Version classiqueVersion mobile

Le sanctuaire antique des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or)

 | 
Colette Pommeret

Première partie : Les sanctuaires et leur contexte

L’agglomération antique, présentation d’ensemble

Colette Pommeret

Texte intégral

  • 1 Coordonnées Lambert : situation X = 799,375 ; Y = 239 ; altitude Z = 227,8.

1Le site antique du lieu-dit « Les Bolards » se trouve au sud-est de la ville de Nuits-Saint-Georges, en Côte-d’Or1 à 400 m environ à l’ouest de l'autoroute A31 Dijon - Beaune (fig. 1).

GÉOGRAPHIE - HYDROGRAPHIE

  • 2 Il convient de signaler en particulier la source thermo-minérale de la Courtavaux, remarquable par (...)

2Cette agglomération de plaine, au pied des coteaux coupés de combes qui permettaient des communications faciles avec l’arrière-pays, s’est édifiée dans une région où les sources sont nombreuses2.

3Entouré par une boucle du Meuzin, petite rivière issue de plusieurs sources de l’Arrière-Côte bourguignonne, le noyau urbain s’étend sur une quinzaine d’hectares. Le lit du Meuzin forme un demi-cercle qui rompt anormalement son cours direct, après sa traversée de Nuits. Il semble détourné, ou tout au moins aménagé, pour clore la ville au sud et, à l’époque antique, celle-ci se trouvait prise entre deux bras de la rivière. En effet, un ancien lit, aujourd’hui disparu, a été repéré. Marqué simplement par une dépression au nord-est, il recevait encore, il y a quelques années, les eaux en période de crue. Nous avons pu l’observer nous-mêmes en octobre 1965, pendant une saison très pluvieuse. La rivière, tout en poursuivant son trajet normal dans la boucle, avait pris un cours supplémentaire qui s’inclinait au nord pour remplir cette dépression et, après une courbe prononcée, faisait sa jonction avec le lit actuel à l’est de l’agglomération.

4Ces observations sont confirmées par les photographies aériennes de R. Goguey, sur lesquelles apparaît le lit fossile (GOGUEY, 1970, p. 53-56) (fig. 2).

5On peut se demander si les constructions ont entraîné un aménagement volontaire du cours d’eau pour former une sorte d’enceinte ou si, plus vraisemblablement, elles se sont installées dans un méandre naturel dû au cône de déjection formé par le Meuzin au sortir des coteaux. Toutefois, les coupes de terrain ne montrent pas de dénivellation bien marquée et le sous-sol sableux offre si peu de résistance que les berges ont été protégées au cours des âges, en plusieurs points, par des murs de pierre ou par de grandes dalles rectangulaires encore visibles au début de la boucle.

6Quoi qu’il en soit, le Meuzin ceinturait la ville. A l’extérieur, des constructions disséminées existaient essentiellement à l’ouest, au sud et au nord de la boucle, révélées par des sondages anciens et surtout par les photographies aériennes. On peut imaginer une bourgade dispersée dans une vaste zone autour d’un centre urbain groupant temples, édifices publics, commerces et habitat.

Fig. 1. Plan de situation. Éch. 1/20.000. Relevé no 100, CNRS-B.A.A.

Fig. 2. Vue aérienne du site des Bolards dans la boucle du Meuzin (dont le cours est souligné par la végétation). Cl. R. Goguey.

7Le Meuzin se dirige ensuite vers le sud, assurant une liaison avec la Saône. Il reçoit les eaux de la Courtavaux en amont de Villy-le-Moutier, puis celles de la Bouzaize au sud de Corgengoux, avant de se jeter dans la Dheune qui rejoint la Saône à proximité de Chauvort.

8Ces lieux ont connu très tôt une occupation humaine que l’on peut faire remonter de façon certaine à l’Âge du Bronze.

  • 3 Réalisée par Mme Paquereau, Université de Bordeaux. Laboratoire de Géologie du Quaternaire et Préhi (...)

9Les études palynologique3 (et malacologique (PUISSÉGUR, 1965, p. 121-129), qui se rejoignent et se complètent, donnent un aperçu intéressant de l’aspect du paysage au moment de l’installation humaine dans cette contrée. Des prélèvements pratiqués à la base de la couche de limon naturel à la limite des graviers du fond (dits Bolards I), et à la partie supérieure de cette même couche (Bolards II), montrent deux types de végétation :

  • un type boisé représentant un couvert forestier assez clair (taux de boisement de 47 à 49 %) avec pour éléments arbustifs dominants : le noisetier (20-21 %), le pin sylvestre (9-10 %), l’aulne (7-8 %) et la chênaie mixte (5-6 %). La présence faible des pollens de hêtre et de sapin indique l’extension de la fagabiétaie vers les zones de piedmont et les collines. Les plantes herbacées sont dominées par les graminées et de nombreuses hygrophiles. Les spores de fougères sont assez nombreuses. Ces flores traduisent des conditions climatiques assez froides et humides. La faune malacologique montre une prédominance des espèces aquatiques et hygrophiles pouvant s’accommoder d’un milieu inondé une partie de l’année ;

  • un type déboisé, marquant un net recul des arbres avec un taux de boisement de 20 à 25 %. Les éléments forestiers sont les mêmes, mais le noisetier devient dominant. On peut y voir le témoignage d’une intervention humaine, le développement du noisetier, la multiplication des spores de fougères et la présence de pollens de plantain étant caractéristiques de repeuplements spontanés après défrichement par brûlis. Le pourcentage de mollusques sylvatiques diminue progressivement tandis que celui des mollusques de bois et taillis se maintient. Cette période sèche et chaude serait contemporaine, chez nous, de l’Âge du Bronze.

10Enfin les prélèvements réalisés dans des couches de limon rapporté (Bolards III) montrent un type déboisé avec une strate herbacée abondante. Des pollens de céréales sont discernables (3,5 %), des plantes dites « compagnes de cultures » sont présentes. Cette terre rapportée empruntée à Bolards Il conserve une partie de sa faune d’origine mais avec une prédominance des espèces de terrains découverts.

GÉOLOGIE : LE SITE ET SES RESSOURCES NATURELLES (Maurice AMIOT)

11Comme toutes les agglomérations qui jalonnent la « Côte » de Dijon à Chagny, les Bolards se trouvent à l’articulation de deux domaines extrêmement différents, par leur morphologie comme par les terrains qui les constituent : les coteaux de 1’« Arrière-Côte » (ou des « Hautes Côtes ») à l’ouest et la zone à faible relief de la plaine de la Saône, née du remplissage du fossé d’effondrement bressan à l’est. Une grande fracture les sépare : la « faille de la Côte », qui passe approximativement à l’emplacement de la N74 (fig. 3).

12L’attraction exercée par les voies de communication a pu toutefois écarter certaines implantations du pied de Côte lui-même. Il en est ainsi des Bolards avec la voie venant de Savigny-lès-Beaune.

13Comme beaucoup d’agglomérations importantes, celle des Bolards se situe au débouché ou à proximité immédiate d’une vallée à cours d’eau pérenne, celle du Meuzin, permettant une pénétration facile vers l’intérieur. C’est le cas de Dijon avec l’Ouche, de Beaune avec le Rhoin, de Pommard avec l’Avant-Dheune, de Meursault avec le ruisseau de Meursault.

Fig. 3. Bloc diagramme avec carrières antiques. Dessin M. Amiot.

LES COTEAUX DES HAUTES CÔTES

Morphologie

14Formés de couches d’origine marine, subhorizontales et faillées, d’âge jurassique moyen et supérieur, les coteaux forment des reliefs qui culminent entre 400 et 490 m (488 m à la montagne de Villars au dessus de Concœur).

15Les buttes les plus basses montrent des versants à dominante boisée et à pente uniformément raide, car constituées exclusivement de calcaires, et couronnées par un sommet plat. C’est le cas des buttes qui encadrent le débouché sur la plaine de la vallée du Meuzin.

16Les buttes les plus élevées présentent au contraire au-dessus de ces calcaires un replat marneux souvent cultivé, que surmonte un entablement à nouveau calcaire et boisé, ce qui leur donne une silhouette caractéristique (montagne de Villars par exemple).

17Des vallons, secs la plupart du temps, les entaillent (combe Pernant, combe David), les eaux météoriques percolant sans difficulté dans les calcaires en profitant de leur fracturation.

Nature lithologique et utilisation potentielle des matériaux

  • 4 Ch. RÉMOND. 1985, Carte géologique de la France à 1/50 000e, feuille Beaune.

18La série sera décrite de bas en haut, des couches les plus anciennes aux plus récentes (les notations employées sont celles de la carte géologique Beaune 1/50.000)4.

19– « Calcaire à entroques » du Bajocien moyen (J 1 a)

20Il comprend successivement des calcaires à entroques (débris de crinoïdes) et débris d’organismes variés (bioclastes), de 15 à 20 m d’épaisseur, et des calcaires variés où alternent calcaires à entroques, bioclastiques, compacts argileux (15-20 m), certains bancs étant très riches en polypiers et lamellibranches. L’ensemble est coloré en brun par des oxydes de fer.

