Version classiqueVersion mobile

Archéologie du bâti. Aujourd’hui et demain

 | 
Christian Sapin
, 
Sébastien Bully
, 
Mélinda Bizri
, 
et al.

L’archéologie du bâti, une science neuve ?

Archéologie et archéométrie des matériaux de construction : exemples italiens1

Archaeology and archaeometry of building materials : Italian examples

Aurora Cagnana

Résumé

Tout matériau employé dans le bâti résulte d’un cycle ou d’une chaîne de travaux à partir de la ressource naturelle. De ces traitements est issu un produit fabriqué. Reconstituer les différentes phases de ce cycle est une enquête passionnante pour situer une construction dans un contexte qui n’est pas seulement chronologique, mais qui est aussi économique et social. L’étude des matériaux produits à certaines périodes historiques est particulièrement intéressante, ainsi pour l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge où la pénurie de sources écrites prive de renseignements sur les moyens de production et sur la main-d’œuvre.
C’est dans cette perspective que seront d’abord traitées des questions relatives aux constructions en pierre de taille et notamment à propos des transformations intervenues entre l’Antiquité tardive et le Moyen Âge. Puis sera abordé le cas de la production de briques entre le IVe et le XIIe siècle avant de finir avec deux exemples d’études de fresques et d’enduits peints dans deux monuments du haut Moyen Âge du nord de l’Italie : le tempietto de Cividale du Frioul (dép. Udine) et l’église de Sainte-Marie ‘foris porta’ à Castelseprio (dép. Varese).

Texte intégral

  • 1 Je remercie beaucoup monsieur le prof. Michel Fixot, pour avoir relu et corrigé ce texte.

1Tout matériau employé dans le bâti résulte d’un cycle ou d’une chaîne de travaux à partir de la ressource naturelle. De ces traitements est issu un produit fabriqué. Reconstituer les différentes phases de ce cycle est une enquête passionnante pour situer une construction dans un contexte qui n’est pas seulement chronologique, mais qui est aussi économique et social. Les analyses de laboratoire sont évidemment essentielles dans cette démarche. Elles contribuent non seulement à l’établissement de la chronologie (TLD, 14C) mais font connaître aussi la composition et, quelquefois, l’origine géographique du matériau employé ; elles aident donc à recomposer les phases initiales de l’ensemble du processus constructif. L’étude des matériaux produits à certaines périodes historiques est particulièrement intéressante, ainsi pour l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge où la pénurie de sources écrites prive de renseignements sur les moyens de production et sur la main-d’œuvre.

2C’est dans cette perspective que seront d’abord traitées des questions relatives aux constructions en pierre de taille et notamment à propos des transformations intervenues entre l’Antiquité tardive et le Moyen Âge. Puis sera abordé le cas de la production de briques entre le IVe et le XIIe siècle avant de finir avec deux exemples d’études de fresques et d’enduits peints dans deux monuments du haut Moyen Âge du Nord de l’Italie : le tempietto de Cividale du Frioul (dép. Udine) et l’église de Sainte-Marie ‘foris portas’ à Castelseprio (dép. Varese). Ces deux exemples font apparaître comment les problèmes du marché des pigments colorés se lient à ceux de la mobilité de la main-d’œuvre qualifiée.

1. La pierre de taille

3Avec la cessation de l’activité des grandes carrières, les murs en grand appareil deviennent de plus en plus rares. En Méditerranée occidentale, le célèbre mausolée de Théodoric à Ravenne (516) représente la dernière construction en grand appareil. Formée de grands blocs de calcaire dur (d’Istrie) soigneusement équarris et mis en œuvre à sec, la construction est couverte d’une extraordinaire coupole monolithique lourde de 300 tonnes. De manière exceptionnelle en Occident, l’extrados en est laissé apparent. On ne connaît pas l’identité des maîtres d’œuvre qui sont à l’origine d’un tel bâtiment, mais, d’après les lettres de Cassiodore, on sait que le roi Théodoric était en contact avec Aloiosus, architecte vraisemblablement syrien.

4Le célèbre monument de Ravenne est un cas isolé dans un contexte où, dans les centres urbains les plus importants, le grand appareil semble avoir presque disparu.

  • 2 Meneghini R., Santangeli Valenzani R., Roma nell’altomedioevo. Topografia e urbanistica della citt (...)

5À Rome même, l’étude archéologique a montré que les rares murs de cette nature sont en réalité constitués de réemplois de grandes dimensions. C'est le cas des domus carolingiennes et de l’enceinte dite léonine. Les blocs en pierre volcanique, lourds de 200 kg à 350 kg proviennent en réalité de la retaille des blocs du forum de Nerva situé à proximité (Fig. 1), initialement lourds pour leur part de plus de 2,5 tonnes2.

