Version classiqueVersion mobile

Archéologie du bâti. Aujourd’hui et demain

 | 
Christian Sapin
, 
Sébastien Bully
, 
Mélinda Bizri
, 
et al.

Posters

L’apport de l’étude de l’ornement sculpté des supports de l’architecture gothique dans la compréhension et la datation du chantier de construction en vallée mosane

The carved ornament of Gothic pillars and its contribution to the understanding and dating of the construction site in Meuse valley

Aline Wilmet

Résumé

En Belgique, si le décor sculpté a longtemps été utilisé pour définir une géographie artistique, il n’a paradoxalement jamais fait l’objet d’une analyse approfondie. Une thèse de doctorat défendue en 2017 à l’Université de Namur a permis de renouveler l’étude du décor sculpté en développant une méthodologie à double approche : l’analyse typologique et morphologique en dialogue constant avec l’analyse matérielle de l’ornement. Le cas de l’ancienne collégiale Saint-Paul de Liège illustre parfaitement l’intérêt d’utiliser le décor sculpté architectural en tant qu’outil de compréhension du bâtiment et de sa datation.

Texte intégral

1. Le renouvellement d’une approche

  • 1 Schayes A. G. B., Histoire de l'architecture en Belgique, Bruxelles, 4 vol, 1849-1852 ; Rousseau F (...)
  • 2 Rolland P., « L’architecture et la sculpture gothique », in P. Fierens, L’art en Belgique, Bruxell (...)
  • 3 Wilmet A., Le décor sculpté des supports de l’architecture gothique en vallée mosane. Analyse des (...)

1En Belgique, le décor sculpté a fait les frais d’une histoire de l’architecture longtemps demeurée cloisonnée dans une conception régionaliste, probablement faute de recherches récentes permettant de s’en émanciper véritablement1. En effet, dès les premières études consacrées à l’architecture gothique en Belgique, le chapiteau dit « mosan », caractérisé par l’emploi du calcaire de Meuse et par une ornementation de « feuilles de plantain » (Fig. 1), est envisagé en tant que marqueur stylistique caractéristique de l’architecture de la région2. Hissé au titre de critère de définition de l’architecture, le chapiteau sculpté mosan demeurait ancré dans un immobilisme scientifique qui n’a été ébranlé qu’en 2017, dans le cadre d’une thèse de doctorat menée à l’Université de Namur3. Cette recherche, basée sur le dialogue entre analyses archéologique et typologique de l’ornement, avait pour objectif d’en renouveler l’approche au regard des méthodologies actuelles, et particulièrement de l’archéologie du bâtiment.

Fig. 1. Le chapiteau mosan dit « à feuilles de plantain » (d’après S. Brigode, 1944).

2Cette méthodologie a débouché sur la mise au point d’une nouvelle lecture des formes, émancipée de la traditionnelle approche fondée sur la définition de la flore architecturale gothique. La description typologique, menée au moyen d’un vocabulaire précis, permet d’identifier les différentes formes popularisées en vallée mosane, ainsi que leur répartition géographique et chronologique. Conjointement à cette approche, l’analyse archéologique de l’ornement sculpté, au travers de l’enregistrement de données métriques, des traces d’outils, des marques lapidaires et des tracés préparatoires, favorise une meilleure compréhension des procédés de façonnage réservé à l’ornement et, dans une perspective plus large, du chantier de construction.

2. Un outil de datation et de compréhension d’une chaine opératoire

  • 4 Baudry A., Wilmet A., « L’étude du décor, du façonnage et de la mise en œuvre de la pierre et son (...)

3L’analyse approfondie des chapiteaux sculptés a mis en évidence plusieurs adaptations techniques et formelles observées entre le XIIIe et le XVIe siècle : transformation du profil de la corbeille devenant de plus en plus angulaire au fil du temps (Fig. 2), évolution dans la sélection de l’outillage privilégié (Fig. 3), stylisation progressive du feuillage et accentuation du modelé de ce dernier (Fig. 4), fluctuation du niveau d’implantation de la corolle végétale sur la corbeille (Fig. 5). Ces indices peuvent servir de critère de datation en l’absence de donnée historique ou de charpentes médiévales4.

Fig. 2. Transformation du profil de la corbeille du chapiteau entre le XIIIe siècle et le XVIe siècle. a. corbeille en calice ; b. corbeille en talon ; c. corbeille à crossettes ; d. corbeille à ressaut chanfreiné (cl. et DAO A. Wilmet).

