Version classiqueVersion mobile

Archéologie du bâti. Aujourd’hui et demain

 | 
Christian Sapin
, 
Sébastien Bully
, 
Mélinda Bizri
, 
et al.

L’archéologie du bâti, une science neuve ?

Archéologie du bâti, méthode ou discipline ? Histoire et épistémologie d’un domaine scientifique controversé

Archaeology of buildings, method or discipline? History and epistemology of a controversial scientific field

Alice Vanetti

Résumé

Développée entre les années 1990 et 2000, l’archéologie du bâti est un sujet scientifique qui aujourd’hui ne fait pas l’unanimité. Employée au service du patrimoine comme de la recherche historique, son statut reste toutefois incertain et ceci malgré le succès dont elle continue à jouir. Le milieu scientifique est partagé entre ceux qui la considèrent comme une méthode qui permet, dans des contextes et avec des objectifs différents, de retracer l’histoire d’un bâtiment donné, et ceux qui la voient plutôt comme une discipline, dotée d’un programme et des problématiques de recherche qui lui sont propres. Cette différence de vision, parfois déclinée en vraies disputes entre partisans, n’est pourtant pas à attribuer à l’opinion personnelle de chaque spécialiste, mais creuse ses racines dans le contexte historique et épistémologique qui a supporté la naissance de l’archéologie du bâti dans les différents pays. À travers un bref excursus comparatif du développement de l’archéologie du bâti en France, Italie et Suisse, cet article prend en compte la différence de perception de ce sujet scientifique dans ces trois pays, en offrant un point de départ pour toute réflexion autour de son institutionnalisation.

Texte intégral

Introduction

1Depuis son émergence entre les années 1990 et 2000, l’archéologie du bâti a eu un développement constant. Dans les dernières années surtout, elle a rencontré un succès toujours plus important, avec son intégration dans les processus de recherche académique et de restauration-conservation. De revues à son nom, comme Archeologia dell’architettura en 1996 ou Arqueologia de la arcquitectura en 2002, ont été fondées et actuellement jouissent d’un certain succès (Fig. 1). Les spécialistes qui se définissent comme archéologues du bâti sont plus nombreux, en même temps que leur présence dans les équipes des services archéologiques est de plus en plus requise.

Fig. 1. Page de garde du premier numéro d’Archeologia dell’Architettura de 1996.

2La formation de nouveaux spécialistes qui apprennent à en maîtriser les principes est aujourd’hui perçue comme une nécessité, de sorte que certaines universités, telles que par exemple l’Université de Sienne en Italie, de York en Angleterre, de Lausanne en Suisse ou de Bourgogne-Franche-Comté en France, proposent des cours explicitement dédiés à ce domaine de recherche. Vu son succès et sa présence généralisée dans la plupart des pays européens, on pourrait croire que l’archéologie du bâti est un domaine de recherche à part entière, affirmé du point de vue institutionnel et académique, qui jouit d’un consensus général quant à ses méthodes et à ses perspectives de recherche, doté de spécialistes et de lieux d’échanges. Pourtant, si on se penche sur la place qu’elle occupe au niveau des institutions, on remarque que son institutionnalisation ne semble pas être globalement achevée. La lecture des organigrammes des institutions qui s’occupent de la conservation, de la restauration et de la mise en valeur du patrimoine révèle en fait que la présence de l’archéologie du bâti (et par conséquent des archéologues du bâti) est loin d’être pleinement assurée du point de vue législatif. Concrètement, elle n’est en outre appliquée que dans des cas exceptionnels, ce qui nous interroge quant à la réelle présence de l’archéologie du bâti dans les institutions.

  • 1 « L’archéologie du bâti entre étude des vestiges médiévaux et politique patrimoniale. Une étude hi (...)

3On remarque également une situation ambiguë au niveau des contenus. Certains désignent l’archéologie du bâti comme un ensemble de méthodes d’observation, de techniques d’acquisition des données, vouées à l’établissement de chronologies absolues et relatives concernant un édifice bien déterminé. D’autres la considèrent comme un domaine qui interagit avec les outils de l’archéologie préventive pour la mise en valeur du patrimoine construit. D’autres, enfin, soulignent plutôt sa dimension de science historique, dont l’objectif final est l’approfondissement du contexte économique, social et politique ayant présidé à l’acte de construire dans le temps. Il n’est alors pas clair si l’archéologie du bâti doit être considérée comme une méthode, une discipline, ou comme les deux ensembles. Ceci met ultérieurement en question le statut de l’archéologie du bâti comme domaine affirmé. D’après l’analyse effectuée dans le cadre d’une thèse de Doctorat1, il est possible d’affirmer que cette incertitude institutionnelle et épistémologique du statut de l’archéologie du bâti est en premier lieu le résultat du contexte historique et épistémologique ayant présidé à sa formulation.

