54, CNRS-B.A.A., 1978.

Tableau XIII. Mobilier de la citerne 1.

157Le four 1 est orienté ouest-est. L’orifice de la tuyère est situé à l’est. Le four 2, nord-sud, a l’orifice de la tuyère dans la paroi nord. Le four 3, ouest-est, est implanté légèrement plus bas dans la couche de sable pulvérulent. Leur remplissage, formé de limons argileux chargés de charbon de bois pulvérulent et de scories bulleuses grises, brunes ou verdâtres, a pu être étudié. Les fours 1 et 3 contenaient des grains de couleur verte, riches en cuivre. Les analyses, faites par fluorescence X, montrent que tous les échantillons contiennent du fer associé à du cuivre (fours 1 et 2) et du zirconium (four 2). Pour le four 3, le cuivre en grande quantité est associé au zinc (laiton). L’étain n’est présent nulle part (AMIOT, PLANSON, 1985, p. 27-28).

158La taille réduite des fours exclut une utilisation normale comme fours à réduction. Il s’agissait de fours à refondre destinés à traiter des métaux déjà élaborés ou des objets de récupération. D’autres fours, probablement de forge, ont pu exister à peu de distance, des fouilles anciennes avaient fait état d’une masse importante de scories accumulées sur une zone proche.

159Il n’a été retrouvé aucune structure correspondant à un bâtiment.

160Dans les différentes recharges de sol constituant le niveau d’occupation encadrant les fours, il a été découvert de nombreuses scories et des fragments de creusets d’orfèvre, quelques monnaies ne dépassant pas l’époque augustéenne, deux fibules de datation précoce, de la poterie commune et de la sigillée comprenant huit estampilles de potiers couvrant une période de 30 à 60 ap. J.-C. (tab. XIV).

Fig. 41. Secteur C. La citerne 1. Cl. C. Pommeret.

Fig. 42. Coupe stratigraphique ouest-est (no 10), secteur C.
1, US 1000 : terre végétale ; 2, US 1043 : terre brune et cailloux ; 3, sol de l’abside ; 4, US 1044 : remblais ; 5, US 1045 : sol de graviers et ciment ; 6, US 1046 : pierres concassées ; 7, US 1047 : sol bétonné ; 8, US 1048 : hérisson ; 9, US 1049 : terre battue ; 10, US 1050 : galets et pierres dans de l’argile rougie par le feu ; 11, US 1051 : terre argileuse, enduits peints ; 12, US 1052 : couche noire ; 13, US 1053 : sol de chaux ; 14, US 1054 : terre battue avec traces de feu et de charbons ; 15, US 1055 : argile ocre rouge ; 16, US 1056 : terre noire battue avec traces de feu et charbons ; 17, US 1057 : sable pulvérulent ; 18, US 47 : muret nord-sud no 47, postérieur à la maison ; 19, US 1033 : terre noire avec enduits peints (démolition) ; 20, US 1034 : sol de graviers cimentés ; 21, US 1035 : hérisson ; 22, US 1059 : terre noire ; 23, US 1060 : sable compact ; 24, US 1058 : limon ; 25, US 1061 : emplacement d’une sablière et d’un mur en pisé. Éch. 1/50. Relevé G.R.A.N.

Fig. 43. Secteur C. Le four 2. Cl. C. Pommeret.

Fig. 44. Secteur C. Le four 3. Cl. C. Pommeret.

Fig. 45. Enduits peints et mur de terre. Cl. C. Pommeret.

Fig. 46. L’angle sud-est de la maison aux enduits peints avec le four 1. Cl. C. Pommeret.

Fig. 47. L’angle sud-ouest de la maison aux enduits peints avec l’empreinte de la sablière basse et le four 3. Cl. C. Pommeret.

161La datation de ce mobilier ne permet pas de différencier les deux niveaux de terre noire d’utilisation des fours, niveaux semblant pourtant bien séparés par une couche de chaux.

Seconde phase

162Les structures. Dans un second temps, un petit bâtiment s’édifie à l’ouest du secteur, recouvrant en partie la citerne 2 qui est alors comblée. Ce bâtiment, d’une longueur extérieure nord-sud de 5,90 m sur 3,60 m de largeur est-ouest, a été coupé en deux par la construction du mur 25 du péribole du grand temple (fig. 49).

163Il comprenait deux pièces. L’une au nord, carrée, avait 3,10 m de côté. L’autre, au sud, rectangulaire (2,30 x 3,10 m en mesures intérieures) était ornée d’enduits peints dont les fragments ont été retrouvés en couches épaisses, souvent en connexion, sur le sol de la maison (fig. 45). Les plinthes recouvertes de peinture étaient encore en place sur trois côtés et sur 0,10 à 0,15 m de hauteur (fig. 46).

164Le sol, de bonne facture, se présentait comme un béton de chaux bien unifié, lissé en surface, reposant sur un hérisson de gros galets posés légèrement en oblique, maintenus par de l’argile. On note à la base, soit une mince couche de terre grise (au sud), soit une couche d’argile rubéfiée (à l’ouest). On remarque un espace d’environ 0,02 à 0,03 m entre le sol et la peinture qui se prolonge sur quelques centimètres sous le sol, attestant que celui-ci fut installé après les parois peintes.

165L’empreinte de sablières basses, quadrangulaires, de 0,20 m de côté, apparaît nettement contre le béton. Elles reposaient sur un soubassement constitué par un simple alignement de pierres à peine équarries (cote – 80, soit à 0,20 m en contrebas de la surface du sol) (fig. 47).

166La stratigraphie (fig. 42 et 48) montre que l’ensemble a été implanté dans la couche correspondant au fonctionnement des fours, les recharges successives du sol correspondant à leur période d’utilisation, et qu’il s’y substitue totalement par endroits. Une stratigraphie nord-sud, établie dans la partie sud de la maison recouvrant la citerne 1, a pu mettre en évidence un nivellement complémentaire fait d’un sable assez compact. Ce sable compact est également présent sous les pierres de support des sablières basses et recouvrait une partie de la citerne 1. Il n’est pas retrouvé dans l’autre stratigraphie nord-sud de l’ensemble de la maison dans sa partie centrale (fig. 48), où la couche d’argile maintenant le hérisson, plus épaisse, repose directement sur une couche d’occupation antérieure.

167Les enduits peints recueillis ont pu être datés du IIIe style – phase tardive – soit entre 25 et 45 ap. J.-C. (PLATEAU-COMTE, 1982, p. 78 ; PLATEAU-COMTE, 1985, p. 65-69 ; BARBET, DUGAST, 1986, p. 63). Ils présentaient une alternance de panneaux rouge ocre à « frontons » et d’interpanneaux noirs, champ délimité par un filet blanc. En zone supérieure, se trouvent une frise de fleurs de lotus stylisées et une frise ornementée de fleurettes simplifiées à six pétales. Un motif floral stylisé sépare la zone médiane de la zone inférieure. En zone inférieure, une bande noire amorce la plinthe violette rehaussée de traits noirs et ocre-jaune. Les interpanneaux noirs possèdent des candélabres et sur la hampe sont fixées de petites ombelles sur lesquelles sont perchés des oiseaux. La prédominance des enduits peints rouge ocre sur les noirs et les violets confirme l’hypothèse d'un décor à grands panneaux rouge ocre avec fronton et interpanneaux noirs avec bandes d’angle ocre jaune. Les champs unis blancs striés proviennent du plafond.

Tableau XIV. Mobilier du niveau d'occupation des fours, phase 1.