21Cette série n’affleure pas directement à Nuits mais existe sous des formations superficielles au lieu-dit « les Chaignots ». Elle forme dans l’arrière-pays la partie inférieure des falaises de Bouilland, Clavoillon, etc.

22Les bancs durs fournissent une pierre mureuse de bonne qualité, peu gélive. Aux Bolards, quelques encadrements dans la zone d’habitation peuvent en provenir, encore qu’il y ait doute : il faudrait qu’il s’agisse de pierres importées ; or des faciès très voisins existent dans les couches du Bathonien terminal et du Callovien, présentes localement et plus facilement accessibles.

23– « Marnes à Praeexogyra acuminata » (J 1b) du Bajocien supérieur : 10 m

24Sans intérêt archéologique.

25« Calcaire de Prémeaux » (J 2a) de la base du Bathonien : 10 m

26Il affleure en pied de versant entre Nuits et la combe qu’emprunte la route de Chaux et était, il y a peu, encore exploité à la carrière des Porets comme pierre marbrière, commercialisée sous le nom de « marbre rose ».

27C’est un calcaire compact à grain très fin (microcristallin), en bancs de 0,20-0,50 m séparés par des joints de stratification présentant des lits de chailles et teinté en rose par des oxydes de fer. Cette pierre d’excellente qualité, non gélive, a été largement utilisée aux Bolards. Elle implique toutefois une taille des moellons sur cinq faces, contre quatre pour des calcaires en bancs plus minces, dont deux faces correspondent à celles du banc d’origine.

28« Oolite blanche » (J 2b) du Bathonien : 15 m

29C'est une roche calcaire blanche, tendre, plus ou moins crayeuse et formée d’oolites et de bioclastes de 1 à 2 mm de diamètre, ce qui lui donne un grain caractéristique. Le degré de cimentation conditionne sa dureté et sa porosité, donc sa sensibilité au gel. Dans la région de Nuits, on voit ainsi alterner trois passées tendres mal cimentées et fortement délitées et deux passées dures, sortant en saillie sur les fronts de taille. On peut observer le phénomène dans les carrières situées en rive gauche de la vallée du Meuzin.

30Bien que gélive, F oolite blanche a été largement utilisée comme pierre de taille et pierre statuaire, au moins pour ses passées les plus indurées, car elle permettait un travail facile.

31Des débris de tuiles romaines, traces d'une installation, ont d’ailleurs été trouvés par E. Planson dans une vigne, à proximité d’une carrière d’oolite, excavée en abri sous-roche et maintenant partiellement comblée (carrière la plus orientale en rive gauche du Meuzin).

32A la partie supérieure de F oolite blanche correspondent des bancs à grain plus fin dont le faciès se rapproche de celui des calcaires de Comblanchien sus-jacents. Les oolites, bien que toujours présentes, sont rares et disséminées dans la passée. On peut employer à leur sujet le terme de « calcaires comblanchoïdes ». En bancs plus minces que les calcaires de Comblanchien, ils sont plus faciles à exploiter et ont été largement utilisés aux Bolards, en mélange avec les faciès purement oolithiques.

33« Calcaire de Comblanchien » (J 2c) du Bathonien : 60 m

34Calcaire compact microcristallin, en bancs épais de plusieurs mètres, il marque le paysage de ses hautes falaises grises (combe Pernant) et fournit la majeure partie des versants.

35Il est exploité à l’heure actuelle comme pierre marbrière. Sa taille est par contre difficile, son extrême dureté le rendant en même temps très cassant et la grande épaisseur des bancs constituant un facteur défavorable. Aussi n’a-t-il été utilisé aux Bolards que comme matériau d'empierrement. Il est vraisemblable d’ailleurs qu’il n’y a pas eu à proprement parler d’exploitation en carrière, mais plutôt utilisation d’éboulis, éventuellement concassés. Les rares pierres incluses dans les constructions montrent presque toutes des traces de dissolution (guillochage, trous), ce qui indique qu'elles ont été ramassées en surface, sur un lapiaz.

36Les faciès dolomitiques de la partie inférieure du calcaire de Comblanchien n’ont fait l’objet d’aucune utilisation, du fait de leur manque de résistance.

37– « Calcaire grenu » ou « Pierre de Dijon » (J 2d-3) du Bathonien terminal-Callovien

38Ce sont des calcaires très riches en bioclastes, à patine beige ou bleutée (« calcaire bicolore »), en bancs peu épais, souvent à stratification oblique. Ils forment le haut des versants et la partie périphérique du sommet des buttes.

39Faciles à exploiter comme pierre mureuse, peu gélifs, ils ont traditionnellement été le matériau de construction le plus employé jusqu’à nos jours.

40– « Calcaires de la Dalle nacrée » (J 3) du Callovien moyen : 15 m

41Le faciès est le même que celui du « Calcaire grenu » sous-jacent enrichi en bioclastes de bryozoaires, mais les bancs sont beaucoup plus minces, ne dépassant pas quelques centimètres. Commercialisés aujourd’hui sous le nom de « Dalles de Bourgogne », exploités autrefois sous le nom de « laves » (pierres « levées » à la barre à mine), ils ont été très utilisés comme dalles de couvertures jusqu’au siècle dernier.

42– « Oolite ferrugineuse » (J 5a) de l'Oxfordien moyen : 0,20-0,50 m

43Ces calcaires argileux jaunes, rouges ou lie-de-vin, riches en oolites ferrugineuses et présentant souvent un encroûtement ferrugineux à leur base, ont été utilisés comme minerai de fer partout en Bourgogne et aux Bolards en particulier (AMIOT, PLANSON, 1985, p. 28).

44Les termes supérieurs de la série locale n’ont pas été utilisés.

45Bien que n’appartenant pas à la série locale mais d’origine bourguignonne, il faut citer enfin :

46la « Pierre d’Asnières » ou « Pierre de Norge s » (J 7 a sur la carte géologique de Mirebeau), Kimmeridgien inférieur (faciès séquanien)

47C’est un calcaire beige ou gris clair, fin ou graveleux, blanc et crayeux au sommet ; les derniers niveaux ont été utilisés autrefois pour la statuaire, en particulier par l’école de Klaus Sluter (Puits de Moïse, portail de la chapelle de la Chartreuse de Champmol...).

48Tendre, mais non gélif et facile à débiter par sciage, il est présent aux Bolards sous forme de dalles de couverture. Les gisements les plus proches sont au nord de Dijon.

LA PLAINE

Morphologie

49Les dépôts plio-pléistocènes du remplissage bressan occupent la majeure partie des surfaces de la plaine. Une reprise d’érosion fait que les vallées des cours d’eau les entaillent maintenant sur une vingtaine de mètres, y enchâssant leurs alluvions anciennes ou récentes. Celles du Meuzin occupent ainsi tout le secteur sud-est au débouché des coteaux, formant un cône de déjection convexe bien que très aplati. Le Meuzin a divagué au cours des temps sur ce cône, même si son cours paraît à peu près fixé depuis l'époque romaine, ne subissant que des modifications de détail lors des crues.

Nature lithologique et utilisation potentielle des dépôts

50« Complexe des marnes de Bresse » et « Complexe de couverture » (p IV), Pliocène-Pléistocène moyen

51Ce sont des alluvions fluvio-lacustres argilo-marneuses, plus ou moins silteuses ou sableuses. En rive gauche du Meuzin, leur limite passe par Agencourt et Gerland, en rive droite un peu au delà de la Courtavaux.

52Les sols qu’elles fournissent sont très lourds et humides, ce qui a permis la création d’étangs (Boncourt-le-Bois, Gerland, Longvay, Villy-le-Moutier).

53Ces formations conviennent parfaitement pour la fabrication de tuiles, carreaux, poteries et ont donné lieu à des activités artisanales importantes (Argilly).

54Elles sont, au nord du Meuzin et jusqu’à 2 km à l’est d’Agencourt, largement recouvertes par des épandages de limons peu épais (K), rouges ou bruns, à granules ferrugineux et petites dragées de quartz, comportant un lit de chailles à leur base. Elles y donnent des sols moins lourds.

55 Alluvions anciennes grossières (FL) plio-pléistocènes

56Elles sont formées de graviers calcaires à matrice sablo-argileuse jaunâtre (graviers de Perrigny), coupés de passées argileuses analogues à p IV. Elles s’observent dans le fond des gravières actuelles et peuvent avoir été atteintes aux Bolards par certains puits.

57Alluvions anciennes (Fx) du Pléistocène moyen et supérieur

58Elles sont constituées de calcaires « sales » à légère matrice argileuse, puis de graviers bien lavés, d’âge würmien. Ces derniers peuvent avoir été repris par le Meuzin et correspondre à un alluvionnement holocène (Fy). Très hétérométriques, leur granulométrie s’échelonne des sables fins aux galets, dans lesquels prédominent les « Calcaires de Comblanchien ». On y rencontre aussi des calcaires bioclastiques de la « Pierre de Dijon » ou de la « Dalle nacrée », plus rarement du « Calcaire de Prémeaux ». Les phases fines voient augmenter la proportion de calcaires bioclastiques et apparaître des fragments d’« oolite blanche ».

