Version classiqueVersion mobile

Approche diachronique des sites de hauteur

 | 
Damien Martinez
, 
Amélie Quiquerez

Le système d'enceintes du Saint-Mont (Vosges) : chronologie multiple et difficultés de datation de marqueurs paysagers en pierre sèche

Axelle Grzesznik et Thomas Chenal

Résumé

Aux portes des Vosges méridionales, le massif granitique du Saint-Mont, se dresse comme un élément fort du paysage. Occupé depuis la fin de l’Antiquité jusqu’à la Révolution française, il semble d’abord regrouper un habitat, puis devient un pôle religieux de première importance en Austrasie. Le monasterium Habendum est fondé au VIIe siècle, selon les sources hagiographiques dans un castrum dit ruiné, dans la « solitude des Vosges ». Des aménagements dans les pentes renvoient prudemment à cette notion de castrum : un système d’enceintes composées de plusieurs murs construits en pierre sèche, couronnant le massif sur plusieurs niveaux. Ce site de hauteur offre ici l’opportunité d’aborder les questions liées aux techniques de construction, mal connues du point de vue archéologique, par le biais d’une étude architecturale des structures analysées dans leur contexte topographique d’implantation.

Texte intégral

Introduction

1Le Saint-Mont (970800 N, 6775264 E) est un site de hauteur situé sur le versant lorrain du massif des Vosges (Fig. 1). Cette avancée granitique culmine à 672 m d’altitude et domine la vallée de Remiremont. Elle est administrativement partagée entre les communes de Saint-Amé et de Saint-Étienne-lès-Remiremont. Le massif est idéalement positionné dans le paysage de moyenne montagne des Vosges méridionales : il verrouille l’accès à la vallée, voie antique reliant Metz à Bâle, et permet la surveillance de deux axes fluviaux, la Moselle et la Moselotte. Le massif est caractérisé par des versants abrupts, qui alternent avec des plateformes, en particulier sur le versant ouest. Celui-ci apparaît le plus accessible depuis la vallée, les pentes étant plus douces au pied du massif. La sylviculture est aujourd’hui généralisée sur l’ensemble du mont, en dehors des plateaux sommitaux qui sont défrichés.

 Fig. 1. Le Saint-Mont – Contexte régional (Grzesznik, 2019).

2Selon des sources hagiographiques du haut Moyen Âge, le Saint-Mont serait le lieu d’installation du monasterium Habendum vers 620, fondé par Amé, disciple de Colomban et Romary, un leude issu de la noblesse austrasienne. Les conditions d’implantation de ce monastère d’obédience colombanienne varient selon les sources. Il semblerait que l’établissement monastique soit d’abord implanté dans une villa avant d’être déplacé dans un castrum ruiné, dans la « solitude des Vosges ». Le monastère est déplacé au IXe siècle dans la vallée où, plus tard, serait construite Remiremont. Le monastère est occupé sporadiquement jusqu’à la Révolution. Si les données archéologiques postérieures au Ve siècle sont denses, peu de traces d’occupations antérieures ont été détectées. Bien que les sources qui le mentionnent soient à considérer avec prudence, du mobilier préhistorique, notamment des éléments lithiques alors interprétés comme des grattoirs et des pointes de flèches, aurait été découvert au cours des fouilles conduites par la famille Rouillon dans les années soixante (Rouillon, 1962). Ces premières découvertes ont été complétées en 2019 par la mise au jour d’un galet gravé dans un éboulis associé à un mur mérovingien en pierre sèche lors de prospections pédestres. Même si la chronologie de cet artefact est incertaine, car ce type de mobilier pourrait également appartenir à la période médiévale (Grzesznik et al., 2019), il est possible que le Saint-Mont ait été fréquenté durant la Préhistoire, comme l’ont été les communes de Dommartin-lès-Remiremont et le massif voisin, celui du Fossard, dès le Mésolithique (Michler, 2005). Concernant la période protohistorique, aucune structure ni aucun artefact n’a été découvert à ce jour sur le site. Dans ce contexte montagneux, cette absence de traces en surface pourrait être expliquée par des processus d’érosion intense et/ou d’enfouissement sur ces versants pentus. Un réexamen du mobilier céramique découvert au cours des fouilles des 1960 et 1970 serait donc nécessaire pour mieux appréhender la fréquentation du site durant la Protohistoire.

