Version classiqueVersion mobile

Approche diachronique des sites de hauteur

 | 
Damien Martinez
, 
Amélie Quiquerez

Introduction. L’habitat de hauteur entre Protohistoire et haut Moyen Âge : regards croisés

Damien Martinez et Amélie Quiquerez

Texte intégral

1L’étude des sites de hauteur est aujourd’hui une thématique largement mise à l’honneur par la recherche archéologique. En témoignent les publications collectives et manifestations scientifiques récentes sur le sujet, en particulier pour les âges des Métaux ainsi que pour l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, périodes au cours desquelles cette forme d’occupation du sol tient une place particulière (pour les publications récentes sur le sujet, voir, entre autres, Delrieu, Furestier, 2018 ; Delrieu, Féliu, Gruat et al., 2021 ; Brun et al., 2021 ; Kasprzik, Monteil, 2017 ; Schneider, 2019 ; Luault, Venco, 2020). Celles-ci s’inscrivent dans une longue tradition de recherche héritée des premiers questionnements posés par les protohistoriens, qui érigèrent très tôt l’occupation des reliefs comme l’un des principaux points d’accroche de la trame des peuplements, avec pour aboutissement l’apparition des premières formes de ville à la fin de l’âge du Fer. Cet engouement, que l’on doit en premier lieu aux travaux réalisés par la Commission de topographie des Gaules, à l’initiative de Napoléon III, est à son sommet à la charnière du XXe siècle, au moment où l’Europe découvre la « civilisation des oppida », selon l’expression consacrée par Joseph Déchelette (Déchelette, 1914 ; Buchsenschutz et al., 2015 ; Gardes, 2017).

2Les fouilles effectuées à la recherche de ces places fortes, dont l’écho résonnait jusque dans les sources textuelles, notamment à l’heure de la Conquête, ont ouvert un horizon totalement nouveau à la connaissance des sociétés antérieures à la « romanisation », révélant, par l’approche de vestiges et de la culture matérielle, l’existence de structures sociales jusqu’alors méconnues, voire insoupçonnées, à l’échelle des lieux de vie comme à celle des territoires. Les investigations de terrain ont livré quantité de dispositifs de remparts, de bâtiments d’habitation, d’édifices et structures de stockage, de zones d’artisanat, qui permirent assez rapidement de dresser de premières typo-chronologies d’habitat. Dans le même temps, ces fouilles, parfois conduites sur de vastes plateaux, mirent au jour « fortuitement » des vestiges d’occupations postérieures à la Protohistoire, bien souvent sous la forme de sépultures ou de mobiliers métallique et céramique, sans que leur chronologie ne soit concrètement déterminée ; parfois faute de connaissances suffisantes, souvent par manque d’intérêt. Toutefois, les découvertes signalées mettent l’accent sur la présence de militaria aisément reconnaissables, leurs inventeurs les attribuant à une réoccupation des sites par des contingents militaires au cours du Bas-Empire en réponse aux incursions « barbares ». Ces premières identifications plongent dès lors la recherche sur les sites de hauteur de l’Antiquité tardive et du très haut Moyen Âge dans les eaux troubles d’une historiographie du déclin, ce jusqu’à récemment, à l’appui d’une interprétation nécessairement orientée des textes anciens, au sein desquels foisonnent pourtant les mentions de castra et castella « romains » et « mérovingiens » (sur ce point, voir en premier lieu Schneider, 2001 ; 2004 ; Schneider, Fauduet, Odenhardt-Donvez, 2007).

