Version classiqueVersion mobile

Cluny et la couleur

 | 
Bénédicte Bertholon
, 
Magali Orgeur

Les enduits peints trouvés en fouille à l’abbatiale de Cluny (Saône-et-Loire)

5. Caractérisation des enduits et des peintures. La composition des enduits de support (typologie de A à T)

Bénédicte Palazzo-Bertholon

Texte intégral

1La caractérisation physico-chimique des enduits de support a été réalisée sur des échantillons préparés en lames minces et observés au microscope optique, en lumière naturelle et polarisée analysée, soit un exemple de chaque type de pâte composant la typologie des supports (21 échantillons numérotés de A à T : cf. tableau ci-dessous). Certaines d’entre elles ont été étudiées et analysées au microscope électronique à balayage (MEB) couplé à une microsonde d’analyse (micro diffraction de rayons X).

2L’étude pétrographique sous microscope optique permet d’établir trois catégories de mortiers d’enduit à partir de leur composition : un ensemble contient une charge de tuileau (types E, H, L, T), un ensemble ne contient qu’une charge sableuse (types A, B, C, D, F, G, I, I’, J, K, M, N, O, Q, R, S) et le dernier est un mortier de terre (type P).

5.1. Les enduits de tuileau

3La typologie des mortiers d’enduits comprend quatre types (types E, H, L, T) contenant une charge plus ou moins abondante de tuileau.

5.1.1. CLU 98-056 type E

  • 5 Cf. le tableau de l’inventaire avec la datation des (...)

4Le type E provient d’une couche de démolition contemporaine de Cluny III et le matériel contenu est situé en chronologie au XIIe siècle5. Ce mortier a été trouvé avec des fragments d’opus sectile et dans la mesure où cet enduit ne porte pas de couche picturale en surface, il s’agirait plutôt d’un enduit d’étanchéité peut-être associé au sol et/ou à la mise en place de l’opus sectile.

CLU 98-056 type E optique 2 : vue de l’enduit lissé de tuileau en coupe, lumière naturelle et polarisée.

5Cet enduit CLU 98-056 E, simplement lissé, est composé d’une charge abondante de fragments de tuileau de taille variée et de grains de sable de dimension plus fine et peu abondant. Le liant contenue dans la matrice est composé de chaux et des nodules carbonatés (non fissurés) sont également compris dans la matrice.

6Des grains de calcaire oolithique au faciès arrondi composent la charge avec des grains de quartz de dimensions variées. Des plaquettes de calcite sont présentes dans la matrice, ainsi que des cristaux de calcite néoformés dans la porosité (fissures).

CLU 98-056 type E Optique 2 : vue de l’enduit lissé de tuileau en coupe : grain de calcaire oolithique arrondi composant la charge (côté droit du cliché), lumière naturelle et polarisée.

5.1.2. CLU 01-031 type H

7L’enduit CLU 01-031 H, simplement lissé et sans couche picturale en surface, est comparable au type E à partir de sa préparation en lame mince. Le contexte archéologique (2006 - 031 sond. 1) étant situé en stratigraphie juste au-dessus de la fosse contenant le type E (CLU 98-056 type E), il est probable que ces deux enduits de tuileau lissé appartiennent au même aménagement d’étanchéité disposé au sol (associé à l’opus sectile ?) ou dans la partie basse des murs. Le niveau très élevé de la nappe phréatique et l’humidité des sols sur le site justifieraient pleinement la mise en place d’enduits d’étanchéité à la base des murs et dans les sols.

8Le type H contient de nombreux fragments de tuileau de tailles variées qui résultent du broyage de briques et/ou de tuiles. Cet enduit se distingue par ses nombreux nodules de chaux fissurés et par sa charge sableuse composée de grandes figures de calcaire micritique.

CLU 01-031 type H optique 2 : vue de l’enduit de tuileau en coupe : grain de calcaire micritique de grande taille composant la charge, lumière naturelle et polarisée.

CLU 01-031 type H optique 2 : vue de l’enduit de tuileau: nodule de chaux fissuré et carbonaté au centre du cliché, lumière naturelle et polarisée.

5.1.3. CLU 209 type L

9Cet enduit de tuileau est issu de la préparation du sol gothique de la salle capitulaire (avec le négatif de carreaux de sol 181) et le matériel contenu dans ce contexte est daté avant l’époque gothique.

10Il présente une stratigraphie surprenante : en surface, l’enduit est recouvert d’une couche picturale foncée et opaque, elle-même recouverte par une couche picturale plus claire et plus épaisse, contenant de petits grains verts translucides. Le revers de l’enduit, quant à lui, présente un badigeon clair plus épais. La matrice de l’enduit contient de nombreux fragments de tuileau de deux teintes différentes et des nodules de chaux carbonatés. La charge sableuse est composée de calcaire micritique et de quelques grains de quartz, mais l’essentiel de la charge est représenté par le tuileau.

CLU 209 type L optique 2 : vue en coupe de la partie supérieure de l’enduit de tuileau avec une couche picturale appliquée à la surface, lumière naturelle et polarisée.

CLU 209 type L, optique 2 : vue en coupe de la partie inférieure de l’enduit de tuileau avec un badigeon blanc conservé au revers, lumière naturelle.

CLU 209 type L : caractérisation chimique élémentaire (microsonde couplée au MEB). La lame mince a été métallisée au carbone et observée au MEB afin de compléter l’étude microscopique.

