Version classiqueVersion mobile

Cluny et la couleur

 | 
Bénédicte Bertholon
, 
Magali Orgeur

Les carreaux de pavement de la salle capitulaire de l’abbaye de Cluny (seconde moitié du XIIIe –XVe siècle)

Les carreaux de pavement. Analyse

Magali Orgeur

Texte intégral

Introduction

  • 1 BARRAL I ALTET (Xavier), Cluny et les mosaïques de Ganagobie et de (...)
  • 2 MAURICE-CHABARD (Brigitte), op. cit., 2011, p. 769-771.
  • 3 MAURICE-CHABARD (Brigitte), op. cit., 2011, (...)

1Les différents sondages archéologiques menés parmi les vestiges de l’ancienne abbaye de Cluny ont révélé une grande diversité de techniques décoratives des sols au Moyen Âge. De l’époque romane, c’est-à-dire de celle de la Grande Église de Cluny III, on retiendra les nombreux fragments de mosaïque qui dessinaient autant de fleurs, de roues florales, d’étoiles mais aussi d’échiquiers dans les parties orientales de cette église abbatiale1. La mosaïque de pavement composée de tesselles (opus tessellatum) ou de pierres taillées en plaques (opus sectile) est un héritage du monde tardo-antique méditerranéen. Les mosaïques romanes de Cluny les transposent en associant les tesselles et les plaques ensemble ; d’ailleurs leur mise en œuvre atteste la parfaite connaissance de la technique romaine décrite par Vitruve2. Une autre voie décorative s’ouvre avec les dalles de pierres incrustées de pâtes de verre, de schiste noir ou de marbre blanc. Déclinant aussi les thèmes floraux, ces plaques devaient probablement décorer l’une des églises abbatiales ou d’autres bâtiments claustraux3, peut-être en association avec les mosaïques, dans une volonté de hiérarchisation de certains espaces liturgiques et d’enrichissement du programme décoratif des sols. Les carreaux de pavement en terre cuite glaçurée apparaissent en France dès la fin du XIIe siècle. Ils renouvellent l’esthétique des sols tout en pérennisant les thématiques ornementales utilisées aux XIe et XIIe siècles. La renaissance romane est terminée, le goût de l’antique a passé, les sols sont réinventés en changeant le support et les effets colorés. Le marbre cède la place à l’argile. L’étude détaillée des carreaux de pavement de la salle capitulaire de Cluny permet de retracer les liens esthétiques et ornementaux communs à d’autres sites consommateurs bourguignons, cisterciens notamment, mais aussi anglais. Les techniques de fabrication, les couleurs de surface, les motifs et le pavement vont être tour à tour explicités pour mettre en lumière la haute qualité et la technicité des carreaux de Cluny produits dans la seconde moitié du XIIIe siècle.

1. Les techniques de fabrication des carreaux de pavement

1.1. Préparation de l’argile et façonnages

  • 4 CHAPELOT (Odette), Les fabriques Ducales de carreaux médiévaux (...)
  • 5 Dans certains cas, suivant la plasticité de l’argile, le tuili (...)

2Une fois l’argile prélevée, elle était ramenée à la tuilerie pour y être débarrassée de ses impuretés. Soit elle était amoncelée à l’air libre pour que l’action des éléments, comme le gel et la pluie, la nettoie, ce qui prenait un temps certain. Soit elle était frappée à l’aide de pelles pour la concasser. Ensuite elle était placée dans des fosses aménagées au sein de la tuilerie4. Elle était foulée au pied afin d’éliminer tous les petits cailloux ou les nodules de quartz qui auraient nui à la qualité de la pâte. Ces opérations de nettoyage terminées, le tuilier pouvait utiliser l’argile5.

3Les carreaux pouvaient être conçus soit par abaissage, soit par moulage. La technique de l’abaissage consistait à étaler l’argile sous forme d’une plaque à l’épaisseur régulière. Les carreaux étaient ensuite découpés au couteau en suivant les contours d’un gabarit. L’abaissage permettait de créer des formes curvilignes et complexes. Cette technique a été utilisée à Cluny pour les carreaux losangiques unis et bicolores.

  • 6 ORGEUR (Magali), Techniques décoratives des carreaux de paveme (...)

4La technique du moulage était de loin la plus répandue en France au Moyen Âge. Elle était à la base des six techniques décoratives des carreaux de pavement médiévaux que sont les carreaux unis, les carreaux incisés, les carreaux imprimés, les carreaux de mosaïque, les carreaux de mosaïque à pièce de rapport et les carreaux bicolores6.

5Le tuilier se servait d’un cadre sans fond avec lequel il moulait l’argile. Ensuite intervenait la décoration. Sur des carreaux incisés, le motif était tracé manuellement à la surface tandis que, sur des carreaux imprimés, le motif résultait de l’application d’une matrice. Il était obtenu mécaniquement. En l’état actuel des découvertes, ces deux techniques n’ont pas été retrouvées sur les carreaux de pavement du XIIIe siècle de l’abbaye de Cluny. Par contre, les quatre autres techniques sont bien présentes.

1.2. Les carreaux unis

  • 7 La terminologie employée se base sur les travaux de NORTON (Ch (...)
  • 8 NORTON (Christopher), Carreaux de pavement du Moyen Âge et de la (...)
  • 9 NORTON (Christopher), op. cit., 1992, p. (...)
  • 10 À la Bénisson-Dieu, quelques-uns sont encore en place dans le (...)

6Les carreaux à la surface unie étaient les plus simples à fabriquer7. Après le moulage et une période de séchage8, le tuilier appliquait une glaçure plombifère à la surface des carreaux. Elle se composait de silice, d’argile et de cendres d’oxydes de plomb. De teinte jaune translucide, elle favorisait certaines variations chromatiques en fonction de la couleur de la pâte argileuse et du type de cuisson employée9. Quatre couleurs étaient réalisables : le brun-marron, le jaune, le vert et le noir. Les carreaux monochromes apparaissent vers la fin du XIIe siècle en même temps que les carreaux incisés dans deux abbayes cisterciennes : Cîteaux (Côte-d’Or) et la Bénisson-Dieu10 (Loire).

  • 11 ORGEUR (Magali), op. cit., 2006, p. 34-35 / 37.

7De la fin du XIIe siècle et pendant le premier quart du XIIIe siècle, les couleurs de surface sont sombres, avec le brun et le vert foncé. Elles se nuancent au cours du deuxième quart du XIIIe siècle, avec le jaune et le noir11. Du milieu du XIIIe siècle à la fin du Moyen Âge, la palette chromatique offre une infinité de marron, bruns, verts, jaunes ainsi que du noir, déclinés par les impuretés présentes dans la glaçure que les conditions de cuisson vont révéler.

8Cette technique va être amenée à un grand développement tout au long du Moyen Âge car les carreaux unis accompagnaient souvent des carreaux décorés à motifs pour mettre ces derniers en valeur dans un pavement.

  • 12 Deux carreaux unis ont un format carré de 14 cm, numéro d’inve (...)
  • 13 Les tranches sont biseautées sur les 12 carreaux suivant : HC. (...)
  • 14 Les tranches sont droites sur 13 carreaux : 071.23.01 à 12 / 1 (...)
  • 15 Quatre carreaux unis montrent des empreintes de sable préparat (...)
  • 16 Six carreaux unis ont une face inférieure lisse 209.13 © (2) / (...)

9169 carreaux unis ont été retrouvés lors des fouilles de la salle capitulaire de l’abbaye de Cluny. Ils ont tous un format carré de 12,5 à 13 cm pour une épaisseur moyenne de 2,5 cm pouvant atteindre au maximum de 2,9 cm12. Un partage équitable se remarque entre tranches légèrement biseautées13 et tranches droites14. Les faces inférieures sont régulières avec les empreintes du sable préparatoire utilisé par le tuilier lors du moulage pour empêcher l’adhérence de l’argile sur la table15. Sur d’autres carreaux, les faces inférieures sont lisses et régulières, le tuilier se sera très certainement servi de cendres en lieu de sable16. Les surfaces sont très majoritairement sombres avec le brun sombre, le vert sombre, le brun vert olive sombre. Un seul carreau jaune a été découvert.

1.3. Les carreaux de mosaïque

  • 17 NORTON (Christopher), op. cit, 1984, p. (...)

10Les carreaux de mosaïque, comme leur terminologie l’indique, proposent une imitation de la mosaïque romane en plaques de pierre dite en opus sectile17. Le motif n’est donc pas empreint sur le carreau, il résulte de la forme donnée au carreau.

11Les carreaux de mosaïque présentent une surface monochrome et procèdent donc de la même technique que celle des carreaux unis. Pour obtenir certaines petites pièces, le tuilier pouvait pré-inciser la surface d’un tiers à la moitié de son épaisseur, suivant des lignes qui, après cuisson, permettaient de casser le carreau en autant de petits triangles, carrés, losanges et rectangles, qui étaient pratiques pour combler des lacunes lors de la pose des carreaux dans le pavement.

  • 18 ORGEUR (Magali), op. cit., 2006, p. 34.
  • 19 ORGEUR (Magali), op. cit., 2004, tome 1, p. 70 / (...)
  • 20 VANBRUGGHE (Nathalie), CHAUVIN (Benoît), Abbatiale cistercienn (...)
  • 21 ORGEUR (Magali), op. cit., 2004, tome 2, p. 750-751.

12Vraisemblablement apparus à l’abbaye cistercienne de Pontigny (Yonne), qui en a livré les plus anciens exemplaires connus, ces carreaux peuvent être datés, grâce à un texte législatif cistercien, des environs de 120518. Les couleurs d’abord sombres, avec le brun ou le vert, deviennent plus claires avec le vert olive, attesté en Bourgogne dans le premier quart du XIIIe siècle19 ; cette gamme chromatique s’éclaircit avec le jaune dès le deuxième quart du XIIIe siècle20. Les carreaux de mosaïque fabriqués au cours du deuxième quart du XIIIe siècle offrent des surfaces brunes, marron, vertes, noires ou encore jaunes21. Ces teintes sont fonction du choix de l’argile, de son mode de cuisson ainsi que de l’addition d’oxydes métalliques dans la glaçure plombifère mais aussi de la présence d’une couche d’argile blanche.

  • 22 NORTON (Christopher), op. cit., 1992, p. 32-35, fait s’arrêter (...)

13Cette technique des carreaux de mosaïque va connaître un développement important tout au long du XIIIe siècle et continuera d’être employée au XIVe siècle, en association avec des carreaux bicolores ou bien en étant eux-mêmes porteurs d’un décor bicolore22.

1490 carreaux de mosaïque ont été mis au jour lors des fouilles de la salle capitulaire. Quatre formes sont recensées : le losange, le triangle rectangle isocèle, le triangle isocèle et le triangle équilatéral.

  • 23 147.99.01 et 02 pour le triangle rectangle isocèle. 147.98.02 (...)
  • 24 147.38 (5) / 147.75. / 147.102 / 147.45. Le chiffre entre pare (...)
  • 25 147.99.06 est un carreau losangique pré-incisé avant caisson m (...)

15L’obtention des triangles s’est faite suivant deux techniques. Seul le grand format du triangle rectangle isocèle et le triangle isocèle ont été découpés dans un carré fraîchement moulé, comme l’indiquent leurs tranches demeurées lisses23. Une diagonale taillée et ce sont deux triangles rectangles isocèles qui naissent, deux diagonales et ce sont maintenant des triangles isocèles. Les autres triangles ont tous été pré-incisés puis cassés après cuisson, l’irrégularité de certaines tranches l’attestant24. Le triangle équilatéral résulte aussi d’une cassure après cuisson mais cette fois à partir d’un losange25.

  • 26 147.164.
  • 27 147.163.

16Les tranches sont légèrement biseautées26 et quelques fois droites27. Le même constat que pour les carreaux unis peut être fait pour les faces inférieures des carreaux de mosaïque. Le fait qu’au sein de ces carreaux s’observent des faces inférieures avec des empreintes de sable préparatoire et d’autres demeurées lisses par l’usage de cendres, peut traduire des savoir-faire différents au sein d’une même équipe, comme elle peut aussi traduire une modification du mode de travail dans l’atelier.

  • 28 ROLLIER (Gilles), Aménagements des sols et installations litur (...)
  • 29 GILLON (Pierre), Le pavement du XIIIe siècle du collatéral (...)
  • 30 BERNARD (Jean-Louis), Essai d’interprétation du décor de sol d (...)

17L’atelier producteur a fabriqué conjointement les carreaux unis et les carreaux de mosaïque puisque ces pièces procèdent toutes d’un module standard de 12,5 cm, hormis pour le losange. L’atelier a donc répondu à une demande précise pour les formes et pour la quantité de pièces par formes en ce qui concerne le grand triangle rectangle isocèle et le triangle isocèle. Ils ont été prévus à l’origine, pour faire partie du pavement, et ont donc été conçus exprès. Les petits triangles rectangles isocèles et le triangle équilatéral ont simplement été envisagés, c’est pourquoi le tuilier avait pratiqué des rainures avant cuisson pour qu’au moment de la pose du carrelage, les pièces puissent être cassées afin de combler certains vides entre les panneaux. De telles découpes sont fréquentes parmi les carreaux de pavement médiévaux et se rencontrent notamment sur le pavement du XIIIe siècle, dans la nef de la prieurale clunisienne de Paray-le-Monial28 (Saône-et-Loire) dans le deuxième quart du XIIIe siècle, dans le collatéral nord du chœur de l’église abbatiale de Saint-Maur-des-Fossés29 (Val-de-Marne), sur le carrelage de la crypte du prieuré d’Argenteuil vers 127530 (Val-d’Oise).

1.4. Les carreaux bicolores

18Les carreaux bicolores sont fabriqués sur la même base que les carreaux unis.

  • 31 NORTON (Christopher), op. cit, 1992, p. 35-37.

19Après le moulage, le motif est imprimé en creux à la surface du carreau à l’aide d’un moule sculpté en relief qualifié de matrice. Une fois le motif estampé, le carreau est démoulé. Le tuilier coulait dans l’empreinte laissée par la matrice une argile blanche plus ou moins liquide nommée aussi engobe. Après avoir raclé l’excédent d’argile blanche, le tuilier posait la glaçure plombifère. Après une cuisson oxydante donnant un corps argileux rouge, le motif se détachait en jaune sur un fond brun. La technique pouvait être inversée, à savoir la matrice réalisée en creux pour que le motif apparaisse en relief31. Dans ce cas, c’est le fond qui recevait l’argile blanche pour un motif brun ressortant d’un fond jaune. Cette inversion ne se rencontre pas sur les carreaux bicolores découverts lors des fouilles de la salle capitulaire de Cluny.

20Les carreaux bicolores sont généralement de format carré. Cependant, il existe aussi des formes géométriques rectilignes ou curvilignes qui sont le support d’un décor bicolore ; dans ce cas, ces pièces sont désignées comme des carreaux de mosaïque bicolores. Les fouilles ont livré des carreaux de mosaïque bicolores, tous sous la forme du losange.

  • 32 EAMES (Elizabeth), A XIIIth century tiled (...)

21Cette technique apparaît simultanément en France et en Angleterre dans les années 1240, et à chaque fois dans des sites importants dont la fondation et / ou la construction émanait du pouvoir royal, à l’exemple des abbayes cisterciennes de Royaumont et de Maubuisson, de l’abbaye bénédictine de Saint-Germain-des-Prés en France et du palais de Clarendon sous Henri III en Angleterre32. Les carreaux bicolores constituent l’aboutissement de recherches menées par les tuiliers pendant la première moitié du XIIIe siècle. Il s’agit de la dernière technique décorative employant une glaçure plombifère à avoir été inventée au Moyen Âge.

  • 33 NORTON (Christopher), op. cit, 1992, p. 73.
  • 34 PINETTE (Matthieu) dir., op. cit., 1981 p. 35 n° 36 à (...)

22Largement employée tout au long du Moyen Âge, elle cesse d’être produite progressivement vers le milieu du XVIe siècle33. Toutefois, quelques productions tardives du XVIIe siècle attestent la survivance d’un système décoratif passé de mode, à l’exemple des carreaux du château de Gilly-lès-Cîteaux (Côte-d’Or)34.

  • 35 Se reporter à l’étude des motifs et à la scène de chasse linéa (...)
  • 36 HC. 04 / HC. 30 / HC. 31 / HC. 39 / 071.13.01 et 02 / 071.15 / (...)
  • 37 016.27 / 016.29 / 147.112 / 381.01 / 527.05.
  • 38 662 sachet 3 avec 15 fragments / 527.05 / HC.53.
  • 39 381.01 / 147.162 / 336.48.
  • 40 HC.05 / HC.06 / HC.07.01 et 02 / HC. 07.05 à 07 / HC. 12 / HC. (...)
  • 41 HC.02.01 / HC. 07.03 / HC. 07.07 / 071.16 / 147.92.02.