59Ces graviers forment le substrat de tout le site où ils constituent la plupart du temps la première formation naturelle en place. Ils ont par ailleurs été largement utilisés pour le remblai, l’empierrement, la réalisation de sols.

60Alluvions récentes (Fz)

61Elles sont représentées aux Bolards par des limons peu épais datés de la fin de la période atlantique (- 5000 B.P.) et du Subboréal. Le petit lit de graviers qui les surmonte correspond à la détérioration climatique de la fin du Subboréal (début de l’Âge du Fer). Ces alluvions forment les sols de la plaine, dans l’ensemble assez bien drainés par les graviers sous-jacents et de ce fait plus faciles à travailler.

62Limons à cailloutis de la Côte (V)

63Formations superficielles variées formées de matériaux résiduels (chailles) ou de produits d’altération et de désagrégation du substrat ou des reliefs voisins, ils forment, en placage, l’essentiel des actuelles terres à vignes et se caractérisent par un bon drainage, du fait de la pente. Ils donnent par ailleurs des sols plus chauds, compte tenu de leur haute teneur en cailloutis et de leur orientation.

64On voit donc que, tant pour la construction que pour l’agriculture, la région de Nuits-Saint-Georges offre une gamme de ressources naturelles propres à satisfaire des besoins extrêmement variés.

HYDROLOGIE

Hydrologie de surface

65La morphologie comme la nature des dépôts montrent que le tracé du Meuzin est fixé aux Bolards dès l'époque romaine, à de petites divagations près liées à des épisodes de crues.

66L’examen des photos aériennes met en évidence, en dehors du lit principal, l’existence d’un tracé secondaire aujourd’hui abandonné (« ancien lit du Muzin ») (BIGARNE, 1878, p. 383 et fig.). Il forme un demi-cercle, à concavité ouest, symétrique de la boucle parcourue par le cours actuel de la rivière et fonctionnel en période de débordement. L’ensemble des deux cours dessine un cercle presque parfait (même si ce deuxième cours apparaît comme légèrement divaguant, avec plusieurs tracés anastomosés) qui enserre la totalité du site.

67De là à y voir un aménagement défensif, il n’y a qu’un pas que franchit Ch. Bigame. La boucle du Meuzin à hauteur des Bolards apparaît, il est vrai, comme une anomalie par rapport au reste de son tracé général. Il faut dire cependant que les dalles de pierre, qui protégeaient la rive concave du brusque coude amont qui amorce la courbe, ne datent que du XVIIIe s. (VIGNIER, 1970, p. 158).

68Dans un autre domaine, il n'est pas impossible que le Meuzin ait servi au transport des matériaux pondéreux en provenance des coteaux, en particulier des matériaux de carrière, au moins en période de hautes eaux.

Les eaux souterraines

69Le site des Bolards était alimenté par des puits foncés dans les graviers würmiens, qui sont présents partout sur le site.

70La cote et les fluctuations de la nappe aquifère ne nous sont pas connues. On sait cependant d'une manière générale que le niveau des nappes était plus élevé que de nos jours. Il est logique aussi d’admettre qu’il n’atteignait pas la cote des caves retrouvées sur le site. Cela amène à penser qu’il pouvait être, comme aujourd'hui, indépendant de celui de la rivière, qui circule dans un lit qu’elle a autocolmaté, au sein de graviers qui restent secs sur une certaine épaisseur.

  • 5 COLUMELLE, De l’Agriculture, I. 2. 3., cité in : FOUET G., La villa gallo-romaine de Montmaurin, XX(...)

71Cette diversité du milieu naturel aux Bolards correspond à la vision du site idéal pour une installation tel que l’imaginait Columelle5 : « Si la fortune exauçait mes vœux, je lui demanderais une terre située dans un climat sain et fertile, partie en plaine, partie en collines... Les plaines qui entoureraient les bâtiments seraient distribuées en prairies, en terres labourées, en saussaies et en plantation de roseaux. Quant aux collines... (elles) fourniront le bois et les pierres pour les différentes constructions et d’autres serviront de pâturages aux troupeaux... L’eau qui découlera des montagnes se répandra en ruisseaux dans les prairies... et arrivera jusque dans l’enceinte ».

TOPONYMIE

72Bien des archéologues ont cherché le sens du mot Bolard sans pouvoir trouver une explication satisfaisante. Il passe par toutes les formes de graphies possibles. Des « Champs de Bol » (CHANGARNIER, 1856) à l’orthographe actuelle, se succèdent ou s’utilisent simultanément : en Bolar, le Bolar, les Bolards, le Bôlar... Ni les textes anciens, ni les documents géographiques antiques remontant au IIIe s. ne mentionnent ce nom, ni aucun terme ou nom latin pouvant s'en rapprocher ou lui être assimilé. Ce mot est-il le résultat de l’évolution du nom de la bourgade gallo-romaine enfouie en ces lieux, ou bien a-t-il été attribué ultérieurement à cet emplacement ?

73En 1947, P. Lebel pouvait encore intituler son étude, « Une énigme pour les archéologues : le nom du Bolar » (LEBEL, 1947, p. 274-275). Après avoir rappelé que l'exploration du sol sans plan précis laisse encore dans l’ombre l’indispensable vue d'ensemble sur l'histoire du vicus disparu, il s’interroge sur son importance, renvoie à l’étude d’É. Thevenot (THEVENOT, 1944, p. 244-247), signale la thèse d'A. Colombet (COLOMBET, 1946) selon laquelle la bourgade proprement dite devait porter un autre nom et précise que, pour lui, « le nom de Bolar semble dater seulement du Moyen Âge et avoir désigné les terrains sans doute assez vastes, qui, à cet endroit même, auraient appartenu aux Bolars comme on disait alors, c’est-à-dire à une famille Bolar ». P. Lebel attire l’attention sur un texte du XIIe s. conservé dans le martyrologe de Notre-Dame de Beaune, qui fait allusion à une « vinea es Bolars », vigne située sur le territoire de Serrigny, c’est-à-dire à moins de 10 km au sud de Nuits et qui aurait pu appartenir au même propriétaire.

74Dans des pièces d’archives, sur un bail daté d’avril 1352, concernant une terre sur le finage de « Nuys » possédée par Cîteaux, se trouve l’indication d’un lieudit « En Bollay ». En mai 1411, la terre se trouve en « Bollart », en juin 1450 en « Bolart ».

75Ce patronyme est encore porté aujourd'hui par quelques familles, notamment dans la plaine de la Saône (Genlis-Auxonne).

76Ne pouvant attribuer une origine celtique ou romaine au nom du « Bolar », on ne peut donc que le considérer comme l’un des innombrables lieux-dits qui ont porté le nom d’anciens propriétaires. Le nom antique du site reste donc une énigme.

77Quoi qu'il en soit, l'existence de l'agglomération antique est mentionnée au XVIIe s. par le jésuite érudit P.-F. Chifflet, qui aurait voulu y voir l’ancien Argentomagus dont il est question dans le récit de la vie de saint Marcel de Chalon, localité située près de Chalon mais non identifiée avec certitude (CHIFFLET, 1664, p. 61). Il proposait Argilly, mais comme à sa connaissance aucune antiquité n’y paraît, il ajoute : « Non loin d’Argilly se trouve le tombeau d'une ville antique. Ce lieu est appelé aujourd’hui le Bolart par les gens de la région. Il est nu et aucune construction n’est plus visible, mais le sol est rempli de ruines, de monnaies, et d’autres vestiges du temps des romains, auxquels se heurtent continuellement les pioches et les charrues des cultivateurs ».

78La carte de Peutinger donnant l’état du réseau routier au IIIe s., est jalonnée de noms dont le plus susceptible de représenter les Bolards serait Vidubia. Cette station mal localisée prête depuis longtemps à discussion. Elle se situe après Cabillonum (Chalon-sur-Saône) et avant Tilem – mal lu Filena – (Til-Châtel sur la Tille). Les erreurs dues à la tradition manuscrite, les inexactitudes dans les tracés routiers, les contestations sur le sens à donner aux chiffres marquant les longueurs d’étapes, ont fait de Vidubia un point litigieux que chacun pouvait prétendre localiser à sa façon. En 1867, la Commission de la Topographie des Gaules, amenée à placer Vidubia sur la Vouge, à Saint-Bernard-lès-Cîteaux, demandait à Ch. Aubertin, Conservateur du Musée de Beaune, de faire des recherches sur le terrain. Il effectua cette mission « pas à pas... » en suivant le tracé de la voie dite d’Agrippa sur tous les points controversés, c’est-à-dire depuis Villy-le-Brûlé jusqu’à Saint-Bernard (AUBERTIN, 1867, p. 50-53). Il confirmait des traces d’occupation romaine à Villy, Argilly, Bâlon..., mais nulle part aussi abondantes et significatives qu’aux abords de Saint-Bernard, ce qui lui parut correspondre à un établissement qui eût pu être Vidubia.