CLU 209 type L : caractérisation chimique élémentaire (microsonde couplée au MEB). La lame mince a été métallisée au carbone et observée au MEB afin de compléter l’étude microscopique.

11La fraction fine de la matrice de l’enduit (Clu-L mat) est composée principalement de carbonate de calcium, c'est-à-dire de chaux. Une part d’impuretés silico-argileuses (Si Al) et de fer (Fe) est associée au calcium dans l’analyse élémentaire et correspond au tuileau réduit en poudre et ajouté au mortier d’enduit.

CLU 209 type L (x 180), vue générale de la matrice de l’enduit contenant des grains de tuileau visibles sur le cliché.

12Le badigeon blanc qui est conservé au revers de cet enduit portant la couche picturale (Clu-L bad inf), est composé, quant à lui, de carbonate de calcium, c’est-à-dire d’une chaux très pure.

CLU 209 type L (x 70) : vue en coupe du badigeon blanc situé au revers de l’enduit.

5.1.4. CLU 10-696 type T

13L’enduit de type T est associé à l’installation du sarcophage 004, datée du Xe siècle. Cet enduit d’étanchéité est composé de 2 couches : un enduit inférieur de couleur blanche contenant toutefois des grains de tuileau et une couche supérieure plus rouge, qui contient du tuileau en plus forte proportion. Cet échantillon contient du tuileau comme les précédents mais sa stratigraphie est différente, avec deux couches de composition différente : une couche supérieure qui contient plus de tuileau que la couche inférieure. L’enduit inférieur est composé d’une charge sableuse et de fragments de tuileau. Les cristaux de calcite néoformés sont présents dans la porosité (fissures).

CLU 10-696 type T : vue de l’enduit inférieur de couleur blanche, composé de fragments de tuileau et d’une charge sableuse. La matrice de couleur grise opaque est composée de chaux carbonatée.

14La couche de surface du CLU 10-696 T est plus riche en tuileau, dont les fragments sont de dimensions variées. Il s’agit d’une couche d’étanchéité réalisée avec une part de tuileau abondante et plus fine (grains et poudre).

CLU 10-696 type T : vue de la limite entre la couche inférieure plus riche en sable et la couche supérieure plus riche en tuileau (rouge).

5.1.5. CLU 704-4 type S

15Cet enduit, recouvert d’un badigeon de surface, provient du niveau de chantier actuel de la salle capitulaire et le matériel contenu dans cette couche est antérieur aux XIIIe-XIVe siècles.

16Cet échantillon se présente en macroscopie comme un enduit friable, qui conserve peu de liant entre les grains. Il est constitué de deux couches superposées, la couche inférieure (mortier d’accrochage ?) contenant du tuileau ; sa stratigraphie présente un schéma inverse de celui du CLU 10-696 T.

17La couche supérieure est composée d’une charge siliceuse sans grains calcaires et de très peu de liant entre les figures. La matrice a en effet été dissoute avec le temps, ce qui rend l’enduit fragile et friable au toucher. La surface est couverte d’un badigeon ou d’une couche picturale fine (?).

18La matrice est nettement mieux conservée dans la couche inférieure qui contient quelques grains de tuileau en plus de la charge sableuse.

CLU 704-4 S (optique x 2), vue en coupe de l’enduit et de sa surface, en lumière naturelle et polarisée.

CLU 704-4 S (optique x 2), vue de la limite entre les deux couches d’enduit. En bas : la couche inférieure contenant du tuileau et en haut, la couche supérieure sans tuileau.

5.2. Les enduits à chaux et à sable

5.2.1. CLU 4-234 type Q

19Cet échantillon est présenté en macroscopie comme un enduit marron, cassant et recouvert d’un badigeon et d’une couche picturale. La lame mince ne conserve ni le badigeon, ni la couche picturale et la lame n’est pas polie suffisamment sur la partir centrale (les quartz sont jaunes en lumière polarisée et non blancs).

20La charge est composée d’un sable siliceux associé à quelques nodules provenant de la chaux ajoutée comme liant. Une plaquette de calcite et des cristaux formés témoignent de la carbonatation du liant de chaux. La matrice grise opaque est composée de chaux bien carbonatée, si l’on en juge par la qualité de cohésion entre la matrice et les grains de la charge.

CLU 4-234 Q (optique x 2), vue générale de l’enduit de support en lumière naturelle et en lumière polarisée.

CLU 4-234 Q (optique x 2), vue en coupe de l’enduit en lumière naturelle et en lumière polarisée.

5.2.2. CLU 4-146 type I’ (prime)

  • 6 Un des fragments de cet ensemble présente un collage a (...)

21Cet échantillon du type I’ provient d’une couche de ragréage de préparation du sol de la Galerie Rouge, qui contient des éléments de démolition de la salle capitulaire gothique ou plus ancien6.

22Cet échantillon est constitué d’un enduit recouvert de plusieurs badigeons en surface. La lame n’est pas assez rectifiée et la matrice parait très opaque en raison de l’épaisseur (et les quartz sont jaunes), mais les couches de surface sont heureusement conservées. La charge est composée d’un sable siliceux associé à de gros nodules de chaux provenant du liant employé.

CLU 4-146 I’ (prime) (optique x 2), vue générale de la matrice d’enduit, en lumière naturelle et polarisée.