23312 carreaux bicolores ont été récoltés au cours des fouilles de la salle capitulaire. Les formats sont essentiellement basés sur le carré avec cependant trois motifs associés à un format rectangulaire35. Les tranches sont en majorité légèrement biseautées36, quelques droites se remarquent37, comme dans le cas des carreaux unis et des carreaux de mosaïque. Les faces inférieures révèlent l’emploi de sable préparatoire38, d’autres sont lissées39, mais une grande partie n’est pas visible car recouverte d’un mortier beige40 ou blanc41.

  • 42 Pour plus d’explications voir la partie sur les motifs et le c (...)

24Ces carreaux bicolores ne constituent pas un lot homogène, mais sont issus des aléas des découvertes archéologiques, ou résultent du démantèlement du pavement gothique et du réaménagement du XVIIIe siècle. Ils ont été produits au cours de diverses périodes s’échelonnant du début de la seconde moitié du XIIIe siècle au XVe siècle42.

  • 43 NORTON (Christopher), op. cit., 1986, p. 285-289, ORGEUR (Maga (...)

25Les carreaux bicolores du début de la seconde moitié du XIIIe siècle ont des motifs estampés selon une profondeur allant de 0,05 à 0,2 cm pour une moyenne de 0,1 cm. Souvent ,à cette période, les reliefs sont plus marqués, pouvant atteindre 0,3 cm, comme pour certains carreaux bicolores de l’abbaye cistercienne de Fontenay43. Un relief à 0,1 cm pour des carreaux fabriqués au début de la seconde moitié du XIIIe siècle est un argument supplémentaire en faveur de la haute maîtrise de l’atelier producteur qui a œuvré pour l’abbaye de Cluny.

  • 44 Pour la marguerite annelée à quatre besants, le relevé a été f (...)

26Toujours sur ce même lot, une campagne de relevés des empreintes laissées par les matrices lors de l’estampage a mis en évidence une matrice par motif44. Ce constat ne peut être étendu à l’ensemble de la production des carreaux bicolores de la salle capitulaire de l’abbaye de Cluny, il est l’expression de ce lot. Dans la limite des découvertes actuelles, la quantité d’une matrice par motif peut se comprendre comme la réponse de l’atelier producteur à une commande précise de la part de l’abbaye de Cluny. Le travail s’est fait rapidement et avec une certaine organisation, le nombre de carreaux par motifs ayant été définis. Un tuilier aurait eu alors la charge d’un motif. Le travail au sein de l’atelier aura été particulièrement bien structuré afin d’honorer la commande dans un laps de temps imparti. Cette petite étude des matrices aboutit à des informations importantes dans la compréhension de fonctionnement des ateliers producteurs de carreaux car il se base sur les vestiges d’un pavement associé à un espace précis. L’étude des relevés de matrices des carreaux bicolores de l’abbaye de Fontenay a donné lieu à des interprétations toutes différences mais qui, croisée aux sources historiques, ont permis de mieux cerner la gestion d’une tuilerie monastique, au départ par les moines dans le deuxième quart du XIIIe siècle, puis louée à des tuiliers laïcs vers la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle. On l’aura compris, les relevés des empreintes laissées par les matrices sont une source d’informations qui permettent de mieux cerner l’activité des ateliers.

2. Caractéristiques morpho-typologiques des carreaux de pavement de l’abbaye de Cluny

2.1. Caractéristiques générales

  • 45 GODDET (Françoise), Les pavements en pierre de Cluny. In : PIN (...)
  • 46 PINETTE (Matthieu), op. cit., 2011, p. 796-797.

27Beaucoup de carreaux de l’abbaye n’ont pas de provenance précise. Certains sont issus de collectes de surface effectuées au XIXe siècle, d’autres ont été mis au jour lors des fouilles de l’archéologue américain45 K. Conant, et à l’occasion de fouilles plus récentes, notamment dans la chapelle Saint-Étienne du bras sud du transept de Cluny III ou encore de l’avant-nef46.

  • 47 ORGEUR (Magali), Les carreaux de pavement médiévaux de l’abbay (...)
  • 48 NORTON (Christopher), op. cit., 1986, p. 256-293 ; ORGEUR (...)

28Un carreau de mosaïque vert sombre est découpé en son centre et serti d’un carreau jaune en forme d’écu. Ce carreau de mosaïque à pièce de rapport illustre une technique de fabrication utilisée dans le deuxième quart du XIIIe siècle qui a eu une durée de vie assez courte, de moins de 25 ans47. Cette technique permettait d’obtenir un effet de surface bicolore en éliminant le problème de la rétractation des deux argiles sur un même carreau au cours de la cuisson. Cette technique aux possibilités de motifs limitées sera abandonnée lorsque les tuiliers maîtriseront la fabrication des carreaux bicolores. Elle constitue un indicateur chronologique fort. Mais elle n’est pas attestée à l’heure actuelle sur les fouilles de la salle capitulaire gothique de Cluny48.

29Il est important de signaler la permanence du format carré de 12,5 à 13 cm et d’une épaisseur de 2,5 à 3 cm pour les carreaux unis et les carreaux bicolores. Les tranches sont lisses et offrent un biseau prononcé. La grande majorité des motifs portés par les carreaux bicolores de la salle capitulaire est commune aux autres carreaux bicolores connus de l’abbaye de Cluny. Les deux animaux de part et d’autre d’un arbre, le griffon pris dans un cercle hérissé, le quart de roue à rinceau végétal et le quart de roue fragmentaire sont les seuls motifs du début de la seconde moitié du XIIIe siècle, spécifiques à la salle capitulaire. Le fragment, de la fin du XIIIe-début du XIVe siècle, d’un rinceau donnant naissance à un animal n’est connu, lui aussi, que dans la salle capitulaire de Cluny. Tous les autres motifs ont orné différents espaces de la Grande Église de Cluny mais aussi des bâtiments claustraux. Il devait émaner une grande unité dans les thématiques ornementales des sols de l’abbaye de Cluny, tempérée ou soulignée par la multiplicité des choix d’agencement de ces motifs. Cette même unité qui caractérisait les mosaïques du chœur de la Grande Église de Cluny à l’époque romane se retrouvait au début de la seconde moitié du XIIIe siècle avec les carreaux bicolores.

30Le format carré standard semble indiquer qu’un même atelier a travaillé pour l’abbaye de Cluny en fabriquant des carreaux unis et des carreaux bicolores pour décorer certains sols des bâtiments claustraux de la prestigieuse abbaye. Avec le carreau de mosaïque à pièce de rapport, son activité peut être recentrée entre le deuxième quart du XIIIe et le début de la seconde moitié du XIIIe siècle. Au vu des divers emplacements où les carreaux ont été découverts, la commande passée par l’abbaye a concerné une énorme quantité de carreaux unis, de mosaïque et de carreaux bicolores. Un seul atelier a-t-il suffi à la tâche ou bien plusieurs ateliers ont-ils œuvré de conserve ? L’examen des matériaux des carreaux s’avère indispensable pour apporter une réponse.

2.2. Une nouvelle technique de fabrication : les carreaux bruts

  • 49 016.23.01 à 04 / 146.06 / 147.105.01 à 04 / 336.05 à 07 / 370. (...)
  • 50 Bien visible sur les carreaux 147.105.04 / 336.05 / 336.06 / (...)

31Dix-sept carreaux dépourvus de toute décoration de surface ont pu être mis en évidence lors des fouilles de la salle capitulaire de Cluny49 (fig. 1). Aucune trace de glaçure ne se remarque sur ces carreaux, y compris sur les tranches et les faces inférieures. De telles coulures sont fréquentes sur les carreaux unis et bicolores. Leur absence indique bien qu’il s’agit de carreaux « bruts » et non de carreaux unis ou bicolores usées. Leurs surfaces présentent des traces d’un lissage effectué au pinceau pour les rendre régulières50. Le soin apporté au traitement de la surface prouve que ce ne sont pas des briques mais bien des éléments constitutifs d’un sol puisque seule la surface sera visible une fois enchâssée dans un pavement. Aucun carreau de ce genre n’apparaît dans les publications sur les carrelages médiévaux. Il semble que leur découverte bénéficie du renouveau de l’archéologie en France, où le bel objet n’est plus seul à être digne d’études, mais surtout de l’intérêt croissant pour les terres cuites architecturales de manière générale.

Fig. 1 a, b, c, d. Cluny, surfaces des carreaux bruts (a :146.06 , b : 146.07, c : 370.07, d : 336.06).

Fig. 1 a, b, c, d. Cluny, surfaces des carreaux                             bruts (a :146.06 , b : 146.07, c : 370.07, d : 336.06).
  • 51 ORGEUR (Magali), op. cit., 2004, tome 2, p. (...)
  • 52 SAINT-JEAN VITUS (Benjamin), ORGEUR (Magali), De rares fragmen (...)

32Les premiers carreaux bruts découverts l’ont été lors des fouilles de l’ancienne cuisine monastique de l’abbaye de Tournus (Saône-et-Loire). Retrouvés en réemploi dans un drain utilisé vers le milieu du XIIe siècle, ces carreaux ont été produits antérieurement, soit au plus tard dans la première moitié du XIIe siècle51 (fig. 2). Ces douze fragments de carreaux bruts portent les mêmes traces de lissage à leur surface52.

Fig. 2a. Tournus, abbaye Saint-Philibert, carreau brut (94.170.03).

Fig. 2a. Tournus, abbaye Saint-Philibert, carreau                             brut (94.170.03).

Fig. 2b. Tournus, abbaye Saint-Philibert, carreau brut (94.170.04 et 09).

Fig. 2b. Tournus, abbaye Saint-Philibert, carreau                             brut (94.170.04 et 09).
  • 53 147.105.01 à 04 / 370.07.
  • 54 146.06 / °016.23.04.
  • 55 016.23.01 / 016.23.03 /016.23.04 / 370.07 / 370.09.

33Les carreaux bruts de Cluny ont un format carré de 13,5 cm pour une épaisseur non égale sur un carreau, allant de 2,6 à 2,9 cm53. Un second format carré atteint 14,3 cm pour une épaisseur de 3 cm54. Les tranches offrent un biseau très léger. Les faces inférieures sont irrégulières à cause du sable préparatoire grossièrement tamisé utilisé lors du façonnage de ces pièces. Quelques faces inférieures ont même encore du sable incrusté55.

  • 56 PEJRANI-BARICCO (Luisella), L’église abbatiale de Fruttuaria à (...)

34L’argile employée est de couleur rose. Elle a été lavée de ses impuretés puis dégraissée à l’aide de sable de carrière, de tuileaux et par un matériau qui n’a laissé que des strates blanches. Ils servent à obtenir une meilleure plasticité de la pâte argileuse. Les carreaux cassés ont permis d’observer cette dernière et de voir de nombreuses strates de malaxage survenues au cours du moulage. Certains trous d’air attestent un tassement rapide de l’argile dans le cadre sans fond. Des strates de malaxage semblables se remarquent sur les carreaux bruts de Tournus, attestant les mêmes connaissances dans la mise en œuvre des matériaux et donc du savoir-faire. Ces carreaux de Tournus, malheureusement tous fragmentaires, présentent un format quadrangulaire assez grand, supérieur à 16 cm. Les épaisseurs ont une moyenne de 4 cm. Les tranches sont très fortement biseautées. Les faces inférieures sont toutes irrégulières par l’emploi d’un sable préparatoire grossier, comme à Cluny. La pâte argileuse est de couleur rouge. Les cassures montrent qu’elle a été moulée par des mouvements rapides où l’argile n’a pas toujours été correctement tassée, entraînant des fissures. Les parallèles techniques sont donc étroits entre les carreaux bruts de Cluny et ceux de Tournus. Les différences concernent les formats, les épaisseurs et le biseau des tranches : très fort à Tournus, ils sont redevables de la manière de chaque atelier mais les connaissances empiriques sur les argiles, leurs dégraissants et le moulage sont bien les mêmes. Les carreaux bruts de Cluny et de Tournus permettent de créer une nouvelle typologie dans les carreaux de pavement médiévaux. Ces carreaux bruts ne revêtent aucun motif ni glaçure. Ils sont moulés dans un cadre sans fond. Après un séchage, ils sont cuits dans le four de la tuilerie. Leur période de fabrication demeure incertaine. La concordance du format carré et des épaisseurs entre les carreaux bruts de Cluny et les carreaux unis et bicolores autorise une fourchette de fabrication contemporaine. Tournus fournit une preuve pour une datation, au plus tard dans la première moitié du XIIe siècle. Il est à regretter que ces carreaux n’aient pas été retrouvés dans des sols en place. C’est à Fruttuaria (Italie) que des grands carreaux bruts ont été trouvés en contexte des XIe-XIIe siècles, dans le sol de l’ancienne église abbatiale56, attestant la recherche de certains effets sur des sols romans. Un sol de carreaux bruts ne proposait que la couleur mate et terne de la terre cuite, déclinant les tons de rose, de rouge et d’orange. Cet effet devait particulièrement trancher par rapport à la riche mosaïque de pavement faite de tesselles ou de plaques de matériaux rares et offrait une alternative au sol de terre battue par un certain soin apporté à la surface des carreaux.

3. Les couleurs de surface

35Ils présentent tous la même pâte argileuse de couleur rouge-orangé. Trois types d’atmosphère de cuisson ont été identifiés sur ces carreaux et ont une incidence sur les couleurs de surface.

3.1. Les carreaux unis et les carreaux de mosaïque

36Les surfaces des carreaux unis et de mosaïque sont très majoritairement sombres avec le brun sombre et le vert sombre. Un seul carreau jaune a été découvert mais sa surface n’est pas uniforme, constellée de points bruns et marquée d’une grande tache brune en son centre. Cette dernière a une forme en triangle rectangle isocèle qui laisse supposer une contamination de la glaçure plombifère par du fer lors de la cuisson, comme si dans le four, un autre carreau du même format mais avec une glaçure brune avait été appuyé contre.

  • 57 HC 08.07 à 09 / HC 14.01 et 02 / HC 28 / HC 29 / HC 33 / HC 35 (...)
  • 58 HC 08.08 / 336.24.

37Soixante carreaux unis ont une surface brun sombre57. Cette couleur est souvent nuancée (fig. 3). Le brun sombre apparaît veiné de vert olive sombre sur 27 carreaux ou avec des rayures miel sur 6 carreaux. L’observation de ces carreaux révèle deux atmosphères de cuisson : certains ont cuit en atmosphère oxydante, d’autres en atmosphère semi-réductrice, avec deux cas d’atmosphère réduite58. Ces effets de rayures miel ou vert olive sombre ne peuvent s’expliquer par les seules atmosphères de cuisson. La cuisson en atmosphère de semi-réduction, qui se traduit par une diminution de l’oxygène dans le four, va provoquer un changement de couleur de la pâte, le fer contenu dans l’argile va alors se teinter en gris (fig. 4 et 5). Une même glaçure recouvrant un corps argileux rouge ou gris donnera des couleurs de surface différentes. Il paraîtrait plus plausible dans le cas de Cluny que ces effets résultent de l’ajout d’oxydes métalliques à la glaçure plombifère. Des ajouts qui peuvent avoir été accidentels - dans ce cas on pourrait parler de contamination de la glaçure par d’autres oxydes métalliques (soit lors de la fabrication de la glaçure, soit pendant la cuisson dans le four)- comme ils peuvent avoir été volontaires afin de démultiplier des effets moirés à la surface de ces carreaux.

Fig. 3a. Cluny, carreaux unis brun sombre proche du noir (146.02).

Fig. 3a. Cluny, carreaux unis brun sombre proche du                             noir (146.02).

Fig. 3b. Cluny, carreaux unis brun sombre proche du noir (147.100).

Fig. 3b. Cluny, carreaux unis brun sombre proche du                             noir (147.100).

Fig. 3c. Cluny, carreaux unis brun vert (147.100.02).

Fig. 3c. Cluny, carreaux unis brun vert                             (147.100.02).

Fig. 3d. Cluny, carreaux unis brun vert miel (071.93)

Fig. 3d. Cluny, carreaux unis brun vert miel                             (071.93)

Fig. 3e. Cluny, carreaux unis brun miel (071.95).

Fig. 3e. Cluny, carreaux unis brun miel (071.95).

Fig. 4a. Cluny, carreaux unis vert sombre (HC.08.01 à 06).

Fig. 4a. Cluny, carreaux unis vert sombre (HC.08.01 à                             06).

Fig. 4b. Cluny, carreaux unis vert sombre (071.23.11 95).

Fig. 4b. Cluny, carreaux unis vert sombre (071.23.11                             95).

Fig. 5 a et b. Cluny, carreaux unis vert sombre et cuissons semi-réductrice (a 1 et a 2 016.24.02).

Fig. 5 a et b. Cluny, carreaux unis vert sombre et                             cuissons semi-réductrice (a 1 et a 2 016.24.02).

