Version classiqueVersion mobile

Approche diachronique des sites de hauteur

 | 
Damien Martinez
, 
Amélie Quiquerez

Approche comparative de l’occupation des sites de hauteur en Auvergne (Bronze final III/premier âge du Fer et Antiquité tardive/haut Moyen Âge) : chronologie, formes, dynamiques spatiales et paysagères à l’échelle d’un territoire

Fabien Delrieu, André-Marie Dendievel et Damien Martinez

Résumé

Cet article propose de confronter les résultats de recherches archéologiques et paléoenvironnementales en cours sur l’occupation des sites de hauteur en Auvergne à deux moments-clés : d’une part, au cours de la Protohistoire ancienne (âge du Bronze final III et premier âge du Fer) et, d’autre part, de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge. Ces deux périodes paraissent chacune marquées par un investissement significatif des zones de moyenne montagne. Ce premier bilan a été l’occasion de développer un dialogue étroit et pérenne entre spécialistes. Les objectifs de ce travail pluridisciplinaire sont de mettre en lumière les points communs et les divergences perceptibles dans les modalités d’investissement des points hauts durant ces deux séquences chronologiques ainsi que d’appréhender les dynamiques spatiales et paysagères à l’échelle d’un territoire.

Texte intégral

1. Introduction

1Les hauteurs de l’ancien territoire arverne font l’objet d’une attention renouvelée depuis une vingtaine d’années, faisant la part belle aux occupations des âges du Bronze et du Fer ainsi qu’à celles situées à la transition entre Antiquité et Moyen Âge. La richesse des données collectées pour ces périodes invite aujourd’hui au dialogue entre « protohistoriens » et « alto-médiévistes », afin de mettre en évidence d’éventuels points de convergence dans les stratégies d’occupation du sol, à des moments où les plaines ne focalisent pas (ou plus) l’essentiel des regroupements de population. Bien sûr, les motivations concrètes qui ont conduit au perchement de l’habitat à ces deux époques distinctes ne sauraient être comparées, mais, du point de vue formel, certains traits communs, se traduisant parfois, en stratigraphie, par des superpositions d’occupations sur un même point haut, permettent de mieux saisir la perception et la mise à profit des territoires par les populations anciennes. La topographie de l’Auvergne a ainsi offert des opportunités certaines, sur les piémonts des reliefs bordant la vallée de l’Allier comme sur les premières hauteurs des massifs du Cézallier et du Cantal. Quelle que soit la période considérée, les sites reconnus sont systématiquement en lien avec les vallées, dans le cadre d’une stratégie d’accès, voire de contrôle des axes de circulation naturels. Cette connexion se traduit d’ailleurs sur les sites identifiés par la présence de mobilier trahissant des échanges au long cours, avec des régions méridionales, notamment méditerranéennes, mais aussi avec le nord et l’ouest du territoire de la France actuelle.

2Si l’approche de ces sites, depuis les premières découvertes de la fin du XIXe siècle, est essentiellement à mettre au crédit de l’archéologie, les études paléoenvironnementales offrent aujourd’hui des perspectives nouvelles et complémentaires procurant un second point de vue sur les paysages et l’occupation du sol au cours des deux séquences chronologiques étudiées. En effet, l’enjeu principal des recherches actuelles sur ces occupations perchées est de comprendre leur interaction avec leur environnement plus ou moins proche. De ce fait, il est aujourd’hui nécessaire de « sortir » de l’emprise des sites et d’appréhender les territoires au sein desquels ils se sont développés. Dans cette perspective, la recherche et l’analyse d’enregistrements sédimentaires à proximité des sites archéologiques étudiés offre la possibilité de restituer, sur le temps long, l’évolution des paysages et, par confrontation avec les données archéologiques, d’envisager l’impact des occupations de hauteur sur ceux-ci.

2. Jalons historiographiques

2.1. Les recherches du XIXe et de la première moitié du XXe siècle

3L’Auvergne a très tôt vu se développer une activité de recherche archéologique centrée sur les habitats fortifiés. La présence de sites historiques comme le Plateau de Gergovie a aiguisé l’intérêt des premiers archéologues dès la seconde moitié du XIXe siècle. Cette dynamique a été insufflée par Napoléon III grâce à son attrait pour les sites de la Guerre des Gaules. Les gisements du bassin clermontois comme les plateaux de Gergovie et de Corent ont donc été les premiers concernés par cet intérêt précoce.

4Dans le Cantal, le site du Roc de Chastel à Chastel-sur-Murat a été fouillé dès 1891 par Jean-Baptiste Delort puis par l’archéologue muratais Jean Pagès-Allary. Si l’intérêt de ces recherches a principalement porté sur l’occupation « gauloise », leurs auteurs identifient également une fortification de l’Antiquité tardive, caractérisée par un mobilier céramique et métallique abondant, ainsi que par une aire funéraire (Boudartchouk, 2004). La vitalité de cette occupation est notamment mise en lumière par la quantité importante de céramique fine (plus de 5 000 tessons), en particulier de répertoires appartenant aux dérivées de sigillées paléochrétiennes languedociennes, côtoyant des productions du nord-est de la Gaule (sigillée d’Argonne). Le mobilier métallique est représenté par de nombreux objets de parure, dont une large part s’apparente à des militaria. Ces premières fouilles se poursuivent ensuite dans les années 1930 et 1940 avec l’apport de Marius Vazeilles, archéologue corrézien qui intervient sur des sites emblématiques comme le dyke de Châteauneuf à Riom-ès-Montagnes dans le Cantal (Vazeilles, 1947). Dans le Puy-de-Dôme, les travaux d’inventaire de Pierre-François et Gabriel Fournier alimentent l’activité de recherche sur les sites de hauteur fortifiés. Ils en recensent plusieurs dizaines notamment sur les versants orientaux des massifs du Sancy et du Cézallier (Fournier, Fournier, 1943). Ils observent également une certaine récurrence dans les séquences chronologiques observées sur ces sites comme pour les occupations du Bronze final IIIb qu’ils associent généralement au premier âge du Fer.

2.2. Les réflexions engagées à partir des années 1960 en Auvergne

5Ces travaux posent les premiers jalons d’une activité de terrain qui va fortement se développer à partir des années 1960 et ce jusqu’aux prémices des années 1980. Des campagnes de sondages et de fouilles sont alors conduites sur de nombreux sites de la région sous l’impulsion d’archéologues bénévoles comme professionnels. De nombreux gisements sont évalués pour la première fois comme Liozon à Olloix (Puy-de-Dôme) par Paul Eychart (Eychart, 1967), le Suc de Lermu à Charmensac (Cantal) par Alphonse Vinatié (Delrieu et al., 2018) ou encore Les Charmes à Bègues (Allier) par Hugues Vertet (Vertet, Bet, 1980). Des associations dynamisent également cette recherche, notamment dans le nord du Cantal avec les travaux d’Odette Lapeyre et du Groupe de Recherche Archéologique de la Vallée de la Sumène sur les sites du nord-ouest cantalien tels que le Puy-de-Menoire à Menet ou le Roc Vignonnet à Antignac. Cette importante vague de travaux a véritablement fait évoluer la perception de ces sites, notamment en ce qui concerne la chronologie des occupations qui s’y développaient.

6Pour l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, les premiers grands travaux s’intéressant au phénomène de l’habitat perché sont aussi entrepris par Gabriel Fournier, qui, dans les années 1960 et 1970, souligne déjà le nombre important de ces établissements, mais, avant tout, leur rôle prépondérant dans les mutations socio-économiques et religieuses qui affectent alors la cité arverne (Fournier, 1962 ; 2004). Il est d’ailleurs l’un des premiers auteurs français à nuancer, sans pour autant le négliger, l’impact des migrations germaniques dans la multiplication de ces sites à partir du IVe siècle. Il les définit ainsi comme de nouveaux jalons des réseaux de peuplement des campagnes, dont l’émergence à la fin de l’Antiquité et le développement durant le haut Moyen Âge relèvent de facteurs multiples, et surtout complexes, que seul le contexte politique ne saurait expliquer. Il constate, du reste, que « par leurs caractères et leurs fonctions, ces forteresses renouaient avec la tradition des oppida celtiques » (Fournier, 1962, p. 331). Plus tard, dans les années 1990, Jean-Luc Boudartchouk s’intéresse à cette question pour le Cantal, en rouvrant notamment le dossier de Chastel-sur-Murat, tout en mettant en évidence dans ce secteur géographique l’existence d’autres sites potentiels, tels que ceux du Suc du Lermu à Charmensac, de Lastours à Brujaleine, en passant par le plateau basaltique de Saint-Flour (Boudartchouk, 1999 ; 2004).

2.3. Depuis les années 2000

7Il faut ensuite véritablement attendre les années 2000 pour voir émerger des équipes avec des approches différentes. Ces interventions prennent la forme de programmes de recherche comme celui lancé par Patrick Pion dès 2005 sur les sites fortifiés et les occupations de hauteur en Auvergne de l’âge du Bronze final à la fin de l’âge du Fer (Pion, 2006). Ces travaux d’inventaire et de synthèse sont ensuite complétés par de nouvelles investigations comme à Corent pour l’âge du Bronze, sous la direction de Pierre-Yves Milcent, ce qui constitue alors une réelle nouveauté par l’importance de la surface de fouille notamment (Milcent et al., 2014). D’autres opérations sont également initiées plus au sud comme sur l’éperon du Largier à Lafarre en Haute-Loire sous la direction de Jean-Louis Voruz (Voruz, Treffort, 2014 ; Kurzaj, Voruz, 2018). Des campagnes de sondages sont effectuées sur plusieurs sites comme au Puy Saint-Romain à Saint-Maurice-ès-Allier dans le Puy-de-Dôme (Couderc, 2017), sur le plateau de Chastel-Marlhac dans le Cantal (Auxerre-Géron, Couderc, Delrieu, 2017) ou encore sur les sites de la vallée de l’Alagnon en Haute-Loire et Cantal (Delrieu et al., 2018 ; 2019 ; 2021). Ces travaux ont également été complétés par des interventions ponctuelles effectuées comme sur les plateaux de Polignac en Haute-Loire et de Carlat dans le Cantal (d’Agostino, 2006 ; d’Agostino et al., 2007), dans la ville haute du Puy-en-Velay (Kurzaj,Voruz, 2018) ou encore sur le promontoire de Léotoing en Haute-Loire (Gaime, 2011). Ces nouvelles approches permettent d’étoffer tant qualitativement que quantitativement un corpus auvergnat de sites fortifiés de hauteur qui est actuellement l’un des mieux documenté en France métropolitaine.

8Cette dynamique touche également les sites occupés durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, dans le sillon des premières synthèses fondatrices publiées au début des années 2000 pour le Midi (Schneider, 2004) et des travaux initiés dans l’arc jurassien et le nord de la France (Gandel, 2007 ; Brulet, 2008). De nouvelles recherches ont ainsi été entreprises en 2010, par le biais d’une étude monographique conduite sur le site de La Couronne, à Molles, dans l’Allier, complétée par la reprise de la documentation existante pour l’ancienne cité de Clermont ainsi que par des prospections pédestres qui, pour certaines, ont permis la découverte de sites inédits (Martinez, 2017 ; Martinez et al., 2018 ; Chabert, Martinez, 2017).

3. Sites de hauteur et habitats fortifiés de l’âge du Bronze final III et du premier âge du Fer

3.1. Le corpus des sites

9L’inventaire actuel des sites de hauteur dans les quatre départements auvergnats (Allier, Cantal, Haute-Loire et Puy-de-Dôme) fait état de 47 occurrences (Auxerre-Géron et al., 2021). La majorité d’entre elles n’a révélé qu’une seule occupation attribuable à la séquence chronologique se développant entre le Bronze final III et le début de La Tène ancienne (La Tène A dans son intégralité). Certains sites sont cependant multi-phasés et il est possible de recenser au total 54 occupations différentes recoupant cette séquence chronologique. Ces gisements ont en commun le fait d’être fortifiés naturellement et/ou par l’aménagement volontaire d’un système défensif.

