Version classiqueVersion mobile

Les meules du Néolithique à l’époque médiévale : technique, culture, diffusion

 | 
Olivier Buchsenschutz
, 
Stéphanie Lepareux-Couturier
, 
Gilles Fronteau

Quatrième partie. Études de cas en France

Outils de mouture et de broyage d’époque tibérienne : la fouille préventive de la Rue Paille-Maille à Metz (Moselle)

Guillaume Asselin, Gael Brkojewitsch, Sandrine Marquié, Johann Maujean et Lucie Pruneyrolles

Résumé

La fouille préventive de la rue Paille-Maille à Metz a livré un dépotoir contenant trois meules rotatives et un mortier en basalte. La constitution de ce dépôt est fixée entre 25 et 45 ap. J.-C. grâce à la céramique. Ce contexte apporte des données nouvelles sur le matériel de mouture, qui est encore peu documenté en Lorraine.

Texte intégral

Contexte de découverte

1La fouille de la rue Paille-Maille à Metz a eu lieu au nord de la capitale de cité des Mediomatrici : Divodurum (fig. 1). Sur une surface de 3000 m2, une stratigraphie complexe se développait sur près de 4 m de hauteur de part et d’autre d’un tracé routier qui s’est maintenu depuis la création du quartier à la fin du ier s. av. J.-C. jusqu’à sa restructuration à la fin des années 1970 (Brkojewitsch, 2015b).

2Dès la fin du ier s. av. J.-C., la voie qui partait de Metz en direction de Trèves était en place. L’axe de circulation était constitué de plusieurs couches de galets damés qui reposaient sur le sable naturel. Il était bordé par des fossés. L’espace situé à l’ouest du tracé a, dans un premier temps, eu une vocation funéraire. Trois sépultures secondaires à crémation y ont été enfouies en pleine terre ou dans un vase en céramique. Plusieurs alignements de piquets formaient des palissades dont la fonction est incertaine. Ces derniers pourraient marquer la limite de l’espace funéraire ou d’une concession, mais on ne peut écarter l’hypothèse de palis destinés à contenir une levée de terre en bordure de la voie.

3Le creusement de plusieurs fossés parallèles à la voie, dont un mesurant plus d’1 m d’ouverture, témoignaient d’une activité intense. En plus du drainage des eaux pluviales, on peut penser qu’ils furent mis à profit lors d’épisodes de fortes crues. D’ailleurs, d’épaisses couches noirâtres constellées d’inclusions organiques (bois, cuir, faune) indiquaient la présence d’importantes quantités d’eaux stagnantes qui avaient envahi la zone en recouvrant partiellement la voie et les fossés pendant la période tibérienne. À l’évidence, les découvertes se situent à proximité du tracé antique du paléochenal nord-ouest de la Moselle mais ce dernier est encore très mal connu. À ce jour, ni son parcours, ni l’emplacement de l’ouvrage qui devait permettre à la voie romaine de le chevaucher n’ont été appréhendés.

4Au même moment, l’axe de circulation a connu des modifications structurelles importantes : au minimum quatre rangées parallèles de poteaux très puissants ont été excavées d’ouest en est entre les fossés bordiers. Plusieurs hypothèses peuvent être évoquées dont une structure de franchissement, une porte ou une palissade. Il serait probablement imprudent de mettre en relation les épisodes d’inondations ou le démantèlement de la construction sur poteaux de bois avec un abandon momentané de la voie. Pourtant, une grande fosse composée de plusieurs lobes a détruit partiellement la bande de roulement en galets et l’a rendu impraticable. À l’est de la voie, le secteur ne semble pas avoir été urbanisé et aux niveaux tourbeux se sont superposées des fosses utilisées comme dépotoir domestique (fig. 1 : fs1964).

Fig. 1. Localisation de la fouille et plan des structures gallo-romaines.