Fig. 5 c et d. Cluny, carreaux unis vert sombre (016.24.03).

Fig. 5 c et d. Cluny, carreaux unis vert sombre                             (016.24.03).
  • 59 HC 08.01 à 05 / 336.01 et 03 / 370.02.01 / 370.03 / 147.98.02  (...)
  • 60 CICUTTINI (Béatrice), MERAT (Aude), BEN AMARA (Ayed), BECHTEL (...)
  • 61 Ces analyses physico-chimiques ont été faites en 2003 par le C (...)

38Seize surfaces présentent un vert sombre uni59 (fig. 4). Les carreaux dont la pâte argileuse a pu être examinée ont tous cuit dans une atmosphère semi-réductrice qui a rendu la terre cuite grise. Les carreaux unis de couleur vert sombre du château de Lormont (Gironde) résultent d’une glaçure plombifère placée sur des carreaux qui ont cuit dans une atmosphère réductrice60. Les analyses physico-chimiques indiquent que pour les carreaux unis miel et vert sombre, la glaçure plombifère n’a reçu aucun ajout d’oxyde métallique ; cependant, des écarts de pourcentage de plomb ont été démontrés entre les glaçures miel, vertes et noires. Ces couleurs ont donc bien été recherchées et provoquées par les tuiliers. La couleur verte est le résultat de carreaux tapissés d’une glaçure plombifère ayant cuit en atmosphère réductrice. C’est la présence du fer dans la glaçure qui va donner une couleur verte en atmosphère réductrice et une couleur miel en atmosphère oxydante. Les carreaux unis miel et verts du château de Lormont ne sont donc pas issus d’une même fournée, ils ont cuit séparément, montrant bien la recherche de ces effets colorés. Le même constat peut être fait pour les carreaux unis brun sombre et vert sombre de Cluny. Les carreaux vert sombre sont tous le fruit d’une cuisson en atmosphère réductrice provoquée par les tuiliers. Pour les carreaux brun sombre, les deux atmosphères de cuisson se remarquant, l’agent chromatique doit plutôt être à chercher dans la glaçure. Des analyses physico-chimiques pratiquées sur un lot de carreaux incisés de l’abbaye cistercienne des Echarlis et de l’ancienne église de pèlerinage de Cudot (Yonne) ont indiqué que les carreaux incisés verts à la surface monochrome ont tous une glaçure constituée de silicium, d’aluminium, de plomb, de fer et de cuivre entre 3 et 6 % pour le dosage le plus élevé61. Les glaçures de base de ces deux sites ont été préparées avec du minerai de plomb (le fondant), du sable fin et de l’argile (l’aluminium en témoignant).

3.2. Les carreaux bicolores

39Parmi les 312 carreaux bicolores, la plus forte majorité a été fabriquée pour paver la salle capitulaire de l’abbaye de Cluny. Ces carreaux arborent de nombreux effets de surface. Généralement, les carreaux bicolores montrent un motif jaune sur un fond brun. C’est le cas pour 21 carreaux bicolores pour lesquels la cuisson en atmosphère oxydante est largement dominante (fig. 6).

Fig. 6a, 6b et 6c. Cluny, carreaux bicolores avec cuisson oxydante (071.116 et 117).

Fig. 6a, 6b et 6c. Cluny, carreaux bicolores avec                             cuisson oxydante (071.116 et 117).

Fig. 8a et b. Cluny, carreaux bicolores avec cuisson semi-réductrice (071.11.01).

Fig. 8a et b. Cluny, carreaux bicolores avec cuisson                             semi-réductrice (071.11.01).

Fig. 8c et d. Cluny carreaux bicolores avec cuisson semi-réductrice (147.94.02).

Fig. 8c et d. Cluny carreaux bicolores avec cuisson                             semi-réductrice (147.94.02).

Fig. 9a. Cluny, carreaux bicolores à cuisson réductrice avec cercle gris de surface (071.84).

Fig. 9a. Cluny, carreaux bicolores à cuisson                             réductrice avec cercle gris de surface (071.84).

Fig. 9b. Cluny, carreaux bicolores à cuisson réductrice avec cercle gris de surface (071.52).

Fig. 9b. Cluny, carreaux bicolores à cuisson                             réductrice avec cercle gris de surface (071.52).

Fig. 9c. Cluny, carreaux bicolores à cuisson réductrice avec cercle gris de surface (071.81).

Fig. 9c. Cluny, carreaux bicolores à cuisson                             réductrice avec cercle gris de surface (071.81).

Fig. 9d. Cluny, carreaux bicolores à cuisson réductrice avec cercle gris de surface (071.92).

Fig. 9d. Cluny, carreaux bicolores à cuisson                             réductrice avec cercle gris de surface (071.92).
  • 62 CHAPELOT (Odette), La construction sous les Ducs de Bourgogne (...)
  • 63 GARDNER (J.S.), EAMES (Elizabeth), A tile kiln at Chertsey Abb (...)
  • 64 DRURY (P.J.), PRATT (G.D), A late thirteenth and early fourtee (...)
  • 65 EAMES (Elizabeth), A tile pavement from the queen’s chamber, C (...)
  • 66 EAMES (Elizabeth), op. cit., 1958, p. 102.
  • 67 EAMES (Elizabeth), Catalogue of medieval lead-glazed earthenwe (...)

40Le cercle gris de réduction de surface se rencontre dans d’autres sites bourguignons, notamment sur des carreaux bicolores des abbayes cisterciennes de Pontigny (Yonne) et de Fontenay (Côte-d’Or) (fig. 12 à 14), ainsi que sur certains carreaux bicolores du château ducal de Montbard (Côte-d’Or) dont les carreaux ont été produits par la tuilerie de Fontenay62. Le cercle gris de réduction existe aussi en Angleterre où les archéologues avancent différentes explications, à propos des types de cuisson qui le provoquent. À l’abbaye de Chertsey (Surrey) ce cercle est un indicateur d’une cuisson des carreaux posés à plat dans le four, comme viennent de le confirmer des coulures de glaçure enduisant les quatre tranches de ces carreaux63. À la tuilerie de Danbury (Essex), ces cercles gris seraient la marque d’une cuisson rapide64. Les fouilles du palais de Clarendon (Wiltshire) ont livré un pavement provenant de la chambre de la reine Philippa. Grâce aux archives conservées, on sait que la commande des carreaux a été passée en 1250 et qu’ils ont été posés en 125265. Ce pavement comprend des carreaux unis sombres (bruns, verts, noirs) et des carreaux bicolores dont une grande majorité comporte à leur surface un cercle gris de réduction (fig. 15). L’argile blanche coulée dans le relief du motif a viré de couleur sous l’action de la cuisson, et a eu tendance à prendre la couleur du corps argileux du carreau pour devenir d’un orange pâle ou bien gris66. Ce cercle gris peut être de petite taille mais peut aussi s’étendre à la majeure partie de la surface décorée. La glaçure plombifère aurait été uniquement utilisée pour vitrifier les carreaux de ce site. Sur le carreau à la pâte argileuse rouge, elle donne le brun et, là où la pâte est devenue grise, elle est d’une couleur vert olive. Ainsi, de nombreux carreaux sont vert olive au centre et rouge brun vers les bords quand il n’y a pas d’argile blanche. Cette variation accidentelle est très séduisante. Attesté sur d’autres carreaux bicolores anglais, l’explication retenue pour ce cercle gris est un mauvais contrôle de la quantité d’oxygène dans le four, correspondant à des carreaux datés du XIIIe siècle au début du XIVe siècle67.

Fig. 10. Pontigny, carreau bicolore avec cuisson semi-réductrice en forme de cercle.

Fig. 10. Pontigny, carreau bicolore avec cuisson                             semi-réductrice en forme de cercle.

Fig. 11. Pontigny, carreau bicolore découvert lors du sondage de 2004. Cuisson semi-réductrice en forme de cercle à la surface (Cliché Centre d’Etudes Médiévales d‘Auxerre).

Fig. 11. Pontigny, carreau bicolore découvert lors du                             sondage de 2004. Cuisson semi-réductrice en forme de cercle à la surface                             (Cliché Centre d’Etudes Médiévales d‘Auxerre).

Fig. 12. Fontenay, carreau bicolore à effet tricolore résultant d’une cuisson semi-réductrice. Musée Archéologique de Dijon, cadre 1307.

Fig. 12. Fontenay, carreau bicolore à effet tricolore                             résultant d’une cuisson semi-réductrice. Musée Archéologique de Dijon,                             cadre 1307.

Fig. 13 a et b. Fontenay, carreaux bicolores à cuisson semi-réductrice prenant la forme d’un cercle gris à la surface. 13 a, carreau du Musée Archéologique de Dijon, cadre 1307 ; Fig.13 b, Fontenay, salle capitulaire, banquette fenêtre nord.

Fig. 13 a et b. Fontenay, carreaux bicolores à                             cuisson semi-réductrice prenant la forme d’un cercle gris à la surface.                             13 a, carreau du Musée Archéologique de Dijon, cadre 1307 ; Fig.13 b,                             Fontenay, salle capitulaire, banquette fenêtre nord.

Fig. 14 a et b. Fontenay, carreaux bicolores à cuisson semi-réductrice sous forme d’un cercle gris de surface permettant des effets glaçurés tricolores. Pavement recomposé du chœur.

Fig. 14 a et b. Fontenay, carreaux bicolores à                             cuisson semi-réductrice sous forme d’un cercle gris de surface                             permettant des effets glaçurés tricolores. Pavement recomposé du                             chœur.

Fig. 15. Palais de Clarendon (Angleterre), carreaux bicolores de la chambre de la reine Philippa avec quelques réductions de surface, vers 1250 (Extrait d’E. Eames, 1992, p. 41).

Fig. 15. Palais de Clarendon (Angleterre), carreaux                             bicolores de la chambre de la reine Philippa avec quelques réductions de                             surface, vers 1250 (Extrait d’E. Eames, 1992, p. 41).
  • 68 ORGEUR (Magali), op. cit., 2004, tome 1, p. 322.
  • 69 ORGEUR (Magali), op. cit., 2004, tome 1, p. (...)
  • 70 PINETTE (Matthieu) dir., op. cit., 1981, (...)

41Les carreaux bicolores de l’abbaye cistercienne de Pontigny ont été fabriqués dans la seconde moitié du XIIIe siècle, peut-être dans une fourchette comprise entre 1250 et 127068, et les carreaux bicolores de Fontenay ont pu être produits de la seconde moitié du XIIIe siècle (peut-être à partir de 1260) au début du XIVe siècle69. Ce cercle gris pourrait être un indicateur chronologique pour une fabrication ancienne des carreaux le portant. Cependant, la prise en compte d’autres sites, comme celui de l’abbaye de Saint-Pierre-le-Vif à Sens, dont les carreaux bicolores sont estimés parmi les plus anciens de la Bourgogne70, ne montre pas de cercles gris de réduction. Les carreaux bicolores de l’abbaye bénédictine de Moutiers-Saint-Jean (Côte-d’Or), qui peuvent être datés de la seconde moitié du XIIIe siècle pour les animaux fantastiques, et de la fin du XIIIe - début du XIVe siècle pour l’ensemble des roues et motifs à agencements multiples, ne présentent aucun cercle gris de réduction.

  • 71 ORGEUR (Magali), op. cit., 2006, p. (...)

42Le cercle gris apparaît peut-être de manière accidentelle, les tuiliers ne maîtrisant pas parfaitement les modes de cuisson mais il peut très bien avoir aussi été recherché par certains, pour les effets de surface colorés qu’il offrait. Car dans les sites où on le rencontre, il se retrouve sur de nombreux carreaux et non sur quelques exemplaires qui auraient juste mal cuit. Dans certains sites, il semble même être une sorte de marque de fabrique, comme à Pontigny et à Fontenay, où on le retrouve sur les carreaux imprimés de la première moitié du XIIIe siècle (fig. 16)71.

Fig. 16a et b. Pontigny, carreaux imprimés avec cuisson semi-réductrice, bâtiment des frères convers.

Fig. 16a et b. Pontigny, carreaux imprimés avec                             cuisson semi-réductrice, bâtiment des frères convers.

Fig. 16c et d. Fontenay, carreaux imprimés et bicolores avec cercle gris de réduction, pavement recomposé du chœur.

Fig. 16c et d. Fontenay, carreaux imprimés et                             bicolores avec cercle gris de réduction, pavement recomposé du                             chœur.
  • 72 CICUTTINI (Béatrice), MERAT (Aude), BEN AMARA (Ayed), BECHTEL (...)

43À Cluny, il semble que la forte proportion d’effets vert olive associés à un mode de cuisson en atmosphère semi-réductrice ne doive pas être attribuée à un mauvais contrôle du four. Cette cuisson semble avoir été provoquée dans le but d’élargir la palette chromatique des carreaux bicolores, dépassant la simple association jaune/brun pour des effets jaune/vert olive sur fond brun/vert olive sombre, qui sont très attractifs. Ces recherches d’effets tricolores dénotent une grande compétence technique de la part de l’atelier producteur qui savait où et comment empiler les carreaux dans le four mais aussi boucher certaines ouvertures du four afin que la raréfaction de l’oxygène induise ce cercle gris72. Il est évident que les carreaux bicolores classiques jaunes à fond rouge n’ont pas été cuits en même temps que les carreaux à effet tricolore. Certains des pavements de la seconde moitié du XIIIe siècle des abbayes cisterciennes de Pontigny et de Fontenay et de l’abbaye de Cluny participaient donc des mêmes effets chromatiques et partageaient la même esthétique colorée.

44Ces commentaires ne sont valables que pour les carreaux du début de la seconde moitié du XIIIe siècle. Qu’en est-il pour les autres ? Les carreaux bicolores décorés de la scène de chasse linéaire offrent aussi ces mêmes effets de surface. Il semble évident qu’ils ont été fabriqués par le même atelier, la maîtrise des atmosphères de cuisson pour créer ces effets de surface tricolores avec du vert olive sombre est bien là. Cependant, ces carreaux n’ont pas été fabriqués au cours des mêmes fourchettes chronologiques, apportant ainsi un indice en faveur d’un atelier fixe, permanent, œuvrant pour l’abbaye de Cluny, peut-être une tuilerie lui appartenant ou une tuilerie laïque qui aurait commercé avec d’autres sites.

45Les carreaux bicolores des XIVe et XVe siècles ne montrent plus de tels effets tricolores. Tous ceux qui ont été retrouvés lors des fouilles ont un motif jaune se détachant sur un fond brun. On pourrait objecter la faible quantité de carreaux du XIVe siècle découverts par rapport à l’importance numéraire des lots du XIIIe siècle, mais il n’y a qu’à regarder le second pavement découvert dans l’ancien palais de Jean de Bourbon, daté du XIVe siècle, dont les carreaux ont tous cuit en atmosphère oxydante pour obtenir un motif jaune sur un fond brun (fig. 17). Ces carreaux bicolores ne traduisent plus ces recherches chromatiques de la seconde moitié du XIIIe siècle. Toutes les conjectures peuvent être envisagées sans qu’il soit possible de trancher : même tuilerie toujours en activité mais changement de compétence des tuiliers et/ou de goût de la part du commanditaire, l’abbaye de Cluny, ou encore atelier différent ?

Fig. 17. Cluny, Musée Ochier, pavement du XIVe siècle avec cuisson oxydante des carreaux.

Fig. 17. Cluny, Musée Ochier, pavement du XIVe siècle                             avec cuisson oxydante des carreaux.

3.3. Conclusion sur les couleurs des carreaux unis et les carreaux bicolores du début de la seconde moitié du XIIIe siècle

  • 73 Ce contexte d’expérimentations techniques est exposé dans ORGEU (...)

46Les carreaux unis brun sombre et les carreaux bicolores jaunes à fond rouge procèdent d’une cuisson en atmosphère oxydante avec quelques cas d’atmosphère semi-réductrice pour les carreaux unis brun sombre. Les carreaux unis vert sombre et les carreaux tricolores sont le fruit d’une cuisson en atmosphère semi-réductrice. Les tuiliers ont donc séparé au moment de la cuisson ces différents carreaux afin d’exploiter toutes les possibilités du four, pour développer les gammes chromatiques offertes par les choix des matériaux de fabrication des carreaux. Les impuretés contenues dans les glaçures vont aussi démultiplier les teintes des surfaces avec des rayures claires ou sombres. Toutes ces remarques vont dans le sens d’un atelier producteur hautement compétent dont les connaissances empiriques sont égales à celles de centres producteurs cisterciens bourguignons tels celui de Fontenay ou encore de Pontigny. Toutes ces connaissances ont été acquises pendant la première moitié du XIIIe siècle, une période où les tuiliers ont rivalisé d’expériences pour obtenir une surface jaune unie puis une surface bicolore73. Ils ont travaillé sur la plasticité des argiles, en multipliant les choix de dégraissants, et opéré des sélections dans la fabrication des glaçures. L’atelier producteur de Cluny est au faîte de toutes ces expérimentations, ce qui lui a permis de réaliser des carreaux de grande qualité.