Fig. 1. Rome, forum de Nerva. Grand appareil de blocs remployés remontant au IXe siècle (cl. Cagnana).

6Attesté sur tout le territoire italien entre le Ve et le Xe siècle et étudié notamment sous l’aspect idéologique, le phénomène du réemploi de ces gros blocs représente tout d’abord un expédient technique pour imiter le grand appareil dans un environnement où l’exploitation des carrières était devenue presque impossible, ne serait-ce qu’en raison du manque d’entretien des ponts et des routes paralysant le transport.

7En ce qui concerne l’extraction de la pierre, on constate une diminution remarquable du nombre des carrières à partir du IIIe siècle et un abandon progressif entre IVe et Ve siècle.

  • 3 Bessac J.-C., « Techniques classiques de construction et de décor architectural en pierre de taill (...)

8De surcroît, les études archéologiques ont certes montré que pendant le haut Moyen Âge les activités minières n’avaient pas complètement disparu, mais elles étaient restreintes, avec des exploitations peu étendues, des productions de qualité variable, au hasard du site, et sont surtout caractérisées par une géométrie simplifiée et par l’emploi d’une gamme limitée d'outils, presque uniquement le pic3.

  • 4 Frisa Morandini A., Gomez Serito M., « Riconoscimento e ipotesi sulla provenienza di elementi marm (...)

9Un exemple d’étude de grand intérêt est représenté par la carrière de Valdieri, exploitée au VIIIe siècle pour le mobilier liturgique de l'église « lombarde » de Borgo San Dalmazzo di Pedona près de Cuneo (Piémont). Les travaux d’extraction d’un calcaire très dur tiraient le meilleur parti possible de la stratification naturelle4. Il s’agit alors d’une exploitation réduite, pour des blocs de dimensions limitées, d’épaisseur conditionnée par le feuilletage géologique des couches, et avec emploi d’un outillage composé surtout de pics et de broches.

10Dans les régions où il était attesté, même le petit appareil devient de plus en plus rare, et semble disparaître après le milieu du VIIe siècle. Entre Ve et Xe siècle, les maçonneries, pour la plupart, consistent en pierres brutes d’extraction ou en galets collectés liés au mortier de chaux. Connaissant de nombreuses variantes, ce type peut être considéré comme héritier de l’opus incertum romain et semble représenter l’unique tradition artisanale de l'ère classique poursuivie tout au long du haut Moyen Âge. Selon toute vraisemblance, c’est lui qui est désigné comme opera romanense dans les sources législatives de la période lombarde.

11Notamment on connaît 3 sources du VIIe au VIIIe siècle qui évoquent les bâtisseurs, dits magistri commacini.

12Il est à exclure que ce terme désigne une provenance de la ville de Côme, ville qui n’était pas particulièrement importante dans le Royaume lombard.

13Il semble, en revanche, rappeler le terme machina avec la signification d'échafaudage. Mais pour comprendre ce que ces constructeurs étaient capables de faire, il faut lire la liste de prix connue sous le nom de Memoratorio de mercede commacinorum, qui répertorie les différentes performances de ces magistri.

  • 5 Cagnana A., « Maestranze e opere murarie nell’ alto medioevo : tradizioni locali, magistri itinera (...)

14En ce qui concerne la construction des murs, les références sont très peu caractéristiques. On dit si murum fecerit, sans expliquer le type de maçonnerie. Ensuite, il est fait référence au prix d'un enduit. Dans le chapitre V, on évoque deux types d’opera une œuvre gauloise (en bois) et une œuvre romane. Sur la base des comparaisons avec la documentation archéologique, nous pouvons entendre la maçonnerie en pierre et en chaux, de tradition romaine5.

  • 6 Quiròs Castillo J. A., «Técnicas constructivas altomedievales en la ciudad de Pisa en la Toscana n (...)

15Soudain, autour du milieu du XIIe siècle, pour de nombreuses constructions, on constate la renaissance d’usage de la pierre de taille assemblée à joints vifs. De surcroît, sur la pierre dure, se concrétise l’apparition de traces d’outils dentés. Déjà, dans certaines villes, Pise et Lucques notamment, des murs en pierres appareillées sont attestés à partir du XIe siècle, mais il s’agit d’une roche tendre6. Mais, dans la plupart des villes communales de l’Italie du Nord-Ouest, les XIIe et XIIIe siècles correspondent à la grande époque de l’appareillage comme l’atteste l’archéologie. À Gênes, aux constatations matérielles (Fig. 2) s’ajoute le témoignage de nombreuses sources écrites du milieu du XIIe siècle qui donnent plusieurs indications sur cette réapparition de la pierre équarrie.

