Version classiqueVersion mobile

Archéologie du bâti. Aujourd’hui et demain

 | 
Christian Sapin
, 
Sébastien Bully
, 
Mélinda Bizri
, 
et al.

Des matériaux en questions

Intervenir sur du bâti urbain : les églises de Poitiers (France, Vienne)

Investigating urban buildings : the churches in Poitiers (France, Vienne)

Brigitte Boissavit-Camus

Résumé

Le bâti religieux médiéval de Poitiers a fait l'objet de nombreuses études universitaires et protections au titre du patrimoine. La première opération d'archéologie du bâti a eu lieu à Notre-Dame la Grande en 1991, dans le cadre d'un programme de restauration MH, tandis qu'à la fin de cette décennie, le baptistère Saint-Jean était l'un des sites du PCRI sur les édifices cultuels en Aquitaine durant le haut Moyen Âge. Parallèlement, l'archéologie urbaine s'y est peu à peu développée depuis les années 1970, jalonnée par des synthèses sur l'histoire urbaine. Poitiers permet donc d'appréhender la complexité de l'étude des églises en milieu urbain.
Du point de vue monographique, le sujet rencontre les problèmes inhérents à l'étude de tout édifice ancien, en matière de problématiques scientifiques, de méthodologie d'intervention, de documentations ou encore d'accessibilité. Mais si l'on envisage la question à l'échelle urbaine, ces contraintes sont démultipliées vu la variété des situations documentaires, de conservation, d'usage et de statut. L'usage des édifices dans la longue durée, tout en en permettant la conservation, les a souvent profondément transformés. L'analyse est aussi rendue plus complexe par une longue historiographie, locale et générale de l'architecture et de la ville, car la thématique englobe deux objets d'étude souvent encore peu ou mal articulés, en raison des champs disciplinaires de leurs auteurs. L'architecture religieuse médiévale, avec ses évolutions constructives et ses expressions artistiques, a été longtemps l'apanage des historiens d'art, tandis que les pratiques cultuelles et funéraires, tout comme l'organisation et le développement urbains, relevaient des préoccupations des historiens et des archéologues, à l'exception de la dimension du paysage urbain qui intéresse les historiens d'art mais qui reste souvent floue quant à sa définition ou son contenu. Dans cette histoire de la ville, ce n'est qu'assez récemment, avec l'archéologie du bâti, que l'architecture et les lieux religieux s'intègrent à l'histoire de l'espace urbain, au-delà du seul critère d'emplacement. Outre les aspects socio-économiques, ces lieux et leurs matérialités sont les éléments constitutifs d'un réseau religieux qui a évolué au fil du temps et qui interagit avec les usages et les pressions que subit le tissu urbain. Envisager l'étude des édifices cultuels médiévaux à l'échelle urbaine impose aujourd'hui de redéfinir nos problématiques scientifiques et nos stratégies, documentaire et d'intervention, autrement que dans le but d'établir une monographie ou d'améliorer l'état de connaissance de la topographie historique, en tenant compte à la fois des processus de patrimonialisation mis en place ou défaits dans la durée et des contraintes actuelles et futures de conservation et d'accessibilité à la matière historique.
Cet article abordera ces différents aspects à travers le réseau des églises de Poitiers. Les églises médiévales jouent en effet un rôle prépondérant dans l'évolution de ce réseau qui a émergé dans la seconde moitié du IVe siècle.

Texte intégral

  • 1 À titre d’exemple la circulaire du 10 mai 1810, dite de Montalivet, ou celle du 10 août 1837. Berc (...)

1L’archéologie du bâtiment-église a maintenant une longue histoire en France. En sus de préoccupations toutes scientifiques, cette histoire s’inscrit dans une relation privilégiée avec les interventions en contexte patrimonial. Au XIXe siècle, les méthodes d’investigation se sont donc aussi élaborées en lien avec la production d’inventaires et la volonté de classifier les édifices pour établir une politique de conservation et de restauration. En attestent autant les préoccupations d’Arcisse de Caumont et de la Société française d’archéologie que les enquêtes administratives du XIXe siècle ou les consignes prises en 1838 par la jeune Commission des Monuments historiques1. Dès lors, le pli étant pris, cette spécialité continuera par la suite à se construire dans la confrontation des questionnements des historiens d’art, des praticiens et des archéologues.

  • 2 Circulaire 63150 du 5 août 1985, relative à l’organisation des études et travaux dans les monument (...)
  • 3 Lehoërff A., « L’enseignement de l’archéologie en licence dans les universités françaises », Les n (...)

2Comme l’a exposé Alice Vanetti en introduction de ce colloque, en France, il faut attendre les années 1970-80, pour que, dans le contexte de l’archéologie dite alors de sauvetage, la rencontre des études architecturales avec la nouvelle archéologie médiévale, en particulier urbaine, fasse évoluer les méthodes d’analyse vers l’archéologie du bâti. Ce colloque témoigne des convergences et des réactualisations qui se sont peu à peu opérées depuis, tout particulièrement avec l’intrusion des analyses en laboratoire et celle des nouvelles technologies numériques pour les relevés et leurs rendus. Pour autant, malgré les difficultés et les conflits entre institutions ou disciplines, on constate que l’évolution scientifique et technique ne s’est pas faite au détriment d’approches plus traditionnelles. Pour l’architecture religieuse en particulier, un lien fort s’est maintenu avec la recherche en histoire de l’art et de la liturgie, ce qui s’explique par l’augmentation des interventions en contexte de travaux MH, notamment après 19852 et par l’ancrage de certaines formations universitaires en archéologie au sein des départements d’histoire de l’art, après les directives de 1995 relatives à la Licence d’archéologie3.

  • 4 Au XIXe siècle, et encore jusque dans le dernier quart du XXe siècle, architectes diocésains, arch (...)
  • 5 Monumental, 2010 ; Boissavit-Camus B. dir., Le baptistère Saint-Jean de Poitiers. De l’édifice à l (...)

3À Poitiers, les études sur les édifices du haut Moyen Âge sont un bon exemple de cette histoire qui a associé étroitement recherche archéologique et interventions en contexte de sauvetage ou de travaux Monuments historiques. Si on laisse de côté les premières recherches menées sur le baptistère Saint-Jean, lesquelles étaient fondées sur des préoccupations scientifiques, on constate qu’après l’acquisition de l’édifice par l’État en 1834, les travaux ont par la suite toujours conjugué, à un moment ou l’autre, programmes scientifiques et patrimoniaux. Entre 1836 et 1901, ce sont Adolphe Berty et Charles Joly Leterme4 lors de la grande restauration du XIXe siècle, puis, au tournant du XXe, le père Camille de La Croix et l’architecte diocésain Jean-Camille Formigé. Après-guerre, entre 1958 et 1964, c’est au tour de François Eygun, premier directeur des Antiquités de la VIIe circonscription archéologique, de s’associer au dessinateur des bâtiments de France, Jean Sémionoff-Bru. Plus récemment, en 2000 et 2001, durant l’opération d’archéologie programmée (1995-2002), la Conservation régionale des Monuments historiques a lancé une opération de rénovation des parois extérieures sous la direction de l’ACMH François Jeanneau : la pose d’échafaudages fut alors l’occasion d’étudier les élévations extérieures (Fig. 1)5.

Fig. 1. Poitiers, Baptistère Saint-Jean, salle baptismale et abside, élévation est (DAO S. Dalle, in Boissavit-Camus B. dir., Le baptistère Saint-Jean…, 2014, Pl. 3-C, p. 475).

  • 6 Palazzo-Bertholon B., Treffort C., « Pour une relecture de l’hypogée des Dunes à Poitiers. Approch (...)
  • 7 Camus M.-T., Andrault-Schmitt C. dir., Notre-Dame la Grande de Poitiers, L’œuvre romane, Paris/Poi (...)

4Quant au second monument renommé de la cité, l’hypogée de Mellebaude, sa découverte en 1878 s’inscrit dans un contexte d’aménagement urbain, lors des fouilles de la nécropole gallo-romaine des Dunes effectuées par le commandant Rothman. Classé MH dès 1886, il fut racheté au ministère de la Guerre par le père de La Croix, qui, après l’avoir ré-enfoui puis redégagé en 1911 pour mettre ses vestiges en valeur, le légua à la Société des antiquaires de l’Ouest (SAO), laquelle le céda à la commune. Il faudra attendre la fin des années 1990 pour que, au vu de la dégradation des vestiges et sous la pression des chercheurs, les services patrimoniaux de la DRAC et la municipalité mettent en place une opération d’archéologie du bâti confiée à Bénédicte Palazzo-Bertholon, en préalable à une restauration et à une nouvelle présentation de l’édifice6. Ces associations pluri-institutionnelles s’attachent aussi à des églises plus récentes7.

  • 8 En particulier au XVIIIe siècle des bénédictins de Saint-Maur, avec Dom Martène, présent à Poitier (...)
  • 9 Majoritairement des membres de la Société des antiquaires de l’Ouest fondée en 1834, rassemblés po (...)
  • 10 Ginot E., « La société des antiquaires de l’Ouest pendant un siècle », Bulletin de la Société des (...)
  • 11 Le premier plan d’alignement de Poitiers a été achevé en 1817, mais approuvé en 1828 seulement. Ja (...)

5Depuis le XVIIIe siècle, l’histoire de la recherche sur les bâtiments religieux de Poitiers suit en fait la trajectoire nationale, avec une première phase de recherches volontaires à l’initiative de religieux8 et d’érudits locaux, membres de sociétés savantes locales9. Assez tôt dans le XIXe siècle, les antiquaires poitevins procèdent à des inventaires du patrimoine médiéval, plus sous l’influence d’Arcisse de Caumont et de la Société des antiquaires de Normandie que pour répondre aux enquêtes administratives. En 1834, année de la fondation de la SAO, c’est à Poitiers que se déroule le deuxième congrès scientifique de France, grâce à l’entremise d’Armand Désiré de la Fontenelle de Vaudoré, qui, avec Célestin Hippeau, avait présidé la section d’archéologie et d’histoire du premier congrès, tenu à Caen un an plus tôt10. Cette même année 1834, Ludovic Vitet, premier inspecteur des Monuments historiques, visite le Poitou et les églises de Poitiers, suivi en 1835 par Prosper Mérimée. Les contacts qui se nouent alors et la mise en place de réseaux savants éclairent les premières protections au titre des Monuments Historiques et les recherches qui les accompagnent. On connaît bien le récit du sauvetage du baptistère de Poitiers, un peu moins celui d’autres édifices comme la tour-porche de Saint-Porchaire, menacée en 1843 de destruction par le plan d’alignement de 1827 mais sauvée par l’intervention de Mérimée alerté par les antiquaires (Fig. 2)11. En 2019, 85 édifices étaient protégés au titre des MH à Poitiers, parmi lesquels 13 sont des églises médiévales dont 4 figuraient déjà sur la liste de 1840 (Tableau 1).

