Version classiqueVersion mobile

La faïence en France du XIIIe au XIXe siècle

 | 
Jean Rosen

Seconde partie : Histoire de la faïence stannifère en France (XIIIe-XIXe siècle)

Chapitre 9. Facteurs sociaux du développement de la faïence : mutations sociologiques, nouvelles clientèles et nouvelles céramiques

Texte intégral

1Dans l’évolution de la faïence stannifère en France au XVIIIe siècle, l’apparition de nouvelles céramiques concurrentes a joué un rôle considérable, qu’il s’agisse de la porcelaine ou, comme on le verra ensuite, de la terre de pipe anglaise dite « faïence fine ». L’apparition de la porcelaine comme nouveau marqueur sociologique constitue en effet un élément déterminant de l’inflexion prise par la faïence à l’époque de la Régence. Dans un premier temps, la porcelaine a remplacé la faïence en tant que céramique préférée de la noblesse et s’est affirmée comme une des marques du luxe et du raffinement parisien. Simultanément, l’importance grandissante de la bourgeoisie et son ascension sociale spectaculaire ont exercé une influence capitale et apporté des changements radicaux dans les modes de vie. De cet abandon et de cette adoption quasi simultanés, la faïence a largement profité, bénéficiant d’une impulsion considérable tant sur des plans qualitatif que quantitatif. Les productions les plus prestigieuses adoptèrent de nouveaux types de formes et de décors plus au goût de la nouvelle clientèle, et l’on mit au point, d’autre part, des produits de qualité courante destinés à la consommation d’une clientèle beaucoup plus importante, progressivement étendue à toutes les classes de la société.

La porcelaine

2Jusqu’à la fin du Moyen Âge en Europe, le très petit nombre de porcelaines chinoises connues en faisait des objets d’une insigne rareté conservés dans les collections de curiosités les plus prestigieuses, comme celle de l’empereur Rodolphe II à Prague. À peine était-elle signalée dans le Livre de Marco Polo, dont on dit qu’il en rapporta les tout premiers exemplaires. Ce n’est qu’après la découverte de la route des Indes par Vasco de Gama en 1497 que l’Europe découvrit véritablement la Chine et la porcelaine. On signale les premières tentatives d’imitation de cette céramique à Venise, de 1504 à 1519 (Mariaux, 1995, p. 118). Dès 1510, et jusqu’à la fin du XVIe siècle, on voit des motifs dit alla porcellana dans la majolique italienne, et tout particulièrement celle de Venise. En France, ces rares nouveautés furent accueillies comme un luxe extrêmement précieux, parées de vertus légendaires et miraculeuses. Ne disait-on pas que « les hommes et les femmes qui font cette ravissante porcelaine n’en profitent point pendant leur vie, d’autant qu’il faut qu’elle soit cent ans durant enterrée bien avant dans la terre auparavant qu’elle soit en sa perfection » ? On lui prête même des propriétés antipoison miraculeuses et, selon le même texte, « on la doit encores aymer, en ce qu’elle est tellement saine que, si des méchants la souilloient de poison pour en nuire à quelqu’un, elle se casserait et se briseroit elle-même tout à l’heure plutôt que de souffrir les mauvais breuvages dont on voudroit ravager nos entrailles ». Même si son authenticité a pu être contestée, l’Inventaire des objets d’art composant la succession de Florimont Robertet, principal ministre de François Ier, dressé par sa veuve en 1532 et qui rapporte ces croyances, cite en outre « quarante-deux pièces, tant vases, pots, tasses, boëtes, qu’autres formes de belles porcelaines des premières qui soient venues en France depuis que les Européens vont à la Chine, lesquelles sont d’un blanc si net, et si bien meslangé de toutes sortes de petites peintures » (Mémoires, 1868, p. 61).

La « pâte tendre »

  • 1 Rosen J., « Faïences à décor polychrome de Saint-Cloud et de C (...)
  • 2 Voir Rosen J., La faïence de Nevers, t. II, 2009, op. cit.
  • 3 Rosen J., Maggetti M., et Druet S., « En passant par la Lorrai (...)

3Il semble que le secret ne fut finalement percé qu’aux environs de 1560 à la cour du duc de Ferrare, Alfonso II d’Este, ainsi qu’à Florence où, vers 1575, le duc Francesco de Medici réussit à faire produire un ersatz fort complexe de porcelaine sans kaolin, à mi-chemin entre la « pâte tendre » et la « pâte dure » dont seule une soixantaine de pièces a pu être conservée. Cette production de grand luxe ne devait pas se poursuivre après le début du XVIIe siècle. En France, d’actives recherches devaient déboucher sur les premières porcelaines en « pâte tendre » produites d’abord à Rouen vers 1673 puis à Saint-Cloud après 1697. Ces succès entraînèrent d’autres tentatives, notamment à Champigneulles, près de Nancy où, dès les débuts de la manufacture fondée par Jacques Chambrette, vers 1712, on trouve la présence de plusieurs membres de la famille Chicanneau ; famille qui entretient à l’époque d’étroites relations avec Saint-Cloud 1. À Nevers, c’est un certain Jean-Charles Riet qui va par deux fois tenter de fabriquer de la porcelaine tendre en 1721 et 1722, comme l’attestent à la fois les archives et l’archéologie 2. Jacques Chambrette est encore cité comme maistre manufacturier en faillance et porcelaine à Champigneulles en 1725, lors du mariage de son fils à Lunéville, où l’on note la présence du même Jean-Claude Riet. Il est clair que, lors de l’établissement de la manufacture du fils Chambrette à Lunéville en 1730, le but est bien la fabrication de la porcelaine tendre, sous la protection et avec les encouragements de l’épouse du duc Léopold de Lorraine, Élisabeth-Charlotte d’Orléans, familière de Saint-Cloud où elle est née 3. Suivront ces exemples, avec une réussite bien supérieure : les manufactures de Chantilly, où le chimiste Cicaire Cirou fabrique une porcelaine tendre pour le compte du duc de Bourbon dès 1725, et celle de Mennecy, dans le duché de Villeroy, fondée en 1748 par Barbin.

Vase, h. 22 cm, porcelaine tendre, Saint-Cloud, début du XVIIIe siècle, vente Tajan 25 oct. 2006.

