Version classiqueVersion mobile

Cluny et la couleur

 | 
Bénédicte Bertholon
, 
Magali Orgeur

Les carreaux de pavement de la salle capitulaire de l’abbaye de Cluny (seconde moitié du XIIIe –XVe siècle)

Les carreaux de pavement. Catalogue

Magali Orgeur

Texte intégral

1. Première série de carreaux bicolores, début de la seconde moitié du XIIIe siècle

1.1. Les motifs simples

1.1.1. La marguerite annelée à quatre besants

  • 1 HC.05 ©/ HC.07.07 ©/ 015.015 © / 028.015 ©/ 08.051 ©/ 071. (...)

128 carreaux bicolores1
13 x 13 cm. Ép. 2,5 cm
Début seconde moitié du XIIIe siècle
Bibliographie : PINETTE Matthieu, opp. cit., 1981, p. 40, n° 160, PINETTE Matthieu, opp. cit., 2011, p. 798, type A/8. Le type B/7 est un fragment de ce motif de la marguerite annelée aux quatre besants.

  • 2 PINETTE Matthieu, op. cit., 1981, p. (...)

2Une fleur à cinq pétales aux lobes arrondis et peu profonds, est entourée par un cercle à large brin. Les bords du motif sont ceinturés d’un cadre. Un besant vient ponctuer chaque angle laissé vide entre ce cadre et le cercle de la fleur. Cette marguerite est un motif très répandu sous le règne de Saint Louis et qui se rencontre sur de nombreux carreaux bicolores de la seconde moitié du XIIIe siècle2. À Cluny, ce motif est déjà connu sur d’autres carreaux retrouvés à différents endroits de l’ancienne abbaye.

  • 3 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 44.
  • 4 Le numéro d’inventaire de ce carreau est le 992.129. Il es (...)
  • 5 Des fouilles archéologiques dirigées par Jean Nicolle ont (...)

3Le motif de la marguerite cerclée se retrouve, avec une certaine fréquence, sur les carreaux bicolores de la Bourgogne actuelle. Souvent la marguerite s’égaye de cinq pétales comme à l’abbaye bénédictine de Saint-Pierre-le-Vif à Sens. La marguerite, aux lobes très échancrés, est sertie dans un cercle à un brin. Les carreaux bicolores de cet édifice sont considérés comme les plus anciens exemplaires bourguignons de cette technique et sont datés de la seconde moitié du XIIIe siècle3. Bien que cassé, le carreau conserve deux bords entiers de 11 cm pour une épaisseur de 3 cm. L’abbaye de Cîteaux (Côte-d'Or) conserve un fragment de carreau bicolore imprimé d’une marguerite cerclée4. Ses cinq pétales sont particulièrement bien détachés et offrent des lobes relativement arrondis). Malgré la fragmentation, il subsiste la trace d’un élément de vocabulaire évoquant un arc de cercle inversé situé dans un angle du motif. Le carreau porteur est d’un petit format carré de 11,1 cm. Ce carreau a pu être produit dans la seconde moitié du XIIIe siècle. D’un petit gabarit est aussi le carreau découvert lors des fouilles de l’ancien couvent des Cordeliers à Sens5. Bien que cassé, la conservation d’une bonne moitié du carreau évoque une marguerite à cinq lobes assez échancrés dont l’arrondi est relativement aplati. Aucune trace d’un besant central ne se remarque. La marguerite évolue seule au centre de la surface du carreau. Son format de 10,5 cm la rapproche de l’exemplaire de Cîteaux de même que le traitement des lobes, permettant de proposer une datation dans la seconde moitié du XIIIe siècle pour ce carreau. Toutefois, ce modèle se distingue clairement de celui de Cîteaux par l’absence d’un cercle entourant la marguerite, montrant ainsi qu’il existe de multiples interprétations de ce motif de la marguerite qu’on nommera des variantes.

  • 6 GALLY Michel,"Les carreaux émaillés découverts à Précy-le- (...)
  • 7 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 43, (...)
  • 8 Comme des carreaux ornés de la marguerite cerclée sont con (...)

4La région d’Avallon (Yonne) et la tour de Précy-le-Sec connaissent un modèle de marguerite cerclée6. Elle a des lobes très profonds qui se rejoignent à quelques 5 mm du besant représentant le cœur de la fleur, comme à Saint-Pierre-le-Vif. Le cercle dans lequel elle s’inscrit vient buter contre les bords du carreau et offre un remplissage à l’argile blanche. La réunion de plusieurs carreaux forme alors comme un réseau géométrique dans lequel prennent place individuellement les marguerites. Le modèle de Cluny propose un effet visuel similaire puisque de la réunion de plusieurs carreaux apparaît un quadrillage ponctué d’un cercle protégeant une marguerite. Les carreaux de la région d’Avallon ont un format carré de 12 cm pour une épaisseur de 2,5 à 2,6 cm. Ils sont datés de la fin du XIIIe siècle ou du début du XIVe siècle7. Un autre motif de marguerite cerclée a été publié pour la tour de Précy-le-Sec8. Il se compose d’une marguerite à cinq pétales prise dans un cercle à large brin hérissé de quatre sortes de pique en direction des angles. La présence des piques sur le cercle évoque, dans une certaine mesure, les besants qu’on voit à Cluny. Il s’agirait vraisemblablement d’illustrer une thématique semblable, celle d’un cercle ponctué d’éléments de vocabulaire. Une thématique qui se retrouve en Champagne, à l’abbaye Saint-Rémi de Reims. Un carrelage du XIIIe siècle découvert à l’occasion de fouilles de l’ancienne salle capitulaire s’orne, entre autres, de carreaux bicolores porteurs d’une marguerite enserrée dans un cercle à large brin hérissé en direction des angles de la surface de quatre petites boules. La présence de ces boules permet un rapprochement thématique avec la marguerite de Cluny. Les carreaux à la marguerite cerclée de Saint-Rémi de Reims mesurent 13 cm de côté.

  • 9 GILLON Pierre, op. cit., 2009, p. 111-113, (...)
  • 10 BRUT Catherine, PRIE Arnaud, op. cit., 2009, p. 178, fig. 4. Ces carreaux ont (...)

5Le pavement du collatéral nord du chœur de l’église abbatiale de Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) comprend des carreaux bicolores de 12,5 cm, porteurs, pour certains, d’une marguerite cerclée aux lobes relativement détachés. Ce carrelage est daté du XIIIe siècle9. Les fouilles au prieuré royal de Saint-Martin-des-Champs à Paris ont mis au jour des carreaux bicolores porteurs d’une marguerite dans un annelet10. Un besant est placé à chaque angle de la surface. Ces carreaux ont une dimension carrée de 12,5 cm et sont datés par les archéologues du XIVe siècle, sans toutefois trop de certitude de leur part.

  • 11 BLARY François, DUREY-BLARY Véronique, "Coucy le château ( (...)
  • 12 BLARY François, DUREY-BLARY Véronique, op. cit., 1994, (...)
  • 13 COURTOIS F. et H., "Notes sur le château de Montcenis et s (...)
  • 14 LAGARDE Françoise, "Pavement de la tour de la Taillerie et (...)
  • 15 BERNARD Jean-Louis, op. cit., 2009, p. 194.
  • 16 NORTON Christopher, op. cit., 1992, p. 34.

6La marguerite peut aussi se décliner avec six pétales. Elle garde alors les mêmes codifications, comme être centrée à la surface et être circonscrite au sein d’un cercle. Elle peut aussi présenter un cadre le long des côtés, comme à la tour Truande à Coucy-le-Château (Aisne). Ce pavement retrouvé en place se compose de carreaux vraisemblablement fabriqués au plus tôt dans les années 124011. Les carreaux ont un format carré de 13 à 13,5 cm pour une épaisseur de 3 cm12. La présence de ce cadre et la concordance des formats autorisent des rapprochements chronologiques avec les carreaux bicolores de Cluny. Au château de Montcenis (Saône-et-Loire), un motif de marguerite à six pétales cerclée est aussi pourvu, comme à Cluny, des quatre besants angulaires13. Les carreaux bicolores de ce site sont datés du XIIIe siècle. Les fouilles du Louvre médiéval ont permis de retrouver quantité de carreaux bicolores dont une marguerite à huit pétales sise dans un cercle à large brin, avec un besant à chaque angle de la surface14. Dans la crypte du prieuré d’Argenteuil, une marguerite semblable mais dépourvue des quatre besants angulaires parsème le pavement à proximité des autels15. La pose de ce carrelage serait intervenue vers 127516.

  • 17 CARETTE Martine, DEROEUX Didier, op. cit., 1985, planche I (...)

7En Flandre et en Artois, la marguerite est à six pétales. Elle est toujours protégée dans un cercle à un ou plusieurs brins. Deux exemples montrent des besants à chaque angle. Ils ont été retrouvés à Andres, dans l’abbaye Saint-Sauveur et Sainte-Rotrude (carreaux de la fin du XIIIe siècle), à l’abbaye Saint-Sauveur d’Ham-en-Artois (fin XIIIe - début XIVe siècle), à l’abbaye Saint-Bertin à Saint-Omer, au château d’Hermelinghen, au château de Rihoult (XIIIe – XIVe siècle) et à Notre-Dame de la Capelle aux Attaques (XIIIe siècle) 17.

  • 18 BETTS Ian M, op. cit., 2002, p. 13-15, fig. KL8.

8Cette codification de la marguerite prise dans un cercle et aux quatre angles de la surface poinçonnés d’un besant se retrouve en Angleterre, notamment dans la région du Norfolk, à Clifton House, où les carreaux ont été fabriqués par un groupe itinérant vers la fin du XIIIe siècle18.

9On l’aura compris à l’aide de tous ces exemples, la marguerite, quel que soit son nombre de pétales, est très souvent enchâssée dans un cercle à large brin et renvoie toujours à des productions de la seconde moitié du XIIIe siècle, voire du début du XIVe siècle. Elle est bien un des thèmes favoris des carreaux bicolores de productions anciennes et s’avère être ainsi un indicateur chronologique.

1.1.2. La fleur-de-lys

  • 19 HC.02 © / HC.4.55 / HC.06 © / HC.09 / HC.31 / HC.43 / 01.0 (...)

1097 carreaux bicolores19
13 x 13 cm. Ép. 2,5 cm
Début seconde moitié du XIIIe siècle
Bibliographie : PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 40, n° 166, PINETTE Matthieu, op. cit., 2011, p. 798, type A/7.

  • 20 PERROT Françoise, "Le vitrail à la Sainte-Chapelle", in LE (...)
  • 21 DAVY Christian, "La peinture murale en Anjou au XIIIe (...)
  • 22 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 40, p. 44. (...)
  • 23 L’abbaye cistercienne de Chaalis (Oise) connaît un motif d (...)

11La fleur-de-lys est présente sur les fonds mosaïqués de vitraux, notamment de l’époque de saint Louis, tels ceux de la Sainte-Chapelle datés d’avant 124820 mais aussi en peinture, comme à la cathédrale d’Angers sur le cycle de la Vie de saint Maurille, des années 125021. Elle est le motif le plus récurrent des carreaux de pavement bicolores de productions anciennes22. Sa construction permet des rapprochements entre les sites consommateurs de carreaux et ainsi d’établir des fourchettes chronologiques en fonction des développements qu’elle prend. Positionnée de biais ou plus rarement centrée23, elle est déclinée de diverses manières, qui, bien que toujours différentes, répondent à la codification de cette fleur ornementale et héraldique, offrant ainsi une identification rapide. La fleur centrale doit toujours être allongée et flanquée, au minimum de deux feuilles latérales s’incurvant en direction de la base de la plante. Les variantes aiment à détailler son pied, en l’allongeant et en le terminant d’un trèfle ornemental renversé. Dans ce cas, la fleur-de-lys est dite festonnée comme sur le modèle de Cluny. La fleur-de-lys y est positionnée en diagonale, son feston naît de la bande soulignant les bords du carreau. Ses deux feuilles latérales sont dessinées avec rondeur et se terminent par un trait étréci rentrant en direction du pied de la fleur avec beaucoup de délicatesse. La floraison s’effectue depuis une sorte de nœud circulaire terminant la tige. Le feston inférieur est évoqué par trois ondulations. Le traitement stylistique de cette fleur-de-lys en fait une des grandes réussites du corpus des carreaux bicolores de Cluny. Son auteur anonyme a su lui conférer la force symbolique héraldique mais aussi la douceur et la fragilité d’une vraie fleur. A l’instar de la marguerite, ce motif est porté par d’autres carreaux retrouvés parmi les vestiges de l’abbaye de Cluny.

  • 24 Ce carreau est enchâssé avec beaucoup d’autres dans une ré (...)
  • 25 Ce motif des fleurons rayonnants est connu à l’abbaye de S (...)

12L’abbaye cistercienne de Fontenay (Côte-d'Or) conserve un carreau d’un format carré de 13,5 cm estampé d’une fleur-de-lys festonnée24. Le feston éclot dans l’angle inférieur de la surface. Il se compose d’un petit pique flanqué de deux tiges qui prennent appui chacune depuis l’un des bords du carreau. Le pied de la fleur est assez court et s’évase de manière rectiligne pour servir d’assise à la fleur en elle-même. Les deux feuilles latérales sont larges et se déroulent avec souplesse en occupant ainsi pleinement les angles de la surface. La même formulation est utilisée pour l’extrémité de la fleur qui s’élargit vers la partie sommitale pour affleurer les bords du carreau en créant une sorte de pointe aux traits droits. La surface du carreau, qui est un cadre quadrangulaire strict, est ici l’occasion pour l’artiste, auteur du motif, d’une création unique où la fleur s’y épanouit entièrement. Il a su conférer à la fleur une réelle plénitude que peu d’exemplaires du XIIIe siècle ont su atteindre avec autant de succès. Ce modèle est très proche des fleurs-de-lys du vitrail des Nombres de la Sainte-Chapelle de Paris où la plénitude de la fleur dans son support est déjà développée, surtout au niveau des feuilles latérales. Sur certaines fleurs-de-lys de ce fond mosaïqué, la tige se clôt en pointe, autorisant ainsi une datation haute dans la seconde moitié du XIIIe siècle pour l’exemplaire de Fontenay. Le motif est aussi ouvert à un agencement par quatre carreaux par le biais des deux tiges du feston qui permettent de créer des fleurons rayonnants25, dans une présentation qui se distinguera de la formulation du vitrail où les fleurs-de-lys sont alignées et flanquées de losanges unis bleus.

13Un autre motif de l’abbaye de Fontenay voit sa surface scindée en quatre carrés formés d’un large brin. Dans chaque angle inférieur et depuis le carré prend naissance une petite fleur-de-lys aux traits esquissés. Il y a donc quatre fleurons pris dans des petits carrés. L’effet rappelle celui de Cluny, à ceci près qu’il faut quatre carreaux à Cluny pour obtenir cet agencement mais qui sera de 13 cm tandis qu’à Fontenay, les fleurons sont de 6 cm. Ces derniers carreaux ont un format de 12 cm pour une épaisseur de 3 cm. Le même assemblage est traité de manière à la fois identique, par les carrés formés desquels s’élancent les fleurs, mais aussi différente, par le jeu des formats qui a une incidence visuelle évidente dans un pavement. Certains des sols des abbayes de Cluny et de Fontenay participaient donc des mêmes recherches ornementales dans leur programme décoratif.

  • 26 NORTON Christopher, op. cit., 1992, p. 35.

14La fleur-de-lys qui offre le plus de similitude avec celle de Cluny a été retrouvé à l’abbaye cistercienne de Grandselve (Tarn-et-Garonne) sur un pavement mis au jour dans le chevet de l’église. La fleur centrale pointe vers un angle en s’arrondissant sensiblement. Les deux feuilles latérales se cambrent et s’arrêtent en formant un léger appendice à l’instar de Cluny. Ce carrelage aurait été posé vers 128026 fournissant ainsi un indicateur chronologique pour les carreaux de Cluny. Il est à noter, toutefois, l’absence du cadre autour de la fleur-de-lys à Grandselve.

15La fleur-de-lys décore de nombreux carreaux découverts en France mais aussi en Angleterre. Elle prend des développements stylistiques différents du modèle de Cluny. Cependant, sa présence illustre cette thématique très recherchée dans la seconde moitié du XIIIe siècle et encore au début du XIVe siècle. On en donnera ainsi quelques exemples.

  • 27 PINETTE Matthieu, op. cit., 1981, p. 44, fig. 252.
  • 28 PINETTE Matthieu, op. cit., 1981, p. 39, fig. (...)
  • 29 CARETTE Martine, DEROEUX Didier, op. cit., 1985, p. 53-55, 95.
  • 30 BLARY François, DUREY-BLARY Véronique, op. cit., 1989-90, (...)

16La Bourgogne connaît aussi d’autres exemples de fleur-de-lys, notamment à Saint-Pierre-le-Vif à Sens où la fleur est étriquée sur un carré de 10,5 cm pour une épaisseur de 2,5 cm27. Au château de Cosne-sur-Loire, elle est tout aussi chétive, sur un carré de 12,5 pour une épaisseur de 3 cm28. Ce traitement stylistique d’une fleur-de-lys atrophiée se retrouve en Flandre et en Artois, comme à Andres, à Saint-Bertin de Saint-Omer et au château d’Hermelinghen sur des carreaux produits entre la fin du XIIIe et la première moitié du XIVe siècle29. Le cadre est aussi associé à la fleur-de-lys parmi ces exemples. Parmi le pavement de la tour Truande de Coucy-le-Château se trouvent des carreaux porteurs d’une fleur-de-lys festonnée, aux formes étiolées, circonscrite dans un cadre. Ces carreaux mesurent de 13 à 13,5 cm de côté pour une épaisseur moyenne de 3 cm. Les carreaux ont été produits dans les années 124030.

  • 31 NORTON Christopher, op. cit., 1992, p. 46, (...)
  • 32 NORTON Christopher, op. cit., 1992, p. 99. Il est à no (...)
  • 33 BERNARD Jean-Louis, op. cit., 2009, p. 196.
  • 34 BRUT Catherine, PRIE Arnaud, op. cit., 2009, p. (...)
  • 35 MAC INTYRE Peter, "Disposition des carrelages dans le prie (...)

17Au Louvre à Paris, un motif de fleur-de-lys au pied festonnée en palmette a été retrouvé dans la tour de la Taillerie et dans d’anciennes salles de service31. D’une qualité de fabrication plutôt médiocre, ces carreaux ont des formats carrés de 12 à 13 cm et sont datés des années 127532. À Notre-Dame d’Argenteuil, la crypte a livré un pavement en place de la fin du XIIIe siècle voire du début du XIVe siècle33. Un motif de fleur-de-lys festonnée figure sur des carreaux de 12 cm de côté. Cette fleur-de-lys est toute étirée et son feston est épaté ce qui lui confère une certaine raideur. Celle découverte à Saint-Martin-des-Champs à Paris est traitée d’une manière plus épatée et rigide par rapport à Cluny. Cependant, tous les éléments de vocabulaire qu’on a décrit à Cluny sont communs à Saint-Martin-des-Champs. Elle pare des petits carreaux de 9 cm datés de la fin du XIIIe – début du XIVe siècles34. Les fouilles de Saint-Ayoul de Provins ont mis au jour six variantes de fleur-de-lys dont trois sont porteuses d’un cadre enserrant la fleur comme à Cluny35. Mais aucune n’offre un traitement stylistique identique à Cluny en qui concerne les feuilles latérales.

  • 36 MAYER Jannie dir., op. cit., 1999, p. 209, (...)

18Les carreaux bicolores champenois préfèrent multiplier les fleurs-de-lys à la surface d’un carreau pour les aligner ou les disposer de manière rayonnante36. Ils proposent donc d’autres solutions par rapport aux exemplaires franciliens et bourguignons.

  • 37 PINETTE Matthieu, op. cit., (...)
  • 38 ORGEUR Magali, op. cit., 2006 b, p. 17-22.

19Tous ces exemples démontrent le succès des fleurs-de-lys sur des productions de la seconde moitié du XIIIe siècle jusqu’au milieu du XIVe siècle pour les cas les plus tardifs. Motif qui renvoie aux armes de France, il est surtout plus employé de manière décorative et de façon stéréotypée que réellement symbolique37 hormis bien sûr dans des châteaux royaux, comme au Louvre ou à Combs-la-Ville. On peut alors parler d’une mode des fleurs-de-lys qui s’apprécie dans les vitraux, sur les enduits peints et sur les carrelages dans une unité des programmes décoratifs depuis le milieu du XIIIe siècle. La fleur-de-lys occupant seule la surface d’un carreau est bien un indicateur chronologique de productions anciennes car, en avançant dans le XIIIe siècle et surtout au XIVe siècle38, elle va être amenée à côtoyer d’autres éléments de vocabulaire ou encore à se démultiplier au sein d’une surface dans des effets totalement différents et complexes, comme sur les roues de quatre carreaux.

1.1.3. L’arbre à trois fleurons

  • 39 HC.02.02 © / HC.03.03 © / HC.07.01 et 02 © / HC.10 © (2) / (...)

2015 carreaux bicolores39
13 x 13 cm. Ép. 2,5 cm
Début seconde moitié du XIIIe siècle
Bibliographie : PINETTE Matthieu, op. cit., 2011, p. 798, type A/6.

21Un cadre fin épouse les contours de la surface. A l’intérieur de celui-ci pousse en diagonale un arbre à trois tiges se terminant chacune par un fleuron. Leurs traits sont épais. La fleur centrale est renflée, un caractère accentué par les feuilles latérales qui partent trop haut depuis la fleur centrale, lui conférant un aspect grossier, tout juste esquissé. Détail gracieux cependant, la terminaison des feuilles latérales se cambre vers l’extérieur du motif en une petite boule. Cet effet reproduit avec moins de succès celui de la fleur-de-lys de Cluny mais annihile quelque peu l’aspect gauche de cet arbre que l’on doit aussi à la tige festonnée au-dessus de laquelle se remarque un petit renflement servant d’assise aux trois petites branches des fleurons.

22Ce motif est porté par d’autres carreaux de Cluny. À l’heure actuelle, aucun motif semblable n’a été retrouvé en France ou en Angleterre. Il semble donc qu’il ait été créé spécifiquement pour l’abbaye de Cluny. Cependant, le principe de composition du motif peut trouver des parallèles..

  • 40 LOWE Barbara J., Decorated medieval floor tiles of Som (...)

23Trois sites dont les carreaux se rattachent au groupe de production du Wessex ont livré trois variantes d’arbre où les trois fleurons poussent en biais par rapport à la surface du carreau40. Ici les fleurons sont florencés c’est-à-dire que la fleur centrale est flanquée de tiges, soit simples comme à Stoke-sub-Hamdon, soit tréflées comme à l’église St-Decuman de Watchet et à l’abbaye de Glastonbury. A noter que sur la variante de Stoke-sub-Hamdon, datée du XIVe siècle, deux autres petits fleurons fleurissent à la base de la tige. A St-Decuman et à Glastonbury, d’autres tiges tréflées et des tiges en palmettes se dressent depuis le renflement circulaire de l’arbre. La variante de St-Decuman est datée de la fin du XIIIe siècle quand celle de Glastonbury remonterait à la fin du XIIIe - début du XIVe siècle. Ces carreaux présentent des formats carrés de 14 cm et de 13 cm avec une épaisseur d’1,8 cm, seul l’exemplaire de Stoke-sub-Hamdon offre un format sensiblement rectangulaire de 14,3 x 13,4 cm pour une épaisseur de 2,2 cm.

