Version classiqueVersion mobile

Approche diachronique des sites de hauteur

 | 
Damien Martinez
, 
Amélie Quiquerez

Le site de « La Montagne de Saint-Laurent » à Mesmont : des origines au haut Moyen Âge

Antoine Guicheteau et Régis Labeaune

Texte intégral

1. Localisation, topographie et historique des recherches

1La commune de Mesmont se situe à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Dijon. L’actuel village est implanté au pied du flanc nord de « La Montagne de Saint-Laurent », butte tabulaire culminant à 557 m d’altitude qui domine la moyenne vallée de l’Ouche à l’Est et le col de Sombernon à l’Ouest (Fig. 1). Le site contrôle en effet ce point de passage obligé entre les bassins-versants de la Saône et la Seine (Kasprzyk, Nouvel, 2010), axe que reprend d’ailleurs aujourd’hui le tracé de l’autoroute A38.

Fig. 1. Localisation du site de « La Montagne de Saint-Laurent » à Mesmont (21) d’après la carte IGN au 1/250 000 (© IGN Paris, 2018).

2La butte offre un plateau d’une superficie d’environ 13 ha, cerné de pentes abruptes. Le seul point d’accès se situe sur le versant nord et consiste en un chemin qui part du bourg actuel et file au centre du plateau. Ce dernier présente un plan grossièrement trapézoïdal de presque 600 m de long et d’une largeur maximale d’environ 275 m. Son altitude oscille entre 520 et 530 m. Dans sa partie sud, le plateau est occupé par un éperon central d’une altitude moyenne de 550 m. Il est long de 300 m et large au maximum de 50 m, délimité par des parois pratiquement verticales à l’exception de son accès en pente douce localisé à l’Est.

3La place imposante du site dans le paysage du secteur a très tôt focalisé l’attention des érudits locaux et des antiquaires. Les premières découvertes sont signalées dès le début du XVIIIe siècle, notamment une « aiguière en or » recueillie en 1736 puis refondue, alors interprétée comme un objet consacré dans l’exercice d’un culte gallo-romain. Les mentions de découvertes se multiplient au cours du XIXe siècle et figurent régulièrement, sans localisation précise, dans les comptes rendus d’activité de la Commission des Antiquités du département de la Côte-d’Or (Provost, 2009, p 523-525).

4Au cours du XXe siècle, plusieurs campagnes de fouille vont se dérouler sur le site (Fig. 2). En 1954, plusieurs sondages sont ouverts par Raymond Charrier et Emmanuel Guyot (Guyot, 1954). De nombreux artefacts provenant de cette campagne sont conservés dans la collection Guyot, versée au musée archéologique de Dijon en 1986, sans que l’attribution au site de « La Montagne de Saint-Laurent » soit toutefois certaine du fait d’un étiquetage douteux, absent ou mal conservé. Par ailleurs, l’absence de contextes et de relevés précis handicape considérablement la compréhension des découvertes

Fig. 2. État des connaissances et localisation des recherches (© A. Guicheteau et IGN Paris, 2018).

5En 1967, puis en 1968, René Vernet procède au dégagement d’un bâtiment maçonné à abside situé sur la partie occidentale de l’éperon central (Vernet, 1967). Un plan d’ensemble relativement précis est réalisé, et un sondage permet de renseigner la stratigraphie de l’édifice, alors interprété comme une basilique paléochrétienne.

6Au milieu des années 1970, le Groupe de Recherche Archéologique de Dijon-Étudiants, le G.R.A.D.E., conduit par Michel-Marie Dufeuil entame un programme de recherche sur le site regroupant en 1974 prospections pédestres, aériennes (René Goguey), électriques (Serge Renimel), magnétiques (André Besse) et sondages en 1974 et 1975 (Dufeuil, 1976). Les tranchées ouvertes conjointement apportent de nombreuses données, mais jamais synthétisées du fait de l’arrêt du programme.

7En 1985, Olivier Gaiffe réalise un sondage en amont de l’installation d’un système de pompe agricole par un agriculteur afin d’assurer l’alimentation en eau du bétail pâturant l’été sur les prairies du plateau (Gaiffe, 1985). Bien que d’une superficie limitée à quelques mètres carrés, le sondage permet une récolte conséquente de matériel, essentiellement de la céramique protohistorique pour plus de 600 fragments, positionné dans une stratigraphie relevée selon un schéma de lecture correspondant aux critères actuels et donc facilement exploitable.

8Enfin, un programme de prospection thématique est entamé en 2019 sous la direction d’Antoine Guicheteau, porté par l’UMR ARTEHIS et financé par la DRAC et l’Inrap via l’octroi de jours de recherche (Guicheteau, 2019 ; 2020). L’objectif est d’établir un bilan des connaissances disponibles sur ce site et son environnement, mais également d’enrichir le corpus de données existant. Plusieurs méthodes de prospection ont donc été employées - LiDAR et microtopographie notamment – et plusieurs sondages sont venus compléter les deux campagnes de recherche. Compte tenu de la remarquable conservation des vestiges de la fin de l’Antiquité et du haut Moyen Âge, que l’on peut, qui plus est, corréler avec des sources écrites, un accent particulier est placé sur cette période, mais les phases d’occupations plus anciennes ne sont pas pour autant négligées. C’est bien par une approche sur le temps long qu’il est en effet possible de mieux comprendre les dynamiques d’occupation de « la Montagne de Saint-Laurent ».