79Dans la toponymie des voies romaines, A. Grenier consacre une étude au « passage des rivières » (GRENIER, 1934, p. 267.) Il fait état d’une remarque générale qui veut que « très souvent, dès les itinéraires anciens, une station porte le nom de la rivière que traverse la route », et il cite Tilena (Til-Châtel) en Côte-d’Or, sur la Tille, et Bidana dans la Cosmographie de Ravennate à restituer Vidubia au passage de la Vouge, à Saint-Bernard-lès-Cîteaux. Dès 1760, J.-B. d’Anville dans sa Notice sur l'ancienne Gaule aurait déjà donné la bonne localisation, corrigeant l’identification à Nuits qu’il avait proposée en 1741 dans ses Éclaircissements géographiques sur l’ancienne Gaule. C’est également à cette localisation que se range E. Thevenot (THEVENOT, 1969, p. 54 et 261) et l’identification de Vidubia aux abords de la Vouge peut donc être considérée comme un fait acquis malgré la présence proche de l’agglomération des Bolards.

80E. Thevenot, s’en rapportant aux toponymes, proposait une solution dont les arguments restaient discutables (THEVENOT, 1944, p. 242-247). Sur le cadastre et très voisin du Bolar, un nom de lieu attire son attention, un terroir nommé « en Saligny » sur la rive droite du Meuzin. La finale paraît le désigner comme un nom de fundus. Il y voit le dérivé d'un nom d’origine gallo-romaine : Salliniacus formé par Sillinius. A l’appui de sa thèse, on retrouve ce vocable sur une inscription du cimetière gallo-romain de Quincey (ESPÉRANDIEU, 1907, no 2053). Les premières lettres d’un nom sur une stèle sont effectivement Sillin... (LEJAY, 1889, no 39.234) dont le nom Saligny serait la traduction actuelle. Les ruines du Bolar pouvaient donc avoir été le centre de ce fundus Silliniacus.

81Mais la découverte du sanctuaire et l’importance de celui-ci vont à l’encontre de cette supposition et il ne peut donc s’agir que d’un fundus voisin.

HISTORIQUE DES RECHERCHES

  • 6 Seules les légendes de Nuits-Aval parlent des ruines de 1’« ancien camp romain de Bôlar » près desq (...)

82La ville de Nuits-Saint-Georges ne s’est pas construite sur l’emplacement déserté des Bolards. L’agglomération ensevelie sous la terre végétale fut toujours un lieu cultivé depuis son abandon6.

83C’est d’abord par une abondance de matériel que se signalèrent les Bolards, et longtemps les trouvailles furent de hasard, liées aux travaux des champs.

84Le premier intérêt officiel ne se porta pas d’emblée sur la bourgade, mais sur l'un de ses cimetières : celui du moulin Chaudot. En 1836, la Commission des Antiquités de la Côte-d’Or fut alertée par une découverte ; des travaux réalisés par une usine découvraient à plus d’un mètre de profondeur, une couche de terre noire renfermant une grande quantité d’ossements humains, de vases en terre rouge, de fragments d’amphores, d’urnes en verre, etc. (Mémoires de la CACO, 1841, p. 28-30).

85Vers le même temps, un propriétaire trouvait à peu de distance, en plantant une vigne, le cachet d’oculiste DEDEMON (VIENNE, 1845, p. 371, pl. IV, fig. 1).

86Les trouvailles continuent à se multiplier. La plantation plus intense du vignoble sur ce lieu révèle un matériel important. Les amateurs achètent aux vignerons les objets les plus précieux et se constituent des collections particulières. Une partie de ces découvertes entrent toutefois aux Musées de Beaune et de Dijon.

87En 1878, Ch. Bigame entreprend de dresser un inventaire des trouvailles, catalogue commenté avec figures (BIGARNE, 1878, p. 381-402).

88En 1918, des propriétaires de certains terrains vont entreprendre des fouilles qui se poursuivront de façon sporadique jusqu’en 1958. L. Roux, A. Vauthier, les frères P. et A. Vacherot découvrent ainsi un matériel considérable. Une série de photographies prises par A. Colombet, bibliothécaire à l’Académie de Dijon, qui présente à plusieurs reprises des communications sur l’intérêt de la « station », prouve l’importance et la richesse des collections aujourd’hui disparues, dispersées en grande partie à l’étranger.

89Ces fouilleurs laisseront quelques notes manuscrites qui apporteront des renseignements précieux. Fromageot-Girardet, un nuiton, accumule une documentation importante. É. Thevenot, qui s’intéresse depuis longtemps aux Bolards, publie en 1948 une étude d’ensemble de grand intérêt (THEVENOT, 1948, p. 289-347).

90C’est en 1963 que le Dr. E. Planson, qui venait de terminer la fouille, à Moux-Corgoloin, village proche de Nuits, d'un petit habitat rural gallo-romain (PLANSON, 1970, p. 211-217) d’où provenait une stèle du Dieu aux oiseaux, s’intéresse au site. Il décide, avec les encouragements et le soutien du doyen R. Martin et d’É. Thevenot, d’y entreprendre des fouilles exhaustives pour donner enfin au site des Bolards une place méritée dans l’archéologie française.

91Une prospection aérienne est effectuée simultanément par E. Planson, C. Pommeret et par R. Goguey. Les résultats obtenus se complètent, et déterminent l’installation du chantier et l’acquisition des terrains, en particulier celle de la parcelle 773. Dans un regain de luzerne apparaissaient, limitée par deux rues perpendiculaires, une intrication de lignes représentant des vestiges de construction, de nombreux murs qui dessinaient de grandes pièces et des taches circulaires correspondant à des puits (GOGUEY, 1970, p. 56, fig. 61).

92Les photographies aériennes permettent d’autre part des remarques importantes concernant le cours du Meuzin aux fluctuations diverses et révèlent deux lits fossiles. Des voies antiques sont également reconnues alentour et la voie principale reliant la bourgade à la voie dite « d’Agrippa », apparaît à Test, sous forme d’une bande claire.

LES VOIES ROMAINES (fig. 4)

93Les Bolards appartiennent à une région de carrefour, à un pays sillonné dès la Préhistoire par de nombreuses voies de passage et, à l’époque gauloise, de zones de cheminement déjà bien tracées que devait consolider et multiplier l’occupation romaine.

94Repéré au sol, quand la route moderne ne les recouvre pas, révélé par la photographie aérienne qui en dénonce les vestiges, tout un réseau de routes plus ou moins importantes se dessine autour de la bourgade qui avait le privilège de se trouver à peu de distance à l’ouest d’une des plus grandes voie de l’Empire : la voie dite « d’Agrippa ». Cette voie d’une importance considérable pour les destinées de l’agglomération, reliait, doublée par les fleuves navigables, le bassin méditerranéen au Rhin et au Danube d’une part, et à l’Océan de l’autre, par la Seine et ses affluents. Elle connut jusqu’aux derniers temps de l’Empire la faveur des marchands et des soldats. C. Jullian la définissait ainsi : « de Lyon à Cologne, par Chalon-sur-Saône, Langres, Trèves, sur 400 milles d’étendue, c’était la voie la plus rectiligne et en quelque manière la plus franche, la plus forte et la plus rapide de l’Empire romain tout entier, le type achevé du grand chemin de guerre » (JULLIAN, 1920, p. 88).

95Au sud, les Bolards sont bordés par un chemin antique appelé « Chemin de la Planchotte », de direction SO/NE, reconnu comme étant la voie secondaire qui se détachait de celle d’Autun à la Saône et à Besançon, sur le plateau de Savigny-lès-Beaune, pour longer le pied de la Côte et s’éloigner vers l’est pour rejoindre la voie d’Agrippa à Saint-Bernard. Elle constituait sans nul doute une liaison rapide Autun-Langres par la plaine en traversant une région très peuplée. Pour E. Thevenot, le développement important et la prospérité de l’agglomération des Bolards ont certainement été déterminants pour l’établissement de cette route (THEVENOT, 1969, p. 310).

96Cette voie croisait près des Bolards une voie venant de Seurre qui, après avoir traversé la voie d’Agrippa à Bâlon (commune de Gerland), pénétrait dans l’agglomération. Elle semble alors se diviser pour former deux embranchements qui se dirigeaient, l'un, vers l’ouest après avoir traversé le Meuzin, et l’autre, vers le nord-ouest pour suivre la vallée du Meuzin en direction des Hautes Côtes et de la vallée de l’Ouche, et rejoindre vraisemblablement Taxe routier Sombernon-Mâlain-Alésia. Cette voie est reconnue à Meuilley, Segrois, Vergy.