10D’un point de vue qualitatif, il convient en premier lieu de remarquer la grande hétérogénéité de la documentation disponible. Certains sites ont en effet bénéficié de fouilles récentes et les différentes occupations se développant dans leur emprise sont bien décrites et abondamment documentées. C’est le cas sur le plateau de Corent (Puy-de-Dôme ; Milcent et al., 2014), le Suc de Lermu à Charmensac (Cantal ; Delrieu et al., 2018) ou encore du Puy Saint-Romain à Saint-Maurice-ès-Allier (Puy-de-Dôme ; Couderc, 2017). D’autres encore n’ont fait l’objet que de fouilles anciennes pouvant remonter au XIXe siècle. Dans ce cas, les données stratigraphiques sont souvent lacunaires et seul le mobilier alors collecté renseigne la nature et la chronologie des occupations. C’est notamment le cas de plusieurs sites cantaliens comme le Roc de Chastel à Chastel-sur-Murat ou encore du rocher de Châteauneuf à Riom-ès-Montagnes. Dans la majorité des cas, les occupations protohistoriques se développant sur ces sites ne sont attestées que par des ramassages de mobilier de surface, notamment céramique. Les données disponibles ne documentent alors, et dans le meilleur des cas, que l’attribution chronologique de l’occupation concernée comme pour les sites du Puy de Gourdon à Montaigut-le-Blanc (Puy-de-Dôme) ou des Charmilles à Talizat (Cantal).

11D’un point de vue géographique, la distribution des différents sites composant ce corpus présente également une très grande hétérogénéité (Fig. 1). C’est au sud de Clermont-Ferrand, depuis la Limagne des buttes, jusqu’à la région de Massiac dans le Cantal que se localise la très grande majorité des occupations constituant ce corpus. Cet état de fait semble être la résultante de plusieurs éléments combinant à la fois intensité des recherches archéologiques et localisation géographique. En effet, ces secteurs de la Limagne méridionale et des piémonts volcaniques du Sancy et du Cézallier ont cristallisé depuis le XIXe siècle, mais surtout à partir des années 1940 (Fournier, Fournier, 1943) puis des années 1960 dans la région de Massiac (Vinatié, 1995), l’essentiel des investigations archéologiques régionales portant sur ce type d’occupation. Il serait cependant trop réducteur de limiter les causes à ce seul différentiel d’activité archéologique. Il faut également prendre en considération que ces zones de piémonts constituent des confins entre plaine, coteaux et moyenne montagne.

Fig. 1. Localisation des principaux sites protohistoriques mentionnés dans le texte.

12La proximité de ces différents milieux en périphérie immédiate des occupations permet un accès à des ressources très complémentaires d’un point de vue agraire. Cette concentration de sites le long de l’Allier se poursuit, de manière moins intense, vers le sud-ouest, le long de la vallée de l’Alagnon et jusqu’à la région de Murat, au cœur du massif cantalien (Fig. 1). L’articulation géographique de ces différents sites avec des axes de circulation bien attestés à la fois méridiens (vallée de l’Allier) puis vers l’ouest via la vallée de l’Alagnon paraît être très étroite. Au-delà de cette zone principale, deux autres secteurs auvergnats ont livré une certaine concentration de sites fortifiés au Bronze final III ou au premier âge du Fer. Dans les deux cas ces gisements s’agglomèrent le long d’axes fluviaux, qu’il s’agisse de la vallée de la Loire au niveau du bassin du Puy-en-Velay (Haute-Loire) ou de la vallée de la Sumène sur le versant septentrional du massif cantalien. Ces secteurs, à l’instar de l’axe Allier/Alagnon, ont bénéficié d’une longue tradition de recherche archéologique qui a indubitablement permis la détection accrue de ces occupations. Le reste du territoire auvergnat n’a pour l’heure livré que peu d’autres sites si l’on excepte quelques occurrences isolées comme le Rocher de Carlat dans le sud du Cantal ou encore les sites du Bois des Balais à Jenzat (Milcent et al., 2023) et des Charmes à Bègues (Milcent, 2004) dans l’extrême sud du département de l’Allier (Fig. 1).

3.2. Topographie et architecture défensive

13La concentration des sites de hauteur dans certains secteurs géographiques favorise une véritable récurrence dans le choix de leur implantation topographique. En effet, seuls trois types de configuration ont pu être définis sur la base de la documentation actuelle. Il s’agit des plateaux (17 occurrences), des positions sommitales (17 occ.) et des éperons (13 occ.), le plus souvent barrés. Cette répartition correspond pleinement aux observations faites dans d’autres régions voisines pour la même période (Auxerre-Géron et al., 2021). Ainsi pour le Bronze final III et le premier âge du Fer, les populations protohistoriques utilisent le type de relief disponible dans les secteurs où ils souhaitent s’implanter. La véritable surprise réside surtout dans le fait qu’à une écrasante majorité, les sites ont été implantés sur des reliefs d’origine volcanique. Cet état de fait est avant tout imputable à la distribution géographique des sites étudiés à l’échelle régionale qui sont situés dans des régions à substrat volcanique (piémonts orientaux des massifs, bassin du Puy-en-Velay, vallée de la Sumène). La morphologie même des reliefs d’origine volcanique, souvent des coulées basaltiques, offrant naturellement de nombreuses possibilités défensives (présence de falaises souvent périphériques), semble également avoir guidé le choix des populations protohistoriques. Enfin, au-delà même des zones de concentration évoquées précédemment, certains sites isolés privilégient ce type de relief comme à Carlat où une table basaltique a vu se développer une importante occupation au cours du Bronze final IIIb (d’Agostino, 2006).

14Les 13 éperons recensés se localisent principalement dans le département de la Haute-Loire (8 occurrences) et plus particulièrement dans le bassin du Puy-en-Velay comme à Solignac-sur-Loire (sites du Barry et de Serre du Bois) ou encore dans la basse vallée de l’Alagnon pour les sites de Chadecol à Blesle ou du Razé à Grenier-Montgon. Deux sites sont également recensés dans le sud de l’Allier dans le secteur de la confluence entre Sioule et Allier à Jenzat et Bègues. Les surfaces circonscrites par les défenses naturelles sont généralement modestes (3,7 hectares en moyenne), évoluant entre 7,11 hectares pour le site de Chadecol à Blesle à seulement 0,7 hectare à Châteauvieux sur la commune de Monistrol-sur-Loire (Haute-Loire). La majorité de ces éperons est défendue par l’aménagement d’un rempart de barrage dont la longueur varie de 835 mètres à Arlempdes à seulement 112 mètres pour le site du Razé à Grenier-Montgon en Haute-Loire. Les éperons, barrés ou non, semblent correspondre à des occupations peu étendues. Le rempart de barrage du Razé, daté du Bronze final IIIb, à Grenier-Montgon, a été bien documenté par des fouilles récentes (Delrieu et al., 2019). Il est doté d’une architecture très simple combinant un mur en pierre sèche de 2 mètres de large, parementé sur ses deux faces, et un talus continu en plan incliné permettant l’accès à la courtine depuis l’intérieur du site (Dendievel et al., 2020) (Fig. 2).

Fig. 2. Vue zénithale du rempart Bronze final IIIb de l’éperon barré du Razé à Grenier-Montgon (43) en cours de fouille (Cliché B. Houdusse).

15Les 17 plateaux colonisés entre le Bronze final III et le début de La Tène ancienne en Auvergne correspondent exclusivement à des tables basaltiques bordées totalement ou partiellement par des falaises. Ils se concentrent dans leur grande majorité (13 occurrences) sur l’axe Allier/Alagnon. On note la présence de quelques gisements se distribuant en périphérie de cette concentration. Il s’agit par exemple des sites de Chastel-Marlhac (Auxerre-Géron, Couderc, Delrieu, 2017) au Monteil, dans le nord du Cantal, ou du plateau de Polignac en Haute-Loire (Kurzaj, Voruz, 2018). Les surfaces circonscrites à l’intérieur de ces plateaux naturellement bordés de falaises sont très variables (43 hectares en moyenne) avec des extrêmes correspondant au site des Côtes de Clermont dans le Puy-de-Dôme pour le plus vaste avec 119 hectares jusqu’à l’éperon barré du Razé pour le plus modeste avec seulement 0,8 hectare (Fig. 3).

Fig. 3. Vue aérienne de l’éperon barré du Razé à Grenier-Montgon (43) dominant la vallée de l’Alagnon (Cliché B. Houdusse).

16Cette dichotomie très marquée recouvre des réalités chronologiques et statutaires très différentes. L’absence de fouilles extensives sur ces sites (à l’exception notable du plateau de Corent) ne permet pas de caractériser l’extension et la densité réelle de l’habitat dans l’emprise de ces tables basaltiques. Il faut enfin noter que ces plateaux basaltiques naturellement défendus par des séries de falaises périphériques n’ont que rarement révélé la présence de système défensif aménagé, à quelques rares exceptions comme le plateau de Saint-Victor à Massiac (Cantal) au Bronze final IIIb (Delrieu et al., 2021), le Puy Saint-Romain à Saint-Maurice-ès-Allier (Puy-de-Dôme ; Couderc, 2017) ou encore le plateau de Gergovie dans le même département (Deberge, Pertlweiser, 2019). Sur ce dernier site, a été fouillé de 2001 à 2004 un imposant rempart bordant le flanc méridional du plateau et précédé d’une carrière accentuant la puissance de sa verticalité. Attribuable au Hallstatt final, sa structure est caractérisée par la présence d’un mur de pierre sèche de 3 mètres de large structuré par un système de poutrage interne à la fois horizontal et vertical.

17Les sommets ou éminences volcaniques, à l’instar des plateaux, correspondent à une configuration topographique privilégiée en Auvergne pour l’implantation des sites fortifiés protohistoriques comme l’attestent les 17 occurrences aujourd’hui recensées. Ces gisements se localisent essentiellement le long de l’axe Allier/Alagnon (8 sites) mais également dans le centre et l’est de la Haute-Loire (6 sites) et plus sporadiquement le long de la vallée de la Sumène dans le nord du Cantal (3 sites). Il est excessivement difficile d’évaluer réellement l’emprise des occupations protohistoriques colonisant ces éminences qui, par définition, ne possèdent pas de délimitation naturelle sur le flanc de leurs versants. En l’absence de fouilles extensives, rares sont les gisements de ce type à pouvoir être associés à un aménagement défensif. Seul le site du Largier à Lafarre en Haute-Loire semble doté d’un modeste rempart en pierre sèche attribuable au Hallstatt final mais dont la fonction défensive reste encore sujette à débat (Voruz et al., 2016).

3.3. Statut et chronologie des occupations

18Les 54 occupations recensées en Auvergne recoupent de manière plus ou moins significative l’ensemble du champ chronologique se développant entre le Bronze final III et La Tène A. Cependant, force est de constater qu’il existe d’importants contrastes entre les différentes étapes de cette séquence. Sans surprise, les sites auvergnats répondent en très grande partie aux rythmes d’occupation et d’abandon des sites de hauteur observés dans d’autres régions françaises (Delrieu, Furestier, 2018) ou même au niveau national (Milcent et al., 2021). Ces rythmes, récurrents et généralisés, semblent même transcender les grands domaines culturels généralement admis pour la période qu’ils soient continentaux, méditerranéens ou atlantique. Les quatre départements auvergnats se trouvent aux confins de ces grands ensembles, opérant pour la totalité de la séquence chronologique. Il paraît donc, fort logiquement, que les sites auvergnats obéissent aux mêmes dynamiques d’occupation puis d’abandon.