Fig. 2. Porto Venere (Ligurie). Tour en grand appareil bâtie en 1161 (cl. Cagnana).

  • 7 Cagnana A., Muscardo R., « “Opus Novum". Murature a bugnato del XII secolo a Genova: caratteri tip (...)

16En 1162, la technique est désignée comme opus novum dans les Annales de la République où elle est décrite comme étant d’une telle beauté et force (tante fortitudinis tanteque pulcritudinis) qu’elle peut terroriser les ennemis et égayer les cœurs des amis7.

17La renaissance de l’appareillage, et donc de l’exploitation de carrières de pierre dure, est vraisemblablement à associer au contact de la République maritime de Gênes avec les régions de la Méditerranée orientale à l’occasion des Croisades. La question de la mobilité de la main-d’œuvre dans certaines phases historiques particulières réapparaît donc ici en force.

2. La brique

18Si l’on passe du cycle de production de la pierre appareillée à celui de la brique, les problèmes de transition entre Antiquité tardive et Haut Moyen Âge se posent de façon semblable.

  • 8 Mannoni T., Caratteri costruttivi dell’edilizia storica, Genova, 1994, p. 45-64.

19Il est bien connu que toute étude portant sur ce matériau ne peut se passer de l'analyse statistique des dimensions. Or, depuis les premières recherches effectuées pour le centre historique de Gênes, entre les années 1970 et 1980, on sait que les briques venues d’un même atelier ne sont pas identiques, mais que leurs mensurations diffèrent de quelques millimètres, voire un centimètre. Si on met en rapport les mensurations des briques issues d’une même production, voire d’une même unité stratigraphique, on obtient un graphique avec la forme caractéristique "en cloche" appelée aussi « Courbe de Gauss ». Cette courbe fait apparaître une régularité dimensionnelle autour d’une moyenne représentée par le point le plus haut de la courbe appelé moda. Les deux intervalles de valeurs qui s'écartent de la moyenne représentent des variations dites aussi déviation standard (écart type)8. Pour des briques issues d’une même production, la valeur de la moyenne peut être considérée comme la dimension recherchée par les producteurs, tandis que les variations, représentées par les intervalles d’écart, représentent des variations non intentionnelles mais accidentelles. Elles sont dues à diverses raisons. La plus habituelle est une rétraction différentielle selon l'eau contenue dans l’argile. Mais est importante aussi la différence de chaleur entre les différentes parties du four, sans compter d’autres différences involontaires.

  • 9 Mannoni T., « I problemi dei laterizi altomedievali », in Gelichi S., Novara P. dir., I laterizi n (...)

20Si, en revanche, la mensuration des briques d’une même unité stratigraphique en vient à dessiner une courbe bimodale, c’est que l’on est en présence de deux groupes de briques, révélateurs de deux bâtiments différents ou de deux époques distinctes9.

  • 10 Pittaluga D., La mensiocronologia dei mattoni. Per datare, per conoscere e per comprendere le stru (...)
  • 11 Mannoni T., « I problemi dei laterizi », op. cit., p. 213-221.

21Cette méthode, la « mensiocronologia » (c’est-à-dire la datation fondée sur l’analyse des mesures), a été développée depuis les années 1970 jusqu’à aujourd’hui10. Après l’année 2000, l’étude des dimensions des briques a été étendue aux édifices de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge afin de mieux connaître la pratique du réemploi11. Dans ce domaine, les recherches les plus poussées ont été conduites sur les bâtiments religieux paléochrétiens de Milan.

  • 12 Fieni L., Sibilia M., Martini M., Ricci R., « Il battistero di San Giovanni alle fonti di Milano. (...)

22D’après l’analyse archéologique conduite par Laura Fieni, le baptistère San Giovanni alle fonti remonte à la fin du IVe siècle, sûrement issu de l’activité de commanditaire d’Ambroise12.

23Deux briques ont été datées par thermoluminescence, l’une de 379 ± 155, l’autre de 394 ± 162, tandis que l’analyse au 14C d’un morceau de charbon donne, avec 70 % de probabilité, la date de 260 – 410. Les conclusions archéométriques convergent pour confirmer que le bâtiment remonte à l’époque du célèbre évêque, connu comme étant à l’origine de plusieurs autres édifices chrétiens milanais.