3On est donc encore assez loin, du moins au seuil des années 1950, d’une réflexion diachronique sur le sujet. Toutefois, de premiers soubresauts se font ressentir dans les années 1960 et 1970, essentiellement à l’appui d’enquêtes régionales qui permirent de souligner un certain nombre de points communs dans le choix des implantations humaines sur les hauteurs durant la Protohistoire et l’Antiquité tardive. Ainsi, en 1962, Gabriel Fournier précisait-il au sujet des occupations tardo-antiques d’Auvergne, que « [...] par leurs caractères et leurs fonctions, ces forteresses renouaient avec la tradition des oppida celtiques [...] » (Fournier, 1962, p. 330). La filiation ici mise en avant prend d’autant plus de sens lorsque l’on considère la démarche entreprise par Gabriel Fournier, celle-ci faisant la part belle au terrain, par le biais de prospections systématiques des hauteurs, prolongées pour certaines par des sondages ou des fouilles archéologiques. On lui doit ainsi, tout comme à Pierre-François Fournier, son père, de nombreux signalements de sites de hauteur protohistoriques et/ou tardo-antiques, mais surtout l’une des premières tentatives d’approche territoriale du phénomène de perchement de l’habitat entre Protohistoire et Moyen Âge. De ce point de vue, la recherche allemande n’est pas en reste puisque ces trajectoires sont scrutées dès les années 1970, à la faveur également d’un intérêt nouveau pour l’Antiquité tardive, qui, pour autant, ne pouvait ignorer les fondements antérieurs (voir notamment von Petrikovitz, 1971). On doit d’ailleurs à ces travaux l’introduction d’une expression tout à fait neutre, celle de « Höhensiedlungen » (les colonies/établissements/lieux perché(e)s), affranchie de toute connotation défensive et militaire, reprise d’ailleurs dans la plupart des travaux français sur la question (entre autres Schneider, 2004 ; 2011 ; Martinez, 2017 ; Billoin, 2020).

4L’approche diachronique des sites est progressivement confortée par la multiplication des opérations de terrain. On peut citer en premier lieu les fouilles conduites dans les années 1960 par Jean Charmasson sur l’oppidum de Lombrun à Vénéjan, dans le Gard, qui permirent l’étude d’une fortification abritant un habitat des Ve-VIe siècles (Charmasson, 1970). La reprise des investigations au début des années 1980, à la suite de découvertes fortuites faites dans le cadre de l’installation d’une station hertzienne, à proximité immédiate des vestiges de la fin de l’Antiquité, a engendré la mise au jour d’un habitat du Bronze final IIIb (Dedet, Charmasson, 1989). Parmi les opérations marquantes figure également celle conduite par Patrick Porte à Hyères-sur-Amby (Isère), sur le plateau de Larina (Porte, 2011). Plus de 15 ans de fouilles, de 1977 à 1992, ont été nécessaires afin d’approcher dans toute sa complexité un site occupé entre l’âge du Bronze et la fin de la période mérovingienne. En termes d’occupation du lieu, l’étude d’un site tel que celui-ci, par le biais d’une approche extensive, a permis d’appréhender les choix de déploiement des zones d’habitat sur le plateau, reflétant évidemment l’importance des communautés qui y ont vécu, tout comme leur stratégie d’implantation par rapport aux zones basses (accès, visibilité, mise en défense). Les investigations ont d’ailleurs mis en évidence un phénomène jusqu’alors peu attesté, bien que pressenti par Gabriel Fournier pour l’Auvergne, en l’occurrence la réutilisation des structures défensives protohistoriques lors du réinvestissement du site durant l’Antiquité tardive. Cette superposition a ainsi été soulignée pour la seconde phase mérovingienne du site de Larina, dans la seconde moitié du VIe siècle, au cours de laquelle le tracé de l’enceinte laténienne est pour partie réutilisé.

  • 1 Répondant à une autre configuration pour l’occupation antérieure à la période romaine, on pourra é (...)
  • 2 Cette baisse de régime, d’ailleurs loin d’être synonyme d’un arrêt brutal, est toutefois à nuancer (...)

5Ce type d’initiative n’est toutefois pas restreint au Midi et à la vallée du Rhône puisque des projets similaires voient le jour ailleurs en France au cours de cette période, avec un écho plus ou moins important. À ce titre on pourra citer, entre autres, la fouille réalisée sur le plateau Saint-Victor, à Massiac, dans le nord-est du Cantal, conduite également durant plus de dix campagnes de terrain à partir du milieu des années 1970 (Tixier, Liabeuf, 1984)1. Ces grands programmes de fouilles pluriannuels, qui se font malheureusement de plus en plus rares aujourd’hui, ont ainsi posé les premiers jalons d’une thématique qui tend à s’essouffler à partir de la seconde moitié des années 1980, ceci peut-être en raison du développement de l’archéologie de sauvetage et préventive, qui, de son côté, ouvre alors aux protohistoriens comme aux médiévistes (notamment pour le haut Moyen Âge) un potentiel de recherche sans précédent sur l’occupation des plaines2. Ceci notamment grâce aux grands décapages, offrant des occasions d’appréhender des habitats sur des superficies inaccessibles à la recherche archéologique traditionnelle. C’est d’ailleurs très certainement en raison de ce tournant dans la perception des territoires que les hauteurs ont été temporairement mises de côté.

