Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Un sanctuaire antique exceptionnel à Pont-Sainte-Maxence (Oise)

p. 319-331

Résumés

Français
English
Deutsch

En 2014, lors d’une fouille archéologique de l’Inrap à Pont-Sainte-Maxence, dans l’Oise, un sanctuaire antique du milieu du IIe siècle AD a été mis au jour, occupant une surface de 1,6 hectare. L’élément le plus remarquable de cet ensemble était la façade d’entrée du péribole, effondrée d’un seul tenant. Cette construction, longue de 69 m et haute de 10,70 m, était composée de dix-neuf arcades, dont deux aveugles, rythmées de pilastres d’ordre composite. La façade extérieure était entièrement décorée de sculptures rehaussées de peintures. Le répertoire iconographique était particulièrement riche, mettant en avant de nombreuses scènes mythologiques, jusqu’au sommet de la façade, couronné par une alternance de statues de griffons et de têtes de divinités.

In 2014, during an archaeological excavation by the Inrap, an ancient sanctuary of the mid-second century AD has been unearthed, occupying 1.6 hectares. The most remarkable part of this set was the peribolos entry facade integrally collapsed. This construction, 69 m long and 10,70 m high, was composed of 19 arches, including two blind, punctuated by pilasters of composite order. The exterior was entirely decorated with sculptures enhanced with paintings. The iconographic repertoire was particularly rich, highlighting many mythological scenes, to the top of the facade, crowned by alternating statues of griffins and deities heads.

Bei einer Grabung des Inrap wurde 2014 in Pont-Sainte-Maxence im Departement Oise ein 1,6 Hektar großes, in die Mitte des 2. Jh. n. Chr. datiertes Heiligtum freigelegt. Das bemerkenswerteste Element dieses Ensembles war die die in einem Stück eingestürzte Eingangsfassade des Peribolos. Diese 69 m lange und 10,70 m hohe Konstruktion setzte sich aus 19 Bögen, darunter zwei Blendbögen, zusammen, die mit Pilastern in Kompositordnung abwechseln. Die Außenfassade war mit reichem bunt bemaltem Skulpturenschmuck versehen, dessen besonders reiches ikonographisches Programm bis an im oberen Teil der Fassade zahlreiche mythologische Szenen in den Vordergrund stellte. Den Abschluss bildeten alternierend Statuen von Greifen und Köpfe von Gottheiten.

Entrées d’index

Mots-clés : sanctuaire, arcade, pilastre, divinité, sculpture, griffon, architecture, gallo-romain

Keywords : sanctuary, arches, pilaster, sculpture, griffin, deites, architecture, gallo-roman

Schlüsselwörter : Heiligtum, Bogen, Pilaster, Skulptur, Greif, Gottheiten, Architektur, gallo-römisch


Texte intégral

1En préalable à la construction d’un vaste centre commercial au lieu-dit « le Champ Lahyre », un diagnostic très positif réalisé fin 2013 par Clément Paris (Inrap) avait lancé la procédure de prescription de la Direction régionale des Affaires culturelles de Picardie ; en effet, des blocs sculptés d’une exceptionnelle fraicheur d’exécution et des statues de griffons quasi grandeur naturelle avaient été mis au jour. Le montage d’une opération de fouille par l’Inrap, de mars à juillet 2014, a ainsi finalisé la mise en évidence d’un sanctuaire antique complet sur une surface de 1,6 ha. Ce lieu de culte, jusqu'alors inconnu, s’établit sur une implantation protohistorique (fosses, fossés et bâtiment à pans coupés). Après une occupation fugace au Ier s., un édicule central, un bassin rectangulaire à exèdre et un puits monumental sont construits, dans le dernier tiers du Ier s.- premier quart du IIe s., perpendiculairement au grand fossé à l'est du site. Le mur péribole et sa façade d'entrée monumentale sont eux construits entre 125-130. Les vestiges d’une façade monumentale, effondrée d’un seul tenant – sans doute en raison de la nature instable du sous-sol – retiennent alors l’attention de la communauté scientifique. Les blocs et fragments de pierre révèlent en effet un décor sculpté inédit et de haute qualité. Leur étude méthodique permet de proposer une restitution de l’état originel du monument.