Fig. 2. Poitiers, tour-porche de l’église Saint-Porchaire (cl. B. Boissavit-Camus).

Tableau 1. Lieux de culte chrétien protégés au titre de Monuments historiques (informations notices 1992).

  • 12 En particulier Marie-Thérèse Camus et Claude Andrault-Schmitt dont les études consacrées aux églis (...)
  • 13 Eygun F., « Poitiers, Saint-Pierre le Puellier » Gallia, XV-2, 1957, p. 220-221 ; Boissavit-Camus (...)
  • 14 Boissavit-Camus B., « La campagne de fouilles, la restauration de la façade de Notre-Dame la Grand (...)

6Les débuts étaient prometteurs. À partir des années 1950 et 1960, cette recherche est renforcée par des agents du ministère de la Culture comme François Eygun et par des universitaires comme René Crozet ou Carol Heitz, rattachés au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (créé en 1953). À partir de 1970, elle reste portée par les universitaires12 - un département d’histoire de l’art ayant été créé à Poitiers en 1973 -, par les agents du ministère de la Culture, au sein de la DRAC créée en 1972, et par les conservateurs du Musée municipal Sainte-Croix. Tous ces différents acteurs se retrouvent et échangent au sein de la SAO. Dans ces années, ont lieu quelques opérations archéologiques menées dans un contexte de sauvetage, mais l’étude archéologique ne porte encore que sur les vestiges enfouis et privilégie les couches antiques malgré la présence d’éléments encore en élévation, ainsi en 1977, lors des fouilles de l’ancienne église Saint-Pierre-le-Puellier, seul le plan du dernier état de l’église a pu être restitué13. Pour que la « frontière du bitume » soit ici aussi franchie, il faudra attendre la restauration de la façade de Notre-Dame la Grande en 1991, où, non sans mal, l’opération archéologique put englober en partie l’étude des élévations (Fig. 3)14.

Fig. 3a. Poitiers, église Notre-Dame, revers de l’arcade nord de la façade occidentale (cl. P. Ernaux, 1991, in Boissavit-Camus B., Poitiers, Notre-Dame la Grande. Rapport de sauvetage (1991-1992), Poitiers, DRAC-SRA, pl. XLIII).

Fig. 3b. Poitiers, église Notre-Dame, relevé du revers du gouttereau sud de la première travée (S. Dalle del., 1991).

7Il n’est pas lieu de s’étendre plus avant sur l’histoire des cadres et des méthodes de l’archéologie du bâti, car ces aspects sont développés dans d’autres communications. Notre but était de souligner l’ancienneté et la richesse de la recherche poitevine en ce domaine, et d’attirer l’attention sur la diversité documentaire et scientifique produite par une longue historiographie, parfois prestigieuse. Nous souhaiterions aborder ici une autre dimension née de la rencontre de l’archéologie monumentale avec l’archéologie urbaine, à savoir la relation de l’édifice à son contexte, une dimension à laquelle l’archéologie du bâti peut contribuer de façon essentielle. Porter l’analyse à une ou des échelles autres que celles du monument exige toutefois de s’affranchir de l’objectif monographique, et de formuler des problématiques appropriées. Résoudre des questions comme celles de savoir ce que peut apporter l’archéologie, et particulièrement l’archéologie du bâti, à l’étude du réseau des églises dans la durée ou sur le poids du réseau médiéval dans la fabrique du passé urbain suppose d’étudier diverses interactions entre l’édifice et son environnement. Trois échelles semblent ici pertinentes : l’édifice et ses abords immédiats, le quartier où il s’intègre, la totalité de la ville enfin. Dans tous les cas, l’analyse n’est valable que si elle s’appuie sur une connaissance la plus précise possible des données et des sites mobilisés.

  • 15 Même si désormais SIG, bases de données et relevés numériques sont à réaliser, sur le fond, la mét (...)

8Comme pour une étude monographique, la réflexion préalable demande de commencer par faire un état des lieux précis des documentations et des interprétations antérieures15. La chose est loin d’être simple, car, outre saisir la diversité des sources et des documents et les évolutions qui les ont constitués – pour Poitiers sur une durée d’environ 300 ans -, viennent s’ajouter des contraintes d’accessibilité et d’exploitation de ces archives pour des raisons de propriété institutionnelle ou intellectuelle. Pour les sites eux-mêmes, ce sont des contraintes d’usage ou d’accès aux vestiges, voire de coût financier pour y déployer une étude solide. Une autre difficulté tient à la perception de ce patrimoine religieux. S’il est parfois protégé en raison de ses qualités artistiques ou historiques, il est souvent non protégé voire peu visible, car, quand ces églises n’ont pas été entièrement détruites, leurs restes sont masqués ou inclus dans des murs postérieurs. De surcroît, dans une ville comme Poitiers, la présence d’édifices à haute valeur artistique ou patrimoniale tend à éclipser l’attention portée envers les vestiges plus modestes. Or ces derniers recèlent une forte valeur informative tant pour l’histoire de l’architecture ou de l’histoire de l’art que de l’histoire urbaine, en ce que ces maçonneries sont les seuls realia conservés à même de nous informer sur l’histoire de la construction ou sur la composition du paysage monumental de certaines périodes, en particulier jusqu’au Xe, voire XIIe siècle. À travers quelques exemples antérieurs au XIIIe siècle, nous tenterons de donner un aperçu de la complexité, de l’intérêt et du potentiel de ces édifices. Au passage, nous tenterons de montrer les apports de l’archéologie du bâti, mais il nous faut d’emblée préciser qu’ici aussi, surtout dans une perspective d’étude urbaine, l’archéologie du bâti ne saurait, pas plus que les autres sources, être érigée en unique source. Sa contribution est en revanche fondamentale par les données et les documentations qu’elle produit et par les thématiques sur lesquelles elle met l’accent, telles la chronologie fine et concrète des chantiers, les matériaux ou les techniques de mise en œuvre.

  • 16 Favreau R., « La vie quotidienne dans les villes du Centre-Ouest à la fin du Moyen Âge. Au fil des (...)
  • 17 Diverses tombes et mausolées ont été découverts depuis le XIXe siècle. Boissavit-Camus B., « Poiti (...)
  • 18 Boissavit-Camus B., « Enceintes urbaines et églises médiévales », in Balcon-Berry S., Boissavit-Ca (...)

9Auparavant, posons en quelques mots le cadre général d’une ville créditée de 27 églises paroissiales à la fin du Moyen Âge16. Au milieu du IVe siècle, Poitiers est, sous l’autorité d’Hilaire (av. 355-367/368), premier évêque dûment attesté, le chef-lieu d’un grand diocèse. Le groupe épiscopal est implanté sans doute peu ou prou sous son épiscopat, sur l’une des basses terrasses du versant est, le long d’axes menant à deux portes urbaines et en plein cœur d’un centre urbain désormais proche du Clain. Cette nouvelle centralité devient jusqu’au XIIe siècle le noyau d’un vaste quartier qui se développe dans et hors l’enceinte tardo-antique, avant de se fragmenter en de plus petits secteurs spécialisés. Au sud de l’agglomération, une basilique suburbaine, reconstruite ensuite par Clovis, est édifiée sur la tombe d’Hilaire ou à côté, au plus tard au tout début du VIe siècle mais plutôt dans le courant du Ve. Elle commémore la mémoire de l’évêque, patron de la ville, et dessert les défunts inhumés dans ce cimetière chrétien qui s’est développé à la marge d’une importante nécropole gallo-romaine et demeure l’un des principaux de la ville de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge17, même si de nouveaux lieux funéraires sont implantés au pied de l’enceinte. Le besoin d’édifices pour célébrer les funérailles et les cérémonies mémorielles ou pour pratiquer des dévotions envers les saints se développe durant tous les Ve-VIIIe siècles (Fig. 4). À ces oratoires, il faut adjoindre les églises des communautés religieuses, au premier rang desquelles celle du monastère féminin fondé par la reine Radegonde vers 557 dans les murs de la ville et deux xenodochia avec leur lieu de culte, édifiés au cours des VIIe-VIIIe siècles, l’un près de la domus ecclesiae et l’autre du monastère Saint-Hilaire. Certaines églises, sises notamment près des portes urbaines comme la petite église Saint-Michel, pourraient avoir joué un rôle d’accueil et d’assistance envers les fidèles du diocèse, les indigents ou les pèlerins18.

Fig. 4. Poitiers, implantation des églises médiévales (B. Boissavit-Camus del., 2019)

  • 19 Pour les édifices antérieurs au XIIe siècle, il s’agit des monastères Sainte-Croix, de la Trinité (...)
  • 20 Bourgeois L., « Le castrum de Saint-Hilaire le Grand de Poitiers aux Xe et XIe siècles », in Ferra (...)

10Les sources architecturales, iconographiques et textuelles, relatives aux grands établissements religieux, monastiques et canoniaux, dont la ville médiévale et moderne est très bien pourvue, offrent, parfois dès les débuts de la période carolingienne19, une documentation assez fournie pour certains quartiers, comme celui de Saint-Hilaire20. Nombre d’églises ne sont toutefois mentionnées qu’au XIVe siècle, si bien qu’on ne dispose pas encore d’une chronologie fine de leur construction ou reconstruction avant les XIIe-XIIIe siècles, voire 1326 (Fig. 5).

Fig. 5. Poitiers, chronologie des fondations des églises médiévales (B. Boissavit-Camus del., 2019).

11Les bâtisses sont aussi très inégalement parvenues dans leur matérialité, surtout avant la période gothique. Les raisons sont là multiples. Outre des transformations architecturales à la suite de désaffectations parfois anciennes, les lacunes tiennent aux multiples modifications et reconstructions dues à des fins liturgiques ou artistiques, surtout pour les édifices du haut Moyen Âge devenus par la suite des sièges de paroisse. Restituer une chronologie fine de la topographie religieuse et de ses évolutions avant le XIVe siècle est donc un exercice encore délicat, avec des résultats inégaux selon les siècles.