6Ce n’est qu’une quinzaine d’années plus tard, au début des années 2000, fort d’une documentation renouvelée pour les zones basses, permettant aux médiévistes de forger une nouvelle image du « village » médiéval et aux protohistoriens d’approcher le quotidien des « Gaulois dans la plaine », que le constat du retard dans l’étude des occupations perchées a été dressé. Du côté de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge, Laurent Schneider attire l’attention des historiens et archéologues au travers d’un bilan qu’il dresse pour le Midi et la Provence, mettant alors en lumière le nombre de sites déjà connu, tout comme la nécessité de procéder à de premières synthèses régionales (Schneider, 2001 ; 2004). Il en appelle, en outre, à la réalisation – finalement à un retour – de fouilles sur le temps long de la recherche de terrain, que seule l’archéologie programmée peut permettre, à quelques exceptions près. Pour le nord de la Gaule, les réflexions sont également amorcées dès les années 1980 (Gilles, 1985) et, dans une même dynamique, largement développées au début des années 2000, à travers le prisme des fortifications militaires du limes rhénan, au milieu desquelles apparaissaient toutefois des ensembles résidentiels, pas uniquement élitaire d’ailleurs (Brulet, 2008).

7Du côté de la Protohistoire, l’essoufflement précédemment évoqué est a priori moins marqué, même si une nouvelle dynamique de recherche sur les points hauts a pris forme depuis une vingtaine d’années, au moyen de programmes de recherche régionaux d’envergure et de travaux universitaires appuyés par une approche de terrain soutenue comme celles conduites sur les sites de Bibracte et de Vix en Bourgogne (Chaume, Mordant, 2011), où, du reste, des occupations alto-médiévales sont également connues. Cette recherche florissante permet d’ailleurs de mieux saisir les dynamiques d’occupation des sites au sein même des âges des Métaux, mettant en évidence des formes et des préoccupations différentes selon que l’on se situe à l’âge du Bronze, au Premier ou au Second âge du Fer. À ce titre, on notera que les travaux de synthèse menés aussi bien à l’échelle régionale qu’à l’échelle européenne sont sensiblement plus avancés que pour l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, comme l’illustrent, entre autres, ceux récemment publiés sur le haut Beaujolais protohistoriques (Dubuis, 2017), sur les Habitats de hauteur et fortifiés à l’âge du Bronze et au Premier âge du Fer entre Alpes et Massif central (Delrieu, Furestier, 2018), sur Les espaces fortifiés de l’âge du Fer en Europe (Delrieu, Féliu, Gruat et al., 2021 ), sur Vix et le phénomène princier (Brun et al., 2021). On signalera d’ailleurs, au sein de ces deux derniers dossiers, toute l’importance des collaborations transrégionales.

8Ainsi, depuis le début des années 2000 se développent avec une vitalité remarquable les recherches sur les sites perchés, du côté des protohistoriens comme des (tardo)antiquisants et médiévistes, au gré de l’évolution des problématiques de recherche propres à chacun, portant indifféremment sur les formes comme sur les dynamiques spatiales et paysagères. Il n’en demeure pas moins que l’évolution des occupations de hauteur sur le temps long au cours de ces deux grands ensembles chronologiques reste encore mal connue, tant du point de vue des dynamiques intra-sites qu’à l’échelle territoriale. C’est certainement là l’une des originalités de la journée d’étude organisée le 12 novembre 2019 par l’axe « Fabrique du paysage » de l’UMR ARTEHIS (Martinez et al., 2019) dont découlent les quelques contributions présentées au sein de ce recueil. Cette approche comparative, au-delà d’une confrontation des modes d’occupation des reliefs et de l’appréhension de logiques spatiales communes aux deux périodes, se veut également méthodologique, avec pour ambition principale d’établir les premiers jalons d’un dialogue pérenne entre spécialistes. En ce sens, cette journée d’étude constitue une première étape modeste, appelant le renouvellement de ce type d’initiative dans le cadre de discussions plus larges.