Image 100000000000042000000258EB1C92145854228E.jpg

Fig. 1. Environnement antique du site de Pont-Sainte-Maxence au sein des civitates Bellovaques, Sylvanectes et Suessions (V. Brunet-Gaston, Inrap del.).

1. Un vaste sanctuaire antique

1.1. Un premier état du sanctuaire ?

2Le site gallo-romain est érigé en périphérie nord de l’agglomération antique, qui serait peut-être Litanobriga, mentionnée sur l’itinéraire d’Antonin, sur la voie d’Amiens (Somme) à Soissons (Aisne), à 18 lieues gauloises de Caesaromagus (Beauvais) et à 4 lieues d’Augustomagus (Senlis). ‘Briga’ signifiant « pont », la ville devait être non loin d’un point de franchissement de l’Oise. Quoiqu’il en soit l’agglomération était sans doute située à l’emplacement de la ville actuelle de Pont-Sainte-Maxence, le long d’une voie romaine. La départementale 1017 semble reprendre son tracé. Il faut souligner que jusqu’en 1951, le site appartenait à la commune de Sarron, date à laquelle son territoire fut partagé entre Pont-Sainte-Maxence et Saint-Martin-Longueau. Un petit affluent de l’Oise, la Frette, est canalisée entre la route et l’ancien terrain de football et permet de délester les marais de Sacy. Le site est en rive droite de l’Oise, dans la plaine alluviale, large de plus de trois kilomètres dans ce secteur.

3Le sanctuaire occupe une zone stratégique, à la frontière des cités des Bellovaques, Silvanectes et Suessions, au carrefour du cours de l’Oise et d’un nœud de communication où se rejoignent les voies antiques Amiens-Senlis et Senlis-Bavay. Le site de Champlieu (Orrouy), très proche stylistiquement, n’est qu’à 25 km environ (fig. 1).

4La parcelle est relativement plane, avec un léger pendage vers le sud et le sud-ouest. D’après la carte géologique, elle est située dans sa moitié ouest sur des alluvions récentes notées Fz, et sur des formations tertiaires (sparnacien) notées e3 à l’est.

1.2. La monumentalisation durant la Pax Romana

5L’édifice, érigé au IIe s. entre 125 et 130, sous le règne d'Hadrien, est composé d’un mur d’enceinte (péribole) de 100 x 69 m flanqué de deux pavillons (7 x 10 m) sur la façade arrière (fig. 2).

6Au centre de cette enceinte, un édifice surélevé (7 x 14 m) était accessible par deux escaliers opposés : il constitue le cœur du sanctuaire où était érigé soit un vaste autel, soit un édifice cultuel renfermant la statue d’une ou plusieurs divinités. Des fragments de placage de marbres aux couleurs variées provenant des gisements de Châtelperron (Allier), mais aussi de tout le bassin méditerranéen, et des éléments de balustrade en Liais de Senlis1 laissent entrevoir la qualité du décor d’origine. Il faut signaler la découverte de quelques éléments lapidaires comme un fragment de colonne à feuilles imbriquées. La façade principale de cet édifice se reflétait dans un bassin rectangulaire à abside situé sur son axe.

Image 100000000000041D000002A0CDCA66101D208FA0.jpg

Fig. 2. Plan interprété du site : en jaune les tranchées de récupération des maçonneries ; en bleu le bassin et sa désaffection en mare ainsi que le puits à l’est ; en gris les trous de poteaux et les fosses ; en beige les fossés ; en noir les structures protohistoriques ; en rouge le four de potier (topographie : S. Hebert) © Ch. Gaston, V. Brunet-Gaston, Inrap.

7À l’arrière et à l’extérieur de l’enceinte prenait place un puits monumental au cuvelage quadrangulaire, en pierre. Le mobilier métallique prélevé lors de la fouille, notamment une silique en argent frappée à Trèves pour Gratien entre 367 et 3752 attesterait la vocation cultuelle du site, car cette monnaie ne circule pas au quotidien.

2. Une architecture monumentale

2.1. Les matériaux

8Les premières déterminations pétrographiques montrent que les arcades et la sculpture sont en calcaire lutétien moyen. Ces calcaires sont extraits des anciennes carrières de calcaire lutétien de la rive est de l’Oise et aisément transportable par cette voie fluviale.

