Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Perchement et mutations territoriales. Création et évolution de deux sites de hauteur haut-saônois (70) entre l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge : Port-sur-Saône et Faucogney-et-la-Mer

Résumés

Français
English

Le lancement en 2019 d’un programme collectif de recherche intitulé « Le Portois du IVe au XIIe siècle, évolution des pouvoirs et dynamiques du peuplement » a été l’occasion de reprendre l’étude de deux sites de hauteurs du département de la Haute-Saône (70) : Port-sur-Saône et Faucogney-et-la-Mer. Ces deux sites ont connu des mutations au cours de l’Antiquité tardive qui ont participé à requalifier leur rôle et leur statut au sein de leur territoire au cours des siècles suivants.

The launch in 2019 of a collective research program entitled « Le Portois du IVe au XIIe siècle, évolution des pouvoirs et dynamiques du peuplement » was the opportunity to resume the study of two hilltop sites of the department of Haute-Saône (70) : Port-sur-Saône and Faucogney-et-la-Mer. These two sites experienced mutations during late Antiquity that helped to requalify their role and status within their territory during the following centuries.

Entrées d’index

Mots-clés : Antiquité tardive, haut Moyen Âge, sites de hauteur, pagus, Portois

Note de l’éditeur

avec la collaboration de Thomas Chenal
DPH Ville de Besançon, UMR 6298 ARTEHIS-CNRS / Université de Bourgogne/Ministère de la Culture


Texte intégral

1. Introduction

1La problématique abordée au cours de cette journée d’étude, confrontation entre sites de hauteur des âges des métaux au Moyen Âge, a été l’occasion de proposer différentes interprétations du rôle et des raisons de l’apparition de phénomènes de perchements sur le temps long. Cette thématique, abordée sous plusieurs angles par différents chercheurs du laboratoire a été l’occasion d’introduire l’étude de deux sites perchés du département de Haute-Saône (Fig. 1) investis dans le cadre du PCR « Le Portois du IVe au XIIe siècle, évolution des pouvoirs et dynamiques du peuplement ».

Image

Fig. 1. Localisation des sites traités par le PCR et emprise supposés des pagi carolingiens du département de la Haute-Saône (CAPHS).

2Ce programme de recherche ambitionne d’appréhender les mutations territoriales et politiques sur un territoire limité, le supposé pagus du Portois, entre la fin de l’Empire romain et l’apogée du monde féodal. Ce territoire, connu essentiellement par quelques sources mérovingiennes, mais surtout carolingiennes, correspond à un large quart nord-ouest de l’actuel département de la Haute-Saône. Des travaux ont récemment mis en évidence que les limites et la pérennité de ce territoire remontent au moins au Ier siècle ap. J.-C. (Nouvel, 2016). Si le maillage archéologique de ce secteur est relativement documenté pour le Haut-Empire, il est paradoxalement complexe de statuer sur l’organisation politique de ce territoire en l’absence de sources épigraphiques et historiques. Les sites de Port-sur-Saône « La Vigne aux Pères » et de Faucogney-et-la-Mer « Saint-Martin » ont été initialement intégrés dans cette vaste réflexion en raison de vestiges existants relatifs à la chronologie retenue et de leur contexte topographique, archéologique et historique qui en ferait des sites structurants de l’organisation territoriale locale entre l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge. Le perchement de ces sites apparaît comme l’un des éléments constitutifs de leur nouvelle place dans le paysage géographique et politique. La réévaluation des connaissances de ces sites a ainsi permis de les appréhender sous un angle renouvelé et de mieux préciser leur rôle dans les mutations territoriales majeures qui s’opèrent au cours des IVe-VIe siècles dans le centre-est de la Gaule.

2. Port-sur-Saône, « La Vigne aux Pères »

3L’agglomération actuelle de Port-sur-Saône se situe au centre du département actuel de la Haute-Saône (Fig. 2) au croisement de la RN 19 et de la Saône.

Image

Fig. 2. Site de Port-sur-Saône, localisation des principaux sites mentionnés (CAPHS, IGN).

