Version classiqueVersion mobile

Cluny et la couleur

 | 
Bénédicte Bertholon
, 
Magali Orgeur

Les enduits peints trouvés en fouille à l’abbatiale de Cluny (Saône-et-Loire)

6. Caractérisation des enduits et des peintures. La composition des couches picturales (technique de mise en œuvre, pigments et liant)

Bénédicte Palazzo-Bertholon

Texte intégral

1Nous avons prélevé quelques écailles de couches picturales représentatives de la palette du peintre, afin de les caractériser en analyse élémentaire (micro diffraction de rayons X) au microscope électronique à balayage (MEB).

6.1. Clu 1 = couche picturale brune (Cluny (71) GR US 199 / Type B)

2L’analyse élémentaire de la couche picturale brune présente une forte teneur en minéraux argileux (Si Al) associés à une forte teneur en fer (8,8 % en analyse globale et 72,96 % sur un grain). La teneur en calcium témoigne de l’emploi d’un liant de chaux mélangé au pigment. La couleur brune est donc obtenue à partir d’une terre employée comme pigment.

Clu 1 cp brune (x 350, BEI) : vue générale de la couche picturale de surface brune.

Clu 1 brun : spectre d’analyse élémentaire globale de la couche picturale brune

6.2. Clu 2 = couche picturale bleue (Cluny (71) GR US 199 / Type B)

3La couche picturale bleue est bien conservée sur quelques fragments d’enduit peint de faible épaisseur. La surface de la couche picturale a été analysée globalement à un grossissement x 200 (Clu-2 bleu glob) et indique une forte proportion de divers éléments tels que le Si, Al, Mg, Na, K, Ca, Fe, S. Cette analyse globale prend en compte des grains de différentes natures qu’il a fallu distinguer. A l’œil nu, la surface picturale présente un aspect compact et dense et de petits grains brillent à la surface. Ces grains, qui ont été analysés (Clu-2 bleu mica), correspondent à de nombreux micas dispersés à la surface.

Clu-2 (x 200) plage d’analyse globale de la surface picturale.

Clu-2 bleu (x 700) : zoom sur des grains composant la surface de la cp : plaquettes de micas.

4La couleur bleue n’est cependant pas apportée par ces micas, mais par d’autres grains bleus plus petits, qui sont encerclés sur le cliché ci-dessous. Ces grains de 25 µ m en moyenne présentent une combinaison de Na, Si et Al correspondant à la composition du lapis-lazuli. Cet aluminosilicate (Clu-2 bleu lapis) contenant du soufre (S) et du sodium (Na) est employé fréquemment dans les peintures médiévales de bonne qualité (formule chimique : 3 Na2 O3, 3 Al2 O3, 6 Si O2, 2 Na S2).

Clu-2 bleu (x 700) : grains de lapis-lazuli composant la couche picturale bleue (grains entourés).

Clu-2 bleu : spectre d’analyse d’un grain de lapis-lazuli composant la couche picturale bleue.

6.3. Clu 3 = couche picturale orange (Cluny (71) zone 4 sud US 679 / Type B)

5La couche picturale qui recouvre cet enduit est de couleur orange. L’échantillon présente deux zones de surface différentes par leur morphologie. Leur composition varie un peu également.

6Deux analyses ont été réalisées afin d’identifier le pigment responsable de la couleur. L’analyse (Clu-3 orange HT) correspond à la partie haute du cliché (opaque) et l’analyse (Clu-3 orange glob BT) correspond à la partie basse du cliché (brillante).

Clu-3 orange (x 140 BEI): vue générale de l’échantillon à faible grossissement. Les zones claires et brillantes correspondent à la présence d'éléments chimiques lourds.

Clu-3 cp orange (x 350) : vue des deux zones de morphologie : en haut, une texture compacte et opaque. En bas, une texture plus hétérogène avec de nombreux grains brillants.

7La composition des deux zones présente l’identité du pigment orange comme étant du minium, soit un oxyde de plomb [Pb3O4] employé fréquemment dans les peintures anciennes.

Clu-3 orange HT : Spectre d’émission de la couche picturale située en partie haute de l’échantillon.