2. L’occupation protohistorique

2.1. Introduction

9Une occupation protohistorique a été mise au jour sur le premier plateau et le sommet de la colline lors des différentes interventions des archéologues depuis le milieu du XXe siècle. Les vestiges, issus des quatre tranchées réalisées en bordure du « grand plateau », ont permis d’identifier des niveaux datés de l’âge du Bronze et du premier âge du Fer. À la fin des années 1960, M. Vernet signale dans ses sondages, sous l’occupation médiévale, une couche laténienne dont il ne reste que quelques éléments. Elle faisait office d’interface, difficile à lire stratigraphiquement, avec une couche noire d’une vingtaine de centimètres qui contenait du mobilier attribuable du premier âge du Fer. Enfin, en 1985, un sondage de 2 m² a été réalisé par O. Gaiffe, en bordure ouest de la terrasse. Cinq couches ont été observées (Fig. 3) dans la coupe stratigraphique délimitant deux horizons chronologiques dont le plus ancien était daté du Bronze final, et le plus récent, du milieu du premier âge du Fer.

Fig. 3. Stratigraphie des fouilles d’O. Gaiffe (© R. Labeaune, 2020, d’après O. Gaiffe, 1985).

2.2. Les différentes phases d’occupation 

Le Néolithique

10La présence de silex, d’une céramique à anse perforée, débris de haches en pierre est mentionnée par J.-P. Nicolardot dans sa thèse (Nicolardot, 1968, tome 2, p. 217). Ces vestiges ont été découverts à la base du sondage de MM. Guyot et Charrier réalisé le plus à l’ouest du « grand camp ». A l’exception de l’anse perforée (Néolithique Moyen Bourguignon), les autres pièces n’ont pas permis de préciser la datation.

L’âge du Bronze ancien

11Au musée de Dijon, un fragment de bord sortant est décoré par un cordon vertical (Fig. 4). Ce type de décor plastique est réalisé fréquemment sur les récipients régionaux datés du Bronze ancien (Piningre, Vital, 2006, Fig. 4, p. 296). C’est le seul artéfact qui peut être attribué à cette période.

Fig. 4. Tesson de céramique du Bronze ancien provenant de la collection Charrier (© R. Labeaune, 2020).

Le Hallstatt B3

12Dans le sondage d’O. Gaiffe (Fig. 3), à la base de la couche 2 et dans la couche 3 les tessons n° 283 et n° 285 sont décorés d’ocelles séparés par des incisions. Ces registres trouvent des similitudes sur des récipients mis au jour dans la tombe centrale du tumulus 2 de Vix (Chaume, 2001, p. 574) où ils sont associés à une épingle à « tête vasiforme ». Ces récipients sont datés du Ha B3. Les autres tessons découverts dans les couches 3 et 4 appartiennent à un petit vase à bulbe d’ognon (Fig. 3, n° 295) ou à une jatte à bord rentrant facetté (Fig. 3, n° 311), ils confirment cette datation.

Le Hallstatt D.

Le sondage de O. Gaiffe

13Même si la nature du sédiment n’a pas permis de différencier clairement les niveaux Bronze et Hallstatt du sondage, il existe un hiatus chronologique d’une centaine d’année entre le mobilier découvert dans les couches 2 et 3.

14Le tesson n° 275, situé à la base de la couche 2 (Fig. 3), appartient à une forme basse dont le bord est convergent et le profil arrondi au tiers inférieur de la panse. Cette forme peut être considérée comme annonciatrice des vases à profil sinueux qui se développent à partir de la fin du Ha D1. Dans la structure n° 1005 de Quétigny « La Ferme du Bois de Pierre 1 », cette forme est associée à une fibule à navicella et à un fragment d’agrafe de ceinture décoré au trémolo qui se rencontre dans les ensembles funéraires du Ha D1 (Devevey, 2014). En Alsace, à Riedisheim « Glaisière Hartmann », ce type de récipient est présent dans des contextes du début du Ha D1 (Adam et al., 2011).

15Le décor du fragment n° 265 associant cannelures et incisions en chevron rappelle celui observé sur les jarres à profil arrondi du Ha D1 dont un modèle comparable a été découvert sur la partie sommitale du site par M. Vernet (Vernet, 1967).

16En revanche la présence d’un fragment de jatte à bord rentrant (Fig. 3, n° 259), décoré de triangles hachurés peints à la barbotine au niveau du bord correspond à un élément plus tardif. En effet, la barbotine apparaît à partir du milieu du VIe siècle avant notre ère dans les registres décoratifs pour se généraliser au Ha D3 sur de nombreux sites régionaux comme à Vix, Bragny-sur-Saône ou encore Talant.

Les fouilles Vernet, Guyot et Charrier

17La forme haute fermée à profil elliptique découverte sur le sommet de la montagne dans les sondages de R. Vernet (Fig. 5, n° 2) est le seul tesson hallstattien publié (Vernet, 1967). Son décor composé d’incisions en carrés emboîtés et de chevrons parfois ornés de points, est comparable à celui découvert dans la st. 1341 (Ducreux, 2015) datée de la transition Ha C/ D1.

18La provenance de tous les autres fragments de céramiques (collection Charrier) déposés au musée archéologique de Dijon en 1986 est inconnue. La fragmentation est très importante et les formes qui peuvent être rattachées à une typologie sont peu nombreuses. C’est pour cette raison qu’il a été choisi de présenter dans cet article un simple descriptif des céramiques permettant d’apporter des éléments sur la datation de l’occupation :