4Le cœur historique du bourg se développe à partir d’une rupture de pente concave du plateau calcaire bordant la Saône à l’est. Cette position stratégique a amené dès le XIXe siècle à supposer l’existence d’une agglomération secondaire antique à cet emplacement, hypothèse soutenue par les découvertes éparses de quelques éléments antiques. En l’absence de fouilles ou de découvertes récentes au sein du bourg, cette question n’a pu être tranchée et les seuls vestiges relatifs à l’Antiquité classique attestés sont la grande villa « du Magny » (Nouvel, 2016) en rive droite de la Saône, fouillée depuis le XIXe siècle, et un établissement rural découvert au début des années 1960 (Lerat, 1964) à la sortie du hameau de Saint-Valère sur la rive opposée à Port-sur-Saône. La villa « du Magny », de par son plan (double cours et organisation axiale) et ses dimensions impressionnantes (plus de 15 ha), aurait pu à elle seule justifier l’importance de ce secteur de carrefour entre un axe secondaire allant de Besançon/Vesontio à Langres/Andemantunum (suivant l’axe actuel de la RN 19) et la Saône. L’importance de ce carrefour est de plus appuyée par la zone de rupture de charge sur la Saône qui apparaît à cet emplacement, rendant la navigation impossible sur plusieurs kilomètres en amont. Ces critères ont longtemps justifié l’identification du site de Port-sur-Saône au Portus Abucinus de la Noticia Galliarum (Faure-Brac, 2001). Si des vestiges et des sarcophages mérovingiens ont été découverts sous l’actuelle chapelle de Saint-Valère et au nord-est de l’agglomération actuelle, au lieu-dit « Sur l’Église », aucun indice d’une occupation de l’Antiquité tardive, qui aurait pu justifier une continuité de l’occupation du secteur, n’avait été détecté.

5L’intégration de ce site au PCR avait été justifiée en 2018 par la fonction de chef-lieu de pagus du « Portois » de Port-sur-Saône durant le haut Moyen Âge (Chevassu, Saggese, 2019). De nouvelles investigations avaient alors été menées sur un site mentionné au XIXe siècle par G. Galaire qui y aurait repéré des fortifications et des « poteries romaines dans le sol » (Theobald et al., 1973) au lieu-dit « La Vigne aux Pères ». Ce lieu-dit est localisé en bord de plateau, à environ 240 m d’altitude, et domine le passage de la voie Besançon/Langres et de la Saône de près de 30 m. Deux importants murgers barrant le bord du plateau à angle droit étaient encore visibles sur place. Le percement du murger est au XIXe siècle pour le passage d’un chemin communal avait amené à observer un important massif maçonné de près de 2 m de large lié par un mortier blanc et percé de trois mystérieuses galeries dans le sens de la longueur (Theobald et al., 1973).

6Les opérations sur place ont débuté par une acquisition LiDAR de l’éperon (acquisition M. THIVET, UMR 6249 Chrono-environnement) afin de produire un Modèle Numérique de Terrain du secteur suivi par une acquisition géomagnétique sur l’ensemble de la parcelle enceinte (acquisition C. SANCHEZ, chercheuse associée à l’UMR 6249 Chrono-environnement). Les résultats de ces prospections (Fig. 3) ont précisé le plan des murgers observés et mis en évidence toute une série d’anomalies géophysiques du sous-sol, suggérant une occupation anthropique ancienne.

Image

Fig. 3. Synthèse des opérations menées sur le site de "la Vigne aux Pères" (CAPHS, Thivet, Sanchez).

7Les prospections se sont accompagnées en 2018 et 2020 de deux campagnes de nettoyage et de sondages afin de préciser la nature des vestiges supposés. La première campagne de 2018 s’est concentrée sur une section du murger percée par le chemin d’accès à la parcelle enceinte. Elle consistait durant cette année probatoire en une opération de dégagement et de nettoyage des vestiges en élévation. Il s’est ensuivi la découverte d’un important massif maçonné (Fig. 4) dont l’élévation, conservée sur dix assises, atteignait une largeur de près de 6,5 m.