La porcelaine dure

4En Saxe, c’est sous les auspices de l’Électeur Auguste  II le Fort que le secret de la porcelaine dure fut découvert, inopinément, en 1708 par l’alchimiste Johann Friedrich Böttger. La manufacture de Meissen, installée en 1710, devait devenir le phare de la porcelaine européenne et détrôner les fabriques de « pâte tendre » de la région parisienne, Saint-Cloud, Chantilly et Mennecy. Mais, en 1740, la création de la manufacture installée dans le château de Vincennes allait marquer le début d’une grande aventure. Grâce à la marquise de Pompadour, elle fut transférée en 1756 et devint la Manufacture royale de Sèvres, détentrice d’un privilège exclusif et promise à une haute destinée. Après cette date, la production, soutenue à grands frais, permit d’éclipser la porcelaine de Saxe qui perdit beaucoup de sa notoriété en France. D’autre part, on ne saurait omettre la présence sur le marché des porcelaines de Chine importées par les Compagnies des Indes Orientales, la VOC créée par les Provinces Unies en 1602 et la française créée par Colbert en 1664, dont on évalue le nombre de pièces importées à 200 000 avant 1750, et à plus de 300 000 après 1760. En 1768, après de rocambolesques péripéties, on découvrit le gisement de kaolin de Saint-Yrieix-la-Perche, près de Limoges, qui devait permettre de produire de la porcelaine dure dans de nombreuses manufactures après 1770.

Les conséquences : une nouvelle conception de la faïence

5On a souvent souligné le dynamisme et l’importance des industries de luxe au Siècle des Lumières associées à « l’art de cour », dont la valeur économique est loin d’être négligeable même si elle n’est pas à la même échelle que celle des grandes industries. Dans les premières décennies du XVIIIe siècle, la porcelaine tendre française constitue un produit de luxe tentant d’imiter les productions de Meissen que l’on importe également à grands frais. La clientèle de ces porcelaines est essentiellement parisienne, souvent noble, et va délaisser peu à peu la faïence pour suivre une mode rapidement imitée par la province. Le phénomène de diffusion imitative des coutumes aristocratiques de la période précédente, que l’on peut constater à de nombreuses époques et dans de nombreux domaines, va permettre à la faïence, à son tour, de gagner une nouvelle clientèle bourgeoise, puis les autres corps de la hiérarchie sociale. Ce changement va de pair avec une nouvelle conception de la faïence, à la fois plus utile et plus utilitaire, qui se traduit par une diversification et une adaptation des formes, et va entraîner la création de nouveaux décors plus conformes aux goûts de la nouvelle clientèle. Les centres de Rouen et de Moustiers, qui savent allier polychromie et nouveauté, vont largement bénéficier de cet engouement.

La faïence bourgeoise

6C’est un lieu commun de dire que Louis XIV, en les soumettant, a habilement mis fin à la puissance des aristocrates. D’autre part, on a vu plus haut comment l’anoblissement du commerce et du marchand, d’abord voulu par Colbert et encouragé par plusieurs édits, avait fini par animer l’économie et lancer les bases d’une prospérité sans précédent. Les bourgeois ont largement profité de ce mouvement, du bas au sommet de l’échelle, poursuivant une ascension entamée depuis longtemps. L’économie urbaine se vit animée d’une dynamique cumulative qui fit des villes le lieu privilégié de la consommation et celui des mutations structurelles de la société. On ne saurait négliger l’influence sur le goût général exercée par les demeures urbaines et rurales des bourgeois arrivés et des fermiers généraux, au décor intérieur raffiné, où s’entassaient meubles rares, tableaux et objets d’art de toute sorte. Devenue commanditaire des architectes, des peintres, des sculpteurs et des jardiniers, la bourgeoisie se rapprocha aussi bien de la haute société que du monde de l’intellectualité. « Au cours du XVIIIe siècle, et dans les centres les plus actifs, on a estimé que le “groupe bourgeois” concentrait de 30 à 40 % dans la société locale. À la veille de la Révolution […] la bourgeoisie française s’imposait vraiment, face au peuple des campagnes et des villes, face au monde des privilégiés, qu’elle avait largement converti en paraissant se soumettre, pour partie, à ses normes » (Braudel et Labrousse, 1970, p. 649). On a souvent dit que le XVIIIe siècle était le siècle de la bourgeoisie : à cette époque, elle représentait 8,4 % de la population totale de la France. Pour la faïence, ce groupe social a constitué un moteur considérable de la mode et des nouvelles habitudes auprès des classes urbaines moins fortunées, puis auprès des paysans les plus aisés, ce qui a permis une extension et une évolution rapides aussi bien des décors à la mode que des quantités produites.

7Pour illustrer la manière dont cette mutation se reflète à travers la faïence dans les premières décennies du siècle, on peut citer une série bien connue de saladiers à décor de métier attribués à Saint-Cloud ou à Paris. Ils mettent en scène une profession spécifique, mentionnant le nom du destinataire, parfois même son métier et la date : ce sont en général des pièces exceptionnelles réalisées pour un commanditaire bien particulier, dont les dates s’échelonnent de 1715 à 1730 environ. Elles portent la marque de cette transformation des mentalités sociales et montrent à l’évidence qu’à cette époque, comme on a pu l’écrire, « le commerçant cherche surtout une justification dans l’utilité de son rôle social ; il n’estime pas suffisamment reconnues sa valeur sociale et sa valeur humaine ».

8En outre, il existe une adéquation parfaite entre la nouvelle clientèle et la nouvelle conception de la faïence : le phénomène bourgeois reflète une conception de la richesse fondée sur le mouvement, sur une constante et une croissante accumulation qui s’oppose radicalement à la richesse acquise du monde des privilégiés. « La bourgeoisie se caractérise aussi par un certain style de vie, reflet d’une mentalité particulière, ni celle du peuple, ni celle de la noblesse, fait à la fois d’une économie et d’un luxe calculé, de modestie plus ou moins feinte, et surtout d’un dynamisme remarquable, d’un contant effort d’ascension » (Braudel et Labrousse, 1970, p. 649). Pour les pièces les plus remarquables qui constituent aujourd’hui l’essentiel des collections conservées et étudiées, la faïence de cette époque possède en effet des caractéristiques que l’on pourrait définir de manière très semblable : ni art populaire ni art majeur, on y trouve d’évidentes préoccupations d’économie qui tiennent aux coûts et aux techniques de fabrication en petites séries ; on peut y voir l’effet d’un luxe calculé dans l’écho des créations plus prestigieuses de la peinture, mais revues à la modestie, en quelque sorte, par la copie plus ou moins bien adaptée de gravures et de modèles d’ornemanistes. Enfin, le dynamisme et l’effort d’ascension sont illustrés par la constante adaptation des faïenciers aux nouvelles exigences de la mode qui se renouvelle presque tous les vingt ans au cours de ce siècle capricieux. Les marchands parisiens, en tant que commanditaires, peuvent jouer un rôle considérable en transmettant les caprices de la Cour aux fabricants qui les répercutent sur un nombre multiplié de consommateurs et participent ainsi à la propagation rapide et à la diffusion de la mode. L’étude de l’évolution de la production décorée de grands centres comme Rouen, Moustiers ou Strasbourg met bien ces phénomènes en évidence. On pourrait tout aussi bien étudier la manière dont ces influences se répercutent rapidement sur toutes les fabriques régionales de moindre importance, dont la bourgeoisie constitue la clientèle principale pour les produits les plus élaborés.