  • 2 Voir à titre d’exemple Brogiolo G. P., « Prospettive per l’archeologia dell’architettura », Archeo (...)
  • 3 Arlaud C., Burnouf J., « L’archéologie du bâti médiéval urbain », Les dossiers de l’archéologie, 5 (...)
  • 4 Francovich R., « Restauro architettonico e archeologia stratigrafica », in Marino L., Pietramellar (...)

4La plupart des spécialistes qui se sont penchés sur l’analyse du développement historique de l’archéologie du bâti2 attribuent son développement à la rencontre entre deux pôles principaux. D’une part l’archéologie médiévale, de l’autre les interventions réalisées par des archéologues en contexte urbain à partir des années 1970. En particulier, son origine serait liée à la volonté des archéologues, la plupart médiévistes, et des autres spécialistes du Moyen Âge, d’aller au-delà de la « frontière du bitume »3 et d’une politique patrimoniale qui considère par tradition différemment et de manière illogique un bâtiment dans son sous-sol et dans ses élévations4. Or, l’archéologie médiévale est partout indiquée comme cette discipline qui s’est affirmée en Europe entre les années 1960 et 1970, qui intègre l’approche stratigraphique à la fouille et qui se base sur deux perspectives de recherche principales. En première lieu, une approche de culture matérielle, soit d’attention pour tous les documents matériels (et surtout d’usage quotidien) comme source principale d’histoire. Cette perspective est développée en archéologie médiévale en partant essentiellement des expériences polonaises, mais également grâce aux acquis théoriques de l’École des Annales. Ensuite, est fondamentale la perspective historico-géographique, qui cherche donc à reconstruire les dynamiques historiques à travers une approche non seulement temporelle, mais également spatiale. Cette approche de recherche est véhiculée essentiellement par les recherches réalisées autour des villages désertés au Royaume-Uni à partir des années 1940 (Fig. 2 et 3).

Fig. 2. Wharram Percy (Yorkshire). Plan du village (Baresford M., Hurst J. G., Deserted Medieval villages, London, 1972).

Fig. 3. Wharram Percy (Yorkshire). Schème d’interprétation des données et perspectives de recherche de la fouille réalisée par Philip Rahtz entre 1980 et 1981 (Gerrard C., Medieval archaeology : understanding traditions and contemporary approaches, London, 2003).

5Si on regarde de plus près la mise en place de l’archéologie médiévale dans chaque pays européen, nous remarquons toutefois que la situation n’est pas complétement uniforme et que subsistent des situations différentes attribuables au développement historique et épistémologique de l’étude des vestiges médiévaux qui, dans certains cas, remonte au XIXe siècle. Cette disparité rend incertain le statut de l’archéologie médiévale dans chaque pays. Elle ne peut donc pas être considérée comme un « acteur » uniforme partout. Également, la réalisation de fouilles en contexte urbain, d’où cette volonté d’extension de l’approche archéologique du sous-sol au bâti a origine, résulte dépendre fortement de la politique patrimoniale adoptée par les gouvernements de chaque État. Cette politique, comme toutes les politiques, dépend de plusieurs facteurs, dont l’influence jouée par d’autres disciplines qui s’occupent depuis longtemps de la ville et de son aménagement, telles que l’histoire de l’art, l’architecture et l’urbanisme. Ces disciplines présentent à leur tour des différences historiques et épistémologiques dans chaque pays (Fig. 4).

Fig. 4. Situation de l’archéologie du contexte urbain dans chaque pays, qui dépend de la relation avec la politique patrimoniale de chaque pays ainsi que du statut d’autres disciplines comme l’histoire de l’art, l’architecture et l’urbanisme.

6Le développement de l’archéologie du bâti dépend donc d’une situation beaucoup plus complexe que celle décrite dans la majorité des articles qui ont traité ce thème. L’archéologie du bâti naît effectivement de la rencontre entre archéologie médiévale et opérations archéologiques en contexte urbain. Ces dernières ne sont pas elles-mêmes des domaines définis de manière globale ni des pratiques uniformément institutionnalisées, ce qui au final a des conséquences sur la formulation de l’archéologie du bâti même. Prenons un cadre géographique de référence, c’est-à-dire celui constitué par la France, l’Italie et la Suisse, et analysons brièvement le développement de l’archéologie du bâti dans ces trois pays.