  • Le décor du tesson n° 3 de la figure 5 se compose de triangles emboîtés encadrant des points excisés. Ils ornent un récipient appartenant à la même catégorie typologique que le vase publié par M. Vernet. Cette association forme/décor est identique à un autre récipient découvert sur le site de hauteur du Mont-Guérin (Labeaune, 2010, Fig. 12, p. 80) dans des niveaux datés du Ha D1.
  • L’intérieur de la coupe à bord épaissi est décoré d’une série de 4 cannelures rayonnantes (Fig. 5, n° 4) ; ce type de récipient est régulièrement présent sur les sites du Ha D1.
  • Les jattes à bords convergents (Fig. 5, n° 5, 6) et bords parallèles (Fig. 5, n° 7) sont des formes classiques mises au jour dans les ensembles clos régionaux du Ha D1 comme dans les habitats de Genlis ou encore de Labergement-Foigney (Labeaune, 2016, Fig. 1-46 et 1-47).
  • La présence d’une jatte à profil à épaulement avec un ressaut délimitant le col est une forme de vase très faiblement représenté sur les sites de la fin du Ha C mais qui se généralise au Ha D1et surtout durant le Ha D2 (Fig. 5, n° 8).
  • Un autre exemplaire possède un col concave court surligné par des cannelures et décoré d’incisions sur la partie haute de la panse (Fig. 5, n° 9) ; des parallèles morphologiques peuvent être établis avec des pots à épaulement découverts à Saint-Apollinaire « le Pré de Crôt » dans un contexte daté de l’extrême fin du Ha C (Ducreux, Labeaune, 2007).
  • L’exemplaire n° 10 correspond à un vase polypode qui possède des cannelures au sommet de la panse et dont la base est décorée d’incisions. Bien que cette association reste rare, cette forme est fréquente sur les habitats à partir du Ha D1 comme sur « le Châtelet » d’Etaule (Nicolardot, 2003).
  • Les décors peuvent également être un marqueur chronologique intéressant ; l’association du motif de lunules et de cercles incisés est présente sur le site (Fig. 5, n° 11 et 12). Ces motifs sont représentés sur le site de Vix dans des contextes de la fin du Hallstatt (Bardel, 2009, pl. 25). Dans le mémoire de thèse de D. Bardel (Bardel, 2012, p. 251), cette association de décor apparaît dès l’étape 3 (Ha D2) et se généralise durant l’étape 4 (Ha D3).
  • Enfin, la présence de tessons couverts de peinture rouge (Fig. 5, n° 13 et 14) ou décorés de barbotine noire sur fond rouge (Fig. 5, n° 15) permet de proposer une datation de la fin de la période hallstattienne (Ha D3) voire du début de La Tène comme les découvertes faites à Talant « La Peute Combe » qui sont datées de la première moitié du Ve siècle (Labeaune, Alix, 2014).

19Cette datation peut être confirmée par la présence de plusieurs jattes à bord rentrant dont l’utilisation se généralise à partir du milieu du VIe siècle (Fig. 5, n° 16 et 17).

20Il est à rappeler que le pied d’une fibule « à tête de pavot » en bronze a été découvert dans les sondages du sommet (Fig. 5, n° 1) et qu’une fibule à navicella aurait été mise au jour dans une des tranchées de MM. Guyot et Charrier (Nicolardot, 1968, p. 216). Ces deux éléments renforcent la datation d’une occupation sur le site au Ha D1/D2.

Fig. 5. Échantillonnage de mobilier du premier âge du Fer (© R. Labeaune, 2020).

2.3. Conclusion

21L’occupation protohistorique du site est encore mal définie car elle ne repose que sur quelques sondages ou tranchées réalisées ponctuellement. Même si les vestiges ne se résument qu’à des niveaux, toutes les fouilles attestent d’une occupation ou d’une fréquentation des lieux durant la fin de l’âge du Bronze (Ha B3) mais surtout pendant le Ha D à la fois sur la partie sommitale de la colline et sur le premier plateau (Fig. 6).

Fig. 6. Datation de l’occupation basée sur l’étude du mobilier (© R. Labeaune, 2020).

3. Les périodes laténienne et gallo-romaine

22La fin de la période laténienne est essentiellement représentée par un ensemble monétaire attribuable aux IIe et Ier siècles av. J.-C. Le lot, partiellement publié (Messonnier, 2009), se compose d’une petite trentaine d’exemplaires, essentiellement de monnaies lingonnes et séquanes, plus rarement éduennes, et un quinaire arverne, frappé après 52 av. J.-C., est également attesté. L’importance numérique du lot est probablement très largement sous-évaluée, le site ayant fait l’objet de pillages réguliers par des détectoristes clandestins. Par ailleurs, la présence de fragments d’amphores Dressel 1 et de céramique commune de la période, certes en faible quantité, complète les données monétaires et permet d’envisager l’existence d’un habitat sur la butte, même si ses formes et son statut demeurent largement inconnus (Fig. 7). Le statut élitaire d’une composante de la population est probablement à envisager, mais la présence d’un habitat groupé n’est pas démontrée. L’hypothèse envisageant l’existence d’un sanctuaire à cette période est très largement sujette à caution.

Fig. 7. Dinaire lingon Kaletedoï (A) et fragment de col d’amphore Dressel 1 découverts en 2019 (© A. Guicheteau, 2019).

23Cette possibilité est en revanche peut-être plus probable pour la période gallo-romaine, compte tenu de nombreuses mentions - anciennes - d’éléments architectoniques récupérés à Mesmont suggérant l’existence d’un monument à vocation cultuelle, notamment des fragments de frise associant inscription et militaria. Un hypothétique fanum pourrait également être présent sur la butte, d’après un cliché aérien pris par René Goguey en 1974. L’édifice présente, semble-t-il, un plan de deux carrés emboîtés, localisés au nord du cimetière actuel. Cette interprétation ne saurait toutefois être définitive, d’autant plus que la plupart des découvertes réalisées à Mesmont ne sont pas précisément localisées. Au pied du flanc est de la butte, un vaste établissement rural de statut élevé est répertorié. Repéré en photographie aérienne par René Goguey la même année, ce vaste complexe bâti se développe sur une superficie supérieure à 2,5 ha (Fig. 8). À l’Ouest, un corps de bâtiments composé de nombreuses petites pièces organisé autour d’un bassin constitue vraisemblablement la demeure du maître, tandis qu’une série de constructions, dont des granges de plans standardisés (Ferdière et al., 2017), abritent logements des travailleurs du domaine, étables, greniers ou ateliers dans une cour fermée d’un mur sur près de 2 ha. La composante élitaire de la population de « La Montagne de Saint-Laurent » pressentie pour les périodes antérieures est probablement hébergée dans cet établissement. Ainsi, si le plateau proprement dit est déserté par l’habitat, il s’agit bien d’un phénomène de déplacement et non d’abandon pur et simple. Par ailleurs, il convient de garder à l’esprit que deux agglomérations se développent à partir de la fin de la période laténienne et/ou au début du Haut-Empire à Sombernon, à 3 km à l’Ouest, et surtout à Mâlain/Mediolanum, à 4 km à l’Est du site de « La Montagne de Saint-Laurent ».