9Comme on l’a vu précédemment, au dynamisme économique a correspondu un dynamisme social équivalent qui a entraîné, à son tour, l’apparition de productions nouvelles et l’accroissement des quantités produites. « Le luxe généralisé en tant que symptôme de l’élévation générale du niveau de vie, en tant que révélateur de croissance, a une signification heureuse. Production et consommation vont de pair ; par nature, une consommation à la fois plus abondante et plus variée » (Braudel et Labrousse, 1970, p. 719). La faïence stannifère, à sa façon, illustre bien cette tendance : d’une part, le développement de la nouvelle technique au réverbère va permettre l’avènement d’une faïence de luxe destinée à concurrencer la porcelaine ; d’autre part, on va voir se multiplier les productions de faïence commune, à la fois utilitaire et bon marché.

La technique au réverbère dit « petit feu »

  • 4 Pour tout ce qui concerne Strasbourg, voir Bastian J., Strasbourg  (...)

10On attribue l’invention de ce mode de peinture sur émail cuit, déjà évoquée plus haut dans la partie consacrée à la technique, à un artiste verrier, Johann Shaper (1621-1670), fixé à Nüremberg en 1655, qui eut par la suite de nombreux imitateurs, les Hausmalerei ou peintres à domicile, aux environs de dernier quart du XVIIe siècle (Frégnac, 1976, p. 183). Toutefois, ce n’est qu’après la divulgation du procédé, et notamment la publication de la recette du pourpre dit de Cassius en 1685 – un pigment obtenu par réaction chimique du trichlorure d’or avec l’étain –, que l’on commença à peindre des faïences avec des couleurs de réverbère à Delft et en Allemagne, où c’est surtout la porcelaine, et tout particulièrement celle de Meissen, qui sut tirer parti de cette nouvelle invention au début du siècle suivant. Par la suite, Paul Hannong, dans sa manufacture de Strasbourg en France, fit venir à dessein Adam Friedrich von Löwenfinck, formé à Meissen, pour mettre au point et développer la production de faïences utilisant cette technique, qu’il utilisa régulièrement de manière industrielle à partir de 1748 4.

11Sous l’influence de la prestigieuse manufacture de porcelaine tendre de Vincennes au début du siècle suivant – dont, selon l’aveu de Jean-Jacques Bachelier, l’un de ses artistes, les décors sont inspirés essentiellement par le japon et la Saxe –, cette nouvelle production se vit souvent qualifiée par ceux-là mêmes qui la fabriquaient de « faïence japonnée », « façon Japon » ou « Saxe ». Elle fut bientôt adoptée par d’autres manufactures dans tout le royaume. Ce sont d’abord et surtout les grands centres urbains qui se lancèrent les premiers dans cette voie : la proximité d’une clientèle de bourgeois aisés, comme on l’a vu, leur assurait la possibilité d’un débouché pour ces productions dont le prix de revient était considérablement plus élevé que celui de la faïence classique. À Sceaux, Jacques Chapelle établit vers 1750 une « manufacture de terre façon du Japon » qui connut rapidement un tel succès que, en 1751, il se disait « marchand fayencier à Paris et démonstrateur en chimie de l’Académie Royale de Porcelaine et faïence japonnée de Sceaux du Mayne » (Ariès, 1986, p. 21). À la même époque, en Lorraine, à Niderviller, située sur la nouvelle route royale Nancy-Strasbourg, dans l’un des « Trois évêchés » à la fiscalité avantageuse, c’est grâce à Anstett, transfuge de Strasbourg, que Beyerlé put introduire la peinture au réverbère vers 1751 (Soudée-Lacombe, 1986, p. 15). Une aiguière marquée manufacture de Robert et estieu a marseille permet de penser que cette technique a été adoptée dans cette ville entre 1749 et 1753 (Maternati, 1990, p. 96). À Paris, le 12 novembre 1753, Hébert s’associait avec un certain Germain pour fabriquer de la faïence « japonnée façon Saxe » (Guillebon, 1995, p. 56). Lunéville, centre de la cour de Stanislas, dut adopter cette technique à peu près à la même époque, ainsi que d’autres manufactures de la région encore mal connues. Pendant la décennie suivante, plusieurs manufactures se lancèrent dans l’aventure : à Moustiers, selon Damiron, les premiers essais datent de 1759 ; dans le Nord, Saint-Amand-les-Eaux et sa voisine, Tournai, se mirent à produire des « fayences japonnées façon de Strasbourg » à la même époque (Bonifas, 1985, p. 190).

12Mais les grands centres urbains ne furent pas les seuls à produire des faïences à décor de réverbère. En Bourgogne, à Aprey, Joseph Lallemant de Villehaut, de retour de captivité en Saxe, décide « d’ajouter à la fayencerie commune une manufacture de fayence fine à l’instar de celle de Strasbourg » vers 1761 (Deveaux, 1908, p. 8). À l’époque, le qualificatif de fine, qui s’oppose à commune, désigne les productions les plus luxueuses, dont celles décorées au réverbère. La manufacture de Vincennes, transférée à Sèvres en 1756, était devenue Manufacture royale en 1759, et Louis XV et madame de Pompadour se plaisaient à y faire fabriquer de luxueuses porcelaines polychromes dont ils faisaient cadeau à leurs invités de marque. Dans certaines régions, dans un élan de snobisme provincial, quelques aristocrates particulièrement entreprenants, qui avaient fondé des manufactures dans leur domaine, voulurent à leur façon imiter les manières royales en débauchant des techniciens compétents et en faisant installer des fours de réverbère. Dès 1762, le baron Marron de Meillonnas nourrit l’ambition de « porter le travail au plus haut point et tel qu’il se fait soit en Lorraine soit à Strasbourg ». En 1763, il engage le Suisse Protais Pidoux, venu de Mennecy via Aprey, qui fabriquera pendant trois années de luxueuses faïences à la mode de Paris destinées essentiellement aux propriétaires, dont les descendants conservaient encore en 1795 un grand service de 680 pièces (Rosen, 1993).

Ravier, 24 x 20 cm, Aprey, c. 1765, coll. Part.

  • 5 Rosen, 2011, op. cit., t. 3, p. 202.