Image

Fig. 4. Section de rempart dégagée en 2018 (Sondage 1, vue du nord-ouest) (CAPHS).

8Le parement extérieur dégagé sur environ 1 m de largeur amorçait une légère courbure et 8 négatifs de galeries ont été identifiés dans la structure de la maçonnerie. Les négatifs laissés dans le mortier à l’intérieur de ces galeries confirment qu’il s’agit d’un système de poutres assemblées en croisillons. Il s’agit, très vraisemblablement des galeries observées au XIXe siècle dans une section de rempart moins large. Le parement s’organisait en une superposition d’assises de petits moellons réguliers réglés couverts systématiquement par une épaisse couche de mortier de chaux. Le cœur de la structure se composait quant à lui d’un hérissonnage de moellons de chant liés par les couches de mortier. La courbure observée du parement extérieur pourrait correspondre à une portion d’une tour en saillie ou d’une porterie en partie détruite par le percement du chemin durant les années 1980. Cette hypothèse est appuyée par la comparaison aux 2 m de largeur de la section observée au XIXe siècle. Ces observations ont amené à la confirmation qu’il s’agissait bien des vestiges d’une importante fortification. N’étant limité qu’à un nettoyage de surface, les fondations de la structure n’ont pu être observées en 2018, mais un fragment de sigillée d’Argonne découvert au contact du parement interne indiquerait une occupation de la deuxième moitié du IVe siècle. Cette datation a pu être confirmée par une analyse radiocarbone pratiquée sur un fragment d’os pris dans la maçonnerie interne de la structure qui a livré une datation large comprise entre 325 et 430 de notre ère. La continuité de cette structure a été observée dans un second sondage plus au nord (Fig. 3).

9La seconde campagne de fouille intervenue en 2020 se concentrait quant à elle sur le murger nord et une partie de l’espace enceint dans l’angle nord-est de la fortification. Une section complète de rempart a pu être dégagée jusqu’à ses fondations (Fig. 5), confirmant une conservation des vestiges sur près de 2,5 m de hauteur.

Image

Fig. 5. Parement interne du rempart nord dégagé en 2020 (Sondage 3, vue du sud) (CAPHS).

10La section dégagée présentait une largeur de près de 2 m, confirmant l’hypothèse d’une structure en saillie dans le sondage 1 de 2018. La section de rempart se caractérisait par deux niveaux de fondations et une partie de l’élévation conservée sur quatre à cinq assises, l’ensemble étant maçonné. Le premier niveau de fondation se composait de moellons grossièrement équarris et de blocs calcaires liés par une importante quantité de mortier. Trois ouvertures de poutres transversales ont été reconnues dans ce niveau, recoupé par au moins une poutre longitudinale. Le second niveau de fondation forme un niveau de réglage propice à la construction de l’élévation. Les moellons étaient ici disposés de manière plus harmonieuse avec certaines sections en opus spicatum. L’élévation présentait les mêmes caractéristiques architecturales que ceux dégagés dans les sondages 1 et 2 de 2018 et au moins deux négatifs de petites poutres non traversantes ont pu être observés dans sa partie interne (Fig. 6).

Image

Fig. 6. Négatif de poutre longitudinale dans l'élévation du rempart nord (Sondage 3, vue de l'ouest) (CAPHS).

11Toutes ces similitudes entre les différentes sections observées indiquent qu’il s’agit d’une construction homogène issue d’un projet planifié et exécuté en une phase. Au moins trois niveaux de talus liés aux différents niveaux du rempart ont été observés. Il apparaît vraisemblable qu’ils étaient liés à la construction du rempart afin de faciliter l’accès des ouvriers aux parties hautes de la maçonnerie au fur et à mesure de son exécution et ont été conservés par la suite.