19Le Bronze final III, et notamment IIIb, correspond à une véritable phase d’acmé dans l’occupation des sites de hauteur. Les 31 occurrences ayant livré des éléments de fréquentation, voire d’occupation au cours de cette période, sont recensées en Auvergne. Elles se distribuent en très grande majorité sur l’axe Allier/Alagnon (23 sites) avec une concentration maximale au sud de Clermont-Ferrand, dans un secteur où la densité d’occupations de hauteur contemporaines permet d’envisager un fonctionnement en réseau (Couderc, Milcent, 2018). Quelques sites sont plus excentrés et occupent les marges, que ce soit au sud comme à Carlat (Cantal), à l’est (Le Puy-en-Velay), à l’ouest (Chastel-Marlhac au Monteil ou Le Roc Vignonnet à Antignac) ou encore au nord (Les Charmes à Bègues ou Le bois des Balais à Jenzat dans l’Allier). Ces sites ont rarement fait l’objet d’investigations de terrain permettant de documenter l’organisation interne de l’habitat qui s’y développe. Des niveaux structurés ont pu être observés au Suc de Lermu à Charmensac (Delrieu et al., 2018) où au Puy Saint-Romain à Saint-Maurice-ès-Allier (Couderc, 2017). Des fouilles à venir sur ces deux sites devraient permettre de documenter ces occupations en plan et de manière extensive. Seules les fouilles conduites depuis plusieurs années sur le plateau de Corent ont permis d’appréhender la structuration de l’habitat se développant à l’intérieur du site, démontrant une extension et une densité particulièrement importante (Milcent, Couderc, 2021). Il semble difficile pour l’heure de déterminer si la réalité d’un habitat étendu et dense, tel qu’observé à Corent pour le Bronze final IIIb peut être calquée aux autres sites contemporains de la région. Plusieurs de ces sites ont également révélé des objets du quotidien attestant un réel tropisme méridional, notamment le long de l’axe Allier/Alagnon. Ainsi, des tessons présentant des pictogrammes zoomorphes ont pu être mis en évidence sur le plateau de Corent et au Suc de Lermu (Milcent, 2004). Cette observation n’est pas une surprise si l’on considère la proximité immédiate de ces sites avec l’axe méridien traversant le Massif central depuis la Méditerranée et qui semble avoir fonctionné de manière soutenue depuis le début de l’âge du Bronze (Dedet et al., à paraître).

20Au Hallstatt ancien, l’immense majorité des occupations décrites précédemment est abandonnée. Seuls trois sites ont livré des éléments attestant au moins une fréquentation à cette période. Ces stigmates sont cependant très ténus et ne correspondent qu’à quelques ramassages de surface ou à des fouilles anciennes avec une documentation peu fiable. Cet abandon quasiment généralisé des sites de hauteur entre le Bronze final IIIb et le Hallstatt ancien correspond à une réalité pleinement observée dans toutes les régions françaises ayant fait l’objet de recensements précis et récents (Delrieu, San Juan, 2011).

21Il faut véritablement attendre le Hallstatt moyen pour voir se développer à nouveau, modestement, des habitats fortifiés naturellement ou par la main de l’homme avec six occurrences recensées dont cinq le long de l’axe Allier/Alagnon et une en Haute-Loire, sur le Rocher de Fauré à Arsac-en-Velay (Kurzaj, Voruz, 2018). Seul le site de Corent a livré des éléments pouvant correspondre à la structuration d’un habitat groupé se développant au centre du plateau, sans pour autant en occuper la totalité (Milcent et al., 2014). Dans ce cas précis, la fonction défensive de la table basaltique mérite d’être interrogée. L’organisation même de cette occupation au centre du plateau laisse entrevoir d’autres fonctions au reste de sa surface. Cette dernière pourrait être dédiée à des activités agraires se développant en périphérie immédiate de l’habitat groupé.

22La dynamique de réoccupation ou de fondation des sites fortifiés s’affermit au cours du Hallstatt final en Auvergne avec neuf sites différents qui semblent avoir été occupés ou fréquentés. Parmi ceux-ci, seuls les sommets du Largier à Lafarre et du Puy Saint-Romain à Saint-Maurice-ès-Allier ont fait l’objet d’investigations récentes. Ces opérations n’ont cependant pas permis de documenter plus avant la structure de l’habitat, laissant ainsi sans réponse la question du statut de ce dernier. Il faut cependant remarquer que l’Auvergne semble impactée, probablement modestement, par les échanges méditerranéens qui se développent dès cette période en irrigant principalement la vallée du Rhône. En effet, plusieurs tessons de céramique grecque attique ont été mis au jour sur des sites éloignés comme Bègues dans l’Allier (Milcent, 2004) et la ville haute du Puy-en-Velay en Haute-Loire (Kurzaj, Voruz, 2018).

23Le début de La Tène ancienne marque à l’évidence une nouvelle déprise dans l’occupation des sites de hauteur. Aucun gisement n’est actuellement recensé pour cette période dans le val d’Allier, ce qui semble inédit pour la séquence chronologique traitée. Les quatre occurrences recensées se localisent toutes dans le département du Cantal, que ce soit à proximité des vallées de la Sumène (Chastel-Marlhac au Monteil, le Roc Vignonnet à Antignac et Châteauneuf à Riom-ès-Montagnes) ou de la Sianne (Suc de Lermu à Charmensac). Ces différentes occupations ne sont généralement pas précédées par des habitats immédiatement antérieurs. Elles sont par contre systématiquement abandonnées à l’issue de cette étape chronologique (aux prémices du IVe siècle av. J.-C.). Il est parfaitement envisageable que ces sites méridionaux subsistent encore à cette période grâce au maintien, modeste et sporadique, des échanges méditerranéens qui cesseront par la suite. Cette hypothèse semble accréditée par la découverte récente de plusieurs dizaines de tessons de céramique à pâte claire peinte sur le site du Suc de Lermu à Charmensac (Delrieu et al., 2018) (Fig. 4), combinant des décors propres aux productions tardives de céramiques grises monochromes et à pâtes claires peintes. Ces éléments sont en de nombreux points comparables aux productions gardoises des vallées de la Cèze et de la Tave (Goury, 1995). Cette proximité stylistique et typologique permet d’attester la tenue d’échanges entre ces deux secteurs, que ce soit sous la forme de biens importés ou d’imitations locales de ces productions méditerranéennes.

Fig. 4. Assemblage de céramiques claires ondées (CL-ONDEE) et peintes à pâte claire (CL-PEINTE) du Ve siècle av. J.-C., issue des fouilles conduites en 2016 sur le site du suc de Lermu à Charmensac (15) (d’après Delrieu et al. 2018, dessin et DAO C. Moulin).

4. Castra, castella et autres sites fortifiés de hauteur de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge

4.1. Les textes

24Avant les travaux de Gabriel Fournier, les sites fortifiés et potentiellement perchés de l’ancienne cité de Clermont étaient essentiellement connus par les sources textuelles (Fig. 5). De ce point de vue, l’Auvergne bénéficie d’un certain nombre d’occurrences provenant de la plume d’auteurs contemporains de ces sites, en particulier Sidoine Apollinaire et Grégoire de Tours, qui illustrent la vitalité d’un phénomène que l’historiographie a pourtant longtemps négligé (Schneider, 2004).

Fig. 5. Localisation des principaux sites de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge mentionnés dans le texte.

25Les quelques castella arvernes qui apparaissent dans les sources sont cependant rarement décrits ; au mieux sont-ils signalés au détour de récits d’évènements, voire de descriptions de paysages. C’est le cas au sein des Correspondances de Sidoine Apollinaire, évoquant les saxosa castellis dominant les premières hauteurs de la plaine de la Limagne, entourés de vignes et de pâturages (Epistulae, V, 21). On comprend ainsi qu’il s’agit d’une composante à part entière du territoire de la cité, marquant un processus d’occupation des points hauts déjà bien abouti vers le milieu du Ve siècle. Dans l’une de ses missives, l’auteur précise que ces « châteaux des montagnes » (castella montana) étaient nombreux et que, du reste, ils pouvaient servir de lieu de séjour, voire très certainement d’étape sur des itinéraires routiers (Epistulae, V, 14).

26La mention la plus explicite émane de Grégoire de Tours, insérée dans son récit de la campagne de Thierry en Auvergne au début du VIe siècle. Plusieurs fortifications sont mentionnées, mais l’auteur s’attarde durant quelques lignes sur l’une des places fortes arvernes traditionnellement associée à Chastel-Marlhac, en Haute-Auvergne ; identification qui demeure toutefois incertaine (Fig. 5). L’évêque de la cité de Tours décrit un castrum naturellement fortifié par ses pentes abruptes, installé sur un plateau abritant des sources ainsi qu’un étang (Libri Historiarum Decem, III, 13). Il suggère toutefois l’existence d’un mur d’enceinte enserrant une superficie suffisamment vaste pour y accueillir des zones de cultures (qui n’étaient peut-être que des vergers modestes). Il évoque par ailleurs l’existence du castrum Thigernum (probablement Thiers ; Liber in gloria Martyrum, p. 524) et du Lovolotrense castrum (probablement Vollore ; Libri Historiarum Decem, III, 13, p. 110) et y signale des murailles ainsi qu’une église.

27Ainsi, à défaut de permettre concrètement d’approcher la réalité de ces ensembles fortifiés, ces occurrences permettent, à tout le moins, de compléter la cartographie des sites d’habitats groupés des Ve-VIe siècles, mais aussi d’en approcher l’importance stratégique et politique à l’échelle du territoire (Martinez, 2020).

4.2. Le peuplement de l’ancienne cité de Clermont

28Le territoire de l’ancienne cité de Clermont, qui est l’un des plus vastes de Gaule centrale, fait l’objet d’une attention nouvelle depuis quelques années, dans le sillon des travaux de G. Fournier, par le biais d’enquêtes régionales portant sur les réseaux de peuplement ainsi que sur les échanges commerciaux et culturels (Bayard, 2016 ; Chabert, 2019 ; Martinez, 2017). L’organisation du territoire à partir de l’Antiquité tardive semble assez peu déroger au maillage existant au cours du Haut-Empire, sans qu’il soit toutefois possible de concrètement mesurer la persistance de certaines agglomérations ou domaines fonciers, en raison d’une documentation archéologique sinon inexistante, du moins lacunaire (Martinez, 2020).

29Les principaux foyers de peuplement se situent toujours en plaine et dans les zones de faible relief, dans l’assiette d’occupations antérieures. Ce constat est essentiellement accessible par le biais des mobiliers – en particulier la céramique – récoltés lors des fouilles de villae ou dans le cadre d’intervention au sein de villages actuels, mais il ne permet guère d’aller plus loin. Dans un cas comme dans l’autre, on peine encore à saisir les rythmes d’occupation et les transformations opérées au cours de l’Antiquité tardive. En outre, la carte des peuplements compose dorénavant avec une nouvelle forme d’habitat groupé investissant les hauteurs, ou du moins les piémonts des montagnes périphériques au territoire de la cité – à l’est et à l’ouest du val d’Allier ainsi qu’en Haute-Auvergne, le long des vallées. Ce type d’occupation fait l’objet de recherches spécifiques depuis 2011 (Martinez, 2017 ; Chabert, Martinez, 2017), dans la dynamique des travaux conduits dans le Midi et dans l’est de la France. Cette réévaluation, basée sur une reprise de la documentation ancienne et sur des prospections de terrain, est également appuyée par une enquête monographique réalisée dans le cadre d’une fouille programmée entreprise sur le site de La Couronne, à Molles, près de Vichy (Allier ; Martinez et al., 2018).

4.3. Les fouilles du site de La Couronne (Molles, Allier)

30L’objectif des investigations de terrain en cours sur le site de La Couronne est de scruter l’évolution d’un de ces sites de hauteur entre Antiquité tardive et haut Moyen Âge (Ve-XIe siècles) par une recherche archéologique programmée. L’intérêt d’une telle étude est de comprendre l’insertion du site perché au sein d’un micro-territoire, en l’occurrence celui de l’arrière-pays de Vichy (la Montagne bourbonnaise ; Fig. 5), occupant la périphérie nord-est de l’ancienne cité de Clermont et, pour le Ve siècle, l’extrémité nord-est de la province romaine d’Aquitaine Première.

