Version classiqueVersion mobile

Cluny et la couleur

 | 
Bénédicte Bertholon
, 
Magali Orgeur

Les enduits peints trouvés en fouille à l’abbatiale de Cluny (Saône-et-Loire)

7. Synthèse sur l’étude des enduits peints issus des fouilles (2006-2009)

Bénédicte Palazzo-Bertholon

Texte intégral

  • 18 ROLLIER-HANSELMANN Juliette, « Etude des fragments d’enduits peint (...)

1Cette étude fait suite à une première étude réalisée par Juliette Rollier-Hanselmann18. Elle concernait les fragments d’enduits peints trouvés dans les fouilles archéologiques du cloître (galerie rouge), au cours des campagnes 2006-2007. Les fouilles se sont poursuivies en 2008 et 2009, permettant de collecter davantage d’enduits peints qui furent ajoutés au corpus initial des années 2006-2007. L’étude de 2007 avait eu pour objectif de réaliser un premier tri et classement des fragments et d’en décrire les principales caractéristiques picturales (technique d’exécution et mise en œuvre des peintures). Deux groupes d’enduits avaient été distingués :

  • Le groupe roman, majoritaire en terme de nombre de fragments et reconnaissable par la technique picturale mixte et la graphie des détails du décor
  • le groupe post-roman (gothique ?), moins abondant, qui présente « une stratigraphie picturale posée sur double badigeon de chaux et des couleurs appliquées différemment. La technique picturale est une détrempe ». Ces enduits peints sont associés à quelques morceaux de pierre polychromes19.

2Les deux groupes ont été enrichis par le matériel issu des fouilles des campagnes de 2008 et 2009 et d’autres types d’enduits – notamment contenant du tuileau – ont été répertoriés à partir de la composition et de la stratigraphie du support. Par ailleurs, la composition (pétrographie et stratigraphie) des différents enduits a été étudiée en lame mince et les pigments caractérisés dans le cas de la présente étude.

7.1. Les décors

3L’abondance des fragments d’enduits issus des fouilles entre 2006 et 2009 ne permet pas de proposer une restitution d’ensemble des décors qui ornaient les espaces antérieurs ou contemporains de la salle capitulaire gothique. Peu de collages, en effet, ont pu être réalisés à partir des fragments peints et la quantité importante d’enduits simplement badigeonnés de blanc laisse supposer que la majeure partie des murs était simplement blanchis à la chaux. Les surfaces murales qui ont reçu un décor polychrome sont donc minoritaires et réservées à certains espaces. On sait notamment que les absides de Cluny III étaient ornées de cycles peints et d’autres exemples, parmi les grandes églises médiévales occidentales, confortent cette hypothèse.

4Onze types de décors (numérotés de 1 à 11) ont été identifiés à partir des fragments disponibles. Le recoupement des décors avec la stratigraphie des couches archéologiques dans lesquels ils ont été trouvés permet d’avancer une datation relative pour chacun d’eux.

5Le décor 9, dont certains motifs s’apparentent à des drapés, pouvait composer des tentures suspendues. La datation des couches archéologiques dont ils sont issus permet de proposer une datation soit antérieure au XIe siècle, soit antérieure au XIIIe siècle.

6Le décor 3 présente des motifs géométriques qui forment une grecque polychrome en trompe l’œil et un collage de six fragments permet d’en reconstituer partiellement le dessin. Une technique mixte a été employée pour sa réalisation. La datation des couches picturales qui contiennent les fragments, situe ce décor avant la construction de la salle capitulaire gothique. Par ailleurs, la mise en œuvre de la peinture et l’état de surface sont comparables à ceux du décor 6, permettant de regrouper les deux ensembles dans une même phase de peinture.

7Le décor 6, quant à lui, présente des faux joints blancs sur un fond beige, mais la mise en œuvre est différente : les joints ne sont pas bordés d’incisions à la pointe et l’aspect de surface indique la mise en œuvre d’une technique mixte, le fond beige étant posé à frais sur l’enduit et les rehauts probablement posés après que l’enduit ait séché. L’aspect de surface s’apparente à celui du décor 3. Les couches archéologiques contenant ce décor sont contemporaines de la démolition de la salle capitulaire gothique vers 1770, mais un lot provient d’un remblai, dont le contenu est daté antérieurement à l’époque gothique (Z 5-370).

  • 20 Nous n’avons pas mis en évidence la présence de liant organiqu (...)

8Les décors 1, 2, 10 et 11 présentent les mêmes caractéristiques techniques de réalisation, avec un enduit fin en surface et soigneusement lissé. Les fonds de couleur sont appliqués sur l’enduit frais (affresco), comme en témoigne notamment les éclaboussures rouges du décor 11, et les rehauts sont appliqués avec un liant de chaux, éventuellement additionné d’un liant organique20. Cet ensemble regroupe des motifs raffinés tels que des drapés complexes de vêtements (décor 2) et des motifs ornementaux assortis d’inscriptions (décor 1). Cet ensemble de décors de belle qualité appartient, d’après la stratigraphie archéologique, à l’époque romane.

9Les décors 4 et 5 sont contemporains et appartiennent à la même phase de travaux. Le décor 4 présente des panneaux ornés de pois blancs et noirs couvrant un fond ocre rouge et les bords des panneaux sont constitués de bandes blanches soulignées d’un trait vert pâle. Contrairement aux ensembles précédents, la technique employée s’apparente à une détrempe, en raison de l’épais badigeon blanc qui recouvre la surface de l’enduit et qui craquelle sur certains fragments. Ce badigeon épais est incisé à la pointe pour marquer la bordure des panneaux de ce que l’on peut interpréter comme des faux marbres.