CLU 4-146 I’ (prime) (optique x 2), vue de l’enduit en coupe avec sa superposition de badigeons et de couches picturales, en lumière naturelle et polarisée. On distingue 4 couches de surface, soit 3 badigeons de chaux, puis une couche picturale par-dessus, de couleur jaune, qui sera caractérisée au MEB.

CLU 4-146 I' (prime) (optique x 4), vue de la stratigraphie de surface avec les 3 badigeons et la couche picturale, en lumière naturelle et polarisée. Le deuxième badigeon se détache nettement du premier par la présence d’un espace vide continu : le badigeon tend à se détacher facilement de son support. Les trois couches supérieures présentent en revanche une bonne cohésion.

5.2.3. CLU 02-34 type J

23Cet enduit beige compact est constitué de deux couches contemporaines, dont seule la granulométrie de la charge semble varier (le sable de la couche inférieure est plus grossier que celui de la couche supérieure). Par ailleurs, on conserve au revers de ce type J, la trace d’un enduit antérieur (TA ou TB ?). La charge, de même nature dans les deux couches, est composée d’un sable silico-calcaire. La présence de nodules de chaux n’est pas explicite sur la lame mince, mais la chaux a bien été employée comme liant à en juger par la couleur de la matrice. Des grains de calcaire micritique sont présents dans la charge, avec quelques fossiles marins (oursins).

CLU 02-34 J (optique x 2), vue générale de la couche supérieure de l’enduit, en lumière naturelle et polarisée. Remarque : la lame mince est insuffisamment rectifiée (les quartz sont jaunes en lumière polarisée).

CLU 02-34 J (optique x 2), vue générale de la couche inférieure de l’enduit, en lumière naturelle et polarisée.

CLU 02-34 J (optique x 2), vue en coupe de l’enduit supérieur et du traitement de surface, en lumière naturelle et polarisée. L’enduit est soigneusement lissé et couvert d’un badigeon ou d’une couche picturale qui a été en grande partie arrachée lors de la préparation de la lame.

5.2.4. CLU 22-075 type K

24Cet échantillon est constitué d’un enduit fin et compact de couleur beige, recouvert de 2 décors superposés. La charge est composée d’un sable silico-argileux avec des grains de calcaire à oolithes de grande dimension. On distingue également des nodules de chaux carbonatés et fissurés (voir cliché ci-dessous) et de nombreux grains de calcite témoignant soit de la bonne carbonatation de la chaux, soit de l’ajout de calcite sous la forme de poudre (de marbre, par exemple) en tant que charge. Un autre composant est représentatif de cet enduit : il s’agit de nodules argileux au faciès arrondi, qui provient sans doute de la charge naturelle composant le mortier d’enduit.

CLU 22-075 K (optique x 2), vue générale de l’enduit de support, en lumière naturelle et polarisée.

CLU 22-075 K (optique x 2), vue en coupe de la surface avec l’enduit lissé le badigeon blanc et la couche picturale, en lumière naturelle et polarisée.

CLU 22-075 K (optique x 4), zoom sur la coupe de la surface avec l’enduit lissé le badigeon blanc et la couche picturale, en lumière naturelle et polarisée. On distingue en lumière polarisée l’abondance de la calcite dans l’enduit de support.

5.2.5. CLU 146-4 type N

  • 7 Un des fragments de cet ensemble présente un collage a (...)

25Cet échantillon du type N provient (comme le type I’) d’une couche de ragréage de préparation du sol de la Galerie Rouge, qui contient des éléments de démolition de la salle capitulaire gothique ou plus ancien7.

26Cet échantillon blanc, très compact en macroscopie, est composé de deux couches d’enduit superposées mais contemporaines et recouvertes d’une couche picturale rouge, appliquée à la détrempe en surface. L’enduit est caractérisé par des nodules de chaux petits et peu nombreux et une charge essentiellement siliceuse. Quelques plaquettes de calcite sont dispersées dans la matrice, ainsi que de la calcite combinée à des oolithes. La limite entre les deux couches d’enduit est visible sur le cliché ci-dessous, mais les deux couches présentent la même structure, la même composition et la même charge (nature + granulométrie).

CLU 146-4 type N (optique x 2), vue des deux couches d’enduit avec leur délimitation horizontale au milieu du cliché, en lumière naturelle et en lumière polarisée.

27CLU 146-4 type N : caractérisation chimique élémentaire (microsonde couplée au MEB). La lame étudiée au MEB a permis de compléter les informations obtenues en microscopie optique. L’enduit est composé, nous l’avons vu, de deux couches superposées, dont la matrice a été analysée.

28L’analyse élémentaire de la matrice constituant la couche inférieure de l’enduit (Clu-N end inf), présente une composition de chaux associée à des impuretés silico-argileuses (Si Al) et du fer. Le liant employé est une chaux et les impuretés proviennent soit de la pierre à chaux à l’état naturel, soit d’une terre associée probablement au sable, constituant la charge.

29L’analyse élémentaire de la matrice constituant la couche supérieure de l’enduit (Clu-N end sup), présente une composition semblable de chaux associée à des impuretés silico-argileuses (Si Al) et du fer. Le liant employé est une chaux aux caractéristiques comparables à celle employée dans l’enduit inférieur. Les deux couches d’enduit appartiennent à la même phase de travail et la couche supérieure contient une proportion légèrement supérieure de carbonates de calcium (Ca), mais le rapport avec les impuretés Si et Al reste proportionnel.