7En France, l’étude archéologique des vestiges médiévaux n’est pas uniforme. D’une part, l’étude des vestiges médiévaux est pratiquée, comme ailleurs en Europe, à partir du XIXsiècle par plusieurs acteurs différents. Cette étude est très tôt formalisée par l’inclusion dans la plus ample archéologie monumentale et grâce à l’activité d’architectes-archéologues illustres, comme Arcisse de Caumont et Eugène Viollet-le-Duc, elle intègre progressivement la politique culturelle de l’administration publique, en offrant un soutien à la formation du Service des Monuments Historiques et en inspirant partiellement la loi de 1913. L’approche des vestiges médiévaux monumentaux postulée par l’archéologie monumentale devient alors, par sa reconnaissance institutionnelle, la base de toute intervention sur les restes de cette époque et le point de départ théorique des institutions qui s’en occupent. Au fur et à mesure, cette approche se perfectionne, se focalisant sur l’appréhension des caractères constitutifs des bâtiments, surtout des églises et des châteaux. Ces caractères sont tant formels (typologie de certaines composantes comme les colonnes, les chapiteaux, les portails, les arcs) que techniques (les matériaux employés, la taille et la mise en œuvre, les marques lapidaires), et sont analysés par l’observation directe, le relevé et parfois la description. L’objectif est de cerner l’histoire constructive du bâtiment, considéré individuellement, pour l’attribuer chronologiquement à l’un ou à l’autre style (Fig. 5).

Fig. 5. Vue de la façade de l’église du Vieux Pont par Arcisse de Caumont (Caumont A. De, Abécédaire ou Rudiment d’archéologie (architecture religieuse), Caen, 1859, url : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k97842939/​f44.item).

  • 5 Voir à ce propos Démians D’Archimbaud G., « L’habitation rurale en Provence occidentale : techniqu (...)

8D’autre part, des études d’archéologie médiévale fondées sur la culture matérielle et sur une perspective historico-géographique sont réalisées à partir des années 1960. Ces études sont dirigées essentiellement sur les villages désertés et comprennent également l’approche des restes en élévation, bien que dans un rôle secondaire5 (Fig. 6). Ces études pourraient conduire à une réélaboration globale de l’archéologie médiévale, avec l’introduction de thèmes plus liés à la culture matérielle et à la perspective historico-géographique qu’à l’histoire de l’architecture, mais ceci n’advient pas puisqu’aucun discours de partage des différentes expériences pour définir des lignes de conduites dans un objectif d’affirmation d’un nouveau savoir est entamé dans des brefs délais. Les recherches réalisées par Gabrielle Démians d’Archimbaud à Rougiers, par Jean-Marie Pesez à Dracy ou par Michel de Boüard – auteur d’un manuel et d’un article éloquent au titre Où en est l’archéologie médiévale – sont à l’avant-garde à l’époque, mais le manque de concertation empêche qu’elles deviennent tout de suite le fondement d’un nouveau savoir.

Fig. 6. Rougiers (Var). Vue du site au moment du début des fouilles (Démians d’Archimbaud G., Rougiers (Var) : village médiéval déserté, Paris, 1987).

  • 6  À ce propos, il est exemplaire le parcours de Michel de Boüard, qui, malgré son engagement pour le (...)

9Depuis la fin de 1960, la France est l’objet de travaux d’aménagement importants visant à en moderniser le tissu urbain et les infrastructures. Parmi plusieurs difficultés, les archéologues essaient d’intervenir pour documenter et préserver des nombreux vestiges mis en danger. C’est l’essor de l’archéologie en contexte urbain, laquelle se caractérise dans un premier temps sur la mise en place d’outils et procédures, fondées en partie sur les acquis des années 1960 et sur l’expérience anglaise, visant à sauvegarder le sous-sol national. Lorsqu’une réflexion autour du bâti menacé, surtout d’époque médiévale, se rend nécessaire c’est néanmoins vers l’approche des vestiges médiévaux plus traditionnelle qu’une partie des archéologues se tourne. Le bâti n’étant qu’une expérience secondaire dans la fouille des villages désertés, les spécialistes n’avaient pas encore eu ni les moyens ni le temps d’entamer une réflexion théorique dans ce contexte6. Ceci fait que les premières formulations d’archéologie du bâti, se fondent, dans un premier temps, sur une approche plus traditionnelle des vestiges anciens, qui a ses racines dans l’archéologie monumentale, dans l’histoire de l’art et dans l’histoire de l’architecture. Dans ce contexte, elle est indiquée comme cette approche qui vise à la reconstruction de l’évolution chronologique du bâtiment objet en ce moment d’une étude, sans s’arrêter à la frontière du bitume. Une approche qui ne dispose pas de problématiques historiques propres, mais qui fournit des outils cognitifs à des études centrées sur des problématiques hétérogènes. On peut donc la définir comme une méthode plutôt que comme une discipline à part entière (Fig. 7).