12La seule structure liée à cette première phase découverte dans le secteur fouillé au sud du rempart est une fosse au fond piriforme qui peut être identifiée comme une probable fosse à dolium (Fo. 3.101). Cette dernière est rapidement abandonnée et transformée en dépotoir de rejets de boucherie. Dans un second état (Fig. 7), ce secteur est remblayé et un édifice en matériaux périssable est édifié. Il se composait certainement d’une construction liant sablières basses, poteaux porteurs avec calages de pierres et cloisons en torchis.

Image

Fig. 7. Plan synthétique des structures de l'état 2 (Campagne 2020) (CAPHS).

13L’absence de découverte de TCA orienterait l’hypothèse d’une couverture elle aussi en matériaux périssables. Son plan partiel (la continuité du bâtiment se développant à l’ouest, hors de l’emprise du sondage) dégagé présente une orientation générale ouest-nord-ouest / est-sud-est dans sa partie mise au jour. Deux espaces peuvent être distingués. Le premier, en partie hors emprise de fouille présente une largeur maximum observée de 1,5 m et un retour vers le sud-sud-ouest dégagé sur près de 5,2 m à la limite de l’emprise sud de la fouille. Le second espace se présente sous la forme d’une extension en quadrilatère du premier espace débutant 1,5 m après le coude décrit plus haut. Il présente un grand côté de près de 2,7 m pour une largeur maximum de 1,7 m.

14Les trous de poteaux du premier groupe, les plus larges, correspondent aux zones d’articulations de ces deux espaces. Ce fait peut se justifier par la nécessité d’une ossature en bois plus forte dans ces points structurants du bâtiment. Les trous de poteaux du second groupe se dispersent quant à eux sur le tracé des parois.

15Une sépulture d’enfant est rapidement aménagée dans la fosse à dolium mentionnée précédemment, au plus près du bâtiment. Le mobilier céramique et en verre associé indique une datation comprise entre la fin du IVe et le Ve siècle. Cette datation est confirmée par l’analyse radiocarbone réalisée sur un fragment de calotte crânienne et qui offre une datation comprise entre 398 et 539 de notre ère.

16L’ensemble du mobilier collecté dans les niveaux liés au rempart et au bâtiment en bois confirme une datation de ces structures entre le milieu du IVe et le Ve siècle. Le petit lot de monnaies collecté (12 exemplaires, étude M. BORG, masterant à l’UBFC) lors de l’opération est particulièrement éloquent ; la plus ancienne est liée au règne de Gratien et la plus récente est une émission tardive d’Arcadius émise entre 388 et 402. Les phases d’occupation plus tardives ont été largement arasées par les différentes cultures, et en particulier celle de la vigne, qui se sont succédé sur la parcelle depuis la fin du Moyen Âge.

17L’interprétation des structures fouillées est variable. Si l’identification d’un rempart maçonné de la fin du IVsiècle sous les murgers est certaine, celle du bâtiment en matériaux périssable est soumise à plus de réserves, d’autant plus que son plan est partiel. Cependant, son orientation, sa position sur la plateforme sommitale de la fortification, la présence à ses abords d’une sépulture et la partie de son plan dégagée orienteraient nos hypothèses vers une église paléochrétienne en bois. Si ces structures sont extrêmement rares en France, il n’en est pas de même de l’autre côté du Jura, dans les cantons suisses de Lucerne, Bâle, Vaud et Genève où près d’une quinzaine de ces structures ont été fouillées (Bonnet, 1997 ; Terrier, 2007). Leurs plans et leurs dimensions présentent d’importantes similitudes avec le bâtiment dégagé à « La Vigne aux Pères » et leur chronologie s’étale du Ve au IXe siècle. Si cette hypothèse se validait au cours des prochaines campagnes de fouilles, il pourrait s’agir d’un des établissements paléochrétiens les plus anciens de Franche-Comté avec ceux de Luxeuil-les-Bains (70) et Mandeure (25). Il ne faut toutefois pas exclure l’hypothèse d’autres types de bâtiments sur poteaux, mais l’état général d’arasement du secteur a vraisemblablement fait disparaître les éventuels aménagements internes qui auraient pu permettre une meilleure identification des fonctions de cet édifice.