30Un liseré de couleur claire délimite les deux passes d’enduit appartenant néanmoins à la même campagne de mise en œuvre (arriccio et intonaco). Ce liseré est une frange de carbonatation qui se forme lors du séchage et de la prise de l’enduit et, dans ce cas, sa présence indique que la couche inférieure a eu le temps de sécher avant que la couche supérieure ne soit appliquée (cf. cliché ci-dessous, grossissement x70).

CLU N (x 70), vue en coupe des deux couches d'enduit superposées

Spectres d’analyse de la matrice de l’enduit supérieur et de l’enduit inférieur appliqué dessus : les deux spectres indiquent l’emploi d’une même chaux pour le liant.

5.2.6. CLU 146-4 type O

  • 8 Un enduit de ce lot présente un collage avec un fragme (...)

31L’échantillon du type O provient d’une couche de ragréage de préparation du sol de la Galerie Rouge. Cette couche comprend des éléments de démolition de la salle capitulaire gothique ou antérieurs8.

32Le CLU 146-4 O est décrit en macroscopie comme un enduit couvert d’un décor de faux joints blancs posés sur un fond beige, sans incisions. L’enduit présente une charge silico-calcaire avec une forte proportion de grains de silice. Il y a également de gros nodules de chaux non fissurés et la couleur grise opaque de la matrice témoigne de l’emploi d’une chaux comme liant.

CLU 146-4 O (optique x 2), vue générale de l’enduit avec une matrice homogène peu fissurée et une charge de grains arrondis pour certains et au profil vif pour d’autres.

CLU 146-4 O (optique x 2), vue en coupe de l’enduit et de sa surface composé d’un badigeon beige recouvert partiellement d’un tracé peint blanc (au centre du cliché).

CLU 146-4 O (optique x 4), zoom en coupe du badigeon beige (bande horizontale plus claire en lumière naturelle) et du faux joint blanc rapporté dessus (surépaisseur plus foncée, marron en lumière naturelle).

5.2.7. CLU 02-029 A

33Cet enduit en une couche est couvert d’un badigeon blanc. La charge silico-calcaire est composée principalement de quartz et de silice, mais de gros nodules argileux caractérisent également cet enduit de type A. Des nodules de chaux sont également visibles dans la matrice.

CLU 02-029 A (optique x 2), vue générale de la matrice avec une charge composée principalement de quartz et de silice, en lumière naturelle et polarisée.

CLU 02-029 A (optique x 4), zoom sur l’enduit en coupe et le badigeon de surface, en lumière naturelle et polarisée.

5.2.8. CLU 02-029 B

  • 9 La cp rouge n’a pas été analysée au MEB.

34L’enduit CLU 02-029 B conserve, au revers, un badigeon qui était appliqué à la surface de l’enduit sous-jacent. La charge est siliceuse (avec de nombreux grains de silice) et associée à des nodules de chaux de grande taille et fissurés. L’enduit en coupe comporte un badigeon blanc en dessous et une couche picturale au-dessus. La couche picturale rouge9 appartient au décor de l’enduit CLU 02-029 B tandis que le badigeon blanc conservé au revers provient sans doute d’un enduit disparu.

CLU 02-029 B (optique x 2), vue générale de l’enduit en coupe avec un badigeon blanc et une couche picturale rouge appliquée par-dessus en lumière naturelle et polarisée.

CLU 02-029 B (optique x 10), zoom sur la couche picturale de surface avec une couche rouge appliquée sur un badigeon de chaux en lumière naturelle et polarisée.

CLU 02-029 B (optique x 4), vue du revers de l’enduit avec un badigeon conservé, provenant probablement de l’enduit sous-jacent en lumière naturelle et polarisée.

5.2.9. CLU 41-015 type C

35L’enduit beige, d’une texture fine en macroscopie, est couvert d’une couche picturale à la surface. La charge de nature siliceuse ne présente pas de grains de calcaire, mais des plaquettes de calcite. De rares nodules de chaux proviennent de la chaux employée comme liant. La surface présente deux badigeons de chaux couverts par une fine couche picturale rouge.

CLU 41-015 C (optique x 2), vue générale de la matrice et de sa charge fine et serrée, en lumière naturelle et polarisée.

CLU 41-015 C (optique x 2), vue en coupe de l’enduit et de sa couche picturale en surface, en lumière naturelle et polarisée.

5.2.10. CLU 98-056 type D

36L’enduit de type D provient de la même zone que l’US 42, sous l’US 31, dans une fosse remplie lors du réaménagement gothique, avec l'opus sectile. Il s’agit de démolitions contemporaines de Cluny III et les enduits sont datés de l’époque romane (XIIe siècle ?). L’enduit CLU 98-056 D présente un enduit lissé et couvert d’un décor de faux joints blancs incisés et peints sur un fond jaune. Cet enduit, sans nodules de chaux visibles sur la lame mince, présente une charge siliceuse contenant de nombreux grains roulés d’oxydes de fer et des grains arrondis de calcite. Le badigeon de chaux épais régularise la surface et conserve de nombreuses fissures verticales correspondant au retrait provoqué par le séchage du badigeon.