12Si l’on s’intéresse à la place des oratoires du haut Moyen Âge dans la formation du réseau des églises urbaines de Poitiers, la période VIIIe-1er tiers du XIe siècle apparaît comme une fourchette à privilégier pour comprendre et quand, mais aussi comment ils sont implantés dans la ville. Pour contourner la difficulté d’une date de fondation ou de reconstruction inconnue et mesurer l’impact de ces églises dans les transformations du tissu urbain et du paysage monumental, l’approche comparative doit en premier s’attacher à l’aire de l’édifice, afin de comprendre l’articulation de ce dernier avec ses abords immédiats et au-delà sa place dans l’évolution du quartier.

  • 21 Pour les recherches récentes, Andrault-Schmitt C. dir., La cathédrale Saint-Pierre…, op. cit., cha (...)
  • 22 Les fouilles menées par N. Le Masne de Chermont en 1987 ont montré que la cathédrale primitive se (...)
  • 23 Masquées par le bâti, en particulier de l’enclos de Sainte-Croix, elles ne figurent pas sur les vu (...)
  • 24 Le qualificatif entr’Églises est postérieur à la construction de la cathédrale gothique. Sur Notre (...)
  • 25 Le texte concerne un accord entre les moines de Saint-Sauveur de Redon et de Saint-Maixent pour le (...)
  • 26 Observations stratigraphiques tant de Camille de La Croix que de nous-mêmes (Boissavit-Camus B. di (...)
  • 27 Grégoire de Tours, Virt. S. Martini, IV, 32, MGH SRM, p. 208.
  • 28 Boissavit-Camus B., Le quartier épiscopal de Poitiers, op. cit., 2001, p. 349-351.
  • 29 Mgr Beauregard y a officié au tout début du XIXe siècle (Notes rédigées vers 1870-1880, Boissavit- (...)
  • 30 Boissavit-Camus B., Le quartier épiscopal de Poitiers, op.cit., 2001, p. 147-151, 219 et in Andrau (...)
  • 31 Ces vestiges ont été fouillés par le père de La Croix (1891) et par l’abbé Collon (1898), Boissavi (...)
  • 32 Boissavit-CamuS B., ibid.

13Pour illustrer ce propos, nous évoquerons une série de petites églises situées entre la cathédrale gothique Saint-Pierre et le baptistère Saint-Jean et dont on peut penser qu’à l’instar de Saint-Jean, certaines pourraient avoir une origine paléochrétienne ou du haut Moyen Âge (Fig. 6). Elles se situaient sur le front est d’une rue menant de Saint-Jean vers la porte orientale. Après la construction du chevet de la cathédrale gothique, entre 1155 et 1175 ou 118021, cette rue est devenue une impasse22. On les a longtemps associées au groupe épiscopal, mais cette appartenance, tout comme la période de leur fondation, est loin d’être assurée. Il pourrait tout aussi bien s’agir pour certaines de fondations privées ou d’églises de communautés disparues, implantées à proximité du groupe cathédral. La localisation de la plupart d’entre elles est bien connue par leurs vestiges ou par leur représentation à la période moderne, en particulier sur le plan dit des Échevins daté de 1682-1686 et qui atteste de leur situation en dehors de l’episcopium23, à l’exception toutefois de Notre-Dame entr’Églises mentionnée de 1326 à 1647 car son emplacement, comme son origine, nous sont inconnus24. S’il s’agissait de l’église Sainte-Marie mentionnée en 924 dans la canonica de la cathédrale, elle pourrait avoir appartenu au groupe épiscopal, mais on ne peut ni l’affirmer ni l’exclure, car la Sainte-Marie de la canonica de Saint-Pierre est aussi identifiée à Notre-Dame la Grande25. L’histoire de l’église Saint-Jean est en revanche assez bien connue grâce à l’étude de ses élévations exceptionnelles qui documentent les Ve-XIe siècles, une période qui serait autrement muette, car la première mention de l’édifice ne date que de 1096. Savoir quand le baptistère devient une église fait partie d’un lot de questions irrésolues. Un autel avec des reliques est installé assurément au VIIe siècle et sans doute dès les transformations du VIe siècle, mais ce n’est qu’avec la réfection de la cloison intérieure, au IXe ou Xe siècle, que l’alimentation en eau courante de la piscine baptismale est définitivement abandonnée. On peut penser que ces travaux carolingiens, destinés à ouvrir un accès direct à l’autel depuis l’entrée, entérinent au moins sa transformation en église, même si l’édifice garde un statut complexe jusqu’au XVIIe siècle : placé sous l’autorité d’un abbé (personnat au bénéfice d’un des chanoines de la cathédrale), il sert d’église aux chanoines et l’évêque y affirme sa prééminence sur les curés du diocèse, lors d’une cérémonie annuelle de baptême et de distribution des eaux pascales. Au cours du XIIe ou XIIIe siècle, il devient le siège d’une petite paroisse. La stratigraphie et les rehaussements du seuil montrent que d’importants remblais ont été déposés contre ses murs aux XIe et XIIe siècles, surtout au nord et à l’ouest26. Plus au nord, à l’emplacement de ce qui serait le front de rue opposé si la rue antique reconnue à l’ouest en 1984-86 a perduré ici au-delà du Ve siècle, se trouvait l’église de Saint-Martin, détruite au XIXe siècle. Le prieuré Saint-Martin est cité au tout début du XIVe siècle dans le Pouillé du diocèse, mais l’église pourrait avoir une origine plus ancienne si les reliques de Martin, brandies en 590 par l’évêque Plato pour éteindre un incendie proche de la domus ecclesia, étaient conservées dans un édifice dédié27. Des actes du Xe siècle mentionnent aussi des terres de Saint-Martin, mais l’identification de l’établissement n’est pas non plus certaine28. Plus au nord encore, l’église Saint-Hilaire, désignée aussi entr’Églises à partir du XIVe siècle, a été entièrement reconstruite au XIXe siècle sans fouille ni étude des élévations. Et c’est bien dommage, car cet édifice, attesté pour la première fois en 1096 lorsqu’un chanoine de la cathédrale en finance la reconstruction et la transformation en église paroissiale, possédait encore, au début du XIXe siècle, deux niveaux avec un tombeau en marbre dans l’église inférieure. Le témoignage de l’évêque d’Orléans ne permet pas d’interpréter cette église inférieure comme une crypte au sens classique d’une crypte liturgique ou architecturale29. Enfin sous le collatéral nord de la cathédrale gothique, se trouvent deux autres églises antérieures à la construction de celui-ci. La chapelle Saint-Sixte, toujours conservée en chapelle souterraine, a été résignée en 1610. La construction parementée en moyen appareil ne semble ici guère antérieure au milieu du XIIe siècle. Dans les statuts de l’Église cathédrale de 1290, cette chapelle était desservie par son propre chapitre, et l’on peut penser qu’elle appartenait à l’origine à une communauté particulière. Le mur gouttereau sud, aveugle, était en effet mitoyen d’une salle de même construction, voûtée d’ogives et avec laquelle elle correspondait autrefois. Au nord, les fenêtres bouchées de Saint-Sixte confirment qu’elle était à l’origine de plain-pied de ce côté-là aussi30. Les relevés des murs et de l’escalier d’accès aménagé au XIIe siècle enfin, exécutés lors des fouilles de la fin du XIXe siècle31, indiquent qu’à l’est et à l’ouest, le niveau de circulation était à l’origine 6 m en dessous du sol de la cathédrale actuelle. Il en était de même des sols d’une maison, d’une ruelle et d’un autre oratoire qui se situaient immédiatement à l’ouest. Le père de La Croix considérait celui-ci - à tort entre autres à cause de ses petites dimensions, mais aussi de la présence au sud d’une maison - comme une abside de la cathédrale mérovingienne ou romane. L’autel de l’oratoire situé à la verticale contre le gouttereau nord de la cathédrale de l’oratoire est dédié en 1562 à Notre-Dame l’ancienne, et il est tentant de penser, mais sans preuve autre que la relation topographique, qu’il pourrait s’agir d’un transfert de titulature après la destruction de cette petite église. Pourrait-il aussi s’agir de l’église Notre-Dame mentionnée dans la canonica de la cathédrale évoquée plus haut ? On ne le sait, mais on ne peut la confondre avec Notre-Dame entr’Églises, puisque celle-ci existait encore après la reconstruction de Saint-Pierre32. Saint-Sixte a donc été entièrement enfoui, mais son usage conservé, tandis que l’oratoire inconnu découvert à l’ouest a été détruit.

Fig. 6. Poitiers, Le groupe épiscopal et ses abords, 1018-1154 (G. Dinety del., in Boissavit-Camus B., Le baptistère Saint-Jean…, 2014, fig. 315).

  • 33 On peut sans doute leur ajouter des bâtiments de l’episcopium situés sur le front de rue opposé, c (...)

14Toutes ces petites églises ont ainsi connu après le chantier gothique de Saint-Pierre des fortunes diverses : détruite (l’oratoire de titulature inconnue), transformées en églises souterraines (Saint-Sixte et la chapelle inférieure de Saint-Hilaire entr’Églises33) ou encore dotées d’un nouveau sol rehaussé et pourvu d’un escalier de plusieurs degrés (Saint-Jean et peut-être Saint-Martin). Grâce à l’analyse archéologique des élévations de Saint-Jean et de l’escalier d’accès à la chapelle Saint-Sixte, des données que l’on a confrontées aux autres informations textuelles, iconographiques et archéologiques, il a donc été possible de démontrer que les bâtisseurs de la cathédrale du XIIe siècle n’ont pas hésité à modifier profondément la topographie du quartier et à enfouir ou détruire des églises pour leur grand projet. Cette solution présentait d’autres avantages. Elle évitait en premier de charrier une quantité importante de débris – ce qui donne à penser que la récupération des matériaux, y compris des blocs taillés, n’était plus une nécessité absolue. Elle offrait la possibilité de donner un niveau de circulation cohérent à la nouvelle cathédrale, longue d’environ 100 m. Elle satisfaisait peut-être aussi une exigence de la communauté de Saint-Sixte de maintenir son église en échange de ses terrains.