13Après 1770, devant le succès commercial des faïences à décor de réverbère de Strasbourg et de la Lorraine – Lunéville, Saint-Clément, Le Bois d’Epense dit « Les Islettes », Moyen, Rambervillers, Épinal –, rares sont les manufactures qui n’ont pas essayé, peu ou prou, de se lancer dans cette production, avec un bonheur inégal. Parmi les moins connues, on peut citer entre autres, dans le Sud-Ouest, Samadet, Toulouse, Bergerac, Montauban, Négrepelisse et Ardus, mais aussi Varages, Sainte-Catherine dans les Bauges, Ancy-le-Franc en Bourgogne, sans oublier Rouen, Sinceny et La Rochelle. A Nevers, cette production est doublement attestée vers 1780 chez Bougarel, dans la fabrique de la Fleur de lys, par les archives et par une assiette d’une rare série à décor de cartes à jouer « suite à trèfle » marquée nevers, conservée à Sèvres-Cité de la Céramique (inv. MNC 20441)5.

La faïence utilitaire commune

14Comme on peut l’imaginer, la nouvelle distribution de la population socioprofessionnelle d’entrepreneurs et de salariés, phénomène essentiellement urbain, s’est accompagnée de mutations irréversibles. Les manifestations les plus évidentes de ces phénomènes socio-économiques qui affectent le XVIIIe siècle, pour ce qui nous concerne ici, pourront être observées dans la transformation généralisée des modes de vie et l’apparition d’ustensiles qui témoignent de ces changements. L’un des aspects les plus significatifs en est la multiplication de la faïence commune, blanche ou à décors sommaires, dont toutes les fouilles de faïenceries, comme les sites d’utilisation, témoignent de l’abondance. Fort peu d’exemplaires en ont été conservés étant donné, d’une part, leur utilisation quotidienne et, d’autre part, le peu d’intérêt esthétique qu’ils présentent pour les collectionneurs traditionnels depuis la fin du XIXe siècle. Si l’on veut véritablement étudier la faïence dans tous ses développements, et sans exclusions a priori, il faudra bien que l’on commence à s’intéresser à toutes ces productions pour se rendre à l’évidence : les belles pièces décorées conservées dans les collections, qui ont jusqu’ici été l’unique objet des études sur la faïence, ne sont que la partie émergée de l’iceberg, l’arbre qui cache la forêt. « Le nombre des pièces faites pour servir d’ornement n’est point comparable à celui des objets fabriqués pour l’usage », faisait observer Brongniart en 1844, peu de temps avant que les amateurs ne commencent à se passionner pour la curiosité.

15Alors que les tableaux des frères Le Nain, au XVIIe siècle, montrent essentiellement des terrines à anse, bassins à suspendre et autres porte-dîners en terre vernissée, ceux de Chardin, et singulièrement ses natures mortes, nous donnent la possibilité de constater l’évolution chronologique de ce phénomène qui voit la faïence se répandre progressivement dans toutes les couches de la société. Avant 1728, seuls des ustensiles d’argenterie et de porcelaine figurent dans ses tableaux pour les intérieurs les plus aisés, et les récipients en terre vernissée pour les plus modestes. En 1734, dans sa Nature morte avec un pichet de faïence conservée au musée de Cleveland, le pichet en question porte un modeste décor bleu reflétant l’influence combinée de Rouen et de Moustiers. En 1740, 1741 et 1742, en revanche, dans la série des Benedicite du musée du Louvre, on voit trois assiettes à soupe à décor de cordon bleu – ou parfilées, comme on disait à l’époque – sur la table du repas d’une famille fort modeste, ustensiles qui figurent également dans d’autres tableaux par la suite. De même, vers 1760, le Lièvre mort avec pot de giroflées du Detroit Institute of Arts montre un pot à fleurs en faïence de Nevers d’un type fort répandu. Par ailleurs, les fouilles nivernaises ont livré des quantités impressionnantes de toutes ces productions.

Les faïences culinaires : « terre à feu » et « faïence brune »

  • 6 L’intéressante étude de Leturcq J.-J., « Les faïences à cul noir d (...)

16Les « terres à feu », et tout particulièrement la « faïence brune » culinaire d’utilisation quotidienne, sont sans conteste les céramiques qui ont le plus bénéficié de ces mutations sociologiques marquées par la transformation des modes de vie au cours du XVIIIe siècle. Étant donné leur caractère utilitaire, et leur peu d’intérêt esthétique, elles n’ont qu’assez tardivement commencé à être étudiées grâce à quelques découvertes archéologiques, notamment sur les sites d’occupation française au Canada (Blanchette, 1978 et 1981), dans le midi de la France (Aubagne, 1993) et sur les sites de production à Nevers (Rosen, 1988 et 2009-2011). Pour l’essentiel, leur histoire reste encore à écrire 6.

17Pendant une grande partie du XVIIIe siècle, en raison de la modification des habitudes alimentaires et de « l’apparition de la cuisine nouvelle et d’un mode d’alimentation qui rompt avec les traditions médiévales », par ailleurs attesté par les livres de recettes du XVIIe et du XVIIIe siècle (Les Français et la table, 1986, p. 258 et 272), on a produit en abondance cette faïence stannifère dite « terre à feu », dont la « faïence brune » n’en est qu’une variété. La composition de sa pâte se distingue par l’utilisation d’argile seule – qui contient en général du fer, d’où la couleur rougeâtre de la pâte après cuisson –, sans adjonction de marne comme dans la faïence classique, avec une granulométrie plus ouverte ce qui lui permet de résister « au feu », c’est-à-dire aux chocs thermiques, non pas au contact du feu lui-même mais à une température qui correspond à une cuisson lente à chaleur douce, ainsi qu’au service de mets ou de liquides chauds que l’on conservait à proximité immédiate du foyer. C’est la raison pour laquelle ces faïences longtemps exposées à la chaleur présentent aujourd’hui très souvent des tressaillures dues au mauvais accord émail-corps qui résulte du manque de calcaire que l’adjonction de marnes dans la faïence classique permet d’éviter. Brongniart a bien souligné qu’il s’agit là d’une véritable révolution dans le domaine de la céramique, conséquence directe des changements intervenus dans les modes de vie qui caractérise l’époque moderne. « Faire chauffer des liquides ou cuire des aliments : c’est aux temps modernes, et les plus modernes, dans les contrées européennes, qu’il faut reporter la fabrication de vases propres à remplir efficacement ce dernier objet » (Brongniart, 1977, t. 1, p. 5). « On cuit alors sur l’âtre dans le four ou sur le potager, préférant les vaisseaux de terre céramique pour les cuissons lentes et les métalliques pour les chaleurs vives » (Blanchette, 1981, p. 30). L’introduction progressive des « boissons exotiques » chaudes, café, thé, chocolat, à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle, a également joué un rôle considérable dans l’utilisation et le développement de ce matériau.