37La partie inférieure de l’enduit est composée d’une couche de préparation riche en calcite (zone claire en lumière polarisée ci-dessous).

CLU 98-056 D (optique x 2), vue en coupe de l’enduit, du badigeon épais qui égalise la surface et de la mince couche picturale jaune appliquée en surface en lumière naturelle et polarisée.

CLU 98-056 D (optique x 2), vue en coupe du revers de l’enduit comprenant une couche d’apprêt ( ?) riche en chaux transformée en calcite en lumière naturelle et polarisée.

5.2.11. CLU 98-056 type F

38L’enduit de type F provient de la même zone que l’US 42, sous l’US 31, dans une fosse remplie lors du réaménagement gothique, avec l'opus sectile. Il s’agit de démolitions contemporaines de Cluny III et les enduits sont datés de l’époque romane (XIIe siècle ?). L’enduit CLU 98-056 F est couvert d’un badigeon blanc et d’une couche picturale rouge appliquée à la détrempe. Malheureusement, sur cette lame, le badigeon de surface et la couche picturale rouge ont été éliminés lors de la préparation de la lame. La charge essentiellement siliceuse est associée à de gros nodules de chaux et quelques grains de calcite.

CLU 98-056 F (optique x 2), vue générale de la matrice de l’enduit, en lumière naturelle et polarisée.

CLU 98-056 F (optique x 2), détail d’un gros nodule de chaux carbonaté : plage opaque et fissurée en partie basse du cliché.

5.2.12. CLU 03-108 type I

39L’enduit était recouvert d’un badigeon gris qui a malheureusement disparu lors de la préparation de la lame mince. Cet enduit présente une matrice homogène sans fissure et une charge sableuse silico-calcaire. Il se distingue des types A, B, C et D car il contient une charge en partie calcaire (calcaire micritique à oolithes et oursins fossiles), contrairement aux précédents. Il comporte, par ailleurs, quelques nodules de chaux.

CLU 03-108 I (optique x 2), vue générale de l’enduit qui présente une matrice opaque et homogène.

CLU 03-108 I (optique x 4), zoom sur un grain de la charge : un fragment de calcaire à oolithe et un grain arrondi plus petit de silice, sur la droite. Le pore présent sur la gauche du cliché contient de très petits cristaux de calcite néoformés sur le pourtour en lumière naturelle et polarisée.

5.3. L’enduit de terre : CLU 3-418 type P

40L’enduit CLU 3-418 P présente, à l’échelle macroscopique, les caractéristiques d’un mortier de terre recouvert d’un badigeon blanc. En microscopie optique, l’enduit contient une charge sableuse de grains variés (quartz, feldspath, micas, roches métamorphique et silice) accompagnés de quelques grains de calcite. La matrice semble être un mélange de chaux et de terre argileuse en raison de sa coloration marron. La vue en coupe de l’enduit indique la présence en surface d’un badigeon de chaux carbonaté sans terre, contenant de petits cristaux de calcite.

CLU 3-418 P (optique x 2), vue en coupe de l’enduit et de son badigeon blanc de chaux posé à la surface, en lumière naturelle et en lumière polarisée.

CLU 3-418 P (optique x 2), vue de la matrice de l’enduit fissuré par endroit, en lumière naturelle et en lumière polarisée. La coloration marron de la matrice témoigne de l’ajout de terre argileuse à la chaux employée comme liant.

5.4. L’enduit de plâtre : CLU 134 type M

41L’enduit est considéré en macroscopie comme un enduit de plâtre. La matrice est très homogène et sans fissuration. Elle présente quelques petits grains qui correspondent à des impuretés présentes à l’état naturel dans le gypse et non à une charge ajoutée au liant. On distingue dans la matrice quelques plaquettes de calcite qui témoignent soit de la présence de calcite à l’origine dans le gypse, soit de l’ajout d’une partie de chaux dans le plâtre au moment de la préparation. La couleur opaque et sombre de la matrice en lumière polarisée est caractéristique du plâtre.

CLU 134 M, vue en optique 2 de la matrice de plâtre. Sa couleur opaque en lumière polarisée est caractéristique du plâtre.

CLU 134 M, zoom (optique x 10) sur des cristaux de gypse formés suite à la mise en œuvre du matériau, lumière naturelle et polarisée.

5.5. Les fragments de roche peintes

5.5.1. CLU 98-056 type G

42L’échantillon de type G provient de la même zone que l’US 42, sous l’US 31, dans une fosse remplie lors du réaménagement gothique, avec l'opus sectile. Il s’agit de démolitions contemporaines de Cluny III et le matériel contenu est daté de l’époque romane (XIIesiècle ?).

43A l’observation macroscopique, ce fragment apparaissait comme un enduit de plâtre, mais son observation en lame mince indique qu’il s’agit en réalité d’un fragment de roche calcaire. L’absence de liant entre les grains et l’homogénéité des figures indique qu’il s’agit d’un fragment de roche calcaire à oolithes.

CLU 98-056 G, vue du fragment de roche calcaire. Les oolithes correspondent aux figures arrondies qui composent la roche, en lumière naturelle et polarisée.

5.5.2. CLU 4-393 type R

44Cet échantillon est issu d’une couche associée au chantier de construction des banquettes de la salle capitulaire du XIIIe siècle. Il est donc antérieur aux banquettes construites au XIIIe siècle.