  • 41 CARETTE Martine, DEROEUX Didier, op. cit., 1985, p. 100-101, n° (...)

24La complexité de ces variantes anglaises qui multiplient les petites tiges florencées par rapport au motif de Cluny, conduit à penser qu’elles ont pu être réalisées postérieurement. En effet, à Cluny le motif est simple, basique ; il n’y a que trois fleurons. De plus, ils présentent des feuilles latérales s’affinant vers le bas, avant de se terminer par un délicat renflement légèrement arrondi. Ce dernier se reproduit suivant un effet de symétrie entre les deux feuilles latérales de chaque fleuron. On retrouve ce traitement sur la fleur-de-lys ou encore sur une autre fleur-de-lys festonnée supportée cette fois par un carreau losangique. Cet effet stylistique sur les feuilles latérales des trois fleurons, associé à la présence d’un cadre entourant le motif , ainsi que le format carré de 13 à 13,5 cm pour une épaisseur moyenne de 2,5 cm, démontrent bien l’appartenance de ce motif au corpus de la première série des carreaux bicolores de Cluny. Il est à noter qu’une fleur-de-lys retrouvée au château de Rihoult (Pas-de-Calais) et une dans la vieille ville de Thérouanne présentent un traitement similaire de leurs feuilles latérales avec une terminaison oblongue. Une proposition de datation réalisée surtout à partir du carreau de Rihoult renvoie à une fabrication antérieure à la diffusion de la fin du XIIIe siècle du groupe producteur41, confirmant ainsi la fourchette chronologique de Cluny.

1.1.4. Quatre fleurons en croix de saint André

  • 42 HC.12 © / 016.10 et 11 / 016.16 © / 016.21 © / 029.5 / 527 (...)

2522 carreaux bicolores42
13 x 13 cm. Ép. 2,4 cm
Début seconde moitié du XIIIe siècle
Bibliographie : PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 40, fig. 164, PINETTE Matthieu, op. cit., 2011, p. 798, type A/5.

26Ce motif est centré. Quatre fleurons s’orientent selon l’axe d’une croix de saint André pour fleurir en direction des angles du carreau. Ces fleurons sont dessinés de manière épatée. Un liseré clôt la composition contre les bords de la surface. Ce motif est attesté sur d’autres carreaux de l’abbaye de Cluny.

  • 43 ORGEUR Magali, "Les carreaux de pavement décorés des abbay (...)
  • 44 NORTON Christopher, op. cit., 1986, p. (...)
  • 45 NORTON Christopher, op. cit., 1986, (...)
  • 46 TRIDANT Alain, op. cit., 2005, p. (...)
  • 47 TRIDANT Alain, op. cit., 2005, p. 255.
  • 48 BERNARD Jean-Louis, op. cit., 2009, p. 189.
  • 49 MAC INTYRE Peter, op. cit., 2009, p. 243-257.

27Le fleuron rayonnant est un motif ancien, employé notamment sur la sculpture des XIe et XIIe siècles, à l’exemple de l’église abbatiale de Vézelay (Yonne) et réutilisé par les Cisterciens pour décorer les carreaux produits au début du XIIIe siècle, comme à l’abbaye des Echarlis43 (Yonne). Répondant à une même demande de la part de sites consommateurs de carreaux, ce motif a été décliné en plusieurs variantes sur les carreaux de la première moitié du XIIIe siècle. A Saint-Benoît-sur-Loire, les carreaux bicolores sont expérimentaux car le décor a été exécuté manuellement ; à l’aide d’un petit couteau, le tuilier a gratté l’argile blanche pour ne laisser apparaître que le motif44. Ils sont associés à un format carré de 15,3 à 16 cm. Il est à signaler que le traitement stylistique des fleurons est très proche entre Saint-Benoît-sur-Loire et Cluny. Il existe une réelle similitude dans le dessin des fleurons et du carré concave central, ce qui peut constituer un élément de datation pour les carreaux de Cluny. Les carreaux de Saint-Benoît-sur-Loire ont été fabriqués vers les années 125045. La forteresse médiévale de Blanquefort (Gironde) connaît trois variantes de ce motif. Sur ces trois modèles, le petit carré central, duquel naissent les fleurons, s’évide. Sur l’un, ce sont les bases festonnées qui se rejoignent pour former le carré central, sur le deuxième le carré est marqué d’une croix et, sur le troisième, la réunion des quatre fleurons se fait par un cercle creux46. Les carreaux mesurent 11,5 cm pour une épaisseur de 2,9 cm et ont été produits vers la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle47. A la crypte du prieuré Notre-Dame d’Argenteuil, quatre fleurons rayonnants se remarquent sur des carreaux bicolores de 12 cm de côté48. Comme à Blanquefort, le petit carré central est évidé. Les fouilles du prieuré de Saint-Ayoul de Provins ont livré quantité de carreaux bicolores sur lesquels on peut voir quatre fleurons rayonnants. Les pétales et la fleur centrale sont très nettement découpés à Saint-Ayoul et la base, d’où naissent la fleur et les feuilles, est débordante, ce qui n’existe pas à Cluny. Par contre, point commun, le petit carré central est plein. Les carreaux de Saint-Ayoul ne sont pas datés précisément. Ils semblent néanmoins s’échelonner de la fin du XIIIe au XIVe siècle49.

  • 50 En Flandre et en Artois, il se rencontre encore sur des ca (...)
  • 51 BETTS Ian M, op. cit., 2002, p. 29-30 et figure W95.

28S’il ne se rencontre pas de motifs identiques à celui de Cluny, en revanche, des similitudes dans l’assemblement des quatre fleurons (pointant vers les angles et le petit carré central) permettent de reconnaître un motif ornemental qui a eu une durée d’utilisation importante, tout au long du XIIIe siècle, et semble encore employé au XIVe siècle50. Le même constat peut être fait avec l’Angleterre où les sites ayant livré des motifs à quatre fleurons rayonnants ont des carreaux bicolores renvoyant à des productions du XIIIe siècle, à l’exemple des carreaux de style « Westminster » fabriqués par des tuiliers des Midlands51.

29Les comparaisons avec les carreaux de Saint-Benoît-sur-Loire, de Blanquefort et de Saint-Ayoul de Provins renvoient à une production située au XIIIe siècle. La bordure présente autour des quatre fleurons rayonnants inscrit ce motif dans le corpus de la quintefeuille cerclée, de la fleur-de-lys festonnée et de l’arbre à trois fleurons.

1.1.5. Quatre tiges en croix de saint André prises dans un cadre à quatre fleurons retournés

  • 52 HC.04 © / HC.07 © / 011.015 / 015.17 / 015.18 © / 016.29 / (...)

3031 carreaux bicolores52
13 x 13 cm. Ép. 2,5 cm
Début seconde moitié du XIIIe siècle
Bibliographie : PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 40, n° 165, PINETTE Matthieu, op. cit., 2011, p. 797, type A/4.

31Quatre tiges tréflées rayonnant en croix de saint André sont enserrées par un cadre qui est hérissé de quatre trèfles retournés chacun vers le centre du carreau. Ce motif est commun à d’autres carreaux de l’abbaye de Cluny.

32Dans la mesure où ce motif n’a pas été retrouvé sur d’autres carreaux français ou anglais, il apparaît comme spécifique à l’abbaye de Cluny.

33Le principe de construction du motif ressemble à celui des quatre fleurons rayonnants dont il propose une réinterprétation à base de trèfles. Quatre tiges à terminaisons tréflées en cinq ondulations se substituent aux quatre fleurons. La partie centrale du motif est toujours traitée en carré, ce qui constitue un point commun, même s’il est concave sur les quatre fleurons rayonnants. Le cadre de la composition s’agrémente de quatre autres tiges tréflées s’élevant vers le centre du carreau afin de remplir symétriquement le vide laissé par l’étroitesse des tiges tréflées.

  • 53 GRODECKI Louis, PERROT Françoise dir., Les (...)

34La communauté de format carré et la présence d’une bordure enserrant le motif le font s’intégrer au corpus des carreaux bicolores de Cluny du XIIIe siècle comprenant la marguerite annelée, la fleur-de-lys festonnée, l’arbre à trois fleurons et les quatre fleurons rayonnants. La différence est ici que le trèfle est l’élément de vocabulaire principal. Le trèfle se rencontre avec de plus en plus de fréquence sur les fonds ornementaux des vitraux du XIIIe siècle53.

1.1.6. Les lions passant

Le lion passant à senestre

  • 54 01.064 / 016.25 © / 071.67 / 173.1 / 221.1. © indique (...)

355 carreaux bicolores54
13 x 13 cm. Ép. 2,5 cm
Début seconde moitié du XIIIe siècle
Bibliographie : PINETTE Matthieu, op. cit., 2011, p. 798, type A/12.

Le lion passant à dextre

  • 55 012.064 © / 02.075 © / 012.075 © / 029.3 © / 147.112 © (...)

365 carreaux bicolores55
13 x 13 cm. Ép. 2,5 cm
Début seconde moitié du XIIIe siècle

37Les fouilles ont livré deux motifs de lion passant. Leurs points communs sont le cadre longeant les bords de la surface, le fait que le lion marche (passant), leur queue en S et le format carré de 13 cm pour une épaisseur de 2,5 cm. Un des lions marche à senestre, une patte avant dressée remontant contre le cadre. Sa tête est vue de profil et sa gueule est ouverte. Il porte fièrement sa queue ondulante qui se termine par une palmette. Un besant lévite derrière sa tête. Ses pattes sont toutes formées de trois ondulations évoquant un trèfle. Ce motif se retrouve sur d’autres carreaux bicolores mis au jour dans les parties orientales de la Grande Eglise de Cluny.

  • 56 Aucun carreau entier n’a été retrouvé porteur de ce mo (...)

38Le second lion marche à dextre56. Il est coiffé d’une sorte de couronne ou d’un chapeau et présente une barbichette. Ses traits sont beaucoup plus sommaires que ceux du lion passant à senestre. Une convention stylistique est commune aux deux lions à savoir que le cou est long et large, le dos n’est pas droit mais incliné en sorte que le train arrière est plus bas que le poitrail. Ces deux lions de Cluny ne sont pas dessinés de manière réaliste. Seules les conventions autorisent leur identification à des lions.

  • 57 ORGEUR Magali, op. cit, 2004, tome 1, p. (...)

39Le lion fait partie d’un répertoire animalier qui se rencontre principalement sur des carreaux bicolores de la seconde moitié du XIIIe siècle. Il en existe différentes codifications. Le lion peut être dressé sur ses pattes arrière rappelant ceux des armoiries, à l’exemple de l’abbaye cistercienne de Pontigny (Yonne) et de l’abbaye bénédictine de Saint-Pierre-le-Vif de Sens (Yonne). Les deux lions évoluent sur un format carré de 11 cm. Les carreaux au lion de ces deux sites ont été fabriqués dans la seconde moitié du XIIIe siècle57.

  • 58 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 44, n° 258.

40Le lion peut être représenté en train de marcher, il est dit alors passant. A Sens (Yonne), deux motifs semblables sont attestés dans la maison Lannes et dans l’ancienne abbaye bénédictine de Saint-Pierre-le-Vif. Le lion marche à senestre, sa patte avant levée. Ses traits sont épais et plutôt frustres. Sa queue est relevée sur son train arrière dans une attitude assez réussie. Le format du carreau de la maison Lannes est petit avec 10,5 cm de côté pour une épaisseur de 2,5 cm58.

  • 59 BLARY François, DUREY-BLARY Véronique, op. (...)

41Tout comme à Cluny sur le site de la salle capitulaire, la tour Truande de Coucy-le-Château a livré deux motifs de lion passant l’un à dextre, l’autre à senestre. Celui marchant à senestre a sa patte avant levée, la queue en S terminée par une feuille plate, sa tête vue de trois-quart. Son corps est grossièrement dessiné. Le lion passant à dextre a une gueule grande ouverte, trois ondulations sur les pattes pour suggérer sa fourrure, une queue en S finissant par une palmette. Il est seul entouré d’un cadre. De formats de 13 à 13,5 cm pour une épaisseur de 3 cm et fabriqués entre 1220 et 124259, ils montrent que des exemples anciens véhiculaient déjà ces codifications connues aussi à Cluny.

  • 60 TRIDANT Alain, op. cit., 2005, p. 138-139.
  • 61 TRIDANT Alain, op. cit., 2005, p. 140-147.
  • 62 La maison canoniale est au 2 rue du cloître. MAYER Jan (...)
  • 63 BLARY François, op. cit., 1994, p. 368, n° 4 et p. 377 (...)
  • 64 GILLON Pierre, op. cit., 2009, p. 113, (...)

42A la forteresse médiévale de Blanquefort (Gironde), un lion est figuré à dextre, sa queue ondulant en un « S » et s’achevant en une palmette60, comme à Cluny. Le carreau mesure 10,5 cm pour une épaisseur autour de 3 cm. Le seul point commun avec le lion à senestre de Cluny est la queue en palmette et la patte avant dressée contre le bord du carreau. Le dessin du lion est particulièrement soigné, relativement réaliste avec le ventre remontant vers les pattes arrière. D’autres lions du site de Blanquefort se meuvent à dextre mais n’offrent pas de queue en palmette61. Cependant, ils se montrent tous avec la patte avant levée. Un motif de lion passant est aussi attesté sur des carreaux de la salle capitulaire à Saint-Remi de Reims et dans une maison canoniale62. Le lion est à senestre et montre une queue terminée par une palmette aux lobes assez plats. Ces carreaux sont datés de la seconde moitié du XIIIe siècle. A l’abbaye cistercienne de Chaalis (Oise), ce sont deux motifs de lion passant à senestre dans un cadre qui sont portés par des carreaux bicolores de formats différents63. Sur le petit carré de 8,5 cm, le lion est positionné de profil, la patte avant légèrement levée, sa gueule est entrouverte et sa queue forme un S se terminant par une flammèche. Les poils de sa fourrure sont évoqués par des ondulations visibles sur les pattes et sur le cou. Son ventre est suggéré par un arc de cercle reliant deux pattes. Le carré de 13,5 cm montre un lion de profil à la patte avant à peine soulevée du sol. Sa gueule est entrouverte et le haut de son crâne est plat. Sa queue est très longue et enroulée en S. En son milieu, elle se renfle et s’achève par une feuille plate. Les pattes avant sont nettement détachées du corps, tout comme le ventre. Ces carreaux ne sont pas datés précisément, mais leurs formats et les conventions esthétiques des lions autorisent une datation dans la seconde moitié du XIIIe siècle. De caractéristiques semblables est le motif retrouvé en fouilles dans le chœur de l’église abbatiale de Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne). Le lion évolue à dextre, sa queue est longue et ondulée et donne naissance à une feuille plate. D’un format de 12,5 cm, ces carreaux ont été fabriqués dans la seconde moitié du XIIIe siècle64.

  • 65 BERNARD Jean-Louis, op. cit., 2009, p. 189.
  • 66 NORTON Christopher, op. cit, 1992, p. (...)
  • 67 MAC INTYRE Peter, op. cit., 2009, p. 254, n° 1 à 5. Le (...)

43À Argenteuil, dans la crypte de l’église abbatiale, le pavement comprend un motif de lion passant à dextre avec une queue en panache65. Ses traits sont juste esquissés. Il est associé à un format de carreaux de 12 cm. Ce carrelage aurait été posé vers 127566. Le prieuré Saint-Ayoul de Provins (Seine-et-Marne) connaît cinq variantes entières du motif du lion passant67. Parmi ceux marchant à senestre, l'un offre à l’extrémité de sa queue ondulée en « S », une palmette. Tous ces lions voient leur dos dessiné de manière inclinée comme à Cluny. Par contre, leur ventre est à peine évoqué, un minuscule trait conférant aux lions un air rétréci et chétif. Le calcul de l’échelle de reproduction des carreaux indique des petits formats inférieurs à 10 cm. Seul un carreau, dont le format se rapproche davantage de celui de Cluny, est ceint par une bordure, par contre la queue du lion se termine en flammèches. On le remarquera donc, les ressemblances ne sont pas parfaites. Seuls quelques éléments de vocabulaire sont communs : le cadre avec la tour Truande, Saint-Ayoul de Provins et Chaalis, la marche à senestre avec la tour Truande, Saint-Rémi de Reims, Saint-Ayoul de Provins (un autre motif), la queue en palmette avec la tour Truande, Blanquefort et Saint-Ayoul de Provins.

  • 68 EAMES Elizabeth, op. cit, 1980, tome 2, (...)
  • 69 EAMES Elizabeth, op. cit., 1992, p. 41.
  • 70 EAMES Elizabeth, op. cit., 1980, tome (...)
  • 71 EAMES Elizabeth, op. cit., 1980, tome 1, p. 294, motif (...)
  • 72 EAMES Elizabeth, op. cit., 1980, tome 1, p. 309, motif (...)
  • 73 EAMES Elizabeth, op. cit., 1980, tome 1, p. 342, m (...)
  • 74 VESLY Léon de, La céramique ornementale en Haute-N (...)
  • 75 CARETTE Martine, DEROEUX Didier, op. (...)

44Des comparaisons plus probantes peuvent être réalisées avec l’Angleterre, notamment pour le traitement en palmette de la queue du lion. Pour trouver cet élément de vocabulaire, il faut regarder du côté du groupe du Wessex, actif dans la seconde moitié du XIIIe siècle. Un seul motif de lion rampant est pris dans un cadre. Le lion voit sa patte avant levée, ses poils suggérés par des ondulations visibles aux extrémités de ses pattes et sa queue en S terminée par une palmette. Il a été retrouvé à l’abbaye de Prémontré d’Halesoven sur des carreaux qui présentent un petit gabarit de 10,5 cm pour une épaisseur de 2,9 cm68. Tous les autres motifs de lions sont enserrés dans un cercle hérissé de trèfles ou de fleurons. Le plus ancien modèle attesté par les sources historiques est celui du palais royal de Clarendon (Wiltshire). Le port de tête et l’aspect général évoquent plutôt un gros chien mais la patte avant dressée et la queue en S est terminée par des flammèches qui suggèrent la toison de l’animal comme les ondulations visibles à l’extrémité de ses pattes. Cette convention est commune aussi à Cluny. Les carreaux de la chambre de la reine Philippa sont bien datés grâce à des comptes ; leur commande a été passée de 1250 à 125269. Le lion des cathédrales de Winchester et de Salisbury,ainsi que de l’église de North Stoneham, a sa patte avant dressée, les poils traités en trois ondulations comme à Cluny, sa gueule entrouverte et sa queue qui dessine un S aplati terminé par une feuille plate70. À Cheltenham, le lion marche à dextre, est plutôt maladif mais sa queue s’achève en une belle palmette71. La palmette est aussi de belle facture sur le lion rampant à senestre de Taunton72 ou encore sur le lion retrouvé sur deux carreaux de l’abbaye augustinienne de Keynsham73. Il s’avère aussi tout à fait significatif que les formats de ces sites oscillent tous autour de 12,5 à 13 cm pour des épaisseurs autour de 2,6 et 2,7 cm, comme sur le carreau de Cluny. Si l’hypothèse de liens entre Cluny et des sites anglais du Wessex semble trop forte pour expliquer la communauté de certaines codifications stylistiques entre ses lions rampants, il est plus envisageable d’y voir la circulation de modèles dans des linges roulés ou sur des parchemins, au gré de l’itinérance des tuiliers et des faiseurs d’images taillant les matrices. La dispersion de ces codifications à travers des sites du nord de la France, comme la Normandie, donnant plus de crédit à cette proposition. La palmette du lion de Cluny connaît des équivalents à Rouen sur des carreaux datés du XIIIe siècle74 et aussi en Flandre et en Artois où les lions sont tous dressés75. Bien que limitée, la diffusion du lion rampant à la patte dressée et à la queue terminée en palmette semble associée à des sites décorés au XIIIe siècle, principalement en Angleterre avec quelques exemples français dont Cluny. Cependant, le besant accompagnant le lion à senestre ne connaît pas d’équivalent dans la limite des découvertes actuelles, tout comme la coiffe ou la couronne du second.

1.1.7. Deux animaux de part et d’autre d’un arbre

45N°201.5
13,5 x ?. Ép. 2,5 cm
Début seconde moitié du XIIIe siècle

46Un unique carreau porteur de ce motif a été découvert au cours des fouilles ; seule la partie supérieure est conservée. On peut y voir deux animaux de part et d’autres d’un arbre stylisé. L’identification de ces animaux est impossible. Ils sont vus de profil, leur corps adossé à l’arbre tandis que leurs têtes se retournent pour l’observer. Leurs gueules sont entrouvertes et leurs deux oreilles dessinées en pointes. Le corps de l’animal de droite est ramassé avec un dos arrondi. Il n’y a pas de cadre sur ce motif.

  • 76 LE POGAM Pierre-Yves, "La splendeur de l’art de la cour de (...)

47Le coffret du Lys réalisé vers 1236, vraisemblablement pour le roi Saint Louis, est élégamment estampillé de médaillons sur cuivre76. L’un d’eux, placé dans l’angle inférieur gauche de sa face avant, figure deux animaux dressés et affrontés de part et d’autre d’un arbre stylisé. Le traitement du pelage de leur cou, s’arrêtant à l’amorce de leur dos, permet d’identifier des lions. Ce motif décoratif qui semble procéder de tissus orientaux offre un exemple bien daté de sa connaissance et de son utilisation en France au XIIIe siècle, ouvrant la voie à l’emploi sur d’autres media artistiques tels les carreaux de sol.

  • 77 On retrouve les mêmes codifications que sur les lions de C (...)
  • 78 MAYER Jannie dir., op. cit., 1999, p. 46.
  • 79 LOWE Barbara J., op. cit., 2003, p. 21, n° 101.

48Dans le domaine des carrelages, les comparaisons peuvent être faites avec le thème d’une paire d’animaux flanquant une fleur ornementale. Un exemple se rencontre à l’abbaye bénédictine de Saint-Remi de Reims. Les deux lions décorent un carreau d’un format spécialement conçu pour réaliser une roue à trois rayons. Ils font partie du dernier rayon, le plus grand. Les lions sont dressés et se font face. Leurs traits sont schématisés tout comme le végétal à leur pied qui est une tige tréflée77. Ces carreaux ont été fabriqués au XIIIe siècle78 ce qui donne une fourchette chronologique pour ce carreau de Cluny. En Angleterre, à l’abbaye bénédictine de Glastonbury, un motif montre deux lions dressés et affrontés de part et d’autre d’une fleur-de-lys fleuronnée. Les conventions sont très proches entre Glastonbury et Saint-Remi de Reims pour le dessin des lions essentiellement. Le carreau porteur est d’un format carré de 13,4 cm pour une épaisseur de 2,2 cm et est daté de la fin du XIIIe siècle79.

  • 80 BLARY François, DUREY-BLARY Véronique, op. cit., 1994, p. (...)

