Version classiqueVersion mobile

Les meules du Néolithique à l’époque médiévale : technique, culture, diffusion

 | 
Olivier Buchsenschutz
, 
Stéphanie Lepareux-Couturier
, 
Gilles Fronteau

Troisième partie. Typologie croisée, analyses statistique et cartographique

Le rayonnage des meules rotatives antiques dans le nord-est de la Gaule

Stéphanie Lepareux-Couturier, Else Hartoch, Paul Picavet et Florent Jodry

Résumé

De nombreuses meules antiques, provenant principalement du nord-est de la France et de la Belgique, présentent un traitement particulier de leurs surfaces actives. Ces habillages, que l’on trouve sous la forme de rayons ou de larges cupules de piquetage, sont agencés selon un nombre restreint de schémas. La quantité de pièces recensées aujourd’hui dans la base de données du Programme collectif de Recherche (PCR) « Évolution typologique et technique des meules du Néolithique à l’an mille », permet de présenter une synthèse de cet aspect sur une vaste région couvrant la Belgique, le Bassin parisien, le nord et l’est de la France.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quelle que soit la rugosité naturelle d’un matériau meulier, il est nécessaire de travailler la surface active, de la piquer ou de « l’habiller », comme le disaient autrefois les meuniers. Le piquetage est le plus souvent simple, on dit alors qu’il est réalisé « à coups perdus » sur la surface de mouture. Mais ce travail peut s’avérer plus complexe, selon des modalités et des schémas variés, en réalisant des stries rayonnantes, associées ou non à des cupules de piquetage larges et profondes. Cette pratique s’inscrit dans le temps long de l’histoire des techniques meunières, que nous synthétisons dans une première partie avant de présenter les résultats des analyses spatiales, chronologiques et typologiques, réalisées à partir de l’inventaire des meules rotatives indexées dans la base de données du PCR.

1. État des connaissances

Les premiers indices de sillons réalisés sur des surfaces actives d’outils de mouture sont actuellement documentés en Grèce, sur des moulins va-et-vient de la ...

Auteurs

Musée de Tongres

© ARTEHIS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search