2.2. Description de la façade d’entrée

9L’entrée du sanctuaire se faisait par une façade monumentale de près de 10,70 m de hauteur sur 69 m de longueur, dimensions exceptionnelles en Gaule romaine (fig. 3). Cette façade est rythmée de dix-neuf séquences architecturales identiques, sous forme de dix-sept arcades ouvertes et peut-être deux arcades aveugles aux extrémités pour contrebuter l’ensemble. La façade extérieure, dont les arcades sont séparées par des pilastres d’ordre composite, est entièrement décorée de sculptures rehaussées de peintures, tandis que la façade intérieure est laissée brute d’épannelage. Les fondations de ce mur-façade sont profondes de 2 m et la tranchée de fondation était large d’environ 2 m aussi.

10La découverte d’un fragment de lettre en bronze doré et d’un bloc de frise très abîmé portant des cavités de fixation attestent l’existence d’une dédicace.

11Cinq cents blocs et environ 6000 fragments ont été recueillis dans l’effondrement de la façade. Ils ne représentent cependant qu’à peine 10 % du volume de pierres initial, dont la récupération a commencé dès l’Antiquité, comme l’atteste le remploi d’une vingtaine de blocs dans une structure en forme de Pi installée devant la façade de l’édifice central.

Image 10000000000005FC000002C26FDB28CCD8013A04.jpg

Fig. 3. Proposition de restitution de la façade monumentale, cotés extérieur et intérieur, vue latérale sud © Ch. Gaston, Inrap.

Image 1000000000000200000002A94FBA36C86ADBD76E.jpg

Fig. 4. Torse musclé d’un personnage dans un pilastre © V. Brunet-Gaston, Inrap.

12Cette récupération ayant été menée principalement depuis la voie antique, il ne subsiste de la partie basse de la façade que quelques fragments. Les blocs les mieux conservés appartiennent aux arcs, à l’entablement et à l’attique. La restitution de la partie haute de la modénature ne pose donc pas trop de problème, toutes les assises concernées étant représentées par plusieurs blocs entiers.

3. UN decor sculpté d’exception

3.1. Une façade triomphale et théâtrale

13Cette façade nous offre, à côté du répertoire architectural classique des ateliers trévires, un référentiel iconographique et statuaire proche des sphères micrasiatiques.

14Les piédestaux de chaque pilier sont représentés par peu d’éléments ; ils reposaient sur une plinthe ornée d’un décor de crosses alternées de pistils et d’une moulure en doucine à rais de cœur ou à file de feuilles alternées de pistils en haut et inversée en bas. Les bases reposent sur une plinthe lisse et sont pourvues de deux tores inégaux et en retrait l’un par rapport à l’autre.

15Les pilastres à redent sont ornés, comme à Champlieu ou aux Thermes d’Aphrodisias, de personnages (fig. 4) reposant sur des consoles à festons, et de rinceaux peuplés sur les faces latérales. Le chapiteau composite couronnant l’ensemble est directement à comparer avec ceux du temple de Champlieu3.

16Les arcades, au décor peint, ont toutes un décor différent pour l’arc, la voûte et la scène d’écoinçon. Certains blocs conservent des traces de peinture, surtout les fonds rouges pour faire ressortir les figurations – alternant peut-être personnages et animaux. Par exemple sur l’intrados du claveau de l’arcade VI, le décor végétal à boucliers suspendus est bien visible sur le fond rouge sombre, qui fait ressortir le feuillage d’acanthe charnue.

17L’assise d’architrave, haute de 73 cm, est composée de trois blocs de longueurs variant de 105 et 130 cm, soit un bloc central et deux blocs portant un demi-ressaut correspondant à la moitié du pilastre. L’architrave à trois fasces est ornée de rinceaux à anthémions et de méandres à grecques en gamma soulignés par des rangs de perles et pirouettes. Les incisions des tracés pour les méandres sont parfaitement conservées. La polychromie y est bien préservée et on notera des filets d’ocre et de rouge sur les feuillages. Les similitudes avec le décor du temple de Champlieu, des bâtiments publics de Reims ou encore des monuments de Neumagen sont flagrantes.