45En macroscopie, cet échantillon était considéré comme un fragment de ciment possiblement moderne. Sa préparation en lame mince montre que l’échantillon est composé de figures très serrées et composées presque exclusivement de quartz. L’absence de ciment entre les grains et la présence néanmoins de porosité semble indiquer qu’il ne s’agit pas d’un mortier très dur, mais d’un fragment de roche. Il est néanmoins recouvert de deux badigeons de chaux superposés, ce qui nous a fait croire à un mortier dans un premier temps.

CLU 4-393 R (optique x 2), vue générale de la matrice de l’échantillon en lumière naturelle et polarisée.

CLU 4-393 R (optique x 2), vue en coupe de l’échantillon (roche ?) recouvert de deux badigeons de chaux en surface, en lumière naturelle et polarisée.

5.6. Synthèse sur l’étude pétrographique de la typologie des enduits

5.6.1. Les enduits de tuileau

46Les cinq enduits contenant du tuileau en tant que charge (types E, H, L, T et S) présentent différents profils.

47Ainsi, les types E, H et L peuvent être rassemblés, car ils présentent une même composition avec une charge abondante de tuileau, de granulométrie comparable, de nombreux nodules de chaux de grande dimension et une charge silico-calcaire comprenant notamment des grains de calcaire micritique. Les trois échantillons sont constitués d’une seule couche d’enduit de tuileau et les types E et H sont simplement lissés en surface, sans traitement de finition. Le type L, quant à lui, présente une seule couche comme les types E et H, mais il conserve à la surface une couche picturale contenant une très fine charge de fritte (verre) de couleur verte. Le type T est simplement lissé, comme les types E et H, mais il présente une stratigraphie différente, avec deux couches superposées, la couche supérieure étant rouge (tuileau abondant) et la couche inférieure étant blanche (peu de tuileau). Il ne contient pas de grands nodules de chaux, comme les types E, H et L.

48Le type S, quant à lui, est constitué également de deux couches comme le type T, mais à l’inverse, avec une couche inférieure riche en tuileau et une couche supérieure sans tuileau, couverte d’un badigeon blanc.

49Datation : le type E peut être roman (XIIe, époque de Cluny III), tout comme le type H et le type L est antérieur à l’époque gothique.

50Le type T, associé à l’installation du sarcophage 004 est daté du Xe siècle.

51Le type S, comme le type E est antérieur au XIIIe siècle et pourrait appartenir à un aménagement du XIIe siècle.

5.6.2. Les enduits à chaux et à sable

52Les mortiers sans tuileau présentent une charge sableuse avec deux profils distincts. Les types A, I, J, K et O contiennent une charge silico-calcaire, tandis que les types B, C, D, F, N, Q et I’ ne contiennent pas de grains calcaires.

5.6.2.1. Les enduits contenant une charge calcaire

53Le sable contenu dans les types A, I, J, K et O ont une charge principalement composée de quartz, feldspaths, micas, silice et roche métamorphique associés à des oxydes de fer et des nodules argileux. Les grains calcaires identifiés sur les lames minces sont des grains de calcaire micritique (A, I, J, O), dans certains cas associés à des fossiles d’oursin (I, J), de calcaire oolithique (A, I, K) et le type K contient un grain roulé de calcite. Les nodules de chaux repérés en microscopie optique sont gros et arrondis (types A et O) ou peu nombreux (I, K).

5.6.2.2. Les enduits sans charge calcaire

54Le sable contenu dans les types B, C, D, F, N, Q, I’, ne présente pas de grains calcaires sur les lames minces. On observe une grande variété de profil concernant les nodules de chaux, avec des grains de grande taille (F, I’, B), de rares et petits grains (N, C). Des oxydes de fer sont présents dans les types D, F et C et de nombreux grains de silice dans les types F, B, C. La calcite, sous la forme de plaquettes ou de grains, est présente dans les types D, F, Q, N et C.

55En synthèse, on observe peu de différences entre ces deux groupes d’enduits. L’un contient des grains calcaires, des nodules argileux et pas de calcite ou presque, tandis que l’autre ne contient pas de grains calcaires, ni de nodules argileux, mais des grains de calcite en revanche. Ils ont une charge sableuse un peu différente mais la granulométrie et le faciès des grains sont semblables. Les nodules de chaux ne sont pas non plus discriminants. On a probablement puisé le sable localement dans deux bancs distincts mais la mise en œuvre et le rapport matrice / charge est comparable pour l’ensemble de ces enduits.

56Datation : Parmi les enduits contenant une charge calcaire, les types A et K sont antérieurs à l’époque gothique et les types O et J sont antérieurs à la construction des banquettes de la salle capitulaire gothique. Le type I est antérieur au XIIIe. Parmi les enduits à chaux et à sable sans charge calcaire, les types D et F sont datés de l’époque romane, le type B est antérieur à l’époque gothique et les types N et I’ sont antérieurs au XVIIIe siècle. Le type C est antérieur au XVIIe siècle et le type Q est antérieur à l’époque gothique et participe de la mise en place du premier sol de la salle capitulaire au XIIIe siècle.

