Version classiqueVersion mobile

Iconographie du quotidien dans l’art provincial romain : modèles régionaux

 | 
Sabine Lefebvre

NOUVEAUTÉS

Le monument du Landran à Gissey-sous-Flavigny : un arc monumental d’époque sévérienne dans la proche campagne d’Alésia

Mathieu Ribolet

Résumé

En limite du petit village de Gissey-sous-Flavigny, au lieu dit Le Landran, la découverte en 1966 d’une tête casquée plus grande que nature donne lieu à plusieurs campagnes de fouilles, jusqu’en 1972. Au cours de son exploration, le site livre trois structures parmi lesquelles les vestiges d’un riche monument, dont subsistent une partie des fondations ainsi que plusieurs centaines de fragments sculptés. L’ensemble de la collection lapidaire était resté inédit jusqu’ici. Son étude récente permet aujourd’hui de formuler de nouvelles hypothèses concernant sa restitution, la fonction et la chronologie de cet édifice qui s’apparente à un arc monumental.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Un agriculteur met au jour une tête de Minerve de l’époque gallo-romaine en labourant un champ à Gissey-sous-Flavigny ». À la fin du mois d’octobre 1966, ce titre pour le moins évocateur retentissait dans les pages du journal le Bien Public, plaçant ainsi à la une la découverte inattendue d’une tête casquée plus grande que nature, sortie de terre par un soc de charrue dans un petit village du nord-ouest de la Côte-d’Or (21), non loin de l’oppidum d’Alésia. Il ne s’agissait pas d’une première trouvaille fortuite de mobilier gallo-romain sur le site du Landran, localisé sur les hauteurs du village. Déjà quelques années auparavant, les labours de l’automne avaient fait sortir de terre des matériaux de constructions et quelques tessons de céramiques sigillées. Cette fois cependant, le caractère exceptionnel de la découverte donna le point de départ d’une série de sept campagnes de fouilles, qui furent menées entre 1966 et 19721.

Au total, trois structures furent mises au jour, répartie...

Auteur

Doctorant, Université de Bourgogne-Franche-Comté, UMR 6298 ARTEHIS.

© ARTEHIS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search