49La comparaison la plus proche est avec le motif de la tour Truande de Coucy-le-Château. Deux animaux sont opposés et séparés par une palme trilobée. Les bords de la surface sont soulignés d’un cadre. Ces carreaux ont un format de 13 à 13,5 cm pour une épaisseur de 3 cm80. Si le traitement des têtes différe entre Cluny et la tour Truande, le dos arrondi est bien présent sur les deux motifs, de même que l’arbre stylisé ; les formats sont aussi concordants.

1.1.8. Le griffon pris dans un cercle

50N°104.1 [cassé]
Sans mesures
Début seconde moitié du XIIIe siècle.

51Le seul carreau décoré de ce motif est cassé ; il ne subsiste que son angle supérieur droit. Malgré tout, on peut lui restituer un format carré d’un peu moins de 14 cm. Il s’agit d’un motif simple où un animal marchant à senestre est pris dans un cercle à un brin ponctué d’un trèfle.

  • 81 ORGEUR Magali, op. cit., 1999, p. 45, ill. 29 ; ORGEUR Mag (...)

52L’identification de l’animal est ici délicate. Des exemples connus d’animaux pris dans un cercle se trouvent surtout en Angleterre, avec les productions du palais royal de Clarendon et du groupe du Wessex, et présentent aussi bien des lions que des griffons. Toutefois, à Cluny, deux codifications autorisent la reconnaissance d’un griffon. La mâchoire inférieure est traitée avec un bec pointu. Ensuite, il faut regarder sa patte avant dressée. Elle est dessinée avec de nombreuses ondulations qui, en Bourgogne notamment, caractérisent aussi bien les lions rampants que les griffons. Cependant, son détail du retour par une partie pointue n’est présent que sur les griffons, à l’exemple de celui de l’abbaye cistercienne de Pontigny daté de la seconde moitié du XIIIe siècle81 (Yonne).

  • 82 EAMES Elizabeth, op. cit., 1980, tome 2, motif 1868, p. 63 (...)
  • 83 EAMES Elizabeth, op. cit., 1958, p. 95-106 ; EAMES Elizabe (...)
  • 84 EAMES Elizabeth, op. cit., 1980, tome 2, p. (...)
  • 85 EAMES Elizabeth, op. cit., 1980, tome 2, p. (...)
  • 86 EAMES Elizabeth, op. cit., 1980, tome 2, p. 359, n° 1874.
  • 87 LOWE Barbara J., op. cit., 2003, p. 20, n° 81 pour l’abbay (...)

53Le cercle à large brin de Cluny devait être coiffé de quatre trèfles pointés en direction des angles, pour des raisons de symétrie. Une des plus anciennes manifestations de cercle à quatre trèfles est attesté à la tour Truande de Coucy-le-Château sur un carreau porteur d’un motif végétal. Dans un même temps, il est aussi présent sur les carreaux bicolores de la chambre de la reine Philippa, au palais de Clarendon82 (Wiltshire). Avec une fabrication entre 1250-52, les griffons des carreaux de Clarendon sont parmi les plus anciens connus actuellement83. Les griffons marchent à dextre. Leurs traits sont fins et nerveux. Les carreaux mesurent 14 cm de côté pour une épaisseur de 2,4 cm84. Ils ont été fabriqués par des tuiliers venus spécialement pour honorer cette commande que les archéologues nomment « école de production de Clarendon Palace ». D’autres variantes vont réinterpréter ce motif qui semble bien avoir été créé pour le château royal, en réponse à une commande artistique précise. Elles ont principalement été réalisées par un groupe de tuiliers désignés sous le nom « groupe du Wessex ». Vers 1258, à la cathédrale de Salisbury, se rencontre un griffon à senestre, la patte avant dressée avec un retour arrondi vers le bas. Il mesure 13,6 x 13,3 x 2,1 cm. Le même motif apparaît aussi à l’abbaye bénédictine de Shaftesbury, dans la seconde moitié du XIIIe siècle85. À l’abbaye bénédictine de Bath, le griffon lève toujours une patte avant, avec un long retour évoquant très bien une serre. Le cercle s’orne alternativement d’un trèfle ou d’une fleur-de-lys vers les angles du carreau86. Le carreau atteint 13,2 x 13 x 2,3 cm et a été produit au XIIIe siècle. L’abbaye augustinienne de Keynsham et l’église de Wedmore ont aussi livré deux variantes de griffons cerclés avec trèfles datant de la fin du XIIIe – début du XIVe siècle87. Les carreaux ont un format autour de 13,2 cm.

  • 88 Il sera repris dans le Val de Loire sur des carreaux du XI (...)

54Le format carré d’un peu moins de 14 cm du carreau de Cluny le rapproche du motif de Clarendon Palace mais aussi des autres variantes du groupe du Wessex dont les formats sont autour de 13 cm, comme pour les autres carreaux bicolores du XIIIe siècle de Cluny. Ces rapprochements invitent donc à rattacher ce motif au corpus du début de la seconde moitié du XIIIe siècle de Cluny. Cluny devient, avec la tour Truande de Coucy-le-Château, un des plus anciens sites en France à introduire le cercle hérissé de quatre éléments de vocabulaire88. Les similitudes sont cette fois suffisamment étroites, entre le griffon de Cluny et ceux de Clarendon et du Wessex, pour envisager des liens entre Cluny et ses sites anglais, tout en gardant à l’esprit que la communauté du motif peut s’expliquer aussi par la circulation des modèles et des tuiliers.

1.1.9. Le cavalier brandissant une épée

  • 89 HC.15 / 016.27 © / 038.056 © / 071.12.01 © / 071.25 © / 07 (...)

5515 carreaux bicolores89
13 x 13 cm. Ép. 2,5 cm
Début seconde moitié du XIIIe siècle
Bibliographie : PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 40, n° 168, PINETTE Matthieu, op. cit., 2011, p. 798, type A/11.

56Clos par un cadre, un cavalier se tient sur un cheval galopant à dextre. Il est coiffé d’un heaume plat ouvert, il soulève une épée en arrière, tout en portant son bouclier oblong de sa main gauche. L’homme est vêtu d’une robe longue dont les pans déchirés volent. Sa jambe gauche est en extension vers l’avant du cheval, comme si le cavalier se penchait légèrement en arrière. Les rênes du cheval sont dessinées de même que sa crinière. La partie arrière de la selle est esquissée par un petit rectangle remontant dans le bas du dos du cavalier. Ce motif décore d’autres carreaux bicolores de l’abbaye de Cluny.

  • 90 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 44, n° (...)

57C’est avec le cavalier de l’abbaye bénédictine de Saint-Pierre-le-Vif de Sens (Yonne) que les points communs sont les plus saisissants. Un homme portant un heaume plat tient son épée de sa main gauche tandis que de la droite, il se protège avec son bouclier. Il est vêtu d’une robe longue. Le cheval est dirigé par des rênes qui s’aperçoivent sous son cou. L’arrière d’une selle se remarque. Le cheval est caparaçonné ce qui lui confère un caractère trapu. Les carreaux de Saint-Pierre-le-Vif sont d’un petit format de carré de 11 cm, pour une épaisseur de 3 cm. Ils ont été produits au XIIIe siècle90. Même s’ils sont stylistiquement différents, les codifications sont comparables, pour la posture cambrée du cavalier et sa robe passée sur l’armure, sa jambe dépassant de la robe, son épée en arrière, son bouclier oblong tenu contre sa poitrine, son heaume plat, les rênes et la selle remontant derrière le cavalier. Seul le cheval de Saint-Pierre-le-Vif est caparaçonné pour le combat tandis que celui de Cluny évolue sans protection. La communauté de codifications est un indicateur chronologique militant pour une fabrication de ces carreaux de Cluny au début de la seconde moitié du XIIIe siècle.

  • 91 PLOUVIER Martine, ORGEUR Magali, op. cit., 1998, p. 112, (...)

58L’abbaye de Cîteaux conserve un carreau cassé orné du haut d’un motif de cavalier91. Le mauvais état du carreau rend difficile l’observation du motif mais le cavalier dresse devant lui une lance ou une épée. Un élément de vocabulaire gravite derrière lui, vestige d’un besant, d’une marguerite ou bien d’un arbre stylisé, on ne saurait le dire. On peut déduire un format carré de 12 cm grâce à la mise au net du motif. Une fabrication dans la seconde moitié du XIIIe siècle peut être proposée pour ce carreau.

  • 92 MAYER Jannie dir., op. cit., 1999, p. 36, 47 et 57.

59Le cavalier est aussi présent en Champagne. Trois variantes existent sur le carrelage de l’ancienne salle capitulaire de Saint-Remi de Reims. L’un des cavaliers fait ici partie d’une scène de chasse linéaire. Il est revêtu d’un heaume plat dont on remarque l’ouverture pour la vue. Il soulève son épée en arrière et se protège la poitrine avec un bouclier scindé en trois morceaux. Si le cavalier est vu de profil, en revanche le bouclier est dessiné de face. La tripartition est-elle un essai d’armoiries ? Le cheval galope et des rênes sont visibles depuis sa bouche. Le format est de 14 cm de côté. Les deux autres variantes montrent un cavalier à dextre et un cavalier à senestre. Elles semblent fonctionner ensemble et, de fait, une vue du pavement en place les montre associées. Commençons par le cavalier à senestre. Il élève son épée en arrière. Il est habillé aussi d’une longue robe aux pans déchirés, comme à Cluny. Le torse du cavalier est tracé en « V » et est détaché du reste de la composition. Comme sur le motif précédant, cette zone du cavalier est dessinée de face tandis que le reste du corps est vu de profil. Cette convention invite à penser qu’ils sont le fait d’un même auteur, soit d’un imagier qui a exécuté les motifs, soit d’un tuilier sculpteur de matrice. La tête et l’épée du cavalier ont évidé la bordure supérieure. Symétriquement se trouve une bordure inférieure. Devant le cheval et contre le bord du carreau, est placé un demi-fleuron. Derrière le cheval, c’est une marguerite avec un besant au centre ainsi qu’une marguerite pleine qui gravitent vers la bordure supérieure. Un besant se remarque entre les pattes du cheval. Sur l’autre variante, on retrouve, devant le cheval, le demi-fleuron du précédant cavalier, indiquant bien que les deux variantes ont été faites pour être côte à côte dans un pavement. Les mêmes marguerites lévitent derrière le cheval pour clore la composition. Le cavalier est à dextre, haussant son épée derrière sa tête. Un bouclier triangulaire préserve sa poitrine. Il est aussi paré d’une robe longue lisse. Sa tête et son épée semblent faire partie de la bordure supérieure. Une autre bordure inférieure se remarque. Un besant de belle taille est situé entre les pattes du cheval. Cette fois, les rênes ne sont pas présentes. Ces carreaux ont un format moyen de 13 cm de côté. Le pavement de la salle capitulaire de Saint-Remi de Reims est daté de la seconde moitié du XIIIe siècle92. La gestuelle des trois cavaliers, l’écu du cavalier à dextre, la tunique élimée du cavalier à senestre, les bordures des deux cavaliers sont des codifications communes à Cluny, favorisant une datation dans la seconde moitié du XIIIe siècle de ces carreaux bicolores.

  • 93 BRUT Catherine, PRIE Arnaud, op. cit., 2009, p. 178, f (...)
  • 94 MAIMBOURG Bruno, op. cit., 2009, p. 308, fig. 4, n° 087 po (...)

60Un carreau cassé a été retrouvé dans le remplissage d’une sépulture tardive de la nef de l’église du prieuré de Saint-Martin-des-Champs à Paris. Il montre un chevalier à dextre tenant d’une main les rênes du cheval et brandissant de l’autre son épée vers l’arrière. La partie inférieure du motif est manquante93. A Saint-Ayoul de Provins, le cavalier est enserré dans un cadre comme à Cluny. Le cheval semble se cabrer car ses deux pattes avant sont levées, à moins que ce ne soit une convention pour représenter le galop. Le cavalier tient les rênes qui semblent attachées à la tête du cheval et d’une main soulève son épée en arrière. Au site castral de Boves (Somme), deux variantes ont été mises au jour94. L’une est un cavalier à dextre dont le cheval est au pas. Son heaume semble hérissé d’une sorte de panache. Il maintient son bouclier de sa main droite quand la gauche dresse l’épée vers l’arrière. À l’instar de Cluny, le poitrail du cheval est coupé mais, ici, par la jambe gauche du cavalier. Une moitié d’arbre vient clore la composition sur le bord droit du carreau. L’autre variante montre un cheval au galop monté par un cavalier schématisé dont on remarque l’épée levée en arrière. Un besant s’observe entre les jambes du cheval, comme à Saint-Remi de Reims. Ces carreaux de Boves ont un format carré de 12,5 cm pour une épaisseur de 2 cm. Aucune proposition de datation n’a été avancée pour ces derniers.

  • 95 Ce motif se trouve sur des carreaux de Saint-Bertin ( n° 2 (...)
  • 96 À Notre-Dame de Saint-Omer, dans la salle haute de la tour (...)
  • 97 CARETTE Martine, DEROEUX Didier, op. cit., 1985, p. 12 (...)
  • 98 COULTHARD Nicola, DELACAMPAGNE Florence, Pavés et plates-tombes, Collection de (...)
  • 99 TRIDANT Alain, op. cit., 2005, p. 263.

61En Flandre et en Artois, le cavalier brandissant l’épée est présent mais il est soit circonscrit dans un cercle95, soit placé en biais par rapport à la surface ce qui lui confère un grand dynamisme96. Ces carreaux sont des productions du début du XIVe siècle97. Des cavaliers, épée ou lance au poing, sont aussi attestés en Normandie98. À Blanquefort, le site de l’ancienne forteresse a livré un motif de cavalier. Il est à senestre. Sa tête est coiffée d’un casque conique et son œil est de grande dimension. Il dirige son cheval à l’aide des rênes dont la garde est assez haute. Son épée est placée en arrière, les quillons sont esquissés. La selle est mise en évidence par une longue incision courbe, le pied du cavalier la dépassant sous le ventre du cheval. D’un format carré de 12 cm pour une épaisseur de 2,5 à 3 cm, ces carreaux ornés du cavalier sont datés du premier quart du XIVe siècle99.

  • 100 BETTS Ian M., op. cit., 2002, p. 13-14.
  • 101 BETTS Ian M., op. cit., 2002, p. 1.

62Des carreaux bicolores anglais illustrent aussi le motif du cavalier à l’épée. À King’s Lynn, dans la demeure Clifton House (Norfolk), une variante montre un chevalier à dextre tenant son épée derrière lui, la lame remontant vers sa tête. Son torse est représenté de façon triangulaire, comme s’il était dissimulé par un bouclier vu de face. Ce dernier est évidé pour mieux le rendre visible du reste du motif. Le cheval galope et on aperçoit le pied du cavalier dépassant sous le ventre du cheval. Cette variante date de la seconde moitié du XIIIe siècle100. Une autre variante proposée par les tuiliers des Midlands reprend ces codifications mais, cette fois, le bouclier est ajouré de trois bandes oblongues dont la taille va en rétrécissant. Le cavalier porte un heaume plat au casque ouvert, comme à Cluny. Il est habillé d’une robe dont le pan se voit entre les jambes de l’équidé. Une jambe du cavalier est en flexion parallèle aux deux pattes avant du destrier. L’épée est brandie et les rênes du cheval sont visibles. Cette variante est aussi datée du XIIIe siècle101.

63Tous ces motifs ont des éléments communs qui sont les codifications de la seconde moitié du XIIIe siècle permettant d’illustrer le chevalier à l’épée aussi bien en France qu’en Angleterre, à savoir : l’épée brandit en arrière et la lame pointée vers l’arrière du crâne du cavalier, le bouclier protégeant le torse du cavalier, les rênes du cheval, la robe du cavalier. On notera que le motif de Cluny se rapproche le plus de celui de Saint-Pierre-le-Vif mais que certains détails sont aussi présents sur les cavaliers de Saint-Remi de Reims. La circulation des tuiliers, de modèles sur des carnets ou des linges roulés mais aussi la commande de la part des entités monastiques peuvent expliquer ces communautés de codifications qui autorisent une datation au début de la seconde moitié du XIIIe siècle du cavalier de Cluny.

1.2. Les motifs ouverts

1.2.1 Quatrefeuille biconvexe avec demi-fleurons sur les bords du carreau

  • 102 HC.13.01 © (2) / HC13.02 © / HC.34 © (2) / HC.39 et 40 © / (...)

6421 carreaux bicolores102
13 x 13 cm. Ép. 2,6 cm
Début seconde moitié du XIIIe siècle
Bibliographie : PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 40, n° 162, PINETTE Matthieu, op. cit., 2011, p. 797, type A/1.

65Positionné de manière centrée, se remarque un quatrefeuille biconvexe avec quatre demi-fleurons prenant naissance chacun contre un bord du carreau. Ce motif décore d’autres carreaux bicolores de l’abbaye de Cluny. L’agencement de quatre carreaux permet aux demi-fleurons de former de petits quatrefeuilles biconvexes rappelant le grand motif.

  • 103 On le trouve dans l’art tardo-antique du pourtour méditerr (...)
  • 104 STRATFORD Neil, "Les grands chapiteaux de Cluny", in STRAT (...)
  • 105 STERN Henri, BLANCHARD-LEMEE Maryse, Mosaïques Médiévales, (...)
  • 106 MAURICE Brigitte, "Les pavements du choeur de Cluny III : (...)
  • 107 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 44, n° 249.
  • 108 DUFAY Bruno et al., "Inventaire des (...)

66Le motif du quatrefeuille rayonnant est ancien103 et n’a pas été créé spécialement pour les carreaux de pavement. Utilisé largement à l’époque romane, il est sculpté en frise sur l’abaque de l’un des chapiteaux du pourtour du chœur de la Grande Eglise de Cluny104. Ces chapiteaux ont été réalisés dans les années 1100-1110. Il se rencontre aussi sur de nombreuses mosaïques de pavement romanes. L’archéologue américain Kenneth J. Conant a retrouvé à Cluny, dans les années 1930, des fragments de mosaïque de pavement romans dont un motif se compose de quatre pétales biconvexes de marbre blanc placés de manière rayonnante autour d’un petit cercle central, le tout encadré par un liséré de tesselles à rangées noires et blanches en alternance105. Les archéologues suggèrent de faire coïncider ces fragments avec les autres pièces de mosaïques mises au jour dans les parties orientales de la Grande Eglise de Cluny. Ces mosaïques auraient pu alors être posées à la fin des travaux des parties orientales de l’église, soit au début du XIIe siècle106. La reprise de ce motif sur des sols de terre cuite est tout à fait significative de la persistance de certains thèmes et d’une unité dans le programme décoratif des sols, notamment pour Cluny. Ici, le motif des carreaux bicolores réinterprète la mosaïque de pavement romane en supprimant le cercle unissant le quatrefeuille, à l’exemple de l’abbaye bénédictine de Saint-Pierre-le-Vif de Sens107. Sur ce carreau, les pétales biconvexes ne se rejoignent pas au centre de la surface et le motif est dépourvu de cadre. Ces carreaux bicolores ont un format carré de 11 cm et leurs épaisseurs oscillent de 2,5 à 3,5 cm. Le prieuré Saint-Léonard de Croissy-sur-Seine (Yvelines) connaît ce motif du quatrefeuille biconvexe sur des carreaux bicolores qui ont pu être fabriqués vers la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle108.

  • 109 TRIDANT Alain, op. cit., 2005, p. 178-179, motif V3a.

67À la forteresse de Blanquefort, des carreaux revêtent un quatrefeuille109. Comme à Saint-Pierre-le-Vif de Sens, les pétales ne sont pas jointifs à leur pointe centrale. Les carreaux ont un format carré de 11,7 cm pour une épaisseur de 2,3 à 3,4 cm. Ils ont été fabriqués dans le premier quart du XIVe siècle.

  • 110 MAIMBOURG Bruno, op. cit., 2009, p. 308.
  • 111 La distinction des deux motifs opérée par l’archéologue se (...)

68Le site castral de Boves (Somme) a livré deux fragments de carreaux au motif très proche du quatrefeuille de Cluny110. Sont présents les feuilles biconvexes et surtout le demi-fleuron placé contre les bords du carreau. La seule petite différence se remarque dans le traitement plus triangulaire des extrémités des feuilles biconvexes à Boves111. Les carreaux ont un format carré de 13 cm pour une épaisseur de 2,6 à 2,8 cm. Les carreaux de Boves ne sont pas datés. Il est à signaler que les carreaux bicolores au quatrefeuille de Cluny et de Boves ont un même format et une épaisseur similaire. La communauté des éléments de vocabulaire de cette variante de quatrefeuille entre Cluny et Boves ne peut pas s’expliquer par l’usage d’une même matrice, comme le prouve la différence de traitement entre les pétales biconvexes plus géométriques à Boves et ressemblant à des navettes à Cluny. Sur les deux sites, chaque atelier a eu recours à des matrices distinctes. Elle peut en revanche se comprendre par la mobilité d’un tuilier avec ses modèles, sous forme de carnets ou de linges roulés sur lesquels sont consignés les formats. Dans l’état actuel des connaissances, il n’est pas possible d’indiquer dans quel sens a pu se faire ce déplacement, mais il est clair qu’un même tuilier a œuvré à Cluny et à Boves dans cette seconde moitié du XIIIe siècle.

  • 112 BETTS Ian M, op. cit., 2002, p. 58, fig. 44, n° W112 (chap (...)

69Le motif du quatrefeuille biconvexe avec quatre moitiés d’éléments de vocabulaire placées contre les bords de la surface du carreau est attesté aussi en Angleterre, à Londres, sur des carreaux de la seconde moitié du XIIIe siècle112. Les pétales sont jointifs à leur pointe centrale et les demi-éléments de vocabulaire deviennent ici de gros besants. Ce thème du quatrefeuille biconvexe flanqué de demi-éléments de vocabulaire a donc une aire géographique étendue mais sa durée d’utilisation semble limitée à la seconde moitié du XIIIe siècle.

1.2.2. Quatrefeuille biconvexe nervuré et demi-fleurons tréflés

  • 113 HC.36 © / HC.41 © / 016.26 © / 071.18 / 071.62 / 071.63 © (...)

7019 carreaux bicolores113
13 x 13 cm. Ép. 2,6 cm
Début seconde moitié du XIIIe siècle
Bibliographie : PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 40, n° 163, PINETTE Matthieu, op. cit., 2011, p. 797, type A/2.

71Ce motif décline le précédent en en proposant une variante plus complexe. Le quatrefeuille biconvexe voit ses feuilles découpées d’une bande en zig-zag. Les bords du carreau sont aussi parés d’un demi-fleuron à pointe tréflée. D’autres carreaux bicolores porteurs de cette variante ont été trouvés sur le site de l’abbaye de Cluny. Le format moyen de ces carreaux est un carré de 13 cm pour une épaisseur de 2,6 cm. L’assemblage par quatre carreaux permet de restituer une superposition de quatre quatrefeuilles nervurés séparés entre eux par quatre fleurons tréflés disposés en croix.

  • 114 MAYER Jannie dir., op. cit., 1999, p. 41, (...)