8La différence de composition entre les zones opaque et brillante intervient légèrement sur le fer et les minéraux argileux, mais surtout sur la forte présence dans la partie opaque de phosphate (P = 10 %) alors que la part de silicium est plus faible (2,6 % au lieu de 9,45 %). Le phosphate peut être associé au plomb sous la forme de phosphate de plomb (de couleur blanche), mais les analyses réalisées ne nous permettent pas de statuer sur son rôle dans cette couche picturale.

Clu-3 orange BT : Spectre d’émission de la couche picturale située en partie basse de l’échantillon.

6.4. Clu 4 = couche picturale brune (Cluny (71) zone 4 sud US 679 / Type B)

9Cette couche picturale brune est contiguë à la couche picturale orange, sur le même fragment d’enduit peint.

Clu-4 brun (x 85 BEI) : vue générale de la surface de la couche picturale (claire) appliquée sur l’enduit et fracturée par le milieu.

10Cette couche picturale brune présente une morphologie comparable à celle de la zone opaque de la couche picturale orange. L’analyse élémentaire de cette couche picturale brune présente une composition élémentaire comparable à celle du orange (HT), avec une teneur plus forte en phosphate (12 %). Le potassium détecté pourrait être combiné au calcium pour former du phosphate de calcium, autrement dit un blanc d’os connu comme pigment et qui aurait pu être employé en mélange dans la couche brune.

11Hypothèse 1 : la couleur brune pourrait être le résultat d’un phénomène d’altération dû à la transformation en phase secondaire du carbonate de plomb hydraté (minium), provoquant le noircissement du pigment orange à l’origine.

12Hypothèse 2 : il pourrait s’agir d’un composé de plomb de type cérusite, de couleur blanche à l’origine, qui aurait viré au brun.

Clu-4 brune : vue de la surface de la couche picturale brune composée de minium, probablement altéré.

Clu-4 brune : spectre d’émission de la cp brune, située contre la cp orange Clu-3.

La cartographie par élément réalisée sur plage de la surface de la couche brune (CLU 4) montre que le Pb et le P sont intimement liés. Le Ca, en revanche, est associé à certaines plages, qui en contiennent davantage.

6.5. Clu 5 = couche picturale rouge vif (Cluny (71) inv. 01-016 / Type A)

13Cette couche picturale de couleur rouge vif présente une analyse élémentaire globale (Clu-5 rouge glob) composée de soufre, de mercure et de calcium associés à du silicium et un peu d’aluminium.

14L’analyse d’un grain brillant à la surface picturale confirme l’identité du pigment employé pour ce rouge vif, à savoir du cinabre, un sulfure de mercure (HgS), qui est mélangé à un liant de chaux (Ca). Les grains de cinabre broyés ont une taille comprise entre 1 et 25-30 µm.

Clu-5 rouge vif : vue générale de la surface picturale. Les éléments chimiques les plus lourds apparaissent en blanc et les éléments plus légers en gradation de gris.

Clu-5 rouge vif : zoom sur les grains de cinabre (HgS) composant la couche picturale rouge : grains blancs brillants répartis à la surface. Les grains de cinabre ont une taille de 1 à 25-30 µ m.

6.6. Clu 6 = couche picturale bleue (Cluny (71) GR US 16 / Type A)

15Cet échantillon de bleu présente une couleur plus claire que le précédent : il semble mélangé à davantage de blanc. Son enduit de support est aussi plus épais et appartient au Type B.

Clu-6 bleu (x 300 BEI), vue de la surface picturale de couleur bleu clair.

16La couche picturale est composée de grains petits et de dimension régulière associés à des grains plus gros et dispersés en surface. Les contrastes chimiques ne sont pas importants, ce qui rend plus difficile la distinction des différents types de grains : pour cela, nous avons réalisé une cartographie par élément, qui nous a permis de distinguer les grains de pigments des autres grains présents.

17L’analyse élémentaire globale (Clu-6 bleu glob) indique une composition riche en calcium et en minéraux argileux (Si, Al, Mg) combinés avec du sodium (Na) et du soufre (S).