31L’établissement fortifié est érigé sur une crête rocheuse dominant la confluence de deux vallées encaissées. Il est situé à environ 5 km à l’est du bassin de Vichy-Cusset, où se développe la petite agglomération d’Aquae Calidae connue par la Table de Peutinger (Fig. 6 ; Martinez, 2021). Le site est donc loin d’être isolé et, par conséquent, en connexion directe avec un foyer de peuplement de plaine hérité du Haut-Empire, par l’intermédiaire d’un axe de circulation empruntant la vallée du Jolan. Celui-ci reliait potentiellement Vichy à la cité voisine des Ségusiaves, intégrée au royaume Burgonde à partir de la seconde moitié du Ve siècle.

Fig. 6. Localisation du site de « La Couronne », à Molles et de l’oppidum de « Viermeux » à Cusset.

32Du point de vue des dynamiques d’occupation des hauteurs entre les âges des Métaux et le Moyen Âge, on signalera l’existence d’un oppidum sur un plateau situé en vis-à-vis du site de La Couronne, au lieu-dit « Viermeux », appréhendé au travers de l’une de ses portions de remparts (Lallemand, 2004). Contrairement aux cas relativement fréquents de réinvestissement de sites perchés antérieurs à la conquête romaine, on notera ici que le choix d’implantation de la fortification du Ve siècle de notre ère a porté sur une hauteur distincte de celle de l’occupation de la Protohistoire, mais, pour autant, dans un même secteur géographique. Ce constat dénote des préoccupations communes à ces deux périodes : d’une part verrouiller la vallée et ainsi contrôler un axe de circulation ; d’autre part s’assurer un accès aisé et rapide à la plaine et, a fortiori ici, à la rivière Allier. On signalera, en outre, qu’une fréquentation du site de La Couronne au cours du premier âge du Fer est attestée par la découverte de dix fragments d’une coupe/jatte modelée à bord rentrant dans un niveau de colluvionnement antérieur aux premiers horizons stratigraphiques de l’Antiquité tardive. Néanmoins, ces quelques éléments isolés ne semblent pas caractériser un investissement concret du site au cours du Hallstatt, mais ils trahissent peut-être l’existence d’une occupation sur les hauteurs voisines de « Viermeux », potentiellement pérennisée à la période laténienne par l’oppidum évoqué précédemment.

4.4. Les sites de hauteur tardo-antiques repérés en prospections pédestres

33Le corpus de sites de hauteur de l’Antiquité tardive et haut Moyen Âge de l’ancienne cité arverne comprend une vingtaine d’occurrences (Fig. 5). Un certain nombre a été appréhendé grâce à des sondages, voire des fouilles, tels que ceux de Chastel-sur-Murat (Boudartchouk,1999), de Saint-Victor à Massiac (Tixier, Liabeuf, 1984), du Suc de Lermu à Charmensac (Delrieu et al., 2018), dans le Cantal, ou encore de Vichel (Fizellier-Sauget, 1995) et de Tourzel-Ronzières dans le Puy-de-Dôme (Fournier, 1999). La plupart d’entre eux sont toutefois connus au travers de mentions anciennes de découvertes de sépultures et/ou de mobiliers céramiques collectés lors de prospections à vue réalisées sur leurs plateformes sommitales ou sur leurs pentes (Saint-Floret – « Le Chastel », Olloix – « Liozon », Saint-Maurice-ès-Allier – « le Puy Saint-Romain », Busséol – « le Puy Saint-André », Salzuit – « Montgebrout »). Ces prospections, un peu plus aisées pour les occupations localisées sur les grands plateaux ouverts de Haute-Auvergne ou sur les premiers reliefs de la Chaîne des Puys et du Sancy, sont sensiblement plus contraintes sur les versants orientaux de l’Auvergne – les piémonts des Monts de la Madeleine et du Livradois-Forez – où le couvert forestier est omniprésent. Dans ces cas de figure, la connaissance du territoire et des principales caractéristiques topographiques qui président à l’implantation de ces sites au cours de l’Antiquité tardive peut s’avérer déterminante.

34Du point de vue de la répartition des peuplements, la proximité d’une agglomération héritée Haut-Empire, ou tout du moins d’un foyer de peuplement de plaine, est un critère qu’il est nécessaire de prendre en compte. Du point de vue topographique, il convient de scruter précisément le faciès des vallées, en particulier les premiers kilomètres faisant suite à l’apparition des premiers reliefs. Les sites de confluence ou de méandre semblent à ce titre de bons candidats, permettant de cibler de premières zones de prospection.

35Cette méthode d’approche ciblée a été expérimentée à l’extrémité nord du massif du Livradois-Forez. Elle a permis la reconnaissance de deux sites inédits et anonymes, dont les vestiges semblent à première vue dans un très bon état de conservation (Martinez, 2017, vol.3, notice n° 72). Le premier a été repéré en surplomb de la vallée de la Credogne, à l’extrémité sud de la commune de Châteldon (Puy-de-Dôme), à une vingtaine de kilomètres à vol d’oiseau au sud du site de La Couronne. Il se situe à environ 5 km à l’ouest de la commune actuelle de Puy-Guillaume, qui elle-même jouxte le village de Limons, installé sur la rive gauche de l’Allier, où a notamment été découvert au milieu du XIXe siècle le célèbre « disque mérovingien », ainsi que du numéraire de cette période (Périn, 2002). L’occupation du haut Moyen Âge se développe sur un mamelon rocheux dominant un méandre de la rivière (Fig. 7).

Fig. 7. Localisation du mur d’enceinte du site de « Tavagnat », à Châteldon (données Lidar : GRAIG ; DAO D. Martinez).

36Elle se répartit sur le point sommital ainsi que sur deux terrasses étagées sur tout le pourtour du site. Les prospections pédestres ont permis de reconnaître différentes maçonneries, dont une caractérisant une possible enceinte basse et d’autres trahissant l’existence de murs de terrasses et de bâtiments. Malgré le couvert végétal, de la céramique des Ve-VIIe siècles (une trentaine de tessons), des fragments de tegulae ainsi qu’un morceau de sarcophage ont pu être découverts à la faveur de chablis provoqués par des arbres déracinés. L’approche de ce site a été complétée par un relevé Lidar, qui met clairement en évidence l’existence du mur d’enceinte et, en partie sommitale, d’un bombement qui pourrait signaler la présence d’une motte tardive (qui se distingue d’ailleurs très bien sur le terrain).

37Le second site reconnu se situe à une dizaine de kilomètres à vol d’oiseau au sud du précédent et surplombe la vallée de la Durolle (Martinez et al. 2022). En outre, il se situe directement en vis-à-vis de l’actuelle ville haute de Thiers, localité associée au castrum Thigernum mentionné par Grégoire de Tours (Fig. 8). Il occupe l’extrémité d’un éperon rocheux dominant un méandre accentué de la Durolle. Seule une portion d’un mur d’enceinte potentiel, barrant le versant septentrional, est encore visible sur le terrain au travers de la topographie et de la végétation. Il s’agit d’un mur épais et intégralement maçonné, conservé par endroit sur une hauteur avoisinant 1,5 m. Les prospections pédestres réalisées ont permis de collecter quelques tessons de céramique dans des secteurs où la maçonnerie était pour partie détruite. Il s’agit là aussi d’un site stratégique au vu de sa localisation en surplomb de la vallée de la Durolle, constituant l’un des points de passage obligés entre les reliefs des Bois Noirs au nord et les hauteurs du Forez au sud.

Fig. 8. Vue et localisation du mur d’enceinte du site des « Millières », à Thiers (données Lidar CRAIG ; DAO D. Martinez).

38Ces premiers exemples de prospections, qui appellent à l’avenir la réalisation d’un programme de recherche à part entière, s’appuient ainsi sur une relative homogénéité dans le choix d’implantation des sites. Il ressort de celui-ci une constante topographique privilégiant les zones de transition entre plaine et arrière-pays vallonné, voire montagneux, à proximité toutefois des principaux axes de circulation assurant une connexion directe avec les petites agglomérations de plaine.

4.5. Diversité des formes et modes de fortification

39L’analyse du corpus de sites de hauteurs tardo-antiques de l’ancienne cité de Clermont fait apparaître une diversité sensible dans les superficies occupées. À des sites de petites dimensions, tels que ceux de La Couronne (0,6 ha environ), Châteldon (0,5 ha environ) ou Thiers (0,3 ha environ), s’opposent des occupations installées sur des vastes plateaux, à l’instar de celles de Saint-Victor à Massiac (2 ha), Chastel-sur-Murat (2,4 ha) ou Ronzières (3 ha). Cette apparente opposition semble avant tout relever d’opportunités géographiques. En effet, les établissements de petites dimensions se situent dans le nord-est du territoire, dans les contreforts de la Montagne Bourbonnaise, des Monts de la Madeleine et du Livradois-Forez, où l’on retrouve peu de grandes étendues, contrairement aux premiers reliefs occidentaux de Basse et Haute-Auvergne, où se développent de vastes tables basaltiques. Ce constat mérite toutefois d’être nuancé, dans la mesure où les occupations tardo-antiques mises au jour sur les grands plateaux sont rarement circonscrites en totalité. Celles-ci peuvent tout à fait être restreintes à quelques milliers de mètres carrés, comme cela semble être le cas notamment sur le plateau Saint-Victor, à Massiac, où l’espace concrètement bâti est de l’ordre de 5 000 m2, à proximité de l’enceinte barrant l’éperon. Il n’en demeure pas moins que le reste de la surface tabulaire, sur laquelle s’implantent ces sites, a pu être mis à profit dans le cadre d’activités agro-pastorales, ce que l’archéologie a encore toutefois du mal à mettre en évidence, les recherches portant encore assez rarement sur les terrains situés extra muros.

40En termes d’équipement défensif, ces établissements sont caractérisés par un dispositif de rempart, complétant la protection naturelle offerte par le perchement au sommet de falaises plus ou moins abruptes. Deux principaux types de mise en œuvre sont rencontrés, lesquels sont d’ailleurs tributaires du type de relief occupé. En effet, les sites installés sur de vastes plateformes sommitales, à l’instar de Saint-Victor de Massiac ou de Ronzières, adoptent un système de fossé(s) précédant une levée de terre barrant l’un des côtés du site fortifié, renouant ainsi avec la tradition des fortifications de hauteur protohistoriques. D’ailleurs, la réutilisation de remparts érigés au cours des âges des Métaux est un cas de figure avéré sur plusieurs sites. C’est le cas notamment à Larina (Hières-sur-Amby, Isère), où l’enceinte de l’âge du Bronze est reprise au cours de la deuxième phase mérovingienne de l’occupation du site (Porte, 2011) et, plus localement, dans le Cantal, au Suc de Lermu à Charmensac (Delrieu et al., 2018), où l’enceinte en pierre sèche de l’Antiquité tardive reprend le dispositif de fortification du Bronze final III. À Massiac, les fouilles ont démontré que le rempart était constitué d’une levée de terre surmontée d’une palissade en bois précédée par deux fossés successifs, mais celui-ci est clairement dissocié de l’enceinte du Bronze final III repérée à une centaine de mètres à l’est (Tixier, Liabeuf, 1984, p. 224-226).

41En revanche, les établissements construits sur des éperons étroits, tels qu’à La Couronne à Molles, à Thiers ou à Châteldon, ont recours à des murs d’enceinte intégralement maçonnés. Sur le premier site, la défense est renforcée au VIe siècle par la construction d’une tour à l’angle sud-ouest de la fortification.

5. L’impact des activités humaines sur l’évolution des paysages

5.1. La genèse de la recherche

42La reconstitution des paysages et de leurs évolutions en lien avec les sites archéologiques des âges des Métaux et du haut Moyen Âge cités dans cet article peut être appréciée grâce à la présence de multiples zones humides (lac, marais, tourbières). Ces milieux saturés en eau (conditions anoxiques) permettent la préservation des restes biologiques (pollen, macrorestes botaniques, insectes, etc.) qui s’y accumulent et forment ainsi des archives naturelles sous la forme de dépôts lacustres et de tourbe (Cubizolle, 2019).