Fig. 48. Coupe stratigraphique sud-nord (no 11), de la maison aux enduits peints.
1, US 1000 : terre végétale ; 2, US 1030 : remblais ; 3, US 1031 : terre jaune ; 4, US 1032 : terre grise ; 5, US 1033 : terre argileuse avec enduits peints à la base ; 6, US 1034 ; sol : 7, US 1035/36 : hérisson ; 8, US 1039 : argile ; 9, US 1040 : argile ayant subi l’action du feu et couche noire ; 10, US 1041 : sable pulvérulent ; 11, US 1058 : limon naturel ; 12, US 1038 : emplacement de la sablière et de la cloison. Éch. 1/50. Relevé G.R.A.N.

168Le mortier de support composé de quatre couches montre des empreintes de chevrons au revers.

169Au nord, l’ensemble des installations est limité par un muret (no 43) de direction est-ouest (fig. 49). Ce mur, bien conservé, se compose de blocs à peine équarris (fig. 50). Large de 0,40 m avec un à deux rangs de pierres selon leur importance, il est constitué de quatre à cinq assises sur une hauteur de 0,50 m (cote sup. – 20/– 30). Il repose sur une terre argileuse rapportée à la cote – 80 et recouvre le mur de la citerne 2 du niveau antérieur (en 31 FG. 8). Son extrémité ouest s’arrête à l’angle nord-est de la maison. Le mur ainsi implanté a été retrouvé sur 6,70 m de long. On ne connaît pas la limite exacte des installations de ce niveau en se rapprochant de la voie 37.

170Le mobilier. Le mobilier provenant du dégagement de cette construction est important mais il a été trouvé dans la couche de destruction reposant sur le sol. Il sera étudié dans le niveau suivant.

171Dans la couche de nivellement (cote – 60 à – 80) de la partie de la citerne 1 non recouverte par le sol de la maison, on a recueilli de la céramique commune et quelques fragments de sigillée de La Graufesenque : Drag. 29a (dont d’autres fragments ont été trouvés dans la démolition avec la peinture) et une estampille de Celadus datée de 50/75 (tab. XV).

Fig. 49. Plan du secteur C. phase 2. Éch. 1/100. Relevé no 54, CNRS- B.A.A., 1978.

Tableau XV. Mobilier de la couche de nivellement des citernes, secteur C, phase 2.

172La couche argileuse comblant la partie supérieure de la citerne 2 et soutenant la base du muret 43 contenait de la céramique commune.

Troisième phase

173La maison aux enduits est détruite et une couche de remblais provenant de sa démolition nivelle l'ensemble du secteur. Cette couche (ép. 0,12 m, US 1051) composée de terre argileuse contenant de nombreux fragments de peinture et de la poterie, recouvre l’ensemble des premiers fours à l’extérieur de la maison (fig. 42, supra).

174Un nouveau sol est alors constitué, fait de galets et de pierres cassées noyés dans de l'argile souvent rougie par le feu (sur une épaisseur de 0,18 à 0,20 m, US 1050). Une nouvelle série de trois fours est implantée dans ce niveau. Ils présentent la même structure et les mêmes dimensions que les précédents. Ils s’ouvrent à la cote – 40/45.

175Le premier four était entouré de nombreuses scories avec charbon de bois, de fragments de fer, de coulures de bronze. Les échantillons de son remplissage donnent du fer associé à du cuivre et du zirconium (comme le four 2 de la première série). Il était orienté est-ouest avec sa tuyère à l’est.

176Les deux autres fours étaient juxtaposés (fig. 51), espacés de 0,12 m, orientés nord-sud et semblaient associés à une sole en tegulae située à proximité (cote – 30, L. 0,70 m, 1. conservée 0,45 m). Le fond du four 2 reposait à la cote – 50, la tuyère s’ouvrant au sud. Le four 3, avec une base à la cote – 55, était plus endommagé. Ils n’ont fourni aucun remplissage susceptible d’être analysé.

177Pour ce niveau et dernier aménagement de l’atelier de métallurgie, une série de murets ont été retrouvés côté est. Le plan du bâtiment est plus facilement déterminable et montre qu’il se composait alors de trois salles, la salle la plus occidentale restant liée à l’activité métallurgique.

178Les structures : la salle 1, ou atelier (fig. 52). Cette salle est désormais limitée à l’est par un muret nord-sud (no 45) qui rejoint l’ancien muret est-ouest (no 43). Il en a le même aspect, avec deux à trois assises, et affleure à la même cote (– 20/– 30). Il est moins profondément implanté (cote basse – 55/– 60) et repose sur la couche de terre argileuse noire correspondant à la première série de fours de la phase 1. Contre ce muret, côté ouest, on a découvert (en 31 F. 6) une structure rectangulaire faite d’un blocage de pierres, sorte d’élargissement du mur, dont la partie supérieure est légèrement en contrebas (cote haute – 45, L. 1,25 m, 1. 0,80 m). Entre le bord nord de cette structure et l’angle interne formé par les murs 43 et 45, on note un comblement de terre argileuse plus ou moins noire.

179À l’ouest, un segment de muret (no 47) a été retrouvé sur 2,75 m de long, avec une ou deux assises de blocs, selon leur grosseur, maintenus par de l’argile, sur une largeur de 0,30 m (cote sup. – 20/– 25, cote inf. – 30/ – 35). L’extrémité nord disparaît dans une zone bouleversée de remblais importants (fouille ancienne). Il repose sur la couche de démolition.

180Aucun muret n’a été découvert côté sud, mais cette zone est en partie bouleversée par des fosses d’enfouissement.

Fig. 50. Le muret 43. Cl. C. Pommeret.

181L’atelier proprement dit, moins étendu vers l’ouest que dans la première phase, était donc installé dans une salle carrée, d’environ 6 m de côté, sorte de hangar fermé sur trois côtés et restant probablement ouvert vers le sud.

182Le mobilier (tab. XVI). Dans la démolition recouvrant le sol bétonné de la maison aux enduits, le mobilier retrouvé comprend de nombreux tessons de céramique commune, de la poterie fine avec des coupes à décor en écailles ou à pastilles. Accompagnant la sigillée de La Graufesenque, il faut noter quelques fragments de Lezoux précoce. Les monnaies sont d’Auguste et Tibère.

183Dans la couche nivelant la première série de fours et dans le niveau d’occupation des seconds fours, de la céramique commune a été également retrouvée en grand nombre avec de la sigillée lisse, des fibules, des monnaies qui comprennent une monnaie de Néron frappée à Lyon en 66/68.

184Dans l'angle interne des murets 43 et 45 limité par la structure de pierres, on a recueilli quelques fragments de céramique commune, une clef laconienne en fer, des scories et des coulures de plomb.

185La salle 2. En allant vers l’est, une salle rectangulaire de 6 m de long sur 4 m de large a été nettement délimitée sur ses quatre côtés. Le mur 45 la sépare de l’atelier. Ses trois autres murs, no 44, à l’est, no 46, au sud (cote sup. 0/– 5) et no 43 bis au nord, prolongation du mur 43, se composent d’une à deux assises de pierres.

186Un horizon gravillonné, généralisé sur l’ensemble de la pièce (cote – 25/30), pourrait avoir constitué un premier sol.

187Le mur nord 43bis, arasé à une cote sup. de – 20/ – 30, repose sur un niveau de gravillons (cote – 50/60), comme les murets du secteur B (38 et 39), gravillons nivelant la couche d’argile battue rubéfiée de la cote – 60/75 du niveau 1.

Fig. 51. Fours juxtaposés de la phase 3. Cl. E. Planson.

188Au sud, les extrémités sud du muret est 44 et est du muret sud 46 (cote haute – 10, cote basse – 25/30) sont établies sur une couche plus épaisse (0,30 m) de graviers plus grossiers, comprenant des galets, mêlés de terre argileuse brune.

189À l’ouest, où nous retrouvons le mur 45, on peut constater que l’étude de son parement est montre qu’il est implanté dans une couche argileuse (cote – 40 à – 60) sans trace de rubéfaction, assez riche en céramique commune.