9Le premier article de ce dossier est consacré à l’Auvergne, dont on a vu qu’elle était l’une des premières régions à avoir fait l’objet de travaux sur la thématique de l’habitat perché pour l’une et l’autre des périodes abordées. Les auteurs (Fabien Delrieu, André-Marie Dendievel et Damien Martinez) proposent de confronter leur regard sur les sites du Bronze final et du Premier âge du Fer ainsi que sur ceux de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge, par le croisement des résultats de recherches en cours (Delrieu et al., à paraître ; Martinez, 2017 ; 2020). Il en ressort que les occupations des deux périodes sont souvent superposées sur les mêmes éminences topographiques, voire parfois situées en vis-à-vis sur des promontoires distincts, mais dans le cadre d’une préoccupation commune relative au verrouillage des vallées et donc des axes de communication naturels. Au-delà du dialogue entre protohistoriens et médiévistes, cette contribution insiste sur la nécessité d’intégrer les données environnementales, notamment dans la perspective de « sortir » des sites et d’appréhender à une échelle plus ou moins large les paysages au sein desquels ils ont évolué.

10Le deuxième article, signé par David Billoin et Philippe Gandel, propose un zoom sur un micro-territoire s’étendant de l’étroite vallée de Baume-les-Messieurs et son débouché sur le val de Voiteur, au nord, non loin de Lons-Le-Saunier, sur les premiers reliefs jurassiens. Centrée sur l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, cette contribution n’en met pas moins en lumière les problématiques de perchement communes à la Protohistoire et aux premiers siècles du Moyen Âge, en particulier en regard des voies de circulation et des habitats des zones basses. Au-delà des résultats qu’elle apporte, cette étude démontre tout l’intérêt d’une approche diachronique à une échelle spatiale réduite, qui déjà illustre toute la complexité des jeux de glissements des peuplements au sein d’un territoire de quelques dizaines de kilomètres carrés, donnant ainsi du grain à moudre pour l’élaboration des synthèses à grande échelle.

11Les quatre articles qui suivent correspondent à des monographies de sites localisés dans l’actuelle région Bourgogne-Franche-Comté. Le premier fait état de recherches conduites également dans le Jura, sur le site fortifié du « Camp du Château » à Salins-les-Bains. Ses auteurs, Estelle Gauthier et Jean-François Piningre, y présentent les recherches conduites sur et autour du site, avec pour point d’accroche les occupations du Bronze moyen et final, au cours desquelles le plateau abrite vraisemblablement un pôle de pouvoir qui pourrait être lié au contrôle des réseaux d’échanges, en particulier du sel et du métal. On y perçoit notamment l’importance du lieu et de sa position topographique par rapport au paysage, dans une perspective de visibilité synonyme de marquage territorial. C’est d’ailleurs cette position dominante qui a motivé la réoccupation significative du site au cours de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge, ainsi que l’ont montré les récentes fouilles programmées dirigées par Philippe Gandel (Gandel, Billoin, 2017).

12Le deuxième article monographique, signé par Adrien Saggese et Axelle Grzesznik, permet d’apprécier les dynamiques de l’habitat perché tardo-antique dans une zone de transition entre les massifs du Jura et des Vosges, via l’étude de deux sites de hauteur du Portois, dans l’actuel département de la Haute-Saône. Cette recherche permet d’ores et déjà de renouveler les données concernant le peuplement et les enjeux de pouvoir au sein de ce territoire stratégique situé aux confins septentrionaux de la Maxima Sequanorum, où certains sites de hauteur, dont ceux présentés, ont joué un rôle de premier plan.

13Dans un contexte sensiblement différent, la contribution suivante, dédiée au Saint Mont, un établissement vosgien de première importance au cours du haut Moyen Âge situé sur les hauteurs de Remiremont (88), offre un point de vue intéressant sur le plan méthodologique. En effet, ses auteurs – Axelle Grzesznik et Thomas Chenal – y exposent toutes les difficultés de reconnaissance et de datation des structures, ici par le biais d’un zoom sur l’exceptionnel dispositif d’enceintes imbriquées, dont une part peut être associée au monastère sommital, mais qui pour certaines pourraient être en lien avec une occupation protohistorique dont l’existence reste toutefois à prouver.