  • 34 Camus M.-T., Andrault-Schmitt C. dir., Notre-Dame la Grande de Poitiers, op. cit., chap. 2 (Fillon(...)

15On retrouve un procédé d’englobement des structures anciennes un peu plus tôt dans le XIIe siècle, à Notre-Dame la Grande, où les deux travées occidentales, ajoutées entre 1090 et 1130, entourent l’ancien porche ou tour-porche, élevé contre la façade de l’église dédicacée en 1086. Ici la préoccupation paraît moins d’allonger l’édifice que d’éviter de fonder la nouvelle façade, un mur rectiligne, sur des structures arasées pouvant constituer autant de points durs à même de fragiliser la nouvelle construction et son beau programme sculpté (Fig. 7). D’autant que la place ne manquait pas autour de l’entrée du XIe siècle, puisque s’y étendaient des espaces libres, cimetière, ruelle, parvis ou place. Ce que les constructeurs romans n’avaient pas prévu, c’était la présence de vestiges antiques enfouis (Fig. 8). L’étude des maçonneries a montré que la résolution de ce problème entraîna des interruptions de chantier (trois campagnes discernables) et une modification de l’axe du mur de la façade, finalement oblique par rapport celui de l’ancienne nef et des deux travées neuves. On modifia aussi la manière de fonder, car, dans les angles, pour supporter les tourelles qui encadrent l’écran sculpté, on a préféré de grandes fondations en blocage à des fondations assisées (Fig. 9). Les aléas du chantier conduisirent aussi les constructeurs à changer les cotes de sol fini par trois fois pour raccorder le niveau extérieur avec le niveau intérieur de l’église du XIe siècle. Toutefois, la comparaison des altitudes entre les semelles terminales des fondations, les socles des supports et les sols, en particulier les traces au revers de la façade de sols disparus, indique que le dispositif retenu pour la nouvelle entrée accentuait plus que nécessaire les variations entre les niveaux de sol (Fig. 10). Avec un degré extérieur composé de deux marches montantes avant le seuil, puis, celui-ci franchi, avec un escalier de sept marches descendantes qui se terminait dans la première ou la seconde travée par un sol plus haut de deux marches dans le vaisseau central, les constructeurs semblent avoir opté pour l’accentuation de la perspective. À l’extérieur, la façade était donc plus élancée que ce qui est aujourd’hui restitué et son unique seuil bien visible. À l’intérieur, depuis ce seuil, celui qui pénétrait dans l’église embrassait aisément le rond-point du chœur et l’autel, tandis qu’à l’inverse, depuis le chœur ou la nef relativement sombre, cette installation détachait dans l’encadrement de la porte quiconque entrait dans l’église. Lors des grandes cérémonies, quand l’église était pleine et que pénétraient le comte et sa suite ou l’évêque si ce dernier ne pénétrait pas par le porche latéral34, ce dispositif donnait à leur arrivée une certaine solennité.

Fig. 7a et b. Poitiers, Notre-Dame la Grande, chronologie des maçonneries retrouvées en 1991 (B. Boissavit-Camus, Poitiers, Notre-Dame la Grande. Rapport de sauvetage (1991-1992), Poitiers, DRAC-SRA, plan 1).

Fig. 8. Poitiers, Notre-Dame la Grande, angle interne SE, avec au premier plan, les blocs de la construction antique arasée (cl. P. Ernaux, in Boissavit-Camus B., Poitiers, Notre-Dame la Grande. Rapport de sauvetage (1991-1992), Poitiers, DRAC-SRA, pl. II).

Fig. 9. Poitiers, Notre-Dame la Grande, fondation de la façade ouest sous la tourelle NO (cl. P. Ernaux, in Camus M.-T., Andrault-Schmitt C., Notre-Dame la Grande de Poitiers…, fig. 93).

Fig.10. Poitiers, Notre-Dame la Grande, sols de la première travée ouest (relevés S. Dalle).

  • 35 Pour les extraits traduits du Planctus, l’oraison funèbre de Gilbert de la Porée rédigée par le do (...)
  • 36 Boissavit-Camus B. dir., Le baptistère Saint-Jean, op. cit., chap. III, état 8.

16Mais évaluer finement la place des églises dans la formation de l’espace urbain et de son paysage repose sur la précision chronologique, seule condition pour savoir à quelles transformations urbaines et, au premier chef celles survenues alentour, il convient de relier les phases de l’édifice. L’importance de la documentation archéologique acquise autour du baptistère, et la critique de cette dernière, a ainsi permis de corréler divers sites archéologiques entre eux pour proposer une restitution de l’évolution parcellaire de la propriété épiscopale, entre l’implantation de la cathédrale dans le troisième quart du IVe siècle et la fixation de l’emprise de l’episcopium au XIIe siècle, lorsque l’évêque Gilbert de la Porée (1142-1154), en reconstruisant le palais épiscopal plus au nord et « en entourant l’enclos canonial de hauts murs »35 fixa l’emprise de l’évêché et du palais épiscopal jusqu’au XVIIIe siècle (Fig. 6 et 11). Après l’incendie de 1017-18, la réparation du vieux baptistère, sa reconstruction partielle et son embellissement témoignent de l’attachement de l’Église poitevine au vieil édifice, même s’il était désormais en dehors de l’emprise de l’episcopium. Peut-être avait-on déjà conscience de l’ancienneté de ses murs auxquels se rattachait la mémoire d’Hilaire et des débuts de la communauté chrétienne, en tout cas, dans le contexte de la réforme grégorienne, portée par Isembert II après 1075 puis par Pierre II (1086-1115), c’était un lieu symboliquement idéal pour, en cette fin de siècle, rappeler à tous, puissants, clercs et fidèles, les fondements du salut chrétien dans un très beau décor peint, évoquant la force des sacrements du baptême et de l’eucharistie, les exempla de l’Église et de ses saints locaux, enfin la place et les devoirs du pouvoir laïc dans l’encadrement du peuple chrétien (Fig. 12)36.

Fig. 11. Poitiers, Le groupe épiscopal et ses abords, 1154-XVIIe siècle (G. Dinety del., in Boissavit-Camus B., Le baptistère Saint-Jean…, 2014, fig. 322).

Fig. 12. Poitiers, mur oriental (cl. J.-F. Amelot, in Boissavit-Camus B., Le baptistère Saint-Jean…, 2014, fig. 304).

  • 37 Prigent D., in Andrault-Schmitt C., Prigent D., coll. F. Mandon, « De la carrière au monument », i (...)
  • 38 Boissavit-Camus B., « Poitiers paysage religieux et monumental 4-12e siècle », in Sapin C. dir., (...)

17L’analyse des églises peut aussi intéresser l’étude de la ville tout entière, grâce à des cartes de répartition, en suivant par exemple l’évolution des implantations religieuses ou la densité des édifices selon les quartiers (Fig. 4). Les graphiques de données quantifiées autorisent aussi à aborder des évolutions technologiques. Daniel Prigent l’a bien montré à propos de la taille et des dimensions des blocs dans les églises angevines et plus récemment pour la cathédrale gothique de Poitiers37. Nous les avons aussi utilisés en 2004 pour l’évolution du paysage monumental religieux et l’activité de la construction médiévale à Poitiers, en démontrant qu’il ne fallait pas se contenter de la première mention de l’édifice ou d’un établissement mais intégrer tous les chantiers connus par des mentions ou des vestiges (Fig. 13)38. En l’absence de sources textuelles ou en complément de celles-ci, là où la matière existe, l’intérêt de l’archéologie du bâti est de mettre en évidence des variations dans l’activité de la construction. La conservation des élévations du baptistère de Poitiers a certes tôt attiré l’attention des chercheurs sur les reprises mérovingiennes, mais, avant l’étude de bâti des années 2000-2001, on ne mesurait ni leur ampleur ni la portée des restructurations carolingiennes, pas plus qu’on évaluait le nombre important des campagnes de travaux antérieures au XIIe siècle (7 au lieu des 3 identifiées par nos prédécesseurs) ou la datation de ces dernières. Disposer d’une information quantifiée et bornée pour les éléments constructifs contribue ainsi à évaluer plus concrètement le poids économique de la construction des églises, l’investissement des acteurs dans la durée, amenant à terme à reconsidérer la question des ateliers, la transmission des savoir-faire, voire la circulation de modèles.

Fig. 13. Édifices et chantiers à Poitiers entre 350 et 1200 d’après la documentation textuelle (enquête B. Boissavit-Camus, 2004).

  • 39 Bernard Gauthiez s’est intéressé à la question pour Lyon et les villes normandes (Galinié H., Gaut (...)
  • 40 Elles étaient auparavant datées entre le Xe et le XIIIe siècle.
  • 41 Flammin A., « Le décor installé dans le baptistère de Poitiers au VII 5e siècle », in Boissavit-Ca (...)
  • 42 Sur le modèle par exemple de l’étude des stucs de Vouneuil-sous-Biard (Sapin C., Treffort C., Pala (...)

18La perception d’une église dans la ville médiévale ou celle des églises en tant que réseau artistique et patrimonial ne s’analyse pas seulement par leur position dans la ville, ce qui amène du fait des hasards informatifs à privilégier une tranche chronologique. Cerner l’histoire du lieu et la place qu’il occupe sur la durée dans les pratiques spatiales des habitants est également une dimension importante pour comprendre l’histoire de la ville. Ce thème peut être abordé par l’étude spatio-fonctionnelle du site et par la valorisation apportée à l’architecture ou au lieu, même si la création d’une perspective urbaine mettant en valeur l’architecture, comme le parvis architecturé du XVe siècle de Sainte-Radegonde, est rare avant la période moderne ou qu’on la perçoit mal39. L’archéologie du bâti peut y contribuer par l’analyse de la forme, des matériaux utilisés ou du décor. Elle concourt en effet à mieux saisir la visibilité de l’édifice et l’intentionnalité que cela sous-tend. Si par exemple, on se demande à partir de quand, à Poitiers, une architecture a été assimilée à la présence d’un lieu de culte chrétien, et ce qui signale cette appartenance, plusieurs pistes peuvent être explorées : le plan, la présence d’une abside, un chevet en forme de croix, la hauteur, la qualité des matériaux, le décor, etc. Grâce l’étude des maçonneries (fondations et élévations), il a été possible de placer la construction des salles annexes carrées flanquant la salle baptismale du baptistère au Ve siècle et leur remplacement par des absides semi-circulaires faisant véritablement corps avec l’édifice au VIe (Fig. 14 et 15)40. Les murs qui séparaient alors les différentes parties de l’édifice ne permettaient pas de percevoir le plan masse général cruciforme, depuis l’intérieur. La forme de croix n’était perceptible que de l’extérieur. À partir du VIIe siècle, elle était en lien avec une iconographie christique affichant clairement le motif de la croix sur les hauteurs extérieures de la salle baptismale (Fig. 16). Or plusieurs éléments de ce décor sont des remplois, dont les plus anciens - notamment les plaques ornées de croix – sont datés en dernier lieu du Ve ou du VIe siècle41. Si ce décor remployé appartenait sans doute déjà à l’édifice, on ne sait pas encore où et comment il était disposé. Seule une analyse du bâti aussi fine que celle mise en œuvre pour les stucs de Vouneuil-sous-Biard permettrait peut-être d’aller plus loin (traces et dimensions des pièces ; étude comparative des décors monumentaux des IVe-VIe siècles)42.

