Version classiqueVersion mobile

Cluny et la couleur

 | 
Bénédicte Bertholon
, 
Magali Orgeur

Les enduits peints trouvés en fouille à l’abbatiale de Cluny (Saône-et-Loire)

3. Confrontation des décors avec la datation archéologique de la stratigraphie

Bénédicte Palazzo-Bertholon

Texte intégral

1La mise en perspective des décors avec la typologie des mortiers d’enduits et la datation des couches archéologiques où les fragments ont été trouvés, permet d’établir une certaine chronologie relative des décors trouvés en fouille.

3.1. Décor 9

2Ainsi, le décor 9 aux enduits épais et couverts de couches picturales aux couleurs variées mais très usées, semble correspondre à l’état ornemental le plus ancien. Peu d’indices nous permettent d’en décrire les motifs, mais certains fragments s’apparentant à des drapés suggèrent un décor de fausses tentures suspendues sur la partie basse des murs.

3.2. Décor 1

3Le décor 1 (inscription), 2 (drapé rouge orangé), 11 (badigeon blanc et éclaboussures rouges) et 10 (petits fragments fins très colorés) appartiennent à une même phase romane de décor de qualité.

3.3. Décor 3

4Le décor 3 (motifs géométriques en trompe l’œil) et le décor 8 (faux marbre veiné rouge sur fond blanc) appartiennent à une même phase romane, dont on ne peut pas préciser néanmoins la datation.

  • 4 Cf. infra, chapitre V.

5L’absence de stratigraphie sur les fragments nous empêche d’établir une relation chronologique avec le groupe des décors 1, 2, 10 et 11. La nature des enduits de support est sensiblement variée4. Soit il s’agit d’un groupe de décors contemporains mais provenant d’espaces différents, soit ces décors appartiennent à deux phases romanes.

3.4. Décor 4

6Le décor 4 (faux marbres à pois) et le décor 5 (faux joints incisés blancs sur fond jaune) sont contemporains et appartiennent à la même phase de décor. Ils présentent les mêmes caractéristiques techniques (incisions préparatoires à la pointe sur badigeon de fond assez épais). Leur application par-dessus l’enduit peint du décor 10 nous permet de préciser qu’il vient recouvrir et remplacer une partie du décor roman.

7La stratigraphie archéologique indique que ces décors 4 et 5 sont antérieurs à l’époque gothique et qu’ils recouvrent une partie du décor roman antérieur (décor 10). Cette phase ornementale intervient probablement dans le cadre d’un réaménagement partiel des espaces romans, sans qu’il soit possible, dans l’état actuel des données, de préciser où et comment.

3.5. Décor 6

8Le décor 6 de faux joints blancs peints sur un fond beige est difficile à replacer dans la typochronologie. On peut cependant établir que ce décor vient recouvrir des états ornementaux antérieurs, constitués notamment des badigeons blancs, scandés peut-être dès l’origine de faux joints.

9La datation archéologique des couches dans lesquelles ont été trouvés les fragments correspondants semble indiquer que ce décor est antérieur au XVIIIe siècle, mais il n’a pas été trouvé dans des couches antérieures à l’état gothique de la salle capitulaire. Aussi, proposons-nous l’hypothèse d’une datation de ce décor à l’époque gothique justement.

3.6. Décor 7

10Le décor 7 (bleu sur rouge) provient de différentes couches stratigraphiques relatives à la démolition de la salle capitulaire gothique lors de la construction de la Galerie Rouge vers 1770. Ce décor aux couleurs vives est contemporain de la salle capitulaire gothique.

3.7. Les collages

11L’étude des enduits peints a permis de faire différents collages entre des fragments brisés, soit lors de leur destruction, soit lors de leur mise en remblai. Ces collages interviennent néanmoins entre des morceaux provenant des mêmes US et trouvés dans le même contexte archéologique de démolition et de remblaiement, ce qui correspond à la logique de destruction et d’élimination des gravats dans le cadre du chantier.

12Un seul collage a été réalisé entre deux fragments provenant de deux contextes différents : il s’agit de deux morceaux du décor 1, avec un fond noir (146-04 et 200-01). L’un provient du ragréage de préparation du sol de la galerie rouge et appartient aux éléments de démolition de la salle capitulaire gothique ou plus anciens. L’autre provient du chantier de construction des banquettes de la salle capitulaire gothique (XIIIe siècle). Ces informations semblent indiquer que la préparation du sol de la Galerie Rouge a été menée conjointement avec la construction des banquettes de la salle capitulaire gothique.

Notes

4 Cf. infra, chapitre V.

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search