10Le décor 5 présente des faux joints blancs sur fond jaune. Ce faux appareil présente les mêmes caractéristiques techniques que le décor 4, avec les mêmes incisions à la pointe dans le badigeon épais pour tracer les joints rectilignes du décor. Par chance, on dispose d’une superposition avérée d’enduits peints avec quelques fragments du décor 4 appliqué sur le décor 10 indiquant, de cette manière, qu’il vient recouvrir le décor roman de belle qualité, aux motifs raffinés. Or, la stratigraphie des couches dans lesquelles ces enduits ont été trouvés, indique que les décors 4 et 5 sont antérieurs à l’époque gothique. Il s’agirait donc d’une seconde phase de décor antérieur à l’époque gothique, recouvrant - partiellement du moins - le décor roman précédent.

11Le décor 8 représente des panneaux de faux marbre veiné de rouge sur un fond blanc. Le décor a été réalisé à la détrempe, à l’instar des décors 4 et 5, et la datation des couches archéologiques dont proviennent les quelques fragments de ce type le situe dans une phase antérieure à la construction de la salle capitulaire gothique, qui n’est toutefois pas replacée par rapport au groupe des décors 1, 2, 10 et 11.

  • 21 Les tracés de mise en place du décor s’apparentent à ce que l’ (...)

12Le décor 7 est caractérisé par un décor bleu appliqué sur fond rouge. Les quelques tracés visibles peuvent correspondre à un traitement de drapé bleu sur fond rouge. Le décor est réalisé avec une technique picturale à la détrempe et non à fresque : un badigeon blanc est posé sur l’enduit, puis le fond rouge est appliqué et enfin les rehauts bleus. Certains fragments ont perdu une partie de leurs couches picturales, laissant apparaître la surface de l’enduit de support ; celle-ci comporte des indications intéressantes. L’enduit lissé a reçu des tracés préparatoires pour la mise en place du décor en couleur (noir et rouge) et des incisions ponctuelles à la pointe21. Les couches archéologiques dans lesquelles ces fragments ont été trouvés, indiquent que ces enduits sont antérieurs à l’époque gothique.

13La répartition spatiale des différents décors dans l’espace de la fouille montre que les fragments d’enduits de périodes successives ont été mélangés dans les couches archéologiques ; on ne peut donc pas définir de quels espaces ou de quels murs proviennent les enduits en raison de la dispersion des décors dans différentes zones de la fouille. En revanche, le décor 10 (enduit fin couvert de couleurs variées appliquées en technique mixte) est présent sur tout l’espace fouillé, ce qui accrédite la présence de ce décor dans tout l’espace fouillé antérieur à la salle capitulaire gothique. Par ailleurs, les décors 3 et 6, appartenant à une même phase romane, sont regroupés dans la partie sud de la fouille, à l’instar du décor 7. Le décor 9, quant à lui, est concentré dans la partie médiane de la fouille, mais n’est pas présent aux extrémités nord et sud.

14La confrontation des types de décors avec la composition des supports d’enduit permet de faire un certain nombre d’observations :

  • les décors 1 et 8 sont appliqués chacun sur un seul type d’enduit de support, mais le nombre de fragments est réduit à une dizaine ;
  • on trouve les mêmes enduits de support sous des décors réalisés en technique mixte et à la détrempe. Ce constat s’explique par la stratigraphie des couches picturales et la technique d’exécution : les peintures à la détrempe (décors 4, 5, 7, 8) sont appliquées sur un enduit sec, qui peut avoir reçu un premier décor antérieur. On le constate avec l’échantillon CLU K, par exemple, qui porte un premier décor couvert dans un second temps par le décor 5, appliqué à sec ;
  • la datation des couches archéologiques confrontée à la technique picturale, à l’aspect de surface et à la stratigraphie des enduits peints permet d’avancer une chronologie relative de ces décors, indiquant que les deux techniques (mixte et détrempe) sont employées avant la construction de la salle capitulaire gothique. Excepté le décor 7 qui est daté de l’époque gothique, les autres décors semblent appartenir à différentes phases romanes. La chronologie relative des décors montre néanmoins que l’emploi de la détrempe concerne les décors plus récents (décors 8, 4, 5, 7) et l’emploi de la technique mixte, les décors antérieurs des phases romanes ou plus anciennes.

Notes

18 ROLLIER-HANSELMANN Juliette, « Etude des fragments d’enduits peints, fouilles archéologiques du cloître (galerie rouge), campagne 2006-2007 », in Abbatiale. Cluny (Saône-et-Loire). Rapport d’intervention archéologique, CEM Auxerre, 2007, p. 92-118.

19 Idem, p. 92.

20 Nous n’avons pas mis en évidence la présence de liant organique dans les couches picturales, le MEB n’étant pas adapté à ce type de caractérisation. Par ailleurs, leur mise en évidence est délicate, y compris avec d’autres techniques d’analyses.

21 Les tracés de mise en place du décor s’apparentent à ce que l’on voit, par exemple à Saint-Savin-sur-Gartempe pour les figures de saints représentés dans l’abside et datées de l’époque romane.

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search