1. La recherche régionale

3L’étude des sites de hauteur vosgiens sur le versant lorrain se concentre essentiellement autour du bassin de Saint-Dié-des-Vosges (Fig. 2). Cette zone est particulièrement riche d’une occupation pluriséculaire en matière d’habitat perché (Scholtus, 2016). Ces sites font l’objet de nombreuses recherches depuis le XIXe siècle, notamment dans le bassin déodatien. On peut notamment citer les fouilles menées par Karine Boulanger sur le site de la Bure (Boulanger, 1997), suivi par les travaux de Lizzie Scholtus en 2014 (Scholtus, 2014), ou les travaux d’Alain Deyber à la Pierre d’Appel (Deyber, 1984). Plusieurs travaux universitaires ont également permis de faire un état des lieux des connaissances sur ce secteur (Devel, 1999), ou plus généralement sur les modalités du perchement de l’habitat dans les Vosges du nord (Walter, 2015).

Fig. 2. Carte de répartition des principaux sites de hauteur vosgiens (Grzesznik, 2019).

4Toutefois, la qualité des données est discutable et leur interprétation est à considérer avec prudence (sur ce point, cf. la synthèse proposée dans Scholtus, 2016). La recherche sur cette thématique s’est essoufflée, les avancées ont été moindres par rapport à d’autres thématiques, notamment celle de l’habitat de plaine, investie par l’archéologie préventive (Fig. 2).

5Concernant le versant alsacien, les premières recherches concernant les sites de hauteur débutent au XVIe siècle (Walter, 2015). Les recherches sont particulièrement dynamiques à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, notamment par le biais de travaux d’inventaire. L’occupation de ces sites est presque systématiquement attribuée aux périodes préhistoriques et protohistoriques, bien que la thèse d’occupations romaines persiste, toujours avec pour toile de fond les invasions « barbares » et l’effondrement de l’Empire (Walter, 2015). L’annexion de l’Alsace et de la Moselle en 1940 n’interrompt pas les recherches, le Mont Saint-Odile (Châtelet, Baudoux, 2016) faisant notamment l’objet d’une fouille à cette même période (Fig. 2). L’après-guerre est marquée par une décélération dans l’étude des sites de hauteur vosgiens hors étude castrale (Féliu, 2018). À l’inverse, le développement du concept des Fürstensitze dans les zones d’altitudes occidentales allemandes permet d’éclairer l’organisation de ces espaces (Walter, 2015). À partir des années 1980, les recherches sont animées par une nouvelle dynamique, insufflée par les travaux de Christiane Roussel-Claerr (Roussel-Claerr, 1983) et Olivier Buchsenschutz (Buchsenschutz, 2018) sur les sites de hauteur protohistoriques. Les premiers jalons d’une connexion entre une forme d’habitat et la présence d’enceintes sont posés. Il apparaît dès lors nécessaire de compléter les données anciennes et d’apporter de nouveaux éclairages. Trois sites majeurs sont fouillés à partir de 1994 (Fig. 2) : le Mont-Saint-Odile, le Hexenberg à Leutenheim (Adam, Lasserre, 2001) et le Fossé des Pandours à Saverne (Fichlt, 2001). En parallèle, les inventaires sont complétés, des interventions de plus petite ampleur sont dirigées au Maimont et à Heidenstadt à Ernolsheim-lès-Saverne (Walter, 2015). Malgré la publication des Cartes Archéologiques de la Gaule autour des années 2000 (1998 pour le Haut-Rhin et 2001 pour le Bas-Rhin), la logique d’occupation et les formes d’habitats de nombreux sites sont difficilement comprises, en particulier pour les périodes hallstattiennes et du haut Moyen Âge (Walter, 2015). Enfin, on remarque une disparité dans l’historiographie locale, puisque l’essentiel des recherches se concentre sur les Vosges du Nord. En effet, si les données collectées sont nombreuses sur ce versant, en comparaison, le versant lorrain et les Vosges saônoises apparaissent peu étudiées.