Fig. 3. Évolution des techniques de taille réservées au décor sculpté en calcaire de Meuse entre le XIIIe et le XVIe siècle (A. Wilmet).

Fig. 4. Stylisation du modelé du feuillage du chapiteau dit « mosan » entre le XIIIe et le XVIe siècle (cl. et DAO A. Wilmet).

Fig. 5. Quelques exemples de la fluctuation du niveau d’implantation de la corolle végétale sur la corbeille. a. Liège, Saint-Paul, XIVe siècle ; b. et c. Maastricht, Saint-Jean, XVe siècle ; d. Gruitrode, Sainte-Gertrude, XVIe siècle (cl. A. Wilmet).

  • 5 Wilmet A., Baudry A., « L’optimisation des procédés de façonnage et de mise en œuvre du calcaire d (...)

4Les évolutions observées sur le décor entre le XIIIe et le XVIe siècle témoignent également de la simplification des procédés et des formes pour optimiser le mode opératoire dans une volonté de rentabilité ainsi que pour faciliter la diffusion des modèles, particulièrement entre le XVe et le XVIe siècle, période de forte activité constructive dans la région5.

3. Une application : l’ancienne collégiale Saint-Paul à Liège

  • 6 Forgeur R., « La construction de la collégiale Saint-Paul à Liège aux temps romans et gothiques », (...)
  • 7 Hoffsummer P., Les charpentes de toitures en Wallonie. Typologie et dendrochronologie (XIe-XIXe si (...)
  • 8 Id., Tourneur F., Doperé F., Piavaux M., « Églises liégeoises en chantier au XIIIe et au XIVe sièc (...)
  • 9 Wilmet A., Le décor sculpté des supports de l’architecture gothique en vallée mosane…, op.cit.

5Située en plein cœur de l’Île, à proximité du bras de Meuse appelé Sauvenière, l’ancienne collégiale Saint-Paul est fondée au Xe siècle par l’évêque Éracle. L’édifice sera reconstruit dans le style gothique entre le XIIIe et le XVe siècle (Fig. 6). Bien daté par les sources6, la dendrochronologie (Fig. 7)7 et l’analyse des techniques de taille8, cet édifice a permis d’identifier les jalons de l’évolution de l’ornement architectural gothique en confrontant ses caractéristiques à un large inventaire de bâtiments situés en milieu urbain et rural9. L’étude approfondie du décor, en lien direct avec le contexte bâti, a précisé le phasage chronologique tout en apportant des renseignements précieux concernant l’organisation du travail de la pierre et de sa mise en œuvre sur le chantier liégeois.

Fig. 6. Liège, nef de la collégiale Saint-Paul (cl. A. Wilmet).

Fig. 7. Liège, collégiale Saint-Paul. Phasage dendrochronologique (del. P. Hoffsummer).

1251-1252d : une première campagne homogène

6La première phase concerne le chœur à chevet plat, le transept ainsi que les deux dernières travées de la nef. Cette partie de l’édifice témoigne de l’emploi de deux modèles de chapiteaux : le premier, en grès houiller, est doté de crochets et est réservé aux supports de la croisée du transept. Le second, en calcaire de Meuse ou en calcaire bajocien, est orné d’une corolle de feuilles lancéolées. Ce dernier modèle, majoritaire dans cette phase, est relevé dans le vaisseau central et dans les bas-côtés ainsi que dans les bras du transept. Les chapiteaux en calcaire de Meuse témoignent tous des mêmes caractéristiques : outre l’usage d’un modèle et de techniques de taille identiques, l’astragale est toujours sculpté dans le premier tambour sous le chapiteau (Fig. 8). La taille privilégiée à la finition du décor en calcaire de Meuse est la taille pointée fine menée à la broche et parfois, au ciseau grain d’orge. Quant à la taille ciselée, elle persiste sur les chapiteaux à crochets en grès, telle qu’elle était répandue sur ce matériau à l’époque romane.

Fig. 8. Liège, collégiale Saint-Paul, chapiteau des deux dernières travées de la nef, vers 1251-1252d (cl. A. Wilmet).