43Dans la région considérée (Fig. 9), les recherches sur les paléoenvironnements ont été menées au cours de trois phases principales. (1) D’abord par le biais des travaux pionniers de G. et C. Dubois et de G. Lemée qui s’intéressaient à l’évolution des végétations au Tardiglaciaire et au Post-Glaciaire du Cantal grâce à l’étude du pollen conservé dans la tourbe (par ex. : Dubois, 1948 ; Lemée, 1956). (2) Puis, dans les années 1980-1990, les chercheurs du laboratoire de botanique historique de Marseille comme J.-L. de Beaulieu et M. Reille ont effectué des carottages dans de nombreux sites, datés de façon absolue à l’aide du carbone 14, pour reconstituer dans les grandes lignes les changements des écosystèmes et des milieux forestiers depuis le Tardiglaciaire, mais aussi les impacts des hommes (Beaulieu et al., 1982 ; Reille et al., 1985 ; Ponel et al., 1991). Quelques autres études ont également été menées sur le plateau de l’Artense et la vallée de la Dordogne, par exemple au lac de Madic (Vergne, 1989). (3) À partir des années 2000, les recherches se sont focalisées sur les traces des activités humaines, notamment à l’aide d’études multi-indicateurs intégrant la palynologie, la géochimie, l’étude des macrorestes ou des diatomées. Ces recherches ont été principalement dirigées par Y. Miras dans les Monts du Cantal ou par H. Cubizolle dans l’Est du Massif Central (Miras et al., 2003 ; Argant, Cubizolle, 2005 ; Miras, Guenet, 2013 ; Cubizolle et al., 2014).

Fig. 9. Emplacement des tourbières, lacs et paléochenaux investigués pour obtenir des données paléoenvironnementales par rapport aux principaux sites archéologiques mentionnés dans le texte. 1) Madic, 2) Chastel-Marlhac, 3) Lac du Mont de Bélier, 4) Roussy, 5) La Borie, 6) Le Jolan, 7) Brougeroux, 8) Lac Lapsou, 9) Le Frau, 10) Lac d’En Bas, 11) Sources de la Sianne, 12) Sagne Gousseau, 13) Lac de Saillant, 14) Chazeloux, 15) Lac Long, 16) l’Etui, 17) Camp des Romains.

5.2. Évolution du paysage de la Protohistoire au Moyen Âge d’après les données publiées (transect ouest-est)

44Dans l’ouest de notre zone d’étude, à proximité du site de Chastel-Marlhac, différentes séquences paléoenvironnementales ont été étudiées (Fig. 9 : 1 à 3). La séquence du lac de Madic présente de façon détaillée la fin du Tardiglaciaire, mais la compression de sa partie supérieure ne donne qu’un aperçu limité de l’histoire récente de la végétation (Vergne, 2009). Au Lac du Mont de Bélier (10 km à l’est de Chastel-Marlhac), la séquence est plus dilatée avec une très bonne résolution (Beaulieu et al., 1982). L’établissement du hêtre (Fagus sylvatica) et du sapin (Abies alba) est daté vers 4 700 ans av. J.-C. environ. Concernant l’anthropisation, une première chute des fréquences de pollen de hêtre est observable entre 190 et 160 cm profondeur, accompagnée de l’apparition de plantain (Plantago) et d’oseille (Rumex) qui sont des taxons anthropiques régionaux (Fig. 10-A). Cette phase de défrichage et d’anthropisation peut être estimée entre 900 et 400 av. J.-C. d’après les datations, soit entre le Bronze final IIIb et la fin du premier âge du Fer. Cette chronologie fait écho aux tessons de céramique retrouvés au nord-ouest du site (coupes tronconiques à rebord oblique : Milcent, 2004, p. 33) et témoigne de l’importance de l’emprise humaine sur le paysage dès cette époque. L’augmentation de la pression anthropique semble se poursuivre durant le second âge du Fer et l’Antiquité comme le montrent la régression du sapin et la croissance des poacées jusqu’à 20 % de la somme pollinique environ (Fig. 10-A). Ces données sont en accord avec la mise au jour de deux niveaux d’occupation laténiens associés à de possibles traces d’incendies sur le plateau de Chastel-Marlhac à la même période (Auxerre-Géron, 2019). Les Ve-VIIe siècles voient une baisse marquée des indices d’anthropisation et une régénération claire du couvert forestier. Ce n’est qu’aux XIe-XIIe siècles que les courbes de poacées et de céréales ré-augmentent, suivies par le châtaignier (Castanea sativa) au XIVe siècle, signalant une agriculture et une fruiticulture dynamique au Moyen Âge (Beaulieu et al., 1982).

Fig. 10. Comparaison de quelques courbes polliniques issues des diagrammes (A) du Lac du Mont de Bélier (Beaulieu et al., 1982), (B) du Jolan (Beaulieu et al., 1982), (C) du Lac d’En Bas (Reille et al., 1985), (D) de la tourbière de l’Etui (Cubizolle et al., 2014).

45Plus au sud-est, une première étude pollinique a été menée dans les années 1950 sur la tourbière de Brugeroux (Fig. 9 : 7), à moins de 2 km du site de Chastel-sur-Murat (Lemée, 1956). Malgré l’absence de datations 14C, les successions de pollen d’arbres révèlent une biostratigraphie allant a minima du début de l’Holocène au Subboréal, chronozone caractérisée par des forêts de sapins et hêtres. La partie supérieure très compactée ou endommagée ne permet pas de décrire l’évolution des végétations durant la Protohistoire et l’Antiquité. De nouvelles études réalisées sur ce site dans les années 1980 ont démontré une troncature du sommet, sans doute liée à l’exploitation du site pour le tourbage (Beaulieu et al., 1982). Pour cette raison, nous ferons plutôt appel aux données polliniques issues du lac-tourbière du Jolan (commune de Ségur-les-villas), situé à 9 km au nord de Chastel-sur-Murat, et dont la séquence Jolan2 est plus détaillée (Fig. 9 : 6 ; Fig. 10-B). Elle montre un défrichement de la sapinière au profit des espaces ouverts dès 155 cm de profondeur (Beaulieu et al., 1982), soit au VIe siècle av. J.-C. après calibration des dates 14C, à la fin du premier âge du Fer (Hallstatt final). Cet épisode ne reflète néanmoins qu’une partie de la séquence d’occupation de Chastel-sur-Murat comprenant le Néolithique moyen Chasséen (de Goër de Herve et al., 2002), l’âge du Bronze moyen (Vital, 2004), la fin du premier âge du Fer et La Tène finale (Auxerre-Géron, 2019). D’autres travaux présentent des impacts anthropiques majeurs à Roussy, Saint-Projet-de-Salers (Fig. 9 : 4) et à La Borie, Saint-Saturnin (Fig. 9 : 5), mais les séquences protohistoriques sont souvent très compactées, voire manquantes en raison de hiatus (Miras et al., 2003 ; Miras, Guenet, 2013). Au Jolan, vers 110 cm de profondeur, les courbes continues de pollen de céréales et de plantain démarrent suite à une phase de défrichement plus tardive situable au début du Ve siècle ap. J.-C. L’apparition de pollen d’Éricacées, dont la callune (Calluna), et de châtaignier vers 70 cm (env. du XIe siècle) montre une pression croissante sur le plateau depuis le début du haut Moyen Âge. Une autre séquence, celle du vallon du Frau situé 6 km au nord-est (Fig. 9 : 9), signale également une tendance à l’augmentation de l’impact anthropique malgré la forte compaction des sédiments entre la Protohistoire et l’Antiquité tardive (Fassion et al., 2015). Dans l’état actuel des connaissances, ces informations paléoenvironnementales permettent de compléter la rareté des informations archéologiques de ce secteur pour ces périodes.

46En poursuivant vers l’est, plusieurs sites s’égrènent le long de la vallée de l’Alagnon et de ses affluents (Fig. 9 : 10 à 15). Ce versant présente une pluviométrie plus faible qu’à l’ouest ( < 800 mm / an) et dispose donc de zones humides moins nombreuses. Les plus connues se situent dans les Monts du Cézallier, au niveau de la Réserve Naturelle des Sagnes de la Godivelle, comme le Lac d’En Bas (Fig. 10-C). Cette dernière séquence montre deux phases associant défrichage et anthropisation vers (1) 340-290 cm, et (2) 240-200 cm. Les datations faites sur cette séquence sont rejetées par les auteurs car elles semblent trop vieilles (Reille et al., 1985). Néanmoins, la similarité des successions des végétations avec celle du Jolan pourrait plaider pour le rattachement de ces phases (1) à l’âge du Fer, (2) à l’Antiquité tardive et au début du Moyen Âge. L’arrivée du pollen de châtaignier entre 180 cm et 140 cm, dont l’expansion régionale remonte aux XIIe-XIIIe siècles (Miras et al., 2013), semble cohérente avec cette interprétation. Les séquences de Chazaloux et du Lac de Saillant (Fig. 9 : 13-14) sont très compactées et difficiles à interpréter concernant les périodes qui nous intéressent (Reille et al., 1985).

47Enfin, au nord-est, les séquences paléoenvironnementales publiées sont assez éloignées du site de La Couronne à Molles. La tourbière de l’Étui, dans les Bois Noirs, est située à 32 km au sud-est de Molles (Fig. 9 : 16). Malgré quelques hiatus, elle fournit des informations précieuses sur l’anthropisation régionale avec des actions de déboisement entreprises dès le Néolithique moyen et final, puis au Bronze ancien (Cubizolle et al., 2014). Au cours de l’âge du Fer, une importante déforestation a lieu aux dépens de la hêtraie. Les taxons anthropogènes (Plantago, Rumex, céréales) accompagnent la forte croissance des taux de callune (Calluna) et de myrtilles (Vaccinium) qui envahissent la tourbière. Une augmentation graduelle de la pression anthropique se fait sentir à partir du début du haut Moyen Âge (Ve-VIIe siècles) avec une plus forte fréquence des Poacées et des céréales signalant la récurrence des espaces ouverts et cultivés (Fig. 10-D). Un ancien méandre de l’Allier a également été étudié à environ 35 km au nord du site de la Couronne. Il offre une reconstruction fine de l’évolution des activités humaines dans le Val d’Allier de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge (Ejarque et al., 2015). Les Ve-VIIe siècles présentent une activité pastorale croissante mais modérée, attestée par des spores de champignons coprophiles sur la zone humide (Cercophora). Les défrichements sont assez limités et ne semblent pas porter atteinte aux boisements des forêts alluviales à cette période où la disparition de l’aulne (Alnus) est plutôt liée aux changements de conditions du milieu (déconnexion avec la dynamique fluviale et la nappe), entraînant son remplacement par une saulaie-peupleraie (Salicionalbae). L’anthropisation s’accentue très fortement sur ces deux sites du XIe au XVIIe siècle avec l’augmentation de tous les indices polliniques d’anthropisation et des pratiques pastorales.

5.3. De nouvelles recherches d’archives sédimentaires in situ (2017-2020)

48Les séquences paléoenvironnementales ci-avant nous renseignent sur l’évolution régionale des paysages. Néanmoins, ces archives naturelles sont parfois situées loin des sites archéologiques et ne permettent en conséquence que rarement de caractériser précisément les activités humaines locales et la pression anthropique exercée sur les écosystèmes à l’échelle locale. Dans ce contexte, plusieurs zones humides situées au cœur de sites archéologiques ont été carottées entre 2017 et 2020, afin de disposer d’une documentation adaptée aux problématiques archéologiques. Nous présenterons ci-après la chronologie d’accumulation des sédiments sur différents sites en cours d’étude, ainsi que les premières analyses du taux d’aimantation des sédiments – appelé susceptibilité magnétique volumique (SM) et mesurée à l’aide d’un appareil Bartington MS2E à une résolution de 1 cm – qui permet de retranscrire l’érosion des bassins-versants (voir par exemple Arnaud et al., 2005). Ces résultats sont préliminaires et susceptibles d’être complétés ou modifiés dans les prochaines années.