14Le dossier est clos par un article signé par Antoine Guicheteau, proposant un état des lieux des connaissances acquises depuis plusieurs décennies pour le site de la « Montagne de Saint-Laurent », à Mesmont (21), commune située à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Dijon. Cette première synthèse s’inscrit dans le cadre de la reprise des investigations sur ce site dont l’étude permet (et permettra) de saisir concrètement les rythmes d’occupation entre le plateau et les zones basses qui l’entourent depuis le Néolithique. La particularité de ce site est de pouvoir suivre la trajectoire de l’implantation humaine au cours de la période romaine et d’établir un pont entre la Protohistoire et le Moyen Âge. On s’aperçoit ainsi que l’investissement du plateau se fait moins dense à partir de la fin du Second âge du Fer au profit de la plaine, sans pour autant se tarir totalement. Cette contribution offre d’ores et déjà un bel aperçu du potentiel archéologique de ce site, tout comme elle laisse entrevoir la complexité vertigineuse de ce type de relief, où la juxtaposition, la superposition, voire l’écrasement des occupations à l’issue de plusieurs millénaires d’activités humaines peuvent parfois constituer un frein à la lecture stratigraphique ainsi qu’à la restitution des plans. Elle met une nouvelle fois en évidence, s’il le fallait, la nécessité de conduire sur ce type de site des investigations pluriannuelles dans le cadre de recherches programmées, à contretemps des rythmes de fouilles imposés par les impératifs d’aménagement du territoire.

Bibliographie

Arcelin, 2022 = Arcelin P., Entremont, Une agglomération de Provence au IIe siècle avant notre ère (Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône), 51e supplément à la Revue Archéologique de Narbonnaise, 802 p.

Bertoncello, Gazenbeek, 1997 = Bertoncello F., Gazenbeek M., « Dynamisme du peuplement en moyenne montagne : le massif des Maures (Var) entre le deuxième âge du Fer et la fin de l’Antiquité », in La dynamique des paysages protohistoriques, antiques, médiévaux et modernes, XVIIe Rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, éd. APDCA, Sophia Antipolis, p. 601-619.

Billoin, 2020 = Billoin D., L'habitat perché et le peuplement entre Antiquité tardive et haut Moyen Âge dans le massif jurassien, thèse de doctorat en archéologie dirigé par Raynaud C., Université Paul Valéry- Montpellier III, 3 vol.

Brulet, 2008 = Brulet R., « Fortifications de hauteur et habitat perché de l’Antiquité tardive au début du haut Moyen Âge, entre Fagne et Eifel », in Steuer H. et Bierbrauer V., dir., Höhensiedlungen zwischen Antike und Mittelalter von den Ardennen bis zur Adria, Berlin, p. 13-70.

Brun et al., 2021 = Brun P., Chaume B., Sacchetti F. éd., Vix et le phénomène princier, Actes du colloque de Châtillon, 2016, Pessac, Ausonius, collection DAN@ 5, 390 p. URL : https://una-editions.fr/vix-et-le-phenomene-princier/

Buchsenschutz et al., 2015 = Buchsenschutz O., Gruel K., Lambert P.-Y. et al., « La civilisation des oppida », in Buchsenschutz O. dir., L’Europe celtique à l’âge du Fer (VIIIe-Ier siècle), Paris, Nouvelle Clio, p. 295-371.

Charmasson, 1970 = Charmasson J., « Un oppidum du Bas-Empire : Lombren à Vénéjan (Gard) », Archéologia, 63, p. 54-61.

Chaume, Mordant 2011 = Chaume B., Mordant C., Le complexe aristocratique de Vix : nouvelles recherches sur l'habitat, le système de fortification et l'environnement du mont Lassois, éditions universitaires de Dijon, 2 vol., 867 p.

Creuzenet et al., 1998 = CREUZENET, F., DEPIERRE G. et coll., « Un îlot inédit de l'Alésia antique et un cimetière mérovingien au lieu-dit Les Champs de l'Église », Bulletin de la Société des Sciences historiques et naturelles de Semur-en-Auxois et des fouilles d'Alésia, p. 2-17.

Déchelette, 1914 = Déchelette J., Manuel d'archéologie préhistorique, celtique et gallo- romaine, t. 2 : Archéologie celtique ou protohistorique, Paris, Picard, 816 p.

Dedet, Charmasson, 1989 = Dedet B., Charmasson J., « L'habitat du Bronze final Illb de Lombren à Vénéjan (Gard) », Gallia préhistoire, 31, p. 191-206.