97D’autres voies assez nombreuses apparaissent sur les photographies aériennes. Certaines raccordaient la bourgade aux carrières exploitées dans la Côte et T Arrière-Côte.

98Les Bolards étaient donc, avec ces faisceaux de voies secondaires régionales ou locales qui les reliaient aux grands axes interrégionaux, en relations aisées avec Beaune-Autun (sud-ouest), Chalon (sud), Langres (nord-est), la Saône (sud-est), Mâlain, Alésia (nord-ouest) (BÉNARD, 1994, p. 271, fig. 78).

Fig. 4. Voies romaines de la région des Bolards, d’après E. Planson.

L’AGGLOMÉRATION ANTIQUE

SITUATION DANS LA GAULE ROMAINE

  • 7 Les Panégyriques Latins, Paris, éd. Les Belles Lettres, Tome II (VI. X, 1952, p. 94 : Discours de r (...)

99Cette agglomération appartiendrait au Pagus Arebrignus dont il est question dans le panégyrique de 3127 ( ; il est à la limite nord du pays éduen, dans la dépendance de la Cité d’Autun, qui comprenait la Côte qui porte les grands crus. Pour É. Thevenot (THEVENOT, 1971, p. 45) comme pour R. Dion (DION, 1959, p. 139) les mots Pagus Arebrignus désignent à n'en pas douter le pays de Beaune et de Nuits. D’après l’abbé Courtépée (COURTÉPÉE, 1847, p. 273) « le Pagus aurait cessé d’être connu et d’avoir sa division particulière après l’irruption des Barbares au ive s. ». Il sera absorbé dans l’Autunois et le Beaunois.

  • 8 Cf. la carte de la Gaule romaine au 1/400 000 dressée par P.-M. Duval en 1965, au Musée des Antiqui (...)

100L’agglomération était à proximité d’une frontière. D’après les auteurs classiques, la rive droite de la Saône constituait une frontière entre les Lingons et Séquanes d'abord, entre les Éduens et Séquanes ensuite, en descendant vers le sud. On a cherché à fixer le point de rencontre de ces trois territoires : Lamarche-sur-Saône pour P. Lebel (LEBEL, 1951 p. 115), Pontailler-sur-Saône pour A. Grenier (GRENIER, 1934, p. 184). M. Dayet (DAYET, 1956, p. 323-326 ; DAYET, 1958 p. 122-128), à propos des monnaies du Mont-Afrique rapporte un argument d’É. Guyot, déjà formulé par le chanoine Chaume (CHAUME, 1931) : « Les monnaies du Mont-Afrique, dit É. Guyot, sont Séquanes dans la proportion de 65 % ». Dijon aurait donc été en pays séquane jusqu’à la conquête romaine. La frontière séquano-éduenne se serait trouvée quelque part entre le Mont-Afrique et Nuits-Saint-Georges. Les premières monnaies provenant du Bolar, classées à la fin du xixe s. par Changarnier, de Beaune, appartiennent aux Éduens, aux Lingons et aux Séquanes (BIGARNE, 1878, p. 397). S'il est impossible de placer avec précision, une frontière souvent fluctuante selon les empereurs au pouvoir, les guerres et les révoltes, tout laisse penser qu’elle fut à quelques lieues à peine des Bolards, où le pays éduen confinait à celui des Lingons et des Séquanes et que le maximum d’échanges culturels et commerciaux s’effectuèrent avec les Séquanes et les Lingons, les plus proches voisins8.

101Les monnaies gauloises trouvées sur l’ensemble des fouilles depuis 1964 donnent les indications suivantes : sur 174 monnaies découvertes, 154 ont été étudiées, 144 déterminées. Elles comprennent 35 % de monnaies considérées comme séquanes, 14 % d’éduennes. Les Lingons ne sont pratiquement pas représentés (0,7 %).

APERÇU SUR L’URBANISME

102Une étude récente (MUZIN, 1990), reprise dans la publication Les agglomérations antiques de la Côte d'Or (POMMERET, MUZIN, 1994, p. 79-90) et exploitant l'ensemble des photographies aériennes réalisées sur le site de 1963 à 1990, en particulier par R. Goguey et G. Chouquer, a permis d’établir un plan général du site avec les orientations de ses différents quartiers et de porter la superficie de l’agglomération à dix-sept, voire à vingt-cinq hectares. Cette étude démontre en effet l'extension des constructions, en dehors de la boucle formée par le Meuzin, sur une plus grande étendue que celle suggérée par les premières prospections et en particulier en direction de l'ouest, du nord et du nord-ouest (fig. 5). Au sud, la présence d’alluvions très épaisses masque les traces des substructions et la limite exacte ne peut être précisée.

103En 1964, les premières fouilles exhaustives se situèrent d’emblée au centre de la bourgade, dans un lieu proche de l’emplacement reconnu par les anciens fouilleurs comme étant le forum.

L’habitat et la voirie (fig. 6)

  • 9 Ces deux voies visibles sur les premiers clichés aériens, se croisant à angle droit dans le centre (...)

104Une infime partie de l’habitat fut ainsi explorée (parcelle 773 du cadastre) révélant sur 3.500 m2, une zone d’occupation dense, remaniée, comprise entre le croisement decumanus-cardo (9) (fig. 6, nos 10 et 2) d'une part, et la voie romaine (no 1) d’autre part - voie que le langage moderne appellerait la « pénétrante » - et qui reliait la ville à la grande voie d’Agrippa. C’est le long de cette voie, à l’entrée est de la ville, que fut découverte et fouillée en partie en 1973-1974 l’une de ses nécropoles, à l'occasion des travaux effectués pour la construction de l’autoroute A31 (cf. fig. 1). Cette nécropole restera marquée par la découverte de très nombreuses stèles funéraires et le nombre important d’inhumations de bébé dans des imbrices (PLANSON, 1982, p. 29).

105Cette voie (no 1) longe le sud du forum, mais sa limite est peu précise et sa chaussée de graviers se confond, en son dernier état, avec le sol de celui-ci. Elle est simplement marquée par une trace de ruissellement des eaux formant un petit fossé. Seule, une étude de sa stratigraphie profonde permet d’en apprécier la largeur exacte, 5 m. Très solidement construite de recharges successives de galets, elle repose à la cote - 120 sur un blocage de pierres mal équarries de quatre à cinq assises, sur 0,40 m d’épaisseur. La première rangée est de pierres plates séparées du limon naturel (cote - 160) par une couche de gravillons. L’étude de cette voie a également été réalisée à l’extérieur de la ville au niveau de la nécropole. Enfin, elle est bordée au sud par un caniveau.

  • 10 La voie marque une pente est-ouest et son niveau atteint par endroit, plus à l’ouest (parcelle 762) (...)

106Ce caniveau d’une largeur de 0,35 m, est bien construit. Profond d’une dizaine de centimètres, le fond est formé de dalles juxtaposées sur un sol damé. Son côté nord, le long de la voie, est fait de moellons bien taillés sur une assise10. Son côté sud est plus élevé avec deux à trois assises, ce qui rehausse le bord de 0,20 à 0,30 m. Il limite une sorte de trottoir large de 0,50 à 1 m. Ce « trottoir » va en effet en s’amenuisant vers l’est, pour disparaître totalement au niveau d’une canalisation couverte, perpendiculaire, destinée à l’évacuation des eaux des constructions proches et aboutissant à un puits perdu.

Fig. 5. Ensemble de l’agglomération des Bolards, réseau viaire et différents quartiers, selon l’étude des photographies aériennes. Éch. 1/5000. Dessin J. Muzin.

Fig. 6. Plan de l’habitat. 1, voie au caniveau ; 2, cardo ; 3, galerie ; 4, salle avec entrée monumentale ; 5, « cave aux niches » ; 6, cave ; 7, salle trapézoïdale ; 8-9, puisard ; 10, decumanus ; 11, sacellum ; 12, puisard ; 13, four à chaux ; 14. puits ; 15, zone non fouillée ; 16, puits ; 17, sous-sol ; 18, cellier ; 19, « cave aux amphores » ; 20, puits ; 21, péristyle avec dé de colonne ; 22, arc de décharge ; 23, cave ; 24-25, puits ; 26, basilique. Éch. 1/500. Relevé no 126, CNRS-B.A.A., 1984, in : PLANSON, POMMERET, 1986, p. 73.

107Une découverte intéressante a été faite dans la bordure de ce caniveau qui utilisait en remploi un fragment de linteau représentant une tête humaine encadrée de chevrons, au centre desquels se trouvent deux grappes de raisin.

108Le trottoir limite, le long des constructions, un passage ou galerie (no 3) présentant soit un sol de terre battue, soit un sol bien compacté de graviers et galets laissant apparaître une série de structures en pierres solidement agencées en hérisson, accompagnées de dalles arrondies de 0,40 à 0,50 m de diamètre pour 0,15 m d’épaisseur. Ces dalles, espacées d’environ 1,50 à 1,70 m, ont probablement servi de support de colonnes ou de poteaux en bois. Trottoir, galerie et caniveau marquent nettement la courbure de la voie par un angle obtus.