Fig. 8. La villa des pavillons (© A. Cordier, 2015).

4. Antiquité tardive et haut Moyen Âge

24Alors que les agglomérations de Sombernon et de Mâlain semblent péricliter à partir de la fin du IIIe siècle, même si elles sont toujours occupées durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge (Nouvel, Venault, 2017), l’habitat paraît réinvestir le plateau de « La Montagne de Saint-Laurent ». Le répertoire du matériel attribuable au Bas-Empire reste limité, mais l’importante fragmentation du mobilier en verre et en céramique ne permet bien souvent pas de le distinguer du mobilier alto-médiéval, conduisant sans doute à une sous-représentation de la période. Ce phénomène reste toutefois difficilement quantifiable. C’est particulièrement vrai pour les céramiques communes à pâte claire produites dans le Val de Saône puisqu’en l’absence de forme ou de décor, il demeure plus que délicat de distinguer les productions tardo-antiques et alto-médiévales (Mouton-Venault, 2017 ; Mani, 2004 ; Delor-Ahü, Simonin, 2005). Cela étant, la présence de restes de sigillée argonnaise est établie d’après plusieurs fragments de panses décorés à la molette illustrant des casiers avec hachures droites, obliques ou des motifs globulés ou réticulés (Fig. 9). Le répertoire des formes est largement dominé par les formes ouvertes, bols et jattes notamment, mais quelques formes fermées en céramique commune ont également été retrouvées, comme ce bord de pot à lèvre déversée avec bord incisé d’un sillon à pâte sombre tournée évoquant le IVe siècle. Par ailleurs, un antonien d’Aurélien, frappé durant le 3e quart du IIIe siècle, a été découvert sur la butte. L’absence de monnaies pour les IVe et Ve siècles interroge, le numéraire étant semble-t-il parfois relativement abondant sur des sites contemporains (Gandel et al., 2011), mais il pourrait s’agir dans le cas de Mesmont d’un effet de source.

Fig. 9. Deux exemples de molette sur sigillée d’Argonne provenant du site de « La Montagne de Saint-Laurent » (© A. Guicheteau, 2020).

25La fin du Ve et surtout le début du VIe siècle voient le site apparaître dans les sources écrites, notamment hagiographiques. Les Vitae et traditions locales afférentes de Saint Eustade (Saint-Bénigne – 1), Saint Sigo (Vita S. Sequani abbatis) ou Saint Baudri (Vita seu acta S. Bauderici) situent le site au cœur des réseaux de pouvoir mérovingiens en Bourgogne. En effet, « La Montagne de Saint-Laurent » est alors connue comme le chef-lieu d’un pagus, mentionné pour la première fois en 696 (Saint-Symphorien, n° 1), centré sur la moyenne vallée de l’Ouche jusqu’aux sources de la Seine. Ce territoire se situe à la charnière entre plusieurs entités politiques, les cités des Éduens et des Lingons, futurs évêchés d’Autun et de Langres, entre autres. L’ensemble des données témoigne de la présence d’un lignage bien intégré dans le paysage aristocratique bourguignon, puisque lié à plusieurs évêques, comme Grégoire de Langres, issu d’une famille sénatoriale de l’Autunois et arrière-grand-père de Grégoire de Tours et évêque de la cité lingonne dès 506, à l’origine de la fondation de l’abbaye Saint-Bénigne à Dijon, et abbés, comme Saint Sigo, fondateur de l’abbaye de Saint-Seine, en Côte-d’Or, en 534.

26Les données archéologiques disponibles tendent à accréditer la présence sur le site d’une population élitaire. Découvert en 1967 par R. Vernet et en cours d’étude depuis 2019, un vaste bâtiment à abside est installé sur la partie occidentale de l’éperon central. Le plan de l’édifice demeure provisoire et percevoir son évolution est difficile en l’absence de fouille exhaustive, même si un minimum de trois états de construction distincts peut être avancé (Fig. 10). En l’état, ce bâtiment présente un plan complexe axé sur une vaste nef s’achevant en abside à l’Est et dispose d’espaces annexes sur ses flancs nord et sud. Il s’apparente de toute évidence à un édifice cultuel, à l’instar de l’exemple récemment publié de Molles dans l’Allier (Martinez, 2018), même si on note l’absence de sépultures comme d’éléments liés au culte à ce stade (fragment d’autel, mobilier liturgique, etc.), à l’exception peut-être d’un hypothétique montant de barrière de chancel en bois découvert au sud du chœur en 2019. L’édifice mesure 27,4 m de long et la nef 12,4 m dans sa plus grande largeur, soit une surface de près de 295 m2. Au nord, un espace d’une superficie estimée à 75 m2 constitue probablement une galerie latérale tandis qu’au sud une pièce pratiquement carrée de 25 m2 environ est installée au niveau de l’avant-chœur. De fait, le bâtiment atteint une surface de près de 400 m2 dans son plus grand développement. La chronologie précise des différentes étapes de la construction reste indécise, de même que la fonctionnalité des différents espaces, mais le mobilier récupéré en surface ou dans les étroits sondages ouverts au sein de l’édifice témoigne d’une chronologie comprise entre le Ve et le IXe siècle.

Fig. 10. Le bâtiment à abside, état de la recherche en 2020 (© A. Guicheteau, 2020).