Corpus des motifs des carreaux bicolores trouvés lors des fouilles occidentales de la salle capitulaire de l’abbaye de Cluny. Dessins sans échelle.

Descriptions des motifs

Illustrations

Marguerite annelée à quatre besants

Fleur de lys festonnée

Arbre à trois fleurons

Quatre fleurons rayonnants en croix de saint-André

Quatre tiges tréflées en croix de saint-André prises dans un cadre à quatre fleurons

Lion passant à senestre

Lion passant à dextre

Deux animaux de part et d'autre d'un arbre

Griffon pris dans un cercle

Cavalier brandissant une épée

Quatrefeuille biconvexe avec demi-fleurons

Quatrefeuille biconvexe nervuré et demi-fleurons tréflés

Petite marguerite prise dans un cercle hérissé

Quatre tiges tréflées et quarts de cercle inversés avec damier

Quart de roue à rinceau végétal

Quart de roue fragmentaire

Losange à fleur de lys florencée

Fleur ornementale à rinceaux

Cavalier à la lance sonnant du cor

Homme sonnant du cor et portant un lièvre mort

Le cerf et le chien

Quart de roue à rinceau de marguerites flanqué de plantes ornementales

Quatre petites marguerites annelées

Quadrillage de fleurs de lys et de marguerites

Bandes de losanges avec marguerites

Entrelacs formant une étoile

Rinceau donnant naissance à un animal

4. Les motifs

4.1. Présentation

47Les carreaux bicolores découverts lors des fouilles de la partie occidentale de la salle capitulaire de l’abbaye de Cluny sont porteurs de 27 motifs. L’examen détaillé des carreaux fait ressortir un lot comportant 17 motifs. Les matériaux, leur mise en œuvre, l’unité de format et les types de motifs révèlent qu’ils ont été fabriqués vers le début de la seconde moitié du XIIIe siècle. Le format carré de 13 cm correspond aux empreintes laissées dans le mortier beige formant le lit de pose du pavement gothique. Ces carreaux ont donc été commandés spécialement par l’abbaye pour le décor de sol de la salle capitulaire mais aussi pour d’autres espaces de l’abbaye. Les autres carreaux présentent une diversité de formats et des motifs indiquant des fabrications étalées dans le temps, depuis la fin du XIIIe et durant le XIVe siècle, avec un exemple pouvant s’inscrire aussi dans le XVe siècle. Leur présence peut s’expliquer par l’entretien du pavement du XIIIe siècle, des repiquages étant nécessaires pour le maintenir en bon état, comme elle pourrait aussi relever d’une modification d’un certain espace vers la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle, dans une volonté de renouveler le programme décoratif.

4.2. Les carreaux du pavement de la salle capitulaire

  • 74 Pour plus de détails, se reporter au Catalogue des (...)
  • 75 Les quatre fleurons en croix de saint-André ont une moyenne de (...)
  • 76 Ils se composent d’éléments circulaires ou de lignes, à (...)
  • 77 Voir le Catalogue.

48Dix-sept motifs sont recensés sur ces carreaux qui sont d’une grande homogénéité. Le format est un carré de 13 cm pouvant atteindre 13,4 cm pour deux motifs, celui des deux animaux de part et d’autre d’un arbre et pour le quart de roue à rinceau végétal74. L’épaisseur moyenne est de 2,5 cm avec quelques cas à 2,4 cm et à 2,6 cm75. Sur les 17 motifs, 8 sont pris dans un cadre à large brin qui longe les bords de la surface. À chaque fois, il accompagne des motifs dits « simples » car ils sont entiers sur une surface. Deux motifs sont positionnés en biais par rapport à cette dernière (la fleur de lys festonnée et l’arbre à trois fleurons), les autres sont tous centrés. Les thématiques de ces motifs simples sont florales dans cinq cas (marguerite annelée, fleur de lys festonnée, arbre à trois fleurons, quatre fleurons en croix de saint-André et quatre tiges tréflées en croix de saint-André prises dans un cadre à quatre fleurons), animalières dans deux cas (les lions passant) et humaine avec un seul exemple (le cavalier). Il est à noter l’absence de motifs purement géométriques76. Parmi les motifs simples dépourvus de cadre, la thématique animalière est illustrée à deux reprises avec les deux animaux de part et d’autre d’un arbre et le griffon pris dans un cercle. Ces deux motifs sont malheureusement incomplets car ils n’ont été retrouvés que sur un carreau cassé77. Un motif de fleur de lys florencée est porté sur des carreaux de mosaïque en forme de losange. Onze motifs simples sont ainsi recensés et constituent plus de la moitié de ce corpus de la première série de carreaux bicolores.

  • 78 Des roues de seize carreaux sont plus complexes à réaliser pui (...)

49Les 6 autres motifs sont dits « ouverts ». Leurs éléments de vocabulaire viennent buter contre les bords du carreau afin de se prolonger de surface en surface dans des compositions tapissantes. Il faut alors regrouper plusieurs carreaux pour que le motif apparaisse pleinement. C’est le registre semi-végétal et floral qui est décliné sur trois motifs ouverts de Cluny, pour les deux variantes de quatrefeuille biconvexe avec demi-fleurons, et la petite marguerite prise dans un cercle hérissé. Les motifs « ouverts » comprennent aussi des compositions circulaires dites en « roue ». Les plus fréquentes sont des roues de quatre carreaux imprimés à chaque fois du même motif, seule la réunion de ces quatre carreaux permettant aux éléments de vocabulaire de se compléter78. Trois motifs de roue à quatre carreaux terminent ce corpus. Un quart de roue à rinceau végétal et un quart de roue fragmentaire sont décorés de feuilles ornementales avec la présence, pour la dernière, d’une fleur de lys et d’une marguerite. Le motif des quatre tiges tréflées et quarts de cercle inversés avec damier propose une mise en place à l’envers des éléments de vocabulaire d’une roue de quatre carreaux. Ici, le petit motif angulaire, les quatre tiges tréflées, est entier et centré, tandis que les cercles poinçonnés en damier sont scindés en quart. Voici une habile transposition du thème de la roue à quatre carreaux où les codes de composition ont été interchangés. L’autre nouveauté apportée par cette roue au corpus de cette première série de carreaux bicolores de Cluny est son registre géométrique avec l’emploi du damier.

4.3. Caractéristiques des motifs de la première série

  • 79 BOUCARD (Jacques), Les carreaux de pavages décorés : origine, (...)
  • 80 L’étude détaillée est faite dans le Catalogue des carreaux.

50Les 8 motifs simples de cette série sont caractéristiques des productions anciennes de carreaux bicolores79. On les retrouve sur de nombreux carreaux de la seconde moitié du XIIIe siècle. Toujours dessinés à partir de mêmes codifications, ils sont néanmoins différents par les interprétations stylistiques qui en sont proposées, on les nommera alors des variantes. Elles sont l’expression typique de chaque atelier producteur. Observer leurs points communs permet de lier des centres consommateurs par le choix et le partage de mêmes programmes décoratifs et ornementaux. L’étude comparative des motifs de ces carreaux de Cluny a mis en lumière de nombreux liens qui sont listés comme suit80 :

  • la marguerite annelée à quatre besants : en Bourgogne, l’abbaye bénédictine de Saint-Pierre-le-Vif de Sens et l’abbaye de Cîteaux, la tour de Précy-le-Sec et le château de Montcenis. En Champagne, la salle capitulaire de l’abbaye Saint-Remi de Reims. L’abbaye de Saint-Martin-des-Champs à Paris et le Louvre médiéval. Le prieuré d’Argenteuil. La tour Truande de Coucy-le-Château. Plusieurs exemples en Flandre et en Artois.
  • La fleur de lys festonnée : en Bourgogne, l’abbaye cistercienne de Fontenay et l’abbaye de Saint-Pierre-le-Vif à Sens. L’abbaye cistercienne de Grandselve en Midi-Pyrénées. La tour Truande de Coucy-le-Château. À Paris, le Louvre médiéval et l’abbaye Saint-Martin-des-Champs. Le prieuré d’Argenteuil. Saint-Ayoul à Provins. Plusieurs exemples en Flandre et en Artois.
  • Quatre fleurons en croix de saint-André : en Bourgogne, l’abbaye cistercienne des Echarlis81. La galerie orientale du cloître de l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire. Le prieuré d’Argenteuil. Saint-Ayoul de Provins. La forteresse médiévale de Blanquefort. Carreaux anglais des Midlands.
  • Le lion passant à senestre et le lion passant à dextre : en Bourgogne, l’abbaye de Saint-Pierre-le-Vif à Sens et la maison Lannes. En Champagne, la salle capitulaire de l’abbaye Saint-Remi de Reims. En Picardie, la tour Truande de Coucy-le-Château et l’abbaye cistercienne de Chaalis. L’abbaye de Saint-Maur-des-Fossés. Le prieuré d’Argenteuil. Saint-Ayoul de Provins. La forteresse de Blanquefort. En Angleterre, les carreaux produits par le groupe Wessex avec le palais de Clarendon, les cathédrales de Winchester et de Salisbury.
  • Deux animaux de part et d’autre d’un arbre : en Champagne, la salle capitulaire de l’abbaye Saint-Remi de Reims. En Picardie, la tour Truande de Coucy-le-Château. En Angleterre, l’abbaye bénédictine de Glastonbury.
  • Le griffon pris dans un cercle : en Bourgogne, l’abbaye cistercienne de Pontigny. En Picardie, la tour Truande de Coucy-le-Château pour le cercle hérissé uniquement. En Angleterre, les carreaux du groupe Wessex avec le palais de Clarendon, la cathédrale de Salisbury, l’abbaye bénédictine de Shaftesbury. L’abbaye bénédictine de Bath, l’abbaye augustinienne de Keynsham et l’église de Wedmore.
  • Le cavalier brandissant une épée : en Bourgogne, l’abbaye Saint-Pierre-le-Vif à Sens et l’abbaye de Cîteaux. En Champagne, la salle capitulaire de Saint-Remi à Reims. À Paris, l’abbaye Saint-Martin-des-Champs. Saint-Ayoul à Provins. En Picardie, le site castral de Boves. En Flandre et en Artois, aussi en Normandie plusieurs exemples. En Angleterre, la production du groupe des Midlands avec Clifton House.

51Les deux motifs suivant se détachent de ce lot car ils n’ont été retrouvés qu’à Cluny. Ils sont donc spécifiques de cette commande et de l’atelier producteur :

  • L’arbre à trois fleurons : en Angleterre, le groupe du Wessex avec Stoke-sub-Hamdon, l’église St-Decuman de Watchet, l’abbaye de Glastonbury.
  • Quatre tiges en croix de saint-André prises dans un cadre à quatre fleurons retournés : aucune comparaison possible.

52Les motifs ouverts offrent un même constat.

  • Quatrefeuille biconvexe avec demi-fleurons sur les bords du carreau : motif appartenant à un fond ancien largement employé dans le domaine des sols. En Bourgogne, l’abbaye bénédictine Saint-Pierre-le-Vif à Sens. Le prieuré Saint-Léonard de Croissy-sur-Seine. La forteresse de Blanquefort. Le site castral de Boves avec une comparaison quasi parfaite.
  • Quatrefeuille biconvexe nervuré et demi-fleurons tréflés : en Champagne, la salle capitulaire de l’abbaye Saint-Remi à Reims. En Picardie, l’abbaye cistercienne de Vauclair et la tour Truande de Coucy-le-Château. En Flandre et en Artois, plusieurs exemples. En Bourgogne, les châteaux de Noyers-sur-Serein et de Montbard, l’abbaye de Fontenay.
  • Petite marguerite prise dans un cercle hérissé : en Angleterre, des productions de l’atelier du Penn retrouvées autour de Londres et à l’abbaye de Chertsey.
  • Quatre tiges tréflées et quarts de cercle inversés avec damier : correspondances uniquement avec les éléments de vocabulaire. Saint-Ayoul de Provins. En Bourgogne, le château de Montcenis.
  • Quart de roue à rinceau végétal : en Picardie, la tour Truande de Coucy-le-Château. En Bourgogne, l’abbaye de Fontenay et le château de Montfort. Notre-Dame de Saint-Omer.
  • Quart de roue fragmentaire : en Bourgogne, l’abbaye bénédictine de Moutiers-Saint-Jean et l’abbaye de Fontenay.
  • 82 ORGEUR (Magali), Les motifs des carreaux bicolores des abbayes (...)

53Ces 6 motifs illustrent des thématiques qui se rencontrent sur des sites français mais aussi anglais. L’aire de diffusion géographique de certaines d’entre elles s’avère être particulièrement grande. Pour la petite marguerite prise dans un cercle hérissé, les seules comparaisons possibles sont même uniquement anglaises. Cluny n’est pas la seule abbaye pour laquelle de tels liens sont mis en évidence ; l’abbaye cistercienne de Pontigny (Yonne) conserve des carreaux bicolores animaliers pour lesquels les codifications de représentation sont redevables d’exemples anglais de la seconde moitié du XIIIe siècle82. Pontigny et Cluny ont donc en commun cette inspiration anglaise pour certaines thématiques que ces abbayes recherchaient spécifiquement.

  • 83 BOUCARD (Jacques), op. cit., 1981, p. 20, (...)
  • 84 Cette hypothèse a été largement développée et soutenue par NOR (...)
  • 85 CHAPELOT (Odette), La tuilerie de Montcenis, Milieux, 1980, (...)
  • 86 ORGEUR (Magali), op. cit., 2004, tome 2, 444-482.
  • 87 ORGEUR (Magali), op. cit., 2006 b, p. 10-13.

54Le losange bicolore à la fleur de lys florencée de Cluny présente une correspondance totale avec celui du site castral de Boves (Somme). Les formats des carreaux losangiques sont identiques ainsi que l’épaisseur, et le motif présente les mêmes caractéristiques stylistiques. Sans aucun doute, c’est bien la matrice qui est commune aux deux sites. La distance entre eux exclut la production par une même tuilerie, les frais de transport auraient été trop conséquents83. Un tuilier a donc travaillé pour ces deux commandes et s’est déplacé en emmenant avec lui la matrice qui lui a permis de découper les carreaux losangiques dans une plaque d’argile en respectant le même format. Il n’est pas possible de savoir dans quel sens cette circulation a pu se faire, de Cluny vers Boves ou de Boves vers Cluny. On sait que les tuiliers se déplaçaient et travaillaient en itinérance en fonction des commandes84. Les tuileries d’abbayes ou laïques étaient d’ailleurs fréquemment louées à des tuiliers laïcs lorsqu’un chantier de construction ou de rénovation le requerrait ou bien lorsque la demande extérieure était telle qu’elle permettait la permanence de l’atelier85. Certaines archives en apportent la preuve mais aussi l’étude comparative des motifs avec l’identification des matrices. Cependant l’aire de diffusion de la tuilerie demeure toujours locale, sur plusieurs dizaines de kilomètres86. Une circulation de matrice a déjà pu être mise en évidence entre deux sites distants de plus d’une centaine de kilomètres mais ce cas est particulier car il s’agit de deux abbayes cisterciennes, qui plus est l’abbaye mère et l’abbaye fille. Les liens spirituels entre ses deux abbayes bourguignonnes, Fontenay (Côte-d’Or) et les Echarlis (Yonne) peuvent expliquer la circulation de la matrice87. La communauté de matrice entre ces carreaux de Cluny et de Boves prouve le déplacement d’un tuilier avec sa matrice, indiquant que la tuilerie n’est pas la propriétaire de celle-ci, ni même le site commanditaire. La propriété de la matrice revient, dans ce cas, au tuilier itinérant. C’est une avancée importante dans le domaine des carrelages où ces notions de circulation et de propriété sont souvent des hypothèses ; grâce à Cluny et Boves une preuve est apportée.

Répartition des motifs de la première série de carreaux bicolores de la salle capitulaire de Cluny.

Motifs communs à d’autres sites du XIIIe siècle

Motifs avec communauté anglaise uniquement

Motifs sans équivalence

Marguerite annelée à quatre besants

Arbre à trois fleurons

Quatre tiges tréflées et quarts de cercle inversés avec damier 

Fleur de lys festonnée

Petite marguerite prise dans un cercle hérissé 

Quart de roue fragmentaire 

Lions passant

Griffon dans un cercle

Quatre tiges en croix de saint-André prises dans un cadre à quatre fleurons retournés 

Deux animaux de part et d’autre d’un arbre

Cavalier brandissant une épée

Quatre fleurons en croix de saint-André

Quatrefeuille biconvexe avec demi-fleurons sur les bords du carreau 

Quatrefeuille biconvexe nervuré et demi-fleurons tréflés

Quart de roue à rinceau végétal 

Losange bicolore avec fleur de lys florencée

  • 88 PINETTE (Matthieu) dir., op. cit., 1981, p. 44.