109À l’extrémité sud du chantier, une petite partie du decumanus (no 10) est mise au jour sur une longueur de 14 m. Construit également de recharges successives de graviers, il n’est pas établi sur un blocage de base. Par contre, il présente en surface quelques pierres plates qui peuvent faire penser aux vestiges d’un revêtement dallé. Il est bordé au nord et au sud par une masse de pierres sèches non organisées qui descendent jusqu’au limon (cote - 160) et font penser plus à un comblement de fossé pouvant s’expliquer par un souci de drainage, qu’à une sorte de contrefort destiné à limiter ou maintenir la chaussée. Toutefois, côté nord, ce blocage est remplacé sur quelques mètres par un parement maçonné faisant suite, à l’est, à un four à chaux antique (no 13) daté de la fin de ier s. ap. J.-C.

110Un puits circulaire (no 14) de petit diamètre (0,58 m au niveau de la margelle, 0,80 m ensuite) s’ouvre sur le bord sud, empiétant sur la chaussée. Le centre de la voie est creusé d’une dépression longitudinale formant caniveau.

111À l’est du chantier, le cardo (no 2) perpendiculaire au decumanus présente les mêmes caractéristiques que celui-ci, y compris un puits (no 16) de même diamètre situé sur le côté est de la chaussée.

112Dans ce secteur, ainsi délimité par les trois rues, ont été mises au jour de nombreuses substructions dont les réutilisations successives et les reconstructions rendent parfois difficile l’interprétation. De plus, les limites du chantier ont fait que la fouille a dû être stoppée à quelques mètres des points de croisement de ces rues.

113Dans la plus grande partie de la zone explorée, on peut reconnaître un niveau du début du ier s., très riche en matériel, marqué soit par des traces de constructions en bois et terre (négatifs de sablières basses contre des sols de graviers bétonnés sur hérisson), soit par des portions de murs en moellons réguliers de calcaire rose de Comblanchien typiques de cette époque dans notre bourgade, ces deux sortes de constructions pouvant être associées dans un même groupement d’habitation. Ces murs roses, construits sans fondation, étaient très facilement éliminés en totalité lors des remaniements antiques. La qualité de la pierre employée, la taille soignée des moellons les ont fait réutiliser dans les nouvelles constructions. On les retrouve par exemple dans les murs de la cave dite « aux amphores » (no 19). Même à une époque récente, ces moellons étaient recherchés ; l’un des anciens fouilleurs faisait même admirer sa « chambre à four », élément caractéristique de nos maisons bourguignonnes, et qu’il avait construite avec le produit de ses fouilles !

114De nombreuses constructions maçonnées se sont développées au début du IIe s., caractérisées par la présence de sous-sols. En effet, les quatre caves déjà découvertes datent de cette époque. Deux, trop ruinées pour être conservées, ont été remblayées après leur fouille (nos 6 et 23).

115La « cave aux niches » (no 5), approximativement rectangulaire, se rapprochant toutefois du trapèze isocèle (5 m de long pour une largeur ouest de 2,16 m et une largeur est de 2,53 m), est bien conservée. Sa descente d’escalier se trouve au nord. Le sol est constitué de dix grandes dalles rectangulaires ou trapézoïdales parfaitement jointives. Les murs présentent un parement intérieur construit en petits moellons, sans traces de remaniement. Dans le mur ouest s’ouvrent deux niches aménagées avec une tablette constituée de plaques sciées en calcaire oolithique local. Le mur sud présente un soupirail large de 1,15 m et le mur est, une niche d’une largeur de 1,70 m dont la base est située à 0,95 m du sol. Dans le mur nord un placard, dont les planches en bois, disparues, ont laissé leur trace dans le mortier, était aménagé à côté de la porte.

116L’entrée de ce sous-sol avait été volontairement condamnée et murée à la fin du IIe s. par un mur de même facture que ceux de la cave : la dalle du seuil avait été enlevée et il avait été construit à son emplacement, contre le chambranle en bois de la porte. Seul un mince interstice, laissé par le bois disparu, attirait l’attention. Ces comblements de caves, avec reconstruction sans caves à la fin du IIe ou début IIIe s. av. J.-C., ont déjà été signalés à Alésia et Entrains (MARTIN, VARÈNE, 1973, p. 19).

117Cet abandon volontaire est également constaté pour la « cave aux amphores » (no 19) qui borde le cardo à l’ouest. Un mur en obstruait également l’entrée et les marches de l’escalier avaient été retirées. Cette cave, longue de 5,90 m pour 3 m de large, avait un sol en léger mortier de chaux dans lequel étaient creusées six excavations arrondies alignées contre le mur ouest et destinées à caler des amphores.

118L’exiguïté du terrain fouillé, l’enchevêtrement des substructions découvertes, où trois stades de remaniement important ont été mis en évidence, ne permettent pas actuellement de rattacher ces structures à des ensembles cohérents. Certains de ces ensembles, toutefois, à péristyle (no 21) ou entrée monumentale (no 4), annoncent de grandes demeures.

119Quatre puits circulaires (nos 14, 16, 20, 25), un quadrangulaire (no 24), de 6,50 m de profondeur, assuraient l’alimentation en eau du secteur. Trois puisards rectangulaires, moins profonds, étaient situés pour deux d’entre eux (nos 8 et 9), dans de petites pièces ; le troisième (no 12) bordait une aire sacrée découverte le long du decumanus.

  • 11 Étude réalisée par Mme Thérèse Poulain, Chargée de recherche au C.N.R.S.

120Cette aire sacrée (no 11), sacellum de 15 m2 de superficie, semble avoir existé dès le début de notre ère. Limitée à l'ouest par un simple muret de pierres sèches, au nord et à l’est par des murs de constructions proches et au sud par la rue, elle contenait un nombre considérable d’ossements sacrificiels d’animaux. 6.500 fragments étaient dénombrés appartenant à 297 animaux domestiques, le bœuf étant prédominant (60 %). Pour le bœuf, 90 % des fragments osseux étaient des omoplates, pour le mouton, des chevilles osseuses11. Un autel à libation, des ex-voto en pierre, une tête diadémée de déesse-mère, une stèle mutilée d’Epona, une Minerve en bronze, y ont été découverts.

La basilique (fig. 6, no 26)

121À Test du forum reconnu et au nord de la voie au caniveau, un grand bâtiment, bien repéré par les photographies aériennes, est en partie dégagé. Il pourrait s'agir de la basilique. Les deux grands murs découverts, de direction ouest-est, parallèles et distants l'un de l’autre de 4,80 m, semblent constituer un portique. L’un d’eux, long de 17 m, large de 0,65 m, s’appuie à Test contre un dé de colonne. Haut de 0,60 m, il est recouvert en partie de dalles. Des vestiges de grandes marches en pierre subsistent au sud-est. Sur les sols de terre battue ou de pierres concassées maintenues par un mortier de chaux, de nombreuses tuiles ont été recueillies. Les monnaies montrent une fréquentation importante du début du iie s. jusqu’au ive s. Des petites salles annexes, de construction sommaire, marquées par des soubassements de pierres non maçonnés, s’appuient contre le mur nord-sud, côté forum. Du puits carré proche (no 24) provient Tun des deux groupes de déesses-mères en pierre avec enfant emmailloté conservé actuellement au Musée archéologique de Dijon.

Le temple de Mithra (fig. 7)

122Au nord-ouest de cet ensemble monumental, à environ 70 m, se situe le mithraeum fouillé en 1948. Ce petit temple découvert par A. Vacherot, à l’ouest du chemin rural traversant le site, avait fourni une série de sculptures importantes heureusement entrées rapide ment dans les collections du Musée archéologique de Dijon : statue du dadophore Cautès, haute de 0,82 m, lion mithriaque à Turne fluente, cinq têtes dont deux à bonnet phrygien, une colonnette de marbre ornée de branches de chêne... Les notes et croquis, bien que sommaires, établis au moment de sa première exploration, le présentaient encore bien conservé avec ses banquettes latérales, construit légèrement en sous-sol auquel on accédait par une descente d’escalier de trois marches (PLANSON et alii, 1972, p. 55-63). Ce temple a fait l’objet d'une étude universitaire (MOURAIRE, 1996), suivie d’une publication récente (MOURAIRE, 1999, p. 261-278).

123C’est la volonté d’en retrouver l’emplacement et d’en restituer le plan sur le terrain qui amena la fouille exhaustive à se poursuivre en ce lieu, laquelle contribua à la découverte du grand sanctuaire.

Le sanctuaire : les découvertes préliminaires

124Ce sanctuaire avait été plus ou moins pressenti par les anciens fouilleurs qui avaient pratiqué des sondages, heureusement sporadiques et limités par les cultures et les autorisations des propriétaires des terrains, encouragés par deux découvertes importantes faites au bord de la voie au caniveau, en bordure du forum.

  • 12 Dont la copie est conservée au dépôt de fouilles des Bolards.