18Afin d’identifier précisément le pigment responsable de la coloration bleue, nous avons isoler les grains de pigments et l’analyse de l’un d’eux (Clu-6 lapis) indique une combinaison de Na, Si et Al, marqueurs d’un bleu de lapis-lazuli (3 Na2O3, 3 Al2O3, 6 Si O2, 2 Na S2).

Spectre d’analyse élémentaire du Clu-6 bleu : cette couche picturale contient des grains bleus de lapis-lazuli.

19On retrouve dans la couche picturale, les mêmes plaquettes de micas que l’on a identifiées dans l’échantillon de bleu foncé analysé précédemment (Clu-2 bleu). Ces deux enduits peints sont couverts du même pigment bleu et appartiennent probablement à la même phase de décor d’après les plaquettes de micas que l’on trouve comme charge employés dans les deux couches picturales.

6.7. Clu 7 = couche picturale vert clair (Cluny (71) GR US 16 / Type A)

20Cette couche picturale vert clair est appliquée sur un enduit de type A. L’analyse élémentaire globale de la surface contient une combinaison de minéraux argileux (Si, Al, K, Mg) associés une forte proportion de fer. Cette association d’éléments indique que le pigment zmployé est une terre verte.

Clu-7 vert clair (x 200 BEI) : vue générale de la surface picturale.

6.8. Clu 8 = couche picturale orange (Cluny (71) GR US 199 / Type B)

21Cet échantillon présente deux couches picturales appartenant au même décor : l’une orange et l’autre brune.

Clu-8 orange (x 110 BEI), vue générale de la couche picturale orange. Une zone plus claire en haut à gauche du cliché correspond à l’épaisseur de la couche picturale, sur une fracture, tandis que la grande plage claire sur la droite est la surface de la couche picturale, composée de pigment et d’impuretés (poussières).

Clu-8 orange : spectre d’analyse globale de la couche picturale orange identifiant le minium.

22L'analyse élémentaire globale de la couche orange présente une forte teneur en plomb, qui permet d’identifier le minium comme pigment. Aucun autre pigment associé n’est mis en évidence et la présence de Ca correspond au carbonate de calcium employé probablement comme liant, mélangé avec le minium.

6.9. Clu 9 = couche picturale brune (Cluny (71) GR US 199 / Type B)

23La couche picturale brune est étendue à la surface de l’enduit, appliqué en surépaisseur sur la couche picturale orange. Ces deux couleurs appartiennent toutefois au même état de décor.

Clu-9 brun (x 160 BEI) : surface de la couche picturale brune avec la couche picturale orange placée en dessous et que l’on voit sur une cassure oblique (zones très claires).

24L’analyse élémentaire globale réalisée en divers points de la surface (Clu-9 brun glob et glob 2) indique la forte présence de minéraux argileux (Si, Al, K, Mg) associés au fer (Fe). Ces éléments témoignent de la présence d’une terre brune naturelle qui constitue le pigment de la couche picturale brune. Le calcium (Ca) provient de la chaux employée comme liant, mélangée avec le pigment dans la couche picturale et la part de plomb (8 à 9 %) est issue des petits grains de minium présents à la surface. Ils appartiennent à la sous couche orange, dont quelques grains ont pollué la couche supérieure brune au moment de la préparation de l'échantillon.

Clu-9 brun (x 1500 BEI) : zoom sur un grain de fer au centre du cliché (zone plus claire), qui est analysé (Clu-9 brun grain fe).

6.10. CLU L = couche picturale verte (Cluny (71) 2007 US 209 / type L)

25La couche picturale qui recouvre l’enduit de tuileau contient des grains translucides de couleur verte, identiques en lumière naturelle et polarisée.

CLU 209 type L optique 10 : vue en coupe de la couche picturale conservée à la surface de l’enduit avec des grains verts clairement visibles dans la couche.