1264-1300 d : un projet ambitieux

7Dans la quatrième et la cinquième travée de la nef, les chapiteaux en calcaire de Meuse du triforium offrent un profil plus angulaire, dit à crossettes. Leur qualité d’exécution est variable, laissant supposer l’implication de tailleurs de pierre à la maîtrise différente. La taille privilégiée à la finition du décor est la taille pointée fine menée au ciseau grain d’orge. La taille ciselée, relevée sur les bases inachevées, est employée en traitement préparatoire. Quant aux chapiteaux en calcaire bajocien, ils témoignent d’une décoration de feuilles incisées et de bouquets végétaux. L’analyse de l’ornementation des supports du triforium corrobore le phasage proposé par la dendrochronologie.

8Pourtant, entre la deuxième et la cinquième travée (toutes les quatre concernées par deux datations dendrochronologiques distinctes : 1264-1300d et 1328-1330d), les chapiteaux des grandes arcades démontrent une certaine homogénéité : tous sont ornés d’une corolle de feuilles lancéolées dont le centre du limbe est accentué d’une légère dépression (Fig. 9). Si l’analyse métrique témoigne d’une légère fluctuation de la hauteur des assises mises en œuvre dans ces quatre travées, elles forment un groupe distinct de la première et des deux dernières travées de la nef. Dans les bas-côtés de la deuxième à la cinquième travée, les chapiteaux, qu’ils soient ornés de feuilles lancéolées ou de feuilles incisées, offrent les mêmes caractéristiques : la taille est réalisée au ciseau grain d’orge ainsi qu’au ciseau et l’assise du chapiteau intègre une partie du tambour sous l’astragale (Fig. 10).

Fig. 9. Liège, collégiale Saint-Paul. Accentuation de la nervure médiane du limbe du décor végétal des chapiteaux entre la deuxième et la cinquième travée (cl. A. Wilmet).

Fig. 10. Liège, collégiale Saint-Paul. Chapiteaux des bas-côtés de la nef, entre la deuxième et la cinquième travée (cl. A. Wilmet).

9Alors que la dendrochronologie restreint la deuxième phase de construction de l’édifice à la quatrième et à la cinquième travée, l’analyse du décor propose d’élargir la campagne de construction de 1264-1300d jusqu’aux deuxièmes supports de la nef.

1328-1330d : une nouvelle organisation du chantier

10Outre l’homogénéité des chapiteaux des grandes arcades et des bas-côtés entre la deuxième et la cinquième travée, plusieurs indices témoignent d’une rupture dans le chantier entre les parties hautes et les supports des grandes arcades dans la deuxième et la troisième travée de la nef. D’abord, des marques lapidaires ont été relevées sur les maçonneries des murets du triforium et sur l’intrados des grandes arcades (Fig. 11). Ensuite, les chapiteaux du triforium offrent un décor figuratif, exceptionnel avant le XIVe siècle en vallée mosane, qui se distingue nettement du décor végétal des travées antérieures. Ces chapiteaux à décor de personnages ou de monstres sont comparables à ceux relevés dans le chœur, également datés des années 1328-1330d (Fig. 12). Enfin, la fluctuation de la hauteur des assises mises en œuvre dans les écoinçons des grandes arcades tranche nettement avec l’homogénéité de celles des tambours des colonnes de la nef.

Fig. 11. Liège, collégiale Saint-Paul. Marques lapidaires relevées sur les murets du triforium ainsi que sur les grandes arcades de la deuxième et de la troisième travée de la nef (cl. A. Wilmet).

Fig. 12. Liège, collégiale Saint-Paul. Chapiteaux figuratifs du chœur et de la deuxième et troisième travée du triforium de la nef (cl. A. Wilmet).

11Ces indices poussent à considérer que la datation 1328-1330d ne concerne que les parties hautes, à partir du tas de charge reposant sur les tailloirs des supports de la nef (Fig. 13). Ces dernières, façonnées durant la campagne antérieure (1264-1300d), auront été stockées en attendant la poursuite du chantier.

Fig. 13. Phasage de la nef (DAO A. Wilmet ; nuage de points du Laboratoire de géomatique ULiège).