125En effet, un étrange lieu de culte avait été découvert en 1928 (parcelle 762) constitué par une base d’autel, pierre rectangulaire de 1 x 1,20 m, entourée d’une enceinte octogonale. A. Vauthier en a laissé dans ses « cahiers »12 un croquis rapide (fig. 8). E. Bertrand et E. Guyot ont fait sa description, en insistant sur la présence d’une quantité de têtes et de vertèbres de ruminants : bœufs, moutons, aux abords de l’autel. Autour de cette pierre se trouvaient huit petites cruches scellées à leur tiers, dans un sol de léger béton, quatre aux angles, quatre sur les côtés. Les monnaies de bronze, plus de 130, recueillies près de l’autel et à Test, allaient de la colonie de Nîmes à Trajan. Huit blocs de pierres présentaient au centre un évidement rectangulaire pour recevoir un poteau de charpente et former un portique octogonal (BERTRAND, GUYOT, 1932, p. 625-636). Ces derniers parlent d’une forme hexagonale, mais le croquis d’A. Vauthier, le découvreur, dément cette description. Cette disposition rappelait celle des édicules de carrefours trouvés à Autun.

  • 13 Conservés dans les archives au dépôt de fouilles des Bolards.

126Dans les papiers de L. Roux et A. Vacherot13, (une note d’É. Thevenot fait état d’une autre découverte faite à peu de distance au nord, toujours en bordure du forum. En 1932, L. Roux avait retrouvé un énorme bloc de maçonnerie de 3,25 m de côté, entouré de débris de statues monumentales dont Tune est probablement un Hercule. La mise au jour de ce monument est détaillée par E. Bertrand et E. Guyot. Les fondations reposaient sur le sable, plus bas que la couche gauloise, après avoir coupé un sol bétonné. Il est intéressant de retenir que la pierre avait été taillée sur place, la coupe du terrain montrant un niveau d’éclats. Dans la tranchée de sondage furent récupérés, avec de nombreux débris de plomb de scellement, toute une série de fragments de bas-reliefs, de corniches, de moulures, des mains crispées sur une massue appartenant à un personnage plus grand que nature, une tête féminine, un motif en forme de flamme. É. Thevenot pensait qu’il y avait là les éléments de trois statues monumentales (THEVENOT, 1948, p. 305-306). Cette découverte est interprétée, non sans vraisemblance, comme un monument au socle orné sur trois faces de grandes statues et surmonté d’une flamme.

Fig. 7. Plan du grand temple. Éch. 1/500. Relevés nos 14 et 54, CNRS-B.A.A., 1974-1978.

127Les sondages provoqués par ces découvertes et réalisés dans les champs situés immédiatement au nord, s’étaient vite heurtés à un « pavage » soigné. De nombreuses trouvailles d’éléments de décoration, frise à rinceaux, feuilles d’acanthe etc., accompagnées de portions de fûts de colonnes, bases et chapiteaux, un fragment d’entablement dont l'importance le fit réenfouir sur place, permirent à É. Thevenot de suggérer qu’il pouvait s’agir d’un temple qu’il considérait déjà comme un « sanctuaire important, offrant une construction assez ample », mais dont il était impossible de donner un plan et une orientation.

Fig. 8. Croquis de l’autel octogonal d’après A. Vauthier. Dessin H. Lagrange.

128Les découvertes épigraphiques s’ajoutant aux nombreux ex-voto : représentations d’yeux sur des plaquettes de bronze, cachets d’oculiste, figurines en terre blanche de l’Ailier, lui firent envisager l’hypothèse que ce temple était dédié à un dieu guérisseur, en rapport avec le culte des eaux et qu'il n’était pas téméraire de penser que la divinité guérisseuse de la Courtavaux était honorée non seulement sur les lieux où jaillissait sa source, mais aussi dans un temple luxueux au cœur de la bourgade si fréquentée et si proche des Bolards. Il ajoutait que la divinité pouvait être cet Apollon si cher aux Eduens, dieu des eaux chaudes et bouillonnantes.

Les thermes (non figurés)

129Pour compléter ces édifices et monuments publics groupés autour du forum, il faut encore parler de l’existence, quasi certaine, de thermes. Dans la parcelle 780, au nord du forum, A. Vauthier, dans un terrain alors planté de cassis, a repéré une importante construction dotée d’un hypocauste. Le plan d’ensemble du bâtiment n’a pu être dressé, les fouilles dans les plantations existantes étant restées très fragmentaires. Il a pu toutefois affirmer l’existence de deux salles à hypocauste de type courant, avec pilettes de 0,50 m de haut en briques carrées de 0,20 m de côté pour 0,04 à 0,06 m d’épaisseur. Parfaitement appareillé, le parement interne des murs de sous-sol présentait un profil concave allant en s’évasant du bas vers le haut, pour laisser monter l’air chaud et chauffer les cloisons. Près du chemin, furent découverts le foyer et la chambre de chauffe avec un couloir de 0,60 m rempli de cendres. A. Vauthier fait également mention d’une canalisation de direction nord-ouest, pour l’évacuation des eaux vers la rivière. Le lit en était formé de pierres creusées en auge (de 0,25 m de côté). Une maçonnerie, élevée sur les deux bords, en augmentait la capacité par une surélévation de 1 m.

PRÉSENTATION D'ENSEMBLE DU SANCTUAIRE (fig. 7 et 9)

130Le grand temple s’élevait au centre de l’agglomération, en bordure ouest du forum, face à la « basilique », à 150 m environ du croisement des rues decumanuscardo.

131Ses dimensions impressionnantes devaient le rendre visible de très loin depuis la plaine et les monts environnants. La voie, bordée d’un caniveau dans sa partie urbaine et reliant la grande voie d’Agrippa, y conduisait directement.

132Le cœur du sanctuaire est la grande cella rectangulaire, orientée est-ouest, longue de 16,84 m, large de 13,90 m. Elle est entourée sur trois côtés par une galerie qui se prolonge en retour d’équerre vers le nord et vers le sud. L’entrée se faisait à l’est par un portique – le pronaos – à colonnade d’ordre corinthien.

133Une avant-cour dallée où se trouvait l’autel à libations la précède à l’est, encadrée par deux cours rectangulaires sensiblement de mêmes dimensions, environ 300 m2.

134Tout cet ensemble était clos. À l’est, un mur rectiligne de 45 m de longueur et de faible élévation le sépare du forum. Nous verrons que ce mur présentait en son milieu un porche qui faisait face à l’autel dans l’axe de symétrie du sanctuaire.

135Au nord et au sud, deux murs délimitent une galerie de 3,80 m de large, qui, après s’être développée selon un tracé rectiligne d’une trentaine de mètres, se referme en formant un vaste hémicycle d’une superficie de 600 m2. La galerie semble présenter un mur extérieur massif et un mur intérieur à stylobate continu. Les accès à cette galerie se faisaient aux extrémités nord-est et sud-est, par une sorte de porche, dans le prolongement duquel on pouvait également entrer dans les cours en descendant un large escalier à trois degrés.

Fig. 9. Vue aérienne du grand temple. Cl. Carnet.

136Au nord-est, donnant sur le couloir d’accès, on note la présence d’une petite exèdre semi-circulaire de 2,40 m de diamètre. Une exèdre symétrique devait exister au sud-est, mais le terrain bouleversé par les anciennes fouilles pratiquées autour du « monument aux statues » n’a pas permis d’en retrouver les vestiges.

137Dans l’axe de construction, une salle carrée de 6,80 m de côté s’ouvrait sur le péribole, à l’extérieur de la galerie.

138On découvrira, au nord, une série de trois salles accolées au mur de la galerie du péribole, constructions annexes et postérieures, dont les fondations sont totalement indépendantes de celles du sanctuaire. Toutefois, dans ces salles, une sorte de tranchée dépotoir qui les traversait de part et d’autre, a livré des ex-voto (plaquettes d’yeux) et des colombes votives en pierre.

139Le temple, abandonné au début du ve s., n’a pas subi de profonds remaniements au cours de son existence. Édifié au milieu du ier s., il succède à deux fana superposés, de dimensions modestes, entourés chacun de leur mur de péribole. La fouille n’a pas permis d’établir avec exactitude les limites du plus ancien.

140L’ensemble du grand sanctuaire couvre une superficie de 3600 m2. Si la celia a été construite sur l'emplacement des fana primitifs, le vaste hémicycle formé par son péribole s’est implanté dans un quartier d’habitat et d’artisanat qui fut nivelé pour lui faire place.

141La fouille fut longue et laborieuse, se heurtant à d’énormes « meurgers » souterrains, enfouissements de débris antiques ou relativement récents faits soit par des vignerons lors de l’épierrement du terrain, soit par les anciens fouilleurs qui devaient remettre les champs en état. Quoi qu’il en soit, il a fallu les explorer en totalité, étant donné les débris de sculptures et les fragments d’architecture qui y étaient ou pouvaient y être enfouis. D’autre part, l’étude des fondations, implantées dans la couche de galets würmiens, a entraîné des sondages à plus de 4 m de profondeur.