Fig. 7. Situation de l’archéologie médiévale et de l’archéologie en contexte urbain en France lors de l’essor de l’archéologie du bâti.

  • 7 Voir par exemple l’article de Arlaud C., Burnouf J., Miare J., « Le patriciat en représentation : (...)
  • 8 Comme le colloque de Saint-Romain-en-Gal (Rhône) de 2001. Parron-Kontis I., Reveyron N., op. cit.

10Or, à partir de la fin des années 1990, des archéologues essaient de réinterpréter l’archéologie du bâti à la lumière de l’archéologie médiévale inachevée, celle débutée dans les années 1960, c’est-à-dire comme domaine de recherche qui s’occupe de reconstruire l’acte de construire dans le plus large contexte d’une archéologie environnementale7. Ceci provoque une scission dans la perception de la vocation de l’archéologie du bâti au niveau national. Si les techniques qui régissent son application (surtout l’analyse stratigraphique des élévations) sont globalement partagées, elle est perçue d’une part comme une méthode au service d’autres disciplines et d’autre part comme un domaine de recherche autonome, avec ses propres méthodes et problématiques de recherche, en mesure d’interagir selon les cas avec les autres disciplines qui s’occupent de bâtiment dans un rôle paritaire. Chaque partisan de l’une ou de l’autre vision a dans le temps progressé dans ses propres recherches et un accord entre spécialistes n’a pas encore été trouvé malgré les occasions de partage8. Le statut de l’archéologie du bâti en France n’est donc aujourd’hui toujours pas clair et elle peut être définie comme une méthode et comme une discipline.

  • 9 Gelichi S., « I quarant’anni di Archeologia Medievale et l’archéologia in Italia negli ultimi quar (...)
  • 10 Maetzke G., « Una rifondazione dell’archeologia medievale : la storia della cultura matériale », A (...)

11En Italie, l’archéologie médiévale se développe à partir des années 1960 comme un domaine de recherche basé sur des principes innovateurs par rapport aux études réalisées précédemment sur les vestiges médiévaux. Ces principes se basent sur ces approches de la culture matérielle et historico-géographiques précédemment mentionnées. Ses spécialistes sont dotés dès le début d’une forte volonté d’autodétermination qui les conduit à vouloir se distinguer des autres approches des vestiges médiévaux, comme celle réalisée par l’histoire de l’art, par l’histoire de l’architecture et la conservation-restauration, ainsi que par l’archéologie chrétienne. Sa mise en place est favorisée par l’absence, dans le moment de son essor, d’une étude traditionnelle des vestiges médiévaux. Comme ailleurs en Europe, en fait, une étude des vestiges médiévaux, intégrée dans le plus large domaine de l’archéologie monumentale, est présente entre le milieu du XIXe et le début du XXe siècle. Avec la première guerre mondiale et l’essor du fascisme qui a suivi, cette attention a néanmoins complètement été abandonnée au profit d’une archéologie qui privilégiait l’époque romaine classique, surtout impériale. En l’absence d’une tradition d’étude, les archéologues médiévistes des années 1960 sont en mesure d’expérimenter plusieurs nouvelles démarches d’analyse et de les partager dans le but de constituer une nouvelle discipline. Sont des occasions de partage, par exemple, les colloques organisés à Scarperia (FI) en 1972 ou à San Marino di Bentivoglio (BO) en 1976, respectivement Per la storia delle culture materiali : dall’archeologia alla geografia storica9 et Una rifondazione dell’archeologia medievale : la storia della cultura matiriale10, au cours desquels les spécialistes définissent les bases du programme scientifique caractérisant cette nouvelle archéologie médiévale, autonome.

  • 11 Voir par exemple Ferrando-Cabona i., Crusi E., « Costruzioni rurali in Lunigiana : elementi tipo e (...)