3.2. Une frise surdimensionnée

18La frise (fig. 5) offre diverses scènes issues d’un répertoire hellénisant : tout à gauche on trouve un dieu-fleuve dont le torse et les jambes ont disparus (ils devaient passer derrière celles de l’Endymion), une Séléné et Endymion – le berger endormi pour rester éternellement jeune –, [un bloc intermédiaire en ressaut, perdu], une Vénus accroupie accompagnée d’une tête de vieille femme qui semble chuchoter un secret, [un bloc perdu], une Minerve, [un bloc intermédiaire en ressaut, perdu] et des guerriers, font partie des blocs majeurs retrouvés. L’assise de frise, haute de 103 cm, porte cinq blocs se divisant en deux blocs à ressaut de même largeur que le pilastre et prolongeant celui-ci au-dessus des deux demi-ressauts d’architrave, deux blocs intermédiaires larges de 115 à 135 cm, et un bloc central sensiblement de même largeur que les blocs de pilastre. Cette disposition n’est cependant pas forcément respectée partout, le bloc central étroit pouvant se trouver rejeté contre le bloc à ressaut.

19Pour le bloc représentant Séléné et Endymion (no 9-17-119-131-320), l’impact a été suffisamment important pour que le parement sculpté représentant le corps du berger vole à deux mètres du corps du bloc en de nombreux éclats (fig. 6). Mis à part ce cas, la nature du terrain, très sableux, n’a pas entrainé un rebond et un éparpillement des blocs, qui, de ce fait, se sont profondément enfoncés dans le sol, sans subir d’éclatement trop important : par conséquent, ils n’ont subi qu’un faible écartement et basculement à l’impact4.

Image 100000000000045800000531B059A2F1EA04E96A.jpg

Fig. 5. Anastylose des blocs des arcades V et VI © Ch. Gaston, Inrap.

Image 10000000000001FD000001DE03D71834781C85D4.jpg

Fig. 6. Parement du bloc de l’Endymion et Séléné, et fragments épars de main et hampe du bâton du berger – remontage graphique © V. Brunet-Gaston, Inrap.

20Le bloc no 13 (fig. 7) représente une femme accroupie, le torse penché en avant vers la gauche, les jambes recouvertes d’un drapé savamment plissé. Le schéma est typique de la Vénus accroupie d’époque hellénistique. La déesse conserve derrière elle la tête d’une vieille servante ou nourrice, identifiable à sa coiffe typique. Elle porte sa main en portevoix devant sa bouche, comme pour dire un secret.

21Plusieurs comparaisons viennent à nous, mais aucune n’est réellement satisfaisante :

  • Le sarcophage de Méléagre (Musée d’Istanbul) daté du IIe s. qui provient de Dyrrachium (Durrès, Albanie), montre en partie droite le suicide d’Althée responsable de la mort de son fils. Althée est à genoux à terre, elle se retourne vers la servante, le poignard à la main droite, le bras gauche levé, sa servante lui tient l’épaule, tentant de la retenir. La scène, violente et mouvementée, est prise sur le vif (fig. 8).

  • Les sarcophages représentant Phèdre et Hippolyte nous permettent clairement d’identifier la vieille servante. La coiffe est la même et le geste de la main en portevoix indique qu’elle parle à mots couverts à Hippolyte. En revanche, la fière Phèdre, campée sur sa chaise haute, n’a jamais la position dénudée de notre divinité (Musée du Louvre, MA2294 daté de 2905 - fig. 9).

  • Les représentations de la nymphe Thétis plongeant son fils Achille dans le Styx reproduisent le même carton d’une divinité à demi drapée. Sauf qu’ici, la surface du bloc est lisse, ne laissant aucune ambiguïté sur la présence d’un bébé qu’elle tiendrait de sa main droite. Ce que l’on peut dire en revanche c’est que la facture de la Thétis de Champlieu est la même (en plus abimée par les intempéries) que notre bloc de Pont-Sainte-Maxence (fig. 10) Les blocs suivants représentent une Minerve casquée avec un serpent ( ?) entourée de guerriers ; l’ensemble ne peut être rattaché à une scène connue pour l’instant. On ne peut donc faire la liaison entre les deux scènes mythologiques.