55L’abbaye Saint-Pierre-le-Vif à Sens est considérée comme un des plus anciens édifices bourguignons à avoir possédé des sols de carreaux de pavement bicolores88. Son corpus est assez étoffé avec 13 motifs. Ces motifs et ceux de Cluny sont différents dans leurs interprétations stylistiques ; cependant si on ne retient que les thématiques, on remarque qu’elles sont les mêmes entre les deux abbayes avec :

  • La marguerite annelée.
  • La fleur de lys, 3 motifs à Saint-Pierre-le-Vif et 1 à Cluny.
  • Le lion, 2 motifs à Saint-Pierre-le-Vif dont un lion passant, 2 motifs à Cluny.
  • Le cavalier à l’épée.
  • Le quatrefeuille biconvexe, le motif de Saint-Pierre-le-Vif est dépourvu des demi-fleurons le long des bords.
  • Le quart de roue, 2 modèles à Saint-Pierre-le-Vif,
  • Quatre fleurons en croix de saint-André, le motif de Saint-Pierre-le-Vif, détaille particulièrement les fleurons qui sont séparés entre eux par une feuille étirée. Le motif de Cluny en est totalement éloigné dans son traitement.
  • Les deux animaux de part et d’autre d’un arbre trouve des échos de composition avec les deux oiseaux autour de l’arbre de Vie de Saint-Pierre-le-Vif.

56Le partage de ces thématiques est révélateur des programmes décoratifs des premiers pavements de carreaux bicolores. Ce sont les thèmes des plus anciens programmes décoratifs à l’aide de carreaux bicolores. En ce milieu de XIIIe siècle, ils puisent dans le fond devenu commun issu de l’héraldique, avec le lion, ou de l’héraldique capétienne régnante avec la marguerite pour la femme de saint Louis, la fleur de lys. Ces motifs décorent les vitraux et les enduits peints, ils sont omniprésents et il est donc logique qu’ils se retrouvent sur les sols. Le registre végétal et floral est donc largement présent avec la marguerite, les fleurs de lys déclinées aussi en fleurons. La figure humaine n’est envisagée que sous la forme du cavalier et donc replacée dans le cadre de la vie seigneuriale. Enfin, les deux animaux de part et d’autre d’un arbre peuvent évoquer par leur mimétisme les deux oiseaux autour de l’arbre de vie et alors peut-être renvoyer à une certaine symbolique chrétienne.

  • 89 PINETTE (Matthieu) dir., op. cit., 1981, p. 40.

57Les thématiques majoritairement florales appellent des parallèles avec les carreaux bicolores de l’abbaye de Fontenay89. La production de ces carreaux est étalée dans le temps, allant du milieu du XIIIe siècle au milieu du XIVe siècle. Cependant, ces motifs sont tous basés sur la fleur de lys déclinée en divers fleurons et sur la petite marguerite. Leur variété est telle qu’elle atteint 33 motifs auxquels peuvent s’associer des feuilles végétales, la figure animale et des éléments géométriques. Cette communauté thématique vient ainsi s’adjoindre à la communauté esthétique des effets tricolores de surface. Les liens avec Fontenay sont à nouveau précisés et affirmés.

58Si avec Saint-Pierre-le-Vif et Fontenay, les comparaisons sont d’ordres thématiques, avec deux autres sites, elles sont maintenant purement attachées aux motifs.

59La tour Truande à Coucy-le-Château (Aisne) offre le plus grand nombre de parallèles avec 6 motifs :

  • La marguerite annelée à quatre besants,
  • La fleur de lys festonnée,
  • Le lion passant,
  • Deux animaux de part et d’autre d’un arbre,
  • Quatrefeuille biconvexe nervuré et demi-fleurons tréflés,
  • Quart de roue à rinceau végétal.

60Ce carrelage posé vers 1242 comprend 14 motifs. Si certains sont des choix propres à ce site, quelques éléments de vocabulaire employés se retrouvent aussi à Cluny, comme le cercle hérissé de quatre trèfles, la marguerite et essentiellement la présence d’un cadre qui va sertir les bords des surfaces sur 6 motifs. Les comparaisons s’avèrent étroites avec la tour Truande de Coucy-le-Château et constituent un indicateur chronologique majeur pour la production de ces carreaux de la salle capitulaire de Cluny, vers le début de la seconde moitié du XIIIe.

61La salle capitulaire de l’abbaye Saint-Remi à Reims présente 5 motifs déclinant des thématiques qui se retrouvent à la salle capitulaire de Cluny :

  • La marguerite annelée à quatre besants,
  • Le lion passant,
  • Deux animaux de part et d’autre d’un arbre,
  • Le cavalier,
  • Le quatrefeuille biconvexe nervuré et demi-fleurons tréflés.

62Huit motifs de Saint-Remi sont aussi ceinturés d’un cadre, comme à la tour Truande. Agencés dans un pavement, ils développent un quadrillage dans lequel prenait place les motifs, dans l’esprit des réseaux de plomb des vitraux contemporains. Peut-être existait-il une unité du programme décoratif entre le carrelage de la salle capitulaire de Saint-Remi de Reims et ses vitraux ? La même question peut être aussi formulée dans le cas de Cluny puisque le cadre est présent sur 8 motifs. Le choix des éléments de vocabulaire placés sur les bords des carreaux donnait aussi un effet de bordure, notamment par la juxtaposition de plusieurs carreaux ornés des quatre tiges tréflées. Le pavement en place de la salle capitulaire de Saint-Remi à Reims donne une idée de ce qu’aurait pu être cet effet de quadrillage sur les pavements de Cluny et notamment de la salle capitulaire. Cet effet n’a pas été voulu sur le carrelage de la tour Truande car les carreaux bicolores ont été positionnés en biais et formaient des lignes entrecoupées de bandes de carreaux unis. L’absence du moindre carreau en place dans le pavement de la salle capitulaire de Cluny ne nous permet pas de savoir quels effets ont été recherchés. Seules les empreintes laissées par les carreaux sont visibles dans la couche de mortier beige. Les carreaux unis et les carreaux bicolores ont le même format et ont très bien pu être alternés, selon la solution de la tour Truande de Coucy-le-Château, ou bien former des quadrillages avec une forte proportion de carreaux bicolores dans certains tapis, comme à la salle capitulaire de Saint-Remi de Reims.

  • 90 ROSEN (Jean). In : FLIEGEL (Stephen N.), JUGIE (Sophie) dir, L (...)
  • 91 CAILLEAUX (Denis), Les carreaux de pavement médiévaux en Champ (...)
  • 92 Mc NEILL (John), FERNIE (Éric), Cluny en Angleterre. In : STRA (...)

63Les parallèles thématiques sont significatifs d’une certaine mise en valeur d’un espace important de la vie communautaire religieuse, la salle capitulaire, dans des fourchettes chronologiques contemporaines. La diffusion des motifs a plusieurs explications pouvant être prises ensemble mais aussi séparément. La commande passée par le site consommateur peut se faire en indiquant les motifs choisis, ce qui est attesté plus tardivement dans les textes pour des commandes ducales du XIVe siècle en Bourgogne90. Le choix des thématiques peut répondre à une demande précise de la part des commanditaires, dans un cadre spirituel concernant Cluny, mais aussi pour illustrer des thématiques alors à la mode, notamment pour celles procédant de l’héraldique de la famille royale capétienne, avec la marguerite et la fleur de lys. Les motifs sont connus car ils sont visibles sur d’autres média contemporains, comme la peinture murale, les vitraux, l’enluminure et l’orfèvrerie. Leur circulation s’effectue aussi à l’aide de carnets de modèles, de linges roulés ou encore de feuilles de parchemin. Ils peuvent appartenir au site consommateur passant la commande, à l’imagier qui sculpte les matrices, mais le plus souvent on pressent qu’ils se déplacent avec les tuiliers au gré de leurs itinérances91. On le voit les possibilités sont multiples et interagissent très certainement de conserve. Les trois motifs de Cluny qui n’ont d’équivalence qu’avec l’Angleterre ouvrent encore le champ des questionnements. L’implantation clunisienne en Angleterre aura-t-elle permis la connaissance de ces thématiques par une circulation facilitée des personnes92 ? Il faut rappeler que les liens ne sont pas avec des sites clunisiens anglais mais avec des sites consommateurs d’ateliers distincts, comme celui nommé groupe du Wessex ou encore l’atelier de Penn. Peut-être faudrait-il plutôt envisager la connaissance de ces motifs par le biais des tuiliers et de leurs déplacements.

64Les trois derniers motifs sont des créations pour l’abbaye de Cluny, deux étant, en l’état des découvertes, spécifiques à la salle capitulaire.

4.4. Les autres carreaux bicolores, fin XIIIe – XVe siècle

La deuxième série

65Une deuxième série de carreaux bicolores comprend la scène de chasse linéaire se déroulant sur trois carreaux. Des parallèles peuvent être réalisés avec le carrelage de la salle capitulaire de Saint-Remi de Reims de la seconde moitié du XIIIe siècle. Un chevalier portant heaume, bouclier et épée levée suit un homme sonnant du cor accompagné d’un chien qui poursuivent un cerf. Ces carreaux bicolores offrent un format carré de 14 cm, plus grand par rapport aux deux motifs des cavaliers du même lieu qui mesurent 13 cm. Dans ce site, les carreaux ont des formats différents, avec des carrés à 14 cm, d’autres à 13 cm et surtout des carreaux de mosaïque bicolores formant des roues. Le tout s’assemble selon un heureux effet. À Cluny, les carreaux du premier lot ont un format de 13 cm. Les carreaux de la scène de chasse linéaire présentent quant à eux une forme rectangulaire de 18 x 15 cm. Les négatifs du carrelage du XIIIe siècle retrouvé dans la partie occidentale de la salle du chapitre du Cluny sont de formes carrées et triangulaires ; il n’y a pas d’arrachements rectangulaires, du moins dans cette zone. On peut envisager que, à l’instar de Saint-Remi de Reims, les tuiliers aient pu jouer sur les formats et mettre ainsi en valeur un certain espace du pavement avec cette scène de chasse linéaire, à un emplacement qui n’aurait pas été fouillé.

66Le choix du format rectangulaire peut être rapproché de carreaux anglais produits de la seconde moitié du XIIIe au début du XIVe siècle, notamment dans la région du Somerset. Ils sont porteurs d’une iconographie guerrière, avec le combat du roi Richard Cœur de Lion et de Saladin, ou de scènes de chasse. La scène de chasse linéaire de Cluny a pu tirer partie de ces inspirations thématiques, notamment par la présence du cavalier à la lance et sonnant du cor, et du format rectangulaire. En somme, cette scène de chasse linéaire de Cluny offre une habile synthèse des carreaux du Somerset et de ceux de Saint-Remi de Reims, ce qui autorise une fabrication vers la fin du XIIIe siècle, voire le début du XIVe siècle. Il ne faut pas dénier l’inspiration bourguignonne puisque de nombreux monuments religieux et laïcs ont livré diverses scènes de chasse linéaire cependant dépourvues de cavalier. Le motif du lièvre mort attaché à un bâton qu’un homme porte sur son épaule est un emprunt puisqu’il se remarque sur un chapiteau de la nef de l’église abbatiale de Vézelay (Yonne). Il a été habilement transposé au sonneur de cor ; ce faisant, il est l’expression d’un certain mode de chasse en usage durant ces époques et notamment en Bourgogne. Il n’est pas possible d’associer cette scène de chasse à un espace de la salle capitulaire ; qui plus est, des fragments du cavalier et du cerf ont été trouvés à d’autres emplacements de l’abbaye. Est-elle venue remplacer des carreaux abîmés du pavement du début de la seconde moitié du XIIIe siècle de la salle capitulaire, dans une perspective d’entretien, ou bien a-t-elle été placée en un certain espace, vers la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle, selon une volonté de modifier le programme décoratif en le faisant évoluer ? En l’absence de fouilles qui s’étendraient à l’ensemble de la salle capitulaire, il n’est pas permis de trancher en faveur de l’une de ces hypothèses.

Autres lots

67Les autres carreaux bicolores retrouvés appartiennent à des productions s’étalant dans le XIVe siècle, un motif pouvant avoir été porté par des carreaux bicolores fabriqués au XVe siècle.

  • 93 ORGEUR (Magali), op. cit., 2006b, p. (...)

68Le quart de roue à rinceau de marguerite flanquée de plantes ornementales et le quadrillage de fleurs de lys et de marguerites décorent le second pavement d’une pièce antérieure à la construction du Palais de Jean de Bourbon dans l’enclos monastique de Cluny. De fait, ces motifs ont décoré plusieurs sols de l’abbaye au XIVe siècle. Le motif du quadrillage de fleurs de lys et de marguerites présente des affinités ornementales étroites avec un motif de l’abbaye cistercienne de Fontenay qui est, lui, dépourvu des marguerites. Le quadrillage oblique et les semis de fleurs de lys constituent le cœur de cette thématique décorative. Le château ducal de Montbard était décoré de carreaux du même motif car produit par la tuilerie de Fontenay, montrant la diffusion géographique de ce thème qui se rencontrait aussi en Normandie. La fleur ornementale à rinceaux de Cluny prolonge à nouveau les parallèles avec l’abbaye de Fontenay. Le rinceau qui s’enroule autour de plusieurs feuilles et qui est ponctué de petites tiges tréflées est caractéristique des roues fleurdelysées à quatre carreaux de Fontenay93. Le traitement stylistique du rinceau de Fontenay est vif et accuse une certaine sécheresse de trait par rapport à celui de Cluny, dont le trait mise sur l’arrondi et enfle les feuilles pour leur conférer plus de vie. Cette manière de dessiner rappelle la fleur de lys festonnée de Cluny appartenant au pavement du début de la seconde moitié du XIIIe siècle. Cependant, le format carré de 15 cm et les comparaisons ornementales avec les carreaux bicolores de Fontenay autorisent une fabrication de ce carreau vers la fin du XIIIe - début du XIVe siècle. Enfin, un dernier carreau bicolore, bien que fragmentaire, laisse voir un animal pris dans un rinceau. Il faut encore regarder du côté de l’abbaye de Fontenay où une roue de quatre carreaux montre un sanglier évoluant dans un rinceau végétal. La communauté thématique est évidente malgré la perte d’une majeure partie du motif de ce carreau de Cluny. Les liens thématiques déjà largement soulignés entre les carreaux du début de la seconde moitié du XIIIe siècle de Cluny et certains carreaux bicolores de l’abbaye cistercienne de Fontenay perdurent vers la fin du XIIIe et au XIVe siècle. C’est un phénomène rare, un partage d’idées qui s’inscrit dans le temps, alors que les parallèles se forment généralement pour une même génération de production.

69Le motif des quatre petites marguerites cerclées participait à la décoration de plusieurs espaces de l’abbaye de Cluny, comme le bras sud du transept de l’église abbatiale et la salle capitulaire, dans une action très certainement de repiquage du sol du début de la seconde moitié du XIIIe siècle. Ce motif n’est pas endémique à Cluny mais est portée par de nombreux carreaux bicolores de la seconde moitié du XIIIe siècle. La thématique de la marguerite annelée est alors déclinée en quatre petites marguerites annelées. Cette variante a connu un grand succès en Bourgogne, avec la tour de Précy-le-Sec (Yonne), les châteaux de Courtrolles (Yonne) et de Montcenis (Saône-et-Loire), à Paris avec le prieuré de Saint-Martin-des-Champs. On la trouve aussi en Angleterre, à la cathédrale de Wells, à l’abbaye augustinienne de Keynsham. Si ce motif des quatre marguerites annelées paraît avec une certaine fréquence sur des carreaux de la seconde moitié du XIIIe siècle, en revanche celui des bandes losangiques avec une marguerite n’a été retrouvé qu’à Cluny dans les fouilles de la salle capitulaire et du bras sud du transept.

  • 94 PINETTE (Matthieu), op. cit., 2011, p. 796 / 801 type B/1. Il propose (...)