  • 7 Rosen 2009, op. cit.
  • 8 On en trouve même jusqu’au Québec. Parmi les nombreuses publicatio (...)

18On trouve déjà les premiers exemplaires de ce nouveau matériau céramique dans les archives dès 1684 à Nevers, dans ce qu’on appelle alors la « grosse terre », dont les fouilles ont également exhumé des témoignages 7. Mais il semble que les premières céramiques de ce type utilisées en France aient été importées d’Italie dès le tout début du siècle, et tout particulièrement de Gênes, nom par lequel elles étaient couramment désignées en Provence et dans tout le Midi. Aujourd’hui, les archéologues lui donnent plutôt le nom de « tachetée d’Albisola »8. Il semble que les faïenciers locaux se soient d’abord opposés à ces importations, en essayant de les faire saisir, comme à Marseille en 1710 (Amouric, 1993, p. 89). Très tôt, on a dû tenter de les imiter, avec plus ou moins de succès, et aucune raison a priori ne permet de penser que Rouen a été le seul centre à s’y essayer, même s’il en est rapidement devenu le principal producteur.

La « terre à feu »

  • 9 Rosen 2011, op. cit., t. 3, p. 104-106 et 120-121.
  • 10 Voir Rosen J. Maggetti M. et al., (...)

19Dans un premier temps, cette « terre à feu » ne se caractérise que par la composition de sa pâte et guère par son aspect extérieur, fort semblable à celui de la faïence classique, revêtue d’un émail blanc sur ses deux faces, voire portant un décor. À Nevers, où les fouilles ont bien mis en évidence de telles productions, datables des environs de 1725, le fond des plats de service en « terre à feu » n’est pas recouvert d’émail mais laissé tel quel, ce qui permet d’économiser l’étain et d’obtenir un prix de revient intéressant 9. En 1728, à Lyon, l’inventaire de la fabrique de Pierre Combe mentionne « vingt-quatre pièces en terre à feu blanche et deux douzaines de même en bleu » (Deloche, 1994, p. 50). Le Dictionnaire universel de commerce de Savary des Brûlons, d’abord publié à Paris en 1730, atteste un intérêt récent mais réel pour les propriétés de ce matériau. « Il faut remarquer que, parmi les terres que nous employons en France pour la fayence, il y en a une qui souffre le feu et qui est assez rare. La meilleure se trouve dans les terres du marquisat de La Nocle, situées en Bourgogne, appartenant au maréchal de Villars. On y a établi depuis peu une excellente fayencerie où l’on fabrique des ouvrages de toutes espèces, de meilleures qualités que celles de Nevers et aussi belles que celles de Rouen, qui a passé jusqu’ici pour la plus parfaite. Elle se donne néanmoins à meilleur marché. La terre dont il s’agit ne prend jamais un si beau blanc, parce qu’elle est plus rouge et plus poreuse, car c’est par cette qualité poreuse qu’elle résiste au feu. C’est pourquoi, ni les fayances de Hollande, ni les porcelaines de la Chine et du Japon où cette terre poreuse manque, n’ont pas cette propriété » (cité in Pottier, 1986, p. 221). En effet, de nombreuses demandes d’installation ou de subventions effectuées par les manufacturiers au XVIIIe siècle montrent qu’ils revendiquent très souvent d’abord la fabrication d’une « terre à feu ». Les manufactures situées dans les zones d’influence de Rouen ne sont pas les seules concernées. On ne soupçonne pas aujourd’hui que ces fabriques ont pu produire ce genre de chose : à titre d’exemple, en 1750, à Saint-Omer dans le Nord, Georges Saladin obtient un privilège pour fabriquer de la faïence « aussi bonne que celle de Hollande et qui présente l’avantage de souffrir le feu ». Dans les années 1750, la manufacture de Chambrette à Lunéville a produit de nombreuses faïences et d’ambitieuses sculptures en terre à feu 10. En 1752, Joseph Perret, à Grenoble-La Tronche, déclare avoir établi une fabrique de faïence avec « la facilité d’en avoir qui tient le feu, qualité que toutes les autres faïences qui se sont fabriquées jusqu’à présent n’ont jamais eu » (Bosso, 1980, p. 16). En 1761, le baron de Meillonnas parle de faire une « fayence propre à souffrir le feu le plus violent même celui de l’esprit de vin aussy parfaitement que l’argenterie ». Les fouilles de cette fabrique ont par ailleurs mis en évidence la fabrication simultanée de tous les types de « terre à feu » (Rosen, 1993). En 1788, Gourmay note que les produits de la fabrique de Moyen, en Lorraine, « ont en outre l’avantage d’aller au feu ».

Plat en terre à feu, Ø 28 cm, Paris, 2nde moitié du XVIIIe siècle, coll. part.

20Certaines manufactures ont opté pour une solution intermédiaire entre la « terre à feu » et la « faïence brune » en revêtant l’arrière de leurs faïences d’un émail blanc sur lequel est projeté du manganèse à l’aide d’une brosse, pour obtenir un effet moucheté. C’est, parmi bien d’autres, le cas de Lunéville, dont les pièces portent souvent des marques caractéristiques, de certains ateliers francs-comtois mal identifiés et de Dijon, comme l’ont révélé les fouilles.

La « faïence brune »