18Ces dernières découvertes apportent des informations déterminantes à l’interprétation générale du site. Tout porte à croire qu’il s’agit d’une fondation ex nihilo de la seconde moitié du IVe siècle. Le caractère homogène de l’architecture du rempart indique qu’il s’agit d’un programme architectural cohérent. L’importance d’une telle construction inviterait à imaginer une décision concertée émanant de l’administration impériale tardive. Ce système de fortification à poutrage interne a déjà été détecté pour la période valentinienne le long du litus saxonicum (Reddé et al., 2006) et du limes rhénan de Suisse alémanique (Schwartz, 2014). Le caractère militaire de ces sites ne fait aucun doute, mais le cas de Port-sur-Saône est plus problématique ; le seul indice d’une potentielle présence militaire se résume à un lot de 81 clous de caligae découvert dans le comblement de la fosse Fo. 3.101. Si la présence permanente d’un détachement ou d’une garnison ne peut être confirmée, il apparaît probable que la construction de la fortification a été réalisée par des militaires. La présence d’un potentiel édifice de culte indique que le site pourrait revêtir des fonctions religieuses et la fosse à dolium un espace technique de stockage de denrées. Les fonctions du site apparaissent donc multiples. Dans une seconde mesure, l’identification de Port-sur-Saône au Portus Abucinus de la Noticia Galliarum peut apporter un éclairage nouveau sur le site de la « Vigne aux Pères ». Cette mention et une adjonction postérieure au document original dont le manuscrit conservé le plus ancien date du VIe siècle (Saggese, Chevassu, 2019). Le terme de « portus », systématiquement traduit dans l’historiographie par « port » revêt en réalité plusieurs significations bien distinctes. Le code Justinien en propose une relativement intéressante tirée d’Ulpien : « Portus appellant est conclusus locus quo importantur merces et unde exportantur » [« On appelle portus un lieu clos où l’on importe et d’où l’on exporte des marchandises »]. Ce toponyme a été relevé à plusieurs occasions concernant des sites alto médiévaux ne relevant pas de ports fluviaux ou maritimes stricto sensu (Chambon, Grélois, 2017). Elle s’applique relativement bien au site de Port-sur-Saône et pourrait justifier sa mention dans la Noticia Galliarum au moins à partir du VIe siècle, à une période où il semble acquérir de nouvelles fonctions administratives et être élevé au rang de chef-lieu. Le caractère élitaire de la fortification durant la période mérovingienne peut-être souligné par la découverte d’un mausolée funéraire ayant livré des sarcophages et des tombes en armes à 200 m au nord.

3. Faucogney-et-la-Mer, « Saint-Martin »

19Le site de « Saint-Martin » est situé au sommet d’un éperon rocheux des premiers contreforts vosgiens, dominant de plus de 130 m la vallée du Breuchin et un itinéraire de passage à travers les Vosges par le col du Mont de Fourche (Bully, Marron, 2018).

20La vallée du Breuchin (Fig. 8) a pu, selon les hagiographies du haut Moyen Âge, être le secteur d’implantation du premier monastère de Saint-Colomban en Gaule.

Image

Fig. 8. Carte du Mont Saint-Martin et de la vallée du Breuchin.