27Le soin apporté à la construction est évident, et transparaît d’abord dans la qualité des mortiers utilisés comme liant, très compacts et riches en chaux dans le(s) premier(s) état(s) de construction. La couverture du bâtiment semble être assurée par des éléments en terre cuite, au vu de l’abondance relative de ce type de matériau. La finesse des bords et la faible épaisseur des tegulae suggèrent une datation plutôt basse pour leur fabrication, à l’instar des exemplaires étudiés à Saran (Jesset, 2014). Un enduit de chaux est déposé sur l’ensemble des murs, d’après l’importante quantité de fragments recueillie dans les niveaux de remblais, et seul un élément présente des traces de pigment rouge, sans qu’il soit possible d’ailleurs d’établir de manière certaine son attribution au haut Moyen Âge. Au sein de l’espace 4, une partie des maçonneries mises en œuvre lors de la reconstruction de la pièce présente un appareillage en opus spicatum (Fig. 11). Si proposer une datation plus précise que le haut Moyen Âge pour ce style d’appareil est hasardeux, une chronologie située vers le VIIIe ou le IXe siècle, établie pour d’autres édifices cultuels en Bourgogne-Franche-Comté (ainsi à Baume-les-Messieurs, Bully et al., 2016), s’accorderait bien avec les données de terrain disponibles pour le moment. On observera que le mortier utilisé est blanc et assez friable avec de rares inclusions de nodules de tuileau, ce qui pourrait être un nouvel indice plaidant en faveur d’une construction vers le IXe siècle (Büttner, 2014, p. 109). Par ailleurs, de nombreux fragments d’une ou plusieurs ouvertures à claveaux ont été récupérés au sein du même espace, notamment deux éléments d’encadrement de baie présentant un décor géométrique en croix de Saint-André. Enfin, plusieurs dizaines de fragments de verre à vitre coloré de petites dimensions, découpés au grugeoir, ont été récupérées, témoignant de l’existence de vitraux.

Fig. 11. Le mur en opus spicatum dans l’espace 4 (© A. Guicheteau, 2020).

28Au sud et à l’ouest de cet édifice, d’autres segments de murs découverts en 1974 et un niveau de sol construit en un mélange de sable et de mortier, mis au jour en 2020, témoignent de l’existence d’autres constructions dans ce secteur du site. Leur fonction demeure bien entendu inconnue, mais l’hypothèse d’une vocation résidentielle est peut-être à envisager. L’ensemble évoque un complexe monumental sur la partie sommitale de la butte, réservé manifestement à une frange aristocratique de la population du site. L’importance de la part de la vaisselle en verre au regard de la céramique dans le vaisselier découvert dans la zone est également un élément plaidant en faveur de cette interprétation, même si le nombre global de restes demeure limité à moins de 300 exemplaires. À l’instar des sites d’habitat du Val de Saône, le répertoire de la vaisselle en terre est très largement dominé par les productions de céramique bistre (Mani, 2004 ; Delor-Ahü, Simonin, 2005). Parmi les formes reconnues, on signalera plusieurs bords de pot (P1, P2, P3), jatte ou mortier. À ce stade, l’absence de céramique grise produite dans les ateliers de Sevrey dont l’usage aux IXe et Xe siècles est massivement identifié sur les sites de consommation du Val de Saône semble pouvoir constituer un bon marqueur chronologique de l’abandon progressif de l’habitat sur le site (Fig. 12).

Fig. 12. Formes de céramique bistre découvertes à Mesmont « La montagne de Saint-Laurent » ; pot : 1-2, POT1 ; 3-4-5, POT2 ; 6-7-8, POT3 ; mortier : 9-10, MOR2 ; jatte : 11, Jat3 ; 12, Jat1 (© A. Guicheteau, 2018).

29Par ailleurs, l’existence d’un second lieu de culte d’origine alto-médiévale sous l’actuelle chapelle du cimetière paroissial, toujours localisé sur le sommet du plateau, est à envisager. En effet, ce pôle funéraire et religieux est localisé sur le flanc oriental de l’éperon central, comme en miroir du pôle élitaire situé sur le côté occidental. Lors de la restauration de la chapelle du cimetière par des scouts dans les années 1960, un couvercle de sarcophage en calcaire légèrement trapézoïdal et orné d’une croix maltée dans le registre supérieur a été mis au jour. L’emploi de ce type de contenant funéraire est largement attesté durant la période mérovingienne (Henrion, 2015). Dans un secteur de la prairie attenant au cimetière, deux sépultures ont également été mises au jour en 1974, mais leur datation reste incertaine en dépit de la découverte dans ce secteur d’un denier de Louis Le Pieux, frappé, semble-t-il, dans le second quart du IXe siècle. Il convient par ailleurs de rappeler que la découverte de numéraire du haut Moyen Âge reste globalement plutôt rare, alors même que l’usage du détecteur à métaux par les professionnels de l’archéologie s’est généralisé. La présence de monnaies est fréquemment associée à des sites bien insérés dans les réseaux économiques du temps. Le bâti de la chapelle actuelle est malheureusement totalement remanié et ne permet pas de présupposer d’origines médiévales, même si plusieurs sources des Temps modernes renseignent son existence.

30Enfin, parmi les nombreuses questions en suspens quant à l’organisation et au statut du site, la présence d’un rempart, peut-être réemployant partiellement une éventuelle fortification protohistorique, reste à déterminer. Une levée de terre est bien nettement visible en microtopographie sur les flancs est et nord du plateau, mais il demeure difficile de l’interpréter comme les restes d’une fortification linéaire à ce stade. La question de l’existence d’un habitat sur le plateau reste également ouverte. Un système de terrasses se dessine, évoquant un mode d’organisation repéré sur certains sites de l’Antiquité tardive et du début du haut Moyen Âge, comme le « Roc de Pampelune » à Argelliers dans l’Hérault (Schneider, 2010), mais il n’est pas possible ici de distinguer une mise en œuvre à des fins d’habitat, d’un simple mode d’exploitation agro-pastoral qui pourrait être lié à la viticulture par exemple. Cela étant, des mentions de constructions dans les comptes rendus des fouilles anciennes, ainsi que la mise en évidence d’une vaste construction quadrangulaire aux fondations de pierre repérée en photographie aérienne en 1974 à l’ouest du plateau et dont le plan évoque d’ailleurs des bâtiments explorés en Franche-Comté (Billoin, 2016, p. 242-245) constituent des indices tangibles de l’existence d’un habitat, mais sa caractérisation n’est pas suffisamment avancée pour permettre de proposer des hypothèses quant à sa fonction ou sa chronologie.

