Version classiqueVersion mobile

Les meules du Néolithique à l’époque médiévale : technique, culture, diffusion

 | 
Olivier Buchsenschutz
, 
Stéphanie Lepareux-Couturier
, 
Gilles Fronteau

Deuxième partie. Carrières, matériaux, productions

L’atelier antique de façonnage de meules rotatives d’Autun (Saône-et-Loire)

Luc Jaccottey, François Boyer et Stéphane Alix

Résumé

La fouille menée au Faubourg d’Arroux à Autun (S. Alix) a permis l’étude de plusieurs ateliers antiques (céramique, tabletterie, forge…). Cette fouille de 3 500 m2 a également livré près de 80 meules, une densité importante au regard de la surface étudiée. Ces pièces sont essentiellement façonnées dans des grès triasiques de la région autunoise. Mais c’est surtout la présence de dix-neuf ébauches qui singularise ce lot. Celles-ci ont un diamètre un peu plus important que celui des meules achevées et leur flanc conservent encore les traces d’une régularisation assez fruste. De la même façon, les surfaces actives sont grossièrement façonnées. Enfin, certains aménagements (œil de la meta, perforation latérale du catillus) sont absents. Ces pièces trahissent la présence d’un atelier spécialisé dans la finition et l’ajustage des meules rotatives du ier s. ap. J.-C.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une fouille a été menée de mars à septembre 2010 (Alix, 2014) dans la partie nord de la ville d’Autun, à une cinquantaine de mètres à l’intérieur de l’enceinte romaine et à proximité de la porte d’Arroux (fig. 1). Six états au moins ont été reconnus, au sein d’un ilot d’habitation, depuis une installation au début du ier s. ap. J.-C., lors de la fondation de la ville par Auguste, jusqu’au ive s. (états A à F), plus une présence médiévale. Pressenti comme étant un quartier artisanal, cet îlot a effectivement livré des traces de travail du métal et de l’argile, ainsi que des vestiges d’habitat privé. Parmi les vestiges de l’activité artisanale a été mis au jour un four de potier qui pourrait être lié à la production de statuettes en terre cuite du célèbre Pistillus. La découverte d’un lot important de meules et d’ébauches a permis de mettre en évidence un atelier de façonnage et de finition de meules rotatives.

Le lot étudié ici est relativement important ; l’ensemble du matériel de mo...

© ARTEHIS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search