5Très vite, la voie a été remise en état et cette fois à grand frais : niveaux rehaussés, constitution de remblais de construction, installation d’un radier de pierre, mise en place de trottoirs et de caniveaux. La parcelle à l’ouest a d’abord été aménagée ; plusieurs bâtiments comportant des planchers de bois se sont succédé. Les plus anciens (sl744) ne semblent pas avoir comporté de sablières basses contrairement aux constructions postérieures. Les contraintes de la fouille n’ont malheureusement pas permis de définir précisément le plan de ces constructions qui se composaient exclusivement de bois et de terre. Cependant, les aménagements ont côtoyé des fours et des fosses dont certaines étaient remplies de scories indiquant qu’une partie des espaces était consacrée aux arts du feu et à la métallurgie en particulier. À l’est de la voie, la situation était sensiblement différente car la mise en place de l’habitat a été plus tardive : des plots destinés peut-être à supporter un portique ont été installés avant d’être rapidement condamnés lors de la construction d’une maison érigée sur des sablières basses.

6Un fragment de meule de grand diamètre est issu du niveau d’inondation (us694). Deux meules à bras et un mortier ont été découverts à l’intérieur d’un espace d’habitat du ier s. ap. J.-C. situé à l’ouest de la voie (sl744) et dans une fosse dépotoir qui lui est contemporaine à l’est (fs1964) (fig. 1). Deux fragments de meules en basalte étaient remployés dans des caves datant du Moyen Âge. En raison de leur contexte de découverte, elles ont été écartées de cette présentation. Par ailleurs, un élément de grand diamètre (environ 64,0 cm) en grès à roseaux a été découvert dans un niveau de remblai gallo-romain daté du iie s. ap. J.-C. L’éventualité d’une ébauche de meule a été abandonnée en raison de la matière première utilisée, atypique dans la région (S. Galland-Crety, comm. orale). Il pourrait s’agir du seul élément d’architecture en matériau non périssable retrouvé sur le site (A. Desbat, J.-P. Brun, comm. orale).

Fig. 2. Meules et mortier datés de la première moitié du ier s. ap. J.-C.

Description

7Les trois meules et le mortier présentent un poli d’usure témoignant de leur utilisation (fig. 2 et 3) ; ils sont en basalte originaire des carrières de l’Eifel en Allemagne ou éventuellement de la chaîne des Puys du Massif Central (Gluhak, Hofmeister, 2008).

8Deux fragments d’un grand catillus, d’un diamètre estimé à 59,0 cm, ont été découverts dans le niveau d’inondation (us694). Ce diamètre, trop important pour une meule rotative à main, oriente l’interprétation vers une meule hydraulique ou à traction animale (Jaccottey et alii, 2011c). Malheureusement, seule une petite partie de la surface active est conservée. Elle est plane et possède un habillage au ciseau convergent vers le centre ainsi qu’un léger poli en périphérie. Le début de la pente présente un angle de 24°. Le flanc comporte des traces d’aménagements au ciseau perpendiculaires à la surface active, sa hauteur n’a pas été conservée. La partie la plus proche de la surface porte également un poli d’usure.

Fig. 3. Meule et mortier issus de la fosse fs1964.

9Un niveau de circulation gallo-romain (sl744) a fourni un fragment de catillus très usé dont le diamètre est estimé à 39 cm ; la hauteur du flanc est de 8,8 cm, son œil n’est pas conservé. Il comporte un trou de manchon latéral horizontal partiel de type 1 (Jodry et alii, 2011) à section ovalaire (L. 5,8 ; l. 4,8 ; prof. 6,4 cm) et une perforation pour une goupille dont le diamètre est de 1,2 cm pour une hauteur de 2,1 cm. Dans un second temps, la face active du bloc a probablement été utilisée comme un polissoir ou un mortier. Ce deuxième état a entraîné un surcreusement visible sur le profil 2 (fig. 2) qui rend difficile l’estimation de la pente de la surface active initiale.

10Deux objets complets en basalte (un catillus et un mortier) proviennent du comblement d’une fosse-dépotoir (fs1964) ; ils étaient séparés d’environ un mètre (fig. 1, 2 et 3).