24Mais, dans le grand chantier ambrosien, seule une très petite partie des briques (environ 10 %) correspond à une production contemporaine, les autres étant en revanche des réemplois. Positionnées sur les pilastres d'angle externes et façonnées en forme de dièdre, les briques de production contemporaine ont les mesures des sesquipedales romains.

  • 13 Greppi P., Cantieri, maestranze e materiali nell'edilizia sacra a Milano dal IV al XII secolo. Ana (...)

25L’étude dimensionnelle des épaisseurs menée sur les parements par Paola Greppi a donné plusieurs informations intéressantes13. Une courbe trimodale – c'est-à-dire avec trois pics – indique une réutilisation provenant de trois points d’origines (Fig. 3). Les fragments de rebords de tuiles, trop minces, ont été évidemment exclus de ces réemplois et ont uniquement été retenus des matériaux dont l’épaisseur était comprise entre 6 et 7 cm. De même pour les mesures de longueur, il n’y a guère de dimensions inférieures à 9-10 cm, ce qui suggère que la ressource a été relativement triée. Très significatif est le pic des mesures comprises entre 11 et 12 cm, ce qui correspond à des fragments de briques (sesquipedales) délibérément dégrossis pour être mises en œuvre en arêtes de poisson (opus spicatum).

Fig. 3. Courbe mensiocronologique et étude dimensionnelle des épaisseurs de l’échantillon SGF1 (San Giovanni alle Fonti 1) (d’après Greppi, Cantieri, maestranze..., Fig. 9).

  • 14 Greppi P., op. cit., Fig. 26

26Un autre cas de figure est représenté par les briques de l’église paléochrétienne de San Nazzaro Maggiore à Milan pour laquelle une moindre sélection fut pratiquée14. En effet, dans la partie haute de la courbe relative aux épaisseurs, plusieurs pics traduisent la diversité de celles-ci. Même des fragments de tuiles ont été réemployés comme le montre la présence de valeurs inférieures à 5 cm (Fig. 4).

Fig. 4. Courbe mensiocronologique et étude dimensionnelle des épaisseurs de l’échantillon SNM1 (San Nazzaro Maggiore 1) (d’après Greppi, Cantieri, maestranze..., Fig. 26).

27Pour sa part, l’analyse statistique des longueurs met en évidence l’absence de sesquipedales entières (ni 30, ni 44 cm) tandis qu’apparaît un pic significatif entre 14 et 16 cm qui prouve que des sesquipedales ont été intentionnellement brisées en trois parties.

  • 15 Greppi P., op. cit., Fig. 32.

28Pour ce que concerne l’église romane de San Ambrogio à Milan, ce cas n’illustre pas une réutilisation, mais, cette fois, une production de l'époque romane15 Sur le graphique d’un ensemble de briques qui font partie de l'atrium bâti entre le XIe et le XIIe siècle, on voit que toutes les épaisseurs sont réparties selon une courbe presque unimodale, autour de la valeur de 6 cm. Les largeurs présentent un pic à 13-14 cm, c’est-à-dire à un demi-pied (Fig. 5).

Fig. 5. Courbe mensiocronologique et étude dimensionnelle des épaisseurs de l’échantillon SA4a (Sant’Ambrogio) (d’après Greppi, Cantieri, maestranze..., Fig. 32).

  • 16 Cabona D. dir., Palazzo San Giorgio, Genova, 1991.

29L’exemple roman de San Ambrogio conduit à ouvrir une parenthèse à propos de l'étude des bâtiments médiévaux très restaurés au XIXe siècle. Lorsqu’une restauration a été réalisée à l’identique, l'étude dimensionnelle peut aider à reconnaître les briques originelles. C'est le cas d'un célèbre monument médiéval génois, le Palazzo San Giorgio, bâti au milieu du XIIIe siècle afin de donner un siège stable à la commune. L'architecte et érudit Alfredo D'Andrade l'a sauvé de la démolition et l'a restauré, mais, conformément à la culture de l'époque qui consistait à imiter au mieux le Moyen Âge, il fit fabriquer des briques aux dimensions médiévales, afin de les rendre méconnaissables par rapport à celles du XIIIe siècle. Une étude dimensionnelle des épaisseurs a établi une courbe dite en "calice inversé". Cela veut dire que les deux productions présentent la même moyenne, mais avec deux écarts-types différents. Aux briques médiévales correspond la courbe en cloche la plus large, c’est-à-dire qu’elles présentent un écart assez fort par rapport à la moyenne. Les fours du XIXe siècle en revanche avaient un meilleur tirage et une température de cuisson plus contrôlée, ce qui a permis de produire des briques de dimensions plus homogènes avec des écarts mineurs entre elles16.