21Pour imiter plus fidèlement les productions génoises, certaines manufactures ont d’emblée appliqué du peroxyde de manganèse au revers des pièces qui se salit beaucoup moins que l’émail stannifère blanc et donne une couleur allant du violet clair à un brun presque noir. Le manganèse provenait souvent de gisements locaux, ce qui permettait une économie considérable par rapport au prix de l’étain que l’on devait importer. On lit souvent que la première mention de ces faïences est due à André Pottier, en 1869, qui cite le Mémoire manuscrit de son grand-père : « En 1707, le Sr Caussy établit une manufacture en construisant un fourneau pour y cuire de la faïence brune dont il était l’inventeur » (Pottier, 1986, p. 17). Si la revendication de Caussy est peu vraisemblable, on observe en revanche qu’il a dû être l’un des premiers faïenciers à pressentir l’avenir de ce produit spécifique. En 1716, Jean II Collondre fait de la « potterie en couleur du caffé » à Créon, près de Bordeaux. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, il s’attire ainsi les foudres de la manufacture de Jacques Hustin (de Bordeaux) pour avoir battu en brèche son monopole (Amouric, 1993, p. 91, citant Jean Thuile). Peu après la mort de Louis XIV, dans un mémoire adressé aux membres du Consistoire de Toulouse, on mentionne que « la fayence étrangère devient trop chère […] et la fayence brune qui vient de Gênes est aussi chère à proportion, eu égard à ses vilaines formes et au coup d’œil, qui ne flatte assurément pas la vue » (La faïence de Toulouse, 1994, p. 20). En 1722, à Rouen, Caussy avait dû faire école car on notait déjà l’existence de deux manufactures spécialisées dans la fabrication de « terre brune », celles de Carré et Cauchois (Pottier, 1986, p. 20). Dès 1731, un arrêté fixait les normes auxquelles les manufacturiers étaient astreints. Cette « faïence brune » devait même rencontrer un succès certain car, en 1739 , « le Sr Guillaume Heugue, ayant entrepris de fabriquer de la faïence brune, contrairement au tableau où il est porté pour faïence blanche, une ordonnance de l’intendant lui prescrit de se renfermer dans la fabrication de faïence blanche à laquelle la manufacture est destinée » (Pottier, 1986, p. 24). D’après les mêmes sources, un mémoire contemporain parle des faïenciers de Rouen qui, « ayant fabriqué des vases pareils à ceux qui s’exécutent en fayence, leur ont donné une couche d’émail blanc de fayence en dedans, et ont mis par dehors une couche d’émail brun, avec une simple cuisson. Comme il n’y a point alors de peintre à payer, et qu’ils évitent par-là bien d’autres frais, ils vendent ces poteries pour fayences brunes à un prix très modique, et depuis que ce procédé s’est introduit, les potiers de St Adrien et d’ailleurs ne travaillent presque plus, et ils ne peuvent trouver de quoi payer leurs impositions. Ils sont là cinq ou six fayenciers […] qui se sont ligués pour […] être les seuls qui fassent ce commerce, et qu’ils puissent par-là fixer les prix qu’ils désirent. […] Ils font travailler les pauvres ouvriers à tel salaire qu’il leur plaît d’imposer » (Pottier, 1986, p. 124).

22En 1728, à Lyon, l’inventaire de la fabrique de Pierre Combe mentionne dix-sept terrines, quarante-deux cafetières ou théières, trois écuelles couvertes, sept douzaines de gobelets à café ou soucoupes brunes et trois plats, le tout « en brun » (Deloche, 1994, p. 50). Nous savons également que la faïence de Théophile Collondre, à Toulouse en 1733, « supporte le feu, mais n’a ny la même propreté qu’a celle qu’on porte à Toulouse de Gênes ou de la ville de Marseille » (La faïence de Toulouse, 1994, p. 20). De futures investigations, à Marseille et ailleurs, pourraient bien également révéler de telles tentatives. « En Provence, il ne serait pas étonnant que certains Albisola fort lourds trouvés ici ou là ne fussent de médiocres copies régionales » (Amouric, 1993, p. 91).

23Vers le milieu du siècle, la « faïence brune » devint rapidement un produit de grande consommation. Voltaire, dont on verra par la suite qu’il s’intéressait beaucoup à la céramique, ne semblait guère l’apprécier. En 1759, à l’occasion d’un nouvel édit sur la fonte d’argent, il écrivit à Mme du Deffand : « Il ne manque plus à ma chère patrie que de se jeter à la tête la faïence à cul noir sur laquelle elle mange, après avoir vendu sa vaisselle d’argent » (Correspondance générale, 1821, t. V, p. 240). Il est sans doute à l’origine de l’expression retenue par la postérité par laquelle on désigne encore aujourd’hui ces faïences dans le commerce des antiquités.

24Dans le Sud, en 1761, la situation ne semble guère avoir changé car un mémoire déclare alors que « l’importation que les Génois font de leurs fayences en Languedoc et en Provence, d’où elles se répandent dans le reste du royaume, est véritablement ruineuse pour les fayenceries de ces deux provinces, et pour celles de Marseille. Sous prétexte qu’elles sont grossières, pesantes et à bas prix, on ne leur fait payer que le droit de 50 sols le quintal, imposé par l’arrêt de 1714 sur les poteries de grès. Cette modification n’a lieu dans les bureaux du Languedoc que sur la fayence de Gênes, vernissée tant en dedans qu’en dehors, en brun » (Davillier, 1863, p. 101).

  • 11 En conséquence, ces faïences nivernaises ne présentent pas de (...)

25Rouen qui, comme on l’a vu, avait rapidement adopté la « faïence brune », se spécialisa même dans cette production, et les divers établissements de la ville seront signalés « en blanc », « en blanc-brun » ou « en brun », à telle enseigne qu’en 1788, sur quinze établissements, on en comptera trois « en blanc », huit en « blanc-brun » et quatre « en brun » (Pottier, 1986, p. 124). Tout au long du siècle, dans tout le royaume, on pourrait citer d’innombrables manufactures dont les archives mentionnent cette production. Les fouilles réalisées au Québec ont mis en évidence les énormes quantités qui ont pu être consommées par les colons de la Nouvelle France jusqu’en 1763. En 1788-1789, selon les Archives de la Chambre de Commerce de Rouen, « le produit des manufactures est de 1 200 000 livres, dont les deux tiers s’exportent dans nos Îles d’Amérique » (Pottier, 1986, p. 37). En 1788, à la fabrique des Auges, à Langres, on produit « de la terre à feu brune façon de Rouen ». Nevers a également voulu suivre cette mode vers le milieu du XVIIIe siècle mais, de manière surprenante, une étude archéométrique a montré que, dans ce cas précis, les mélanges de terre utilisés sont les mêmes que ceux de la faïence classique 11.

Faïences culinaires de Rouen trouvées à Québec, milieu du XVIIIe siècle (Métreau, 2016)

26D’une utilisation bien adaptée aux nouveaux modes de vie et d’un prix de revient nettement inférieur à celui de la faïence classique, cette faïence culinaire utilitaire a incontestablement constitué l’enjeu économique majeur de la céramique au XVIIIe siècle. On a même avancé des chiffres stupéfiants : peu avant la Révolution, la faïence brune valait sept livres le mille, alors que la blanche en coûtait 80 (Roche, 1981, p. 284).

27Il ne serait pas surprenant qu’une étude plus complète arrive à la conclusion que la « faïence brune » a représenté plus du tiers de la production d’un bon nombre de manufactures de la seconde moitié du XVIIIe siècle, essentiellement situées dans les grandes zones d’influence de Rouen et, plus généralement, du Centre et du Centre-Est de la France, mais pas exclusivement.

« Terre d’Angleterre », « terre de pipe » et « faïence fine »

Origine

  • 12 Savage G., La céramique anglaise, Office du Livre, Fribourg, 1 (...)