6Depuis 2019, le versant lorrain fait l’objet d’un Projet Collectif de Recherche (PCR « AGER : Archéologie et GEoarchéologie du premier Remiremont et ses abords ») sous la direction de Charles Kraemer entre Épinal et Remiremont, dont l’objectif est de mieux comprendre l’évolution du couvert forestier dans ce secteur, en lien avec le développement du monachisme alto-médiéval. Cette approche pluridisciplinaire met en lumière l’anthropisation des massifs adjacents au Saint-Mont (Kraemer et al., 2021). Concernant les Vosges Saônoises, des investigations ont été menées dans le secteur d’Annegray dans le cadre du PCR « Les monastères en Europe occidentale (Ve-Xe siècle). Topographie et structures des premiers établissements en Franche-Comté et Bourgogne », sous la direction de Sébastien Bully et Christian Sapin (Bully, Sapin, 2011). Dans la continuité de celles-ci, les études menées dans le cadre du PCR « Le Portois du IVe au XIIIe siècle, évolutions des pouvoirs et dynamiques de l’occupation humaine » (2018-2021), sous la direction d’Adrien Saggese, Thomas Chenal et Valentin Chevassu, ont ciblé l’occupation tardo-antique du Mont Saint-Martin à Faucogney-et-la-Mer (Sagesse et al., 2020).

2. Les enceintes du Saint-Mont

2.1. Le Saint-Mont

7Les recherches sur les enceintes ont été menées dans le cadre d’un mémoire de master (Grzesznik, 2019), à la suite des travaux engagés sur le site en 2016 par Thomas Chenal et Charles Kraemer. À ce jour, les enceintes sont considérées comme un ensemble diachronique, témoin d’une architecture monumentale vernaculaire, ne pouvant être rattachée de façon certaine au monastère, au castrum, ou a de potentielles occupations antérieures à la fin de l’Antiquité.

8Les données archéologiques collectées sur le Saint-Mont depuis les années 1970 ont permis de compléter les connaissances relatives à la dynamique d’anthropisation du massif. Sur les plateformes sommitales, différentes occupations ont été détectées. Au sommet subsistent les vestiges du monastère de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne. Concernant les chronologies antérieures, un édifice funéraire de l’Antiquité tardive et/ou du haut Moyen Âge a été mis au jour sur la plateforme H (Fig. 3 ; Chenal, Kraemer, 2016). En contrebas, sur la plateforme I, se développe un habitat aristocratique potentiellement mérovingien, caractérisé par les vestiges de plusieurs murs (Rouillon, 1985 ; Fig. 3). Toutefois, la documentation lacunaire sur ce secteur ne permet pas d’en préciser avec certitude les fonctions et les chronologies, même s’il s’avère qu’il servira au XIe siècle au moins d’espace funéraire. Les enceintes semblent enserrer l’ensemble de ces vestiges, sans que les liens qu’ils entretiennent ne soient formellement établis. L’occupation aujourd’hui reconnue sur le site ne permet pas de préciser ce que recouvrent les termes villa et castrum mentionnés dans les hagiographies des fondateurs. Cependant, des recherches récentes sur le système d’enceintes tentent d’apporter des éclairages sur ce point, sans toutefois prétendre y répondre totalement (Grzesznik, 2019).

Fig. 3. Répartition des vestiges sommitaux par plateformes (Chenal, 2016).

2.2. Présentation des enceintes du Saint-Mont

9La structure 1 (Fig. 4 et Fig. 5) marque le paysage par sa complexité architecturale. Sa morphologie est hétérogène, à l'image de l’environnement dans lequel elle s’implante. D’une longueur de 620 m, cet ensemble parcourt l’intégralité du flanc ouest du Saint-Mont. Plusieurs formes architecturales ont été observées (Fig. 6), sous forme de simples cordons d’éboulis, de talus, ou de formes architecturales plus élaborées. Plusieurs murs secondaires lui sont adjacents. Ils semblent fonctionner ensemble, mais leur fonction demeure indéterminée (Fig. 6). La structure 2 est implantée au nord et reconnaissable sur une longueur de 70 mètres (Fig. 4). Bordant le sud de la plateforme I, la structure 4 (Fig. 7) a fait l’objet d’une opération archéologique dans les années 1970. Situé à 15 mètres des vestiges d’un habitat attribué à la période mérovingienne (Fig. 4), ce mur est parallèle à la structure 1, une centaine de mètres les séparant. Il borde la plateforme I et adopte un tracé irrégulier avant de se confondre avec un affleurement géologique au nord, délimitant la plateforme H et I (Chenal, 2014). L’hypothèse avancée à l’issue des fouilles conduites en 1978 associe cette structure à un mur de terrasse lié aux aménagements de la plateforme I. Cependant, les fouilles conduites en 2019 ont permis de préciser sa forme. Celle-ci est complexe et semble correspondre à la fois à un mur de limite et à un aménagement soutenant des structures en bois. Ces dimensions sont imposantes puisqu’elle mesure 10 m de largeur. Néanmoins, les élévations sont moins conséquentes et sans doute mal conservées, ne dépassant pas un mètre de hauteur (Fig. 8). La forme de la structure est également inédite dans la mesure où elle adopte un tracé composé de trois lobes. Cette mise en œuvre avait été détectée sur l’une des portions du mur d’enceinte principal, distant de 70 m en contrebas. Enfin, il semble qu’au moins l’une des phases de construction du mur soit attribuée au haut Moyen Âge, voire à la toute fin de l’Antiquité (Grzesznik, 2019). En effet, dans le niveau d’installation du mur, semblable à une tranchée de fondation d’un mur maçonné, des tessons de céramiques mérovingiens ont été découverts. Il est important de noter que ce niveau a été identifié dans les quatre sondages effectués le long de la structure, intra et extra muros. Le lot de céramique associé apparaissait particulièrement homogène (Grzesznik, 2019).