21Les écrits de Jonas de Bobbio datés de 540 indiquent que cette première fondation monastique serait installée dans le « castrum Annagrates (…) il y avait alors une vaste solitude appelée Vôge où se trouvait un castrum ruiné que la tradition des anciens nommait Annagrates. Il s’y établit avec les siens (…) '’ (De Vogé, 1988 ; Bully, Marron, 2015). Néanmoins, le contexte de cette implantation reste flou. La question de la première fondation colombanienne continentale a été intégrée au programme collectif de recherche portant sur les premiers monastères d’Occident dirigé par Sébastien Bully et Christian Sapin (UMR 6298 ARTEHIS), ainsi qu’au projet européen Colombanus : Life and Legacy. À partir de 2010, plusieurs campagnes archéologiques ont été menées sur la commune de la Voivre (70) et ses alentours. Celles-ci ont permis d’apporter de nombreuses informations sur le contexte historique local, notamment sur la période médiévale (Bully, Marron, 2015). Néanmoins, la question d’une fondation monastique dans la vallée demeurait sans réponse. Depuis 2016, les recherches se sont concentrées sur la plateforme sommitale de la « montagne Saint-Martin ». Cet espace a en effet livré une série d’artefacts évoquant une occupation antique, avec quelques éléments céramiques rattachables au Haut-Empire (sigillée sud gauloise, amphore Dressel 1) et au moins deux petits bronzes antiques. La présence d’un sanctuaire a été évoquée (Bully, Marron, 2018), mais les différents gisements de TCA découverts à proximité de l’église Saint-Martin et l’absence de mobilier caractéristique (monnaies, instrumentum, objets votifs) orienteraient plutôt vers l’hypothèse d’un établissement rural. À l’occasion d’une campagne de sondages, la découverte de plusieurs structures en creux datées de la fin de l’Antiquité laissait présager une occupation humaine sur ce promontoire stratégiquement positionné dans le paysage (Bully, Sapin, 2014). Afin de préciser la nature de cette installation, deux campagnes de fouilles, menées sous la direction de Thomas Chenal, puis Axelle Grzesznik ont été réalisées dans le cadre du PCR « Portois » (Fig. 9).

Image

Fig. 9. Localisations des sondages des campagnes 2019-2020 (CAPHS).

22Ces différentes campagnes archéologiques ont permis de démontrer l’aménagement du socle rocheux au sommet du massif. Celui-ci a été écrêté afin d’aplanir le terrain. Une quinzaine de structures en creux interprétées comme des trous de poteaux sont installées directement dans la roche mère (Fig. 10, 11).

Image

Fig. 10. Vue aérienne du promontoire du Mont Saint-Martin, la vallée du Breuchin en arrière-plan (CAPHS).

Image

Fig. 11. Plan synthétique des structures dégagées en 2019 (CAPHS).

23Bien que la plupart n’aient pas pu être datés, certains d’entre eux permettent de préciser l’occupation du plateau sommitale aux IVe et Ve siècles. À cela s’ajoute une couche homogène de galets émoussés mélangés à des fragments de tegulae recouvrant l’intégralité de la partie basse de la plateforme. Cet aménagement de vaste ampleur appuie l’hypothèse d’une modification importante du paysage, mais dont la fonction n’est pas encore formellement identifiée (Saggese et al., 2019 ; Saggese et al., 2020). En effet, les structures forment un ensemble architectural qu’il est pour l’heure impossible de caractériser, bien que plusieurs hypothèses puissent être formulées (habitat groupé de hauteur, poste de contrôle) (Saggese et al., 2019).

24Si le sommet du massif a été intégralement documenté, l’occupation des versants de la montagne est mal connue. Pour remédier à ce manque d’informations, des prospections pédestres ont été effectuées en parallèle des fouilles de 2020. Celles-ci ont permis de situer dans le paysage des plateformes propices à l’installation humaine sur les versants nord et ouest. La collecte de matériaux antiques démontre que potentiellement, l’occupation du massif ne se limite pas au plateau sommital et au secteur de l’église Saint-Martin. Un sondage complémentaire réalisé dans les pentes au sommet du massif a permis de mettre au jour un potentiel nouvel espace anthropisé. Il pourrait être caractérisé par un aménagement maçonné composé d’un parement surmontant un glacis, ou une palissade. Néanmoins, il convient de rester très vigilant quant à l’interprétation de ces vestiges extrêmement arasés. Cet ouvrage devra être exploré avec plus de précision, afin d’apporter des éléments de caractérisation et de datation. Seuls quelques tessons de céramiques similaires à ceux découverts dans le sondage au sommet de la plateforme rattacheraient ces aménagements à l’extrême fin du IVe et au Ve siècle, mais il est aussi envisageable que ces éléments soient résiduels et proviennent du sommet. De plus, il semble qu’au moins les parties sommitales du massif sont l’objet de phénomènes d’érosion importante et qu’une partie du socle rocheux ait été décaissée pour l’implantation du cimetière actuel. Par conséquent, la vision d’ensemble des vestiges identifiés est partielle et complexe à caractériser davantage.