Fig. 14. Poitiers, baptistère Saint-Jean, restitution de l’état 5, VIIe siècle (X. Daire del., in Boissavit-Camus B., Le baptistère Saint-Jean…, 2014, fig. 177).

Fig. 15. Poitiers, baptistère Saint-Jean, restitution de l’état 5, VIIe siècle (X. Daire del., in Boissavit-Camus B., Le baptistère Saint-Jean…, 2014, fig. 258).

Fig. 16a. Poitiers, baptistère Saint-Jean, partie haute de la face extérieure nord (cl. J.-F. Amelot, in Boissavit-Camus B., Le baptistère Saint-Jean…, 2014, pl. 40-A).

Fig. 16b. Poitiers, baptistère Saint-Jean, partie haute de la face extérieure nord (cl. J.-F. Amelot, in Boissavit-Camus B., Le baptistère Saint-Jean…, 2014, pl. 41-A).

  • 43 Les reliques de Porchaire, abbé de Saint-Hilaire mentionné au VIe siècle, ont été transférées dans (...)
  • 44 Camus M.-T., Tours-porches et fonction d’accueil dans les églises du Poitou au XIe siècle, dans C. (...)
  • 45 Favreau R., « La paroisse en Poitou aux XIVe et XVe siècles », in L’encadrement religieux des fidè (...)
  • 46 Sur les opérations d’urbanisme au Moyen Âge, cf. Galinié H., Gauthiez B., Zador-Rio E. dir., Villa (...)
  • 47 Münzer J., De Nuremberg à Grenade et Compostelle. Itinéraire d’un médecin allemand. Aout 1494 - av (...)

19À l’étude de l’emplacement, de l’accès, de l’emprise et de la forme inscrite dans l’espace, s’ajoute donc celle d’éléments à caractère signalétique, perceptibles de l’extérieur. Outre un décor particulier, une inscription, ce peut être aussi la présence d’une partie architecturale développée, comme les clochers, les tours-porches, des éléments parfois ajoutés, adossés à des façades antérieures (Fig. 17)43. Cette formule qui a connu une certaine vogue à Poitiers au XIe siècle44, pourrait puiser en partie dans une tradition altomédiévale de tours ou de porches monumentaux. Comme les places architecturées, de tels aménagements sont rarement bien conservés et peu figurent sur les documents modernes : la fouille archéologique et l’étude des traces sur les murs des églises sont alors irremplaçables. En ce qui concerne les chevets, à Poitiers, l’étude dans la longue durée reste à faire, car le chevet de nombre des églises paroissiales a été repris entre le XIIIe et le XVIe siècle. Parallèlement à l’éclairement de l’autel et à la valorisation de l’eucharistie, en particulier après le concile de 1215, a pu jouer alors un désir d’ostentation sociale de la part des paroissiens ou de bénéficiaires, ce qui suppose une capacité de financement des travaux. Encore faudrait-il estimer leur coût, construction et décoration comprises. En l’absence de sources comme des comptes de travaux, plus explicites que les impositions régulières des paroisses à partir du XIVe siècle qui fournissent cependant des indications sur le niveau économique des habitants45, là encore les données matérielles et artistiques peuvent contribuer à cette réflexion. Une autre question est de se demander si les choix architecturaux, techniques et artistiques, ont été adaptés à une situation topographique et à un environnement particulier préexistants ou s’ils relèvent d’une opération d’urbanisme particulière46, et même d’une recherche scénographique ou de perspective paysagère, ou bien si avant Pétrarque s’extasiant en 1337 sur le mont Ventoux ou avant Jérôme Münzer, décrivant en 1494 ou 1495 la ville de Poitiers depuis les hauteurs environnantes, une telle préoccupation est anachronique47. L’archéologie du bâti, avec ses études sur les matériaux et leur mise en œuvre, peut apporter des éléments de réponse, même s’il est encore difficile de dépasser l’espace du quartier voire l’aire du monument.

Fig. 17a, b et c. Poitiers, Saint-Porchaire, façade antérieure à la tour-porche (cl. B. Boissavit-Camus).

20Ces dernières études nous renseignent mieux d’abord sur l’économie de la pierre et sur l’approvisionnement des chantiers. Aucune enquête systématique sur les approvisionnements en pierre ou sur la construction n’a encore été menée à l’échelle de la ville, mais les monographies récentes abordent cet aspect. L’une des questions en jeu est ici de comprendre à partir de quand, à Poitiers, se redéveloppe l’emploi de la pierre taillée de blocs extraits en carrière.

  • 48 L’activité de carrière a été étudiée dans la vallée de l’Anglin par J. Lorentz. Ses recherches ont (...)
  • 49 Büttner S., Boissavit-Camus B., in Boissavit-Camus B. dir.) Le baptistère Saint-Jean, op. cit., ch (...)
  • 50 Le chantier s’est donc déroulé principalement sous l’épiscopat de Didon et non d’Ansoald comme le (...)
  • 51 Boissavit-Camus B., « Poitiers », in Maurin L. et al., Province ecclésiastique de Bordeaux, op. ci (...)
  • 52 Cf. supra, n. 22.

21L’analyse des parements du baptistère indique que les matériaux mis en œuvre proviennent jusqu’au XIe siècle de récupérations (Fig. 18), et que ces éléments ont souvent été remployés plusieurs fois. L’analyse faite par Annie Blanc (LRMH) des calcaires des petits appareils allongés du VIIe siècle distingue deux bancs, tandis que l’étude des traces d’outils (scie) et la répartition des classes de longueurs (deux principales) indiquent qu’il ne s’agit pas de pierres neuves extraites en carrière48, mais de blocs débités dans de grands appareils antiques récupérés sur un ou deux monuments publics qui ont été sciés dans leur longueur (Fig. 19)49. Aller plus loin, nécessiterait de disposer d’études plus fines des microcomposants et de données pétrographiques semblables pour les monuments antiques encore conservés. Quoi qu’il en soit, cette récupération implique que les travaux, datables grâce aux analyses radiocarbones des années 660-67050, n’ont pu se faire qu’avec l’aval au moins de celui qui avait autorité sur ces anciens monuments publics. L’évêque avait-il seul le pouvoir de décision d’un tel prélèvement ? Rien n’est moins sûr car ces monuments devaient relever des institutions municipales, encore bien attestées un peu plus tard au temps de l’évêque Ansoald, ou du fisc royal, présent en Poitou durant la période mérovingienne où des agents sont mentionnés51. À la période carolingienne, les angles NO et SO de la salle orientale sont montés avec des grands et moyens appareils taillés, mais ce sont encore des remplois, issus de la récupération de blocs des bandeaux mérovingiens. Ce n’est qu’après l’incendie de 1017-18 qu’apparaît le moyen appareil en pierre de taille désormais associé à des moellons équarris. Au début du XIe siècle, le chantier de la cathédrale a dû constituer un moment charnière pour le redéveloppement de la taille en carrière, même si les fouilles de Nelly Le Masne en 1987 ont bien montré que les restes de la cathédrale primitive avaient été très largement récupérés52.

Fig. 18. Poitiers, baptistère Saint-Jean, face nord : étude des blocs (mise en œuvre et remplois).

Fig. 19. Poitiers, baptistère Saint-Jean, faces est et nord (cl. J.-F. Amelot).

  • 53 Blanc A., « Étude des natures de pierres, 1980 » in Favreau R., Camus M.-Th., Jeanneau F., Notre-D (...)
  • 54 Andrault-Schmitt C., Prigent D., coll Mandon F., « De la carrière au monument », in Andrault-Schmi (...)

22Dans les contextes de forte demande, où s’approvisionnait-on lorsque les bâtiments à démolir se révélaient des gisements insuffisants pour répondre aux besoins des chantiers ? Au XIe siècle, après la cathédrale, la plupart des abbatiales et collégiales importantes sont aussi reconstruites ; le XIIe ensuite, avant et pendant le grand chantier de la cathédrale gothique, puis plus tardivement au XIIIe siècle jusque vers la guerre de Cent Ans, sont deux périodes où de nombreuses reconstructions ont lieu dans les églises paroissiales. Au début des années 1990, Annie Blanc a montré que les matériaux de la nouvelle façade de Notre-Dame la Grande (v. 1090-1130) provenaient de bancs exploités dans l’Antiquité53. Dans la cathédrale gothique, certains blocs proviennent encore des mêmes bancs, mais les chercheurs, à défaut d’une analyse très fine, font, disent-ils, « le pari de la proximité » car la « pierre de Poitiers », le calcaire à chailles, mis en œuvre notamment dans le pignon est (l’un des premiers pans construits) et dans la plupart des murs de l’édifice, affleure dans les falaises bordant les deux cours d’eau de la ville et leurs vallées sèches. La sculpture et certains éléments des tours de façade ouest sont taillés dans des blocs plus divers, dont les mêmes lourdines semble-t-il qu’à Notre-Dame la Grande. Le tuffeau employé dans les voûtes pourrait avoir été extrait dans deux bancs différents ; bien connus sur les bords de Loire, des gisements se trouvent néanmoins à une vingtaine de kilomètres au nord de la ville. Quant aux autres bancs, dont Chauvigny, ils s’attachent surtout aux restaurations54.