Fig. 4. Répartition des structures d’enceintes (Grzesznik, 2019/ traitement ombrage classique/Données PCR AGER).

Fig. 5. Cliché de la structure 1, vue depuis le nord (Grzesznik, 2019).

Fig. 6. Carte de représentation des différentes formes architecturales de la structure 1 (Grzesznik, 2019).

Fig. 7. Cliché de la structure 4, vue depuis l’ouest.

Fig. 8. Cliché de la structure 4, sondage 4.3, blocs de parement, vu depuis l’ouest (Grzesznik, 2019).

10Les trois niveaux d’enceintes du Saint-Mont sont caractérisés par des murs en pierre sèche, de largeur variant de quelques dizaines de centimètres à presque deux mètres. À ce jour, leurs fonctions, probablement multiples, ne peuvent être qu’envisagées à titre d’hypothèses. S’il semble bien être question de limites. Celles-ci peuvent être symboliques, religieuses, militaires, ou administratives, ou combiner plusieurs de ces fonctions. Les dimensions des murs et certains choix d’implantation permettraient d’y voir une volonté ostentatoire et de fortification des aménagements du site aux endroits les plus visibles. L’étude de cet ensemble est complexe d’une part en raison de son implantation dans un milieu contraint (couvert forestier et moyenne montagne), d’autre part en raison de son mode de construction. De plus, ces structures, bien que renseignant sur les modes de construction, restent peu documentées, et leur analyse est parfois dépréciée en raison de son association au monde paysan, ce qui les rend difficilement datables (Cagin et al., 2016)

3. Interprétations et hypothèses

11Le principal problème rencontré face à ces structures est leur état de dégradation avancée et l’environnement forestier qui contraint leur lecture. Il est important d’appréhender ces structures à travers différents prismes : morphologique et topographique, structurel, fonctionnel et stylistique. L’argument chronologique est plus complexe à approcher, puisque seule la structure 4 est datée. Ces différentes approches ne prétendent pas apporter des éléments de chronologie absolue, mais elles permettent d’ouvrir une réflexion sur une « archéologie de l’absent ». En effet, ces structures délimitent une vaste emprise, au sein de laquelle auraient pu s’établir différentes occupations, dont les traces auraient aujourd’hui disparu. Ces structures auraient aussi pu avoir une fonction uniquement ostentatoire, sans volonté d’installation de constructions aux abords.

3.1. La morphologie des enceintes

12Il est complexe de comparer les enceintes du Saint-Mont aux constructions protohistoriques connues dans la région. En effet, on remarque que les enceintes, quelle que soit leur chronologie, semblent être implantées en fonction des contraintes (affleurements rocheux, pentes) ou des avantages, et ressources locales (affleurements rocheux, promontoires, éboulis naturels) permettant un approvisionnement en matériaux local. Par exemple, sous différents aspects, le Saint-Mont comporte des similitudes avec le site du Frankenbourg à Neubois, dans le Bas-Rhin. La principale différence entre les deux sites réside dans la chronologie des structures d’enceintes. Si l’enceinte inférieure du Frankenbourg est associée à l’âge du Fer, aucune trace de cette période n’a été détectée au Saint-Mont. Pourtant, la logique d’implantation des murs est, à différents égards, pensée de la même façon, notamment par la volonté de barrer les versants les plus accessibles et par la mise en place d’un étagement du site (Féliu, 2018).