11Le diamètre du catillus est de 36,7 cm, d’une hauteur de flanc de 8,6 cm et d’une épaisseur centrale de 3,1 cm. Il porte sur sa face supérieure un bandeau de 3,2 cm de largeur pour 1,6 cm de hauteur. Son système d’actionnement est identique au précédent. Le trou de manchon latéral horizontal partiel (type 1) possède une section quadrangulaire (L. 3,9 ; l. 3,1 ; prof. 6,4 cm). Le trou de la goupille est vertical à la jonction du réceptacle et du bandeau, son ouverture maximale est de 3,0 cm et minimale de 0,7 cm, sa hauteur est de 2,2 cm. La face supérieure et le flanc du catillus comportent des traces d’aménagement au ciseau. Elles sont convergentes, réalisées par de petits enlèvements très serrés sur la face supérieure, et perpendiculaires aux surfaces sur le flanc. La face active comporte un habillage au ciseau convergent vers le centre, réalisé par des enlèvements plus profonds, plus longs et disparates. Ces coups de ciseau sont trop irréguliers pour être qualifiés de rayonnage. Un poli d’usure est visible en périphérie. Son profil de type 1 (Longepierre, 2011b) présente une pente de 6°. L’œil du catillus est conservé : il est en double queue d’aronde de type 2C (Robin, Boyer, 2011), de forme ovalaire (L. 9,8 ; l. 9,2 cm). Le loge ment d’anille est trapézoïdal, de 13,4 cm de longueur, 7,4 et 7,2 cm de largeur aux extrémités. Le trou du manchon est perpendiculaire à l’axe de l’œil, ce qui est fréquent sur les catillus ne possédant qu’un trou de manchon (Jaccottey et alii, 2011a). La paroi inférieure du trou de manchon est cassée. Elle est peut-être à l’origine de l’abandon de la meule.

12La seconde pièce se révèle être un mortier à base plane percé (L. Jaccottey, comm. orale). Son diamètre maximal est de 30,6 cm et sa hauteur de flanc varie entre 10,0 et 12,0 cm. Son épaisseur centrale est de 1,8 cm. La face inactive, légèrement creusée, comporte des polis d’usure en périphérie qui pourraient être liés au contact avec un plan dur. La face active, très concave, porte un léger poli en son centre à proximité de la zone perforée, ainsi qu’un important lustré localisé en périphérie sur environ 1 cm de largeur. Ce dernier résulterait du frottement avec les bras de l’artisan sur le haut du flanc. Celui-ci comporte quelques plages polies dans la partie proche de la surface inactive. Il présente par ailleurs des traces de façonnage réalisées avec un angle de 45° par rapport aux surfaces. La perforation, peu régulière et légèrement excentrée, semble être due à l’usure du fond du mortier. Elle comporte un fragment oxydé (concrétion ?) conservé dans un coin. D’autres traces d’oxydation, initialement considérées comme les restes d’un cerclage, sont observables sur la face supérieure.

Fig. 4. Principales catégories de céramique de la fosse fs1964. 1-2. sigillée ; 3-9. terra nigra ; 10. dolium ; 11. sombre grise (éch. ¼, dessins/DAO L. Pruneyrolles, J. Maujean).

Éléments de datation

13Le site est caractérisé par une stratigraphie dense et servi par une importante quantité de céramiques qui fournissent de bons éléments de datation. Leur étude préliminaire, plus particulièrement celle du comblement de la fosse fs1964, suggère d’ores et déjà que les meules et le mortier ont été abandonnés entre les années 15/20 et 40/45 ap. J.-C. (Deru, 1996, horizon IV ; Deru, Feller, 1996, phase 2) (fig. 4). La céramique fine est ainsi dominée par la terra nigra dont le répertoire morphologique se compose d’assiettes à paroi simple (Deru, 1996, type A1), moulurée (types A3/5) et concave (types A41 et A38/39), de bols bobines (types B41/43), de coupes (types C4 et C8), de pots à bord oblique (types P1/12 et P25) et de bouteilles. La sigillée italique est également bien représentée par des coupes et assiettes du service II (Consp. 22 et 18) tandis que les premières importations de sigillées de Gaule du Sud font leur apparition. La céramique commune compte des pots et des jattes de tradition laténienne, d’autres en commune sombre grise et des cruches à pâte blanche fine (Deru, 1996, type cru 203, 204 et 207). Enfin, les dolia à lèvre moulurée et étalée (type Gose 356/358) sont fréquents durant cette période.

Discussion

14Cet ensemble de meules enrichit un corpus régional dont peu d’exemplaires sont publiés à ce jour. Il apporte des indications sur les matières premières, la forme et les mécanismes d’actionnement des premiers éléments de mouture gallo-romains sur le territoire des Médiomatriques.