5.3.1. Le marais de Chastel-Marlhac

49Le plateau de Chastel-Marlhac est une table basaltique d’environ 800 m de diamètre, dont le cœur est occupé par une dépression topographique. La présence de tourbe est mentionnée sur la carte géologique (Brousse et al., 1972), une zone humide située à l’extrémité nord-est du plateau a été carottée en 2019. Le site carotté fonctionne actuellement comme un marais, inondé temporairement de l’automne au printemps.

50Le site présente plus de 5 m de sédimentation (fond non atteint). La base de la stratigraphie est formée de sédiments organo-minéraux déposés au sein d’un ancien lac (Fig. 11-A). D’après les datations obtenues sur sédiment brut, qui sont néanmoins probablement vieillies par la présence de carbone d’origine aquatique, cette partie de la sédimentation correspondrait à un fonctionnement lacustre depuis au moins 14 000 av. J.-C. (398 cm) ayant perduré jusque vers 8500-6800 av. J.-C. (198 cm). Les valeurs de susceptibilité magnétique (k), nulles à faiblement positives, évoquent des taux de matière organique modérés ainsi qu’une érosion réduite mais certaine sur le plateau de Chastel-Marlhac.

51Une rupture franche de la sédimentation intervient à 165 cm avec la mise en place d’argiles organiques noirâtres (comblement du lac ?). Cette séquence est riche en sables, mais aussi en charbons notamment entre 113 et 80 cm de profondeur. Les valeurs de k augmentent tout au long de cette phase jusqu’à un maximum de 92 x 10-6 CGS traduisant une érosion croissante des versants entre 143 et 57 cm. Une datation réalisée au niveau de la couche riche en charbons a livré un âge de 1615-1448 av. J.-C., ancrant cette séquence d’anthropisation avec défrichage et érosion dans la Protohistoire (âge du Bronze ancien / moyen).

Fig. 11. Comparaison des logs sédimentaires, enregistrements magnétiques et modèles d’âges obtenus pour les séquences de Chastel-Marlhac et du Lac Long. Pour le Lac Long, la version publiée ici présente les derniers résultats de datations et interprétations.

5.3.2. La tourbière du Lac Long à Espalem

52Le plateau basaltique de la Pénide (Espalem, Haute-Loire) présente différents « lacs » correspondant à des zones humides établies dans des cuvettes topographiques. L’origine de ces dépressions circulaires n’est pas clairement identifiée à ce jour. Ce plateau présente la particularité d’accueillir une occupation archéologique multi-phasée avec un habitat du Néolithique moyen (4900-3500 av. J.-C.), au Bronze final IIIb (900-800 av. J.-C.) sur l’éperon du Razé, une nécropole tumulaire établie entre l’âge du Bronze moyen et l’âge du Bronze final I (Dendievel et al., 2020).

53Le carottage réalisé sur le site du Lac Long est en cours d’étude (données susceptibles d’évoluer et d’être révisées). Il a atteint des argiles grises/noires situées entre 260 cm et 215/210 cm de profondeur (Fig. 11-C). Ces dépôts sont datés entre 8300 et 6600 av. J.- C. environ. Les valeurs de k sont fortement positives en raison de l’abondance de sables liés à l’érosion de la roche mère basaltique. Une sédimentation organo-minérale lacustre (gyttja), puis une accumulation de tourbe se succèdent jusqu’à 145 cm de profondeur. La transition entre les dépôts lacustres et la tourbe qui marque la fermeture de l’ancien lac est datée entre 6600 et 5500 avant J.-C. Une rupture sédimentaire abrupte est ensuite visible et correspond à une lacune sédimentaire (Fig. 11-C). La partie supérieure composée d’argiles organiques grises a été rééchantillonnée depuis les premiers travaux sur le site (voir : Dendievel et al., 2020). Cela a permis de mieux étudier et dater cette partie supérieure de la séquence dont la puissance stratigraphique a été réévaluée et corrigée : elle s’étend entre 145 à 95 cm de profondeur. Cette partie est contrainte par un âge de 1200 à 1000 cal. av. J.-C. environ (âge du Bronze final) vers 140 cm de profondeur et un âge de 41 cal. av. J.-C à 130 cal. ap. J.-C. vers 115 cm de profondeur (La Tène – Haut Empire). La zone humide devait alors correspondre à un lac peu profond et très organique ou à un marais à cette période. Le mécanisme de cette évolution n’est toutefois pas encore connu (changement climatique ? influence des actions humaines ?). Après une longue phase de valeurs nulles à faiblement positives, k réaugmente au cours de cette zone, démontrant avec certitude une forte érosion de la Protohistoire à l’Antiquité tardive. La contemporanéité de fonctionnement du lac avec le site fortifié et les espaces funéraires présents sur le plateau permet d’imaginer un paysage lacustre habité et modelé par les vivants et pour les morts.

5.3.3. Autres zones humides

54D’autres études sont en cours sur les zones humides situées à proximité immédiate du site de Chastel-sur-Murat, au lac Lapsou (fig. 9 : 8). Les premiers résultats témoignent d’une séquence portant les stigmates d’une anthropisation dans les 70 derniers centimètres de sédimentation, marqués par la diminution des hêtres et sapins, en raison de défrichements, et ayant pour corollaire le développement de callune et de Poacées jusqu’à 20 % environ (Dubois, Plancher, 2017). Des études sur le Tardiglaciaire sont également en cours de publication sur ce site (Duprat-Oualid et al., 2022).

55Dans la vallée de la Sioule, à environ 30 km à l’ouest de Vichy, une séquence à fort potentiel paléoenvironnemental remontant au haut Moyen Âge vient d’être extraite et datée sur la commune de Saint-Bonnet-de-Rochefort (Dendievel, 2021). L’étude de cette dernière pourrait être d’un grand secours à l’avenir dans ce secteur.

56Enfin, dans les monts du Cézallier, les tourbières des sources de la Sianne et de Sagne Gousseau (fig. 9 : 11-12), ont également livré de premiers résultats sur la récurrence des phases d’incendies à partir du Néolithique final à des altitudes comprises entre 1100 et 1500 m d’altitude (Delrieu et al., 2022). Ces séquences seront étudiées en détail dans les prochaines années.

6. Conclusion

57Cet article propose une confrontation originale en prenant pour objet les sites de hauteur en Auvergne. Ces derniers, souvent fortifiés, présentent des fréquentations multiples relativement variées, marquées par des phases d’acmé s’étalant de la Protohistoire ancienne (Bronze final III, Hallstattfinal / La Tène ancienne) à l’Antiquité tardive (Ve-VIe siècle ap. J.-C.). Ces occupations se sont d’ailleurs souvent mises en place sur les mêmes sites ou promontoires : au moins 11 d’entre eux présentent successivement des niveaux d’occupation attribuables à ces deux périodes d’après la documentation actuelle. En outre, leur occupation est à relier à une stratégie menée à l’échelle d’un territoire pour contrôler ou organiser des échanges au niveau des points de contact (par ex. près du Suc de Lermu et de Chastel-sur-Murat, etc.) et des zones de piémont (réponses entre la Couronne et l’oppidum de Viermeux). Les peuplements au cours de ces périodes semblent ainsi résulter de l’accrétion, dans des zones de configuration topographique similaire, de sites perchés, naturellement défendables, dotés de fortifications (fossés, remparts et enceintes), mais également implantés le long d’axes de circulation.

58L’approche bibliographique en paléoenvironnement conduite en parallèle à l’échelle régionale montre une certaine variabilité du signal anthropique. Certains secteurs présentent des signes d’anthropisation importante à la fin du premier âge du Fer et durant l’Antiquité tardive (Lac d’En Bas sur le plateau de la Godivelle), voire plus tardive sur d’autres sections (Le Jolan). Au contraire, une certaine progression des espaces forestiers est suggérée sur certains sites (L’Etui durant le premier âge du Fer, Lac du Mont de Bélier durant l’Antiquité tardive). À l’échelle locale, de nouvelles études (menées depuis 2017) apportent des précisions importantes sur les impacts des activités humaines locales, avec des incendies locaux et une forte érosion parfois dès l’âge du Bronze moyen/final, notamment au Lac Long à Espalem et à Chastel-Marlhac.

59Ce travail collectif combinant approche bibliographique et nouvelles données montre ainsi tout l’intérêt de combiner études archéologiques et analyses paléoenvironnementales afin d’approcher la complexité de l’organisation du peuplement et des activités humaines à l’échelle régionale, qui est tout à fait cruciale pour comprendre l’évolution de l’anthropisation de la moyenne montagne sur le temps long.

Sources

60Sidoine Apollinaire, Tome II : Correspondance. Livres I-V, Texte établi et traduit par Loyen A., Paris, Les Belles-Lettres, 1970 (réédition 2003).

61Grégoire de Tours, Tome I : Libri Historiarum Decem, texte établi par Krusch B. et Levison W., Monumenta Germaniae Historica, Scriptores rerum Merovingicarum 1,1, Hanovre, Hahn, 1885 (réédition 1937).

62Grégoire de Tours, Liber in gloria Martyrum, in Teil II. Miracula et opera minora, I, texte établi par Krusch B., MGH. SS rer. Merov. I, 2, Hanovre, 1885.

Bibliographie

Argant, Cubizolle, 2005 = Argant J., Cubizolle H., « L’évolution holocène de la végétation des monts de la Madeleine, du Forez, du Livradois et du Pilat (Massif Central oriental, France) : l’apport d’une nouvelle série d’analyses palynologiques », Quaternaire, 16-2, p. 119‑142, DOI: 10.4000/quaternaire.359.

Arnaud et al., 2005 = Arnaud F., Revel M., Chapron E., Desmet M., Tribovillard N., « 7200 years of Rhône river flooding activity in Lake Le Bourget, France: a high-resolution sediment record of NW Alps hydrology », The Holocene, 15, 3, p. 420‑428, DOI: 10.1191/0959683605hl801rp.

Auxerre-Géron 2019 = Auxerre-Géron F.-A., « Essai de géographie protohistorique en contexte de moyenne montagne : enquête en Haute-Auvergne et sur les plateaux limousins (Massif central, France) », in Costamagno S., Deschamps M., Milcent P.-Y., Pétillon J.-M., Renard C., Valdeyron N. éd., La conquête de la montagne : des premières occupations humaines à l’anthropisation du milieu, Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, DOI: https://books.openedition.org/cths/7087.

Auxerre-Géron et al., 2021 = Auxerre-Géron F.-A., Couderc F., Dedet B., Delrieu F., Durand E., Gruat P., Kurzaj M.-C., Milcent P.-Y. Muller F., « Les sites fortifiés et de hauteur dans le Massif central entre Bronze final IIIb et La Tène Ancienne. Premier essai de synthèse », in Delrieu F., Féliu C., Gruat P., Kurzaj M.-C., Nectoux E. éd., Espaces fortifiés à l’âge du Fer en Europe, actes du 43ème colloque de l’AFEAF, Le Puy-en-Velay, 2019, Bibracte éd., p. 193-210 (AFEAF, 3).

Auxerre-Géron, Couderc, Delrieu, 2017 = Auxerre-Géron F.-A., Couderc F., Delrieu F., 2017, « Les habitats de hauteur occupés au Hallstatt D3 et La Tène A en Auvergne : données récentes », Bulletin de l'AFEAF, 35, p. 17-22.

Bayard 2016 = Bayard A., Contrôler les lieux, organiser l’espace. Pouvoir et domination dans l’Auvergne du premier Moyen Âge, thèse de doctorat en Histoire médiévale dirigée par Le Jan R., Paris, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne.

Beaulieu, Pons, Reille, 1982 = Beaulieu J.-L. de, Pons A., Reille M., « Recherches pollenanalytiques sur l’histoire de la végétation de la bordure nord du massif du Cantal (Massif central, France) », Pollen et Spores, 24, 2, p. 251‑300.

Boudartchouk, 1999 = Boudartchouk J.-L., « Un exemple de « castellum » auvergnat : le site de hauteur de Chastel-sur-Murat (Cantal) », in Fizelllier-Sauget B., dir., L’Auvergne de Sidoine Apollinaire à Grégoire de Tours, actes des XIIIe journées d’archéologie mérovingienne, Clermont-Ferrand, p. 83-108.