5. L’abandon progressif du site

31Le site de « La Montagne de Saint-Laurent » est encore mentionné comme castellis dans un texte de 889 (Diplômes carolingiens, n° 16) mais semble disparaître au cours du Xe siècle, manifestement au bénéfice du site de Sombernon, qui apparaît alors comme le nouveau pôle élitaire du secteur. L’habitat quitte alors probablement le plateau, au profit de Sombernon mais aussi du village actuel de Mesmont situé en contrebas. Par contre, la fonction funéraire semble se maintenir topographiquement, même si la pratique de l’inhumation a sans doute également concerné les terrains attenants à l’actuelle église paroissiale située dans le village.

6. Synthèse

32Même si le site est très largement inexploré, plusieurs hypothèses interprétatives peuvent d’ores et déjà être envisagées. La nécessité du perchement de l’habitat pour les sociétés du premier âge du Fer et de l’Antiquité tardive paraît identique, même s’il demeure impossible à ce stade d’en prendre la mesure ni de caractériser ce processus. La problématique concernant l’existence d’artisanats spécialisés, comme la métallurgie du bronze au premier âge du Fer, est en effet déterminante pour comprendre le statut du site. De fait, la question de la présence d’un habitat groupé sur le plateau de « La Montagne de Saint-Laurent », de sa forme et de ses fonctions est centrale, et ce, quelle que soit la période, au niveau du site comme pour la compréhension des dynamiques de peuplement à l’échelle micro-régionale.

33Le maintien d’une composante élitaire sur le temps long qui transparaît dans la culture matérielle ou les monuments funéraires et le bâti, en dépit d’un phénomène de déplacement à la marge lors de la période gallo-romaine, est également à souligner.

34L’étude de « La Montagne de Saint-Laurent » s’inscrit dans une démarche dont l’intérêt est de comprendre les réseaux de peuplement dans un secteur donné (Schneider, 2010) mais qui permet également de mieux appréhender des phénomènes plus complexes, comme la christianisation des campagnes (Colin, 2008) et souligne le rôle des agglomérations secondaires dans ce processus (Bully et al., 2014 ; Peloux, 2020). La mise en évidence des liens entre le site de « La Montagne de Saint-Laurent » et l’abbaye de Saint-Seine, dont le célèbre Saint Benoît d’Aniane aurait refusé d’être l’abbé à la fin du VIIIe siècle, apporte ainsi un éclairage sur ces problématiques en Bourgogne.

Bibliographie

Sources imprimées :

Chevrier G., Chaume M., Chartes et documents de Saint-Bénigne de Dijon, prieurés et dépendances, des origines à 1300, t. 1 : VIe-Xe siècles, Dijon, Société des Annales de Bourgogne, 1986, 213 p. (Analecta Burgundica).

Déléage A., Recueil des actes du prieuré de Saint-Symphorien d’Autun de 696 à 1300, Autun, Publication de la société éduenne, 1936, 312 p.

Roserot A., Diplômes carolingiens originaux des archives de la Haute-Marne, Auxerre, 1894, 37 p. (Extrait du Bulletin de la société des sciences historiques et naturelles de l'Yonne, 2e semestre, 1893, p. 503-539).

Vita seu acta S. Bauderici : De s. Bauderico seu Balderico confessore, Acta Sanctorum, oct., VII, Bruxelles, 1845, p. 49-54 (BHL 897).

Vita S. Sequani abbatis : De s. Sequano abbate in territorio Lingonensi in Burgundia, éd. Bernardum Alb. Vander Plassche, Acta Sanctorum, sept., VI, Anvers, 1757, p. 33-41 (BHL 7585, vers 800 ?).

Bibliographie :

Adam et al., 2011 = Adam A.-M., Deffressigne S., Koenig M.-P., Lasserre M. dir., La céramique d’habitat du Bronze final IIIb à La Tène A en alsace et en Lorraine : Essai de typo-chronologie, Dijon, 2011, 339 p. (Supplément à la Revue archéologique de l’Est, 29).

Bardel, 2009 = Bardel D., « Les vaisseliers céramiques des fouilles anciennes de Vix/le mont Lassois (Côte-d’Or) : Bronze final IIIb, Hallstatt D et La Tène C/D », in Chaume B. dir., La céramique hallstattienne de France orientale : approches typologique et chrono-culturelle, Actes du colloque international de Dijon, 21-22 nov. 2006, Dijon, Editions universitaires de Dijon, 2009, p. 69-152.

Bardel, 2012 = Bardel (D.), Société, économie et territoires à l’âge du Fer dans le Centre-Est de la France : analyse des corpus céramiques des habitats du Ha D - LT A (VIIe-Ve avant notre ère), thèse de doctorat, Dijon, Université de Dijon, 3 vol., 2012, 1420 p.

Billoin, 2016 = Billoin D., L’établissement de Pratz le Curtillet. Un domaine mérovingien dans les hautes terres jurassiennes (fin VIe-VIIe siècle), Paris, Inrap/CNRS Éditions, 2016, 310 p. (Recherches archéologiques, 10).

Bully et al., 2014 = Bully S., Bully A., Cauševic-Bully M., Fiocchi L., « Les origines du monastère de Luxeuil (Haute-Saône) d’après les récentes recherches archéologiques », in Gaillard M., L’empreinte chrétienne en Gaule du IVe au IXe siècle, Turnhout, Brepols, 2014, p. 311-355.