190Enfin, dans la partie centrale proche du mur 44, un sondage a révélé une étendue d’argile ocre rouge (cote – 40 à – 70) contenant quelques tessons de céramique commune et de sigillée lisse. L’ensemble de la salle n’ayant pas été fouillé systématiquement, il est difficile d’approfondir la relation de ces couches entre elles, mais elles semblent correspondre aux mêmes couches de nivellement qui ont recouvert la première série de fours.

191Le mobilier (tab. XVII). Aucun mobilier n’a été découvert sur le sol. Les fragments de céramique recueillis l’ont été dans les couches d’argile de nivellement. Il faut signaler un fragment de Drag. 27 recollant avec un fragment trouvé dans la démolition de la maison aux enduits.

192La salle 3. Cette salle qui forme une galerie rectangulaire étroite, de 1,70 à 1,80 m de largeur pour 6 m de longueur, se situe à l’est du muret 44. Elle est délimitée à l’est par l'alignement de pierres 36 longeant la voie, au nord, par un muret de 1 m de long, ménageant un passage de 0,80 m contre le muret 44. Au sud, on n’a trouvé aucun alignement de pierres mais une dalle plate rectangulaire (0,32 x 0,44 m, cote sup. 0) accolée (en 11 A. 1) à l’alignement 36 et qui évoque un support de poteau.

Tableau XVI. Mobilier du secteur C, salle 1. phase 3.

193Comme pour la salle 2, un niveau de graviers, retrouvé à la cote – 20, semble correspondre à un premier sol.

194Aucune fouille n’a été effectuée en profondeur.

Quatrième phase

195Les structures. Deux sols découverts à un niveau légèrement supérieur constituent un ultime aménagement.

196Dans la salle 1 ou atelier, dans la partie centrale, côté est, il a été mis au jour sur une surface de 4 m2 environ, un dernier sol (cote sup. – 10) assez mal conservé, fait de graviers bétonnés de 0,06 à 0,08 m d’épaisseur, supportés par des pierres concassées formant un nivellement de 0,12 m d’épaisseur. Ce sol (supra fig. 42, US 1045), s’effondre sur le muret 45 arasé à la cote – 25, mais il n’est pas retrouvé à l’aplomb de celui-ci.

197Côté ouest, le sol a été détruit et remplacé par un remblai de nivellement.

198Dans la salle 2, un deuxième sol a été retrouvé (cote – 5) constitué de graviers damés avec mortier (US 1047), répartis sur un support de pierres à angles vifs. Au sud-ouest (en 31 F. 2. 3) existait une trace de foyer en briques. À l’est, contre le muret 44 (en 31 HI J. 4. 5), ce sol est arraché, laissant la place à une terre fine pulvérulente de 0,20 m d'épaisseur sous laquelle on retrouve l’horizon gravillonné précédent. À son extrémité sud-est, le sol présente des traces de mortier rose bien moulé d’un côté, portant l’empreinte de la poutre que devait supporter le muret 44. On note la présence à cet endroit d’une longue cheville de fer de 0,20 m et ce mortier marque un retour vers l’ouest (en 31 J. 1) en se poursuivant sur quelques centimètres le long du mur 46.

199Dans la salle 3, il existe un second sol de graviers, aux environs de la cote 0, séparé du précédent par une terre jaune argileuse avec gravillons et quelques menus tessons de céramique commune non caractéristiques.

Fig. 52. Plan du secteur C, phase 3. Éch. 1/100. Relevé no 54, CNRS-B.A.A., 1978.

Le mobilier (tab. XVIII)

Interprétation du secteur C

200Dans cette partie occidentale de l’hémicycle du grand temple, sur une superficie d’environ 100 m2, on peut donc discerner quatre aménagements successifs en rapport avec une activité artisanale, réalisés dans un laps de temps d’une soixantaine d'années, mais sans que le mobilier découvert permette de donner une datation plus précise pour chacune de ces phases.

201Tout d’abord, d’un premier atelier, qui devait s’étendre vers l’ouest, subsistent deux citernes, dont l’une bien conservée en totalité, et trois fours situés côté ouest de l’espace exploré. Ils sont environnés de couches d’argile plus ou moins rubéfiées, entrecoupées de terre noire charbonneuse, pouvant s’être constituées très rapidement pendant leur durée d’utilisation.

202Puis, de façon assez insolite en ce lieu d’activité artisanale, la maison aux enduits peints au décor soigné (deux pièces reconnues dans l’espace fouillé) et dont l’étude donne, pour sa construction, une datation allant de 25 à 45 ap. J.-C., vient s’établir à l’emplacement d’une partie de l’atelier. La couche rubéfiée est présente sous le hérisson du sol et le nivellement de sable compact calant les pierres supportant la sablière basse du mur sud, le tout dominant les marches et le comblement argileux de la partie nord de la citerne 1. Les fours retrouvés dans le premier niveau sont-ils tous restés fonctionnels après cette construction ? Rien ne permet de l’affirmer. En particulier le positionnement du four 3, accolé au mur sud de la maison, peut permettre d’en douter (fig. 44, supra). Aurait-il pu résister aux travaux de construction de la maison ? Mais quoi qu’il en soit, l’activité métallurgique a perduré. Le muret 43 semble faire partie du même stade d’aménagement et vient fermer l’espace côté nord. Sa terminaison est, en direction de la voie 37, reste mal définie.

Tableau XVII. Mobilier du secteur C, salle 2, phase 3.

Tableau XVIII. Mobilier du secteur C. phase 4.

203La durée d’existence de la maison a été courte. Sa démolition provoque un nivellement général de l’ensemble du secteur avec un étalement de ses déblais et entraîne un nouvel et troisième aménagement de l'atelier. De nouveaux fours sont alors installés. Des murets nord-sud (nos 45 côté est et 47 côté ouest) viennent limiter l’espace atelier et soutenir les superstructures d’un hangar qui n’était probablement fermé que sur trois côtés. À l’est, une salle avec une galerie en bordure de la voie est aménagée en liaison avec l’atelier proprement dit.

204Les derniers sols d’occupation, retrouvés sur une infime partie de la salle 1 et sur l’ensemble de la salle 2, semblent avoir constitué un quatrième aménagement. Devant le manque d’indices recueillis, on ne peut énoncer aucune hypothèse. Aucun four n’ayant été découvert à ce niveau, on ne sait si l’activité artisanale s’est poursuivie à ce dernier stade.

Secteur A

205Les structures. Le secteur A, non fouillé en profondeur, n’est représenté que par son dernier niveau. Il se situe dans la partie nord de l’hémicycle du grand temple, sous la galerie de son péribole, où des substructions recoupées par les murs 25 et 26 dessinent une vaste salle (dite « salle A ») de plus de 60 m2, située directement en bordure de la voie 37 (fig. 53).

206Les murets (longs de 7,70 à 7,90 m, cote sup. – 12) sont composés d’un seul alignement de deux à trois assises de moellons – soit en calcaire de Prémeaux bien taillé, soit en oolite blanche à peine dégrossie – montés sans mortier. Ils sont bloqués dans une masse de graviers bien tassés dont l’épaisseur atteint 0,20 m à l’intérieur de la salle et qui repose sur du limon. Sur la partie supérieure des graviers, variant de la cote – 15 à – 25, une trace de foyer subsiste, proche de la partie centrale du mur ouest.

207Aux quatre angles de la salle, on note la présence d’un trou de poteau de forme rectangulaire (0,25 x 0,30 m) et, fichées en terre obliquement, quatre à cinq grosses chevilles en fer de 0,20 m de long avec une tête d’un diamètre de 2,5 à 3 cm.

208Le mur est (no 32) est situé en bordure de la voie. Son angle de retour vers l’ouest n’a pas été retrouvé mais il se prolonge vers le nord sur 0,80 m au-delà du trou de poteau, avant d’être détruit par le mur 26 (fig. 54).

Fig. 53. Plan du secteur A. Éch. 1/100. Relevé no 54, CNRS-B.A.A., 1978.