12Parmi les plusieurs nouvelles possibilités expérimentées au cours de ces années par les nouveaux archéologues médiévistes, il y a également l’étude du bâti, réalisée dans le cadre des villages désertés et dans une perspective de recherche de culture matérielle et d’analyse territoriale. Ces expérimentations sont connues sous le nom d’archeologia dell’edilizia storica11 (Fig. 8 et 9).

Fig. 8. Zignago, Torre del Marchese. Analyse stratigraphique, des techniques de construction et des matériaux (Ferrando Cabona I. , Crusi E., « Archeologia del territorio : proposta metodologica sull’esempio dello Zignago (Zignago 2) », Archeologia Medievale, 6, 1979, p. 183-208).

Fig. 9. Typologies des principales techniques de construction des parements en Ligurie (Mannoni T., « Archeologia della produzione architettonica. Le tecniche costruttive », Arqueología de la Arquitectura, 4, 2005, p. 11-19).

13D’autre part, les recherches archéologiques qui se mettent en place en contexte urbain à partir des années 1970 permettent d’expérimenter plusieurs possibilités, dont l’étude des vestiges en élévation. Ceci est en premier lieu possible grâce au moment d’incertitude théorique et pratique qui caractérise en ce moment les disciplines traditionnellement intéressées par l’étude des contextes urbains. C’est en fait depuis les années 1960 que des architectes, comme Italo Insolera (1929-2012) ou Saverio Muratori (1910-1973) sollicitent une révision de l’approche architecturale à la ville dans un sens plus « anthropologique ». Ils croient en fait que la ville, et surtout son centre historique à l’époque sous la pression d’un aménagement urbain poussé, soient plus qu’un ensemble de formes. Les centres historiques seraient une expression de l’adaptation de l’homme à son environnement et de sa capacité de créer des outils pour le maîtriser. Cette révision tarde néanmoins à se réaliser, ce qui permet aux archéologues d’intégrer le débat et d’y apporter leur point de vue. À l’époque donc, les opérations d’archéologie en contexte urbain sont comme ailleurs conditionnées par la politique patrimoniale. Au contraire de ce qui advient par exemple en France, ces mêmes opérations influencent le débat de révision en cours au niveau ministériel et disciplinaire, surtout d’architecture, ce qui crée un dialogue entre archéologues et spécialistes d’autres domaines dès les débuts des interventions en contexte urbain.

14Dans ce contexte, les bâtiments historiques occupent une place de premier plan, puisque le bâti était prépondérant dans les centres historiques intéressés par les travaux d’aménagement. Les archéologues médiévistes défendent ainsi leur droit d’intervenir sur les bâtiments historiques également, en supportant leurs revendications avec les acquis théoriques développés dans les années précédentes, lors des recherches autour des villages désertés. Favorisée par le climat épistémologique de l’époque, leur approche acquiert de plus en plus de substance, en devenant un acteur autonome, de l’archéologie médiévale également, de laquelle elle maintient certains principes théoriques, comme la perspective de culture matérielle et l’approche historico-géographique, mais qui a une vocation propre. C’est l’essor de l’archeologia dell’architettura comme domaine indépendant et comme discipline (Fig. 10).

Fig. 10. Situation de l’archéologie médiévale et de l’archéologie en contexte urbain en Italie lors de l’essor de l’archeologia dell’architettura.

  • 12 Bujard J., « L’archéologie des bâtiments en Suisse, origines et applications actuelles », in Bolle (...)
  • 13 Voir à ce propos Bonnet C., Les fouilles de la cathédrale Saint-Pierre de Genève. Le centre urbain (...)