NOTE PRATIQUE (fig. 10, 11 et 12)

ENREGISTREMENT SUR LE TERRAIN

142La fouille a été réalisée en tenant compte d’un quadrillage d'ensemble ou quadrillage de direction couvrant une superficie de 100 x 100 m. Un point central d’origine (dit PZ 0) a été arbitrairement situé au centre du chantier de l’habitat au tout début des fouilles programmées et les niveaux furent calculés d’après le niveau du sol actuel à cet emplacement (0 de référence = 230,504 m N.G.F)

143Les axes sont orientés selon les directions traditionnelles, nord-sud, est-ouest.

144L’hectare, avec son PZ central, est alors divisé en carrés de 10 m de côté et c’est à partir de ces mailles que sera tracé le quadrillage secondaire en mètre carré dit quadrillage secondaire ou d’exécution, à l’usage des équipes de fouilles, et où il est alors possible d’indiquer les découvertes de façon précise.

145Le quartier d’habitat fouillé actuellement est situé dans le premier hectare d’intervention. Le mithraeum se trouve dans un second hectare situé à l’ouest, dont le point central est le PZ M (PZ mithraeum) et qui englobe la superficie totale du grand sanctuaire.

146Il faut noter une élévation de terrain entre les deux PZ, ce qui fait que le 0 de référence choisi à l’origine se trouve au-dessous du niveau de sol cultivé dans la zone cultuelle et cela de façon sensible, de 0,40 m au PZ M à 0,60 m en d’autres points.

ENREGISTREMENT DU MOBILIER

147Les objets nécessitant un enregistrement individuel portent, outre leur numéro d’inventaire, l’indication de l’année de découverte, le PZ de référence, le numéro de carré correspondant au quadrillage de 10 m de côté, leur localisation horizontale et leur stratigraphie verticale dans le mètre carré.

Fig. 10. Principe de quadrillage du terrain : A. quadrillage décamétrique d’un hectare ; B. quadrillage métrique d’un are (par exemple du carré 32.
Exemple : coordonnées du tesson « T » :
32 : no du carré décamétrique.
G : abscisse.
6 : coordonnée du carré décamétrique.
50 : abscisse, à l’intérieur du carré G 6.
50 : ordonnée du carré métrique, à l’intérieur du carré G 6.
- 75 : profondeur en cm.

148Exemple de localisation précise d’une monnaie trouvée dans la cour du fanurn II :

149Inv. no 1368, 80/PZM. 05. B8 ; x = 10 ; y = 20 ; z = 95 ; as d’Auguste.

150L’inventaire comprend différents chapitres :

151Chapitre I – Sculpture

152II – Objets en métal

153III – Objets en verre

154IV – Vestiges habitation/industrie

155V – 1) Fibules

1562) Bijoux

157VI – Terre cuite

158VII – Objets en os

159VIII – Épigraphie 1) sur poterie

1602) sur amphores et mortiers

1613) sur pierre

1624) sur divers

163IX – Poterie commune (c’est-à-dire des vases complets ou les fragments constituant une partie notable d’un vase, les autres tessons étant simplement rassemblés et classés par couches et carrés)

164X – Sigillée 1) décorée

1652) lisse

166XI – Poterie fine

167XII – Poterie diverse

168XIII – Monnaies

Fig. 11. Plan de la zone des sanctuaires avec indication du carroyage et numération des murs. Éch. 1/500.

Fig. 12. Plan de situation des coupes stratigraphiques (nos 1 à 17) et des fosses d'enfouissement (F1 à F7). Éch. 1/500.

Notes

1 Coordonnées Lambert : situation X = 799,375 ; Y = 239 ; altitude Z = 227,8.

2 Il convient de signaler en particulier la source thermo-minérale de la Courtavaux, remarquable par son débit, sa température constante à 18° qui la couronne l’hiver d’un brouillard de vapeur tiède et le bouillonnement de ses bulles d’hélium. Cette source est sur le territoire de Prémeaux, la Prima aqua des Gallo-romains qui ne pouvaient ignorer ses vertus curatives.

3 Réalisée par Mme Paquereau, Université de Bordeaux. Laboratoire de Géologie du Quaternaire et Préhistoire.

4 Ch. RÉMOND. 1985, Carte géologique de la France à 1/50 000e, feuille Beaune.

5 COLUMELLE, De l’Agriculture, I. 2. 3., cité in : FOUET G., La villa gallo-romaine de Montmaurin, XXe suppl. à Gallia, 1969, p. 18.

6 Seules les légendes de Nuits-Aval parlent des ruines de 1’« ancien camp romain de Bôlar » près desquelles on n'osait passer qu’avec un certain respect. Tous les ans, racontait-on, pendant la messe de Minuit, on en entendait sortir des plaintes et des gémissements et au moment où Ton chante le Gloria, on voyait un magnifique cavalier armé jusqu’aux dents qui interpellait les passants. Ensuite venait un carrosse qui courait grand train, escorté d’une troupe de soldats illuminés par les éclairs et au bruit du tonnerre ; d’après : BERGERET É., Le Château Renaud et les légendes nuitonnes, 1885, in : COLOMBET, 1946, p. 6.

7 Les Panégyriques Latins, Paris, éd. Les Belles Lettres, Tome II (VI. X, 1952, p. 94 : Discours de remerciements à Constantin en 312, Panégyrique VIII, p. 80-81).

8 Cf. la carte de la Gaule romaine au 1/400 000 dressée par P.-M. Duval en 1965, au Musée des Antiquités Nationales de Saint-Germain-en-Laye, in : La Gaule jusqu’au milieu du V s., Paris, éd. Picard, 1971, Tome 1, p. 151.

9 Ces deux voies visibles sur les premiers clichés aériens, se croisant à angle droit dans le centre de l’agglomération et apparaissant alors comme les deux rues principales, ont été considérées comme étant le decumanus et le cardo dès le début des fouilles et ces appellations leur sont restées par mesure de facilité.

10 La voie marque une pente est-ouest et son niveau atteint par endroit, plus à l’ouest (parcelle 762), 0,50 m de profondeur avec quatre à cinq assises de moellons.

11 Étude réalisée par Mme Thérèse Poulain, Chargée de recherche au C.N.R.S.

12 Dont la copie est conservée au dépôt de fouilles des Bolards.

13 Conservés dans les archives au dépôt de fouilles des Bolards.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan de situation. Éch. 1/20.000. Relevé no 100, CNRS-B.A.A.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/379/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Fig. 2. Vue aérienne du site des Bolards dans la boucle du Meuzin (dont le cours est souligné par la végétation). Cl. R. Goguey.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/379/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 3. Bloc diagramme avec carrières antiques. Dessin M. Amiot.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/379/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 4. Voies romaines de la région des Bolards, d’après E. Planson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/379/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 5. Ensemble de l’agglomération des Bolards, réseau viaire et différents quartiers, selon l’étude des photographies aériennes. Éch. 1/5000. Dessin J. Muzin.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/379/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 6. Plan de l’habitat. 1, voie au caniveau ; 2, cardo ; 3, galerie ; 4, salle avec entrée monumentale ; 5, « cave aux niches » ; 6, cave ; 7, salle trapézoïdale ; 8-9, puisard ; 10, decumanus ; 11, sacellum ; 12, puisard ; 13, four à chaux ; 14. puits ; 15, zone non fouillée ; 16, puits ; 17, sous-sol ; 18, cellier ; 19, « cave aux amphores » ; 20, puits ; 21, péristyle avec dé de colonne ; 22, arc de décharge ; 23, cave ; 24-25, puits ; 26, basilique. Éch. 1/500. Relevé no 126, CNRS-B.A.A., 1984, in : PLANSON, POMMERET, 1986, p. 73.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/379/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 7. Plan du grand temple. Éch. 1/500. Relevés nos 14 et 54, CNRS-B.A.A., 1974-1978.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/379/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 8. Croquis de l’autel octogonal d’après A. Vauthier. Dessin H. Lagrange.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/379/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 9. Vue aérienne du grand temple. Cl. Carnet.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/379/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Légende Fig. 10. Principe de quadrillage du terrain : A. quadrillage décamétrique d’un hectare ; B. quadrillage métrique d’un are (par exemple du carré 32.Exemple : coordonnées du tesson « T » :32 : no du carré décamétrique.G : abscisse.6 : coordonnée du carré décamétrique.50 : abscisse, à l’intérieur du carré G 6.50 : ordonnée du carré métrique, à l’intérieur du carré G 6.- 75 : profondeur en cm.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/379/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 11. Plan de la zone des sanctuaires avec indication du carroyage et numération des murs. Éch. 1/500.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/379/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 12. Plan de situation des coupes stratigraphiques (nos 1 à 17) et des fosses d'enfouissement (F1 à F7). Éch. 1/500.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/379/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 345k

© ARTEHIS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search