15Sur ce site, ils sont exclusivement en basalte, dont la provenance, en l’absence d’analyse, reste inconnue. Toutefois, la source la plus proche, les carrières de l’Eifel en Allemagne, reste privilégiée. Les meules de la région sont majoritairement confectionnées dans ce matériau. Seuls quelques exemplaires de meules rotatives en grès sont connus à partir de l’Antiquité tardive (Brkojewitsch et alii, 2015a).

16La découverte dans un niveau d’inondation d’un fragment de catillus de grand diamètre (environ 59 cm) évoquerait la présence d’un moulin hydraulique près du paléochenal de la Moselle dès le début du ier s. ap. J.-C. Toutefois, plusieurs techniques peuvent avoir coexisté. La mise au jour d’une meta d’environ 80 cm de diamètre dans une cave de la fin du ier s. av. J.-C. sur le ’Haut-de Ste-Croix’ (Brunella, 1985) laisse penser que des moulins à sang étaient en usage à la même époque.

17Deux catillus à main découverts dans le niveau de sol sl744 et la fosse fs1964 possèdent des trous de manchon horizontal partiel de type 1 avec goupille. Ce mode d’actionnement témoigne d’une certaine continuité avec les catillus datés du ier s. av. J.-C. découverts dans le Bas-Rhin à Saverne au ’Fossé des Pandours’ (Jodry, Feliu, 2009) ou au ’Pré Chenu’ à Tomblaine en Meurthe-et-Moselle (Deffressigne, Tikonoff, 2012). Par ailleurs, ce même type de trou de manchon a été observé sur un catillus découvert lors de la fouille de niveaux d’occupation contemporains rue du ’Petit Champé’ à Metz (Faye, 1994).

18L’œil ovalaire à logement d’anille en double queue d’aronde (type 2C) du catillus de la fosse fs1964 diffère légèrement de l’œil celtique (type 2A) des meules laténiennes de Saverne et de Tomblaine, mais aussi de l’œil rectangulaire (type 2D) du catillus de la rue du ’Petit Champé’. Cela illustre une certaine variabilité des œils au début de l’Antiquité.

19Les diamètres des meules à main reconnues de façon sûre se situent entre 36,7 et 39,0 cm. En termes de dimensions, les mesures demeurent cohérentes avec les observations faites à Metz (Faye, 1994), dans l’agglomération secondaire de Bliesbruck en Moselle (Petit J.-P., 2004b) ou dans les régions limitrophes (Jaccottey et alii, 2011b). Le diamètre très faible (30,6 cm) de l’objet circulaire en basalte de la fosse fs1964 ne plaide pas en faveur de son utilisation comme catillus. En effet, les occurrences à 30,0-31,0 cm sont rares en Gaule (Jaccottey et alii, 2011c). Il rentre par contre dans la variabilité des mortiers décrits à Bibracte (Boyer, Farget, 2009). Par ailleurs, un mortier percé de facture similaire, issu d’anciennes fouilles, est conservé dans les collections du Musée de la Cour d’Or à Metz (S. Galland-Crety, comm. orale).

20Un façonnage des flancs à 45° identique à celui du mortier de la fosse fs1964 a été observé sur le catillus découvert lors de la fouille de la rue du ’Petit Champé’ à Metz. L’habillage convergent vers le centre observé sur deux meules du corpus semble augurer le rayonnage simple droit, plus régulier, observé au début de l’Antiquité dans l’est de la France (Lepareux-Couturier et alii, ce vol.).

21Le contenu et la forme de la fosse fs1964 rappellent, à certains égards, la fosse n° 1 du site de Wiwersheim ’ZAC du Kochersberg’ (Jodry, Feliu, 2009). En Alsace, le dépôt avait une vocation rituelle avec des objets encore utilisables, tandis qu’à Metz, la présence exclusive de pièces déclassées, renvoie l’image d’un petit dépotoir urbain.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation de la fouille et plan des structures gallo-romaines.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/3802/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Fig. 2. Meules et mortier datés de la première moitié du ier s. ap. J.-C.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/3802/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 3. Meule et mortier issus de la fosse fs1964.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/3802/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 4. Principales catégories de céramique de la fosse fs1964. 1-2. sigillée ; 3-9. terra nigra ; 10. dolium ; 11. sombre grise (éch. ¼, dessins/DAO L. Pruneyrolles, J. Maujean).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/3802/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 294k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search