25À titre d’hypothèse, un tel aménagement renvoie inéluctablement à la mention d’un castrum antique dans lequel Colomban fonde son premier monastère continental. À l’aune des informations collectées ces dernières années, il apparaît que la montagne Saint-Martin possède un potentiel important, à l’échelle des problématiques de restructurations territoriales de l’Antiquité tardive et des implantations colombaniennes. Ce site de hauteur présente un intérêt topographique et stratégique majeur qui lui vaut probablement d’être réaménagé en point de contrôle de la vallée du Breuchin. L’itinéraire du col de la Fourche constitue effectivement un point de passage important vers la vallée de la Moselle et justifie l’implantation d’une structure de contrôle des trafics sur cet axe. La nature de cette structure demeure complexe à appréhender à partir de l’état de conservation des vestiges, mais sa présence est indéniable. À partir de cette hypothèse, il apparaît probable que ce site, quel que soit son statut, marque encore le paysage du VIe siècle et puisse être assimilé au « castrum » ruiné auprès duquel Colomban et ses disciples fondent leur première communauté. En ce sens, l’assimilation d’Annegray et ses vestiges à l’« Annagrates » mentionné par Jonas de Bobbio font consensus et la proximité, au moins visuelle, des deux sites est notoire. Reprenant les mots de S. Bully et d’E. Marron, l’installation de Colomban et de ses disciples dans ce secteur ne relèverait pas alors d’une volonté de retraite au désert, mais plutôt d’un acte politique lié à une construction territoriale en périphérie du diocèse de Besançon et des royaumes mérovingiens de Burgondie et d’Austrasie (Bully, Marron, 2018).

4. Conclusion

26L’exemple de ces deux sites de hauteurs permet de dégager un certain nombre de traits communs. Tout d’abord, la chronologie de leur fondation est assez proche et correspond à la deuxième moitié du IVe siècle, voire son dernier tiers. Leur implantation est également similaire, en bord d’éperon et de plateau dominant des vallées et des lieux de passages de première importance, au moins depuis l’Antiquité classique. Il est tentant à partir de ces éléments d’y déceler une volonté de restructuration territoriale initiée par l’administration impériale tardive avec la fondation de nouveaux points d’emprises permettant de réaffirmer son autorité et ses prérogatives. Les fonctions multiples que semble revêtir le site de la « Vigne aux Pères » et sa très probable affiliation à un chef-lieu de pagus au haut Moyen Âge viendraient confirmer cette hypothèse. Il en est de même avec le site de « Saint-Martin ». Il apparaît aujourd’hui assez clairement qu’au-delà de la tradition hagiographique, la fondation d’un monastère par Colomban à proximité de ce dernier résulte plus certainement d’une décision des potentats locaux que d’une simple volonté opportuniste. La fondation du monastère de Luxeuil deux ans après celle d’Annegray témoignerait bien de cette situation « d’attente » de la communauté monastique initiée par le pouvoir local, et certainement les autorités ecclésiastiques, afin de planifier son installation principale. Ces sites de hauteurs semblent donc, au moins jusqu’aux VIe-VIIe siècles relever de ces autorités et en être les extensions au cœur même des territoires.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Bonnet, 1997 = Bonnet C., « Les églises en bois du haut Moyen-Âge d’après les recherches archéologiques », in Grégoire de Tours et l’espace gaulois, Actes du congrès international (Tours, 3-5 novembre 1994), Tours, Fédération pour l’édition de la Revue Archéologique du Centre de la France (Supplément à la Revue archéologique du centre de la France, 13, p. 217-236, URL : https://www.persee.fr/doc/sracf_1159-7151_1997_act_13_1_1015).