23L’étude des remplois permet aussi de réfléchir à leur importance, en particulier l’évaluation de leur densité et la caractéristique des blocs remployés (ordinaire vs monumental ou ornemental). On peut aussi tenter, autant que faire se peut bien sûr, d’apprécier l’acte même de recycler ou au contraire celui de produire du matériau neuf. Au baptistère, si les campagnes des Ve et VIe siècles remploient les pierres comme une matière disponible sur place et pratique pour élever des parements traditionnels, on a, pour la grande campagne du VIIe siècle, volontairement créé du matériau neuf dans les blocs antiques, aussi ce nouveau petit appareil allongé a-t-il des longueurs très différentes du petit appareil quadrangulaire et long antérieur. Le petit appareil cubique visible dans les pignons et dans la partie haute de la face nord pourrait suggérer que l’on a voulu ici donner l’illusion d’un petit appareil traditionnel. C’est en partie le cas, mais la décision relève aussi d’une gestion de stocks en fin de chantier. En effet, les quelques entailles emplies de faux joints en mortier faites sur les blocs allongés sont absentes à l’intérieur et quasiment au niveau des baies extérieures. L’effet visuel recherché ici s’apparente donc plutôt à la volonté de monumentaliser certaines parties de l’édifice. Cet exemple montre aussi, à propos de la visibilité des bâtiments dans la ville, combien il est important de comprendre la marche des chantiers et d’identifier les repentirs éventuels. L’analyse de la répartition des types de calcaires et de remplois dans les élévations du VIIe siècle n’a pas seulement renseigné le savoir-faire des constructeurs, la gestion raisonnée des matériaux ou l’effet visuel recherché, elle a en effet aussi révélé qu’un changement majeur du projet architectural était survenu en cours de chantier. Faute de textes, les raisons n’en sont pas connues, mais en surélevant la salle baptismale avec cet appareil apparent à l’extérieur, alors que le parement des parties basses était laissé à pierre vue donc largement enduit, en soulignant les pignons de couleur rouge et en les ornant de sculptures à motifs chrétiens, cette salle, comme sans doute la cathédrale, devait être bien visible depuis les hauteurs extérieures de la ville pour qui arrivait de Bourges et de Limoges.

24L’analyse des églises à l’échelle urbaine ne se limite donc pas à répartir un semis de points bien replacés dans le temps, mais intéresse concrètement la relation entre les entités spatiales et la manière dont ces repères urbains évoluent dans la ville et comment ils sont pris en considération par les acteurs. Restituer les organisations spatiales des bâtiments, les circulations attenantes, la distribution parcellaire et la nature des terrains est bien sûr un préalable pour saisir la relation entre les transformations des églises et les diverses évolutions du contexte urbain. La fouille et l’analyse des documentations sont ici essentielles tout comme les études architecturales, mais l’analyse archéologique des élévations encore existantes est un atout majeur, car à même de mettre en évidence des traces dont les documents ne disent rien ou qui sont peu visibles… Sans nous étendre davantage car le sujet est complexe et difficile en raison des lacunes documentaires, rappelons aussi l’importance d’intégrer à la réflexion les questions de propriété foncière et des acteurs ayant compétence ou autorité sur les espaces urbains.

  • 55 Boissavit-Camus B., Le quartier épiscopal de Poitiers, op. cit., 2001, p. 417-424.

25Ceci nous amène à évoquer pour finir le potentiel d’étude de ces églises, car la résolution des quelques questions soulevées ne peut reposer sur les seules élévations d’édifices bien identifiés, aussi prestigieux soient-ils (Fig. 20). Dans le cas de Poitiers, les sources diverses permettent de recenser au moins 64 églises médiévales. Parmi elles, 12 seulement possèdent des élévations à peu près entières. Des restes d’édifices disparus peuvent être conservés enfouis dans le sol, dans des caves ou dans les élévations de lieux qui ont désormais d’autres fonctions, comme les murs de la parcelle où se trouvaient autrefois l’église Saint-Michel et l’immeuble mitoyen construit au sud au tournant des XIXe et XXe siècles. Un autre bel exemple est l’ancienne église Saint-Paul mentionnée au Xe siècle et dont l’étude des élévations reste à faire, en particulier les pans du haut Moyen Âge conservés dans le bâtiment et servant de murs mitoyens (Fig. 21)55.

Fig. 20. Poitiers, conservation des édifices religieux.

Fig. 21. Poitiers, église Saint-Paul, face nord du mur gouttereau nord (cl. B. Boissavit-Camus, 2000).

  • 56 Plusieurs maisons médiévales ont fait l’objet d’une opération du bâti à Poitiers ces dernières ann (...)
  • 57 L’auteur tient à remercier Françoise Reynaud pour sa relecture.

26Pour conclure, dans la mesure où leur architecture constitue un élément du paysage urbain qui s’insère dans un espace déjà occupé, organisé et hiérarchisé, l’étude des églises urbaines contribue à cerner les enjeux spatiaux, économiques, religieux et artistiques qui ont présidé à leur construction. L’investigation des élévations ne peut être dissociée de celle des vestiges enfouis ni de celle menée en archives ou dans une optique architecturale. Rien que de très banal finalement et qui s’applique à tout type d’édifice. La particularité tient peut-être à la durée de vie de ces édifices, à l’investissement dont ils ont fait l’objet et à l’ampleur des modifications qu’ils ont subies. La richesse informationnelle et la diversité des compétences qu’induit l’archéologie du bâti ne se limitent pas, nous avons tenté de le montrer, à mieux comprendre des édifices particuliers. L’étude comparative des églises et de leurs relations spatiales avec ce qui les côtoie dépasse en effet la question Où dans la ville ? au profit du Comment dans la ville ? Pour approfondir, il serait cependant nécessaire de mettre en place des enquêtes pluridisciplinaires et transpériodiques, et surtout de construire des référentiels de données sur les techniques constructives et les matériaux, des référentiels solides et partagés, librement accessibles. On évoquera ici par exemple le programme des études parisiennes et d’Île-de-France porté par Jean-Pierre Gély, Annie Blanc et Marc Viré au sein du Lamop et du LRMH, avec des prélèvements et analyses systématiques lors des restaurations, assorti d’une critique d’authenticité des murs et d’une exploration des carrières. Une telle approche collaborative et une mise à disposition des données récoltées pourraient aussi s’accompagner de la constitution d’une base de données ouverte sur l’évolution des appareillages et des modes de construction, là encore pour disposer de référentiels calés et documentés pour la ville et son territoire au moins. Les études du bâti civil se développant, on peut espérer que les données recueillies intégreront ces derniers pour écrire une histoire de la construction à Poitiers. Néanmoins, insistons sur le fait que le bâti civil étant peu conservé avant les XIIe-XIVe siècles56, les églises demeurent des conservatoires importants, particulièrement pour les périodes hautes. L’expérience acquise depuis une trentaine d’années invite donc à renforcer la veille patrimoniale des édifices en partie disparus ou peu visibles, notamment celle des églises moins prestigieuses et moins documentées que les grands édifices et dont les vestiges sont donc plus menacés. Dans un contexte actuel très concurrentiel, au-delà de la ville de Poitiers, il apparaît indispensable de maintenir la vieille tradition de collaborations interinstitutionnelles, pour servir les besoins de la recherche et ceux de la sauvegarde patrimoniale ainsi que d’y intégrer les formations universitaires, initiales ou continues57.

Notes

1 À titre d’exemple la circulaire du 10 mai 1810, dite de Montalivet, ou celle du 10 août 1837. Bercé F., Des monuments historiques au patrimoine du XVIIIe siècle à nos jours ou « les égarements du cœur et de l’esprit », Paris, Flammarion, 2000, p. 21-24 (Série Art, Histoire, Société).

2 Circulaire 63150 du 5 août 1985, relative à l’organisation des études et travaux dans les monuments historiques classés.

3 Lehoërff A., « L’enseignement de l’archéologie en licence dans les universités françaises », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 115, 2009, URL : http://journals.openedition.org/nda/697, DOI : https://doi.org/10.4000/nda.697.

4 Au XIXe siècle, et encore jusque dans le dernier quart du XXe siècle, architectes diocésains, architectes ACMH et ABF ont souvent, à Poitiers et ailleurs, réalisé des fouilles archéologiques lors des restaurations.

5 Monumental, 2010 ; Boissavit-Camus B. dir., Le baptistère Saint-Jean de Poitiers. De l’édifice à l’histoire urbaine, Turnhout, Brepols, 2014, chap. 1 (Bibliothèque de l’Antiquité tardive, 26).

6 Palazzo-Bertholon B., Treffort C., « Pour une relecture de l’hypogée des Dunes à Poitiers. Approches méthodologique et interdisciplinaire », in Bourgeois L. dir., Wisigoths et Francs autour de la bataille de Vouillé (507). Recherches récentes sur le haut Moyen Âge dans le Centre-Ouest de la France. Actes des XXVIIIe journées internationales d’archéologie mérovingienne, Vouillé, Poitiers, 28-30 sept. 2007, Saint-Germain-en-Laye, AFAM, 2010, p. 151-169 (Mémoires, XXII).

7 Camus M.-T., Andrault-Schmitt C. dir., Notre-Dame la Grande de Poitiers, L’œuvre romane, Paris/Poitiers, Picard/CESCM-Univ., 2005 ; Andrault-Schmitt C. dir., La cathédrale Saint-Pierre de Poitiers. Enquêtes croisées, Poitiers, Gestes éditions, 2013.

8 En particulier au XVIIIe siècle des bénédictins de Saint-Maur, avec Dom Martène, présent à Poitiers vers 1708 et qui rédige avec Dom Durand, Voyage littéraire de deux Religieux Bénédictins de la Congrégation de Saint-Maur, Paris, 1717. Autre figure importante, Dom Fonteneau. Cet historien officiel du Poitou travailla à une histoire du Poitou et de l’Aquitaine de 1741 à 1766-69. Outre ses publications, il a laissé de précieux manuscrits conservés à la Médiathèque de Poitiers. Le XIXe siècle est marqué par la grande figure de Camille de La Croix, ce père jésuite, professeur au collège Saint-Joseph de Poitiers à partir de 1864, est considéré comme le véritable fondateur de l’archéologie chrétienne du Poitou.

9 Majoritairement des membres de la Société des antiquaires de l’Ouest fondée en 1834, rassemblés pour la plupart auparavant au sein de la Société académique d’agriculture, belles lettres, sciences et art, fondée en 1789.

10 Ginot E., « La société des antiquaires de l’Ouest pendant un siècle », Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 3e sér., t. 10, 1934, p. 186-187.