209Au sud-ouest, à 0,30 m du mur sud (no 33), on a pu mettre en évidence deux trous de poteau circulaires (diam. 0,25 m) distants l’un de l’autre de 1,30 m (cote – 15/– 20).

210Le mobilier (tab. XIX). Une monnaie de Néron, frappée à Rome en 66, a été retrouvée sur le sol de graviers à l’intérieur de la salle, ainsi que quelques fragments de sigillée lisse de La Graufesenque avec une marque de Licinus, un médaillon de lampe à volutes avec représentation d’un amour jouant avec un animal et plusieurs fragments appartenant à un vase de poterie noire à décor moulé d’ocelles et de fleurons.

211Extérieurement, contre le muret sud, les débris de céramique étaient abondants : de menus tessons de La Graufesenque, du Lezoux précoce, accompagnent de la poterie à paroi fine, sablée de couleur jaune clair ou à décor en écailles à la barbotine, et de la céramique commune.

Interprétation du secteur A

212Ces substructions formaient une salle carrée d’environ 8 m de côté, située directement en bordure de rue, avec des poteaux corniers rectangulaires fichés dans le sol que reliaient des sablières basses reposant sur les murets de pierres. Cette salle appartenait à une construction beaucoup plus vaste se prolongeant vers le nord. La présence des trous de poteau circulaires à l’extérieur du mur 33 permet de situer une entrée au sud, protégée par un auvent et donnant sur une ruelle ou une petite cour.

Secteur D (fig. 55)

213Les structures. Dans la partie sud de l’hémicycle, des murs bien appareillés en moellons de calcaire de Prémeaux ont été découverts sous une importante couche de décombres, sans mise en évidence d’une possible stratigraphie. Ils étaient entourés d’une terre brune mêlée de graviers avec nombreux débris de pierres et moellons provenant de leur destruction.

214Ces murs correspondaient à deux salles appartenant à un même bâtiment qui se prolongeait vers le sud, bâtiment démoli lors de la construction de la galerie du péribole du grand temple (fig. 56). Larges de 0,50 m, ils sont construits sans fondation et présentent une semelle débordante (cote sup. – 75, largeur à ce niveau : 0,75 m avec un débord de 0,12 m, régulièrement réparti de part et d’autre du mur) reposant sur un simple plan de pose en éclats de pierres (cote basse – 95/100).

Tableau XIX. Mobilier du secteur A.

Fig. 54. Le mur est et angle sud-est du secteur A (salle) avec trou de poteau et chevilles en fer en place. Cl. E. Planson.

215De la salle située le plus au nord ne subsiste que l’angle sud-est constitué par le mur 48, conservé sur deux à quatre assises (cote sup. – 60), sur une longueur nord-sud de 4,10 m et est-ouest de 4 m. La partie nord de la salle a entièrement disparu dans une zone de remblais.

216La salle sud est déterminée par le mur 49, arasé dans son ensemble jusqu’à la semelle de fondation. Il prolonge le mur 48 sur une longueur de 3,10 m. De même facture, il n’est pas lié à celui-ci. L’angle sud-est de la salle subsiste encore, mais le mur n’a été retrouvé en direction de l’ouest que sur 0,80 m, coupé par le mur 25.

217Ces salles avaient un sol en terre battue (cote – 75). Dans la salle sud, un foyer en briques de 0,75 m de côté, tronqué par la fondation du mur 25, a été mis en évidence dans une couche de terre très noire (en 33 D. 1.2) (fig.57).

218Le mobilier (tab. XX). Aucun mobilier n’a été trouvé en place sur les sols de terre battue. Les seuls éléments recueillis proviennent de la masse de remblais du comblement.

219Une série de cinq fibules a été découverte dans un nivellement de terre brune gravillonneuse (cote – 30 à – 60), situé entre les murs et le bord de la voie marqué à cet endroit par une sorte de fossé peu profond (voir supra).

Interprétation du secteur D

220Ces murs maçonnés en moellons de calcaire de Prémeaux, de même nature que celui du mur 28 du péribole du fanum II, appartenaient à une construction soignée, composée au minimum de deux pièces et qui se prolongeait sous la chaussée de la galerie du péribole (non explorée à cet endroit).

Fig. 55. Plan du secteur D. Éch. 1/100. Relevé no 54, CNRS-B.A.A., 1978.

Ruelles ou passages

221Ces différentes zones de constructions étaient séparées par des espaces étroits, où la stratigraphie ne semble pas se différencier sensiblement. On y note dans l’ensemble des couches de nivellement importantes faites de masses argileuses côté ouest et de graviers côté est, c’est-à-dire côté voie.

Fig. 56. Secteur D, les murs 48 et 49. Cl. E. Planson.

222Nous étudierons ces passages en allant du nord au sud.

Passage (ou cour ?) entre secteurs A et B

223Large de 3,80 m, cet emplacement n’a pas été entièrement fouillé en profondeur. Seule une reconnaissance stratigraphique a été effectuée (en 30 IJ. 9. 10) jusqu'au limon en place (cote – 95). Sur la couche de première occupation (cote – 75/– 95, état 2 – période I) on a trouvé une couche noire (cote – 55/– 75, phases 1 et 2 – période II), limitée au nord par des gravats (en 12 AB. 1). Elle était recouverte à l’est par un niveau de graviers, tandis qu'à l'ouest et au sud, il n’y avait qu’une terre argileuse ocre, stérile, en particulier à l’emplacement des amas de pierres provenant de la démolition des murets.

Fig. 57. Secteur D, le foyer coupé par le mur 25 du péribole. Cl. E. Planson.

Tableau XX. Mobilier du secteur D.

224Le niveau général de terre grise (de la cote – 20/ – 40, phase 3), riche en mobilier, a bien été retrouvé sur ces horizons de graviers et de terre argileuse.

225Le mobilier. Du mobilier a été recueilli dans les couches de terre noire et grise (tab. XXI).

Passage entre secteurs B et C

226Large de 1,70 à 2,20 m, il forme un étroit couloir. La fouille a été menée jusqu’aux environs de la cote – 70/80.

227Côté est, en bordure de voie, on a retrouvé le sol de petits graviers de la cote – 55/60 surmonté de sa couche de terre noire et du nivellement de terre grise. Sous ce sol de graviers, existait par endroits (en 11 AB. 8. 9) un niveau très dur de graviers et de galets compactés (cote – 70/75).

228Côté ouest (à partir de 31 H. 9), jusqu’à l’extrémité ouest du muret 43, on a noté une épaisse couche de terre argileuse compacte contenant des graviers (cote – 40 à – 70/80) sur laquelle s’étendait une terre jaune pulvérulente (cote – 20 à – 40), niveau dans lequel affleurait le muret 43.

229Le mobilier. Parmi le mobilier découvert dans ces différents niveaux, il faut signaler la présence d’une meule tournante sur le sol de graviers proche de la voie (tab. XXII).

Tableau XXI. Mobilier du passage entre A et B.

Passage entre secteurs C et D

230Le passage entre ces deux zones de constructions est clairement attesté bien que largement perturbé par la présence de deux grandes fosses d’enfouissement. Le relevé stratigraphique de la paroi ouest de la fosse pierrier 3 a permis de faire des constatations intéressantes (fig. 58).

231Au nord de la coupe, les couches sont horizontales avec, à la cote – 75/– 80, des graviers damés avec mortier, correspondant au niveau d’utilisation du chemin antérieur déjà signalé (voir supra : état 2 de la période I). Puis, sur une recharge importante de graviers, comblement probable d’un fossé pour une mise à niveau avec le secteur C, on a retrouvé la mince couche de chaux déjà présente en C, correspondant à un nivellement de la cour réalisé lors de la construction de la maison aux enduits peints.

232Au sud, l’ensemble des niveaux a été détruit par la tranchée de destruction du mur 48 du secteur D.