Delrieu F., Furestier R., 2018 = Delrieu F., Furestier R., Habitats de hauteur et fortifiés à l’âge du Bronze et au Premier âge du Fer entre Alpes et Massif central, Actes de la table ronde d’Orgnac-l’Aven (février 2016), Lattes, ADAM, coll. DAM, 40, 315 p.

Delrieu et al., à paraître = Delrieu F., Auxerre-Géron F.-A., Dendievel A.-M., Duny A., Menessier-Jouannet C., Lacoste E., Muller F., Roscio M., « Protohistoire de la moyenne montagne auvergnate : le cas du versant oriental du Cézallier à l’âge du Bronze et au 1er âge du Fer, premier état des lieux », in Protohistoire de la moyenne montagne auvergnate : le cas du versant oriental du Cézallier à l’âge du Bronze et au 1er âge du Fer, premier état des lieux, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal.

Delrieu, Féliu, Gruat et al., 2021 = Delrieu F., Féliu C., Gruat P., Kurzaj M.-C., Nectoux E. éd., Espaces fortifiés à l’âge du Fer en Europe, actes du 43ème colloque de l’AFEAF, Le Puy-en-Velay 2019, Bibracte éd., Coll. AFEAF n°3.

Démians d’Archimbaud, 1994 = Demians D’Archimbaud G., L’oppidum de Saint-Blaise du Ve au VIIe siècle, Documents d’Archéologie Française (DAF), n° 57, éditions de la Maison des Sciences de l’Homme Paris, 260 p.

Dubuis, 2017 = Dubuis B., « Les sites fortifiés protohistoriques du Haut-Beaujolais : bilan de trois années de recherches entre Loire et Saône », Documents d’archéologie méridionale, 40, p. 57-72. URL : http://journals.openedition.org/dam/5133

Fournier, 1962 = Fournier G., Le peuplement rural en Basse Auvergne durant le haut Moyen Âge, Thèse de Doctorat, Université de Paris, Faculté des lettres, Paris, 678 p.

Gandel, Billoin, 2017 = Gandel P., Billoin D., « L’établissement fortifié de hauteur alto-médiéval de Château-sur-Salins (Salins-les-Bains, Jura) », Gallia, 74-1, p. 261-271. URL : http://journals.openedition.org/gallia/2341 

Gardes, 2017 = Gardes P., « Oppida et « civilisation des oppida » cent ans après Joseph Déchelette : une introduction », Pallas, 105, p. 151-157.

Gilles, 1985 = Gilles K.-J., Spätrömische Höhensiedlungen in Eifel und Hunsrück, Trier : Rheinisches Landesmuseum (Trierer Zeitschrift  Beiheft, 7).

Kasprzik, Monteil, 2017 = Kasprzik M., Monteil M. dir., Agglomération, vici et castra du Nord de la Gaule entre Antiquité tardive et début du haut Moyen Âge, Gallia, 74-1. URL : https://journals.openedition.org/gallia/1319

Luault, Venco, 2020 = Luault N., Venco C. éd., Peuplement et territoires de montagne durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, Actes de la journée d’étude organisée par l’équipe Terrae, Toulouse, 11 octobre 2018 (Archéologie du Midi médiéval, 38).

Martinez, 2017 = Martinez D., De la cité arverne au diocèse de Clermont. Topographie ecclésiale, fortifications et peuplement de l’Auvergne entre Antiquité tardive et haut Moyen Âge (Ve-Xe siècles) : une approche archéologique, Thèse de doctorat en Histoire de l’Art et Archéologie dirigée par Phalip B., Université Clermont Auvergne, 3 vol., 1628 p.

Martinez, 2020 = Martinez D., « Entre plaine et montagne. Gestion du territoire et réseaux de peuplement dans la cité de Clermont durant l’Antiquité tardive (Ve-VIIe siècles) », Archéologie du Midi médiéval, 38, p. 273-288.

Martinez et al. 2019 = Martinez M., Kasprzyk, Quiquerez A., Chaume B., Chenal T., Delrieu F., Dendievel A.-M., Grzesznik A., Saggese A., Vergine T., Confrontation entre sites de hauteur des âges des Métaux (âge du Bronze et Premier âge du Fer) et de l'Antiquité tardive et du haut Moyen Âge. Pré-publication. URL : halshs-03612536

Porte, 2011 = Porte P., 2011, Larina et son territoire (Nord-Isère) de l’Antiquité au Moyen Âge : études archéologiques et historiques en Nord-Isère, Paris, Séguier, 2 tomes.