5.6.3. Les enduits de terre

57Seul le type P est composé d’un liant de terre, qui a peut-être été mélangé à de la chaux, mais les éventuels nodules ne sont pas visibles sur la lame mince correspondante. Sa matrice est différente des enduits à chaux et à sable, majoritaires dans le corpus, et sa charge sableuse présente le même profil (granulométrie, faciès et nature) que les enduits qui ne contiennent pas de charge calcaire.

58Datation : enduits antérieurs au XIIIe siècle.

5.6.4. Les enduits de plâtre

59Le type M (Cluny (71) 2007 GR US 134) est le seul enduit de plâtre du corpus, contenant des cristaux de gypse néoformés caractéristiques.

60Datation : provenant du comblement de la fosse, le type M est antérieur au XVIIIe siècle.

5.6.5. Les fragments de roche

61Deux échantillons préparés en lames minces et correspondant aux types G et R s’avèrent être des fragments de roche et non des enduits. Le type G est un fragment de calcaire oolithique dont la surface polie a reçu une couche picturale et correspond sans doute à une corniche (ou un autre élément architectural et ornemental) peinte.

62Le type R, quant à lui, est une roche quartzeuse.

63Datation : le type G est daté de l’époque romane et le type R est antérieur aux banquettes du XIIIe siècle.

Notes

5 Cf. le tableau de l’inventaire avec la datation des différents contextes contenant les enduits peints étudiés.

6 Un des fragments de cet ensemble présente un collage avec un fragment issu de l’US 200-01, daté antérieurement aux banquettes de la salle capitulaire du XIIIe siècle.

7 Un des fragments de cet ensemble présente un collage avec un fragment issu de l’US 200-01, daté antérieurement aux banquettes de la salle capitulaire du XIIIe siècle.

8 Un enduit de ce lot présente un collage avec un fragment issu de l’US 200-01, correspondant au chantier de construction des banquettes de la salle capitulaire du XIIIe siècle ; les enduits contenus sont antérieurs à cette période.