  • Les représentations de la nymphe Thétis plongeant son fils Achille dans le Styx reproduisent le même carton d’une divinité à demi drapée. Sauf qu’ici, la surface du bloc est lisse, ne laissant aucune ambiguïté sur la présence d’un bébé qu’elle tiendrait de sa main droite. Ce que l’on peut dire en revanche c’est que la facture de la Thétis de Champlieu est la même (en plus abimée par les intempéries) que notre bloc de Pont-Sainte-Maxence (fig. 10)

Image 10000000000001F8000001F04648EB209F82B82B.jpg

Fig. 7. Parement du bloc de la Vénus et la vieille nourrice © V. Brunet-Gaston, Inrap.

Image 10000000000001EC000002556BD1D9F4D120C57B.jpg

Fig. 8. Détail du sarcophage de Méléagre (inv. 864d2 Musée d’Istanbul, © T. Jamard).

Image 10000000000002000000017D20B9A80948106DD1.jpg

Fig. 9. Détail de la cuve du sarcophage de Phèdre et Hippolyte, Musée du Louvre (MA2294 cliché no 94-054033 © RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/René-Gabriel Ojéda).

22Les blocs suivants représentent une Minerve casquée avec un serpent ( ?) entourée de guerriers ; l’ensemble ne peut être rattaché à une scène connue pour l’instant. On ne peut donc faire la liaison entre les deux scènes mythologiques.

23La corniche corinthienne modillonnaire6 est typique des édifices gallo-romains : ornée de rinceaux à anthémions et de consoles végétales, son répertoire est apparenté à celui du temple de Genainville, du Vieil-Évreux, de Champlieu ou encore de l’architecture rémoise. L’assise, haute de 60 cm, reprend la configuration de l’architrave, à savoir des demi-ressauts dans l’axe des pilastres, mais la projection des blocs étant plus importante, leur largeur s’en trouve réduite, portant à quatre blocs (largeur 75 à 105 cm) l’intervalle d’entraxe. La face arrière est épannelée.

24L’attique est orné de monstres marins (cerf, cheval affronté à un canthare sur lequel il pose son sabot, fragments d’enroulements de queues). L’un des blocs les plus complets a été retrouvé dans la structure en Pi aménagée devant l’édifice du culte. Il s’agit d’un triton portant une rame au-dessus de sa tête (fig. 11). Le bloc est fracturé en partie basse.

25Les similitudes avec les sanctuaires plus ou moins voisins de Genainville, Champlieu, Sens ou Escolives-Sainte-Camille, sont évidentes. La hauteur de l’attique, qui s’approcherait plutôt de celle de l’architrave, ne semble pas, comme la frise, obéir aux proportions de l’ensemble. Il semble de toute façon, comme on le verra ci-après, que la réalisation de cet élément ait été quelque peu bâclée. Il faut cependant noter malgré tout que la hauteur de l’attique et des statues sommitales est proche de trois modules. L’attique ne comprend aucune mortaise de fixation, mais également aucune cavité de pince. Il semblerait donc que sa mise en place ait été bien moins rigoureuse que les assises inférieures, ce qui est confirmé par les longueurs très irrégulières des blocs, variant de 75 à 150 cm, la présence de nombreux coups de sabre par rapport aux joints de l’assise de corniche, et enfin le non respect des alignements de joints sur les griffons et têtes monumentales. Ceux-ci restent cependant axés sur les pilastres, et le rythme des panneaux sculptés de l’attique, même s’ils ne sont pas réalisés en saillie.

Image 10000000000001E9000004820F5609226B8E26C9.jpg

Fig. 10. Thétis plongeant son fils Achille dans le Styx (Champlieu © Musée Vivenel).

Image 10000000000002DD00000117230CAA025D3AD428.jpg

Fig. 11. Triton tenant une rame, en remploi dans la structure en pi, © V. Brunet-Gaston, Inrap.

Image 1000000000000355000001CD7A0A9861515E8AAA.jpg

Fig. 12. Griffons aux ailes déployées © V. Brunet-Gaston, Inrap.