LE BÂTIMENT SITUÉ AU SUD DU FANUM (SECTEUR E) (fig. 32 supra et 59)

Les structures

233Situé à proximité et au sud du mur d’enceinte 28 du fanum II, ce bâtiment n’a conservé que son angle nord-est. Les murs (no 29) sont de même nature que ceux du secteur D et du péribole 28, construits en moellons de calcaire de Prémeaux, sans fondation (fig. 60).

234Le mur nord, sensiblement orienté ouest-est, est visible sur 9 m de long, avec cinq assises de moellons (ht. 0,60 m, arasés à la cote – 30). L’angle nord-est est situé à 2,25 m du mur 28 du fanum et le mur est est retrouvé sur 2,50 m avant d’être détruit par la construction du mur 25 du péribole du grand temple. On le retrouve sous la chaussée du péribole, sur 1,25 m environ, avec deux assises.

Fig. 58. Coupe stratigraphique sud-nord (no 12), du passage entre les secteurs C et D.
1, US 1070 : remblais, démolition ; 2, US 1071 : terre argileuse jaune ; 3, US 1072 ; terre argileuse et graviers ; 4, US 1053 : mince couche de chaux ; 5, US 1073 : graviers ; 6, US 1074 : graviers, mortier ; 7, US 1075 : argile brune ; 8, US 1076 : graviers jaunes ; 9, US 1077 : graviers, mortier ; 10, US 1078 : terre argileuse grise ; 11, US 1079 : graviers, mortier ; 12, US 1080 : terre argileuse grise ; 13, US 1081 : sable, galets ; 14, US 1058 : limon. Ech. 1/50. Relevé G.R.A.N.

235Intérieurement, existe un sol de terre battue (cote – 80), recouvert d'une épaisse couche d’éclats de taille de pierres qui comble tout l’angle du bâtiment.

236Le dégagement des parements extérieurs des murs et l’exploration de l’espace situé entre eux et le mur 28 a révélé un niveau d’occupation d’environ 0,15 m d’épaisseur, reposant à la cote – 75/– 80 sur une couche de fins graviers (niveau de la semelle du mur 29). Une couche de terre jaune argileuse, couche probable de nivellement, recouvre l’ensemble. À signaler (en 05 FG. 1), une fosse remplie de terre noire, d’1 m de diamètre, s’ouvrant à la cote – 30, profonde de 0,50 m, sans autre caractéristique.

Fig. 59. Plan du secteur E. Éch. 1/100. Relevé no 54, CNRS-B.A.A., 1978.

Tableau XXII. Mobilier du passage entre B et C.

Le mobilier (tab. XXIII)

237Aucun mobilier n’a été découvert à l’intérieur de la construction. En revanche, la couche d’occupation extérieure était riche en céramique. Une amphore espagnole – type Dressel 20 – a été retrouvée en place (en 07 F. 10), posée sur les graviers. Certains fragments proches du col, tombés à l’intérieur, portent des inscriptions tracées à la pointe (non lisibles). La céramique commune est abondante : écuelle à bord rentrant, marmite tripode, pot ovoïde sablé, col d’amphores, plat à pain pratiquement complet, rebord de mortier (Haltern type 59), pot ovoïde à col côtelé.

Fig. 60. Secteur E. Bâtiment au sud du mur 28 du fanum II, coupé par le mur 25 du péribole du grand temple. Cl. E. Planson.

238Un matériel plus disparate a été retrouvé dans la couche de nivellement, avec toujours beaucoup de céramique commune et de nombreux débris de verre, de bronze, des marques de potiers, de la sigillée lisse, trois éléments de vases Drag. 29b à carène très accentuée et un fragment de Drag. 37 de la période de transition de La Graufesenque.

Interprétation

239Il faut remarquer que ces constructions maçonnées, très soignées, ont été découvertes dans la partie sud de la zone explorée. Manifestement ce type de bâtiments apparaît à l’approche de la voie (dite voie au caniveau) qui servait d’axe principal à la ville. Il devait correspondre à des ensembles plus importants que ceux du secteur artisanal. Malheureusement leur étude trop restreinte, si elle permet de les dater, ne peut préciser leur véritable destination.

240Des notes et des plans succincts laissés par les anciens fouilleurs, qui avaient exploré une parcelle de terre située le long du mur sud du péribole, faisaient déjà état de grands bâtiments qu'ils dataient aussi du début du ier s., mais remaniés et souvent recoupés par des constructions postérieures.

AUTRES TRACES D’OCCUPATION

241Les traces d’occupation de cette période II ont été retrouvées sur pratiquement tout l’ensemble de l’espace dégagé pour la fouille du grand temple, souvent à l’occasion de sondages ponctuels.

Tableau XXIII. Mobilier du secteur E.

Nord-ouest du fanum II (non figuré)

242Si la fouille du secteur compris dans la partie sud de l’hémicycle du péribole du grand temple, entre les murs 5 et 25, a permis de révéler la série de structures antérieures ou contemporaines du fanum II, à l'inverse, le secteur nord symétrique, situé entre les murs 1 et 25, n’a révélé aucune substruction, aucun aménagement particulier. Il n’a été retrouvé qu’une masse importante de remblais qui modifiait les couches d’occupation antérieure ou se substituait totalement à elles.

243Toutefois, dans la partie centrale, une mince couche de limon ocre-rouge mêlé à de petits graviers, sur une épaisseur de 0,05 à 0,08 m (cote – 50/55 à – 60), semblait avoir recouvert un niveau antérieur resté protégé. Très limitée, cette zone composée d’une terre noire homogène de 0,10 à 0,15 m d’épaisseur reposait sur un niveau d’éclats de taille de pierre de calcaire de Prémeaux surmontant une couche de limon (cote – 60/ – 80 en 20 HIJ. 8. 9. 10).

Le mobilier

244La datation du mobilier découvert à cet endroit a permis d’affirmer qu’il s’agissait d’un niveau correspondant à l’habitat et à la fréquentation du fanum II (tab. XXIV).

Nord-est du fanum (secteur F) (fig. 32, supra)

245Le dégagement de l’entrée nord-est du péribole du grand temple a permis de localiser les restes d’une construction maçonnée, en calcaire rose de Prémeaux, de bonne facture, analogue à celles découvertes dans les secteurs D et E. Nous sommes, là aussi, à proximité d’une voie ouest-est desservant l’agglomération par le nord-est.

246Les murs découverts sont trop partiels pour permettre de reconstituer un ensemble cohérent. Un mur (no 31) subsiste transversalement à la galerie du péribole, arasé à la cote – 50, sur une longueur de 3,10 m et 0,60 m de large. Il présente deux assises de moellons sur une semelle débordante (cote – 70) correspondant à un sol damé de gravillons, sur lequel repose un niveau de terre noire (ép. 0,10 à 0,20 m).

247Un mur semblable (no 31 bis) se poursuit au nord du mur 26, sur 1,05 m de long (cote sup. – 55), mais avec une orientation plus marquée vers le nord-est. Ces deux tronçons de murs sembleraient appartenir à une construction dont un mur de direction nord-ouest/sud-est (no 30) avait été retrouvé sur 10 m de long entre le mithraeum et le mur 26. L’extrémité sud-est de ce mur disparaît (en 82 G. 4) dans la zone bouleversée située à l’avant du mithraeum, entre son pronaos et l’exèdre semi-circulaire de l’entrée du grand temple. Sa prolongation formerait un angle droit avec le mur 31.

Le mobilier (tab. XXV)

248Le niveau de terre noire d’occupation, sur le sol correspondant à la semelle des murs, n’a été exploré que de façon très limitée lors du dégagement des parements des murs. Le mobilier découvert est bien attribuable à la période considérée.

