Version classiqueVersion mobile

Les meules du Néolithique à l’époque médiévale : technique, culture, diffusion

 | 
Olivier Buchsenschutz
, 
Stéphanie Lepareux-Couturier
, 
Gilles Fronteau

Quatrième partie. Études de cas en France

Distribution des matériaux meuliers sur un transect nord-sud à travers la France septentrionale

Les meules rotatives gauloises, gallo-romaines et alto-médiévales du trace du canal Seine – Nord Europe

Paul Picavet, Gilles Fronteau et Caroline Font

Résumé

Les diagnostics et fouilles préalables au creusement du canal Seine – Nord Europe, menés par l’Inrap, s’échelonnent du sud au nord entre Compiègne (Oise) et Aubencheul-au-Bac (Pas-de-Calais). C’est un véritable transect qui coupe la moitié nord de la Picardie et le sud du département du Pas-de-Calais et qui offre un panorama sur de nombreux sites archéologiques de toutes périodes. Une centaine de meules rotatives est issue de vingt-quatre sites occupés entre la fin de l’époque gauloise et le haut Moyen Âge et situés à cheval sur deux territoires de cités antiques de Gaule Belgique. Ces meules de différents types sont taillées dans des roches spécifiques sélectionnées pour leurs propriétés mécaniques, et dont on commence à percevoir les modalités d’approvisionnement à différentes époques, en lien avec des réseaux de communication.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le projet de creusement d’un canal à grand gabarit reliant la partie navigable de l’Oise, et donc le bassin de la Seine, à celui de l’Escaut, a donné lieu depuis 2008 à une gigantesque campagne de diagnostics (1 700 ha expertisés) puis de fouilles archéologiques (81 ha). C’est ainsi un transect de plus d’une centaine de kilomètres qui coupe du sud au nord la moitié nord de la Picardie et la partie méridionale du département du Pas-de-Calais, entre les villes de Compiègne et Aubencheul-au-Bac.

Les opérations archéologiques entreprises à cette occasion ont révélé les vestiges de 300 sites qui permettent de percevoir, de la Préhistoire aux temps modernes, un échantillon des terroirs traversés. À ces occupations est notamment lié un large ensemble d’outils en pierre qui aide à la compréhension de l’approvisionnement en matières premières minérales de ces terroirs (fig. 1 ; Picavet, 2015). Parmi ces outils figurent 115 meules rotatives issues de sites occupés entre la fin de la période ga...

© ARTEHIS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search