Version classiqueVersion mobile

Archéologie du bâti. Aujourd’hui et demain

 | 
Christian Sapin
, 
Sébastien Bully
, 
Mélinda Bizri
, 
et al.

Table ronde

Du passé à l’avenir ou de l’archéologue à l’architecte : transmettre le patrimoine

From the past to the future or from archaeologist to architect : passing on heritage

Elen Cadiou

Résumé

Si l’archéologue s’intéresse au passé, l’architecte projette pour l’avenir. Il n’en reste pas moins que le premier, en déconstruisant, cherche à comprendre l’acte de construire ou de détruire et que le second, en construisant, s’inscrit dans une durée en créant le patrimoine de demain.
Entre les deux, il existe ce moment présent où archéologue et architecte interviennent sur un édifice existant pour l’étudier, l’appréhender, le sauvegarder, le restaurer et le transmettre : un travail sur le temps et sur l’espace qui concilie deux professions qui pourraient sembler de prime abord antinomiques.

Texte intégral

1Presque 20 ans après la table ronde de Saint-Romain-en-Gal (9-10 nov. 2001), l’archéologie du bâti pose encore question tant dans ses pratiques, très diverses selon les structures, qu’en ce qui concerne l’objet précis de son étude ou encore le moment opportun pour l’intervention archéologique qui s’intègre dans le projet de réhabilitation. Le dialogue entre les différents acteurs est alors essentiel, chacun a un rôle à apporter.

2Il semble acquis aujourd’hui que l’enregistrement stratigraphique, propre à l’archéologie de manière générale, est la base de l’observation, qui se veut objective, scientifique et loin des postulats ou a priori. Il est évident également qu’il n’existe pas de frontière entre les niveaux enfouis et ceux en élévation et que l’enregistrement des données peut et doit se faire de façon continue sans distinction entre US (unité stratigraphique) et UC (unité construite) afin d’appréhender de façon globale l’évolution d’un site.

3De la même façon, l’étude des élévations ne se limite pas à une simple observation architecturale mettant en exergue une stylistique qui permettrait d’attribuer l’édifice en question à une époque de construction. Il s’agit avant tout d’une réelle fouille des strates (enduit, reprise de maçonnerie, etc.) afin de récolter des données qui seront scrupuleusement enregistrées avant de disparaître lors de la phase ultime de travaux. Car s’il est vrai qu’une restauration permet à l’édifice de continuer à exister de façon pérenne, l’intervention ne permet pas en revanche de conserver les traces archéologiques qui font l’histoire du monument. L’intervention de l’archéologue en amont d’un projet s’avère tout à fait justifiée, non seulement pour expliquer l’évolution du site mais également pour en garder la mémoire.

4Cette méthodologie rigoureuse permet ainsi de mettre en avant un phasage relatif qui pourra dans un second temps être précisé en datation absolue à l’aide de différentes approches (mobilier archéologique dans les tranchées de fondation, les sols voire dans les maçonneries ; radiocarbone sur les charbons piégés dans les mortiers, thermoluminescence sur les mortiers, dendrochronologie, typochronologie, étude historique, etc.).

5L’archéologie contemporaine des sites industriels ou liés aux deux guerres mondiales pose également la question de l’objet auquel s’attache l’étude. L’étude archéologique doit-elle intégrer également les éléments de décor, les menuiseries ou autre éléments architecturaux faisant partie du second-œuvre (Fig. 1) ?

Fig. 1. L’Aître Saint-Maclou à Rouen a fait l’objet d’une première prescription du Service Territorial des Monuments Historiques en préalable au projet architectural et afin de le définir, avant une nouvelle prescription du Service Régional d’Archéologie pour la surveillance de travaux. Cette complémentarité a permis de réaliser une étude poussée jusqu’à l’enregistrement stratigraphique de la centaine de fragments de papiers peints.

6Outre ces considérations, se pose également la question du moment opportun pour accéder au site et à ses données archéologiques. Bien souvent réalisées en préventif dans le cadre d’un projet de réhabilitation, à quelle étape du projet doit intervenir l’archéologue pour mener à bien ces études ?

7Encore aujourd’hui, on se rend compte que de nombreuses interventions se font alors que les travaux sont en cours ou peu avant la date de démarrage du chantier.