26L’analyse chimique des grains verts contenus dans l’épaisseur de la couche picturale (Clu-L grain vert et Clu-L grain ? cp) ne révèle pas la composition d’un pigment minéral, mais d’un verre potassique (Si, Al, K, Mg) et la coloration en vert provient de la forte présence de fer dans le verre. La datation de cet échantillon dit « antérieur à l’époque gothique » correspond à la composition habituelle des verres médiévaux, soit des verres potassiques ou calco-potassiques (à base de cendres végétales) et non sodiques comme pour l’époque antique. Ces grains verts translucides sont de très petite taille (15-20 µm) et répartis de manière homogène dans l’épaisseur de la couche picturale de surface, à laquelle ils appartiennent manifestement. L’absence de cuivre dans l’analyse élémentaire écarte l’hypothèse d’un vert ou bleu égyptien, une fritte bien connue comme pigment pour l’Antiquité. Dans la mesure où ces grains verts appartiennent à une couche de couleur verte, on serait tenté d’interpréter ces grains comme le colorant vert, mais on ne dispose pas d’exemples comparables.

  • 10 Cf. infra. chap. V.1.1.3/ CLU 209 type L.

27La matrice de la couche picturale (Clu-L matrice CP) est plus pure que la matrice de l’enduit de support10 ; elle composée essentiellement de carbonate de calcium, avec un peu de Si et Al associées en tant qu’impuretés.

28Le CLU L (enduit de tuileau) présente une nette délimitation opaque et noire entre l’enduit et la couche picturale verte contenant de petits grains verts translucides en microscopie optique. Cette délimitation optique, visible au microscope optique, n’est pas traduite en imagerie chimique au MEB (par poids des éléments). En revanche, cette interface est composée de structures alvéolaires noires qui évoquent la présence de matière organique (particules carbonées abondantes). Cette couche (interface) organique pourrait correspondre, soit à une couche de salissure avant l’application de la peinture, soit à une couche d’imperméabilisation de la surface de l’enduit, soit à une couche d’accrochage de la couche picturale, sans qu’il soit possible, à ce jour, de lever l’hypothèse.

CLU 209 type L optique x 10, lumière polarisée : vue en coupe de l’interface opaque et noire entre l’enduit de tuileau et la couche picturale contenant les grains verts.

CLU 209 type L (SEI, x 250) : structures alvéolaires noires évoquant des éléments organiques à l’interface entre l’enduit et la couche picturale.

CLU 209 type L optique x 20 (lumière naturelle et lumière polarisée) : zoom sur l’interface opaque et noire.

CLU 209 type L (x 250 BEI), grain vert translucide contenu dans la couche picturale de surface.

CLU 209 type L (x 140), vue en coupe de l’enduit et de la couche picturale à la surface.

  • 11 Cf. les 6 images suivantes.

29La cartographie par élément sur la couche picturale en coupe11, donnée dans le premier cliché, indique que le liant employé est une chaux, par la diffusion homogène du Ca dans la matrice de la couche picturale. La présence dans les mêmes grains des éléments Si et Fer confirme l’analyse élémentaire des grains verts. La carte de répartition du Si illustre clairement la taille, le profil et la répartition de ces petits grains dans l’épaisseur de la couche. En contraste, l’absence de Cu confirme que les composés vitreux translucides et de couleur verte ne sont pas des grains de bleu égyptien dont le cuivre est un élément majeur.

6.11. CLU N = couche picturale blanche + rehauts bleus (Cluny (71) 2008 zone 4 US 146 / type N)

CLU 146-4 type N (optique x 10), vue de la surface de l’enduit en coupe avec une couche picturale contenant des grains bleus visibles en lumière naturelle et polarisée.

CLU 146-4 type N (optique x 20), zoom sur le rehaut bleu contenant des grains bleus visibles en lumière naturelle et en lumière polarisée.

Clu N (x 220), vue en coupe de la stratigraphie de surface de l’enduit peint : l’enduit de support en partie basse + la couche picturale blanche au milieu + le rehaut bleu en haut.

  • 12 Cf. infra, chap. V.1.2.5.

30Les deux badigeons appliqués en surface (Clu-N bad sup et bad inf) présentent un profil élémentaire comparable à celui de la matrice12 indiquant, de ce fait, l’emploi d’un sable propre en tant que charge dans les deux couches d’enduits du support.