Bully et al., 2016 = Bully S., Bassi M.-L., Bully A., Cauševic-Bully M., Fiocchi L., « Le « monastère des reculées » au haut Moyen Âge : avancées de la recherche archéologique sur Balma (Baume-les-Messieurs, Jura) », in Balcon-Berry S., Boissavit-Camus B., Chevalier P. dir., La mémoire des Pierres. Mélanges d’archéologie, d’art et d’histoire en l’honneur de Christian Sapin, Turnhout, Brepols, 2016, p. 241-254 (Bibliothèque de l’Antiquité tardive, 29).

Büttner, 2014 = Büttner S., « L’analyse des liants de maçonnerie et son apport à la compréhension chronologique et technique de la construction », in Bolle C., Coura G. et Léotard J.-M. dir., L’archéologie des bâtiments en question. Un outil pour les connaître, les conserver et les restaurer. Actes du colloque international de Liège des 9 et 10 novembre 2010, Namur, 2014, p. 103-114 (Études et documents. Archéologie, 35).

Chaume, 2001 = Chaume B., Vix et son territoire à l’Âge du Fer. Fouilles du Mont-Lassois et environnement du site princier, éd. Mergoil, 2001, 643 p. (Protohistoire Européenne, 6).

Delor-Ahü, Simonin, 2005 = Delor-A A., Simonin O. avec Legros A., « Sevrey “ Les Tupiniers” (Saône-et-Loire) : données nouvelles sur les ateliers de potiers médiévaux », Revue Archéologique de l’Est, 54, 2005, p. 249-298.

Devevey, 2014 = Devevey F., Volume 2 - Saint-Apollinaire, Sur le Petit Pré et Quétigny, Bois de pierre, Côte-d’Or, Bourgogne. Occupation rurale gallo-romaine dans l’Est dijonnais: l’établissement agricole gallo-romain de Quétigny, Bois de Pierre, rapport de fouille archéologique, Dijon, Inrap GES, 2014.

Ducreux, 2015 = Ducreux F., Habitats protohistoriques et gallo-romains dans la plaine des Tilles, rapport de fouille archéologique, Dijon, Inrap GES, 2005.

Dufeuil, 1976 = Dufeuil M.-M., « Côte-d’Or - Mesmont. L’oppidum de la montagne Saint-Laurent de Mesmont », Archéologie médiévale, 6, 1976, p. 365-366.

Ferdière et al., 2017 = Ferdière A., Gandini C., Nouvel P., « Les granges de plan carré à porche entre deux pavillons, un édifice plurifonctionnel emblématique de la Gaule centrale », in Trément F. dir., Produire, transformer et stocker dans les campagnes des Gaules romaines. Problèmes d'interprétation fonctionnelle et économique des bâtiments d'exploitation et des structures de production agro-pastorale, Bordeaux, 2017, p. 157-180 (supplément Aquitania, 38).

Gaiffe, 1985 = Gaiffe O., Mesmont, Saint-Laurent, rapport 1985, Dijon, SRA Bourgogne, 1985.

Gandel et al., 2011 = Gandel P., Billoin D., Doyen J.-M., Christophe Dunikowski C., Humbert S., Joan L., Katona I., Médard F., Putelat O., Serneels V., « Le site de Gaillardon à Ménétru-le-Vignoble (Jura) : un établissement de hauteur de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge », Revue archéologique de l’Est, 60, 2011, p. 313-421.

Guicheteau, 2019 = Guicheteau A. dir., avec Berthet J., Delencre F., Joan L., Kaspzryk M., Labeaune R., Monna F., Thivet M., « La Montagne de Saint-Laurent à Mesmont (21), archéologie d’un site de hauteur » , rapport de prospection thématique, Dijon, Inrap/ARTEHIS, 2019.

Guicheteau, 2020 = Guicheteau A. dir., avec Baudry G., Berthet J., Joan L., Labeaune R., Simon F.-X., Vergine T., « La Montagne de Saint-Laurent à Mesmont (21), archéologie d’un site de hauteur, deuxième campagne de recherche », rapport de prospection thématique, Dijon, Inrap/ARTEHIS, 2020.

Guyot, 1954 = Guyot E., « Bourgogne Préhistorique. Mesmont, oppidum de l’âge du Bronze, était sans doute un relais de la route de l’Étain qui passait également par Vix », Le Bien Public, sam. 6- dim. 7 mars 1954.

Henrion, 2015 = Henrion F., « Les sarcophages de pierre en Bourgogne : un état de la question », in Cartron I., Henrion F., Scuiller C., Les sarcophages de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge : fabrication, utilisation, diffusion, Actes des XXXe journées internationales d’archéologie mérovingienne, Bordeaux, 2015, p. 198-201 (Supplément à la revue Aquitania, 34).

Jesset, 2014 = Jesset S., « La production de terre cuite architecturale durant le haut Moyen Âge à Saran (Loiret) : entre tradition et modernité », in Rivet L., Actes du congrès de Chartres de la Société Française d’Étude de la Céramique Antique en Gaule (SFECAG), Marseille, Société Française d’Étude de la Céramique Antique en Gaule, 2014, p. 177-196.

Kasprzyk, Nouvel, 2010 = Kasprzyk M., Nouvel P., « Du Val de Saône au nord-ouest de la Gaule : le passage du Morvan de la fin de la Protohistoire au Haut Moyen Âge », in Guillaumet J.-P., Le Bihan J.-P., Routes du monde et passages obligés de la protohistoire au haut Moyen Âge, actes du colloque international d’Ouessant, Brest, Centre de Recherche archéologique du Finistère, 2010, p. 223-251.

Labeaune, 2010 = Labeaune R., Le « Mont Guérin » à Montmirey-la-Ville (Jura) ; L’histoire d’un camp hallstattien fortifié souvent cité mais peu connu, Antiquités nationales, 40, 2009, p. 69-89.

Labeaune, Alix, 2014 = Labeaune R., Alix S. dir., Découvertes d’un établissement rural gallo-romain et d’un hameau à vocation artisanale du Ve siècle avant J.-C., rapport de fouille archéologique, Inrap GES, 2014.