4. L’édification de la tour et clôture de la nef : 1390-1417

12Le décor des supports de la première travée tranche avec celui des travées antérieures. La corbeille affecte un profil plus anguleux et la corolle de feuilles est accentuée de gonflements globulaires (Fig. 14). La taille pointée est toujours privilégiée. Cependant, l’organisation des impacts en quadrillage, plus fréquente dans cette première travée, suggère l’usage du ciseau boucharde, exceptionnel dans la région. Certaines maçonneries fines, colonnettes et bases voient le ciseau se généraliser à leur finition : le chantier entre dans sa phase du XVe siècle, sous le décanat de Grégoire Mariscal (1417-1430). La première travée est édifiée pour clôturer le chantier, reliant ainsi le chantier de la tour à la nef, comme le confirme l’inversion du sens de numérotation des fermes de cette portion de la charpente.

Fig. 14. Liège, collégiale Saint-Paul. Chapiteaux de la première travée de la nef (cl. A. Wilmet).

5. Conclusions

  • 10 Dans le cadre de cette recherche, 103 édifices de statuts différents ont été étudiés parmi lesquel (...)

13L’analyse détaillée des formes sculptées répandues dans un inventaire conséquent d’édifices de la vallée mosane10 a favorisé l’identification des grandes catégories de modèles, de leur origine, adaptations et évolutions au cours du temps. Devant la grande variété de modèles, la conception d’un chapiteau « typiquement mosan » à feuilles dites « de plantain », tel que le présentaient les études antérieures, apparaît désormais comme un stéréotype réducteur. Si l’analyse morphologique du décor ne permet pas toujours l’établissement d’une typochronologie précise en raison de la persistance de certains modèles sur une très longue période ou des variations dans le traitement des formes inhérentes à l’interprétation du sculpteur, c’est davantage l’approche archéologique de l’ornement, par le biais d’analyses métriques, de l’enregistrement des traces d’outils, des ciselures périphériques, des marques et traces de mises en œuvre qui permet d’en préciser l’évolution et la datation tout en apportant des indices majeurs à la compréhension du chantier médiéval. L’analyse approfondie des techniques de taille réservées au façonnage des ornements conjointe à celle des traces relevées sur les maçonneries ordinaires apparaît comme un approfondissement nécessaire aux référentiels chronologiques existants pour les différentes natures de pierres. En effet, le degré d’élaboration davantage abouti du décor sculpté apporte de nouvelles données techniques qui permettent d’affiner le phasage de certains édifices comme ce fut le cas à la collégiale Saint-Paul à Liège. Toutes ces particularités, bien que parfois très ténues, peuvent s’avérer déterminantes dans la précision de la chronologie ou du phasage des chantiers, même lorsque nous ne disposons pas de données dendrochronologiques pour baliser les interprétations. Il s’agit cependant de rester prudent dans l’interprétation de ces enregistrements, car il n’est pas rare de voir cohabiter, dans une même campagne de construction, différentes techniques de taille, plusieurs types de formes et de modelés, des variations des hauteurs d’assises ou de ciselure périmétrique. Dès lors, c’est avant tout, le croisement des approches qui permet de lever le voile sur l’organisation et la datation du chantier de construction.

Notes

1 Schayes A. G. B., Histoire de l'architecture en Belgique, Bruxelles, 4 vol, 1849-1852 ; Rousseau F., « L’art mosan », Annales de la Société archéologique de Namur, 39, 1930, p. 1-248.

2 Rolland P., « L’architecture et la sculpture gothique », in P. Fierens, L’art en Belgique, Bruxelles, 1939, p. 45-90 ; Brigode S., Les églises gothiques de Belgique, Bruxelles, 1944, p. 19.

3 Wilmet A., Le décor sculpté des supports de l’architecture gothique en vallée mosane. Analyse des formes et des techniques pour une approche renouvelée du chantier médiéval, thèse de doctorat en histoire de l’art et archéologie (dir. M. Piavaux), Namur, Université de Namur, 2017, 3 vol.

4 Baudry A., Wilmet A., « L’étude du décor, du façonnage et de la mise en œuvre de la pierre et son impact sur la compréhension du chantier gothique. Le cas de la nef et de la façade occidentale de la collégiale Notre-Dame à Dinant (XVIe-XVe siècle) », in La pierre comme porteur de messages du chantier de construction et de la vie du bâtiment. Actes du XXIe colloque International de Glyptographie (G.I.R.G.), Amay 8-14 juillet 2018, Bruxelles, Éditions Safran, 2019, p. 39-54.