13Par ailleurs, on remarque que la structure 1 (Enceinte 1.1, Fig. 9) enserre des espaces qui semblent dénués d’occupation, même si cette affirmation nécessiterait d’être vérifiée par le biais de fouilles ou de prospections géophysiques. On remarque qu’il existe une corrélation entre la morphologie de l’enceinte et son implantation sur ces replats propices à l’installation humaine. Une série de sondages pédologiques réalisés dans le cadre du projet SOLHOM (Poswa et al., 2021) a permis d’exclure une activité agraire dans ces secteurs, où par ailleurs les séquences stratigraphiques sont bien conservées et préservées de l’érosion. La forme des murs exclut également qu’il s’agisse de murs de terrasse (ou de soutènement). En effet, il s’agit de talus composés de blocs de granite, qui ne sont pas mis en œuvre dans le but de retenir de la terre. Au contraire, ils sont aménagés en bordure de terrasse. L’importante quantité de blocs épars aux alentours et l’absence de phénomène d’éboulisation dans ces secteurs excluent un épierrement à vocation agricole. Dans ce cas, on peut supposer que ces sections d’enceintes, dans des contextes de terrasses, délimitent l’espace et se dressent comme des marqueurs paysagers, pour l’heure sans chronologie certaine.

Fig. 9. Carte de répartition des enceintes supposées (Grzesznik, 2019/ traitement ombrage classique/Données PCR AGER).

3.2. La mise en œuvre des murs d’enceintes

14Les différentes opérations menées sur ces structures ont permis d’approcher leur mise en œuvre, par le biais d’une archéologie du bâti adaptée à l’architecture vernaculaire. Si les différentes modalités d’implantation topographique et la morphologie des murs pourraient être davantage décrites, il apparaît important de se focaliser sur les principaux paramètres structurels qui ont pu être observés ainsi que sur la recherche d’éléments de comparaison entre les différentes structures.

15Le polylobage extérieur des parements de la structure 4 (Fig. 10) représente une construction particulière, potentiellement destinée à stabiliser les murs en contexte de pente. Cette particularité architecturale n’est pas abordée dans la documentation disponible, que ce soit dans les études archéologiques publiées ou dans les traités techniques abordant la construction en pierre sèche. Cependant, la multiplication des études sur les sites de hauteur ces dernières années signalent ce type de construction, sur une fourchette chronologique très large allant de la Protohistoire à la période contemporaine. Toutefois, à l’échelle du site, cette mise en œuvre permet de rapprocher la section la plus méridionale de la structure 1 à la structure 4. Sans prétendre que cet élément les rapproche chronologiquement, on peut légitimement s’interroger sur le fait que ces structures appartiennent à un même programme architectural. Cela permet également, de façon plus générale, de souligner un mode de construction uniforme des structures à l’échelle du site. L’ensemble de ces vestiges, quelle que soit leur chronologie supposée ou avérée, sont érigés en pierre sèche, à l’aide de blocs de granite ou plus sporadiquement de bussangite, voire de pélite présents en faible quantité sur le site. Dans l’hypothèse où ils n’appartiendraient pas à la même chronologie, il est possible d’imaginer une continuité dans les constructions. Les murs pourraient être reconstruits au même emplacement, cela étant facilité par le stock de matériaux in situ, à des périodes différentes, et selon les besoins correspondant aux statuts et aux fonctions du site.

Fig.10 . Plan de la fouille menée en 2019 sur la structure 4 (Grzesznik, 2019).

3.3. Les éléments stylistiques des murs d’enceintes

16Bien que l’état de dégradation actuel des murs d’enceinte ne permette pas d’apprécier leur élévation d’origine, aucun élément stylistique dans les constructions préservées n’est visible. De plus, cela concorde avec le manque de spécificité architecturale propre aux formes des enceintes. L’étude des parements des différents murs souligne cette absence. En effet, seul l’opus incertum est employé dans les élévations. Dans de rares cas, l’emploi de différents opus peut être un indicateur chronologique.

17Les traces de taille sont également un élément manquant, indiquant que les matériaux ont été ramassés sur place, et que leur forme ne nécessitait pas d’être retouchée. Quelques traces de pic, vraisemblablement destinées à modifier la forme du bloc, afin de faciliter leur mise en place dans l’ouvrage, sont visibles sur les parements des structures 1 et 2 (Fig. 4). Elles ne permettent pas de préciser la chronologie des murs. Des indices de remploi dans les fortifications en pierre sèche sont difficilement perceptibles. Néanmoins, la documentation disponible en offre quelques exemples. Par exemple, des stèles datées du VIe av. J.-C. ont été découvertes dans la fortification du haut Moyen Âge de Saint-Blaise (13), permettant de préciser la datation de la construction et la chronologie du site (Duval, Chausserie-Laprée, 2011).