11 Le premier plan d’alignement de Poitiers a été achevé en 1817, mais approuvé en 1828 seulement. Jarousseau G. « De la première République à la seconde », in Favreau R. dir., Histoire de Poitiers, Toulouse, Privat, 1985, p. 312 ; Pinon P., « Les plans d’alignement comme source cartographique », Bulletin du Comité français de cartographie, 148, juin 1996, p. 79-87, URL : http://www.lecfc.fr/new/articles/148-article-9.pdf.

12 En particulier Marie-Thérèse Camus et Claude Andrault-Schmitt dont les études consacrées aux églises poitevines témoignent de l’investissement universitaire constant (Saint-Hilaire 1978 et 1982 ; Montierneuf 1978 et 1991, Sainte-Radegonde 1999, Notre-Dame la Grande 2002, la cathédrale Saint-Pierre 2013, pour citer les principales études. Actuellement un nouveau programme sur Saint-Hilaire est développé sous la direction de Cécile Voyer et Éric Sparhubert).

13 Eygun F., « Poitiers, Saint-Pierre le Puellier » Gallia, XV-2, 1957, p. 220-221 ; Boissavit-Camus B., Le quartier épiscopal de Poitiers, Essai de topographie historique d’un secteur urbain (IVe-XIIe siècle), thèse de doctorat (N. Gauthier dir.), Tours, Université F. Rabelais, 2001, p. 429-434 ; Ead., « L’église de Notre-Dame l’Ancienne de Poitiers (Vienne) », in Blondeau C., Boissavit-Camus B., Boucherat V., Volti P. éd., Ars auro gemmisque prior. Mélanges en hommage à Jean-Pierre Caillet, Zagreb, Motovun, IRCLAMA, 2013, fig. 5.

14 Boissavit-Camus B., « La campagne de fouilles, la restauration de la façade de Notre-Dame la Grande », Monumental, 1, 1992, p. 20-21.

15 Même si désormais SIG, bases de données et relevés numériques sont à réaliser, sur le fond, la méthode procède des mêmes principes que celle décrite dans un article collectif paru dans le Bulletin monumental à propos de l’étude préalable des édifices eux-mêmes (Boissavit-Camus B., Barraud D., Bonnet C., Fabioux M., Guyon J., Héber-Suffrin F., Prigent D., Pulga S., Sapin C., Vergain P., « Archéologie et restauration, instaurer de véritables études archéologiques préalables », Bulletin monumental, 161-3, 2003, p. 195-222).

16 Favreau R., « La vie quotidienne dans les villes du Centre-Ouest à la fin du Moyen Âge. Au fil des textes », Revue historique du Centre-Ouest, XVI, 2ème sem., 2017, p. 243.

17 Diverses tombes et mausolées ont été découverts depuis le XIXe siècle. Boissavit-Camus B., « Poitiers », in Maurin L. et al., Province ecclésiastique de Bordeaux (Aquitaine secunda), Paris, de Boccard, 1998, p. 77, 85-88 (Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle, éd. N. Gauthier, X) ; Ead., « Poitiers », in Prévot F., Gaillard M., Gauthier N. éd., Quarante ans d’enquête (1972-2012), 1, Images nouvelles des villes de la Gaule, Paris, de Boccard, p. 222 (Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle, XVI-1). Pour les tombes les plus récentes fouillées en 2008, au sud de la collégiale actuelle, Jegouzo A., Barbier E., Kacki S., Pouponnot G., « Des sarcophages en partie dévoilés… Proposition de restitution des espaces et du fonctionnement d’un secteur de la nécropole Saint-Hilaire (Poitiers) », in Cartron I., Henrion F., Scuiller C. dir., Les sarcophages de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge : fabrication, utilisation, diffusion. Actes des XXXe journées d’archéologie mérovingienne de l’AFAM, Bordeaux, 2-4 octobre 2009, Bordeaux, Aquitania, 2015, p. 329-346 (Aquitania Supplément, 34).

18 Boissavit-Camus B., « Enceintes urbaines et églises médiévales », in Balcon-Berry S., Boissavit-Camus B., Chevalier P. dir., La mémoire des pierres. Mélanges d'archéologie, d'art et d’histoire en l'honneur de Christian Sapin, Turnhout, Brepols, 2016, p. 97-105 (Bibliothèque de l’Antiquité tardive, 29).

19 Pour les édifices antérieurs au XIIe siècle, il s’agit des monastères Sainte-Croix, de la Trinité et de Montierneuf et des chapitres de Saint-Hilaire, Sainte-Radegonde, Saint-Pierre le Puellier et de Notre-Dame la Grande, auxquels on ajoutera le prieuré Saint-Nicolas fondation comtale. Le plus jeune établissement étant la fondation comtale de Saint-Jean de Montierneuf (1076).

20 Bourgeois L., « Le castrum de Saint-Hilaire le Grand de Poitiers aux Xe et XIe siècles », in Ferran L., Association d’histoire et d’archéologie au pays d’Aubazine éd., Espace et territoire au Moyen Âge. Hommage à Bernadette Barrière, Bordeaux, Ausonius, 2012, p. 409-422 (Mémoires, 29/ Suppl., 28).

21 Pour les recherches récentes, Andrault-Schmitt C. dir., La cathédrale Saint-Pierre…, op. cit., chap. 6 (Andrault-Schmitt C.), 14 (Blomme Y.) et 19 (Mandon F.).

22 Les fouilles menées par N. Le Masne de Chermont en 1987 ont montré que la cathédrale primitive se situait au nord-ouest du baptistère Saint-Jean. Reconstruite ou transformée à diverses reprises, elle fut détruite par un violent incendie en 1017 ou 1018, avant d’être reconstruite à 100 m au nord, sans doute sous la nef de la cathédrale gothique. L’édifice roman a été consacré en 1024 ou 1025 (en dernier ressort, Boissavit-Camus B. dir., Le baptistère Saint-Jean, op. cit., 2014, p. 147-149).

23 Masquées par le bâti, en particulier de l’enclos de Sainte-Croix, elles ne figurent pas sur les vues des XVIe et XVIIe siècles. La vue la plus ancienne connue est une gravure sur bois publiée en 1553 par Balthazar Arnoullet, éditeur à Lyon (Lepape S., « Balthazar Arnoullet. Vue de la ville de Poytiers », Gravure en clair-obscur. Cranach, Raphaël, Rubens. Catalogue de l’exposition, Musée du Louvre, 18 oct. 2018 -14 janvier 2019, Paris, Musée du Louvre/LienArts éd., 2018, notice 39, p. 24, fig. p. 25). Une des vues les plus exploitées est celle de François Nautré. Ce tableau sur toile daté de 1619 est conservé au Musée Sainte-Croix. Le premier plan urbain, dit des Échevins, a été dessiné en 1682-1686.

24 Le qualificatif entr’Églises est postérieur à la construction de la cathédrale gothique. Sur Notre-Dame entr’Eglises, cf. Boissavit-Camus B., Le quartier épiscopal de Poitiers, op. cit., 2001, p. 352-353).

25 Le texte concerne un accord entre les moines de Saint-Sauveur de Redon et de Saint-Maixent pour le retour du corps du saint dans l’abbaye qu’il avait fondée. Cet accord est passé devant le comte Eble et scellé sur un autel des Saints-Innocents situé dans l’église Beatae Virginis Mariae in canonica Beati Petri. Pour Robert Favreau il s’agit de Notre-Dame la Grande, mais la mention in canonica Beati Petri, la présence des dignitaires du chapitre de la cathédrale comme signataires et la présence des reliques des Saints-Innocents dont le culte est très lié à la cathédrale, et la mention au XI et XIIe siècle d’un enclos des chanoines, même s’il n’est pas matérialisé alors par un mur, laissent selon nous un doute raisonnable quant à la possibilité d’une église du groupe épiscopal consacrée à Marie durant le haut Moyen Âge (Boissavit-Camus B., Le quartier épiscopal de Poitiers, op. cit., 2001, p. 336, et 362-363).

26 Observations stratigraphiques tant de Camille de La Croix que de nous-mêmes (Boissavit-Camus B. dir., Le baptistère Saint-Jean, op. cit, 2014, chap. III, états 7 et 8).

27 Grégoire de Tours, Virt. S. Martini, IV, 32, MGH SRM, p. 208.

28 Boissavit-Camus B., Le quartier épiscopal de Poitiers, op. cit., 2001, p. 349-351.

29 Mgr Beauregard y a officié au tout début du XIXe siècle (Notes rédigées vers 1870-1880, Boissavit-Camus B., Le quartier épiscopal de Poitiers, op.cit., 2001, p. 341-348).

30 Boissavit-Camus B., Le quartier épiscopal de Poitiers, op.cit., 2001, p. 147-151, 219 et in Andrault-Schmitt C. dir., La cathédrale Saint-Pierre, op. cit., 2013, p. 62-68.

31 Ces vestiges ont été fouillés par le père de La Croix (1891) et par l’abbé Collon (1898), Boissavit-Camus B., ibid.

32 Boissavit-CamuS B., ibid.

33 On peut sans doute leur ajouter des bâtiments de l’episcopium situés sur le front de rue opposé, comme la très belle salle, parementée de moyens appareils signalée au début des années 80 par Michel Rérolle, alors conservateur du Musée municipal (cf. Andrault-Schmitt C. dir., La cathédrale de Saint-Pierre, op. cit., 2013, p. 76-79).

34 Camus M.-T., Andrault-Schmitt C. dir., Notre-Dame la Grande de Poitiers, op. cit., chap. 2 (Fillon B.), 4 (Boissavit-Camus B.), 6 (Andrault-Schmitt C.)  et 9 (Camus M.-T).

35 Pour les extraits traduits du Planctus, l’oraison funèbre de Gilbert de la Porée rédigée par le doyen Laurent, et du rouleau des morts d’Oxford qui nous intéressent, Pon G. dir., Gilbert de la Porée. Un théologien évêque de Poitiers (1142-1154), Poitiers, 2010, p. 94-96 (reproduits in Andrault-Schmitt C., La cathédrale Saint-Pierre, op. cit., 2013, p. 69 et 70).

36 Boissavit-Camus B. dir., Le baptistère Saint-Jean, op. cit., chap. III, état 8.

37 Prigent D., in Andrault-Schmitt C., Prigent D., coll. F. Mandon, « De la carrière au monument », in Andrault-Schmitt C. dir., La cathédrale Saint-Pierre, op. cit., 2013, p. 90, fig. 7.