Sud-est du fanum (non figuré)

249Symétriquement, côté sud, l’étude de l’entrée sud-est de la galerie du péribole a fait apparaître un niveau d’occupation avec un sol de graviers avec mortier (cote sup. – 60) établi sur une base de pierres plates (en 69 B à D. 4 à 7). Fouillé sur à peine 7 m2, ce niveau a livré un mobilier en bronze important composé de petits objets divers, de neuf fibules, deux bagues et cinq monnaies ne dépassant pas Claude (tab. XXVI).

250À proximité, légèrement plus à l’ouest, une couche de graviers (cote sup. -40), contenant des monnaies (monnaies gauloises à Auguste), résulte du nivellement du secteur lors de son abandon. Elle recouvre une fosse, située à proximité du mur 26, longue de 8 m sur 1 à 1,50 m de large, peu profonde (0,10 à 0,40 m d’ép., cote – 30 à-45), comblée de fragments d’enduits peints. Des fragments semblables ont été également découverts dans des remblais dégagés dans l’angle sud-est de la cour sud du grand temple. Ils font partie d’un même ensemble décoratif appartenant au répertoire du IIIe style (entre 25 et 45 ap. J.-C.). Ils présentent une alternance de panneaux médians, noirs et rouge ocre, séparés par des tiges rigides vertes ornées de divers types de feuilles et bourgeons verts. Ces colonnettes végétalisées reposent sur un entablement formé de moulures beige clair, vert clair et blanches, lui-même soutenu par de fines colonnettes blanches à chapiteaux stylisés. Beaucoup de fragments avec champ noir uni possèdent des graffiti. La lecture est impossible. Sur un fragment plus grand qui présente, sur plusieurs lignes, des inscriptions de mots latins gravés en curviligne, on pourrait lire le mot de (nego)TTIATOR (PLATEAU-COMTE, 1982, p. 68).

251Il est vraisemblable que ces peintures proviennent de la démolition d’un bâtiment proche. D’anciennes fouilles avaient révélé une « salle aux peintures » située à proximité, dont nous sont parvenus deux fragments : un visage (masque ?) et un canthare avec anses en volutes appartenant également à un troisième style tardif.

Tableau XXIV. Mobilier de l’occupation au nord-ouest du fanum II.

Tableau XXV. Mobilier de l’occupation au nord-est du fanum II.

Tableau XXVI. Mobilier de l’occupation au sud-est du fanum II.

Sondages divers

252Tous les autres sondages pratiqués pour l’étude du grand temple ont révélé la présence de la couche d’occupation concernant cette période II. On peut citer ceux qui ont permis une fouille minimale et la découverte d’un peu de mobilier (tab. XXVII).

253– cour centrale dallée : sondage sous une dalle (infra, fig. 70).

254La couche noire (cote sup. – 65) mêlée à de petits graviers a livré quelques microtessons indéterminables et trois fibules.

255– cour nord : quatre sondages (dont fig. 75 et 76, infra).

256À proximité des murs 14 et 15, et dans la partie centrale de la cour, la terre noire est retrouvée sur 0,20 m d’épaisseur. Elle repose sur le limon naturel plus ou moins aménagé.

257– cour sud

258Un sondage dans la cour sud, en bordure de la cour dallée, a permis de retrouver le niveau d’occupation antérieure, peut-être remanié, épais de 0,40 à 0,45 m, reposant sur les graviers blancs du substrat. Il a livré sur à peine 1 m2 plusieurs monnaies gauloises, des débris d’amphores et de la céramique.

259Un second sondage, le long du mur 16, a mis en évidence sur toute la largeur nord-sud de la cour, un niveau de terre grise correspondant à cette même occupation.

260– galerie nord-sud de la cella

261Une étude nord-sud du sous-sol de cette galerie et la coupe réalisée à l’est du mur 6 (fig. 61) ont montré que la couche d’occupation était présente (US 1318) sur une épaisseur pouvant varier de 0,30 à 0,60 m, avec, à sa partie supérieure, un niveau de terre très noire et un foyer composé d’argile et de briques (cote – 80). Ce foyer devait faire suite à ceux situés à 4 m plus à l’ouest, liés à l’activité de la cour du fanum.

262Au sud de la coupe, à 2,70 m du mur 25 du péribole du grand temple, une fosse de remblai pourrait correspondre à la tranchée de démolition du mur 28.

263Un horizon de graviers rapportés recouvre cette occupation. Il a été nivelé par une couche de chaux (cote sup. – 45), dans laquelle s’ouvre une fosse comblée à sa partie supérieure par un gros bloc de chaux. Cette fosse traverse les couches antérieures jusqu’aux galets würmiens qu’elle entame d'une vingtaine de centimètres. La stratigraphie du terrain naturel est d’ailleurs assez perturbée à cet endroit, où l’on voit la couche de limon séparée par une couche de graviers limoneux et entamée par une fosse comblée de graviers.

Tableau XXVII. Mobilier provenant de sondages divers.

Fig. 61. Coupe stratigraphique nord-sud (no 13), dans la galerie reliant la grande cella au péribole. 1, US 1000 : terre végétale ; 2, US 1325 : graviers et galets ; 3, US 1324 : remblais ; 4, US 1318 : couche d’occupation ; 5, US 1058 : limon ; 6, US 1315 : graviers limoneux ; 7, US 1317 : graviers et gravillons ; 8, US 1161 : graviers würmiens ; 9, US 1319 : foyer avec tuiles ; 10, US 1322 : bloc de chaux ; 11, US 1320 : terre et chaux. Éch. 1/50. Relevé CNRS-B.A.A.

CONCLUSION

264À la période I, les traces de l’état 1 ne se retrouvent qu’au centre même du sanctuaire, celles de l’état 2 s’étendent plus largement du côté de l’ouest mais sans qu’aucune substruction n’y soit conservée. Seul un matériel assez restreint, découvert dans une couche d’épandage, permet d’en confirmer la datation. Deux chemins anciens, probablement protohistoriques, rectilignes dans la boucle du Meuzin, mais dont l’un présente un tracé sinueux assez loin dans la campagne environnante, aboutissent à ce point central des sanctuaires (supra, fig. 5). Leurs axes sont totalement indépendants de l’urbanisation postérieure (MUZIN, 1990, p. 58-59). Ils pourraient rejoindre l’ancienne voie préhistorique « du pied de la côte » signalée par É. Thevenot (THEVENOT. 1971, p. 109).

265Pour la période II, on peut considérer que les constructions, réalisées au début de notre ère par une population dense et prospère, pour répondre à une volonté d’urbanisation, se sont rapidement étendues et se retrouvent sur tout l'ensemble de ce quartier central de la ville. Elles sont attestées dans tous les secteurs actuels déjà fouillés, y compris dans l’habitat situé hors de la zone des sanctuaires.

266Elles se sont établies selon deux orientations principales : l’une, sensiblement proche de l’axe géographique nord-sud (N. 1°30’ W), intéresse les constructions des bâtiments D et E, probablement bâtis en fonction de la voie principale d’accès dite « au caniveau », l’autre, représentant un axe N. 12°30’E, concerne le fanum II et sa voie 37 ainsi que les constructions des secteurs A et B.

267Il est intéressant d’attirer l’attention sur les deux sortes de constructions utilisées pendant cette même période. Les bâtiments maçonnés sont parfaitement construits. Le choix de la pierre, impérativement en calcaire rose de Prémeaux, la taille et l’ajustage des moellons sont à remarquer. Les constructions de bois et de terre ne semblent pas de qualité égale. Certaines sont soigneusement conçues, avec des sablières basses bien installées, des sols bétonnés et des décors recherchés, les autres semblent plus grossières avec leurs murets de pierres pratiquement brutes et leurs sols argileux.

268Quant aux aménagements successifs qui ont pu être observés dans les secteurs B et C, ils semblent correspondre à une action ponctuelle qui n’intéresse qu’un seul secteur à la fois. La relative fragilité des constructions de bois qui reposent sur des murets rudimentaires, semblent correspondre à des remaniements rapides, probablement dus aux modalités de l’activité pratiquée dans ces lieux.