9 La cp rouge n’a pas été analysée au MEB.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende CLU 98-056 type E optique 2 : vue de l’enduit lissé de tuileau en coupe, lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 641k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende CLU 98-056 type E Optique 2 : vue de l’enduit lissé de tuileau en coupe : grain de calcaire oolithique arrondi composant la charge (côté droit du cliché), lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 593k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Légende CLU 01-031 type H optique 2 : vue de l’enduit de tuileau en coupe : grain de calcaire micritique de grande taille composant la charge, lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 585k
Légende CLU 01-031 type H optique 2 : vue de l’enduit de tuileau: nodule de chaux fissuré et carbonaté au centre du cliché, lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 530k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 531k
Légende CLU 209 type L optique 2 : vue en coupe de la partie supérieure de l’enduit de tuileau avec une couche picturale appliquée à la surface, lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 603k
Légende CLU 209 type L, optique 2 : vue en coupe de la partie inférieure de l’enduit de tuileau avec un badigeon blanc conservé au revers, lumière naturelle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 518k
Légende CLU 209 type L : caractérisation chimique élémentaire (microsonde couplée au MEB). La lame mince a été métallisée au carbone et observée au MEB afin de compléter l’étude microscopique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Légende CLU 209 type L : caractérisation chimique élémentaire (microsonde couplée au MEB). La lame mince a été métallisée au carbone et observée au MEB afin de compléter l’étude microscopique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende CLU 209 type L (x 180), vue générale de la matrice de l’enduit contenant des grains de tuileau visibles sur le cliché.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Légende CLU 209 type L (x 70) : vue en coupe du badigeon blanc situé au revers de l’enduit.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 569k
Légende CLU 10-696 type T : vue de l’enduit inférieur de couleur blanche, composé de fragments de tuileau et d’une charge sableuse. La matrice de couleur grise opaque est composée de chaux carbonatée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 570k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Légende CLU 10-696 type T : vue de la limite entre la couche inférieure plus riche en sable et la couche supérieure plus riche en tuileau (rouge).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 527k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 494k
Légende CLU 704-4 S (optique x 2), vue en coupe de l’enduit et de sa surface, en lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende CLU 704-4 S (optique x 2), vue de la limite entre les deux couches d’enduit. En bas : la couche inférieure contenant du tuileau et en haut, la couche supérieure sans tuileau.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Légende CLU 4-234 Q (optique x 2), vue générale de l’enduit de support en lumière naturelle et en lumière polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Légende CLU 4-234 Q (optique x 2), vue en coupe de l’enduit en lumière naturelle et en lumière polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 525k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 535k
Légende CLU 4-146 I’ (prime) (optique x 2), vue générale de la matrice d’enduit, en lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 525k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Légende CLU 4-146 I’ (prime) (optique x 2), vue de l’enduit en coupe avec sa superposition de badigeons et de couches picturales, en lumière naturelle et polarisée. On distingue 4 couches de surface, soit 3 badigeons de chaux, puis une couche picturale par-dessus, de couleur jaune, qui sera caractérisée au MEB.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Légende CLU 4-146 I' (prime) (optique x 4), vue de la stratigraphie de surface avec les 3 badigeons et la couche picturale, en lumière naturelle et polarisée. Le deuxième badigeon se détache nettement du premier par la présence d’un espace vide continu : le badigeon tend à se détacher facilement de son support. Les trois couches supérieures présentent en revanche une bonne cohésion.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 586k
Légende CLU 02-34 J (optique x 2), vue générale de la couche supérieure de l’enduit, en lumière naturelle et polarisée. Remarque : la lame mince est insuffisamment rectifiée (les quartz sont jaunes en lumière polarisée).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 561k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 558k
Légende CLU 02-34 J (optique x 2), vue générale de la couche inférieure de l’enduit, en lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 437k
Légende CLU 02-34 J (optique x 2), vue en coupe de l’enduit supérieur et du traitement de surface, en lumière naturelle et polarisée. L’enduit est soigneusement lissé et couvert d’un badigeon ou d’une couche picturale qui a été en grande partie arrachée lors de la préparation de la lame.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 566k
Légende CLU 22-075 K (optique x 2), vue générale de l’enduit de support, en lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 567k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 462k
Légende CLU 22-075 K (optique x 2), vue en coupe de la surface avec l’enduit lissé le badigeon blanc et la couche picturale, en lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
Légende CLU 22-075 K (optique x 4), zoom sur la coupe de la surface avec l’enduit lissé le badigeon blanc et la couche picturale, en lumière naturelle et polarisée. On distingue en lumière polarisée l’abondance de la calcite dans l’enduit de support.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Légende CLU 146-4 type N (optique x 2), vue des deux couches d’enduit avec leur délimitation horizontale au milieu du cliché, en lumière naturelle et en lumière polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende CLU N (x 70), vue en coupe des deux couches d'enduit superposées
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Spectres d’analyse de la matrice de l’enduit supérieur et de l’enduit inférieur appliqué dessus : les deux spectres indiquent l’emploi d’une même chaux pour le liant.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 497k
Légende CLU 146-4 O (optique x 2), vue générale de l’enduit avec une matrice homogène peu fissurée et une charge de grains arrondis pour certains et au profil vif pour d’autres.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Légende CLU 146-4 O (optique x 2), vue en coupe de l’enduit et de sa surface composé d’un badigeon beige recouvert partiellement d’un tracé peint blanc (au centre du cliché).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Légende CLU 146-4 O (optique x 4), zoom en coupe du badigeon beige (bande horizontale plus claire en lumière naturelle) et du faux joint blanc rapporté dessus (surépaisseur plus foncée, marron en lumière naturelle).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 567k
Légende CLU 02-029 A (optique x 2), vue générale de la matrice avec une charge composée principalement de quartz et de silice, en lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 538k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 426k
Légende CLU 02-029 A (optique x 4), zoom sur l’enduit en coupe et le badigeon de surface, en lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 422k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Légende CLU 02-029 B (optique x 2), vue générale de l’enduit en coupe avec un badigeon blanc et une couche picturale rouge appliquée par-dessus en lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Légende CLU 02-029 B (optique x 10), zoom sur la couche picturale de surface avec une couche rouge appliquée sur un badigeon de chaux en lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 497k
Légende CLU 02-029 B (optique x 4), vue du revers de l’enduit avec un badigeon conservé, provenant probablement de l’enduit sous-jacent en lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 471k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 554k
Légende CLU 41-015 C (optique x 2), vue générale de la matrice et de sa charge fine et serrée, en lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Légende CLU 41-015 C (optique x 2), vue en coupe de l’enduit et de sa couche picturale en surface, en lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende CLU 98-056 D (optique x 2), vue en coupe de l’enduit, du badigeon épais qui égalise la surface et de la mince couche picturale jaune appliquée en surface en lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 458k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 477k
Légende CLU 98-056 D (optique x 2), vue en coupe du revers de l’enduit comprenant une couche d’apprêt ( ?) riche en chaux transformée en calcite en lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 509k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 542k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 555k
Légende CLU 98-056 F (optique x 2), détail d’un gros nodule de chaux carbonaté : plage opaque et fissurée en partie basse du cliché.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 527k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 509k
Légende CLU 03-108 I (optique x 2), vue générale de l’enduit qui présente une matrice opaque et homogène.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Légende CLU 03-108 I (optique x 4), zoom sur un grain de la charge : un fragment de calcaire à oolithe et un grain arrondi plus petit de silice, sur la droite. Le pore présent sur la gauche du cliché contient de très petits cristaux de calcite néoformés sur le pourtour en lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 491k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
Légende CLU 3-418 P (optique x 2), vue en coupe de l’enduit et de son badigeon blanc de chaux posé à la surface, en lumière naturelle et en lumière polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 571k
Légende CLU 3-418 P (optique x 2), vue de la matrice de l’enduit fissuré par endroit, en lumière naturelle et en lumière polarisée. La coloration marron de la matrice témoigne de l’ajout de terre argileuse à la chaux employée comme liant.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 610k
Légende CLU 134 M, vue en optique 2 de la matrice de plâtre. Sa couleur opaque en lumière polarisée est caractéristique du plâtre.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 555k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 603k
Légende CLU 134 M, zoom (optique x 10) sur des cristaux de gypse formés suite à la mise en œuvre du matériau, lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Légende CLU 98-056 G, vue du fragment de roche calcaire. Les oolithes correspondent aux figures arrondies qui composent la roche, en lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 606k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende CLU 4-393 R (optique x 2), vue générale de la matrice de l’échantillon en lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 417k
Légende CLU 4-393 R (optique x 2), vue en coupe de l’échantillon (roche ?) recouvert de deux badigeons de chaux en surface, en lumière naturelle et polarisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25750/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 397k

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search