26Couronnant l’ensemble sont alignés dix ( ?) griffons (fig. 12), animal fabuleux à tête d’aigle et corps de lion appartenant au cortège d’Apollon. Puissamment campés, assis sur leurs pattes arrière et sur leur queue alternativement posée à droite ou à gauche, on remarquera la bordure de poils bien ciselés de la croupe de ces animaux fabuleux, détails complétement invisibles depuis le sol. Les plumes sont bien marquées, notamment à leur attachement sur les flancs, et les ailes sont déployées mais de façon incurvée, comme s’ils tentaient de prendre leur envol. Le départ du cou et de la tête de l’un d’eux permet aussi de définir qu’ils regardent tantôt à droite, tantôt à gauche. La hauteur totale est estimée à 1 m. L’imagerie générale du griffon le montre souvent assis ou debout, les ailes déployées derrière lui. Les fragments de têtes retrouvés laissent penser qu’ils avaient les oreilles très pointues, dressées, et une crinière dentelée (comme sur les blocs de frise de Vienne, conservés au Musée Saint-Paul). La mise en place de la statuaire sommitale se fait par un démaigrissement de la surface du lit d’attente de l’attique, permettant ainsi le calage des statues.

27Ces animaux alternent avec huit têtes monumentales à la chevelure ondulante, mais aucun visage complet n’a été préservé, ce qui rend difficile leur identification (fig. 13).

28On proposera un Vulcain à la chevelure en broussaille, telle celle de Chiragan. Le bonnet d’ouvrier est caractéristique du dieu forgeron ou encore d’Ulysse. Sans plus d’attributs, la question reste ouverte.

29Un Apollon ou Bacchus ( ?) avec de grandes boucles de cheveux en anglaises, des mèches semblant remonter sur le haut du crâne à la façon de la coiffure du type Léocharès, et un nœud d’Héraclès sur un ruban qui retient la chevelure.

30Seul Jupiter-Ammon, reconnaissable à ses cornes et oreilles de bélier, est incontestable. Sa chevelure évoque celle de la gorgone des consoles d’Aphrodisias. On pensera aussi aux grosses têtes de Méduse d’Istanbul (un bloc erratique au jardin du Musée) et en remploi dans la citerne-basilique « Yereban Sarnici » (fig. 14).

Image 100000000000042000000155A74FE1478F5724B6.jpg

Fig. 13. Têtes monumentales : divinité barbue ?, inconnue ?, Apollon ou Bacchus, inconnu ? Vulcain ?, Jupiter-Ammon © V. Brunet-Gaston, Inrap.

Image 100000000000020000000384FB7D58A483628C01.jpg

Fig. 14. Tête de Méduse d’Istanbul en remploi dans la citerne-basilique « Yereban Sarnici » © V. Brunet-Gaston, Inrap.

Image 10000000000002000000011918C80BA1F236D764.jpg

Fig. 15. Tête isolée d’un personnage barbu non identifié © V. Brunet-Gaston, Inrap.

31Le seul visage partiellement conservé, situé à l’extrémité nord, a été roulé plus loin, à 15 m de la façade. Initialement interprété comme Méduse, il laisse deviner, après un lavage in, le départ d’une barbe. Le vide des yeux devait être à l’origine incrusté de pierres. Le fait que les orbites soient bien conservées montre qu’il n’y a pas eu de dégradation volontaire des autres statues ; en revanche, le front et la partie basse du visage (à partir des lèvres) ont été brisés (fig. 15).

32Un dernier visage, conservant une oreille surdimensionnée et un fragment de la joue et de l’œil, arbore une coiffure à mèches dressées sur la tête, presque comme des flammes ou une couronne radiée ( ?).

33Enfin, un socle a été retrouvé dans le comblement de la structure en Pi. La particularité de ces têtes est d’arborer des oreilles bien dessinées et non recouvertes d’une mèche de cheveux, à l’instar de l’Héraclès de la console des thermes d’Aphrodisias7.

Image 10000000000001E90000056A6DEF3AF53205B93C.jpg

Fig. 16. Relevé colorisé de l’effondrement de la façade en place © Ch. Gaston, Inrap.

Image 10000000000002000000018558A34A666796CDDC.jpg

Fig. 17. Séquence architecturale effondrée en place © Ch. Gaston, Inrap.

4. Restitution DE lA FAçADE

34Pour mener à bien la restitution de la façade, il nous a d’abord fallu trouver l’endroit d’extension maximale de l’effondrement (fig. 16 et 17), certaines zones n’ayant pu s’effondrer que dans les parties hautes. Ainsi, le calcul peut être effectué dans la zone sud, à un endroit où suffisamment de blocs caractéristiques permettent le raisonnement.