70Le motif des triangles entrelacés formant une étoile s’avère être délicat à dater. Un des plus anciens exemples de ce motif se trouve à l’abbaye cistercienne de Fontenay. Les traits des deux triangles communiquent ici avec le cercle qui enserre la composition. L’Angleterre offre des exemples très proches de Cluny, pour des carreaux de la région de Londres fabriqués par l’atelier de Penn au XIVe siècle. Parmi les carreaux du château de Germolles et de la Chartreuse de Champmol à Dijon, qui sont particulièrement bien datés entre 1388 et 1390, figure un motif d’étoiles composées de deux triangles au traitement stylistique particulièrement soigné et sophistiqué. Un autre motif est une rosace hérissée de feuilles d’érables. Les éléments de vocabulaire et le principe de composition du motif de Cluny se retrouvent dans ces deux motifs de Germolles et de la Chartreuse de Champmol. Les feuilles d’érable sont aussi une caractéristique des carreaux imprimés et des carreaux bicolores de l’abbaye cistercienne de Fontenay, pour des productions du début de la seconde moitié du XIIIe siècle au XIVe siècle révolu. Tous ces carreaux ouvraient donc à une production située dans le XIVe siècle. Cependant, la prise en compte de la petite fleur ornementale constituée de douze navettes amène à élargir cette proposition de datation. Des carreaux bicolores de l’abbaye de Saint-Riquier (Somme) sont ornés d’un motif de rosace à douze navettes et datés grâce à un document d’archive de la fin du XVe siècle. Ce motif de Cluny décorait aussi un carreau découvert lors des fouilles de l’avant-nef de l’église abbatiale de Cluny III et se rencontre sur le second pavement de l’ancien palais abbatial de Jean de Bourbon. Il figurait donc parmi différents sols de l’abbaye. Les comparaisons bourguignonnes et anglaises militent en faveur d’une fabrication au cours du XIVe siècle mais on ne peut totalement exclure une production dans le XVe siècle94.

5. Le pavement du début de la seconde moitié du XIIIe siècle

  • 95 Il y a trois largeurs de panneaux. Les petits panneaux mesurent 0, (...)
  • 96 Leur limite occidentale n’a pu être trouvée car le pavement contin (...)

71Le profil des bases de colonnes de la salle capitulaire de l’abbaye de Cluny indique une construction de celle-ci dans la première moitié du XIIIe siècle. Elle possédait deux nefs s’étendant sur cinq travées. Les fouilles ont mis au jour uniquement la partie occidentale de la salle capitulaire. Le pavement n’y est conservé qu’à l’état de négatif, sa couche de mortier beige ne montrant que les empreintes laissées par les carreaux de pavement (fig. 18). On reconnaît essentiellement le format carré de 13 cm et le triangle rectangle isocèle pour clore les panneaux. Les carreaux carrés étaient posés en diagonale et s’étiraient en tapis longitudinaux. Dix-huit panneaux de largeurs inégales se déroulent selon une orientation ouest-est95. Des bandes de carreaux carrés alignés séparaient les tapis entre eux. Deux panneaux de carreaux de mosaïque losangiques à la surface unie noire ou bicolore à fleur de lys servaient de seuil d’entrée à la salle capitulaire96. Les losanges sont disposés dans le sens de leur largeur, les fleurs de lys des carreaux de mosaïque bicolore ne s’ouvrent pas en direction de la salle capitulaire mais vers les murs de l’entrée.

Fig. 18. Cluny, relevé des négatifs de position des carreaux de la salle du chapitre (dessin Centre d’Etudes Médiévales d‘Auxerre).

Fig. 18. Cluny, relevé des négatifs de position des                         carreaux de la salle du chapitre (dessin Centre d’Etudes Médiévales                         d‘Auxerre).

72Deux doubles bandes de carreaux ont servi d’axe directeur à l’ordonnancement du pavement. Deux sont centrées sur le seuil d’entrée de la salle capitulaire et les deux autres épousent le marchepied maçonné de la banquette sud. Réalisées en premier, ces lignes auront permis aux ouvriers de tracer correctement les 18 panneaux.

  • 97 ORGEUR (Magali), op. cit., 2004, tome 2, p. (...)
  • 98 Un pavement de carreaux incisés et de carreaux unis est en place d (...)
  • 99 BRUT (Catherine), PRIÉ (Arnaud), Les carreaux de pavement et les n (...)
  • 100 NORTON (Christopher), op. cit., 1992, p. 40 ; PORTET (Nicolas), L’ (...)

73L’organisation visible du pavement de la salle capitulaire de l’abbaye de Cluny est à replacer dans la lignée des carrelages du XIIIe siècle (fig. 19). Le pavement retrouvé à la prieurale de Paray-le-Monial (Saône-et-Loire) couvre la nef, le chœur des moines et le bras sud du transept. Daté du deuxième quart du XIIIe siècle, il est le plus ancien exemple connu à ce jour à présenter un agencement en panneaux horizontaux97. Ce type de disposition des carrelages, dont on ignore s’il a été inventé à Paray-le-Monial ou s’il a vraisemblablement des origines plus anciennes98, sera largement utilisé sur les pavements de carreaux glaçurés de la seconde moitié du XIIIe siècle. Dans la crypte du prieuré d’Argenteuil (Val-d’Oise), les trois vaisseaux sont ainsi différenciés à l’aide de panneaux horizontaux marqueurs d’espace vers 1275. Les différents fragments de carrelages de la seconde moitié du XIIIe siècle du prieuré de Saint-Martin-des-Champs étaient organisés aussi en longs tapis faisant se côtoyer des carreaux unis et des carreaux bicolores99. Le chœur à chevet plat de l’abbaye cistercienne de Grandselve (Tarn-et-Garonne) a révélé un pavement de carreaux bicolores et de carreaux de mosaïque bicolores disposés en longs panneaux vers 1283100. À l’abbaye cistercienne de Bonport (Seine-Maritime), le réfectoire est pavé de carreaux unis disposés selon cinq longs tapis.

Fig. 19. Saint-Germain-des-Prés, panneau de la salle capitulaire, vers 1273 (extrait de C. Norton, 1992, p. 53).

Fig. 19. Saint-Germain-des-Prés, panneau de la salle                         capitulaire, vers 1273 (extrait de C. Norton, 1992, p. 53).
  • 101 MAYER (Jannie) dir., op. cit., 1999 ; DIOT (Martine), (...)

74Les plus nombreux vestiges ont été découverts dans la ville de Reims suite aux destructions de la Première Guerre mondiale. Plusieurs carrelages décoraient des maisons canoniales, comme aux 2 et 13 rue du Cloître et au 5 rue du Cardinal de Lorraine101. Ces pavements sont tous organisés en longs panneaux horizontaux séparés entre eux par une bande de carreaux posés à plat. La largeur de ces panneaux varie au sein du pavement. Les différentes mises en place de carreaux revêtant les mêmes motifs nourrissent la créativité et l’originalité de chacun de ces agencements.

  • 102 NORTON (Christopher), op. cit., 1992, p. 50-54 / 84-94..

75Au 2 rue du Cloître, le déroulement horizontal des tapis est interrompu par des roues composées de carreaux de mosaïque bicolores ou encore par des petits assemblages de carreaux bicolores pré-incisés avant cuisson et coupés au moment de la pose pour former des triangles ou des petits carrés alternés de carreaux unis de mêmes formes, dans l’esprit des petits panneaux de la salle capitulaire de l’abbaye Saint-Germain-des-Prés, mis en place vers 1273102 (fig. 20).

Fig. 20. Saint-Rémy de Reims, pavement de la salle capitulaire (extrait de J. MAYER, 1999, p. 40).

Fig. 20. Saint-Rémy de Reims, pavement de la salle                         capitulaire (extrait de J. MAYER, 1999, p. 40).

76Au 13 rue du Cloître, le carrelage est divisé en trois longs panneaux horizontaux enserrés par une bordure de carreaux bicolores avec, par touches, des carreaux unis. Les trois panneaux n’offrent pas la même largeur et sont pavés de carreaux en diagonale. Le panneau central, qui est le plus petit, comprend des assemblages de seize carreaux séparés par une fine bordure de carreaux rectangulaires unis noirs, issus de la pré-incision avant cuisson d’un carreau standard. Les deux autres tapis jouent de ce motif qu’ils déclinent en des formats plus grands, par une association de 64 carreaux ou de 16 carreaux mais encadrés d’une bordure de carreaux carrés unis noirs.

77Au 5 rue du Cardinal de Lorraine, le pavement comprend quatre panneaux horizontaux. Les deux panneaux extérieurs sont de même largeur et les deux panneaux ont un faible écart. Les carreaux sont disposés en diagonale pour former des assemblages par 16 carreaux bicolores séparés d’une bordure de carreaux unis noirs qui peuvent être de format standard ou un petit rectangle redevable à la pré-incision avant cuisson d’un carreau carré. Comme au 13 rue du Cloître, l’agencement des carreaux bicolores peut former des roues de seize carreaux ou des roues de quatre carreaux démultipliées pour remplir l’espace. Les autres assemblages jouent sur la multiplication de carreaux à motifs dits simples, soit positionnés par seize, soit placés par quatre et entourés d’un cadre de carreaux porteurs d’un autre motif simple.

  • 103 Voir plus haut la partie consacrée aux motifs des carreaux bicolor (...)

78Les carrelages des trois maisons canoniales de Reims, qui ont été posés dans la seconde moitié du XIIIe siècle, permettent de se faire une idée de ce qu’a pu être le pavement de la salle capitulaire de l’abbaye de Cluny, où les panneaux horizontaux auraient pu accueillir des compositions par seize ou par quatre carreaux bicolores, notamment pour les quarts de roue103. Cependant, ces assemblages n’auraient pu être séparés entre eux que par des bordures de carreaux carrés car aucune trace de carreaux rectangulaires n’a pu être observée à l’endroit où ont été pratiquées les fouilles, ce qui n’exclut pas qu’il y ait pu en avoir plus avant dans le pavement.

  • 104 DIOT (Martine), op. cit., 2009, p. 294.

79L’étude des motifs a révélé des points communs entre certains carreaux bicolores de la salle capitulaire et d’autres bâtiments de Cluny et ceux de la salle capitulaire de l’abbaye Saint-Remi de Reims, pour une époque de fabrication vraisemblablement contemporaine. Les vestiges du carrelage de Saint-Remi se composent de deux tapis parallèles, l’un situé à l’entrée de la salle capitulaire, l’autre à son extrémité orientale (fig. 21). Le panneau à l’entrée de la salle capitulaire comprend deux grandes roues de carreaux de mosaïque bicolores identiques à celles présentées dans la maison canoniale au 2 rue du Cloître. Le thème de la roue est traité une nouvelle fois, en une bande horizontale de quatre carreaux bicolores. Il introduit un autre panneau rectangulaire où une composition de triangles rectangles isocèles pré-incisés avant cuisson alterne les surfaces unies sombres et les surfaces bicolores. Un assemblage qui n’est pas sans évoquer ceux développés dans la salle capitulaire de l’abbaye Saint-Germain-des-Prés104. Des carreaux bicolores de 14 cm de côté ornés d’une scène de chasse linéaire sont positionnés comme bordure du tapis de triangles rectangles isocèles disposés en dents de scie.

Fig. 21. Cluny, pavement de carreaux de mosaïque et de carreaux de mosaïque bicolore en place contre le seuil de la porte d’entrée de la salle capitulaire (Cliché Centre d’Etudes Médiévales d‘Auxerre).

Fig. 21. Cluny, pavement de carreaux de mosaïque et de                         carreaux de mosaïque bicolore en place contre le seuil de la porte d’entrée                         de la salle capitulaire (Cliché Centre d’Etudes Médiévales d‘Auxerre).

80Dans le second panneau, dont peu d’éléments ont été retrouvés, se remarquent trois alignements de carreaux bicolores à motifs dits simples (cavalier à l’épée, marguerite annelée, croix tréflée avec quatre besants, croix feuillée, quatrefeuille arrondi en huit points) et de carreaux unis brun sombre. Une bordure faite de carreaux bicolores portant des lettres les séparent d’un panneau de carreaux placés en diagonale. Ils sont estampés des mêmes motifs et un modèle de roue végétale à quatre carreaux est aussi présent.

81Les pavements découverts dans les salles capitulaires des abbayes de Cluny et de Saint-Remi de Reims ne sont qu’un reflet du programme décoratif de ces sols car fragmentaires. On ignore de quelle manière a pu être mis en valeur le reste de l’espace. Les agencements de carreaux de mosaïque bicolores ont-ils été répétés dans les autres travées de la salle capitulaire de Saint-Remi, à l’instar du carrelage de la maison canoniale du 2 rue du Cloître, ou des panneaux horizontaux ont-ils été privilégiés, comme à Cluny ? De même à Cluny, les panneaux n’ont été retrouvés que dans les travées occidentales, on ne sait donc pas s’ils se sont prolongés jusque vers le mur oriental de la salle capitulaire ou s’ils ont été interrompus par un ou plusieurs tapis, dans le but de mettre en valeur certains espaces de cette salle capitulaire. On le comprendra donc, les données sont lacunaires et forcent à la prudence dans les interprétations et les comparaisons. En l’état actuel des connaissances, les parallèles avec le pavement de la salle capitulaire de Saint-Remi de Reims doivent être très largement nuancés. Si la communauté de thèmes décoratifs de motifs entre Cluny et Saint-Remi est évidente, elle ne peut être étendue aux pavements, dont les dispositions apparaissent différentes. À Saint-Remi, on joue sur les formes et les formats des carreaux en employant des carreaux de mosaïque bicolores pour créer des roues, alors que les négatifs du pavement de la partie occidentale de la salle capitulaire de Cluny montrent une grande uniformité avec des carrés de 13 cm. D’ailleurs, en élargissant le champ des comparaisons aux effets colorés des carreaux, ceux de Saint-Remi n’ont pas de parallèles à Cluny. Dans ce domaine des effets de surface, les parallèles s’ouvrent aux carreaux tricolores des abbayes cisterciennes bourguignonnes de Pontigny et de Fontenay. Il est dommage qu’aucun pavement en place ne soit connu dans ces abbayes, surtout pour l’abbaye de Fontenay avec laquelle les carreaux de Cluny présentent beaucoup d’affinités, tant dans le domaine des thématiques florales et végétales que dans les effets tricolores de surface. Des comparaisons entre des carrelages médiévaux en place auraient permis de préciser ou de nuancer d’indéniables liens esthétiques. Les inspirations du pavement de la salle capitulaire de Cluny s’avèrent être multiples et pour des points précis se réfèrent à des sites particuliers. Les sites comparatifs constituent des jalons importants dans le domaine des carrelages.

82Les deux panneaux d’entrée de la salle capitulaire de Cluny, composés de carreaux de mosaïque losangiques noirs ou bicolores à fleur de lys, ne sont pas un mode décoratif isolé (fig. 18). Un tuilier a fabriqué avec la même matrice les carreaux de mosaïque bicolore de Cluny et ceux du site castral de Boves (Somme). Il est à regretter l’absence d’un pavement en place à Boves qui aurait permis de savoir si le ou les panneaux auxquels ils participaient étaient aussi semblables. À Cluny, l’usure avancée de ces deux panneaux d’entrée empêche de savoir si les lignes alternaient carreaux unis noirs et carreaux bicolores ou s’il y avait plusieurs lignes de carreaux unis noirs et seulement une ligne de carreaux bicolores contre le mur d’entrée de la salle capitulaire.

83La présence, au niveau du seuil d’entrée de la salle capitulaire de Cluny, de deux assemblages de carreaux de mosaïque en losange posés sur leur largeur, constitue une mise en valeur de cet espace qui rappelle celle de l’entrée de la salle capitulaire de Saint-Remi de Reims, avec des carreaux de mosaïque bicolores. Le recours à cette technique des carreaux de mosaïque unis et bicolores pour marquer le seuil à Cluny et l’entrée à Saint-Remi, est un autre élément commun entre les sites bien que traité différemment.

  • 105 ANDRE (Patrick), Les pavements médiévaux du château de Suscinio, Conseil (...)

84La technique des carreaux de mosaïque associée à celle des carreaux de mosaïque bicolores et à des carreaux à effets tricolores autorise un parallèle avec les carreaux du château ducal de Suscinio (Morbihan), découverts dans les douves et qui appartiennent au XIIIe siècle105.

  • 106 NORTON (Christopher), Les carreaux de pavage du Moyen Âge de l’abb (...)

85Le pavement de la salle capitulaire de l’abbaye de Cluny emploie des carreaux de mosaïque unis noirs et bicolores à la fleur de lys pour marquer le seuil d’entrée. La fabrication de ces carreaux requiert plus de temps que pour des carreaux carrés unis ou bicolores, les losanges de Cluny étant découpés à la main par le tuilier. C’est une technique qui est longue à mettre en œuvre et qui représente un coût financier important pour le site consommateur. Les panneaux de carreaux de mosaïque unis ou bicolores étaient généralement posés dans des espaces privilégiés et restreints d’abbayes ou de châteaux. La chapelle de la Vierge à l’abbaye de Saint-Denis en offre un parfait exemple, avec deux tapis situés dans l’axe de l’autel et mis en place dans les années 1253106. À Cluny, le choix a été fait de souligner l’entrée de la salle capitulaire à l’aide de ces deux panneaux, dont l’usure avancée atteste une longue période d’utilisation par les moines. Les tapis longitudinaux sont d’une ordonnance « classique » pour un carrelage. Les pavements de la prieurale de Paray-le-Monial, des maisons canoniales de la ville de Reims, de la crypte du prieuré d’Argenteuil, des chapelles du déambulatoire de l’église abbatiale de Saint-Denis sont agencés en longs tapis de largeurs variables. Y évoluent des compositions aussi diverses et multiples que le sont les motifs sur les carreaux. Les possibilités de mise en place des carreaux sont telles que des motifs communs à des sites consommateurs apparaissent à chaque fois dans des assemblages différents ou à des emplacements spécifiques au sein des panneaux, faisant de chaque pavement un unicum. À Cluny, le seul témoignage des empreintes laissées par les carreaux n’autorise donc pas de reconstitution des panneaux mais permet seulement d’en entrevoir la disposition et la richesse. Y a-t-il eu à un certain emplacement ou à plusieurs des ruptures de tapis pour intercaler la belle scène de chasse linéaire vers la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle ? Il y a lieu aussi de s’interroger sur une éventuelle présence de tapis de carreaux bruts dont la couleur rosée et la matité auraient particulièrement tranché au sein du pavement de carreaux glaçurés du début de la seconde moitié du XIIIe siècle. La concordance du format de ces carreaux bruts permet même d’envisager leur présence au sein des tapis ou des bandes séparatives de carreaux décorés.