Notes

14 M. Amiot. Centre des Sciences de la Terre, Université de Bourgogne.

Table des illustrations

Légende Fig. 13. La fosse à offrandes avec les vases de La Tène III. Cl. E. Planson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 14. Coupe stratigraphique nord-sud (no 1), au niveau de la fosse à offrandes.1, US 1171 : sol bétonné de la cella du fanum II ; 2, US 1172 : hérisson ; 3, US 1173 : argile brun-jaune ; 4, US 1175 : couche rubéfiée noire : 5, US 1178 : creusement à fond plat, terre grise-charbons ; 6, US 1179 : limon et graviers ; 7, US 1181 : « poche », terre grise et graviers ; 8, US 1180 : graviers ; 9, US 1182 : fosse à offrandes. Éch. 1/50. D'après relevé G.R.A.N., dessin. O. Juffard. Les symboles stratigraphiques ci-dessous sont valables pour toutes les coupes suivantes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Fig. 16. L’ensemble fossoyé (état 1, période I) et sols sus-jacents de la cour du fanum II. Cl. C. Pommeret.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende Fig. 17. Le fossé (US 1158). Cl. C. Pommeret.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Fig. 18. Coupe stratigraphique ouest-est (no 3), avec fosse oblongue. 1, US 1000 : terre végétale ; 2, US 1448 : remblais ; 3, US 1449 : graviers jaunes ; 4, US 1223 : graviers ; 5, US 1224 : couche gris-noir ; 6, US 1220 : graviers ; 7, US 1058 : limon ; 8, US 1151 : graviers würmiens ; 9, US 1222 : fosse oblongue. terre noire ; A, fondations du mur est de la cella ; B, fondations du pronaos. Éch. 1/50. Relevé no 24. CNRS-B.A.A., 1975.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Légende Fig. 19. Coupe stratigraphique est-ouest (no 4) : angle extérieur sud-ouest de la grande cella. 1, US 1120 : graviers ; 2, US 1121 : terre grise et graviers stériles ; 3, US 1123 : couche noire ; 4, US 1126 : terre jaune et gravillons ; 5, US 1127 : couche noire ; 6, US 1128 : terre jaune argileuse et gravillons ; 7, US 1132 : terre grise de la première occupation ; 8, US 1133 : graviers lessivés ; 9, US 1058 : limon naturel ; 10, US 1135 : terre argileuse ayant subi l’action du feu ; 11, US 1136 : couche noire ; 12, US 1137 et 13. US 1138 : alignement de moellons et de pierres plates ; 14. US 1139 : terre noire avec galets ; 15, US 1386 : couche noire ; 16, US 1134 : fosse, terre grise. Éch. 1/50. D'après relevé G.R.A.N.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Tableau I. Mobilier du sanctuaire primitif.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Légende Fig. 20. Plan des structures fossoyées de la période I, état 1. Éch. 1/200. D’après C. Pommeret.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 21. Plan du fanum I, mur 27, emplacement de Faire sacrée et des foyers. Éch. 1/500. D’après C. Pommeret.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 22. Coupe stratigraphique ouest-est (no 5) : sol de l’aire sacrée.1, US 1000 : terre végétale ; 2. US 1451 : remblai terre grise et pierres ; 3, US 1450 : terre grise et gravillons ; 4. US 1170 : terre noire grasse, compacte ; 5, US 1171 : sol de béton blanc du fanum 11 ; 6, US 1172 : hérisson ; 7, US1173 : limon jaune ; 8. US 1174 : couche grise : 9, US 1175 : argile rubéfiée : sol B ; 10, US 1176 : graviers argileux ; 11, US 1177 : argile rubéfiée, sol A ; 12, US 1178 : couche grise, cendreuse ; 13, US 1179 : sable et graviers limoneux ; 14, US 1180 ; graviers ; 15, US 1058 : limon ; 16, US 1194 : graviers ; 17, US 1193 : terre jaune ; 18, US 1192 ; graviers et galets ; 19, US 1191 : terre noire ; 20, US 1189 : sol de galets ; 21, US 1190 : alignement de pierres. Ech. 1/50. Relevé G.R.A.N.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Fig. 23. Coupe stratigraphique nord-sud (no 6), dans la cour du fanum II. 1, US 1000 : terre végétale ; 2, US 1200 : terre noire ; 3, US 1201 : graviers ; 4, US 1202 : remblais dans tranchée de récupération ; 5, U. S. 1203 : terre grise et charbons de bois ; 6, US 1204 : limon rouge ; 7, US 1205 : terre grise et charbons de bois ; 8, US 1206 : foyer ; 9, US 1207 : foyer ; 10, US 1208 : graviers. Éch. 1/50. Relevé G.R.A.N.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende Tableau II. Mobilier du fanum I, état 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Tableau III. Mobilier de l’état 2 à l’ouest du fanum I.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 24. Plan du fanum II : cella, galerie, péribole ; aire de limon rouge et foyers, murets, Éch. 1/500. D'après C. Pommeret.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Légende Fig. 25. Le sous-sol et le sol du fanum II. Cl. E. Planson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Fig. 26. La fosse-trou de poteau du fanum II surplombée par les fondations du mur de la cella du grand temple. Cl. C. Pommeret.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Fig. 27. Le mur 28 du péribole du fanum II. Chaînage d’angle. Cl. E. Planson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Fig. 28. Le mur 28. Angle sud-ouest intérieur avec le mur 27 du péribole du fanum I. Cl. C. Pommeret.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 29. Le mur 28, angle sud-ouest et le mur 27. Cl. E. Planson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Fig. 30. Le mur 28, dans sa direction ouest-est, superposé au mur 27. Cl. C. Pommeret.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Tableau IV. Mobilier du sous-sol du fanum II.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Légende Tableau V. Mobilier du fanum II.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Tableau VI. Mobilier de la cour du fanum II, phase I.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Légende Tableau VII. Mobilier de la cour du fanum II, phase 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Légende Tableau VIII. Mobilier découvert à l’ouest du mur 28.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Légende Tableau IX. Mobilier trouvé dans le comblement des trous de poteau.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Légende Fig. 31. Coupe stratigraphique ouest-est (no 7) : stratigraphie de la voie 37. 1, US 1000 : terre végétale ; 2, US 1100 : graviers ; 3, US 1101 : sol damé et dalles plates ; 4, US 1102 : graviers ; 5, US 1103, 1104 et 1105 : terre noire ; 6, US 1106 : graviers ; 7. US 1107 : terre noire ; 8, US 1108 : graviers ; 9, US 1109 : terre noire ; 10, US 1110 : graviers jaunes, niveau supérieur damé ; 11, US 1111 ; terre noire ; 12, US 1112 : graviers fins, sable ; 13, US 1113 : graviers ; 14, US 1058 : limon. Éch. 1/50. Relevé G.R.A.N.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Tableau X. Mobilier de la voie 37.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Fig. 32. Plan général de l’ensemble des structures de la période II. Éch. 1/500. Dessin O. Juffard d’après CNRS-B.A.A. in : PLANSON, POMMERET, 1986. p. 29.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende Fig. 33. Coupe stratigraphique ouest-est (no 8), des foyers superposés du secteur B. 1, US 1010 : remblais ; 2, US 1011 : argile ; 3, US 1012 : terre argileuse et charbon ; 4. US 1013 : argile ; 5, US 1014 : argile et graviers ; 6, US 1015 : indéterminé ; 7, US 1016 : limon ; 8, US 1017 : terre grise ; 9, US 1022 : graviers ; 10, terre noire ; A, B, C et C : foyers. Éch. 1/50. Relevé G.R.A.N.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Tableau XI. Mobilier du secteur B, phase 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Légende Fig. 34. Plan du secteur B, phase 2. Éch. 1/100. Relevé no 54, CNRS-B.A.A., 1978.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Fig. 35. Coupe stratigraphique est-ouest (no 9), au sud des foyers superposés. 1, US 1000 : terre végétale ; 2, US 1010 : remblais ; 3, US 1017 : terre grise ; 4, US 1020 : terre argileuse brûlée (foyer ?) ; 5, US 1091 : terre grise compacte ; 6, US 1023 : terre noire ; 7, US 1024 : argile rubéfiée ; 8, US 1025 : structure rectangulaire ; 9. US 1013 : argile ; 10, US 1014 : argile et graviers rubéfiés ; 11, US 1016 : limon ; 12, US 1021 : sol de graviers et de pierres. Éch. 1/50. Relevé G.R.A.N.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Fig. 36. Plan du secteur B, phase 3. Éch. 1/100. Relevé no 54, CNRS-B.A.A., 1978.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Fig. 37. Les foyers de la phase 3, secteur B. Cl. C. Pommeret.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Fig. 38. Le mur en pierres sèches no 35 et la pierre de chant. Cl. E. Planson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Fig. 39. Le pilier en pierres sèches. Cl. E. Planson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Tableau XII. Mobilier du secteur B. phase 3.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