72Le quatrefeuille nervuré de Cluny est très proche de celui décorant des carreaux trouvés dans les maisons canoniales des 2 et 13 rue du cloître à Reims, ainsi que dans la salle capitulaire de l’ancienne abbaye Saint-Remi de Reims114. Les demi-fleurons tréflés le long des bords sont présents. Les quatre pétales biconvexes se touchent à peine au centre de la surface du carreau. Leurs nervures sont aussi présentes. La seule différence indiquant bien qu’il s’agit d’une variante, et non d'un motif identique, revient au traitement des nervures des pétales ressemblant à une branche feuillue à Reims. Les formats carrés des carreaux de Reims oscillent de 12,5 à 13 cm, ce qui coïncide aussi avec le format des carreaux de Cluny, renforçant ainsi le lien thématique et le lien chronologique déjà mis en lumière pour d’autres motifs.

  • 115 CARETTE Martine, DEROEUX Didier, op. cit. (...)
  • 116 ORGEUR Magali, op. cit., 2004, tome 1, p. (...)
  • 117 PLOUVIER Martine, ORGEUR Magali, op. cit., 1998, p. 112, planche VI n° (...)

73D’autres sites emploient ce motif du quatrefeuille nervuré avec demi-motif, à l’exemple de l’abbaye cistercienne de Vauclair (Aisne), de la tour Truande de Coucy-le-Château (Aisne), de la région des Flandres et de l’Artois115. La Bourgogne en propose deux variantes avec celle commune aux châteaux de Noyers-sur-Serein (Yonne) et de Montbard (Côte-d'Or) et à l’abbaye cistercienne de Fontenay116. Le quatrefeuille est construit avec complexité. Ses pétales biconvexes ne sont pas jointifs à leur extrémité supérieure et ils sont traversés par une bande en zig-zag dont le dessin évoque une clef. Ces pétales partent depuis un quadrilobe centré sur le carreau. Entre eux se dresse une courte tige à bouton. Les bords de la surface sont marqués par un demi-quadrilobe à un brin. La réunion des carreaux leur permet de former des quadrilobes. Ces carreaux ont un format carré de 12 cm pour une épaisseur de 3 cm. Ces carreaux bicolores ont été produits dans la seconde moitié du XIIIe siècle. L’autre variante a été retrouvée sur des carreaux bicolores de l’abbaye de Cîteaux. Le quatrefeuille est nervuré. Des demi-carrés aux bords concaves flanquent les bords, le plus petit étant plein. Ces carreaux de Cîteaux ont un format carré de 12 cm et sont datés de la seconde moitié du XIIIe siècle117. Le motif de Cîteaux se rapproche de ceux découverts dans les Flandres et en Artois. Toutes ces variantes sont des interprétations de ce thème décoratif dont la durée d’utilisation court de la seconde moitié du XIIIe siècle au début du XIVe siècle.

1.2.3. Petite marguerite prise dans un cercle hérissé

  • 118 010.015 © / 029.4 © (14) / 032.056 © / 071.20 © (2) / 071. (...)

7428 carreaux bicolores118
13 x 13 cm. Ép. 2,5 cm
Début seconde moitié du XIIIe siècle
Bibliographie : PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 40, n° 161, PINETTE Matthieu, op. cit., 2011, p. 798, type A/9.

  • 119 L’épaisseur moyenne de ces carreaux est inconnue car tous (...)

75Une petite marguerite, aux lobes peu accentués, a son centre ponctué d’un besant. Elle est prise dans un cercle à large brin duquel s’hérissent, vers chaque angle, un grand trèfle et en direction des bords, un besant presque complet. Ce motif orne d’autres carreaux de l’abbaye de Cluny. Leur format moyen est un carré de 13 cm119. La juxtaposition de quatre carreaux crée une sorte de quadrillage végétal. Les besants proches des bords des surfaces communiquent entre eux sans qu’il ne soit possible d’identifier ce qu’ils forment. Les petites marguerites évoluent au centre du réseau végétal.

  • 120 EAMES Elizabeth, op. cit., 1980, dessin (...)
  • 121 EAMES Elizabeth, op. cit., 1980, dessin 2337, p. 611, (...)
  • 122 EAMES Elizabeth, op. cit., 1980, dessin 2338, p. 668, carr (...)
  • 123 EAMES Elizabeth, op. cit., 1980, dessin 2339, p. 603, carr (...)

76Aux vues des découvertes actuelles, ce motif semble unique et avoir été créé spécialement pour l’abbaye de Cluny en réponse à la demande du commanditaire, l’entité monastique. Le format moyen à 13 cm pour une épaisseur de 2,5 cm est identique à celui des autres carreaux bicolores de Cluny fabriqués au début de la seconde moitié du XIIIe siècle, ce qui autorise à intégrer le motif de la petite marguerite au cercle hérissé à ce corpus. De plus, le choix du vocabulaire composant ce motif demeure attaché au corpus du XIIIe siècle par la présence de la marguerite à cinq lobes et du trèfle. Le traitement stylistique de la marguerite est identique à celui du motif simple de la marguerite annelée à quatre besants, avec ses lobes arrondis peu détachés, indiquant bien leur contemporanéité. En Angleterre, des carreaux bicolores du XIVe siècle découverts dans la région de Londres sont décorés de variantes de ce motif. Sur l’une de ces dernières, la marguerite a huit pétales aux lobes plats et particulièrement profonds. Le cercle qui la ceint est à large brin. Il donne naissance à quatre fleurons entre lesquels pousse une feuille lancéolée. Découverts dans la ville de Londres ou de provenance inconnue, ces carreaux ont un format carré de 11 cm pour une épaisseur de 2,2 cm120. La variante portée par un carreau bicolore de Stone Church est vraiment très semblable121. Un carreau bicolore produit aussi par l’atelier de Penn est imprimé d’une autre variante où les lobes de la marguerite sont pointus en leur partie jointive. Cette fois ce sont des trèfles qui alternent avec les fleurons. Le format est toujours le même122. À l’abbaye de Chertsey, le carreau bicolore est un peu plus grand, avec des côtés de 12 cm pour une épaisseur de 1,9 cm. La variante présente la même caractéristique que pour la marguerite, la différence étant dans le dessin épais des fleurons et des feuilles situées entre eux. Cette variante a un aspect plus grossier du fait de l’épaisseur du trait par rapport aux trois précédentes. Produit par le même atelier, ce carreau est daté du XIVe siècle123. Si le motif de Cluny ne paraît pas avoir eu de descendance en France, en revanche, en Angleterre, au cours du XIVe siècle des variantes le renouvellent. La question est de savoir si elles ont été inspirées du motif de Cluny ou s’il s’agit d’une création insulaire. En l’état actuel des connaissances, il n’est pas permis d’avancer un élément de réponse.

1.3. Motifs ouverts : roues de quatre carreaux

1.3.1. Quatre tiges tréflées et quarts de cercle inversés avec damier

  • 124 035.056b © / 071.19 / 147.86 et 87© / 147.97. © indique un (...)

775 carreaux bicolores124
13 x 13 cm. Ép. 2,5 cm
Début seconde moitié du XIIIe siècle
Bibliographie : PINETTE Matthieu, op. cit., 2011, p. 797, type A/3.

78Quatre tiges tréflées positionnées en croix centrent la composition. Depuis chaque angle du carreau s’ouvre un quart de cercle ajouré en damier. Ce motif est associé à un carreau de 13 cm de côté pour une épaisseur moyenne de 2,5 cm, comme pour les autres carreaux bicolores de Cluny du début de la seconde moitié du XIIIe siècle. La réunion d’au moins quatre carreaux permet aux quarts de cercle de s’assembler en des cercles poinçonnés en damier. Entre eux évoluent le motif des quatre tiges tréflées en croix. Ce motif est commun à d’autres carreaux retrouvés sur le site de l’abbaye de Cluny.

  • 125 COURTOIS Félix et Henri, "Notes sur le château de Montceni (...)
  • 126 COURTOIS Félix et Henri, op. cit, 1881, p. 119-133 ; PINETTE (...)
  • 127 AME Emile, Histoire des carreaux émaillés du Moyen-Âge (...)
  • 128 GRODECKI Louis, PERROT Françoise, TARALON Jean, Les (...)
  • 129 GRODECKI Louis, PERROT Françoise, TARALON Jean, Les (...)

79La mise en place des éléments de vocabulaire de ce motif tranche particulièrement par rapport au corpus des carreaux bicolores du début de la seconde moitié du XIIIe siècle de l’abbaye de Cluny. Aucun motif identique ne se rencontre sur des carreaux bicolores en France et en Angleterre. On a donc affaire, à nouveau, à un motif créé spécialement pour l’abbaye de Cluny. Toutefois, il est possible de trouver des correspondances en s’attachant au principe de construction du motif. À Saint-Ayoul de Provins, un motif cassé montre quatre tiges à terminaison arrondie autour desquelles gravitent un arc de cercle et un cercle évidé de formes triangulaires. Ces éléments circulaires sont centrés depuis chaque angle du carreau. Les carreaux de Saint-Ayoul ne sont malheureusement pas datés mais la présence d’un motif au mode de composition identique à celui de Cluny est révélateur d’un thème non exclusif à l’abbaye de Cluny. Au château de Montcenis125 (Saône-et-Loire), ce sont deux motifs qui ont été retrouvés sur des carreaux bicolores. Quatre tiges tréflées, poinçonnées en leur partie jointive, centrent la surface. Deux arcs de cercle à un brin sont axés depuis chaque angle du carreau. Du cercle inférieur se dresse un fleuron. La seconde variante reprend ces éléments de vocabulaire mais ils sont dessinés de manière plus fine et étirée. À noter qu’un petit fleuron s’élève depuis l’arc de cercle supérieur. Les carreaux bicolores de Montcenis sont attribués au XIIIe siècle126. Le motif de Cluny et ceux de Montcenis sont des variantes d’un même thème, celui des quarts de cercle inversés par rapport au dessin du quatrefeuille central. Ils autorisent une proposition de datation de ces carreaux de Cluny au début de la seconde moitié du XIIIe siècle, ce que vient renforcer l’utilisation du damier carré qui est un élément de vocabulaire ancien dans l’ornementation des carreaux bicolores127. Autre point offrant une comparaison instructive est l’emploi de la tige tréflée. Elle se rencontre sur le fond ornemental de nombreux vitraux de la première moitié du XIIIe siècle. La verrière de la Parabole du Bon Samaritain de la cathédrale de Bourges est décorée de roues végétales entre lesquelles s’égayent quatre tiges tréflées. Cette verrière est datée de 1210-15128. La verrière, aujourd’hui composite, de saint Germain et saint Nicolas du déambulatoire du chœur de la cathédrale d’Auxerre (baie 10) ou encore la verrière de la légende de Marthe et de Marie à l’église Notre-Dame de Semur-en-Auxois en présentent des déclinaisons129. Ces fragments de vitraux sont datés du deuxième quart du XIIIe siècle pour Auxerre et des années 1225-1230 pour Semur-en-Auxois. Ces quatrefeuilles complétant la mosaïque à fond bleu de ces vitraux sont très proches de celui du carreau de Cluny, renforçant ainsi la proposition de datation au début de la seconde moitié du XIIIe siècle.

1.3.2. Quart de roue à rinceau végétal

  • 130 147.92.01 et 02 / 147.97 © / 016.21.03 ©. © indique un car (...)

804 carreaux bicolores130
3,4 x 13,3 cm. Ép. 2,5 cm
Début seconde moitié du XIIIe siècle

81Depuis l’angle inférieur se dresse une plante avec une feuille dentelée complète et deux demies latérales. Au-dessus d’elle, deux arcs de cercle concentriques accueillent un rinceau végétal pourvu du même type de feuille. Les feuilles sont alternativement pointées vers le haut ou vers le bas. Deux feuilles sont à moitié dessinées le long des bords de la surface. De l’écoinçon supérieur naît une plante qui est orientée vers les arcs de cercles concentriques et le reste du motif. Elle se compose encore de cette même feuille dentelée. Deux tiges partent de sa base pour former deux demi-feuilles. Un petit arc de cercle occupe le reste de l’angle. Ce motif semble spécifique à la salle capitulaire de l’abbaye de Cluny.

82Un agencement par quatre carreaux montre une roue avec en son centre une fleur à huit feuilles dentelées circonscrite dans un cercle. Entre ce dernier et un second cercle évolue un rinceau aux feuilles alternativement dressées ou dirigées vers le bas. Dans les angles prend place une petite fleur. Une association par vingt-quatre carreaux permet à chacune de ces petites fleurs de se rejoindre pour former un grand quatrefeuille dentelé où une autre plus petite feuille dentelée vient poindre de chaque côté, en sorte que cette fleur donne une interprétation plus complexe du quatrefeuille tréflé de la verrière de la cathédrale d’Auxerre. Les carreaux porteurs de ce motif ont un format carré de 13,4 cm pour une épaisseur moyenne de 2,5 cm, ce qui correspond aux dimensions des autres carreaux bicolores du début de la seconde moitié du XIIIe siècle du corpus de Cluny, auquel on peut donc le rattacher. La roue de quatre carreaux mesurait donc 26,8 cm.

  • 131 NORTON Christopher, op. cit., 1992, p. 81-85 et Fig 60 (...)
  • 132 ORGEUR Magali, op. cit., 2004, tome 1, Chapitre 4, motifs (...)

83Dès l’apparition de la technique des carreaux bicolores, la roue de quatre carreaux est présente. On la rencontre à l’abbaye cistercienne de Royaumont et à l’abbaye bénédictine de Saint-Germain-des-Près, dans les années 1240131. Ce thème connaît un grand développement dans la seconde moitié du XIIIe siècle, et il est toujours illustré au XIVe siècle132.

84Un quart de roue décore des carreaux bicolores de 13 à 13,5 cm de côté de la tour Truande de Coucy-le-Château (Aisne). La guirlande végétale est très proche de celle de Cluny. On retrouve l’alternance haut / bas des feuilles et leur dessin est identique. Seuls le quart de fleuron inférieur et l’écoinçon supérieur diffèrent mais ont recours à cette feuille aux lobes arrondis peu prononcés. Les carreaux de la tour Truande ont été fabriqués dans les années 1242. La communauté de format entre les deux sites et de composition de la roue avec ce rinceau végétal identique permet de proposer une datation au début la seconde moitié du XIIIe siècle de ces carreaux de Cluny. Le lien peut à nouveau s’expliquer par la circulation de modèles, en carnets ou en linges roulés associés encore à un format, emporté par un tuilier ou connu par l’imagier.

  • 133 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 36, (...)
  • 134 ICKOWICZ Pierre, Les carreaux de pavages médiévaux du (...)
  • 135 CARETTE Martine, DEROEUX Didier, op. cit., 1985, p. 133-135, n° (...)

85La guirlande aux feuilles dentelées est employée, en petites dimensions, sur un motif de roue de quatre carreaux de l’abbaye cistercienne de Fontenay133 et du château de Montfort134 (Côte-d'Or). Un fleuron pointe depuis l’angle inférieur de la composition. Il est surmonté d’un arc de cercle à un brin puis vient la guirlande de feuilles dentelée coiffée d’une bande aux triangles alternés pointés d’un besant d’où s’élève un fleuron aux feuilles en palmette. Ces carreaux ont un format de 14,5 cm pour une épaisseur de 2,8 cm et ont pu être fabriqués dans la seconde moitié du XIIIe siècle. À Notre-Dame de St-Omer, la tour octogonale, dans son pavement du rez-de-chaussée, connaît un quart de roue avec un lys dans l’angle inférieur, une frise alternée de feuilles dentelées et un trèfle qui la coiffe. D’un format carré de 12,8 cm pour une épaisseur de 2,2 cm, les carreaux de ce pavement sont datés de la fin du XIIIe siècle135. On remarque donc, à l’aide de ces exemples, que la guirlande de feuilles dentelées est un élément de composition commun à d’autres roues de quatre carreaux de la seconde moitié du XIIIe siècle.

1.3.3. Quart de roue fragmentaire

86N°02.15 [cassé]
Ép. 2,5 cm
Début seconde moitié du XIIIe siècle

87Ce motif est malheureusement incomplet et laisse voir trois arcs de cercle concentriques centrés depuis un angle du carreau. Une première guirlande montre une fleur-de-lys et une marguerite à cinq lobes. La seconde guirlande comprend deux feuilles ornementales et il devait très certainement y en avoir une troisième qui serait venue buter contre les deux angles opposés du carreau, comme dans toute composition de motif de roue de quatre carreaux. Le format ne peut être reconnu.

88L’association par quatre carreaux donne à voir entre les deux premiers cercles une guirlande alternant fleur-de-lys et marguerite et des feuilles ornementales poussant du troisième cercle.

89La fragmentation du motif rend les comparaisons délicates. Cependant, les éléments de vocabulaire de la première guirlande peuvent être comparés à ceux d’un quart de roue de quatre carreaux provenant de l’abbaye bénédictine de Moutiers-Saint-Jean (Côte-d'Or). On y observe une fleur-de-lys, une plante ornementale à cinq feuilles et une marguerite à cinq lobes. Ces carreaux ont pu être produits dans la seconde moitié du XIIIe siècle. Un motif de roue de quatre carreaux de l’abbaye cistercienne de Fontenay montre une fleur-de-lys festonnée dans l’angle inférieur de la surface. Elle est abritée par un arc de cercle à un brin sur lequel s’épanouissent quatre feuilles d’érables. Six fleurons s’inclinent depuis le second arc de cercle. La première couronne de feuilles d’érables offre un parallèle avec le motif de Cluny en dépit de la cassure qui empêche d’identifier le type de feuille dessinée. Le format est un carré de 14,5 cm. Ces carreaux sont datés de la seconde moitié du XIIIe siècle.

90Le choix d’éléments de vocabulaire employés sur des carreaux bicolores de la seconde moitié du XIIIe siècle, comme la fleur-de-lys et la marguerite, associé à une épaisseur de 2,5 cm nous permet de proposer une fabrication du carreau de Cluny au cours de cette période.

1.4. Carreaux de mosaïque bicolores à la fleur-de-lys florencée

  • 136 029.06 © / 05.051 © / 06.051 © / 030.056 © / 042.056 / 02.064 (...)

9120 losanges bicolores136
Longueur totale 13 cm. Largeur totale 9 cm. Ép. 2 à 2,4 cm
Début seconde moitié du XIIIe siècle
Bibliographie : PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 40, n° 172, PINETTE Matthieu, op. cit., 2011, p. 810, type C/12.

92Une seule forme de carreau support a été recensée : il s’agit d’un losange de 8 cm de côté. Son format est le même que celui du carreau losangique monochrome. De fait c’est bien le même gabarit qui a servi à la fabrication de ces pièces. Le motif de surface est une fleur-de-lys centrée. Son auteur a su tirer profit de l’exiguïté du losange de sorte que la fleur-de-lys y éclot sur la surface totale du carreau. Elle s’épanouit dans le moindre espace disponible. Dans l’angle inférieur prend naissance la tige fleuronnée surmontée d’un bouton duquel part le pied évasé de la fleur-de-lys. Ses deux feuilles latérales se déploient vers les angles gauche et droit du carreau. Elles sont pleines, ventrues et leur terminaison présente le même traitement en appendice retourné que sur la fleur-de-lys simple de Cluny. La fleur-de-lys est ici dite florencée car deux tiges tréflées flanquent la fleur centrale. Elle s’achève par un petit trèfle. Le dessin identique des feuilles latérales de ces deux fleurs-de-lys de Cluny ainsi que leur positionnement dans les angles pour y évoluer pleinement indique bien qu’elles sont issues d’un même auteur. Le losange bicolore à la fleur-de-lys florencée appartient donc à la première série de carreaux bicolores de l’abbaye de Cluny produite au début de la seconde moitié du XIIIe siècle. Ce motif était déjà connu à l’abbaye de Cluny.

  • 137 MAC INTYRE Peter, op. cit., 2009, p. (...)

93L’association carreau losangique et fleur-de-lys bicolore se rencontre au prieuré Saint-Ayoul de Provins137. Le calcul de l’échelle de reproduction du carreau indique un exemplaire à 12 cm de longueur totale. La fleur-de-lys est stylistiquement raide. Sa fleur centrale est traitée de manière pointue, comme sur les autres carreaux bicolores du site porteurs d’une fleur-de-lys. Ses feuilles latérales sont effilées et s’incurvent en arche. Elles s’achèvent sur un petit appendice, comme à Cluny, mais, ici, il est dessiné dans le prolongement de la feuille, sans le retournement si réussi de Cluny qui assure toute sa souplesse à la fleur-de-lys.

  • 138 MAIMBOURG Bruno, op. cit., 2009, p. (...)
  • 139 MAIMBOURG Bruno, op. cit., 2009, p. 303.

94C’est avec le losange à la fleur-de-lys du site castral de Boves (Somme) que la ressemblance est totale138. En premier lieu, le format du losange est de 13 cm de longueur totale pour une largeur de 9 cm et une épaisseur de 2,6 cm. Les dimensions sont donc identiques. Ensuite, visuellement, le motif semble le même, avec la terminaison en trèfle de la fleur centrale, les deux petites tiges tréflées la jouxtant, la cambrure des feuilles latérales, les deux petits appendices vers les bords, l’étirement de la tige, son renflement et la base tréflée. Une nouvelle fois, il existe un motif commun entre l’abbaye de Cluny et le site castral de Boves, situé à une dizaine de kilomètres au sud-est d’Amiens139, qui sont géographiquement très éloignés. Une communauté entre une des plus puissantes abbayes du monde chrétien médiéval et un château qui appartenait aux seigneurs de Boves, branche de Coucy (Aisne), donc à une des familles seigneuriales les plus influentes du monde laïc. Au-delà de relations entre les deux entités, religieuse et seigneuriale, il faut plus certainement envisager la mobilité d’un tuilier. Il ne s’agit pas ici d’un motif circulant par un carnet de modèles, un simple parchemin ou encore un linge roulé car il y aurait des différences dans l’interprétation du motif, comme on l’a démontré pour le quatrefeuille biconvexe aux demi-fleurons. En effet, il aurait fallu refaire la matrice et le gabarit du losange. La ressemblance est ici parfaite entre le motif et surtout les dimensions du losange. Il y a association forme / format / motif, ce qui implique le déplacement du gabarit et de la matrice. Dans ce cas, le gabarit et la matrice n’auraient pu fait qu’un pour faciliter le voyage. Le tuilier aurait alors appliqué la matrice sur une plaque d’argile, estampant ainsi le motif, et il n’aurait eu qu’à découper le losange avec un couteau en suivant les contours de la matrice. Une comparaison des relevés entre Cluny et Boves permettrait de vérifier cette hypothèse. Dans quel sens cette circulation a pu s’opérer ? Pourquoi ne pas envisager un tuilier quittant le chantier de la puissante abbaye de Cluny et se déplaçant jusqu’à Boves ? Il est cependant impossible de trancher en l’absence de textes d’époque.

2. Deuxième série de carreaux bicolores : fin XIIIe – XIVe siècle

2.1. Fleur ornementale à rinceaux

95N°71.8
15,3 x 15 cm. Ép. 2,8 cm.
Fin du XIIIe – début du XIVe siècle

96Le motif est centré sur le bord inférieur du carreau. Depuis un petit monticule à trois ressauts se dresse une plante ornementale à rinceaux symétriques. Du tronc central partent deux rinceaux s’enroulant sur eux-mêmes. Ils fleurissent de deux palmettes inversées et sont agrémentés de trois petites feuilles. Au-dessus de ce premier départ de rinceaux, le tronc se resserre et donne naissance à deux tiges qui, chacune vers les angles supérieurs du carreau, s’égayent d’un fleuron dont la feuille inférieure est traitée en palmette. Deux petites feuilles viennent garnir les espaces vides. Enfin, une dernière tige pointe vers le bord supérieur du carreau en une sorte de palmette tréflée. Cette plante est protégée par une bordure, comme sur les autres motifs simples de la première série de carreaux bicolores. Cependant, son format carré de 15 cm le sort de ce lot.