Conclusion

86Le pavement dégagé lors des fouilles de la salle capitulaire gothique est lacunaire à plus d’un titre. Seule sa partie occidentale extrême s’est révélée. Comme il a été complètement démonté à l’époque moderne, il ne s’apprécie que par les empreintes laissées dans le mortier beige par ses anciens carreaux. Malgré cet état, ce sont des informations nombreuses et pertinentes qui ont été tirées de ce pavement surtout grâce aux carreaux unis, bicolores et bruts collectés dans les différentes couches de remblai.

87L’examen complet et détaillé de chacun de ces carreaux montre qu’une majeure partie d’entre eux a été fabriquée au début de la seconde moitié du XIIIe siècle et participait donc à ce sol. Les effets colorés de surface de certains bicolores devenant alors tricolores (motif jaune et vert olive sur fond vert olive sombre) se rencontrent sur des carreaux de la seconde moitié du XIIIe siècle des abbayes cisterciennes bourguignonnes de Pontigny et de Fontenay, traduisant les mêmes recherches esthétiques. Un constat accentué par les communautés de thématiques florales et végétales développées sur les carreaux bicolores de l’abbaye de Fontenay et sur certains carreaux bicolores de l’abbaye de Cluny. Les thématiques décoratives comprenant le registre floral, animalier et humain sont illustrées sur les carreaux bicolores de l’ancienne abbaye bénédictine de Saint-Pierre-le-Vif à Sens. Ces correspondances thématiques sont totales entre Cluny et Saint-Pierre-le-Vif. Mais c’est avec le pavement de la tour Truande de Coucy-le-Château, posé dans les années 1242, que les motifs de Cluny offrent le plus de rapprochements dans le choix ornemental des éléments de vocabulaire. Le motif du quart de roue à rinceau végétal est quasiment identique entre les deux sites. Le pavement de la salle capitulaire de l’ancienne abbaye Saint-Remi de Reims propose aussi des motifs aux thématiques florales, animalières et à figure humaine. Ces carrelages en place de la seconde moitié du XIIIe siècle sont autant de propositions pour comprendre l’agencement possible des carreaux au sein du pavement de la salle capitulaire de Cluny. L’entrée était mise en valeur par deux panneaux de carreaux de mosaïque losangiques unis et bicolores qui ont constitué un surcoût financier pour l’abbaye. La fabrication de ces carreaux est à situer au début de la seconde moitié du XIIIe siècle et à replacer dans une vaste commande qui concernait une grande, voire gigantesque étendue de carreaux bicolores ornés des mêmes motifs, entre les sols de différents bâtiments emblématiques de l’abbaye de Cluny. L’atelier producteur possédait de grandes connaissances techniques, notamment sur la plasticité des argiles, et maîtrisait parfaitement son four pour en tirer le maximum d’effets de surface au sein des carreaux bicolores. Un tuilier a quitté l’atelier après la commande et se retrouve au site castral de Boves où le carreau de mosaïque losangique à fleur de lys est présent à l’identique, tant dans le format que dans le traitement stylistique. À moins qu’il n’ait travaillé à Boves avant de venir à Cluny ? Cependant, quelle belle carte de visite aurait pu être pour ce tuilier le fait de venir de Cluny à Boves avec cette matrice !

Notes

1 BARRAL I ALTET (Xavier), Cluny et les mosaïques de Ganagobie et de Saint-André-de-Rosans. In : STRATFORD (Neil) dir., Cluny onze siècles de rayonnement 910-2010, Paris : éditions du Patrimoine, Centre des Monuments Nationaux, 2010, p. 246-261 ; MAURICE-CHABARD (Brigitte), Dallages et pavements romans. In : STRATFORT (Neil), MAURICE-CHABARD (Brigitte), WALSH (David) dir., Corpus de la sculpture de Cluny, les parties orientales de la Grande Église Cluny III, Paris : éd. Picard, 2011, tome 1, volume 2, p. 765-787.

2 MAURICE-CHABARD (Brigitte), op. cit., 2011, p. 769-771.

3 MAURICE-CHABARD (Brigitte), op. cit., 2011, p. 785.

4 CHAPELOT (Odette), Les fabriques Ducales de carreaux médiévaux en Bourgogne. In : PINETTE (Matthieu) dir., Les carreaux de pavage dans la bourgogne médiévale, Musée Rolin, 4 Juillet-13 septembre 1981, Autun, 1981, p. 23-28.

5 Dans certains cas, suivant la plasticité de l’argile, le tuilier pouvait ajouter des dégraissants comme le sable, de la chamotte ou encore du tuileau. Le but était de limiter la rétractation de l’argile au cours de la cuisson.

6 ORGEUR (Magali), Techniques décoratives des carreaux de pavement glaçurés, Bulletin de la Société des Fouilles archéologiques et des monuments historiques de l’Yonne, 2006, N° 23, p. 27-46.

7 La terminologie employée se base sur les travaux de NORTON (Christopher), De la couleur dans l’édifice médiéval, II – Les carreaux de pavage en France au Moyen Âge, Revue de l’Art, n° 63, 1984, p. 59-72.

8 NORTON (Christopher), Carreaux de pavement du Moyen Âge et de la Renaissance, Collections du Musée Carnavalet, Paris : Catalogue d’Art et d’Histoire du musée Carnavalet, 1992, p. 26.

9 NORTON (Christopher), op. cit., 1992, p. 32.

10 À la Bénisson-Dieu, quelques-uns sont encore en place dans le sol de l’église abbatiale. ORGEUR (Magali), Les carreaux de pavement des abbayes cisterciennes en Bourgogne (fin XIIe-fin XIVe siècle), Thèse de doctorat, Université de Bourgogne sous la direction de Daniel Russo, 2004, tome 1, p. 61-63.

11 ORGEUR (Magali), op. cit., 2006, p. 34-35 / 37.

12 Deux carreaux unis ont un format carré de 14 cm, numéro d’inventaire 071.5.

13 Les tranches sont biseautées sur les 12 carreaux suivant : HC. 28 / HC. 32 et 33 / HC. 42 / 016.22.01 / 016.24.04 / 083.03.01 / 147.100.01 et 02 et 03 / 737.14 / 336.24.

14 Les tranches sont droites sur 13 carreaux : 071.23.01 à 12 / 146.02. Les tranches de nombreux carreaux unis ne peuvent être observées car elles sont cassées ou recouvertes de mortier comme sur le carreau 146.06.

15 Quatre carreaux unis montrent des empreintes de sable préparatoire : HC. 28 / 147.100.03 et 04 / 336.01.

16 Six carreaux unis ont une face inférieure lisse 209.13 © (2) / 370.02.05 / 370.03 / 370.05 / 737.14. © indique un carreau cassé et le chiffre entre parenthèse comptabilise le nombre de fragments. Marc Barbier qui a conduit des expérimentations pour fabriquer des carreaux bicolores remarque le côté pratique des cendres. BARBIER (Marc), La conception des carreaux du Moyen Âge et de la Renaissance. In : MAYER (Jannie) dir., Pavement, carreaux de sol en Champagne au Moyen Âge et à la Renaissance, Paris : éd. du Patrimoine, 1999, p. 17, fig. 4.

17 NORTON (Christopher), op. cit, 1984, p. 60-61.

18 ORGEUR (Magali), op. cit., 2006, p. 34.

19 ORGEUR (Magali), op. cit., 2004, tome 1, p. 70 / 92 / 99.

20 VANBRUGGHE (Nathalie), CHAUVIN (Benoît), Abbatiale cistercienne de Fontmorigny, pavements des chapelles latérales, relevés commentés (1997), Cahiers d’Archéologie et d’Histoire du Berry, n° 133, Mars 1998, Bourges : Société d’Histoire et d’Archéologie du Berry, 1998, p. 3-33.

21 ORGEUR (Magali), op. cit., 2004, tome 2, p. 750-751.

22 NORTON (Christopher), op. cit., 1992, p. 32-35, fait s’arrêter la production de carreaux de mosaïque vers la fin du XIIIe siècle. Cependant, les carreaux du château ducal de Rouvres-en-Plaine (Côte-d’Or) sont des mosaïques bicolores qui sont datées du XIVe siècle, autorisant de prolonger leur fourchette chronologique. PINETTE (Matthieu) dir., op. cit., 1981, n° 36-37. Les fouilles archéologiques récentes du château de Gevrey-Chambertin (Côte-d’Or) ont livré des carreaux de mosaïque bicolores formant des compositions circulaires où se développent des scènes de chasse, des scènes d’activité agricoles et des animaux fantastiques. Ils ont pu être produits vers la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle. Nous remercions Leslie Walter pour ces informations.

23 147.99.01 et 02 pour le triangle rectangle isocèle. 147.98.02 et 03 / 147.99.03 et 04 pour les triangles isocèles.

24 147.38 (5) / 147.75. / 147.102 / 147.45. Le chiffre entre parenthèse comptabilise le nombre de carreaux référencés sous ce numéro d’inventaire.

25 147.99.06 est un carreau losangique pré-incisé avant caisson mais qui n’a pas été sectionné.

26 147.164.

27 147.163.

28 ROLLIER (Gilles), Aménagements des sols et installations liturgiques. In : BARNOUD (Jean-Noël), REVEYRON (Nicolas), ROLLIER (Gilles), Paray-le-Monial, Paris : Zodiaque, 2004, p. 154-165 ; ROSEN (Jean) et alii, Les pavements à glaçure plombifère et faïence stannifère XIIIe-XVIe siècle. In : SALAMAGNE (Alain), KERHERVE (Jean), DANET (Gérard) dir., Châteaux et modes de vie au temps des Ducs de Bretagne XIIIe–XVIe siècle, Tours Rennes : Presses Universitaires de Tours et Presses Universitaires de Rennes, 2012, p. 344.

29 GILLON (Pierre), Le pavement du XIIIe siècle du collatéral nord du chœur de l’abbatiale de Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne). In : CHAPELOT (Jean), CHAPELOT (Odette), RIETH (Bénédicte) dir., Terres cuites architecturales médiévales et modernes en Île-de-France et dans les régions voisines, Caen : Publications du CRAHM, 2009, p. 103-122.

30 BERNARD (Jean-Louis), Essai d’interprétation du décor de sol de la crypte de Notre-Dame d’Argenteuil (Val-d’Oise). In : CHAPELOT (Jean), CHAPELOT (Odette), RIETH (Bénédicte) dir., op. cit., 2009, p. 187-196.

31 NORTON (Christopher), op. cit, 1992, p. 35-37.

32 EAMES (Elizabeth), A XIIIth century tiled pavement from the King’s Chapel, Clarendon Palace, Journal of the British Archaeological Association, tome 26, 1963, p. 40-50 ; NORTON (Christopher), The origins of two-colours tiles in France and in England. In : DEROEUX (Didier) dir., Terres cuites architecturales au Moyen Âge, Colloque des 7-9 Juin 1985, Musée de St-Omer : Mémoires de la Commission départementale d’Histoire et d’Archéologie du Pas-de-Calais, tome 22, Arras, 1986, p. 285-287 ; BETTS (Ian M), Medieval “Wesminster” floor tiles, Londres : Molas Monograph N° 11, Musée de Londres, Archaeology Service, 2002, p. 31 / 44 ; ORGEUR (Magali), op. cit., 2006, p. 37-38.

33 NORTON (Christopher), op. cit, 1992, p. 73.

34 PINETTE (Matthieu) dir., op. cit., 1981 p. 35 n° 36 à 38.

35 Se reporter à l’étude des motifs et à la scène de chasse linéaire plus particulièrement. On pourra aussi consulter le Catalogue des carreaux de pavement.

36 HC. 04 / HC. 30 / HC. 31 / HC. 39 / 071.13.01 et 02 / 071.15 / 071.18 et 19 / 071.20.01 et 02 / 147.92.01 et 02 / 147.95.01 / 147.162 / 336.18 / 336.22 / 338.01 / 336.48 / 662.15.

37 016.27 / 016.29 / 147.112 / 381.01 / 527.05.

38 662 sachet 3 avec 15 fragments / 527.05 / HC.53.

39 381.01 / 147.162 / 336.48.

40 HC.05 / HC.06 / HC.07.01 et 02 / HC. 07.05 à 07 / HC. 12 / HC. 13.01 et 02 / HC. 15 / HC. 34.01 et 02 / HC. 37 / HC. 41 / HC.42 / 016.21.01 et 02 / 071.11.04 / 071.14 / 147.94.01 / 591.11 / 527.05.

41 HC.02.01 / HC. 07.03 / HC. 07.07 / 071.16 / 147.92.02.

42 Pour plus d’explications voir la partie sur les motifs et le catalogue des carreaux de pavement.

43 NORTON (Christopher), op. cit., 1986, p. 285-289, ORGEUR (Magali), op. cit., 2004, tome 1, p. 119-130.

44 Pour la marguerite annelée à quatre besants, le relevé a été fait sur le carreau 071.122 et reporté avec succès sur les six carreaux suivant : 071.13.01 et 02 / 071.53 / 071.98 / 071.100 / 071.135. Le relevé de la matrice de la fleur de lys festonnée a été fait sur le carreau 071.52 et concorde avec neuf carreaux : HC. 09 / 071.51 / 071.65 / 071.77 / 071.99 / 071.107 / 071.113 / 071.115 / 071.118. Le relevé de la matrice de l’arbre à trois fleurons a été fait sur les carreaux 071.102 et 071.45, il s’adapte aux trois carreaux 071.35 / 071.38 / 071.121. Le relevé de l’empreinte des quatre fleurons en croix de saint-André a été fait sur le carreau 071.81 et s’accorde aux quatre carreaux 071.80 / 071.106 / 071.109 /071.114. Le relevé de la matrice des quatre tiges tréflées en croix de saint-André a été obtenu sur le carreau 071.49 et est commun aux six carreaux 071.50 / 07.61 / 071.74 / 071.82 / 071.90 / 071.97. Le relevé de la matrice du cavalier brandissant une épée a été fait sur le carreau 071.89 et se superpose aux deux carreaux 071.84 / 071.103. Le relevé de la matrice du quatrefeuille biconvexe nervuré a été fait sur le carreau 071.96 et coïncide avec les cinq carreaux 071.84 / 071.85 / 071.105 / 071.108 / 071.123. Le relevé de la matrice de la petite marguerite hérissée a été fait sur le carreau 071.92 et est commun aux trois carreaux 071.64 / 071.76 / 071.83.

45 GODDET (Françoise), Les pavements en pierre de Cluny. In : PINETTE (Matthieu) dir., op. cit., 1981, p. 7-8 ; PINETTE (Matthieu) dir., op. cit., 1981, p. 40 ; PINETTE (Matthieu), Les carreaux de pavage en terre cuite de Cluny. In : STRATFORT (Neil), MAURICE-CHABARD (Brigitte), WALSH (David) dir., op. cit., 2011, p. 795-816.

46 PINETTE (Matthieu), op. cit., 2011, p. 796-797.

47 ORGEUR (Magali), Les carreaux de pavement médiévaux de l’abbaye de Cluny, Les dossiers d’Archéologie, Dijon : Faton, 2002, n° 269, p. 77 ; PINETTE (Matthieu), op. cit., 2011, p. 811-812 type E-3.

48 NORTON (Christopher), op. cit., 1986, p. 256-293 ; ORGEUR (Magali), op. cit., 2002, p. 77 ; ORGEUR (Magali), op. cit., 2006, p. 35-39.

49 016.23.01 à 04 / 146.06 / 147.105.01 à 04 / 336.05 à 07 / 370.07 / 370.09 / 071.22.01 à 03.

50 Bien visible sur les carreaux 147.105.04 / 336.05 / 336.06 / 370.09.

51 ORGEUR (Magali), op. cit., 2004, tome 2, p. 565.

52 SAINT-JEAN VITUS (Benjamin), ORGEUR (Magali), De rares fragments de briques, un lot de carreaux du XIIe siècle en remploi. In : SAINT-JEAN VITUS (Benjamin) dir., Pas de fumet sans feu : cuisine et vie quotidienne auprès des moines de Tournus (IXe-XVIe siècle), Dijon : Revue Archéologique de l’Est, 35e supplément, 2014, p. 69-71.