30Encore à propos de la production médiévale, il faut rappeler que, partie de Gênes, l’étude des dimensions des briques s’est étendue à de nombreuses autres villes italiennes, en Toscane, Lombardie, Piémont. Après le haut Moyen Âge, caractérisé par une réutilisation généralisée de matériaux anciens et par l’existence de petits ateliers produisant des matériaux neufs, une fabrication régulière a repris à partir du XIIe siècle (ou parfois du XIIIe siècle).

31Contrairement aux briques de l'époque romaine classique, celles du XIIe siècle ne portent pas de marques. Surtout, leurs dimensions ne sont plus fixées sur la forme carrée du sesquipedal, (avec ses variantes) mais répondent à un nouveau module rectangulaire d’un pied (environ 30 cm) sur un demi-pied (environ 15 cm).

32Cela pose un problème d’importance qui n’est pas facile à résoudre. Quelle est l'origine de la nouvelle forme médiévale ? Pourquoi le module de 30 cm sur 15 cm s’affirme-t-il presque partout, même dans des endroits très éloignés les uns des autres ? L’hypothèse la plus vraisemblable consisterait à rechercher l’origine de la brique médiévale dans des chantiers monastiques, bénédictins, mais surtout cisterciens.

  • 17 Bozzo Dufour C., Dagnino A. dir., Monasteria Nova. Storia ed architettura dei Cistercensi. Secoli (...)

33À ce titre, il convient de prêter attention à l’abbaye cistercienne de Santa Maria de Tiglieto (Gênes), la plus ancienne fondation cistercienne d’Italie17, et l’une de celles où se rencontre la production de briques de module médiéval la plus ancienne aussi.

3. Enduits et pigments

  • 18 Brogiolo G., La stratigrafia muraria, in De Marchi dir., Castelseprio e Torba. Sintesi delle ricer (...)

34Après la pierre et les briques, il faut évoquer des recherches récentes concernant une autre sorte de matériau, soit les pigments utilisés pour les enduits peints. On procédera à cette approche par les très célèbres édifices du haut Moyen Âge, le ‘Tempietto’ de Santa Maria in Valle à Cividale du Frioul et l’église de Santa Maria foris portas de Castelseprio. On se rapportera aussi aux importants résultats des analyses conduites sur l’église San Salvatore de Brescia qui fournissent des comparaisons. Les monuments sont dispersés dans une partie de l’Italie du Nord comprise dans le royaume lombard entre 569 et 774, devenue partie de l’Empire carolingien après la conquête de Charlemagne. La chronologie de ces trois édifices a longtemps varié entre la fin du VIIIe siècle et le début du IXe siècle. D’après les nouvelles données obtenues par G.-P. Brogiolo et son équipe, la datation de l’église de Castelseprio a été fixée dans le courant du IXe siècle18 tandis que celle de Brescia relèverait de la deuxième moitié du VIIIe siècle.

35Pour le Tempietto de Cividale la fourchette se place toujours entre VIIIe et IXe siècle, donc le problème de la chronologie demeure ouvert. La très riche décoration intérieure se compose d’une bande supérieure en gypserie représentant un cortège de saintes et d’une partie inférieure décorée de fresques.

  • 19 Cagnana A., Roascio S., Zucchiatti A., Prati P., « Indagini archeometriche sui materiali da costru (...)

36On peut considérer par exemple un détail de la corniche en gypse à décor de rinceaux de vigne et de boutons de fleurs incrustés de verre et, sous le tympan, la fresque avec le Christ accosté des Archanges Michel et Gabriel. On remarquera que la couleur verte est plutôt abondante, alors que le bleu est utilisé avec parcimonie. Nombreuses ont été les études et les problèmes soulevés par cette œuvre, mais, en 2003, il a été possible de disposer de moyens pour l’aborder de manière nouvelle par l’étude des matériaux utilisés pour les couleurs19.

37En profitant de travaux de restauration, ont été examinés 13 échantillons d’enduits, 2 rouges, 4 jaunes, 2 verts et 5 bleus. Des différentes techniques d’analyse non invasives et non destructives ont été mises en œuvre telles la PIXE et le SEM (Fig. 6). Ont été notamment examinés les grains de pigments. Le rouge, avec son importante teneur en fer, est, en toute probabilité, une terre d’ocre, de même que le jaune, tandis que le vert contient d’importants composants de Mg, Al, Si, K et Fe qui conduisent à exclure les pigments minéraux pour suggérer, en revanche, une terre, la creta viridis, nommée aussi prasinus, évoquée dans le De coloribus et artibus romanorum d’Héraclius au Xe siècle et dans la Diversarum Artium Schedula du moine Théophile au XIIe siècle.