18En somme, les éléments stylistiques sont absents des murs d’enceinte en l’état de nos connaissances. Il est aussi possible que ces éléments aient disparu ou aient été détruits. Il est donc complexe de rapprocher, ou non, les enceintes du Saint-Mont aux constructions protohistoriques connues dans la région.

3.4. Les fonctions des murs d’enceintes

19Le contexte d’implantation des structures est varié. Les murs sont érigés, peu importe la nature du terrain, en replat (enceintes 1 et 2) ou en pente (enceintes 2 et 4). On peut donc supposer que la première fonction des enceintes 1 et 4 est ostentatoire, servant à afficher un pouvoir territorial ainsi que religieux si le système est rattaché au monastère. La fonction secondaire pourrait traduire une volonté de contraindre le passage (enceintes 1 et 4) par les versants les plus accessibles. Cette hypothèse apparaît toutefois fragile, dans la mesure où les murs sont en grande partie éboulés, ne permettant pas de restituer avec précision leurs élévations d’origine. Enfin, il semble primordial d’avancer certains arguments permettant de nuancer la vocation agricole de ces structures. Celle-ci a pu exister, mais elle n’est pas perceptible dans le paysage actuel. Il est important de changer nos a priori à propos de ces structures vernaculaires. Leur état de conservation ne permet pas de définir leur fonction, pas plus que leur chronologie. Leur environnement, privé depuis longtemps d’aménagement construit, permet de les protéger. L’agriculture sur le site n’est pas ou peu documentée, que ce soit dans les textes ou la cartographie ancienne. En l’absence de données, il n'est pas possible d’affirmer ou d’infirmer si elle a pu avoir un impact sur leur conservation. Les différentes investigations menées dans le cadre du projet SOLHOM (Poszwa et al., 2021) apporteront sans doute des éléments de réponse, mais les résultats préliminaires semblent exclure une mise en culture des pentes du site. Seule la sylviculture qui apparait dans le courant du XXe siècle sur le site a pu considérablement modifier le paysage. Par ailleurs, si l’on s’attarde sur la morphologie et la mise en œuvre des structures, on observe qu’elles ne répondent pas aux caractéristiques architecturales des murs de terrasse à destination agricole. En effet, traditionnellement, les murs de terrasse en pierre sèche sont caractérisés par un unique parement, dont l’utilité est de stabiliser la terrasse et de figer la construction. L’arrière du mur, contre terre, se compose de blocaille, permettant ayant une fonction drainante (Cagin et al., 2016). Aucun mur de ces enceintes n’est caractérisé par cette mise en œuvre. L’exemple le plus significatif est sans doute la structure 1. Les sondages réalisés à l’intérieur du mur ont mis en évidence l’existence de deux parements doublés sur chacun des faces du murs par un second (Grzesznik, 2019) (Fig. 11). La fonction de ces enceintes demeure plurielle ; il n’est pas à exclure qu’elles aient pu être employées a posteriori comme murs de parcelles ou d’enclos pour le bétail.

Fig. 11. Coupe de la structure 19.1 (structure 1) (Grzesznik, 2019).

Conclusion

20En somme, les murs d’enceintes en pierre sèche du Saint-Mont pourraient être les marqueurs d’une occupation du site antérieure au haut Moyen Âge. Néanmoins, leur mode de construction ne permet pas de les rapprocher formellement d’une période plutôt que d’une autre, ni de démontrer l’existence d’une fréquentation continue ou quasi continue sur le site depuis la Pré-Protohistoire. En revanche, le mode de construction démontre l’usage, la connaissance et la maîtrise d’une technique architecturale vernaculaire. À ce jour, seule la structure 4 a été datée du début du Moyen Âge. Sa forme architecturale, inédite, permet seulement de la rapprocher des autres structures d’enceintes du site. En effet, l’exemple du Saint-Mont permet de prendre pleinement conscience de l’impact de la topographie sur la mise en œuvre de ce type d’aménagement. L’architecture et l’implantation des enceintes sont en partie dictées par les bénéfices et les inconvénients de la topographie, de la disponibilité en matériaux et de la capacité d’adaptation des bâtisseurs. Il serait donc délicat d’observer ces vestiges à travers le seul prisme de la typologie architecturale, y compris pour la période protohistorique. Il est complexe d’apporter des datations à ce type de vestige. Néanmoins, une méthodologie adaptée, basée sur une étude du bâti approfondie, ainsi que sur des sondages dans les niveaux d’installations, permettrait de préciser, parfois à défaut de datation absolue, l’évolution de ces structures vernaculaires, témoins de la transformation des paysages d’altitude, et pour lesquelles notre approche doit être réactualisée.

