Version classiqueVersion mobile

Le sanctuaire antique des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or)

 | 
Colette Pommeret

Avant-propos

Colette Pommeret

Texte intégral

1Rien ne prédestinait le Docteur Ernest Planson, médecin pédiatre actif et renommé, Docteur en Préhistoire, à s’intéresser au site gallo-romain des Bolards. Rien, et pourtant... un signe, un seul, sa rencontre fortuite au cours d’une partie de chasse dans un hameau proche de Nuits-Saint-Georges avec une stèle représentant un dieu bien gaulois, avec ses braies, sa serpe de vigneron, son bâton noueux en cep de vigne et ses oiseaux « oraculaires » sur les épaules (MARTIN, 1962, p. 440-442). Il n'en fallait pas plus pour qu’une fouille soit entreprise et permette la découverte d’un modeste habitat rural (PLANSON, 1970, p. 211-217). L’étude de l’environnement et des photographies aériennes, réalisées dès 1962, le conduiront tout naturellement à s’intéresser aux sites de Prémeaux et des Bolards.

2Vivement encouragé par É. Thevenot et A. Colombet qui avaient pu suivre les découvertes et les fouilles sporadiques effectuées aux Bolards, soutenu par le Doyen R. Martin, sa décision fut vite prise. Achats de terrains, parmi les « plus parlants », construction d’un chalet-maison des fouilles, l’intendance ainsi assurée, les fouilles programmées pouvaient commencer en 1964 avec le soutien de l’équipe habituelle recyclée du néolithique au gallo-romain.

3En 1970, P.-M. Duval, en visite sur le site, exprimait le souhait de voir retrouver les substructions du mithraeum découvert en 1948. L’appel fut immédiatement entendu et des recherches furent entreprises qui, de mur en mur (la localisation des anciens découvreurs étant assez imprécise et les pieds de cassis-points de repère ayant depuis longtemps disparu), conduisirent à la découverte de ce qui s’avéra être la cour nord du grand temple.

  • 1 La fouille des sanctuaires a duré de 1971 à 1980, complétée par des sondages jusqu’en 1985.

4L’enthousiasme était grand, l’équipe déterminée, la tâche difficile et de longue haleine ! Une dizaine d’années de « campagnes » de fouilles et l’énergie de plusieurs générations d’étudiants furent nécessaires pour appréhender de façon satisfaisante l’ensemble du temple1.

5Malheureusement, l’état de santé du Dr. Planson ne lui permit pas de mener à bien la publication des résultats obtenus. Ayant toujours participé activement et régulièrement au travail du chantier et malgré toutes les difficultés que je pouvais pressentir, il m’a semblé nécessaire d’assurer cette tâche.

6Je dois, ici, vivement remercier Simone Deyts qui, par ses encouragements de la première heure, a fait que je me suis engagée sur ce chemin qui m’a paru long et plein d’embûches. J’ai été, également, bien soutenue et conseillée par les instances du Service régional de l’archéologie (S.R.A.) de Bourgogne, en particulier par Claude Mordant, dont l’appui en 1993 a été déterminant pour la poursuite du travail.

  • 2 Les dessins et commentaires en notre possession ne sont pas publiables en l’état et n’ont pas été (...)

7Il pourra paraître étonnant que cette publication ne soit pas accompagnée, comme on pourrait s’y attendre, d’une étude architecturale complète mais il est certain que les blocs retrouvés, très fragmentaires, n’étaient pas spectaculaires et n’avaient probablement rien d’attirant pour un homme de l’art. Pourtant cette architecture monumentale hybride, de type indigène et romain, aurait dû séduire par son originalité. Je tiens à remercier Jacques Gauthey qui travaillant sous la direction d’Albéric Olivier, au Bureau d’architecture antique de Dijon (B.A.A.), a toujours assuré le relevé des plans et de certaines coupes stratigraphiques au cours de ces longues années de fouilles. Les quelques études de fragments de blocs qu’il a pu réaliser au moment de leur découverte (mais que nous n’avons pas été à même de présenter dans cet ouvrage2) nous ont permis d’évaluer l’importance du monument.

8Cet ouvrage est aussi dédié à toute l’équipe des membres fondateurs du Groupe de recherches archéologiques du Nuiton (G.R.A.N.) dont la persévérance, l’enthousiasme et le travail ont permis son élaboration : le Colonel André Minot, Pierre et Lucienne Hérard, Henri et Andrée Lagrange, Pierre Fontaine, le Colonel Henri Peri, Jean-Charles Cotillon et les Nuitons, Xavier Humbel, René et Andrée Maigné.

9J’y associe la nouvelle équipe de l’Association, qui ne m’a pas ménagé ses encouragements, notamment en la personne de son Président, Jean Beguin, toute l’équipe du Musée de Nuits-Saint-Georges, en particulier son conservateur Josette Sivignon, pour son aide et son soutien constants.

10Je remercie tous ceux qui ont accepté de collaborer à cette publication : Maurice Amiot pour l’étude géologique, et, pour l’étude du mobilier, Martine Joly, Philippe Barrai, Jean-Paul Guillaumet, Fabienne Olmer, Fabienne Creuzenet, Bénédicte Grosjean, Isabelle Fauduet, Pierre-Yves Lambert et plus particulièrement ceux qui, comme Claude Brenot pour les monnaies, Simone Deyts pour la sculpture, Micheline Jeanlin pour les terres blanches, Thérèse Poulain pour les ossements d'animaux, ont toujours participé depuis le tout début des fouilles et connaissent, chacune dans sa spécialité, l’ensemble des découvertes effectuées sur le site.

11Je dois enfin exprimer ma plus vive gratitude à Elisabeth Pigeau (S.R.A. de Bourgogne) qui, par un travail long et ingrat, a effectué une vérification complète de l'étude stratigraphique des périodes antérieures et donné des conseils judicieux pour sa présentation et remercier Béatrice Bonnamour (S.R.A. de Bourgogne) qui a assuré la relecture du chapitre concernant le grand temple.

12Olivier Juffard a réalisé, après accord d’Albéric Olivier, Architecte au CNRS, la mise au net et l’harmonisation des plans architecturaux relevés et dessinés par le Bureau d’architecture antique, des plans partiels et des coupes stratigraphiques ; Claire Touzel (Musée archéologique de Dijon), les dessins des bijoux, des objets en métal, en os, en verre, et Jean-Robert Bourgeois (Musée archéologique de Dijon), les dessins de la sigillée décorée.

Notes

1 La fouille des sanctuaires a duré de 1971 à 1980, complétée par des sondages jusqu’en 1985.

2 Les dessins et commentaires en notre possession ne sont pas publiables en l’état et n’ont pas été repris par le Bureau d’architecture antique malgré nos demandes.

© ARTEHIS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search