  • 140 ORGEUR Magali, op. cit., 2006 b, p. 17-22.

97Aucun motif identique ne se rencontre sur des carreaux bicolores français et anglais. Il faut détailler le motif et s’intéresser alors à ses éléments de vocabulaire. Le rinceau enroulé avec des palmettes de grande taille et agrémenté de petites feuilles traitées en boule renvoie à l’abbaye cistercienne de Fontenay (Côte-d'Or). Certains motifs formant des roues de quatre carreaux emploient ce vocabulaire, comme les trois variantes de la roue fleurdelisée à volutes. Ces carreaux ont pu être fabriqués dans une fourchette chronologique oscillant de la fin du XIIIe au début du XIVe siècle140. Leur format carré est de 14 à 14,5 cm pour une épaisseur de 2,8 à 3,1 cm.

  • 141 LOWE Barbara J., op. cit., 2003, p. 33, n° 52.
  • 142 EAMES Elizabeth, op. cit., 1963, p. 50.
  • 143 LOWE Barbara J., op. cit., 2003, p. 33, n° 252 et p. (...)

98Des parallèles peuvent être aussi établis avec l’Angleterre. Dans la chambre du roi, au palais de Clarendon, une grande roue se compose de carreaux de mosaïque bicolores arborant un rayon de fleurs ornementales. Sur un support rectangulaire ponctué d’un fin liseré dans la partie supérieure de la surface éclot cette fleur, de composition simple par rapport à celle de Cluny, qui est davantage chargée d’éléments de vocabulaire, telles les palmettes et les petites feuilles arrondies141. Le carrelage de la chambre du roi au palais de Clarendon a été posé en 1244142. Une autre variante existe dans la région du Somerset (Sud-Ouest de l’Angleterre). L’église de Bleadon conserve un carreau sur lequel une fleur ornementale naît depuis le bord inférieur du carreau. Du tronc qui se rétrécit puis s’évase, s’enroulent deux tiges à rinceaux avec une feuille dentelée de grand format ; de plus petites et plus simples se remarquent aussi. Deux autres tiges rectilignes poussent depuis l’amorce des rinceaux et regardent vers les angles supérieurs du carreau. Une dernière tige centrale, qui sert d’axe de symétrie à la composition, aboutit à une fleur. D’un format carré de 13 cm, ce carreau appartient au groupe du Wessex et sa fabrication peut remonter à la fin du XIIIe - début du XIVe siècle143.

99La comparaison du motif de Cluny avec celui de l’église de Bleadon met en avant des points communs importants, comme la position par rapport au carreau, l’axe de symétrie, les deux rinceaux enroulés et leurs feuilles, les deux tiges supérieures fleurissant vers les angles et la tige centrale. Cependant, les éléments de vocabulaire de Cluny sont plus nombreux et variés que sur ces exemples anglais du XIIIe siècle. Le foisonnement des palmettes, les petites arrondies et les deux tiges tréflées se rapprochent davantage de celles visibles sur les roues fleurdelisées de l’abbaye cistercienne de Fontenay. Ajoutons à cela le format carré de 15 cm et l’épaisseur de 2,8 cm du carreau de Cluny qui s’approche du format à 14,5 cm de deux variantes de Fontenay. Ce carreau de Cluny a pu être produit vers la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle.

2.2. Scène de chasse linéaire au cerf

2.2.1. Cavalier à la lance sonnant du cor

  • 144 071.9 © / 071.40 et 41 / 143.2 © / 662.15 ©. © indique un (...)

1005 carreaux bicolores144
18 x 15 cm. Ép. 2,5 à 2,9 cm
Fin du XIIIe – début du XIVe siècle
Bibliographie : PINETTE Matthieu, op. cit., 2011, p. 798, type A/10.

101Avec ce motif s’opère un changement de format du carreau support qui est ici un rectangle.

102Une bordure à large brin court le long des grands côtés de la surface. Un cavalier, dont le cheval galope à senestre, sonne d’un cor de sa main gauche tandis que, de sa main droite, il tient en arrière une lance. Le cavalier est coiffé d’une sorte de casque à bout pointu. La tête du cheval est harnachée ; on peut effectivement voir les rênes. Un quadrilobe est en suspension devant la tête du cheval quand une fleur ornementale se trouve au-dessus de la queue de l’animal. Le cavalier a son pied droit passé dans un étrier. Les pattes avant du cheval ne touchent pas terre comme pour évoquer un galop.

103Ce motif a un sens de pose au sein d’un pavement pour être lisible.

104Un fragment de carreau porteur de la partie inférieure droite de ce motif a été trouvé dans l’église abbatiale de Cluny.

  • 145 MAYER Jannie dir., op. cit., 1999, p. 99.
  • 146 MAYER Jannie dir., op. cit., 1999, p. 211, motif 10.

105Le pavement de la maison canoniale au 13 rue du cloître à Reims est décoré d’une scène de chasse linéaire comprenant aussi un cavalier sonnant du cor145. Ce dernier dirige son cheval grâce aux rênes qu’il tient de sa main gauche. Le cheval court à dextre. Derrière sa croupe figure un arbre. Le même motif est commun à une autre maison canoniale de Reims située au 5 rue du Cardinal de Lorraine146. Ces carreaux ont été fabriqués dans la seconde moitié du XIIIe siècle et ont un format carré de 12,5 cm.

  • 147 PINETTE Matthieu dir., op. cit., (...)
  • 148 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 39, n° 128 (...)

106Il est à signaler qu’à Montcenis147 et à la Charité-sur-Loire148, les deux scènes de chasse linéaire de la seconde moitié du XIIIe siècle ne comprennent pas de cavalier sonnant du cor. Celle de Cluny offre davantage de liens thématiques avec les chasses linéaires de Reims.

  • 149 LOWE Barbara J., op. cit., 2003, p. 54-55, n° 520, 521 (...)

107En Angleterre, le motif du cavalier à la lance est employé dans des scènes de combat ou de joutes. À l’église de Muchelney (Somerset), deux motifs de cavaliers fonctionnent ensemble sur un format carré de 14,5 cm. Un cavalier à dextre combat celui venant à senestre. Ils ont tous deux leur lance abaissée et fichée sous leur bras dans une position prête pour l’action. Les harnais et les rênes des chevaux sont figurés. Les deux hommes sont cambrés en arrière dans leur selle, leur jambe tendue en avant dans l’étrier. Ces carreaux ont été fabriqués au XIIIe siècle149. Il apparaît donc qu’en Angleterre, le motif du cavalier à la lance est connu mais ne sert que pour des scènes de combat. La posture du cavalier de Cluny est détendue : il sonne du cor et maintient juste sa lance dans son autre main, dans une attitude de concentration non belliqueuse. La même tension se remarque sur le motif de Reims qui est dépourvu de lance. L’autre point commun avec Reims concerne les deux quadrilobes qui lévitent de part et d’autre du cheval. Dans l’ancienne salle capitulaire de St-Remi de Reims, un des motifs de cavalier présente deux marguerites en suspension derrière la croupe de l’animal. Une bordure souligne aussi le sol et le ciel de ce motif. Des liens de composition entre les motifs carreaux de St-Remi de Reims et ceux de Cluny sont à nouveau mis en évidence pour des motifs servant des thématiques différentes, à savoir des scènes de combat à Saint-Remi et une scène de chasse linéaire à Cluny.

2.2.2. L’homme sonnant du cor et portant un lièvre mort

  • 150 HC.01 © / 01.015 / 020.015 © / 071.43 / 147.62 © (2). © in (...)

1087 carreaux bicolores150
18 x 15 cm. Ép. 2,4 cm
Fin du XIIIe – début du XIVe siècle

109Ce motif est porté par des carreaux de format rectangulaire.

110Un homme marche. Il tient dans sa main gauche un cor dans lequel il souffle et il porte sur son épaule droite un bâton duquel pend un lièvre mort. Un animal (chien ?) est assis devant lui. De la bordure inférieure pousse un arbre coupé par le bord droit du carreau ; seule une branche s’étire en direction du chien ( ?). La même bordure se retrouve sur le bord supérieur du carreau. Comme pour le motif précédent, ce modèle a un sens de pose pour être lisible au sein d’un carrelage : il doit être placé devant le cavalier sonnant du cor et à la lance.

  • 151 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 42, n° 202, 203 et (...)

111La scène de chasse linéaire du château de Montcenis (Saône-et-Loire) comprend, avec le cerf bondissant, un homme marchant à senestre, sonnant d’un cor qu’il tient de sa main gauche pendant que la droite maintient sur son épaule une arme. Deux arbres ferment de chaque côté le motif. Malgré la petitesse du format à Montcenis (un carré de 11 cm), un parallèle peut être esquissé pour la codification de l’homme marchant, avec le cor et l’arme qu’il tient, comme à Cluny l’homme portant le lièvre mort. Ces carreaux sont datés de la fin du XIIIe – début du XIVe siècle151.

  • 152 MAYER Jannie dir., op. cit., 1999, p. 124-125, 211, mo (...)

112Un autre motif de sonneur à pied est attesté en Champagne à l’ancien château de Vernay. Lui aussi est accompagné d’un animal (un chien ?) qui, par contre, est placé derrière lui. Les carreaux du château de Vernay sont datés du XIIIe siècle152.

  • 153 BERGERET Emile, "Briques et pavages émaillés, l’atelier d’ (...)

113Emile Bergeret a publié le motif d’un carreau trouvé à Nuits-Saint-Georges (Côte-d'Or) où un chasseur, avec son chien placé derrière lui, souffle dans un cor qu’il tient de sa main gauche alors que, de la droite, il tient une lance terminée en fleuron153. L’auteur ne propose pas de datation pour ce carreau. Cependant, si son dessin est resté fidèle au motif, les détails des cheveux et du bonnet laissent à penser à une exécution plus tardive que le XIIIe siècle.

  • 154 Septième pilier méridional de la nef.
  • 155 ANGHEBEN Marcello, Les chapiteaux romans (...)
  • 156 DIEMER Peter, DIEMER Dorothea, "Le grand portail de Vézela (...)

114Le détail du lièvre mort attaché par ses longues pattes postérieures à un bâton porté sur l’épaule d’un homme est véritablement un instantané de la chasse. C’est une image prise sur le vif indiquant le succès de la chasse. Elle se remarque sur un chapiteau de l’église abbatiale de Vézelay (Yonne). Isaac bénit Jacob sur la face principale de la corbeille154. Sur la face latérale gauche, Esaü marche en s’appuyant sur son arc et sur son épaule droite, il porte un bâton passé dans les deux pattes arrières d’un lapin ou d’un lièvre mort155. Les chapiteaux de la nef de Vézelay sont datés des années 1120-1132156. Pour un carreau, l’artiste qui sculpte la matrice est davantage soumis à des contraintes techniques qu’un sculpteur. Il doit, avec un minimum de traits, révéler l’essentiel de l’image. Sur le chapiteau de Vézelay, comme sur le motif des carreaux bicolores de Cluny, l’homme porte une tunique courte s’arrêtant aux genoux. Le mouvement est suggéré par l’écartement des jambes, beaucoup plus ample sur le carreau par rapport au chapiteau ce qui est induit par la petite place offerte à l’image sur ce dernier. La tunique du sonneur de Cluny est fendue, toujours dans cette idée de suggérer le mouvement. Pour indiquer le poids du lièvre mort sur le bâton et montrer que les deux pattes arrières sont attachées entre elles afin d’y passer ce dernier, c’est plus facile à sculpter en trois dimensions qu’à rendre en un dessin plat, avec en plus la contrainte de la technique décorative des carreaux bicolores. Le trait doit être exprimé de manière concise pour suggérer le portement. On remarque alors l’agilité de l’auteur du motif qui a su avec concision indiquer le poids du lièvre mort, en arquant le bâton après l’épaule du sonneur et, par la brisure du bâton, signifier que les pattes du lièvre y sont suspendues. Une liaison totale du bâton et des pattes arrière du lièvre, comme sur le chapiteau de Vézelay, n’aurait pas donné un bon résultat sur un carreau bicolore. Cette solution montre qu’au XIIe siècle comme à la fin du XIIIe / XIVe siècle, en Bourgogne, un lièvre est attaché de la même façon au retour de la chasse. La persistance de cette pratique atteste qu’elle faisait sens dans la compréhension de l’image à ces différentes époques.

115L’inspiration de ce motif ne revient pas qu’au domaine des sols mais s’en émancipe, pour le répertoire sculpté bourguignon de l’époque romane. Son auteur a répondu à une commande de la part de l’entité monastique, l’abbaye de Cluny, qui recherchait l’illustration d’une scène de chasse à pied. Il s’est inspiré de certaines codifications, notamment pour la tenue du cor, les petits arbres et la présence du chien (?) et il a proposé une solution innovante dans le domaine des carrelages, par la réutilisation de l’image du lièvre mort pendu à un bâton par ses pattes arrières, visible à l’abbaye de Vézelay. La réalisation d’une image nouvelle à partir d’un fond ancien qui est réinterprété par son changement de support, est tout à fait typique du mode de pensée médiéval.

2.2.3. Le cerf et le chien

116N°143.1 et 071.42
18 x 15 cm. Ép. 2,7 cm.
Fin du XIIIe – début du XIVe siècle
Bibliographie : PINETTE Matthieu, op. cit., 2011, p. 801, type A/14.

117Ce motif est associé à un format rectangulaire.

118Deux bordures ceignent les longs côtés de la surface. Contre le bord gauche du carreau apparaît l’autre moitié de l’arbre présent sur le motif de l’homme sonnant du cor et portant un lièvre mort. Il évoque la forêt, cadre de cette scène de chasse. Un cerf court pour échapper à la traque que mène un chien très effilé figurant entre les pattes du cerf. Ils sont représentés tous les deux de profil. Seuls les bois et les pattes avant du cerf amènent de la profondeur par leurs détails. L’œil du cerf est traité en amande. Sa gueule semble légèrement entrouverte, à moins que ce ne soit un défaut lié à une impureté présente dans le corps argileux du carreau. Le chien est simplement suggéré par deux pattes et un corps étiré, il n’a pas de volume contrairement au cerf. C’est plus l’idée d’un chien qui est mise en œuvre ici. Ce motif est le dernier composant la scène de chasse linéaire, et il vient s’insérer après celui du sonneur de cor et au lièvre mort. Un carreau fragmentaire orné de la partie inférieure gauche du motif provient de l’église abbatiale de Cluny.

  • 157 PINETTE Matthieu dir, op. cit., 1981, p. 42, n° 204.
  • 158 PINETTE Matthieu dir, op. cit., 1981, p. 39, n° 129.
  • 159 MAYER Jannie dir., op. cit., 1999, p. 70, 99, 212, mot (...)
  • 160 MAYER Jannie dir., op. cit., 1999, p. 100, 124-125 et 212.
  • 161 NORTON Christopher, op. cit., 1992, p. 60.

119Le motif du cerf bondissant est très abondant sur les carreaux bicolores. Ainsi le Château ducal de Montcenis (Saône-et-Loire) offre une variante d’un cerf occupant seul un carreau157. Il court, sa gueule est largement ouverte, son œil est un cercle et ses bois sont fournis. Le format de ce carreau est un carré de 11 cm pour 2,5 cm d’épaisseur. Sa fabrication remonterait à la fin du XIIIe – début du XIVe siècle. La Charité-sur-Loire connaît aussi une variante où un cerf est blessé par une flèche. Comme à Cluny, il court, mais ses bois sont beaucoup plus proéminents. D’un format carré de 12,5 cm pour une épaisseur de 2 cm, il aurait été produit au XIIIe siècle158. Des parallèles peuvent aussi être faits avec la Champagne, notamment avec la salle capitulaire de l’abbaye Saint-Remi de Reims où la scène de chasse linéaire compte un cerf bondissant à senestre. Malheureusement, la partie inférieure du carreau est abîmée et ne permet pas la lecture du motif. Cependant, la situation très haute du cerf par rapport à la surface laisse à penser qu’un chien pouvait s’y trouver. La maison canoniale du 13 rue du cloître à Reims a aussi livré une scène de chasse linéaire avec un cerf bondissant à senestre et un chien présent entre ses pattes159. Ce motif est aussi attesté à la maison canoniale du 5 rue du Cardinal de Lorraine et à l’ancien château de Vernay, pour une fabrication aussi située dans le XIIIe siècle160. L’ancienne cathédrale de Saint-Omer (Pas-de-Calais) est accolée à l’Est du bras sud de son transept d’un bâtiment octogonal, au premier étage duquel se trouve un carrelage du XIIIe siècle en place. Un carreau avait été enlevé et amené au musée Carnavalet de Paris. Il s’agit d’un cerf courant à dextre dont les bois sont aussi longs que son corps161. Le motif est entièrement pris dans un cadre. Il semble ainsi conçu comme un motif indépendant, à l’exemple du lion de Cluny. Deux feuilles tréflées agrémentent la surface.

2.2.4. Commentaire sur la scène de chasse au cerf de Cluny

  • 162 BARRAL I ALTET Xavier, Le décor du pavement au Moyen Âge : les (...)

120Les scènes de chasse à courre étaient fréquemment utilisées pour décorer les sols dans le monde tardo-antique méditerranéen162. A l’époque romane, les cathédrales d’Otrante et de Novare en Italie et la cathédrale Notre-Dame de Lescar (Pyrénées-Atlantiques) illustrent leur mosaïque de pavement d’une chasse à courre. Ce thème est aussi particulièrement apprécié de la sculpture romane en France et dans le nord de l’Espagne. Des cycles narratifs se développent autour de ces plaisirs autorisés seulement aux plus riches membres de la société. C’est donc dans leur continuité que s’inscrivent les scènes de chasse visibles sur les carreaux bicolores gothiques.

121À Cluny, la scène de chasse n’a besoin que de trois carreaux pour être lisible mais ils ont un sens de pose qui doit être respecté. En premier vient le cavalier, suivi du sonneur de cor au lièvre mort et, en dernier, le cerf et le chien.

  • 163 MAYER Jannie dir., op. cit., 1999, p. 126-133. Ces carreau (...)

122Les scènes de chasse au cerf se rencontrent sur des carreaux en Bourgogne et en Champagne dès la seconde moitié du XIIIe siècle. Lors des fouilles du cloître médiéval de l’ancienne abbaye Saint-Pierre à Hautvillers (Marne), les restes d’un pavement ont été mis au jour. Une bordure séparative entre les panneaux longitudinaux emploie uniquement des carreaux décorés de deux chiens courants devant un arbre. Ce n’est pas vraiment une scène de chasse mais une répétition du même motif, celui des deux chiens courant. Ce carrelage est daté du XIIIe siècle163. À l’ancien château de Vernay (Marne), le carrelage se trouvait dans une salle du rez-de-chaussée. Il se composait de panneaux longitudinaux en « tapis » séparés par des frises d’une rangée de carreaux bicolores ou unis. Cinq motifs appartenant à une scène de chasse au cerf sont recensés. Ils comprennent un cerf attaqué par un chien (4a), un cerf dans la forêt (4c), un sonneur à pied (32), un quadrupède devant un arbre (33) et un personnage jouant d’un instrument à vent dans la forêt (11). Les deux séquences ont ce rythme :

4c

11

32

33

32

4c

4a

4c

33

32

33

4c

  • 164 MAYER Jannie dir., op. cit., 1999, p. 100-105. Ces car (...)

123Le pavement d’une grande salle du rez-de-chaussée de la maison canoniale située au 5 rue du Cardinal de Lorraine, à Reims, est daté du milieu du XIIIe siècle164. Une des bordures centrales forme une scène de chasse linéaire mélangée à des scènes de vie champêtre à l’aide de neuf motifs :

  • Le cerf attaqué par un chien (4a),
  • Les deux chiens courants (6),
  • Le lapin (8),
  • Le sonneur à cheval regardant vers la gauche (10),
  • Personnage jouant d’un instrument à vent dans la forêt (11),
  • Un couple de danseurs (13),
  • Un écureuil (14),
  • Un personnage assis devant une plante fleurie (15),
  • Un quadrupède (16b).

124Voici deux exemples de leur séquence :

15

16b

10

6

8

4a

15

15

10

8

15

4a

15

6

4a

10

6

15

8

14

15

14

8

15

8

15

15

14

15

10

6

8

4a

10

6

4a

  • 165 LACLOTTE Michelle, THIEBAUT Dominique, L’école d’Avign (...)
  • 166 MAYER Jannie dir., op. cit., 1999, p. 70-75.

125Les scènes de la vie champêtre où les hommes vivent en harmonie avec la nature et les animaux côtoient les protagonistes d’une chasse. Le monde de la forêt est leur point commun et explique le regroupement de la chasse avec un thème en vogue, celui de l’illustration des plaisirs seigneuriaux. En France et en Italie, ce thème se rencontre dès le XIIIe siècle sur les décors muraux165. Les carrelages participent donc à l’unité des programmes décoratifs au sein d’un édifice, en proposant des images sylvestres et de chasse. Le pavement d’une salle du rez-de-chaussée de la maison canoniale du 13 rue du cloître, à Reims, date aussi du milieu du XIIIe siècle166 et regroupe la plus grande quantité de motifs. On retrouve les mêmes motifs qu’à la maison canoniale précédente, avec une variante pour le cerf attaqué par un chien (4b). S’y ajoute le lévrier (5) et le lièvre (7) suivant cette séquence :

5

7

5

4b

5

7

5

4b

7

7

5

4b

5

126Dans la salle capitulaire de l’abbaye Saint-Remi de Reims, une bordure comprend deux fois le motif du cavalier à l’écu tripartite, puis le sonneur et son chien et, ensuite, le cerf traqué. Les demi-arbres stylisés qui flanquent le cavalier recréent donc bien l’arbre complet, par l’agencement de deux carreaux. Il permet d’évoquer le cadre de la forêt, lieu de la chasse.

  • 167 ORGEUR Magali, op. cit., 2002, p. 76-79. Ce pavement décor (...)

127Ces scènes de chasse sont donc exclusivement au cerf et comprennent toujours l’animal traqué, et des chiens pour la battue ; quelque fois un homme se remarque, à l’exemple du château de Montcenis. Mais on ne rencontre pas de sonneur au lièvre mort. Les scènes de chasse de Cluny et des maisons canoniales de Reims sont vraiment narratives dans leur juxtaposition. Il est très instructif de noter que les scènes de chasse qu’on vient de présenter sont toujours mises en œuvre, en tant que bordures séparatives, entre les longs panneaux de carreaux bicolores. Elles alternent les motifs de multiples manières, déclinant et composant diverses possibilités de chasser. Justement, le format rectangulaire des carreaux de la scène de chasse linéaire de Cluny conviendrait parfaitement à la création de bordures dans un pavement, à l’exemple de celui du XIVe siècle de l’ancien palais abbatial de Cluny167.