31Le badigeon inférieur est plus riche en carbonates que le badigeon supérieur et il ne contient pas de grains bleus translucides : cette couche correspond à la couche picturale inférieure du décor, de couleur blanche. La couche supérieure, correspondant aux rehauts bleus, contient plus de minéraux argileux (Si, Al) et associés (Na, So) et moins de Ca.

CLU N : spectres d’analyse globale du badigeon inférieur correspondant à la couche picturale blanche et du badigeon supérieur correspondant aux rehauts bleus ajoutés sur le fond blanc.

32Le rehaut ajouté sur le badigeon blanc, vu en coupe au microscope optique, montre de petits grains bleus translucides dispersés dans l’épaisseur de la couche, confirmant la couleur bleue des rehauts observés à l’œil nu (cf. clichés ci-dessus). Afin d’identifier précisément le pigment responsable de la coloration bleue, nous avons isoler les grains de pigments et l’analyse de l’un d’eux (Clu-6 lapis) indique une combinaison de Na, Si et Al, marqueurs d’un bleu de lapis-lazuli (3 Na2O3, 3 Al2O3, 6 Si O2, 2 Na S2).

6.12. Synthèse sur la composition des pigments

33Le tableau ci-dessous rassemble les résultats d’analyses élémentaires obtenus sur les couches picturales des enduits peints du corpus. On distingue trois ensemble de prélèvements : les lames minces des types N et L, les prélèvements de couches picturales sur échantillons bruts sur un enduit de type A (CLU 5, 6 et 7) et les prélèvements réalisés sur des enduits de type B (CLU 1, 2, 3, 4, 8 et 9).

6.12.1 La couche picturale composée de poudre de verre de couleur verte

34La lame mince préparée à partir du type L présente dans sa couche picturale de surface des grains d’un matériau vitreux vert. Il ne s’agit pas de bleu et de vert égyptien car il n’y a pas de cuivre dans leur composition élémentaire. Toutefois, la forte teneur en fer des grains verts analysés sur le CLU L semble responsable de la couleur verte du matériau dont les autres composants (Si, K, Al, Mg) permettent d’identifier un verre. On remarque que le CLU L est un enduit de tuileau.

6.12.2. La couche picturale rouge vif

  • 13 On ne peut en effet distinguer par l’analyse élémentai (...)

35Le seul échantillon de rouge analysé parmi les enduits peints trouvés en fouille a été identifié comme du cinabre ou du vermillon (sulfure de mercure : HgS)13. Ce pigment, connu et employé en peinture murale depuis l’Antiquité, est bien attesté dans les peintures médiévales.

6.12.3. Les couches picturales orange

36Deux échantillons de couleur orange ont été caractérisés. Tous deux présentent une composition élémentaire de minium (oxyde de plomb : Pb3O4), qui est un pigment également largement employé au Moyen Âge en peinture murale.

37La couche orange du CLU 3 est composée de minium, mais une partie de la plage analysée est riche en phosphates, témoignant de l’association du minium avec du phosphate de plomb (couleur blanche), qui pourrait peut-être avoir été mélangé au minium pour éclaircir la teinte orangée de la couche picturale ?

  • 14 Cf. infra. chapitre V.2.12.4.

38La couche orange du CLU 8 est composée de minium, qui n’a pas été mélangé à un autre pigment. Cette couche picturale orange a toutefois été rehaussée de brun dans la même campagne de peinture14.

6.12.4. Les couches picturales brunes

39Trois couches picturales brunes ont été analysées, parmi lesquelles deux pigments différents ont été identifiés. Les CLU 1 et 9 présentent une composition élémentaire silico-argilo-calcaire permettant d’identifier une terre brune naturelle en tant que pigment. Sur le CLU 9, la couche brune recouvre une couche orange de minium, mais les deux couches picturales appartiennent au même décor.

40La couche picturale brune du CLU 4, en revanche, n’est pas composée d’une terre brune naturelle. Il s’agit d’une couche de minium altéré, la transformation en phase secondaire du carbonate de plomb hydraté (minium) ayant provoqué le noircissement du pigment, orange à l’origine.