35Si l’on considère une largeur de la façade à la base d’environ 1,20 m, et son emplacement sur l’axe de la fondation subsistante, la distance maximale entre la base de la façade orientale et l’intrados de la clef d’arc est de près de 6,70 m, et 10,70 m jusqu’au sommet de l’attique. Si l’on soustrait ces deux distances, nous obtenons 4 m, soit une différence relativement faible par rapport à la hauteur estimée (3,75 m) pour les cinq assises de cette partie de la façade. En considérant l’écartement de ces cinq assises, soit 25 divisé par 4, on aurait un écartement minimal moyen de près de 6 cm.

36Si l’on applique cet écartement à dix assises de 60 cm restantes supposées jusqu’à la base de la façade, on arrive à 6,60 m, soit une valeur proche des 6,70 m mesurés sur l’effondrement.

37Plusieurs indices permettent par ailleurs de proposer quelques constantes architecturales.

38Tout d’abord, un bloc de pilier, reconstitué, montre une hauteur d’assise de 58 cm, soit très proche de deux pieds. Il semblerait donc que la constante de hauteur déjà observée pour les trois assises d’arc se prolonge sur le corps du pilier. Ensuite, plusieurs fragments, notamment un de base, montrent que les assises de piliers sont formées de deux blocs juxtaposés, liés par deux agrafes. La nécessaire alternance des joints verticaux (une assise avec joint en façade, puis une assise avec joint sous l’arcade) permet de restituer une alternance régulière du calepinage entre le sommier de l’arc et la base, en partant de l’alternance déjà visible dans les trois assises d’arc.

Image 1000000000000422000002C2896AAE9C863636BB.jpg

Fig. 18. Évocation du site © V. Brunet-Gaston, Inrap.

39Si l’on considère ensuite la largeur du pilastre, soit deux pieds, et les hauteurs d’assises supposées, cette largeur génèrerait une hauteur de 9 « diamètres » pour le pilastre, soit près de 5,40 m, compatible avec l’ordre composite mis en évidence. Cette proportion serait confirmée par le tracé régulateur évoqué plus loin. Enfin, il faut envisager la présence d’un piédestal sous les piliers, comme le suggèrent quelques fragments correspondant à cet élément. La façade dépasserait ainsi 10 m de hauteur, la hauteur importante de l’entablement ne permettant pas de toute façon de privilégier une solution plus basse.

Conclusion

40L’inspiration générale est dans le même esprit que celui de la façade des thermes d’Escolives Sainte-Camille, des « Piliers de Tutelle » à Bordeaux ou du portique des Incantadas à Thessalonique. Par ailleurs, en 2014, un édifice similaire, le temple de Claude (daté du milieu du ier s.) à été mis au jour à Colchester (Grande-Bretagne).

41Ceci n’est qu’une brève présentation du site encore en étude (fig. 18) : la fouille de 2014 a permis de mettre au jour un ensemble cultuel, inconnu jusqu’alors, dans le nord de la Gaule. Cet édifice est remarquable en plus d’un point, surtout au niveau de la séquence d’entrée de son péribole dont l’effondrement a été en partie conservé in situ. Cette façade monumentale est une construction totalement inédite tant par son répertoire iconographique que par ses caractéristiques architecturales et ses dimensions hors-normes. La richesse du décor architectural de la façade évoque le style de l’école trévire, mais l’iconographie serait inspirée des ateliers d’Asie Mineure.

42L’un des aspects les plus singuliers de cette architecture, c’est l’arrière de la façade, qui est soit grossièrement épannelée, comme on peut le voir au dos des claveaux ou de la frise d’attique, soit à moulures lisses comme pour les architraves et les corniches. Mais le fait n’est pas exceptionnel car les portiques de Leptis Magna, par exemple, offrent à peu près la même absence de finition.

43L’écroulement8 de cette façade, vraisemblablement dû à un événement climatique pluvieux, ne marque pas l’abandon du site. En effet, des éléments architecturaux sont remployés dans une structure en forme de Pi, en avant de l’édifice central et un four de potier aménagé à l’arrière du péribole. L'étude du four de potier par V. Pissot (Inrap) indique une construction entre 140 et 160, ce qui laisse une faible marge d'existence pour la façade. Des monnaies du ive s. (dont certaines de forte valeur) sont encore jetées dans la mare qui succède au démantèlement du bassin à abside. Enfin, la façade, l’édifice cultuel et le péribole sont entièrement détruits et récupérés jusqu’aux fondations à environ 2 m de profondeur, aux iiie et ive s. Une incinération au nord ouest du site, au ive s., nous indique la valeur mémoriale des lieux. Les études des différents mobiliers, actuellement en cours ou à venir, permettront de consolider l’évolution chronologique du site depuis la Protohistoire à ses derniers tenants au Moyen Âge.