Fig. 6. Cividale del Friuli, Tempietto. Reproduction de la fresque de la lunette Est et indications des échantillons de pigments (d’après Cagnana A., Roascio S., Zucchiatti A., Prati P., op. cit.).

38Pour le bleu, en revanche, ne fut enregistré aucun élément qui permette d’envisager une couleur d’origine minérale.

39Le recours à la spectrométrie Raman a mis en valeur une très importante proportion de carbone amorphe. Il s’agit donc très probablement de « faux bleu », soit un charbon végétal, virant plus vers le gris que vers le bleu proprement dit. Enfin, formés d’oxyde de fer, des grains rouges ont été mélangés au noir pour obtenir une sorte de violet-gris proche du bleu.

40Lancée dans le but d’identifier les matières des couleurs, la recherche sur les matériaux du Tempietto a donné aussi d’autres résultats tout à fait inattendus. Déjà à l’observation directe, mais plus encore après examen au microscope, ont été découvertes, soit sur la surface de l’enduit, soit dans le mortier, plusieurs fibres d’épaisseurs variées. En partie, il s’agit de matériaux végétaux consistant en paille déchiquetée.

41Mais ont été trouvées aussi des fibres blanches en quantité importante, d’identification plus difficile. En superficie, mais également incorporés dans le mortier, ces filaments blancs ont été piégés dans les cristaux de calcite. Examinés au SEM, ils montrent une structure hélicoïdale (Fig. 7). La comparaison sur une banque de données semble indiquer qu’il s’agit de fils de coton. Ajoutés au mélange de chaux vraisemblablement dans le but de retarder la carbonatation, ils ne peuvent être que très difficilement considérés comme de provenance locale. L’hypothèse la plus vraisemblable est d’admettre une provenance de la Méditerranée orientale, éventuellement de la Syrie. Il est possible qu’avec ce matériau se sont aussi déplacés les artisans qui savaient le travailler.

Fig. 7. Cividale del Friuli, Tempietto. Incorporés dans le mortier, des filaments blancs ont été piégés dans les cristaux de calcite (d’après Cagnana A., Roascio S., Zucchiatti A., Prati P., op. cit.).

42On peut comparer les pigments de Cividale avec ceux des fresques de l’église de San Salvatore di Brescia, bien datés du VIIIe siècle. Ils ont été récemment analysés en XRF (fluorescence X). Dans ce cas aussi, les jaunes et les rouges sont obtenus à partir d’oxydes de fer, des ocres, alors que pour le fond des visages on a peut-être employé de la terre verte. Même ici, le fond sombre, non détectable en XRF, est vraisemblablement composé à partir de charbon végétal. Très importante est la présence de petits fragments de bois, en quantité non négligeable, dont l’uniformité de la taille (1-3 mm) s’explique peut-être par un tamisage. Par contre, on n’a pas reconnu de trace de fibres blanches comme à Cividale.

43Si les exemples de Cividale et de Brescia sont en partie comparables, tout à fait différente est la palette employée pour les fresques de l’extraordinaire petite église de Santa Maria foris portas à Castelseprio, bien datée du IXe siècle.

  • 20 Cagnana A., Roascio S., Zucchiatti A., « Stratigrafie degli intonaci e analisi archeometriche dei (...)

44Comme on le sait, le style pictural est unique. Gestes, visages, mouvements ne peuvent être comparés qu’aux images du Psautier d’Utrecht, d’époque carolingienne. Rien de tel n’est connu dans la peinture murale du haut Moyen Âge. Un examen de la stratigraphie des couches a permis de reconnaître une couche d’enduit blanc, antérieure aux couches des fresques20.

45Au cours de l’hiver 2008, grâce à l’Institut de Physique Nucléaire de Gênes, la possibilité a été donnée d'utiliser un appareil portable pour l'analyse en fluorescence X. Le système de visée laser, l'alimentation électrique et le détecteur ont été montés sur un support télescopique afin de permettre un positionnement optimal par rapport aux surfaces murales. Il s’agit d’une analyse élémentaire en tant que révélatrice des éléments, mais pas des composés : connecté à l’ordinateur, l’appareil restitue en temps réel la composition chimique de la portion étudiée.