6.12.5. Les couches picturales bleues

41Trois échantillons de bleu (CLU 2 et 6 et CLU N), provenant de couches stratigraphiques différentes, ont été analysés. La composition élémentaire des grains responsables de la couleur bleue a permis d’identifier des grains de lapis-lazuli (réduit en poudre fine), qui est employé au Moyen Âge dans les peintures murales de belle qualité. On remarque que le CLU N contient des grains de lapis-lazuli dans la couche de rehaut appliqué sur le badigeon blanc de fond, tous deux appliqués sur un enduit à base de tuileau.

6.12.6. La couche picturale vert clair

  • 15 L’analyse moléculaire au Raman pourrait éventuellement (...)

42L’analyse élémentaire de la couche picturale vert clair (CLU 6) correspond à une combinaison de minéraux argileux et de fer indiquant que le pigment employé est une terre verte mélangée à de la chaux (Ca). Il n’est pas possible de savoir à partir de l’analyse élémentaire si cette terre verte est une glauconie ou une céladonite15. Sa teinte plus verte que bleue semble toutefois indiquer plutôt de la glauconie, plus abondante dans la nature et facile à se procurer.

6.13. Synthèse sur la technique picturale

43L’étude de la stratigraphie de surface des enduits peints du corpus permet de faire le point sur les techniques de réalisation des décors peints. Trois techniques d’exécution ont pu être distinguées sur le corpus : une technique à fresque, rare et ponctuelle (couche picturale appliquée sur l’enduit frais), une technique mixte (fond appliqués sur l’enduit frais et rehauts appliqués à la détrempe) et une technique à sec (fonds et rehauts appliqués à la détrempe).

6.13.1. Les décors à fresque

44Sur la lame préparée à partir de l’échantillon CLU A, le badigeon est appliqué sur l’enduit et aucune frange de carbonatation n’est visible à l’interface et le badigeon épouse parfaitement la surface de l’enduit. Le badigeon semble avoir été appliqué alors que l’enduit était frais.

CLU A, lumière naturelle et polarisée.

45Le CLU K présente un premier décor (couche picturale rouge) appliqué directement sur l’enduit, probablement avant le séchage complet de l’enduit. Un deuxième décor, composé de deux couches de badigeon blanc et d’une couche picturale ocre jaune, est appliqué à sec.

CLU K, lumière naturelle et polarisée.

6.13.2. Les décors à la détrempe

46Le CLU K présente un deuxième décor (DECOR 5) composé de deux couches de badigeon blanc et d’une couche picturale ocre jaune. Dans la mesure où ce deuxième décor est appliqué sur le premier, il est appliqué avec une technique à sec (a tempera), les badigeons de chaux servant de couche d’accrochage sur le décor rouge antérieur.

47Le CLU B a une stratigraphie de surface composée de l’enduit, d’un badigeon blanc (en deux passes) couvert d’une couche picturale rouge. On observe une délimitation nette entre l’enduit de surface soigneusement lissé et les badigeons qui reçoivent la couche picturale rouge. Cette limite franche semble indiquer que les badigeons ont été appliqués sur l’enduit sec et lissé avec soin. Dans cette hypothèse, le badigeon blanc, appliqué en deux couches, est une préparation pour accrocher la couche picturale rouge (technique à la détrempe).

CLU B, lumière naturelle et polarisée.

48Le CLU I’ est fait d’un enduit égalisé en surface, présentant un fin liseré brun, recouvert par trois applications de badigeon blanc de composition différente qui reçoivent une couche picturale jaune en surface. Le premier badigeon est décollé du second (espace vide entre les deux). Les deuxième et troisième badigeons sont en revanche intimement liés et, si leur composition varie, ils ont été appliqués dans une même campagne avant séchage. La couche picturale jaune finalise l’application des badigeons qui constituent une préparation à la peinture sur support sec (technique à la détrempe).

CLU I’, lumière naturelle et polarisée.

  • 16 Le décollement du badigeon peut être intervenu au mome (...)