Boudartchouk, 2004 = Boudartchouk J.-L., « Jean Pagès-Allary et les travaux de la commission des enceintes de la société préhistorique française : un apport archéologique décisif sur les sites perchés de la fin de l’Antiquité et du haut Moyen Âge », Revue de la Haute Auvergne, 66, p. 391-460.

Brousse et al., 1972 = Brousse R., Varet J., Dantier M., Mori M.-W., Riom-ès-Montagnes, Carte géologique de la France à 1/50 000, feuille n° 764, Orléans, BRGM Editions, 42 p.

Brulet, 2008 = Brulet R., « Fortifications de hauteur et habitat perché de l’Antiquité tardive au début du haut Moyen Âge, entre Fagne et Eifel », in Steuer H. et Bierbrauer V., dir., Höhensiedlungen zwischen Antike und Mittelalter von den Ardennen bis zur Adria, Berlin, p. 13-70.

Chabert, 2019 = Chabert S., La céramique arverne durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge (fin IIIe-milieu VIIIe siècle). Approche chrono-typologique, économique et culturelle, 71e supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, 374 p.

Chabert, Martinez, 2017 = Chabert S., Martinez D., « Les établissements perchés de l’Auvergne (IVe-VIIe s. ap. J.-C.) : de nouvelles formes d’habitat groupé », Gallia, 74-1, p. 289-306.

Couderc, 2017 = Couderc F., « Découverte d’un nouveau site de hauteur fortifié du Bronze final 3 et du Premier Fer 3 : le Puy Saint-Romain à Saint-Maurice-ès-Allier (Puy-de-Dôme) », Revue archéologique du Centre de la France, 56, URL : http://journals.openedition.org/racf/2440.

Couderc, Milcent, 2018 = Couderc F., Milcent P.-Y., « Les établissements de hauteur du Puy-de-Dôme (Auvergne) et leur territoire de l’âge du Bronze au début du Second âge du Fer », in Delrieu F., Furestier R., dir. Habitats de hauteur et fortifié à l’âge du Bronze et au Premier âge du Fer entre Alpes et Massif central, Actes de la table ronde d’Orgnac-l’Aven (février 2016), Lattes, ADAM, p. 37-53 (DAM, 40).

Cubizolle, 2019 = Cubizolle H., Les tourbières et la tourbe. Géographie, hydro-écologie, usages et gestion conservatoire, Paris, Lavoisier, 419 p.

Cubizolle et al., 2014 = Cubizolle H., Argant J., Fassion F., Latour-Argant C., Deng-Amiot Y., Dietre B., « L’histoire de la végétation depuis la fin du tardiglaciaire et l’évolution de l’emprise humaine à partir du milieu de l’holocène dans le Massif Central oriental (France) », Quaternaire, 25-3, p. 209‑235, DOI : 10.4000/quaternaire.7060.

D'Agostino, 2006 = D’Agostino L., « Carlat – Le Bourg », ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Auvergne-Rhône-Alpes, URL : http://journals.openedition.org/adlfi/4878.

D'Agostino et al., 2007 = D’agostino l., bizri m., tissot m., gascuel g., kurzaj m.-c., Forteresse de Polignac, la « seigneurie » et la cour d’honneur. Rapport d'étude de bâti et de sondages, Clermont-Ferrand, DRAC-SRA Auvergne-Rhône-Alpes, 2 vol., 138 p. et 94 p.

De Goër de Herve, Servelle, Surmely, 2002 = De Goër de Herve A., Servelle C., Surmely F., « Les haches polies du site de Chastel-sur-Murat (commune de Chastel-sur-Murat, Cantal, France) », Comptes Rendus Palevol, 1-2, p. 123‑128, DOI: https://doi.org/10.1016/S1631-0683(02)00004-0.

Deberge, Pertlweiser, 2019 = Deberge Y., Pertlweiser T., Les fortifications de l’oppidum de Gergovie, VIe-Ve siècle av. J.-C. et 1er siècle av. J.-C., Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 607 p. (Coll. Terra Mater).

Dedet et al., à paraître = Dedet B., Delrieu F., Gruat P., Lauranson R., Milcent P.-Y., « Essor d’une voie terrestre méridienne reliant la côte languedocienne au Massif central », Actes du 44ème colloque de l’AFEAF, Lyon, 2020, Bibracte éd.

Delrieu et al., 2018 = Delrieu F., Auxerre-Géron F.-A., Chabert S., Moulin C., « Les occupations protohistoriques du Suc de Lermu à Charmensac : état des lieux et données nouvelles », Revue de la Haute-Auvergne, 80, p. 157-216.

Delrieu et al., 2019 = Delrieu F., Auxerre-Géron F.-A., Dendievel A.-M, Duny A., Lacoste E.,Mennesier-Jouannet C., Muller F., Roscio M., Archéologie des vallées de la Sianne et de la Sumène à l’âge du Bronze et au 1er âge du Fer, Rapport de Prospection thématique avec sondages, Clermont-Ferrand, DRAC-SRA Auvergne-Rhône-Alpes, 274 p.

Delrieu et al., 2021 = Delrieu F., Auxerre-Géron F.-A., Dendievel A.-M, Duny A., Lacoste E., Mennesier-Jouannet C., Muller F., Roscio M., Archéologie des vallées de la Sianne et de la Sumène à l’âge du Bronze et au 1er âge du Fer, Rapport de Prospection thématique avec sondages, SRA Auvergne-Rhône-Alpes.

Delrieu et al., 2022 = Delrieu F., Auxerre-Géron F.-A., Dendievel A.-M., Duny A., Menessier-Jouannet C., Lacoste E., Muller F., Roscio M., « Protohistoire de la moyenne montagne auvergnate : le cas du versant oriental du Cézallier à l’âge du Bronze et au 1er âge du Fer, premier état des lieux », in Protohistoire de la moyenne montagne auvergnate : le cas du versant oriental du Cézallier à l’âge du Bronze et au 1er âge du Fer, premier état des lieux, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, p. 110-126.

Delrieu, Furestier, 2018 = Delrieu F., Furestier R., Habitats de hauteur et fortifiés à l’âge du Bronze et au Premier âge du Fer entre Alpes et Massif central, Actes de la table ronde d’Orgnac-l’Aven (février 2016), Lattes, ADAM, 315 p. (DAM, 40).

Delrieu, San Juan, 2011 = Delrieu F., San Juan G., « Les éperons barrés et petites enceintes du Bronze final/1er âge du Fer en Normandie », in Barral P., Dedet B, Delrieu F., Giraud P., Le Goff I., Marion S. et Villard-Le Tiec A. dir., L'âge du Fer en Basse-Normandie, Besançon, Presses universitaire de Franche-Comté, p. 51-73.

Dendievel, Delrieu, Duny, 2020 = Dendievel A.-M., Delrieu F., Duny A., « Entre Lacs et Tourbières : approche pluridisciplinaire de l’évolution des paysages et des zones humides de la Pénide à Espalem (Haute-Loire) », BIOM - Revue scientifique pour la biodiversité du Massif central, 1, p. 1‑11, DOI : https://doi.org/10.18145/biom.v1i1.257.

Dendievel, 2021 = Dendievel A.-M., "Carottage à Pré Noir : carnet de terrain", in Le Pays de Gannat de la Protohistoire à l'Antiquité, Blog Hypothèses, URL : https://pcrbj.hypotheses.org/168.

Dubois, 1948 = Dubois G., « Pollen Analysis of Post Glacial Peats and Deposits in France for the Period 1939-1946 », Vegetatio, 1-1, p. 43‑50.

Dubois, Plancher, 2017 = Dubois M., Plancher C., « Dynamiques paléoenvironnementales holocènes de la tourbière de Lapsou (Cantal, France) », Orpalm Synthesis, 10-2, p. 37‑48.

Duprat-Oualid et al., 2022 = Duprat-Oualid F., Bégeot C., Peyron O., Rius D., Millet L., Magny M., « High-frequency vegetation and climate changes during the Lateglacial inferred from the Lapsou pollen record (Cantal, France) », Quaternary International, 636, p. 69-80, DOI : https://doi.org/10.1016/j.quaint.2022.04.012.

Ejarque et al., 2015 = Ejarque A., Beauger A., Miras Y., Peiry J.-L., Voldoire O., Vautier F., Benbakkar M., Steiger J., « Historical fluvial palaeodynamics and multi-proxy palaeoenvironmental analyses of a palaeochannel, Allier River, France », Geodinamica Acta, 27-1, p. 25‑47, DOI: https://doi.org/10.1080/09853111.2013.877232.

Eychart, 1967 = Eychart P., « Découverte d'un oppidum protohistorique à Liozon (commune d'Olloix, Puy de Dôme) », Revue archéologique du Centre de la France, 6-1, 62-68.

Fassion et al., 2015 = Fassion F., Coursol-Delpy M., Argant J., Deng-Amiot Y., Cubizolle H., Trément F., « L’évolution de la végétation à l’holocène récent et l’augmentation de la pression humaine dans le massif volcanique du Cantal (Massif Central, France) : l’exemple du vallon du Frau (commune de Chavagnac, Cantal) », Quaternaire, 26-4, p. 307‑323, DOI : https://doi.org/10.4000/quaternaire.7467.

Fizellier-Sauget, 1995 = Fizellier-Sauget B., Vichel, « Eglisevieille », ancienne église et cimetière de Saint-Cirgues-sous-Moncelet, Rapport de sondages archéologiques, Clermont-Ferrand, DRAC-SRA Auvergne-Rhône-Alpes.

Fournier, Fournier, 1943 = Fournier P.-F., Fournier G., « Relevé des stations à poterie hallstattienne, découvertes en Basse-Auvergne », Bulletin historique et scientifique de l’Auvergne, 63, p. 101‑110.

Fournier, 1962 = Fournier G., Le peuplement rural en Basse Auvergne durant le haut Moyen Âge, Thèse de Doctorat, Paris, Université de Paris, Faculté des lettres, 678 p.

Fournier, 1999 = Fournier G., « Ronzières (Puy-de-Dôme) : forteresse et paroisse des époques paléochrétienne et mérovingienne », in Fizellier-Sauget B., éd., L’Auvergne de Sidoine Apollinaire à Grégoire de Tours, Actes des XIIIe journées d’archéologie mérovingienne (Clermont-Ferrand, 3-6 octobre 1991), Clermont-Ferrand, p. 169-179.

Fournier, 2004 = Fournier G., « Forteresses du haut Moyen Âge en Auvergne », Revue de la Haute-Auvergne, 66, p. 387-389.

Gaime, 2011 = Gaime S., Léotoing (Haute-Loire) « Cimetière », Rapport d’une opération préventive de fouille d’évaluation archéologique, Clermont-Ferrand, DRAC-SRA Auvergne-Rhône-Alpes, 17 p.

Gandel, 2007 = Gandel P., « Recherches sur les sites de hauteur de l’Antiquité tardive dans le département du Jura », in Belet-Gondat C., Mazziman J.-P., Richard A., Schifferdecker F., dir., Mandeure, sa campagne et ses relations d’Avenches à Luxeuil et d’Augst à Besançon. Actualités archéologiques régionales, actes des Premières journées archéologiques frontalières de l’Arc jurassien (Delles (F)-Boncourt (CH), 21-22 octobre 2005), Cahier d’archéologie jurassienne, 20, Besançon-Porrentruy, Presses Universitaires de Franche-Comté, Office de la culture et Société Jurassienne d’Emulation, p. 245-252.

Goury D., 1995 = Goury D., « Les vases pseudo-ioniens des vallées de la Cèze et de la Tave (Gard) », in Arcellin P., Bats, M., Garcia D. éd., Sur les pas des Grecs en Occident, Hommages à André Nickels, Lattes/Paris, Coll. Études massaliètes, 5, p. 309-324.