Bibliographie

Bibliographie

Adam J.-P., 2012, La maison romaine, Arles, H. Clair, 224 p.

Adam J.-P., Deyts S., Saulnier L., 1987, La façade des thermes antiques de Sens (Yonne), Dijon, S.A.E., 80 p., 30 pl. (7ème suppl. à la R.A.E.).

Brunet-Gaston V., 2000, « Le temple de Champlieu : étude architecturale préliminaire », in : Napoléon III et l’archéologie : fouilles en forêt de Compiègne sous le Second Empire, Catalogue d’exposition au Musée Antoine Vivenel, Compiègne, 16 sept. 2000-7 janv. 2001, p. 135-151.

Brunet-Gaston V., 2002, Les ordres architecturaux dans le nord-ouest de la Gaule romaine : synthèse régionale pour la Haute-Normandie et le Vexin du Ier au IIIe s. ap. J.-C., Mémoire de thèse sous la dir. de P. Gros, Univ. d’Aix-Marseille, 5 vol.

Brunet-Gaston V., 2008, Esquisse du paysage architectural à Durocorturum, Reims, Marne : le lapidaire de la Médiathèque, rue Rockfeller, Reims, S.A.C., 100 p. (Bull. de la Soc. archéologique champenoise, 101, no 2).

Kapps R., 1974, Escolives Sainte-Camille gallo-romain : le site, le monument à arcades, Dijon, S.A.E., 112 p, 68 p. de pl. (1er suppl. à la R.A.E.).

Numrich B., 1997, Die Architektur der römischen Grabdenkmäler aus Neumagen, Trier, Rheinisches Landesmuseum Trier, 233 p. (Trierer Zeitschrift, 22).

Paris C., 2013, Pont-Sainte-Maxence ‘Le Champ Lahyre’, Rapport de diagnostic archéologique, Inrap nord-Picardie, Amiens.

Revenu M., 2010, Ressources et utilisations de la pierre dans le Bassin parisien à l’époque romaine : problématiques et premiers résultats, Mémoire de thèse sous la dir. de P. Van Ossel, Paris.

Gély J.-P., Vire M., Busson D., Robin S., 2008, « L’approvisionnement en pierre de Lutèce », in : Blary J.-P., Gély J., Lorenz J. dir., Pierres du patrimoine européen : économie de la pierre de l’Antiquité à la fin des Temps modernes, Actes du colloque international ‘Pierres du patrimoine européen’, Château-Thierry, 18-21 oct. 2005, Paris, éd. du CTHS/Château-Thierry, Patrimoine vivant, p. 257-266.

Woimant G.-P., 1995, L’Oise, Paris, Acad. des Inscriptions et des Belles-Lettres, 570 p. (Carte archéologique de la Gaule, 60).

Notes de bas de page

1 Détermination géologique et pétrographique : A. et Ph. Blanc (LRMH, Université Paris VII).

2 Étude L. Popovitch (ARTEHIS, Université de Bourgogne), étude en cours.

3 On se référera à la figure 9 montrant l’anastylose des blocs des arcades V et VI pour le relevé du chapiteau.

4 La position de ces blocs sur le terrain nous permet de proposer une restitution générale de la façade. Ainsi, une première estimation de la hauteur de celle-ci peut-être déterminée par rapport à la distance de chute des blocs.

5 http://www.photo.rmn.fr/archive/94-054033-2C6NU00USCBQ.html

6 On déplorera les saignées dues à la fendeuse des réseaux téléphoniques.

7 Source N. de Chaisemartin.

8 Le substrat sableux fait s’effondrer un pilier qui déstabilise tout l’édifice et entraîne sa chute en entier. Ceci est visible en un point bien particulier de l’amas de blocs, au niveau de la séquence de la Vénus : une corniche et un attique sont entremêlés à des blocs de claveaux.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.