49Le CLU P est le seul enduit contenant une charge significative de terre et son observation en coupe montre une limite nette, avec un léger décollement, entre l’enduit de support et le badigeon ajouté en surface16. Aussi, le badigeon semble avoir été appliqué alors que l’enduit avait déjà séché.

CLU P, lumière naturelle et polarisée.

6.13.3. Les décors en technique mixte

  • 17 L’application des rehauts, alors que le fond est sec, (...)

50En microscopie optique, le CLU N présente un enduit couvert d’un badigeon opaque à la surface de l’enduit, qui reçoit une couche picturale plus épaisse contenant des grains bleus translucides. L’enduit est couvert, selon la description macroscopique, d’un badigeon blanc et de rehauts bleus rapportés en surface. L’interface entre l’enduit et le badigeon ne présente pas de délimitation franche : seule la composition et la densité du matériau varient, laissant supposer que l’enduit a été appliqué alors que l’enduit était encore frais. La limite entre le badigeon blanc et la couche picturale bleue appliquée par-dessus est plus nette : les grains bleus contenus dans la couche supérieure ne migrent pas vers la couche inférieure du badigeon. Il semble, par conséquent, que le badigeon blanc avait séché lorsque les rehauts bleus ont été ajoutés. Cet échantillon illustre une technique mixte, où les fonds de couleurs sont appliqués sur l’enduit encore frais, tandis que les rehauts sont appliqués alors que les fonds ont séché17.

CLU N (x 10), lumière naturelle et polarisée.

51Le cliché au MEB (x 85) montre clairement les franges de carbonatation (liserés clair sur le cliché) à l’interface de l’enduit avec le premier badigeon et à l’interface du badigeon et du rehaut bleu.

52La confrontation des techniques d’exécution des peintures avec la datation des fragments à partir des couches archéologiques (cf. tableau ci-dessous) dessine une tendance générale qui vise à employer la technique à fresque et mixte pour les périodes les plus anciennes (romanes) et la détrempe pour la période gothique ou la seconde phase romane. Cette règle n’est toutefois pas absolue, de sorte que nous ne daterons pas les peintures à la détrempe forcément de l’époque gothique. En effet, on utilise la détrempe pour le décor 8, daté de l’époque romane et la technique mixte pour les décors 6 et 10 qui peuvent appartenir soit à une phase gothique, soit à une seconde phase romane. Les enduits peints étant contenus dans des couches aux fragments mélangés, il serait hasardeux de tirer des conclusions à partir de la technique picturale.

Notes

10 Cf. infra. chap. V.1.1.3/ CLU 209 type L.

11 Cf. les 6 images suivantes.

12 Cf. infra, chap. V.1.2.5.

13 On ne peut en effet distinguer par l’analyse élémentaire le cinabre – forme naturelle – du vermillon – forme artificielle – du sulfure de mercure.

14 Cf. infra. chapitre V.2.12.4.

15 L’analyse moléculaire au Raman pourrait éventuellement permettre de préciser la nature de la terre verte, mais ce n’est pas toujours le cas.

16 Le décollement du badigeon peut être intervenu au moment de la préparation de la lame mince, mais il peut aussi être ancien.