8En effet, les études de bâti sont encore souvent prescrites en diagnostic sans pour autant que ne soit envisagée la possibilité d’une fouille. Ainsi, les travaux démarrent immédiatement après la fin du diagnostic et sans que le rapport ne soit rendu, alors même que les découvertes apportent bon nombre d’informations qui, dans certains cas, contredisent le projet, dans d’autre cas, auraient gagné à enrichir ce dernier.

9Les études réalisées lors de surveillance de travaux sont certes un réel avantage pour suivre le chantier au plus près. Le calendrier est toutefois à adapter en fonction de l’avancée du chantier et il apparaît primordial que le travail de l’archéologue soit alors parfaitement intégré par les différentes équipes et la maîtrise d’œuvre (Fig. 2).

Fig. 2. L’étude de bâti du cloître du Mont-Saint-Michel s’est déroulée parallèlement aux travaux de restauration (2017).

10S’il n’y a pas d’interventions archéologiques parfaites car elles dépendent bien souvent du type de projet, il apparaît néanmoins qu’une étude de bâti préalable aux travaux serait idéale.

11Elle permettrait d’une part d’avoir la connaissance du bâti et de son évolution bien en amont du projet. Les données archéologiques s’avéreraient alors précieuses pour nourrir ce dernier et faire en sorte qu’il soit en parfaite adéquation avec le site dans lequel il s’inscrit.

12D’autre part, l’étude archéologique pourrait être menée en parallèle des études architecturales préalables (diagnostic sanitaire par exemple), ce qui faciliterait la compréhension de certains phénomènes et désordres structurels.

13Enfin, l’étude de bâti apporterait également toute la documentation graphique servant de base à l’élaboration du projet (plans, coupes, détails structurels, 3d, etc.) avec des relevés précis et géoréférencés.

14Bien plus, les découvertes archéologiques sont parfois à l’origine d’inscription ou de classement des édifices, ce qui peut être un réel avantage pour la suite des travaux.

15Avec des études de bâti préalables et l’intégration des données, les projets architecturaux seraient probablement orientés différemment comme une nouvelle strate dans l’histoire du monument en question et ce, sans dénaturer l’existant.

16S’il est certes plus contraignant de construire avec l’existant, il est également très enrichissant de conjuguer la réhabilitation d’un bâti ancien et l’insertion d’un projet contemporain. Or, c’est là l’objet de la Chartes de Venise.

17Force est donc de constater que les deux acteurs principaux d’un projet de réhabilitation, l’archéologue et l’architecte, ont tout intérêt à travailler ensemble. De nombreux exemples de collaborations fructueuses existent et montrent tout l’intérêt de cette pluridisciplinarité.

18Pourtant, souvent aussi, il existe une dichotomie encore bien prégnante entre les deux professions (archéologue et architecte), qui émane probablement d’une vision archaïque du XIXe siècle.

19Si l’objet de leur attention est le même, leurs approches, leurs méthodologies et parfois même la considération qu’on leur porte diffèrent. Cette distinction se retrouve également dans la façon d’exercer : l’archéologue doit justifier de ses compétences de façon récurrente : l’agrément, l’arrêté de prescription, l’autorisation de fouille, l’arrêté de désignation, sont autant de pièces administratives indispensables à son exercice. Il est de plus en permanence sous le contrôle des services de l’État (services régionaux de l’archéologie) et doit encore obtenir une validation de son travail par l’avis rendu par la Commission Territoriale de la Recherche Archéologique.

20A contrario, pour l’architecte, seul son titre suffit bien souvent à le rendre légitime dans les missions qui lui sont confiées, ce qui n’est pas sans conséquences également. En effet, l’architecte, une des dernières professions à avoir un Ordre, est reconnu comme sachant et donc responsable. La tâche est immense et les risques encourus lourds de conséquences en cas de faute. À l’heure d’une réglementation de plus en plus complexe et sans cesse en évolution, il est plus simple de se prémunir en minimisant les risques. Travailler de concert avec un archéologue permettrait probablement d’allier des compétences différentes, un nouveau regard, une approche raisonnée et d’apporter de la nuance dans les choix opérés : l’aubier est atteint mais le cœur est bon, il n’est pas nécessaire de remplacer intégralement un plancher qui plus est, ancien ; la présence de vrillette est ancienne, il n’est pas nécessaire de traiter ; le parement du mur n’est pas altéré, il s’agit d’un ancien décor bûché, etc.