Bibliographie

Addam, Lasserre, 2001 = Addam A.-M., Lasserre M., « La butte du Hexenberg à Leutenheim (Bas-Rhin) : un habitat fortifié de la fin du Bronze final, fouilles 1994 à 1999 », Bulletin de la Société préhistorique française, 92-2, p. 311-324.

Boulanger, 1997 = Boulanger K., Rapport de synthèse sur les fouilles du site de Saint-Dié – La Bure (Vosges), Service Régional de l’Archéologie Grand Est, site de Metz.

Buschenschutz, 2018 = Buschenschutz O., « Les habitats de l’âge du Fer en France du IVe au Ier siècle avant notre ère », in Guilaine J., Garcia D. dir., La protohistoire de la France , Éditions Hermann (Histoire et Archéologie).

Cagin, 2017 = Cagin L., 2017, Pierre sèche : Théorie et pratique d’un système traditionnel de construction, Éditions Eyrolles.

Châtelet M., Baudoux J., 2016 = Châtelet M., Baudoux J., 2016, Le ‘’Mur païen’’ du Mont Saint-Odile en Alsace : un ouvrage du haut Moyen Âge ? L’apport des fouilles archéologiques, Zeitschrift für Archäologie des Mittelalters, 2016, 43-2015, p. 1-27, hal-01717131

Chenal, 2014 = Chenal T., Le Saint-Mont (Vosges) : étude topographique de la première fondation luxovienne d’Austrasie. Étude intégrée de la documentation ancienne et nouvelles recherches archéologiques, Mémoire de Master ACTE.

Chenal, Kraemer, 2016 = Chenal T., Kraemer C., Rapport de fouille programmée – SAINT-MONT, Projet collectif de Recherche « Monastère en Europe occidentale (Ve – Xe siècle) ».

Chenal, Kraemer, 2017 = Chenal T., Kraemer C., « D’Amé à l’abbesse Imma, Approche topographique du Romarici mons (VIIe – IXe siècle) », in Bully S., Dubreucq A., Bully A., Colomban et son influence : moines et monastères du haut Moyen Âge en Europe, actes du colloque international, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p.331-352 (Art et société), hal-03133948.

Devel, 1999 = Devel P., Le bassin de Saint-Dié à La Tène finale, mémoire de maîtrise, Université Marc Bloch, Strasbourg.

Deyber 1984 = Deyber A., « L’habitat fortifié laténien de la “Pierre d’Appel“ à Étival-Clairefontaine, Vosges », Gallia, 42, 1, p. 175-217.

Duval, Chausserie-Laprée, 2011 = Duval S., Chausserie-Laprée J., Stèles en remploi et fortification primitive à Saint-Blaise, Documents d’archéologie méridionale, Méditerranée nord-occidentale, n° 34, p. 205-240.

Féliu et al., 2018 = Féliu C., Chosson M., Chameroy J., Durand R., Jodry F. et al.., La fortification du Frankenbourg à Neubois (67), RFO de triennale, INRAP / UMR 7044, DRAC-SRA Grand Est, Strasbourg.

Fichlt., 2010 = Fichlt S. dir., Murus Celticus. Architecture et fonction des remparts de l’âge du Fer, Actes de la table ronde de Bibracte, Centre archéologique européen (Glux-en-Glenne, 11-12 octobre 2006), Glux-en-Glenne, Bibracte, 364 p., 304 ill. (Bibracte, 19).

Fichlt, 2001 = Fichlt S., Saverne, le fossé des Pandours, notice archéologique, ADLFI, Archéologie de la France, Grand Est.

Grzesznik et al., 2019 = Grzesznik A. et al., Le système d’enceintes en pierre sèche du Saint-Mont (88)rapport d’activité 2019, Rapport de prospection thématique et de sondages, DRAC-SRA Grand Est, Metz.

Grzesznik, 2019 = Grzesznik A., Le système d’enceintes en pierre sèche du Saint-Mont (88), mémoire de master 2017-2019, Université de Bourgogne-Franche-Comté, Besançon.

Kraemer et al., 2021 = Kraemer C., Ancelin P.-Y., Cartier D., Gebhardt A., Grzesznik A. et al., Archéologie et Géoarchéologie du premier Remiremont et de ses abords, rapport de recherche, Université de Lorraine, Pole TELL, HisCAnt-MA, Pole archéologique universitaire. 2021, 103 p.