Labeaune, 2016 = Labeaune R., Céramique, habitat et territoires au premier âge du Fer en Bourgogne orientale (du VIIIe au Ve siècle avant J.-C.), thèse de doctorat en archéologie sous la direction de S. Verger, Paris, École Pratique des Hautes Études, 2016.

Mani, 2004 = Mani C., « La « céramique bistre » dite de Sevrey (Saône-et-Loire) : caractérisation et étude de diffusion d’une production du haut Moyen Âge », Revue Archéologique de l’Est, 53, 2004, p. 189-219.

Martinez, 2018 = Martinez D. avec Chabert S., Chevalier P., Faure M., Liégard S., « L’église paléochrétienne de l’établissement fortifié de hauteur de La Couronne à Molles (Allier, Auvergne) », Archéologie médiévale, 48, 2018, p. 1-36.

Meissonnier, 2009 = Meissonnier J., Monnaies et jetons, collection Ernest Bertrand, Musée archéologique de Dijon, 2009, 376 p.

Mouton-Venault, 2017 = Mouton-Venault S., « Le chalonnais », in Baray L. éd., De silex, de terre et de faïence, la mémoire du sol en Bourgogne. Hommage à Jean-Paul Delor, éd. Mergoil, 2017, p. 375-464 (Archéologie et Histoire Romaine, 36).

Nicolardot, 1968 = Nicolardot J.-P., Protohistoire de la Montagne Beaunoise, thèse de Doctorat de 3e cycle, Dijon, Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Dijon, 496 p.

Nicolardot, 2003 = Nicolardot J.-P., L’habitat fortifié pré-et-protohistorique en Côte-d’Or. Les camps de Myard à Vitteaux et du Châtelet d’Etaules dans le contexte archéologique régional (du Ve millénaire au IVe siècle avant J.-C.), Dijon, 2003, 374 p. (Supplément à la Revue archéologique de l’Est, 19).

Nouvel, Venault, 2017 = Nouvel P., Venault S., « Les agglomérations du Centre-Est de la Gaule : quel devenir durant l’Antiquité tardive ? », in Kasprzyk M., Monteil M. dir., 2017, Agglomérations, vici et castra du Nord de la Gaule entre Antiquité tardive et début du haut Moyen-Âge, Paris, CNRS Éditions, p. 61-89 (Gallia, 74).

Peloux, 2020 = Peloux F., « Les agglomérations secondaires et leur topographie religieuse dans le Gévaudan du haut Moyen Âge. Hagiographie, transformations territoriales et construction chrétienne de l’espace », Siècles, 48, 2020, URL : http://journals.openedition.org/siecles/6482.

Piningre, Vital, 2006 = Piningre J.-F., Vital J., « Chassey et les relations nord/orientales dans le bassin de la Saône au Bronze ancien et au début du Bronze moyen », in Baray L. dir., Artisanats, sociétés et civilisations, hommage à Jean Paul Thévenot, Dijon, 2006, p. 287-304 (Supplément à la Revue Archéologique de l’Est, 24).

Provost, 2009 = Provost M., Carte archéologique de la Gaule 21-2 : La Côte-d’Or, d’Allerey à Normier, Paris, Académie des Inscriptions et des Belles-Lettres, 2009, 651 p.

Schneider, 2010 = Schneider L., « De la fouille des villages abandonnés à l’archéologie des territoires locaux. L’étude des systèmes d’habitat du haut Moyen Âge en France méridionale (Ve-Xe siècle) : nouveaux matériaux, nouvelles interrogations », in Chapelot J. dir., Trente ans d’archéologie médiévale en France. Un bilan pour un avenir, Actes du ixe congrès international de la Société d’archéologie médiévale (Vincennes, 16 au 18 juin 2006), Caen, Publications du CRAHM, 2010, p. 133-161.

Vernet, 1967 = Vernet R., « Mesmont. Fouilles archéologiques », in Mémoires de la Commission des Antiquités de Côte-d’Or, 26, 1963-1969, p. 277-282.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation du site de « La Montagne de Saint-Laurent » à Mesmont (21) d’après la carte IGN au 1/250 000 (© IGN Paris, 2018).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/31674/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 753k
Légende Fig. 2. État des connaissances et localisation des recherches (© A. Guicheteau et IGN Paris, 2018).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/31674/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 771k
Légende Fig. 3. Stratigraphie des fouilles d’O. Gaiffe (© R. Labeaune, 2020, d’après O. Gaiffe, 1985).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/31674/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Légende Fig. 4. Tesson de céramique du Bronze ancien provenant de la collection Charrier (© R. Labeaune, 2020).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/31674/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Fig. 5. Échantillonnage de mobilier du premier âge du Fer (© R. Labeaune, 2020).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/31674/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Légende Fig. 6. Datation de l’occupation basée sur l’étude du mobilier (© R. Labeaune, 2020).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/31674/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 7. Dinaire lingon Kaletedoï (A) et fragment de col d’amphore Dressel 1 découverts en 2019 (© A. Guicheteau, 2019).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/31674/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende Fig. 8. La villa des pavillons (© A. Cordier, 2015).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/31674/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 514k
Légende Fig. 9. Deux exemples de molette sur sigillée d’Argonne provenant du site de « La Montagne de Saint-Laurent » (© A. Guicheteau, 2020).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/31674/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Légende Fig. 10. Le bâtiment à abside, état de la recherche en 2020 (© A. Guicheteau, 2020).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/31674/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Légende Fig. 11. Le mur en opus spicatum dans l’espace 4 (© A. Guicheteau, 2020).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/31674/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Légende Fig. 12. Formes de céramique bistre découvertes à Mesmont « La montagne de Saint-Laurent » ; pot : 1-2, POT1 ; 3-4-5, POT2 ; 6-7-8, POT3 ; mortier : 9-10, MOR2 ; jatte : 11, Jat3 ; 12, Jat1 (© A. Guicheteau, 2018).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/31674/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search