Bully, Marron, 2015 = Bully S., Marron E., « Annegray, la première fondation sur le continent », in Bully S. dir., Colomban et l’abbaye de Luxeuil, au coeur de l’Europe du haut Moyen Âge, Besançon, s.n. (Archéologie en Franche-Comté, 5).

Bully, Marron, 2018 = Bully S., Marron E., « L’"instant Colomban", conditions de fondation et premiers éléments de topographie des monastères d’Annegray et de Luxeuil », in Bully S., Dubreucq A., Bully A. dir., Colomban et son influence, moines et monastères du haut Moyen Âge en Europe, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 139‑163 (Art & Société).

Bully, Sapin, 2014 = Bully S., Sapin C., Les monastères en Europe occidentale (Ve-Xe siècle). Topographie et structures des premiers établissements en Franche-Comté et en Bourgogne, Projet Collectif de Recherche, rapport de cinquième année, s.l., UMR ARTEHIS.

Chambon, Grelois, 2017 = Chambon J.-P., Grélois E., « Le nom de lieu “le Port” (Clermont-Ferrand) : à la recherche de l’étymologie », Bulletin historique et scientifique de l’Auvergne, 118-1, p. 121‑128.

De Vogüé, 1998 = De Vogüé A., Jonas de Bobbio. Vie de Saint-Colomban et de ses disciples, Bégrolles-en-Mauge, Abbaye de Bellefontaine (Vie monastique, 19).

Faure-Brac, 2002 = Faure-Brac O., La Haute-Saône - 70, Paris, Maison des Sciences de l’Hommes, 483 p. (Carte archéologiques de la Gaule).

Lerat, 1964 = Lerat L., « Circonscription de Franche-Comté, Haute-Saône, Port-sur-Saône », Gallia Informations, 22-2, p. 380‑383.

Nouvel, 2016 = Nouvel P., Entre ville et campagne : formes de l’occupation et élites gallo-romaines dans le Centre-Est de la Gaule. Apport de 20 années de prospections et de fouilles archéologiques, Habilitation à Diriger des Recherches, Besançon, Université de Franche-Comté, 4 vol.

Redde et al., 2006 = Reddé M., Brulet R., Fellman R., Haalebos J. K., Von Schnurbein S., 2006, L’architecture de la Gaule romaine. Les fortifications militaires, Bordeaux, Paris, s.n., 477 p. (DAF, 100).

Saggese, Chevassu, 2019 = Saggese A., Chevassu V., « Port-sur-Saône entre l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, le Portus Abuccinus retrouvé ? », SALSA, 109, p. 49‑65.

Saggese et al., 2019 = Saggese A., Chevassu V., Chenal T., Le Portois du IVe au XIIe siècle, évolution des pouvoirs et dynamiques du peuplement, Rapport de Programmation Triennale, s.l., Association CAPHS.

Saggese et al., 2020 = Saggese A., Chevassu V., Chenal T., Grzesznik A., Le Portois du IVe au XIIe siècle, évolution des pouvoirs et dynamiques du peuplement, Rapport de Programmation Triennale, s.l., Asso. CAPHS.

Schwarz, 2014 = Schwarz P.-A., « Neue Forschungen zum spätantiken Hochrhein-Limes im Kanton Aargau I. Die Wachtürme Koblenz-Kleiner Laufen, Möhlin-Fahrgraben und Möhlin-Untere Wehren », Gesselschaft Pro Vindonissa, p. 37‑68.

Terrier, 2007 = Terrier J., « Une archéologie pour aborder la christianisation de l’espace rural, l’exemple de la campagne genèvoise », Gallia, 64, p. 85‑91.

10.3406/galia.2007.3307 :

Theobald et al., 1969 = Théobald N., Michel G., Thévenin A., Demesy M., La Haute-Saône : nouveau dictionnaire des communes, Vesoul, Société d’agriculture, lettres, sciences et arts de la Haute-Saône.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.