21En résumé, l’approche pluridisciplinaire est reconnue par un grand nombre d’acteurs du patrimoine comme étant la méthodologie à adopter. Or, si cette première étape est franchie, il reste cependant encore des obstacles, dont certains peut-être plus immuables. Une des premières étapes consisterait à décloisonner les Directions Régionales des Affaires Culturelles et notamment créer davantage de liens entre les Services Territoriaux de l’Architecture et du Patrimoine et les Services Régionaux de l’Archéologie. Ce décloisonnement se pratique déjà dans certaines régions où il a fait ses preuves. Le partenariat architecte/archéologue lors des études préalables apparaît comme un réel atout dans la compréhension du bâti. Il faudrait, pour ce faire, que l’architecte accepte de déléguer à l’archéologue l’étude du bâti qui pourrait l’aider à comprendre les désordres observés, argumenter les choix architecturaux, et préparer le dossier graphique.

22C’est donc déjà au niveau du Code du Patrimoine qu’il serait nécessaire de créer des passerelles entre les livres V (archéologie) et VI (monuments historiques, sites patrimoniaux remarquables et qualité architecturale).

23En plus de la collaboration archéologue-architecte, la pluridisciplinarité s’ouvre à d’autres compétences, en intégrant notamment le travail de l’Inventaire ou d’historiens par exemple. Les appels d’offres vont d’ailleurs de plus en plus souvent dans ce sens et les équipes de maîtrise d’œuvre doivent désormais s’accompagner d’historiens ou d’archéologues du bâti pour mener à bien un projet.

24Mais tout ce travail ne peut se faire sans la formation initiale. Si les archéologues sont formés en histoire de l’art et de l’architecture, les architectes n’ont aucune notion d’archéologie du bâti ou de sa méthodologie, ce qui semble un non-sens pour des acteurs du patrimoine intervenant quotidiennement sur du bâti ancien. Il devient urgent d’y remédier en proposant une formation, non pas à l’école de Chaillot, mais dès les premières années de formation pour tous ceux qui, sans être ABF ou ACMH, interviendraient cependant sur du bâti, celui qui ne fait l’objet d’aucune protection et ce, sans pour autant être dénué d’intérêt. Car, évidemment, les protections quelles qu’elles soient, si elles permettent de protéger certains édifices reconnus comme ayant un intérêt, tendent à exclure tous les autres auxquels s’intéressent d’ailleurs de plus en plus l’archéologue du bâti ainsi que les services de l’Inventaire.

25Les apports scientifiques de l’archéologie du bâti ne sont plus à prouver aujourd’hui, l’intérêt d’une étude dans le cadre d’un projet architectural encore moins.

26Il reste que la discipline a probablement évolué plus vite ces dernières décennies que la législation et les acquis. Ainsi, chacun fait au mieux selon les cas, ce qui aboutit une disparité nationale flagrante au niveau des pratiques au sein de la même profession.

27Tout semble à redéfinir pour des interventions exemplaires à commencer par les rôles de l’architecte et de l’archéologue en prenant exemple sur des régions ou des villes où, de l’échange fructueux entre les différents acteurs (architecte, archéologue, pouvoirs publics, riverains) qui ont su transgresser les différents obstacles, naît une étude rigoureuse et un projet de qualité.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. L’Aître Saint-Maclou à Rouen a fait l’objet d’une première prescription du Service Territorial des Monuments Historiques en préalable au projet architectural et afin de le définir, avant une nouvelle prescription du Service Régional d’Archéologie pour la surveillance de travaux. Cette complémentarité a permis de réaliser une étude poussée jusqu’à l’enregistrement stratigraphique de la centaine de fragments de papiers peints.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/29240/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 843k
Légende Fig. 2. L’étude de bâti du cloître du Mont-Saint-Michel s’est déroulée parallèlement aux travaux de restauration (2017).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/29240/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 970k

Auteur

Archéologue du bâti, responsable d’opération, Inrap Grand Ouest.
elen.cadiou@inrap.fr

© ARTEHIS Éditions, 2022

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search