  • 168 PINETTE Matthieu dir., op. cit, 1981, (...)
  • 169 ROSEN Jean, op. cit., 2004, p. 188-189. Ces carreaux o (...)
  • 170 PINETTE Matthieu dir., op. cit, 1981, p. 35.

128En restant focalisé sur les dimensions des carreaux de la scène de chasse de Cluny, un parallèle peut être fait avec la composition de la Chartreuse de Champmol de Dijon dont les carreaux mesurent 17 cm de côté pour une épaisseur de 3 cm168. Confectionnés au XIVe siècle, ces carreaux montrent une scène de chasse linéaire où le cerf est attaqué au flanc par un chien169. Il s’agit d’une des dernières représentations de scène de chasse linéaire en Bourgogne, réalisée à la fin du XIVe siècle170 en se basant sur d'anciens modèles bourguignons.

  • 171 LOWE Barbara J., op. cit., 2003, p. 55, n° 525. La (...)
  • 172 LOWE Barbara J., op. cit., 2003, p. 55, n° 526-527. La fou (...)
  • 173 LOWE Barbara J., op. cit., 2003, p. 55, n° 529-530. Ces ca (...)

129À Cluny, le choix du format rectangulaire est tout à fait singulier et novateur par rapport aux exemples bourguignons et champenois, toujours illustrés sur des carreaux carrés. L’emploi du rectangle doit faire regarder du côté de l’Angleterre. Dans la région du Somerset existent des carreaux bicolores de la seconde moitié du XIIIe siècle, porteurs de scènes de combat sur un format rectangulaire. Ainsi, à Watchet, dans l’église St-Decuman, se trouve un carreau de 24,3 x 13 cm, avec un cavalier pris dans un cadre171. À Glastonbury, c’est une scène de combat montrant, sur un carreau, le roi Richard Cœur de Lion combattant Saladin, figuré sur un second carreau172. L’élément de vocabulaire particulièrement intéressant est, ici, un arbre dessiné pour moitié sur le bord droit du carreau du roi Richard et sur le bord gauche du carreau de Saladin. De la juxtaposition de ces deux carreaux naît l’arbre complet. De plus, cet arbre prend racine depuis la bordure inférieure de ces carreaux sur laquelle il pousse. Ces carreaux mesurent 24,2 x 17,2 x 3,6 cm. À l’abbaye de Cleeve, une scène de combat entre le roi Richard cœur de Lion et Saladin figure aussi sur deux carreaux173. On peut voir contre chaque petit bord des carreaux deux demi-arbres différents mais disposés symétriquement, ainsi l’arbre aux feuilles dentelées se dresse entre le roi Richard et Saladin. Ces carreaux mesurent 23,7 x 15,5 x 3,1 cm. Ces deux scènes de combat de Glastonbury et de l’abbaye de Cleeve, et la scène de chasse linéaire de Cluny ont pour points communs : les deux bordures, la bordure inférieure de laquelle se dresse une moitié d’arbre qui devient complet par la réunion de deux carreaux mais aussi la présence d’un cavalier.

  • 174 LOWE Barbara J., op. cit., 2003, p. 17, n° 46-47.
  • 175 LOWE Barbara J., op. cit., 2003, p. 17, n° 48-49.

130Des scènes de chasse se développant sur des carreaux rectangulaires se remarquent aussi dans la cathédrale de Wells où un chien court ,sur un carreau, après un sanglier sauvage présent sur un autre carreau174. Ils sont tous les deux sertis entre deux bordures flanquant les grands côtés du rectangle. Des arbres symboliques pointent depuis la bordure inférieure. Ces carreaux ont pu être fabriqués vers la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle. À l’abbaye de Keynsham, un cerf à dextre est poursuivi par un chien porté par un second carreau175. Les carreaux ont un format de 17,5 x 13,2 x 2,8 / 3,1 cm. Ces carreaux datent du troisième quart du XIIIe siècle.

131Tous ces éléments de comparaison provenant d’Angleterre que sont le format rectangulaire, les deux bordures le long des grands côtés des carreaux, les demi-arbres naissant de la bordure inférieure et placés contre un des petits bords du carreau pour devenir complet par la réunion de deux carreaux, l’illustration de cavaliers et de scènes de chasse, se retrouvent utilisés sur ces carreaux bicolores de Cluny. Cette scène de chasse à trois motifs de Cluny semble procéder de scènes de combat et de chasse de la région du Somerset, en Angleterre, réalisées dans la seconde moitié du XIIIe siècle. Bien sûr, la présence de la bataille entre le roi Richard et Saladin n’avait pas lieu d’être à Cluny. L’auteur des motifs n’aura retenu que le cavalier, transposé en une scène de chasse, pour suivre la demande du commanditaire. Mais cette inspiration anglaise doit être nuancée par l’influence champenoise évidente et, plus particulièrement rémoise, pour le cavalier, les éléments de vocabulaire lévitant, les bordures, le cerf. La scène de chasse à trois motifs de Cluny résulte d’une subtile combinaison de sources d’inspiration à laquelle il ne faut pas oublier d’ajouter les différents modèles bourguignons connus en sculpture et sur d’autres carreaux bicolores de la seconde moitié du XIIIe siècle.

132À la lumière de toutes ces observations, il est permis de proposer une fabrication de ces carreaux vers la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle, même si la moyenne des épaisseurs des carreaux de la scène de chasse linéaire de Cluny est de 2,5 cm, comme pour les carreaux du corpus du début de la seconde moitié du XIIIe siècle.

2.3. Quart de roue à rinceau de marguerites flanqué de plantes ornementales

133N° 071.117
14,5 x 14 cm. Ép. 2,7 cm
XIVe siècle
Bibliographie : ORGEUR Magali, op. cit., 2002, p. 76-79, PINETTE Matthieu, op. cit., 2011, p. 804, type B/18.

134Dans l’angle inférieur du carreau se dresse une plante ornementale avec une large feuille dentelée centrale, flanquée de deux tiges tréflées et de deux autres feuilles (?). Un fin arc de cercle délimite la deuxième partie du motif où s’observe un rinceau ondulé fleurissant de trois marguerites entières à cinq lobes plats et de deux autres moitiés placées contre les bords du carreau. Un second arc de cercle fin circonscrit le rinceau. Au-dessus, dans l’écoinçon supérieur, flotte une plante ornementale difficilement visible à cause de l’usure du seul carreau conservé. L’agencement par quatre carreaux crée une roue avec en son centre quatre plantes ornementales entourées d’un cercle au-dessus duquel évolue un rinceau à marguerites. Un second cercle les enserre. Aux angles de la composition s’égaye une plante ornementale non définissable.

  • 176 ORGEUR Magali, op. cit., 2002, p. 76-79.

135Le palais de Jean de Bourbon dans lequel se trouve l’actuel musée Ochier de Cluny conserve un pavement de carreaux bicolores qui comprend ce motif. Il surmonte un pavement plus ancien composé, pour ce qui est visible, de carreaux unis. Les carreaux bicolores du pavement supérieur ont un format carré de 14 cm pour une épaisseur de 2,8 à 3 cm176. D’autres carreaux revêtant ce motif ont été collectés dans les parties orientales de la Grande Eglise de Cluny.

136La plante ornementale inférieure se compose bien d’une large feuille centrale dentelée, jouxtée de deux tiges tréflées et de deux feuilles lisses qui se retournent vers le pied de la plante suspendu en une boule. De part et d’autre de cette plante, on peut apercevoir deux moitiés de fleur-de-lys qui sont centrées chacune sur deux bords opposés du carreau. En dessous, à l’angle inférieur, se laissent deviner deux arcs de cercle concentriques. La plante de l’écoinçon supérieur de la surface présente deux feuilles latérales dentelées et une même feuille centrale.

137Il n’existe pas à ce jour, en France et en Angleterre, de motifs identiques à ce quart de roue à rinceau de marguerites de Cluny. Par contre, l’emploi du rinceau à marguerites et le traitement stylistique de ces dernières ouvrent à des comparaisons.

  • 177 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 37, n°91, 92, 93 et (...)
  • 178 MASSE Brigitte, Carreaux de pavement Moyen Âge – Renaissan (...)
  • 179 Ces roues de seize carreaux présentent de nombreux points comm (...)

138Au château du Roy à St-Seine-sur-Vingeanne (Côte-d'Or) une roue de seize carreaux se pare dans son cercle supérieur d’une guirlande de marguerites à six lobes, toutes poinçonnées en leur centre d’un besant. Ces carreaux ont un format carré de 12,5 cm pour une épaisseur de 2,5 cm. Ils auraient été fabriqués au cours du XIVe siècle177. Sur une autre roue de seize carreaux provenant du château de Chaource (Aube), les marguerites à cinq lobes sont concentrées au cœur de la composition où elles naissent depuis un cercle à large brin178. Une proposition de datation identique est avancée pour Chaource. Cependant, il semble plus pertinent, en accord avec le format et l’épaisseur de ces carreaux, de même qu’en s’appuyant sur le traitement stylistique des marguerites, d’envisager une production plus ancienne, vers la fin du XIIIe siècle, pour St-Seine-sur-Vingeanne et Chaource179.

  • 180 PLOUVIER Martine, ORGEUR Magali, op. cit., 1998, p. 113, planche VI, n° 5.
  • 181 ORGEUR Magali, op. cit., 2004, tome 1, p. 276.

139Sur le quart de roue de Cluny, les marguerites présentent un dessin géométrique. Leurs pétales sont nettement découpés, leurs lobes sont soit aplatis, soit redressés légèrement en leur milieu. Ce traitement stylistique diffère de celui des marguerites de la première série des carreaux bicolores de Cluny fabriqués vers le début de la seconde moitié du XIIIe siècle. En revanche, il se rapproche des marguerites ornant un carreau bicolore rectangulaire de l’abbaye de Cîteaux qui servait à faire des bordures dans un pavement180. Entre deux bordures longeant les grands côtés du carreau, ondule un rinceau à petites feuilles pointues. Il fleurit d’une marguerite à cinq lobes particulièrement détachés du cœur de la fleur. Ses lobes sont aplatis et présentent le plus souvent un dessin concave. Deux demi-marguerites sont placées sur les bords latéraux de la surface. Ce carreau est daté du XIVe siècle181. Une variante existe à Cluny, sur le pavement de l’ancien palais abbatial de Jean de Bourbon. Sur un support rectangulaire se déroulent deux frises ornementales. L’une d’elle est un rinceau à palmettes et petites tiges tréflées et l’autre un rinceau à marguerites avec petites feuilles pointues. Le traitement stylistique de ces marguerites à cinq lobes et celui des feuilles pointues les accompagnant est identique à celui du carreau rectangulaire de Cîteaux, permettant de proposer une datation contemporaine au cours du XIVe siècle. La communauté stylistique entre ces marguerites et celles formant le rinceau du quart de roue de Cluny est un indicateur chronologique en faveur d’une fabrication au cours du XIVe siècle. La composition confuse, bien que symétrique de la plante ornementale de l’angle inférieur de ce motif, ainsi que le traitement stylistique découpé de la fleur dentelée centrale renforcent cette proposition de datation.

140En l’état actuel des découvertes, ce motif du quart de roue à rinceau de marguerite est une création spécifique à l’abbaye de Cluny, qui en décorait plusieurs sols. Son association à un format de carreau de 14 cm pour une épaisseur de 2,7 à 3 cm le distingue nettement du corpus des carreaux bicolores de Cluny du début de la seconde moitié du XIIIe siècle.

2.4. Motifs à agencement multiple

2.4.1. Quatre petites marguerites annelées

141N°147.93 [cassé]
6,4 x 5,5 cm. Ép. ?
Fin du XIIIe siècle – début du XIVe siècle
Bibliographie : PINETTE Matthieu, op. cit., 2011, p. 810, type C/13.

142Le seul exemplaire découvert est malheureusement cassé. La face inférieure étant détruite elle aussi, l’épaisseur du carreau est inconnue. La partie conservée laisse voir une marguerite à cinq lobes enserrée dans un cercle au fin liseré duquel pointent quatre petits appendices arrondis. A l’endroit de la cassure inférieure, une trace d’argile blanche indique la continuité d’un motif en dessous de la marguerite annelée. La présence d’un autre dessin donnerait un carreau carré d’environ 12,8 cm, ce qui correspond au format des autres carreaux bicolores du corpus du début de la seconde moitié du XIIIe de Cluny. Peut-on envisager une répétition de la marguerite à l’ensemble de la surface du carreau ? Les fouilles pratiquées dans le bras sud du transept de l’église abbatiale de Cluny III ont livré un carreau bicolore rectangulaire porteur de deux petites marguerites cerclées, avec des appendices tréflés pointant vers les quatre angles de la surface. Une fine bande sépare les deux marguerites. La plus grande longueur du carreau atteint 13,5 cm pour une largeur de 5,7 cm. Bien que la ressemblance est évidente entre la petite marguerite de la salle capitulaire et celles de l’avant-nef, aucune ligne de séparation n’a pu être mise en évidence sur le fragment de la salle capitulaire. Peut-être a-t-on affaire à deux variantes de marguerites annelées ou plus vraisemblablement la petite ligne pourrait correspondre à une incision de pré-découpage des carreaux avant cuisson. D’autres carreaux, tout aussi fragmentaires, ont été collectés lors de sondages archéologiques dans les parties orientales de l’église de Cluny ou encore dans l’avant-nef.

  • 182 NORTON Christopher, op. cit., 1992, p. 52-54, 84-89.
  • 183 NORTON Christopher, op. cit., 1992, (...)
  • 184 MAC INTYRE Peter, op. cit., 2009, p. 254, fig. 12a, n° (...)
  • 185 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 44 ,n° 264.
  • 186 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 37, n° 95.
  • 187 Les carreaux de l’abbaye de Moutiers-Saint-Jean sont conse (...)
  • 188 CARRIERRE-DESBOIS Catherine, "Les carreaux de pavement dan (...)
  • 189 LEON Yoanna, BEN AMARA Ayed, CONTE Patrice, op. cit., 2007 (...)

143Le principe de composition qui consiste à placer quatre petits éléments de vocabulaire sur un carreau de format carré, existe dès la seconde moitié du XIIIe siècle. Généralement, ce sont même les grands motifs ornementaux du site consommateur qui sont déclinés en petite taille. Dans la salle capitulaire de l’abbaye bénédictine de Saint-Germain-des-Prés, a été retrouvé un pavement comprenant des panneaux de carreaux de mosaïque et des carreaux bicolores parmi lesquels on observe des petits châteaux de Castille, des fleurs-de-lys, des marguerites et des bandes diagonales. Ce carrelage a été exécuté vers 1273182. Au prieuré d’Argenteuil, dans la crypte de l’église Notre-Dame, se reconnaissent ces mêmes petits motifs portés par des carreaux prédécoupés avant cuisson pour obtenir des petits formats de 6 cm. Ce carrelage date des années 1275183. Au prieuré Saint-Ayoul de Provins (Seine-et-Marne), ce sont des petites marguerites et des fleurs-de-lys qui s’égayent deux par deux sur la surface de carreaux qui, pour certains, ont été pré-incisés avant cuisson184. En Bourgogne, au château de Marguerite de Tonnerre (Yonne), ont été mis au jour au XIXe siècle des carreaux bicolores parmi lesquels on observe deux marguerites à six lobes et deux fleurs-de-lys positionnées en biais par rapport à la surface d’un carreau de 13 x 13 x 2,5 cm. Ces carreaux auraient été produits vers la fin du XIIIe siècle185. Le même motif se rencontre au château du Roy, à Saint-Seine-sur-Vingeanne (Côte-d'Or), sur des carreaux de 12,5 x 12,5 x 2,5 cm186. Ces carreaux ont pu être fabriqués vers la fin du XIIIe siècle. De l’ancienne abbaye de Moutiers-Saint-Jean (Côte-d'Or) provient un motif de deux petites marguerites à cinq lobes et deux petites fleurs-de-lys fleuronnées disposées en paires alternées dans un quadrillage orthonormé. Le format associé est de 12,3 cm pour une épaisseur de 2,6 cm187. Ces carreaux ont pu être produits vers la fin du XIIIe- début du XIVe siècle. Au Manoir de Vincennes, les fouilles ont permis de déterminer un large corpus de carreaux de 12 x 12 cm porteurs chacun du château de Castille, de deux marguerites annelées, d’une fleur-de-lys qui se retrouvent en miniature associés par quatre sur des carreaux bicolores qui étaient pré-découpés pour former des petits carreaux de 6 cm. Ces carreaux ont été fabriqués au cours du XIVe siècle188. La combinaison de ces quatre motifs est aussi attestée au château de Chalucet (Haute-Vienne) sur des carreaux bicolores de la fin du XIIIe – début du XIVe siècle189.

144Tous ces exemples montrent que cette thématique de petits motifs multipliés au sein d’une même surface est illustrée sur des carreaux bicolores de la seconde moitié du XIIIe au XIVe siècle et associée à un petit format de 6 cm qui est celui de ce motif de Cluny.

  • 190 GALLY Michel, op. cit., 1859-62, p. (...)
  • 191 AME Emile, op. cit., Paris, 1859.
  • 192 Ce parti esthétique semble lié à la région d’Avallon puisq (...)
  • 193 COURTOIS Félix et Henri, op. cit., 1881, p. 119-133.

145La comparaison devient plus intéressante avec des carreaux découverts dans une tour à Précy-le-Sec190 (Yonne) et dans l’ancien château de Courtrolles191 (Yonne). Malheureusement, ces carreaux ne sont connus que par des publications et des dessins du XIXe siècle. Si les deux motifs semblent identiques, on se doit cependant de demeurer prudent car les dessins du XIXe siècle comportent souvent des corrections esthétiques modifiant les éléments de vocabulaire médiévaux. Quatre marguerites se répartissent sur la surface d’un carreau. Elles se détachent chacune d’un cercle brun. Le traitement stylistique de celui-ci est intéressant, car sur la plupart des marguerites annelées de la seconde moitié du XIIIe siècle, le cercle est figuré par un large brin ; il est plus rarement indiqué par son remplissage192. Un petit losange centre la composition et quatre besants séparent les cercles entre eux. Ces carreaux de Précy-le-Sec sont datés du XIIIe siècle quand ceux de Courtrolles remonteraient au XIVe siècle. Le château de Montcenis (Saône-et-Loire) propose une autre variante avec quatre marguerites à cinq lobes cerclées sur des carreaux du XIIIe siècle193.

  • 194 BRUT Catherine, PRIÉ Arnaud, op. cit., 1999, p. 178, fig. 4 et p. (...)
  • 195 Ce carreau résulte d’un prédécoupage avant cuisson d’un ca (...)
  • 196 LOWE Barbara J., op. cit., 2003, p. 35, n° (...)

146Ces exemples porteurs de petits éléments de vocabulaire, et plus particulièrement de petites marguerites cerclées, appartiennent aux premiers temps des carreaux bicolores, soit à des productions de la seconde moitié du XIIIe siècle (Montcenis, Précy-le-Sec) voire du début du XIVe siècle (Moutiers-Saint-Jean, Vincennes, Courtrolles ?). Le motif de Cluny ne paraît pas devoir remonter à la seconde moitié du XIIIe siècle, à cause du traitement stylistique apporté aux lobes de la marguerite. Ils ne sont pas arrondis, à l’exemple de la marguerite annelée du début de la seconde moitié du XIIIe siècle de Cluny. Ils sont profondément découpés et les pétales sont aplatis à leur extrémité. Sans atteindre la géométrisation des marguerites du quart de roue au rinceau à marguerites de Cluny, le traitement stylistique dont font preuve ces petites marguerites, autorise une datation vers la fin du XIIIe siècle. Un parallèle peut être fait avec le prieuré royal de St-Martin des Champs à Paris où, parmi les carreaux bicolores découverts dans le remplissage de sépultures de la nef, figure une marguerite annelée. Ses cinq lobes sont très découpés et accusent une certaine maigreur mais leur terminaison est plate ce qui est commun à Cluny. Ces carreaux sont datés de la fin du XIIIe - XIVe siècle194. Des marguerites parent aussi des carreaux anglais produits vers la fin du XIIIe siècle. À la cathédrale de Wells, la marguerite est portée par un carreau de 6,5 cm195. À l’abbaye de Keynsham, la marguerite figure sur un carreau de 13 cm. Ses lobes sont échancrés et leur sommet est aplati, comme à Cluny196. Ce carreau est daté de la fin du XIIIe – début du XIVe siècle.

147Cette comparaison nous autorise à proposer une fabrication des carreaux porteurs des quatre petites marguerites annelées de Cluny vers la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle. Ce motif était vraisemblablement commun à la mise en valeur des sols de l’avant-nef. Les carreaux qui le portaient s’avéraient être pratiques pour varier les effets au sol ainsi que pour permettre les raccords entre les panneaux.

2.4.2. Quadrillage de fleurs-de-lys et de marguerites

148N°147.109 [cassé]
Aucun bord de conservé. Ép. 3 cm
XIVe siècle
Bibliographie : ORGEUR Magali, op. cit., 2002, p. 79, PINETTE Matthieu, op. cit., 2011, p. 806, type B/29.

149Un quadrillage disposé en biais par rapport à la surface du carreau sert d’écrin à des fleurs-de-lys et à des marguerites à cinq lobes, disposées chacune dans un petit losange ainsi formé. Il y a trois lignes de trois marguerites et deux lignes de deux fleurs-de-lys complètes. Deux moitiés de fleurs-de-lys s’achèvent sur le bord de la surface pour un agencement multiple.

150Seul un carreau cassé est porteur de ce motif. Par contre, le motif entier décore certains carreaux bicolores du pavement supérieur de l’ancien palais abbatial de Jean de Bourbon à Cluny. Ils ont un format carré de 13,5 à 14 cm pour une épaisseur moyenne de 2,8 à 3 cm. Les fouilles de l’avant-nef de l’église abbatiale de Cluny ont aussi livré un fragment de ce motif. Il était donc commun à plusieurs sols de l’abbaye.

  • 197 ORGEUR Magali, op. cit., 2004, tome 1, p. 344-346 et tome (...)
  • 198 AUBERT Marcel, MAILLE (la Marquise de), L’Architecture (...)
  • 199 VESLY Léon de, op. cit., 1912, p. (...)

151Le thème du quadrillage en biais accueillant un semi de fleurs-de-lys est illustré sur des carreaux bourguignons et normands renvoyant à des productions du XIVe siècle. Ainsi, l’abbaye cistercienne de Fontenay (Côte-d'Or) et le château ducal de Montbard en proposent une variante de 16 cm de côté à cinq fleurs-de-lys pleines197. L’abbaye cistercienne de Bonport198 (Seine-Maritime), l’archevêché et l’hôtel Alligre de Rouen ont livré une variante de 12 cm à quatre fleurs-de-lys pleines199.

152Ces comparaisons viennent renforcer une proposition de datation au cours du XIVe siècle de ce motif de Cluny. De plus, cette variante ajoute la marguerite à la fleur-de-lys, qui est employée seule sur les exemples cités, ce qui confère à la variante de Cluny un aspect plus travaillé, plus recherché car moins répétitif. Le traitement stylistique de la marguerite renvoie à celui du quart de roue à rinceau de marguerites. Les lobes y sont détachés et dessinés soit à pans droits, soit de manière concave, ce qui renforce la concordance chronologique.

