Version classiqueVersion mobile

Les meules du Néolithique à l’époque médiévale : technique, culture, diffusion

 | 
Olivier Buchsenschutz
, 
Stéphanie Lepareux-Couturier
, 
Gilles Fronteau

Deuxième partie. Carrières, matériaux, productions

Caractérisations et indexations des variétés des pierres meulières

De l’étude pétrographique à la définition de types simplifiés au sein d’une base de données géoréférencées

Gilles Fronteau, François Boyer, Olivier Buchsenschutz, Stéphanie Lepareux-Couturier, Caroline Hamon et Luc Jaccottey

Résumé

La diversité de la nature des pierres meulières rencontrées aux différentes périodes en France et dans les pays adjacents pose de nombreux problèmes de caractérisation, d’identification et d’indexation au sein des bases de données et des référentiels. Entre les déterminations pétrologiques précises, les classifications pétrographiques diverses, les analyses géochimiques et la forte variabilité de certains faciès, il est généralement très complexe de faire correspondre les attentes et les exigences des différents spécialistes et approches : géologues, archéologues ou géomaticiens. Certaines simplifications seront sources de confusions, tout comme certaines descriptions, trop précises, seront très difficilement utilisables dans les interprétations. L’exercice devient encore plus difficile quand l’analyse des matériaux doit être indexée dans une base de données ou quand il s’agit d’établir des correspondances entre une pierre et une provenance. Les intérêts ou les problèmes liés aux différentes approches sont ici présentés, notamment au travers de la définition de différentes méthodologies de caractérisation de ces archéomatériaux. Quelques exemples de cartographies réalisées à partir des grandes catégories de pierres meulières retenues, ou des appellation-types bien identifiées, sont mises en avant pour montrer les intérêts et défauts de la méthode utilisée au sein de la base de données de meules rotatives du PCR « Évolution typologique et technologiques des meules du Néolithique à l’an mille ».

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les pierres identifiées comme matières premières de meules à grains correspondent généralement à des matériaux assez spécifiques, qui auront des qualités certaines d’abrasion, de résistance ou de mise en œuvre. Des meules, plus rares, sont aussi connues dans des matériaux en apparence peu aptes à cet usage, qu’il s’agisse de roches trop peu résistantes, trop massives, trop friables, etc. Et, de façon statistique, même si potentiellement presque tous les types de roches peuvent avoir permis l’élaboration de meules à grains, les principales roches observées comme matières premières meulières sont des roches sédimentaires (essentiellement des grès, mais aussi des conglomérats, des calcaires, des calcaires gréseux, des meulières) et des roches magmatiques (des granites et assimilés ou des basaltes et assimilés), possédant une certaine rugosité de surface. Dans les corpus archéologiques, ces roches forment souvent des ensembles assez cohérents, où se rencontrent des panoplies de faciès-t...

Auteurs

© ARTEHIS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search