38 Boissavit-Camus B., « Poitiers paysage religieux et monumental 4-12e siècle », in Sapin C. dir., Stucs et décors de la fin de l’Antiquité au Moyen Âge (Ve -XIIe siècle). Actes du colloque international de Poitiers, 16-19 septembre 2004, Turnhout, Brepols, 2007, p. 69-83.

39 Bernard Gauthiez s’est intéressé à la question pour Lyon et les villes normandes (Galinié H., Gauthiez B., Zadora-Rio E. dir., Village et ville au Moyen Âge : les dynamiques morphologiques, Tours, PUFR, 2003 (Sciences de la ville, 5).

40 Elles étaient auparavant datées entre le Xe et le XIIIe siècle.

41 Flammin A., « Le décor installé dans le baptistère de Poitiers au VII 5e siècle », in Boissavit-Camus B. dir., Le baptistère Saint-Jean, op. cit., chap. V, p. 359-399.

42 Sur le modèle par exemple de l’étude des stucs de Vouneuil-sous-Biard (Sapin C., Treffort C., Palazzo-Bertholon B., Les stucs de l’Antiquité tardive de Vouneuil-sous-Biard, Paris, CNRS éditions, 2009 (Suppl. à Gallia).

43 Les reliques de Porchaire, abbé de Saint-Hilaire mentionné au VIe siècle, ont été transférées dans cette nouvelle église probablement édifiée au Xe siècle (Boissavit-Camus B., op. cit., 1998, p. 90-92 (Topographie chrétienne des cités de la Gaule, X). Des ouvertures bouchées montrent que la façade est antérieure à la tour datée du 3e quart du XIe siècle (Camus M.-T., op. cit., 2002, p. 268).

44 Camus M.-T., Tours-porches et fonction d’accueil dans les églises du Poitou au XIe siècle, dans C. Sapin, Avant-nefs et espaces d’accueil dans l’église, entre le IVe et le XIIe siècle. Actes du colloque de Dijon, 17-20 juin 1999, Paris, CTHS, 2002, p. 260-280.

45 Favreau R., « La paroisse en Poitou aux XIVe et XVe siècles », in L’encadrement religieux des fidèles au Moyen Âge et jusqu’au concile de Trente. Actes du 109e congrès national des sociétés savantes. Dijon, 1984, section d’histoire médiévale et de philologie, Paris, CTHS, 1985, t. I, p. 111-131.

46 Sur les opérations d’urbanisme au Moyen Âge, cf. Galinié H., Gauthiez B., Zador-Rio E. dir., Village et ville…, op. cit., 2003.

47 Münzer J., De Nuremberg à Grenade et Compostelle. Itinéraire d’un médecin allemand. Aout 1494 - avril 1495. Trad. Péricard-Méa D. et al., Biarritz/Paris/Montrouge, Atlantica/Fondation David Parou Saint-Jacques, 2009, p. 252-254. Extrait reproduit dans Andrault-Schmitt C. dir., La cathédrale Saint-Pierre…, op. cit. p. 33.

48 L’activité de carrière a été étudiée dans la vallée de l’Anglin par J. Lorentz. Ses recherches ont été reprises par Daniel Morleghem dans le cadre de sa thèse soutenue à Tours en 2016 et dans le cadre d’opérations programmées, en cours. Il a peut-être existé des carrières à Poitiers ou dans les environs immédiats : en 1987, N. Le Masne a découvert un fragment de sarcophage juste entamé dans l’un des sondages ouverts près du baptistère et, plus récemment, C. Belliard a mis au jour des blocs bruts près de l’église Sainte-Radegonde, associé à des sarcophages réutilisés tardivement, entre Xe et XIIe siècle (Belliard C., « 7 impasse Saitne-Radegonde », in Bilan Scientifique régional (2014), p. 204-205).

49 Büttner S., Boissavit-Camus B., in Boissavit-Camus B. dir.) Le baptistère Saint-Jean, op. cit., chap. I, p. 98-101, et chap. IV.

50 Le chantier s’est donc déroulé principalement sous l’épiscopat de Didon et non d’Ansoald comme le pensait de La Croix (Boissavit-Camus B. dir., Le baptistère Saint-Jean, op. cit., p. 224-236).

51 Boissavit-Camus B., « Poitiers », in Maurin L. et al., Province ecclésiastique de Bordeaux, op. cit., 1998, n. 17, p. 78. Pour l’état le plus actuel du dossier sur les gesta municipalia, cf. Barbier J., Archives oubliées du haut Moyen âge. Les gesta municipalia en Gaule franque (VIe – IXe siècle), Paris, Lib. Honoré Champion, 2014 (pour le dossier de Poitiers, cf. p. 70-99).

52 Cf. supra, n. 22.

53 Blanc A., « Étude des natures de pierres, 1980 » in Favreau R., Camus M.-Th., Jeanneau F., Notre-Dame-la-Grande, 1995, p. 69 ; Rapport d’étude LRMH, oct. 1990.

54 Andrault-Schmitt C., Prigent D., coll Mandon F., « De la carrière au monument », in Andrault-Schmitt C. dir., La cathédrale de Saint-Pierre, op. cit., chap. 8, p. 88-90.

55 Boissavit-Camus B., Le quartier épiscopal de Poitiers, op. cit., 2001, p. 417-424.

56 Plusieurs maisons médiévales ont fait l’objet d’une opération du bâti à Poitiers ces dernières années, en particulier dans la rue du Bouchet et la rue de la Chaîne.

57 L’auteur tient à remercier Françoise Reynaud pour sa relecture.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Poitiers, Baptistère Saint-Jean, salle baptismale et abside, élévation est (DAO S. Dalle, in Boissavit-Camus B. dir., Le baptistère Saint-Jean…, 2014, Pl. 3-C, p. 475).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28492/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Légende Fig. 2. Poitiers, tour-porche de l’église Saint-Porchaire (cl. B. Boissavit-Camus).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28492/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Tableau 1. Lieux de culte chrétien protégés au titre de Monuments historiques (informations notices 1992).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28492/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Fig. 3a. Poitiers, église Notre-Dame, revers de l’arcade nord de la façade occidentale (cl. P. Ernaux, 1991, in Boissavit-Camus B., Poitiers, Notre-Dame la Grande. Rapport de sauvetage (1991-1992), Poitiers, DRAC-SRA, pl. XLIII).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28492/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Légende Fig. 3b. Poitiers, église Notre-Dame, relevé du revers du gouttereau sud de la première travée (S. Dalle del., 1991).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28492/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende Fig. 4. Poitiers, implantation des églises médiévales (B. Boissavit-Camus del., 2019)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28492/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Fig. 5. Poitiers, chronologie des fondations des églises médiévales (B. Boissavit-Camus del., 2019).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28492/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Légende Fig. 6. Poitiers, Le groupe épiscopal et ses abords, 1018-1154 (G. Dinety del., in Boissavit-Camus B., Le baptistère Saint-Jean…, 2014, fig. 315).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28492/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28492/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Légende Fig. 7a et b. Poitiers, Notre-Dame la Grande, chronologie des maçonneries retrouvées en 1991 (B. Boissavit-Camus, Poitiers, Notre-Dame la Grande. Rapport de sauvetage (1991-1992), Poitiers, DRAC-SRA, plan 1).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28492/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Légende Fig. 8. Poitiers, Notre-Dame la Grande, angle interne SE, avec au premier plan, les blocs de la construction antique arasée (cl. P. Ernaux, in Boissavit-Camus B., Poitiers, Notre-Dame la Grande. Rapport de sauvetage (1991-1992), Poitiers, DRAC-SRA, pl. II).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28492/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 422k
Légende Fig. 9. Poitiers, Notre-Dame la Grande, fondation de la façade ouest sous la tourelle NO (cl. P. Ernaux, in Camus M.-T., Andrault-Schmitt C., Notre-Dame la Grande de Poitiers…, fig. 93).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28492/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Légende Fig.10. Poitiers, Notre-Dame la Grande, sols de la première travée ouest (relevés S. Dalle).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28492/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Légende Fig. 11. Poitiers, Le groupe épiscopal et ses abords, 1154-XVIIe siècle (G. Dinety del., in Boissavit-Camus B., Le baptistère Saint-Jean…, 2014, fig. 322).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28492/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Légende Fig. 12. Poitiers, mur oriental (cl. J.-F. Amelot, in Boissavit-Camus B., Le baptistère Saint-Jean…, 2014, fig. 304).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28492/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Légende Fig. 13. Édifices et chantiers à Poitiers entre 350 et 1200 d’après la documentation textuelle (enquête B. Boissavit-Camus, 2004).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28492/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 14. Poitiers, baptistère Saint-Jean, restitution de l’état 5, VIIe siècle (X. Daire del., in Boissavit-Camus B., Le baptistère Saint-Jean…, 2014, fig. 177).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28492/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Légende Fig. 15. Poitiers, baptistère Saint-Jean, restitution de l’état 5, VIIe siècle (X. Daire del., in Boissavit-Camus B., Le baptistère Saint-Jean…, 2014, fig. 258).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28492/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Légende Fig. 16a. Poitiers, baptistère Saint-Jean, partie haute de la face extérieure nord (cl. J.-F. Amelot, in Boissavit-Camus B., Le baptistère Saint-Jean…, 2014, pl. 40-A).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28492/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 955k
Légende Fig. 16b. Poitiers, baptistère Saint-Jean, partie haute de la face extérieure nord (cl. J.-F. Amelot, in Boissavit-Camus B., Le baptistère Saint-Jean…, 2014, pl. 41-A).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28492/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 942k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28492/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 770k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28492/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Légende Fig. 17a, b et c. Poitiers, Saint-Porchaire, façade antérieure à la tour-porche (cl. B. Boissavit-Camus).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28492/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 18. Poitiers, baptistère Saint-Jean, face nord : étude des blocs (mise en œuvre et remplois).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28492/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Légende Fig. 19. Poitiers, baptistère Saint-Jean, faces est et nord (cl. J.-F. Amelot).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28492/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 20. Poitiers, conservation des édifices religieux.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28492/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Légende Fig. 21. Poitiers, église Saint-Paul, face nord du mur gouttereau nord (cl. B. Boissavit-Camus, 2000).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/28492/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 682k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search