46Deux surfaces d’enduits et 40 pigments ont été analysés. 15 bleus, 6 violets, 6 marrons, 1 rose, 3 jaunes, 1 rouge, 5 blancs et 1 noir ont également été examinés ainsi que 2 de la sinopia. Une large gamme de nuances caractérise la fresque. La présence élevée d'oxydes de fer provenant de terres a été détectée pour la plupart des jaunes et des rouges. Les bruns et les violets doivent également leur couleur au fer, mais le pourcentage de cuivre est également important. Dans un des échantillons de la sinopia, a été relevée aussi la présence d'aluminium, de silicium, de potassium et de fer.

47La richesse chromatique de la palette s’explique également par l’emploi d'autres matériaux : certains rouges vifs, en plus de l’oxyde de fer, contiennent également des niveaux de plomb importants, probablement dus à l'utilisation de minium, comme dans le cas de deux colorations de visages.

48Caractérisée par des nuances lumineuses, une teinte de bleu incorpore des quantités importantes de cuivre, ce que pouvait faire envisager l’utilisation d’un colorant minéral tel que l’azurite. Mais c’était très difficile se prononcer sans analyses plus poussées de laboratoire.

49Il faut donc remarquer les fortes limitations d’une recherche absolument non destructive, conduite en l'absence d’échantillon pour des analyses plus poussées en laboratoire.

  • 21 Brogiolo G. P., Gheroldi V., De Rubeis F., Mitchell, « Nuove ricerche su sequenza, cronologia e co (...)

50Une autre équipe de recherche, qui a obtenu, au contraire, le permis de prendre des échantillons d’enduit a conduit des examens de laboratoire plus poussés et a affirmé qu’il s’agit de bleu égyptien, ou de cuprorivaïte. De surcroît on a vu que ce matériau a été employé en abondance21.

51L’équipe de peintres et les possibilités du chantier étaient évidemment très différentes de celles des autres fresques. Mais, dans ce cas aussi, on peut envisager la venue d’un atelier de la Méditerranée orientale, peut-être même de Constantinople.

52Les cas étudiés provoquent la réflexion sur les problèmes du passage entre Antiquité tardive et Moyen Âge. Pour l’exploitation et le travail de la pierre, pour la production de briques et même pour la production et l’emploi des couleurs, il est suggestif par exemple d’identifier les dernières productions de l’époque classique (mais jusqu’à quelle époque ?) et les premiers témoignages du savoir-faire médiéval, de s’interroger sur la perte ou l’abandon des techniques classiques d’exploitation et de travail de la pierre, sur la disparition des grandes manufactures de briques. Il n’existe encore que des données partielles et beaucoup de lacunes. Mais on s’étonne, dans certains cas, de l’extraordinaire mobilité des personnes, des matériaux et des connaissances.

53On souhaite que l'archéologie des années à venir apportera de nouvelles connaissances sur l’histoire des matériaux, mais notamment pour mieux connaître la transition entre l'Antiquité tardive et le Moyen Âge.

Notes

1 Je remercie beaucoup monsieur le prof. Michel Fixot, pour avoir relu et corrigé ce texte.

2 Meneghini R., Santangeli Valenzani R., Roma nell’altomedioevo. Topografia e urbanistica della città dal V al X secolo, Roma, 2004.

3 Bessac J.-C., « Techniques classiques de construction et de décor architectural en pierre de taille entre Orient et Occident (VIe-IXesiècle) : abandon ou perte ? », Archeologia dell’Architettura, XVIII, 2013, p. 9-23.

4 Frisa Morandini A., Gomez Serito M., « Riconoscimento e ipotesi sulla provenienza di elementi marmorei », in Micheletto E. dir., La chiesa di San Dalmazzo a Pedona, Cuneo, 1999, p. 149-153.

5 Cagnana A., « Maestranze e opere murarie nell’ alto medioevo : tradizioni locali, magistri itineranti, importazioni di tecniche », Archeologia Medievale, XXXV, 2008, p. 39-53.

6 Quiròs Castillo J. A., «Técnicas constructivas altomedievales en la ciudad de Pisa en la Toscana nordoccidental », Arqueologìa de la Arquitectura, 4, 2005, p. 81-94.

7 Cagnana A., Muscardo R., « “Opus Novum". Murature a bugnato del XII secolo a Genova: caratteri tipologici significato politico, legami con l'architettura crociata », in Redi F., Forgione G. dir., Atti del VI Congresso Nazionale di archeologia medievale, L'Aquila, 12-15 settembre 2012, p. 87-92.