15En Suisse, enfin, l’archéologie médiévale suit un parcours linéaire depuis le XIXe siècle. Comme ailleurs, une approche des vestiges médiévaux qui intègre l’archéologie monumentale prise au sens large et qui a comme centre de la recherche les bâtiments historiques – principalement des églises et des châteaux - d’époque médiévale, se développe dans la Confédération. Cette approche intègre la méthode stratigraphique (surtout à la suite des fouilles préhistoriques) et, à partir des années 1970, par des problématiques qui concernent le développement de la ville, surtout chrétienne12. La base de l’approche reste tout de même celle du XIXe siècle et, sur cette approche, se fonde la politique de protection et de mise en valeur des vestiges médiévaux dans la plupart des cantons, ainsi que l’approche d’architecture et de restauration/conservation. Bien qu’avec les particularismes qui conséquent la division en petits états autonomes et indépendants, cette approche se fonde globalement sur les principes de l’histoire de la construction architecturale allemande (la Bauforschung), enseignée au pôle universitaire de Zurich et surtout à l’Eidgenössische Technische Hochschule (ETH). Cette Bauaufnahme se base sur l’étude minutieuse des élévations et des matériaux qui les composent, dans le but de cerner l’histoire constructive d’un bâtiment donné (Fig. 11 et 12). D’autres expériences archéologiques d’époque médiévale sont réalisées au cours des années, notamment en ce qui concerne l’architecture traditionnelle (études des chalets et des fermes) ou l’analyse des villages désertés en milieu alpin (hochalpinen Wüstungsarchäologie). Ces recherches restent toutefois minoritaires, principalement à cause du sujet abordé qui est originel et difficilement applicable à d’autres situations. C’est pourquoi lorsque des opérations archéologiques en contexte urbain se rendent nécessaires, les archéologues se tournent très naturellement vers l’archéologie médiévale « officielle », celle qui a dans l’archéologie monumentale ses fondements et qui se caractérise, comme on l’a mentionné, par l’analyse stratigraphique et une approche du bâti structurée centrée sur la Bauaufnahme allemande. Or, le terme d’« archéologie du bâti » commence à être employé en Suisse à partir des années 2000 (après qu’il avait été formulé en Italie et en France) et en premier lieu dans une zone circonscrite, c’est-à-dire la Suisse romande. En suisse alémanique, en fait, le titre Bauarchäologie est récent. De la lecture de la littérature et de l’analyse des cas d’étude, il n’est pas possible de repérer le même processus de formulation de l’archéologie du bâti relevé en France et en Italie. Ceci nous porte à affirmer que l’archéologie du bâti est le résultat, en Suisse d’une importation nominale (soit du nom seul) de l’extérieur, et principalement de la France, à la suite des relations privilégiées qui existent entre les deux pays. Une fois importé, le terme est rapproché, au vu des similitudes entre l’archéologie du bâti comme méthode esquissée en France, à cette phase de l’archéologie monumentale qui consiste dans l’appréhension de la chronologie des restes en élévation, dérivée de la Bauforschung et dite Bauaufnahme, et depuis toujours appliquée en Suisse. Les exemples de redéfinition d’analyses conduites dans le passé, lorsque le terme d’archéologie du bâti n’existait pas encore, comme étant de l’archéologie du bâti sont plusieurs et témoignent ce phénomène13. Ce processus fait que l’archéologie du bâti soit en Suisse apparentée plutôt à une méthode (tel que l’est la Bauaufnahme) visant à l’appréhension de l’évolution constructive d’un bâtiment donné, qui ne dispose pas de problématiques de recherche propres et qui est généralement appliquée de manière auxiliaire à d’autres disciplines, comme la restauration/conservation ou l’archéologie chrétienne, au service d’autres problématiques (Fig. 13).

Fig. 11. Schelenburg, près d’Oscnabrück. Vue des différences d’appareil dans la façade du château selon la Bauaufnahme (Wangerin G., Bauaufnahme. Grundlagen. Methoden. Darstellung, Braunschweig, 1986).

Fig. 12. Genève, Maison Tavel. Vue de la salle basse, coupe transversale vers le sud (Deuber G., « La maison Tavel au Moyen Âge. Une résidence aristocratique à Genève, XIIIe-XVIe siècle », Genava, 54, 2006).

Fig. 13. Situation de l’archéologie médiévale et de l’archéologie en contexte urbain en Suisse lors de l’essor de l’archéologie du bâti.

16En conclusion, l’archéologie du bâti n’est pas aujourd’hui uniforme comme sa diffusion laisserait le croire, mais un sujet scientifique complexe qui diffère d’un pays à l’autre surtout en ce qui concerne sa substance épistémologique. Les différences théoriques et pratiques sont surtout, néanmoins, le résultat du contexte historique et disciplinaire qui a présidé à sa formulation dans chacun des pays. Si se questionner sur son statut – discipline ou méthode – est donc aujourd’hui pertinent et plus que jamais nécessaire au vu du succès dont elle jouit, l’étude détaillée et comparative de son émergence démontre comme les différences entre la perception de ce statut sont à attribuer beaucoup plus au parcours historico-épistémologique qu’elle a suivi dans chaque pays qu’à une différence d’opinion parmi les spécialistes. Cette prise de conscience devrait donc permettre de sortir de la logique de confrontation entre partisans de l’une ou de l’autre vision et de commencer un parcours de redéfinition conduisant à sa définitive reconnaissance institutionnelle.