Légende Fig. 40. Plan du secteur C, phase 1, avec les citernes. Éch. 1/100. Relevé no 54, CNRS-B.A.A., 1978.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Tableau XIII. Mobilier de la citerne 1.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Fig. 41. Secteur C. La citerne 1. Cl. C. Pommeret.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende Fig. 42. Coupe stratigraphique ouest-est (no 10), secteur C.1, US 1000 : terre végétale ; 2, US 1043 : terre brune et cailloux ; 3, sol de l’abside ; 4, US 1044 : remblais ; 5, US 1045 : sol de graviers et ciment ; 6, US 1046 : pierres concassées ; 7, US 1047 : sol bétonné ; 8, US 1048 : hérisson ; 9, US 1049 : terre battue ; 10, US 1050 : galets et pierres dans de l’argile rougie par le feu ; 11, US 1051 : terre argileuse, enduits peints ; 12, US 1052 : couche noire ; 13, US 1053 : sol de chaux ; 14, US 1054 : terre battue avec traces de feu et de charbons ; 15, US 1055 : argile ocre rouge ; 16, US 1056 : terre noire battue avec traces de feu et charbons ; 17, US 1057 : sable pulvérulent ; 18, US 47 : muret nord-sud no 47, postérieur à la maison ; 19, US 1033 : terre noire avec enduits peints (démolition) ; 20, US 1034 : sol de graviers cimentés ; 21, US 1035 : hérisson ; 22, US 1059 : terre noire ; 23, US 1060 : sable compact ; 24, US 1058 : limon ; 25, US 1061 : emplacement d’une sablière et d’un mur en pisé. Éch. 1/50. Relevé G.R.A.N.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende Fig. 43. Secteur C. Le four 2. Cl. C. Pommeret.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Légende Fig. 44. Secteur C. Le four 3. Cl. C. Pommeret.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 45. Enduits peints et mur de terre. Cl. C. Pommeret.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Légende Fig. 46. L’angle sud-est de la maison aux enduits peints avec le four 1. Cl. C. Pommeret.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Légende Fig. 47. L’angle sud-ouest de la maison aux enduits peints avec l’empreinte de la sablière basse et le four 3. Cl. C. Pommeret.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Tableau XIV. Mobilier du niveau d'occupation des fours, phase 1.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Légende Fig. 48. Coupe stratigraphique sud-nord (no 11), de la maison aux enduits peints.1, US 1000 : terre végétale ; 2, US 1030 : remblais ; 3, US 1031 : terre jaune ; 4, US 1032 : terre grise ; 5, US 1033 : terre argileuse avec enduits peints à la base ; 6, US 1034 ; sol : 7, US 1035/36 : hérisson ; 8, US 1039 : argile ; 9, US 1040 : argile ayant subi l’action du feu et couche noire ; 10, US 1041 : sable pulvérulent ; 11, US 1058 : limon naturel ; 12, US 1038 : emplacement de la sablière et de la cloison. Éch. 1/50. Relevé G.R.A.N.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 49. Plan du secteur C. phase 2. Éch. 1/100. Relevé no 54, CNRS- B.A.A., 1978.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Tableau XV. Mobilier de la couche de nivellement des citernes, secteur C, phase 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende Fig. 50. Le muret 43. Cl. C. Pommeret.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 51. Fours juxtaposés de la phase 3. Cl. E. Planson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Tableau XVI. Mobilier du secteur C, salle 1. phase 3.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 52. Plan du secteur C, phase 3. Éch. 1/100. Relevé no 54, CNRS-B.A.A., 1978.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Tableau XVII. Mobilier du secteur C, salle 2, phase 3.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Tableau XVIII. Mobilier du secteur C. phase 4.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 53. Plan du secteur A. Éch. 1/100. Relevé no 54, CNRS-B.A.A., 1978.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Tableau XIX. Mobilier du secteur A.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 54. Le mur est et angle sud-est du secteur A (salle) avec trou de poteau et chevilles en fer en place. Cl. E. Planson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Légende Fig. 55. Plan du secteur D. Éch. 1/100. Relevé no 54, CNRS-B.A.A., 1978.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 56. Secteur D, les murs 48 et 49. Cl. E. Planson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Fig. 57. Secteur D, le foyer coupé par le mur 25 du péribole. Cl. E. Planson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Tableau XX. Mobilier du secteur D.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Tableau XXI. Mobilier du passage entre A et B.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Fig. 58. Coupe stratigraphique sud-nord (no 12), du passage entre les secteurs C et D.1, US 1070 : remblais, démolition ; 2, US 1071 : terre argileuse jaune ; 3, US 1072 ; terre argileuse et graviers ; 4, US 1053 : mince couche de chaux ; 5, US 1073 : graviers ; 6, US 1074 : graviers, mortier ; 7, US 1075 : argile brune ; 8, US 1076 : graviers jaunes ; 9, US 1077 : graviers, mortier ; 10, US 1078 : terre argileuse grise ; 11, US 1079 : graviers, mortier ; 12, US 1080 : terre argileuse grise ; 13, US 1081 : sable, galets ; 14, US 1058 : limon. Ech. 1/50. Relevé G.R.A.N.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Fig. 59. Plan du secteur E. Éch. 1/100. Relevé no 54, CNRS-B.A.A., 1978.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Tableau XXII. Mobilier du passage entre B et C.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Légende Fig. 60. Secteur E. Bâtiment au sud du mur 28 du fanum II, coupé par le mur 25 du péribole du grand temple. Cl. E. Planson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Légende Tableau XXIII. Mobilier du secteur E.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Légende Tableau XXIV. Mobilier de l’occupation au nord-ouest du fanum II.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Légende Tableau XXV. Mobilier de l’occupation au nord-est du fanum II.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Tableau XXVI. Mobilier de l’occupation au sud-est du fanum II.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Tableau XXVII. Mobilier provenant de sondages divers.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende Fig. 61. Coupe stratigraphique nord-sud (no 13), dans la galerie reliant la grande cella au péribole. 1, US 1000 : terre végétale ; 2, US 1325 : graviers et galets ; 3, US 1324 : remblais ; 4, US 1318 : couche d’occupation ; 5, US 1058 : limon ; 6, US 1315 : graviers limoneux ; 7, US 1317 : graviers et gravillons ; 8, US 1161 : graviers würmiens ; 9, US 1319 : foyer avec tuiles ; 10, US 1322 : bloc de chaux ; 11, US 1320 : terre et chaux. Éch. 1/50. Relevé CNRS-B.A.A.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/382/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

© ARTEHIS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search