28Un autre matériau a révolutionné la céramique au XVIIIe siècle : la « terre d’Angleterre », comme on la nommait à l’époque, est composée d’une pâte d’argiles blanches revêtue d’une simple glaçure plombifère transparente vitrifiée, cuite à une température légèrement supérieure à celle de la faïence stannifère. Même si on a voulu lui trouver des antécédents dans certaines céramiques réalisées à partir d’un principe identique – comme celles dites « de Saint Porchaire » du XVIe siècle –, il semble qu’il s’agisse avant tout d’une production d’origine anglaise, fruit de la Révolution industrielle initiée dans ce pays. Dès la fin du XVIIe siècle, des céramistes comme Thomas Miles ou les frères Elers utilisaient une argile spécifique qui permettait d’obtenir des produits d’un brun pâle glaçurés au sel, en utilisant la propriété qu’a cet élément, à haute température, de se combiner avec la silice et l’alumine de l’argile pour former une pellicule vitrifiée à la surface de la pièce. On utilisa également une technique qui consistait à recouvrir la pièce d’une pellicule d’argile blanche ou de terre de pipe, sur laquelle on réalisait une glaçure au sel en cours de cuisson. L’invention d’une véritable pâte claire glaçurée au sel est en général associée au nom de John Astbury (1688 ?-1743), mais d’autres essais semblent également avoir été réalisés à une époque antérieure par John Dwight et Thomas Heath 12.

  • 13 Pour les évolutions de ces céramiques au XVIIIe siècle en Angl (...)
  • 14 Scott 1954-1955, p. 353.

29Les développements de cette céramique, comme des autres industries, furent très influencés par la pénurie de bois du début du XVIIIe siècle qui finit par obliger les entrepreneurs à déplacer leurs manufactures à proximité des gisements de charbon dans le nord du Staffordshire qui offrait, en outre, des argiles de bonne qualité, à l’origine d’une tradition potière locale. Cette nouvelle céramique, cuite au charbon et produite avec succès à partir des environs de 1710, fut à l’origine du développement considérable des « cinq villes » de la région de Stoke-on-Trent au cours du XVIIIe siècle. On obtenait un biscuit totalement blanc en remplaçant l’argile calcaire commune cuisant rouge par un mélange d’argile blanche et de silex calciné. Le premier moulin à broyer le silex fut construit à Hanley en 1726. D’autre part, la glaçure au sel fut progressivement remplacée par une glaçure plombifère appliquée dans un deuxième temps sur un corps préalablement cuit. La mise au point de cette technique et la production industrielle de ce cream-coloured ware devaient entraîner une révolution majeure dans l’histoire de la céramique. La production augmenta rapidement entre 1750 et 1760 13. À cette époque, on commença également à utiliser le décor imprimé par transfert, autre invention révolutionnaire promise à un brillant avenir. Alors que la Révolution industrielle gagnait le Staffordshire, l’installation du célère Josiah Wedgwood (1730-1795) à Burslem, en 1759, et la création du Queen’s ware, sous protection royale, lancèrent le mouvement qui devait balayer toute l’Europe, et finalement causer la perte de la faïence stannifère un siècle plus tard. À la veille de la Révolution française, dans le Staffordshire, 200 maîtres potiers employaient 20 000 ouvriers 14.

Les débuts de la « terre d’Angleterre » en France 15

  • 15 Sur cette délicate question, et tout ce qui concerne la suite (...)
  • 16 De la Hubaudière 2007, op. cit.

30En France, on considère que la première tentative d’imitation de ce matériau correspond à l’installation en 1743, par Claude Imbert Gérin, de la « manufacture royale de terre d’Angleterre » rue de Charenton à Paris, qui occupait déjà 20 personnes en 1745 (Le Duc, 1993, p. 20 et Guillebon, 1995, p. 58) et qui devait devenir la célèbre fabrique du Pont-aux-Choux. En 1745, dit-on, Etienne François Mazois, marchand faïencier et membre de la grande famille de propriétaires-manufacturiers à Nevers, s’associait avec Jacques Chapelle – futur directeur de Sceaux – et avec l’Anglais John Hill pour créer une manufacture à Montereau-Faut-Yonne, en Seine-et-Marne. « En 1749, il obtient l’autorisation d’utiliser un fourneau rond à l’anglaise et un privilège exclusif de dix ans pour fabriquer de la poterie blanche cuite et vernie d’un seul feu » (Ariès, 1979, p. 11). Quand on évoque ces premières tentatives d’imitation de la terre d’Angleterre, on mentionne toujours la région parisienne, mais il est probable que d’autres techniciens se sont penchés sur le problème dans d’autres régions. Ainsi, on oublie trop souvent que dans le titre exact du célèbre manuscrit de Pierre-Paul Caussy sur L’art de la fayence, rédigé à Rouen et daté de 1747, lon apprend à fairre […] la porcelaine, et terre dangleterre (sic)16.

  • 17 De Dietrich baron P. F., Description des gîtes de (...)

31Ainsi, malgré l’interdiction d’importation en France de la « faïence anglaise », renouvelée en 1740 à la suite d’un mémoire du Conseil du Commerce – et sans doute, par contre coup, à cause d’elle –, un réel intérêt pour cette nouvelle céramique anglaise, considérée alors comme un produit de luxe, se manifeste en France aux environs de 1745. Cet intérêt doit sans doute être considéré comme un effet de l’anglomanie qui caractérise cette époque, soulignée par tous les économistes et les historiens, et dont la publication de l’esprit des lois de Montesquieu, en 1748, présente une facette autrement significative. Dans le même ordre d’idée, on remarque la présence de Voltaire – sans doute le plus anglophile de tous –, flanqué de la marquise du Châtelet, aux côtés de Stanislas, duc de Lorraine, à Lunéville lors des premiers essais publics de terre de Lorraine réalisés par Jacques Chambrette en 1748 (Noël, 1961, p. 38). Il est utile de rappeler que la plaque de fondation de la manufacture de Chambrette, datée de la même année, fait directement référence à la « fayence façon d’Angleterre ». Voltaire était d’ailleurs à ce point intéressé par cette céramique qu’il faillit devenir propriétaire de la faïencerie de Champigneulles, près de Nancy, en 1758 (Geindre, 1974, p. 181). Peut-être même, en bon défenseur du luxe, avait-il l’intention d’y faire fabriquer de la terre d’Angleterre car Champigneulles avait déjà maîtrisé la porcelaine tendre depuis plusieurs décennies. À la suite de Lunéville, presque toutes les manufactures lorraines, comme Saint-Clément (1758), Rambervillers (1762), Moyen (1763), Toul-Bellevue (1773) et Niderviller (1778), allaient par la suite produire de grandes quantités de faïences en terre blanche à décor polychrome de réverbère. Le baron de Dietrich l’atteste à la fin du XVIIIe siècle en rapportant que pratiquement toutes les manufactures lorraines produisent simultanément « de la faïence fine et commune, du réverbère et de la vaisselle en terre de pipe, recouverts d’un très beau vernis »17.