Notes

1 « L’archéologie du bâti entre étude des vestiges médiévaux et politique patrimoniale. Une étude historique et épistémologique », in Vanetti A., Archéologie du bâti. Histoire et épistémologie des origines à nos jours (France, Italie et Suisse), Supplément à la Revue archéologique de l’Est, 51, Editions Universitaires de Dijon, 2021, 298 p. Ce thème a été traité également dans Vanetti A., « Archeologia dell’architettura o archeologie dell’architettura ? Archéologie du bâti, archeologia dell’architettura e Bauarchäologie a confronto », Archeologia dell’architettura, 24, 2019, p. 233-246 et dans Vanetti A., « L’archéologie du bâti en Suisse. Histoire et perspectives. Les cas du Canton de Vaud », Jahrbuch Archäologie Schweiz = Annuaire d'Archéologie Suisse = Annuario d'Archeologia Svizzera = Annual review of Swiss Archaeology, 103, 2020, p. 31-50.

2 Voir à titre d’exemple Brogiolo G. P., « Prospettive per l’archeologia dell’architettura », Archeologia dell’architettura, 1, 1996, p. 11-15 ; id., « Dall’archeologia dell’architettura all’archeologia della complessità », Pyrenae, 38.1, 2007, p. 7-28 ; Mataouchek V., « Archéologie du bâti. Une démarche scientifique à part entière en butte à des enjeux antagonistes », Archéopages, 24, 2009, p. 66-73 ; Sapin c., « Les murs ont aussi la parole. 30 ans d’archéologie du bâti en France », in Bolle C., Courta G., léotard J.-M. dir., L’archéologie des bâtiments en question. Un outil pour les connaître, les conserver et les restaurer, Namur, 2014, p. 248-258.

3 Arlaud C., Burnouf J., « L’archéologie du bâti médiéval urbain », Les dossiers de l’archéologie, 53-55, 1993, p. 5-69.

4 Francovich R., « Restauro architettonico e archeologia stratigrafica », in Marino L., Pietramellara C. dir., Contributi sur restauro archeologico, Firenze, 1982, p. 59-68.

5 Voir à ce propos Démians D’Archimbaud G., « L’habitation rurale en Provence occidentale : techniques de construction et d’aménagement d’après des fouilles récentes », in Guillemain B. dir., La construction au Moyen Âge. Histoire et archéologie, Paris, 1973, p. 59-110 ; Pesez J.-M., « L’habitation paysanne en Bourgogne médiévale », ibid., p. 219-237.

6  À ce propos, il est exemplaire le parcours de Michel de Boüard, qui, malgré son engagement pour le renouvellement de l’archéologie médiévale (voir op. cit. et son Manuel d’archéologie médiévale), n’aborde pas le thème d’une étude indépendante des bâtiments. Lorsque le bâti est abordé, il l’est en s’appuyant sur la bibliographie traditionnelle. Pour un approfondissement, voir Vanetti A., op. cit.

7 Voir par exemple l’article de Arlaud C., Burnouf J., Miare J., « Le patriciat en représentation : archéologie du bâti des maisons patriciennes à Lyon et Strasbourg à la fin du Moyen Âge », in Petitfrere C. dir., Construction, reproduction et représentation des Patriciats urbains. De l’Antiquité au XXe siècle, 1999, p. 447-468, ou Burnouf J., « Discours d’introduction », in Parron-Kontis I., Reveyron N., Archéologie du bâti. Pour une harmonisation des méthodes, 2005, p. 9-12, où elle affirme que l’objectif de l’archéologie du bâti est « restituer l’histoire des sociétés à partir des sources matérielles qu’elles ont laissées » (p. 11).

8 Comme le colloque de Saint-Romain-en-Gal (Rhône) de 2001. Parron-Kontis I., Reveyron N., op. cit.

9 Gelichi S., « I quarant’anni di Archeologia Medievale et l’archéologia in Italia negli ultimi quartant’anni », Archeologia Medievale, numéro spécial, 2014, p. 11-20.

10 Maetzke G., « Una rifondazione dell’archeologia medievale : la storia della cultura matériale », Archeologia Medievale, 3, 1976, p. 7-24.