Kurzaj, Voruz, 2018 = Kurzaj M.-C., Voruz J.-L., « Les occupations de hauteur en Haute- Loire du Bronze final au Hallstatt », in Delrieu F., Furestier R., dir., Habitats de hauteur et fortifié à l’âge du Bronze et au Premier âge du Fer entre Alpes et Massif central, Actes de la table ronde d’Orgnac-l’Aven (février 2016), Lattes, ADAM, p. 17-36 (DAM, 40).

Lallemand, 2004 = Lallemand D., « Identification du premier murus gallicus de la cité arverne à Cusset (Allier) », Bulletin de l’Association Française pour l’étude de l’âge du Fer, 22, p. 9-12.

Lemee, 1956 = Lemée G., « Sur l’évolution de la végétation dans le Massif du Cantal au tardiglaciaire et au postglaciaire », Bulletin de la Société Botanique de France, 33, suppl. 2, p. 83‑94.

Martinez, 2017 = Martinez D., De la cité arverne au diocèse de Clermont. Topographie ecclésiale, fortifications et peuplement de l’Auvergne entre Antiquité tardive et haut Moyen Âge (Ve-Xe siècles) : une approche archéologique, Thèse de doctorat en Histoire de l’Art et Archéologie dirigée par Phalip B., Clermont-Ferrand, Université Clermont Auvergne, 3 vol., 1628 p., URL : https://theses.hal.science/tel-01806336.

Martinez, 2020 = Martinez D., « Entre plaine et montagne. Gestion du territoire et réseaux de peuplement dans la cité de Clermont durant l’Antiquité tardive (Ve-VIIe siècles) », Archéologie du Midi médiéval, 38, p. 273-288.

Martinez, 2021 = Martinez D., « Après Aquae Calidae : Vichy et sa campagne au cours de l'Antiquité tardive et du haut Moyen Âge », Revue archéologique de l'Allier, 2, p. 79-85.

Martinez et al., 2018 = Martinez D., avec la coll. de Chabert S., Chevalier P., Faure M. et Liegard S., « L’église paléochrétienne de l’établissement fortifié de La Couronne à Molles (Allier, Auvergne) », Archéologie Médiévale, 48, p. 1-36.

Martinez et al., 2022 = Martinez D., Chabert S. et Mosnier L., « Le castrum Thigernum retrouvé? Nouvelles recherches sur les origines de Thiers (Puy-de-Dôme) », Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre / BUCEMA, URL : https://doi.org/10.4000/cem.19713.

Milcent, 2004 = Milcent P.-Y., Le premier âge du Fer en France centrale, Paris, Société préhistorique française, Mémoire XXXIV, 2 vol., 718 p.

Milcent, Couderc, 2021 = Milcent P.-Y., Couderc F., avec la coll. de Delrieu F., "Corent et les établissements défendus de hauteur à l’âge du Bronze en France", in Marcigny C., Mordant C., dir., Bronze 2019. 20 ans de recherche, Actes du colloque international anniversaire de l’APRAB, Bayeux (19-22 juin 2019), Bulletin APRAB, suppl. 7, OREP, Nonant, p. 349-360.

Milcent, Couderc, 2021 = Milcent P.-Y., Couderc F., « Corent et les établissements défendus de hauteur à l’âge du Bronze en France », Actes du colloque APRAB (Bayeux 2019).

Milcent et al., 2014 = Milcent P.-Y., Poux M., Mader S., Torres M., Tramon A., « Une agglomération de hauteur autour de 600 a.C. en Gaule centrale : Corent (Auvergne) », in Alberti G., Féliu C., Pierrevelcin G. dir., Transalpinare. Mélanges offerts à Anne-Marie Adam, Bordeaux, Ausonius, p. 181-204 (Mémoires, 36).

Milcent et al., 2023 = Milcent P.-Y., Couderc F., Pasquel M., Vallee M., avec la coll. de Bordas F., Delamare S., Nicolas T., Ripoll E., Cisielski M. et Cisielski S., "Jenzat (Allier, Auvergne) : un grand site à multiples dépôts métalliques de la fin de l'âge du Bronze", Bulletin APRAB, 21, p. 88-100, 349-360.

Miras, Guenet, 2013 = Miras Y., Guenet P., « Une histoire plurimillénaire des paysages du Cézallier et ses liens avec les activités agrosylvo-pastorales depuis le Néolithique à partir de l’analyse pollinique de la tourbière de La Borie (1170 m, Saint Saturnin, Cantal) », in Trément F. éd., Les Arvernes et leurs voisins du Massif Central à l’époque romaine. Une archéologie du développement des territoires, Clermont-Ferrand, Revue d’Auvergne, 127, 606-607, p. 481‑497.

Miras et al., 2013 = Miras Y., Guenet P., Cruz F., Garcia J.-P., Petit C., Guillaumet J.-P., « Gestion des ressources naturelles dans le Pays de Tulle : impacts paysagers et histoire du châtaignier (Castanea sativa Mill.) de l’Antiquité à la Renaissance d’après la palynologie », Aquitania, 39, p. 311‑330.

Miras et al., 2003 = Miras Y., Guenet P., Surmely F., Michelin Y., Tible R., Walter-Simonnet A., Richard H., « Histoire de l’environnement et des dynamiques agro-pastorales dans le massif du Cantal: la Tourbière de Roussy (Saint-Projet-de-Salers, France) », Quaternaire, 14-4, p. 265‑278, DOI : https://doi.org/10.3406/QUATE.2003.1747.

Perin, 2002 = Périn P., « Un chef-d'œuvre de l'art mérovingien, le “ disque ” de Limons (Puy-de-Dôme) », Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, 1998, p. 73-99.

Pion, 2006 = Pion P., « Les sites fortifiés et les occupations de hauteur en Auvergne de l’âge du Bronze final à la fin de l’âge du Fer », ADLFI (Archéologie de la France - Informations, URL : http://journals.openedition.org/adlfi/4745.

Ponel et al., 1991 = Ponel P., Etlicher B., Beaulieu J.-L. de, Debard E., Thinon M., Vasari A., Petiot R., « La fin de la dernière glaciation dans le Cantal (France) : la tourbière de La Taphanel et son environnement », Quaternaire, 2-3, p. 147‑163, DOI: https://doi.org/10.3406/quate.1991.1964.

Porte, 2011 = Porte P., Larina et son territoire (Nord-Isère) de l’Antiquité au Moyen Âge : études archéologiques et historiques en Nord-Isère, Paris, Séguier, tome 1, 303 p.

Reille et al., 1985 = Reille M., Beaulieu J.-L. de, Pons A., « Recherches analytiques sur l’histoire tardiglaciaire et holocène de la végétation du Cézallier, de la Planèze de St-Flour et de la Margeride (Massif Central, France) », Pollen et Spores, 27-2, p. 209‑270.

Schneider, 2004 = Schneider L., « Entre Antiquité et haut Moyen Âge : traditions et renouveau de l’habitat de hauteur dans la Gaule du sud-est », in Fixot M. dir., Paul-Albert Février de l’Antiquité au Moyen Âge, Actes du colloque de Fréjus (7-8 avril 2001), Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, p. 173-200.

Tixier, Liabeuf, 1984 = Tixier L., Liabeuf R., « Aménagements et constructions sur le plateau de Saint-Victor de Massiac (Cantal) de la protohistoire au XVIe siècle. Essai d’interprétation stratigraphique et chronologique », Archéologie médiévale, 14, p. 221-257.

Vazeilles, 1947 = Vazeilles M., « Le vieux passé de Riom (Cantal), fouilles dans les environs », Revue de la Haute-Auvergne, 32, 2-3, p. 81-95.

Vergne, 1989 = Vergne V., L’évolution tardiglaciaire et holocène d’un piedmont de moyenne montagne cristalline : l’Artense (Massif Central, France), Thèse de doctorat, Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 347 p.

Vergne, 2009 = Vergne V., « Pollen profile MADICIV, Madic, France », European Pollen Database (EPD), PANGAEA, DOI : https://doi.org/10.1594/PANGAEA.711925.

Vertet, Bet, 1980 = Vertet H., Bet P., Recherches archéologiques dans le Bourbonnais. Arrondissement de Moulins, supplément n° 9 de la Revue archéologique SITES, 42 p.

Vinatie, 1995 = Vinatié A., Sur les Chemins du temps au pays de Massiac : 15 000 ans d'Histoire de la fin du Paléolithique à l'aube du Moyen Age, Massiac, Communauté de communes du Pays de Massiac, 287 p.

Vital, 2004 = Vital J., « L’âge du Bronze moyen sur le roc de Chastel-sur-Murat », Revue de la Haute-Auvergne, 66, p. 299‑316.

Voruz et al., 2016 = Voruz J.-L., Borget J.-N., Dendievel A.-M., Kurzaj M.-C., Taillandier V., Treffort J.-M., 2016, Le rocher de Largier. Rapport de fouilles programmées 2016, Clermont-Ferrand, DRAC-SRA Auvergne-Rhône-Alpes, 120 p.

Voruz, Treffort, 2014 = Voruz J.-L., Treffort J.-M., « Le rocher de Largier, Découverte d’un nouveau site hallstattien en Haute-Loire, commune de Lafarre », in Bullinger J., Crotti (P.), Huguenin C., dir. De l’âge du Fer à l’usage du verre. Mélanges offerts à Gilbert Kaenel, dit « Auguste », à l’occasion de son 65e anniversaire, Lausanne, p. 279-285 (coll. Cahiers d’archéologie romande, 151).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation des principaux sites protohistoriques mentionnés dans le texte.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/31420/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Légende Fig. 2. Vue zénithale du rempart Bronze final IIIb de l’éperon barré du Razé à Grenier-Montgon (43) en cours de fouille (Cliché B. Houdusse).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/31420/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Légende Fig. 3. Vue aérienne de l’éperon barré du Razé à Grenier-Montgon (43) dominant la vallée de l’Alagnon (Cliché B. Houdusse).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/31420/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Légende Fig. 4. Assemblage de céramiques claires ondées (CL-ONDEE) et peintes à pâte claire (CL-PEINTE) du Ve siècle av. J.-C., issue des fouilles conduites en 2016 sur le site du suc de Lermu à Charmensac (15) (d’après Delrieu et al. 2018, dessin et DAO C. Moulin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/31420/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 5. Localisation des principaux sites de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge mentionnés dans le texte.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/31420/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Légende Fig. 6. Localisation du site de « La Couronne », à Molles et de l’oppidum de « Viermeux » à Cusset.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/31420/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 626k
Légende Fig. 7. Localisation du mur d’enceinte du site de « Tavagnat », à Châteldon (données Lidar : GRAIG ; DAO D. Martinez).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/31420/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 8. Vue et localisation du mur d’enceinte du site des « Millières », à Thiers (données Lidar CRAIG ; DAO D. Martinez).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/31420/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Fig. 9. Emplacement des tourbières, lacs et paléochenaux investigués pour obtenir des données paléoenvironnementales par rapport aux principaux sites archéologiques mentionnés dans le texte. 1) Madic, 2) Chastel-Marlhac, 3) Lac du Mont de Bélier, 4) Roussy, 5) La Borie, 6) Le Jolan, 7) Brougeroux, 8) Lac Lapsou, 9) Le Frau, 10) Lac d’En Bas, 11) Sources de la Sianne, 12) Sagne Gousseau, 13) Lac de Saillant, 14) Chazeloux, 15) Lac Long, 16) l’Etui, 17) Camp des Romains.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/31420/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Légende Fig. 10. Comparaison de quelques courbes polliniques issues des diagrammes (A) du Lac du Mont de Bélier (Beaulieu et al., 1982), (B) du Jolan (Beaulieu et al., 1982), (C) du Lac d’En Bas (Reille et al., 1985), (D) de la tourbière de l’Etui (Cubizolle et al., 2014).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/31420/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Légende Fig. 11. Comparaison des logs sédimentaires, enregistrements magnétiques et modèles d’âges obtenus pour les séquences de Chastel-Marlhac et du Lac Long. Pour le Lac Long, la version publiée ici présente les derniers résultats de datations et interprétations.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/31420/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 715k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search