153Les autres motifs du second pavement mis au jour dans l’ancien palais abbatial de Jean de Bourbon, correspondant à un ancien édifice, diffèrent totalement de ceux découverts dans la salle capitulaire de Cluny. Le quadrillage de fleurs-de-lys et de marguerites est le seul élément commun. Les formats aussi diffèrent sensiblement puisqu’il sont autour de 13 / 13,5 cm pour les carreaux bicolores de la salle capitulaire, quand ceux du second pavement de l’ancien palais de Jean de Bourbon mesurent de 13,5 à 14 cm. Cet écart, associé à une commande de nouveaux motifs, laisse à penser que ce carreau serait bien une réalisation du XIVe siècle et aurait pu servir pour une réparation du pavement du début de la seconde moitié du XIIIe siècle de la salle capitulaire.

2.4.3. Bandes de losanges avec une marguerite

154N°HC.53 et 199.2 [cassés]
HC.53 : 7,5 x 4,9 cm. Ép. 2,7 cm
199.2 : 14,5 x 5 cm. Ép. 3 cm
Fin du XIIIe siècle – début du XIVe siècle
Bibliographie : PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 41, n° 173, PINETTE Matthieu, op. cit., 2011, p. 810, type C/14.

  • 200 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 41, n° (...)

155Deux carreaux cassés revêtent ce motif. C’est donc avec un autre carreau conservé au musée Ochier qu’a pu être faire cette restitution200. Des carreaux fragmentaires imprimés de ce motif ont aussi été découverts lors des fouilles du bras sud du transept de la Grande Eglise de Cluny.

156Une bande à large brin sépare la surface de manière égale. Deux losanges communiquant ensemble par la pointe abritent chacun une petite marguerite. Le traitement stylistique de cette dernière aux lobes très détachés, aplatis mais aussi arrondis, permet un rapprochement avec le quart de roue à rinceau de marguerites et le quadrillage de fleurs-de-lys et marguerites de Cluny qui appartiennent à des productions de la fin du XIIIe et du XIVe siècle. Ces comparaisons étroites autorisent une fabrication de ces carreaux dans cette même fourchette chronologique.

157La restitution proposée ne semble pas être complète et il est fortement probable qu’une troisième bande de losanges existait pour avoir un carreau de format carré. Ce motif ne connaît pas de parallèle en l’état actuel de la recherche et a donc été spécialement conçu pour l’abbaye de Cluny.

3. Carreau XIVe / XVe siècle

3.1. Triangles entrelacés formant une étoile

158N°HC.52 [cassé]
Aucun bord conservé. Epaisseur non mesurable.
XIVe –XVe siècle
Bibliographie : PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 41, n° 175, ROLLIER Gilles, Les fouilles archéologiques de l’avant-nef, Cahiers de Cluny du Musée d’Art et d’Archéologie, n° 1, 1996, p. 19, ORGEUR Magali, op. cit., 2002, p. 76-79, PINETTE Matthieu, op. cit., 2011, p. 801, type B/1.

159À l’intérieur d’un grand cercle apparaît une étoile issue d’entrelacs à feuilles d’érable qui protègent une fleur constituée de petites navettes. Aux angles du carreau ont été placés des demi-motifs végétaux, avec une feuille centrale arrondie et deux feuilles latérales plus longues. Les lignes des triangles se soulèvent et s’arrondissent légèrement à chaque passage au-dessus de la fleur de navettes ce qui confère souplesse et élégance à ce motif.

  • 201 C’est Matthieu Pinette qui, le premier, a proposé cette (...)

160Ce seul carreau fragmentaire a été retrouvé lors des fouilles. Le fait que ce motif était déjà connu à Cluny, a permis une identification aisée. En effet, il est conservé au musée Ochier et a été mis au jour dans les fouilles de l’avant-nef et se présente aussi sur le pavement supérieur du Palais de Jean de Bourbon à Cluny. Ces carreaux ont un format carré de 13,5 à 14 cm pour une épaisseur de 3,5 cm et sont datés du XIVe siècle201.

  • 202 L’épaisseur ne peut être mesurée car le carreau est enchâssé d (...)
  • 203 Nous revenons sur la proposition de datation que nous avions f (...)

161Un carreau bicolore de l’abbaye cistercienne de Fontenay propose un des plus anciens exemples de ce thème. Une petite marguerite aux lobes atrophiés et déchirés est au centre d’une étoile formée par l’imbrication de deux triangles équilatéraux dont les traits communiquent aux intersections mais aussi au cercle qui les entourent. Ce cercle est hérissé de petites excroissances circulaires pointant vers les angles de la surface. Le format carré est petit avec 12 cm de côté202 et pourrait accréditer une fabrication dans la seconde moitié du XIIIe siècle203.

  • 204 EAMES Elizabeth, op. cit., 1980, p. 296, carreau n° 387, motif (...)
  • 205 EAMES Elizabeth, op. cit., 1980, p. 296, carreau n° 398, motif (...)
  • 206 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 41, n° 185 ; ROS (...)

162En Angleterre, trois motifs semblables à celui de Cluny sont basés sur l’étoile. Elle évolue au centre d’un cercle à un brin. Cette étoile à six branches se compose de deux triangles équilatéraux emboîtés, leurs traits communiquant entre eux. Le centre est occupé par un hexagone à bords concaves poinçonné d’un besant. Deux carreaux proviennent de Northfleet et un troisième peut-être de Londres204. Ils ont un format carré autour de 11 cm pour une épaisseur de 1,9 cm. Ils ont été fabriqués par l’atelier de Penn au XIVe siècle. La dernière variante est intéressante car les angles de la surface sont ponctués de deux demi-feuilles ondulées offrant un parallèle saisissant avec les petits motifs végétaux des angles du motif de Cluny. Produit aussi par l’atelier de Penn au XIVe siècle, le carreau porteur de cette variante a été retrouvé à Londres, au prieuré Saint John de Clerkenwell205. Son format carré est le même que pour les autres carreaux cités ci-dessus. Les étoiles de ces trois sites anglais et celle de Cluny sont élaborées selon le même schéma, à partir de deux triangles équilatéraux, ce qui constitue un indicateur chronologique pour une fabrication contemporaine. Il est à signaler qu’à Cluny, une tige à feuille d’érable se dresse à l’angle de chacune des branches de l’étoile. La feuille d’érable est un élément de vocabulaire largement employé sur les motifs des carreaux bicolores de l’abbaye cistercienne de Fontenay (Côte-d’Or), produits de la seconde moitié du XIIIe jusqu'à la fin du XIVe siècle. Le château ducal de Germolles (Saône-et-Loire) et la chartreuse de Champmol à Dijon étaient pavés de carreaux bicolores carrés de 13 cm fabriqués de 1388 à 1390206. Parmi eux, un motif d’étoile à six branches résulte du croisement de deux triangles équilatéraux. Les pointes des triangles entourent le cercle à large brin qui ceinture l’étoile. Ce motif présente une certaine sophistication par rapport à celui de Cluny dont les éléments de vocabulaire sont plus épurés. Un autre motif commun à Germolles et à Champmol est une rosace hérissée de tiges à feuilles d’érables. L’illustration d’une thématique décorative commune, par ces étoiles à six branches et l’emploi de feuilles d’érables, constitue un indicateur chronologique fiable dans la mesure où ces carreaux sont précisément datés grâce aux archives ducales. Le carreau de Cluny semble bien être une production du XIVe siècle.

  • 207 BLARY François, Découverte récente de carreaux de pavement à g (...)

163Le dernier élément constitutif de ce motif est la rosace centrale dessinée à partir de douze petites navettes. L’abbaye de Saint-Riquier (Somme) conserve parmi ses pavements des carreaux bicolores ornés d’une rosace obtenue par le même nombre de navettes. Ces rosaces sont identiques. Les carreaux ont un format carré de 13 à 13,3 cm pour une épaisseur de 2,8 à 3 cm. Ils sont datés à l’aide de documents d’archives concernant la réfection de sols et non sur des critères de fabrication des carreaux, sur le vocabulaire ornemental ou la stylistique des motifs207. La proposition de datation va vers la fin du XVe siècle. La communauté des rosaces entre les motifs différents de Saint-Riquier et de Cluny ouvrirait donc la fourchette chronologique vers le XVe siècle. Le recours à la feuille d’érable sur le motif de Cluny et la disposition des deux triangles pour dessiner l’étoile à six branches sont des indicateurs chronologiques en faveur du XIVe siècle. Cependant, on ne peut écarter une production plus récente, au XVe siècle, par la présence de cette rosace. On proposera donc une fourchette chronologique large XIVe / XVe siècle pour ce carreau.

4. Motif fragmentaire

4.1. Rinceau donnant naissance à un animal

164N°HC.37 [cassé]
12,4 x 7,5 cm. Ép. 2,7 cm
Fin du XIIIe – début du XIVe siècle

165Ce carreau fragmentaire provient des remblais de la salle capitulaire. Seul le côté gauche du carreau est conservé. On discerne un rinceau végétal et une partie d’un animal. Est-ce le poitrail ou le train arrière ? Il n’est pas possible de savoir à cause de l’emplacement de la cassure. La présence de deux angles permet de restituer un format carré de 12 cm.

166Le choix des éléments de vocabulaire, rinceau et animal, autorise une comparaison avec le motif de l’abbaye cistercienne de Fontenay (Côte-d'Or) du quart de roue au sanglier. La partie supérieure du rinceau de Cluny suit le même mouvement que sur le côté gauche du motif de Fontenay. Sur ce dernier, le sanglier communique avec le rinceau depuis une de ses pattes arrière. Aurait-on voulu faire de même à Cluny ? Deux fragments de carreaux bicolores provenant des fouilles anciennes des vestiges du château de Noyers-sur-Serein sont animés d’un quart de roue à rinceau végétal avec un animal aux oreilles pointues (une chèvre ?). Le traitement du rinceau végétal est très proche de celui du quart de roue de Fontenay. D’ailleurs, de nombreux carreaux bicolores découverts sur le site sont porteurs de mêmes motifs qu’à l’abbaye de Fontenay et au château ducal de Montbard. Ils sont certainement le fruit de l’atelier producteur de Fontenay. Ce motif est-il une variante locale ou bien une production de l’atelier de Fontenay ? L’absence de ce motif dans le corpus étendu de Fontenay militerait plutôt en faveur d’une variante émise par un autre atelier producteur qui aurait repris les codes ornementaux du quart de roue de sanglier pour en exprimer une nouvelle variante. Il est regrettable que l’arrière du motif ne soit pas connu car il aurait pu servir de comparaison au fragment de Cluny. Il est tout aussi dommageable qu’il manque l’avant du motif à Cluny, rendant difficile la détermination de liens ornementaux entre sites consommateurs et producteurs de carreaux bicolores vers la fin du XIIIe et au cours du XIVe siècle.

  • 208 ORGEUR Magali, op. cit. 2004, tome 1, p. 367-368.

167En l’état actuel du motif de Cluny, on ne peut que supposer un lien thématique avec le motif de Fontenay qui décore des carreaux de 14 cm de côté ayant pu être produits vers la fin du XIIIe et au cours du XIVe siècle208, ce qui permet de proposer une fourchette de datation identique, même si le format du carreau est plus petit à Cluny.

Notes

1 HC.05 ©/ HC.07.07 ©/ 015.015 © / 028.015 ©/ 08.051 ©/ 071.2 / 071.13.01 et 02 / 071.16 / 071.30 ©/ 071.53 / 071.98 / 071.100 / 071.122 / 071.135 / 083.01 ©/ 147.56 ©/ 147.93 / 147.103 / 173.6 © (3). © indique un carreau cassé. Les numéros entre parenthèses comptabilisent la quantité de fragments.

2 PINETTE Matthieu, op. cit., 1981, p. 40 ; LEON Yoanna, BEN AMARA Ayed, CONTE Patrice, op. cit., 2007, p. 4.

3 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 44.

4 Le numéro d’inventaire de ce carreau est le 992.129. Il est publié dans PLOUVIER Martine, ORGEUR Magali, "Céramique d’architecture", in SAINT-DENIS Alain, PLOUVIER Martine dir., Pour une histoire monumentale de l’abbaye de Cîteaux 1098-1998, Vitreux-Dijon,éd. Revue Cîteaux Commentarii Cistercienses et Association Bourguignonne des Sociétés Savantes, 1998, p. 111-119, planche V, fig. 1.

5 Des fouilles archéologiques dirigées par Jean Nicolle ont été menées d’août à novembre 1979.

6 GALLY Michel,"Les carreaux émaillés découverts à Précy-le-Sec, canton de Lisle-sur-Serein", Bulletin de la Société d’Etudes d’Avallon, tome 3, 1859-62, p. 111-113.

7 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 43, n° 238, NORTON Christopher, op. cit., 1992, p. 58, 122-123.

8 Comme des carreaux ornés de la marguerite cerclée sont connus, il est possible de les comparer au dessin du XIXe siècle. Il ne se dégage aucune correction esthétique. De ce fait, on suppose que l’auteur de ces dessins les a réalisés avec une relative fiabilité.

9 GILLON Pierre, op. cit., 2009, p. 111-113, fig. 5e.

10 BRUT Catherine, PRIE Arnaud, op. cit., 2009, p. 178, fig. 4. Ces carreaux ont été trouvés dans le remplissage des sépultures tardives de la nef de l’église priorale.

11 BLARY François, DUREY-BLARY Véronique, "Coucy le château (Aisne), découverte d’un carrelage du 13ème siècle", Bulletin Monumental, Paris : Société Française d’Archéologie, 1989-90, tome 147, p. 147-148 ; BLARY François, DUREY-BLARY Véronique, "Un pavement de céramique du début du 13ème siècle découvert dans une tour de l’enceinte urbaine de Coucy le Château (Aisne)", Revue Archéologique de Picardie, 1994, n° 3-4, p. 124, fig. 9, p. 129-130 pour la proposition de datation.

12 BLARY François, DUREY-BLARY Véronique, op. cit., 1994, p. 123.

13 COURTOIS F. et H., "Notes sur le château de Montcenis et sur les carreaux émaillés", Mémoires de la Société Eduenne des Lettres, Sciences et Arts, 1881, tome 10, p. 119-133.

14 LAGARDE Françoise, "Pavement de la tour de la Taillerie et carreaux historiés du Louvre", Les Dossiers d’Archéologie, éd. Faton, Avril 1994, n° 192, p. 47, fig. supérieure.

15 BERNARD Jean-Louis, op. cit., 2009, p. 194.

16 NORTON Christopher, op. cit., 1992, p. 34.

17 CARETTE Martine, DEROEUX Didier, op. cit., 1985, planche IX, motifs DA Ia, DA Ic, DA Id, DA 1e,, DA If, DA Ig. En Aquitaine, au château de Blanquefort, ce sont des marguerites annelées que l’on remarque dans TRIDANT Alain, Les carreaux de pavement de la forteresse médiévale de Blanquefort (Gironde), Blanquefort, éd. G.A.H.B.L.E., 2005, p. 184-185.

18 BETTS Ian M, op. cit., 2002, p. 13-15, fig. KL8.

19 HC.02 © / HC.4.55 / HC.06 © / HC.09 / HC.31 / HC.43 / 01.056 © à 03.056 © / 07.056 © / 08.056 © / 011.056 © / 013.056 © à 022.056 © / 024.056 © à 029.056 © / 031.056 © / 056.01© / 056.05 / 056.11 © (2) / 056.12 © (2) / 056.13 © (2) / 056.14 © (2) / 056.15 © (4) / 056.16 à 056.34 / 071.14 / 071.17 © / 071.24 © / 071.27 © / 071.36 / 071.51 et 52 / 071.65 / 071.75 / 071.77 / 071.99 / 071.107 / 071.115 / 071.118/ 071.120 / 071.134 / 075.01© / 075.05 et 06 ©. © indique un carreau cassé. Les numéros entre parenthèses comptabilisent le nombre de fragments.

20 PERROT Françoise, "Le vitrail à la Sainte-Chapelle", in LE POGAM Pierre-Yves, VIVET-PECLET Christine dir, Saint Louis, Paris, Ed. du Patrimoine, Centre des Monuments Nationaux, 2014, p. 111-129. Regarder notamment les panneaux de la baie M.

21 DAVY Christian, "La peinture murale en Anjou au XIIIe siècle : synthèse et question nouvelle", in VAQUET Etienne dir., Saint Louis et l’Anjou, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014, p. 271, fig. 10.

22 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 40, p. 44.

23 L’abbaye cistercienne de Chaalis (Oise) connaît un motif de fleur-de-lys festonnée centrée. BLARY François, op. cit., 1992, p. 368, dessin 8. Un motif de la forteresse de Blanquefort (Gironde) est une fleur-de-lys placée de manière frontale au centre du carreau. TRIDANT Alain, op. cit., 2005, p. 122-123.

24 Ce carreau est enchâssé avec beaucoup d’autres dans une réfection moderne de la banquette de la fenêtre sud de la salle capitulaire, ses tranches et donc son épaisseur ne sont pas visibles.

25 Ce motif des fleurons rayonnants est connu à l’abbaye de Saint-Benoit-sur-Loire où il orne des carreaux bicolores expérimentaux retrouvés dans une des galeries de l’ancien cloître. NORTON Christopher, "The origins of two-colour tiles in France and in England", in DEROEUX Didier dir., op. cit., 1986, p. 282-283.

26 NORTON Christopher, op. cit., 1992, p. 35.

27 PINETTE Matthieu, op. cit., 1981, p. 44, fig. 252.

28 PINETTE Matthieu, op. cit., 1981, p. 39, fig. 151.

29 CARETTE Martine, DEROEUX Didier, op. cit., 1985, p. 53-55, 95.

30 BLARY François, DUREY-BLARY Véronique, op. cit., 1989-90, p. 147-148.

31 NORTON Christopher, op. cit., 1992, p. 46, fig. 28 et p. 94-95, fig.76, motif 47.

32 NORTON Christopher, op. cit., 1992, p. 99. Il est à noter que, parmi les carreaux bicolores du château royal de Vaux-la-Reine à Combs-la-Ville, un motif de fleur-de-lys est identique à celui du château du Louvre. Cette communauté est aussi avérée pour la scène de chasse et peut s’expliquer par une commande passée à la même tuilerie ; commande qui reste dans la mouvance royale puisque la propriétaire du château était alors la belle-sœur de Saint Louis. SENEE Alain, "Les carreaux de pavement du château royal de Vaux-La-Reine à Combs-la-Ville (Seine-et-Marne)", in CHAPELOT Jean, CHAPELOT Odette, RIETH Bénédicte dir., op. cit., 2009, p. 221-226.

33 BERNARD Jean-Louis, op. cit., 2009, p. 196.

34 BRUT Catherine, PRIE Arnaud, op. cit., 2009, p. 181-182, fig. 8.

35 MAC INTYRE Peter, "Disposition des carrelages dans le prieuré bénédictin de Saint-Ayoul de Provins (Seine-et-Marne)", in CHAPELOT Jean, CHAPELOT Odette, RIETH Bénédicte dir., op. cit., 2009, p. 196.

BRUT Catherine, PRIE Arnaud, op. cit., 2009, p. 254, fig. 12, n° 21, 22, 23, 24, 25, 31.

36 MAYER Jannie dir., op. cit., 1999, p. 209, motifs 18, 18b, 19.

37 PINETTE Matthieu, op. cit., 1981, p. 39.

38 ORGEUR Magali, op. cit., 2006 b, p. 17-22.

39 HC.02.02 © / HC.03.03 © / HC.07.01 et 02 © / HC.10 © (2) / 016.21.04 © / 071.15 / 071.34 et 35 / 071.38 / 071.45 / 071.102 / 071.121 / 146.04. © indique un carreau cassé. Le numéro entre parenthèse comptabilise le nombre de fragments.

40 LOWE Barbara J., Decorated medieval floor tiles of Somerset, Trowbridge, Wiltshire, Ed. Somerset Archaeological and Natural History Society and Somerset County Museums Service, 2003, p. 34, notices 262 à 264.

41 CARETTE Martine, DEROEUX Didier, op. cit., 1985, p. 100-101, n° 46.

42 HC.12 © / 016.10 et 11 / 016.16 © / 016.21 © / 029.5 / 527.05 © / 071.1 / 071.80 et 81 / 071.90 / 071.106 / 071.109 © (2) / 071.114 / 147.51 / 147.52 © / 147.94 © (2) / 173.2 et 3 ©. © indique un carreau cassé. Les chiffres entre parenthèses comptabilisent le nombre de fragments.

43 ORGEUR Magali, "Les carreaux de pavement décorés des abbayes cisterciennes de l’Yonne", in KINDER Terryl Nancy dir., Les Cisterciens dans l’Yonne, 1999, p. 41-42, ill. 23. ORGEUR Magali, "Les carreaux de pavement incisés de l’abbaye cistercienne des Echarlis", in CHAPELOT Jean, CHAPELOT Odette, RIETH Bénédicte, dir., op. cit., 2009, p. 263-265.

44 NORTON Christopher, op. cit., 1986, p. 282-285. Ces carreaux ont été découverts dans la galerie Est du cloître.

45 NORTON Christopher, op. cit., 1986, p. 285.

46 TRIDANT Alain, op. cit., 2005, p. 124-129.

47 TRIDANT Alain, op. cit., 2005, p. 255.

48 BERNARD Jean-Louis, op. cit., 2009, p. 189.

49 MAC INTYRE Peter, op. cit., 2009, p. 243-257.

50 En Flandre et en Artois, il se rencontre encore sur des carreaux de la fin du XIIIe et du début du XIVe siècle avec, pour exemple, la tour octogonale de la cathédrale Notre-Dame de Saint-Omer dans CARETTE Martine, DEROEUX Didier, op. cit., 1985, p. 133-135, n° 261. Le château de Rihoult en a livré un modèle daté de la seconde moitié du XIIIe siècle, p. 100-101, n° 48.

51 BETTS Ian M, op. cit., 2002, p. 29-30 et figure W95.

52 HC.04 © / HC.07 © / 011.015 / 015.17 / 015.18 © / 016.29 / 029.7 © (3) / 071.04 / 071.07© / 071.10 / 071.11.03 © / 071.11.04 / 071.32 © (2) / 071.46 / 071.49 et 50 / 071.61 / 071.74 / 071.82 / 071.97 / 071.116 / 05.077 / 147.94.01 / 147.04.02 ©. © indique un carreau cassé. Les chiffres entre parenthèses comptabilisent le nombre de fragments.

53 GRODECKI Louis, PERROT Françoise dir., Les vitraux du Centre et des Pays de la Loire, Paris : éd. CNRS, Corpus Vitrearum, volume II, 1981 ; Les vitraux de Bourgogne, Franche-Comté et Rhône-Alpes, Paris, Ed. CNRS, Corpus Vitrearum et Inventaire Général, 1986, volume III ; PASTAN Elizabeth C., BALCON Sylvie, Les vitraux du chœur de la cathédrale de Troyes, Paris, Ed. CTHS, France Volume II, 2006.

54 01.064 / 016.25 © / 071.67 / 173.1 / 221.1. © indique un carreau cassé.