32Dans le sillage de ces premières réalisations, après 1760, époque où la terre de pipe anglaise commençait à atteindre des records de production, quelques manufactures françaises de grande réputation tentèrent également – souvent avec succès – de produire de luxueuses faïences à pâte blanche destinées à imiter celles des Anglais. Si l’appellation de « fayance de terre blanche purifiée », citée dès 1753 à Orléans, s’applique plus à de la porcelaine tendre qu’à de la terre de pipe, on voit apparaître dans les carnets de la manufacture d’Aprey, en octobre 1764, la première « composition de terre blanche », puis, en 1765, une recette de « terre à pipe donnée par Lassalle tourneur » avec une composition de « frite » et un mélange de « craix de trois » (craie de Troyes) et de terre locale dite « de Collogne ». Le 25 novembre 1765, enfin, on voit apparaître une recette à base de « frite, crée, caliout blan calsiné et terre de Montraux » (sic) dont les essais se poursuivront jusqu’en 1766, avec des formules cabalistiques pour les glaçures et les décors polychromes au réverbère car rédigées en code secret ! À la même époque, les fouilles de Meillonnas ont mis en évidence une fabrication identique avec des pièces en terre blanche à décor de réverbère polychrome rehaussé d’or (Rosen, 1993 / 1). Chapelle en a également produit à Sceaux, et l’on peut en citer bien d’autres : l’éphémère production de Lille, réalisée en 1773 par l’Anglais Guillaume Clarke, les essais malheureux de Jacques Robert à Nevers en 1775, de même que ceux de Jean-Baptiste Fauquez à Saint-Amand, ceux de Gaspard Bécar à Valenciennes (Bonifas, 1985, p. 76) ou la terre de pipe de Douai, produite par les Anglais Charles et Jacques Leigh en 1781. La même année, William Sturgeon tentait d’établir une manufacture de terre de pipe à la façon d’Angleterre à Rouen, mais se heurtait à l’opposition des faïenciers. Il est fort probable que d’autres recherches mettraient en évidence de semblables réalisations dans d’autres manufactures à la même époque.

33En dépit de ces tentatives locales à l’efficacité économique limitée, et malgré les interdictions d’entrée en France, la terre de pipe à l’anglaise prenait une place de plus en plus importante dans le panorama de la faïence stannifère classique. En 1786, elle allait lui porter un coup décisif.

Tisanière, terre de pipe, h. 23,5 cm, Lunéville, c. 1760, Château de Lunéville.

Notes

1 Rosen J., « Faïences à décor polychrome de Saint-Cloud et de Champigneulles au début du XVIIIe siècle », La Lettre n° 45, juin 2018.

2 Voir Rosen J., La faïence de Nevers, t. II, 2009, op. cit.

3 Rosen J., Maggetti M., et Druet S., « En passant par la Lorraine… », Keramik-Freunde der Shweiz Mitteilungsblatt n° 126, 2012, p. 32, note 67.

4 Pour tout ce qui concerne Strasbourg, voir Bastian J., Strasbourg : faïences et porcelaines, 1721-1784, 2 vol., éd. MAJB, Strasbourg, 2002.

5 Rosen, 2011, op. cit., t. 3, p. 202.

6 L’intéressante étude de Leturcq J.-J., « Les faïences à cul noir décorées à la corbeille rouennaise dans le Nord de la France du XVIIIe au XIXe siècle », Bulletin du GRECB n° 22, 1999, p. 173-191, accompagnée de photos de pièces marquées, en constitue un bon exemple. Elle ne concerne qu’une douzaine de manufactures du Nord, ce qui est déjà une bonne piste de départ, à laquelle on pourrait ajouter les productions reconnues en fouilles, comme celles de Nevers, Dijon, Le Bois d’Epense dit « Les Islettes », et quelques ateliers de la Bourgogne dite « auxerroise ».

7 Rosen 2009, op. cit.

8 On en trouve même jusqu’au Québec. Parmi les nombreuses publications qui parlent de ces céramiques, voir Amouric H., « L’apothéose des Ligures », in Vingt mille pots sous les mers, cat. expo. musée d’Istres, Edisud, Aix-en-Provence, 1999, ch. VII, p. 119-124.

9 Rosen 2011, op. cit., t. 3, p. 104-106 et 120-121.

10 Voir Rosen J. Maggetti M. et al., En passant par la Lorraine… 2012, op. cit., p. 40 -45.

11 En conséquence, ces faïences nivernaises ne présentent pas de tressaillures disgracieuses (Rosen, 2011, op. cit., t. 3, p. 22, 188-189 et 261). Il faudra attendre le début du XIXe siècle pour que le faïencier Dubois fabrique de véritables « faïences brunes » en terre réfractaire, par ailleurs marquées (ibid., t. 4, p. 94).

12 Savage G., La céramique anglaise, Office du Livre, Fribourg, 1961, p. 116-119.

13 Pour les évolutions de ces céramiques au XVIIIe siècle en Angleterre, on consultera l’excellent : Scott Sir L., « Pottery », in A history of technology, vol. I, Oxford, 1954-1955 (2e éd.), p. 341-357 et, plus récemment, Walford T. et Massey R. éd., Creamware and pearlware re-examined, English Ceramic Circle, 2007.

14 Scott 1954-1955, p. 353.

15 Sur cette délicate question, et tout ce qui concerne la suite au XIXe siècle, voir Maire C., La faïence fine française, 1743-1843, le triomphe des terres blanches, RMN, Paris, 2008, catalogue de l’exposition présentée au musée de Sèvres (oct. 2008-fév.2009).

16 De la Hubaudière 2007, op. cit.

17 De Dietrich baron P. F., Description des gîtes de minerai et des bouches à feu de la France, t. 3, 5e et 6e parties, Didot Jeune, Paris, an VIII (1800).

Table des illustrations

Légende Vase, h. 22 cm, porcelaine tendre, Saint-Cloud, début du XVIIIe siècle, vente Tajan 25 oct. 2006.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/26140/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 646k
Légende Ravier, 24 x 20 cm, Aprey, c. 1765, coll. Part.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/26140/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Plat en terre à feu, Ø 28 cm, Paris, 2nde moitié du XVIIIe siècle, coll. part.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/26140/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Faïences culinaires de Rouen trouvées à Québec, milieu du XVIIIe siècle (Métreau, 2016)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/26140/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Tisanière, terre de pipe, h. 23,5 cm, Lunéville, c. 1760, Château de Lunéville.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/26140/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 675k

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search