5 Wilmet A., Baudry A., « L’optimisation des procédés de façonnage et de mise en œuvre du calcaire de Meuse aux XVe et XVIe siècles », in Bienvenu G., Monteil M., Rousteau-Chambon H. dir., Construire ! Entre Antiquité et Époque contemporaine, actes du 3e Congrès francophone d’histoire de la construction, Paris, Picard, 2019.

6 Forgeur R., « La construction de la collégiale Saint-Paul à Liège aux temps romans et gothiques », Bulletin de la Commission royale des Monuments, Sites et Fouilles, 18, 1969, p. 9-203.

7 Hoffsummer P., Les charpentes de toitures en Wallonie. Typologie et dendrochronologie (XIe-XIXe siècle), Namur, Ministère de la Région wallonne – Division du patrimoine,1995 (Étude et documents, monuments et sites, 1).

8 Id., Tourneur F., Doperé F., Piavaux M., « Églises liégeoises en chantier au XIIIe et au XIVe siècle », in Van Den Bossche B. dir., La cathédrale gothique Saint-Lambert. Une église et son contexte. Actes du colloque international de Liège, 16-18 avril 2002, Liège, ULg-Service d'Histoire de l'Art et Archéologie du Moyen Âge, 2005, p. 97-110 (ERAUL, 108) ; Wilmet A., « Pour une lecture affinée du chantier gothique en région mosane : étude archéologique de l’ornement sculpté », Bulletin de la Commission royale des Monuments, Sites et Fouilles, 27, 2015, p. 7-58.

9 Wilmet A., Le décor sculpté des supports de l’architecture gothique en vallée mosane…, op.cit.

10 Dans le cadre de cette recherche, 103 édifices de statuts différents ont été étudiés parmi lesquels 21 ont bénéficié d’une analyse approfondie menée in situ.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le chapiteau mosan dit « à feuilles de plantain » (d’après S. Brigode, 1944).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28777/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 2. Transformation du profil de la corbeille du chapiteau entre le XIIIe siècle et le XVIe siècle. a. corbeille en calice ; b. corbeille en talon ; c. corbeille à crossettes ; d. corbeille à ressaut chanfreiné (cl. et DAO A. Wilmet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28777/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Légende Fig. 3. Évolution des techniques de taille réservées au décor sculpté en calcaire de Meuse entre le XIIIe et le XVIe siècle (A. Wilmet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28777/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 4. Stylisation du modelé du feuillage du chapiteau dit « mosan » entre le XIIIe et le XVIe siècle (cl. et DAO A. Wilmet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28777/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Légende Fig. 5. Quelques exemples de la fluctuation du niveau d’implantation de la corolle végétale sur la corbeille. a. Liège, Saint-Paul, XIVe siècle ; b. et c. Maastricht, Saint-Jean, XVe siècle ; d. Gruitrode, Sainte-Gertrude, XVIe siècle (cl. A. Wilmet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28777/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 6. Liège, nef de la collégiale Saint-Paul (cl. A. Wilmet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28777/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 989k
Légende Fig. 7. Liège, collégiale Saint-Paul. Phasage dendrochronologique (del. P. Hoffsummer).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28777/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 8. Liège, collégiale Saint-Paul, chapiteau des deux dernières travées de la nef, vers 1251-1252d (cl. A. Wilmet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28777/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Légende Fig. 9. Liège, collégiale Saint-Paul. Accentuation de la nervure médiane du limbe du décor végétal des chapiteaux entre la deuxième et la cinquième travée (cl. A. Wilmet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28777/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Légende Fig. 10. Liège, collégiale Saint-Paul. Chapiteaux des bas-côtés de la nef, entre la deuxième et la cinquième travée (cl. A. Wilmet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28777/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 11. Liège, collégiale Saint-Paul. Marques lapidaires relevées sur les murets du triforium ainsi que sur les grandes arcades de la deuxième et de la troisième travée de la nef (cl. A. Wilmet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28777/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende Fig. 12. Liège, collégiale Saint-Paul. Chapiteaux figuratifs du chœur et de la deuxième et troisième travée du triforium de la nef (cl. A. Wilmet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28777/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende Fig. 13. Phasage de la nef (DAO A. Wilmet ; nuage de points du Laboratoire de géomatique ULiège).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28777/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 513k
Légende Fig. 14. Liège, collégiale Saint-Paul. Chapiteaux de la première travée de la nef (cl. A. Wilmet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28777/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search