8 Mannoni T., Caratteri costruttivi dell’edilizia storica, Genova, 1994, p. 45-64.

9 Mannoni T., « I problemi dei laterizi altomedievali », in Gelichi S., Novara P. dir., I laterizi nell’Altomedioevo Italiano, Ravenna, 2000, p. 213-221.

10 Pittaluga D., La mensiocronologia dei mattoni. Per datare, per conoscere e per comprendere le strutture storiche, Genova, 2009.

11 Mannoni T., « I problemi dei laterizi », op. cit., p. 213-221.

12 Fieni L., Sibilia M., Martini M., Ricci R., « Il battistero di San Giovanni alle fonti di Milano. Un caso di indagine archeometrica », Archeologia dell’Architettura, III, 1998, p. 91-108.

13 Greppi P., Cantieri, maestranze e materiali nell'edilizia sacra a Milano dal IV al XII secolo. Analisi di un processo di trasformazione, Firenze, 2016.

14 Greppi P., op. cit., Fig. 26

15 Greppi P., op. cit., Fig. 32.

16 Cabona D. dir., Palazzo San Giorgio, Genova, 1991.

17 Bozzo Dufour C., Dagnino A. dir., Monasteria Nova. Storia ed architettura dei Cistercensi. Secoli XII-XIV, Genova 1998, p. 3-79.

18 Brogiolo G., La stratigrafia muraria, in De Marchi dir., Castelseprio e Torba. Sintesi delle ricerche e aggiornamenti, SAP, Mantova, 2013, p. 221-254. Mais dans le texte on n’exclut pas une chronologie plus ancienne, d’après un plus petit nombre d’analyses.

19 Cagnana A., Roascio S., Zucchiatti A., Prati P., « Indagini archeometriche sui materiali da costruzione del “tempietto” di Santa Maria in Valle di Cividale del Friuli. I parte: gli affreschi altomedievali», Archeologia dell’Architettura, VIII, p. 69-87.

20 Cagnana A., Roascio S., Zucchiatti A., « Stratigrafie degli intonaci e analisi archeometriche dei pigmenti degli affreschi altomedievali di Santa Maria di Castelseprio (VA) », in Volpe G., Favia P. dir., V Congresso Nazionale di Archeologia Medievale, Foggia-Manfredonia, 30 settembre-3 ottobre 2009, p. 111-115. La découverte a été ensuite acceptée par d’autres chercheures, cf. Gheroldi V., « I rivestimenti aniconici e i dipinti murali dell’abside est della chiesa di S. Maria foris portas », in De Marchi dir., Castelseprio e Torba. Sintesi delle ricerche e aggiornamenti, SAP, Mantova, 2013, p. 255-292.

21 Brogiolo G. P., Gheroldi V., De Rubeis F., Mitchell, « Nuove ricerche su sequenza, cronologia e contesto degli affreschi di Santa Maria foris portas di Castelseprio», Hortus artium medievalium, 20 (2014), p. 720-737.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Rome, forum de Nerva. Grand appareil de blocs remployés remontant au IXe siècle (cl. Cagnana).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/26202/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 2. Porto Venere (Ligurie). Tour en grand appareil bâtie en 1161 (cl. Cagnana).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/26202/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Légende Fig. 3. Courbe mensiocronologique et étude dimensionnelle des épaisseurs de l’échantillon SGF1 (San Giovanni alle Fonti 1) (d’après Greppi, Cantieri, maestranze..., Fig. 9).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/26202/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Fig. 4. Courbe mensiocronologique et étude dimensionnelle des épaisseurs de l’échantillon SNM1 (San Nazzaro Maggiore 1) (d’après Greppi, Cantieri, maestranze..., Fig. 26).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/26202/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Fig. 5. Courbe mensiocronologique et étude dimensionnelle des épaisseurs de l’échantillon SA4a (Sant’Ambrogio) (d’après Greppi, Cantieri, maestranze..., Fig. 32).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/26202/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 6. Cividale del Friuli, Tempietto. Reproduction de la fresque de la lunette Est et indications des échantillons de pigments (d’après Cagnana A., Roascio S., Zucchiatti A., Prati P., op. cit.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/26202/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende Fig. 7. Cividale del Friuli, Tempietto. Incorporés dans le mortier, des filaments blancs ont été piégés dans les cristaux de calcite (d’après Cagnana A., Roascio S., Zucchiatti A., Prati P., op. cit.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/26202/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k

Auteur

Funzionario archeologo, Soprintendenza Archeologia, Belle Arti, Paesaggio, Architettura (SABAP), della Liguria.
aurora.cagnana@beniculturali.it

© ARTEHIS Éditions, 2022

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

i6doc.comamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search