Schneider, 2001 = Schneider L., Oppida et castra tardo-antiques. À propos des établissements de hauteur de Gaule méditerranéenne, in Ouzoulias P., Pellecuer C., Raynaud C., Van Ossel P., Garmy P. dir., Les campagnes de la Gaule à la fin de l’Antiquité, Actes du colloque AGER IV, Montpellier, 11-14 mars 1998, éd. APDCA, Sophia Antipolis, p. 433-448.

Schneider, 2004 = Schneider L., « Entre Antiquité et haut Moyen Âge : traditions et renouveau de l’habitat de hauteur dans la Gaule du sud-est », in Fixot M., dir., Paul-Albert Février de l’Antiquité au Moyen Âge, Actes du colloque de Fréjus, 7-8 avril 2001, Publications de l’Université de Provence, Aix-en-Provence, p. 173-200. 

Schneider, 2011 = « Établissements perchés de la France méridionale (Ve-IXe siècles), Dossiers d’Archéologie, 334, mars-avril 2011, p. 24-29

Schneider, 2019 = Schneider L., « Le château avant le château ou le défi réel du temps long (VIe-IXe siècles) : quelques repères en guise d’introduction », in Bourin M., Schneider L. éd., Châteaux, palais et tours : pouvoirs et cultures dans l’Occitanie médiévale, Patrimoine du Sud, 10, 2019. URL : http://journals.openedition.org/pds/2638

Schneider, Fauduet, Odenhardt-Donvez, 2007 = Schneider L., Fauduet I. et Odenhardt-Donvez I., « Structures du peuplement et formes de l’habitat dans les campagnes du sud-est de la France de l’Antiquité au Moyen Âge (IVe-VIIIe siècles) : essai de synthèse », Gallia, 64, p. 11-56.

Lejars, Schwaller, Marchand, 2018 = Lejars T., Schwaller M., Marchand G., Ensérune (Nissan-lez-Ensérune, Hérault) : la nécropole du second âge du Fer, Lattes, 900 p. (Monographie d'Archéologie Méditerranéenne, 38).

Tixier, Liabeuf, 1984 = Tixier L., Liabeuf R., « Aménagements et constructions sur le plateau de Saint-Victor de Massiac (Cantal) de la protohistoire au XVIe siècle. Essai d’interprétation stratigraphique et chronologique », Archéologie médiévale, 14, p. 221-257.

Verdin, 2001 = Verdin F., « L’oppidum de Constantine (Lançon-de-Provence, Bouches-du-Rhône) : un exemple d’établissement de hauteur réoccupé durant l’Antiquité tardive », Revue Archéologique de Narbonnaise, 34, p. 105-121.

von Petrikovitz, 1971 = Von Petrikovits H., « Fortifications in the North-Western Roman Empire from the Third to the Fifth Centuries A. D. », The Journal of Roman Studies, 61, p. 178–218.

Wahlen, 1994 = Wahlen P., Alésia au Moyen Âge : la basilique Sainte-Reine (4e-10e s.), Bulletin de la Société des fouilles archéologiques et des monuments historiques de l'Yonne, 11, p. 18-30.

Notes

1 Répondant à une autre configuration pour l’occupation antérieure à la période romaine, on pourra également citer les fouilles de l’oppidum de Saint-Blaise à Saint-Mitres-les-Remparts (13) (Démians d’Archimbaud, 1994), celui de Constantine à Lançon-de-Provence (13) (Verdin, 2001), ou encore ceux d’Entremont (Arcelin, 2022) et d’Ensérune (Lejars, Schwaller, Marchand, 2018). Sur cette question pour le Midi et la Provence, on renverra plus généralement à Schneider, 2004 et 2011, ainsi qu’à Bertoncello, Gazenbeek, 1997.

2 Cette baisse de régime, d’ailleurs loin d’être synonyme d’un arrêt brutal, est toutefois à nuancer pour la Gaule continentale, du moins pour les sites du Second âge du Fer, où la fouille de grands ensembles se poursuit sans discontinuité dans les années 1990, avec en premier lieu bien sûr l’oppidum de Bibracte, mais aussi ceux de Corent ou de Gergovie en Auvergne, pour ne citer que ceux-ci.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search