Version classiqueVersion mobile

Iconographie du quotidien dans l’art provincial romain : modèles régionaux

 | 
Sabine Lefebvre

NOUVEAUTÉS

Des hommes et des bêtes : la présence des animaux domestiques sur les stèles funéraires gallo-romaines du territoire lingon

Anne-Laure Edme

Résumé

Bien connu grâce aux nombreuses études dont il a fait l’objet, l’art funéraire gallo-romain n’a pas encore livré tous ses secrets. Ainsi, certains symboles utilisés couramment nous sont encore étrangers, ou tout du moins énigmatiques. L’objectif est ici de mettre en évidence l’aspect affectif qui peut être évoqué sur les monuments gallo-romains de l’Est de la France, notamment en ce qui concerne la présence des animaux domestiques sur ces reliefs sculptés.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En territoire lingon (fig. 1), un grand nombre de stèles funéraires ont été mises au jour entre Andemantunnum / Langres, la capitale, et des villes secondaires comme Dijon, Bourbonne-les-Bains, Châtillon-sur-Seine ou encore Til-Châtel. Ces monuments nous offrent un témoignage des pratiques funéraires ayant cours sous le Haut-Empire. Parmi cet important ensemble typologique, il existe des stèles présentant des animaux domestiques au côté du défunt. Quel pouvait être le symbolisme lié à ces animaux ? En quoi attestent-ils d’une réalité quotidienne ? De nombreuses tombes ont révélé une association de restes humains et animaux au sein d’’une même structure. Ces animaux sont généralement les suivants : chien, chat, cheval, bœuf, porc, caprinés, coq et oiseaux domestiques, et plus rarement des animaux sauvages (Lepetz, 1996). Si on peut supposer une offrande alimentaire dans le dépôt de restes de chevaux, bœufs, caprinés, porc et coq, les autres restes animaux peuvent plutôt être rapproch...

Auteur

Doctorante en archéologie classique, UMR 6298 ARTEHIS.

© ARTEHIS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search