Michler 2005 = Michler M., Carte archéologique de la Gaule 88 : Les Vosges, Académie des inscriptions et belles-lettres, Institut de France, 426 p.

Poszwa et al., 2021 = Poszwa A., Gebhardt A., Agat A., Grzesznik A., Even P., Ngo P., Even P., Delangle C., Cartier D., Harmand D., Robin V., Occhetti S., Gauthier C., Massard P., Beuret M., Goncalves V., Marmier H., Chenal T., Kraemer C., De Junet A., Bartier D., Projet SolHoM-Fossard, Interactions hommes-milieux et évolution des sols au cours des deux derniers millénaires dans le massif du Fossard (Remiremont, Vosges), restitution des projets d’interdisciplinarité 2019, Université de Lorraine.

Saggese et al., 2020 = Saggese A., Chevassu V., Chenal T., Grzesznik A., Le Portois du IVe au XIIe siècle, évolution des pouvoirs et dynamiques du peuplement, Rapport de programmation pluriannuelle, Assoc. CAPHS, lieu de consultation, SRA de Franche-Comté, Besançon, 2020.

Sapin, Bully, 2011 = Sapin C., Bully S., « Les monastères en Europe occidentale (ve-xe siècle). Topographie et structures des premiers établissements en Franche-Comté et en Bourgogne. Projet collectif de recherche [PCR] », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA, 15, 2011, URL : http://journals.openedition.org/cem/11948.

Rouillon, 1962 = Rouillon M., Journal de fouille sur le Saint-Mont, conservé au Service Régional de l’Archéologie Grand Est, site de Metz.

Roussel-Claerr C., 1983 = Roussel-Claerr C., Les habitats fortifiés pendant la Pré- et la Protohistoire en Alsace, Franche-Comté et Lorraine, 2 vol., thèse de doctorat, Besançon

Scholtus, 2014 = Scholtus L., La Bure : relecture des données, Mémoire de Master, Université de Strasbourg, Strasbourg.

Scholtus, 2016 = Scholtus L., Histoire de la recherche archéologique des sites fortifiés dans le bassin de Saint-Dié-des-Vosges », Archimède. Archéologie et histoire ancienne ; 3, 2016, p. 8-19, URL : https://archimede.unistra.fr/revue-archimede/archimede-3-2016/archimede-3-2016-dossier-histoire-de-la-recherche-archeologique-des-sites-fortifies/.

Rouillon, 1985 = Rouillon M., Rapport de fouille 1985, Saint-Mont, DRAC-SRA Grand Est, Metz.

Walter, 2015 = Walter M., Les sites Fortifiés de hauteur du massif vosgien. Actualisation des données et modalités d’implantation, Mémoire de master - Archéologie du Territoire, Université de Strasbourg.

Table des illustrations

Légende  Fig. 1. Le Saint-Mont – Contexte régional (Grzesznik, 2019).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/32750/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Légende Fig. 2. Carte de répartition des principaux sites de hauteur vosgiens (Grzesznik, 2019).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/32750/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Légende Fig. 3. Répartition des vestiges sommitaux par plateformes (Chenal, 2016).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/32750/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Légende Fig. 4. Répartition des structures d’enceintes (Grzesznik, 2019/ traitement ombrage classique/Données PCR AGER).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/32750/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 421k
Légende Fig. 5. Cliché de la structure 1, vue depuis le nord (Grzesznik, 2019).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/32750/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Légende Fig. 6. Carte de représentation des différentes formes architecturales de la structure 1 (Grzesznik, 2019).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/32750/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Fig. 7. Cliché de la structure 4, vue depuis l’ouest.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/32750/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Fig. 8. Cliché de la structure 4, sondage 4.3, blocs de parement, vu depuis l’ouest (Grzesznik, 2019).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/32750/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 9. Carte de répartition des enceintes supposées (Grzesznik, 2019/ traitement ombrage classique/Données PCR AGER).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/32750/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Fig.10 . Plan de la fouille menée en 2019 sur la structure 4 (Grzesznik, 2019).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/32750/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1007k
Légende Fig. 11. Coupe de la structure 19.1 (structure 1) (Grzesznik, 2019).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/32750/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 344k

Auteurs

Ville de Besançon – chercheur associé à l’UMR 6298 ARTEHIS, 6 Boulevard Gabriel, 25000 DIJON.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search