11 Voir par exemple Ferrando-Cabona i., Crusi E., « Costruzioni rurali in Lunigiana : elementi tipo ed evoluzioni delle strutture insediative » Archeologia Medievale, 7, 1980, p. 247-270 ; Mannoni t., « Problemi archeologici della casa rurale alpina : l’Ossola superiore », Archeologia Medievale, 7, 1980, p. 301-319 ; Parenti R., « Il progetto Montarrenti (SI). Relazione preliminare, 1982, Le strutture murarie : problemi di metodo e prospettive di ricerca », Archeologia Medievale, 10, 1983, p. 332-338 ; id., « Le tecniche di documentazione per una lettura stratigrafica dell’elevato », in Francovich R., Parenti R. dir., Archeologia e restauro dei monumenti. I Ciclo di lezioni sulla Ricerca applicata in Archeologia, Firenze, 1987, p. 249-279.

12 Bujard J., « L’archéologie des bâtiments en Suisse, origines et applications actuelles », in Bolle C., Courta G., Léotard J.-M. dir., L’archéologie des bâtiments en question. Un outil pour les connaître, les conserver et les restaurer, Namur, 2014, p. 281-290.

13 Voir à ce propos Bonnet C., Les fouilles de la cathédrale Saint-Pierre de Genève. Le centre urbain de la protohistoire jusqu’au début de la christianisation, Genève, 2009 ; Stöckli W., « La chronologie de la cathédrale de Lausanne et du portail peint : une recherche selon les méthodes de l’archéologie du bâti », in Kurmann P., Rhode M. dir., Die Kathedrale von Lausanne und ihr Merienportal im Kontext der europäischen Gotik, Berlin, 2004, p. 45-60.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Page de garde du premier numéro d’Archeologia dell’Architettura de 1996.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/26750/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Légende Fig. 2. Wharram Percy (Yorkshire). Plan du village (Baresford M., Hurst J. G., Deserted Medieval villages, London, 1972).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/26750/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 974k
Légende Fig. 3. Wharram Percy (Yorkshire). Schème d’interprétation des données et perspectives de recherche de la fouille réalisée par Philip Rahtz entre 1980 et 1981 (Gerrard C., Medieval archaeology : understanding traditions and contemporary approaches, London, 2003).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/26750/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Fig. 4. Situation de l’archéologie du contexte urbain dans chaque pays, qui dépend de la relation avec la politique patrimoniale de chaque pays ainsi que du statut d’autres disciplines comme l’histoire de l’art, l’architecture et l’urbanisme.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/26750/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 5. Vue de la façade de l’église du Vieux Pont par Arcisse de Caumont (Caumont A. De, Abécédaire ou Rudiment d’archéologie (architecture religieuse), Caen, 1859, url : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k97842939/​f44.item).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/26750/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 6. Rougiers (Var). Vue du site au moment du début des fouilles (Démians d’Archimbaud G., Rougiers (Var) : village médiéval déserté, Paris, 1987).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/26750/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1013k
Légende Fig. 7. Situation de l’archéologie médiévale et de l’archéologie en contexte urbain en France lors de l’essor de l’archéologie du bâti.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/26750/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Fig. 8. Zignago, Torre del Marchese. Analyse stratigraphique, des techniques de construction et des matériaux (Ferrando Cabona I. , Crusi E., « Archeologia del territorio : proposta metodologica sull’esempio dello Zignago (Zignago 2) », Archeologia Medievale, 6, 1979, p. 183-208).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/26750/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 421k
Légende Fig. 9. Typologies des principales techniques de construction des parements en Ligurie (Mannoni T., « Archeologia della produzione architettonica. Le tecniche costruttive », Arqueología de la Arquitectura, 4, 2005, p. 11-19).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/26750/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 602k
Légende Fig. 10. Situation de l’archéologie médiévale et de l’archéologie en contexte urbain en Italie lors de l’essor de l’archeologia dell’architettura.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/26750/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Fig. 11. Schelenburg, près d’Oscnabrück. Vue des différences d’appareil dans la façade du château selon la Bauaufnahme (Wangerin G., Bauaufnahme. Grundlagen. Methoden. Darstellung, Braunschweig, 1986).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/26750/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 890k
Légende Fig. 12. Genève, Maison Tavel. Vue de la salle basse, coupe transversale vers le sud (Deuber G., « La maison Tavel au Moyen Âge. Une résidence aristocratique à Genève, XIIIe-XVIe siècle », Genava, 54, 2006).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/26750/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende Fig. 13. Situation de l’archéologie médiévale et de l’archéologie en contexte urbain en Suisse lors de l’essor de l’archéologie du bâti.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/26750/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

Auteur

Archéologue, Université de Neuchâtel, Institut d’Archéologie, et Direction générale des immeubles et du patrimoine, Direction du Patrimoine et de l’Archéologie, Section Archéologie Cantonale, État de Vaud.
alice.vanetti@vd.ch

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search