53 147.105.01 à 04 / 370.07.

54 146.06 / °016.23.04.

55 016.23.01 / 016.23.03 /016.23.04 / 370.07 / 370.09.

56 PEJRANI-BARICCO (Luisella), L’église abbatiale de Fruttuaria à la lumière des dernières fouilles archéologiques. In : JANNET (Monique), SAPIN (Christian) dir., Guillaume de Volpiano et l’architecture des rotondes, Actes du colloque de Dijon, Musée archéologique, 23-25 Septembre 1993, Dijon : Presses de l’Université de Dijon, 1996, p. 75-108.

57 HC 08.07 à 09 / HC 14.01 et 02 / HC 28 / HC 29 / HC 33 / HC 35 / 016.22.01 / 016.24.01 / 016.24.05 / 071.23.01 à 07 / 071.26 / 071.28 / 071.33 / 071.37 / 071.39 / 071.44 / 071.47 et 48 / 071.54 et 55 / 071.66 / 071.71 à 73 / 071.76 / 071.79 / 071.88 / 071.91 / 071.93 / 071.95 / 071.101 / 071.111 et 112 / 071.119 / 083.03.02 / 083.03.04 / 147.98.03 / 147.99.01 à 05 /147.100.01 à 04 / 209.13.01 et 02 / 336.24 / 370.02.05 / 737.14.

58 HC 08.08 / 336.24.

59 HC 08.01 à 05 / 336.01 et 03 / 370.02.01 / 370.03 / 147.98.02 / 147.99.05 / 071.23.08 à 11 / 209.13.3.

60 CICUTTINI (Béatrice), MERAT (Aude), BEN AMARA (Ayed), BECHTEL (Françoise), Étude stylistique et technologique des carreaux de pavement du château de Lormont (Gironde, XIIIe-XIVe siècles), 4e Congrès international d’archéologie médiévale et moderne, Medieval Europe, Paris, 2007. Article en ligne : http://medieval-europe-paris-2007.univ-paris1.fr/B.%20Cicuttini%20et%20al...pdf.

61 Ces analyses physico-chimiques ont été faites en 2003 par le Centre de Recherche en Physique Appliquée à l’Archéologie, Institut de Recherche sur les Archéomatériaux, IRAMAT, Belfort/Bordeaux/Orléans, UMR 5060, CNRS/Université Bordeaux 3, dans le cadre d’un projet d’étude sur les terres cuites architecturales dans l’Yonne. Le résultat a été commenté et publié dans AUMARD (Sylvain) dir., Approches des productions de terres cuites architecturales dans l’Yonne, du Moyen Âge à la Révolution, 2ème campagne, Rapport de prospection thématique, Centre d’Études Médiévales / UMR 5594, Auxerre, 2004, p. 36 / 38-39 ; AUMARD (Sylvain), BEN AMARA (Ayed), BUTTNER (Stéphane), Analyses archéométriques des carreaux de l’église de Cudot et de l’abbaye des Echarlis. In : DAUPHIN (Jean-Luc), CHAT (Élisabeth) dir., Le culte de sainte Alpais à Cudot et son renouveau au XIXe siècle, Études villeneuviennes, n° 43, 2011, p. 56-64.

62 CHAPELOT (Odette), La construction sous les Ducs de Bourgogne Valois : l’infrastructure (moyens de transport, matériaux de construction), Thèse de 3ème cycle de l’Université de Paris I sous la direction de J. Le Goff, Mars 1975, tome 3, p. 355-356 ; ORGEUR (Magali), op. cit., 2004, tome 2, p. 436.

63 GARDNER (J.S.), EAMES (Elizabeth), A tile kiln at Chertsey Abbey, Journal of the British Archaeological Association, tome 17, 1954, p. 24-42 et p. 28.

64 DRURY (P.J.), PRATT (G.D), A late thirteenth and early fourteenth century tile factory at Danbury, Essex, Medieval Archaeology, tome 19, Londres, 1975, p. 92-164 et p. 111.

65 EAMES (Elizabeth), A tile pavement from the queen’s chamber, Clarendon Palace dated 1250-52, Journal of the British Archaeological Association, tome 21, 1958, p. 95-106. Planches XXXII à XXXV.

66 EAMES (Elizabeth), op. cit., 1958, p. 102.

67 EAMES (Elizabeth), Catalogue of medieval lead-glazed earthenweare tiles in the department of medieval and later antiquities British Museum, Londres : British Museum Publications, 1980, tome 1, p. 20.

68 ORGEUR (Magali), op. cit., 2004, tome 1, p. 322.

69 ORGEUR (Magali), op. cit., 2004, tome 1, p. 390-391.

70 PINETTE (Matthieu) dir., op. cit., 1981, p. 44.

71 ORGEUR (Magali), op. cit., 2006, p. 30-31.

72 CICUTTINI (Béatrice), MERAT (Aude), BEN AMARA (Ayed), BECHTEL (Françoise), op. cit., 2007.

73 Ce contexte d’expérimentations techniques est exposé dans ORGEUR (Magali), op. cit., 2006, p. 37-38.

74 Pour plus de détails, se reporter au Catalogue des carreaux.

75 Les quatre fleurons en croix de saint-André ont une moyenne de 2,4 cm. Les deux motifs de quatrefeuille biconvexe avec demi-fleurons sur les bords du carreau présentent une épaisseur moyenne de 2,6 cm (voir Catalogue).

76 Ils se composent d’éléments circulaires ou de lignes, à l’exemple de carreaux bicolores champenois de la seconde moitié du XIIIe siècle dans MAYER (Jannie) dir., op. cit., 1999, p. 208.

77 Voir le Catalogue.

78 Des roues de seize carreaux sont plus complexes à réaliser puisque quatre motifs sont nécessaires à son obtention. Cependant, aucun élément de roue à seize n’a été découvert au cours des fouilles de l’ancienne salle capitulaire de Cluny.

79 BOUCARD (Jacques), Les carreaux de pavages décorés : origine, iconographie et utilisation. In : PINETTE (Matthieu) dir., op. cit., 1981, p. 21 ; NORTON (Christopher), op. cit., 1992, p. 52.

80 L’étude détaillée est faite dans le Catalogue des carreaux.

81 Le carreau porteur n’appartient pas à la même technique décorative, il a été incisé à la main et fabriqué au cours du premier quart du XIIIe siècle (voir Catalogue).

82 ORGEUR (Magali), Les motifs des carreaux bicolores des abbayes cisterciennes en Bourgogne (milieu XIIIe –fin XIVe siècle), Annales de Bourgogne, 2006 b, tome 78 fascicule, p. 3-8.

83 BOUCARD (Jacques), op. cit., 1981, p. 20, CARETTE (Martine), DEROEUX (Didier), Carreaux de pavement médiévaux de Flandre et d’Artois (13ème - 14ème siècles), Mémoires de la Commission départementale d’Histoire et d’Archéologie du Pas-de-Calais, tome 22, Arras : Musée de St-Omer, 1985, p. 87-88.

84 Cette hypothèse a été largement développée et soutenue par NORTON (Christopher), op. cit., 1983, p. 69-113, NORTON (Christopher), op. cit., 1984, p. 64-65, reprise avec plus de nuances dans CICUTINI (Béatrice), Les carreaux de pavement bicolores du sud-ouest de la France. In : SALAMAGNE (Alain), KERHERVE (Jean), DANET (Gérard) dir., Châteaux et mode de vie au temps des Ducs de Bretagne XIIIe – XVIe siècle, Tours, Rennes : Presses Universitaires de Tours, Presses Universitaires de Rennes, 2012, p. 309-319.

85 CHAPELOT (Odette), La tuilerie de Montcenis, Milieux, 1980, n° 3/4, p. 29-37, CHAPELOT (Odette), Les fabriques ducales de carreaux médiévaux en Bourgogne. In : PINETTE (Matthieu) dir., op. cit., 1981, p. 23-28, BLARY (François), Le domaine de Chaalis (12ème--14eme siècle), Paris : CTHS, 1992, p. 47-71 et 337-358 ; BERTHIER (Karine), FLOUZAT (Anne), Les tuileries de l’abbaye de Cîteaux (Côte-d’Or) des origines à la fin du Moyen Âge. In : CHAPELOT (Jean), CHAPELOT (Odette), RIETH (Bénédicte) dir., op. cit., 1999, p. 41-51, ORGEUR (Magali), op. cit., 2004, tome 2, p. 444-482.

86 ORGEUR (Magali), op. cit., 2004, tome 2, 444-482.

87 ORGEUR (Magali), op. cit., 2006 b, p. 10-13.

88 PINETTE (Matthieu) dir., op. cit., 1981, p. 44.

89 PINETTE (Matthieu) dir., op. cit., 1981, p. 40.

90 ROSEN (Jean). In : FLIEGEL (Stephen N.), JUGIE (Sophie) dir, L’art à la cour de Bourgogne : le mécénat de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur (1364-1419), Paris : Réunion des Musées nationaux, 2004, p. 188-189.

91 CAILLEAUX (Denis), Les carreaux de pavement médiévaux en Champagne : forme et décor. In : MAYER (Jannie) dir., op. cit., 1999, p. 25.

92 Mc NEILL (John), FERNIE (Éric), Cluny en Angleterre. In : STRATFORD (Neil) dir., op. cit., 2010, p. 370-379.

93 ORGEUR (Magali), op. cit., 2006b, p. 17-22.

94 PINETTE (Matthieu), op. cit., 2011, p. 796 / 801 type B/1. Il propose une datation tantôt aux XIVe –XVe siècle, tantôt vers la fin du XVe siècle.

95 Il y a trois largeurs de panneaux. Les petits panneaux mesurent 0,74 m, les moyens 0,92 m et les grands atteignent 1,10 m.

96 Leur limite occidentale n’a pu être trouvée car le pavement continue sous le mur du XVIIIe siècle de la galerie rouge.

97 ORGEUR (Magali), op. cit., 2004, tome 2, p. 524-537 ; ROLLIER (Gilles), op. cit., 2004, p. 154-165.

98 Un pavement de carreaux incisés et de carreaux unis est en place dans le collatéral sud de l’église abbatiale cistercienne de la Bénisson-Dieu (Loire) et remonte aux années 1200.

99 BRUT (Catherine), PRIÉ (Arnaud), Les carreaux de pavement et les niveaux de sol du prieuré royal de Saint-Martin-des-Champs à Paris (3è arr.). In : CHAPELOT (Jean), CHAPELOT (Odette), RIETH (Bénédicte) dir., op. cit., 2009, p. 182-184.

100 NORTON (Christopher), op. cit., 1992, p. 40 ; PORTET (Nicolas), L’abbatiale de Grandselve, nouvelle approche, Dossiers d’Archéologie, n° 340, Juillet-Août 2010, p. 64-69.

101 MAYER (Jannie) dir., op. cit., 1999 ; DIOT (Martine), L’ordonnance des carreaux de pavement médiévaux dans la région de Reims (Marne). In : CHAPELOT (Jean), CHAPELOT (Odette), RIETH (Bénédicte) dir., op. cit., 2009, p. 291-302.

102 NORTON (Christopher), op. cit., 1992, p. 50-54 / 84-94..

103 Voir plus haut la partie consacrée aux motifs des carreaux bicolores et se reporter au Catalogue

104 DIOT (Martine), op. cit., 2009, p. 294.

105 ANDRE (Patrick), Les pavements médiévaux du château de Suscinio, Conseil Général du Morbihan, 2003, p. 14-21.

106 NORTON (Christopher), Les carreaux de pavage du Moyen Âge de l’abbaye de St-Denis, Bulletin Monumental, Paris : Société Française d’Archéologie, 1981, tome 139, p. 69-100 ; MEYER RODRIGUES (Nicole), WYSS (Michaël), Nouvelles données archéologiques sur les carreaux de pavement utilisés à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) au XIIIe siècle. In : CHAPELOT (Jean), CHAPELOT (Odette), RIETH (Bénédicte) dir., op. cit., 2009, p. 213-220.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Fig. 1 a, b, c, d. Cluny, surfaces des carreaux bruts (a :146.06 , b : 146.07, c : 370.07, d : 336.06).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Titre Fig. 2a. Tournus, abbaye Saint-Philibert, carreau brut (94.170.03).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 489k
Titre Fig. 2b. Tournus, abbaye Saint-Philibert, carreau brut (94.170.04 et 09).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 3a. Cluny, carreaux unis brun sombre proche du noir (146.02).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 3b. Cluny, carreaux unis brun sombre proche du noir (147.100).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 3c. Cluny, carreaux unis brun vert (147.100.02).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Titre Fig. 3d. Cluny, carreaux unis brun vert miel (071.93)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-11.JPG
Fichier image/jpeg, 521k
Titre Fig. 3e. Cluny, carreaux unis brun miel (071.95).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-12.JPG
Fichier image/jpeg, 575k
Titre Fig. 4a. Cluny, carreaux unis vert sombre (HC.08.01 à 06).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Titre Fig. 4b. Cluny, carreaux unis vert sombre (071.23.11 95).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Fig. 5 a et b. Cluny, carreaux unis vert sombre et cuissons semi-réductrice (a 1 et a 2 016.24.02).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Titre Fig. 5 c et d. Cluny, carreaux unis vert sombre (016.24.03).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Titre Fig. 6a, 6b et 6c. Cluny, carreaux bicolores avec cuisson oxydante (071.116 et 117).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-19.JPG
Fichier image/jpeg, 560k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 571k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Fig. 8a et b. Cluny, carreaux bicolores avec cuisson semi-réductrice (071.11.01).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 8c et d. Cluny carreaux bicolores avec cuisson semi-réductrice (147.94.02).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 9a. Cluny, carreaux bicolores à cuisson réductrice avec cercle gris de surface (071.84).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-26.JPG
Fichier image/jpeg, 563k
Titre Fig. 9b. Cluny, carreaux bicolores à cuisson réductrice avec cercle gris de surface (071.52).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-27.JPG
Fichier image/jpeg, 1007k
Titre Fig. 9c. Cluny, carreaux bicolores à cuisson réductrice avec cercle gris de surface (071.81).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-28.JPG
Fichier image/jpeg, 934k
Titre Fig. 9d. Cluny, carreaux bicolores à cuisson réductrice avec cercle gris de surface (071.92).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-29.JPG
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Fig. 10. Pontigny, carreau bicolore avec cuisson semi-réductrice en forme de cercle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 595k
Titre Fig. 11. Pontigny, carreau bicolore découvert lors du sondage de 2004. Cuisson semi-réductrice en forme de cercle à la surface (Cliché Centre d’Etudes Médiévales d‘Auxerre).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 578k
Titre Fig. 12. Fontenay, carreau bicolore à effet tricolore résultant d’une cuisson semi-réductrice. Musée Archéologique de Dijon, cadre 1307.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 635k
Titre Fig. 13 a et b. Fontenay, carreaux bicolores à cuisson semi-réductrice prenant la forme d’un cercle gris à la surface. 13 a, carreau du Musée Archéologique de Dijon, cadre 1307 ; Fig.13 b, Fontenay, salle capitulaire, banquette fenêtre nord.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 585k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 571k
Titre Fig. 14 a et b. Fontenay, carreaux bicolores à cuisson semi-réductrice sous forme d’un cercle gris de surface permettant des effets glaçurés tricolores. Pavement recomposé du chœur.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 470k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 15. Palais de Clarendon (Angleterre), carreaux bicolores de la chambre de la reine Philippa avec quelques réductions de surface, vers 1250 (Extrait d’E. Eames, 1992, p. 41).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 713k
Titre Fig. 16a et b. Pontigny, carreaux imprimés avec cuisson semi-réductrice, bâtiment des frères convers.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 685k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 643k
Titre Fig. 16c et d. Fontenay, carreaux imprimés et bicolores avec cercle gris de réduction, pavement recomposé du chœur.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 17. Cluny, Musée Ochier, pavement du XIVe siècle avec cuisson oxydante des carreaux.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 462k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9k
Titre Fig. 18. Cluny, relevé des négatifs de position des carreaux de la salle du chapitre (dessin Centre d’Etudes Médiévales d‘Auxerre).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Titre Fig. 19. Saint-Germain-des-Prés, panneau de la salle capitulaire, vers 1273 (extrait de C. Norton, 1992, p. 53).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 20. Saint-Rémy de Reims, pavement de la salle capitulaire (extrait de J. MAYER, 1999, p. 40).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 571k
Titre Fig. 21. Cluny, pavement de carreaux de mosaïque et de carreaux de mosaïque bicolore en place contre le seuil de la porte d’entrée de la salle capitulaire (Cliché Centre d’Etudes Médiévales d‘Auxerre).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25745/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 621k

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search