55 012.064 © / 02.075 © / 012.075 © / 029.3 © / 147.112 ©. © indique un carreau cassé.

56 Aucun carreau entier n’a été retrouvé porteur de ce motif. Il a donc été reconstitué à partir de trois fragments : les pattes arrières sont issues du carreau 02.075, la tête et la queue du carreau 012.075 et la partie inférieure du lion du carreau 147.112.

57 ORGEUR Magali, op. cit, 2004, tome 1, p. 299-301 ; ORGEUR Magali, op. cit., 2006 b, p. 7-9.

58 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 44, n° 258.

59 BLARY François, DUREY-BLARY Véronique, op. cit., 1994, p. 124, fig. 4 et 5, p. 129-130.

60 TRIDANT Alain, op. cit., 2005, p. 138-139.

61 TRIDANT Alain, op. cit., 2005, p. 140-147.

62 La maison canoniale est au 2 rue du cloître. MAYER Jannie dir., op. cit, 1999, p. 212, motif 31a.

63 BLARY François, op. cit., 1994, p. 368, n° 4 et p. 377, n° 53.

64 GILLON Pierre, op. cit., 2009, p. 113, fig. 5j.

65 BERNARD Jean-Louis, op. cit., 2009, p. 189.

66 NORTON Christopher, op. cit, 1992, p. 34.

67 MAC INTYRE Peter, op. cit., 2009, p. 254, n° 1 à 5. Le n° 6 n’est pas pris en compte parce qu’il n’est pas complet.

68 EAMES Elizabeth, op. cit, 1980, tome 2, p. 371, motif 1773 sur carreaux 3451 à 3456.

69 EAMES Elizabeth, op. cit., 1992, p. 41.

70 EAMES Elizabeth, op. cit., 1980, tome 1, p. 294, motif 1782 porté par les carreaux 284 (cathédrale de Winchester), 301 (église de North Stoneham), 303 (cathédrale de Salisbury).

71 EAMES Elizabeth, op. cit., 1980, tome 1, p. 294, motif 1783, carreau 298.

72 EAMES Elizabeth, op. cit., 1980, tome 1, p. 309, motif 1793, carreau 1166.

73 EAMES Elizabeth, op. cit., 1980, tome 1, p. 342, motif 1794, carreaux 2258 et 2259.

74 VESLY Léon de, La céramique ornementale en Haute-Normandie pendant le Moyen Age et la Renaissance, Congrès du millénaire de la Normandie (911-1911), Compte rendu des travaux, Rouen, tome 2, 1912, p. 189-256, Pl XII, fig. 17 et Pl XIII, fig. 9.

75 CARETTE Martine, DEROEUX Didier, op. cit., 1985, planche VII, figures animales CA Ic à Andres (carreau n° 13) et à la Capelle (carreau n° 84 pour la fin du XIIIe – début du XIVe siècle), CA Id à Hermelinghen (n° 191, carreau fin XIIIe – début XIVe siècle, CA IIa au château de Rihoult (n° 50 carreau avant la fin du XIIIe siècle).

76 LE POGAM Pierre-Yves, "La splendeur de l’art de la cour de saint Louis", in LE POGAM Pierre-Yves, VIVET-PECLET Christine dir., op. cit., 2014, p. 158-159, ill.127 et p. 204, Cat.17.

77 On retrouve les mêmes codifications que sur les lions de Cluny telles que la vue de profil, les pattes tréflées, la queue en S, les gueules entrouvertes.

78 MAYER Jannie dir., op. cit., 1999, p. 46.

79 LOWE Barbara J., op. cit., 2003, p. 21, n° 101.

80 BLARY François, DUREY-BLARY Véronique, op. cit., 1994, p. 123-124.

81 ORGEUR Magali, op. cit., 1999, p. 45, ill. 29 ; ORGEUR Magali, op. cit., 2006 b, p. 3-6.

82 EAMES Elizabeth, op. cit., 1980, tome 2, motif 1868, p. 637, carreaux 11960 / 11961 / 11965 / 11969.

83 EAMES Elizabeth, op. cit., 1958, p. 95-106 ; EAMES Elizabeth, op. cit., 1992, p. 40-41 et fig. 44.

84 EAMES Elizabeth, op. cit., 1980, tome 2, p. 637, n° 1868.

85 EAMES Elizabeth, op. cit., 1980, tome 2, p. 294, n° 1872.

86 EAMES Elizabeth, op. cit., 1980, tome 2, p. 359, n° 1874.

87 LOWE Barbara J., op. cit., 2003, p. 20, n° 81 pour l’abbaye de Keynsham et 82 pour l’église de Wedmore.

88 Il sera repris dans le Val de Loire sur des carreaux du XIVe siècle comme à Morannes (M 1/ M 10) et à Brain-sur-Allonnes (B 19). CLAIR Frédéric, LECOMPTE Jean-Paul, "Une série de carreaux de pavement du 14ème siècle dans le Val de Loire", in DEROEUX Didier, op. cit., 1986, p. 308-320

89 HC.15 / 016.27 © / 038.056 © / 071.12.01 © / 071.25 © / 071.84 / 071.87 / 071.89 / 071.103 / 071.110 / 097.7© / 147.60 © / 147.61 © (3). © indique un carreau cassé. Les chiffres entre parenthèse comptabilisent le nombre de fragments.

90 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 44, n° 256.

91 PLOUVIER Martine, ORGEUR Magali, op. cit., 1998, p. 112, planche VI, n° 3.

92 MAYER Jannie dir., op. cit., 1999, p. 36, 47 et 57.

93 BRUT Catherine, PRIE Arnaud, op. cit., 2009, p. 178, fig. 4.

94 MAIMBOURG Bruno, op. cit., 2009, p. 308, fig. 4, n° 087 pour le chevalier à dextre et n° 125 pour le chevalier à senestre.

95 Ce motif se trouve sur des carreaux de Saint-Bertin ( n° 200) et à Notre-Dame de Saint-Omer dans la salle haute de la tour octogonale (n° 269). Il est à noter que les cavaliers sont identifiables à leur écu chargé d’une croix pattée qui orne aussi le caparaçon du cheval. CARETTE Martine, DEROEUX Didier, op. cit., 1985, p. 71 BB Ia et BB Ic.

96 À Notre-Dame de Saint-Omer, dans la salle haute de la tour octogonale se voit un motif de cavalier (BB Id), tout comme à Azincourt (BB Ie). CARETTE Martine, DEROEUX Didier, op. cit., 1985, p. 71.

97 CARETTE Martine, DEROEUX Didier, op. cit., 1985, p. 125.

98 COULTHARD Nicola, DELACAMPAGNE Florence, Pavés et plates-tombes, Collection de la Société des Antiquaires de Normandie conservée au Musée de Normandie, Caen, Ed. Conseil Général de Normandie et les Annales de Normandie, 1995, p. 56-57, motif 1 trouvé à l’abbaye Sainte-Marie-de-Longues (Calvados) et motif 2 provenant de la cathédrale de Bayeux.

99 TRIDANT Alain, op. cit., 2005, p. 263.

100 BETTS Ian M., op. cit., 2002, p. 13-14.

101 BETTS Ian M., op. cit., 2002, p. 1.

102 HC.13.01 © (2) / HC13.02 © / HC.34 © (2) / HC.39 et 40 © / 016.21.02 © / 031.1 © / 071.29 © / 071.56 / 071.94 / 071.104 / 147.55 / 147.56 © (3) / 147.95.01 © / 147.95.02 © (2) / 149.4 ©. © indique un carreau cassé. Les chiffres entre parenthèse comptabilisent le nombre de fragments.

103 On le trouve dans l’art tardo-antique du pourtour méditerranéen. ZAKIN Helen, French cistercian grisaille glass, New-York Londres, Garland Publishing, 1979, p. 87-89 ; ORGEUR Magali, op. cit., 2004, tome 1,p. 225-237 et p. 323.

104 STRATFORD Neil, "Les grands chapiteaux de Cluny", in STRATFORD Neil dir., op. cit., 2010, p. 116-129.

105 STERN Henri, BLANCHARD-LEMEE Maryse, Mosaïques Médiévales, Recueil général des mosaïques de la Gaule, Lyonnaise, tome 4, Xème supplément à Gallia, Paris, CNRS, 1975, p. 137, PL LXXVI, fig. 18* A e et 18* A f ; MAURICE-CHABARD Brigitte, op. cit., 2011, p. 773-774, motif de rosace à pétales simples.

106 MAURICE Brigitte, "Les pavements du choeur de Cluny III : iconographie et technique", in Le gouvernement d’Hugues de Semur à Cluny, colloque scientifique international, Musée Ochier, 1988, p. 370.

107 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 44, n° 249.

108 DUFAY Bruno et al., "Inventaire des carreaux de pavement en terre cuite glaçurée médiévaux retrouvés dans le département des Yvelines", in CHAPELOT Jean, CHAPELOT Odette, RIETH Bénédicte dir., op. cit., 2009, p. 286-288, fig. 5c.

109 TRIDANT Alain, op. cit., 2005, p. 178-179, motif V3a.

110 MAIMBOURG Bruno, op. cit., 2009, p. 308.

111 La distinction des deux motifs opérée par l’archéologue semble factice car un écart de 0,4 cm entre les deux carreaux est trop infime et s’explique davantage par le procédé artisanal de fabrication des carreaux de pavement à l’époque médiévale. D’ailleurs, de tels écarts se remarquent à Cluny et dans tous les sites ayant livré des carreaux médiévaux. Les carreaux de Boves participent de ce constat.

112 BETTS Ian M, op. cit., 2002, p. 58, fig. 44, n° W112 (chapelle du palais Lambeth de Londres) et W113 (abbaye de Westminster et hôpital St-Thomas d’Acre de Londres), p. 23-25 pour les propositions de datation.

113 HC.36 © / HC.41 © / 016.26 © / 071.18 / 071.62 / 071.63 © / 071.68 / 071.86 / 071.96 / 071.105 / 071.108 / 071.123 / 147.57 © / 226.3 © (4) / 370.08 © / 527.06 ©. © indique un carreau cassé. Le chiffre entre parenthèses comptabilise le nombre de fragments.

114 MAYER Jannie dir., op. cit., 1999, p. 41, 64-65, 97, 209, motif 36.

115 CARETTE Martine, DEROEUX Didier, op. cit. , 1985, planche XI, motifs DC Vb (cathédrale de Thérouanne carreaux 294 et 314), DC Vc (à Andres abbaye St-Sauveur et Ste-Rotrude carreau 37, abbaye Notre-Dame de la Capelle carreau 69, attribué à St-Bertin carreau 241, Azincourt carreau 126), DC Vd (Hermelinghen carreau 163, la ville de Thérouanne carreau 313).

116 ORGEUR Magali, op. cit., 2004, tome 1, p. 323-328.

117 PLOUVIER Martine, ORGEUR Magali, op. cit., 1998, p. 112, planche VI n° 1.

118 010.015 © / 029.4 © (14) / 032.056 © / 071.20 © (2) / 071.31 © / 071.64 / 071.78 / 071.83 / 071.92 / 147.88 © (4) / 168.1 © / 226.1 ©. © indique un carreau cassé. Les chiffres entre parenthèses comptabilisent le nombre de fragments.

119 L’épaisseur moyenne de ces carreaux est inconnue car tous les carreaux sont soit trop fragmentés, soit scellés dans un sol. L’exemplaire conservé au musée Ochier a une épaisseur de 2,5 cm.

120 EAMES Elizabeth, op. cit., 1980, dessin 2342 et p. 327, carreaux 1489, 1490, 1491 (Londres), 1492 (Londres), 1494.

121 EAMES Elizabeth, op. cit., 1980, dessin 2337, p. 611, carreau 11,286.

122 EAMES Elizabeth, op. cit., 1980, dessin 2338, p. 668, carreau 13,650.

123 EAMES Elizabeth, op. cit., 1980, dessin 2339, p. 603, carreau 11,050.

124 035.056b © / 071.19 / 147.86 et 87© / 147.97. © indique un carreau cassé.

125 COURTOIS Félix et Henri, "Notes sur le château de Montcenis et sur ses carreaux émaillés", Mémoire de la Société Eduenne, tome X, 1881, p. 119-133.

126 COURTOIS Félix et Henri, op. cit, 1881, p. 119-133 ; PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 42.

127 AME Emile, Histoire des carreaux émaillés du Moyen-Âge et de la Renaissance, Paris, 1859 ; NORTON Christopher, op. cit., 1992, p. 124-125.

128 GRODECKI Louis, PERROT Françoise, TARALON Jean, Les vitraux du Centre et des pays de Loire, Paris, Corpus Vitrearum, Recensement volume II, 1981, p. 172, baie 13.

129 GRODECKI Louis, PERROT Françoise, TARALON Jean, Les vitraux de Bourgogne, de Franche-Comté et Rhône-Alples, Paris, Corpus Vitrearum, Recensement volume III, 1986, cathédrale d’Auxerre p. 115, baie 10, Semur-en-Auxois p. 60-61, baie 1 entre le 2e et le 3e niveau.

130 147.92.01 et 02 / 147.97 © / 016.21.03 ©. © indique un carreau cassé.

131 NORTON Christopher, op. cit., 1992, p. 81-85 et Fig 60, groupe II, carreaux 18.

132 ORGEUR Magali, op. cit., 2004, tome 1, Chapitre 4, motifs des carreaux bicolores, p. 354, les roues de 4 carreaux jusqu’à p. 387.

133 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 36, n° 52.

134 ICKOWICZ Pierre, Les carreaux de pavages médiévaux du Musée de Montbard (musée archéologique), Montbard, Office municipal de la Culture, 1993, n° 21 et 22.

135 CARETTE Martine, DEROEUX Didier, op. cit., 1985, p. 133-135, n° 258.

136 029.06 © / 05.051 © / 06.051 © / 030.056 © / 042.056 / 02.064 / 03.064 / 04.064 / 05.064 / 06.064 / 016.064 © / 010.075 © / 04.077 / 06.077 © / 147.96 © / 147.162 / 147.163 © / 201.1 / 308.01 © / 419.02 ©. © indique un carreau cassé.

137 MAC INTYRE Peter, op. cit., 2009, p. 254.

138 MAIMBOURG Bruno, op. cit., 2009, p. 308-309.

139 MAIMBOURG Bruno, op. cit., 2009, p. 303.

140 ORGEUR Magali, op. cit., 2006 b, p. 17-22.

141 LOWE Barbara J., op. cit., 2003, p. 33, n° 52.

142 EAMES Elizabeth, op. cit., 1963, p. 50.

143 LOWE Barbara J., op. cit., 2003, p. 33, n° 252 et p. 90.

144 071.9 © / 071.40 et 41 / 143.2 © / 662.15 ©. © indique un carreau cassé.

145 MAYER Jannie dir., op. cit., 1999, p. 99.

146 MAYER Jannie dir., op. cit., 1999, p. 211, motif 10.

147 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 42, n° 202 à 204.

148 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 39, n° 128 et 129.

149 LOWE Barbara J., op. cit., 2003, p. 54-55, n° 520, 521 et 522.

150 HC.01 © / 01.015 / 020.015 © / 071.43 / 147.62 © (2). © indique un carreau cassé. Le chiffre entre parenthèse comptabilise le nombre de fragments.

151 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 42, n° 202, 203 et 204.

152 MAYER Jannie dir., op. cit., 1999, p. 124-125, 211, motif 32.

153 BERGERET Emile, "Briques et pavages émaillés, l’atelier d’Argilly sous les ducs de Bourgogne", Mémoires de la Société d’Histoire, d’Archéologie et de Littérature de l’arrondissement de Beaune, tome 24-25, 1899-1900, planche 25, dessin 99.

154 Septième pilier méridional de la nef.

155 ANGHEBEN Marcello, Les chapiteaux romans de Bourgogne thèmes et programmes, Turnhout, Brepols, 2003, p. 526, n° 30.

156 DIEMER Peter, DIEMER Dorothea, "Le grand portail de Vézelay", in STRATFORD Neil dir., op. cit., 2010, p. 202.

157 PINETTE Matthieu dir, op. cit., 1981, p. 42, n° 204.

158 PINETTE Matthieu dir, op. cit., 1981, p. 39, n° 129.

159 MAYER Jannie dir., op. cit., 1999, p. 70, 99, 212, motifs 4A et 4a.

160 MAYER Jannie dir., op. cit., 1999, p. 100, 124-125 et 212.

161 NORTON Christopher, op. cit., 1992, p. 60.

162 BARRAL I ALTET Xavier, Le décor du pavement au Moyen Âge : les mosaïques de France et d’Italie, Rome, Ecole Française de Rome, 2010, p. 257-259 (Collection de l’Ecole Française de Rome, 429).

163 MAYER Jannie dir., op. cit., 1999, p. 126-133. Ces carreaux bicolores aux deux chiens courant ont un format carré de 12,7 cm pour une épaisseur de 1,5 à 2 cm.

164 MAYER Jannie dir., op. cit., 1999, p. 100-105. Ces carreaux bicolores ont un format carré de 12,5 cm.

165 LACLOTTE Michelle, THIEBAUT Dominique, L’école d’Avignon, Flammarion, 1983, p. 32-33.

166 MAYER Jannie dir., op. cit., 1999, p. 70-75.

167 ORGEUR Magali, op. cit., 2002, p. 76-79. Ce pavement décorait l’ancien palais abbatial de Jean de Bourbon (1456-1485). Il est toujours en place dans ce qui est maintenant le musée Ochier de Cluny. Les carreaux, les formats, les épaisseurs et les motifs sont typiques des créations du XIVe siècle.

168 PINETTE Matthieu dir., op. cit, 1981, p. 35, n° 20, 21, 22 et 23.

169 ROSEN Jean, op. cit., 2004, p. 188-189. Ces carreaux ont été fabriqués de 1388 à 1390 par le tuilier Perrin Longchamp dans la tuilerie ducale de Montot à Trouhans.

170 PINETTE Matthieu dir., op. cit, 1981, p. 35.

171 LOWE Barbara J., op. cit., 2003, p. 55, n° 525. La proposition de datation de ce carreau va du milieu à la fin du XIIIe siècle.

172 LOWE Barbara J., op. cit., 2003, p. 55, n° 526-527. La fourchette chronologique de la fabrication de ces deux carreaux court du milieu à la fin du XIIIe siècle.

173 LOWE Barbara J., op. cit., 2003, p. 55, n° 529-530. Ces carreaux ont été produits entre le milieu et la fin du XIIIe siècle.

174 LOWE Barbara J., op. cit., 2003, p. 17, n° 46-47.

175 LOWE Barbara J., op. cit., 2003, p. 17, n° 48-49.

176 ORGEUR Magali, op. cit., 2002, p. 76-79.

177 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 37, n°91, 92, 93 et 94.

178 MASSE Brigitte, Carreaux de pavement Moyen Âge – Renaissance, Petit journal de l’exposition du musée Saint-Loup, Troyes, Mai 2013, p. 9-10.

179 Ces roues de seize carreaux présentent de nombreux points communs avec celles de l’ancienne abbaye bénédictine de Moutiers-Saint-Jean (Côte-d'Or). Les formats sont identiques pour des carrés de 12 cm et des épaisseurs moyennes à 2,3 / 2,4 cm. Les carreaux de Moutiers-Saint-Jean sont déposés au musée Archéologique de Dijon et ont été l’objet de notre mémoire de maîtrise. Les éléments de vocabulaire sont aussi concordants avec une forte proportion de palmettes et la présence de marguerites dont le traitement stylistique plein et arrondi renvoie bien à des productions de la seconde moitié du XIIIe siècle, à l’exemple des marguerites de Cluny. Les animaux fantastiques, des basilics notamment, renforcent ces comparaisons. La plus ancienne roue de seize carreaux bourguignonne serait celle de l’ancien château de Marguerite de Bourgogne à Tonnerre. PINETTE Matthieu dir., opp .cit., 1981, p. 37.

180 PLOUVIER Martine, ORGEUR Magali, op. cit., 1998, p. 113, planche VI, n° 5.

181 ORGEUR Magali, op. cit., 2004, tome 1, p. 276.

182 NORTON Christopher, op. cit., 1992, p. 52-54, 84-89.

183 NORTON Christopher, op. cit., 1992, p. 34.

184 MAC INTYRE Peter, op. cit., 2009, p. 254, fig. 12a, n° 9-10, 17-19.

185 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 44 ,n° 264.

186 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 37, n° 95.

187 Les carreaux de l’abbaye de Moutiers-Saint-Jean sont conservés au Musée Archéologique de Dijon. Le motif décrit ici est porté par deux carreaux inventoriés MAD.982.02.13.01 et MAD.982.02.13.02.

188 CARRIERRE-DESBOIS Catherine, "Les carreaux de pavement dans l’aile ouest du manoir de Vincennes (Val-de-Marne)", in CHAPELOT Jean, CHAPELOT Odette, RIETH Bénédicte dir., op. cit., 2009, p. 153-156.

189 LEON Yoanna, BEN AMARA Ayed, CONTE Patrice, op. cit., 2007, fig. 3.

190 GALLY Michel, op. cit., 1859-62, p. 111-113, fig. 22.

191 AME Emile, op. cit., Paris, 1859.

192 Ce parti esthétique semble lié à la région d’Avallon puisque des carreaux bicolores d’un format de 12 cm sont décorés d’une marguerite annelée par un cercle brun. NORTON Christopher, op. cit., 1992, p. 58, 122-123.

193 COURTOIS Félix et Henri, op. cit., 1881, p. 119-133.

194 BRUT Catherine, PRIÉ Arnaud, op. cit., 1999, p. 178, fig. 4 et p. 185

195 Ce carreau résulte d’un prédécoupage avant cuisson d’un carreau de 13 cm. LOWE Barbara J., op. cit., 2003, p. 34, n° 270.

196 LOWE Barbara J., op. cit., 2003, p. 35, n° 276.

197 ORGEUR Magali, op. cit., 2004, tome 1, p. 344-346 et tome 3, fig. 381 à 387.

198 AUBERT Marcel, MAILLE (la Marquise de), L’Architecture cistercienne, Paris, 1947, 2 tomes, p. 314.

199 VESLY Léon de, op. cit., 1912, p. 189-256.

200 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 41, n° 173.

201 C’est Matthieu Pinette qui, le premier, a proposé cette datation.

202 L’épaisseur ne peut être mesurée car le carreau est enchâssé dans une banquette moderne.

203 Nous revenons sur la proposition de datation que nous avions faite dans ORGEUR Magali, op. cit., 2004, tome 1, p. 291-292.

204 EAMES Elizabeth, op. cit., 1980, p. 296, carreau n° 387, motif 2070 pour Londres (?), carreaux n° 385-386, motif 2071 pour Northfleet.

205 EAMES Elizabeth, op. cit., 1980, p. 296, carreau n° 398, motif 2072.

206 PINETTE Matthieu dir., op. cit., 1981, p. 41, n° 185 ; ROSEN Jean, op. cit., 2004, p. 188-189.

207 BLARY François, Découverte récente de carreaux de pavement à glaçures de la fin du Moyen Âge. In : MAGNIEN Aline dir., Saint-Riquier une grande abbaye bénédictine, Paris : Picard, 2009, p. 235-245.

208 ORGEUR Magali, op. cit. 2004, tome 1, p. 367-368.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25765/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search