17 L’application des rehauts, alors que le fond est sec, explique pourquoi ces rehauts disparaissent plus rapidement sur les peintures anciennes, car ils adhèrent moins bien au support. On trouve dans de nombreuses peintures romanes, les fonds et les tracés préparatoires, tandis que les rehauts et détails des visages ou drapés ont disparus.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Clu 1 cp brune (x 350, BEI) : vue générale de la couche picturale de surface brune.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Légende Clu 1 brun : spectre d’analyse élémentaire globale de la couche picturale brune
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Clu-2 (x 200) plage d’analyse globale de la surface picturale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Légende Clu-2 bleu (x 700) : zoom sur des grains composant la surface de la cp : plaquettes de micas.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Clu-2 bleu (x 700) : grains de lapis-lazuli composant la couche picturale bleue (grains entourés).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Clu-2 bleu : spectre d’analyse d’un grain de lapis-lazuli composant la couche picturale bleue.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Clu-3 orange (x 140 BEI): vue générale de l’échantillon à faible grossissement. Les zones claires et brillantes correspondent à la présence d'éléments chimiques lourds.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Clu-3 cp orange (x 350) : vue des deux zones de morphologie : en haut, une texture compacte et opaque. En bas, une texture plus hétérogène avec de nombreux grains brillants.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Légende Clu-3 orange HT : Spectre d’émission de la couche picturale située en partie haute de l’échantillon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Clu-3 orange BT : Spectre d’émission de la couche picturale située en partie basse de l’échantillon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Clu-4 brun (x 85 BEI) : vue générale de la surface de la couche picturale (claire) appliquée sur l’enduit et fracturée par le milieu.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Clu-4 brune : vue de la surface de la couche picturale brune composée de minium, probablement altéré.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 838k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 626k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Clu-5 rouge vif : vue générale de la surface picturale. Les éléments chimiques les plus lourds apparaissent en blanc et les éléments plus légers en gradation de gris.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Légende Clu-5 rouge vif : zoom sur les grains de cinabre (HgS) composant la couche picturale rouge : grains blancs brillants répartis à la surface. Les grains de cinabre ont une taille de 1 à 25-30 µ m.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Légende Clu-6 bleu (x 300 BEI), vue de la surface picturale de couleur bleu clair.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 778k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 799k
Légende Spectre d’analyse élémentaire du Clu-6 bleu : cette couche picturale contient des grains bleus de lapis-lazuli.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Clu-7 vert clair (x 200 BEI) : vue générale de la surface picturale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Clu-8 orange (x 110 BEI), vue générale de la couche picturale orange. Une zone plus claire en haut à gauche du cliché correspond à l’épaisseur de la couche picturale, sur une fracture, tandis que la grande plage claire sur la droite est la surface de la couche picturale, composée de pigment et d’impuretés (poussières).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Clu-8 orange : spectre d’analyse globale de la couche picturale orange identifiant le minium.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Clu-9 brun (x 160 BEI) : surface de la couche picturale brune avec la couche picturale orange placée en dessous et que l’on voit sur une cassure oblique (zones très claires).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Clu-9 brun (x 1500 BEI) : zoom sur un grain de fer au centre du cliché (zone plus claire), qui est analysé (Clu-9 brun grain fe).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Légende CLU 209 type L optique 10 : vue en coupe de la couche picturale conservée à la surface de l’enduit avec des grains verts clairement visibles dans la couche.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 495k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende CLU 209 type L optique x 10, lumière polarisée : vue en coupe de l’interface opaque et noire entre l’enduit de tuileau et la couche picturale contenant les grains verts.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 509k
Légende CLU 209 type L (SEI, x 250) : structures alvéolaires noires évoquant des éléments organiques à l’interface entre l’enduit et la couche picturale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 582k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 467k
Légende CLU 209 type L optique x 20 (lumière naturelle et lumière polarisée) : zoom sur l’interface opaque et noire.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Légende CLU 209 type L (x 250 BEI), grain vert translucide contenu dans la couche picturale de surface.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Légende CLU 209 type L (x 140), vue en coupe de l’enduit et de la couche picturale à la surface.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 530k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 506k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 521k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 726k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Légende CLU 146-4 type N (optique x 10), vue de la surface de l’enduit en coupe avec une couche picturale contenant des grains bleus visibles en lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 462k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 471k
Légende CLU 146-4 type N (optique x 20), zoom sur le rehaut bleu contenant des grains bleus visibles en lumière naturelle et en lumière polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Légende Clu N (x 220), vue en coupe de la stratigraphie de surface de l’enduit peint : l’enduit de support en partie basse + la couche picturale blanche au milieu + le rehaut bleu en haut.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende CLU N : spectres d’analyse globale du badigeon inférieur correspondant à la couche picturale blanche et du badigeon supérieur correspondant aux rehauts bleus ajoutés sur le fond blanc.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende CLU A, lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 453k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Légende CLU K, lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Légende CLU B, lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Légende CLU I’, lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 442k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Légende CLU P, lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende CLU N (x 10), lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende CLU N (x 85)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25755/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 204k

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search